banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Cadeau d'anniversaire [PV]  (Lu 612 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« le: Août 27, 2016, 11:46:37 »

Sœur Jude épongeait consciencieusement le front de Carolyn, l’une des patientes de l’Hôtel-Dieu de Montauban, un hôpital religieux géré par un couvent qu’elle avait rejoint,  comme à son habitude, se faisant remarquer par sa grande modestie, et par son dévouement total envers les patients. Sœur Jude priait tous les jours, et se montrait charitable avec n’importe qui. Elle était l’une des nonnes les plus dévouées du couvent de Montauban, cette petite ville proche de Nexus, très pieuse, et très religieuse. Présente depuis quelques semaines, elle aidait les malades, les tuberculeux, en usant de sa piété et d’élixirs pour soigner les blessés. Sœur Jude assistait à tous les services de nuit, et, ce soir, elle venait d’administrer à Carolyn, la fille du meunier, un breuvage destiné à la guérir de sa maladie, mais qui allait aussi la plonger dans un profond coma pendant quelques heures. Sœur Jude le savait très bien, car, si jamais un alchimiste examinait le contenu de ce breuvage, il y trouverait de curieuses substances, qui avaient la capacité d’endormir profondément les personnes en buvant, et qui faisaient partie de ces drogues que les violeurs utilisaient dans les boîtes de nuit tekhan. Mais qui irait Sœur Jude de droguer ses patientes ?

Carolyn dormait paisiblement, et Sœur Jude, tout en ayant fermé la porte de sa chambre, entreprit de retirer sa nuisette, et retira la couverture, observant le corps nu de la fermière. C’était une belle rouquine, avec des couettes aux cheveux, des seins laiteux, des hanches souples, et de multiples tâches de rousseur sur son visage lui donnant un air terriblement mignon. Dès que Sœur Jude l’avait vu, elle avait su qu’elle serait la prochaine, et elle tremblait d’excitation. Elle avait recouvert ses mains de fins gants noirs en latex, et caressa méticuleusement les jambes de Carolyn, remontant jusqu’à ses cuisses, et se pencha vers son intimité, qu’elle avait proprement rasé. Elle constata alors que Carolyn était vierge, ce qui ne fit que l’exciter davantage, et elle se redressa, le rythme de sa respiration s’emballant nerveusement.

La nonne se déplaça alors, crispant et décrispant ses doigts, et glissa ses mains dans son nécessaire de santé, une délicate sacoche qu’elle était la seule à pouvoir ouvrir, et en sortit une boîte de comprimés qu’aucun médecin n’aurait admis dans son hôpital. Elle l’ouvrit rapidement, et sortit une pilule bleue, puis l’avala rapidement. Elle ferma ensuite les yeux, et sentit rapidement son corps changer. Ses muscles crurent légèrement, et elle poussa un long soupir, avant de s’appuyer sur un meuble, tandis que son intimité se déformait, et que, dans un cri, elle laissa s’échapper une belle verge. Une queue magnifiquement élancée, assoiffée et impatiente.

Sœur Jude défit alors sa robe de nonne, révélant, sous cette dernière, un ensemble noir en latex, avec des jarretelles, un bustier moulant, et une culotte avec une ouverture au centre, permettant de faire venir sa queue. Sur sa poitrine, elle s’était réalisée, en signe d’ultime provocation, un décolleté en forme de croix religieuse, dont les branches allaient de chaque sein, la partie supérieure remontant entre eux, et la partie inférieure descendant vers le milieu du ventre. Ainsi habillée, Sœur June se rapprocha du lit, et veilla à attacher tous les membres de Carolyn, avant de s’allonger sur elle. Un peu de sa salive, du fait de son excitation, tomba sur le corps de Carolyn, et elle pinça légèrement ses seins, jusqu’à ce que la drogue qu’elle lui ait ingéré ne réagisse, l’amenant à soupirer faiblement dans son sommeil, et à libérer un peu de mouille…

Puis Sœur Jude la pénétra en soupirant.




« Parfois, ses patientes se réveillent, et, plus rarement encore, elles ont des souvenirs. Alors, Sœur Jude change d’endroits, et choisit un autre nom. Il lui faut des semaines pour se faire intégrer dans une nouvelle congrégation, mais elle est très douée. Personne ne l’a encore soupçonné jusqu’à présent… Et elle continue ce petit manège depuis maintenant des années. »

Depuis une boule de cristal, on pouvait voir Sœur Jude, affairée à violer Carolyn, en soupirant profondément. Blazena, la puissante succube, expliquait ainsi à sa sœur jumelle la trouvaille qu’elle venait de faire pour célébrer leur premier millénaire d’existence.

« Elle était… Hmmm… Elle était une violeuse à Tekhos, avant. Une barmaid qui travaillait dans une boîte de nuit, et qui adorait droguer les jeunes adolescentes venant se déhancher. Elle a fini par s’attaquer à la fille d’une Sénatrice, et a été arrêtée. Hmmm… Au procès, elle avait le choix entre une peine de prison, ou une reconversion par la religion. »

Jude avait ainsi choisi la voie de Dieu, un excellent moyen, pour les Tekhanes, afin d’éviter d’avoir trop de femmes en prison, et ainsi de servir une doctrine étatique faisant des hommes les criminels presque exclusifs de la société. Cependant, la religion n’avait jamais permis à Jude de mettre fin à sa perversion. Elle aimait le sexe, mais elle adorait encore plus le viol. Et ça, pour les sœurs, ça en faisait une proie de taille.

Blazena et sa sœur avaient la particularité d’être nées ensemble, à quelques secondes d’intervalle. Des succubes jumelles, ce qui était extrêmement rare chez les démons, et qui avait été leur principale force. Ensemble, elles étaient liées, liées par les liens du sang, mais aussi par des liens magiques et sexuels extrêmement puissants. Des liens qui avaient été poussées au paroxysme dès leur plus tendre enfance, de telle sorte que, quand l’une se coupait et se faisait mal, l’autre le ressentait aussi… Elles avaient tout appris ensemble, et elles étaient devenues, ensemble, des succubes terriblement puissantes, qui avaient, pendant plus d’un siècle, mené une guerre contre un puissant démon de l’Orgueil, Astamor, qui dirigeait un immense fort infernal, Hildebrand. Pour le prendre, elles avaient simulé, entre elles, une certaine forme de jalousie, qui avait amené Blazena à se rapprocher de lui, en prétextant user les forces d’Astamor pour vaincre sa sœur, plus âgée qu’elle, et qui avait donc hérité des troupes familiales. Astamor était tombé dans le panneau, et elles l’avaient tué ensemble, de la même manière qu’elles avaient tué leur propre mère pour augmenter leur influence.

Hildebrand était depuis devenu un palais dédié à la luxure et au vice, où elles avaient transféré leur harem, et fondé leur propre clan. Blazena n’aimait que sa sœur, et vice-versa. Elles ressentaient chacune ce que l’autre ressentait, et savaient ainsi qu’elles ne pouvaient aimer qu’elles. Et, depuis qu’elles avaient pris Hildebrand, elles avaient eu l’influence nécessaire pour devenir leurs propres maîtresses. Elles avaient donné naissance à de multiples succubes et incubes, devenus autant d’amants et de membres de leur clan, mais sans jamais réussir à les renverser. En effet, comme elles partageaient tout, elles partageaient aussi leur puissance, ce qui décuplait leur force au combat.

Elles avaient maintenant mille ans d’existence, et, comme à chaque anniversaire, l’une des deux sœurs offrait un cadeau à l’autre, consistant en une proie à leur offrir, une personne, homme ou  femme, venant des Plans Intermédiaires, et qui était suffisamment pervers pour qu’elles puissent le corrompre, avaler son âme, et le ramener en Enfer, où cette personne servirait au sein de leur clan. C’était au tour de Blazena, et la femme avait longuement cherché une recrue idéale, avant de tomber sur cette nonne perverse. Elle avait tout ce que les deux démones aimaient, et Blazena avait longuement hésité entre deux profils-types : le pervers, ou l’innocent. L’innocent, c’était cette personne qui tentait de lutter contre ces pulsions, comme un homme marié ayant envie de se taper sa belle-sœur, ou sa jardinière, mais qui refusait par sentiment de loyauté envers sa grosse. Blazena avait opté pour une proie plus amusante, une nonne violeuse.

« Elle… Hummm… Elle est à ton goût ? »

Tout en lui parlant, Blazena était sur un lit, et, comme à son habitude, faisait l’amour. Le sexe était leur carburant, une énergie qui les galvanisait, et qui s’imprégnait en elles. Deux hommes étaient affairés contre elle. Elle était à califourchon sur l’un d’entre eux, s’empalant sur sa queue, et, dans son dos, un autre massait ses seins, sa verge s’enfouissant dans son postérieur. Une joyeuse double pénétration par deux esclaves, celui couché sur le sol ayant une cagoule en latex sur la tête, avec un gag-ball, l’empêchant de voir quoi que ce soit et de parler. Ses mains caressaient les hanches de sa Maîtresse, et elle se délectait de ces deux corps se pressant sensuellement et vigoureusement contre son corps.

Il ne restait maintenant plus qu’à espérer que sa sœur apprécie son cadeau à sa juste valeur…
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Août 29, 2016, 01:25:32 »

Sur le gigantesque lit qu'elle partageait avec son adorable soeur jumelle, la puissante Kahista était assise sur le rebord, ses merveilleuses fesses enfoncées dans le matelas, les jambes écartées. Elle tenait la boule de cristal d'une main, contemplant le spectacle de cette nonne que sa soeur lui présentait comme cadeau, tandis qu'elle usait de son autre mains pour caresser les cheveux de l'esclave qui était occupée à lui lécher son intimité. Tandis que sa soeur se faisait prendre en sandwich par deux hommes qui les servaient dans leur harem, Blazena avait également fait un portrait de cette belle blonde, aux seins lourds et au cul de rêve, qui avait été engagée de force dans un ordre religieux après avoir été jugée pour viol, mais qui sous le couvert de son déguisement continuait ses activités.

Si elle est à mon goût ? Hmmmm...Soeurette, j'en suis déjà amoureuse. Les nonnes ont toujours été mon petit péché mignon, mais celle ci est déjà une telle perverse qu'elle va se plaire chez nous.

Demain, ce serait un anniversaire très spécial pour les deux soeurs, leur premier millénaire d'existence, au cours duquel elle avaient fini par se hisser à une confortable position dans les enfers. Chaque année, c'était au tour de l'une des deux de trouver un cadeau pour l'autre, mais dont au final les deux finiraient par profiter. Le lien qui les unissait était bien trop fort pour qu'il y aie de l'égoïsme ou de la jalousie entre elle. Et tandis qu'elle regardait, au travers de la boule de cristal, soeur Jude s'allonger sur sa victime pour la violer dans son sommeil, et lui prendre sa virginité, Kahista se tendit à ce moment, et balança dans la bouche de l'esclave qui la léchait, une belle quantité de mouille.

Hmmmm...Merci ma belle, tu peux retourner à tes activités à présent.

Kahista redressa la tête de l'esclave, dont les lèvres étaient barbouillées de cyprine, pour aller l'embrasser avant de la renvoyer, mais non sans au préalable lui donner une claque sur ses fesses, ce qui la fit gémir délicieusement. Puis elle s'allongea sur le lit, et s'avança jusqu'au niveau de Blazena, qui était toujours en train de se faire prendre simultanément par deux de leurs esclaves. Kahista venait alors de poser la boule juste devant elle, et cette fois, soeur Jude avait retourné sa victime pour la prendre en levrette, tout en profitant de la position pour glisser un doigt dans le cul de la rouquine, ce qui impliquait sans doute qu'elle comptait également la sodomiser.

Elle sera très facile à attirer dans nos filets, c'est une accroc au sexe, mais plus que tout...au viol. Tu en dis quoi hum ? Je me présente à elle sous les traits d'une jolie aventurière, et je me laisse très docilement avoir dans son stratagème. J'aimerais tellement être à la place de la petite rouquine qu'elle est en train de violer, et je pense que c'est ce que je vais faire. Et ensuite...son âme sera à nous pour l'éternité, et je pense même qu'elle va aimer ça...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Août 29, 2016, 08:21:33 »

Pour Blazena, trouver ce cadeau n’avait pas été des plus simples. Sœur Jude faisait très attention à elle, et Blazena avait dû la pister en suivant ses traces de luxure, la tâche étant d’autant plus compliquée que ses victimes ne se rappelaient de rien, et qu’il était donc difficile d’exploiter leur mémoire. La succube avait dû user de tous ses pouvoirs pour trouver cette magnifique perle, et le cadeau, visiblement, eut l’air de plaire à Kahista, ce qui, au demeurant, ne surprit pas outre mesure Blazena, qui avait toujours connu l’attrait de sa sœur pour les nonnes et les religieuses. Il fallait bien admettre que ces jeunes femmes avaient un petit quelque chose en plus, et que, de manière générale, il était toujours bon de coucher avec des nonnes, a fortiori quand elles étaient aussi perverses que Sœur Jude.

Ravie, Kahista avait maintenant très hâte d’y aller, et Blazena, en soupirant brièvement, laissa les deux hommes jouir en elle. Ils étaient doués, c’était indéniable, mais, après avoir vécu pendant quasiment un millénaire, Blazena ne jouissait plus aussi facilement, et, si elle était trempée, elle n’avait pas atteint l’orgasme. Elle claqua alors des doigts, et, tout en caressant brièvement son ventre avec son autre main, pour en sentir le sperme, des servantes s’approchèrent. Des jeunes femmes vêtues de combinaisons de dominatrices s’approchèrent rapidement, et remirent autour des hommes leurs colliers, avant de les extirper du lit, pour les remettre dans leurs cachots. Succubes oblige, les femmes étaient mieux traitées que les hommes ici, qui, s’ils étaient lavés et nettoyés, ne servaient généralement que pour leurs queues.

Sœur Jude, elle, semblait maintenant se préparer à une sodomie, ce qui ne manqua pas d’émoustiller Kahista, qui lui fit alors une indécente proposition. En retour, sa sœur ne put que sourire malicieusement, et sa main alla caresser la joue de la succube, son sourire devenant plus pervers.

« Je dirais que c’est une très bonne idée… Mais une aventurière ? Sœur Jude risque de se méfier. Ne prends pas de risque, prends l’apparence d’une belle fermière vierge, elles sont les cibles préférées de notre nonne perverse. »

La perversion de ces femmes était telle qu’il leur arrivait parfois de vouloir se faire violer. Ici, dans ce château, elles étaient considérées comme des Déesses, et, même si leurs amants pouvaient se montrer particulièrement bestiaux, Blazena et Kahista aimaient parfois le frisson de danger et d’excitation que représentait le fait de s’offrir à de parfaits inconnus, dans un corps d’humaine, aux capacités réduites. Blazena, par exemple, aimait bien se faire passer pour une jeune adolescente en chaleur, et courtisait des hommes, afin de déclencher des tournantes.

« Et moi… Voyons… Dois-je me déguiser en autre chose, ou venir plus tard ? »

La question était d’importance. Elles adoraient jouer ensemble, mais avaient toujours des rôles différents, de manière à éviter les répétitions inutiles.

« Je pourrais être… Ta mère qui se fait du souci pour toi, et t’emmène voir Jude, avant de la surprendre en pleine action et de la rejoindre… »

Elle lui sourit encore, et caressa son menton, avant de l’embrasser tendrement.

« Après tout, avec une mère comme moi, personne ne s’étonnera que tu sois aussi salope… »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Août 29, 2016, 09:40:18 »

Lorsqu'on était deux succubes aussi puissantes que Kahista et Blazena, on pouvait se permettre certaines expériences en terme de sexualité qui étaient dangereuses pour toute autre espèce à la mortalité plus...prompte à venir. C'était entre autres le cas pour le viol, que l'une comme l'autre adoraient de temps à autre subir. Si leurs esclaves pouvaient se montrer hargneux quand leurs maîtresses l'ordonnaient, il n'y avait rien de plus excitant que de prendre l'apparence d'une frêle humaine pour se jeter dans les filets d'hommes ou de femmes à la perversion si forte que le sexe forcé était la seule chose qui les faisait jouir, et de fait, els succubes étaient de suffisamment bonnes comédiennes pour rendre l'expérience crédible à chaque fois.
Lorsque c'était le cas, leurs choix devaient bien souvent se porter sur des hommes, car les femmes adeptes de cette pratique étaient rares, ce qui était une raison de plus pour que Kahista apprécie tout particulièrement le cadeau de sa soeur, qui lui offrait cette mortelle qui cumulait bien des caractéristiques que la succube aimait. Elle était blonde, très bien dotée par la nature, nonne de profession, et avait un faible pour le fait de violer de jeunes et innocentes filles. Alors que Blazena achevait de se faire prendre par les deux esclaves, Kahista contemplait avec envie l'image mouvante que la boule de cristal lui amenait. Soeur Jude avait retourné sa victime, dont la tête était fourrée dans son oreiller tandis qu'elle avait remonté ses fesses pour la prendre en levrette, la paysanne poussait des couinements dans son sommeil sans pour autant se réveiller, et la nonne avait glissé un doigt dans l'anus très serré de la fermière et le remuait pour la préparer pour plus tard.
Blazena alors acquiessa son idée, mais n'avait pas tort en lui disant que soeur Jude se méfierait d'une aventurière. Elle préférait de toute évidence des proies bien moins dangereuses.

Hum, tu as raison. Soumettre une aventurière pourrait lui paraître tentant, mais surtout dangereux, pour elle qui fait tout pour conserver les apparences. Et puis...oui...elle est attirée par la jeunesse, l'innocence, et l'impossibilité qu'on lui résiste.

Dans l'esprit de Kahista, les choses se mettaient peu à peu en place, et elle commençait doucement à avoir une idée de l'humaine qu'elle incarnerait, la forme qu'elle prendrait. Les succubes étaient des tentatrices par excellence, pas seulement du fait de leur beauté, mais surtout du fait de leurs dons de métamorphose et de leur forte empathie, elles pouvaient donc donner une forme tangible aux fantasmes de leurs victimes, pour que ces dernières tombent dans leurs griffes.
Blazena elle apportait également sa pierre à l'édifice, tout en caressant tendrement sa soeur, avant d'aller même l'embrasser, un baiser auquel Kahista répondit bien volontiers.

Oui...une belle mère, une veuve qui aurait perdu son mari à la guerre, et pour qui sa fille adorée compte plus que tout, et même au delà du raisonnable. Imagine ça, cette chère nonne qui tomberait sous le charme de la jeune paysanne, qui la viole, mais qui finis par prendre part à une relation incestueuse dans un magnifique trio. Han ma belle, tu stimule mon imagination...

Couchée sur le côté, avec les gémissements de soeur Jude en fond sonore, Kahista embrassa à nouveau sa soeur, puis se retira un peu.

Voyons...voyons...quelle serait l'apparence de cette jeune paysanne dont tu serais prête à tout pour prendre la virginité ma chère Jude ? Hum...oui...je crois...je crois que je sais...

Kahista ferma alors les yeux, puis se concentra, des énergies magiques virevoltèrent autour d'elle pendant que, par la force de sa volonté et de ses pouvoirs, son corps se changeait. Ses attributs démoniaques disparûrent, et l'intégralité de son corps se transforma, au bout d'une petite minute, en une belle et ravissante jeune fille, qui sembla être l'incarnation même de la douceur et de l’insouciance. Avec son visage poupon, ses lèvres fines, ses formes sveltes, Kahista en était certaine, la nonne craquerait littéralement sur elle.

Je pense que notre chère soeur Jude va m'adorer. Et toi...maman, qui sera-tu ?
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #4 le: Août 29, 2016, 10:27:21 »

Dans la boule, Sœur Jude continuait à doigter la paysanne endormie, dont les lèvres laissaient parfois s’échapper quelques soupirs inconscients. Elle avait joui une fois en elle, mais cette fois était bien loin de la contenter, et elle continuait à la préparer, sachant que la sodomie était dangereuse, et qu’il ne fallait surtout pas que la femme se réveille maintenant, ou ait le lendemain des douleurs trop fortes. Jude prenait donc tout son temps, excitée comme jamais à l’idée de prendre toutes les virginités de cette femme, une excitation perverse que Blazena et Kahista ressentaient, et qui ne faisaient que les enivrer davantage.

Kahista embrassa à nouveau Blazena, et cette dernière, visiblement émoustillée par son idée, se transforma alors, prenant l’apparence d’une magnifique adolescente, avec de superbes yeux verts, une longue chevelure brune descendant en cascade le long de l’une de ses épaules pour recouvrir l’un de ses seins. Elle avait un visage ovale magnifique, un corps superbe… En un mot, Blazena fut rapidement sous le charme, et lui sourit donc, se rapprochant d’elle. Sa main gantée vint doucement caresser son visage, glissant ensuite sur ses lèvres.

« J’ai toujours autant aimé tes apparences, ma chérie… »

Les succubes pouvaient prendre d’innombrables formes, et, à chaque fois qu’elles en prenaient de nouvelles, elles les essayaient toujours. Le fait est que, étant hermaphrodites, elles pouvaient aussi se déguiser en hommes, même si elles n’en avaient pas l’habitude, si ce n’est pour organiser des séances de tournante sauvage dans des villes lugubres et sordides. Une fois, Blazena avait pris l’apparence d’un Chaman dans une tribu sauvage où la tradition voulait que, chaque soir, on viole sauvagement toutes les femmes étrangères. Ce soir, les deux succubes s’étaient longuement amusées ensemble.

Blazena se mordilla la lèvre, en caressant celles de Kahista avec ses doigts.

« Hum… Je dirais… Une femme frustrée, sexuellement en manque depuis la mort de son mari, et qui ressent envers sa fille un plaisir coupable, la contraignant à régulièrement se confesser, tandis que tous les autres villageois se pâment autour d’elle, car, pour être sûre de plaire à sa fille, elle s’entretient, et reste très belle, et très sensuelle… »

Tout en souriant à nouveau, elle retira sa main, et ferma les yeux, avant de se métamorphoser à son tour. Sa tenue en latex et en cuir glissa au sol, ainsi que ses ailes et ses cornes. Ses cheveux blondirent également, et elle prit, en définitive, une apparence très sensuelle, changeant également de voix, optant pour une voix terriblement sexy et sensuelle.

S’étant un peu écartée de Kahista pour se transformer, elle finit sa métamorphose en étant agenouillée sur le lit, ses mains glissés dans ses cheveux, les soulevant en redressant la visage, poussant un long soupir, avant de poser ses mains sur ses lourds seins, les pressant en gémissant :

« Hmmmm… Ma chérie… »

Blazena courba alors son dos vers l’avant, et finit à quatre pattes, magnifiquement féline, et s’approcha de sa fille. Dès qu’il s’agissait de jouer, Blazena prenait son rôle très au sérieux, et s’approcha ainsi de Kahista, qui était couchée sur le flanc, et caressa son corps avec sa main, glissant le long de ses cuisses, remontant sur ses côtes, avant de la coucher sur le dos, et de se dresser au-dessus d’elle, posant ensuite sa main sur son épaule.

« Ma douce Sarah… Moi, Myriam, suis toujours aussi heureuse de t’avoir comme fille… Et je crois que je vais devoir aller à confesse avec toi, car j’ai des pensées très impures te concernant, ma chère fille… »

Elle se pencha vers elle, et l’embrassa tendrement, et tout en l’embrassant, Kahista put sentir sa queue caresser son intimité. Blazena se mordilla les lèvres, et l’embrassa ensuite dans le creux de la nuque, pressant ses dents sur sa peau.

« Des pensées terriblement impures, même… Qui vont à coup sûr nécessiter que tu passes la nuit entre les mains de sœurs pour oublier ces rêves érotiques que nous faisons… »

Son sexe continuait à caresser son intimité, et, dans un léger soupir, elle s’enfonça alors en elle.

« Hmmm… Tu es… Si étroite, ma chérie, haaa… Voilà pourquoi… Hmmm… Je chasse tous les garçons qui s’approchent de toi, Sarah… Tu es à moi, hummm… Rien qu’à moi, ma petite fille d’amour… »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox