banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Pacta Sunt Servanda [PV]  (Lu 220 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« le: Septembre 18, 2017, 11:29:33 »

Qu’est-ce qui était la source du pouvoir ? L’autorité ? La légitimité naturelle ? Qu’est-ce que les gens respectaient ? Dans quelles circonstances évitait-on les rébellions ? N’en déplaisent à tous les idéalistes, les grandes vagues de soulèvement populaire avaient toutes un point commun : l’or. Quand il y avait une crise économique ou alimentaire, quand l’État n’était plus en mesure d’offrir à ses sujets nourriture, protection, et fortune, alors les privilèges des uns devenaient abusifs. Les défauts normalement acceptés ne le devenaient plus, et, peu à peu, le royaume s’enlisait dans une situation redoutable, un cercle vicieux dont les conséquences pouvaient être très fâcheuses, et même dramatiques.

Bazzheï Bazhal avait beau porter des vêtements modestes, sans bijoux ostentatoires, il n’en était pas moins un homme extrêmement influent, sans aucun doute l’homme le plus redoutable du monde. Bazzheï Bazhal était en effet le Grand-Commerçant de la redoutable Compagnie Dorée, un conglomérat commercial regroupant l’ensemble des cités-nations de la Côte d’Or. Des cités indépendantes, libres, et extrêmement riches, grâce à leurs multiples mines d’or. La Compagnie Dorée disposait de bandes de mercenaires, des milliers de guerriers entraînés et bien armés, que la Compagnie monnayait, et était surtout utilisée par son bras armé, la Banque Dorée. La Banque Dorée était un redoutable organisme bancaire, qui, d’une manière ou d’une autre, se faisait toujours payer ses dettes. Et les principaux débiteurs de la Banque étaient des États.

Quand un État refusait de payer, ou était en état de cessation des paiements, la Banque avait une solution. Soit elle cessait d’emprunter, soit elle envoyait ses troupes. Pour l’heure, tous les États ayant tenté le bras de fer avec la Compagnie avaient échoué. La famille royale en place était déchue de ses titres, et tous ses biens saisis pour honorer les dettes de l’État, et la nouvelle dynastie royale augmentait ensuite considérablement les taux d’impositions pour tenter de rembourser la Compagnie... Sinon, la Compagnie se servait sur place, en acquérant des propriétés, ou généralement en prenant des esclaves.

Aujourd’hui, Bazzheï Bazal faisait route vers le château royal d’un royaume qui venait de perdre son Roi. Le Dauphin étant trop jeune pour gouverner, c’était sa mère, la Reine Célène, qui assurait la régence... Et, quand elle avait pu poser ses fesses sur le trône, elle avait constaté que feu son mari avait laissé le royaume dans un état catastrophique. En fait, « catastrophique » était un euphémisme, vu l’état dramatique des finances publiques. Le trésor royal était tout simplement asséché, vide comme un puits sans fond. Dans ces conditions dramatiques, la Reine anticipait très certainement l’arrivée de Bazzheï Bazal, qui venait pour s’assurer que la Reine offre de solides garanties à la Compagnie Dorée.

*Car, d’une manière ou d’une autre, la Compagnie récupère toujours son investissement... Mais ça, la Reine le sait bien...*

On la disait aussi belle qu’intelligente, et c’était une qualité que Bazzheï Bazal appréciait. La Compagnie était rigide, mais savait aussi faire des concessions, et faire preuve de souplesse, surtout quand elle savait que l’interlocuteur qu’elle avait en face d’elle était un individu ayant la tête sur les épaules. Autrement dit, Bazzheï était prêt à faire preuve de compréhension avec la Reine... Si, en retour, elle savait susciter son intérêt.

D’où la nécessité d’une rencontre, et c’était pour ça que son bateau s’amarrait dans le port de la capitale...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Septembre 19, 2017, 12:28:39 »

La Reine Célène avait en ce jour toutes les raisons d'être anxieuse, car elle était, littéralement, sur le point de devoir négocier l'avenir de son royaume. Elle n'aurait jamais cru, il y a trois ans, en se mariant au jeune roi d'Angarad, qu'elle se trouverait dans pareille situation. Comme la grande majorité des mariages entre grandes familles nobles, le sien n'avait pas été un ariage d'amour, mais purement d'intérêts politiques. Comment d'ailleurs aurait-elle pu tomber amoureuse de son mari, alors que ce dernier fréquentait d'avantage prostituées et courtisanes que sa propre femme ? Néanmoins, malgré ces frasques, Célène était parvenue à tomber enceinte de lui, et à lui offrir un héritier mâle, sécurisant ainsi la succession...de moins l'avait-elle cru jusqu'à il y a quelques semaines.
Son mari était mort d'un accident de chasse. Si comme à son habitude il s'y était rendu avec une escorte, même ses gardes du corps n'avaient pu l'empêcher de vouloir s'attaquer à un ours, et bien évidemment la bête l'avait emportée. Le Roi d'Angarad avait succombé à ses blessures avant même qu'il ne puisse être ramené au château.
Son fils n'étant même pas âgé d'un an, c'était donc à sa femme qu'il incombait de diriger le royaume, jusqu'à la majorité de son fils. Célène ne s'était jamais penchée vraiment dans les affaires du royaume, même si elle se doutait que la situation financière devait être difficile, vu tous les tournois et les banquets que son mari ne manquait pas d'organiser de son vivant. Mais quand elle avait effectivement mis le nez dans les livres de compte, quand les conseillers du feu roi lui expliquèrent la situation qu'ils n'avaient pu éviter, car le roi ne se souçiait jamais de leurs conseils...elle avait bien failli perdre connaissance la première fois.
Les finances d'Angarad étaient semblables à un gouffre sans fond. Si le royaume avait en soit tout ce qu'il fallait pour être stable économiquement, les emprunts que le roi avait contracté pour financer ses fêtes, ses orgies, et ses tournois plombaient cette économie à un point que Célène ne voyait pas beaucoup de solutions à ce problème. Si elle était parvenue à supplier son père de l'aider, notamment pour verser la solde de l'armée, il y avait énormément de secteurs qui allaient, très vite, se retrouver sans financements.

Ce jour était donc très important, car il marquait la visite de Bazzheï Bazhal, le Grand Commerçant le la Compagnie Dorée. Il s'agissait d'une puissance association de cités franches qui formaient un conglomérat financier, le plus puissant et le plus influent du monde connu...et qui était le créancier du royaume d'Angarad. Les sommes que la famille royale devait à cette organisation étaient colossales, et Célène maudissait son défunt mari de l'avoir laissée, elle et son fils, avec un royaume aussi gangréné par des emprunts irresponsables, aux taux d'intérêts absolument incroyables. En l'état actuel des choses, le royaume était donc au bord de la banqueroute, et la Compagnie Dorée n'était pas connue pour plaisanter dans le cas de sommes d'argent aussi importantes...aussi des négociations étaient-elles de mise.
Si Célène n'avait jamais aimée son mari, il n'en était pas de même concernant l'enfant qu'elle avait eu avec lui, son petit Jonas. Célène était une mère très protectrice, telle la lionne qui était l'emblème d'Angarad. Si elle prenait tant à coeur le fait de redresser ce royaume, c'était pour tâcher de le léguer à son fils dans un état stable, qui lui permettrait de régner sereinement dessus. La situation n'était pas inextriquable...pour tous ses défauts, le mari de Célène avait au moins mené des campagnes militaires victorieuses contre des territoires orcs qui bordaient il y a encore peu leurs frontières, qui s'étaient de fait agrandies. Ces nouvelles terres devaient être défichées, colonisées, et exploitées. Riches, elles l'étaient, mais leur exploitation nécessitait de lourds moyens...et pour celà, il fallait de l'argent. Angarad pouvait peut-être se sortir de sa situation désastreuse par ce biais...mais Célène, non seulement allait devoir négocier des délais de remboursement des emprunts contractés par son mari, mais aussi négocier d'autres pour ce projet. La Reine le savait donc pertinement, ce n'était pas en position de force qu'elle allait entamer ces négociations, et elle ne se faisait aucune illusion...le représentant de la Compagnie Dorée le savait également.

*Je vais devoir le convaincre, alors qu'il n'a aucune raison de ne pas juste déclarer Angarad insolvable, et d'en vendre la carcasse au plus offrant...*

Cela était déjà arrivé...et risquait bien d'arriver à Angarad également. Célène était seule dans la salle du trône, assise dessus, car cette audience allait se faire à huit-clos, tant son sujet était de la plus grande importance. Elle était anxieuse, terrifiée même, mais la pensée de faire ça pour son fils lui donnait malgré tout la force dont elle avait besoin pour continuer. Elle le devait, pour lui, pour lui offrir un avenir. Il n'y avait vraiment plus que ça qui comptait à ses yeux.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Septembre 19, 2017, 10:53:26 »

Angarad était un grand royaume, un client de longue date de la Compagnie Dorée. Ce n’était donc pas pour rien si la Banque avait envoyé l’un de ses meilleurs éléments. Bazzheï Bazhal était particulièrement laid. Il le savait très bien. Il avait toujours eu un grave problème de surpoids, et n’avait jamais vraiment pu lutter contre ça. Alors, comme il n’était pas très sportif, il avait compensé sa laideur et sa disgrâce physionomique par un esprit méthodique et très calculateur. Très bon avec les chiffres, il connaissait du bout des doigts la situation économique du royaume. Ce dernier s’était profondément endetté pour deux raisons principales : d’une part, les guerres dans les montagnes contre les Orcs et les Trolls, et, d’autre part, des banquets dispendieux et des fêtes luxueuses. Pendant des années, le Roi d’Angarad, pour impressionner ses bannerets et les autres royaumes, avait vécu totalement au-dessus de ses moyens, finançant à grande pompe des fêtes luxueuses, la construction d’immenses châteaux, en finançant tout cela par les prêts que la Banque fournissait. C’est simple, et ça faisait partie des statuts de la Banque Dorée ; elle ne refusait jamais un emprunt étatique. En effet, il était un principe millénaire applicable à n’importe quel État : pacta sunt servanda. Lié par sa propre parole, un État s’engageait toujours à honorer ses engagements, ce qui, en l’occurrence, impliquait de devoir rembourser ses prêts.

Un État paie toujours ses dettes, d’une manière ou d’une autre, et, dans tous les cas, la Compagnie était gagnante, car, ce qu’un royaume ne pouvait pas rembourser, la Banque Dorée se servait elle-même. Mais Angarad était un cas particulier. Ce qui avait surtout étonné les comptables, c’était que, pour parvenir à rembourser la dette, la Reine Célène avait fait une proposition insolite, tenant principalement en deux points : d’une part, obtenir un rééchelonnement des échéances, avec un moratoire de plusieurs années avec suspension du cours des intérêts, et, d’autre part... Un prêt supplémentaire ! La requête de la Reine détaillait longuement l’objet de ce prêt, qui visait à investir dans de nouveaux terrains, situés précisément dans les régions limitrophes que le Roi d’Angarad avait réussi à récupérer, et qui abritaient des terres fertiles, des carrières, des gisements... En exploitant ces zones, Angarad se faisait fort de rembourser sa dette abyssale.

Alors, Bazzheï était venu, pour apprécier le bienfondé de cette requête, et l’appuyer... Ou non. Et, si la Banque rejetait la requête de la Reine, la Compagnie ferai tune lourde proposition, qui consisterait en une saisie de nombreux biens immobiliers. Car la proposition initiale de la Banque portait sur un abandon de souveraineté de plusieurs grandes villes, la fourniture de nombreux esclaves, et la confiscation d’une grande partie du patrimoine royal... Des conditions extrêmement rudes, mais qui servaient de base à des contrepropositions.

*Et c’est à mon avis que la Commission se rangera...*

Ce que la Reine savait sûrement. Bazzheï fut ainsi rapidement conduit dans le Palais royal, et on le guida vers la salle du trône, où la Reine lui avait autorisé une audience.

Bazzheï rentra donc dans l’impressionnante salle du trône.

« Reine Célène... C’est un immense honneur de vous voir enfin ! »

Bazzheï Bazhal fit une élégante courbette, avant de relever le visage, et de sourire généreusement.

« Les bardes qui vantaient votre beauté ne m’ont décidément pas menti... Vous êtes particulièrement belle ! »

En tant que négociant, fidèle à lui-même, Bazzheï se montra chaleureux et respectueux, toujours avec le sourire aux lèvres... Mais tout le monde savait que le sourire d'un marchand était trompeur, n'est-ce pas ?
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox