banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: The Witch and the Werewolf (PV)  (Lu 788 fois)
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« le: Octobre 08, 2017, 11:32:15 »

Peu de peuples pouvaient se targuer d'être aussi redoutés que les terribles elfes noirs. Depuis leur schisme avec leurs cousins elfes, et leur exil de leurs terres natales, vers celles bien bien plus dangereuses et glaciales du nord, les Druchii étaient devenus l'un des grands fléaux de ce monde. Loin du stoïcisme et de la patience de leurs cousins, les elfes noirs étaient véritablement devenus un peuple à part, un peuple de sadiques, cruels, adorant la torture, et vénérant de multiples divinités chaotiques qui ne manquaient jamais de les pousser à la violence.
Leur culte, leur tendances cruelles, et l'impossibilité de cultiver quoi que ce soit dans les terres glaciales du nord, en avaient fait un peuple de pirates, les plus grands et les plus dangereux qui soient. Les elfes noirs n'avaient de fait qu'une seule ville, Naggarond qui était le siège de leur roi et de leur pouvoir. Mais la grande majorité des elfes noirs vivaient sur les redoutables Arches Noires, de gigantesques vaisseaux, de plusieurs kilomètres d'envergure, qui ne parvenaient à flotter que grâce à la magie. Faisant office de véritables villes et de forteresses, qui pouvaient se déplacer à loisir sur les flots et les océans, elles étaient la vraie force des elfes noirs, et pouvaient abriter aisément des dizaines de milliers d'individus chacune. Seuls les royaumes les plus solides militairement parlant pouvaient espérer contrer un raid des Druchii, car grâce à leurs arches, ils pouvaient déplacer des armées entières qui n'accostaient que pour piller et capturer des esclaves, quand ils ne se contentaient pas juste de percevoir un tribu de royaumes préférant payer allègrement les elfes noirs plutôt que de subir leurs attaques.

Anertha Hellbane était l'une de ces terribles Druchii, mais plus terrible encore qu'un corsaire aussi redouté soit-il. Elle était née avec le don de la magie, le don de soumettre les forces chaotiques à sa volonté, et elle avait passé une bonne partie de sa vie à apprendre comment maîtriser ses dons. Elle était âgée de plusieurs siècles, ce qui était jeune du point de vue des elfes noirs, immortels, mais non contente d'être une sorcière avec un grand potentiel, elle était aussi très habile aux jeux de pouvoirs et d'influence. Anertha était ambitieuse, comme toute elfe noire qui se respecte, mais qui commençait sans doute à avoir un peu trop de réussite au goût de certaines de ses semblables. Après plusieurs tentatives d'assassinat qui avaient échoué à son encontre, Anerthi s'était embarquée sur une Arche Noire pour s'éloigner de Naggarond quelques temps. La présence d'une sorcière sur une Arche était rare, mais bienvenue, car ses sorts étaient dévastateurs sur un champ de bataille.
Mais c'était également par curiosité qu'elle s'était embarquée dans ce voyage. En tant que cultiste de Slaanesh, le Dieu de la corruption et des plaisirs, Anertha était en perpétuelle recherche de sensations fortes et nouvelles, et participer à des raids sur des populations inférieures avait été une expérience qu'elle recommencerait volontiers. Mais surtout, celà avait été l'occasion pour elle de mettre la main sur une opportunité. Lors d'une patrouille à l'intérieur des terres, Anertha accompagnait une cohorte de corsaires qui revenaient d'un pillage, quand ils s'étaient fait attaquer par un lycan affamé, qui avait vu en eux une source abondante de nourriture. La créature serait parvenue à ses fins sans les sorts d'Anertha, qui était parvenue à maîtriser la bête en la blessant assez, et en l'immobilisant. En temps normal, la créature aurait été tuée, mais lorsqu'elle avait repris forme humaine...et bien Anertha avait décidée d'en faire son esclave. Nul n'aurait été assez fou pour nier à la sorcière le droit de prendre cette créature comme esclave, et elle avait été ramenée sur l'Arche, qui naviguait désormais pour un long voyage de retour vers Naggarond, ses gigantesques cales emplies de trésors, de ressources, et d'esclaves.

Mais cette lycanne ne se trouvait pas dans les cales, elle avait été transportée et enchaînée dans les quartiers personnels d'Anertha sur l'Arche. De lourdes chaines en acier trempé retenaient ses bras suspendus en l'air, tandis qu'un collier lui avait été mis au cou pour l'empêcher de se transformer. Après avoir discuté de la situation avec le capitaine de l'Arche, qui avait consenti à ce que la sorcière fasse comme bon lui semblait, tout en précisant qu'au moindre problème sa bête serait tuée, Anertha se dirigeait vers ses quartiers avec une excitation qu'elle peinait à contrôler. Une lycanne...si elle parvenait à la dresser, à la briser pour en faire une bête obéissante, elle gagnerait autant en prestige qu'en sécurité. La sorcière n'était pas dupe, elle savait qu'on tenterait à nouveau de se débarrasser sitôt le pied posé à Naggarond, mais le fait de dresser une lycanne lui apporterait autant du respect que de la crainte, car des assassins seraient bien moins enclins à vouloir tenter de la tuer avec une telle esclave pour la protéger.
Les lourdes portes en acier de ses appartements s'ouvrirent par magie devant elle, et se refermèrent dès qu'elle entra dedans. On avait du déplacer un peu ses fournitures dans le salon pour faire de la place, mais la lycanne était là, à genoux, solidement attachée, et Anertha se mit à délicieusement sourire à l'idée qu'elle avait enfin une esclave.

Te voilà enfin réveillée ma chérie ! Quel délice...tu étais impressionnante sous ta forme animale, mais tu es délicieuse sous ta forme humaine. Tu comprends ce que je te dis dis moi ?

Ce serait là la première question, si ce joli bout savait parler. Les loups-garou n'étaient pas des bêtes dénuées d'intelligence, et nombre de clans éduquaient leur rejetons de façon à comprendre et à parler le dialecte commun, pour mieux se fondre dans la foule...mais ce n'était pas le cas de tous.
« Dernière édition: Octobre 09, 2017, 12:10:25 par Princesse Alice Korvander » Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #1 le: Octobre 09, 2017, 12:27:21 »

Cassandre Luna était une jeune fille très normale pendant sa jeunesse. Pour son malheur, cette jeune femme aux cheveux argentés avait été un jour victime d’un mal redoutable, qui effrayait beaucoup les villageois : la lycanthropie. Un mal qu’elle avait attrapé en se faisant mordre par un loup blanc venant de loin alors qu’elle revenait de la cueillette de champignons et d’herbes dans la forêt. Mais, comme elle était la fille de la guérisseuse locale, une femme qui était de plus en plus mal vue depuis qu’un religieux était arrivé, et avait détourné les villageois des rites et des croyances anciennes, le maléfice de Cassandre avait été vu comme une punition divine. Elle avait dû fuir son village natal en voyant sa mère brûler sur un bûcher. Depuis lors, Cassandre avait vécu en recluse, et avait rejoint le loup blanc, celui-là même qui avait fait d’elle une Lycane. Contrairement à la croyance populaire, un loup-garou ne changeait pas de forme spécifiquement à la pleine lune. Mais Cassandre avait choisi de rester sous sa forme animale. Elle avait couché avec le grand loup blanc, avant de prendre le contrôle de sa meute. Il s’était avéré que, en devenant Lycan, Cassandre avait hérité de puissants pouvoirs magiques liés aux loups, lui permettant de se faire obéir sans peine... Et elle tuait les plus réfractaires.

Pendant plusieurs années, Cassandre avait vécu dans la forêt, s’éloignant de son village natal, en oubliant presque son humanité... Puis ils avaient débarqué. Des envahisseurs venant de loin. Jusqu’à présent, en mélangeant son intelligence humaine et ses sens d’animal, Cassandre avait pu échapper aux battues. Elle dirigeait une puissante meute, mais cette meute avait été impuissante contre les envahisseurs. Ils avaient enflammé la forêt, massacré sa meute. Cassandre s’était vengée en les attaquant, et avait été à l’image de sa réputation. « Croc-Blanc », l’appelaient les humains. Elle avait fondu sur les Longues-oreilles, et en avait tué plusieurs, impossible à arrêter, avant de s’élancer vers la femme qui menait le groupe... Et cette dernière l’avait vaincu à l’aide de sa puissante magie. Un premier coup avait repoussé Cassandre sur le sol, et, au même moment, deux de ses loups, suivant sa stratégie, avaient attaqué la femme dans le dos, bondissant par surprise, dissimulés dans des flocons de neige. Une stratégie impossible à faire pour de simples loups, mais qui, pour une Lycane, était classique.

Hélas, les gardes de la Sorcière avaient empêché cette dernière de mourir en se sacrifiant. Croc-Blanc avait attaqué à nouveau, évitant des éclairs, et avait failli égorger la Sorcière. Las, cette dernière s’était téléportée, et avait attaqué encore, en commençant probablement à réaliser que Croc-Blanc était tout, sauf un adversaire ordinaire, et nullement un simple animal. La femme avait à nouveau bondi sur sa proie, prête à frapper au plus vif... Mais s’était à nouveau reçue de puissants sortilèges, déclenchant en elle une douleur qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant.

Croc-Blanc s’était attendue à mourir... Mais, à sa grande surprise, elle s’était réveillée dans des appartements luxueux. Nerveuse, panique, elle avait tiré sur ses liens, avant de constater que les chaînes étaient solides, et que, pour une obscure raison, elle n’arrivait pas à reprendre sa véritable apparence. Elle vit ensuite la Sorcière approcher, et grogna à son approche, montrant les dents... Mais comprenant très bien ce qu’elle disait.

Certes, Cassandre n’avait pas repris une forme humaine depuis des années, mais, comme elle avait toujours usé de sa matière grise, elle n’était pas devenue plus bête. Et, même si elle n’avait pas parlé depuis longtemps, elle n’avait jamais véritablement oublié le langage, en espionnant les humains, en les écoutant, et en parvenant ainsi fréquemment à les piéger. Parler, en revanche, était plus difficile, et elle se racla la gorge, en fixant cette mystérieuse femme.

« Rrrrr... Moi... Tuer toi... Libre ! » grogna-t-elle.

Les mots venaient difficilement, mais on pouvait comprendre ce qu’elle voulait. Être libre... Ou elle la tuerait. En revanche, elle ignorait encore comment elle le ferait, mais... Cassandre n’aimait tout simplement pas être enchaînée !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Octobre 09, 2017, 12:34:24 »

Un large sourire parcouru le visage d'Anertha quand son esclave se mit à parler. Oh certes, elle peinait à aligner des mots, et semblait bien incapable de faire des phrases mais...et bien pour la sorcière, c'était suffisant en l'état. La capacité de parole indiquait une capacité à comprendre ce qu'elle disait, et que cette jeune femme était pourvue d'une intelligence encore au moins en partie humaine. Bien entendu, cette belle créature ne manqua pas de commettre sa première erreur en menaçant de mort Anertha, mais elle s'y était attendue de la part d'une Lycanne sauvage comme elle. Ses grognements et ses menaces eurent même pour effet de doucement la faire rire.

Me tuer ? Vraiment ? Et comment comptes-tu faire ma douce ?

Si elle avait été sous sa forme de Lycan, Anertha n'aurait jurée de rien, mais elle avait pris toutes les dispositions nécessaires. La paranoïa innée des elfes noirs les rendait très prudents, y compris quand il s'agissait de gérer des esclaves rebelles. La pauvre Cassandre était à genoux, une série de lourdes chaines en acier attachaient ses poignets et maintenait ses bras en l'air, au dessus de sa tête, tandis que ses chevilles étaient liées ensemble par de solides barres de contrainte qui maintenaient aussi ses jambes écartées, et l'empêcherait de se relever. Même si sa nature de Lycan la rendait bien plus forte sous sa forme actuelle qu'une humaine normale...elle était bien trop solidement attachée pour véritablement espérer se défaire de ses liens.
C'est donc sans crainte que la sorcière elfe noire s'approcha de sa victime, d'une démarche lente et chaloupée, très sensuelle.

Pour que des menaces aient un quelconque effet, il faut être capable de les mettre a exécution ma puce, ce qui n'est de toute évidence pas ton cas. Et puis, quand bien même tu te libèrerais...où penses-tu aller ?

Pour illustrer ses paroles, Anertha s'approcha alors de deux grandes portes vitrées, qui donnaient sur un balcon extérieur, qu'elle ouvrit. La lycanne était en bonne position pour voir le paysage...qui se composait exclusivement d'une mer déchaînée, de vagues, tandis qu'une tempête faisait rage dehors. Anertha n'eut besoin que de quelques secondes, et elle referma ensuite les portes, ramenant un silence relatif dans les appartements.

Nous sommes au beau milieu de l'océan, sur un navire comportant des dizaines de milliers des miens, et nous nous sommes déjà éloignés des côtes de tes terres. En conclusion ma chérie, tu n'a nulle part où aller...

Anertha s'était à nouveau approchée, mais cette fois glissa l'une de ses mains dans les cheveux de son esclave, et les tira en arrière pour redresser son visage, d'une poigne très ferme.

...et je tiens ta misérable vie entre mes mains. Autant dire que me menacer de mort n'était pas la décision la plus intelligente que tu aie pris. Mais je ne t'en veux pas. Tu es une petite sauvage qui ne connais encore rien des Druchii...tu va apprendre...

Anertha relâcha alors la tête de son esclave, avant de la contourner, et de se diriger vers une des étagères qui ornaient ses appartements. Il y avait énormément de grimoires et de manuscrits, mais quelques unes étaient des racks de rangement pour de multiples instruments de torture. Anertha était une elfe noire, mais plus que tout, une cultiste de Slaanesh, qui élevait la torture au rang d'art et de source de plaisir. Et autant dire qu'elle allait prendre un très, très grand plaisir à maltraiter cette petite sotte, et à lui apprendre le respect.

Que tu le veuilles ou non, je suis désormais ta maîtresse. Tu n'a pas plus de droits qu'un objet, c'est à dire aucun, et j'ai tous les droits sur ta personne. Il n'y a pas d'échappatoire à ta condition, mais comme tu est une sauvageonne, je vais devoir t'aider à accepter ta nouvelle condition.

Anertha se présenta donc dans le dos de son esclave, qui pouvait entendre de multiples cliquetis métalliques...avant de sentir une grande vague de douleur lui cisailler le dos, des pointes en acier arrachant, perçant et griffant sa peau, la faisant saigner. L'elfe noire avait sortie un martinet barbelé spécialement pour cette occasion. Ce n'était le genre d'outil qu'on utilisait uniquement sur les esclaves que l'on comptait de toutes manières tuer après usage, mais en tant que lycanne, cette petite effrontée possédait des capacités de régénération impressionnantes...que sa maîtresse comptait bien mettre à profit. Elle n'aurait aucun besoin de la ménager, il fallait même qu'elle se montre particulièrement violente pour pouvoir espérer la dresser, la briser.

Mais avant toute chose...tu punition pour m'avoir menacée, petite salope...

Un mélange de colère et d'excitation perverse la traversait, et à un niveau tel qu'il avait été rarement atteint. Cette lycanne la mettait dans tous ses états...autant dire qu'Anertha n'y irait pas avec le dos de la cuiller, et que son esclave allait vite comprendre que le terme de punition était un doux euphémisme.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #3 le: Octobre 09, 2017, 01:45:47 »

Cassandre était une fière Lycane, qui ne supportait pas de voir ses loups enchaînés. Elle s’était toujours battue contre ceux voulant la capturer, et, là, face à cette femme, à cette Sorcière, elle se dandinait sur place, grognant et sifflant, essayant de se transformer, de briser les chaînes la retenant... Mais sans aucun succès. Tout ce qu’elle contribua à faire, c’est amuser sa geôlière, qui patienta plusieurs minutes, avant de lui expliquer sa position. Sa liberté ? Mais elle était en pleine mer, et ce mot ne manqua pas d’effrayer Cassandre. La mer... Elle et les siens s’en étaient toujours éloignés, car ils ne savaient pas nager. Cassandre avait toujours vu l’eau comme un rempart infranchissable, un mur aquatique. Elle en avait même la phobie, alors, quand la Sorcière ouvrit la porte, et que Cassandre vit les flots déchaînés... Ses yeux s’écarquillèrent sous la peur, et elle tenta de battre en arrière en couinant, en sentant des embruns éclater sur son visage. La mer était démontée, et il pleuvait à torrent. De l’eau s’infiltra, ainsi qu’un vent très violent, puis la Sorcière referma la porte, avant de lui expliquer que, même si Cassandre arrivait à se libérer, elle n’avait aucun endroit où aller.

Ne sachant pas quoi faire, Cassandre fixa la femme avec des yeux assassins, et grogna encore quand cette dernière indiqua être sa « Maîtresse ». La jeune femme avait encore du mal à comprendre tout ce que sa geôlière disait, mais elle saisit l’idée, une idée qui provoquait en elle une profonde révulsion.

« Grrrrrr... Ksssssssssssssst... !! »

Jamais ! Elle était sûre de son fait ! Elle, se soumettre à cette Sorcière ?! Elle était chef de meute ! Elle grogna encore quand la Sorcière tira sur ses cheveux, et claqua vainement des dents, cherchant à mordre ses doigts, furieuse d’être réduite au statut de simple objet. Autant dire que, pour la dompter, la Druchii allait devoir employer les grands moyens... Et c’est d’ailleurs ce qu’elle fit. Cassandre ne la voyait pas dans son dos, mais entendit une série de cliquetis métalliques... Cassandre serra nerveusement les doigts, et...

...Un coup terrible frappa alors son dos, et elle écarquilla les yeux sous la douleur, et ne put retenir la douleur d’éclater en elle :

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! »

Quelle était cette chose ? Cette douleur terrible ? Elle sentait des crocs dans son dos, comme si des loups venaient de la mordre, ou, plutôt, de la griffer, mais avec un contact métallique qu’elle ignorait. Quand Anertha écarta son martinet barbelé, du sang se mit à couler le long des plaies de la Lycane, qui serra nerveusement les poings. Lors de la bataille, Anertha avait pu noter que la jeune femme disposait d’incroyables facultés régénératrices. Certains Lycans en étaient dotés, ce qui était le cas de Croc-Blanc. Le sang coulait, et Cassandre gémit encore... Puis le fouet s’abattit encore, et zébra son dos de pointes ensanglantées et de trous.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!! »

Cassandre ne pouvait rien faire d’autre qu’hurler en sentant une douleur terrible la transpercer, déchirant sa chair, faisant encore ruisseler son sang, tout en massacrant son dos. Sa chair éclatait à chaque coup. Le magnifique dos de Cassandre en devenait méconnaissable, car  ses plaies s’élargissaient à chaque coup, empêchant toute forme de cicatrisation. Cassandre en vomit même du sang à un moment, n’arrivant plus à hurler. Elle avait déjà souffert dans sa vie, et la seule scène lui rappelant la douleur qu’elle ressentait actuellement, c’était cette fois où elle avait affronté une meute de loups, seule, et avait été mordue à de multiples reprises.

La Lycane ferma les yeux, serrant les dents, le sang coulant le long de ses seins, et un autre coup la frappa encore, arrachant finalement un lambeau de peau, exhibant ses omoplates sanguinolents, les os perçant, nimbés de rouge. Cassandra tremblait nerveusement, et la marque ultime de sa souffrance, ce fut son humiliation quand des larmes coulèrent le long de ses joues. Des larmes de douleur, mais aussi de rage et de frustration, face à sa propre impuissance.

Cassandre ne pouvait tout simplement rien faire contre la Sorcière...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Octobre 09, 2017, 06:43:13 »

La vie d'esclave entre les mains d'une Druchii était une vie où la souffrance était une part non négligeable, et cette Lycane l'apprenait de la façon la plus dure qui soit, en la subissant. Anertha se montrait particulièrement cruelle, le martinet barbelé était parfois même considéré plus comme une arme que comme un instrument de torture, tant les blessures qu'il infligeait étaient graves. Un ou deux coups suffisaient à lacérer durement n'importe quelle partie du corps, mais l'elfe noire ne s'arrêta pas à simplement deux coups. La sorcière, pourtant, ne se laissait pas guider par une cruauté purement gratuite. Oh certes, elle prenait un très grand plaisir à mutiler cette femme qui ne reconnaissait pas son autorité, mais il y avait aussi une réflexion derrière. Anertha ne se faisait guère d'illusions, cette créature la détestait, et détestait sa nouvelle condition d'esclave. Si elle s'était trouvée libérée, il n'y avait aucun doute quand au fait qu'elle chercherait à se transformer, et à la déchiqueter avec ses armes naturelles, car elle était une chef de meute qui ne se soumettrais pas aisément. Des mots mielleux n'auraient eu aucun effet, alors Anertha suivait un plan somme toutes simple, mais qui faisait souvent effet...elle ne montrait aucune pitié vis à vis du moindre écart de comportement. Il fallait que pour la Lycane, les choses soient très claires, menacer d'une quelconque façon que ce soit sa Maîtresse serait férocement puni. Anertha comptait bien à terme réussir à s'attirer soit la loyauté et la crainte de cette créature, mais pour cela, il fallait d'abord briser en elle toute velléités de révolte.
Le martinet s'abattit à de nombreuses reprises sur le dos de la Lycane, Anertha ne laissant même pas le temps aux capacités régénératives de son esclave d'agir, car elle voulait la faire souffrir à un point tel qu'elle ne l'oublierait pas, la faire souffrir comme elle n'avait jamais souffert. Au bout d'un moment, les cris de douleur de l'esclave se muèrent en sanglots, et c'est alors qu'Anertha cessa d'user de son martinet, tout en le conservant dans sa main. Silencieuse, la Druchii marcha alors, lentement, faisant claquer ses talons au sol, pour contourner la Lycane afin de se présenter face à elle. Anertha saisit à nouveau son esclave par les cheveux, la forçant à relever la tête, pour qu'elle puisse voir son visage parcouru par un sourire mauvais et sadique.

Tu ne comprends pas encore tout ce que je te dis...mais assez pour comprendre que je te ferais subir ça à nouveau, si l'idée stupide de me menacer devait à nouveau te traverser l'esprit.

Il suffirait à la Lycane de juste un peu détourner les yeux pour voir le martinet que la Druchii tenait dans son autre main, les multiples lianes de fer et hérissées de barbelés, couvertes de sang et de bouts de chair arrachés.

Et encore petite sotte...j'ai été généreuse de m'attaquer à ton dos, tu va t'en remettre. La prochaine fois...

Les lianes métalliques étaient assez longues pour traîner au sol, ce qui permit à Anertha de glisser son pied afin d'en saisir sur le dessus de sa botte, et de le plaquer entre les cuisses de son esclave, soit tout juste contre son intimité, qui se verrait assaillir par la sensation de ces barbelés se fourrant contre ses lèvres intimes...une zone sensible par excellence. La Druchii toutefois ne pressa pas au point d'enfoncer les barbelés dans sa chair, pas à cet endroit...pas encore. Il lui suffit à ce moment de voir la Lycane se tendre nerveusement, tout en n'osant pas bouger de peur de faire frotter un peu trop les barbelés sur sa délicate fleur intime.

La prochaine fois c'est ici que je te fouetterais. Tu penses connaître la douleur car tu a vécu dans la nature, mais tu est loin d'imaginer tout ce que je peux faire endurer à une rebelle dans ton genre.

C'est alors que la Druchii entreprit d'avancer encore un peu son pied, les barbelés frottèrent assez contre l'intérieur de ses cuisses pour la faire saigner ça et là, et il touchaient ses lèvres intimes. Un seul geste un peu brusque de la part de l'elfe ou de la créature, et cette dernière aurait alors droit à une douleur comme elle n'en aurait jamais connu. L'effet souhaité était clair, que cette petite rebelle commence à cerner à quel point Anertha était vicieuse, et que la torturer ne la dérangerait absolument pas...au contraire, vu le sourire sadique qu'elle ne manquait pas d'arborer.

Supplie moi...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #5 le: Octobre 09, 2017, 09:08:10 »

La douleur était terrible, omniprésente. Le sang ruisselait partout, dégoulinant le long du dos de la femme, tombant sur ses jambes, sous le regard ravi et excité de la Sorcière. Cassandre n’avait jamais souffert autant. La douleur était telle qu’elle avait l’impression que son dos n’était plus qu’un champ de ruines... Ce qui n’était que l’exacte vérité. Anertha avait massacré le dos de la femme, le rouant de déchirures, arrachant des lambeaux de peau, exhibant plusieurs pointes osseuses, permettant de voir même sa colonne vertébrale par endroits. Les yeux de Cassandre en tremblaient, et elle entendait un bourdonnement sourd et dur dans ses oreilles. Ses yeux se voilaient de points noirs, et Cassandre cracha encore du sang, se refusant à tomber dans les pommes.

Entendant des cliquetis autour d’elle, elle vit la femme se rapprocher d’elle, en lui montrant l’arme du crime. De longues chaînes métalliques rouges, avec, ici et là, des bouts de peau collés. Ce truc rappelait à Cassandre les clôtures de certains enclos, quand elle tentait de manger les vaches à l’intérieur, et qu’elle se coupait sur les barbelés. Elle regarda encore la Sorcière, et entendit cette dernière lui parler... Et frémit quand elle sentit la botte ensanglantée de la femme se poser contre ses lèvres intimes. Malgré la torpeur qui assaillait son corps, et les terribles picotements qu’elle ressentait dans le dos, un frisson la parcourut. Elle avait déjà été assaillie ici par plusieurs mâles, et se rappelait de la terrible douleur qu’elle avait ressenti. Mais, à chaque fois, elle avait réussi à se défendre. Ici, elle ne put que sentir les pointes caresser sa peau.

En réalité, Anertha commençait sans doute à réaliser que, face à une telle rebelle, sauvage et dure, la douleur serait le seul moyen de la soumettre. Une douleur qui devrait s’inscrire dans la durée, et ce encore plus si elle voulait la convertir au culte de Slaanesh, un culte masochiste et cruel qui prônait le plaisir à travers la souffrance. Elle déglutit devant cette femme, mais, contrairement à ce qu’on pouvait penser, Cassandre n’était pas idiote. Elle était abandonnée en pleine mer, devant la Sorcière et son armée entière, avec la perspective de devenir un vulgaire animal de compagnie.

Alors... Mourir lui semblait être la seule perspective viable. Tout ce qu’elle avait à faire, c’était de faire comprendre à la Sorcière qu’elle ne se soumettrait pas. La mort, plutôt que l’humiliation ! Et, quand la femme demanda à ce que Cassandre la supplie, la réaction de cette dernière fut immédiate. Elle avait du mal à parler, tant elle souffrait... Mais elle répondit autrement.

Elle lui cracha à la figure. Un jet de salive tacheté de sang éclata sur la joue de la femme, et Cassandre la regarda en fronçant les sourcils, tâche d’autant plus difficile à faire qu’elle souffrait le martyr.

Jamais !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Octobre 10, 2017, 12:47:35 »

Il n'y avait pas vraiment une multitude de choix qui s'offraient à la Lycane, soit cette dernière finissait par se soumettre rapidement...ce qui n'aurait pas manqué de quelque peu décevoir Anertha, soit, et c'était ce à quoi elle s'était attendue, elle continuait à résister. Bien entendu, l'esclave fit ce deuxième choix, et le fit savoir d'une façon très simple mais très nette...elle cracha à la figure de l'elfe noire. Cette dernière recula un peu son visage, par pur réflèxe, en sentant ce postillon se poser sur l'une de ses joues. Elle relâcha alors sa prise sur les cheveux de son esclave pour glisser un doigt sur sa joue, afin de récupérer cette salive, quelque peu mêlée à du sang. Allait elle entrer dans une colère noire, qui l'amènerait à tuer cette Lycane ? C'était bien ce que cette dernière espérait après tout, mais ce ne fut, hélas pour elle, pas ce qui se produisit. Anertha laissa émettre un bref rire, avant de porter son doigt à ses lèvres pour le sucer.

Rebelle jusqu'au bout...bien. Le contraire m'aurait déçue.

Anertha appuya alors fermement son pied entre les cuisses de la Lycane, bourrant ainsi les barbelés directement contre l'intimité de la pauvre créature, qui devait alors sentir ses lèvres intimes se faire percer, pénétrer par ces terribles pointes de métal. Elle afficha un air mauvais en direction de son esclave, ainsi qu'un regard encore plus sadique qu'auparavant...

Hurle...

Tout en retirant son pied, Anertha tira alors d'un coup sec sur son martinet, ce qui n'allait pas manquer de provoquer une douleur encore une fois mémorable chez la Lycane. Les barbelés s'étaient enfoncés assez profondément dans sa chair intime pour que l'elfe noire n'aie plus à les maintenir avec son pied, et quand elle tira dessus, elle mutila la fleur intime de l'esclave.  Anertha passa un moment, à se délecter des hurlements et des gémissements de cette petite traînée, au point qu'elle commençait à sentir sa propre intimité s'humidifier...oh rarement elle avait autant pris son pied lors d'une séance de torture, qui était de plus loin, très loin d'être terminée.
La lycane tremblait de douleur, elle était faible, et Anertha profita de cette faiblesse pour poser sa main libre sur le menton de son esclave, lui empoignant la mâchoire pour la lui faire ouvrir, et lever son visage dans sa direction. La Druchii rendit alors la politesse à sa petite rebelle, en lui crachant dessus, mais directement dans sa bouche en visant le fond de sa gorge, afin de mêler l'humiliation à la terrible douleur qu'elle devait ressentir. Puis, elle se retira un moment, se glissant derrière sa proie, fouillant visiblement dans ce qui était son laboratoire d'alchimie portable, tout en laissant Cassandre gémir et agoniser. Cette dernière pourrait alors, peu de temps après que la Druchii ne revienne derrière elle, sentir un liquide couler le long de son dos, et que l'elfe noire versait sur elle. Un liquide de couleur violacée, épais, et qui la brûlerait...mais qui en même temps, refermait ses plaies à un rythme très rapide, au point qu'en moins d'une minute, le dos de Cassandre devait retrouver son état originel.

Tu me prends donc à ce point pour une idiote hum ? Tu crois que je ne vois pas clair dans ton petit jeu ? Tu espères qu'en me provoquant assez, je vais finir par te tuer...mais je n'ai pas l'intention de te tuer. Tu espère une mort qui ne viendra pas ma chérie, car j'ai tout à fait les moyens de te maintenir envie, et ainsi de te torturer comme bon me semble.

La voix suave, sensuelle, de la Druchii contrastait terriblement avec cette terrible vérité. Les Druchii étaient des maîtres de la torture, mais n'importe qui finissait inexorablement par être brisé, et souvent bien trop vite au goût du tortionnaire. C'était pour cette raison que les elfes noirs disposaient aussi de multiples moyens, la plupart magiques, pour soigner les blessures...et ainsi prolonger aussi longtemps que souhaité, l'agonie des pauvres âmes qui subissaient leurs tortures. Cassandre se rendrait vite compte qu'elle n'était pas au bout de ses peines, car en restant dans son dos, Anertha posa alors non pas un, mais deux martinets sur ses épaules, un sur chacune. Les lianes métalliques barbelées descendirent le long de ses seins, de son ventre, glissant entre et sur ses cuisses, accrochant la chair. Avec une lenteur calculée, Anertha fit alors remonter ces lianes le long du corps de Cassandre, écorchant ça et là son magnifique corps, échardant ses seins et son entrecuisse, tirant sur ses poils pubiens, la faisant saigner.

Tu...es...à MOI !!!!

Soudainement, Anertha tira sur ses martinets, blessant cette fois vraiment la Lycane, surtout au niveau de ses seins, et de ses épaules...avant de recommencer à lui fouetter le dos. Le liquide versé tantôt sur sa peau s'en était imprégné, et se mêlait aux capacités de régénération lycanne pour accélérer encore cette guérison...mais cela ne protègerait justement pas la créature de la douleur atroce qu'elle allait subir. Anertha la fouettait donc, alternant entre gauche et droite, à un rythme endiablé. Elle la frappait, encore, encore, encore, et encore, sans s'arrêter, plongeant l'esclave dans un tourment comme elle n'en avait jamais connu, tout en lui refusant la délivrance de la mort.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #7 le: Octobre 10, 2017, 01:20:49 »

Pour éduquer Cassandre, il ne fallait pas y aller doucement. Elle était une femme forte, rebelle, endurante, qui préférait la mort à la soumission. Mais ça, Anertha l’avait anticipé, et en tirait même plaisir. Des hurlements, elle en eut, car, malgré la fatigue que la Lycane commençait à ressentir, quand la Sorcière s’attaqua à son sexe, la douleur explosa en elle, et elle hurla encore, se crispant sur ses liens, poussant de nouveaux hurlements, à s’en rompre les cordes vocales. Cette douleur, cette douleur ! Elle n’aurait jamais pu imaginer concevoir une telle souffrance, une douleur qui remontait en elle, et la mettait dans un état terrible, à la limite de la démence. Elle se tortilla encore faiblement sur place, avant que la Sorcière ne relâche la pression. Elle avait mutilé le sexe de Cassandre, qui manqua s’écrouler sur place. En réalité, sans les chaînes pour la retenir, elle se serait écroulée sur le sol. Du sang coulait abondamment de ses plaies intimes.

La Sorcière s’écarta alors, et Cassandre resta silencieuse, l’esprit toujours embrumé, se sentant encore partir... Mais les sensations revinrent quand elle sentit un liquide sur son dos. La Lycane se mit à frémir, et se pinça les lèvres en sentant une saine chaleur dans son dos. La mixture, alliée à sa constitution lycanthrope, fit des merveilles, en permettant de cicatriser très rapidement sa peau. Ses plaies béantes se refermèrent  en quelques instants, mais ce soulagement eut aussi d’autres conséquences. Cassandre soupira en sentant sa peau aller mieux, ressentant une étonnante vague de plaisir, qui se heurtait toutefois à la souffrance terrible qu’elle ressentait à hauteur de ses cuisses.

« Hnnnn... Hnnnnn... »

Bien sûr, elle ne pouvait pas savoir que la mixture de la Sorcière était faite en usant de magie rose. Il ne s’agissait pas uniquement de soigner, mais aussi d’habituer les esclaves à un mélange de plaisir et de douleur, le tout porté à un très haut niveau. Et la Lycane était bien plus réceptive que n’importe quel autre humain. Étant une Lycane, elle avait un sens du toucher bien plus important que de simples humains, et la potion de la Sorcière était donc très efficace sur elle... Tant et si bien que sa fleur intime se reconstruisit également.

Mais la Sorcière n’en avait pas encore fini, et, semblant constater que sa proie reprenait du poil de la bête, entreprit d’utiliser du fil barbelé sur son corps. Cassandre se débattit encore, mais il s’agissait clairement d’oppositions formelles. La femme lui assura qu’elle ne comptait pas la laisser mourir, et la Lycane, suffisamment intelligente pour avoir peur, secoua la tête.

« N-Non... Non... Nooooooooooonnn... !! »

C’est tout ce qu’elle arrivait à dire pour exprimer son refus. Il s’agissait là de biens vaines paroles, car la Sorcière entreprit de poser les barbelés sur son corps, imprimant sa chair, la faisant saigner. Les fils passèrent sur ses seins, le long de son ventre, passant ensuite entre ses cuisses. Une véritable séance de bondage sanguinolente, où la douleur était omniprésente. Mais l’effet de la mixture continuait à agir, plaçant Cassandre dans une situation assez inexplicable.

La jeune femme réalisait intuitivement à quel point douleur et plaisir étaient les deux facettes d’une même pièce. Après tout, c’était les deux éléments permettant de se dire qu’on vivait. Il fallait bien comprendre que la douleur ne devenait pas plus supportable, ou moindre, mais qu’elle s’accompagnait de curieuses sensations... Et, quand la Sorcière vint à serrer les barbelés sur son corps, et à les planter dans sa chair, Cassandre hurla de douleur, tout en sentant sa mouille commencer à couler, se mélangeant à la douleur et au sang.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!! »

Retrouvant sa vitalité, Cassandre hurla alors, tandis que son dos fut à nouveau roué de coups, la Sorcière ne cherchant en aucun cas à la ménage. Les coups de fouet se multipliaient, et Cassandre hurlait et pleurait... Mais, au fur et à mesure que les coups pleuvaient, son corps se crispait... Et elle finit par avoir un orgasme, relâchant d’épais filaments de mouille le long de ses cuisses.

Que lui arrivait-il ? La Lycane n’y comprenait plus rien !
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Octobre 10, 2017, 08:16:32 »

Rebelle, forte, la Lycane ne pouvait pourtant pas faire le poids face à une Druchii, car si il y avait bien un peuple qui comprenait l'essence même de la douleur, c'était les elfes noirs. Anertha ravagea sans vérogne le dos de son esclave, l'entendant hurler, couiner, et à son plus grand plaisir, par moments...gémir. L'huile régénérante qu'elle avait versée sur son dos n'avait pas pour raison première d'être un aphrodisiaque, mais par l'essence même de la magie qui composait ce liquide, il agissait en partie comme tel...ce que les Druchii n'avaient jamais cherché à changer. Après tout, quelle plus grande humiliation pour une personne torturée que de finir par prendre du plaisir face aux sévices qu'on lui infligeait ? Sous l'effet de la douleur, l'esprit devenait plus fragile, plus malléable, et même les plus grandes fortes têtes pouvaient se mettre à douter de leur nature profonde. C'était, à terme, bien ce qu'Anertha avait comme objectif, et elle atteignit victorieusement la première étape.
En effet, après de multiples coups de barbelés dans son dos...la Lycane eut un bien bel orgasme. Son corps se tendit autant qu'il le pouvait, considérant les liens qui le retenaient, mais Anertha pouvait aisément faire la différence entre des cris de pure douleur, et ceux qui la mêlaient avec un plaisir sexuel coupable. Un tel orgasme était par ailleurs bien plus intense, car paradoxalement, la douleur ne faisait qu'amplifier la sensation de plaisir. C'était un réflexe inné, du corps comme de l'esprit, pour tenter de mitiger l'impact de la douleur qui pouvait être terrible, surtout à une dose aussi élevée comme à présent. Combiné à un léger effet aphrodisiaque de l'huile guérisseuse, les effets étaient tout simplement inévitables a moins de disposer d'une force mentale digne d'un Dieu, et toute aussi redoutable que soit la Lycane...elle n'avait pas de telles défenses.
Les coups d'Anertha cessèrent peu après l'orgasme de son esclave, qui avait bien joui, sa cyprine coula sur le sol, le long de ses cuisses, en se mélangeant à son sang.

Et bien ma toute douce...me voilà surprise. Je pensais te punir pour ton insolence, mais en réalité, tu aimes ce que je te fais !

Certes, sans les quelques artifices de sa magie, Anertha ne serait sans aucun doute pas parvenue à un tel résultat aussi rapidement...mais la Lycane n'avait pas besoin de savoir, et ne saurait jamais, ce léger détail. L'important était que la Druchii avait là une belle porte ouverte pour atteindre cette mutine dans son amour propre, car elle venait de la faire jouir en la torturant. Nul doute qu'une fois la surprise passée, elle allait commencer à se poser des questions, mais ce n'était pas là ce que la sorcière elfe noire souhaitait. Elle continua, au contraire, à la maintenir dans cette spirale de souffrance. En marchant lentement, en faisant claquer ses talons au sol, la Druchii tournait désormais autour de sa proie, en la fouettant à intervalles réguliers, un peu partout sur son corps.

N'essaye même pas de nier petite PUTE !!! Tu as joui, tu t'es lâchée telle une chienne en te faisant torturer. Tu joue les fortes têtes, les rebelles, mais tu cache en réalité bien ton jeu, ou tu te voile la face. La vérité, c'est que tu aimes qu'on te batte ! Tu aimes être une TRAÎNÉE !

Quand bien même la Lycane ne comprendrait pas la totalité de ce qu'elle disait, ça n'avait guère d'importance, il suffisait qu'elle comprenne les grandes lignes, et qu'elle saisisse son ton railleur, moqueur, afin que l'humiliation se fraye un chemin au plus profond de sa conscience, insidieusement, doucement. En continuant à se faire fouetter, et cette fois de toutes part, la Lycane ne sortirait pas de cette spirale de douleur...et de plaisir. Tournant autour d'elle, Anertha continua à la fouetter, encore et encore, vu que la régénération des plaies faisait pleinement son office. Le côté imprévisible de ses frappes, qui avaient lieu sur tout le corps de la Lycane, ainsi que leur force...devait au final l'amener à jouir une seconde fois, une seconde fois qui était d'ailleurs probablement encore plus importante que la première, car elle en était la confirmation.
Dans l'esprit torturé de la Lycane, voilé par la douleur, et cette étrange sensation de plaisir, cette deuxième fois allait commencer à avoir une effet dévastateur, car il ne pouvait plus s'agir d'un hasard, mais bien d'un fait établi. Se faire fouetter lui apportait du plaisir. C'était ça, cette idée, qui allait commencer à la briser.
Anertha cessa alors une nouvelle fois de frapper, contemplant l'état de son esclave, qui était couverte de sueur, de sang, il en était de même pour ses jambes, mais de la mouille s'ajoutait à ce mélange, s’agglutinant contre l'intérieur de ses cuisses et sur le sol en formant une belle flaque.

Cochonne, tu cachais vraiment bien ta nature profonde tout compte fait, hum ?

Il n'y eut toutefois pas de troisième vague de fouettage, car la douleur se devait d'être utilisée avec une certaine parcimonie dans le cas présent...et Anertha arrivait enfin à une étape qu'elle anticipait fermement depuis qu'elle avait mis la main sur cette créature. Elle déposa ses martinets encore ensanglantés, sur leurs racks de rangements, laissant pour plus tard le soin à un esclave de nettoyer ses outils. Et surtout, surtout, alors qu'elle tournait le dos à son esclave, Anertha entreprit de se déshabiller. La Druchii était une sublime créature, une beauté noire et fatale, aux formes grâcieuses et bien proportionnées, et il fallait bien l'avouer, après avoir passé autant de temps à se délecter de la souffrance de la Lycane...elle sentait d'autres besoins croître en elle, des besoins pour lesquels ses vêtements, même légers, seraient de trop. Lentement, sensuellement, elle ôta sa tenue dans son intégralité, offrant la vue de son dos, puis de face quand elle se retourna.
Arborant un léger sourire, elle se déplaca, n'hésitant pas à rouler des hanches, avant d'aller s'agenouiller dans le dos de son esclave, se collant à elle. Elle ne parla pas cette fois, mais ses mains se posèrent sur le corps de l'esclave, d'abord sur son ventre, avant de remonter doucement jusqu'à ses seins. Même couverte de sang et de sueur, elle demeurait belle, une beauté sauvage, au formes plus rondes et développées que sa maîtresse elfe...et qu'elle se faisait un plaisir de palper, et de pincer, certes rudement...mais en comparaison de ce qui avait précédé, nul doute que ces caresses fermes lui sembleraient douces.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #9 le: Octobre 11, 2017, 01:10:17 »

Ce... Ce n’était pas possible ! C’était sûrement un sortilège ! Cassandre ne voyait aucune autre explication, son corps ne pouvait pas la trahir comme ça. Elle était une fière guerrière, elle était Croc-Blanc, la Louve légendaire qui déchiquetait les corps de ses ennemis, les mettait en pièces, et hurlait à la lune. Et, pourtant, la Sorcière l’avait battu, humilié, et, tout ce que son corps avait réussi à produire, c’était un orgasme. Car, bien sûr, Cassandre savait très bien ce qu’elle ressentait. Des orgasmes, elle en avait souvent eu en se faisant saillir par les mâles de son clan. Mais là... Elle n’avait encore jamais ressenti, jamais ressenti des sensations aussi opposées. Alors qu’elle tremblait sur place, et que son corps en lambeaux se cicatrisait à nouveau, les barbelés cinglèrent à nouveau son dos, pendant que la Sorcière lui hurlait dessus, se moquait d’elle, essayant de lui faire admettre l’impensable. La Lycane secoua la tête devant les propos de la femme, et releva son visage.

Elle allait lui répondre, mais le fouet frappa son visage, coupant sa joue, et la fit hurler. Pour autant, ses yeux fixèrent rageusement, et elle répéta, quitte à hurler, le seul mot qui lui venait à l’esprit :

« N-Nooonnn... Nooonn... NOOOONNNN !! »

Non, non, non. Non à tout ça, non à toute cette folie, non à ce corps qui la trahissait, à ce sortilège qu’elle ne comprenait pas. Non au ton moqueur de cette femme, à son rire machiavélique, à cette lueur de plaisir démente qu’elle voyait dans les yeux de cette femme... Qui la fouetta alors. Le coup atteignit Cassandre au nez, et elle hurla encore, avant que les coups ne se remettent à pleuvoir. La Sorcière serra même encore plus fort les barbelés situés sur sa peau, entaillant parfois sur plusieurs millimètres de profondeur la chair de la femme, qui hurla encore, les yeux s’écarquillant parfois, en se dandinant... Mais remuer ne faisait que provoquer davantage de douleur, et, paradoxalement, encore, davantage de plaisir.

Le fouet claqua alors, ceignant ses fesses, puis ses chevilles, arrachant un morceau de chair, la déstabilisant. Sans les chaînes la retenant, Cassandre se serait effondrée sur le sol, et elle sentit ensuite le fouet claquer contre ses bras, les tuméfiant, aspergeant le sang. L’arme frappa ensuite sur son front, semblant ne devoir épargner aucune partie de son corps, et la Sorcière frappa à plusieurs reprises ici, jusqu’à ce que le sang n’aveugle la femme.

« Nooooonnnn... !! »

Et un autre coup la frappa aux lèvres, tranchant sa langue, faisant vomir encore du sang. Druchii, Anertha était une experte de la douleur. Elle savait précisément où frapper pour faire mal, sans trop endommager les organes vitaux. La torture, mine de rien, était tout un art, car il fallait combiner douleur et durée. Si la douleur était trop forte, le corps humain finissait par se relâcher, et, dans un réflexe ultime d’autodéfense, tombait dans le coma. On pouvait certes retarder ce moment, le prolonger, mais, sans expérience, il finissait toujours par finir. Là, Anertha veillait à répartir la douleur, afin de frapper les zones du corps qui commençaient à cicatriser. Tout était fait pour que Cassandre ait mal partout.

Pendant cette longue séance, le plaisir continuait à venir, encore et encore. À chaque fois que les plaies de Cassandre se cicatrisaient, elle ressentait son corps aller mieux. Est-ce qu’elle aimait vraiment ça ?

*Pas possible... Ce n’est pas possible...*

Mais elle ne savait plus ! Cassandre raisonnait comme un loup, ou, plutôt, comme un animal, se fiant d’abord à ses instincts corporels, puis ensuite à ses capacités de réflexion. Autrement dit, elle avait une confiance totale dans les réactions de son corps. Et là, son corps était en contradiction avec ses émotions. Elle n’avait jamais été aussi désorientée, jamais autant paniquée, ce qui fit qu’elle se mit à pleurer, tout en sentant un orgasme revenir, car les coups de fouet se multipliaient.

La Sorcière serra les barbelés sur son corps plus fort que jamais, et, quand le fouet claqua sur ses fesses, elle sentit l’orgasme la traverser encore. Cassandre resta ensuite inerte, complètement désarticulée. Les dents de Cassandre claquaient nerveusement. Même avec sa constitution surnaturelle, elle était à bout, à la limite de ce que son corps pouvait endurer. Les barbelés se retirèrent alors lentement de son corps, craquelant légèrement sa peau. Ils étaient recouverts de sang, et, quand ils tombèrent, le résultat n’était pas spécialement beau à voir.

Le corps de Cassandre était parcouru de traînées rouges, des lignes qui marquaient sa chair. Elle reprenait peu à peu sa respiration, et entendit encore la femme claquer les talons, se mettant devant elle. Elle rangeait ses armes, lui tournant le dos, et, très lentement, se déshabilla. Cassandre la regarda silencieusement, sans rien dire... Et la vit se déshabiller intégralement. Lentement, la femme se délesta de tout ce qu’elle portait, ôtant sa jupe rouge, puis son soutien-gorge écailleux, et ses longues bottes, avant de se retourner vers elle.

Cassandre déglutit. Elle aimait ce genre de corps. Quand elle était Croc-Blanc, il lui arrivait parfois de capturer des humains, belles comme elle, et de les saillir. Bien sûr, elle n’avait pas de verge, mais elle disposait de son corps, de ses crocs, et les léchait fermement, ou les offrait à ses mâles... Et, quand la frustration était trop forte, elle dévorait ses proies, et c’était alors à ce moment qu’elle ressentait un plaisir féroce. Inconsciemment d’ailleurs, si les tortures d’Anertha avaient si bien marché, c’était parce que, au fond d’elle-même, Cassandre avait toujours aimé la violence, car elle était, sexuellement parlant, horriblement frustrée.

La femme observa les fesses de la Sorcière, ses longues jambes, puis ses seins, et cette dernière se glissa ensuite dans son dos. Le corps de Cassandre commençait déjà à aller mieux, mais restait encore couvert de sang. Ses tétons s’étaient reformés, et en étaient devenus sensibles. Quand les doigts fins et élégants de la Sorcière se posèrent dessus, Cassandre se mit à gémir.

« N-Nnnnnnnn... Nnnnooonnn... Noooooonnn... »

C’est tout ce qu’elle arrivait encore à dire, péniblement, mais, vu le durcissement de ses tétons, Anertha comprendrait sans peine que, là encore, Cassandre ressentait une pointe terrible d’excitation. Son corps la trahissait, là encore, et ce n’était même pas tant la faute de la mixture de la femme, que du fait que, depuis des années, Cassandre était restée sous sa forme de Lycane. Elle n’avait jamais pris soin de s’occuper de son corps, ce qui avait justifié en grande partie l’agressivité dont elle faisait habituellement preuve.

Et là, dans son état de faiblesse, elle ne pouvait tout simplement rien faire que de gémir faiblement, essayant en vain de lutter contre le torrent de plaisir qui se déversait en elle...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Octobre 11, 2017, 12:59:18 »

Oui, oh oui, la stratégie d'Anertha était en train de porter ses fruits. Elle en avait désormais la conviction, ce n'était plus qu'une question de temps avant que cette Lycane ne se mette d'elle même à genoux pour lui lécher les pieds, et se soumettre. La Druchii n'en avait pas été certaine au début, lorsqu'elle avait décidé de s'approprier cette terrible créature, qui se plaçait tout de même assez haut en terme de prédateur sur l'échelle alimentaire. Il était aisé de dominer une créature ayant un naturel de proie...bien moins quand elle avait une nature de prédateur. Mais là, alors qu'Anertha se trouvait lovée dans le dos de son esclave, son corps nu contre le sien...elle avait désormais bel et bien la certitude qu'elle allait être sienne. Oh bien sûr, elle continuait de gémir ses "non", mais de plus en plus, il semblaient d'avantage destinés à tâcher de se convaincre elle même qu'elle ne ressentait pas ce qu'elle ressentait...mais Anertha n'était absolument pas dupe. Comment aurait-elle pu l'être, alors que ses genoux étaient posés dans une flaque de cyprine, que la Lycane avait créée en jouissant comme une petite folle ? Il était évident qu'une très forte frustration sexuelle l'habitait, elle avait du passer des années à vivre comme une bête, et dans la nature à 'état primaire, le sexe n'avait qu'un but de reproduction...ce qui était insuffisant pour toute créature dotée même ne serais-ce que d'un semblant de conscience, et donc  d'envies et de désirs.
C'était ça qu'Anertha était en train d'attaquer à présent, et avec succès. La Druchii n'avait pas manqué de remarquer le regard de la Lycane sur son corps nu, lorsqu'elle s'était déshabillée, un regard qui avait trahi une attirance. Il fallait dire que, toute aussi cruelle soit-elle, Anertha était une véritable beauté, qu'elle exacerbait encore par une attitude très sensuelle, mais aussi par une connaissance parfaite du corps humain...comme elle en faisait la démonstration sur celui de Cassandre. Ses mains s'étaient donc posées sur ses seins, les empoignant, les moulant avec ses doigts, pincant et tirant sur ses tétons. Ils étaient terriblement durcis, et pendant qu'elle s'amusait à les soupeser et à les caresser, la Druchii se lovait contre le dos de son esclave, en frottant délicatement sa délicieuse peau contre celle de la Lycane. Qu'elle soit couverte de sang et de sueur ne la dérangeait pas, car elle n'avait jamais considérée le sexe comme quelque chose devant être asceptisé et propre, les ébats avec Anertha étaient toujours riches en sang, en sueur, et en fluides intimes, cette fois ne faisait clairement pas exception.

Non ? Comment peux-tu encore essayer de te convaincre que tu n'aimes pas ça, petite cochonne ?

Elle riait doucement, avant de remonter l'une de ses mains pour encore une fois attraper la Lycane par les cheveux, tirant de façon à amener sa tête un peu plus en arrière, et les lèvres de la Druchii juste à côté du lobe de son oreille, qu'elle se mit à mordre.

Ces tremblements, ces soupirs que tu pousse, tes seins qui sont durs...et les deux orgasmes que tu as eu. Je suis agenouillée dans ta mouille ma chérie, toi et moi, nous trempons dedans...je n'ai jamais vu une esclave jouir autant en se faisant battre.

Elle lui sussurait ces mots à l'oreille, qu'elle léchait et mordait de temps à autres, tandis que son autre main délaissa elle aussi ses seins...pour commencer à descendre, suivant la route du ventre pour aller encore plus bas, avec une lenteur toute calculée. Les doigts de l'elfe noire se glissèrent dans la touffe de poils pubiens de la Lycane, qu'elle tira brièvement, sèchement, avant de descendre encore jusqu'à se fourrer entre ses cuisses, et atteindre ses lèvres intimes. Anertha fourra alors délicatement deux doigts dans l'intimité dégoulinante de Cassandre, entreprenant de la doigter sensuellement.

Tu ne peux nier l'évidence ma jolie, ton corps ne se ment pas à lui même, il ne ment jamais. Et il me dit...il me dit que tu aimes ce que je te fais, que tu l'aimes à la folie. Hmmmmmm...

Après quelques secondes à peine, Anertha retira ses doigts de l'intimité de la Lycane, et elle releva sa main pour la présenter juste en face du visage de Cassandre, pour qu'elle voie. Qu'elle voie ses doigts trempés de cyprine, de "sa" cyprine.

Voilà...voilà la vérité ma chérie. Celle que tu cherche à nier, mais qui s'imposera de toutes manières à toi...ta vraie nature, profonde, que tu n'a jamais voulue admettre...

Anertha écartait ses doigts et les rapprochait, afin de mettre l'accent sur les filaments de mouille qui collaient dessus, tandis qu'elle rapprocha encore ses lèvres de l'oreille de la Lycane, pour lui murmurer cette vérité, comme un secret honteux.

Tu as toujours espérée, au fond, trouver une personne comme moi, pour te soumettre à elle...complètement. Tu n'aurais pas joui à mes coups si ce n'était pas le cas, ma puce. Tous les "non" que tu pourra pousser ne changeront rien au fait que tu es, au fond, une petite perverse qui "adore" être soumise.

La Druchii remordit alors son oreille, tout en replongeant sa main entre les cuisses de la Lycane, afin de la doigter à nouveau. Les va et viens de ses doigts dans cette intimité trempée provoquaient des bruits spongieux, très audibles malgré les gémissements de la Lycane, des bruits qui ne manqueraient sans doute pas de provoquer une intense gêne chez elle, mais surtout de donner encore un peu plus de crédit aux paroles que la Druchii lui sussurait à l'oreille. Cassandre n'en était toutefois pas au bout de ses peines, car Anertha n'avait pas l'intention de juste la faire jouir en la doigtant.
En la sentant arriver proche de l'orgasme une nouvelle fois, Anertha arrêta de la doigter, elle laissa juste ses doigts fourrés dans son intimité, mais ne les remuait plus. Elle attendait que la vague ne redescende, avant de recommencer, puis de s'arrêter à nouveau, et ainsi de suite. Cassandre était aux portes de l'orgasme, sans jamais l'atteindre, car la Druchii lui interdisait de jouir, en s'arrêtant à chaque fois juste à temps. Et encore une fois, elle se déléctait de cette souffrance terrible qui allait être celle de son esclave.

Je peux te maintenir dans cet état autant de temps que je le souhaites ma puce. Et je crois que c'est ce que je vais faire, car tu as été très, très vilaine avec moi. A moins que...

Elle laissa alors quelques secondes s'écouler, le temps pour la Lycane de rester suspendue à ses paroles.

A moins que tu ne me supplie, comme une gentille fille...supplie moi...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #11 le: Octobre 12, 2017, 07:49:21 »

Cassandre ne s’était jamais sentie aussi faible, et aussi impuissante. Cette femme... Elle n’avait rien à voir avec tout ce que Cassandre avait connu ! Elle avait pourtant affronté des humains pernicieux et redoutables, mais... Rien de comparable à elle ! La Sorcière lui faisait horreur, elle avait envie de la tuer, de la déchiqueter, de la massacrer... Mais, en même temps, elle revoyait encore ses formes langoureuses, et songeait encore à ce que son corps avait tenté de lui dire. Car son corps avait aimé cette punition. Et Cassandre réagissait davantage comme une louve que comme une humaine. Or, quand un loup-Alpha tombait sur plus fort que lui, il se soumettait instinctivement... Ou était tué. Dans la Nature, il n’y avait pas de place pour les faux-semblants, tout simplement. Et Cassandre commençait à réaliser qu’elle était totalement impuissante face à la Sorcière. Elle avait confondu « fierté » et « arrogance » en la défiant ainsi. Dès el moment où la Sorcière l’avait vaincu, Cassandre aurait dû reconnaître sa supériorité.

Elle gémit alors quand la femme la doigta, tout en l’écoutant parler. Ça aussi, elle ne pouvait pas le nier... Les délicieux mordillements de la femme, son maigre corps se heurtant au sien, ses lèvres lui infligeant de la douleur, une douleur exquise, et ses doigts, ses doigts qui... Cassandre gémit encore. Elle n’avait jamais ressenti un tel doigté. Quand elle faisait l’amour sous sa forme animale, c’était vraiment très différent, rien à voir avec ça, avec ces sensations jouissives incroyables qui se diluaient en elle.

« Gnnnnn... !! »

Cassandre glapissait et gémissait lentement, tout en voyant les doigts de la Sorcière remuer devant elle, montrant sa mouille. Cassandre rougit en soupirant, ses seins toujours très durs. Comment nier l’évidence même ? Elle sentit ensuite la Sorcière recommencer à lui faire du bien, et, cette fois, il n’y eut plus de « non ». Pour la jeune Lycane, ça faisait tout simplement trop.

« Hmmmmmm... Haaaaaaaaaaaa... Haaaaaaaaaaaaa... !! »

Cette fois, Cassandre gémissait clairement de plaisir, mais, rapidement, elle sentit les doigts de la Sorcière s’arrêter, l’empêchant de jouir, ce qui la fit couiner. Elle se débattit encore, furieuse d’arriver si près du plaisir suprême, de tout ce que son corps réclamait. Elle en grogna même, et gémit encore quand la Sorcière recommença à la masturber. Petit à petit, Cassandre tombait complètement sous son contrôle, sans pouvoir sérieusement espérer lutter contre elle, et, encore une fois, la Sorcière la frustra, en lui reufsant son plaisir.

« Grrrrr... Gnnnnnnnnnnnnn... !! »

De vains soupirs, encore une fois, car la Sorcière attendait que Cassandre la supplie. La jeune Lycane ferma les yeux, comprenant très bien ce que la Sorcière voulait... Mais c’était bien à cause de son aveuglement qu’elle en était là. Elle avait perdu, et elle ne pouvait pas nier ce simple état de fait. Elle soupira donc encore, et parla, lentement, d’une voix faible et épuisée :

« Pi... Pitié... Maî-Maîtresse... ! »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Octobre 14, 2017, 01:00:26 »

Anertha ne s'était initialement pas attendue à faire des progrès aussi rapide avec cette Lycane, oh il lui restait certes encore beaucoup de travail, mais elle s'était honnêtement attendue à ce qu'elle continue à lui résister...sauf que c'est l'exact inverse qui se produisit, ce qui ne manqua pas d'arracher un franc sourire à l'elfe noire.

Oh ma chérie ! Tu vois, tu peux être une gentille fille lorsque tu le souhaites...

La Lycane venait de la supplier, mais pas seulement, elle venait aussi de reconnaître sa soumission, en l'appelant maîtresse, un mot qui résonna délicieusement dans les oreilles pointues de la Druchii. Elle l'avait dit d'une voix faible, écrasée sous le poids de la frustration et de la fatigue, car Anertha ne la ménageait pas...mais elle l'avait dit. C'était une première étape importante, que l'esclave reconnaisse sa situation. Anertha retourna alors lui mordiller le lobe de l'oreille, cette fois un petit peu plus tendrement, avant de lui parler, d'une voix mielleuse et sensuelle.

Et voilà ce que je daigne accorder aux gentilles filles...

Anertha remua à nouveau ses doigts dans l'intimité de la Lycane, un troisième venant rejoindre les deux qui la pénétraient déjà. De long filets de mouille coulaient sur sa main, le long de son poignet, avant de tomber en de lourdes gouttes sur le sol. Mais cette fois, en sentant la Lycane se crisper, s'approcher de l'orgasme, la Druchii accéléra le rythme au lieu de s'arrêter. Il s'agissait, le plus simplement du monde, de récompenser une bonne conduite, comme n'importe quelle technique de dressage, mais à quelques exceptions près. Mais effectivement, cette fois, Anertha n'allait pas empêcher son esclave d'avoir son orgasme, qu'elle ne tarda effectivement pas à contracter sous le doigtage expert qu'elle subissait.
Lorsqu'elle retira ensuite sa main, Anertha ne manqua pas de la faire à nouveau passer dans le champ de vision de la Lycane. Cette fois, sa main entière, ainsi qu'une partie de son avant-bras, était couverts de la cyprine de la louve qui avait joui fortement, qui s'était "relâchée" sous les caresses de sa maîtresse.

Je suis prête à parier que tu n'a jamais eu d'orgasme aussi intense, petite coquine. Tu aimes ce que je te fais n'est-ce pas ? Tu aimes la façon dont ta maîtresse s'occupe de toi, ta délicieuse maîtresse...

Maintenant que l'idée s'était implantée dans l'esprit de la Lycane, Anertha avait l'intention de la faire fleurir et se développer. L'opportunité d'effectivement disposer d'une esclave Lycane dévouée venait soudainement de devenir très probable, car Anertha allait la soumettre par la douleur et le sexe...qui chez la Lycane allaient être entremêlés. Tout en essuyant délicatement sa main trempée de mouille sur le ventre de son esclave, Anertha imaginait toutes les possibilités qu'une telle créature pouvait impliquer. Elle était très clairement ignorante de ses propres désirs, refoulés, mais que la Druchii venait de faire sortir en plein jour, et elle jouait pleinement sur ça.

Tu ignorais tes propres désirs ma puce. Une tolérance à la douleur, ça ne s'invente pas comme ça, mais je te comprends...tu as vécu dans la nature, et le sexe y est simple...basique. C'est un tout autre monde que je vais te faire découvrir, un monde dont tu ne soupçonnais même pas l'existence, et tu va jouir ma belle, ta maîtresse va te faire jouir comme une folle, encore et encore.

Elle se releva alors, et tout en se saisissant d'une serviette pour essuyer sa main, Anertha offrit à nouveau à la Lycane la vue de son superbe corps, aussi parfait qu'une sculpture fait par les mains d'un maître artiste.

Il y a une leçon à tirer de ce que tu viens de vivre ma chérie. Une règle qui sera valable pour chaque instant de ta vie à mon service, désormais. Je peux être la plus aimante des maîtresses, comme la plus cruelle. Ce que tu as subi de mes mains, en bien comme en mal, n'était qu'une partie de ce que je suis capable de te faire subir.

Elle se rapprocha alors à nouveau face à elle, cette fois, et s'agenouilla pour lui faire effectivement face, plaçant son visage juste en face du sien.

Je suis l'Alpha, et tu es ma soumise. Reconnais ce fait simple, soit une esclave loyale et dévouée, et je te traiterais en retour correctement. Tu sera mon amante, et ma garde du corps, tu sera lavée, nourrie, et tu aura même droit à une certaine liberté de mouvement. En revanche, si tu te rebelle...tu ne disposera d'aucun de ces privilèges. Tu passera le reste de ta misérable existence attachée à ces chaines, et je m'assurerais personnellement que chaque Druchii sur cette arche puisse venir profiter de toi. Tu ne sera rien de plus qu'un bout de viande que l'on pourra venir fourrer à loisir, et lorsque tu en aura perdu la raison, je balancerais ton corps à la mer pour servir de nourriture aux poissons.

Un destin terrible, car Anertha était absolument capable de briser quelqu'un au point de le faire devenir fou, et de n'en faire guère plus qu'une coquille vide. Mais elle pensait bien que cette Lycane était suffisamment intelligente pour se rendre compte que le choix était déjà fait. Loin de ne lui présenter que le bâton, Anertha l'avait aussi récompensée lorsqu'elle s'était enfin décidée à se soumettre. Mais là, là le véritable test allait avoir lieu. En effet Anertha se remit à nouveau debout, et enjamba le corps de la Lycane, tout en empoignant les chaines pour se maintenir en équilibre. Concrètement, Anertha venait de s'asseoir sur les épaules de son esclave, dont la tête se trouvait entre les cuisses de la Druchii, qui lui présentait ainsi sa magnifique intimité, imberbe, aux lèvres intimes sublimement sculptées, et suintant un peu de cyprine.

Tu sais ce qu'il te reste à faire, ma chérie...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Administrateur
-
*****
Messages: 7435

avatar


Voir le profil
Fiche
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #13 le: Octobre 14, 2017, 05:47:38 »

Confus, confus... Tout était brouillé ! Elle n’arrivait pas à réfléchir, elle ne comprenait pas... Comment pouvait-elle passer d’une extrême douleur à des sensations pareilles ? Son corps ne lui répondait plus, réagissait sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Tout ce qu’elle savait, en ce moment, c’est qu’elle avait soif, très soif à hauteur du sexe. Elle voulait que la Sorcière la libère de sa souffrance ici, et, dans cet état de confusion, avait donc supplié cette dernière. Mais Cassandre, dans sa situation, réalisait-elle vraiment la portée de son engagement ? On était très largement en droit d’en douter... Mais, au-delà de son trouble sexuel, Cassandre était réellement marquée par la Sorcière. Elle n’avait pas pu la prendre au sérieux, au début, vu son corps maigre, sa faible constitution. Pour Cassandre, ces éléments faisaient de la Sorcière une proie plus qu’autre chose, mais la Sorcière l’avait vaincue, et l’avait humiliée. Cassandre ne pouvait nier sa puissance, tout simplement.

Et, maintenant qu’elle s’avouait vaincue, elle couina encore en sentant la Sorcière lui faire du bien, venant la pousser jusqu’à l’orgasme. Cassandre ne fit évidemment rien pour s’y opposer, bien au contraire. Tout son corps frémissait sous les assauts digitaux de la femme. Elle retournait glisser ses doigts, et la Lycane gémit encore, encore et encore, succombant devant ce plaisir exquis.

« Haaaaa... Mraaaaawwww... »

Aussi douce qu’une petite chatte, Cassandre ne pouvait pas lutter. Oui, elle n’avait jamais ressenti ce genre de sensations, d’émotions... Et tout ça la maintenait en transe, dans un état proche du craquage. La Sorcière recommença à la titiller, et glissa un nouveau doigt. Les glapissements de Cassandre s’accentuèrent, s’approfondirent... Et une terrible vague de plaisir vint à la submerger, se diluant dans tout son corps. Elle en frémit sur place, avant de brusquement se relâcher, atteignant un nouvel orgasme, mais qui fut bien plus intense que les deux autres, puisqu’elle n’avait plus de barbelé martelant sa douce peau. Cet orgasme-ci fut un orgasme de plaisir, qu’elle eut dans un long cri, avant de se sentir partir pendant de longues secondes, crachant de multiples filaments de cyprine sur la main de la femme.

Cassandre jouit donc, et tout son corps se détendit ensuite. Épuisée, elle semblait avoir perdu toute combativité, et entendit ensuite la Sorcière lui parler, pendant qu’elle lui montrait sa main et son avant-bras couverts de sa mouille. Devant ce curieux spectacle, Cassandre rougit, tout en reprenant ses esprits, et sans oser parler. La Sorcière se releva ensuite, et se plaça devant elle, lui rappelant ce que Cassandre avait dit, et lui expliqua que, si elle se montrait douce, la Sorcière serait gentille avec elle. Mais, dans le cas contraire, ce qu’elle avait subi tantôt ne serait qu’un avant-goût, et la Sorcière n’hésiterait pas à la jeter à la mer.

La Lycane était intelligente, suffisamment pour comprendre qu’elle n’avait rien à gagner à s’opposer à la femme, si ce n’est recevoir des coups. Elle déglutit donc, un peu effrayée, et vit ensuite cette dernière se rapprocher, exhibant son corps magnifique devant elle. Cassandre avait toujours aimé les belles formes de femmes, les longues jambes... La Sorcière, en réalité, sans sa magie, aurait sûrement été l’une de ses meilleures concubines, tant elle était belle. Cassandre gémit et soupira en la sentant écarter un peu ses bras, tout en posant ses cuisses sur elle. La Lycane grogna un peu, sentant le poids de la Sorcière sur ses épaules, et constata qu’elle s’était assise sur elle, plaquant contre son visage son sexe.

« Haaaaa... »

Elle pouvait mordre, et l’idée lui traversa même l’esprit... Mais la prudence préféra ensuite s’imposer à elle. Elle sentit les cuisses de la femme contre son nez, sa peau se heurter à la sienne... Et elle lécha. Sa langue fila dans l’intimité de la Sorcière, et elle la remua, tout en restant calme. Cassandre, toutefois, ne savait vraiment pas comment s’y prendre. Le clitoris ? Pour elle, c’était une grande inconnue, elle ne voyait qu’une fente à lécher pour prodiguer du plaisir, et c’est ce qu’elle fit.

La Lycane se mit à lécher, activement, remuant sa langue, autant qu’elle pouvait le faire...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Complément de script : La Saga De La Tour Sombre
Yulia Vesselovski
Modérateur
-
*****
Messages: 833

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Janvier 31, 2018, 02:19:21 »

C'était un test, et il n'était pas sans risques, considérant à quel point cette lycanne avait été une petite peste résistante, face à la douleur. Anertha prenait le risque de se faire mordre en se positionnant ainsi, et même si, bien sûr, elle se serait soignée grâce à la magie pour ensuite mettre ses menaces à éxecution, la Druchii n'avait guère envie que ce cas de figure se présente. Elle "voulait" de cette esclave, la dresser de façon à en faire une petite docile à son égard, car le but n'était pas de la garder enchaînée à vie, mais au contraire d'en faire une amante régulière, et une redoutable garde du corps. Celà ne se ferait pas en un jour, celà, l'elfe noire en était bien consciente, mais l'inexpérience sexuelle de sa nouvelle esclave jouait clairement en sa faveur, et en l'espace de peu de temps elle venait d'obtenir des résultats très intéressants.
Des résultats, qui l'amenèrent à prendre ce risque, celui de prendre place sur les épaules de la lycane, afin de lui "offrir" son intimité. Un bref moment de tension, avant que la jeune lycane aux cheveux blancs n'approche ses lèvres de l'intimité de sa maîtresse, et commence à lécher.

Huuuuum...Ouw ma petite puce...

L'elfe noire se crispa légèrement en sentant la langue humide et chaude de son esclave se fourrer dans sa douce et délicate intimité, et déplaça l'une de ses mains pour la glisser dans les cheveux de la lycane, et les empoigner. Elle entreprit également de remuer délicatement son bassin, alors que de délicieux bruits de lèchements s'échappaient de son entrejambe. L'esclave fit encore une fois la preuve de son inexpérience sexuelle, car si elle léchait bien la moule de sa maîtresse, elle semblait passer à côté de son clitoris, comme si elle ignorait son existence...ce qui ne semblait pas impossible, vu à quel point la lycane était peu au fait de ses propres désirs et fantasmes...de vraies portes ouvertes dans lesquelles la Druchii allait s'infiltrer pour la dresser, et la soumettre  sa volonté. Toutefois, même si l'esclave se montrait somme toute assez maladroite, ses coups de langue contribuèrent quand même à exciter sa maîtresse, qui l'était déjà après l'avoir battue, et avoir réussi une première phase de dressage somme toute...couronnée de succès.

Ha...Hmmmm...

Anertha caressait la tête de la lycane, grattant sa tête à l'aide de ses longs ongles...félicitant ainsi sa petite chienne pour son bon comportement. Elle ondulait aussi très sensuellement son bassin, tout en reserrant quelque peu ses cuisses, afin de renfoncer son emprise autour de la tête de son esclave, afin qu'elle soit "prise au piège" dans un cocon de chair et de chaleur...
Mais un moment qui fut bien rapidement brisé. La porte des quartiers de la sorcière s'ouvrit, ce qui lui fit rapidement tourner la tête. Un Druchii en armure complète, noire, couverte de piquants, se trouvait dans le pas de la porte.

Vous êtes demandée dans le noyau de l'Arche sorcière, ordre du capitaine, tout de suite.

Le soldat referma alors la porte aussi rapidement qu'il était venu, laissant la sorcière dans un état de...frustration. Elle commençait à éprouver du plaisir, mais elle savait qu'elle ne pouvait pas refuser un ordre direct du capitaine de l'Arche...elle grogna donc, puis se dégagea des épaules de son esclave.

Ma chérie, je crains fort que des obligations m'appellent, nous allons devoir remettre notre petit entretien à...plus tard. Tiens toi tranquille.

Anertha tira sur le système de levier contrôlant les chaines retenant la lycane, de façon à la relever, puis elle défit les barres qui liaient ses chevilles en écartant ses jambes. Précautionneusement, elle défit alors les liens qui retenaient les poignets de son esclave, avant de les attacher dans son dos à l'aide de menottes faits d'un acier très résistant.

Tu as été une bonne chienne, mais je ne te fais pas encore confiance pour te laisser en semi-liberté ma puce. Tu va donc m'attendre dans un endroit dont je suis certaine que tu ne pourra pas t'échapper...mais ne t'en fait pas, vu le plaisir que tu prends à souffrir, tu va adorer ça.

Elle mena donc la lycane jusqu'à une imposante vierge de fer, encore ouverte, mais dont les parois intérieures étaient hérissées de pics en acier, des centaines...et elle la fit rentrer dedans.

J'en aurais probablement pour quelques heures, mais ma petite huile va continuer à augmenter tes capacités de régénération pendant ce temps alors...profite bien, petite coquine.
Puis elle referma la vierge de fer, laissant la lycane prisonnière dedans.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox