banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Piraterie [Magikya]  (Lu 700 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« le: Mai 14, 2012, 02:53:54 »


Skellige

Skellige était un bien étrange archipel. Il se situait à proximité de l’Empire d’Ashnard, mais n’y était pour autant pas rattaché. Cet archipel comprenait de nombreuses îles et atolls, lui donnant un aspect assez fracassé et archaïque. C’était pourtant bien là qu’un navire impérial se rendait. Le « Foudre de Mer », puisque tel était son nom, était un superbe navire impérial. Il n’appartenait plus à la flotte impériale, ayant été racheté par une compagnie privée, qui se payait toutefois le luxe d’avoir à son bord des gardes en armure impériale.

« Nous approchons de l’archipel, Madame...
 -  J’ai vu, Oberyn. »

Et ce n’était pas plus mal ! Alice n’aimait pas trop l’eau, alors, se retrouver sur un bateau... Même si le coin était assez paradisiaque, et si les tempêtes étaient rares, la seule perspective de voir toute cette eau bleue là-dessous la terrorisait, et la terrorisait d’autant plus facilement qu’elle s’était déjà retrouvée dans les profondeurs de l’océan, entre les griffes d’une sirène aussi belle que machiavélique. Elle y songeait encore, alors qu’on voyait à proximité les cotes de Skellige. Une série de petites montagnes verdoyantes avec des plages et quelques villages.

« Je n’aime pas commercer avec des pirates... » lâcha alors Alice en regardant Oberyn.

Oberyn était un Commandeur, et accessoirement le garde du corps de la Princesse. Dans son armure noire faite à partir d’écailles de dragons, le Commandeur tourna la tête vers la jeune femme, et haussa les épaules.

« Si on ne devait affaire qu’avec des gens honnêtes, ma chère, nous ne ferions jamais d’affaires. »

Alice fit la moue devant cet argument empreint de cynisme. Skellige était un archipel envahi par la piraterie, et dirigé par plusieurs seigneurs pirates qui se faisaient continuellement la guerre entre eux. Des seigneurs assez redoutables, qui disposaient chacun d’une petite flottille, et qui attaquaient les ports de la région, remontaient le long des fleuves pour attaquer des villages, piller, violant, et capturant. Skellige avait donc son lot d’esclaves, et c’était ici que Sylvandell entrait en jeu. Tywill, le Père d’Alice, avait chargé cette dernière d’aller à Skellige pour acheter de nouveaux esclaves. Une manière comme une autre de faire ses preuves.

« Est-ce vrai qu’ils sont cannibales ?
 -  Pour certains clans, oui... Pour d’autres, non... Les clans de ce style-là sont dans les profondeurs de l’archipel. Nous n’avons donc rien à craindre... Normalement... »

Oberyn était très rassurant ! La Princesse soupira, et se retire du bastingage, marchant un peu sur le pont principal. Le « Foudre de Mer » était à la fois un navire transportant des marchandises et des passagers. Il fonctionnait grâce à de hautes voiles, mais aussi à l’aide de puissantes rames, qui étaient pour l’heure totalement inutiles. Alice avait hésité à mettre une robe, mais avait finalement opté pour des vêtements qui convenaient un peu plus sur un navire, à savoir un débardeur et un pantalon. Des vêtements assez légers.

Alice remarqua alors que plusieurs petits navires approchaient, venant de Skellige. Elle s’approcha de l’un des gardes du navire. Étant une passagère de haute distinction, elle avait eu droit aux plus grands égards de la part du personnel. Le marin, avec sa longue-vue, put aisément voir les navires et les drapeaux.

« Ce sont les navires de Skagg. »

Alice hocha la tête en se mordillant les lèvres. Skagg était le seigneur pirate avec qui elle devait faire affaire. L’un des plus puissants chefs de clans de l’archipel, qui se prenait pour un Roi. Mégalomane, Skagg était néanmoins le principal contact de l’Empire sur cette région, car il rêvait de prendre tout le contrôle de Skellige, et d’y créer un empire indépendant. Fort et robuste, Skagg était aussi cruel qu’impitoyable, et c’était lui qui avait la plupart des esclaves.

« Rien à craindre ? demanda Oberyn, regardant d’un air soupçonneux la mère.
 -  Normalement, non... Ils viennent sans doute voir qui nous sommes. C’est une manière d’approche classique...
 -  Vraiment ? Trois navires qui viennent inspecter un seul bateau ? D’autant plus que vous effectuez un trafic régulier... »

Le marin soupira, avant de regarder la Princesse.

« Nous venons toutes les semaines à Port-Lancaster. Il n’y a absolument rien à... »

La réplique du marin mourut quand Oberyn poussa subitement la Princesse. Il avait vu des bulles dans l’eau, et quelques instants plus tard, des créatures verdâtres avaient bondi hors de l’eau, convergeant vers le navire.

« Des sahuagins ! » s’exclama le garde.

Les sahuagins étaient des espèces d’horribles créatures verdâtres ayant deux paires de bras, une gueule infernale, et une lance. Un sahuagin atterrit pile devant Alice, mais se heurta à Oberyn. Le Commandeur avait brandi sa lame, et égorgea proprement le sahuagin. Alice entendit des cris et des hurlements, et vit quelqu’un tomber d’un mât. Un marin qui se tenait là, au milieu des cordages et des mâts, et qui avait été heurté par l’un des sahuagins qui déferlaient sur le navire. Épée brandie, Oberyn restait à côté de la Princesse, calme comme un roc, face à l’invasion inopinée de ces monstres marins, ces créatures monstrueuses et hideuses.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Magikya
Invité

FicheChalant
« Répondre #1 le: Mai 14, 2012, 08:01:46 »

Magikya soupira d'aise à la vue de cet océan de part et d'autre de ce puissant navire qui brisait les vagues de manière paisible et tranchante. Le bruit des vagues contre le navire l'apaisait, elle pouvait sentir la brise fraîche sur son visage et qui faisait flotter sa jupe bleue clair avec délicatesse. Cet environnement lui semblait paradisiaque, les marins, pourtant habitués à ce trajet vers l'archipel de Skellige, semblaient eux-mêmes prendre du plaisir à ce doux périple. D'autant que la jeune magicienne n'avait encore jamais pris le bateau après 17 ans, ce qui ajoutait à cette vision paradisiaque qu'elle avait du moment alors que d'autres passagers, plus habitués, semblaient n'avoir qu'une hâte, celle de débarquer à terre.

D'autant que la plupart de ces passagers, bien qu'ayant pris une croisière, allait surtout à Skellige pour affaires, recruter des mercenaires parmi les pirates qui y vivaient ou bien acheter des esclaves... Il est vrai que Magikya était de plus en plus intéressée par le marché fructufeux de l'esclavagisme, paradoxal pour celle qui fut, un court temps, captive de marchands d'esclaves, mais c'était avant tout pour le savoir qu'elle y allait. Magikya avait entendu parler d'un chaman, Elradän, ancien pirate, qui avait voyager jusqu'aux confins du monde, lui permettant de détenir des connaissances magiques très diverses, voir inconnues.

Le bruit d'un oiseau la fit sortir de ses rêves, ainsi qu'un vent qui vint s'engager à travers son chemisier blanc ouvert laissant apparaître un maillot de bain rouge. Elle remit une de ses mèches bleues derrière ses oreilles. Elle avait pourtant fait une queue de cheval à cause de ce vent mais certaines de ses mèches se rebellaient.

Soudainement, elle vit quelques personnes aller vers le bord du bateau, elle comprit leur curiosité en voyant quelques ombres se dessiner, des navires semblaient-ils. Elle interrogea un jeune marin qui se trouvait près d'elle :

"Excusez-moi, nous n'avons rien à craindre des pirates n'est-ce pas ?
- Non non, ne vous inquiétez pas, ce n'est pas la première fois que nous faisons ce trajet, les pirates ont un accord avec nous..."

Ceci dit, le marin se dirigea vers le Commandeur du navire, Magikya, bien que novice de ces politiques en mer, trouvait cela bien suspicieux de voir une petit flotte se rapprocher d'eux... Mais rapidement son attention fut attirer vers une agitation autour de la coque du navire. Des bulles remontaient vers la surface avec intensité, de plus en plus apparaissaient, soudain, avec une agilité inhumaine des créatures verdâtres, agressives grimpèrent et atterirent sur le pont.

Tout se précipita autour d'elle, les marins et le Commandeur s'armèrent, tentant de repousser les créatures, mais celles-ci étaient nombreuses et agiles avec leurs deux pairs de main. Elle essaya également de les repousser avec des sorts, elle repoussa l'un d'eux à la mer, fit bruler l'un de l'intérieur... Mais elle aussi se retrouva vite en surnombre et affaiblie par les sorts utilisés...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Mai 15, 2012, 01:58:19 »

Les sahuagins... De bien curieuses créatures. Pour certains, ils étaient les descendants d’une ancienne civilisation aquatique éteinte, des espèces de survivants qui avaient subi des dégénérescences cérébrales importantes. Pour d’autres, ils étaient de simples monstres marins. Dans tous les cas de figure, les sahuagins restaient des guerriers aquatiques pouvant sortir de l’eau pendant un certain laps de temps, et qui se battaient avec des armes, ce qui semblait leur donner une certaine forme d’intelligence, aussi primitive soit-elle. Ils pouvaient également utiliser leurs langues, pouvant l’agrandir comme celle d’une grenouille, et certains pouvaient également cracher depuis leurs paumes des jets d’acides.

« Les attaques des sahuagins sont-elles fréquentes ? s’enquit Oberyn en décapitant un autre sahuagin.
 -  Naviguer, c’est voir le risque de tomber sur des créatures, répliqua tout simplement le marin. Il y a une ancienne cité souterraine sous Skellige. Les sahuagins y rôdent... »

Restant prudemment derrière Oberyn, Alice était folle d’inquiétude, et serrait entre ses mains sa croix en forme de dragon. Excellent bretteur, Oberyn attaquait rapidement, esquivait avec aisance, enchaînant des roulades pour frapper vite, et fort. Tous ses coups faisaient mouche, et il s’évertuait surtout à protéger la Princesse, tournant autour d’elle, la poussant parfois. La Princesse avait bien du mal à suivre les évènements, et mit même un peu de temps avant d’attraper sa dague en verredragon, une arme que les forgerons de Sylvandell avaient confectionné à son intention. Elle l’agrippa, la sortant de son fourreau, et poussa un cri en voyant un sahuagin bondir vers elle. Le sahuagin n’acheva toutefois jamais sa course, se recevant un puissant coup de poing dans le menton. Les gantelets d’Oberyn étaient ornés de petites griffes recourbées évoquant celles des dragons. Le sang gicla du menton du sahuagin, un sang verdâtre, et Oberyn l’acheva d’un puissant coup de pied au niveau de la nuque, faisant craquer ses vertbères. Un autre monstre aquatique jaillit alors derrière le Commandeur, fondant sur lui.

« At... ! » voulut l’avertir Alice.

Son cri mourut dans sa gorge quand Oberyn se retourna, ayant perçu l’attaque du monstre. Son coude, qui avait également une griffe, se planta dans l’un des bras du sahuagin, et il le frappa en plein visage, enfonçant ses griffes en profondeur dans les deux yeux du sahuagin, transperçant sa cervelle. Un filet de sang et de neurones coula des yeux crevés du sahuagin, qui s’écroula sur le pont sans opposer la moindre résistance. Oberyn restait fidèle aux Commandeurs. Une véritable tornade.

Une langue siffla vers lui et il la trancha d’un coup d’épée, avant d’attraper l’une des lances d’un sahuagin défunt, et de le balancer sur son ventre. La lance frappa le sahuagin dans l’estomac, le transperçant de part en part. Alice, quant à elle, pouvait voir que, outre les marins, d’autres individus se battaient, notamment une espèce de magicienne qui balançait des sorts de feu pour repousser les sahuagins. Tout ne fonctionnait néanmoins pas de manière idyllique ; certains marins avaient été tués, et Alice comprit que l’objectif des sahuagins semblait être les femmes. Elle en vit ainsi une pousser un hurlement de terreur en passant par-dessus bord, emportée par l’un des monstres. Certaines rumeurs affirmaient que les sahuagins n’étaient plus que des mâles, et avaient besoin de femmes pour procréer. A l’idée d’être engrossée par un tel monstre, Alice en avait des haut-le-cœur, et dut se retenir pour ne pas vomir.

La bataille tournait néanmoins progressivement en faveur de l’équipage.

« Oberyn ! Il faut aider les passagers !
 -  Ma seule priorité est de vous sauver, Princesse ! »

Nombreux, les sahuagins attaquaient le navire, et trainaient autour de la magicienne, dont les sorts semblaient diminuer en intensité. Se mordillant les lèvres, Alice voulait bien la venir en aide, mais elle se sentait totalement impuissante. Un sahuagin agrippa la femme, et s’apprêta à plonger avec elle dans les abysses... Quand la moitié de sa tête explosa brutalement, répandant des morceaux de cervelle et de bout d’os dans les airs. Le sahuagin bascula dans le vide, et Alice comprit que les trois navires pirates venaient d’arriver, et que les pirates avaient des armes à feu. Celui qui avait tué le sahuagin avait utilisé un Colt à six coups, et tira sur un autre sahuagin, l’atteignant à la jambe.

Les sahuagins filèrent alors sans demander leur reste, poussant des espèces de piaillements suraiguës. Oberyn vit ainsi son adversaire s’enfuir, et haussa les épaules, avant de se retourner vers les pirates.

« Et bien ! On peut dire que vous arrivez à pic ! s’exclama le marin à qui Alice avait parlé.
 -  Ça se pourrait, ouais... répliqua le pirate.
 -  Ils ont capturé des femmes ! lança alors le marin, semblant dire la première chose qui lui venait à l’esprit.
 -  Yep ! On a une foutue putain de poussée de ces sales bêtes en ce moment, expliqua le pirate en crachant par terre. La chair fraîche, ça les attire... Et, ma foi, j’crois bien que je peux comprendre l’état de leurs couilles quand on voit les oisilleaux que v’là ! »

Le pirate avait dit ça en jetant un regard lubrique sur le décolleté d’Alice, qui s’empourpra, avant de le fusiller du regard.

« Alors, vous allez nous escorter ?
 -  Tu m’as pris pour un putain de guide touristique ou quoi ?!
 -  Mais... Je ne comprends pas...
 -  M’semblait bien que t’avais l’air un peu con... ‘M’en vais t’éclairer ta besace, s’tu me permets... »

Marmonnant dans ses lèvres, le pirate pointa alors son Colt sur le marin, et appuya sur la gâchette sans même se donner la peine de le regarder. La détente fit hurler Alice, et le marin s’écroula sur le sol.

« Ladies and gentlemen, ceci est, comme qui dirait, un acte de piraterie ! Vous avez le choix entre fermer vos sales gueules, ou plonger à l’eau. Les p’tites bestioles se feront un plaisir de vous dévorer !
 -  Vous n’aviez pas à le tuer ! »

Le forban, qui souriait béatement, darda son regard vers la Princesse.

« T’as la langue bien pendue, toi... Comme les putes... On verra si elle sera toujours aussi pendue quand t’auras ma queue entre tes... »

C’en fut trop pour Oberyn, qui planta ses griffes dans l’entre-jambes du pirate. Ce dernier poussa un faible couinement, et le Commandeur frappa avec son autre poignet, égorgeant l’homme, faisant voler du sang. Les autres pirates réagirent au quart de tour. Ils n’avaient fort heureusement pas tous des armes de feu, mais ils poussèrent des cris de guerre. Oberyn poussa d’un coup de pied le corps du pirate, l’envoyant tomber dans l’eau, et profita de l’effet de surprise pour attraper celui se trouvant à côté. Il l’attrapa par les pans de sa veste, et le balança dans l’eau, avant d’attraper Alice, et de courir se mettre à l’abri.

« Mais pourquoi nous attaquent-ils ?
 -  Ne jamais faire confiance à des rats de mer, Princesse » se contenta de dire Oberyn.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Magikya
Invité

FicheChalant
« Répondre #3 le: Juin 19, 2012, 09:36:23 »

Magikya commençait à basculer, ces sorts reproduits à répétition contre quantité d'adversaires l'avaient très rapidement épuisée, elle n'était pas habituée à ce genre d'exercie, sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration, haletante.

Puis Magikya sentit se poser sur elle des mains humides et répugnantes, puant les profondeurs des abysses. Alors qu'elle les s'agrippaient à elle avec énergie, un puissant bruit retentit et les mains la lachèrent immédiatement. Elle sentit un sifflement parcourir ses oreilles avec la puissance du bruit, elle était assourdit. Elle tomba à genoux, inconsciente du monde qui l'entourait, elle ne voyait pas les navires pirates se rapprocher.

Lorsqu'elle releva la tête, elle ne put voir qu'une marée verte, les sahaguins se sauvaient à toute vitesse, mais Magikya ne put à peine prendre le temps d'être soulager qu'elle sentit un bras visqueux l'enlacer et la pousser hors du pont du bateau. Ces bras étaient puissants, la tenant enlacée près de son corps verdâtre. Sans s'arrêter dans sa chute, ils poursuivirent à travers les eaux de l'océan. Ses bras et ses pattes, faites pour la nage, la poussait avec une vitesse impressionante, toujours vers le fond...

Alors que Magikya paniquait, certaine de mourir noyer, un autre sahaguins se rapprocha et plaqua contre le visage de la jeune magicienne une algue bleue. Elle sentit alors l'air passait dans ses poumons, lui permettant de reprendre ses esprits, également, ses oreilles blessées par la pression devinrent moins douloureuse. Mais si épuisée qu'elle l'était, elle était dans la totale incapacité d'user de magie

La magicienne sentait sa robe se coller à elle, elle ne réussissait pas à distinguer autour d'elle, tant les eaux étaient noires, elle pouvait néanmoins voir parfois un sahaguin passer, plus rapide car seul. Mais elle crut apercevoir, à deux ou trois occasions, un sahaguin transportant une autre femme...

Puis ce fut l'obscurité, elle perdit conscience...

Lorsqu'elle put enfin relever les yeux, une cité aquatique apparaissait devant elle
« Dernière édition: Juin 19, 2012, 09:47:33 par Magikya » Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #4 le: Juin 20, 2012, 08:19:35 »

La situation devenait assez compliquée sur le pont du navire. Les pirates de Skagg attaquaient les marins, bénéficiant de l’effet de surprise. Oberyn et Alice se dirigeaient sous les coups de feu vers une position à l’abri. La priorité du Commandeur était de veiller sur la Princesse. Ils allèrent, non pas vers les portes menant dans le bateau, mais le long d’une coursive longeant l’ensemble, et qui menait à la poupe du bateau. Les coups de feu résonnaient, les gens hurlaient, les marins tombaient à l’eau, et Alice, en s’appuyant sur le bastingage, vit des corps emportés dans l’eau par les Sahuagins. Ces derniers fuyaient rapidement. Oberyn attrapa Alice par les épaules. Le Commandeur était paniqué et nerveux. Il fallait agir vite. Il s’arrêta près d’un hublot, tandis que la Princesse voyait les femmes être emportées dans les profondeurs de l’océan.

« Il faut les sauver ! »

Le Commandeur dut la secouer par les épaules pour que la Princesse cesse de regarder dans l’eau, et qu’elle se concentre sur le moment présent.

« C’est vous qu’il faut sauver ! »

Alice le regarda en fronçant les sourcils. Oberyn avait soigneusement choisi leur cabine. Il n’était pas un Lord Commandeur pour rien. L’homme brisa le hublot d’un coup de pied, et tendit la main à l’intérieur, en sortant des vêtements de matelot qu’il avait acheté, dans cette hypothèse. Il les balança devant Alice.

« On ne peut pas leur échapper, et se battre contre eux serait suicidaire. Seul, je n’y arriverais pas. Et ils ne doivent pas savoir qui vous êtes !
 -  Mais... tenta de dire Alice.
 -  Skagg et ses pirates ne vous ont jamais vus, Princesse ! S’ils ont attaqué ce navire, c’est sûrement pour vous capturer, et exiger une rançon de la part du royaume. Nous avons été trop stupides... En vous faisant passer pour un simple marin, vous serez sûrement envoyés dans les cages à esclaves de l’île pendant plusieurs semaines.
 -  Mais... répéta Alice, incapable de dire autre chose.
 -  Dépêchez-vous ! »

Tournant la tête, le Commandeur siffla dans ses doigts, et une masse sombre jaillit de la cabine. C’était son fidèle corbeau. Tendant la main, Oberyn la posa sur le bureau posé contre la paroi, et en sortit un parchemin avec un encrier et une plume. Il trempa rapidement la plume, entendant des bruits. Alice, quant à elle, se déshabillait rapidement, comprenant qu’il fallait agir vite, et que, dans ce genre de situations, il était préférable de se fier à l’avis d’un Commandeur, plus instruit qu’une Princesse,  et plus à même de garder son sang-froid. Oberyn gribouilla quelques mots rapides sur le parchemin :

« Skagg nous a trahis.

La Princesse est capturée.

Demande de renforts immédiats.
»

Le message était assez sibyllin, mais Oberyn n’avait pas le temps d’en mettre plus. Il jeta l’encrier dans l’eau, et enroula le message autour de la patte du corbeau, qui poussa un croassement.

« Vole, mon beau. Tu m’as sauvé la vie plus d’une fois, alors vole vers Sylvandell, et porte le message au Château. »

Le voyage serait assurément long, mais, dès qu’on serait au courant, les dragons viendraient. Et eux seraient beaucoup plus rapides. Oberyn ignorait quelle folie avait pris Skagg pour les attaquer, mais il le regretterait amèrement. Le Commandeur se tourna vers Alice, et l’aida à enfiler sa chemise, et sa veste, tout en balançant également la robe à la flotte.

« Hey ! » protesta la Princesse.

Oberyn fut tenté de dire quelque chose, mais l’un des pirates débarqua alors. Un grand sourire aux lèvres, il pointa son arme vers eux, et le Commandeur fut le premier à réagir. Il balança un couteau, qui se planta dans la gorge du pirate. Ce dernier s’écrasa sur le sol en se tortillant de douleur, et Obeyrn regarda Alice, donnant quelques nouvelles instructions :

« Inventez une histoire crédible, Princesse. Si je reste avec vous, ils sauront qui vous êtes. Je vais sauver dans l’eau et rejoindre le rivage en nageant.
 -  Non ! s’écria la Princesse, paniquée à l’idée de rester seule avec ces bandits.
 -  Soyez forte, Princesse. Je veillerai sur vous. Vous êtes une Korvander, non ?
 -  Oui, mais...
 -  Alors, honorez votre sang. Par contre... »

Oberyn n’en dit pas plus, et sortit un couteau, puis empoigna les longs cheveux blonds d’Alice, qui dépassaient de son chapeau de matelot, un tricorne. Il les trancha alors d’un coup sec, faisant à nouveau sursauter la Princesse, et les balança à la mer.

« Mes cheveux !
 -  Ils repousseront... Ne vous inquiétez pas, Princesse. Sylvandell sera bientôt là, et Skagg paiera pour sa félonie. »

Il se tenait près du rebord. Tout allait si vite ! La pauvre Princesse était complètement déboussolée, et essaya de dire quelque chose. Se tenant sur le bastingage, Oberyn entendait des bruits, et lui fit signe de courir vers l’arrière du bateau, puis sauta dans l’eau. Contrairement à bien des Sylvandins, qui n’aimaient pas l’eau, Oberyn était un excellent nageur. Néanmoins, dans l’eau, il comprit que nager avec son armure serait bien difficile.

*Quel con !* songea-t-il.

L’armure n’était pas en plates, mais était quand même lourde. Partant de là, son poids l’entraînait par le fond. Se refusant à céder à la panique, ce dernier entreprit de la retirer, mais des ombres se mirent à danser autour de lui. Il vit des dauphins fondre sur lui, avec... Des femmes qui les chevauchaient ? Ça y est, Oberyn était devenu fou ! L’une des chevauches de dauphin s’approcha de lui, et il vit qu’elle portait un long bâton magique, et qu’elle était... Belle. Elle inspecta son corps, et se mit à sourire, révélant une série de dents pointues et longues. Sous ce sourire, son visage se déforma, devenant une grimace affreuse, un rictus qui provoquait des frissons.

La femme happa Oberyn dans les profondeurs, utilisant pour cela son bâton magique, et le conduisit dans la cité aquatique où les Sahuagins se terraient. Oberyn sombra alors dans l’inconscience.

*
*  *

« Où sommes-nous ?
 -  Il fait froid ici !
 -  Je veux mon mari ! »

Les femmes parlaient et caquetaient, et Oberyn se mit alors à tousser, et cracha un peu d’eau. Le guerrier reprenait peu à peu ses esprits. Il était trempé, et n’avait plus son armure, ce qu’il nota rapidement. Il était donc vêtu d’un pantalon de toile et d’une chemise blanche trempée qui lui collait au corps, exhibant ses pectoraux. En d’autres temps, il se serait sans doute trouvé diaboliquement sexy, mais il avait d’autres soucis en tête.

Il reconnut les femmes du bateau. Ils étaient dans une grande pièce qui semblait être au sommet d’une tour immergée, comme en témoignait le trou rempli d’eau qui se trouvait à côté de lui. Se relevant lentement, le Commandeur passa une main dans ses cheveux qui lui tombaient sur le visage, les repassant en arrière, et constata qu’il s’agissait bien d’une tour totalement inondée, à l’exception de cette dernière pièce. Inutile d’avoir des gardes pour les surveiller.

L’homme porta alors son regard sur la pièce, et constata qu’il était le seul homme. Dans un coin, il reconnut également la magicienne aux cheveux bleus, et lâcha, sans trop savoir quoi dire :

« Ne vous inquiétez pas, tout se passera bien. »

Il en était personnellement bien moins sûr, mais il suffisait de voir le regard de ces femmes pour constater qu’elles étaient paniquées
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Magikya
Invité

FicheChalant
« Répondre #5 le: Juin 24, 2012, 09:54:08 »

C'était une grande pièce, que des femmes semblaient-ils... Magikya essaya de se souvenir des derniers évènements, une attaque de sahaguins, puis de pirates, tout s'était déroulé si rapidement... Et maintenant, elle était dans une cité, sous l'eau d'après les hublots. Ce constat l'a fit paniquer, comment sortir d'ici ? L'endroit était sombre et humide, sa simple vue était désagréable. Mais un autre fait la tourmentait, pourquoi avoir été emmenée ici ? Peu probable que ce soient des mangeurs de chair humaine, et le fait qu'il n'y ait des personnes que de sexes féminins n'étaient pas pour la rassurer sur les intentions de ses geolliers...

Elle se releva de manière à s'adosser contre un mur, ses vêtements, trempés, l'embêtaient dans ses mouvements, lui collant à sa peau, d'autant que ses tétons s'étaient durcis avec le froid de l'eau.

La jeune magicienne repoussa une de ses mèches trempée derrière son oreille, elle voulait réfléchir à cette situation plus que précaire...

Mais une voix grave s'adressa à elle, se tournant vers celui qui s'adressait à elle, elle put distinguer le commandant. Le seule mâle de la pièce. Elle fut un peu vexée que celui-ci lui dise de ne pas paniquer, telle une enfant, mais elle voyait que cela partait d'une bonne intention et ne lui en tenue pas rigueur... Dans cette situation cela n'aurait été qu'un acte puéril.

« Merci, vous allez bien ? Vous connaissez ces créatures ? Pourquoi nous ont-elles emmenées ici ? »

Elle repensa alors à la jeune femme blonde que le commandant avait pour mission de protéger :

« Que s'est-il passé sur le pont ? Et les autres ? »

Tandis qu'elle parlait, elle regardait derrière le commandant, les femmes, pour la plupart, étaient paniquées, à l'exception de quelques unes.

Magikya voulut se réchauffer un peu, elle lança un sort, mais rien... Sans avoir laisser le temps au commandant de répondre, elle se tourna vers lui, cette fois, se sentant inquiète et vulnérable :

« On ne peut utiliser la magie ici... »

Surement ses glyphes et autres inscriptions vertes qui parcouraient les parois de leur « prison », elle se retrouvait sans défense.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433



Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #6 le: Juin 25, 2012, 04:50:22 »

Oberyn observait les lieux. Impossible de fuir. C’était une prison à la fois simple et implacable. S’il tentait de nager, il se noierait. Pas besoin de gardes... Mais que faisait-il là ? Pourquoi l’avoir sauvé ? Les Sahuagins n’avaient sélectionné que les femmes, et le Commandeur savait pertinemment pourquoi. Ou, plutôt, il craignait de savoir pourquoi. Ce fut la femme aux cheveux bleus qui lui demanda ce qu’il savait. Il hésita à lui répondre. Ce qui l’étonnait, c’était que les Sahuagins l’aient épargné. Mais, s’il se souvenait bien, il n’avait pas été sauvé par eux, mais par des espèces de sirènes qui chevauchaient des dauphins.

*J’ai du délirer...*

C’est ce qu’il essayait de se convaincre, mais il savait qu’il y avait des choses qui clochaient. Quand la magicienne expliqua que la magie ne fonctionnait pas, Oberyn s’attarda un peu plus longuement sur les glyphes qui recouvraient les parois. Le Lord Commandeur les examina silencieusement, et se pinça les lèvres. C’était la langue des sirènes. Les Sahuagins n’étaient pas connus pour être des mages d’exception, plutôt des chasseurs, des espèces de rats aquatiques vivant dans les ruines, et qui étaient l’ennemi traditionnel des sirènes. Est-ce que les sirènes étaient en guerre contre les Sahuagins ? Non, ce n’était pas logique.

« C’est la magie des sirènes, expliqua Oberyn pensivement. Si elle est toujours active, c’est que les sirènes doivent être dans le coin... »
 -  Des sirènes ?! s’exclama une femme. Mais alors, nous sommes sauvées !
 -  Détrompez-vous. Les sirènes ne sont pas des anges, rectifia Oberyn. Toutes ces légendes sur les sirènes chassant des marins pour les dévorer ne sont pas que des légendes. Néanmoins, il est troublant que sirènes et Sahuagins s’associent... Ils sont plutôt ennemis...
 -  Mais que nous veulent-ils ? »

Oberyn serra les lèvres. Il hésitait à leur dire ce que les Sahuagins voulaient. Ce n’était pas pour les dévorer, car ils étaient du genre à se contenter de manger des poissons. La société sahuagin comprenait en grande majorité des mâles. Pour se reproduire, les Sahuagins pouvaient compter sur leurs pondeuses, les femelles étant généralement de grosses pondeuses, mais il était probable que cette dernière devait être affaiblie, voire morte. C’était assez courant. Et les Sahuagins avaient besoin de se reproduire.

« Ils ne veulent pas vous dévorer, rassurez-vous. »

Il n’ajouta rien à voix haute, et prit à parti la femme aux cheveux bleus, s’entretenant à voix basse. Elle était une magicienne, et elle avait combattu les Sahuagins. Il espérait donc qu’elle pourrait l’aider à contrer les adversaires, et à trouver un moyen de s’échapper.

« Je vais avoir besoin de vous pour sortir d’ici. J’ignore encore comment, mais je trouverai bien une idée. Quant à ce qu’ils nous veulent... Ou vous veulent.. »

Oberyn laissa un petit flottement, avant de poursuivre, à voix basse :

« Ils vont venir, et prendront plusieurs d’entre vous. Et nos rangs diminueront ainsi, au fur et à mesure que les femmes seront conduites dans leurs salles de reproduction... »

Il n’ajouta rien, se disant qu’elle devait comprendre. Le Commandeur ajouta alors, continuant à réfléchir :

« J’ai appelé des renforts... Mais il faut réussir à s’échapper... Et... Pardonnez-moi, mais... Qu’est-ce qu’une magicienne peut bien faire dans cette région reculée ? »

Pendant ce temps, hors de l’eau, les pirates de Skagg regroupaient les marins, les attachant avec des chaînes autour du cou. Alice se laissa faire. En temps normal, les pirates les auraient probablement violés, mais les contremaîtres étaient pressés. Skagg leur avait dit de ne pas traîner, et Alice se fit toute petite. Encore plus curieusement, les pirates ne dévalisèrent même pas les cabines, et celui qui essaya, négligeant ainsi les ordres des contremaîtres, se reçut un carreau d’arbalète en pleine gorge, l’envoyant tomber dans l’eau. On s’éloigna sur les navires, après avoir laissé dans les cales du feu grégeois.

« Archers ! hurla un contremaître. Feu ! »

Une série de flèches enflammées filèrent depuis le pont pour se planter sur le navire, qui ne tarda pas à s’enflammer.

*Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Ils n’en avaient pas après l’or ?! A quoi est-ce que tout ça rime ?*
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox