banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
Auteur Sujet: Retour aux sources (PV: Alice Korvander)  (Lu 3201 fois)
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« le: Janvier 31, 2017, 04:12:36 »

Un mois après le départ de Arthas Moebius, Titus était rentré dans mon bureau avec un air déconfit, il tenait dans sa main une lettre qui était parvenue par corbeau. Il hésitait à me la donner et son visage en disait long. Arthas devait rentrer à Ashnard mais il m'avait soufflé qu'il allait faire un crocher par Sylvandell afin de transmettre mes voeux auprès de la Princesse Alice. Donc, je savais qui était l'expéditeur de cette lettre et Titus ne savait plus quoi dire, je l'avais fait s'assoir afin qu'il reprenne un rien confiance en moi.

- Je sais qui m'envoie cette lettre et je sais que maintenant tu hésites sur mes intentions. Je te comprends Titus, donne moi cette lettre et sors d'ici si tu n'as pas confiance.

Titus me tendait la lettre en la faisant glisser sur mon bureau, lorsqu'il s'était redressé.

- Expliquez moi Capitaine, expliquez pourquoi notre ennemie vous envois une lettre.

Le sceau avait été brisé et je comprenais à ce moment précis que tout le gratin de Nexus était au courant de cette lettre et de son contenu. Je savais que maintenant personne n'avait confiance en moi, il devenait impératif que je sorte du bureau afin de me sauver la vie.

- Titus, Sylvandell n'est pas notre ennemie...

Le caporal s'était mis debout et avait frappé du point sur mon bureau.

- Sylvandell est notre ennemie et vous êtes de Sylvandell, vous êtes en conséquence notre ennemie. Capitaine Lunia, enfin Capitaine Altrion ou Générale Altrion de Sylvandell, je vous démets de vos fonctions avec effet immédiat.

Je n'avais plus rien à lui dire, étant mon bras droit, c'était à lui que les responsabilités de mon poste incombées maintenant. Il était devenu Capitaine faisant fonction en attendant un successeur ou qu'il prouve sa valeur. Voyant qu'il avait la main sur le pommeau de sa lame, je m'étais mise debout afin de voir sa réaction. Je devais partir libre, c'était la priorité absolue maintenant. J'avais rangé la lettre sous mon armure en faisant un pas de coté, doucement je m'approchais de la porte afin de sortir.

- Je dois vous remettre aux autorités de la cours, mais je ne le ferais pas, du moins pas tout de suite, vous avez toujours été bonne avec moi Capitaine, je vous laisse une heure avant que j'aille dénoncer votre disparition.   

Il avait le visage triste, limite en pleur, mais je ne pouvais rien faire pour lui, ma vie avait été décidée au moment de la réception de la lettre. Ilinia Altrion de Sylvandell, voilà bien longtemps que quelqu'un m'avait appelé comme ça.

- Titus, tu seras un excellent Capitaine de la Garde, prends soins de toi et des tes hommes.

Et au moment où je voulais sortir.

- Ilinia...


Je me retournais vers Titus et ce dernier se jetait dans mes bras pour une dernière embrassade. Un merci sortait peinement de ma bouche et lorsque nos corps se séparaient, je sortais de la pièce comme pour fermer un chapitre de ma vie. Je marchais rapidement vers les écuries, prenant soins de croiser le regard de personne, comme pour leur dire que je pars en patrouille. Mais je le sentais bien que des yeux étaient sur moi, ils avaient compris qui j'étais réellement, le chemin que j'empruntais longeait les différentes casernes de garde, il y en avait huit, huit casernes rien que pour le palais et le neuvième bâtiment servait d'écurie. Là mon cheval m'attendait déjà scellé avec un papier de Titus.

Cela te fera gagner une quinzaine de minute sur l'heure que je te laisse. Titus.

Je me mettais à sourire et voir même pleurer par ce geste salvateur de mon ex Caporal mais je n'avais pas le temps. Je posais mon pied gauche sur l’étrier et je montais sur le dos de mon cheval. En un claquement de talon, je démarrais au triple galop, fonçant vers la porte de la ville la plus proche qui était celle de l'Est et en cinq minutes je l'avais atteinte. Les gardes des portes m'avaient laissé le passage libre afin que je puisse quitter la ville sans me demander mon reste. Pour eux, je faisais une ronde autour des murs d'enceinte. Et quelques instants après, les portes s'étaient fermées pour toujours, enfin je le croyais à ce moment là. Maintenant, je n'avais plus le choix, Sylvandell n'était plus que ma dernière possibilité afin de pouvoir vivre. Je m'éloignais de Nexus avec regret et tristesse mais après un temps, les cloches s'étaient mises à sonner l'alerte, Titus avait tenu parole et moi j'étais déjà loin et hors d'atteinte.

Le matin du début laissait la place à une après midi ensoleillé et doux, la distance séparant les deux cités était de trois jours de voyage en passant par la route normale, mais un petit raccourci allait venir abréger le voyage à vingt quatre heures seulement. La route était calme, à part une petite tentative de bandit qui s'était soldée par la mort de leur chef et le restant avait pris la fuite. Pauvres petits bandits. La nuit, je m'étais abritée sous les branches d'un énorme arbre et mon cheval pouvait se reposer tranquillement. Au petit matin, un géant m'avait réveillé avec le bruit de ses pas, il cherchait de la nourriture mais moi je voulais pas servir de diner farci aux pommes. Je continuais ma route jusqu'aux portes de Sylvandell qui me semblait beaucoup plus grande que dans mes souvenirs. Mais bon soit, ne faisons pas la fine bouche, ici je n'étais pas recherchée par mes confrères. Mais les gardes de la porte, eux, n'étaient en verve de me laisser passer car je venais de l'Ouest et donc ils pensaient, à raison, que je venais de Nexus. Je bataillais verbalement avec eux pendant de longues minutes avant de me rappeler la lettre de la Princesse qui me convoquait. Les gardes s'étaient résignés à me laisser passer.

Dans a ville, mes souvenirs d'enfances étaient revenus en un éclair, j'étais redevenue Ilinia Altrion une fille du coin quoi, mais trêve de connerie, la Princesse m'attendais maintenant. De là où j'étais, je voyais le petit palais de la ville et je comblais la distance qui me séparait de ce dernier. Je montrais encore le message de la Princesse aux gardes devant la porte et enfin me voilà dans le palais de la famille Korvander. J'allais enfin voir le joyaux de Sylvandell de mes propres yeux. Un long couloir avec des ornements hors de prix ainsi que des drapeaux avec le blason de la famille décoraient à merveille l'intérieur. J'avais déjà visité ce palais par le passé, mais tout avait changé, en mieux surtout. Une double porte finissait le couloir et trois gardes me stoppaient dans mon élan. Une dernière fois, je sortais la lettre mais le garde la prenait et il ordonnait aux deux autres d'ouvrir la porte. Le porte ouverte donnait sur la salle du trône qui avait subi la même décoration que le couloir et au centre de la pièce contre le mur du fond, le grand trône dont la personne assise n'était rien d'autre qu'une jeune femme blonde à l’apparence frêle. Mais je savais qui elle était et surtout ses exploits. Le traité sur l'esclavage c'était elle, le rapprochement entre le peuple et la couronne c'était elle et la liste était bien longue. Plus je m'avançais et plus je la trouvais mignonne cette gamine. Le charme de Sylvandell en état de grâce, elle portait bien son titre: Princesse Alice Korvander le Joyau de Sylvandell. A trois mètres du trône, j'avais posé un genou à terre alors que le garde lui, avait continué sa marche jusqu'à coté de la Princesse et lui avait remis la lettre.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7462



Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #1 le: Février 06, 2017, 01:53:09 »

Sylvandell était un petit royaume montagnard très particulier. Il s’étalait au sein d’une grande vallée fertile cerclée de montagnes, avec, au fond de ladite vallée, la capitale, Sylvandell, qui avait été construite à flanc de montagne. Sylvandell flottait ainsi dans le vide, soutenue par d’énormes piliers et fondations qui s’enfonçaient dans la roche. C’était la partie basse de la capitale, la partie haute se situant sur un haut-plateau en hauteur, abritant, au bout d’un pont surplombant le vide, le Château royal. Par rapport au Palais d’Ivoire de Nexus, le Château royal était minuscule, faisant à peine la taille d’une aile du Palais. Pourtant, c’était bien là le refuge de la Princesse de Sylvandell, Alice Korvander, qui attendait patiemment le retour de la fille de feu le Général Altrion. Ce dernier était mort sur le champ de bataille, et sa fille, visiblement meurtrie par cette mort, avait disparu. Alice avait toujours cru qu’elle était morte, et avait récemment appris, par le retour d’une autre personne supposée disparue (Arthas Moebius) qu’Ilina était, non seulement toujours en vie, mais était aussi Capitaine de la Garde de Nexus.

La nouvelle avait troublé Alice, qui avait choisi de dissimuler l’information à son père. Si Tywill avait appris ça, il aurait pu ordonner la mise à mort de la jeune femme, en la prenant pour une traîtresse. Elle avait fait ses classes militaires à Sylvandell, prêté serment d’être au sein l’armée royale, de soutenir l’effort de guerre ashnardien, et s’était retrouvée à servir leur ennemi, la redoutable Nexus. Alice, néanmoins, avait réfléchi. Elle connaissait Ilina, car, pendant son enfance, elle la voyait souvent s’entraîner. Ilina était une bâtarde, que Povel avait ensuite reconnu. Alice lui avait donc envoyé une missive, mais ne savait pas toutes les conséquences que cela avait déclenché.

*Le fait est que je ne suis pas sûre de ses intentions...*

Alice était donc en compagnie de Cirillia, pour sa propre protection. Elle attendait nerveusement dans un salon.

« Je doute qu’elle puisse avoir trahi Sylvandell...
 -  Elle travaille pour Nexus, c’est quand même suspicieux !
 -  Pas en tant qu’espionne, d’après ce que tu m’as dit. Je connais le Commandant de la Garde Royale. S’il a accepté Ilinia, c’est qu’il ignorait ses origines sylvandines. »

Après la tuerie qui avait décimé la famille Ivory, la Garde du Palais avait été confiée à Sire Ronald Langley, un paranoïaque. S’il connaissait les origines d’Ilinia, il la limogerait sans hésiter... Et, en songeant à cette hypothèse, Alice ignorait qu’elle l’avait provoqué. Elle réfléchissait donc encore, quand un page approcha, et signala à « Sa Majesté » qu’Ilinia Lunia était arrivée. Le cœur d’Alice bondit dans sa poitrine, et elle hocha la tête, annonçant qu’elle allait la recevoir, non pas dans la salle de trône, mais dans un salon petit, et plus discret... Celui où elle était actuellement.

Elle se racla la gorge, et tâcha de dissimuler sa nervosité en s’imposant des exercices de relaxation et de ventilation de l’oxygène. Ciri’, fort heureusement, était là, et sa seule présence suffisait à calmer Alice, par le stoïcisme et le détachement dont la sorceleuse faisait preuve. La Princesse finit par poser son séant sur le fauteuil, et demanda à Cirillia d’aller chercher Ilinia. La sorceleuse haussa un sourcil, surprise d’être rabaissée à une tâche si servile, mais s’exécuta malgré tout, et, quelques instants plus tard, Ilinia s’approcha.

Il n’y avait alors plus aucun signe de nervosité visible chez Alice, assise sur un fauteuil, mains posées sur les accoudoirs, qui laissa Ilinia se présenter, et enchaîna rapidement :

« Ilinia Luna, fille de feu le Général Povel Altrion... Vous vous portez comme un charme, pour quelqu’un qui est déclarée morte dans nos registres royaux. »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« Répondre #2 le: Février 06, 2017, 02:08:07 »

« Ilinia Luna, fille de feu le Général Povel Altrion... Vous vous portez comme un charme, pour quelqu’un qui est déclarée morte dans nos registres royaux. »

Paroles froide et remplies de convictions, la jeune princesse prenait son rôle au sérieux, devant tout doucement remplacer son père Tywill le Roi de Sylvandell. J'étais un peu admirative de sa prestance. Regardant la gardienne d'Alice qui m'avait fait un signe de tête, je comprenais que je pouvais me lever devant elles. Je restais fière et entendre le prénom et le nom de mon père m'avait fait ressentir un manque très longtemps enfui. Mais, la fin de la phrase m'avait un choc, morte? Pourtant c'est le Roi lui même qui m'avait chassée et refusait mon accès au rang de Générale.

- Morte??? En voilà une surprise, ai je l'air d'une morte, Princesse? Comment pourrais je être morte et devant vous a cet instant?

Mon visage était devenu fermer et froid, me prenait elle pour une guerrière imbécile? Mes pensées se mélangeaient et mes souvenir de cette soirée dans le bureau de Tywill avant mon départ étaient toujours gravés dans ma tête. Pourquoi m'avait elle fait convoquer?

- Princesse, vous m'avez fait convoquer et sachez que votre missive a fait grand bruit et maintenant ma tête et mise à prix sur tout le territoire de Nexus.

La lettre de Sylvandell nominative en territoire ennemi était une bonne manière de faire grand bruit. De ma main droite, je replaçais plusieurs mèches derrière mon oreillette d'oiseau. J'avais déjà vu Alice dans mon enfance, mais jamais je lui avais adressé la parole. Les gardes était en excès de zèle quand il s'agissait de la princesse héritière de Sylvandell et son père refusait qu'il lui arrive quoi que ce soit. Tywill, le roi de Sylvandell, il devait être responsable de cette rumeur.

- Votre majesté, est ce votre père qui a signé le registre avec ma mort?
« Dernière édition: Février 06, 2017, 06:30:51 par Ilinia Lunia » Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7462



Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #3 le: Février 13, 2017, 01:27:13 »

Alice n’avait pas accepté ce rendez-vous les mains vides, et, sur une table devant elle, il y avait un dossier. Elle l’avait récupéré des archives royales, et il comprenait toutes les informations disponibles sur Ilinia Lunia. De la main, elle le récupéra, et l’ouvrit, sortant rapidement plusieurs procès-verbaux.

« Voici tous les documents que nous avons pu recueillir sur vous, Madame Lunia... Votre prestation de serment après avoir fait vos classes, et le compte-rendu de votre discussion avec le Roi de Sylvandell, mon père. Il y est fait état d’une discussion visant à hériter du titre de ‘‘Général’’ qui était dévolu à votre père, et que Sylvandell vous a refusé, en alléguant que ce titre ne se transmettait pas dans une succession, et était exclusivement attaché à la personne du de cujus... Votre père, en d’autres termes. »

C’était une décision logique, selon Alice, on transmettait son patrimoine. Or, la fonction de général n’était pas un bien à faire valoir dans une succession, mais une charge décernée par Sylvandell en fonction d’une carrière militaire et d’éléments strictement personnels. Tywill avait donc refusé cette demande, et Ilinia était ensuite partie.

« Il n’existe aucun acte de décès, faute d’une confirmation officielle de votre mort... Mais c’était... Un bruit qui courait. Pourquoi seriez-vous partie, autrement ? Vous comprendrez donc quelle fut ma surprise lorsque j’ai appris que vous aviez refait une nouvelle vie à Nexus... »

Le ton était soupçonneux, car, manifestement, Ilinia avait oublié ses précédents vœux envers Sylvandell.

« Je regrette profondément, glissa-t-elle ensuite, non sans ironie, d’avoir perturbé vos projets d’implantation à Nexus... Mais peut-être aviez-vous oublié, en allant à l’autre bout du continent, que vous aviez prêté serment de servir Sylvandell ? Le poste de général ne vous a pas été refusé parce que vous étiez une bâtarde, mais parce qu’un poste de cette nature relève d’un intérêt public, et non privé. C’est l’armée qui décide qui mérite de devenir général. Moi-même, je ne suis pas Princesse héritière parce que fille du Roi, mais parce que le Dragon d’Or m’a reconnu comme descendante légitime d’Erwan Korvander. »

La discussion était calme, mais on pouvait néanmoins percevoir une certaine tension, palpable dans l’air. Après tout, Alice avait ouvert les hostilités en évoquant une trahison, parce que les faits étaient graves. Pour autant, il était vrai qu’Ilinia était venue de son plein gré, alors que, en quittant Nexus, elle aurait pu partir n’importe où. Cette situation amenait Alice à tenir compte de la bonne foi de la rouquine, ce qui l’amena ensuite, après cette explication très juridique, à se radoucir, pour poursuivre ensuite :

« Pourquoi avoir rejoindre l’armée de Nexus ? Vous saviez pertinemment que, vu votre dossier, et vos antécédents, les Nexusiens ne vous auraient jamais accepté. Vous ne pouvez pas nous reprocher de dévoiler la vérité, c’est vous qui avez, soit menti, soit omis de révéler des informations essentielles, quand vous avez rejoint les Nexusiens. Alors... Pourquoi être partie ? Pourquoi avoir été si loin ? »

Des questions absolument centrales pour la Princesse...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« Répondre #4 le: Février 13, 2017, 01:04:04 »

Alice abbatait ses premières cartes en me rappelant mes voeux envers Sylvandell, mais qu'avait elle de bien précis sur moi et sur ma disparition le même jour que la mort de mon père.

- Oublier mes voeux. J'en rigolais. J'avais prêté serment afin de protéger Sylvandell de toute menace qui pourrait venir. Et alors que j'étais sur la champs de bataille à combattre les rebelles, j'ai reçu un message pour le dire que mon père était mourant. Grâce aux dieux, j'ai pu arriver avant qu'il ne parte.

J'inspirais profondément afin de continuer mon histoire. Je ne devais pas montrer un signe de faiblesse.

- Le soir même de sa mort, le page de votre père est venu me chercher avec six soldats, le Roi, votre père, voulait me voir. Escortée jusqu'au bureau de sa Majesté, il m'a posé une seule et unique question: Qu'attendez vous de l'armée de Sylvandell?

Je tirais sur mes gantelets afin de les réajuster et je reprenais mon histoire.

- J'ai répondu à votre père que je voulais devenir générale comme mon père. Votre père et son page ont bien rigolé. Aaah ça pour rire, ils ont bien rit. Contre proposition de votre père, devenir votre gardienne, non pas que cela me déplaise, mais je suis un soldat, j'ai juré de protéger Sylvandell de toutes menaces, pas de faire la nounou.

Je savais que ma réponse était pas la meilleure que j'ai eu mais j'avais parlé sans filtre.

- J'ai refusé l'offre et votre père m'a informé que le décret de transfert était déjà signé de sa main. Soit j'acceptais ou j'étais arrêtée pour désertion. Il m'a montré le décret avec son cachet de cire et son seau. J'ai préférée fuir mais alors que j'étais sur les routes je métais dit: Où vais je? Ashnard est alliée avec Sylvandell donc impossible de me cacher la bas. Alors Nexus était une évidence, j'ai changé de nom afin que personne ne sache qui j'étais et d'où je venais. Et je ne faisais pas partie de l'armée de Nexus mais de la garde civile. Je ne voulais pas croiser l'armée de Sylvandell sur le champs de bataille et combattre mes anciens frères d'arme.

Le visage de la garde d'Alice s'était fermée et je savais que maintenant, j'étais à deux doigts d'être mise aux fers.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7462



Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #5 le: Février 20, 2017, 01:49:04 »

À la grande surprise d’Alice, Ilinia évoqua un fait dont elle n’avait jamais entendu parler : un décret visant à la transférer de l’armée à la garde royale, afin d’assurer sa protection. Les yeux de la jeune Princesse s’écarquillèrent même sous l’effet de la surprise. Son dossier ne contenait aucune mention de ce décret, et, intérieurement, elle grommela encore contre son père, ses initiatives, et son irrespect de la procédure. Alice était, sur ce point, nettement plus protocolaire que ce dernier, et partait pour principe qu’il fallait ranger tous les documents possibles, les classer et les archiver. Cette histoire était-elle vraie ? Elle n’avait, en soi, aucune raison d’en douter. Tywill avait dû voir qu’elle et Ilinia avaient passé du temps ensemble, et c’était pour ça qu’il avait eu cette idée en tête.

Un léger moment de silence passa, avant qu’Alice ne le rompe, en retrouvant son contrôle et ses esprits :

« J’enquêterai sur cet élément dont j’ignorais l’existence jusqu’à présent. S’il est avéré, alors c’est que, effectivement, mon père a commis une faute. »

Plus ou moins. Un soldat se devait d’obéir à son suzerain, et, en conséquence, les décrets de transfert d’un régiment militaire à un autre étaient insusceptibles d’appel. Ici, néanmoins, le transfert impliquait de changer d’organisation militaire, en passant de l’armée à la Garde civile, puisque la Garde royale dépendait de la partie civile de l’armée. Et, dans ce domaine, les juges estimaient que l’approbation du soldat était requise, compte tenu des changements importants que ce transfert impliquait. Tywill s’était joyeusement assis sur cette obligation, et on en voyait les résultats.

Néanmoins, Alice avait encore des choses à dire, et reprit :

« Pour autant, votre réaction me semble excessive. Il vous était loisible d’attaquer ce décret par des voies judiciaires. Sylvandell n’ignore pas le droit, et, au-delà même de Sylvandell, vous pouviez saisir le juge impérial et arguer de l’excès de pouvoir manifeste de mon père. Tout décret doit comporter la signature du soldat, et ça, mon père ne peut pas le contrefaire. »

Difficile de savoir ce qu’Alice pensait à partir de ces mots. Elle n’était pas juge, mais il lui incombait néanmoins de se prononcer, et de décider, notamment, s’il fallait incarcérer Ilinia maintenant, ou la laisser libre, en attente de son procès.

« Vous serez jugée pour désertion, Ilinia. C’est à une cour de magistrats qu’il reviendra de décider si les faits que vous avez commis constituent une trahison, ou si vous serez relaxée, compte tenu de votre bonne foi. Je noterai vos allégations concernant ce décret, et mènerai personnellement des recherches pour en retrouver la trace. »

Si le décret portait le sceau royal, alors son père n’avait pas pu le déchirer, et on en retrouverait trace dans les archives du Château.

« Pour l’heure, je décide de vous laisser libre de vos mouvements, puisque vous avez comparu volontairement à la présente convocation. Je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher d’un Avocat pour préparer votre procès. »

On pouvait voir ça comme un couperet, mais, aux yeux de la tête blonde, ce procès était en réalité la seule chose capable de tirer le vrai du faux, et, ainsi, de réhabiliter la jeune femme en ses fonctions. C’était donc une étape nécessaire, et elle aurait donc lieu. Alice y veillerait.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« Répondre #6 le: Février 23, 2017, 04:25:06 »

J'avais fait mouche auprès de la Princesse de Sylvandell, elle devait comprendre que les coulisses du pouvoir n'étaient pas toujours blanc ou noir mais parfois la teinte de gris venait ajouter un peu de piquant. Mais elle ne se démontait pas devant moi et après un moment de silence où la Princesse avait réfléchi un moment.

« J’enquêterai sur cet élément dont j’ignorais l’existence jusqu’à présent. S’il est avéré, alors c’est que, effectivement, mon père a commis une faute. »

Ouf, j'avais gagné un peu de temps pour pouvoir me défendre devant le joyau. Mais je savais qu'elle n'aimait pas perdre la face devant un sujet et de plus un sujet qui avait fuit le pays. Et je savais bien que ça réaction allait plus tarder à venir.

« Pour autant, votre réaction me semble excessive. Il vous était loisible d’attaquer ce décret par des voies judiciaires. Sylvandell n’ignore pas le droit, et, au-delà même de Sylvandell, vous pouviez saisir le juge impérial et arguer de l’excès de pouvoir manifeste de mon père. Tout décret doit comporter la signature du soldat, et ça, mon père ne peut pas le contrefaire. »

Là, j'avais eu un gloussement de rire.

- Face à un Roi, autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Mais, Alice n'écoutait pas ma remarque et inspirait afin de poursuivre sa phrase et sa pensée qui allait pas me faire plaisir.

« Vous serez jugée pour désertion, Ilinia. C’est à une cour de magistrats qu’il reviendra de décider si les faits que vous avez commis constituent une trahison, ou si vous serez relaxée, compte tenu de votre bonne foi. Je noterai vos allégations concernant ce décret, et mènerai personnellement des recherches pour en retrouver la trace. »

J'ai eu l'air étonnée car oui j'étais étonnée au plus au point. J'allais être jugée pour désertion et je risquais la peine capitale pour cela et devant un juge je pouvais aussi avoir le crime de trahison ce qui me couterais l’écartèlement dans le meilleur des cas. C'était injuste...

« Pour l’heure, je décide de vous laisser libre de vos mouvements, puisque vous avez comparu volontairement à la présente convocation. Je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher d’un Avocat pour préparer votre procès. »

J'avançais mon pied gauche comme pour préparer une attaque mais elle avait dressé son poing en signe de défiance.

- C'est une vaste plaisanterie, une vaste blague... Je crie à l'injustice envers la famille royale de Sylvandell... Je suis flouée par deux fois... Je réclame justice immédiatement et non demain. Je veux pas veux pas passer une nuit avec une épée de Damocles au dessus de ma tête. Je ne suis pas un jouet avec lequel on fait ce que l'on veut.

La colère était telle en moi que des arcs électrique s'étaient formés autour de moi dans un bruit de crépitement.

- Convoquez le juge immédiatement et sans plus attendre ou je vous promets de partir de Sylvandell immédiatement.

Des larmes coulaient sur mes joues.

- Vous êtes comme votre père, vous avez gâché ma vie Princesse Alice... Je voulais juste être un soldat...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7462



Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #7 le: Février 27, 2017, 01:58:44 »

La nouvelle du jugement ne fut pas bien reçue par Ilinia, qui s’emporta. Cirillia, en retrait, fronça les sourcils, prête à intervenir si jamais la situation s’envenimait. Certes, elle n’était pas, à proprement parler, la garde du corps d’Alice, mais ça n’empêchait pas qu’elle n’avait pas envie de voir le sang se mettre à couler. À force, on finissait par s’attacher à cette petite tête blonde. La Princesse, néanmoins, ne se laissa pas impressionner pour autant, et secoua la tête.

« Convoquer un juge maintenant… Pour quoi faire ? Juger un dossier incomplet ? Faire un procès dans ma chambre ? Vous voyez en moi votre ennemie, Madame Lunia, mais je suis tout l’inverse. Si je le voulais, je pourrais vous faire incarcérer le temps de votre procès, et, avec les éléments actuellement en ma possession, vous finiriez pendue. Je cherche au contraire à vous aider. »

Alice donnait l’impression d’être une femme fragile. Cirillia était bien placée pour le savoir, car c’était elle qui formait la petite Princesse au combat, ou, plutôt, qui essayait de la former. Alice, en réalité, n’était guère douée avec le maniement des sabres et des lames, mais il fallait bien lui reconnaître que, malgré sa forte propension à la soumission en matière sexuelle, elle avait un sacré caractère, et était très intelligente. Elle l’était suffisamment pour réfléchir rapidement, et pour savoir qu’Ilinia Lunia n’était pas son ennemie.

Elle entreprit donc de lui exposer plus en détail son projet :

« Vous me parlez d’un décret dont je n’ai jamais entendu parler, il faut que je puisse corroborer votre version des faits. De plus, il faudra vous attendre à l’hostilité de vos anciens camarades d’arme. Vous voyez ce procès comme une infamie, mais moi, je le vois comme le seul moyen de réhabiliter votre nom auprès du royaume, et de faire comprendre aux gens pourquoi vous avez rejoint Nexus, et que vous n’aviez jamais l’intention de trahir Sylvandell, et que vous ne l’avez jamais fait. »

Tôt ou tard, ceci amènerait forcément Alice à se heurter à son père, mais, si Tywill avait fait des bêtises, Alice ne comptait pas les couvrir. Elle considérait que les seigneurs, les dirigeants, ou, de manière générale, la noblesse, se devaient d’être exemplaires. L’intégrité était une vertu cardinale de la politique, selon Alice, et c’était là quelque chose qu’elle entendait bien faire.

Alice sentait Ilinia fragile, comme si toute la fierté de la jeune femme ne suffisait plus à dissimuler, non seulement sa souffrance, mais aussi le fait qu’elle était perdue. Alors, de manière assez étonnante, l’une des mains d’Alice se redressa, et serra l’une des mains d’Ilinia. Un fin sourire se dessina même sur ses lèvres.

« Ilinia… Je ne suis pas mon père, et je ne suis pas votre ennemie. Je vous ai connu quand j’étais petite, je sais votre bravoure et votre valeur. C’est pour ça que je me refuse à régler cette situation dans mon bureau, en signant un décret qui n’aura pas de valeur. Il vous faut un procès pour pouvoir vous exprimer, et récupérer votre honneur. »

Elle reprit ensuite, après quelques secondes, ses yeux fixant intensivement ceux d’Ilinia :

« Je peux vous offrir une chambre au château si vous le souhaitez… Mais, si vous voulez partir, sachez que je ne vous poursuivrais pas. J’ai confiance en vous, Ilinia. »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« Répondre #8 le: Février 28, 2017, 05:55:10 »

Alice restait d'un calme incroyable alors que je perdais pieds dans ma colère mais je n'étais pas menaçante envers la Princesse, en fait, j'étais en colère contre le destin qui me donnait l'impression qu'il s'acharnait sur moi. Alice se montrait encore sage malgré son inexpérience en la matière mais parfois, elle avait des éclairs de génie.

« Convoquer un juge maintenant… Pour quoi faire ? Juger un dossier incomplet ? Faire un procès dans ma chambre ? Vous voyez en moi votre ennemie, Madame Lunia, mais je suis tout l’inverse. Si je le voulais, je pourrais vous faire incarcérer le temps de votre procès, et, avec les éléments actuellement en ma possession, vous finiriez pendue. Je cherche au contraire à vous aider. »

J'étais tombée à genoux devant la Princesse et mes yeux ne pouvaient retenir mes larmes qui coulaient à une vitesse folle. Je sanglotais fixant le sol évitant le regard qui devait être accusateur d'Alice. J'avais honte, honte d'avoir obstrué tellement d'émotions en moi.

« Vous me parlez d’un décret dont je n’ai jamais entendu parler, il faut que je puisse corroborer votre version des faits. De plus, il faudra vous attendre à l’hostilité de vos anciens camarades d’arme. Vous voyez ce procès comme une infamie, mais moi, je le vois comme le seul moyen de réhabiliter votre nom auprès du royaume, et de faire comprendre aux gens pourquoi vous avez rejoint Nexus, et que vous n’aviez jamais l’intention de trahir Sylvandell, et que vous ne l’avez jamais fait. »

Je levais légèrement les yeux vers Alice qui avait, contre toutes mes attentes, un visage compatissant, imprégné de douceurs. J'avais les yeux rouges et gonflés par mes pleures.

« Ilinia… Je ne suis pas mon père, et je ne suis pas votre ennemie. Je vous ai connu quand j’étais petite, je sais votre bravoure et votre valeur. C’est pour ça que je me refuse à régler cette situation dans mon bureau, en signant un décret qui n’aura pas de valeur. Il vous faut un procès pour pouvoir vous exprimer, et récupérer votre honneur. »

Ses yeux s'étaient plongés dans les miens avec une profondeur que j'avais l'impression qu'elle pouvait voir mon âme en perdition.

« Je peux vous offrir une chambre au château si vous le souhaitez… Mais, si vous voulez partir, sachez que je ne vous poursuivrais pas. J’ai confiance en vous, Ilinia. »

Elle avait confiance en moi malgré que j'avais été si déshonorante vis-à-vis d'elle, Alice avait tendu la main je me devais de faire honneur à mon serment envers la famille royale de Sylvandell. Je me levais doucement et m'approchais du fauteuil de la Princesse.

- Princesse, j'entrevois enfin le bout du tunnel et que la vérité explose enfin au grand jour, je n'ai pas de mots pour vous dire ou décrire ma reconnaissance envers vous. Je vous serais fidèle à jamais. Je me frottais les yeux. J’accepte de bon coeur la chambre car mon départ de Nexus était tellement rapide que je n'ai pas pris ma bourse, je suis sans rien.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7462



Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #9 le: Mars 06, 2017, 01:55:40 »

Alice n’était pas comme son père. Elle n’était pas une femme forte et belliqueuse. La jeune femme avait toujours été très diplomate et très compatissante, et c’était bien cette compassion qui s’exprimait en ce moment. Elle était touchée par la détresse d’Ilinia, et ne pensait vraiment pas qu’elle ait délibérément trahi Alice. Si c’était le cas, alors elle ne serait jamais venue ici. Elle aurait été rejoindre un autre pays, comme Edoras. Ilinia était partie pour Nexus, et revenait maintenant, déshonorée. Elle allait avoir besoin de soutien, et Alice, elle, allait surtout devoir affronter son père. Les yeux embués de larmes, Ilinia s’était agenouillée devant Alice, submergée par l’émotion, et Alice lui sourit.

« Sans rien... Au moins, vous avez votre armure et votre épée. »

C’était une petite note d’humour, pour tenter de dédramatiser la situation. Ilinia avait dû voyager de jour et de nuit, ce qui ne manquait pas d’étonner Alice. Pourquoi un tel empressement à revenir ? Et puis...

« Je trouve ça étonnant, quand même. Certes, ma lettre n’allait pas en votre faveur, mais il vous aurait été loisible de vous défendre là-bas, en raison de vos états de service. Je me demande donc... Pourquoi être revenue si vite... »

Alice réfléchissait à voix haute, n’attendant pas spécialement une réponse de la part de la femme.

« Je crois que vous n’avez jamais vraiment pu vous intégrer à Nexus. Au fond de vous, vous êtes une Sylvandine, Ilinia. Je pense que, si vous êtes revenue aussi vite, c’est parce que, fondamentalement, vous êtes une vraie patriote. »

Nexus, de plus, était bien différente de Sylvandell. Le royaume d’Alice était un petit royaume perdu dans les montagnes, n’abritant que quelques dizaines de milliers d’âmes, presque un micro-État, important dans les relations internationales en raison de ses dragons dorés. Inversement, Nexus était une cité-État gargantuesque, s’étalant à l’horizon, et engorgeant des millions d’êtres humains. Dans cette cité géante, Ilinia était minuscule, un petit poids.

Alice comprit tout cela progressivement.

« Sylvandell est ton pays, Ilinia. Et moi, je me dois de veiller sur toi, car, après tout, tu es mon sujet. Alors, je t’offre l’hospitalité, le clos et le couvert. Tu es mon invitée, Ilinia. »

La Princesse lui fit un léger sourire, et se pinça les lèvres, avant de poursuivre :

« Je me souviens de toi quand j’étais petite, Ilinia. Tu étais tellement majestueuse... Tu m’impressionnais beaucoup, pour être honnête, je me sentais toute petite en te voyant t’entraîner. »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« Répondre #10 le: Mars 24, 2017, 12:22:35 »

Alice tentait une note d'humour sur mes possessions qui d'autre temps m'aurait fait rire mais ici je n'avais pas le coeur à ça. Mais je ne lui en voulait pas, bien au contraire, j'étais reconnaissante vis-à-vis de la Princesse qui s'était montrée généreuse alors que d'autre m'aurait traitée d'espionne. Et même Alice était un peu surprise de ma réaction à la réception de la lettre.

« Je trouve ça étonnant, quand même. Certes, ma lettre n’allait pas en votre faveur, mais il vous aurait été loisible de vous défendre là-bas, en raison de vos états de service. Je me demande donc... Pourquoi être revenue si vite... »

Je balayais mon visage d'une mèche de cheveux.

- A cause de l'instabilité politique qui règne à Nexus depuis l'accession de la batarde Ivory... Les officiers qui l'entoures sont des pros-guerres entre Nexus et Sylvandell. J'aurais eu un procès où ma culpabilité aurait été établie avant même le jugement. Ici, indirectement, je savais que j'aurais une chance de me défendre et d'éviter la peine de mort.

Et la Princesse avait une autre théorie sur mes intentions.

« Je crois que vous n’avez jamais vraiment pu vous intégrer à Nexus. Au fond de vous, vous êtes une Sylvandine, Ilinia. Je pense que, si vous êtes revenue aussi vite, c’est parce que, fondamentalement, vous êtes une vraie patriote. »

J'ai eu un sourire et mon visage se décrispait un peu.

- Oh Majesté, vous savez, Nexus est tellement cosmopolite que n'importe qui peut s'intégrer physiquement à cette ville, mais il est vrai que quand je suis seule, je me surprenais à chanter des légendes de Sylvandell...

La princesse, Cirillia et moi s'engageaient dans un couloir afin de me trouver une chambre pour cette nuit. Les bougies des lieux donnaient une nouvelle beauté au joyaux de Sylvandell, je ne pouvais m'empêcher de la contempler avec insistance.

« Sylvandell est ton pays, Ilinia. Et moi, je me dois de veiller sur toi, car, après tout, tu es mon sujet. Alors, je t’offre l’hospitalité, le clos et le couvert. Tu es mon invitée, Ilinia. »

Un sourire déformait mon visage de soulagement .

- Je suis honorée Majesté...


Mais Alice continuait de parler.

« Je me souviens de toi quand j’étais petite, Ilinia. Tu étais tellement majestueuse... Tu m’impressionnais beaucoup, pour être honnête, je me sentais toute petite en te voyant t’entraîner. »

Là, je rigolais un.

- Merci Princesse, vous savez, un jour, alors que je me baladais dans les couloirs, j'étais passée devant votre chambre qui était grande ouverte. Je vous ai espionnée et ce que j'ai vu était si triste... Vous étiez seule, toute seule... Quand j'ai voulu entrer pour vous tenir compagnie, un garde m'avait attrapé par le col de ma chemise et me colla une rouste... J'ai eu le nez cassé et une cote fêlée... J'ai tenté plusieurs fois de venir vous voir mais à chaque fois un garde faisait un peu d'excès de zèle... Bon après, j'étais en campagne pour la nation.


Mais voulant rassurer la Princesse.

- Mais j'étais là lors de votre premier discours devant les armées, j'étais fière de vous et vous avez su inspirer les soldats par votre voix et votre carrure.
« Dernière édition: Mars 24, 2017, 02:29:49 par Ilinia Lunia » Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7462



Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #11 le: Mars 27, 2017, 01:03:38 »

Plus jeune, Alice avait été une très mauvaise élève. Son père, Tywill, avait voulu faire d’elle une guerrière, comme tous les Korvander avant eux. Las, Alice, avec son petit corps malingre, s’était révélée bien en peine de porter des épées, de manier le sabre, ou encore de jouer de l’arc. Alors, forcément, elle se rappelait très bien d’Ilinia Lunia, puisqu’elles avaient fait partie de la même école militaire. Ilinia s’était toutefois avérée être bien plus douée qu’elle en la matière, surclassant sans peine Alice. Elle en avait même été jalouse à l’époque... Une époque qui remontait à loin, où elle n’avait pas confiance en elle, convaincue d’être la pire des Korvander. Il avait fallu des années pour qu’Alice change le regard qu’elle avait sur elle-même.

Elle avait conduit Ilinia dans ses quartiers privés, de manière à éviter un scandale. Il s’agissait donc de ses appartements, plutôt petits, avec des murs en couleur pastel, faisant penser à un véritable conte de fées. La zone comprenait un couloir menant à un petit salon, avec, directement sur la droite du salon, une porte menant à la grande chambre d’Alice. Et, le long du couloir, on trouvait plusieurs portes, donnant sur une penderie, une salle de bains... Ou encore une autre chambre. Ce fut donc là qu’Alice conduisit Ilinia, et qu’elles se mirent à parler.

Ilinia lui conta alors une anecdote, et Alice se mit à rougir.

« Oh... »

Tout ça remontait à bien longtemps, avant qu’elle ne se marie avec Sakura, qu’elle ne découvre Tinuviel, Cirillia, ou encore Mélinda... À l’époque, Alice était effectivement seule, et déprimait souvent, surtout quand son, père s’emportait contre elle. Il ne l’avait jamais battu, mais lui avait répété à maintes reprises combien elle était inutile, inefficace, et qu’elle tenait davantage du boulet qu’autre chose. Alice se pinça donc les lèvres, puis sourit quand Ilinia lui parla de ses discours.

La Princesse s’assit alors sur le lit, à côté de la femme.

« Je te remercie pour mes discours, j’essaie de faire du mieux que je peux, sachant que je n’ai pas une voix très grave... Mais je ne suis pas sûre que ma carrure soit aussi impressionnante que celle de mon père. J’essaie de diriger différemment de lui, en mettant l’accent sur la diplomatie et sur la nécessité d’être tolérant. Mon père est l’héritier de ma famille, qui est connue pour ses accents bellicistes et guerriers. »

Rien de bien surprenant, après tout, vu que le sang du Dragon coulait dans leurs veines. Alice se pinça doucement les lèvres, en papillonnant des yeux, et regarda Ilinia à nouveau.

« Mais je vais mieux, maintenant... Je suis même mariée, tu sais, et je me suis fait plusieurs amis. Je mène une vie plus heureuse qu’auparavant, et il en sera de même pour toi. »

Alice lui sourit à nouveau, confiante dans le sens que, bientôt, tout irait mieux pour elle.

Il ne saurait en aller autrement !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« Répondre #12 le: Mars 30, 2017, 12:13:21 »

On était dans les quartiers privés de la princesse Alice et j'ai eu un petit doute sur les intentions mais d'un autre côté, me laisser me balader dans le château alors que j'étais considérée comme une deserteuse... Moyen. Rapidement, Alice me montrait ma chambre dans les murs jaunes et roses pastelles donnaient une sensation d'insouciance. Quelle belle petite chambre suivie d'une petit couloir donnant sur un sallon privé chic et cosi. Mais à droite du salon, la grande chambre de la Princesse. J'allais dormir tout près d'elle. Mais Alice était dans son histoire de mariage et de son réseau dont les personnes qui y gravitaient. Le nom de Tinuviel m'était connu de Nexus et c'était une personne très influente voir parfois dangereuse si on allait contre elle.

- Majesté, les mots sont des armes tous aussi dangereuse que la plus tranchante des lames. Ne sous estimez jamais le pouvoir de la parole, vous pouvez galvaniser le plus faible des hommes et détruire le plus fort. Vous êtes peut être pas une guerrière mais en diplomatie, vous êtes une championne. Le monde a besoin de gens comme vous aussi Princesse.

J'étais entrée dans la chambre d'ami suivi de très près par Alice quand à sa suivante, elle attendait au pas de la porte. Machinalement, je métais assise et étendue sur le lit.

- Waoaow, enfin un lit confortable, marre de celui de ma case à Nexus...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7462



Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #13 le: Avril 03, 2017, 12:06:54 »

Ilinia entreprit de la rassurer, en lui assurant que, à défaut de savoir manier l’épée, elle savait manier la langue. Alice esquissa un léger sourire. Le poids des mots… C’était effectivement une force qu’il ne fallait pas négliger, car les morts avaient une force, un pouvoir important. Alice le savait, bien entendu, et n’aurait jamais soutenu une vision contraire. Toutefois, elle ne pensait pas non plus être une bretteuse d’exception. Disons qu’elle n’avait encore jamais eu l’occasion de faire ses preuves sur ce sujet. Après tout, elle n’était encore que la Princesse héritière, et non la Reine. Néanmoins, il était certain qu’Alice dirigerait très différemment de son père.

En tout cas, le duo rejoignit une chambre, et Ilinia se montra ravie d’avoir un lit. Même si c’était un lit pour une personne, le matelas était neuf, rembourré, et Alice sourit en voyant la joie d’Ilinia à l’idée de dormir dessus. De fait, elle se vautra littéralement dessus, et la Princesse gloussa un peu.

« Oui, j’entretiens beaucoup mes lits… Au moins, tu passeras une bonne nuit ! »

Ça, il serait difficile de prétendre le contraire. Alice s’humecta les lèvres, et regarda autour d’elle.

« Il y a une salle de bains dans la pièce à côté, si tu en as besoin. »

Sylvandell n’était pas Tekhos, mais, même malgré ça, les Sylvandins avaient développé un système de plomberie et de tuyauterie permettant d’avoir une baignoire. Rien d’exceptionnel là-dedans, car la Reine de Nexus avait aussi sa propre baignoire. Autrement dit, Ilinia était tout à fait libre de prendre un bain si elle le voulait.

« Et… Tu as des vêtements de rechange ? Un pyjama ? Tu ne vas pas dormir avec ton armure, quand même… »

Elle rougit alors légèrement en imaginant Ilinia dormir nue, car elle visualisa son corps… Image qu’elle éteignit rapidement dans son esprit. Quand elle avait connu Ilinia, la soldate était petite, reconnaissable avec ses cheveux roux flamboyants. Maintenant, elle avait bien grandi, et, nue, elle devait être très belle à voir. Les corps de soldates étaient en effet toujours magnifiques, musclés et fermes, et elle était sûre que celui d’Ilinia ne dérogerait pas à la règle…
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Ilinia Lunia
Humain(e)
-

Messages: 67


Protectrice de sa Majesté Alice de Korvander


Voir le profil
Fiche
Description
Ne vous fiez pas à sa beauté fragile, son épée risquerait d'écourter votre vie.
« Répondre #14 le: Avril 03, 2017, 12:59:52 »

« Oui, j’entretiens beaucoup mes lits… Au moins, tu passeras une bonne nuit ! »

J'avais oublié l'odeur des savons de Sylvandell et lorsque je métais vautrée sur le lit, le dégagement d'air avait libéré un parfum qui me plongeait dans mon enfance. Sylvandell m'avait beaucoup manqué. Mais, j'avais oublié Alice qui était debout à mes côtés et mettant quelque peu redressée, la princesse me montrait une petite annexe.

« Il y a une salle de bains dans la pièce à côté, si tu en as besoin. »

J'étais comblée pour mon retour, une vraie salle de bain avec une baignoire et du bon savon. Il était vrai que cela faisait bien longtemps que j'avais vu des une salle d'eau digne de ce nom. Mais, en ma qualité de femme, j'étais toujours parvenue à avoir une hygiène irréprochable et je sentais toujours bon. Mais, avant de dormir, je me devais d'y faire un tour.

- J'irais avant de dormir votre majesté, si vous me le permettez.

Et pour finir, la princesse de Sylvandell me demandait.

« Et… Tu as des vêtements de rechange ? Un pyjama ? Tu ne vas pas dormir avec ton armure, quand même… »

Ne remarquant pas la légère rougeur de ses joues pour cette question, j'avais souris timidement.

- Non... bien sûr que non. Je ne dors pas en armure, excepté lors des campagnes. Pour tout vous dire, je n'ai pas besoin de vêtement la nuit en cette période de l'année... Quand à demain, j'aurais besoin de vêtements pour le procès. Je n'ai rien d'autre que mon armure et les sous vêtements qui sont sous mon armure.

Cirillia s'était déjà mise en route pour quérir des vêtements de rechange pour moi. Nous laissant seules Alice et moi, j'en profitait de ce petit moment de flottement pour enlever mes gantelets et libérer mes mains. Je me levais de lit afin de continuer de retirer mon armure de mon corps. Les brassards et épaulettes étaient maintenant sur le lit, ne restait que le plastron pour le haut de mon corps. J'attaquais mes bottes et rapidement j'avais libéré mes pieds du fer qui ces dernières, les cuissardes étaient rapidement sur le lit. La tassette était plus longue à retirer et me voilà en plastron devant le joyaux de Sylvandell.

- Votre majesté, vous n'êtes pas obligée de rester ici, je ne veux pas vous mettre mal à l'aise avec mes habits quelques peu pittoresques. Voulez vous que je poursuive dans la salle de bain?
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox