banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: Cthulhu Wars [PV]  (Lu 4560 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« le: Janvier 31, 2016, 12:34:56 »


« N'est pas mort pour toujours qui dort dans l'éternel
Mais d'étranges éons rendent la mort mortelle
»

Loskar, en ces temps lointains, avait été une immense cité. Une cité futuriste, où les habitants avaient réussi à se débarrasser de la plupart des grands fléaux de l’humanité : la pauvreté, la famine, les maladies, les religions, et même la criminalité. Oh, les criminels existaient toujours, mais l’administration de Loskar les bannissait au-delà des frontières de leur Puissance, dans les Terres Abandonnées, par-delà de hauts murs, où on disait que vivaient les barbares et les sauvages, de manière anarchique, loin de la Puissance.

La Puissance, c’était le terme officiel pour désigner les pouvoirs publics gérant Loskar. Les Puissants vivaient au Siège, une île plantée au milieu de la grande Loskar, cité gigantesque composée de multiples gratte-ciels et d’immeubles géants. Une cité heureuse, qui devait régulièrement défendre le Mur, une immense fortification s’étalant sur des milliers de kilomètres, et qui protégeait Loskar et ses richesses contre les barbares des Terres Abandonnées. Régulièrement, ces derniers tentaient d’envahir Loskar en attaquant le Mur, et le Mur était devenu une impressionnante superforteresse, visible depuis l’espace.

Cependant, en ce jour, ce fut une autre menace qui préoccupa Loskar et ses habitants. Alors que les Puissants commençaient à coloniser les satellites environnants et les planètes proches, les ressources naturelles ayant disparu sur Terre, leurs puissants satellites, ainsi que leur observatoire sur la Lune, observèrent une curieuse masse apparaître, se rapprochant rapidement.

« Quelle est cette chose ? s’inquiéta-t-on dans le Grand Observatoire.
 -  Je n’en sais rien, Puissants. Tout ce que nous savons, c’est qu’elle se rapproche... Très rapidement. »

Les Puissants exploraient maintenant l’espace grâce à de puissantes sondes, et savaient donc qu’une attaque extraterrestre était possible. Il y a quelques mois, l’une de leurs sondes avait justement, étrangement, perdu toute communication. En inspectant les dernières images envoyées par la sonde, les astroscientifiques avaient révélé d’étranges tentacules semblant flotter dans l’espace. Ces images avaient été classifiées, et les Puissants comprirent vive que cette chose les avait vus.

« Armez les missiles nucléaires et préparez le canon solaire. »

Le vote fut voté à l’unanimité. Pour se défendre, Loskar avait depuis longtemps envoyé ses têtes nucléaires dans l’espace, et avait également développé, à l’aide de panneaux solaires, un immense canon solaire, dont le but était de concentrer par endroits la lumière. Le principe de base avait été de s’en servir pour détruire les Barbares, mais tout cet arsenal allait maintenant trouver une nouvelle utilité.

Le premier affrontement fut donc spatial. Une vingtaine de missiles nucléaires filmèrent vers la cible, les Puissants voyant, avec horreur, une créature indéfinissable. En la voyant s’approcher, plusieurs vomirent. C’était un immense et cosmique amas de tentacules parcourus de multiples yeux. Les bombes atomiques éclatèrent à sa surface, pulvérisant ses immenses tentacules, mais d’autres jaillirent.

« Comment telle abomination peut-elle exister ?! »

Cette créature n’avait ni tête, ni jambes, ni bras. Où commençait-elle ? Où se terminait-elle ? Des spores jaillirent du corps du monstre, et les stations spatiales furent détruites. Le canon  solaire s’enclencha alors, mais ses panneaux furent arrachés en quelques secondes, tandis que des milliers et des milliers de spores filaient du corps du monstre, traversant l’atmosphère de Loskar pour venir s’étaler à peu près partout. L’une de ces spores transperça un gratte-ciel, et s’écroula dans un parking en hauteur, libérant une flopée de monstres indescriptibles, des créatures cauchemardesques.



Loin de là, dans les Terres Abandonnées, Nok-Tar’, Gran-Chaman du Clan des Sacs d’Os, leva fièrement son bâton, tandis que le ciel crépusculaire s’illuminait de tous ces tirs célestes.

« Et réjouissez-vous, ô amis, car le Jour Tant Attendu arrive enfin ! La Prophétie se réalise ! Que nulle peur ne vienne étreindre vos cœurs ! Embrassez avec joie et amour votre Transcendance, car, enfin, ô Amis, nous sortons de vos faibles enveloppes de chair pour rejoindre l’Éternance et la Félicité ! »

Les rêves de Nok-Tar’, qu’il réalisait depuis plusieurs mois, venaient de se réaliser. On l’avait pris pour un fou, au début, mais, quand les éclaireurs avaient vu les créatures célestes broyer et massacrer le clan des Têtes de Bronze, ils avaient compris que les rêves de Nok-Tar’, et la voix qu’il entendait, n’étaient pas le fruit de sa folie, mais le résultat de divinations. Comme quoi, le fait d’avoir mangé de la chair d’enfant et de cadavres avait eu pour effet de le doter de pouvoirs supérieurs.



« J’espère que nous n’arrivons pas trop tard... »

Ils flottaient en l’air, descendant à toute allure, telles des flèches de lumière. Flamboyante dans son armure, Iranaël, Ange du Jugement, ne faisait qu’exprimer ses doutes à l’idée que tout espoir ne soit vain. Malheureusement, le temps de repérer les incursions des Tyrans, les Anges avaient toujours un décalage variant entre quelques heures et quelques mois. Ici, Azathoth avait envahi ce système depuis plusieurs jours, mais s’était déjà manifesté il y a quelques mois, auprès des tribus barbares et sauvages de ce monde corrompu. Les barbares avaient amené l’armée loskarienne à se concentrer sur leur odieux Mur, et les séides d’Azathoth avaient déferlé dans le cœur de Loskar, massacrant et collectant les gens.

« Je le sens, commenta un autre Ange, l’Hérésie a commencé à se répandre.
 -  Les habitants sont désespérés, et, sous la désespérance, les vieux démons refont surface. L’adoration, l’idolâtrie, les sacrifices... »

Plusieurs temples avaient été érigés à Loskar, car, au sein des habitants massacrés et torturés, des « prophètes » se dressaient pour dire que l’envahisseur ne venait pas les massacrer, mais pour les délivrer, ou, alors, qu’il était là pour les punir de leurs exactions. Ces temples sauvages se dressaient dans les ruines de la ville.

Finalement, les nuages partirent, et les multiples Anges aperçurent la ville, en feu. La bataille continuait à faire rage dans les rues de la ville, mais elle était désespérée. Le ciel lui-même s’était noirci, recouvert d’immenses tentacules, avec une infinité d’yeux rouges qui observaient Loskar, comme s’ils pouvaient voir tous vos péchés...  Ce qui n’était pas faux, car les Tyrans, à proprement parler, étaient télépathes.

« N’oubliez pas notre quête ! Repoussez ces monstres, et escortez ces gens vers des terres plus propices. Il ne nous incombe point de les juger. Sécurisons la ville, puis partons.
 -  Nous ne l’attaquons pas ?
 -  Imperius a été formel. Il nous faut en savoir plus sur ces choses avant de perdre encore plus d’Anges. »

Et il ne comptait pas discuter les ordres, et personne ne discuterait les siens... Car il était le Porteur de Lumière.

Il était Lucifer, et ceci était son heure de noblesse, pour celui qu’on considérait comme étant le plus pur des Anges.
« Dernière édition: Février 10, 2016, 01:50:22 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #1 le: Février 03, 2016, 06:37:20 »

Loskar – Terre
"Toutes les heures blesses, mais la dernière tue."

La guerre n’a jamais connu un autre visage. Toujours au moment le plus importun. Ça, le lieutenant Piper le savait que trop bien. Elle qui, pourtant jeune, connaissait déjà toute l’histoire de la guerre et de celles que la nation avait traversé. Si de nos jours le monde était unifié, et qu’une grande période de félicité l’avait frappé, il n’en était presque plus rien, désormais. Comme au travers les âges, au travers toute les autres guerres, le mal avait frappé là où ça faisait mal. Loskar, berceau des progrès et puissantes cités, était sur le point de tomber. La chute de cette ville serait une catastrophe, à éviter à tout prix. Mais l’envahisseur était, pour une fois, d’origine extraterrestre, et ne répondait quasiment à aucun des standards Terriens.

Des créatures immondes, difformes, terrifiantes. Leur simple vue parvenait à causer des crises cardiaques aux plus faibles, tellement leur apparence était effrayante et sanglante. Toutes les rues étaient tombées sous le feu de la guerre, les militaires tentant tant bien que mal de se battre, mais d’évacuer aussi la population. Le ciel noir, menaçant, grondant de ses milles yeux rouges n’était pas là pour encourager les forces armées, qui luttaient encore et encore … En vain. Les abominations ne semblaient pas diminuer en nombre, et il devenait de plus en plus difficile de les tuer. Il en tombait du ciel, par des milliers, comme des spores diaboliques, se rependant partout sur le monde, et sur Loskar.

La guerre faisait rage dans les rues enflammées de la cité, mais aux yeux du lieutenant Piper, le combat était loin d’être perdu. En effet, Jenny Agatha Piper, de son nom complet, avait toujours été une patriote et une fervente détentrice du pouvoir instauré. Fière militaire, elle a consacré sa vie à servir et protéger les intérêts de sa nation. C’était grâce à son dévouement que malgré son jeune âge, elle parvint à monter relativement vite dans la hiérarchie, étant lieutenant au moment de la guerre. Appelée en catastrophe parmi un régiment détaché de Loskar, la jeune femme avait été plongé à vif dans le feu de la guerre qui consumait sa ville natale. Autant dire que sa rage envers l’ennemi n’a fait que croitre, mais elle et son escouade n’avait pas pour mission de bourriner. En effet, sa principale mission était de couvrir les arrières de l’équipe balistique, dont la mission était d’armer les batteries de missiles à mini-tête nucléaires. En somme, il fallait que Jenny et son escouade fassent tout pour que ces batteries, et les artificiers restent en vie le temps qu’ils fassent feu.

Elle se retrouva donc à ouvrir feu généreusement sur les vagues de monstres tous les plus improbables les uns que les autres, tentant de les repousser de sa position actuelle. Il y avait l’artillerie, au milieu de ce qui était autrefois un carrefour où deux routes se croisaient. Elle et son équipe tirait, faisant barrage au niveau des quatre entrées du carrefour. Les abominations arrivaient par vagues successives, ne laissant aucun répit à l’escouade qui tentait tout pour protéger les artificiers. « VOUS EN AVEZ ENCORE POUR COMBIEN DE TEMPS ?! ON N’A PAS LA JOURNEE BON SANG ! » Hurla-t-elle, au milieu des balles et du feu. Tel un nuage d’insectes venant dévorer un champ, les aliens déferlaient toujours plus nombreux. Mais les dispositifs automatiques, les mines, les explosifs, et plein d’autre chose faisaient qu’ils ne pouvaient, pour le moment, pas passer. Jenny était armé d’un fusil automatique amélioré, dont le système de mise à feu fonctionnait à base d’impulsion électromagnétique et non d’un système conventionnel. C’était juste synonyme de plus de puissance, et d’un temps de rechargement beaucoup moins long.

Ce fusil disposait aussi d’un système de munition hybride, pouvant basculer en mode énergétique, ou balistique, à tout moment. En somme une arme qui lui permettait de faire son travail de manière efficace … Mais pas de manière infinie. Il fallait que les artilleurs se dépêchent d’activer leur engin, afin de balayer la zone et de pouvoir ainsi bouger de là. Mais ils étaient incroyablement long, et cela commença sérieusement à exaspérer Jenny, qui voyait les abominations déferler toujours en plus grand nombre.

Jusqu’à où elle et son escouade allait pouvoir contenir cette folie ?
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Février 03, 2016, 11:08:17 »


De tous les Anges peuplant le Royaume des Cieux, on disait de Lucifer qu’il était le plus sacré de tous... Le « Porteur de Lumière », un guerrier au sein de la Milice qui s’était brillamment illustré pendant la guerre contre les Tyrans. Et, au-delà de ça, il était un fin lettré, amateur d’arts, de poésie et de lettres. Il menait la charge vers Loskar, alors que l’armée locale se battait dans le centre-ville, sur un carrefour près d’une grande place, où un camp de réfugiés avait été installé. Ils avaient des chars d’assaut crachant des lance-flammes, des fusils d’assaut, des tourelles de défense automatique et des exosquelettes... Un magnifique déballage d’armes, soutenue par des canons qui canardaient le ciel afin de détruire les spores en plein vol, dans ce qui s’apparnetait à un baroud d’honneur désespéré.

« Isshaïe ! entonna Lucifer. Rejoignez les réfugiés, et ouvrez un Portail vers les Jardins Célestes ! »

Il fallait partir le plus vite possible. Cette planète était perdue, tout simplement. Azathoth se trouvait en l’air, indiscernable silhouette se composant de tentacules qui avaient recouvert le ciel, avec de multiples yeux rouges globuleux qui les fixaient, tandis que chaque tentacule libérerait, encore et encore, des monstres et des spores. Les monstres volaient également, formant des sortes de sinistres oiseaux, de redoutables Byahkee, qui ressemblaient à de rachitiques oiseaux avec des queues de scorpions.

Les soldats locaux étaient en train d’être débordés, et, jaillissant soudain du sol, un énorme monstre apparut, un Dark Young, dont la « tête » était un amas de longs tentacules noirs mortels qui fondirent sur les soldats, faisant hurler ces derniers en les frappant, tandis que, depuis le trou provoqué par le monstre, des zombies émergèrent, claquant furieusement des dents. Reconnaissables par leur affreux bruit de claquement, les Claqueurs étaient des zombies terribles, leur corps se composant d’une sorte de carapace chitineuse qui fondaient à toute allure sur leurs proies pour les dévorer, et les infecter.

« Repoussez-les ! Repoussez-les ! »

Des nids de mitrailleuse lourde avaient été installés, et firent furieusement feu sur les monstres, mais ces derniers s’attaquaient aux barricades et aux barbelés, tandis que plusieurs missiles frappèrent le Dark Young, le déstabilisant, du sang ruisselant de ses multiples gueules, mais ses tentacules noirs fondirent alors vers l’un des chars... Piper, quant à elle, fut renversée par l’un des Claqueurs, qui alla la mordre... Quand un intense rayon lumineux les engloba, puis quelque chose fit trembler le sol.

Iranaël venait de se poser sur le sol, et la magie sacrée se répandit autour d’elle, dispersant les proches Claqueurs, et amenant les autres à se tourner vers elle, avant de claquer furieusement des dents. Au milieu des soldats désemparés, et de la rougeâtre obscurité qui s’instaurait avec les multiples yeux d’Azathoth, une lueur irradiait du corps de la femme, et, quand deux Claqueurs la chargèrent, elle se contenta de les regarder, une intense chaleur émanant de ses yeux, faisant fondre leur peau, els faisant hurler de douleur alors qu’ils étaient victime de ce qui, visiblement, était une sorte de combustion instantanée.

L’Ange était juste à côté de Piper, et se retourna vers elle.

« Votre monde est perdu... Rejoignez les réfugiés, et suivez-nous ! »

Blessé, le Dark Young attaqua alors Iranaël, et cette dernière déploya ses ailes, s’envolant en évitant ses tentacules, puis un Byahkee la frappa dans son dos, l’envoyant s’étaler sur le sol, défonçant une voiture, mais elle le repoussa, et le transperça avec sa main, avant de le faire exploser. Elle attaqua alors le Dark Young en brandissant son épée, et transperça ses tentacules, avant d’envoyer une onde de magie qui dispersa plusieurs Claqueurs.

Cependant, alors que le chemin vers le camp se profilait, l’attention de Piper fut attirée par quelque chose... Des bruits tapés contre un carreau en-haut d’un immeuble, où des enfants effrayés imploraient les soldats de venir les aider contre les zombies se trouvant dans le couloir, et qui cherchaient à les dévorer...
« Dernière édition: Février 05, 2016, 11:32:25 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #3 le: Février 04, 2016, 12:05:49 »

De jamais Jenny comptait trahir sa nation et les siens. Cette ville, Loskar, était son foyer et elle comptait bien se battre jusqu’au bout. Ces abominations n’auraient pas raison d’elle, ça ils pouvaient en être sûr. Seulement voilà … Si seulement il n’y avait que des abominations. En effet, vint s’ajouter à ce beau panel une autre variété de monstre ; des espèces de zombie hideux, sévèrement muté par une forme de gangrène champignonneuse. Un spectacle dégoutant, surtout face à leur cri absurde qui ressemblait à des claquements de dents. Jenny et son escouade n’en démordirent pas, et firent tout pour les repousser le temps que les artilleurs finissaient leur besogne. Mais le temps et les munitions commençaient à manquer.

Alors que la situation devenait critique, le sol se mit à trembler sous les pieds de Jenny et des soldats. Signe précurseur d’un grand danger imminent, qui ne tarda pas à faire surface. En effet, un énorme monstre tentaculaire explosa la chaussée et émergea, prenant tout le monde de court. Ses énormes tentacules n’attendaient que de pouvoir trancher, massacrer et détruire tout sur son passage. Inutile de dire que les feux se dirigèrent en sa direction, mais cela n’eut pas un grand effet de suite. Les mitrailleuses lourdes vidaient leurs chargeurs sur le monstre, qui se mit à saigner et à meugler. Mais cela ne fut guère suffisant, puisqu’il chargea un char – un cracheur de napalm – et le détruisit en un rien de temps. Sous la précipitation et la distraction, Jenny, au beau milieu du combat, se retrouva submergée par les zombies à la carapace chitineuse. L’un d’entre eux saisit l’occasion et se jeta sur la militaire, qui se retrouva à terre, serrant les dents en sentant la bête immonde la mordre.

« Dégages de là !!! » S’écria-t-elle, souffrant comme jamais face à la morsure. Elle finit par se ressaisir, et lui décocha deux ou trois balles à bout portant, faisant sauter ainsi la tête du monstre. La situation était désespérée, mais au moment le plus inattendu, quelque chose se produisit. Une intense lumière jaillit, et le sol trembla à nouveau quand une grande silhouette se posa violemment à terre. C’était une créature qui ne ressemblait en rien à celle que Jenny avait vu jusqu’à présent. Et en vue de sa stature, il devait s’agir d’un être céleste. Elle avait vu juste, puis l’être fit usage de sa magie sacrée pour balayer les monstres aux alentours, les immolant sur place.

Quand les zombies chitineux furent hors d’états de nuire, l’être, juste à côté de Piper, se tourna vers elle et s’adressa à sa personne. Cette femme lui ordonna de rejoindre les réfugiés et de la suivre, si elle désirait survivre. En temps normal, Jenny aurait sans doute coopéré et exécuté les dires. Toutefois, l’être fut rapidement rappelé au combat car le monstre tentaculaire revint à la charge. Après quelques coups, la créature céleste s’en débarrassa … Mais si elle tentait de se tourner à nouveau vers Jenny, elle ne la trouverait pas. Car le lieutenant remarqua quelque chose de bien plus préoccupants ; des enfants piégés dans un bâtiment, criant qu’on leur vienne en aide. Apparemment ils étaient pris au piège avec des abominations, et il était du devoir du lieutenant Piper de les aider. Il n’en fallu pas plus pour la jeune femme pour leur venir en aide. S’élançant dans un sprint, elle accourra au pied de l’immeuble pour finalement pénétrer dedans.

Arme chargée, elle allait tenter une percée éclair, afin de dégager le maximum de zombie, bénéficiant de l’effet de surprise. Les monstres étaient attirés par les enfants, donc elle allait pouvoir les prendre à revers. Jenny parvint au dernier étage, là où se trouvait les piégés, et dès lors qu’elle pénétra dans le couloir principal, ses yeux observèrent la quantité assez impressionnante de zombie qu’il y avait ici. « HEY, TAS DE MERDE ! VENEZ VOIR PAR ICI UN PEU ! » S’écria-t-elle, observant que la porte au fond du couloir semblait être le dernier rempart séparant les enfants des zombies. Le bâtiment était, autrefois, un immeuble de bureau. Les couloirs étaient donc large et propice à l’affrontement. Jenny n’y alla pas par quatre chemin ; elle dégoupilla une grenade et la jeta directement dans le tas, armant son fusil juste après.

La détonation fut violente et bruyante, mais fit éclater un bon nombre de zombie. Des morceaux de chair, du sang et des tripes volèrent un peu partout, éclaboussant complètement l’environnement. Le feu se déclara aussi, prenant Jenny à son propre piège ; il fallait qu’elle se dépêche sinon les enfants allaient être pris au piège dans les flammes. Jenny serra des dents et, alors que le restant des zombies se dirigèrent vers elle, elle se mit à les arroser avec son fusil. Le sang gicla à nouveau. Mais ça ne fut que l’affaire de quelques secondes avant que la zone soit dégagée, et qu’elle put enfin ouvrir la porte derrière laquelle les enfants se cachaient. « Faut pas rester là ! Aller aller, il faut qu’on sorte d’ici avant qu’on crame sur place. » Leur dit-elle, voyant que les flammes devenaient de plus en plus grande, d’une manière assez rapide.

Elle entreprit donc de les escorter à la sortie, au premier étage … Mais il y avait encore une quantité incroyable de zombie. Cependant, il y avait un détail dont elle n’avait pas encore pris pleinement conscience ; sa morsure. Elle savait que ces zombies pouvaient infecter les humains, mais complètement obnubilée par sauver ces enfants … Elle n’avait pas réalisé qu’elle avait été mordu et que, par conséquent … Elle avait potentiellement été infectée.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #4 le: Février 08, 2016, 07:50:36 »

« Disparaissez, abominations ! »

La main de Lucifer se mit à flamboyer, et une intense onde d’énergie en fusa, remontant tout le long du boulevard contaminé, vaporisant des dizaines et des dizaines de zombies, ainsi que toute cette texture sombre et gélatineuse qui s’était mise à pousser. Les Tyrans, en effet, ne se contentaient pas juste de détruire et de tuer, ils infestaient, ils transformaient, et ils faisaient évoluer les planètes, les recouvrant d’une sorte d’épaisse membrane noirâtre collante et gélatineuse, d’où poussaient des spores qui contaminaient les individus en inhalant le contenu, créant ainsi ces espèces de zombies indescriptibles. Le Porteur de Lumière s’était posé sur une zone dangereuse, où il n’y avait plus aucun humain, un quartier abandonné de Loktar, peuplé de monstres et de zombies. Lucifer pouvait les sentir, tout autour de lui, tout comme les spores filant depuis les égouts de la ville. Fort heureusement, en tant qu’Ange, il était immunisé contre ce genre de choses.

Cette ville était condamnée, sans aucun doute possible, et il déploya ses ailes, voyant des tentacules énormes s’enfoncer dans le sol, certains ayant défoncé sans ménagement des immeubles pour se perdre dans le bitume. Un spectacle très sinistre, qui amena Lucifer à voler rapidement, jusqu’à sentir des Byahkees se rapprocher de lui.

« Du vent, stupides créatures ! »

Sa main se tendit, et, depuis ses doigts, des rayons argentés jaillirent, transperçant les monstres. Lucifer n’avait pas que ça à faire, et remonta le long des tentacules, jusqu’à voir un « nœud ». Le nœud était un terme qu’il employait lui-même pour désigner une sorte de nid, d’amas de tentacules. Un énorme tentacule partait du ciel, directement d’Azathoth, et se plantait au milieu d’une grande place, à l’origine de la terraformation progressive de la planète. L’élégant ange s’envola à nouveau, et alla se poser à la base du tentacule, sentant la masse gélatineuse grouiller sous son corps. Ce faisant, il entreprit de faire un prélèvement, qui servirait pour les apothicaires et les scientifiques des Cieux, arrachant une membrane du corps du Grand Tyran.

Quelque chose frotta alors sa cheville, et, le temps que l’Ange se retourna, il vit plusieurs Dark Youngs sortir du sol, un tentacule venant s’enrouler autour de sa cheville pour l’avaler. Lucifer disparut dans la gelée, mais cette dernière se mit alors à trembler, vibrant étrangement… Une intense lueur semblait en émaner, et, à ce moment, la masse se craquela sur plus d’une dizaine de mètres, et finit par exploser, surprenant les monstres.

Ces derniers virent alors le corps de Lucifer s’envoler lentement, brillant d’une intense lueur dorée, ses ailes angéliques fièrement déployées. Et, au milieu de cette masse gélatineuse, qui était en train de se reformer, il voyait des corps prisonniers, des voitures avec des individus, qui nourrissaient cette masse. C’était une vue absolument écœurante, qui serra le cœur de Lucifer. En grognant, les Dark Youngs approchaient leurs tentacules de lui, mais se heurtèrent à un dôme magique, qui protégeait l’individu.

« Ce que vous avez fait est ignoble et abject… »

Il vit de petits corps enfouis dans la gelée, des enfants… Les seuls individus qui n’étaient pas inertes étaient des Claqueurs, et autres abominations qui grognaient vers Lucifer, tendant inutilement leurs mains, l’être flottant bien au-dessus d’eux. Lucifer leva alors la tête, et regarda les immenses tentacules d’Azathoth, sachant très bien que, en ce moment, le Tyran devait, par l’un de ses multiples yeux rouges, l’observer.

« Toi et les tiens, vous paierez pour tous vos crimes, Azathoth !! »

Le Porteur de Lumière se concentra alors, et laissa exploser sa magie, provoquant autour de lui un déferlement de flammes purificatrices, qui firent douloureusement souffrir les Dark Youngs, les créatures se contorsionnant en hurlant de douleur.



Pendant ce temps, pour Piper, les choses se compliquaient, car, si sa grenade lui avait permis de déblayer l’accès vers l’appartement des enfants, elle avait aussi provoqué des vibrations sonores dans tout le bâtiment, provoquant de multiples cris et claquements. La femme descendait donc l’escalier, coincée entre les flammes et les Claqueurs, qui s’élançaient vers elle. Et, parmi les zombies, il y en avait d’autres qui avaient déjà plusieurs yeux globuleux rouges sur le corps, ainsi que des tentacules. Ils étaient plus résistants à tuer, et aussi plus dangereux. La femme continuait à descendre, mais, très rapidement, la voie fut bloquée par une quinzaine de zombies déferlant depuis l’escalier, les contraignant à fuir dans les couloirs.

C’est à ce moment qu’une porte explosa sur la gauche de Piper, et qu’un Claqueur débarqua la heurtant, l’envoyant passer par une porte à droite, où elle roula dans le vestibule d’un appartement. D’autres monstres se trouvaient dans le salon, et tous se mirent à hurler, avant de fondre vers elle, la dédiant à une mort certaine… Quand une lueur intense émana d’une fenêtre, puis une violente explosion retentit, vaporisant les monstres qui s’agglutinaient autour de la femme.

Lucifer venait d’arriver, et rejoignit le vestibule, surplombant la soldate. Il tendit sa main, et une onde d’Air jaillit, frappant des Claqueurs qui venaient de les rejoindre, les envoyant s’aplatir contre le mur, où Lucifer serra ensuite le poing, amenant leurs corps à se ratatiner sur place… Puis, quand il le relâcha en écartant ses doigts, les corps des Claqueurs explosèrent violemment.

« Vous ne craignez plus rien, maintenant. Laissez-moi vous escorter jusqu’à… »

L’immeuble se mit alors à vibrer dangereusement, tremblant sur place, puis Lucifer entendit de multiples déchirements venant du plafond, et vit des lézardes et des fissures se former. Il releva la tête, et vit le plafond s’envoler, tout comme une partie des murs. Azathoth était en train d’utiliser ses pouvoirs, et, au milieu de l’amas de tentacules, un indescriptible spectacle venait de se former.

Une immense « gueule » venait d’apparaître, accompagnée par d’autres bouches, des trous noirs abyssaux qui aspiraient, un souffle si fort qu’il en arrachait les toitures. Puis la voix d’Azathoth se mit à résonner dans la tête de chacun, une voix sinistre, qui fit hurler les enfants que Piper protégeait, amenant également Lucifer à froncer les sourcils. Le Grand Tyran s’exprimait en effet dans sa langue, que l’esprit humain traduisait, mais, même malgré ça, c’était une langue très désagréable à entendre, chargée de malice et de haine.

« HUMAINS INSIGNIFIANTS… PATHÉTIQUES… DONT L’EXISTENCE EST UNE ABERRATION… VOTRE LIBERTÉ ET VOTRE CONNAISSANCE VOUS AVEUGLENT… ABJUREZ VOTRE NON-EXISTENCE, CROYEZ EN LA TOUTE-CHOSE !! »

On disait que la simple vue d’un Grand Tyran pouvait rendre fous ceux qui avaient eu le malheur de le regarder. Ce n’était pas que sa laideur physique inouïe, ça venait aussi de ses attaques mentales. Les yeux des enfants se mirent à noircir, et ils poussèrent des grognements, leurs veines noircissant également, tandis que des griffes poussaient le long de leurs ongles. Le pouvoir des Grands Tyrans était terrifiant, et, cela, Lucifer ne pouvait que l’admettre.

Piper, elle, bénéficiait de la proximité de Lucifer, ainsi que de sa morsure, qui avait, paradoxalement, pour effet de la protéger de la corruption mentale d’Azathoth, car elle était déjà en train d’être corrompue.

« On ne peut plus rien faire pour eux… » soupira Lucifer en désignant les enfants.

Ils étaient condamnés…

Comme les autres.

Loskar était perdu.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #5 le: Février 09, 2016, 09:18:46 »

L’évacuation ne se passait pas comme prévue … En effet, Piper avait sous-estimé le nombre de zombie présent. Tous les étages étaient infestés ; c’était à se demander comment des enfants avaient pu se retrouver piéger ici. Mais elle faisait tout pour les ramener en lieu sûr, et elle usait de toutes les munitions qu’elle avait pour se frayer un chemin. Les flammes et le bâtiment qui tombait en lambeaux n’aidaient pas, mais il en fallait plus pour ébranler la volonté du lieutenant Piper. Elle se démenait comme elle pouvait, finissant parfois un ou deux Claqueurs au couteau. Néanmoins, plus elle se démenait, plus elle ressentait une étrange douleur, la saisissant au coup. Elle remarqua bien vite que l’endroit où elle avait mordu s’était assombri, et que ses veines s’étaient mises à devenir ténébreuses à cet endroit. Sa peau était aussi devenue très pâle, rappelant celle des claqueurs. *Non …* Pensa-t-elle, se refusant à croire à son funeste destin.

Elle allait sortir ces rescapés, les mettre en lieu sûr et après, elle irait se faire soigner. C’était aussi simple que cela ! Ces maudits aliens n’auraient pas sa peau, elle s’en faisait une promesse. Mais malheureusement, même si Jenny avait toujours su tenir ses promesses, force était de constater que cette fois-ci serait bien difficile. Elle finit par arriver dans un couloir, et après avoir fait le ménage, elle pensait que s’en était fini. Grave erreur ! Car dans un moment le plus soudain, une porte se fit défoncer à sa gauche, la prenant complètement de court. Le choc fut si terrible qu’elle fut projetée sur sa porte à droite, la défonçant à son tour pour atterrir dans un appartement. Des Claqueurs, encore et toujours ! Endoloris comme jamais, elle serra des dents et commença à réellement craindre pour sa peau quand elle entendit les claquements des zombies. Il y en avait une bonne dizaine dans l’appartement où elle avait atterri … Et qui se dirigeaient vers elle.

« COURREZ ! » S’exclama-t-elle, tentant vainement de donner des consignes aux enfants pour qu’ils sauvent leur peau. Mais son ordre ne fut guère écouté. Piper sentait sa fin approcher, mais alors que tout semblait perdu, une intense lumière jaillit. La lumière fut si puissante qu’elle s’en barra la vue par le bras, pour finalement constater que les Claqueurs ne pouvaient plus avancer. Un être lumineux posa pied devant elle, dans l’appartement. Une autre de ces Hautes Créatures venait de faire son apparition. Et après un simple revers de main, il balaya la totalité des Claqueurs présents. Cela laissa Piper sans voix, qui s’était attendue au pire. Elle était sauve, et les enfants aussi. Mais … Ce fut une grave erreur de penser que tout était terminé.

En effet, juste après cela le bâtiment se mit à trembler violemment. Le plafond s’arracha sauvagement, comme s’il était aspiré vers le ciel. Une partie des murs le suivit … Ce qui dégagea complètement la vue pour clairement entrapercevoir l’origine de tout ceci. Une gueule béante, des milliers de tentacules … Un monstre d’une mocheté sans précédente. Mais il était terrifiant, très terrifiant. Il n’eut aucun mal à faire hurler les enfants qui se mirent à pisser dans leur pantalon, tellement cette vision était horrible. Mais, alors que l’être lumineux fut interrompu, tout le monde pu entendre une lourde et grave voix dans leur tête. Piper écarquilla les yeux, et tenta de se boucher les oreilles, en vain. La voix de ce monstre était oppressante, terriblement maléfique et perfide. Comme pour prouver sa rage et son pouvoir, il commit l’impardonnable … Les yeux globuleux de Piper, dont l’infection commençait à faire rougir les veines internes, se posèrent sur ces pauvres êtres, en proie à la félonie du monstre.

Leurs yeux devinrent noirs, autant que leur veines. Ils mutèrent, des griffes leur poussant au bout des doigts. Ils étaient en train de se changer en monstre … De se faire corrompre par cet être infâme. Voilà pourquoi Piper s’était battue, jusqu’au bout … Pour en arriver là. Elle n’était pas parvenue à sauver la vie de ses semblables. Elle semblait, pour le moment, immuniser face à la malédiction mais … Ce n’était uniquement que grâce à l’Ange qui se tenait à ses côtés. Ce dernier, d’une voix d’un calme sans précédent, lui déclara qu’il n’y avait plus rien à faire pour eux. Balivernes ! Piper avait un honneur et ne comptait pas laisser ces victimes se faire tourmenter jusqu’à la fin de leurs jours. Elle-même était foutue de toutes façons ; au moment même où elle quitterai l’aura de la créature, elle succomberai à la malice du monstre.

Elle serra ainsi ses dents, prenant alors une décision qui scella son destin … « Si, il reste quelque chose à faire … Partez sans moi. Je suis moi-même condamnée, je suis infectée ! Il ne me reste plus qu’une option si je veux au moins épargner l’âme de ces victimes … » Dit-elle d’un ton résolu. Elle se releva difficilement, puis se saisit d’une grenade, qu’elle ne dégoupilla pas tout de suite. C’était une grenade hautement explosive, ayant une capacité d’explosion équivalente à dix C4 réunis. Elle se tourna vers l’homme, comme pour lui révéler l’état dans lequel elle était. Ses veines étaient noires, sa peau toute pâle. Encore maitre d’elle-même, elle pouvait faire quelque chose. « Ça sera ma bonne action dans cette vie. » Dit-elle, ses mots sonnant comme … Un adieu à la vie. Elle se retourna vers les enfants, désormais corrompu et mutés en abomination, puis s’élança vers eux, les poussant au dernier moment. Son plan était simple ; attirer le maximum de Claqueurs vers les sous-sols du bâtiment, là où son point critique se situait.

Inutile de dire que le chemin fut d’autant plus dur, à présent qu’elle n’était plus protégée par l’aura de l’homme. Vers les derniers mètres, elle était presque à genoux, son corps commençant alors à la trahir. Peau pâle, veines aussi sombres que la nuit … Des griffes acérées commençaient à pousser le long de ses doigts, alors que l’un de ses yeux était devenu complètement obscure. Elle rampa, luttant corps et âme pour maintenir le contrôle sur sa personne. « HNNNNN … » Gémit-elle, s’écroulant alors à terre, au milieu du sous-sol où elle devait se rendre. Une quantité monstre de Claqueurs commencèrent alors à s’approcher, y compris les enfants corrompus. À terre, démunie de toute ses forces, ses doigts griffus finirent par commettre son dernier acte … *Clic* entendit-on, sonnant ainsi l’amorçage de la grenade.

« Pour … Loskar. » Murmura-t-elle, au bord de la mutation totale et complète. Son esprit perdit alors complètement conscience, se mutant en un monstre infâme et aliéné comme les autres … Puis la grenade tomba à terre, résonnant dans toute la pièce. La suite n’en fut que plus vague … Un flash, un bruit sourd … Une onde qui balaya tout sur son passage, réduisant en charpie toute matière aux alentours. De l’extérieur, on entendit une énorme déflagration retentir, comme si elle provenait de sous la terre. Les regards se posant sur ce bâtiment purent constater quelque chose ; celui-ci oscilla, puis lentement, se mit à s’effondrer comme un château de carte, s’écrasant complètement sur son coté, broyant ainsi un autre bâtiment sur son passage.

Le dernier souffle avait été rendu …
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #6 le: Février 10, 2016, 01:50:08 »

Trois siècles plus tard


Lurius, aussi surnommée « La Tour d'Argent ».

Flottant dans les Cieux perpétuels, Lurius était une fantastique cité flottante, qui, en ces temps troublés, devint une place forte et un camp d’entraînement. Le quartier principal de Lurius abritait en effet les locaux de la Milice angélique, des locaux qui, pendant la Guerre contre les Grands Tyrans, devenaient continuellement remplis. Il fallait voir l’effervescence qui régnait dans le Chœur Céleste pour le comprendre. Le Chœur Céleste, c’était une grande salle centrale, au sein de la plus haute tour de Lurius, où les Anges entraient par de larges ouvertures dans les fenêtres, et où ils pouvaient assister au déroulement de la bataille. Les Anges n’avaient pas de vulgaires cartes sur papier, mais des cartes infiniment plus complexes, car la bataille ne se déroulait pas juste sur un terrain prédétermini, mais dans l’ensemble de la Création, au sein de toute la Réalité, et de toutes les réalités. Une immense sphère flottait ainsi au milieu de la Tour, représentant le Multivers, la sphère comprenant, en son sein, une multitude de sphères, chacune représentant les univers parallèles dans lesquels les Anges se battaient. En ce moment, la bataille faisait rage contre les séides de Nyarlathotep. On y voyait le Grand Ancien, installé sur une planète, si grand et si massif qu’il était visible depuis l’espace, répandant ses tentacules, dans une bataille contre toute une cohorte angélique.

Lucifer était là, visible depuis les visions que les Anges arrivaient à avoir, tandis que Nyarlathotep, lui, avait aplati son immense corps sur d’énormes villes, les recouvrant de ses tentacules, les enfonçant ainsi dans les profondeurs du monde, tandis que ses tentacules s’y plantaient, allant jusqu’au noyau de la planète. Ses actions avaient déjà condamné ce monde, car d’immenses failles tectoniques avaient eu lieu, provoquant des éruptions volcaniques massives et cauchemardesques.

« Lucifer se bat toujours avec autant d’acharnement…
 -  Et nous continuons, inlassablement, à perdre des hommes. »

Rien ne semblait pouvoir mettre fin à la marche des Tyrans. Leur puissance était sans commune mesure avec tout ce que les Anges avaient vu. Et chaque Ange tué était comme une déchirure dans le cœur des autres.

Pour autant, un Ange tué ne le restait pas indéfiniment, car son âme revenait aux Cieux. La mort physique n’était pas la fin de l’être, elle n’était qu’une inclinaison dans cette longue rivière qu’on appelait la vie. Quand un être humain mourait, son âme finissait dans un lieu indéfini et indescriptible, sorte de zone onirique qu’on appelait pudiquement le Purgatoire. Là, il y attendait pour son jugement… À moins que le Purgatoire ne soit, en lui-même, un jugement, car l’individu y voyait généralement son passé, tout son passé… Il y affrontait ses doutes, avant de finalement, aux termes de son expédition, passer devant les Trois Juges.

Rhadamanthe, Éaque, et Minos. Les trois Grands-Juges siégeaient, Minos étant le Président. Il n’intervenait, de fait, qu’à titre d’arbitre, si jamais Rhadamanthe et Minos avaient un avis contraire. Représentant la justice suprême, ils décidaient, soit que la personne pouvait rejoindre les Champs-Élysées, soit les Enfers. Le temps que le procès soit instruit pour une âme, il pouvait volontiers s’écouler des siècles. Le jugement tranchait aussi la question de la réincarnation de l’âme, même si cette réincarnation était souvent automatique. On avait ainsi coutume de dire que c’était l’esprit qui était jugé, tandis que l’âme, elle, par essence éternelle, échappait à ce jugement.

Quand Piper fut jugée, Minos n’eut pas à intervenir. Rhadamanthe, connu pour être le plus sévère des juges, s’exprima en premier, comme à chaque fois. Généralement, c’était toujours Rhadamanthe qui était contre, et Éaque pour, et c’était dans ce type de configurations que Minos intervenait. Leur décision était susceptible de recours, une personne envoyée en Enfer pouvant, si elle était lavée de ses Péchés, être renvoyée devant l’audience. On examinait ainsi la manière dont la personne avait mené sa vie, au regard des Sept Péchés Capitaux, et des Sept Vertus Capitales. Tout était ensuite une question d’espèce, et d’appréciations.

Piper fut donc envoyée dans les Cieux, et, comme les Grands-Juges notèrent son désir de vengeance, il fut décidé de l’envoyer dans le Royaume des Cieux, sous réserve que les Anges lui fassent comprendre que la vengeance n’était point la justice. Mais, en réalité, Minos craignait les Tyrans, car il craignait que ces derniers ne parviennent jusqu’ici, au Purgatoire, et ne s’en prennent à l’organisation décidée par l’ensemble du Panthéon Divin pour s’accaparer les âmes et les esprits des mourants.

Près de Lurius, on vit ainsi une Tour s’illuminer, et les Anges surent qu’un nouvel Ange était arrivé. Ils savaient déjà que cette Ange était prédestinée à rejoindre la Milice, ce qui fit que la femme l’accueillant était un membre de la Milice, Angéla. La belle Ange se rendit en volant près de l’une des multiples tours argentées qui composaient le cœur du Royaume des Cieux, et où chaque Ange arrivait. Elle se rapprocha de celui contenant le corps de leur nouvelle sœur, qui avait maintenant reçu un nom angélique, et la porte de la Tour s’ouvrit, la révélant, Angéla près d’elle.

« Je te souhaite la bienvenue, ma sœur, au sein du Royaume des Cieux ! »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #7 le: Février 10, 2016, 08:15:51 »

Le temps ne comptait plus, désormais. Le silence était tombé, le froid et l’inertie étaient devenues maitres. À vrai dire, Piper ne saurait comment décrire ce qui s’était déroulé. Son seul souvenir était de se voir elle, en train d’agoniser, de succomber à la corruption de l’envahisseur, avant de se donner la mort. S’assurant ainsi que son âme ne serait pas piégée à jamais. Et s’assurant aussi que l’âme de toutes les personnes touchées par la grenade ne connaissent pas un funeste destin. Un acte réfléchit, que Piper n’avait pas hésité un seul instant à commettre. Elle était foutue, après tout. Il n’y avait plus aucune issue, si ce n’était de devenir l’esclave de cet être abominable, qui à l’heure actuelle, devait déjà avoir fini son travail. Loskar était perdue ; elle ainsi que ses habitants. Tout était arrivé si vite, si brusquement. Beaucoup de gens ne comprenaient même pas ce qui était en train de se passer. Et pourtant, la réponse était toute simple ; l’anéantissement.

Pour autant, ce ne fut pas le cas de Piper. En effet, si elle s’était donnée la mort, dans une dernière tentative de sauver ces pauvres âmes, la sienne y comprit, elle se réveilla après un long, très long et étrange rêve. L’obscurité l’empêchait de voir où elle était, et elle se sentait … Etrange. Où était-elle ? Et que voulait signifier ce rêve … Celui où elle avait aperçu trois personnes, qui pendant une éternité, l’avait questionné et fait ressortir toute sa vie. Piper ne savait même pas combien de temps elle avait rêvé, mais dans ses songes, elle avait la forte impression que des années, voire des siècles étaient en train de s’écouler, tellement les questions n’en finissaient guère. Un véritable tribunal de sa vie avait eu lieu. Lourd, fatiguant, éprouvant … Mais dont la fin lui avait paru salvatrice. Ces trois étranges créatures, dont elle ne saurait les décrire, avaient fini par terminer leur travail, et sans qu’elle ne comprenne de quoi s’agissait-il, on lui déclara alors, d’une voix officielle et ne laissant aucune place à quelque chose si ce n’était le sérieux et le solennel du moment, que sa place était désormais aux Cieux.

Aux Cieux ? Piper n’allait pas tarder à comprendre ce que celait voulait dire. Ce fut à ce moment qu’elle sembla se réveiller de ce long et pénible rêve. Endoloris, elle ouvrit ainsi ses yeux sans qu’elle puisse apercevoir quelque chose. Il faisait noir, tout simplement. Elle semblait être enfermée dans quelque chose, dont elle ne saurait dire quoi. La jeune femme sentait toutefois, malgré son endolorissement, quelque chose d’étrange. Une sensation qu’elle n’avait jamais ressentie. Une sensation … Atypique. Dont le seul moyen de la décrire en langage compréhensible, serait celle d’être dans le corps de quelqu’un d’autre. Il n’y avait pas d’autre mots pour décrire cette sensation, qui était si singulière. En fait, elle ne se sentait plus comme auparavant. Quand son esprit commença à immerger, elle remarqua instantanément autre chose. Justement, ce dernier semblait lui aussi … Différent. Elle se remémorait de sa version d’elle-même, quand elle était encore vivante. Mais … Cela lui semblait être comme une simple songe. Comme si elle n’avait jamais été comme cela, et que désormais, elle se réveillait de ce mauvais cauchemar.

Ainsi, il ne fallut pas longtemps avant qu’elle n’entende un bruit, puis qu’une lueur jaillit devant elle, avant que le noir disparaisse au profit d’un éblouissement total. La lumière était forte, surtout après que la jeune femme a été plongée dans le noir. Elle plissa des yeux, et distingua une silhouette qui s’approchait, et qui l’appela d’une voix apaisante. Une voix qu’elle n’avait jamais entendue, mais qui lui semblait si familière. Quand sa vue se stabilisa, elle ne put que remarquer que cette étrange inconnue avait des ailes, et qu’elle venait de l’appeler ma sœur, en lui souhaitant la bienvenue au Royaume des Cieux. Un déclic eut lieu dans sa tête, et son précédent rêve lui revint quasi immédiatement. Etait-ce donc vrai ? Est-ce qu’elle venait, en réalité … D’accéder aux Cieux ? Cela signifierait alors que son ancienne vie n’était pas un rêve mais une réalité ! Que venait-il de lui arriver … Elle cligna à plusieurs reprises des yeux, puis avança légèrement. « Merci … Ma noble sœur. » Dit-elle, se surprenant à dire cela de manière naturelle.

Elle était la fois la même qu’avant, et plus la même. C’était comme si on avait pris Piper et qu’on avait littéralement changé son cerveau et sa personnalité, en ne gardant que les souvenirs. Le plus troublant était que tout ceci paraisse si naturel et familier. Peut-être que Piper n’avait été, au fond, qu’une image ? Ce dont elle était sûre, était que Piper n’était plus … Car elle se souvint alors de son nom, de son nouveau nom … Yennesä. Elle n’était cependant pas au bout de ses surprises, surtout quand elle allait poser son regard dans la glace pour la première fois … Ses yeux se posèrent néanmoins sur le décor derrière sa sœur, et observa alors la magnificence et l’immensité de cette cité qui s’offrait désormais à elle. Lurius était désormais son nouveau foyer … Lurius, était ce que Loskar, était à ses yeux.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #8 le: Février 15, 2016, 08:23:43 »

Yennesä. Le nom s’inscrivit sur la tour, et fut notée dans les registres angéliques des Cieux. Un grand moment pour les Anges, que l’arrivée d’une nouvelle sœur, et Angéla était ravie et flattée d’avoir l’infime honneur que de la guider. La tour de lumière s’ouvrit, et Yennesä se retrouva à flotter en l’air, encore un peu déstabilisée. Se souvenait-elle de son existence passée ? Probablement uniquement par des bribes et des songes éphémères, qui disparaîtraient rapidement, car Piper s’était réincarnée ailleurs. L’éternelle âme avait retrouvé un nouveau réceptacle de vie, et son esprit s’était envolé et purifié.

« Tu dois te sentir perturbée, je suppose, Yennesä. Mais, au moins, tu ne t’es pas réveillée dans le corps d’un Chérubin. Ceci signifie que ton esprit devait vraiment être très pur pour que les Grands-Juges estiment que tu puisses directement te réincarner dans une enveloppe mâture. »

Et il suffisait de la voir pour s’en rendre compte. Yannesä était très puissante, et une puissante magie se dégageait d’elle. Peu importe que Piper n’ait pas été une magicienne, chez les Anges, la magie était innée, et c’était de la plus pure des magies qu’il s’agissait : la magie sacrée. Une magie extrêmement puissante, que Yannesä pouvait sentir brûler en elle. Angéla ne pouvait s’empêcher de la regarder, ressentant maintenant pleinement son potentiel.

« Woow... Ça plaisante pas... Enfin, je veux dire, tu es très puissante. Toi, tu as dû vivre tes derniers jours sur le champ de bataille. C’est pas mal... Il est rare que les Juges accordent aussi facilement l’Élysée aux soldats. Ce sont des tueurs, après tout. »

Des tueurs, en effet... Les gens pensaient que massacrer au nom d’une quelconque cause supérieure ne rendait pas l’acte moins atroce, mais les Grands-Juges étaient très sourcilleux sur ce point. Tout meurtrier ne finissait pad forcément en Enfer, mais il fallait que ses motivations aient été justes. Et il était très rare qu’un ancien soldat ne finisse pas membre de la Milice Angélique. En réalité, et on avait beau dire tout ce qu’on en voulait, un Ange était toujours impacté, de près ou de loin, par son ancienne incarnation terrestre.

Angéla battit des ailes, et invita Yannesä à la suivre, tout en voyant, autour d’elles, une mer sans fin de nuages, qui se trouvaient à la fois sous elles, mais aussi au-dessus. Et, à chaque fois que les deux êtres angéliques croisaient leurs congénères, ces derniers s’arrêtaient pour les saluer.

« Tu es dans les Champs-Élysées... Le Paradis. En bas, il y a tous les individus qui meurent et qui sont estimés suffisamment purs pour rejoindre l’Élysée, sans pour autant devenir des Anges. Et, en haut, il y a... L’ultime étape de l’élévation spirituelle. La transcendance. Tous les Anges et les résidents de l’Élysée l’atteignent un jour. Le Paradis se trouve vraiment là-haut, parmi les Essences. Il faut dépasser son moi intérieur, son égo, et faire partie d’un Tout céleste, renoncer à tous ses désirs... En fin, j’en suis encore loin de tout ça, moi... Mais bref. Toutes ces tours, que tu vois, sont ce qui nous relie au reste de toute la Création. Quand un Ange est tué, il ne meurt pas vraiment. Son enveloppe physique s’efface, mais son âme, elle, rejoint l’une de ces tours, et le corps se reconstitue ensuite. »

Les Anges étaient donc réellement immortels, car, contrairement aux humains, quand l’Ange revenait à la vie, il se rappelait de son passé. Angéla volait rapidement, le long de la Mer de Nuages, jusqu’à se rapprocher de Lurius.

« Voici Lurius. C’est l’une de nos cités. Elles ont été créées et façonnées par la magie, et nulle porte ne t’est close. Lurius, en ce moment, est essentiellement le siège de la Milice, car nous menons une guerre de longue haleine, qui nécessite une organisation stratégique importante. »

Angéla flottait sans problème dans les airs.

« J’ai encore beaucoup de choses à te conter, ma sœur... Comment te sens-tu ? »
« Dernière édition: Février 21, 2016, 02:23:55 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #9 le: Février 20, 2016, 11:13:09 »

Avec grande prudence, Yennesä semblait être comme en train de redécouvrir son corps, et ses nouvelles capacités. Quand la tour s’ouvrit, elle se laissa donc suspendre en l’air, et constata alors sa faculté de pouvoir voler. Ses ailes n’étaient pas des ailes ordinaires, ressemblants à celles d’un oiseau ; elles étaient comme faites d’énergie pure. Des ailes éthérées, qui la maintenait donc dans les airs, aux côtés d’Angela. D’ailleurs cette dernière l’assista et se mit donc à lui parler, lui informant qu’elle avait visiblement de la chance en se réincarnant directement dans le corps d’une adulte. Elle aurait pu repartir à zéro et naitre dans un corps de bébé, celui d’un chérubin … Mais on avait décidé autrement pour elle. C’était troublant, et Yenessä avait tant de choses à gérer et apprendre sur son nouveau soi, avant de penser au pourquoi du comment.

Toutefois elle pouvait compter sur Angela pour l’aider, et lui faire un peu comprendre ce qui se passait. En parlant de son corps, la créature finie par ressentir quelque chose, d’assez fort. Comme … Une vague déferlante en elle, systématiquement. Une puissante onde qui la balayait en elle, et qu’Angela finit par lui dire ce que c’était. La magie sacrée. Une énergie propre aux Anges, qui semblait être très présente et très puissante chez Yenessä, qui observa ses mains, silencieusement. Oui, elle le sentait. Cette énergie qui vivait en elle, qui résonnait dans tout son être. Etait-elle réellement aussi puissante qu’Angela voulait lui faire croire ? À ce qu’elle dit, oui. Yenessä avait effectivement terminé ses jours sur un champ de bataille. De ce fait, lui avait-on accorder autant de force, rien que pour cela ? La réponse viendrait surement un jour.

En attendant, elle suivait sa sœur, qui l’emmena quelque part, en la faisant voguer parmi tous ces nuages, et ce royaume si intriguant. Les deux croisèrent certain de leur consœurs et confrères, les saluant respectueusement à chaque fois. Angela lui expliqua comment ça marchait, ici. Les Champs-Elysées, le Paradis … Autant de détails que Yennesä assimilait avec rigueur, comprenant l’importance de bien saisir ce genre d’information. Elle ne disait rien, laissant sa comparse lui expliquer ce qu’elle avait besoin de lui expliquer. Mais son silence voulait aussi dire quelque chose d’autre ; sa stupeur. Intérieurement, elle n’arrivait toujours pas à réaliser ce qu’elle était. Ce corps, ce visage - dont elle ne savait rien sur son apparence pour le moment -, ses pouvoirs … Surtout ses pouvoirs. Ils étaient si puissants, si vibrants en elle. Yennesä sentait cette magie vivre et battre au même rythme que son nouveau cœur.

Toutefois, son attention fut rapidement happée par ce qu’elle observa. Lurius. Une grande et majestueuse citée, qui selon les dires d’Angela, était actuellement le siège de la Milice. Les temps étaient durs, et la guerre contre les Grands Anciens faisaient rage. Rien qu’à l’évocation de la guerre, Yennesä sentie son cœur se mettre à battre, et une petite once de rancœur s’immisça en elle. Oui, parmi ses bribes de souvenirs, elle revoyait l’image atroce de cet affrontement. L’image de ce monstre immense, difforme, au milliers de tentacules. De ses yeux rouges qui dévoraient votre âme … C’était donc ça, un Grand Ancien. Une abomination bonne à être exterminée. Si seulement, c’était exterminable. Ainsi, elle lui expliqua ceci et finit par lui dire qu’elle avait encore tant de choses à lui dire. Mais avant cela, Angela lui demanda comment elle se sentait. Yennesä ne répondit pas de suite, continuant à regarder profondément Lurius, qui trônait devant elle.

Ses yeux finirent toutefois par plonger vers le bas, regardant son corps, puis ses mains. « Bien, ma sœur … Mais, cette familiarité avec ce nouvel environnement, ce nouveau corps … Ces nouveaux pouvoirs, m’est encore étrange. J’ai l’impression que ces bribes de souvenirs n’ont été qu’un rêve, et que je me suis réveillée il y a peu. C’est … Juste étrange. » Dit-elle de sa voix sobre et posée, en regardant intensément ses mains. Elle sentait cette magie comme jamais auparavant, et c’était sans doute cela qui devait le plus la troubler.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #10 le: Février 27, 2016, 01:21:38 »

« Ce sentiment de rejet est normal, Yennesä. Tu viens tout juste de te réveiller. Ton âme ancienne, ce que tu étais avant d’être Ange, n’est plus. Tu es à un nouvel embranchement de ton existence. Il est possible que tu aies, lors des premières années, quelques réminiscences de ton ancienne vie, mais la personne que tu étais auparavant, quelle qu’elle soit, s’est réincarnée ailleurs. Tu es maintenant un nouvel être. Tu es Yennesä, mais il faut que ton cerveau ait le temps nécessaire pour l’assimiler. »

Les explications d’Angéla lui semblaient... Compliquées. Mais, d’un autre côté, la femme ne voyait pas trop comment le dire autrement. Ce que Yennesä avait été avant n’existait pas chez elle. Piper s’était réincarnée en autre chose. Yennesä, autrement dit, était un tout nouvel être, ce qui invitait certains Anges à se demander s’ils n’étaient pas, effectivement, des créatures toutes neuves, mais formées à partir de pensées et de mémoires résiduelles qui traînaient dans le Purgatoire. La réalité est que la question de la nature d’un Ange était très compliquée à appréhender. Ils étaient à mi-chemin entre le mortel et le divin, des êtres d’exception, qui étaient coupés de toute racine humaine.

« Ton corps est immortel, Yennesä. Tu ne connais ni le froid, ni la chaleur, ni la maladie, ni l’affliction... Mais la douleur peut t’atteindre. De même, les affres du temps ne se feront pas sentir sur ton corps. Ce que ton cerveau doit comprendre, ce qu’il faut lui laisser le temps de réaliser, c’est que tu n’es plus une mortelle. Tu es, par définition, immortelle... Immortelle, en ce que le temps n’a pas d’effet sur toi, et en ce que, même si ton enveloppe physique est tuée, tu es rattachée au Paradis. Ce qui est mort ne peut pas mourir à nouveau, Yennesä. Si, par malheur, tu venais à perdre la vie, ta nouvelle âme se réincarnerait, et ton corps serait reformé dans ces tours. »

Un processus de reconstitution qui variait entre quelques années et quelques millénaires, sans qu’il ne soit possible de déterminer le temps nécessaire. Évidemment, les Anges ne le savaient pas encore, mais les démons fonctionnaient sur le même principe, si ce n’est que, pour eux, la régénérescence s’accompagnait aussi d’une perte de mémoire et de capacités. Mais, pour l’heure, l’Enfer était vu par les Anges comme un lieu de rédemption, et, en cette époque, les démons étaient bien moins belliqueux que maintenant... Ou, en tout cas, les Anges n’en avaient jamais entendu parler.

Angéla se déplaça un peu, continuant à virevolter dans les airs, tournoyant autour de Yennesä.

« Mais ressens cet air pur ! Ah, inhibe-toi en, Yennesä, ça, c’est le Paradis ! Et encore, tu n’as rien vu ! Il y a énormément de choses ici. Dans les Bois Enchantés, on fait la fête régulièrement, il y a aussi les forums philosophiques, les opéras, les concerts, les spectacles artistiques... »

Cependant, Lurius était la principale chose qui préoccupait Angéla en ce moment. Lurius, et le conflit interminable contre les Grands Tyrans.

« Malheureusement, notre mode de vie est menacée, Yennesä... Dans ton ancienne existence, tu les as vus... Les Tyrans. Des monstres cosmiques aux pouvoirs infinis, qui ont convergé dans les Cercles et dans les Plans, et qui, peu à pue, détruisent et asservissent tout ce qui leur tombe dessus. Soit ils détruisent des réalités entières, soit ils transforment les gens en esclaves de leur volonté. Nous avons perdu des centaines de frères et de sœurs dans ce conflit, Yennesä, et nous ne savons toujours pas comment les vaincre. En ce moment même, Lucifer se bat contre l’un d’entre eux, Nyarlathotep. »

On pouvait percevoir l’admiration d’Angéla dans le timbre de sa voix. Lucifer, le Porteur de Lumière... Pour elle, il était le plus grand des Anges !

« Mais nous aurons le temps d’y revenir plus tard. Pour l’heure, il faut surtout que tu te familiarises avec tes capacités, alors... Vole ! Essaie de voler le plus vite que tu peux, et tu verras que tu peux aisément dépasser la vitesse de la lumière. »

Et ça, c’était toujours cool à faire !
« Dernière édition: Mars 05, 2016, 09:17:59 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #11 le: Mars 04, 2016, 04:39:25 »

N’avait-elle sans doute pas tort. Angela avait des paroles censées et qui étaient, normalement, aptes à rassurer Yennesä. Mais celle-ci avait toujours cette étrange sensation, cette impression bizarre. Nul doute ne faisait que c’était temporaire et qu’elle finirait pas ne plus rien sentir. Mais pour le moment, elle devait composer avec et ça, c’était déjà une petite épreuve. Néanmoins elle écouta en âme et conscience ce que lui dit Angela, comprenant ainsi qu’elle n’était plus Piper. Elle était une toute autre femme, un tout autre être, basé sur ce qu’était Piper, autrefois. Cette notion était difficilement acceptable par la raison, mais Yennesä fit l’effort de ne pas faire jouer sa raison. C’était un fait, voilà tout. Et un fait ne se soumettait à rien, car il existait, et son existence ne pouvait être remis en question. Elle hocha donc de la tête, faisant comprendre à sa sœur qu’elle acquiesçait.

Néanmoins, l’enthousiasme d’Angela était à toute épreuve. Elle virevolta tout autour de Yennesä, lui clamant alors de sentir cet air pur, ce Paradis dans lequel elle se trouvait. Certes, n’importe quel être de la création rêvait de se retrouver ici. Mais, même s’il fallait être honnête et se rendre compte que ce lieu était majestueux, Yennesä ne parvenait pas à complètement sourire et estimer sa chance. Il y avait quelque chose qui la retenait. Quelque chose qui l’empêchait de sourire complètement, d’être aussi heureuse et joyeuse qu’Angela. Et ce fut d’ailleurs celle-ci qui mit le doigt, sans le savoir, sur ce point ; la guerre. Comment pouvait-on faire des opéras, des chants, la fête, alors que la plus grande menace jamais découverte à ce jour était là, et continuait son chemin. C’était exactement ça qui empêchait Yennesä de savourer sa nouvelle maison.

Elle baissa les yeux quand Angela lui fit le résumé de la situation, et lui expliqua qu’à ce jour, ils ne savaient toujours pas comment vaincre ces abominations. Elle prononça cependant un nom qui fit tilt dans l’esprit de Yennesä. Oui, elle le connaissait ! Elle l’avait déjà entendu, déjà connu ! C’était donc lui. Son regard retrouva de l’aplomb, alors que ses poings se serrèrent. Cette guerre, il fallait qu’elle cesse ! Il fallait stopper les Grands Anciens coute que coute … Piper était morte à cause de ça. Et même si Yennesä ne pouvait pas mourir, elle ne supportait pas l’idée de voir d’autre gens succomber par la félonie de ces malfaisants. Néanmoins, Angela sembla ne pas s’en soucier immédiatement. Peut-être n’était-elle pas une Milicienne ? Yennesä ne le savait guère, mais elle ne pouvait pas non plus blâmer sa joie visible.

À vrai dire, ça faisait quelque part chaud au cœur de voir des sourires et de la joie, en toute spontanéité. Angela lui proposa, afin de lutter contre l’effet de sa renaissance, d’explorer un peu ses capacités. En premier lieu, elle lui proposa de voler. Ce qu’elle était déjà en train de faire cela dit, mais en fait, il s’agissait de voler à allure maximale. Yennesä observa ses propres ailes dans son dos, qui ne semblait d’ailleurs pas comme les ailes d’Angela ; elles étaient magiques. Elles n’étaient pas faites de plumes et de cartilage. Elles étaient éthérées, composées uniquement de magies, et avaient l’apparence d’un assemblage de petits blocs runiques, reliés par des arcs électriques. Ces blocs n’étaient pas physiques, ils n’étaient pas solides. C’était de la pure magie. Pour la première fois, un petit sourire vint égailler le visage de Yennesä, qui se prépara. « Dépasser la vitesse de la lumière … » Répéta-t-elle, n’y croyant que faiblement au début.

Mais plus elle sentait cette magie, cette énergie courir en elle, plus elle en était convaincue. Elle serra ses poings, puis se concentra, avant de s’élancer à pleine énergie. Ses bras s’élancèrent vers l’arrière, et son corps s’allongea dans les airs, à mesure qu’il prit de la vitesse. Son cœur se mit à battre très fortement, voyant le décor se mouvoir à une vitesse hallucinante. Ses yeux s’écarquillèrent en voyant une telle vitesse, mais elle sentait qu’elle n’avait même pas atteint son maximum. L’air se faisait transpercer tout autour d’elle, ses cheveux virevoltants vers l’arrière. Elle serra les dents puis tenta de pousser la vitesse encore plus loin, en changeant de direction, se mettant à braquer vers le haut. Et là, Yennesä sentit la vitesse grimper sérieusement. L’énergie présente en elle fourmilla encore plus, sentant aussi tous ses muscles frissonner face à cette sensation d’extrême vitesse. Elle ne sut pas si elle était parvenue à atteindre, voire dépasser la vitesse de la lumière, mais elle fut sure qu’elle avait atteint une très grande vitesse. Ce fut en replongeant qu’elle repartit auprès d’Angela, se stabilisant au dernier moment pour ne pas la percuter de plein fouet. Mais son arrêt brutal causa un drôle d’effet ; une petite onde de choc se créa tout autour d’elle au moment où son corps s’immobilisa d’un seul coup.

Sa poitrine montait et descendait, non pas sous la fatigue, mais les nouvelles et incroyables sensations qu’elle avait perçu. « J’en suis … Impressionnée, Angela. Je ne pensais pas qu’une telle chose était possible … » Lui déclara-t-elle, en souriant légèrement tout en la regardant. Il était vrai qu’elle allait passer du temps à explorer toutes ses capacités une à une …
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #12 le: Mars 09, 2016, 11:22:23 »

Les doutes et le scepticisme de Yennesä étaient des choses compréhensibles. Elles étaient une Ange très récente, n’ayant à peine que quelques minutes, et, avant, les Tours de Lumière purifiaient réellement l’esprit des jeunes Anges, en leur faisant oublier absolument tout de leur ancienne existence. Ici, le processus était, du fait de la guerre, accéléré, ce qui faisait que, chez certains Anges, il subsistait encore, pendant un temps, des traces et des réminiscences de leur ancienne existence. Comme Angéla s’était efforcée de l’expliquer à Yennesä, Piper était morte, et l’âme de Piper avait été réincarnée en une autre forme de vie. Elle, Yennesä, était une nouvelle entité, à part entière, créée par une force inconnue (le Créateur, selon certains anges), mais qui conservait en elle quelques substrats de la mentalité de Piper… À savoir, outre sa rancœur envers les Tyrans, une sorte de scepticisme scientifique vis-à-vis de ses nouvelles facultés. Quelque chose de terriblement humain, Angéla ayant depuis longtemps constaté que les humains étaient tournés vers la logique et la raison, et refusaient d’emblée tout ce qui, à leurs yeux, ne rentraient pas dans leurs cases. Yennesä voyait donc avec scepticisme le fait de pouvoir voler à une vitesse si élevée.

Avec un léger sourire, Angéla croisa les bras, et l’invita à décoller. C’est ce que Yennesä fit, s’envolant comme une flèche. Cependant, le Paradis n’était pas une planète tellurique, c’était un autre plan astral, et, au fur et à mesure qu’elle s’élevait dans le ciel, elle n’en vit jamais la limite véritable. Pas de passage dans l’espace, le Royaume des Cieux était quelque chose de très vertical, qui n’était pas régi par les règles physiques des Plans Intermédiaires. C’était un plan avec ses propres règles, avec sa propre géographie, et les Tours de Lumière s’élevaient jusqu’à la cime des plus lointains nuages, au-delà de la Mer de Nuages. Et, quand on arrivait à percer au-delà, on atteignait un espace bleu sans fin. Cet endroit avait bien des noms dans certaines philosophies intermédiaires : nipphaan, myang-das, nehan, mais on le connaissait, et on l’appelait, sous son acception la plus connue.

Le Nirvāna.

Un lieu d’extinction des sens, des passions, l’endroit où l’individu cessait d’être un individu pour s’absorber dans un tout collectif et plus grand que lui. C’était une sorte de transcendance, mais, en réalité, définir ce que, précisément, était le nirvana était impossible. On ne pouvait le définir que négativement, comme ce moment où un individu abandonnait ce qui le composait, une sorte de détachement total. L’enveloppe physique et charnelle de l’être disparaissait pour s’absorber dans un autre ensemble, atteignant l’illumination suprême.

Concrètement, ces « êtres » arrivaient ici, dans cet espace bleu, et existaient sans exister. Se retrouver ici était très particulier, car on avait l’impression d’être à la fois seul, sans l’être réellement. Yennesä n’y fit néanmoins qu’un tour, car elle revint ensuite à côté d’Angéla, et prit conscience que, avec la vitesse accumulée, elle pouvait dégager de fortes ondes de choc. Fort heureusement, Angéla, qui avait prévu le coup, la reçut en se protégeant avec un bouclier.

« Hum… Tu as une belle puissance, Yennesä… »

Angéla avait pu noter ça avec la puissance de sa déflagration aérienne.

« Inconsciemment, tu raisonnes encore comme une humaine, ma sœur, mais un Ange n’est pas soumis aux mêmes restrictions physiques qu’un mortel. Nous sommes des êtres de nature divine, Yennesä. Les Anges disposent de grands pouvoirs, car la magie nous est inhérente. Tu ne réalises pas encore à quel point tu es puissante, voilà tout. »

Battant des ailes, Angéla s’envola à nouveau, et se rapprocha de la Tour d’Argent. L’imposante Lurius se dressait, entourée de plateformes, de couloirs et de ponts, ces larges ponts étant reliés à des sortes de tours inférieures, et on pouvait voir des individus marcher, ce qui méritait une petite explication.

« Les Cieux ne se résument pas qu’aux Anges. Notre rôle est de garder et de protéger cet endroit, ce qui, par ailleurs, explique aussi pourquoi nous intervenons dans les Plans Intermédiaires. Il faut protéger la notion de libre-arbitre, c’est pour cela que nous intervenons contre les Grands Tyrans, parce que leurs actions menacent l’équilibre, et constituent donc une atteinte directe envers les Cieux. Ces gens que tu vois sont ceux vivant dans les plaines, mais ils peuvent se rendre quand ils le veulent dans nos cités, par le biais de ces tours que tu vois. Elles sont comme des portails, et nous n’avons rien à leur cacher. »

De cela, Yennesä ne devait pas douter. Angéla battit à nouveau des ailes, et se posa sur une terrasse en hauteur. Les couloirs de Lurius étaient grands, et il n’y avait aucune porte, tout juste un rideau entre la terrasse et l’intérieur de la tour, composée de très grands espaces, avec des couloirs verticaux et des couloirs horizontaux reliant les différentes pièces entre elles. L’idée était de permettre aux Anges et aux êtres espèces de pouvoir circuler librement.

« Y a-t-il quelque chose ne particulier que tu souhaites savoir ? Ayant été désignée pour t’enseigner les fondamentaux angéliques, j’ai beaucoup de choses à te dire… Mais qu’est-ce qui t’intéresse le plus ? Maîtriser ta magie ? Connaître notre philosophie ? Ou avoir des informations sur le conflit contre les Grands Tyrans ? »

Le choix de Yennesä seraient celui d’Angéla.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 985

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #13 le: Mars 25, 2016, 09:21:19 »

De jamais Yennesä n’aurait pu se douter d’une telle puissance. À vrai dire, même si les choses se mettaient rapidement en place dans son esprit, il y avait des résidus. À proprement parler, elle venait de naitre donc, elle n’avait techniquement pas de base pour juger si tel ou tel chose était impossible ou irréalisable. Mais, dans son subconscient, subsistait quelques traces de son ancienne vie. Traces qui peu à peu allaient s’effacer bien entendu, mais qui faisaient de drôles de réactions chez l’Ange. Yennesä se découvrait une puissance phénoménale, qu’elle n’arrivait pas à comprendre dans sa globalité. Le fait qu’elle avait presque atteint la vitesse de la lumière l’avait stupéfaite, même si elle ne l’avait pas beaucoup montré. Etait-elle si … Capable ? Etait-elle si puissante que le disait Angela ? Tout cela était à la fois si nouveau, mais si familier … Etrange. Yennesä décida donc de se laisser entièrement guider par sa sœur, s’en remettant alors à elle.

Et Angela lui expliqua ainsi qu’elle devait encore raisonner comme une humaine, inconsciemment. C’était l’explication la plus logique. Mais pour preuve que ces dernières traces d’humanité disparaissaient, Yennesä acceptait de plus en plus le concept de l’être que lui décrit Angela. La magie inhérente aux Anges, leur puissance, leurs facultés … Tout devenait de plus en plus clair. Yennesä acquiesça, et s’envola alors à la suite d’Angela, la suivant alors dans la grande et belle Lurius. Elle se dressait devant elles, alors que l’Ange guida la nouvelle au travers les innombrables plateformes et structures composant la cité. Yennesä s’en remplit les yeux admirant en silence ce travail architectural qui était fait par les mains des siens. Voilà d’ailleurs une nouvelle dimension qu’elle avait appréhendé ; les siens. Elle se sentait réellement comme ce que lui décrivit Angela. Cela allait de soi, mais pour la nouvelle Ange, ce n’était pas évident.

Se rapprochant de la Tour d’Argent, la comparse de l’Ange aux yeux électriques expliqua que les Cieux n’étaient que l’habitacle des leurs. Il y avait d’autres peuples vivants dans les plaines. Ces peuples qui vivaient sous la protection des êtres Angela, et qui pouvaient à tout moment emprunter les Tours pour venir les voir. Plus Yennesä en savait, plus elle appréciait. Le savoir était toujours accueilli à bras ouverts. Battant à nouveau des ailes, les deux femmes finirent cependant par se poser sur une grande terrasse, séparée de l’intérieur de Lurius par un immense rideau. À l’intérieur il y avait des grandes pièces, des espaces vastes transpercés de part et d’autre par des couloirs, tant horizontaux que verticaux. Il était impossible d’ignorer la prouesse faite par les architectes ayant bâti ces lieux. Yennesä appréciait tout cela, mais elle apprécia encore plus ce que vint à lui dire sa sœur.

En effet, Angela lui proposa alors de lui en dire plus sur certains sujets, si elle le désirait. Yennesä ne dit rien de prime abord, tâchant de savoir ce qui était le plus important. Certes, en vue des évènements elle était très tentée de directement entrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire avoir des informations sur le conflit, avec les Grands Tyrans. Mais, il y avait autre chose qui la troublait. Comme on pouvait s’en douter, il s’agissait de sa magie. De ses capacités, de ce qu’elle pouvait faire. Il était important de savoir de quoi était-elle capable avant de se lancer dans cette guerre … Mais aussi, de connaitre ladite philosophie des Anges. Mine de rien, c’était un choix assez difficile et Yennesä prit quelques instants pour prendre sa décision. Elle se déplaça vers la rambarde de la terrasse, plongeant alors son regard en contrebas. Elle observa l’immensité. Lurius. Ce nouveau lieu … Qui était, à ses yeux, menacé.

« J’aimerai tant apprendre sur cette magie qui vis en nous … Mais je sens que mes préoccupations vont vers ce conflit d’ampleur sans précédent. » Dit-elle dans un premier temps, se retournant vers Angela. « Alors je t’en serai infiniment reconnaissante, ma sœur, si tu m’en disais plus sur cette guerre que nous menons. » Lui répondit-elle finalement, en la regardant dans les yeux, en amenant sa main au niveau de sa poitrine comme signe de respect.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Humain(e)
-

Messages: 7044

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #14 le: Mars 30, 2016, 01:52:07 »

En d’autres temps, la formation de Yennesä aurait été bien plus longue. Qu’elle naisse directement sous une forme angélique complète, et non sous celle d’un Chérubin, en signifiait beaucoup sur sa force. Angéla sentait déjà, en son for intérieur, que Yennesä serait plus puissante qu’elle, et cela, Angéla l’admettait sans ombrage. Elle estimait même qu’il était un immense honneur que de pouvoir former et enseigner à une telle femme. Elles se tenaient donc à Lurius, impressionnante et majestueuse cité, à la hauteur de ce que les Anges savaient faire. Sa construction était une prouesse architecturale et magique. D’aucuns auraient pu s’insurger devant ce qui, à bien des égards, apparaissait comme une féroce arrogance, les Anges étant au-dessus des autres habitants des Cieux, mais c’était à leur image. Ils étaient les intermédiaires entre les Champs-Élysées et le Nirvana. À eux d’assumer ce rôle, crucial.

Les questions de Yennesä portaient sur deux aspects : sa magie, et le conflit. Angéla hocha lentement la tête. En elle, il y avait déjà les préoccupations d’une milicienne.

« Sache, pour commencer, que nous avons une sainte horreur de la guerre. Nous sommes des élus divins, Yennesä, élevés au-dessus de la condition mortelle. Tu peux manger, et aimer le fait de manger, mais tu n’auras jamais faim, à proprement parler. Il est nécessaire que tu comprennes cela, que tu le ressentes en ton for intérieur. Nous sommes avant tout des êtres de paix et d’amour. La violence est quelque chose dont nous avons horreur, mais elle est, hélas, la seule arme contre eux. »

Angéla s’envola un peu dans l’un des vastes couloirs de Lurius, destinés aux Anges. Il s’agissait de grands couloirs cylindriques, où d’autres Anges venaient régulièrement d’autres coursives. Les salles, dans les cités angéliques, avaient une configuration très particulière, car, outre les entrées prévues pour les espèces bipèdes, il y avait aussi des trous aux plafonds, par lesquels les Anges passaient. Un tel endroit était donc relativement frais, même si, pour le confort des autres espèces, chaque pièce était chauffée par des orbes magiques.

Tout en se déplaçant, Angéla fournissait à Yennesä de plus amples informations.

« Nous sommes des êtres semi-divins, Yennesä… Comme tu le sais sûrement, à l’origine de tout, il y a eu une masse d’énergie phénoménale. »

Dans un futur proche, on appellerait cette période « Ère de Planck », mais, chez les Anges, elle portait un autre nom : l’Ère de l’Unification Primaire.

« Dans les quelques millièmes de secondes qui ont suivi le Big Bang, les quatre grandes forces primordiales de l’Univers étaient réunies en un ensemble : l’électromagnétisme, la force nucléaire faible, la force nucléaire forte, et la gravitation. Ces quatre forces se sont ensuite séparées et répandues, formant peu à peu l’Univers, et, au-delà de l’Univers, le Multivers. Les Dieux sont issus de ces quatre forces, et en tirent leur essence. C’est ce qui explique leur immortalité, car, à chaque fois que leur enveloppe physique est détruite, leur esprit se régénère dans la matrice même de la réalité. Ils sont issus du Big Bang, tout comme nous. Mais nous, nous n’avons qu’un fragment de cette éternité énergétique. Ce fragment, c’est notre magie, et c’est ce qui fait d’elle la plus puissante que soit. La magie sacrée est la quintessence de toutes les magies connues, et surclasse tout ce que tu as pu voir. Mais tout, dans la réalité, est dual. La magie sacrée rencontre une autre magie qui lui est opposée… Celle des Tyrans. »

Continuant à battre des ailes, Angéla remonta alors, et rejoignit une terrasse, devant une grande porte. Les deux femmes entrèrent ainsi dans une sorte d’immense bibliothèque, où il y avait bien d’autres personnes. Des Anges, mais aussi de simples humains, des elfes, des savants.

« Tout notre savoir est dans une cité à part entière, la Bibliothèque Céleste. Ceci n’en est qu’un mince extrait, centré autour de notre lutte contre les Grands Tyrans. »

Elle poursuivait ses explications, mais, pour cela, l’aborda sous un angle chronologique :

« Au sommet du Royaume des Anges, il y a le Conseil des Angiris. Cette autorité se compose de cinq Archanges, chacun représentant nos valeurs cardinales. Les Angiris ont décidé, il y a des éons de cela, de partir dans le Multivers, car nous avons senti… Une discordance. Une corruption rampante et galopante qui commençait à menacer les Cieux en personne. »

Angéla continua, après une courte pause :

« Nous sommes issus du Big Bang… Mais les Grands Tyrans le sont aussi. Ils sont une source de corruption, un cancer à l’échelle cosmique. Ils se répandent partout, et sont d’une puissance incommensurable. Mais leur puissance n’est que la partie émergée de la menace qu’ils constituent. Ils corrompent tout, Yennesä. Leur pouvoir est si grand que, à travers le cosmos, ils envoient des messages aux autres peuplades, et, terrorisées par eux, ces gens s’abandonnent à des cultes fanatiques et monstrueux. »

Elle tendit sa main vers une étagère, et en sortit un livre, puis le tendit à Yennesä.

« Les voici… Les informations que nous avons pu ramasser sur eux. »

Le livre était un ensemble de noms maudits : Abhoth, Azathoth, Dagon, Nyarlathotep, Shub-Niggurath… Et, bien sûr, le plus terrible d’entre eux.

« Cthulhu est leur maître, le plus puissant d’entre eux. Nous ignorons précisément de quelle dimension les Grands Tyrans sont originaires, mais nous pensons que Cthulhu s’y trouve. Mais, pour l’heure, nous espérons toujours trouver un moyen de les vaincre. »

Elle soupira encore, avant de poursuivre :

« En ce moment, Lucifer affronte l’un d’eux… Nyarlathotep. »

On pouvait sentir l’admiration dans sa voix en évoquant le Porteur de Lumière. Lucifer… Le plus grand de tous les Anges, celui qui n’abandonnait jamais.

Comment ne pas l’aduler ?
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre

Tags:
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox