banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Matriarcat [PV]  (Lu 197 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7047

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« le: Septembre 03, 2017, 10:08:24 »

Le royaume de Normenïa était le plus vieux royaume elfique du monde, et le plus puissant royaume tout court. Un royaume légendaire, qui disposait d’immenses palais et villes, dispersées dans de très grandes forêts. Le royaume de Normenïa comprenait aussi bien de vastes forêts que des grandes plaines et des montagnes, où les elfes de Normenïa avaient jadis annexé les cités-libres naines, leur offrant protection en échange de leur fidélité, et de leur allégeance. Normenïa était un très grand royaume, entièrement elfique, qui reposait encore sur un très profond matriarcat. Ceci signifiait que les femmes avaient un très grand pouvoir, ce qu’on retrouvait sous bien des aspects. Ainsi, en matière de filiation ou d’établissement du lien familial, l’état civil ne tenait compte que de la mère. Le père était indifférent, tout simplement. Sous d’autres aspects, les hommes n’avaient pas le droit d’accéder à certains postes-clefs, comme la gouvernance. Normenïa n’avait jamais connu aucun Roi, et le mariage n’existait pas dans ce royaume. Il n’y avait pas de fidélité à respecter, ni de morale stricte à respecter. La sexualité se voulait libre, dès lors que les mères arrivaient à éduquer leurs enfants. Néanmoins, les elfes n’étaient pas connus pour avoir une très grande fécondité. Les familles se composaient généralement d’un seul enfant, ce qui s’expliquait par le fait que les elfes disposaient d’une très grande longévité.

Normenïa était actuellement gouvernée par une Reine depuis un millénaire, Nariel. Nariel était une elfe sage et talentueuse, experte en magie, qu’on disait avoir eu plus de dix mille amants au cours de son existence. Elle avait plusieurs concubines officielles, des dames de cour, et se faisait fort d’avoir constitué la garde de son palais de soldats d’élite, qui étaient autant des gardes du corps que des amants redoutables, triés sur le volet, et entraînés pendant des années pour accomplir la glorieuse tâche de protéger et servir leur Reine.

Nariel était, du reste, une excellente Reine. Sous son règne, elle avait définitivement su mettre fin aux velléités des grandes familles naines rêvant encore d’indépendance, et, il y a quelques années, avait eu une fille, la redoutable Tauriel. Sa fille avait rapidement manifesté un intérêt profond pour les armes plutôt que pour la culture, la politique, ou le droit. Nariel lui avait donc permis de faire ses classes, et, maintenant, Tauriel approchait de son premier siècle. De fait, son centenaire avait même lieu ce soir, et elle revenait d’une glorieuse campagne militaire aux confins du vaste royaume de Normenïa, où elle avait démantelé une secte de mages noirs s’étant réfugiée dans une nécropole pour invoquer des morts-vivants. Quand Nariel avait eu vent du succès de Tauriel, elle avait su que le temps était venu... Le temps pour sa fille de devenir une adulte.

Généralement, un elfe devenait adulte en approchant du premier siècle d’existence. Pour Tauriel, ce serait ce soir. C’était la mère qui décidait du moment où sa fille devenait majeure dans la tradition elfique. Il n’y avait pas un âge fixe. Pour devenir majeure, l’elfe devait accomplir un grand exploit, et, depuis des années, Tauriel ne cessait d’en accomplir. De plus, elle avait peu à peu pris d’excellentes formes, et Nariel savait que son corps devait commencer à l’élancer.

*Mais les traditions sont les traditions...*

Le sexe était quelque chose que les elfes faisaient très librement... À condition d’être majeurs. Qu’un elfe mineur soit surpris à forniquer était très grave, et pouvait donner lieu à de lourdes sanctions. Mais, pour Tauriel, l’heure était venue. Ce soir, elle avait fêté son retour lors d’un joli banquet au château, et, quand Nariel avait enfin revu sa fille, elle l’avait embrassé sur les lèvres, et lui avait glissé, au début du banquet, quelques mots dans le creux des oreilles :

« Ce soir, ma chérie, tu deviendras une adulte. »

Autant dire que sa fille devait avoir très hâte... Car, pour qu’une elfe devienne majeure, il fallait, concrètement, qu’on lui retire son innocence...

Son hymen.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 737

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Septembre 03, 2017, 11:49:55 »

Être la princesse héritière d'un royaume aussi grand et puissant que Normenia n'était pas la garantie d'une vie de tout repos. Au contraire d'autres sociétés qui pouvaient se trouver à travers le monde, le royaume elfique de Normenia ne mettait pas en avant le sexe masculin pour les tâches et rôles importants. Une princesse, telle que la redoutable Tauriel, n'avait donc pas le "luxe" de pouvoir se permettre d'être une petite poupée bien entretenue et jolie. Très tôt, l'elfe au longs cheveux roux avait pris conscience du rôle qui serait le sien, celui de protéger son royaume de toutes les menaces qui pourraient peser sur lui. Ne se prenant guère d'attrait pour des disciplines plus mentales, Tauriel avait en revanche également très tôt montré un intérêt pour l'art de la guerre. Qu'il s'agisse de s'entraîner elle même à devenir une guerrière émérite, où à longuement étudier pour devenir une stratège et une tacticienne comme le royaume en avait rarement connu, Tauriel s'était toujours montrée digne de la fierté de sa mère, et reine, Nariel.
Tauriel était toutefois encore jeune. Si une centaine d'années correspondait à bien plus qu'une vie humaine, ce n'était qu'un battement de cils dans la vie d'une elfe, et la jeune elfe n'était pas encore pleinement considérée comme une adulte. Ses troupes ne la considéraient pour autant pas comme une enfant, pas après les avoir menées à de belles victoires à plusieurs reprises, mais le rite de passage à l'âge adulte était chez les elfes de Normenia assez...particulier. Il correspondait à la perte de la virginité, mais qui ne pouvait pas être fait avec n'importe qui, car c'était la mère qui devait le superviser, et de façon générale...la provoquer.

Tauriel ne s'en était toutefois jamais formalisée, elle savait bien que malgré son arrivée à l'âge médian où les elfes tendaient à accéder à l'âge adulte, elle était la fille de la reine, et devait donc faire d'autant plus ses preuves qu'elle était digne de son rang. Au cours des dernières années, Tauriel s'était néanmoins de plus en plus rapprochée de ce moment clef, où sa mère ferait d'elle une femme. Elles avaient été assez riches en conflits, et Tauriel revenait d'ailleurs juste à temps à la capitale pour célébrer son centième anniversaire, à l'issue d'une campagne victorieuse contre des mages renégats qui avaient pour objectif de se créer une armée de morts-vivants, et qui avaient déjà commencé à marcher sur Normenia. Tauriel et ses soldats avaient détruit l'armée de morts-vivants et leurs maîtres mages en les attirant dans un piège, l'armée de Tauriel ayant feint une retraite désorganisée dans une passe très étroite. Les nécromanciens, dans leur orgueil, les avaient poursuivis, et s'étaient heurtés à la toute puissance de l'archerie elfique, qui les avaient noyés sous une pluie incessante de flèche tout en leur barrant toute possibilité de retraite. Une victoire éclatante, avec des pertes minimes, telle était la signature de Tauriel qui était très appréciée par ses soldats, car elle tâchait toujours d'épargner au maximum leur vies, considérant qu'il valait mieux qu'ils se battent pour Normenia que de mourir "glorieusement".

La jeune Tauriel fut donc accueillie par une vraie haie d'honneur à son retour à la capitale, et dans le palais, un banquet avait été organisé pour son retour victorieux, ainsi que la célébration de son anniversaire de naissance. La campagne que venait de mener Tauriel avait duré plusieurs semaines, longue et dangereuse, le peuple tout comme sa mère se faisaient une joie de la retrouver...mais surtout sa mère, qui l'embrassa sur les lèvres lorsqu'elle la revit.
Le banquet fut long, très long pour Tauriel, qui devait alors avoir en tête les quelques mots que Nariel lui avait susurrée à l'oreille tantôt, qu'elle allait enfin devenir une adulte. Outre le fait qu'il s'agirait là d'une reconnaissance pleine et entière de son statut de princesse héritière, et de chef des armées, cela signifiais aussi et surtout que ce soir...elle allait faire l'amour avec sa mère...une idée qui n'était pas pour laisser de marbre la jeune elfe, qui avait vu au cours de ces dernières années son corps changer. Tauriel avait pour une elfe des formes très plantureuses, et du fait qu'elle entretenait physiquement son corps à la manière d'une soldate, cet était de fait s'en trouvait encore renforcé. Un corps qui commençait d'ailleurs à faire sentir à Tauriel qu'il se languissait d'être un jour confronté aux plaisirs de la chair...ce qui allait de fait arriver ce soir.

Bien entendu, à l'issue du banquet, Tauriel ne se joignit pas tout de suite à sa mère, et resta dans ses appartements un moment avant d'aller la rejoindre dans sa chambre royale. Elle passa devant les nombreux gardes qui protégeaient sa mère, stationnés fidèlement dans les environs. Des soldats d'élite, et à ce qu'on en disait, également des amants d'exception.

Mère...

Dit-elle en rentrant alors dans sa chambre.
Tauriel, pour la première fois depuis longtemps, semblait fébrile. Elle était en réalité terriblement excitée !
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7047

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Septembre 04, 2017, 07:39:56 »

Autant dire que Tauriel avait longuement attendu ce moment. Nariel avait choisi le moment le plus judicieux, en début de soirée, afin de faire réfléchir sa fille, d’entretenir le suspens, de stimuler sa flamme, et de la voir, peu à peu, céder à l’envie. Un choix d’autant plus pertinent que le banquet fut relativement long, durant plusieurs heures, avec de la danse, des chants, et quantité de plats. Nariel dansa en plein milieu avec sa fille, et constata que les quelques mots échangés dans le creux de l’oreille de sa fille ne l’avaient vraiment pas laissé indifférente. L’heure était bel et bien venue pour elle de devenir une adulte, et Nariel était sûre que sa fille y songeait déjà depuis un moment. Après tout, son corps était maintenant très bien formé, bien musclé et charpenté, et ne risquerait plus d’évoluer pendant des siècles, maintenant. Lorsque les elfes atteignaient leur croissance, ils restaient ainsi pendant une durée extrêmement longue. Tauriel avait donc atteint le bon âge.

À la fin du banquet, Nariel se rendit dans ses appartements. Elle disposait d’une grande terrasse surplombant le vide, permettant de voir des cascades à proximité, et huma l’air frais, légèrement impatiente, elle aussi.

*Tauriel a vraiment bien grandi. Je n’avais pas réalisé à quel point ses formes étaient appétissantes.*

Guerrière dans l’âme, Tauriel avait musclé son corps, lui donnant des formes assez athlétiques, rappelant à Nariel son propre passé, il y a des siècles de cela. Son corps avait ensuite gagné en musculature pour prendre en sveltesse. Elle attendait que sa fille arrive, maintenant... Et n’eut fort heureusement pas trop longtemps à attendre. Depuis la terrasse, elle entendit la voix de sa fille dans le vestibule, et se pinça les lèvres, sentant une pointe d’excitation la traverser. Enfin ! Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer, la véritable fête !

Nariel sourit donc, et quitta la terrasse, rejoignant rapidement le salon central, où elle vit sa fille. Nariel avait allumé de multiples bougies dans ses quartiers, donnant à l’ensemble une ambiance tamisée, avec une odeur d’encens qui flottait agréablement dans l’air, afin de stimuler les sens des deux femmes.

« Tauriel... Ma belle fille... »

La Reine s’approcha de la Princesse, et, tout naturellement, alla l’embrasser, en plaquant ses lèvres sur les siennes, caressant ses épaules. Un baiser plus long et plus appuyé que le premier qu’elle lui avait fait, en début de soirée, et pendant lequel son corps se blottit contre le sien. Ses mains se déplacèrent ensuite, caressant le dos de la femme. Elle l’enlaça en soupirant encore, main sur sa nuque, l’autre dans le creux de son dos, grattant sa peau.

« Tu as tellement grandi, ma chérie... Ton corps est maintenant prêt, et a des attentes supplémentaires, comme tu as probablement dû déjà le ressentir. »

Elle lui sourit encore, et l’embrassa à nouveau.

« Et tes lèvres sont à l’image de ton corps, mon amour... Magnifiques. »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox