banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Bad Ending [Grëtta Frau Strasse]  (Lu 790 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« le: Juin 10, 2017, 06:53:49 »

Dans un futur qui n’est pas si éloigné

La guerre était terminée.

Partout, des morts. Partout, les flammes, les hurlements, les corps déchiquetés, les tours effondrées, les carcasses fumantes. Les hommes de métal ne leur avaient rien épargné, et, dans le ciel, les zeppelins flottaient, leurs silhouettes rougeâtres perçant l’obscurité mortifère de la nuit comme une nuée de gouttes de sang. Beaucoup de zeppelins avaient été détruits, mais il y en avait tout simplement trop. La bataille avait été particulièrement sauvage et sanglante. Sylvandell s’y était attendue, mais, même en regroupant toute son armée, et en se barricadant, les montagnes étaient devenus le tombeau des Sylvandins.

Les zeppelins avaient attaqué en balançant une nuée d’ogives qui avaient libéré un redoutable gaz vert. Même maintenant, depuis les hauts-plateaux de Sylvandell, on pouvait voir le nuage vert, qui avait recouvert toute la vallée. Et, émergeant des nuages, la capitale du royaume, la partie basse, avait été envahie par les hommes de métal. Leurs lance-flammes avaient fusé dans tous les recoins. Ils ne cherchaient même pas à faire de prisonniers, ni à faire dans le pillage. Ils étaient juste venus pour exterminer, et les rares prisonniers n’avaient que pour but d’être sacrifiés plus tard.

Le zeppelin principal s’était posé au milieu du haut-plateau, et la personne en charge de l’attaque en était descendue, s’avançant au milieu d’un rideau d’hommes en armure, portant des masques à gaz, froids et inhumains. On disait qu’ils avaient été drogués dans les laboratoires et les usines des Malterres de la Discorde, recevant des stimulants et des injectants qui en avaient fait davantage des machines que des hommes, ne leur conservant que la cruauté.

L’armée ennemie avait déferlé de partout à la fois. Le long des Landes Dévastées, de multiples milices rebelles avaient réussi à se regrouper, pendant qu’une insurrection avait gangréné toute une partie de l’Empire d’Ashanrd, de multiples seigneurs et autres clans plus ou moins influents (comme le clan Dowell) avaient rejoint les insurgés. Un putsch avait éclaté au Palais Impérial, dont le but n’avait été que de distraire les Conseillers Impériaux, pendant que les armées ennemies attaquaient.

Sortant des murs d’Herzeleid, une immense armée avait convergé vers la partie sud de l’Empire, pendant que, à l’est, une armée colossale avait émergé des profondeurs des Malterres de la Discorde, l’une des zones les plus dangereuses du globe. Sortant du sol, des nuées de zeppelins et de robots, de mutants et de tueurs, avaient émergé, et avaient déferlé sur l’Empire, comme une nuée infernale. L’armée d’Herzeleid avait embouti Ashnard, mais s’en était rapidement éloignée, le cœur de l’armée fondant vers Nexus, le reste, menée par Gretta Fraü Strasse, remontant le long des territoires extérieurs, rejoignant les insurgés.

La guerre avait duré plusieurs mois, mais avait été à sens unique. Tandis qu’Ashnard sombrait dans le chaos, et que les morts se comptaient par milliers, Liddell était partie vers Nexus, disposant de l’aide du Magicien. Randall Flagg avait usé de ses pouvoirs pour rallier à eux des hordes de monstres et de créatures sauvages, qui avaient servi à attaquer les Nexusiens. Les superforts s’étaient battus vaillamment, mais avaient également fini par tomber. Pendant ce temps, John Farson, le principal Commandant du Roi Cramoisi, posait la bannière du Roi Cramoisi. Et l’Œil flottait désormais au sommet du Palais Impérial, porté par John Farson.

Aux dernières nouvelles, le Jabberwocky de Liddell avait incendié Nexus, qui avait été attaqué aussi bien par la voie de la terre que par la voie des mers. Partout, le chaos.

Sylvandell avait vaillamment combattu, mais les bombardements avaient eu raison de l’ardeur des Sylvandins. Les dragons avaient également combattu avec rage, répandant le chaos parmi les zeppelins, mais la Monarchie avait déployé sur eux quantité de monstres volants, dont de multiples dragons noirs. Les dragons avaient alors commencé à tomber. Puis les envahisseurs avaient gazé le royaume, et avaient incendié les collines en jetant des bombes au napalm dessus. Des nuées d’araignées métalliques étaient remontés par les grottes et les mines de Sylvandell pour attaquer les nids des dragons. Alice n’avait jamais vu autant d’horreur de toute sa vie.

Une guerre…

*Un massacre, plutôt.*

Nexus et Ashnard, les deux sœurs ennemies, n’avaient pas réussi à s’entendre, et, maintenant, les deux avaient disparu. Et, devant elle, Alice vit la femme se rapprocher.

Grëtta Frau Strasse. Petite, elle avait l’abdomen libre, et s’avançait avec l’assurance de la conquérante. L’air empestait de soufre. Le haut-plateau de Sylvandell, si paisible, était recouvert de charniers et de bûchers où des corps flambaient. Le Château royal était en feu, toujours debout. Alice savait que son père était mort, et l’Omniprêtre, parti dans les montagnes, était sûrement mort, lui aussi. Quant à Melendil, son mari, il était resté se battre à l’intérieur du Château, en lui ordonnant de fuir.

Elle avait bien tenté de s’enfuir, mais un obus avait tué son cheval. Qu’Herzeleid dispose d’une technologie avancée, l’Empire le savait, mais jamais leurs industries n’auraient pu leur permettre de fabriquer autant d’armes, d’équipements… Alice sentit à nouveau les larmes s’emparer d’elle. Elle portait encore sa robe, partiellement déchirée, avec ses collants et ses gants, salis par la poussière traînant par terre. Des larmes séchées inondaient son visage, tandis que les deux Herzelois en armure blindée s’écartèrent d’elle, se mettant au garde-à-vous en voyant Grëtta approcher. Alice serra les dents en relevant la tête. Il n’y avait plus aucun espoir, elle le savait, alors, elle préféra laisser parler sa rage.

« Allez mourir !! »

On pouvait tout lui retirer… Mais certainement pas sa fierté !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Grëtta Frau Strasse
Avatar
-

Messages: 51



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 15, 2017, 09:17:18 »

Plus rien ne serait comme avant. Le visage de ces terres serait changé à jamais, maintenant que le feu de la guerre avait complètement ravagé et détruit la région entière. Plus que cela, cette guerre avait été gagnée, marquant la fin d’une ère, mais le début d’une autre. Une ombre de chaos et de corruption s’avançait sur le monde, se rependant comme une traînée de poudre – à canon. Herzeleid la puissante, Herzeleid la féroce, avait triomphé de ses plus farouches ennemis au terme d’une lutte sans répit ni pitié contre les belliqueux Ashnardien, dans un premier temps. La guerre avait fini par éclater ouvertement, déclenchant alors un affrontement terrible entre les deux royaumes, sous l’initiative d’Herzeleid et de sa folle reine. La grande Alice Liddell, par sa Grâce et sa Malfaisance, avait préparé l’avènement de son royaume depuis tant de temps, dans l’ombre.

Si bien que personne n’avait vu venir l’essaim. Une armée démentielle et sans commune mesure, qui sortit dès lors des murs du royaume pour s’abattre avec rage contre les ennemis d’Herzeleid, à savoir Ashnard, et par extension, ces insectes de Sylvandell. Les tueries s’étaient multipliées et des lourdes pertes furent assénées dans tous les camps … Mais ni la magie Ashnardienne, ni les légendaires dragons de Sylvandell ne purent finalement vaincre contre leur envahisseur venu tout droit du royaume de la folie. Herzeleid marquait l’Histoire avec grand H au moment où elle acheva cette guerre, au moment où elle en devint la grande gagnante, faisant agenouiller ses vieux rivaux à ses pieds. Ce fut à terme de tapis de bombes, de véritable incendie de forêt à coup de napalm aéroporté par les Zeppelins Herzeleois que la victoire était venue.

Des pertes, s’il y en avait eu beaucoup, devinrent bien rapidement négligeable aux yeux des Hauts-Dignitaires quand le goût et la satisfaction de la victoire vint à eux. Parmi ces personnes, il y avait la Lieutenante Strasse, qui avait vaillamment combattue et dirigé des escadrons entiers, ayant causé nombre de dégâts et pertes autant humaines que matérielles chez ses ennemis. Herzeleid pouvait compter sur de bons soldats comme cette femme, mais aussi sur l’appui précieux de puissantes personnes de ce monde … Comme le Roi Cramoisi, et son plus fidèle acolyte ; le magicien Randall Flagg. Tous ces éléments, avec la hargne des troupes Herzeloises, avaient donc permit au royaume de vaincre. Grëtta marchait, victorieuse, dans le dernier bastion de Sylvandell. Bastion qui venait de tomber, et où les troupes d’Herzeleid étaient déjà postées, en train de tuer, violer ou piller tout ce qu’ils trouvaient.

Mais, ce bastion était particulier car … Une personnalité de marque s’y trouvait. La Princesse en chair et en os, Alice Korvander, était là ; et elle venait d’être faite captive, en attendant l’arrivée de la gradée pour décider de son sort. Mais, à vrai dire, Grëtta savait déjà exactement ce qu’elle allait faire. Compte-tenu du passif de cette femme vis-à-vis de sa reine vénérée, Grëtta avait explicitement tenu à venir en personne recueillir la princesse. Elle allait, à terme, en faire une offrande à la reine Liddell, mais avant de la lui présenter, de la lui offrir, il fallait la préparer. Un cadeau, ça s’emballait, après tout, même si la comparaison était faible. Mais toujours était-il que Grëtta avançait, ses lourdes bottes à hauts talons claquant au sol, annonçant son arrivée avec grand bruit. Des soldats en armures lourdes s’écartèrent pour la laisser passer, avant qu’elle ne finisse devant la jeune Alice Korvander.

Dès lors, la jeune femme aux vêtements déchirés et aux joues rouges de larmes séchées, pensa qu’elle pouvait ouvrir ses petites lèvres pour insulter Grëtta. A ses mots, la lieutenante leva furtivement sa main et lui asséna une gifle du revers de sa main aussi douloureuse qu’audible. « Halt's maul, petite catin ! On ne parle pas comme ça à ses nouveaux Maîtres ! » Gueula Grëtta, de son fort accent Herzelois et de sa grande voix. Les choses sérieuses allaient bientôt commencer en compagnie de cette charmante princesse, qui n’en avait plus pour longtemps avec la sainteté d’esprit. Grëtta lui saisit brutalement le menton, levant de force la tête de la femme. « Tu es Alice Korvandërr, et tu es à présent mon petit jouet. Mais je ne suis pas la seule à avoir envie de faire mumuse avec une petite hündin comme toi. Il y a une de tes vieilles amies qui meurt d’envie de te revoir .. » Poursuit-elle, avant de lâcher son menton aussi brutalement qu’elle l’avait pris. « Aller, embarquez-là, direction les geôles. Mes geôles. » Ordonna-t-elle fermement, fronçant du regard.

Grëtta, ayant carte blanche, allait pouvoir faire déferler tout son vice et son mal sur cette pauvre princesse … Qui n’allait pas longtemps en rester une.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Juin 16, 2017, 12:08:39 »

Face à ces énormes soldats en armure, Grëtta, qui était déjà petite, faisait vraiment minuscule. Comme quoi, les plus petits étaient souvent les plus cruels, et, pour Grëtta, la comparaison se tenait tout à fait. Alice avait vu ses proches mourir, ses gardes tomber les uns après les autres sous des hordes indescriptibles et innommables. Elle avait vu Cirillia se battre dans le hall central, tuant les ennemis, usant de ses pouvoirs de Dovahkiin pour les envoyer valdinguer à l’autre bout de la pièce, avant de s’écrouler. Des images terribles, traumatisantes, tandis que les lance-flammes avaient rugi dans le fort. Le ciel était rougi par le soufre, donnant à Sylvandell, ce royaume si paisible, une atmosphère apocalyptique. Les cadavres s’agglutinaient sur le sol. Toute l’armée royale avait été massacrée dans les hauts-plateaux, et les corps étaient regroupés dans d’immenses charniers.

Et, devant elle, Alice vit Grëtta, qui s’empressa de la gifler, rappelant la Princesse à l’ordre. Une poigne solide, qui lui fit baisser la tête, avant qu’elle ne sente la main gantée de la femme la saisir au menton, la soulevant venant la narguer plus près, lui expliquant qu’elle était désormais son nouveau Maître. Alice la fusillait du regard, les joues rouges.

« Ja-Jamais... !! »

Elle la fusilla du regard en serrant nerveusement les dents, mais sa bravoure n’impressionna nullement Grëtta, qui ordonna à ses hommes de s’emparer d’elle.

« N-Non... ! Ne me touchez pas, sales monstres ! Virez vos sales pattes ! »

De puissantes mains métalliques la soulevèrent par les aisselles, et, sans ménagement, les soldats la traînèrent vers le dirigeable.

« Vous le paierez ! Je vous tuerai tous !! »

Comment ? Elle n’en avait aucune idée, Alice laissait juste s’exprimer sa colère, sa rage, et, en définitive, sa douleur, sa profonde et immense souffrance, tandis qu’on la traînait vers le zeppelin. Puis elle sentit soudain un violent choc à hauteur de sa nuque, et s’effondra ensuite dans le coma, neutralisée par un taser appartenant au gantelet d’un des gardes.

Et, quand elle se réveillerait, les choses seraient bien différentes...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Grëtta Frau Strasse
Avatar
-

Messages: 51



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juin 25, 2017, 02:51:06 »

Quelle petite garce insolente et insignifiante faisait cette princesse pourrie gâtée, pensa alors Grëtta en la voyant répliquer ainsi. Elle allait se faire un grand plaisir de lui briser la nuque au moindre faux pas de trop … Mais, ses ordres étaient clairs, la concernant. Malheureusement elle ne devait pas la tuer, ni la mutiler de façon incapacitante, ou amochant. C’étaient les directives de sa reine, qui avait de très beaux projets pour cette petite. La lieutenante sourit en coin face à la réaction de la princesse déchue, qui se fit embarquée immédiatement après par les soldats en armure, qui ne la ménagèrent guère. La prenant par les bras ils la trainèrent vers le zeppelin, puis l’assommèrent d’un violent coup à la tête, suivit d’une bonne décharge électrique incapacitante, provenant d’un des gants à tesla des deux soldats. « Gut, gut. Mettez le cap vers le grub, on a une nouvelle invitée. » Déclara-t-elle donc.

Le zeppelin mit donc le cap vers cet endroit, appelé le Grub, mot Herzelois signifiant mine. La jeune Alice Korvander n’allait pas tarder à comprendre pourquoi, même si le nom était légèrement trompeur. Cet endroit était l’un des principaux repaires de Grëtta, qui s’en servait comme chambre de torture, où elle faisait habituellement parler les prisonniers, les espions ou, plus simplement, s’amusait à expérimenter toute sorte de chose. Alice Korvander allait donc être emmenée là-bas, où une véritable descente aux enfers allait commencer pour elle. Le zeppelin mit un peu de temps à parvenir à l’endroit gardé secret, mais heureusement, la captive ne se réveilla pas. Grëtta veilla personnellement à ce qu’elle soit acheminée à bon port, alors qu’elle termina son voyage dans une grande cellule.

L’endroit était bâtie au fond d’une ancienne mine de charbon. Il faisait chaud, c’était sombre et lugubre. La crasse était omniprésente, autant par la poussière que par les traces de sangs maculant les murs et le sol rocheux. Des lampes anciennes éclairaient faiblement les pièces, dont celle où était Alice. Cette dernière se réveillerait attachée à une table, pieds, poings et gorge liées par des sangles en métal rouillé. La table était en position vertical, la princesse était donc debout, en quelques sortes. Une fois qu’elle était bien en place, Grëtta s’avança dans la pièce ressemblant plus à une infirmerie désaffectée qu’autre chose, puis asséna une puissante gifle à Alice pour la réveiller. « Debout ! » Dit-elle fermement, les yeux froncés. Le sommeil de la princesse fut court et peu réparateur, et cela allait quelque part arranger les affaires de la lieutenante.

« Tu es très mal barrée, petite insolente. Ton sang bâtard fait de toi une impure, bonne à exterminer … En temps normal. Mais vois-tu, j’ai des ordres et … Eh bien, tu dois te faire purifier. Une chance, non ? » Déclara Grëtta, l’air sarcastique. Les choses sérieuses allaient commencer sous peu, tout dépendrait des réponses et des réactions de l’ancienne princesse. « Nous avons tué ta famille. Ton royaume est en cendre, tes armées, tes dragons, réduits en état de charpie. Et ton mari … Cette petite bite n’en a plus pour très longtemps. Il ne te reste plus rien, sauf … Si tu te soumets à nous. » Poursuit-t-elle, enlevant son long manteau pour rester uniquement dans son uniforme en latex. Que ce soit pour outrer Alice ou simplement car la situation l’excitait, Grëtta présentait déjà un barreau solide, qui déformait merveilleusement bien son pantalon. « Tu vois ça ? Dans pas longtemps, tu vas me la pomper. Tu me boufferas la bite et me lécheras les couilles jusqu’à ce que ta langue soit aussi sèche que ton anus, après que je t’aurai enculé pendant des heures. De gré, ou de force. Tu saisi ? » Finit-elle, indiquant son entrejambe, avant de tourner des talons.

Ses fesses bien bombées et moulées roulèrent avec ses hanches alors qu’elle s’avança vers une table à roulette, qu’elle saisit pour ramener avec elle, près de sa victime. Dessus, plusieurs outils chirurgicaux mais aussi, des fioles, des seringues, des marteaux, des pinces et même une batterie. Grëtta avança ses mains pour mettre sur le crâne de la prisonnière une espèce de tenaille en métal, qui se posa sur son front, le recouvrant. La tenaille était reliée à des câbles, partant vers le plafond … « C’est toi qui choisit, hündin. » Finit-elle.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #4 le: Juin 25, 2017, 05:12:59 »

Alice passa par la suite plusieurs jours dans le coma. Fort heureusement, Herzeleid bénéficiait de l’aide de la Monarchie, y compris de l’aide magique. Technologie et magie s’étaient assemblées pour fournir des produits monstrueux. Alice fut ainsi plongée dans un sommeil artificiel grâce à un sérum magique. Nourrie par intraveineuse, elle ne se réveilla que quand elle rejoignit le refuge de Grëtta. Son sommeil fut loin d’être apaisé, car elle revoyait les évènements de ces dernières semaines, terribles.

La capitale impériale avait été assiégée, affamée, et il y avait eu d’innombrables morts. Par milliers. Et le chaos avait embrasé tout l’Empire, ravageant en quelques mois ce qui avait mis des millénaires à se former. Et, surtout, Sylvandell... Alice revoyait encore les corps des moribonds, les hurlements des damnés, l’odeur terrible de la chair calcinée par l’usage de gaz corrosifs, la peau qui fondait sur les yeux, eux-mêmes disparaissant dans les orbites... Des cauchemars terribles.

Jusqu’à ce qu’une gifle ne la réveille.

Alice cligna des yeux en revenant à elle, et constata rapidement qu’elle était dans une situation dramatique. Elle était nue, et l’air frais caressait ses cuisses. On avait pris soin de la laver, afin qu’elle soit belle, et elle était retenue à une table métallique par des sangles en métal fixées à hauteur de ses poignets, de ses chevilles, et de son cou, l’empêchant même de trop remuer la tête. Elle déglutit en voyant une sorte de salle de torture, et encore plus quand elle vit la femme face à elle.

Grëtta. Elle la regardait avec des yeux de damnée, et lui sauta dessus rapidement, la haranguant, en lui rappelant tout ce qu’elle avait perdu... Mais, tandis qu’elle énumérait les morts, Alice tiqua, et ses yeux s’écarquillèrent quand sa tortionnaire évoqua l’idée que Melendil puisse être en vie.

« Me-Melendil... Vivant ? »

La femme ne répondit pas à son murmure. Difficile de dire si elle avait pu l’entendre, car elle s’empressa de retirer sa cape, dévoilant un élégant corps, moulé dans un uniforme noir, avec une trique phénoménale qui déformait outrageusement son pantalon, témoignant de son érection. Un frisson traversa Alice, qui déglutit en serrant les poings, comprenant très bien ce qui allait maintenant arriver.

Mais Grëtta, par souci d’être complète, le précisa quand même. Tout cela passa néanmoins au-dessus de la tête d’Alice, qui ne songeait qu’à une chose : Melendil... En vie ! Elle était sûre qu’il avait été tué, car il lui avait ordonné de fuir par une poterne, pendant que lui-même combattait, avec les autres gardes, les soldats tueurs d’Herzeleid. Ce qui fit que, quand Grëtta posa sur sa tête une sorte de casque, Alice la regarda en serrant les poings.

Elle avait tout perdu... Mais pas Melendil. Et, si elle pouvait encore le sauver, elle était largement prête à se sacrifier pour lui.

« Je veux que mon mari soit libéré, Grëtta. Je suis prête à faire tout ce que tu veux pour m’assurer que Melendil soit libre. »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Grëtta Frau Strasse
Avatar
-

Messages: 51



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 09, 2017, 01:51:07 »

Qu’est-ce qu’elle était bien touchante cette petite ... Elle ne voulait pas qu’on fasse de mal à son pauvre mari qui était à l’heure actuelle, en train d’être persécuté au travers tout le pays. Et là, il y avait l’ex-princesse, de là où elle était, qui demandait à l’épargner. Grëtta eut un rictus peu rassurant aux lèvres. « Penses-tu être en position de négocier quoique ce soit ? » Répliqua-t-elle, approchant une petite table à roulette, où gisait bon nombre d’outils dessus. Grëtta se déplaça ensuite, vers une sorte de levier qui semblait réguler une commande ... Celle du casque que portait Alice. Il ne s’agissait ni plus ni moins d’une arrivée de courant électrique, qui allait faire très mal, selon le niveau que Grëtta allait choisir. « On a quelques projets pour cet idiot de Melendil ... Celui de le tuer, par exemple. » Déclara-t-elle, commençant à actionner le levier.

Le courant allait venir progressivement dans le casque d’Alice. Grëtta avait mis juste assez de jus pour lui provoquer un mal de tête permanent, ce qui l’aiderait à mieux briser son esprit. Laissant le levier ainsi, elle repartit vers Alice, puis se saisit d’une pince crocodile. « Et si je le libérais, que crois-tu que ça changera ? Rien. Tu es foutue, et ton mari l’est encore plus. » Dit-elle, venant ensuite attacher la pince au premier téton de la princesse. Elle saisit une deuxième pince, puis en fit de même avec le second téton d’Alice. Cette dernière se retrouva donc la poitrine branchée à une batterie, dont Grëtta avait bien entendu la commande pour réguler le courant. Comme pour le casque, elle décida de mettre un peu de courant pour provoquer une douleur de fond, permanente, à la pauvre princesse.

« Même si ... Aller, je peux te le dire. Tu vas nous servir, en fait. On va s’occuper de toi, petite garce. On va faire de toi quelqu’un, et crois-moi qu’après cela, tu donneras ta vie pour notre chère Reine daigne te laisser lui lécher les pieds. Mais ça, tu ne t’en rendras compte qu’après. » Dit-elle, continuant de ramener d’autres pinces. Sans aucune gêne elle porta sa main vers l’intimité d’Alice, écartant ses fines lèvres pour libérer son petit bouton. Bien entendu Grëtta faisait tout pour la stimuler, pour agiter ses doigts pendant qu’elle cherchait sa perle. Quand elle fut libre, elle amena une pince plus petite et plus adaptée puis l’agrippa à celle-ci. Le courant ne tarda guère à venir, mais il s’agissait d’un circuit différent des autres ; la densité du courant était faite non pas pour faire mal ou endolorir, mais pour stimuler.

« Es-tu prête à servir Herzeleid ? » Dit-elle alors d’une voix volontairement provocante, sachant pertinemment la réponse qu’Alice allait lui fournir. Mais au moins, ça lui servirait d’excuse vite-fait pour lui faire tout ce qu’elle prévoyait de lui faire !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #6 le: Juillet 09, 2017, 10:22:40 »

Melendil, en vie... Cette idée était saisissante, mais Alice n’y croyait pas trop. Cette mégère devait sûrement se moquer d’elle. Son mari avait été tué dans le Château, et c’était très certainement une technique destinée à la déstabiliser. Elle avait vu Cirillia mourir, il ne pouvait pas en être autrement pour Melendil. La redoutable sorceleuse s’était battue rageusement, mais elle-même avait succombé, et Alice l’avait vue tomber à ses pieds, les yeux vides, fixant un point inconnu d’elle. Le pire, c’est que son sacrifice n’avait servi à rien, car Alice avait finalement été capturée. Elle se sentait donc coupable, et ferma les yeux, refoulant tant bien que mal ses larmes, même si deux petits sillons glissèrent le long de ses joues. Fort heureusement, sa tortionnaire ne sembla pas le réaliser, et rapprocha une table roulante, approchant des objets. Même malgré la souffrance et le désespoir, Alice sentit quand même une pointe de terreur la saisir. Après tout, elle s’était déjà rendue à Herzeleid, et elle savait de quoi Liddell et ses séides étaient capables.

Elle déglutit quand la femme lui posa des électrodes, et enclencha ensuite une machine, diffusant un courant électrique qui la fit frémir.

« Aaaaahhh... !! »

Mais le pire était encore à venir, puisque la femme, tout en ayant toujours sa trique monstrueuse (et qui semblait même avoir grossi encore !) lui mit sur les tétons une pince crocodile.

« N-Nooon... Retire ça !! »

Pour seule réponse, la femme enclencha les pinces, et Alice hurla encore, serrant les poings. La douleur n’était pas très élevée, mais la fille poursuivit ensuite, rapprochant une énième pince de son intimité. Alice se débattit vainement, et lui ordonna encore d’arrêter, pendant que les doigts de Grëtta, délicats, se glissaient en elle. Comment une fille au corps aussi délicat pouvait se montrer aussi cruelle ?

« Va... Va-t-en, putain ! Je... Non ! »

Elle sentit la pince s’accrocher à sa peau, mais, au lieu de diffuser de la douleur, elle diffusa des stimulus très particuliers. Pour autant, Alice ne ressentait encore nullement la moindre forme de désir, et, quand Grëtta se plaça devant elle, et lui demanda si elle était prête à servir Herzeleid, Alice serra les dents. Cette fois, elle ne put pas s’en empêcher... Et lui cracha à la figure.

« Jamais, sale pute ! Va mourir, toi et ta salope de Reine ! Jamais ! JAMAIS !! » hurla-t-elle furieusement.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Grëtta Frau Strasse
Avatar
-

Messages: 51



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juillet 22, 2017, 04:16:56 »

La réaction de la princesse était tout à fait normale voire même, prévue. Il aurait été très étonnant voire alarmant de la voir succomber du premier coup. Grëtta n’était encore qu’au tout début du processus, et voir Alice se débattre autant lui donnait le sourire ; plus ça allait durer, plus elle allait pouvoir se défouler sur son corps. Elle n’avait pas encore envie de lui fourrer de force sa queue dans sa bouche voire ailleurs, mais ça viendrait. Surement une fois qu’Alice sera bien fatiguée mentalement. En attendant, l’Herzeloise la regarda se débattre et l’insulter, jusqu’à ce qu’elle finisse par lui cracher à la figure. Grëtta se figea, puis porta sa main gantée à son visage, essuyant du bout de son index le mince filet de salive.

Elle le regarda ensuite, puis secoua sa main pour s’en débarrasser. Ses sourcils se froncèrent légèrement alors qu’elle porta sa main à la joue d’Alice, essuyant le sillon de larme coulant à son œil. « Je t’offre des larmes, tu m’offres du crachat. Je vois que je vais devoir m’adapter ... » Dit-elle, avec son fort accent. Grëtta prit inspiration puis, brutalement, cracha à la figure d’Alice. Elle n’y était pas allée de main morte, en plus. « La salope ici c’est toi, tu PIGES ?!  Regarde-toi un peu, regardes ta décadence, regardes comment tu as lâchement laissé les autres se sacrifier pour toi ! Regarde comment ton égoïsme n’a servi à rien ! Tous ceux que t’aimais son MORT, à l’exception de ton putain de mari. » Lui exclama-t-elle, avant de lui asséner une belle gifle sur la joue.

Grëtta n’était pas énervée, loin de là. Mais elle laissant volontiers parler ses émotions afin d’être plus efficace et cruelle envers Alice. Se montrer quelque colérique allait lui permettre de la torturer d’avantage, selon elle. Grëtta saisit subitement le levier régulant l’arrivée de courant puis le poussa un peu plus, intensifiait alors l’effet des électrodes sur les seins et le sexe d’Alice. L’idée de la torturer et de lui cuire le cerveau grâce à des électrodes séduisait grandement Grëtta ; si elle y parvenait alors elle ferait d’Alice une fière servante d’Herzeleid, avec par-dessus tout un mot secret, gravé dans sa mémoire, qui la rendrait toute docile quand nécessaire. C’était un procédé extrêmement douloureux et laborieux mais, si la lieutenante y était forcée, elle le ferait. La militaire regarda Alice gémir de douleur à cause de ses électrodes, qui à force, étaient censées lui procurer du plaisir vu leurs emplacements.

Il y avait aussi la technique de la privation sensorielle, mais ça, c’était beaucoup trop long et doux. Il fallait quelque chose de rapide, cruel et très douloureux. « Tant que tu n’auras pas prononcé 'Hail Herzeleid', je n’arrêterai pas tes électrodes. Pire, chaque minute qui passe j’augmente le courant. Au bout de cinq minutes ... J’active l’électrode cérébrale. » Déclara-t-elle, sérieuse, le regard dur. « Trois mots à prononcer, ce n’est pas grand-chose. » Dit-elle alors, gardant sa main gantée sur le levier, regardant Alice au fond des yeux, de son regard rouge sang, trahissant de sa nature démoniaque.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #8 le: Juillet 22, 2017, 09:01:11 »

En réponse pour son crachat, Alice se reçut un postillon, qui dégoulina le long de sa joue... Et une puissante claque. La gifle de Grëtta s’abattit douloureusement sur sa joue, lui arrachant un cri de douleur, sa tête partant sur le côté. Les électrodes diffusaient toujours sur elle une souffrance redoutable, et, pour ne rien arranger, sa tortionnaire lui hurla dessus, en lui certifiant que Melendil était toujours en vie... Ce qu’Alice se refusait à croire. Elle écoutait la femme parler, lui raconter ses mensonges, faire tout ce qu’elle pouvait pour la pousser à bout, pour la torturer psychologiquement, et l’amener à être sa chienne. Pourquoi ne pas juste se contenter de la tuer ? Alice savait que, derrière Grëtta, il y avait cette folle qu’elle avait eu à Herzeleid... Liddell. Dieu seul sait comment Liddell avait pu obtenir les forces nécessaires pour mettre au point son invasion démente, mais Alice savait que la Reine la voulait, pour se venger de l’humiliation qu’elle avait subie à Herzeleid, quand Alice était venue, en compagnie d’autres dignitaires ashnardiens, afin d’envisager (les naïfs !) une solution de paix.

Grëtta était bien disposée à la faire craquer, et Alice la fusilla du regard. La jeune femme en tenue de latex n’était étrangement pas encore décidée à la violer, et ce malgré l’érection qui continuait à déformer son pantalon. Au lieu de ça, elle demanda à Alice de prêter allégeance, ou bien elle continuerait à utiliser les électrodes. La jeune Princesse serra les lèvres. Certes, Grëtta lui avait dit que les électrodes étaient censés, à terme, l’exciter, mais elle n’était pas dans l’état de ressentir la moindre forme d’excitation sexuelle. Elle gémit donc, se tortillant sur place, et, quand Grëtta lui demanda de dire « Hail Herzeleid », et que ça ne faisait que trois mots, Alice grogna longuement.

« Hnnnnnnnnnn... !! »

Elle soupira encore, de la salive coulant le long de ses lèvres, et lui répondit alors :

« Va chier, salope... ! Les voilà, haaaa... Mes trois mots... »

Mais Alice n’en avait pas encore fini. On lui avait tout pris, mais jamais on ne lui ôterait sa fierté, sa colère, car elle n’avait plus que ça.

« Tu crois m’impressionner, haaaa... Avec tes... Tes électrodes ? Tu... Tu n’y arriveras jamais, Grëtta... Tu ne me soumettras pas, hmmm... Et... Et... Quand l’autre salope le verra, elle te fera souffrir... Haaaa... Je ne serais pas ton jouet, sale pute ! »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Grëtta Frau Strasse
Avatar
-

Messages: 51



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Juillet 29, 2017, 03:42:01 »

Voir la princesse se débattre vainement, pensant que sa dignité ou sa colère allait la sauver, était si pitoyable mais misérable, aux yeux de Grëtta. Elle ne voyait là qu’une faible s’accrochant à la dernière branche pourrie et cassante qu’il restait à son arbre. La vérité étant que, il n’y avait plus d’arbre, il n’y avait plus rien. L’empire Sylvandell avait été réduit en cendre ; sa famille avait été massacré ; tous ses sujets furent soit tués, soit asservis ; et même si son mari était toujours en cavale, il allait connaitre un bien funeste sort une fois qu’Herzeleid lui aura mis la main dessus. Ainsi donc, voyant Alice se débattre et lui dire qu’elle ne sera jamais son jouet, et qu’en plus, elle faisait ça pour que la reine Liddell fasse torturer Grëtta pour son échec, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. Un rire compulsif, maladif, qui vira dangereusement au rire d’une folle.

Contre toute attente elle arrêta les électrodes. Elle se retourna vers Alice puis, lui sourit vicieusement. « Ma pauvre ... Tu ne sais rien et maintenant, tu tentes de me menacer ? Pauvre conne, mein Kaiserin s’en bats bien les couilles de te voir soumise ou pas. Je dirai même que je te fais une fleur en te permettant de te soumettre ; sa Majesté aurait bien aimé te voir saine d’esprit pour te forcer à faire tout ce que son esprit torturé lui dicterait de faire. Te voir lui servir de paillasson tout en pleurant toutes les larmes de ton corps, te voir fourrer ton visage entre ses fesses et lui lécher le cul tout en sachant que tu ne peux rien faire ... C’est ça, qu’elle désire ! » Lui répliqua-t-elle. Grëtta s’approcha puis, retira les électrodes une à une, sauf celles présentes sur ses tempes. L’idée de stimuler son cerveau pour lui imprimer des messages, ou pour tout simplement la manipuler, séduisait fortement Grëtta, qui avait alors une magnifique inspiration soudaine.

D’un air tout à fait naturel, elle se remit à parler. « Tout compte fait, je vais te violer. Mon pantalon commence à être trop étroit. Mais on va faire ça à ma manière ... » Dit-elle, alors qu’elle desserra certaines manettes pour faire tourner la table à l’horizontal, permettant ainsi à Alice d’être en position allongée. Pour sûr, Grëtta allait belle et bien la violer mais, allait aussi se servir des électrodes sur ses tempes pour stimuler certaines parties de son cerveau. Principalement les parties s’occupant du désir, des sensations de plaisir, etc. Grëtta désirait qu’Alice, malgré toute sa colère et sa dignité, ressente du plaisir à se faire violer ! C’était une première étape afin de briser l’image qu’elle avait d’elle-même. Une fois la table mise en bonne position, Grëtta ne perdit pas plus de temps. Elle retira rapidement tous ses vêtements, les jetant à l’autre bout de la salle. Ainsi nue, son énorme queue se dressa et tirait fièrement vers le plafond, accompagnée de lourds testicules pleins à craquer.

« Au final, que tu te soumettes ou pas, je m’en contrefiche ... Je vais bien m’amuser avec toi, et c’est tout ce qui compte ! » Lui déclara-t-elle. Grëtta s’approcha et fit des derniers ajustements à ses électrodes cérébraux. Son visage s’approcha dangereusement du sien, jusqu’à sentir son souffle se mêler au sien. « Un tel minois ... Quel gâchis. » Dit-elle, avant de subitement plaquer ses lèvres et fourrer sa langue de force dans la bouche d’Alice. Elle sentit beaucoup de résistance mais, ayant simplement plus de poigne, Grëtta parvint à introduire sa langue, et se mit ainsi à chercher celle d’Alice. Pendant ce temps, sa main empoigna fermement l’un de ses seins, qu’elle se mit à malaxer, à pincer le téton entre son pouce et son index. Les électrodes commencèrent alors à envoyer de petits stimulus à certaines parties de son cerveau, de manière très subtile, pour le moment.

Elle finit par rompre le baiser, brisant un beau filet de bave entre leurs lèvres. « Hmm ... Melendil devait bien prendre son pied quand il te baisait ! Et dire que maintenant, il est tout seul, à se demander si sa femme est en vie ou pas ... Il sera bien déçu d’apprendre tout ce qu’elle a enduré rien que pour lui, quand on lui mettra la main dessus. » Dit-elle, léchant alors la joue d’Alice, à pleine langue. Elle se remit debout, à côté d’une Alice toujours allongée et attachée à la table. Néanmoins, pouvant encore bouger sa tête, Grëtta en profita pour approcher son gros enfin de son visage. D’une main elle le tenait, et de l’autre, elle saisit avec rage la mâchoire d’Alice pour la forcer à tourner la tête vers son membre. « Suces. » Dit-elle fermement, ne lui laissant d’ailleurs pas le choix ... La militaire à coller le bout de son sexe contre les fines et douces lèvres de la princesse, frottant bien comme il faut. Si elle n’ouvrait pas d’elle-même, alors, elle allait devoir forcer ...
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #10 le: Juillet 30, 2017, 01:04:16 »

Elle n’avait plus rien à perdre. Alice était désespérée, tout simplement. Ces gens lui avaient tout enlevé, lui avaient tout pris. Ils avaient détruit son royaume, exterminé sa famille, massacré son peuple, anéanti les dragons… Alice croyait sincèrement être perdue, sans savoir que Grëtta avait encore de multiples moyens de faire pression sur elle. Il ne tenait qu’à elle de choisir la méthode utilisée pour torturer davantage Alice. Beaucoup de Sylvandins avaient été capturés, ainsi que des dragons. Et, même si Alice avait perdu son royaume, elle restait encore, de facto, leur Reine. Grëtta avait donc encore des cartouches dans son sac, mais, constatant le manque d’efficacité des électrodes, elle les retira, tout en déplaçant la table, et en assurant à la femme que Liddell se moquait d’elle.

*Comme si j’allais te croire…*

Alice se rappelait encore très bien de la séquence à Herzeleid, quand Liddell était venue la voir en personne. Leur ressemblance physique était vraiment étonnante, et Alice doutait sincèrement qu’elle aurait droit à un tel traitement de faveur si la Reine d’Herzeleid n’avait pas sommé Grëtta de lui ramener la Reine de Sylvandell. En attendant, la jeune femme se retrouva en position horizontale, toujours retenue à la table par des sangles à hauteur des chevilles et des poignets. Elle se débattit vainement, avant d’entendre des bruits de mouvements. Levant la tête, elle vit Grëtta déboutonner son uniforme, et rougit. Elle avait, après tout, bien dit qu’elle allait la baiser.

« Je ne t’obéirai jamais, sale pute, tu ferais mieux de me tuer, tu t’épargnerais des ennuis ! »

C’était, en réalité, tout ce qu’Alice cherchait. La mort, plutôt que d’être le jouet de l’autre tarée. La mort, plutôt qu’être leur esclave. Mais, évidemment, Grëtta ne l’entendait pas ainsi, et c’était bien pour ça qu’Alice voulait la forcer. Elle allait convaincre cette folle instable de commettre un geste irréparable, un geste tel qu’Alice se laisserait ensuite mourir. Après tout, qui avait envie de vivre dans un monde dirigé par Alice Liddell et ses séides ? En tout cas, Grëtta se déshabilla intégralement, et, après avoir retiré ses bottes, se redressa, exhibant sa queue monstrueuse…

…Une queue d’autant plus grosse que la militaire était plutôt petite. Alice papillonna des yeux en voyant la femme s’approcher, avec son membre qui remontait bien au-dessus de son nombril, véritable bracquemart qu’elle allait utiliser pour humilier Alice, et pour la marquer comme si elle était sa bête.

« Que… Qu’est-ce que tu… »

Elle vit la femme se rapprocher, et écarquilla les yeux quand elle l’embrassa.

« Hmmm… HMMMMMMM… !! »

Alice essaya bien de se débattre, mais la femme avait une sacrée poigne, immobilisant sa mâchoire, et la jeune femme était si surprise qu’elle laissa sa langue s’enfoncer en elle. C’était un baiser très dominateur, mais il fallait bien reconnaître que Grëtta avait de très bonnes lèvres, et qu’elle embrassait très bien. En d’autres circonstances, Alice aurait pu apprécier ça, mais, en ce moment, elle ne ressentait que du dégoût. Et, si elle avait été moins surprise, elle aurait pu réagir, mais, sur le coup, Alice resta inerte, sentant la langue de la femme s’immiscer dans sa bouche… Puis Grëtta se retira, victorieuse.

Elle lui parla alors de Melendil, et Alice serra des dents, la regardant avec un air haineux dans le visage.

« Va te faire foutre, salope ! »

Au moins, c’était honnête, mais Grëtta, visiblement plus amusée que véritablement agacée, agrippa à nouveau la tête d’Alice, et orienta sa queue vers son visage.

« Mmmmhh… Nnnnn… »

Grëtta, impatiente, appuya encore, son membre hideux tapant contre ses lèvres closes. Alice chercha à secouer la tête, et Grëtta la pinça alors. Un léger cri s’échappa de ses lèvres… Et l’Herzeloise en profita immédiatement pour enfoncer sa queue dans sa bouche. La jeune femme écarquilla les yeux au contact de ce membre, et, pendant quelques secondes, ne réagit à nouveau pas encore, sentant la queue massive de la femme filer d’avant en arrière en elle.

« Nnnnn… »

L’Herzeloise commençait à prendre son pied… Quand Alice décida de contre-attaquer, et de la pousser à bout. Prenant son courage à deux mains, elle usa de ses dents… Et mordit la queue de la femme, comme si elle cherchait à le couper, et à la castrer !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Grëtta Frau Strasse
Avatar
-

Messages: 51



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Juillet 30, 2017, 01:47:08 »

La militaire commençait enfin à prendre un peu de plaisir dans toute cette histoire, quand elle se mit finalement à enfoncer de force sa trique dans la fine bouche d’Alice. Le précédent baiser avait permis de mettre en situation et Grëtta s’étonnait encore de la façon dont la princesse l’avait laissé faire. Sans doute la surprise, ou bien un plaisir inavoué. En tout cas, la lieutenante avait bien aimé la texture de ses lèvres et reviendrait surement à la charge plus tard. Pour le moment, elle désirait soulager sa douloureuse trique dans sa gorge, de force, afin que les choses soient plus intéressantes ! Elle tirait un certain plaisir à forcer Alice à faire ce genre de choses, elle, la princesse qui se voulait pure et intègre.

Mais elle était bien décidée à mettre des bâtons dans la roue à Grëtta. Elle ne pouvait pas simplement la laisser prendre du plaisir, non. La jeune femme décida de se rebeller, encore une fois, en serrant d’un seul coup ses dents, mordant le membre de la lieutenante. Celle-ci poussa un cri de manière subite et eut soudainement très mal. Et, de la même manière que cet acte lâche fut donné – par instinct – Grëtta réagit de même quand malgré elle son poing partit brutalement se loger dans la face d’Alice, juste après qu’elle put extirper sa trique encore plus douloureuse, désormais. « SALOPE ! » Lui hurla-t-elle dessus, bien plus énervée de se voir refuser sa gâterie que par la douleur. Son membre était si dur et dense qu’au final, la douleur était bien superficielle. Mais pour cet affront, elle n’allait pas épargner Alice sur ce coup.

« Tu viens de commettre une grave erreur, grosse pute ... » Lui dit-elle, ne mesurant plus vraiment ses mots. Elle accourra près de la radio à proximité. Elle saisit précipitamment l’appareil pour communiquer puis, en gueulant, trahissant sa colère, ordonna qu’on lui amène quelqu’un. « N’IMPORTE QUEL DE CES COUILLONS SUFFIRA ! DE SUITE !!! » Gueula-t-elle, raccrochant violemment. Alice pouvait se réjouir de sa réaction, même si à cause d’elle, quelqu’un allait probablement mourir. Grëtta renfila ses gants et ses bottes. La lourde porte s’ouvrit, et deux gardes entrèrent, tenant fermement entre eux un homme, pâle et affaibli physiquement. Ils le jetèrent sans aucune considération, le laissant entre les mains de Grëtta. Elle fit signe, et ils partirent en refermant la porte derrière eux. La militaire agrippa l’homme par les cheveux puis le tira, le jetant à côté de la table où était attachée Alice.

Elle tira en arrière pour faire relever son visage, afin que la princesse puisse bien le voir. Faisant fi des gémissements du prisonniers, ou du fait qu’il était en train de mourir par famine, la militaire décida de passer aux choses sérieuses. Peu importait si cela allait marcher, elle désirait juste nuire et faire du mal à Alice, pour ce coup. Elle savait l’importance qu’elle accordait à son peuple, et cela tombait à pic car, Herzeleid avait fait des prisonniers pour une fois. Grëtta saisit son pistolet et colla le bout sur le crâne du malheureux, regardant alors Alice. « Il a bien la gueule des gens de ton pays celui-là, non ? Ou devrai-je dire, de la nouvelle province d’Herzeleid. Excuse-toi de suite, IMPLORE MON PUTAIN DE PARDON, ou je lui trou la cervelle, à cette petite merde. Il ne vivra que si sa Reine le décide ... Fait donc très attention à ce que tu vas dire. » Déclara-t-elle, prête à tirer et tuer ce bonhomme qui n’avait rien demandé, jusqu’au jour où la guerre avait éclaté devant sa porte, à Sylvandell. La pression dut certainement être un peu trop forte pour le monsieur, puisqu’une désagréable odeur d’urine commença à s’échapper de lui ...
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #12 le: Juillet 30, 2017, 10:59:53 »

À son corps défendant, Alice n’avait pas l’habitude de mordre des queues, et elle n’avait pas la dentition tranchante de Mélinda Warren. Il était sûr que, si ça avait été le cas, elle aurait pu couper cette queue en deux. Au lieu de ça, elle se contenta d’énerver Grëtta, et se reçut un violent coup de poing. Alice gémit. Même malgré sa petite forme, Grëtta avait une sacrée force entre les bras. Alice vit trente-six chandelles, ainsi qu’une douleur forte à hauteur du nez, mais, pour autant, elle se sentait… Fière. Elle avait gêné cette salope, lui avait montré de quoi elle était capable. Grëtta était furieuse, et Alice espérait bien que ça allait la faire craquer, qu’elle allait l’étrangler sur place. Sa folle de souveraine l’aurait sûrement tué, elle… Mais, au lieu de ça, Grëtta sembla avoir une autre idée. Restant avec sa queue à l’air libre, elle remit ses bottes militaires et ses longs gants moulants en latex, puis se dirigea vers une radio, et ordonna qu’on lui amène un « couillon ».

*Mais qu’est-ce que… ?*

À quoi faisait-elle référence ? Alice se pinça les lèvres, en sentant une inquiétude croître progressivement en elle. Elle ignorait encore que Grëtta avait de redoutables moyens de pression… Et en eut la preuve quand deux gardes en armure amenèrent un prisonnier affaibli, torse nu, et malingre. Ils le jetèrent au sol, menottes autour des poignets, Alice déglutit en reconnaissant l’un des bûcherons de Sylvandell.

« Qu’est-ce que tu… Vous avez des prisonniers ?! »

Herzeleid n’avait pas tué tous les Sylvandins, et certains avaient été capturés. Alice comprit avec horreur ce que la femme allait faire. L’Herzeloise sortit son pistolet, et le posa sur la tempe de l’homme, bien décidée à répandre sa cervelle sur le sol.

« NON ! hurla alors Alice. Ne fais pas ça ! »

S’il existait beaucoup de souverains et de dirigeants qui se désintéressaient totalement de leurs sujets, ce n’était pas le cas d’Alice. Elle avait toujours été une Princesse attentive aux besoins des uns et des autres, soucieuse de lutter contre toute forme d’injustice, et de tempérer la colère et la souffrance des Sylvandins. Terrorisé, le bûcheron regardait avec des yeux terrorisés la Princesse, allongée face à lui, mais avec la tête relevée, lui permettant de les voir tous les deux.

« Pi-Pitié… » réussit-il vainement à dire.

L’homme s’était fait dessus, sentant contre son corps la queue assoiffée de Grëtta. Déglutissant sur place, Alice, qui ne voulait surtout pas avoir une mort sur la conscience, parla donc :

« Désolée, Grëtta ! Je… Mes dents t’ont mordu accidentellement ! »

C’était un fieffé mensonge, mais elle savait ce que la femme voulait.

« Je vais te sucer, Grëtta, je ferais tout ce que tu veux, mais… Ne leur fais pas de mal ! »

Grëtta pouvait se féliciter d’avoir trouvé un sacré moyen de pression pour faire flancher Alice… Sa conscience. Pour sauver des innocents, elle était prête à donner de sa personne, y compris si cela impliquait de devoir sucer cette salope.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Grëtta Frau Strasse
Avatar
-

Messages: 51



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Août 02, 2017, 03:56:24 »

Taper sur la conscience d’Alice s’avérait donc un bon moyen de pression. Mais Grëtta ne se faisait pas d’illusions ; elle ne pourrait pas exploiter cette faille à son bon vouloir. Viendra surement un moment où la princesse parviendra à faire fi de tout ceci tant que cela signifierait préserver sa dignité. Mais si ce moment arrive, alors Grëtta en sera bien ravie car cela signifierait que la petite princesse se voulant noble et vertueuse, aura justement bien perdu virtuosité. Un premier pas dans la déchéance, en quelques sortes. Et si la lieutenante désirait néanmoins que ce moyen de pression reste efficace le plus longtemps que possible, elle allait devoir montrer qu’elle peut tuer sans problème.

Pour le moment, elle ne fit que menacer et cela fonctionna. Le vilain mensonge que lui sortit Alice faillit bien la faire rire, mais seul une grimace satisfaite orna son visage. « Bien. » Dit-elle simplement, repoussant le prisonnier en le jetant comme un sac, à l’autre bout de la pièce. « Toi, tu n’as pas intérêt à bouger pendant que ta reine va me baiser la gorge. Profite du spectacle, sinon ... Ça sera sa cervelle au sol que tu admireras. » Dit-elle, sachant que le prisonnier n’était pas forcément au courant que la princesse ne devait pas mourir. Ceci étant à présent dit, elle braqua son pistolet sur la tête d’Alice, pendant qu’elle ramena de nouveau sa queue. Cette fois-ci elle n’avait pas intérêt à mordre ou à faire quoique ce soit.

Elle en avait le droit, bien entendu. Mais elle devrait subir les conséquences de son acte. Grëtta colla de nouveau sa trique contre ses lèvres puis, finit par introduire sa queue à l’intérieur. « Hmmm ... » Gémit-elle doucement, le pistolet toujours sur sa tête afin de maintenir l’autre prisonnier en joug. Grëtta ne sous-estimait la témérité des Sylvandins, elle prenait donc toute les précautions nécessaires. Enfin, la princesse lui pompait bien la queue et qu’est-ce que ça faisait un bien fou ! Un fourreau royal pour le membre veineux de la militaire qui ondula du bassin pour faire aller et venir sa trique. « Hmmm oui, ça c’est une bonne gorge à pipe ! » Déclara-t-elle, enfonçant alors bien son membre, en entier. Oui, elle désirait étouffer un peu Alice pour la faire souffrir, afin qu’elle prenne rien d’autres comme sensation à part la douleur, pendant que Grëtta, elle, prenait bien du plaisir.

Ainsi donc la militaire explorait la gorge de la princesse, pendant de longues et nombreuses minutes, à couiner et gémir alors que sa verge était de plus en plus lourde et douloureuses. Elle se pinça son propre sein de sa main libre, offrant donc un spectacle des plus appréciables au prisonnier. Même si ce dernier devait être bien trop terrorisé ou affaibli pour ne serait-ce que bander. Au bout d’un certain temps, alors que Grëtta sentait son membre bien luisant et chauffé, elle se mit à jouir. Pressant la tête d’Alice contre elle, son nez touchant son pubis, Grëtta jouit dans sa gorge directement. « Haaaaa !!! » Couina-t-elle alors qu’elle cracha de belles salves de foutre, remplissant l’estomac de la princesse. Elle jouit si généreusement qu’elle retira subitement sa queue, toujours en train de cracher de la semence, et termina le reste à même le visage d’Alice. « Ahhhh oui ... Hmmm ... » Marmonna-t-elle alors qu’elle jouit ses dernières cartouches à la figure de la princesse, directement, maculant son visage.

Quand ce fut terminé, Grëtta retira son sexe et admira alors le spectacle. « Oh, tu es si mignonne comme ça ... Là, avec mon foutre sur ta face ... » Déclara-t-elle, l’air conquérante. Elle tourna ensuite sa tête vers le bucheron puis s’approcha, finissant par braquer son arme vers lui. « T’as aimé ? T’as apprécié ? Je l’espère car, c’était la dernière chose que t’auras vu dans ta chienne de vie. » Dit-elle soudainement, pressant la détente sans aucune hésitation. Grëtta, faisant fi des réclamations de la princesse, vida son chargeur sur l’homme, le trouant surtout au niveau de la tête. Le sang macula le mur derrière lui, alors que son corps mutilé tomba lourdement au sol. La militaire eut un grand sourire satisfait sur le visage, puis revint à Alice, posant son pistolet sur une table à côté. « Tu vois, sale petite pute, c’est ça qui t’arriveras à chaque fois que tu me désobéis. Tu finiras humiliée, trahie et sera forcée de voir tes propres sujets mourir devant tes yeux. » Dit-elle sans demander son reste.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #14 le: Août 06, 2017, 02:56:46 »

Alice n’était pas comme la plupart des nobles, déconnectés du réel, et ne voyant en leurs gens que des gens à massacrer et à sacrifier pour se sauver eux-mêmes. Elle, elle considérait que c’était son devoir de les protéger. Ce faisant, avec son lot de prisonniers, Grëtta avait un moyen de pression considérable, encore plus efficace que les actes de torture auxquels elle venait de se livrer. Jouer avec la conscience d’Alice, c’était indéniablement un bon moyen de parvenir à ses fins. Cette fois, Alice n’allait rien faire de mal, car elle ne voulait pas avoir une mort sur la conscience. Alors, si, pour sauver la vie de cet homme, elle devait sucer cette folle, eh bien, elle le ferait ! Grëtta se rapprocha donc, grimpa sur la table, et retourna mettre sa queue devant les lèvres de la femme.

*Dieu, que sa bite est grosse...*

Si, au moins, cette salope avait pu avoir une petite queue... Mais le destin voulait se montrer cruel avec la Princesse jusqu’au bout ! Dents serrés, elle les ouvrit, et, rapidement, la saucisse de chair de Grëtta se nicha en elle. Les mains d’Alice se crispèrent, et elle ferma les yeux en soupirant, avant de sentir la grosse queue s’enfoncer profondément dans sa bouche, lui coupant la respiration pendant quelques secondes.

« Hnnnnn... !! »

Levant les yeux, elle vit rapidement le plaisir apparaître sur le visage de Grëtta. Cette fille était aussi belle que cinglée. Une véritable créature maléfique avec le visage d’un ange. Elle se mit à remuer en elle, sa queue filant d’avant en arrière. Grëtta cherchait visiblement encore à l’humilier et à la torturer, car, régulièrement, elle multiplia les gorges profondes, faisant rougir Alice, qui avait du mal à respirer, et absorbait l’air par ses narines dès que le membre de Grëtta cessait de bloquer ses trachées. Sa langue remontait parfois, glissant sur la partie basse du phallus de la femme, qui continuait à croître en elle.

Les crissements des gants et des collants de latex quand elle remuait son corps auraient là aussi, pu, en d’autres circonstances, fournir à Alice une bonne dose d’excitation... Mais seul un mélange de colère et de peur dominait en elle. Est-ce que Grëtta allait tenir sa parole ? L’épargner ? Les épargner ? Alice ne pouvait que l’espérer, mais elle était bien placée pour savoir que les gens d’Herzeleid n’avaient aucun honneur, et étaient les premiers à se délier de leurs paroles. En tout cas, ça n’empêcha pas Grëtta de prendre son pied, puisqu’elle alla même jusqu’à se pincer le sein, pendant qu’elle continuait à lui baiser la gueule.

Grëtta ne comptait pas jouir trop vite, là encore pour le plus grand malheur d’Alice, qui aurait bien espéré l’inverse, et une jouissance rapide. Mais la femme était bien décidée à prolonger aussi loin que possible le « plaisir ». Néanmoins, Grëtta finit par atteindre le plaisir suprême, et crispa alors ses deux mains sur les cheveux d’Alice, avant de planter sa queue aussi loin que possible... Et de jouir généreusement. Alice en ferma les yeux, sentant le contact. Elle avait presque envie de vomir, à l’idée d’avoir en elle la semence de cette cinglée psychotique... Mais au moins avait-elle joui...

*Putain, mais elle s’arrête jamais !*

Visiblement, Grëtta prit encore plus son pied que ce qu’Alice n’avait envisagé... Car elle termina en jouissant sur son visage. Alice, qui éternua à cause de cette longue privation d’oxygène, secoua la tête, le sperme glissant sur sa tête, sans rien dire, pendant que Grëtta, manifestement apaisée, se redressait. Elle la nargua une ultime fois, sans qu’Alice ne relève, puis se rapprocha de l’homme, qui, effectivement, n’avait eu aucune érection... Tout comme Alice, qui était restée aussi sèche que le sable.

« Lai... Laisse-le partir... »

Même maintenant, humiliée et bafouée, elle ne pensait encore qu’à cet homme. Mais Grëtta avait visiblement d’autres objectifs. Tenant toujours son pistolet, elle le posa sur la tempe de l’homme, et...

« Mais qu’est-ce que tu fais ? ARRÊTE ! »

*BANG !*

Le premier coup de feu siffla comme un coup de tonnerre, et des morceaux de sang éclatèrent sur le corps de Grëtta, notamment sur sa queue.

« NOOOOOONN... !! » hurla Alice.

Elle se débattit sur place, mais les sangles la retinrent. Impuissante, elle vit Grëtta vider son chargeur, une lueur de démence malsaine dans les yeux, sur la tempe de l’homme. Ce dernier n’avait même pas eu le temps d’hurler. Une fois que le percuteur de l’arme claqua dans le vide, le chargeur étant vide, Grëtta se retourna vers Alice, qui était estomaquée. Elle observait, médusée, le corps de l’homme, au sol, la tête réduite en une infâme bouillie sanguinolente... Et ses yeux commencèrent à s’embuer.

« Tu... Tu n’avais pas à faire ça, j’ai fait ce que tu m’as demandé ! Il... Tu peux crever, salope ! Tu comptes tous les tuer, de toute façon ! »

Alice cracha devant elle, balançant quelques filaments de sperme qui restaient encore coincés dans sa gorge.

« Refous-moi ta bite dans ma bouche une fois, et, cette fois, je te la couperai, sale pute ! Tarée de psychopathe, toi et les tiens, je vous tuerai tous ! Tu m’entends, sale pute ? Tu vas crever ! Je le jure, je te TUERAI, sale pute ! » vociféra-t-elle.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox