banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Fin des postulats aujourd'hui, si vous êtes intéressés n'hésitez pas !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: The Secret World [PV]  (Lu 3079 fois)
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« le: Mai 23, 2015, 04:37:24 »


Ayumi Hisae, une jeune lycéenne Japonaise de dix-sept ans, considérée par beaucoup de ses camarades comme surdouée. Elle n'est pas la seule à être définie en tant que tel puisqu'elle a une sœur, Kaori, ayant la même dénomination. Deux filles, deux sœurs, deux intelligences brillantes et douées. Elles sont les meilleures amies du monde. Depuis la disparition étrange de leur mère, alors qu'elles n'avaient que cinq et quatre ans pour Ayumi, plus rien n'est comme avant. Elles veillent l'une sur l'autre, et se sont soutenues inconsciemment face à cette triste perte inexpliquée. Leur père, Akira Hisae, fut bien entendu la personne qui fut le plus impacté par la disparition de son épouse. Détruit de l'intérieur, le goût de la vie semblait lui avoir été retiré. Mais pourtant, il tenta le tout pour le tout pour faire de ses filles des modèles, des femmes réussites. Les années ont fait leur travail, et Ayumi autant que Kaori brillèrent à l'école. Pas seulement comme de simple petites futées, mais comme de réelles génies. Leur scolarité est parsemé de réussites, et cela se poursuit encore de nos jours, au lycée. Inséparables, les deux sœurs font tout à deux.

Cependant, quelque chose perturba grandement leur vie, dans le plus grand secret de tous. À l'aube des dix ans de Kaori, quelque chose se passa, caché à la vue de tous, sauf de Kaori, et de Ayumi. Un rêve étrange, qu'elles vécurent étrangement toutes les deux, la même nuit. Coïncidence ? Elles le pensaient. Mais plus le mois passaient, plus ce genre de phénomènes continuaient, irrégulièrement. Elles grandirent avec cela, années après années. Pourquoi n'avoir rien dit ? Car ce n'était que des rêves. Mais quand était-il des voix éparses qu'elles entendaient ? De ces murmures, ces souffles atteignant le fin fond de leurs oreilles, à toutes les deux ? C'était leur imagination, disait-on. Elles décidèrent donc de garder le silence en raison de cela. Elles vécurent avec, subissant ces phénomènes paranormaux, sans jamais avoir de réponse à leurs nombreuses questions. Nulles recherches internet ne les aidait. Il aurait fallu attendre les seize ans d'Ayumi pour qu'un nouveau rêve apparaisse, partagé, à nouveau … Mais, cette fois-ci, il annonçait bel et bien le début …



La nuit était chaude, et venteuse à la fois. Le printemps sonnait sa fin, alors que l'été s'annonçait de sa chaleur prématurément. C'était une nuit agréable, qui avait été durement mérité après une intense séance de révision. Les deux occupantes de la maison avaient passé leur soirée ensemble à réviser, car elles passaient des examens le lendemain. Même si elles avaient prit longuement l'habitude de réviser tout au long de l'année, une révision de dernière minute n'était jamais un mal. Pour les deux meilleures élèves de leur promotion, Kaori et Ayumi ce n'était presque rien. Fatiguée de par leur travail intense, elles s'étaient finalement laissées emporter par les bras de Morphée, les deux sœurs s’assoupissant dans le lit d'Ayumi. Une nuit de repos bien méritée, qui avait tout pour être paisible et calme. Rien ne pouvait troubler le sommeil des deux sœurs. Le vent s'engouffrait doucement dans la fenêtre, venant rafraîchir agréablement ce sommeil si doux. Pas un bruit, le calme était absolu. Un calme au silence de plomb, perturbé sous aucun prétexte. Leur père était absent cette semaine, et la maison leur était donc entièrement réservée. Ce lundi, les examens allaient commencer et le moins que l'on pouvait dire, étaient que les intellos étaient prêtes.

… … … Un bourdonnement. Des bruits éparses. Une lueur au bout du tunnel, jaune, aux teintes orangées. Puis plus rien, pendant l'espace de quelques secondes. Les bourdonnements, eux, ne cessaient pour autant. Ils étaient là, persistant, hantant. Ils ressemblaient à s'y méprendre à ceux des abeilles. Pourtant, rien en vue. Le néant, les ténèbres. Enfin, la lumière réapparu, éblouissant tout sur son passage. Ce qu'elle révéla fut onirique, irréelle. Des branches et un tronc, immense, démesuré, vraisemblablement. Des abeilles virevoltantes dans les airs. Le silence n'était plus, et laissa place à des murmures difformes, lointaines, qui se rapprochèrent petit à petit. L'endroit était familier, un étrange sentiment de déjà vu en découlait. Les secondes passèrent et la lumière vira aux ténèbres. L'arbre dégagea la vapeur obscure, les branches en firent de même, les abeilles, bourdonnantes depuis le début, se turent. Tout se tût. Un panache de cette vapeur s’agglutinait au loin. Le suspens s'agrandissait, les murmures s'estompèrent. Un silence de mort régna. Puis, la catastrophe survint. L'épaisse fumée déferla, emportant tout sur son passage, corrompant et détruisant tout sur son passage, fonçant tel un fauve droit devant elle. Un grand bruit morbide, un gargantuesque hurlement d'horreur macabre retentit partout, en tout lieu … Et ce fut la fin … … …

Ayumi rouvrit subitement les yeux. Son cœur battait à deux milles à l'heure. Elle redressa son dos en reprenant brusquement son souffle. Quel horrible cauchemar ! Elle respirait fortement, elle n'arrivait pas à se calmer. Elle restait silencieuse, mais elle était incapable de reprendre un souffle normal. Bon sang, ce cauchemar, elle jura l'avoir déjà vu avant … Et la mémoire lui revint vite. Son regard se troubla d'avantage lorsqu'elle se remémora où et quand avait-elle déjà vu cette scène. Encore choquée par la vision cauchemardesque qu'elle venait d'avoir, elle prit l'initiative de réveiller la seule personne qui pouvait la calmer ; Kaori. Sa sœur était la seule personne au monde à avoir eut le même rêve qu'elle il y a quelques années auparavant, lorsqu'elles n'étaient que des petites filles. Posant ses mains sur sa sœur, elle la secoua tout en faisant attention à ne pas la brusquer. "Kaori ! Kaori réveilles-toi ! J'ai … Je l'ai vu à nouveau …" Murmura-t-elle à sa sœur. Elle était toute en sueur, le cauchemar l'avait terriblement éprouvée. Et pourtant, la chambre était agréablement fraîche … Le corps d'Ayumi avait du réellement brûler durant cette terrible vision …
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 6920

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #1 le: Mai 25, 2015, 01:29:51 »

La fin d’année scolaire était toujours une période de grand stress. Les examens de fins d’années étaient durs et exigeants, et amenaient quantité de petits Japonais à oublier l’idée de sortir ou de faire la fête, au profit de multiples et incessantes révisions. Contrairement aux Occidentaux, les Japonais étaient très stricts avec l’école et l’Éducation Nationale. Le lycée était une étape très importante et cruciale, car c’était à partir des résultats obtenus au lycée qu’on pouvait monter de bons dossiers, afin d’espérer rejoindre les meilleures facultés. Or, Kaori Hisae savait que leur père, Akira, voulait pour elles les plus prestigieuses universités du Japon, si ce n’est du monde. C’était un homme exigeant, qui, après disparition de Maman, s’était plongé davantage dans son travail, un travail strict et exigeant qui l’amenait parfois à partir plusieurs jours à l’étranger pour négocier des contrats. Parfois, Kaori et Ayumi avaient la chance de le suivre, et leur chambre mutuelle abritait plusieurs photographies, des souvenirs de ces voyages.  On les voyait sourire joyeusement à Dubaï, ou dans d’autres pays d’Asie, voire d’Afrique. Le Japon avait beau être un pays très isolationniste, il était aussi très ouvert au commerce international. Akira se rendait aussi, avec sa compagnie, à d’importants rendez-vous aux États-Unis.

Kaori avait révisé toute la soirée, et, épuisée, elle s’était endormie la première, comme souvent, en se lovant contre Ayumi. Depuis que Maman avait disparu, Kaori ne pouvait pas dormir sans sentir le corps d’Ayumi contre la sienne. Leur père, aussi compétent soit-il, avait toujours été incapable de leur montrer son amour. Après que Maman ait disparu, Kaori et Ayumi n’avaient jamais été aussi proches l’une de l’autre. Elles étaient les deux « perles de jade » de Maman, et Kaori était sûre qu’elle n’était pas morte... Elle était sûre que Maman avait disparu, mais que, un jour, elle reviendrait... Et, de, fait, elle n’avait jamais été enterrée, son corps n’ayant jamais été retrouvé. Une enquête avait bien sûr eu lieu, mais la police n’avait rien retrouvé. Tout ce qu’on savait, c’était que leur mère avait disparu alors que la famille effectuait un voyage touristique à Kanazawa, et se rendait à Kenruko-en, l’un des plus grands jardins du Japon, un jardin ancestral, très touristique. Elle avait disparu lors d’une promenade nocturne, en étant séparée du trio. Les médias en avaient parlé, l’enquête avait amené à une fouille intégrale du jardin, mais on n’avait jamais rien trouvé... Si ce n’est un morceau déchirée de sa robe. On avait pensé à un tueur en série, un kidnappeur, mais aucune trace d’agression n’avait été relevée... Rien, absolument rien.

Officiellement, l’enquête n’était pas fermée, mais Akira savait qu’il n’y avait plus rien à faire. Il ne s’était jamais remarié, et, tandis qu’il s’enfermait dans le travail pour oublier sa souffrance, Kaori et Ayumi, elles, s’étaient rapprochées pour pouvoir espérer avoir une meilleure vie.

Kaori dormait donc paisiblement quand un étrange rêve vint l’agiter...

...Elle courait dans la forêt, épuisée, les branches d’arbres et les buissons fouettant son corps. Une robe blanche transparente filait le long de son corps en sueur. Depuis combien de temps courait-elle ? Elle était incapable de le dire... Si ce n’est qu’elle ne devait surtout pas s’arrêter. Pour quelle raison ? Parce qu’il fallait courir, et ne surtout pas se retourner ! Une menace oppressante enflait dans son dos, une menace silencieuse, un prédateur implacable. Elle courait rapidement, le cœur sur le bord des lèvres, tout sur le point d’exploser, et fila sous une branche... Pour atteindre les racines de l’Arbre-Monde.

Il se dressait devant elle, ses immenses racines aussi vastes que des gratte-ciel. Elle s’avança lentement, s’approchant d’un précipice immense. Un ravin vaste et profond. Le vent souffla à ses cheveux, et la femme se frictionna les épaules.

« Maman... »

Elle entendit alors un souffle dans son dos, un bruissement d’arbres et de feuilles. La femme vit alors une créature noirâtre massive approcher, avec huit pattes grouillant tout autour de son corps. La femme se recula, et la bête fondit sur elle, ses multiples yeux rouges étincelants de haine et de fureur...


« Kaori ! Kaori réveille-toi ! J'ai… Je l'ai vu à nouveau…
 -  Aaaaaahhh !! »

En hurlant, Kaori se redressa, et sa tête heurta alors douloureusement celle de sa sœur.

« Ohhh... ! Ah, ma tête, ouille-ouille-ouille !! »

Kaori posa ses deux mains sur son front, et le massa. Serrant les dents, elle tourna son visage vers Ayumi.

« Je... Je ne t’ai pas fait mal, h-hein ? Excuse-moi, j’ai... J’ai fait un rêve... Effrayant... »
« Dernière édition: Mai 25, 2015, 01:41:34 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #2 le: Mai 30, 2015, 01:05:46 »

Ayumi était toute paniquée, toute éprouvée par l'horrible cauchemar qu'elle venait d'avoir. Clairement ce genre de vision ne la mettait pas à l'aise et avait le don de lui faire très peur. Même si elle avait vu exactement la même chose il y a quelques années, cette vue lui donnait toujours autant de sueur froide. À quoi cela correspondait-il ? Qu'est-ce que cela voulait dire … Autant de question qui n'avaient, à ce jour, pas trouvé de réponses. Pourtant les phénomènes étranges s'accentuaient. Des voix, des visions, des rêves, tout s'accéléraient autant pour Ayumi que pour Kaori. C'était d'ailleurs parcequ'elle était toute les deux touchées qu'elles ne sombraient pas dans la folie. L'une comme l'autre comprenait ce que ressentait chacune d'entre elle. Les deux sœurs s’entraidaient dans cette épreuve et étaient devenues, plus que jamais, proches. Ayumi était donc toute en sueur, le cœur battant, penchée sur sa sœur en la secouant doucement pour la réveiller. Cependant, celle-ci eut une réaction un peu abrupte et hurla en se relevant, venant alors cogner la tête de la cadette. "AIEEEE !!!" Gémit-elle en reculant, posant ses mains sur son front en massant.

Cela avait au moins eut l'effet de la sortir de sa crise de panique. Un choc douloureux qui lui détourna suffisamment l'attention pour lui faire penser à autre chose que sa terrible vision. Quand la voix de sa sœur retentit, elle gémit légèrement à nouveau puis tourna son visage vers le sien. "Ça va aller, ne t'inquiètes pas … Toi aussi, tu l'as donc vu ? Cet arbre, ce lieu … Bon sang, qu'est-ce qui nous arrive …" Dit-elle, finissant de calmer sa douleur au front. Elle laissa passer un silence, pendant lequel elle tentait de se calmer intérieurement, afin de rester lucide et de tenter de comprendre ce qui se tramait. La dernière fois qu'elles avaient fait un rêve commun fut à leur dix ans. C'était il y a longtemps, mais le souvenir était encore très clair, comme si cela s'était déroulé hier. Ayumi finit par reprendre la parole, soupirant tout en regardant vers le bas. "Qu'est-ce qui nous arrive Kaori. La dernière fois que c'est arrivé c'était quand on était des gamines … Depuis on enchaîne les trucs bizarre, les voix, les visions tout ça ! On se croirait dans un film de science-fiction." Déclara-t-elle.

"Et c'est de plus en plus souvent ! Il y a quelque chose qui ne va pas … Soit on devient folle, soit c'est autre chose. On ne peut plus rester sans rien faire …" Finit-elle, en baissant sa tête et enfouissant ses mains dans sa propre chevelure. "Sinon on court droit vers l'asile !" Conclu-t-elle. Ayumi était très sensible et cédait assez rapidement au stress et à l'angoisse. Pourtant elle était une fille très calme et douce d'ordinaire. Mais autant de phénomènes étranges, sans jamais trouver de réponses finissait par la faire littéralement flipper. Elle avait Kaori et fort heureusement, celle-ci partageait les mêmes faits paranormaux qu'elle. Dans toute cette brume sombre, elle avait la chance de posséder une amie, une confidente et une sœur pour l'aider. Et elle en faisait tout en autant en retour. C'était cela leur force … Elles étaient extrêmement solidaires et proches. Un nouveau silence se marqua, laissant le temps aux deux jeunes étudiantes se recentrer leur esprits. Ayumi finit par redresser sa tête et planta son regard dans celui de Kaori.

"Que fait-on ?" Demanda-t-elle. Même si sa sœur n'avait qu'un de plus qu'elle, elle demeurait un peu plus mature qu'elle. Dans l'ensemble elles étaient presque jumelles mentalement, mais Kaori avait un tout petit plus qui lui donnait, aux yeux de sa petite sœur, l'image d'un guide. Il fallait agir et vite ; entamer des recherches sur internet, dans les livres et sur tout les supports possibles et envisageables. La première idée était sans doute de trouver à quoi correspondait l'arbre qu'elles avaient vu. Pas évident, mais elles finiraient bien par trouver quelque chose. Cependant, la réalité rattrapa bien vite Ayumi qui en regardant l'heure, s'aperçut qu'il ne restait plus que trois heures avant que le moment de partir au lycée arrive. Et c'était les examens, en plus. "Et en plus de tout cela on a des examens ! Hnnnn j'en peux plus Kaori …" Marmonna-t-elle en se laissant tomber sur le matelas tout en fichant un oreiller sur sa tête.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 6920

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #3 le: Mai 31, 2015, 02:15:52 »

Quand Ayumi lui parla de l’arbre, Kaori hocha la tête de haut en bas, confirmant ainsi. Encore… Encore un rêve commun. Quand Maman était partie, Kaori et Ayumi avaient toutes les deux été voir des pédopsychiatres et des thérapeutes, car elles ne cessaient de cauchemarder en pleine nuit, ce qui inquiétait leur père. Des rêves énigmatiques, et qui étaient toujours très similaires, ce qui avait étonné les médecins, mais sans qu’ils cherchent plus loin, y voyant juste l’expression commune d’un traumatisme, et soupçonnant que les deux sœurs devaient parler entre elles de ce qu’elles vivaient. Les thérapeutes avaient encouragé Akira, leur père, à ne pas séparer les deux sœurs, et c’était pour ça qu’Akira, même maintenant, les laissait dormir ensemble… Ce qui était très problématique quand elles avaient des garçons leur tourner autour, car ce n’était pas que l’une des deux sœurs qu’il fallait séduire, mais les deux, Kaori ne faisant rien sans Ayumi, et vice-versa.

Les visions avaient disparu… Kaori, honnêtement, était encore un peu trop jeune à l’époque. Elle se rappelait avoir vu sa mère partout, dans le métro, quand elle allait acheter des sucreries, ou quand elle allait en cours… Elle croyait l’entendre, lui souffler des mots, ou pensait juste percevoir son odeur. Kikori-san, son psychiatre, lui avait dit que c’était normal, mais que ce n’était pas réaliste… Et, avec le temps, Kaori avait fini par se convaincre que ce n’était qu’un produit de son imagination, car les visions avaient disparu… Tout comme les rêves.

*Pourquoi reviendraient-elles maintenant ?*

Ayumi était convaincue que tout cela cachait quelque chose, qu’il y avait un message caché… Elle paniquait. C’était curieux à dire, mais Kaori avait toujours été la plus calme des deux, alors qu’elle était la plus jeune. Elle soupçonnait que cette situation venait du fait que, étant plus jeune qu’Ayumi au moment où Maman avait disparu, elle avait été moins affectée qu’elle. Ce fut donc elle qui posa un doigt sur les lèvres de la femme, et croisa son regard.

« Ayumi… Ce n’est qu’un rêve, d’accord ? Cet arbre… Ça ne veut rien dire ! Maman a disparu dans un parc national rempli d’arbres ! C’est sûrement un message de notre inconscient pour nous dire que Maman nous manque, et qui débarque en ce moment parce qu’on est stressées. »

C’était une explication rationnelle, logique, et qu’elle disait avec conviction… Sans doute pour se convaincre davantage elle-même que pour convaincre Ayumi. L’esprit humain était cependant ainsi fait que, même placé face à l’incompréhensible et à l’inexplicable, il recherchait toujours une logique. C’était ainsi, c’était un formatage naturel et social. Pour s’en convaincre, il suffisait de regarder un film fantastique, avec du mystère… On recherchait toujours une explication, une cohérence, même en sachant que le postulat du film était, de base, incohérent. L’esprit humain avait soif de logique. Avant d’être un animal politique, l’Homme était un « animal de logique ». Et ceci était vrai au Japon aussi bien qu’ailleurs, alors même que le Japon était un pays empli de spiritualité, de mystère, de contes urbains, de légendes lycéennes, de kami et de yôkai. Les Japonais étaient très superstitieux, et on retrouvait ce côté chez Ayumi, alors que Kaori, elle, incarnait davantage le Japon plus moderne, plus réaliste, et qui voyait les légendes comme du folklore local, ou comme des histoires à dormir debout pour se faire peur le soir.

Kaori se devait d’être rationnelle. Diable, elles n’allaient tout de même pas, à quelques jours des examens d’entrées à l’université, se lancer dans des recherches mythologiques sur les kami et les arbres géants !

« On doit se concentrer sur nos examens, c’est la seule chose importante en l’état actuel des choses. »

Elle se recoucha alors… Mais le sommeil, en réalité, avait bien du mal à venir.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #4 le: Juin 06, 2015, 02:00:00 »

Les examens, ces cauchemars … Beaucoup trop de choses à gérer pour Ayumi. Elle s'était mise un oreiller sur la tête, plus par dépit qu'autre chose. Comment s'y retrouver dans tout cela ? Il y avait beaucoup trop de choses à songer, à réfléchir et à comprendre en ce moment. C'était bien trop. Il fallait prioriser, cela devenait urgent. Mais comment faire une telle chose quand on était victime de rêve commun, qui étaient exactement les mêmes depuis des années ? Comprendre ceci était un besoin naturel et parfaitement justifié. Toutefois, les deux sœurs n'avaient clairement pas que cela à se mettre en tête. Soupirant longuement, Ayumi écouta les dires de sa sœur qui n'étaient pas dénués de sens. C'était d'ailleurs très logique. Le stress pouvait facilement faire remonter ce genre de choses, et donc causer ce genre visions. Mais comment expliquer qu'ils étaient exactement les mêmes d'il y a fort longtemps ? Pas une virgule n'avait changé. Et lorsqu'elles étaient enfant, c'était aussi le stress ? Comme toujours, elles avaient beaucoup de questions, mais aucune réponse.

Ayumi avait toujours été plus superstitieuse que Kaori, même si elle était plus âgée. En réalité, l'âge n'avait presque rien à faire ici. La plus jeune était plus mâture et calme que l’aînée. La cadette avait enlevé l'oreiller et avait posé son doigt sur les lèvres d'Ayumi tout en lui parlant. Ce qu'elle disait était vrai, et ne laissait guère de place à autre chose. Hochant doucement de la tête, Ayumi tentait alors de se calmer. Ce n'était pas le moment de se lancer dans une quête au surnaturel. Bien qu'il ne faisait aucun doute que la jeune femme allait effectuer quelques recherches dès que les examens seraient terminés ! D'ailleurs, ils allaient commencer le lendemain, et si elle continuait à rester éveillée ainsi, elle ne serait pas en état. Catastrophe serait si elle rate ne serai-ce qu'un examen. Elle et sa sœur ont toujours été les meilleures de leur classe, si ce n'était de leur établissement tout entier ! Elles qui n'avaient jamais raté un seul contrôle. Il fallait garder le cap et ne pas se perdre en cours de route par des cauchemars qui, en fin de compte, ne devaient qu'être plus émotionnel qu'autre chose.

"Tu … T'as raison. Faut penser à nos examens, c'est ce qui compte le plus …" Lui dit-elle, se couchant à son tour. Si le fait qu'elles partageaient le même lit pouvait en surprendre plus d'un, il ne surprenait nullement leur père, puisque celui-ci a volontairement laissé ses filles prendre cette habitude. Elles étaient si fragile, si affectées par la disparition de leur mère que c'était le seul moyen pour qu'elles arrivent à tenir. Ce qui en résulta que, de nos jours, elles n'arrivent tout simplement par à dormir si elles ne partagent pas la même couche, du moins quand c'est possible. Mais pour la présente situation, ça l'était. Alors que Kaori s'était allongée pour se rendormir, Ayumi en fit de même … Mais se rendit rapidement compte qu'elle n'arrivait plus à trouver le sommeil. Ce qui la stressa encore plus. Elle fermait les yeux, mais n'arrivait pas à dormir. Une sensation extrêmement désagréable, d'autant plus qu'elle sentait bel et bien le sommeil. Au bout d'un certain moment, elle soupira, ses pensées partants encore pour ce terrible cauchemar. Aucun moyen de s'en défaire, elle était vraisemblablement encore sous le choc.

Ayumi finit par se retourner, faisant donc face à sa sœur. Celle-ci avait les yeux fermés, mais cela n'empêcha pas l’aînée de la regarder. (Comment tu fais Kaori …) Pensa-t-elle, se demandait vraiment comment sa sœur arrivait à balayer toutes ces histoires étranges derrière elle. Le cauchemar était encore bien présent dans sa tête, et la faisait angoisser. Elle se sentait mal. L'adolescente avait besoin de se rassurer, mais c'était dur, très dur. Tentant une énième fois de fermer les yeux, elle ne parvint à rien. Pourtant, seul la vision que lui procurait sa sœur parvenait à l’apaiser un peu. Ce ne fut donc qu'une suite logique pour Ayumi qui se rapprocha, et vint se blottir contre Kaori, posant sa tête sur son oreiller, venant la nicher au creux de son cou. Elle passa son bras sur elle, venant l'enserrer contre son corps, afin de mieux sentir sa présence rassurante.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 6920

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #5 le: Juin 06, 2015, 07:56:35 »

C’était comme si le sommeil avait choisi de partir, ce qui énervait Kaori. Yeux clos, elle essayait de dormir, mais… Rien à y faire. Et pourtant, elle ne pensait même pas à son rêve ! C’était juste qu’elle n’était pas fatiguée… Elle se forçait à fermer les yeux, sans sentir cette habituelle chape de plomb qu’elle pouvait sentir quand elle se réveillait par inadvertance à trois heures du matin parce qu’elle avait envie d’uriner. Elle se rendormait alors très vite, généralement en sentant contre elle le corps d’Ayumi. Les deux sœurs étaient extrêmement proches, et, généralement, Kaori dormait en posant sa tête contre le torse d’Ayumi… C’est ainsi que Kaori avait progressivement senti la puberté s’emparer d’Ayumi, avec ses seins qui croissaient et poussaient au fur et à mesure que son corps prenait des formes. Elle se rappelait combien elle s’amusait, alors qu’elle était petite, à pincer les tétons de sa sœur pendant qu’elle dormait, et qu’elle l’entendait soupirer, tout en les sentant durcir. Elle gloussait alors, joueuse, espiègle… Et, alors que le sommeil la fuyait, c’était ces souvenirs-là qui revenaient en elle.

Ayumi était heurtée par le rêve, et elle entendit cette dernière se recoucher, avant de se tortiller, et de se rapprocher d’elle. Kaori n’avait pas besoin d’ouvrir les yeux pour savoir que sa sœur l’observait, cherchant à voir en elle le réconfort et la tête froide que Kaori avait toujours été. C’était toujours elle qui les incitait à travailler ensemble. Si elles étaient toutes les deux dans la même classe, c’était parce que Kaori avait sauté des classes. Sans être une hikikimori, Kaori avait compensé la disparition de sa mère en devenant une obsédée du diplôme, ce qu’on appelait, au Japon, le gakurekibyō. Elle avait bossé énormément, s’absorbant dans les études pour retrouver un semblant de vie normale, ce qui faisait que, comme Kaori, elle était devenue l’une des grosses têtes du lycée.

Elle frissonna en sentant les jambes d’Ayumi heurter les siennes, puis sa sœur alla se blottir contre elle, l’enlaçant tendrement. La technique de Kaori avait toujours été de faire semblant de dormir, afin d’inciter Ayumi à dormir… Mais là, en sentant le corps chaud de sa sœur se frotter contre le sien, un soupir s’échappa des lèvres de la femme.

« Haaa… »

On aurait pu croire qu’Ayumi lui avait fait mal, et Kaori se redressa un peu, en rouvrant les yeux. Elle tendit sa main, et caressa la joue de la femme, se mordillant les lèvres, son souffle rebondissant sur les lèvres de la jeune femme.

« Ayumi… » soupira-t-elle.

Toute confuse, Kaori cligna des yeux, et sa main se déplaça, venant s’agripper à la nuque de la femme.

Elle se pencha alors vers elle, et l’embrassa sur les lèvres.

« Nous sommes ensemble, Ayumi… Ensemble maintenant, et pour toujours… »

Elle avait beau être la plus jeune et celle qui avait la tête sur les épaules, Kaori avait des besoins affectifs profonds… Contrairement à Ayumi, elle n’avait pas eu beaucoup de câlins, et, concrètement, lui faire un câlin était toujours une très bonne manière pour l’endormir… Mais, en cette soirée, rien ne fonctionnait comme d’habitude.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #6 le: Juin 13, 2015, 07:47:19 »

Ayumi avait, d'ordinaire, toujours eut besoin de se faire rassurer dans ce genre de situation. De tout temps elle avait trouvé réconfort auprès de sa sœur, qui malgré le fait qu'elle était moins âgée, était plus sage. Elle avait toujours su trouver les bons mots pour calmer Ayumi. Et quand ce n'était pas des mots, c'était des câlins. Et il était presque impossible de dire combien a jeune adolescente adorait se sentir dans les bras affectueux de sa sœur. C'était comme un cercle de sûreté, le seul endroit au monde où elle était réellement en sécurité … Le seul endroit où elle ressentait le plus sincère et profond des bien-être. C'était donc tout naturellement que, dans cette situation, elle vienne se réfugier à nouveau dans les bras de sa sœur, où elle était sure de trouver le sommeil. Toutefois, elle était encore très troublée et sous le choc de son cauchemar, qu'elle ne réalisa pas qu'elle s'était peut-être un peu trop agripper à elle. Elle vint nicher sa tête au creux de son cou et vint timidement caler ses jambes contre les siennes. Ce ne fut qu'à ce moment qu'elle commença à se sentir bien, sereine et en sécurité. Un sourire commença même à se dessiner sur les lèvres à mesure que le sommeil s'emparait d'elle.

Mais elle entendit Kaori soupirer son nom, et ne fit pas de suite attention à ce qui se passa ensuite. Elle sentit sa chaude et douce main de sa sœur se placer sur sa nuque, et sentit aussi qu'elle bougeait. Rouvrant les yeux, elle aperçut l'agréable visage de Kaori, séjournant devant elle, lui souriant. Mais elle n'eut pas le temps de réagir quand elle vint apposer ses lèvres sur les siennes … Lui donnant alors un véritable baiser. Ayumi ne dit rien et se laissa faire, un peu surprise par cela. Quand le baiser fut rompu, Kaori déclara qu'elles étaient ensemble, et qu'elles le resteraient à vie. Les yeux d'Ayumi étaient rond, et traduisait bien des sentiments. D'une part, ce qu'elle venait de dire la toucha, car cela voulait dire que Kaori n'allait jamais l'abandonner, et que toutes les deux resteraient unies et ensemble à vie. D'autre part, elle venait de se faire embrasser … Par sa sœur. Le fait était que Ayumi et Kaori n'en étaient pas à leur premier coup. C'était inavouable, car la moral et les codes interdisaient sévèrement cela, mais les deux sœurs avaient déjà partager quelques baisers auparavant.

Elles n'avaient jamais comprises comment pouvaient-elles ressentir de l'attirance envers l'une comme envers l'autre, mais les faits étaient là. Encore une étrangeté dans une nuit où tout se passait de travers. Muette, Ayumi finit par approcher à son tour son visage et vint chercher un deuxième baiser, qu'elle fit durer plus longtemps. "Hmm …" Gémissait-elle doucement, embrassant timidement sa sœur, goûtant aux délices que lui procurait ses lèvres. Elle vint lentement chercher une mèche de ses cheveux et commença à jouer avec, tandis qu'elle prolongeait leur étreinte buccale. Quand elle se termina, Ayumi la regarda dans les yeux, puis porta sa main sur sa joue pour la caresser tendrement. Un sourire heureux ornait ses lèvres, alors qu'elle sentait le souffle chaud et agréable de sa sœur percuter sur sa peau. Elle approcha ses jambes, doucement, pour venir les lover contre les siennes, passant l'une d'entre elle au-dessus des siennes. Les deux sœurs étaient collées l'une à l'autre, leurs corps blottit l'un contre l'autre, créant alors un contact très physique et très chaleureux.

Ayumi continuait de caresser la joue de Kaori, profitant tout simplement de la proximité avec sa sœur. "Nous ne devrions pas faire ça Kaori … Ce n'est pas … Moral … Que dirait notre père s'il apprenait ça ?" Murmura-t-elle, comme si elle avait peur que quelqu'un les entendent. Elle disait cela mais elle ne pouvait s'empêcher de rester collée ainsi. En vérité, cela lui plaisait. Elle se mentirait à elle-même si elle affirmait que Kaori ne l'attirait pas, et qu'elle n'éprouvait pas une certaine envie de son corps … "Mais peut-on retenir ça plus longtemps ? …" Finit-elle par dire, ne faisant que constater la vérité. Ce n'était pas la première fois qu'elles s'embrassaient ainsi, et à chaque fois leur réaction était de rougir et de s'écarter, afin de faire comme si de rien n'était, et d'oublier ça le plus vite que possible ! Mais là, cette nuit, seules dans la maison, rien n'était comme d'habitude. Au lieu de se séparer et d'en rester là, elles étaient encore blottit l'une contre l'autre, et s'étaient même embrassées une deuxième fois. Et une troisième ne tarda guère à venir quand Ayumi, ne pouvant plus se retenir, vint chercher à nouveau les succulentes lèvres de sa sœur pour lui donner un baiser encore plus doux, onctueux, et chargé en affection
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 6920

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #7 le: Juin 16, 2015, 12:46:02 »

C’était un rituel entendu, qu’elles avaient jadis fait pour s’endormir et se réconforter mutuellement. Quand elles se réveillaient ensemble, après un cauchemar terriblement similaire, Kaori avait un jour embrassé Ayumi sur les lèvres... Un mouvement réflexe, destiné à la calmer, à faire taire ses gémissements... Et, en retour, Ayumi l’avait embrassé. Le rituel avait été admis, et se réitérait à chaque fois qu’elle savaient besoin de s’endormir. Un baiser de Kaori, puis la réponse d’Ayumi, comme un moyen de dire : « Bon, maintenant, on arrête les bêtises, et on dort ! »

Mais, et Kaori le sentait, les choses allaient ici se passer différemment... Le baiser d’Ayumi fut étrangement bon... Étrangement et magnifiquement bon, même ! Après ce baiser, Kaori restait tout contre Ayumi, sentant la main de cette dernière caresser sa peau, glissant dessus, la faisant soupirer. Elle s’humecta les lèvres, et entendit ensuite sa sœur lui dire qu’elles ne devaient pas faire ça, que ce n’était pas... Que ce n’était pas moralement acceptable, et que, si leur père le savait, il s’énerverait sûrement. En réponse, Kaori se pinça les lèvres. La puberté... Elle avait eu un cours d’éducation sexuelle au lycée, où on leur avait expliqué ce qu’était la puberté, comment elles se manifestaient chez les garçons et chez les filles, et pourquoi il était important de s’y préparer. Les hormones se réveillaient, les corps fleurissaient, et le désir naissait. Chez Ayumi, il était né, mais il ne s’était jamais vraiment exprimé en regardant les garçons de sa classe, qu’elle trouvait lourds et ennuyeux. Non, il s’exprimait avec Kaori. Les deux filles étaient connues au lycée, car elles étaient toujours ensemble, ne se séparant jamais. Assises ensemble, ensemble à la cour de récréation, ce qui faisait qu’elles avaient les mêmes amies, et partageaient toutes les informations qu’elles recevaient. Impossible pour Ayumi de mentir à Kaori, et, inversement, pour Kaori de lui mentir.

Elle s’humecta les lèvres, et posa une main sur l’épaule d’Ayumi. Kaori hésitait. Elle savait que c’était théoriquement mal... Mais elle voyait bien dans le regard d’Ayumi que ne rien faire serait encore pire.

« Je... Je pense que Papa ne souhaite que notre bonheur... »

Kaori soupira, et s’écarta alors, observant silencieusement le plafond.

« Est-ce que tu as déjà réfléchi au futur, Ayumi ? Moi, j’y pense de plus en plus... Si nous réussissons ces épreuves, nous irons à l’université, et nous ne sommes pas assurées de finir ensemble, ou d’être admises dans les mêmes universités. Et... Je ne crois pas que j’arriverais à dormir sans toi. Et... Même au-delà de la fac’, nous sommes censées nous marier, avoir un époux, et des enfants... Mais, alors que cette image devrait me faire rêver, elle... Elle m’effraie. »

Elle soupira à nouveau, et se retourna, regardant à nouveau sa grande sœur.

« Je... Je ne veux pas qu’on soit séparées, Ayumi... »

Elle se jeta alors dans ses bras, en soupirant profondément.

« Je suis si bien avec toi... Que c’est tout ce qui importe... Qu’on reste ensemble ! »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #8 le: Juin 27, 2015, 02:07:55 »

Kaori avait dit tout ce que pensait Ayumi. Elle aussi y pensait ; qu'allaient-elles devenir après leurs études ? Et quand elles se marieront ? Quand elles auront des enfants ? Comme sa sœur venait de le dire, cette pensée n'était réjouissante, mais effrayante. Elles ne pourraient pas se substituer l'une à l'autre, c'était tout bonnement impossible. Ayumi non plus n'arriverait pas à dormir sans sa sœur, elle n'arriverait pas à vivre tout simplement ! Le regard perdu dans ce présage funeste, elle n'arrivait pas à réaliser comment la réalité allait, probablement, être dure avec elles. Mais quand Kaori se jeta à nouveau dans ses bras, et qu'elle sentit sa chaleur se mélanger à la sienne, un petit sourire prit place sur ses lèvres. Sa chère sœur venait de lui dire qu'elle souhaitait rester à ses cotés peu importe ce qui arrive. C'était bien évidemment aussi dans les intentions de l’aînée d'en faire autant. Ni études, ni mari ni rien d'autres ne la séparera de sa sœur ! Elle était comme … Comme la femme de sa vie, tout simplement. Elle passa une main dans ses cheveux et déposa un baiser dessus. "On restera ensemble Kaori, je te le promets … Rien ne nous séparera, compris ?" Lui susurra-t-elle, en relevant son visage. Elle la serra tout contre elle, lui donnant le plus affectueux et tendre des câlin.

Cependant, cette flamme qui l'habitait auparavant était encore et toujours présente. Si le baiser qu'elle lui avait donné avait été troublant, il n'avait fait qu'attiser ce feu. Ce n'était pas moral, et elle le savait. Mais elle était en plein dans la découverte de son corps. Ses hormones étaient en guerre nucléaire et, même en dehors de cela, elle ressentait nettement une attirance envers Kaori. Elle se mit à nouveau et, toujours en l’enlaçant tendrement, croisa ses douces jambes avec les siennes. Elle déplaça ensuite sa main sur sa joue et la caressa tendrement. "Je ne sais pas ce qui nous arrive Kaori mais … Je ne veux pas … Je ne veux pas te mentir. Même si … Ce n'est pas bien je … Je crois … Je crois que je ne pourrai jamais me passer de toi. Tu es ma sœur et je t'aime … Comme une sœur et comme …" Ayumi ne pu terminer sa phrase tellement avait-elle du mal à avouer une pareille chose. Pourtant il était grandement important de ne pas se mentir. C'était l'une des règles qui s'était instaurée d'elle-même entre les deux sœurs.

Mieux que des mots, l’aînée commit alors ce qu'elle considérait comme pas moral, sauf que cela allait créer quelque chose d'irrévocable entre les deux jeunes filles. Ayumi vint blottir ses lèvres contre celles de Kaori et donna lieu à un baiser pas comme les autres. Si elle s'était contentées de simple petits baisers jusqu'à présent, cette fois-ci il était très différent. Fougueux, presque hargneux, Ayumi cherchait clairement à rouler un patin à sa sœur. Plus de barrières, plus d'hésitations. Ayumi se devait d'être franche et surtout, d'écouter son cœur. Il était clair que la puberté s'était déclarée en l'une comme en l'autre et que leur désir se matérialisait sous une forme bien particulières ; elles. L’aînée avait un désir profond pour Kaori, et cette nuit, vu que rien ne fonctionnait comme d'habitude, il était inévitable de la voir franchir le pas. Leur étreinte dura un certain temps, durant lequel un silence régna. Yeux fermés, les deux sœurs s'embrassèrent passionnément. Mais le baiser finit par se rompre et, rêveuse, Ayumi s'écarta tout en caressant la joue de sa petite sœur.

"Tu es devenue si belle Kaori …" Lui susurra Ayumi. Un amour naissant voyait le jour, et les premières à en être choquées étaient biens les deux intéressées … Comment cela pouvait-il être possible … Cette nuit ne pouvait-elle qu'être un mauvais rêve, en fin de compte ? Nul ne le savait …
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 6920

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #9 le: Juillet 03, 2015, 01:34:00 »

La moralité n’avait aucune espèce d’importance. La seule chose qui comptait, au-delà de tout, c’était leur amour, leur union. Un indéfectible lien unissait Kaori et Ayumi, et, avec cet entêtement propre aux jeunes et aux adolescents, Kaori se jura de ne jamais se séparer d’Ayumi. Le mariage ? Bah, elle n’avait pas à se marier ! Le Japon avait évolué ! L’époque où le seul avenir possible pour une femme était de se marier était révolue, grâce aux Occidentaux, et à l’évolution. Quant aux études… Kaori et Ayumi pouvaient tout à fait en faire ensemble, et trouver ensuite un métier où elles s’associeraient, pour la vie. Oui, il n’y avait aucun obstacle ! Aucun obstacle à ce qu’elles restent ensemble ! Ayumi ne se voyait pas vivre sans Kaori, et c’était réciproque pour cette dernière. Les deux en arrivaient peu à peu à la même conclusion, mais, si c’était Kaori la tête froide du duo, Ayumi était tout de même l’aînée… Et, en tant que telle,  il y avait des choses qu’elle devait faire. C’était à elle de prendre les décisions importantes. Et c’est en suivant cette optique que Kaori vit Ayumi venir vers elle, au ralenti.

Leurs lèvres se pressèrent, mais ce fut un baiser bien différent. Kaori sentit ses joues s’empourprer. Au lycée, même si elle avait sauté plusieurs classes, et était donc dans la même classe qu’Ayumi, elle était encore jeune, et Ayumi l’écartait parfois, quand ses amies parlaient avec elle de ce truc que Kaori n’était pas censée être au courant : le sexe. Les filles en parlaient toujours à voix basse, exclusivement entre elles, gloussant comme des idiotes. Kaori trouvait ça totalement idiot, et, surtout, ce que ces femmes ignoraient, c’est que Kaori avait atteint sa puberté, qu’elle avait ses règles, ses floraisons, et qu’elle avait déjà mouillé.

« Hum… »

Tendre et sensuel, Ayumi lui offrait, non pas un simple frottement des lèvres, mais un vrai baiser. Comme dans les films ! Elle en gémissait, ses mains crispées sur les épaules de sa sœur, la griffant involontairement, avant de relâcher la pression, puis de prolonger leur longue et délicieuse étreinte. Que pouvait-elle faire d’autre que subir ? Et elle subissait ça avec merveille. Le baiser se termina donc, et, quand Ayumi lui avoua qu’elle était « belle », l’intéressée rougit en baissant les yeux pendant quelques secondes, avant de sourire délicatement.

« Tu… Hum… Je ne savais pas que tu embrassais aussi bien, Ayumi… »

Puis, espiègle, Kaori posa ses mains sur les seins d’Ayumi, et poussa en avant, la renversant sur le lit, et lui fit ensuite un grand sourire moqueur.

« Tu as appris ça où, hein ?! »

Elle jouait avec elle, car, en réalité, ce baiser l’avait excité… Et, pour s’en rendre compte, il suffisait de voir ses joues, toutes rouges… Des joues qui exprimaient tout le plaisir qu’elle ressentait en ce moment, un plaisir fort et vibrant, qu’elle n’avait encore jamais ressenti avec une telle intensité auparavant.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #10 le: Juillet 05, 2015, 04:10:11 »

La pauvre fut-elle surprise de voir sa grande sœur savait bien embrasser. Chacune avait ses petits secrets et, après tout, Ayumi n'était pas obligée de divulguer les siens. Même si elles partageaient tout, elle se ferait pourtant un plaisir à cacher cela à sa sœur, juste pour la taquiner. Lui répondant avec un sourire heureux, elle se laissa complètement faire quand Kaori l'empoigna au niveau de ses seins et la fit basculer en arrière, se retrouvant en-dessous de sa sœur. Son sourire, ses petites joues toute rouge, tout était fait pour rendre la situation encore plus agréable. Quel plaisir pour Ayumi était-ce de voir sa petite sœur sourire autant, et de la voir toute excitée. Posant ses mains sur ses hanches, l'adolescente fit semblant de réfléchir puis donna un élément de réponse, qui n'allait sûrement pas satisfaire la grande curiosité de Kaori. "Chacune a le droit d'avoir des petits secrets, non …" Dit-elle avec un clin d’œil. Plus que jamais elle avait envie de sa sœur. C'était comme si ce baiser avait totalement retiré son inhibition vis-à-vis de cela. Les minutes qui allaient suivre étaient très prometteuse, et laissaient présager un moment des plus agréable, et des plus spécial aussi.

Car coucher avec sa sœur n'était pas quelque chose de très … Commun. Mais tant que cela resterai secret et surtout tapis dans l'ombre, tout irait pour le mieux. C'était de cette façon que s'était convaincu Ayumi afin de briser ses barrières. Personne ne le saurai … Personne ne saurait qu'elle a voulu juste apporter un peu de bonheur à sa sœur, sa très chère sœur. Elle continuait à lui caresser les hanches alors qu'elle ronronnait déjà. "Mais je vais t'apprendre comment on fait …" Déclara-t-elle alors. Elle finit par déplacer ses mains de telle manière à faire pencher Kaori sur elle, jusqu'à ce que leur visage se rapprochent à nouveau. Quand ce fut le cas, elle glissa ses mains dans sa douce chevelure et lui asséna alors un nouveau baiser. Un échange langoureux et tendre, rempli de passion et de fougue. "Hmm …" Gémissait Ayumi alors qu'elle embrassait passionnément sa sœur. Elle vint chercher sa langue et l'incita à jouer avec. Elles se titillèrent, se provoquèrent jusqu'à ce qu'elles mènent un furieux balais lingual ensemble. L'échange fut très mouillé, leur salive se mélangeant et donnant naissance à un délicieux cocktail dont Ayumi s'en régalait à cœur joie.

L'échange finit par se rompre, et l’aînée ne pu s'empêcher de quitter les lèvres de Kaori en lui déposant un dernier petit baiser sur ses lèvres. Ses mains entourèrent son visage en venant cajoler ses petites joues, alors qu'elle lui esquissa son plus beau et sincère des sourire. "Tu te débrouilles pas si mal dis-donc ! Mais on va voir si tu tiens à l'étape supérieure …" Lui dit-elle d'un ton malicieux. Ayumi redressa son dos, amenant Kaori à s'asseoir sur ses jambes et à sa blottir complètement contre elle. Elle passa ses bras tout autour de son corps, l'entourant chaleureusement, alors qu'elle approcha sa tête de son cou. Son souffle chaud caressait sa douce peau vanillé, dont elle vint bientôt y goûter la saveur en posant ses délicieuses lèvres dessus. Ayumi couvrit son petit cou de mille et un baisers, ponctués par de tendre léchouilles de temps à autre. Ses mains caressèrent son dos, le griffant légèrement, pour finir par se faufiler sous son haut, caressant donc sa peau directement. Elle les baladait partout, parcourant la douceur et le sensuel de sa peau, puis finit par arrêter une de ses mains à l'extrémité haute de son fessier.

Leur étreinte était chaleureuse et surtout très agréable. Collée l'une contre l'autre, leur seins se blottirent l'un à l'autre, leur tétons se percutant de temps à autre ensemble. Ayumi ne pouvait être plus heureuse qu'à cet instant, et cela se voyait à ses joues complètement rouges, et à ses nombreux gémissements …
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 6920

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #11 le: Juillet 10, 2015, 02:03:08 »

Ses « petits secrets »... Hum ! Est-ce qu’elle avait eu un amant en douce ? Sans trop pouvoir se l’expliquer, cette théorie suscita en Kaori quelques sentiments curieux. Elle sentit son estomac se serrer, comme si une boule venait de se former. Des petits secrets... Kaori n’avait jamais rien caché à sa grande sœur ! La première fois qu’elle avait embrassé un garçon (même si c’était plutôt Tatsumi qui l’avait embrassé, et elle qui s’était laissée faire, le dos appuyé contre les vestiaires du collège), elle ne l’avait pas masqué à sa grande sœur. Elle lui en avait parlé le soir, en lui disant qu’elle avait embrassé quelqu’un, et que ça avait été délicieux, et Ayumi s’était contentée de sourire, en lui disant que c’était normal. Qu’est-ce qu’elle lui cachait d’autre ?! Kaori sentait ces questions venir en elle quand Ayumi lui indiqua qu’elle allait lui apprendre « comment on fait ». Son cœur palpitait dangereusement, et elle trembla, avant de fermer les yeux... Et de répondre à son baiser.

Leurs lèvres se pressèrent ensemble, dans une tendre et magnifique étreinte. Elle sentit la langue d’Ayumi jouer avec la sienne, et Kaori en eut des frissons partout. Elles s’embrassaient ! Elles s’embrassaient vraiment ! Cette fois, ce n’était plus qu’un simple frottement de lèvres, ce n’était plus que de simples caresses buccales, mais bien un vrai baiser. Kaori avait vu ça sur Internet... Un « French kiss » ! Par Amaterasu, mais où est-ce qu’Ayumi avait appris le « French kiss » ?! Et, au-delà de ça... Ah, il fallait reconnaître que c’était bien bon, que ce contact était délicieux et savoureux. Kaori ne tarda pas à jouer, elle aussi, avec la langue de sa grande sœur, se tortillant contre elle, gémissant longuement et délicieusement.

*Ohhh, c’est si bon !*

Kaori continuait à l’embrasser, se pressant tout contre elle, sentant ses seins se mettre à lui faire mal. Les tétons se durcirent, et le baiser finit par se rompre. Kaori était toute excitée, et Ayumi se redressa alors, poussant sa petite sœur, qui se retrouva toute contre elle. Elles avaient fait un vrai baiser, sincère et intense, où leurs langues avaient joué ensemble pendant de longues minutes. Sous le couvert de la nuit, sous le manteau protecteur de l’obscurité, tout était possible, et les deux filles étaient en train de vérifier cette théorie. Leur baiser avait été délicieux, laissant Kaori extatique, dans l’attente de davantage de plaisir. Oui, elle en voulait plus, tout simplement plus !

Ayumi lui dit ensuite qu’elles allaient passer à « l’étape supérieure », et cette dernière déglutit lentement, ne pouvant que répéter, d’une voix ahurie et lente, les derniers mots de son amante :

« L’é... L’étape supérieure ? »

C’est après ça qu’Ayumi s’était relevée, et avait ensuite amené ses lèvres sur le cou de Kaori, une concentration nerveuse... Kaori l’avait appris en cours de SVT, quand la classe avait étudié le système nerveux. Les nerfs se chargeaient de transmettre toutes les sensations physiques du corps vers le cerveau, comme une sorte de message, que le cerveau renvoyait ensuite, et le cou était la zone centrale, ce que Kaori appelait pour elle-même la « zone de transmission ». Et c’était cette zone qui était stimulée en ce moment, la faisant soupirer et gémir. Leurs poitrines se mêlaient, et elle sentit une douleur remonter le long de sa poitrine, durcissant et gonflant ses tétons, les tirant vers l’avant.

« Ooohh... C’est... Aaaahh... C’est si bon, hummm... !! »

Elle se mordilla les lèvres, essayant de ne pas faire trop de bruits, afin que leur père ne se réveille pas... Mais ce qu’elle ressentait était tout simplement trop bon pour qu’elle puisse se retenir, c’était comme une vague qui remontait dans tout son corps, un torrent ardent qu’aucune digue ne pouvait endiguer.

« Ayuuumi, haaa... Mes seins, ils... Ils me font mal !! »

Tout son corps lui donnait l’impression d’être en ébullition.

Mais que se passait-il ?!
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #12 le: Juillet 16, 2015, 04:48:58 »

Ce moment, dans son inconscient, était très attendu. Si elle ne se l'était jamais avouée, il était pourtant clair qu'elle avait bien plus d'affection pour Kaori que pour n'importe quelle autre personne. La vérité était là ; elle désirait lui faire l'amour. Ou plus précisément, lui faire découvrir cette chose. Kaori arrivait à un moment où elle devait faire face à son corps et à ses changements. Elle devenait une femme petit à petit, et qui mieux que sa grande sœur pouvait l'aider à comprendre son corps ? Elle lui souriait tandis qu'elle continuait d'embrasser passionnément son cou, et de caresser son dos en-dessous de son haut, à même sa peau. Leur corps étaient blottit l'un à l'autre, ce qui provoqua un agréable frottement entre leur seins. Après quelques instants, où la plus jeune se laissait peu à peu aller à ce plaisir, elle finit par déclarer quelque chose qui manqua presque de faire rire Ayumi. Quand elle entendit qu'elle avait mal aux seins, elle releva sa tête puis eut un petit rire cristallin, un peu taquin mais purement innocent.

"C'est normal Kaori. Tu ressens du désir, des sensations nouvelles … C'est parfaitement normal. Et ça tombe bien, je connais le moyen de te calmer …" Dit-elle sur une pointe de malice. Elle retira ses mains de son dos, puis encadra son petit visage avec, lui déposant un nouveau baiser à même ses lèvres. Ce qu'elle adorait l'embrasser … C'était indescriptible. Nul doute que ça allait devenir monnaie courante entre les deux sœurs ! Pour un oui ou pour un non, quand elles seraient seules, Ayumi l'embrasserait. Ses lèvres étaient si douces et délicieuses, elle ne pouvaient d'ores et déjà plus s'en passer. Mais, ce n'était que le début. Elle finit par tirer sur son haut léger et le lui retira, ébouriffant ses cheveux au passage. "Tu es trop mignonnes comme ça !" Lui dit-elle avec sourire, en regardant ses cheveux dans cet état. En retirant son haut, elle dévoila sa poitrine à nue. Regardant Kaori, Ayumi approcha doucement une main de l'un des deux, puis commença à le caresser doucement.

Tout en effectuant quelques mouvements, l’aînée finit par déclarer quelque chose sur un ton se voulant à la fois sérieux, et rempli de sensualité. "Nous allons faire l'amour Kaori … Je t'aime et … Je veux que tu m'accordes ta première fois ! Je vais te faire découvrir …" Dit-elle doucement, en finissant par rapprocher sa tête de son sein. Elle captura son téton entre ses lèvres, puis doucement, le lécha et le suçota. Elle caressa l'autre avec son autre main, sentant sa petite sœur très sensible au niveau de cette zone. Les seins pouvaient être très, très sensibles selon les personnes. Chez certaines c'était le minimum, mais chez d'autres, cela pouvait être démesurée. Ayumi ne savait pas encore le niveau chez Kaori, mais elle lui laisserait le temps pour le découvrir elle-même. Elle y allait dans la plus grande des douceur et des délicatesse, embrassant son sein langoureusement, lentement, et titillant sa pointe rosée habillement avec sa langue.

Sa petite sœur était à moitié nue, et cela l'émoustillait encore plus. Bientôt, toutes les deux se retrouveraient la tenue la plus simple, et seraient en train de se faire tendrement l'amour. À ce moment-là, le fait qu'elles étaient sœur n'était plus un frein, mais un réacteur à propulsion qui permettait à Ayumi de redoubler d'efforts dans ses caresses et ses attentions. Elle ne voulait pas offrir une pathétique et minable première fois à sa sœur ; elle voulait que ça soit l'une de ses meilleurs fois.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 6920

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #13 le: Juillet 17, 2015, 01:55:34 »

Bien sûr, Kaori savait ce que c’était que le sexe ! Elle était une grande fille ! Elle avait parfois lu des mangas hentaïs en cachette, même si elle ne l’avait dit à personne... Pas même à sa sœur ! C’était son plus lourd secret, et, en un sens, quand elle venait reprocher à Ayumi de faire des choses sans l’en informer, Kaori s’était rendue coupable du même vice, et ça l’avait hanté à plusieurs reprises. Elle n’avait jamais rien caché à sa grande sœur, mais, quand elle avait lu ce manga, tout s’était troublé. C’était l’histoire de deux amies, avec l’une des deux, l’extravertie, qui avait contacté quelqu’un sur le Net, pour sortir avec lui, mais qui, ayant peur de le rencontrer, avait chargé son autre amie d’aller le faire Malheureusement, l’homme en question était un violeur, et avait violé son amie, avant de la faire sombrer dans une spirale de sexe et de luxure. Kaori avait lu ça en étant dissimulée dans un coin du lycée, les doigts moites, tremblant de peur, regardant autour d’elle s’il n’y avait personne pour la surprendre... Puis elle avait ressenti, au fur et à mesure de sa lecture, de drôles de sensations entre les cuisses. Comme une sorte de démangeaison, un peu comme maintenant avec ses seins. Elle s’était masturbée dans les toilettes, et avait ensuite été sur Internet pour se renseigner.

Kaori et Ayumi partageaient le même ordinateur, ce qui faisait que, le soir, quand elles étaient sur les réseaux sociaux, elles échangeaient sans problème leurs identifiants, répondant à leurs interlocuteurs l’une à la place de l’autre. Un lien fort les unissait, et Kaori n’arrivait alors pas à s’expliquer rationnellement pourquoi elle n’en avait pas parlé à Ayumi. Le pire était qu’elle avait vraiment eu envie de le faire, mais... Elle n’avait jamais réussi à franchir le pas. Et, maintenant, maintenant, elle était face au pied du mur, mais sentait encore ce secret la peser.

*Je m’étais promise de tout lui dire... Je m’étais promise de ne jamais rien lui cacher, et je lui ai menti... Un mensonge par omission reste un mensonge.*

Ce secret, qui lui pesait sur la conscience, allait peut-être enfin se résoudre ici... Ayumi était bien décidée à lui faire l’amour, et la manière dont elle en parlait, ce détachement... Plus elle parlait, et plus Kaori écarquillait les yeux, ou rougissait. Et la manière dont elle le dit... Lui offrir « sa » première fois. Est-ce que cela voulait dire que... Qu’elle.. Qu’elle avait fait...

*Mais quand ? Comment ?! Nous avons toujours dormi ensemble ! C’est impossible ! TOTALEMENT IMPOSSIBLE !!*

Ohlàlà, Kaori n’y comprenait plus rien ! Est-ce qu’elle rêvait ? Est-ce qu’elle venait de péter les plombs ? Est-ce qu’elle venait de débarquer dans une réalité alternative ? Et puis... Et puis, elle se mit à soupirer et à gémir quand Ayumi alla jouer avec ses seins. Oh, c’était bon, c’était si bon ! On put l’entendre couiner et gémir, et elle se pinça ensuite les lèvres, en essayant de retenir ses soupirs, car elle ne voulait pas réveiller son père. Ses mains allèrent se crisper sur la tête de sa grande sœur, et elle se lova ainsi tout contre elle, crispant ses doigts sur ses cheveux.

« A-A-yumi, haaann... !! »

Le plaisir explosait en elle, et son corps remuait instinctivement contre celui de la femme.

Kaori reprit son souffle, et finit par réussir à prononcer quelques mots :

« Tu... Hum... Ayumi, tu-tu... Est-ce que tu... Tu n’es plus vierge ?! »

Pour Kaori, c’était un sacré choc !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 967

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #14 le: Juillet 24, 2015, 07:59:55 »

Ce qui était le plus amusant à voir était bien la réaction de Kaori. La pauvre, elle était toute rouge et gémissait doucement sous les petites attentions de sa grande sœur qui prenait un malin plaisir à lui faire découvrir toutes ces nouvelles sensations. Avec un petit sourire provocateur aux lèvres, Ayumi continuait à faire jouer sa langue sur ses pointes rosées, tout en léchant tendrement son sein à pleine bouche. Sa peau était si douce, si lisse, c'était un pur délice dont l'adolescente sentait qu'elle allait avoir de plus en plus de mal à s'en passer. Elle ronronnait doucement, mais ne pu s'empêcher de s'amuser de la réaction de sa petite sœur qui lui demanda alors si elle n'était plus vierge. Question très intéressante à laquelle elle su qu'elle allait devoir donner une réponse. Mais elle ne pouvait pas se permettre d'être directe et franche, car cela risquerait de choquer sa petite sœur.

Ayumi avait toujours été fidèle, dans un certain sens, à Kaori. Auparavant, elle lui était fidèle uniquement dans le sens affectif et fraternel ; c'est à dire qu'elle lui disait tout, absolument tout. Ceci impliquait alors qu'aucun secret ne devait régner entre elles. Mais la réalité était légèrement différente, puisque Ayumi avait déjà embrassé quelqu'un sans jamais en avoir fait part à sa sœur. Pour la préserver, pour ne pas la choquer, ni causer de tensions. Et par-dessus tout, ce baiser était uniquement un simple et banal baiser qu'elle ne réitéra pas par la suite. Une histoire un peu compliquée et qui ne nécessitait pas d'être connue. Cependant, en ce soir si étrange, Ayumi découvrait une nouvelle facette des sentiments qu'elle portait à l'égard de Kaori ; l'amour. Si jusqu'à présent elle lui avait était fidèle sur bien des points, elle se rendit compte que son cœur serait à jamais entre les mains de sa petite sœur, et qu'elle ne pourrait jamais aimer quelqu'un d'autre qu'elle.

Réalité difficile à accepter, mais qu'elle assimilait petit à petit, en ayant décider d'initier sa sœur au sexe, bravant les interdits moraux les plus préjudiciables. Mot pour mot, Ayumi était amoureuse de sa petite sœur, et avait décidé de le lui montrer ce soir. C'était littéralement de l'inceste, mais qu'est-ce que cela importait désormais ? Le plus important était le bonheur des deux sœurs, et si cela se matérialisait sous cette forme, alors qu'il en soit ainsi ! Ce fut pour cette raison qu'elle continua à taquiner son téton et à doucement goûter à la douceur de son sein encore juvénile, l'entendant gémir et couiner sur place. Elle était si mignonne, si adorable. Mais, au bout d'un certain moment elle finit par relever sa tête et, d'un regard espiègle, se pencha pour venir donner un bisou sur le bout de son petit nez. "Tout dépend de ce qu'on entends par vierge. Mais ce qui est sur … C'est que ce soir on connaîtra notre première fois à toute les deux. Je serai ta première fois, et tu sera la mienne …" Dit-elle sensuellement, venant à nouveau l'embrasser mais sur la joue cette fois-ci. De sa main elle caressa tendrement son autre joue tandis qu'elle multiplia les baisers la première, tout en descendant vers son cou.

Ayumi se redressa à nouveau puis plaça ses mains sur les épaules de sa petite sœur, et poussa doucement pour l'inciter à s'allonger. Quand ce fut le cas, elle glissa ses mains le long de ses délicats bras et vint croiser ses doigts avec les siens, serrant ses mains dans les siennes. Un geste très affectif que seul les fervents amoureux faisait, du moins selon Ayumi. Celle-ci se pencha et vint à nouveau capturer les lèvres de Kaori, lui donnant un savoureux baiser qui fut un peu plus mouillé que le précédent. Toutes les deux à moitié nues, l’aînée plaqua son corps contre le sien, ses formes épousant à la perfection celles de sa petite sœur, sa poitrine percutant la sienne. Mais, alors qu'elle l'embrassait tendrement et amoureusement, une petite main baladeuse finit par se décrocher de la sienne et se faufila le long de son doucereux corps, caressant son ventre, puis glissant sous son pantalon de gym qu'elle utilisait pour dormir. "Oh mais c'est déjà bien chaud par ici … Petite coquine va !" Susurra-t-elle à sa sœur, alors qu'elle plongea définitivement sa main sous sa petite culotte.

Ayumi baladait d'une manière très légère ses doigts aux alentours de la féminité de Kaori, voulant d'abord la teaser au maximum avant de réellement lui faire du bien
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox