banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Embauche tekhane [PV]  (Lu 1169 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« le: Décembre 03, 2016, 08:01:39 »

Tekhos Metropolis
Locaux de Sweetness


Dans son impeccable tailleur, Laura Amin, dont ses deux mères n’avaient jamais cessé de la couvrir de baisers en lui disant combien elle ressemblait à cette Princesse de Sylvandell, souffla légèrement, sur le parvis de Sweetness. Elle était au milieu du quartier des affaires de Tekhos Metropolis, et c’était le soir. Il n’y avait, ici, que d’épais gratte-ciel, abritant les plus puissantes firmes de Tekhos. Les sièges sociaux des mégacorporations, la GeoTower... Et les locaux de Sweetness. La société était spécialisée dans la lingerie tekhane, et, à ce titre, Sweetness proposait une grande variété de modèles et de collections, toutes plus belles et plus sensuelles les unes que les autres. La firme disposait d’un chiffre d’affaires impressionnant, et Laura ne pouvait s’empêcher d’être nerveuse à l’idée qu’elle allait peut-être enfin décrocher ce job.

Il y a quelques mois, Laura avait fini ses études universitaires. Cependant, trouver un boulot stable à Tekhos n’était pas si facile que ça, et Laura avait envie de stabilité. Après avoir enchaîné divers boulots dans des administrations, elle avait découvert que la puissante PDG de Sweetness, Elizabeth Shawn, recherchait une secrétaire personnelle. L’offre était très tentante, et Laura y avait candidaté, en sachant très bien que, parmi les multiples critères de sélection, il y avait la beauté. Deux fois sur trois, quand elle allait à un entretien d’embauche, elle savait qu’elle aurait une aventure avec sa patronne. À Tekhos, les relations sexuelles n’étaient pas du tout incompatibles avec le monde du travail, et, dans les faits, c’était plutôt l’inverse qui se passait, certaines boîtes richissimes allant jusqu’à embaucher des esclaves ou des prostituées pour satisfaire les pulsions des employées.

Comme il y avait eu beaucoup de candidats, Laura avait passé différents entretiens. Elle n’avait pas encore rencontré la PDG, simplement ses collaboratrices, qui se chargeaient de trier sur le volet. Le dernier test avait été le plus marquant, car elle avait été déshabillée, et, intégralement nue, avait été attachée sur un lit, un bâillon sur les yeux, et devait répondre à différentes questions pendant que plusieurs esclaves parcouraient leurs mains en latex sur son corps. Laura, néanmoins, avait, par rapport à toutes les autres candidates, un argument de poids. Si elle avait déjà fait l’amour à plusieurs reprises, elle avait toujours préservé son hymen impact. Un pur choix tactique, car elle savait combien le sexe était important, et combien le fait de conserver sa virginité intime lui permettrait de remplir ce type de concours. De fait, elle était sûre qu’elle se tenait là, prête à rencontrer pour la première fois Elizabeth Shawn en personne, parce qu’elle était vierge.

*Et je ne peux pas prétendre ne pas être excitée...*

C’était même tout le contraire ! Surexcitée, Laura se mordillait les lèvres. Elle avait rejoint l’accueil, où on lui avait dit de passer par un ascenseur, qui l’amènerait directement chez sa patronne.

*Si elle me reçoit, c’est que je vais être prise...*

Le cœur de Laura en battait follement la chamade. Elle avait toujours précisé sa virginité, pour ce moment, et, tandis que l’ascenseur montait, Laura sentait ses cuisses s’humidifier. Elle avait lu des magazines concernant Elizabeth Shawn. Sa fortune, sa beauté... Elle était une Tekhane parfaitement accomplie, mariée, et qui avait de nombreuses Maîtresses. Laura savait très bien ce que son poste impliquait, et, en réalité, c’était surtout ça qui l’excitait. La perspective d’être l’amante de cette puissante femme... Elle en rougissait encore, tandis que l’ascenseur, lentement, rejoignait le dernier étage du gratte-ciel, abritant le luxueux penthouse de sa future patronne.

C’était l’ultime entretien, et Laura allait faire tout ce qui était en son possible pour qu’Elizabeth la prenne... Dans tous les sens du terme.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Décembre 03, 2016, 08:47:50 »

Assise dans l'un des fauteuils du salon de son luxueux Penthouse, Elizabeth Shawn contemplait encore et encore une représentation holographique de la jeune femme qu'elle savait sur le point d'arriver, et pour cause...cette petite était la source et la raison principale de son état d'excitation actuel. Âgée de presque une quarantaine d'années, la patronne d'une firme très florissante de lingerie et de vêtements à Tekhos Metropolis n'avait vraiment pas à se plaindre de sa vie, elle qui était parvenue à transformer l'entreprise que lui avait léguée sa mère, en un élément majeur de la mode tekhanne, que ça soit en public ou en privé.
La femme était donc posée, un verre à la main et les jambes croisées, et moulinait son poignet pour faire tourner le liquide dans son verre avant de le porter à ses lèvres. Cette année avait été une année particulièrement fructueuse, Sweetness, son entreprise, était passée leader incontestée de la vente de lingerie en absorbant ses concurrents les plus virulents. Elizabeth était encore loin d'être à la tête d'une Mégacorporation...mais qui sait, peut-être ses héritières le seraient-elles ? En attendant, son entreprise dégageait suffisamment de bénéfices pour que cette femme, d'un naturel très pragmatique, puisse se permettre une petite folie...avoir sa secrétaire personnelle. Oh bien sûr, elle en avait déjà une pléthore, c'était même une nécessité pour gérer son planning et ses rendez-vous, mais à Tekhos, la fonction de secrétaire "personnelle" était bien différente. Elizabeth se payait en quelque sorte, et à temps complet, les services d'une jolie poupée qui, si elle serait amenée à gérer une partie des affaires de sa patronne, aurait surtout pour fonction de lui servir d'amante.

Si cela pouvait ressembler à de la prostitution, et c'était d'une certaine façon le cas, la fonction de secrétaire personnelle était néanmoins prisée par de nombreuses jeunes femmes désireuses de se trouver aux côtés de grandes patronnes, qui certes s'en servaient comme de putes personnelles, mais leur faisait aussi profiter de leur expérience...et d'un salaire très conséquent.
Elizabeth avait d'ailleurs été très généreuse lorsqu'elle avait fait publier cette offre d'emploi, le salaire mensuel qu'elle proposait étant trois fois supérieur à la norme pour ce type de poste, même si il y avait des contreparties à la hauteur de ce salaire. La femme d'affaire avait eu recours à certaines de ses meilleurs directrices en ressources humaines pour lui trouver la perle rare, celle qui accepterait un job où sa vie privée n'existerait plus, à la fois compétente mais aussi très soumise...et à l'issue de plusieurs semaines, ses assistantes étaient tombées unanimement d'accord sur le cas de la jolie Laura Amin, qui utilisait en ce moment même l’ascenseur personnel d'Elizabeth pour venir à elle. Son profil psychologique correspondait aux désirs de la femme d'affaire, qui avait de plus un petit faible pour les jolies blondes dans son genre, et cerise sur le gâteau, cette petite poupée était encore vierge. Dans une société aussi sexualisée que Tekhos, conserver sa virginité pour l'offrir à sa patronne était un argument de poids sur un CV, qui avait indéniablement séduit Elizabeth Shawn.

Pour l'occasion, la puissante femme avait décidé de recevoir sa future employée en grande pompe, et s'était vêtue pour l'occasion d'un magnifique ensemble de lingerie destiné à la vente dans le prochain catalogue de Sweetness. Lorsque enfin, Elizabeth perçu le bruit de l'ascenseur, elle eut un large sourire, et croisa la jambes en prenant une posture un peu plus élégante et décontractée sur son fauteuil. La porte de l'ascenseur s'ouvrirait directement sur le salon du Penthouse, avec Elizabeth assise sur l'un des fauteuils, et une grande image holographique de Laura, nue, projetée au centre.

Bonsoir Laura, je te souhaites la bienvenue dans mon nid...

Déjà, Elizabeth était presque certaine qu'elle allait lui faire signer son contrat le soir même.
Cette petite était vraiment trop craquante !
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Décembre 03, 2016, 09:36:37 »

Tout en montant, Laura était maintenant clairement en train de se masturber, le dos collé contre le mur. L’ascenseur personnel de Miss Shawn était très luxueux, avec un aquarium intégré, et c’était contre ce dernier qu’elle se masturbait frénétiquement, enfonçant deux doigts dans sa chatte. Yeux clos, elle pensait à Elizabeth Shawn. La puissante quadragénaire avait hérité des chirurgies esthétiques très poussées de Tekhos. Elle n’était pas qu’une simple PDG, mais aussi une mannequine de pointe, défilant volontiers avec les tenues qu’elle concevait. L’esprit de Laura s’embrumait, tandis qu’elle rêvait d’Elizabeth la prenant. Elle se revoyait attachée à ce lit, avec les esclaves autour d’elle, et imaginait Elizabeth se coucher sur elle, et la pénétrer, la faisant hurler, mordillant son cou...

« Haaa... »

Laura s’appuya contre le mur, assise sur le sol, les jambes pendant par terre, et se masturba frénétiquement, ses deux doigts se remplissant de sa mouille, et atteignit un orgasme assez rapidement, en se crispant sur place. En sueur, elle cligna des yeux, observant ses doigts recouverts de mouille. L’ascenseur se rapprochait du dernier étage, et elle fourra ses doigts dans sa bouche, venant les nettoyer, puis se releva ensuite, et regarda un miroir, se remettant rapidement en place, surtout au niveau de ses cheveux.

*Pfffiouuhh ! Ça va mieux, quand même... Si je m’effondre sur place en la voyant, ça ne va pas le faire non plus. Allez, Laura, sosi professionnelle, sensuelle, décroche ce poste !*

Elle savait comment les choses fonctionnaient dans les hautes sphères. Sweetness était une entreprise largement florissante. Comme elle ne portait que sur le textile et les vêtements, elle ne bénéficiait pas encore de contrats exclusifs avec l’armée. Or, les contrats militaires étaient presque toujours le seul et unique moyen permettant à une entreprise de devenir une mégacorporation. Néanmoins, Laura avait lu, dans un magazine, que l’armée  envisageait de fournir à Sweetness la conception de leurs combinaisons militaires. En effet, dans le cadre de sa politique expansionniste, Sweetness avait réalisé une OPA hostile lui ayant permis d’absorber une société qui, jusqu’à présent, ne vivait que de ses contrats avec l’armée, la société étant une sous-traitante confectionnait les combinaisons en latex que les pilotes de méchas portaient, afin de protéger leurs corps de l’électricité statique. Pour Elizabeth, c’était une toute nouvelle perspective qui s’ouvrait, et, pour Laura, des perspectives fabuleuses.

L’ascenseur atteignit le dernier étage, et Laura soupira une dernière fois, sentant une pointe d’anxiété venir. Jouir avait aussi permis de dissoudre la bulle de nervosité qui montait en elle. Elle était arrivée si loin, et il ne restait plus qu’une ultime étape pour décrocher le Sésame... Bien sûr, Laura n’était pas assez imbue de sa personne pour croire qu’elle était la seule candidate retenue, ce qui signifiait qu’Elizabeth allait sûrement coucher avec d’autres femmes. Et, certes, Laura était vierge, mais elle ne pouvait pas non plus tout miser là-dessus.

Les portes s’ouvrirent donc, et Laura nicha sur ses lèvres un élégant sourire avant d’avancer... Et se figea sur place.

Difficile de dire ce qui la frappa le plus. La première chose qu’elle nota, pendant les quelques premières secondes, fut qu’elle n’était pas dans un vestibule, mais directement devant un grand salon, si vaste que tout son appartement aurait pu rentrer dedans. L’ascenseur donnait droit sur la partie centrale du salon, où il y avait un disque holographique la montrant, nue... Une photo prise lors de son dernier entretien, et qui ne manqua pas de la faire rougir. Sans être narcissique, Laura savait qu’elle était plutôt belle. Ses mères n’avaient eu de cesse de la comparer à la Princesse Korvander, et ses multiples amants aussi. Alors, oui, elle se savait belle, mais...

...Honnêtement, son regard se focalisa très vite sur sa future patronne.

*Oh mon Dieu... Par toutes les Sénatrices !*

Laura ne put s’empêcher de rougir benoîtement, écarquillant légèrement les lèvres, en voyant le spectacle magnifique, divin, incroyable, stupéfiant... De Miss Shawn ! En fait, aucun mot n’aurait été assez fort pour décrire ce spectacle visuel ! Elle portait de longues jarretelles à carreaux, qui alléchèrent immédiatement la belle Laura. Les jarretelles remontaient autour d’une impressionnante longue culotte blanche épousant ses formes, formant un contraste magnifique entre le fin porte-jarretelles noir et le sous-vêtement. Et, au fur et à mesure que ses yeux remontaient, elle n’y voyait que luxe, calme, et volupté, désir charnel et beauté érotique. Ses opulents seins étaient dissimulés par un soutien-gorge, et elle portait une magnifique paire de gants.

Frissonnant sur place, Laura sentit tout ce self-control acquis pendant l’ascension se volatiliser comme neige fondant au soleil. De fait, sa culotte se remit à fuiter, et sa cyprine s’égoutta encore, surtout quand elle vit le regard vénéneux des prunelels amandes de Miss Shawn.

*Elle DOIT m’embaucher ! Je... Je ne pourrais pas vivre si elle me rejette ! Laura, ‘fais pas la conne, t’as pas le droit de te foirer !*

Elizabeth la salua, et Laura déglutit. Elle avait furieusement chaud aux joues, dans tout le corps, et crispa ses poings, avant de déglutir, se forçant à se calmer. Elle inspira calmement, et entreprit de lui répondre :

« Bon-Bonsoir, Maî... Madame Shawn ! »

Sa langue avait failli fourcher pour prononcer un « Maîtresse », trahissant ainsi le premier fantasme inconscient dans son esprit : elle, marchant à quatre pattes vers sa patronne... Elizabeth transpirait de beauté, de calme, d’assurance de soi, d’un incroyable pouvoir féminin, la tekhan pwoer, comme on l’appelait parfois.

« Vous... Vous êtes vraiment ma... Magnifique, Ma-Madame Shawn... C’est... C’est vraiment un immense honneur p-p-pour... Pour moi... ! »

Elle reprit encore son souffle, et se mordilla les lèvres.

« Pardonnez-moi, je... Je savais que vous seriez majestueuse, bien sûr, mais... Je ne me serais jamais attendue à... À une telle chose... »

Laura ne pouvait s’empêcher de la regarder. Chaque courbe, chaque ligne de sa peau... Tout, elle voulait tout lécher !

« Vous... Vous savez, je... J’ai fait des études de lettre. Je connais énormément de mots, et je sais parler au moins six langues à la fois, mais... Je ne trouve aucun mot, dans aucun dialecte que ce soit, qui serait à la hauteur de votre beauté, Madame Shawn. Vous êtes... Époustouflante ! »

En faisait-elle trop ? Oui, sûrement... Mais elle ne faisait qu’exprimer le fond de sa pensée !
« Dernière édition: Juillet 30, 2017, 07:22:25 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Décembre 03, 2016, 10:36:50 »

Disposer  de la jeune femme en personne, face à elle, était une expérience bien plus intéressante que de contempler cette projection holographique qui, bien qu'elle rende justice à la jeune femme, n'était pas...palpable. Elizabeth fût sincèrement amusée par la réaction de Laura, qui demeura bouche-bée, surprise et admirative face à elle, ce qui n'était bien entendu pas sans flatter l'ego de la femme d'affaires et mannequin, qui se tenait tranquillement posée dans son grand fauteuil blanc. Tandis que la jeune femme bafouillait et peinait à trouver ses mots, Elizabeth la déshabillait littéralement du regard. Laura était élégante avec son tailleur, qui provenait d'ailleurs d'un des nombreux catalogues de classe affaires que l'entreprise pour laquelle elle postulait proposait.
Peu à peu, le choc initial étant passé, Laura reprit sa contenance, mais il était évident qu'elle se trouvait dans un état d'excitation qui était très palpable, à peine dissimulé.

Merci beaucoup ma chérie. On me le dit souvent, mais l'entendre de la bouche d'une véritable fan a toujours un goût plus...prononcé...approche je te prie, et prends place.

Le fauteuil sur lequel Elizabeth était installée était un trois place, et la femme se décala sur l'une des extrémités pour laisser à Laura le loisir de s'installer à l'autre bout. Pour la femme, c'était un moyen d'avoir une vue progressivement plus proche, et plus Laura s'approchait, pour finalement prendre place non loin d'elle, et plus elle sentait sa propre envie croître.
Avec son teint de peau très clair, sa belle chevelure blonde coiffée de façon très élégante, ses beaux yeux bleus, et ses courbes se trouvant dans le juste milieux entre le fin et le plantureux, Laura était aux yeux de la quadragénaire un fantasme qui prenait vie sous ses yeux. Elle correspondait, trait pour trait, au type même de jeune femme avec qui elle adorait coucher, le fait qu'elle soit vierge était la petite cerise sur un gâteau déjà délicieux.

Bien...fébrile comme tu es, et au vu de ma tenue qui semble avoir l'effet que j'escomptais, je suppose aisément que tu te doutes de la raison de ta présence ici ma chère Laura...la dernière étape de ton entretien de sélection pour ce poste, et si je puis me permettre, la plus cruciale de toutes.

Devenir l'amante de sa patronne était une partie du boulot de secrétaire personnelle, c'était même de fait clairement énoncé dans la liste des compétences recherchées et des tâches à accomplir dans le cadre du contrat d'embauche.

Mais avant d'aller plus loin, avant que nous ne passions le point de non-retour, je vais devoir être franche avec toi sur la raison du salaire particulièrement élevé que je propose pour entrer à mon service. Vois-tu Laura, le voyeurisme est un de mes péchés mignons, au moins autant que le fait de participer moi même aux ébats...j'aime, j'adore, regarder.

Cela, Laura aurait déjà pu s'en rendre compte. Cela faisait une bonne heure, avant cet entretien, qu'Elizabeth regardait la projection holographique de la jeune femme pour la détailler sous toutes les coutures, et maintenant qu'elle était à ses côtés, les yeux inquisiteurs de la femme d'affaires se posaient directement sur elle.

Si je venais à t'embaucher, ma chère, il faut que tu sois au courant que tu ne devra pas te contenter de me satisfaire uniquement moi dans le cadre de ton travail. Bien que je serais toujours présente lorsque ce sera le cas, je pourrais être amenée à te demander certaines choses...qui ont rebutées certaines de tes concurrentes pour ce poste.
Ainsi, je vais te poser la même question...est-ce que l'idée de coucher avec des hommes ou des animaux t'excites, ou au contraire te dégoûtes ?
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #4 le: Décembre 04, 2016, 12:05:07 »

Il avait fallu laisser un peu de temps à Laura pour reprendre ses esprits. Miss Swann, fort heureusement, semblait plus s’en amuser que s’en vexer réellement, et se décala sur le rebord de son grand fauteuil, l’invitant à s’asseoir. Laura marcha alors, et regarda à nouveau son portrait d’elle, nue. Elle était sûre qu’elle avait été photographiée sous toutes les coutures lors des séances. En tout cas, le portrait était très réussi, et Laura se dépêcha ensuite, venant s’asseoir à côté de sa future patronne, posant ses mains sur ses cuisses, et la regarda encore. Elle en avait toujours le souffle coupé, une excitation palpable, hurlant au bord de ses lèvres. Miss Swann, de son côté, se retourna vers elle, et commença à lui parler.

Laura avait fait le vide dans sa tête. Aussi excitée qu’elle soit, elle pouvait, paradoxalement, se tempérer quand il le fallait. Et elle soupçonnait le fait d’avoir conservé sa virginité si longtemps d’y être pour quelque chose. Laura vivait à Tekhos, société hyper-sexualisée, et, pour rester « chaste » à son âge, avec un tel corps, il ne faisait aucun doute qu’elle était capable d’une grande force de caractère. Ainsi, elle escomptait que le fait d’avoir conservé son hymen intact ne soit pas juste un bonus sexuel à faire valoir sur son CV... Car, pour l’anecdote, elle avait bel et bien mis, dans la rubrique « DIVERS » de son CV, la mention : « Vierge ».

*Enfin, je vais peut-être la retirer ce soir...*

Sans faux-semblant, Elizabeth lui expliqua que cette soirée était la plus importante, car elle allait mettre en valeur ses performances sexuelles. Laura écouta tout ça, et se mordilla les lèvres quand Miss Swann expliqua qu’elle n’attendait pas que du désir envers sa propre personne, mais souhaitait avoir une assistante qui ait des goûts très éclectiques, et lui donna quelques illustrations, en évoquant les « hommes » et les « animaux »... Amenant Laura à déglutir sur place.

À Tekhos, l’hétérosexualité était vue comme une sorte d’infamie, presque assimilable à la zoophilie ou à la pédophilie. L’homosexualité était la norme sexuelle de base dans cette société hyper-féminisée. Pour autant, dans les faits, il était fréquent que les femmes couchent avec les mâles, ne serait-ce que parce que, même malgré l’essor des techniques de conception, il était très difficile, pour deux femmes, de procréer ensemble, et aussi parce que, de manière générale, les mâles conservaient quand même un certain sex appeal. Le côté tabou d’une relation avec eux avait tendance à les rendre attractifs, et, en les stimulant bien, à l’aide de stéroïdes et de stimulants, les mâles pouvaient être des amants particulièrement vigoureux.

Miss Swann lui avait également avoué son penchant pour le voyeurisme, et Laura se mit déjà à s’imaginer, prise en levrette par un gros chien, sous le regard de sa patronne... Elle se mordilla encore les lèvres en pressant ses cuisses l’une contre l’autre. Pour l’occasion, Laura avait également sorti de belles jarretelles noires, et pressa ses collants ensemble, tout en s’humectant les lèvres. Elle avait mis du temps à répondre, et se mit à sourire, avant de finir par mettre fin au silence qui durait depuis quelques secondes :

« Désolée, je... Je m’imaginais être devant vous, à quatre pattes, en train de me faire prendre par l’un de vos chiens... »

Elle lui sourit alors, son cœur remuant dans sa poitrine, ses seins commençant à lui faire mal.

« Je... Je n’ai jamais couché avec un mâle, ni... Ni avec des animaux, mais... Je ne sais pas si ça compte, mais... J’ai déjà regardé beaucoup de pornos qui en traitaient. Mais... Je n’en ai jamais parlé, car... Personne ne partageait mes goûts. Des déviances que je ne m’explique pas. Je regardais ces pornos d’hommes nus pénétrant rudement des femmes, et... J’adorais ça, je me caressais tellement en les voyant faire... »

Laura lui sourit encore, et, saisissant une inspiration subite, attrapa délicatement la main de Miss Swann, et l’embrassa :

« Si vous m’embauchez, j’obéirai au moindre de vos fantasmes, Madame. J’ai préservé ma virginité pour l’offrir à une femme comme vous, Madame, à une femme puissante et belle... Certes, je ne mentirais pas en disant que le salaire que vous offrez ne m’attire pas, mais... Avant toute autre chose, c’est l’idée de vous servir, vous, une femme si belle, si puissante, qui m’attire... Je n’ai pas de petite-amie pour ça, car ce que vous proposez, c’est ce que j’ai toujours souhaité. Me consacrer à une femme, être l’objet de ses fantasmes... Et pouvoir me consacrer à une Maîtresse entièrement... Et exclusivement. »

Elle déposa un nouveau baiser, et relâcha ensuite la main de la belle femme.

« Je ne dis pas ça pour vous faire plaisir, Madame, je le pense sincèrement... Je ferais tout ce que vous voulez. »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Décembre 04, 2016, 04:04:01 »

La morale de la société Tekhanne concernant certaines pratiques pouvait être très hypocrite, surtout lorsque ces dites pratiques étaient secrètement fantasmées par une partie non négligeable de la population.  Elizabeth Shawn faisait partie de cette catégorie de femmes tekhannes qui, si elles voyaient le mâle comme inférieur, n'étaient pas pour autant rebutées par l'idée de coucher avec eux, car ils pouvaient faire preuve d'agréables surprises lorsqu'on les dressait correctement. C'était pourtant un aspect de sa vie sexuelle, avec la zoophilie, qu'elle gardait jalousement secret, elle ne se permettait d'aborder le sujet avec Laura que grâce à la clause de confidentialité qu'elle avait du signer avant de pouvoir obtenir cet entretien très privé. Cette question, qu'elle venait de poser à la jeune femme, était déterminante, et la femme d'affaires se demanda jusqu'au dernier moment si cette petite fleur allait au final se désister.
Mais c'est avec un large sourire qu'elle acceuillit la réponse de Laura, qui était encore plus enthousiaste que ce que sa future patronne aurait pu espérer.

C'est une très belle image que tu as du avoir ma chère, mais crois moi, tu es en vérité loin d'être la seule à partager ces fantasmes. Tu as très, très certainement du croiser au cours de ta vie des centaines de femmes qui ont secrètement les mêmes envies que toi, mais notre société continue sa condamnation hypocrite malgré tout, et comme on ne peut être sûre de rien...tout le monde garde jalousement son petit secret pour soi.

Cette petite fleur venait en tout les cas de gagner un avantage considérable, et continua sur sa lancée en disant ce qu'Elizabeth avait envie d'entendre  de sa délicate petite bouche d'amour, à savoir qu'elle lui serait dévouée...entièrement et exclusivement. Il ne fallait en effet pas prendre à la légère ces deux termes qu'Elizabeth aurait bien l'intention d'appliquer dès la signature du contrat, qui était en l'état presque une cession d'une grande partie des droits individuels et privés de la jeune femme à sa patronne. Oh il lui était bien entendu possible de démissionner, mais au vu de la relation très intime qu'il existait entre une patronne et sa secrétaire personnelle, la législation était beaucoup plus stricte sur les possibilités de poser sa démission. C'était une forme d'esclavage, les formes étaient juste arrondies par un salaire mirobolant, et le fait qu'on ne pouvait forcer qui que ce soit à signer un tel contrat...mais une fois la signature donnée volontairement, alors la personne devenait presque la propriété exclusive de sa patronne.
Mais cela, pas plus que l'idée de coucher avec des hommes ou des animaux, ne dérangeait Laura. Au contraire. Elizabeth était une experte dans le langage corporel et son analyse, et celui de Laura en cet instant était clair comme de l'eau de roche, elle pensait véritablement ce qu'elle disait, et Miss Shawn trouva une telle franchise...rafraîchissante.

Ma foi, je commence à comprendre les raisons pour lesquelles mes DRH ont mis ton dossier de candidature sur le dessus de la pile.

Elizabeth se décala alors sur le canapé pour se rapprocher de la belle secrétaire en devenir, et poser l'une de ses mains sur l'une des joues de la jeune femme, pour éprouver au travers de son gant en dentelle la texture de sa peau, ainsi que sa fermeté. Elizabeth l'avait vue, sous toutes les coutures, il s'agissait maintenant pour elle de la toucher. Silencieusement, et en prenant tout son temps, la femme d'affaire son montra très tactile à l'aide de ses mains, et explora tout en finesse le corps agréable et jeune de Laura. Les paumes de ses mains épousèrent les formes de ses seins, qu'elle sentit très durs, ce qui ne manqua pas de la faire délicatement sourire, elle caressa également ses jolies hanches, son ventre plat, ainsi que ses cuisses.

Tu es parfaitement proportionnée, une véritable oeuvre d'art. Tu sais, avec l'âge, une femme comme moi deviens de plus en plus exigeante, et de plus en plus difficile à satisfaire. Lorsque j'avais ton âge, un rien suffisait à me faire perdre les pédales, mais à l'aube de la quarantaine...je me suis découverte un goût prononcé pour les petites jeunettes blondes aux formes fines et à la peau claire, il se dégage de vous une apparence d'innocence qui me plaît, et que j'adore transfigurer en vous baisant avec force au point de vous faire hurler de plaisir.

Tout en parlant, Miss Shawn avait continué à caresser le corps de la belle jeune femme, se délectant de ses soupirs et des réactions de son corps, puis elle retira alors ses mains, et  s'adossa de nouveau contre le canapé.

Je pense très sincèrement te prendre à mon service Laura. Tu es tout à fait à mon goût, que ça soit au plan physique, psychologique, ou du côté de tes compétences. Mais avant de me prononcer, nous allons toi et moi, te faire passer un dernier examen de nature plus...pratique.

Elizabeth glissa alors ses mains sur sa culotte, et la fit glisser le long de ses jambes pour finalement l'ôter, tout en se concentrant. Ainsi, quand elle écarta ses cuisses, une belle grosse verge jaillit de son intimité pour pointer vers le plafond. Tendue et palpitante, elle était le meilleur moyen de signifier ce qui allait suivre.

En temps normal, je te demanderais de venir te mettre à califourchon sur moi pour me faire l'amour, et ainsi noter ta prestation...mais comme tu es vierge et que ton contrat n'a pas encore été signé, je ne peux décemment pas te priver d'un tel argument sur ton CV tant que rien de concret n'a été décidé. Mais il y a toujours possibilité de s'arranger, fort heureusement...

La femme d'affaires prit alors l'une des délicates mains de sa future secrétaire, et l'amena à se poser sur son gros sexe.

Tu va donc t'occuper de mon sexe à l'aide de tes mains et de ta bouche...ou de toute autre partie de ton anatomie que tu pourrais juger adéquate d'utiliser, afin de me convaincre de te prendre à mon service. Je jugerais non seulement de ta technique, mais aussi de ton inventivité et de ton...enthousiasme. Trois éléments qui se doivent d'aller de pair. Comme je te l'ai dit, je suis une femme d'expérience, et il faudra bien plus qu'une simple fellation de prostituée de quartier pour me convaincre. Tu n'a pas de limite de temps, pas d'autre contrainte que celle de préserver ta virginité, alors...montre moi que tu es digne de devenir...ma pute.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #6 le: Décembre 04, 2016, 05:05:32 »

Laura était en train de passer le meilleur moment de sa vie, quelque chose qui la marquerait encore plus que le jour où elle avait obtenu son diplôme. Elle connaissait bien la société tekhane, et savait que, avec l’essor de réformes ultralibérales à cause du conflit contre les Formiens, le salariat pouvait tout à fait se transformer en forme d’esclavage moderne. Le Sénat avait fait sauter la plupart des protections sociales, et, dans une société où le syndicalisme n’existait pas, il n’y avait personne pour protéger les droits des salariés. À ce titre, le contrat de travail pouvait contenir une clause de non-concurrence, interdisant formellement au salarié d’exercer toute autre activité de travail que celle faisant l’objet de son contrat, et, par ailleurs, il n’existait plus de durée légale du travail. Autrement dit, sans même le marquer explicitement, un contrat de travail pouvait faire du salarié un esclave moderne, sans que personne ne trouve à y redire... Et, en l’occurrence, surtout pas Laura, qui trépignait d’impatience.

Elizabeth commença à la faire doucement fondre, en lui assénant qu’elle était la petite favorite de ses collaboratrices, ce qui la fit confusément rougir. Son cœur continuait à s’affoler, et elle se mordilla les lèvres, la gorge moite. Le reste fut ensuite encore plus éprouvant. Elizabeth lui expliqua que Laura était, non seulement belle, mais également parfaitement en accord avec ses fantasmes. La séduisante quadragénaire ne voulait pas d’amantes comme elle, expérimentées et endurantes, mais de belles ingénues, qui aient un corps parfait. Et, sur ce point, Laura avait toujours veillé à entretenir son capital beauté. Elle suivait une alimentation très stricte, et avait, comme la plupart des Tekhanes, une diététicienne qui suivait, semaine après semaine, son poids. La technologie aidant, Laura disposait d’une application sur son téléphone portable qui l’aidait à savoir quoi manger. Le résultat final, c’était qu’elle était une sublime plante, et Elizabeth se rapprocha d’elle.

Elle n’avait visiblement pas été choquée par le baiser de Laura, semblant au contraire doucement excitée. Ses mains gantées caressèrent ses joues, glissant sur sa peau, et, à chacun de ses contacts, Laura se surprit à gémir et à soupirer, fermant les yeux en étirant faiblement ses jambes.

« Hmmmm... Haaaaaa... »

Elle sentait les mains de Miss Swann explorer son corps sans ombrages, sans aucune gêne, glissant sur ses seins, les soupesant, en éprouvant la dureté, et faisant encore rougir la future secrétaire. Laura gémit encore, mouillant sa culotte, les mains de Miss Swann glissant, avec expertise et assurance, sur ses hanches. Miss Swann en profitait pour parler, et, yeux clos, Laura gémissait encore, d’une petite voix douce, fluette et cristalline. Et, quand Miss Swann parla de « la baiser avec force », Laura gémit encore.

« Haaaaannn... »

Diable, diable ! Mais comment est-ce que cette femme faisait pour l’exciter à ce point ?! Elle... Elle n’arrivait plus à se calmer ! Sa chaudière corporelle s’emballait furieusement. Les mains de Miss Swann glissèrent contre ses jambes, remontant doucement vers son bassin, et elle sentit ses deux pouces frotter sa culotte, appuyant dessus, tirant sur la culotte... Laura se mordilla les lèvres en se crispant un peu, avec ce sentiment, ô combien jouissif, d’être une petite poupée que sa Maîtresse explorait, caressant son corps comme pour en ressentir les formes, les anfractuosités, et sans n’y voir aucun défaut.

Les mains de sa patronne glissèrent également sur ses lèvres, ses doigts filant le long de sa peau, provoquant encore quelques gémissements, tandis qu’elle entrouvrait les lèvres et aventurait sa langue, essayant de les lécher délicatement...

Elizabeth avoua ensuite qu’elle était sur le point de l’embaucher, mais avait encore un ultime test à lui faire passer. Laura déglutit alors, et, la bouche sèche, remua le nez de haut en bas, avant de lui répondre :

« O-Oui, Ma... Madame... Tout ce que vous voudrez... »

Miss Swann retourna à sa place, et entreprit de défaire calmement sa longue culotte. Laura rougit alors, et vit le fin morceau de tissu se retirer élégamment, délivrant alors, entre les ficelles retenant les jarretelles... Une épaisse verge. Elle écarquilla les yeux en voyant ce phallus se dresser, bien raide. Une verge bien veineuse, avec une belle paire de testicules, venait de pointer, filant vers le plafond, formant une belle courbe qui se dressait en une barre de chair. Un magnifique os de peau, qui fit déglutir Laura.

« Elle... Elle est si grosse, Ma... Maîtresse... »

Le « Maîtresse » lui avait échappé instinctivement, et n’exprimait que la réalité. En voyant cette queue dressée, qui se mariait à la perfection avec le corps sensuel de sa Maîtresse, Laura avait senti sa gorge s’assécher sur place, tandis qu’un lent frisson remonta le long de son corps. C’était le frisson du désir, ce souffle qui vous faisait perdre la tête. Elle observait cette queue, et entendit les instructions de la femme. Elle allait devoir lui offrir une magnifique fellation, quelque chose de divin. L’enjeu était d’importance, car Laura savait pertinemment que, au-delà de toutes ses qualités professionnelles, c’était le sexe qui allait faire la différence. Toutes ses concurrentes étaient, d’un strict point de vue professionnel, aussi compétentes qu’elle. Dès lors, seul le sexe pouvait faire la différence.

C’est ce qui amena Laura à finir à genoux devant cette sexe. Elle la reniflait, s’en imprégnait, déshabillant du regard cette belle trompe qui ne semblait que l’attendre. Elizabeth avait précisé ne pas vouloir d’une fellation bas de gamme, en lui disant d’utiliser tous les organes disponibles, que ce soit sa bouche, sa main... Ou d’autres. Et, là-dessus, Laura croyait savoir à quoi sa puissante Maîtresse faisait référence.

« Vous avez vraiment une magnifique bite, Maîtresse... »

Et, comme elle n’avait aucun impératif de durée, Laura allait pouvoir se faire plaisir. Elle commença par approcher respectueusement ses mains, et les fit glisser sur la hampe de chair, délicatement, de haut en bas, sentant ce sexe réagir à ce contact, ce qui la fit sourire. Entièrement concentrée, elle ne regardait même pas sa Maîtresse, mais se concentrait uniquement sur la vue de ce phallus. Elle le masturba donc pendant de longues minutes, glissant volontiers ses mains sur les belles bourses de sa Maîtresse, les soupesant, et finit ensuite par approcher ses lèvres...

Cependant, elle ne prit pas ce membre en bouche, pas tout de suite, et donna des coups de langue sur sa surface, ainsi que de multiples baisers, l’embrassant et le léchant comme elle l’aurait fait d’une grosse glace, s’amusant à lécher cette queue de bas vers le haut, en remontant avec sa langue, jusqu’à atteindre l’extrémité, où elle se retirait ensuite, et reprenait immédiatement ses baisers.

« Hmmm... Haaaa... »

Puisqu’elle avait tout son temps... Elle comptait bien en profiter !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Décembre 05, 2016, 10:57:09 »

Pour Elizabeth, l'issue de cet entretien ne laissait guère plus de place au doute, et Miss Shawn était pour ainsi dire presque certaine que la délicate Laura allait entrer à son service dans l'heure qui allait suivre. Cependant, il ne fallait pas faire de conclusions hâtive, et la femme d'affaires se gardait bien de trop montrer qu'elle crevait d'envie de faire signer tout de suite son contrat à la blondinette qui se trouvait à ses côtés, non seulement pour une pure question d'égalité entre les candidates à ce poste, mais aussi car même Elizabeth et ses DRH n'étaient pas à l'abri d'une grossière erreur de jugement...même si là, elle en doutait sérieusement.
Elizabeth manqua de glousser doucement quand la langue de Laura fourcha, et qu'elle l'appela maîtresse. Elle ne chercha toutefois pas à la corriger, car cette volonté sincère de se poser en soumise n'était pas pour déplaire à Miss Shawn, qui imaginait véritablement Laura comme sa petite soumise, sa pute dévouée, sa salope exclusive...oh que tout ça était excitant ! Le sexe tendu de la femme était un bel indicateur pour la jolie secrétaire en devenir, qui vint rapidement se placer à genoux entre les cuisses écartées de Miss Shawn, qui elle était toujours confortablement installée dans son canapé.
Une position qu'elle n'échangerait, là, pour rien au monde. Avec son visage d'ange et ses cheveux blonds, Elizabeth trouvait que Laura était magnifique ainsi, en position de dévote face à son chibre qu'elle allait vénérer à sa manière, et une manière qu'elle était curieuse de découvrir. Laura n'était pas la première à passer cet entretien, mais les autres candidates avaient fini par rapidement lasser la femme d'affaires, face à leur manque cruel d'imagination, d'attitude...et elle avait comme la sensation que cette fois allait être très différente, et l'anticipation lui donnait même légèrement mal au bas-ventre.

*Cette petite est vraiment une beauté rare...et une perverse...*

Approchant ses mains de la queue de sa patronne, Laura entreprit alors de la masturber délicatement, prenant à coeur l'absence de chronomètre pour faire quelque chose qui excitait grandement Elizabeth...s'approprier sa verge. Elle resta silencieuse un long moment, se permettant juste de pousser quelques soupirs de temps à autres, tandis qu'elle contemplait passive cette petite poupée glisser ses doigts délicats le long de son membre massif. Ici, elle n'avait rien à faire d'autre que de se laisser aller au plaisir simple, mais pourtant terriblement bon, d'une masturbation par les mains d'une femme qui correspondait parfaitement à son image de l'amante parfaite. Il se dégageait de Laura une sincérité presque émouvante, mais surtout très intéressante pour Elizabeth, qui se rendait bien compte de la fascination qu'elle exerçait sur cette jeunette, qui était prête à se plier au moindre de ses désirs.

Hum...tu as vraiment des doigts de fée ma chérie...

La femme se tortillait légèrement sur son canapé, le faisant crisser, puis au bout de quelques minutes de ce traitement, Laura approcha alors d'avantage son visage. Elizabeth s'attendait à ce qu'elle commence à la sucer, mais au lieu de choisir la voie qui semblait évidente, la jeune femme entreprit plutôt de lécher et d'embrasser longuement son sexe sans passer par la fellation à proprement parler. La jeune femme passait ainsi de longues minutes à teaser sa future patronne, ce qui était très agréable. Rares étaient celles qui osaient ainsi prendre leur temps, et sautaient directement à une fellation intense et rapide. Passive jusque là, Elizabeth finit alors par se pencher légèrement en avant, courbant son dos, pour se permettre de pouvoir mieux étendre ses bras. Elle posa l'une de ses mains dans les cheveux de Laura, et la caressa d'une façon qui n'était pas sans rappeler la façon dont on caressait une chienne obéissante. Quand à l'autre, et bien elle ne résista pas à l'envie d'aller de nouveau palper l'un de ses seins, allant même jusqu'à le pincer légèrement au travers de son tailleur.
C'était un début prometteur, mais qui n'était pas encore assez pour convaincre Elizabeth. Cependant, un bon quart d'heure venait déjà de se passer, et la femme n'avait pas encore dit à Laura de cesser et de partir, ce qui était plutôt bon signe pour la jeune femme. Il allait néanmoins falloir qu'elle fasse bien plus que ça pour vraiment impressionner la femme d'expérience qu'était Miss Shawn, même si cette dernière était confiante. Laura avait pour elle d'être très volontaire dans sa façon de s'occuper de sa patronne, elle avait vraiment envie, et de là, l'inspiration venait bien plus naturellement.
Elle avait hâte de voir ce dont cette jolie blonde était capable.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #8 le: Décembre 06, 2016, 12:12:15 »

Le temps ne comptant pas, Laura comptait effectivement prendre tout son temps. Et, sur ce point, sa Maîtresse allait pouvoir réaliser combien Laura était différente de la plupart des autres Tekhanes. Le sexe, à Tekhos, avait perdu tout son caractère sacré, et était affaire d’immédiateté et de banalité. Le coït traditionnel dans le lit était remplacé par le « quickie » dans les toilettes, et toute la société fonctionnait ainsi. Personne ne prenait le temps d’entretenir sa frustration. Les Tekhanes étaient ainsi paradoxalement expérimentées et inexpérimentées en matière de sexe... Et ça, Laura avait eu l’occasion de le réaliser. Elle n’avait pas fait qu’entretenir sa virginité pour être une petite fleur fragile que sa Maîtresse prendrait par domination, il y avait, derrière sa virginité, toute une stratégie, qu’elle avait appliqué au sexe. Patiente et consciencieuse, Laura avait toujours su qu’un jour viendrait où ses lèvres se poseraient contre le phallus d’une femme puissante. Là où certaines rêvaient d’être de richissimes cadres, en travaillant d’arrache-pied, Laura, elle, n’avait jamais eu comme autre objectif, comme autre fantasme, que de côtoyer les hautes-sphères par la soumission. Elle, elle voulait être l’esclave que sa Maîtresse promenait partout, pas une sous-directrice aux dents longues qui entretiendrait une relation basée sur la méfiance et l’envie avec sa supérieure. Non, elle voulait être une petite chienne qui n’irait que dans des salons luxueux, et offrirait son corps et son âme aux fantasmes pervers des puissantes de ce monde. Et là, contre ses lèvres, il y avait son rêve, son fantasme, qui prenait la forme d’une superbe queue élancée.

Alors, non, elle ne sucerait pas tout de suite sa Maîtresse. Laura avait tout un programme dans sa tête. Elle ronronnait presque de plaisir en entendant sa Maîtresse la complimenter sur ses doigts, mais le mieux fut encore quand elle entendit le canapé crisser. Sa Maîtresse s’était avachie contre le dossier du canapé, avant de se redresser, pour poser l’une de ses mains gantées sur sa tête, la tapotant ensuite, comme on le ferait d’une bonne petite chienne obéissante... Puis ses doigts se crispèrent sur sa chevelure, et elle descendit son autre main, venant pincer son téton à travers son tailleur.

« Hhmmm... Haaaa... »

Laura soupirait, les joues rouges, et sentait sa culotte s’humidifier de plus en plus. Pour autant, rien ne l’arrêtait, et elle continuait à lécher cette queue. Elle déposa une série de multiples baisers sur les beaux testicules de sa Maîtresse, puis parcourut sa verge de caresses linguales, de baisers, mordillant très légèrement sa peau, en raclant sa chair avec ses dents, et léchait encore, déposant ensuite une série de baisers sur son extrémité, qu’elle léchait ensuite. Aussi vierge soit-elle, elle semblait particulièrement douée dans l’art du sexe oral. La queue de sa Maîtresse enflait encore, grossissant furieusement, et se redressant, pointant vers le haut.

Délicatement, Laura finit par s’écarter, retirant le contact délicieux des mains gantées de sa Maîtresse, et se pourlécha les babines. Sur ses lèvres, sur sa langue, elle avait encore le goût de son sexe, et sourit encore, puis se releva alors.

« Vous savez, Maîtresse, ce n’est pas parce que je suis vierge que je suis inexpérimentée. Quand vous m’avez demandé si je voulais coucher avec des hommes, je ne vous ai pas dit... En fait, j’ai fait le choix de conserver ma virginité pour pouvoir m’entraîner... »

Tout en parlant, elle se déplaça, et attrapa une belle chaise avec des accoudoirs, la rapprochant, afin de la mettre en face du fauteuil.

« Je fais de la gymnastique depuis que je suis toute petite. J’ai décroché plusieurs coupes et des médailles d’or, et je n’ai jamais cessé d’entraîner mon corps. Je suis particulièrement souple. Et, à l’âge de l’adolescence, quand la puberté s’est réveillée, j’ai pris la décision que je ne perdrais pas mon hymen bêtement, car... C’est important. J’ai alors fait l’amour, pour compenser ma frustration... Il y a une période où j’allais chaque soir, après les cours, dans un bar spécial, un bar à sperme, et où on peut aussi sucer des hommes. Je me suis entraînée à les sucer, chaque soir, chaque soir... »

Elle installa la chaise, et s’assit ensuite dessus, tout en souriant, puis posa ses mains sur les accoudoirs, et s’en servit pour se hisser dessus, tout en posant chacune de ses jambes à droite et à gauche d’Elizabeth, en ayant pris le soin de retirer ses chaussures. Elle était ainsi suspendue, mains sur les accoudoirs, les fesses flottant en l’air, genoux repliés, et déplaça lentement ses jambes. Laura avait dit la vérité. Dans ces bars, elle suçait des hommes. Ils étaient attachés, chacund ans un boxe, et faisaient office de prostitués. Elle, elle les gardait attachés, un bandeau autour des yeux. Au début, elle se masturbait toujours en les suçant, pompant leur queue avec l’énergie d’une affamée... Mais, petit à petit...

Tout en racontant cela, elle approcha son pied droit du sexe de la femme, et glissa ses orteils sous sa trompe, remontant dessus. Le temps qu’elle s’installe, la queue de sa Maîtresse avait légèrement dégrossi, formant une courbe que son pied caressa par le bas.

« Au début, je me faisais jouir en seulement quelques secondes. Ça n’avait vraiment rien à voir avec de simples godes remplis de sperme. Puis, avec le temps, je diversifiais mes techniques. J’arrêtais de les sucer pour les faire jouir avec mes mains, et, finalement, je m’évertuais à les faire tenir aussi longtemps que possible. C’était mon petit défi quotidien. Pour ça, je me retenais de jouir, car, plus je me retenais, et plus je me motivais. Et vous, Maîtresse, votre queue... Je l’ai léchée et embrassée dans tous les recoins. Il n’y a pas un seul millimètre de votre queue, ou de vos testicules, qui n’aient pas senti ma langue et mes lèvres se poser dessus. Et votre queue... Est vraiment magnifique. »

Tandis que son pied droit caressait le sexe, le gauche s’approcha par-dessus, et elle entreprit alors de coincer sa verge entre ses deux pieds, à hauteur de la plante, et fila d’avant en arrière, s’aidant de ses bras, soulevant la solide chaise en même temps. Elle glissait ainsi sur la queue de la femme, et releva ses pieds, le gros orteil venant serrer son sexe. Elle serra ainsi, coinçant la verge, et fila de haut en bas, la masturbant.

Ça, c’était son arme fatale pour les érections !

« Et il y a une chose que j’ai toujours adoré, plus que tous les autres : faire jouir mes partenaires avec mes pieds... »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Décembre 06, 2016, 03:14:33 »

Il n'y avait rien de vierge dans la façon dont Laura était en train de s'occuper du sexe d'Elizabeth, cette dernière s'en était doutée dès le départ, mais il n'y avait rien de mieux que la pratique pour la confirmation de ce genre d'hypothèses. Laura avait du déjà sucer un nombre incalculable de queues avant celle-ci pour être aussi douée, et c'était loin de déranger la femme d'affaires qui prenait bien plus son pied qu'elle ne l'aurait cru. Elle s'était attendue à faire face à une petite ingénue à qui elle aurait à tout apprendre, mais le fait était que Laura possédait dores et déjà de solides bases, et faisait preuve en soit d'une telle expertise qu'Elizabeth était agréablement surprise...et cela n'allait être que le début.

*Des dizaines ? Des centaines ? Combien de personnes as-tu sucé au cours de ta vie pour être aussi douée, ma délicieuse blondinette ?*

La suite logique à tout ça aurait été une fellation en bonne et due forme, maintenant que le sexe de Miss Shawn était couvert de la salive et des baisers de Laura, mais cette dernière avait pris à coeur le désir d'originalité de sa patronne, et sortit encore une fois des sentiers battus pour lui offrir ce frisson de l'inattendu. Laura se redressa alors pour aller chercher une solide chaise à accoudoirs, pour la poser juste en face de sa patronne qui s'était de nouveau adossée pleinement dans son fauteuil. Laura lui parlait de ses années de gymnastique, de la souplesse qu'elle en avait tiré, et qu'Elizabeth songeait déjà à mettre à profit, et aussi de l'origine de ses talents en matière de sexe oral.

Tous les jours hum ? Cela ne figurait pas sur ton CV, mais je te crois sans problèmes au vu de tes performances jusque là. Tu as du boire des litres et des litres de sperme durant cette période...

A l'imaginer sucer la grosse queue d'un mâle, jusqu'à le faire jouir dans sa bouche et avaler son sperme à la dernière goutte, Elizabeth s'en mordit la lèvre inférieure tandis que Laura prenait une position assez étrange sur la chaise. Elle s'était assise, puis se souleva dans les airs à l'aide de ses mains posées sur les solides accoudoirs. D'abord dubitative, Miss Shawn comprit très vite où la petite blonde voulait en venir, quand cette dernière retira ses chaussures à talons.

Oh...

Elle comprenait maintenant tout l'intérêt qu'elle avait eu à lui dire ses réussites en gymnastique, car Laura dans cette position amena alors délicatement l'un de ses pieds vers sa verge, qui si elle s'était légèrement détendue entretemps, se redressa immédiatement dès que le délicat pied de Laura se mit à la caresser.
C'était...excellent, sublime, et Elizabeth était pour le coup vraiment comblée. La femme d'affaires avait un fétichisme très prononcé à l'égard des pieds, et Laura venait d'autant plus de marquer un point qu'aucune autre des candidates au poste n'avait fait preuve de cette inventivité. Mêlant ses paroles très excitantes à la gymnastique, Laura parlait de sa voix douce et sensuelle tout en coinçant finalement le sexe de sa future patronne entre ses deux pieds pour la masturber.

Haaaaaaaa...oui ma belle...continue...

La respiration devenue lourde, Elizabeth n'en était plus tellement au stade de se retenir pour garder une certaine contenance, oh que non...elle n'avait à dire vrai pas besoin de plus pour prendre sa décision désormais. Elle se faisait masturber sa grosse queue tendue par les pieds délicats de cette jeune femme, qui mêlait astucieusement ce plaisir rare à de petits commentaires qui ne faisaient qu'exciter d'avantage la quadragénaire, qui se tendait délicieusement sur son fauteuil. Elle crevait d'envie de caresser les jambes fines de la jeune femme, mais prendre le risque de perturber ces caresses sur son sexe qui se rapprochait de plus en plus du point de rupture lui était intolérable, alors elle plantait fermement ses mains dans le canapé.

C'est...c'est décidé tu es...Haaaaaa....en...engagée à mon service...

Utilisant ce qui lui restait à ce moment de lucidité, Elizabeth tapota quelques coups sur l'accoudoir de son fauteuil, ce qui fit apparaître l'hologramme d'un contrait de travail avec dessus la photo de Laura. D'un geste de son index, elle apposa alors sa signature dessus, et l'hologramme prit une couleur verte brièvement avant de disparaître.

Là...tu es...officiellement ma secrétaire Laura...bienvenue...Haaaaaa...à mon service. Continue ma belle...fais moi juter sur tes collants, c...continue...

Elizabeth aurait pu, pour la forme, continuer de maintenir le suspens et faire un peu mariner la belle blonde...mais elle venait littéralement d'avoir un coup de coeur, en témoignait la façon dont elle ondulait son bassin au rythme des pieds de Laura qui se frottaient à son sexe. Il fallu à partir de là moins d'une minute pour que la femme d'affaires ne se tende sur le fauteuil, et se mette à jouir intensément. Des gros filets de sperme jaillirent de sa verge pour filer droit sur les pieds, les jambes, et le torse de Laura, qui se trouva couverte de sperme à ces endroits. Un sperme chaud, épais, qu'elle avait juté en de belles quantités.

Huuuuuuum...

Ayant durant son orgasme levé la tête vers le plafond en fermant les yeux, Elizabeth la rabaissa pour contempler le spectacle, ce qui la fit délicatement sourire.

Crois moi ou non...mais tu es la première des trente candidates qui t'ont précédées à avoir eu l'intelligence de comprendre que je suis également une fétichiste des pieds. Tu as définitivement quelque chose de plus que les autres, ma délicieuse petite blonde...

Désormais bien plus capable de réfléchir à présent qu'elle venait de jouir, voir tout ce sperme sur le corps de Laura lui donna une idée, et elle dressa alors l'une de ses jambes pour faire venir l'un de ses pieds contre le corps de Laura, à qui sa patronne avait alors donné l'instruction de s'asseoir. Posant son pied sur l'une des cuisses de la petite blonde, la femme d'affaires remonta délicatement  son pied le long de sa cuisse, la plante de son pied caressant cette peau délicate...et surtout, elle récupéra beaucoup de sperme sur ses doigts de pied.
De fait, une fois qu'elle en eu récupéré une quantité qu'elle considéra satisfaisante, Elizabeth redressa alors son pied pour l'amener à la hauteur du visage de sa nouvelle secrétaire.

Sois une bonne petite...et lèche mon pied...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #10 le: Décembre 06, 2016, 07:31:01 »

C’était le coup de grâce pour Elizabeth. Sa Maîtresse avait résisté à ses doigts, à sa langue filant le long de sa queue, mais s’écroula pour de bon quand Laura usa de ses pieds. Elle s’appliquait consciencieusement, masturbant cette queue entre les talons de ses pieds, quand sa Maîtresse lui avoua alors qu’elle était embauchée. Le cœur de Laura se mit à sautiller dans sa poitrine, et elle sourit encore, se pinçant les lèvres.

« Oh, Maîtresse... »

Elizabeth utilisa la projection holographique du salon pour faire apparaître le contrat, et signa alors. Tout fonctionnait numériquement, et Laura se pinça les lèvres, puis entreprit, en retour, de la masturber encore plus fort. Embauchée, elle était embauchée ! Mais, aussi excitante que soit cette révélation, Laura, pour l’heure, avait l’esprit obnubilé par une seule chose : faire jouir sa Maîtresse. Ça, plus encore que son emploi, c’était sa priorité ultime du moment. Ses pieds remuaient donc vigoureusement sur sa queue, et elle se délectait des soupirs et des gémissements de sa Maîtresse. Elle, si calme, si sûre, était en train de succomber au désir, et voir ce spectacle ne manquait pas d’exciter furieusement Laura, qui se pinça les lèvres, rougissant encore, et accéléra le rythme.

Ses pieds filaient plus rapidement sur la trompe de sa Maîtresse, encore et encore. Elle aventurait ensuite ses orteils, « grattant » ainsi cette queue, la caressant de haut en bas, utilisant ses deux pieds de manière très symétrique pour prendre au mieux cette magnifique verge. Elle ne savait pas que sa Maîtresse était fétichiste, et avait testé ça pour lui montrer toute son ingéniosité, et... Visiblement, elle avait fait mouche !  Laura, soit dit en passant, se mit à rougir encore quand elle apprit qu’il y avait eu, non pas cinq ou six candidates, mais au moins une trentaine !

*Woow... Elle n’a pas dû chômer...*

Ça voulait dire que ce bureau avait au moins recueilli, en quelques jours, plus de trente personnes, trente femmes belles et dévouées. Mais c’était elle, Laura, qui avait décroché le poste tant recherché ! À cette idée, son cœur s’emballa une nouvelle fois, et elle continua à la masturber. Maintenant qu’elle était embauchée, il fallait célébrer ça, « arroser » cet évènement... Et, pour ça, Laura continua à la masturber, frénétiquement, nerveusement, orientant également la grosse queue juteuse vers elle...

Puis les muscles de sa Maîtresse se contractèrent, et, d’un seul coup, la puissante expurgea d’épaisses quantités de foutre. Laura vit Miss Swann se crisper sur le fauteuil, avant de répandre la sauce. Sa semence fusa hors de sa queue, et éclaboussa les jambes de Laura, son ventre, et ses pieds, la recouvrant de tâches de sperme. Fidèle à la tradition tekhane, Elizabeth avait joui de manière très généreuse et longue, crachant son foutre pendant une bonne minute, soit environ soixante secondes à voir sa grosse queue se tressauter pour balancer sa sève.

« Oooohh... »

Toute stupéfaite, Laura papillonna des yeux, frissonnant sur place. Son tailleur était bon pour la machine à laver, mais elle était très excitée avant toute autre chose. Laura avait les joues rouges, et ne put donc que rougir quand sa Maîtresse la complimenta. Elle baissa les yeux, tout en ramenant ses pieds sur le sol, laissant le foutre dégouliner le long de son corps. Le foutre avait jailli jusqu’à ses seins, et même un peu au-dessus, constituant d’agréables tâches chaudes.

« Je... J’ai suivi mon inspiration, Maî-Maîtresse... »

Et elle avait visiblement très bien fait, car Elizabeth était ravie... Et entreprit de lui rendre la pareille. À la surprise de Laura, elle sentit alors les pieds de Miss Swann se rapprocher. La plante de son pied remonta le long de sa cuisse, recouvrant el collant de sperme, avant de remonter sur son corps.

« Haaaa... Hnnnn... »

Laura se mordilla encore les lèvres, en se dandinant sur place, surtout quand elle sentit, pendant que le pied de sa Maîtresse montait, l’autre se glisser entre ses cuisses. Ses doigts se crispèrent sur l’accoudoir, et elle soupira une nouvelle fois, avant de sentir les orteils caresser sa culotte, venant la masturber. Laura gémit donc, mouillant encore, et vit le premier pied de sa Maîtresse remonter près de ses lèvres.

« Oooohhh... Oui, Maîtresse... »

Elle en soupira, et attrapa ce pied, respectueusement, puis vint le lécher, embrassant ses orteils, tirant sur les collants, et remonta ensuite, le long de la plante, en sentant rapidement le sperme. Il avait imbibé le pied de sa Maîtresse, au niveau des orteils, mais également sur tout le reste. Laura s’appliquait, embrassant également ce pied, et le mordillant, tirant sur les collants, tout en mouillant encore, de plus en plus. Si sa Maîtresse avait joui en sentant ses pieds, elle aussi, elle allait jouir.

Mais, pour l’instant, elle se contentait juste de lécher ce magnifique pied, sans relâche, et de le mordiller, aussi. Laura lui montrait ainsi combien elle aussi aimait le fétichisme, le fait de lécher et de sucer les pieds de sa Maîtresse. Même après avoir nettoyé ce pied de tout le sperme, elle continuait à le lécher, suçotant les orteils, les glissant dans sa bouche, et léchait sa plante, de haut en bas, avant de laisser sa Maîtresse reprendre le contrôle de son pied, tout en se dandinant sur place, pour faciliter la pression du pied d’Elizabeth sur son sexe, qui était en train de mouiller de plus en plus...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Décembre 07, 2016, 12:59:09 »

Elles allaient baiser toutes les deux cette nuit, c'était désormais une évidence. En signant ce contrat, en officialisant l'embauche de Laura, Elizabeth Shawn venait de s'assurer qu'elle allait lui prendre sa virginité tant défendue. Avoir l'occasion de déflorer une vierge était un peu une sorte de Saint Graal, du moins étais-ce ainsi qu'elle considérait la chose, et dans le cas de Laura...et bien sa première vraie nuit de baise promettait d'être intense. Si elle n'était pas née hermaphrodite, Miss Shawn avait en revanche eu recours à des opérations qui l'avaient dotée d'un membre de belle taille, et très endurant, car ses revenus lui avaient permis de ne pas "juste" se doter d'une verge, mais également de tout un tas d'augmentations qui la rendaient presque infatigable. Excitée comme elle l'était en cet instant, Elizabeth savait très bien comment allait se dérouler cette nuit: elle allait retourner cette petite dans tous les sens, et dans toutes les pièces de son Penthouse, jusqu'à ce que le Soleil se lève...et peut-être même après.
Mais l'heure n'était pas encore à la baise sauvage et forcenée, car si Elizabeth avait bel et bien envie de baiser, elle avait surtout envie de s'approprier sa petite poupée blonde. Elle venait de la marquer à sa façon, en lui éjaculant dessus, en la couvrant de sperme. La femme d'affaires avait presque recouvert le corps de Laura de sperme des pieds à la tête, durant cette longue minute où elle avait eu un orgasme constant et absolument divin. Cela l'avait calmée, du moins pour l'instant, ce qui lui permettait de faire goûter à Laura sa propre médecine...les pieds, mais cette fois en inversant les rôles.

Et, tandis que Laura était en train de lécher l'un des pieds de sa patronne, que cette dernière avait volontairement fait glisser au préalable sur son corps pour le couvrir de sperme, Elizabeth avait glissé l'autre entre les cuisses de sa belle secrétaire, contre sa culotte, dont elle sentit immédiatement qu'elle était imbibée de cyprine.

Tu mouilles comme une catin Laura...c'est bien...

La vois légèrement rauque, Elizabeth faisait de vrais efforts pour ne pas simplement lui sauter dessus, car elle voulait que la première fois de cette petite soit mémorable. Hors elle le savait, se connaissant très bien, elle serait incapable d'y aller doucement une fois qu'elle aurait sa queue enfoncée dans la chatte étroite et humide de sa jeune secrétaire vierge, il fallait donc la préparer un minimum, et qu'elle mouille un maximum. Elle frotta donc son pied, du bout de ses orteils agencés dans un collant à filet, contre la culotte de Laura...et ce avec un "doigté" qui confirmait qu'elle était une fétichiste des pieds confirmée, et qui savait très bien utiliser les siens. Le temps que Laura s'occupe de l'autre, Elizabeth était littéralement en train de la masturber, elle trouvait sans peine le chemin de son clitoris qu'elle titillait à l'aide de son gros orteil notamment.

Tu es à moi désormais Laura. Ma secrétaire...rien...qu'à...moi...et je suppose que tu sais très bien ce que ça signifie ma puce.

C'est à ce moment que Laura relâcha le pied de sa nouvelle patronne...sa maîtresse, qui l'abaissa alors au niveau de la poitrine de la belle petite blonde. Son tailleur et sa chemise blanche étaient couverts, à de nombreux endroits, de grosses tâches de sperme qui étaient en train d'imbiber le tissu en profondeur, et Elizabeth usa alors de son pied pour étaler encore plus ces tâches, et parallèlement à ça masser les seins de sa belle assistante. Le but recherché était que son sperme imbibe vraiment bien le tissu, au point que sa porteuse finisse par sentir le sperme contre sa peau par effet de transfert.

Toi et moi, nous allons baiser ce soir. Maintenant que tu n'a plus d'autres obligations que celles de me satisfaire, et que je n'ai rien de prévu avant demain matin, nous allons même passer la nuit à baiser. Et j'insiste sur ce terme ma chérie. Je ne vais pas "te faire l'amour"...non...je vais te baiser, te fourrer, te prendre comme la salope que tu es..."ma" salope.

A ce stade, Elizabeth avait tellement étalé son sperme sur la chemise de Laura, que l'on pouvait voir par transparence le soutien-gorge qu'elle portait en dessous. Satisfaite de son oeuvre, elle envoya alors son pied rejoindre l'autre sous la petite jupe de Laura, et tout en se servant d'un pour agripper les rebords de la culotte à l'aide de ses orteils pour légèrement l'écarter, elle massait directement le clitoris de la jeune secrétaire avec l'autre, barbouillant au passage ses lèvres intimes du foutre encore chaud d'Elizabeth, qui se mélangea à sa cyprine.
Quand au sexe de la femme d'affaires, il se dressait toujours autant...et dur comme jamais.

Tu vois ma queue ? Celle que tu as caressé, embrassé...délicieusement massé avec tes pieds...regarde là bien ma chérie. Je vais l'utiliser sur chaque centimètre carré de ton corps qui es désormais à moi. Je vais l'utiliser pour baiser ta chatte et te faire jouir comme une folle. Je vais l'utiliser pour t'éclater le cul, te sodomiser au point que tu ne pourra plus t'asseoir sans ressentir une douleur, qui te rappellera à chaque fois ce que nous avons fait. Je vais l'utiliser pour fourrer ta petite bouche de fausse innocente allumeuse, l'enfoncer jusqu'à la garde, dans ta gorge, et t'abreuver de mon foutre encore, et encore, et encore...

Tout en lui disant ces obscénités, qui avaient pour but de l'exciter et de stimuler son imagination, Elizabeth continuait de la masturber, et ce de plus en plus intensément, suivant une échelle graduelle correspondant à la gradation qu'elle utilisait dans ses paroles.

Et cette soirée ne sera que le début. J'aurais des tas de personnes à te présenter, qui se feront une joie de te baiser également. Quand nous irons dans mon manoir privé d'ici quelques jours ma jolie, tu découvrira le vrai sens du terme "débauche". Je te ferais coucher avec mes esclaves mâles, taillés comme des dieux grecs et montés comme des étalons...que tu baisera également...ainsi que des chiens, et sans doute d'autres...surprises.
La conservation de ta virginité était admirable...mais maintenant, je vais faire de toi une vraie femme. Et nous commenceront dès que tu aura joui ma puce. Tu retirera alors ton tailleur, ta chemise, ainsi que ta culotte qui est dans un état bien déplorable. Puis tu te mettra à quatre pattes, au sol, en position de chienne attendant de se faire saillir. Tu as bien compris, petite traînée ?
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #12 le: Décembre 07, 2016, 02:38:09 »

*Ohlàlà... Ohlàlà !!*

Tout ça, ça... Ça faisait TROP ! Trop pour elle, trop d’émotions d’un coup ! Elle tremblait sur place, et ne savait plus ce qu’elle devait ressentir. De la joie ? Elle était bien au-delà de la simple joie, en ce moment. Ce qui dominait en elle, c’était un sentiment diffus de plaisir, exquis et incroyable, et... En réalité, il n’y avait pas de mots pour dire ça. Avec ses pieds, sa Maîtresse était en train de satisfaire son corps en l’approchant de l’orgasme. C’était bien la première fois que Laura allait jouir comme ça, du simple contact avec les pieds. Miss Swann lui ravalait sa fierté, car elle était encore plus douée qu’elle. Avec les pieds, le plus difficile, c’était d’être précise, de viser bien. Les orteils étaient moins faciles à manœuvrer que les doigts de la main, et, pourtant, Miss Swann arrivait à la perfection à les manipuler. Elle caressa ses seins, étalant le sperme sur son tailleur, puis descendit encore, et masturba son sexe avec ses deux pieds.

Grâce à l’un d’eux, elle avait patiemment écarté la culotte de Laura, l’enroulant contre son gros orteil, et, avec l’autre, l’enfonça dans sa chatte, allant rapidement à l’essentiel, en apposant le gros orteil sur son clitoris, et en le titillant, faisant se trémousser Laura sur place. La « petite catin » mouillait effectivement furieusement, en s’approchant graduellement de l’orgasme. Elle avait maintenant terriblement chaud, et se forçait à regarder sa Maîtresse, tant le plaisir que cette dernière lui prodiguait l’incitait à relever la tête.

« Hmmmm... Haaaaa... »

Et cette verge... Oh mon Dieu, cette verge ! Voir cette queue, dressée ainsi, ce mât furieux, pointant vers le ciel, c’était un spectacle magnifique, merveilleux, délectable ! Elizabeth était à nouveau surexcitée, mais très maîtresse d’elle-même, contrôlant sans peine son rythme cardiaque, contrairement à Laura. Comme quoi, la belle blonde ne lui avait pas menti, car, si elle était effectivement talentueuse en matière de sexe oral, concernant sa petite chatte, c’était bien différent. On le voyait à travers ses tremblements nerveux, à travers les frissons qui traversaient sa peau... Tout n’était plus qu’excitation, et elle gémissait en conséquence, des soupirs profonds et langoureux, tandis que, inlassablement, Miss Swann continuait à la masturber.

Alors, comme pour l’achever, elle lui parla du programme, et chacun de ses mots faisait déglutir davantage Laura, qui sentait maintenant des gouttes de sueur rouler le long de ses tympans. Diable, diable, diable ! Comment était-elle censée rester calme, au juste ?! Elle était petit à petit en train de succomber totalement aux avances de sa diablesse de Maîtresse, qui lui expliqua consciencieusement qu’elles n’allaient pas faire l’amour toute la nuit... Non, oh non ! Elles allaient baisercomme des chiennes en fureur. Maintenant que Laura était sa chose, Elizabeth comptait en profiter.

*Je suis sa secrétaire, son amante, son esclave, sa petite pute...*

Pour Laura, c’était comme si un rêve venait de se concrétiser. Elle avait le sentiment d’être arrivée au bout de son parcours, au plus haut de son échelle sociale. Pourquoi vouloir plus ? Elle ne s’imaginait pas meilleure destinée que celle-ci, que servir sa puissante Maîtresse, qui la caressait, en lui expliquant calmement, de sa sensuelle voix de velours, ce qui allait suivre. Laura déglutit donc, et ne put s’empêcher de fermer les yeux, en visualisant toutes les merveilleuses choses décrites par sa Maîtresse.

*Moi... Moi dans son manoir... Ohlàlà, ohlàlà !*

Elle allait figurer dans le Saint des Saints. C’était... C’était incroyable ! Laura gémit encore, et, tout en fermant les yeux, l’émotion amena quelques larmes à glisser de ses yeux, puis son corps se tendit encore un peu, et... Finalement, se relâcha alors. Elle mouillait, et atteignit son orgasme.

« HMMMMMMMMMMMMMMM... !!! »

Le pied de sa Maîtresse se recouvrit de sa délicieuse mouille, et Laura gémit, en sentant le plaisir atteindre le point culminant.  Elle se vida contre le pied de sa magnifique beauté, et soupira profondément, avant de déglutir lentement. Un orgasme... Elle venait de jouir, et reprit son souffle, observant la taille démesurée de la verge de sa Maîtresse, ce qui ne manqua pas d’amener un nouveau sourire sur ses tendres lèvres.

« Oh, Maîtresse, je... J’ai rêvé de ce moment depuis tant d’années... Ce moment où j’offrirai mon corps, mon âme, tout ce que je suis, à une femme comme vous, belle, puissante, forte... »

Tout en avouant cela, Laura s’était relevée, et défit rapidement son tailleur, sa minijupe, tira sur sa chemise, puis ôta la culotte, ne laissant plus que son soutien-gorge, puisque sa Maîtresse ne l’avait pas indiqué dans la liste. Ce faisant, Laura se pinça les lèvres, debout devant sa Maîtresse, jambes écartées, poings serrés, et la laissa quand même observer, pendant quelques secondes, sa fine silhouette, son corps tendre et magnifique.

Ceci fait, Laura fléchit ensuite les genoux, et alla se mettre à quatre pattes, en creusant son dos, bombant ainsi ses belles fesses. Elle tourna la tête pour regarder sa Maîtresse, tout en se mordillant les lèvres.

« Maîtresse... Votre petite chienne n’a plus envie que d’une chose... Haaaa... S-Sentir votre... Votre grosse queue venir la... La labourer de part en part ! Votre petite chienne... Est prête, Maîtresse ! »

Et même impatiente !
« Dernière édition: Juillet 30, 2017, 08:11:26 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Décembre 07, 2016, 02:43:48 »

Si d'un point de vue extérieur Elizabeth Shawn semblait bien plus calme que Laura en cet instant, ce n'était en réalité qu'une façade très convaincante, dûe à sa grande expérience dans le domaine du sexe. La femme d'affaires était, au delà de son calme apparent, extrèmement impatiente de passer le stade des préliminaires pour enfin baiser cette petite pute qui ne cessait de l'aguicher, lui prendre cette virginité qu'elle avait conservé pendant bien trop longtemps...qu'une telle beauté n'aie jamais eu l'occasion de se faire rammoner en profondeur par une grosse verge était un vrai scandale qu'il fallait rectifier au plus vite !

Et ce serait chose faite dès ce soir, et dès les prochaines minutes à venir. A force de se tortiller, Laura avait fini par jouir, jouir intensément contre le pied de sa maîtresse, qui le sentit se faire éclabousser de cyprine chaude. Elizabeth ne manqua pas une seule seconde du spectacle que sa secrétaire lui offrit, l'expression délicieuse de son visage quand elle contracta son orgasme, ses longs soupirs, et tout ça "juste" à l'aide de ses pieds. La femme d'affaires les retira de sous la jupe de Laura pendant que cette dernière se relevait, et entreprit de se déshabiller sous ses yeux, suivant à la lettre ses instructions. Elle était désormais presque nue. Son soutien-gorge ne durerait pas longtemps, mais elle avait volontairement oublié de le préciser dans la liste des vêtements à enlever pour frustrer encore un peu la blondinette, dont les seins devaient être très durs et comprimés à l'intérieur. Son porte-jarretelles et ses collants eux en revanche allaient encore rester un moment, car c'était un élément de lingerie qu'elle trouvait diablement sexy, pour en être elle même une fervente utilisatrice.

Silencieuse pour le moment, Elizabeth contempla un moment le corps dénudé de sa secrétaire, jusqu'à ce qu'elle ne se mette à quatre pattes, en courbant bien son dos, et en bombant son délicieux cul. Miss Shawn pour sa part ne tarda pas à la rejoindre, affamée de sexe qu'elle était, et pressée de prendre la virginité de cette fleur délicate, en la baisant sèchement. Elle se posa à genoux derrière elle...puis posa fermement ses deux mains sur le cul rebondi que Laura lui offrait.

Tu as un cul magnifique a chérie, je sens que je vais adorer te baiser par là...mais chaque chose en son temps. Pour le moment, c'est ta petite chatte qui va m'accueullir.

Pour que Laura prenne plaisir à la sodomie, et qu'elle devienne véritablement accroc à la présence dela bite de sa maîtresse dans son cul, cette dernière voulait prendre le temps de la préparer un minimum. Elle n'était toutefois pas présentement en état de le faire, son sexe lui faisait mal, et réclamait bien d'avantage que les préliminaires auxquels il avait eu droit. Elizabeth rapprocha alors son bassin, et le bout de son sexe frotta contre les lèvres intimes de la belle, s'imbibant de sa cyprine.
Elizabeth la titilla ainsi pendant quelques secondes, le temps pour elle d'ajuster son angle de pénétration...puis dans un soupir, elle s'enfonça d'un coup dans la chatte de Laura.

Huuuuuum...Oh PUTAIN !!!!

La sensation avait beau avoir été rapide, Elizabeth avait bel et bien senti son sexe perforer d'un coup l'hymen de la jeune femme, et se trouvait maintenant pris dans sa chatte qui était très étroite. Elle réagit instinctivement au pic de plaisir qu'elle ressentit en crispant ses mains sur le cul de Laura, le pétrissant vigoureusement tandis qu'elle entreprit de remuer son bassin pour commencer des mouvements de va et viens. Elle retirait assez délicatement son sexe, avant de s'enfoncer à nouveau vivement et profondément.

Petite pute...oh ma salope, c'est bon de te fourrer !
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6438

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #14 le: Décembre 07, 2016, 05:34:27 »

Laura se faisait la réflexion qu’Elizabeth lui avait ordonné de maintenir son soutien-gorge par coquetterie. Après tout, elle avait aussi conservé ses jarretelles et son porte-jarretelles. Sa Maîtresse était le genre de femmes qui appréciaient tout l’attrait cosmétique de beaux vêtements. Quand on employait une lingerie si belle, le corps était encore plus beau avec que sans. Laura, en tout cas, pouvait sentir tout son corps sur le point de la rupture. Elle avait beau avoir joui, elle ressentait toujours en elle cette incroyable soif, cet appel qui s’enfonçait dans sa gorge, et qui l’asséchait sur place. Posée à quatre pattes, elle  déglutissait lentement, impatiente, assoiffée. Laura rougissait, les seins tendus, serrés douloureusement dans son soutien-gorge, et entendit les talons de sa Maîtresse claquer dans son dos, puis ses mains poser sur ses fesses.

« Haaaann... »

Délicatement, la jeune femme se pinça les lèvres, en continuant à respirer lourdement, et se dandina légèrement de gauche à droite. Sa Maîtresse semblait hésiter entre son cul et sa petite chatte, et, tandis qu’elle réfléchissait, Laura, elle, pouvait sentir, contre son bassin, outre les magnifiques mains gantées de sa Maîtresse, le contact de la verge de sa Maîtresse, titillant sa peau, appuyant dessus, la faisant doucement gémir. Elle déglutit encore, se pinçant les lèvres, et cligna des yeux à plusieurs reprises. Maîtresse refusa de la prendre par le cul pour le moment, préférant lui ôter sa virginité.

*Ça y est... Ça y est, Laura, tu y es ! Tu vas perdre ta virginité maintenant... Plus rien n’y fait obstacle !*

Laura en tremblait sur place, et gémit silencieusement en sentant la verge de sa Maîtresse taper contre sa chatte, glissant sur sa raie humide et luisante. La jeune secrétaire avait beaucoup mouillé, avait même eu un orgasme, et sa cyprine s’échappait encore. Sa Maîtresse était là, contre elle, Laura pouvait sentir ses mains, sa force, sa présence, sa prestance... Elle aurait pu avoir peur à l’idée de sa première véritable fois, mais... Seuls le plaisir, l’attente, le désir, et toutes ces sensations magnifiques, s’imposaient en elle. Aucune crainte, mais une allégresse profonde et diffuse. Elle soupira donc, en sachant que sa Maîtresse devait tout filmer en ce moment. Elle immortaliserait ainsi la première fois de Laura, qui, de son côté, était au comble du bonheur.

Elizabeth s’amusa pendant quelques éternelles secondes, puis banda les muscles. Ses mains se crispèrent, Laura ferma les yeux, sentit la queue de sa Maîtresse filer vers l’arrière... Puis s’enfonça d’un seul coup en elle.

« Haaaaa... !! »

Le choc la fit ouvrir grand les yeux et la bouche, et elle ne pensa même pas à hurler, tant le souffle la coupa... Le sexe de sa Maîtresse venait de percer son hymen, le brisant, et sa queue était en elle... Puis, soudain, les mains de sa Maîtresse se crispèrent sur ses fesses, et son mandrin fila vers l’arrière, la relâchant... Et les sensations revinrent alors.

« Hmmmmm... HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! »

Le sexe de sa Maîtresse commença à remuer, chose difficile, car le con de Laura était très étroit. C’était là l’ultime preuve qu’elle n’avait pas menti, et que sa verge était bien la première à rentrer en elle. En effet, il était de plus en plus fréquent que les Tekhanes se livrent à des opérations chirurgicales visant à reconstituer leur hymen auprès des cliniques privées. Néanmoins, toutes les opérations du monde ne pouvaient dissimuler une expérience sexuelle, car, quand on était vierge, les parois se dilataient très difficilement. Le sexe de sa Maîtresse devait donc régulièrement faire des à-coups, repartant en arrière, puis s’enfonçant encore en avant, faisant se crisper les mains de la jeune femme sur le sol.

De profonds soupirs s’échappaient des lèvres de la jeune femme, qui remuait son bassin de droite à gauche, un peu, accompagnant les mouvements de sa Maîtresse, tout en continuant à gémir et à hurler. Oh, comme c’était intense ! Ah, quelle force, quelle énergie ! Laura soupirait lourdement, incapable de se retenir, en sentant le plaisir se diffuser violemment en elle, dans tout son corps.

« HMMMMMMMMMM... Maî-Maîtresse, haaaaaaaaaaaaa... !! »

C’était tout ce qu’elle était capable de faire, de scander son nom, de hurler de plaisir. Le second orgasme la traversa au bout de seulement quelques coups de reins, ses mains se crispant sur le sol, et elle gémit profondément, en laissant sa mouille couler abondamment sur le sol...

...Mais, bien sûr, ce second orgasme n’augurait en rien de la fin de son plaisir. Au contraire, jouir ne faisait que la rendre encore plus assoiffée.

« O-Ouuuuiii... Haaaaaaannn... Bai-Baisez-moi fort, Maîtresse, haaaaa... B-Baisez votre petite PUUTEUUUH !! »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox