banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 465
1  Préliminaires / One Shot / Re : Union Trap [PV] le: Septembre 18, 2018, 12:53:48
Aiko était très largement prêt à franchir le pas avec Akemi. Il avait appris auprès de Mélinda à endurer les sodomies, et il était bien trop excité pour guider Akemi dans l’art très délicat de la sodomie. Il était par conséquent préférable de laisser le jeune homme s’attaquer à lui, en sachant très bien ce qui allait se passer. Agenouillé sur le lit, Aiko se pinça nerveusement les lèvres en sentant son amant le rejoindre, observant son délicieux cul. Oui, sur ce point, Aiko avait vraiment envie de sentir Akemi en lui, mais le jeune homme prit tout son temps. Aiko sourit en sentant les mains du jeune homme malaxer son cul, et tourna doucement la tête vers lui, bien décidé à s’assurer que tout se passait aussi bien que son jeune amant l’avait escompté :

« C’est... C’est aussi bon que ce que tu imaginais, Akemi-chan ? » demanda-t-il, tout en sachant qu’Akemi lui répondait déjà par sa manière d’agir.

Les deux jeunes hommes avaient longuement fait du sexe virtuel. Pas à pas, ils avaient franchi chaque limite, repoussé chaque frontière, se déshabillant devant la webcam, se masturbant l’un en face de l’autre, mimant des actes sexuels tandis qu’Aiko se tournait face à sa webcam, bombant son beau petit cul. Malingre et chétif, Aiko avait toujours été mal dans sa peau, et n’avait pu se sentir mieux que quand sa Maîtresse lui avait dit combien il était mignon, s’amusant régulièrement à le travestir en fille, l’aidant finalement à assumer pleinement sa polarité féminine. Il était très fier d’avoir réussi à développer aussi cela chez Akemi, et le jeune homme continua donc à le lécher, à glisser sa langue contre sa rondelle, écartant ses fesses avec ses pouces, suivant les consignes d’Aiko.

Aiko lui avait en effet longuement expliqué comment un fessier fonctionnait, comment le malaxer, comment le pincer, le presser, le caresser, alterner douleur et douceur... Qui aurait cru que le sexe puisse être un art si complet, si délicat ? En tout cas, Akemi s’en sortait très bien, léchant encore, encore et encore... Aiko serrait nerveusement les poings sur le lit, se pinçant les lèvres en retenant ses soupirs. Il frissonnait encore, jusqu’à ce qu’Akemi ne s’écarte légèrement... Et ne le retourne, non sans lui demander s’il avait apprécié son traitement.

« À... À ton avis, Akemi-chan ? »

Le jeune homme était désormais prêt à passer à la suite, mais avoua qu’il voulait voir le visage d’Aiko pour ça. Le jeune homme en rougit benoîtement, lui souriant ensuite doucement, et remonta sa main, venant caresser le visage de son partenaire masculin. Il s’en pinça ensuite les lèvres, son sexe se redressant fièrement. Des frissons le traversèrent donc, et il se dandina sur place.

« Akemi-chan... Vas-y, mon chéri, je suis prêt... »

Oui, il l’était ! Tout son corps n’avait envie que de ça ! Dieu, Dieu, qu’il était excité ! Le jeune homme bandait durement, sa queue l’élançant douloureusement... Puis il sentit le phallus d’Akemi heurter sa rondelle, et se pinça les lèvres. Il ferma les yeux pendant quelques secondes, avant de se forcer à les rouvrir, et posa sa main sur la tempe d’Akemi, s’appuyant fermement dessus.

« Re... Regarde-moi ! Regarde-moi, A-Akemi-chaaaann... !! »

Du début à la fin, ils voulaient le regarder ! Plonger ses yeux dans le sien, croiser son regard... Tandis qu’Akemi perdait sa virginité en lui !

Han, quelle sensation magique !
2  Discussions / Blabla / Re : Horloge parlante le: Septembre 17, 2018, 10:29:37
Il y a de meilleures façons de commencer sa semaine, en effet :\

22h29
3  Discussions / Vous nous quittez déjà ? / Re : C'est nul le dimanche le: Septembre 17, 2018, 07:53:43
Moi, je m'en fiche pas Triste
4  Préliminaires / One Shot / Re : Luxe & Luxure [PV] le: Septembre 17, 2018, 01:38:19
Elle apprit que son dossier s’alourdissait. Ce sale rat la filmait depuis plusieurs semaines !

*Bordel, il doit avoir toutes les données de moi avec l’autre fiotte !*

Qu’est-ce qui avait bien pu lui prendre de ramener Takeshi chez elle ?! Mais elle ne pouvait plus lutter. Ce maudit jardinier était plus malin que le blaireau de base standard, et ne se laissa pas démonter par les menaces de Leona. Certes, il pouvait couler, mais elle coulerait aussi. Ses parents étoufferaient le scandale, mais risquaient fortement de lui en vouloir. Finir à la rue était improbable, mais elle savait très bien qu’ils l’enverraient dans une maison de redressement, dans l’un de ces affreux couvents, tout en se débrouillant ensuite pour la déshériter autant que possible.

Autrement dit, Leona allait devoir négocier, car elle avait tout simplement plus à perdre dans cette histoire que Daiki. Elle resta donc silencieuse quand il partit, le fusillant du regard, et brandit tout de même un doigt d’honneur bien senti vers lui. La jeune fille retourna ensuite dans le manoir, où elle s’enferma dans un petit salon, et réfléchit pensivement aux suites à donner.

*Il veut du fric, c’est évident... Et moi, j’ai besoin de temps pour me débarrasser de lui.*

Les Morimoto n’étaient pas une famille parfaitement exemplaire. Leona savait que ses parents n’hésitaient pas à faire appel à des détectives privés très spéciaux pour s’occuper d’enquiquineurs. Toute la difficulté, c’est que Leona allait devoir agir sans que ses parents ne le sachent... Ou en inventant un faux motif. Mais il faudrait s’assurer que les nettoyeurs ne récupèrent pas les éléments compromettants. Leona comprit ainsi assez rapidement que se démêler de cette situation n’allait pas être si facile, d’autant qu’elle était paniquée.

Finalement, le délai se termina, et elle s’approcha de la cabane du jardinier. C’était une dépendance située à l’extérieur, avec un établi abritant tout le matériel de jardinage. La tondeuse motorisée était là, à côté de la cabane, et elle toqua à la porte. Et, quand Daiki fut face à elle, Leona lui parla rapidement, sans faux-détours et sans faux-semblants :

« Bon... Combien tu demandes pour ton silence ? »

Devoir négocier avec elle... Rien que ça était une humiliation ! Mais elle devrait se débrouiller pour lui filer suffisamment d’argent afin qu’il se taise. Ensuite, le jour où elle sera indépendante de ses parents, elle pourrait enfin lui briser les genoux !

Pour l’heure, elle allait donc devoir souffrir en silence...
5  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Une surprise imprévue. (Princesse Alice) le: Septembre 17, 2018, 08:41:35
Alice sourit doucement. Elle avait franchi le pas en utilisant l’une des pilules spéciales que ses amies lui donnaient. La jeune Princesse n’était pas spécialement habituée à porter un phallus, mais... Et bien, il fallait parfois se laisser aller ! Sur Terra, la magie aidant, l’hermaphrodisme était une chose très fréquente, surtout sur Tekhos. Dans le reste de Terra, il fallait grimper dans l’aristocratie et dans la bourgeoisie pour retrouver les pilules d’hermaphrodisme, des potions que le commun des mortels n’avait pas l’habitude d’utiliser, faute de moyens. Alice frémit donc, serrant les poings, déstabilisée par cette membrane, par cet organe chaud et musclé. Son sexe se redressait tandis qu’elle se rapprochait de Nanami, voyant sur le visage de cette dernière sa surprise. La jeune femme ne pouvait donc qu’en sourire, amusée par la situation, et ses mains caressèrent ses hanches, glissant sur sa peau.

« Disons que je suis naturellement douée pour ça, ma chérie », répliqua-t-elle quand Nanami lui demanda comment elle faisait pour la surprendre à chaque fois.

La tête blonde se rapprocha d’elle, et l’embrassa sur les lèvres, tandis que Nanami avait retiré son pantalon. Le sexe d’Alice frotta ainsi sa culotte, et la tête blonde se pinça alors les lèvres, blottissant son corps contre le sien. Ce fut l’occasion d’un nouveau baiser. Nanami était désormais coincée entre le corps d’Alice et l’autel, contre lequel Alice la posa, avant de la rejoindre à son tour. Le fait qu’il s’agissait d’un autel religieux ne signifiait nullement qu’elles n’avaient pas le droit de faire l’amour. La jeune Princesse se redressa alors, et retira la culotte de Nanami.

Du fait de son érection, la jeune femme agissait précipitamment, nerveusement. Son corps tremblait nerveusement, et elle frémit sur place, se pinçant encore les lèvres, sentant de nouveaux frissons la parcourir.

« Allez, Nanami... Mets-toi à quatre pattes. Ou, plutôt... Mettez-vous à quatre pattes, Maîtresse ! Je vais vous baiser devant mes Dieux ! Comme ça, ils verront combien vous êtes précieuse à mes yeux ! »

Le Patriarche de Sylvandell n’était pas le Dieu de l’Ordre Immaculé. Les mœurs sexuelles de cette religion étaient donc bien moins lourdes que dans d’autres pays, car le Patriarche ne proscrivait pas les relations sexuelles, même si le culte sylvandin limitait malgré tout les rapports sexuels. Nanami se mit donc en position, et Alice posa ses mains sur ses hanches. Elle soupira encore, et déplaça sa main, agrippant son sexe, puis l’orienta vers la chatte de Nanami.

Retenant son soupir, Alice la pénétra alors, et gémit doucement en sentant son membre improvisé se faufiler difficilement un passage dans le corps de Nanami. La femme gémit encore, puis reposa sa main sur le bassin de Nanami, y prenant appui... Et commença à la pénétrer longuement, accélérant progressivement le rythme...
6  Préliminaires / One Shot / Re : L'Entreprise [PV : Alice] le: Septembre 17, 2018, 12:50:07
Chacund es gestes, des mots, de F-182 était observée, analysée, et étudiée. Ravenborn était en ce sens une véritable institution orwellienne, avec une multitude de caméras, de microphones, de détecteurs... La remarque anodine de F-182 n’échappa donc nullement aux médecins de Ravenborn. Elle rappela en effet son patronyme de naissance, signe que le conditionnement n’était pas encore terminé. À terme, F-182 devrait même oublier son passé, au profit de la seule sensation de servitude. L’aliénation que formait le sexe était ici poussée à son paroxysme, et F-182 ne put qu’obéir aux injonctions de M-072. Quand elle abaissa son pantalon, elle constata que l’homme avait effectivement une belle trique. Après tout, si le programme dotait les femmes de généreux seins, et d’une endurance sexuelle surnaturelle, c’était aussi le cas pour les hommes. Ils subissaient un programme hormonal à base de testostérone, et M-072 ne s’en sortait pas si mal.

Comme F-182, il avait eu une autre identité avant, une autre existence... Une existence guère enviable. Le jeune homme vivait de foyer d’accueil en foyer d’accueil, ignorant l’identité de son père biologique. Sa mère était une femme maniaco-dépressive, qui n’avait jamais été en mesure de s’occuper convenablement de lui, ni même d’elle, multipliant les petits-amis rencontrés dans les bars, le mélange de boissons et de médicaments... L’enfant avait vu des choses qu’un jeune enfant n’était pas supposé voir, et, quand la police s’était penchée sur le cas de la mère, le jeune homme avait été placé dans un orphelinat en attente de lui trouver un foyer d’accueil. Las, les vices des parents ont souvent tendance à se développer chez leurs enfants. Le jeune homme, qui avait vu à cinq ans sa mère faire des fellations à la chaîne dans leur modeste logement social pour quelques euros, avait recopié ces gestes, donnant lieu à des complications très importantes. Il était régulièrement déscolarisé, faisant le mur, changeant de maison ou d’établissement, jusqu’à se retrouver dans un CEF (centre éducatif fermé), l’équivalent moderne des maisons de correction. C’est là que le dossier de M-072 était remonté jusqu’à Ravenborn, car l’un des éducateurs de ce CEF travaillait justement pour la Lactos Company. C’est ainsi que, à la fin de la mesure de placement, M-072 avait tout simplement disparu. Personne ne le rechercherait. Ses différentes familles d’accueil n’avaient eu qu’une envie : oublier cet homme dangereux et agressif. Et maintenant ? Maintenant, M-072 était docile. L’Institut Ravenborn avait mis fin à son comportement désobéissant, et lui avait offert une nouvelle vie, une occasion de contribuer utilement à la société. Somme toute, la Lactos agissait pour le bien commun, car, sans elle, l’homme qu’avait été M-072 aurait continué à errer entre la prison et la rue, enchaînant les condamnations. Un vaurien sans avenir, si ce n’est celui d’être une plaie pour la société civile.

Il se trouvait donc là, avec sa queue dressée, et soupira quand F-182 commença à pomper son dard. Toutefois, les médecins de Ravenborn savaient aussi que le conditionnement, aussi poussé soit-il, ne pouvaient pas totalement effacer l’ancienne personnalité du sujet. D’une manière ou d’une autre, il restait toujours des substrats, des couches profondes qui rejaillissaient de manière imprévue. En l’occurrence, chez M-072, il s’agissait de son agressivité naturelle, de ce penchant à la violence, mais aussi, dans une moindre mesure, au sexisme. M-072 avait un contentieux non réglé avec sa mère, qu’il haïssait et aimait en même temps. Et ce contentieux s’était dupliqué chez les femmes. C’était un homme violent, et le soumettre n’avait pas été une sinécure.

« Hmmm... Bordel, salope, tu suces si bien... »

Et une fellation avait souvent le don de réveiller chez lui ses anciennes pulsions, puisque cela lui remémorait, inconsciemment, l’époque où, jeune enfant, il voyait sa mère s’adonner à ce genre de pratiques. Il se mettait donc à grogner, écarquillant les yeux, et serra ses mains sur les cheveux de la femme. Sa queue se mit à grossir, à enfler.

« Allez... Allez, plus vite, salope, plus vite ! » s’impatienta-t-il rapidement.

M-072 commença à donner des coups de reins, étouffant des grognements, et guida lui-même la tête de F-182. Ses mains se posèrent sur son crâne, et il commença donc à la bourrer plus furieusement, grognant sur place, lui baisant vulgairement la bouche. L’homme y allait avec appétit, avec énergie, les muscles de son visage se bandant pour marquer sa colère, sa fureur, tandis que, inlassablement, il continuait à la baiser.

« Pu-Putain, hmmm... ! Bordel ! F... Foutue salope, haaa... !! Sale pute à la bouche de chienne ! »

Si F-182 espérait tomber sur un amant doux et romantique, elle était décidément bien loin du compte...
7  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Visite démoniaque [Ezria / Xelthia] le: Septembre 17, 2018, 12:49:50
Alice avait de plus en plus l’habitude de se rendre régulièrement au Territoire des Dragons. Les Korvander avaient toujours entretenu un lien particulier avec les dragons dorés, et Alice ne comptait pas déroger là-dessus. Curieusement, les dragons, qui étaient pourtant réputés pour leur nocivité et leur dangerosité, n’avaient jamais inquiété Alice. Certes, leurs grondements étaient impressionnants, mais leur présence avait toujours rassuré la jeune femme. Régulièrement, elle leur rendait visite, et avançait le long de la forêt. Jadis, à une époque ancestrale, ce territoire était parcouru par les elfes, avant que ceux-ci ne partent. Toutefois, il n’y avait aucune trace de leur présence ici. Même le sol était sauvage, sans présence d’un quelconque sentier. Alice longeait donc prudemment les arbres, évitant ainsi les mauvaises herbes. Sa tenue de cavalière, du reste, lui allait plutôt bien. Le pantalon marron en cuir moulait effectivement ses formes, notamment ses fesses. Elle portait ensuite sur le reste de son corps une veste ouverte noire avec une courte chemise médiévale blanche, les chemises qui s’arrêtaient juste au-dessus des seins, laissant à nu les épaules et le cou.

La jeune femme se rapprochait ainsi du cœur du Territoire quand une silhouette émergea brusquement à côté d’elle.

« Ah ! »

Alice sursauta en voyant une étrange femme avec une énorme poitrine. Seins nus, elle ne portait qu’une jupe, d’où une bosse émergeait, et avait une silhouette assez... Dragonique. Une femme-dragon ? Alice savait qu’il arrivait que certains dragons prennent une apparence humaine et forniquent avec des humains, donnant lieu à des créatures hybrides très particulières. La jeune femme rougit donc, et, reprenant rapidement sa contenance, salua la femme face à elle :

« Euh... Bonjour, Madame... »

Vu le calme de la femme, qui indiqua s’appeler Xelthia, elle ne devait pas être poursuivie par les dragons.

*Mais qui est-ce ? Je ne l’ai jamais vu...*

Fort heureusement, elle eut très rapidement la réponse à ses questions, car Xelthia lui indiqua être missionnée par Onyxian Magoa, et vouloir l’emmener avec elle pour rencontrer la Matriarche en personne. Alice, surprise, écarquilla les yeux, surtout quand Xelthia laissa entendre qu’elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour ça, et qu’elle était prête à exaucer le moindre souhait de la Princesse. Alice, fort heureusement, avait un esprit plutôt vif, ce qui l’amena vite à comprendre de quoi elle parlait.

« Onyxian Magoa... Mais... »

La jeune blonde se tut pendant quelques secondes. Oui, bien sûr, elle connaissait Le Diablotin, le petit-frère de la femme. Elle l’avait croisé au harem de Mélinda à plusieurs reprises, et elle devait bien admettre qu’il lui avait laissé un souvenir impérissable... Et plus récemment encore, chez elle, elle avait croisé, non seulement Alastar, mais aussi la séduisante Bafamelle, qui s’était fait passer pour une servante afin de s’infiltrer dans sa chambre et lui faire l’amour*. Alastar lui avait donc parlé de sa grande-sœur, mais en la décrivant comme une démone puissante, redoutable... Que pouvait-elle donc vouloir à Alice ? Était-ce lié à sa rencontre avec Bafamelle ?

Intriguée, Alice observa encore la femme, louchant toutefois sur ses seins, ainsi que sur sa verge. Les phéromones de Xelthia étaient très efficaces, et Alice sentit une chaleur pointer sur ses joues. Elle se retint toutefois en soupirant encore, devinant toutefois, à la bosse de la femme, l’épaisseur de sa verge, sa virilité impériale, et se racla la gorge, fronçant les sourcils en tentant de conserver son calme.

« Mais, euh... Que... Que me veut Madame Magoa ? Je... Je ne la connais pas, et... Enfin... Euh... »

Difficile de réfléchir ! Les succubes avaient malheureusement le don de la perturber, elle en avait eu l’illustration avec la séduisante Bafamelle ! Mais, même en sachant ça, Alice restait tout de même intriguée. Pourquoi Onyxian Magoa souhaitait donc la voir ?



* : Cf. RP « Verges ».
8  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : L'Ingénue [Veronique] le: Septembre 17, 2018, 12:49:10
TYWILL KORVANDER

Roi de Sylvandell, ce n’était pas une vie aussi reposante qu’on le pensait. Il y a quelques mois, le royaume avait dû faire face à une résurgence maléfique dans une ancienne forteresse infernale bâtie dans les montagnes, Kor-Tarath. Un bastion qui datait de l’époque du Grand Conflit, quand les Anges et les Démons avaient fait de Terra leur champ de bataille. Sylvandell était alors une région abritant des elfes, et les démons avaient visiblement voulu s’en prendre aux elfes et aux dragons dorés. Depuis lors, Tywill avait mené son enquête, en compagnie du Roi de Meisa. Serenos avait en effet participer à ces évènements, car les individus ayant pris le contrôle de Kor-Tarath avaient aussi déclenché une épidémie de peste à Meisa. Serenos avait donc des raisons de les traquer, et réunissait des indices.

Tywill avait, de son côté, informé le Conseil Impérial des évènements de Kor-Tarath, mais il ne savait pas trop où en était leur enquête. Après ça, il avait dû gérer le mariage de sa fille avec Melendil... Ou, plus exactement, son deuxième mariage. Là encore, autant dire qu’avec une fille comme elle, Tywill n’avait pas souvent le temps de s’ennuyer. Le Roi de Meisa présenta alors à Tywill un document, un « codex », que le Roi attrapa, et le consulta brièvement, fronçant les sourcils en voyant plusieurs noms.

« Qu’est-ce que c’est que ce merdier ?! » bougonna-t-il.

Il observa encore Serenos, et reposa le codex sur la table. À Sylvandell, la salle du trône était mélangée à la salle de banquet. Le trône était au bout d’une longue table en U, et Serenos se trouvait donc à côté du Roi.

« Où avez-vous obtenu ce document ?! »

Qui donc pouvait bien en vouloir à sa fille spécifiquement ? Pour Tywill, la nouvelle était plutôt surprenante !



ALICE KORVANDER

« Et toi, ta journée ?
 -  Oh, euh... Je continue à essayer de me faire à l’idée que tout le monde m’appelle ‘‘Prince’’, c’est... C’est assez intimidant ! »

Alice sourit légèrement. Melendil n’avait effectivement pas la carrure d’un noble, en ce sens qu’il détestait être sous le feu des projecteurs. Autant dire que leur somptueux mariage, où Alice avait délivré de nombreux faire-part de mariage, l’avait durablement marqué ! Soudain, Véronique interrompit Alice dans ses réflexions en se lovant dans son dos, prenant une mine basse.

« Oh, mais... Qu’est-ce qui t’arrive, ma belle ? »

Alice, qui avait encore un peu de mal à comprendre le fonctionnement de la Terranide, la prit tout de même dans ses bras, lui faisant un câlin. Visiblement, quelque chose avait vexé Véronique. Comme quoi, même si celle-ci n’était pas cultivée, elle n’en conservait pas moins une certaine intelligence.

« Allons, ma chérie, tu es mon amie, n’est-ce pas ? Tout se passe bien, Véronique, tout se passe bien...
 -  Elle a peut-être faim ?
 -  Hmmm... Elle est fougueuse, c’est possible. »

Le sort de cette Véronique intriguait toujours Alice, a fortiori après sa brève rencontre avec Serenos. Mais, pour l’heure, elle remit ses questions de côté, et se rapprocha des cuisines. Rapidement, au détour des couloirs, de délicieux effluves remontèrent à eux. Les cuisines tournaient toujours, et, avec la soirée qui approchait, les cuisiniers commençaient à travailler d’arrache-pied derrière les fourneaux.

Alice rejoignit ainsi le coin des cuisines, où il y avait un petit réfectoire, constitué de tables en bois. Les domestiques mangeaient habituellement ici, mais avaient l’habitude que la Princesse vienne les rejoindre. Les pages présents la saluèrent, et elle les salua en retour, tout en demandant un plat pour Véronique.

« J’espère que tu aimes la viande, Véronique... Ou le poulet, peut-être ? »

Après tout, elle n’avait aucune idée des goûts culinaires de la Terranide, si ce n’est qu’elle appréciait beaucoup les barres chocolatées...
9  Préliminaires / One Shot / Re : Luxe & Luxure [PV] le: Septembre 17, 2018, 12:48:41
Qu-QUOI ?! Leona resta interdite, comme statufiée sur place, quand ce sale clodo alcoolique osa la traiter de... De... Leona n’en croyait pas ses oreilles ! Elle ressemblait alors à un volcan en éruption ! Oh, pour sûr, elle allait se le faire, ce jardinier de malheur ! Elle se débrouillerait pour qu’il soit licencié pour faute grave, sans aucune indemnité, sans rien d’autre qu’un coup de pied au cul, et elle irait même encore plus loin ! Les Morimoto étaient influents, ils avaient des relations partout, elle pourrait obtenir qu’aucune agence d’intérim ne le prenne. Elle allait lui briser la vie, à ce merdeux ! Ce sale connard qui osait l’insulter. Elle ! Leona Morimoto ! Le simple fait qu’il ait la chance de la voir était, en soi, un immense honneur. Cette simple situation devrait le remplir de gratitude et de satisfaction, mais, au lieu de ça, ce sale cloporte la narguait, la tançait, se moquait ouvertement d’elle...

Mais ça, franchement, c’était... Inacceptable ! Elle cherchait encore quoi lui dire quand l’homme lui brandit alors sous le nez son téléphone portable... Où elle était en train de sucer Takeshi.

Les yeux de Leona s’écarquillèrent, et elle se mit à pâlir sur place, son cœur se mettant à bondir dans sa poitrine, rebondissant nerveusement dans sa cage thoracique lorsqu’elle comprit que ce sale rat avait mis des caméras dans sa chambre. Elle ne dit rien, resta silencieuse, tandis que le jardinier, avec une insupportable lueur de satisfaction dans les yeux, lui demanda son avis sur cette photographie. Elle le regarda alors, lèvres entrouvertes pendant quelques secondes.

« Tu... »

Un ricanement nerveux traversa alors ses lèvres. Elle le regarda à nouveau, inspirant profondément, cherchant à conserver son calme, afin que son interlocuteur ne constate pas son désarroi. Évidemment, si jamais ses parents voyaient ça... Leona choisit toutefois de ne pas se démonter, et préféra opter pour le bluff, laissant sa panique se dissimuler derrière sa colère, en l’invectivant de nouveau :

« Mais tu te crois où, là ? Je vais aller porter plainte, connard ! JE VAIS TE FOUTRE EN TAULE, SALE MERDEUX ! Mensonges, diffamation, harcèlement, je vais tout te balancer à la gueule ! Tu te prends pour qui, hein ?! JE VAIS TE POURRIR TA VIE DE MERDE !! »

La priorité était toutefois de récupérer son téléphone portable, et de faire disparaître au plus vite les preuves compromettantes ! Leona commençait à sentir la panique remonter dans son cerveau, en imaginant ce que ses parents diraient si jamais ils apprenaient la nouvelle...

*Non, non, ne pense pas à ça ! Tu ne vas tout de même pas laisser cette sous-merde te faire chanter, hein ?*

Ça NON, hors-de-question ! Leona n’était pas du genre à se laisser faire, et, tout ce qu’elle pouvait espérer, c’est que son coup de bluff allait fonctionner... Car, en réalité, elle était paniquée !
10  Discussions / Blabla / Re : Horloge parlante le: Septembre 16, 2018, 01:28:04
C'est clair que, avec les séries complètes, ça peut faire un joli billet...

Mais j'ai quelques séries complètes en stock, notamment le run de Hickman sur les Avengers (c'est dans celui-là que Hickman fait une rencontre avec les Illuminatis de Marvel et un pastiche de la Justice League de DC, du très lourd), même si je dois encore le compléter en achetant l'arc "Time Runs Out"...

13h27
11  Préliminaires / Annonces du Staff / Re : [Consultation populaire] Discussion sur la création d'un règlement Discord le: Septembre 16, 2018, 01:10:40
Citation de: Keira
Ils peuvent venir partager leur dessins, parler de comics ou de jeux H, ou simplement discuter avec les membres. Ce sont des activités comme les autres, et à mon avis le RPCB en fait partie.

C'est là où je ne suis pas d'accord. Le RP/CB public, d'accord, mais le RP/CB privé, ce n'est pas la même chose, ça ne participe pas à la communauté, et, si un membre ne vient que pour faire ça, je ne vois pas ça comme un investissement à la communauté.

À titre personnel, quand je n'étais pas membre du Staff, je recevais de temps en temps des demandes de RP/CB de la part de membres totalement inactifs en public, ce qui avait le don de m'énerver. Certes, on peut juste dire "Non", mais il n'en reste pas moins que c'est pénible. On a un peu l'impression de tomber sur des colporteurs qui viennent vous voir quand vous vous promenez dans la rue pour vous proposer une carte postale "Rouen par nuit" à 15 € (authentique). L'exemple est un peu capillotracté, mais c'est juste pour dire que c'est un comportement qui m'agace, et qui en agace aussi d'autres, vu que j'avais eu quelques retours là-dessus.

Citation de: Keira
Ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent

C'est là aussi une différence de conception. Sur LGJ, il n'y a pas qu'un membre et un autre membre, il y a aussi une communauté, et les membres qui viennent sur LGJ sont aussi supposés participer à cette communauté.

Et, plus précisément, pour moi, le membre qui vient juste pour du RP/CB, il considère un peu LGJ comme une vache-à-lait venant proposer un catalogue de joueurs à disposition. C'est un comportement que je trouve malhonnête et frauduleux. Et ce n'est pas parce que, sur les 10 membres qu'il va solliciter, l'un des dix va apprécier, qu'on peut tolérer ça, vu que, dans les neuf autres, y en a aussi qui seront agacés par ça.
12  Préliminaires / L'association du Hérisson Bleu / Assemblée Générale du 16 Septembre 2018 le: Septembre 16, 2018, 12:54:58
Bonjour à tous,

Vous trouverez ci-joint le procès-verbal de l'assemblée générale qui s'est tenue ce jour :

==> Compte-rendu <==




Date prévisionnelle de la prochaine AG : Dimanche 21 Octobre 2018 à 10h30.

Si vous avez des commentaires ou des questions sur l'AG qui a eu lieu aujourd'hui, n'hésitez pas à les poser !
13  Discussions / Blabla / Re : Horloge parlante le: Septembre 16, 2018, 11:24:51
Belle occasion, oui Grima&ccedil;ant

(Une collection de ce type n'est de toute manière jamais complète...).

11h24
14  Discussions / Blabla / Re : Horloge parlante le: Septembre 16, 2018, 11:09:13
Toute la collec' d'"Injustice", ça prend une bonne place, mais je ne regrette pas.

Sinon, je n'ai pas (encore) trouvé "Crisis", c'est comme le premier "Secret Wars" (celui des années 1980's), ils sont rares à trouver Triste

11h09
15  Discussions / Blabla / Re : Horloge parlante le: Septembre 16, 2018, 10:55:44
Tu m'as pris pour qui, au juste ?

("Justice" est aussi très bon, également dessiné par Alex Ross).

10h55
Pages: [1] 2 3 ... 465
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox