banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Amour divin au pays des sables [PV PAK]  (Lu 1462 fois)
- Bastet -
Dieu
-

Messages: 140


Déesse Egyptienne


Voir le profil WWW
Fiche
Description
Bastet est la déesse égyptienne des femmes, des enfants, des accouchements, du sexe, de la musique et des félins. Loin de l'olympe et des autres divinités, elle dirige et protège une petite cité désertique dans les landes dévastées.
« le: Novembre 12, 2015, 03:47:15 »

Le temps était aujourd'hui comme à l’accoutumé: clair et ensoleillé. Les marchants troquaient leurs produits contre des denrées alimentaires ou du matériel, les artistes s'affairaient sur la place centrale, les femmes discutaient à l'ombre des arbres et les enfants s'amusaient entre eux. Une journée banale mais agréable en somme. Toutefois, Bastet n'y participait pas vraiment. Allongée sur un transat matelassé, sous un auvent d'une de ses nombreuses terrasses, la déesse était lovée dans un cocon de douceur et de plaisir, se doigtant doucement et soupirant en pensant à une personne en particulier. Une femme qu'elle connaissait depuis quelques années à présent et envers qui elle ressentait une profonde attirance.

Bastet avait rencontrée Djamila à l'époque où elle même n'était qu'une enfant. Fille d'Anubis et d'une mortelle, cella faisait d'elle une authentique demi-déesse, dont seules ses oreilles de chacal prouvaient son affiliation divine. Elle était certes dépourvue de pouvoirs divins, mais avait pour elle l'immortalité malgré tout. Bastet avait fait sa connaissance quelques années plus tôt donc et, malgré son statut de déesse, était rapidement devenue amie avec elle. A ses yeux, Djamila était donc bien plus qu'une fidèle. Les années passants, les deux filles avaient grandis, naturellement pour la fille d'Anubis, et soudainement pour Bastet. Aujourd'hui, elles étaient deux magnifiques femmes et, mis à part leurs oreilles et leur coiffure, n'importe qui aurait pu les prendre pour des sœurs. Avec son tempérament calme et taciturne, limite timide, elle passerait pour sa petite sœur...

Bien que déesse des femmes et du sexe, Bastet avait finir par ressentir un amour plus profond et plus intense envers Djamila. Elle ne la voyait pas comme une simple amante, mais comme son âme sœur. Toutefois, elle ne voulait pas briser leur complicité amicale, au cas où il s'avérait que celle-ci ne ressente envers elle que de l'amitié. De fait, elle ne disait rien et se contentait de s'offrir un plaisir solitaire en pensant à elle, aux caresses et aux embrassades qu'elles pourraient se faire. Elle s'occupait donc à se caresser tendrement l'intimité, à se doigter profondément, une mains jouant avec un de ses seins, murmurant doucement le nom de l'objet de ses pensées érotiques.

- Hmm... Haaaaa... Dja... Djami...la... Haaaaa.... Haaaa....

Toute à ses rêves roses, elle n'avait pas encore sentie une certaine présence, proche d'elle...
Journalisée

Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7919

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #1 le: Novembre 14, 2015, 04:23:20 »

Djamila était la fille d’Anubis, puissant Dieu funéraire de l’Égypte antique, protecteur des embaumeurs, et maître des nécropoles. Un Dieu à la peau noire avec une tête de chien, qui avait conçu Djamila avec une femme, Neymedan. Neymedan était une ancienne prêtresse qui avait travaillé à la Pyramide de Gawa, au sud de l’Empire d’Ashnard, près de Bubastis, et avait rencontré Anubis lors d’une épidémie de peste qui avait dévasté la région. Djamila ignorait vraiment ce qu’Anubis avait pu trouver chez sa mère pour l’enfanter, mais il lui avait laissé son sperme dans son ventre. Par la suite, Neymedan avait quitté Gawa, à cause de l’épidémie, et avait rejoint Bubastis, où elle travaillait désormais comme embaumeuse. Djamila, elle, avait donc grandi à Bubastis, et, depuis qu’elle était toute petite, il y avait un secret, en son cœur, un secret que seule sa mère connaissait, et qui expliquait pourquoi elle n’était jamais sortie avec personne.

Le premier jour où elle avait vu Bastet, la première fois où ses yeux s’étaient posés sur elle, elle en était tombée profondément amoureuse.

Un simple amour d’enfant, aurait-on pu penser, mais, avec les années, cet amour n’avait fait que s’épanouir, s’affirmer, se concrétiser, jusqu’au statut où elle n’avait rien pu faire d’autre que d’avouer définitivement son amour. Un amour qui avait guidé sa vie, car elle avait choisi de devenir Prêtresse de Bastet en raison de cet amour pour sa Déesse. Les deux femmes avaient rapidement sympathisé, et Djamila adorait tout de Bastet. Très populaire à Bubastis, la frivole Déesse aimait bien faire des siestes, et, très souvent, Djamila avait la chance de dormir avec elle. Elle adorait ces moments, tout comme les multiples câlins qu’elle faisait à Bastet, ou qu’elle recevait, la Déesse protectrice des chats s’avérant être très gourmande en terme de câlins.

*Ne te laisse pas rêvasser, Djamila, la Déesse compte sur toi !* se sermonna-t-elle.

En ce bel après-midi, Djamila était en train de nettoyer la chambre de Bastet, une grande pièce comprenant énormément de chats, qui miaulaient et dormaient. L’odeur de Bastet était partout dans cette pièce, et Djamila ne comptait plus le nombre de fois où elle s’était masturbée ici. Toujours vierge, elle ne pouvait concevoir offrir sa virginité qu’à Bastet, mais elle n’avait jamais osé lui avouer sa flamme. Bastet, après tout, était une Déesse, qui ne pouvait pas accorder de préférences à ses fidèles. Tout cela, Djamila le savait pertinemment, mais, récemment, quelque chose avait changé... Lors de leur dernière nuit ensemble, pendant que Bastet dormait paisiblement, Djamila n’avait pas pu résister, et avait masturbé sa Déesse... Et, pendant que Bastet remuait faiblement dans les couvertures, elle avait prononcé son nom, à plusieurs reprises. Djamila, Djamila...

Depuis cette nuit, Djamila nageait sur un petit nuage. Serait-il possible que sa Déesse ressente aussi quelque chose pour elle ? Cette simple idée faisait battre le cœur de Djamila à toute allure. L’amour de sa Déesse, une relation aussi impensable que magnifique... Djamila finit par sortir, et recommença à marcher, se rapprochant de la terrasse où sa Déesse faisait sa sieste, afin de la regarder encore dormir, tant Bastet était belle quand elle dormait. Comment douter, en ce moment, de la sincérité et de la profondeur des sentiments de Djamila à l’égard de sa bien-aimée ?

Et, alors que Djamila se rapprochait, ses joues rougirent sur place en entendant les gémissements et les soupirs de Bastet. Djamila déglutit, et se rapprocha... Puis écarquilla les yeux en voyant sa Déesse en train de se masturber... Le tout en gémissant son nom !

*Oh, Seigneur !! Par tous les Dieux !!!*

Aucun doute possible, c’était bien son nom que Bastet murmurait ainsi, le soupirant joyeusement et délicieusement. Pendant plusieurs minutes, Djamila resta muette, sentant son propre sexe se réchauffer, puis fit tomber sa robe... Et se rapprocha d’elle, et posa une main sur le poignet de Bastet.

« Ma Déesse... »

Djamila déglutit, et se coucha à côté d’elle.

« Une Déesse ne doit pas se masturber toute seule, Bastet... Vous m’avez, moi, pour cela... »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
- Bastet -
Dieu
-

Messages: 140


Déesse Egyptienne


Voir le profil WWW
Fiche
Description
Bastet est la déesse égyptienne des femmes, des enfants, des accouchements, du sexe, de la musique et des félins. Loin de l'olympe et des autres divinités, elle dirige et protège une petite cité désertique dans les landes dévastées.
« Répondre #2 le: Décembre 26, 2015, 05:42:22 »

Toute à son activité, Bastet n'avait pas entendue l'arrivée de Djamila. Elle aurait pourtant dû la sentir arrivée, ne serai-ce que par cette odeur qui lui faisait tant d'effet, grâce à ses sens félins. Mais au lieu de cela, elle continua de se caresser doucement l'intimité et un de ses opulents seins, gémissant le nom de celle qu'elle aimait, qui avait été à l'origine sa seule amie après des siècles d'absence. Peut être étai-ce en raison de cet amour sincère, qu'elle avait prit une forme adulte ? Sans doute que, inconsciemment, Bastet ne voulait pas la voir s'éloigner d'elle, malgré leur immortalité respective ? Une main se posa soudainement sur son poignet et la déesse chatte sursauta légèrement en ouvrant les yeux... et eu une réaction surprenante pour une divinité. En constatant que Djamila l'avait prise sur le fait, Bastet se sentait terriblement embarrassée. Avait-elle entendue ses soupirs ? Comment réagirait-elle ? Mais en glissant son regard sur le corps de son aimée, elle se rendit compte que Djamila était elle aussi nue... et était terriblement belle.

- Ma Déesse...

Elle s'allongea alors à ses cotés tout en maintenant sa main contre elle, plus précisément, contre son entrejambe. Bastet déglutit à son tour. Jusqu'à présent, elle n'avait jamais osée lui demander de faire l'amour avec elle. La demi-déesse comptait beaucoup à ses yeux, et elle avait eu peur de donner l'impression à la forcer à quoi que ce soit, si elle lui demandais ce genre de chose.

- Une Déesse ne doit pas se masturber toute seule, Bastet... Vous m’avez, moi, pour cela...

- Oh... Djamila...


Lorsque Bastet réalisa que le cœur de son aimée battait la chamade, qu'elle l'aimait probablement aussi fort qu'elle, une larme de soulagement perla au coin de son œil... et la déesse amena une main près de son visage, le caressant doucement. Puis, après de longues secondes à fixer son regard, elle osa enfin faire ce dont elle rêvait depuis qu'elle ressemblait à une enfant. Bastet se rapprocha des lèvres de Djamila et, doucement, l'embrassa. Un baisé profond et sincère, qui les lia de longues minutes, pendant lesquelles les deux femmes ne firent rien d'autre que s'embrasser. Le baisé devint peu à peu plus passionné, plus langoureux... Oui, Bastet aimait Djamila, et elle allait enfin lui faire l'amour...
Journalisée

Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7919

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #3 le: Décembre 27, 2015, 11:14:13 »

Djamila avait bien évidemment entendu les soupirs et les gémissements de sa Déesse, ce qui, en grande partie, expliquait son trouble. Elle était une grande fille, et elle était dans une région qui n’était pas marquée par la morale religieuse issue de l’Ordre Immaculé. Ce faisant, elle admettait tout à fait que, tout comme les hommes, les Dieux devaient se faire plaisir. Ce qui la troublait, ce n’était donc pas tant le fait de voir sa Déesse se masturber, que d’imaginer qu’elle se masturbait en pensant à elle. Djamila... Qui aurait pu le croire ? Djamila en était furieusement excitée, elle qui, pendant des années, avait tu son amour, en se disant qu’il était inconcevable et déplacé qu’une prêtresse aime sa Déesse. Bastet, en effet, lui était supérieure, et il était normal de l’aimer, et normal que la Déesse ne l’aime pas en retour. Djamila avait beau avoir du sang divin dans les veines, elle se voyait avant tout comme une humaine, une humaine qui, depuis toujours, avait toujours adoré Bastet. La Déesse était extrêmement populaire à Bubastis, îlot paradisiaque qu’elle protégeait à l’aide de son bouclier divin. Elle aimait beaucoup câliner les enfants, les chatons, et elle s’assurait elle-même, très souvent, des accouchements, étant bien éloignée des clichés sur les Dieux, arrogants et hautains, comme les Olympiens. Djamila aimait sa puissance et son humilité, et la seule idée que Bastet puisse l’aimer... La petite larme dans le coin de l’œil de Bastet ne faisait que répondre aux yeux embués de Djamila, qui, pour le coup, après ses quelques mots, fut incapable de parler, en se contentant juste de dévisager le visage de la femme qu’elle aimait.

Elle aimait tout chez elle, et Djamila adorait prendre ses bains avec Bastet, la massant et la lavant quand la Déesse le lui demandait, ressentant un immense honneur à frotter son dos, ses épaules, ou à la faire dormir sur elle lors de sa sieste. Et là, en voyant Djamila devant elle, sous son nez, après s’être masturbée, sa fierté explosa dans sa poitrine. Soupirant son nom, Bastet alla ensuite tendrement l’embrasser, et, fermant les yeux, Djamila frissonnait de plaisir. Aurait-elle été une chatte qu’elle aurait joyeusement ronronné, et ses mains se posèrent sur les hanches de la Déesse.

« Hmmm... »

Un tendre et sensuel baiser vint ainsi les unir. Djamila soupirait de plaisir, appréciant pleinement les tendres lèvres de Bastet. Pendant plusieurs minutes, les deux femmes s’embrassèrent ainsi, sa langue se mélangeant avec la sienne. Djamila, yeux clos, profita de ce baiser aussi longtemps qu’il durait, une main se déplaçant pour se poser sur l’épaule de la jeune femme, l’autre continuant à caresser sa hanche, s’appuyant et se crispant dessus. Le baiser finit par se rompre, et Djamila conservait sur ses lèvres un tendre sourire ravi. Elle se les mordilla même, conservant encore, sur ses lèvres, le goût de la bouche de Bastet.

Han, ce baiser ! Il avait vraiment été magnifique, et Djamila se redressa un peu, allongée contre le corps de son amante, de sa divine amante, l’observant avec un léger sourire sur le coin des lèvres.

« Je vous aime, Bastet... Je vous ai toujours aimé. »

C’était l’évidence même, mais Djamila avait eu besoin de le dire. Elle avait eu besoin de le sortir, et... Maintenant, elle se sentait mieux. Indéniablement mieux.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
- Bastet -
Dieu
-

Messages: 140


Déesse Egyptienne


Voir le profil WWW
Fiche
Description
Bastet est la déesse égyptienne des femmes, des enfants, des accouchements, du sexe, de la musique et des félins. Loin de l'olympe et des autres divinités, elle dirige et protège une petite cité désertique dans les landes dévastées.
« Répondre #4 le: Mars 11, 2017, 01:40:14 »

Bastet n'était pas QUE la déesse des chats, des femmes, des enfants, des accouchements et de la musique. Elle était AUSSI celle de la sexualité et de l'énergie charnelle. En d'autre termes, dans le temps de l'ancienne Egypte, la déesse avait eu de nombreuses relations charnelle avec les autres divinités et, même si elle avait régressée au stade d'enfant après l'arrivée de la croyance en un dieu unique et avait ainsi perdue de nombreux fidèles, avant sa revitalisation sur Terra, elle avait conservée toute son expérience sexuelle. Expérience qu'elle comptait bien mettre de nouveau à profit avec Djamila en honorant son corps et sa beauté. ça et le fait qu'elle était la seule envers qui la divinité n'avait jamais rien ressentit d'aussi fort en plusieurs milliers d'années d'existence. Même si son amante n'était qu'une demi-divinité, ce statut lui conférait malgré tout l’immortalité, la jeunesse éternelle. Leur amour étant réciproque, cela les promettaient à une éternité de bonheur, ensembles.

Les deux femmes s'embrassèrent donc inlassablement, durant de très longues minutes, reprenant à peine leur respiration de brèves secondes, leurs mains glissant le longs de leurs hanches, de leur cuisses et de leur dos. Lorsque enfin leurs lèvres se dé-scellèrent, Djamila se retrouva au dessus de Bastet et lui avoua enfin ce qu'elle avait sur le cœur, depuis de bien longues années.

- Je vous aime, Bastet... Je vous ai toujours aimé.

Bastet en resta malgré tout sans voix durant quelques instants, émue par l'émotion, avant de tendre doucement la main vers le visage de son aimée et de le caresser tendrement.

- Moi aussi... Je t'aime depuis longtemps... J'imagine que c'est mon amour pour toi, qui m'a rendue mon apparence adulte... La peur de te voir t’éloigner de moi... Je... C'est probablement incongru de la part d'une divinité d'éprouver de l'amour envers un être non divin, mais... Je ne peux aller à l'encontre de mes sentiments... Je t'aime Djamila... Je t'aime, comme je n'ai jamais aimée aucun être auparavant... Qu'il soit divin ou non...

Bastet la fixa quelque instant dans le regard, pleine de désirs, avant de se redresser et l'embrasser de nouveau, avec une tendresse infinie, se maintenant à son niveau d'une main contre sa nuque, tandis que l'autre vint se poser sur le sein droit de son amante, commençant à le palper et à le malaxer doucement, voulant faire durer leur relation naissante aussi longtemps que possible.

- Djamila... Mon... Mon amour... Hmmm...
Journalisée

Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7919

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #5 le: Mars 13, 2017, 01:16:39 »

Djamila avait toujours été amoureuse de Bastet. Un amour sincère et honnête, qui, au lieu de s’émousser avec les années, n’avait fait que croître, que grandir, jusqu’à ce moment, ce moment charnier, où Bastet venait de faire fondre son cœur. Djamila avait toujours eu des moments de doute, des moments où elle se disait que leur amour était impossible, car une mortelle et une divinité ne pouvaient pas s’aimer. Certes, Djamila avait le sang d’Anubis dans les veines, ce qui lui permettait notamment de lutter contre le temps, mais, pour autant, elle n’était pas une Déesse. Dans des temps anciens, elle n’aurait été qu’une servante parmi tant d’autres, mais, avec Bastet, les choses étaient différentes. Il y avait toujours eu un lien très fort entre elles, quelque chose de fusionnel, et qui explosait maintenant, qui se confirmait officiellement, de la plus limpide des manières. Plus aucun doute n’était désormais possible.

Bastet lui avoua donc l’aimer, et Djamila sourit, tout en fermant les yeux. Émue, elle laissa malgré tout des larmes de joie couler le long de ses joues, et soupira en sentant la main de la Déesse caresser l’un de ses seins.

« Oh, ma Déesse... Vous m’aimez donc... »

Même si elle pouvait sans aucun doute la tutoyer, instinctivement, Djamila se refusait à le faire, comme si, en son for intérieur, elle était convaincue que Bastet lui était supérieure... Car elle l’était, étant une Déesse. Djamila se pinça les lèvres, le cœur sur le point d’exploser. Cette surcharge émotionnelle était peu à peu digérée par son corps, et elle esquissa un nouveau sourire, avant de se pencher vers elle, et de l’embrasser dans le creux du cou, léchant ensuite sa peau, pour remonter jusqu’à son oreille, qu’elle lécha et embrassa encore.

L’une de ses mains était posée sur les hanches de Bastet, descendant encore un peu, frottant, caressant, grattant sa douce peau humide.

« Ma Déesse, je... Je dois vous avouer avoir entendu plein de choses sur vous, sur... Sur vos performances sexuelles. Les... Certains textes disent que vous êtes capables de faire l’amour des jours d’affilée. Je... J’ai souvent été courtisée, ma Déesse, souvent été tentée par d’autres hommes ou d’autres femmes, mais... J’ai toujours réservé mon corps pour vous, ma Déesse. Je suis aussi vierge que le jour où je suis venue au monde, car mon corps est vôtre. Vous êtes la première à l’explorer, à le caresser, à l’embrasser. »

Djamila rougissait, tant de honte que de plaisir, tout en continuant à caresser le corps de sa Déesse, ses doigts se rapprochant petit à petit de ses délicieuses fesses.

« Je vous offre mon corps, ma Déesse. Faites-moi l’amour aussi longtemps que vous le voulez, à la hauteur des sentiments que je ressens pour vous. »

Elle parlait d’une voix chargée d’émotions, respirant lourdement, haletant sur place, transie par le désir.

Comment ne pas l’être, face à cette femme ?
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
- Bastet -
Dieu
-

Messages: 140


Déesse Egyptienne


Voir le profil WWW
Fiche
Description
Bastet est la déesse égyptienne des femmes, des enfants, des accouchements, du sexe, de la musique et des félins. Loin de l'olympe et des autres divinités, elle dirige et protège une petite cité désertique dans les landes dévastées.
« Répondre #6 le: Juin 29, 2017, 09:13:56 »

- Je vous offre mon corps, ma Déesse. Faites-moi l’amour aussi longtemps que vous le voulez, à la hauteur des sentiments que je ressens pour vous.

Pour sûr que Bastet allait lui faire longuement l'amour. Elle était la divinité du sexe, l'équivalent Égyptien de Lust. Pour autant, elle n'allait pas y aller sauvagement avec son amour. La divinité comptait bien prendre tout le temps qui lui faudra pour amener Djamila plusieurs fois au septième ciel. Pour l'heure, les deux femmes se cajolaient sensuellement. La fille d'Anubis léchait langoureusement le lobe de son oreille et le creux de son cou, tandis que la divine Neko palpait doucement son sein et sa cuisse, humant son parfum naturel. Comme tout les félin, son odorat était particulièrement sensible et elle appréciait fortement la fragrance naturelle de la femme-chacal, sans parfum artificiel pour lui agresser les narines. De fait, son visage était souvent plongé dans le creux du cou de Djamila.

Leurs caresses et leurs baisés semblèrent durer un temps indéterminé. Bastet ne se lassait pas du corps de son aimée et cette dernière la faisait gémir doucement de plaisir, lui rendant également la pareille. Leur intimité s'humidifia progressivement, mais il fallut deux bonne heures de doux plaisirs, avant que la divinité ne vienne croiser ses jambes avec celles de son amante. Son bouton intime entra ainsi en contact avec celui de Djamila et, lentement, sensuellement, elle effectua de faibles mouvements de vas et viens contre elle, frottant son sexe contre le siens, la prenant langoureusement en ciseau. Bastet finit par se placer au dessus de son amour et elle vint ainsi la prendre en tribadisme, leur lèvres se scellant en un tendre baisé.

- Djamila... Mon amour... Hmmm... Je t'aime tant...
« Dernière édition: Juin 29, 2017, 09:25:03 par - Bastet - » Journalisée

Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7919

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #7 le: Juillet 03, 2017, 12:54:30 »

Se retenir sexuellement n’avait pas été une mince affaire. À Bubastis, il n’y avait pas la morale rigoriste de l’Ordre Immaculé. Le sexe était quelque chose de très librement admis ici, et Djamila avait souvent eu l’occasion de voir des couples se faire l’amour, détournant le regard en rougissant. Mais elle s’était toujours retenue, même si elle avait failli craquer parfois. Sa dévotion envers Bastet avait toujours été la plus forte, et elle allait maintenant payer. Là, allongée contre Bastet, elle gémissait et soupirait, sous les baisers et les caresses de la Déesse. Tout était lent et doux, et, rapidement, Djamila se retrouva transportée par la femme. Bastet se montra très douée, massant ses seins, l’embrassant régulièrement, optant pour un « circuit long », consistant à faire lentement monter le désir. Elle savait comment jouer avec celui de Djamila, et elle la stimulait au mieux. Entre ses mains, la prêtresse n’était qu’une délicate poupée, délicieusement malmenée par les talents et par les mains de la femme.

« Hmmm… Haaaa… Dé… Déesse, haaaa… !! »

Avec ses mains, Djamila caressait le corps de Bastet, glissant sur sa peau, grattant son dos, filant sur ses fesses, tout en sentant les mains de Bastet caresser ses seins. Jamais elle ne la mordilla ou ne la pinça, la léchant, la caressant, diffusant en elle d’incroyables ondes de plaisir. Oh, Djamila fondait sous les contacts de la femme, de sa magnifique Déesse. Elle lécha ses lèvres, encore, frottant son nez contre le sien, et poursuivit son délicieux traitement.

Les heures passèrent ainsi, à suivre ce traitement exquis, jusqu’à ce que Bastet ne finisse par se redresser, et opta pour une magnifique position, en frottant son sexe contre le sien. Djamila, aussi incroyable que ce soit, n’avait pas encore joui, et attrapa les mains de sa Déesse, avant de danser avec elle, frottant son sexe contre le sien, gémissant et soupirant profondément au fur et à mesure que la femme venait jouer contre elle.

« Ahhh… Bastet, ma Déesse… Hmmm… !! »

Cette fois, c’en était trop. Les dernières forces de Djamila la lâchèrent brusquement, et tout son corps se relâcha, dans un magnifique orgasme, sa mouille éclatant contre ses cuisses et contre celles de Bastet.

Qu’elle était heureuse en ce moment !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox