Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

La Reine des Lames (Valiprimée ♥)

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Sarah Kerrigan

Créature

La Reine des Lames (Valiprimée ♥)

mardi 29 janvier 2013, 00:36:14

Devant la longueur de ma fiche, j’ai décidé d’inclure un résumé rapide de cette dernière, qui est en fait une fiche de présentation classique. Ce qui suit la fiche est une sorte de développement-RP de cette dernière, un approfondissement, qui constitue aussi l’introduction de la vie de Sarah Kerrigan. Lire ce gros morceau n’est donc pas nécessaire pour appréhender ce personnage, mais vous en apprendrez plus sur elle.

FICHE DE PRÉSENTATION

Nom/Prénom : Elle n’en a plus.
Surnom : Reine des Lames – Sarah (Louise) Kerrigan, son ancien nom.
Âge : 26 ans
Sexe : Femme, de base. Mais elle peut se transformer en homme
Race : Formienne humanoïde
Orientation sexuelle : Tout ce qui se fécond
Expérience sexuelle : Vous n’avez pas envie d’en savoir plus

Physique :

Jadis, Sarah était une belle femme rousse athlétique au corps fin. Jadis... De ce passé lointain, elle ne conserve plus grand-chose. Elle dispose désormais d'une apparence formienne. Sarah est une femme à la beauté bestiale, qui impressionne autant qu’elle attire. Elle dispose de curieuses ailes arachnides dans le dos, qui sont des excroissances de son propre corps.

Sarah n’a pas d’apparence humaine spécifique à proprement parler, car elle est polymorphe. Elle adapte donc la forme qu’elle veut, disposant pour cela de la banque génétique extrêmement riche de la Fourmilière. Pour être plus précis, elle est ainsi une semi-Terramorphe, ce qui revient à dire que ses transformations sont très réussies, car elles ne se limitent pas seulement au physique. Elle reprend aussi le sexe, les attributs, et ce genre de choses, tout en disposant de ses pouvoirs d’Annexienne, très vastes. Elle peut ainsi se faire volontiers passer pour un homme, si les besoins s’en font ressentir.

Caractère :

(La section « Caractère » est un résumé sommaire du chapitre 2. Pour en savoir plus sur la mentalité de Sarah, je vous invite donc à lire cette partie de sa fiche.)

Définir le caractère de Sarah n’est pas une mince affaire, car elle a subi un lavage de cerveau qui a détruit son ancienne personnalité. Elle était en effet auparavant une femme valeureuse, une patriote courageuse. Ce qu’elle est maintenant ne ressemble plus du tout à ce qu’elle fut jadis. En tant qu’Annexienne, Sarah dirige une Horde, et est reliée avec chaque membre de sa Horde. Ainsi, ce qu’un Formien voit lui est directement transmis, tout comme ce qu’il ressent. Si on tue l’un de ses bébés, elle le ressentira comme une offense personnelle. Ce faisant, Sarah connaît aussi une chose qui provient de son héritage humanoïde : l’amour. Elle a été remodelée par les Formiens pour être, non pas une Formienne pure, mais une hybride, afin d’être une Annexienne bien plus efficace que les autres Annexiens. Sarah se souvient ainsi de son passé, son lavage de cerveau n’ayant pas été une amnésie.

Elle considère que la Fourmilière n’est pas mauvaise, ni bonne. Elle estime que l’humanité vit dans le déni et le mensonge, en se berçant d’illusions et de principes moraux. Au contact de la Fourmilière, elle a appris que la seule chose qui compte, c’est la notion de survie, et de coexistence dans un même groupe. Elle a appris que la vie n’avait de sens qu’en transcendant son propre « moi » pour se mêler dans une collectivité. C’est donc avec un certain dégoût mélangé de pitié qu’elle considère l’humanité, car elle estime qu’ils sont dans l’erreur, et que la Fourmilière n’est pas là pour les détruire, mais pour leur permettre de survivre.

Histoire :

Sarah Kerrigan était jadis une soldate tekhane d’élite.  Cette guerrière dotée de pouvoirs psychiques s’est rendue en mission dans une zone dangereuse, infestée par les Formiens il y a de cela trois ans, et est tombée au combat. Elle a été déclarée morte. En réalité, Sarah a été capturée par les Formiens, et a été emmenée dans la Fourmilière, où elle a subi un important lavage de cerveau, accompagné de redoutables tortures, afin de briser son esprit et son corps, tout en faisant d’elle une Formienne très spéciale, mélangeant des gênes humains et des gènes venant de quelques puissantes races formiennes. Pendant servir l’Overmiond, Sarah Kerrigan a été formée pendant trois ans, oubliant (presque) son ancienne identité, afin de devenir une Reine formienne, une Annexienne.

Sortant de la Fourmilière, Sarah a commencé ses débuts de Reine comme assistante d’un puissant Annexien, Zeratul. Elle a cependant rapidement utilisé ses pouvoirs et son influence pour le destituer, le laissant pour mort, tout en s’emparant de sa puissante Horde. Avec cette dernière, Sarah poursuit les objectifs de son maître, l’Overmind : infester tout ce qui peut être infesté par les gènes formiens.

NAISSANCE D’UNE FORMIENNE

PLAN

Prélude
Que ferez-vous lorsque les Tommyknockers frapperont à votre porte ?


Chapitre 1
Dirigeant une équipe de Ghosts, Sarah Kerrigan se rend pour une mission mystérieuse dans un complexe de recherche secret de l’armée, Harbor Bay.


Chapitre 2
Capturée par les Formiens, Sarah subit un interminable lavage de cerveau, afin de lui faire admettre ce qu’est LA vérité.


Chapitre 3
Redoutable Formienne, Sarah est la seconde d’un dangereux Annexien, qui est à la tête de l’une des Hordes les plus puissantes de la Fourmilière. Sarah n’apprécie cependant guère d’être un second couteau, et le fera comprendre à ce dernier.


PRÉLUDE – Une nouvelle ère

Le villageois courait. Toute sa pensée, tout son esprit, se focalisait sur ce simple et unique mot, cet ordre intransigeant : cours ! Quoiqu’il arrive, ne te retourne pas, et cours ! Alors, il courait ! Le meunier avait quitté son moulin, abandonnant la fabrication de la farine pour la boulangère, Madame Martha. Il entendait les hurlements tout autour de lui, voyant d’hideuses créatures voler dans les airs, sautant de toit en toit. Oh, il ne fuyait pas un incendie ni même un pogrom organisé par quelconque seigneur voisin ayant soif de représailles. Il ne fuyait même pas la maladie.

Il fuyait un fléau inconcevable, une calamité qui se répandait dans la région depuis quelques semaines, contaminant les arbres, les animaux, les transformant. La nuit, on entendait les loups hurler, et d’autres animaux dont les hurlements ne ressemblaient pas à ceux des loups. Des grognements terrifiants, inhumains, de ceux qu’on vous contait le soir pour vous effrayer, afin d’amener les jeunes enfants à dormir, et à ne surtout pas s’aventurer dans la forêt. Car, au-delà des loups, des ours, des kkikimorrhes, il existait des créatures encore plus dangereuses. On avait toujours cru que c’était là des histoires, des racontars, des légendes de bonne vieille femme. Cependant, quand les Tommyknockers frappaient pour de bon à votre porte, ce n’était pas en se récitant la comptine que vous les feriez fuir. Quand il avait entendu les cris, et vu les monstres sortir de la lisière de la forêt, fondant sur le village, sa priorité avait été d’aller à l’atelier du tisserand, où sa femme travaillait. Mais il était arrivé trop tard. Sa femme avait été transformée, comme els autres, devenant une espèce de créature morbide dévorant les villageois. Partout, les cris, la panique, les hurlements. Et lui, dans sa tête, avait toujours en tête cette maudite comptine.


« Tard, la nuit dernière et celle d'avant,
Toc! Toc! à la porte - les Tommyknockers !
Les Tommyknockers, les esprits frappeurs...
Je voudrais sortir, mais je n'ose pas,
Parce que j'ai trop peur du Tommyknocker.
»

Le meunier courait rapidement, rejoignant la grand-rue. C’était une scène digne des sermons du père lors des séances de messe. Des créatures volantes fauchaient les paysans, le sol se craquelait, se recouvrant d’une espèce de moisissure verte, tandis que de gros œufs se formaient le long des murs. Et, dans sa tête, le Tommyknocker continuait à gratter à la porte. Une malédiction, un fléau divin... Il se mit à courir à nouveau, filant dans une ruelle, le chemin filant vers le haut en serpentant. Il s’appuyait sur un mur, et atteignit un point d’observation. Il voulait rejoindre la colline, et, alors qu’il allait y aller, une main l’attrapa à la gorge, le soulevant du sol, le maintenant en l’air. Il vit une terrifiante femme avec des yeux lumineux l’observer.

« Pourquoi être si effrayé ? Ta libération approche, tu devrais hurler de joie... »

Il n’eut pas l’occasion de comprendre quoi que ce soit que la créature le balança contre le mur. Il sentit quelque chose s’enfoncer de part en part de son dos, et, alors que quelque chose le recouvrait, il eut en tête la comptine, qui résonnait dans sa tête. Toc ! toc !


CHAPITRE 1 – Opération Harbor Bay


Harbor Bay

« Sarah a toujours été une élève prodigieuse. J’ai senti très tôt qu’elle serait une femme hors-du-commun. »

Le vaisseau s’était posé sous une pluie battante sur l’une des plateformes d’atterrissage de la base. Stealth-01, alias Stealth-Leader, sortit en premier, dans son armure, et sauta sur le sol, s’avançant prudemment. Rapidement, Stealth-02 et Stealth-03 suivirent, l’escouade étant terminée par Stealth-04. Un quatuor, c’était une taille standard pour une escouade de Ghosts. Stealth-05 restait dans le vaisseau, afin de servir de soutien.

« En position, annonça Stealth-01, des lunettes à vision nocturne lui permettant de voir la base au loin.
 -  J’appelle le tramway », lâcha Stealth-02.

L’homme s’avança rapidement vers la station de tramway. L’alimentation du tramway fonctionnait sur un générateur différent du réseau principal, et fonctionnait normalement. Il l’appela, et les trois autres soldats s’avancèrent prudemment, se méfiant de ce qui pourrait sortir de ce tramway.

« Son nom complet est Sarah Louise Kerrigan. Vous connaissez son père, je suppose. Il était un soldat, mais Sarah n’a jamais vraiment connu ses parents. Ils sont morts rapidement, et elle a fini à l’orphelinat Fujita, où des tests ont rapidement détecté ses pouvoirs psychiques. Elle a ensuite rejoint le Programme Psyker.
 -  Le fameux programme militaire dont vous êtes responsable, Major ? ?
 -  Les Psykers sont un ordre de soldats ayant des capacités spéciales. Dès son plus jeune âge, Sarah a été formée par eux, par un ordre assez autonome, les Fils de Korhal. Cet ordre dispose d’une espèce de monastère, et son dirigeant est Arcturus Mengsk. Ce fut véritablement lui qui forma Sarah.
 -  Mengsk ? N’est-ce pas lui qui... ?
 -  Oui. Mengsk était un traître, qui a utilisé Sarah pour assassiner ses ennemis, et pour assouvir son autorité. Quand nous l’avons appris, il a été arrêté, mais les talents de Sarah l’ont sauvé de représailles militaires. Au sein des Psykers, elle a rapidement rejoint les Ghosts, les troupes d’élite. A dire vrai, Sarah a été la plus jeune Psyker à réussir les difficiles tests d’admission pour rejoindre les Ghosts. »


L’escouade était nerveuse. C’était compréhensible, on ne savait pas ce qui pouvait se trouver dans ce tramway. Ce dernier se rapprochait, filant sur ce long boyau de fer qui rejoignait l’île avec la base. La base était leur objectif, et ils attendaient patiemment l’arrivée du tramway. Rien ne trahissait chez eux une quelconque appréhension. Ils étaient entraînés, et connaissaient les risques. De plus, ils étaient dirigés par Stealth-01, le plus jeune de tous les Ghosts à pouvoir diriger une escouade, mais qui était un tacticien légendaire. Ils avaient peur, certes, mais ils avaient appris à lutter contre cette peur, à être d’impassibles guerriers, que rien ne saurait effrayer.

La tempête se durcissait, faisant remuer l’eau. On entendait le ciel gronder au loin, et la pluie leur était indifférente. Leurs armures étaient prévues pour n’importe quel terrain, et elles étaient très étanches. Le fleuron de la technologie tekhane. Il fallut au tramway plusieurs minutes pour les rejoindre, et on l’entendit arriver, puis on le vit. Ses gros feux blancs étaient comme des projecteurs dans la nuit, une espèce de phare mobile. Il s’arrêta lentement devant la station, et l’équipe pointa instinctivement leurs armes vers l’intérieur du wagon. Il arrivait tout droit de la base, et on ne savait donc pas ce qu’il y avait à l’intérieur.

« Je ne détecte aucun signe d’infection xénos, annonça Stealth-05 depuis le vaisseau, utilisant les scanners de bord.
 -  Repos, Ghosts, annonça Stealth-01. On entre. »

Le quatuor pénétra alors dans le wagon. Stealth-03, l’expert en informatique, alla à l’avant du tramway. Les lumières fonctionnaient encore, car le tramway disposait de son propre générateur. Il se rendit vers l’ordinateur, et actionna le retour vers la base. Le tramway ne tarda pas à démarrer, et Stealth-01 put alors se délester de son casque. Elle appuya sur un bouton de son ordinateur intégré à son poignet, et le casque, qui ressemblait à vrai dire plus à une cagoule, s’ouvrit en deux au niveau de son crâne, tandis qu’elle retirait ses lunettes. Stealth-02 regarda par une fenêtre, croisant les bras.

« Harbor Bay...
 -  Un problème, Thaddeus ? » demanda Stealth-01.

Étant en repos, les soldats pouvaient employer leurs prénoms. Ils n’étaient pas spécialement sur écoute.

« Oh non, Madame, la routine... On se rend dans un centre de recherche secret de l’armée pour comprendre pourquoi toutes les communications radio ont été coupées, et on va probablement affronter à quatre une armée de Xénos dans des couloirs sombres.
 -  Et ça te pose un problème, fils ? demanda Stealth-03, alias Avitus, un vétéran.
 -  Oh non, j’ai l’habitude, à force.
 -  Il serait peut-être temps de nous exposer votre stratégie, Kerrigan », lâcha Avitus en se tournant vers Stealth-01.

Avitus était assez grand. Dans une armée aussi sexiste, voir des hommes au sein des Psykers, plus particulièrement au sein des Ghosts, était un spectacle assez rare, ce qui suffisait à confirmer leurs talents. Avitus était un ancien Marine, qui avait fait partie des troupes de choc de l’infanterie, les puissants Devastator, équipés d’armes lourdes. Assez âgé, il avait du mal à voir Sarah comme sa supérieure, mais restait un Ghost. Il était loyal.

« J’allais y venir, Avitus. »

Sarah marcha un peu, et pianota sur le clavier intégré à son poignet, faisant apparaître au sein du tramway une image holographique.

« Harbor Bay est officiellement une mine de forage aquatique. C’est effectivement ce qu’elle était il y a encore dix ans, avant que les locaux ne soient rachetés par une mystérieuse entreprise. Cette entreprise est une société-écran qui appartient en réalité à l’armée. Les locaux d’Harbor Bay étant éloignés des routes commerciales, et des villes, c’est un excellent endroit pour y dissimuler un laboratoire de recherche travaillant sur les Formiens.
 -  Ces saloperies de Xénos... marmonna Avitus.
 -  Harbor Bay est spécialisé dans l’étude comportementale des Formiens, et publie régulièrement des rapports pour l’armée, traitant du lien synaptique entre les Formiens et leurs supérieurs, les Annexiens, ainsi que du lien télépathique global unissant tous les Formiens à l’esprit de la Ruche, l’Overmind.
 -  J’ai lu le dossier... soupira Stealth-02.
 -  Fermez-là, Thaddeus, le coupa rapidement Avitus.
 -  Harbor Bay travaillait sur quelque chose de gros, expliqua Sarah. Vous avez entendu parler de l’opération « Thunder Strike » ?
 -  Une opération menée dans une ferme agricole pour repousser une Horde, annonça calmement Thaddeus. Vu qu’elle a marché, les hauts-gradés ont autorisé les médias à en faire leurs choux gras.
 -  C’est exact, confirma Sarah, alors que le tramway décrivait un virage pour filer tout droit vers les immeubles. En revanche, ce que l’armée n’a pas dit aux médias, c’est que la Horde était dirigée par un Annexien assez puissant, Zeratul. Il a mis en pièces un Dreadnought et un char d’assaut Predator, avant d’être neutralisé.
 -  Vous êtes en train de dire que... ?
 -  Tout ceci est confidentiel, mais l’armée a mis la main sur un Annexien, en effet. Il a été conduit à Harbor Bay, afin de servir d’études. En sondant son cerveau, les scientifiques du complexe espéraient en savoir plus sur le lien mental unissant les Formiens, et parvenir à le contrer.
 -  Ces abrutis de scientifiques, grogna Avitus. Il aurait fallu le tuer.
 -  Pour que la Ruche le reconstruise en quelques semaines ?
 -  Nous ne parvenons pas à vaincre la Ruche, parce que l’état-major se fourvoie en essayant des moyens dilatoires et inefficaces. Les Formiens sont des saloperies de monstres qu’il faut buter, il n’y a rien de plus à comprendre ! »

On disait Avitus têtu. Ceci se confirmait, mais sa haine envers les Formiens était compréhensible. Il avait perdu sa femme à cause d’eux, ainsi qu’une partie de son corps. Il avait un œil cybernétique, et son corps comprenait beaucoup de métal. Il avait été remodelé par les Novaquiennes, et était devenu un guerrier assez intransigeant. Un bon allié.

« Peu importe, nous ne sommes pas là pour discuter de ce qui s’est passé. Le contact a été perdu avec Harbor Bay il y a maintenant six heures. Notre mission est de nous rendre dans le complexe, trouver ce qui se passe, et, en cas d’infection xénos, se replier afin d’autoriser un bombardement.
 -  Vraiment ? demanda Thaddeus. Pourquoi envoyer une équipe de Ghosts, si c’est simplement pour jouer aux éclaireurs ?
 -  Notre mission consiste aussi à récupérer les recherches menées par les scientifiques sur l’Annexien.
 -  Je sens que vous ne nous avez pas encore tout dit... nota Avitus.
 -  A dire vrai, il est à peu près sûr qu’il y a une infestation xénos, mais, pour être honnête, l’état-major souhaite que nous la supprimions nous-mêmes. Bombarder ses propres installations ne serait pas très discret, et le Sénat ne veut pas que els journalistes apprennent que l’armée utilise d’anciens sites de forage pour mener des expériences.
 -  Ça ne ferait pas très propre pour le peuple, railla Avitus.
 -  En effet.
 -  Quand les civils dirigent des militaires... parfois, j’envie les Ashnardiens. S’ils avaient eu notre technologie, il y a bien longtemps que la Ruche aurait été balayée. Au lieu de ça, nos dirigeantes préfèrent se fier aux sondages d’opinions. C’est d’un pathétique. »

Sarah ne dit rien. Leur mission n’était pas de contester les ordres, mais les accomplir. Le tramway continuait à se rapprocher, filant le long des rails, et on commençait à voir les immeubles. Ils étaient plongés dans la pénombre, et elle continua à pianoter sur son petit clavier, faisant apparaître un plan tridimensionnel de la base.

« Pour accéder au bunker, il faut utiliser un ascenseur, ce qui nécessitera de réactiver le courant. D’après les informations disponibles, il s’est fermé suite à des surtensions dans le bunker, provoquant une réaction en chaîne qui a automatiquement conduit à l’extinction du générateur.
 -  Personne ne l’a réactivé ? Il n’y a pas des escaliers ?
 -  Il y a une équipe hors du bunker qui aurait du le réactiver. Faute de le réactiver dans une période d’une demie-heure, une procédure d’urgence est déclenchée.
 -  Qui consiste à ? s’enquit Thaddeus.
 -  Envoyer de pauvres gus comme nous avec une serpillière pour récurer la merde, Thaddeus » rétorqua Avitus.

C’était un beau résumé. Simple, explicite. Dehors, on entendait les secousses du vent sur la carlingue du tramway. Ce dernier était fort heureusement protégé par des plaques le long des rails, qui servaient initialement à protéger les lignes de l’eau de mer, mais avaient aussi d’autres fonctions, comme couper les bourrasques de vent.

« Une fois qu’on aura rétabli le courant, on se rend dans le bunker. J’ai téléchargé sur vos données un plan. Quoiqu’il arrive, on se tient au règlement. On ne se sépare pas, et, si la situation devient intenable, on se replie. Je ne veux pas d’héroïsme saugrenu.
 -  Tant que je pourrais au moins buter un Xéno, vos exigences m’iront. »

Le tramway se rapprochait de plus en plus. Un petit écran indiquait le temps avant arrivée : 1 minute.

« Et est-ce qu’on a des informations sur cet Annexien ? demanda alors Thaddeus.
 -  Rien d’autre que son nom. »

Sarah enfila à nouveau sa cagoule, puis ses lunettes, alors que les portes s’ouvraient sur un vent violent, l’eau se déversant par les ouvertures dans le wagon. Sarah s’avança, et divulgua alors le nom de l’Annexien.

« Zeratul. »

« Elle a toujours été douée. Une guerrière redoutable, autant qu’une femme difficile. La vie qu’elle a suivie n’est pas une vie de poupée, et ça, je veux que vous le compreniez. On ne l’a pas formé pour devenir une citoyenne modèle, qui irait faire ses courses le soir en rentrant du boulot, et voterait quand on lui demande de participer au processus démocratique. Elle a été entraînée pour être une soldate d’élite.
 -  Ses expertises psychiatriques disent qu’elle était une femme qui s’ouvrait peu...
 -  Je pense qu’elle ne s’était jamais vraiment remise de la mort de son père. Un traumatisme qui l’a parcouru toute sa vie. La trahison de Mengsk, en un sens, a probablement réveillé ce sentiment d’abandon. Comprenez bien que Sarah est avant tout une femme solitaire, une marginale, qui ne se laisse pas décourager facilement. C’est de cette manière qu’elle a rejoint les Ghosts, et a pu obtenir une escouade. Ses résultats ont toujours été excellents, alors, quand l’état-major nous a dit qu’il y avait une situation d’urgence à Harbor Bay, j’avais immédiatement proposé de l’envoyer, elle et son équipe. Ils avaient fait du très bon boulot à Pike Creek.
 -  Harbor Bay... Tout ce qui se passe là-bas est confidentiel.
 -  Même moi, je ne savais pas ce qui avait lieu là-bas. C’est vous dire à quel point la confiance règne au sein de l’armée !
 -  Vous voulez dire que Kerrigan était partie là-bas sans aucune information ?
 -  Non, juste que mes supérieurs lui ont transmis les informations sans me les communiquer à moi. J’avais d’ailleurs du insister pour qu’elles le fassent, car ces chères Tekhanes n’avaient envie que d’envoyer le strict minimum. J’ai du les menacer, faire la grande gueule.
 -  Vous ignorez donc ce qui se trouvait à Harbor Bay ?
 -  Même si je le savais, je ne vous le dirais pas. A ce que je sache, vous n’avez pas sollicité cet entretien pour me parler d’Harbor Bay, et de tous les projets militaires secrets.
 -  Non, en effet. »


La base était curieusement déserte. Aucun comité d’accueil à l’entrée. Les quatre Ghosts avançaient lentement, ayant quitté le hall d’accueil, silencieux, et vide. Aucune trace d’infection, aucun cocon, aucun grognement dans les couloirs. Les seuls bruits qu’on entendait parfois venaient de la pluie battante, et des quelques éclairs qui venaient éclairer un ciel d’encre. Le groupe continuait à avancer, grimpant des escaliers métalliques. Les Tekhanes n’avaient même pas changé les logos, et on voyait toujours, le long des murs, des logos appartenant à l’ancienne société. Les étages étaient vides, composés de cartons, de pièces de rechange, d’ordinateurs ancestraux. Le groupe, lentement, se rapprochait de son objectif.

Ils ouvrirent une porte, suivant une formation bien déterminée : Stealth-03 était devant, Stealth-01 juste derrière. Stealth-02 et Stealth-04 fermaient la marche, Stealth-04 regardant surtout derrière, pour s’assurer qu’on ne cherchait pas à les prendre dans le dos. Depuis le vaisseau, Stealth-05 les surveillait et les orientait, grâce à un guidage satellite. Il appréhendait un peu le passage souterrain, car le satellite fonctionnerait un peu moins bien, et il ne pourrait les aider qu’à travers des sonars, ce qui n’était pas le plus recommandé. Pour l’heure, les quatre Ghosts descendaient un escalier baigné dans une lumière rouge émanant d’une diode d’urgence, donnant à ce petit escalier de maintenance une ambiance surréaliste. Leur marche les conduisit à travers une pièce sombre, avec de nombreux générateurs. L’un d’entre eux avait explosé.

« Toujours aucun signe de l’équipe censée se trouver dans l’immeuble... » nota l’un des membres de l’équipe.

Personne ne lui répondit, car il n’y avait rien à répondre. C’était une constatation. Stealth-03 se rapprocha d’un gros placard métallique au centre, et tenta d’allumer la console de maintenance. Les touches ne répondaient pas. Grognant, il enleva la plaque se trouvant sous la console, et se perdit dans une série de câblages. Après quelques minutes, il y eut des éclairs, et la console de maintenance s’afficha. Avitus se releva, et pianota sur la console, allant dans d’obscurs menus.

« Hum... C’est curieux... Il y a eu un puissant court-circuit... Il a fait exploser l’un des générateurs, et tous les circuits se sont automatiquement éteints.
 -  Et en quoi est-ce curieux ?
 -  L’installation électrique du bunker a été prévue pour éviter ce genre de choses. Un court-circuit, ça se déclenche quand deux points d’un même circuit électrique rentrent en contact, sans avoir la même puissance.
 -  Concrètement ?
 -  Il y a eu un sabotage, grogna Avitus. Quelqu’un a volontairement provoqué ce court-circuit. Tout le circuit électronique est en piètre état. »

Avitus se mit à pianoter sur l’écran, affichant une série de diagnostics. L’exercice prit un certain nombre de minutes, le reste de l’équipe observant la pièce. Elle était très sombre, et on n’entendait rien. Pas un bruit.

« Hum... Je vais devoir isoler certains circuits, mais je devrais être en mesure de réactiver l’ascenseur, et une partie de l’installation électrique du complexe.
 -  Pourquoi quelqu’un s’amuserait à commettre un attentat terroriste ici ? demanda Stealth-02.
 -  Nous ne sommes pas envoyés pour répondre à ce genre d’interrogations, répliqua simplement Avitus. Vous n’êtes pas un inspecteur, Thaddeus, retenez-le. »

Sarah ne dit rien. Il était difficile d’employer les nom de codes, mais, pour être honnête, ces derniers n’avaient qu’une importance formelle, administrative. Elle regardait autour d’elle, se posant, elle aussi, les mêmes questions que Thaddeus. Ce genre d’endroit était très sécurisé, et les sabotages n’arrivaient en théorie jamais.

« Tous les protocoles de sécurité ont été contournés...
 -  Vous pensez à un piratage ? demanda Sarah.
 -  On ne pirate pas aussi facilement un complexe de recherche hyper-secret... Pas sans une complicité intérieure.
 -  C’est insensé ! Le personnel est rigoureusement surveillé, et sélectionné sur dossier ! » s’exclama Thaddeus.

Les lumières se mirent alors à clignoter brièvement.

« Je suis passé par le générateur de secours. Ceci ne permettra pas d’alimenter tout le complexe, mais, tant que l’ascenseur fonctionne...
 -  Vous avez trouvé des informations sur ce qui s’est passé ici ?
 -  Pas depuis ce terminal, Capitaine. Ce n’est qu’un simple ordinateur de maintenance. Il faudrait se rendre au centre de contrôle.
 -  On se rend là-bas, alors, décida Sarah. Il y a quelque chose qui cloche ici. »

« Les Ghosts ont toujours eu une vie ingrate. Vous le savez, on le sait tous, l’armée comprend bon nombre de médailles, de récompenses, de distinctions... Des choses auxquels les Ghosts n’ont jamais droit. Ceci en raison du caractère très secret de leurs opérations. Les Ghosts bénéficient d’un statut juridique très particulier, qui leur permet d’agir  dans des domaines où l’armée n’a normalement pas le droit d’agir.
 -  Comme à Harbor Bay ?
 -  Harbor Bay était en soi une base secrète, considérée comme inexistante. On ne trouve nulle part mention de ce complexe dans les registres administratifs, qu’ils soient publics ou non. Tous les dossiers ayant trait à Harbor Bay sont manuscrits, et soigneusement conservés, tout comme leurs recherches. Ce qui sort d’Harbor Bay n’est lu que par un petit cercle très restreint, ce petit cercle décidant ensuite de ce qu’il convient de divulguer ou non.
 -  Le public n’a aucun droit à l’information ?
 -  Nous traitons de sécurité nationale, ici. Pas d’un petit scandale sexuel impliquant une sénatrice dans un hôtel de luxe avec dix mâles enchaînés à un radiateur. Ce que le public n’admet pas, parce qu’on refuse de le lui dire pour éviter un mouvement de panique, c’est que la guerre n’est pas en train de s’enliser. Officiellement, nous tenons nos positions, nos super-tranchées et nos bases fortifiées repoussent gentiment les Hordes de Formiens.
 -  Et en réalité ?
 -  En réalité ? Là où nous tuons un Formien, dix repoussent dans la minute. Pensez-vous que notre armée peut avoir une telle capacité de régénération ? Mais il y a pire... Pendant longtemps, on a cru que les Formiens étaient de simples créatures sans cervelle qui foncent sur nos lignes pour se faire trucider. La réalité, et c’est ce que des recherches comme celles entreprises à Harbor Bay ont permis de dévoiler, la réalité, ma chère, c’est que nous sommes en train de perdre cette guerre... Et que, si nous la perdons, alors tout le monde sera baisé. »


Le centre de commandement était plongé dans l’obscurité, mais l’un des terminaux fonctionnait. C’était tout ce dont l’équipe avait besoin pour obtenir des informations sur ce qui s’était passé. Avitus se dirigea vers l’un des ordinateurs, et l’alluma. Il ne s’asseyait pas sur le fauteuil, et le reste de l’équipe observait la pièce. De grandes baies vitrées permettaient de voir toute la région : de la flotte à perte de vue.

« Merde ! pesta Avitus. La plupart des données sont corrompues.
 -  Je suis sûre que vous pouvez faire mieux que ça, répliqua calmement Sara   h.
 -  Laissez-moi juste un peu de temps... Voilà... Hum...
 -  Un problème ?
 -  Plus rien n’est accessible. ‘Fais chier, putain ! »

Avitus frappa sur le bureau.

« Quelqu’un a tout détruit... Il n’y a plus rien, ou... Attendez, qu’est-ce que c’est que ça ? »

Sarah s’était rapproché. Elle voyait un écran bleu avec une série de lignes, et, à chaque fois qu’on appuyait dessus, le même message d’erreur revenait. En revanche, il y avait un petit fichier à part, avec un nom assez curieux : « REQUIEM ».

« C’est un enregistrement vidéo... Qui a été enregistré une minute avant que l’installation électrique ne saute.
 -  Lancez-le. »

Sarah avait une légère appréhension. Avitus appuya sur le fichier, et confirma la lecture. Une image s’afficha alors sur l’écran géant en face, montrant une femme, assise sur un fauteuil, regardant d’un air placide, avec ses rides, l’objectif de la caméra. Elle se mit à parler rapidement.

« Si vous lisez cet enregistrement, alors c’est que tout a été établi, conformément à ce qu’il m’a demandé. J’aimerais dire que je regrette de l’avoir fait, mais, en réalité, je me sens surtout désolée qu’il m’ait trahi. Nous avons commis un péché, le pire qui soit : celui de l’Orgueil. Nous avons cru... Nous avons cru être supérieures, parce que nous avions des armes, des immeubles, et un niveau technologique élevé... Tout cela me paraît tellement dérisoire. Il m’a montré la vérité, il m’a montré que nous étions dans l’erreur, que nous n’étions que des grains de poussière dispersés par le vent et par notre propre ignorance. »

Silencieusement, les Ghosts écoutaient cette curieuse confession. La femme s’arrêta soudain, manquant pleurer, avant de se reprendre.

« Je suis le Docteur Zam, responsable... Responsable de l’équipe scientifique du complexe militaire d’Harbor Bay, et... J’enregistre ce témoignage pour... Parce qu’il voulait que je le sache, parce qu’il voulait que nous comprenions qu’on ne peut pas les analyser comme des spécimens. Ils ne se considèrent pas comme nos inférieurs. C’est ironique, dans un sens ; on les prend pour des primates, et eux nous considèrent aussi comme tels... Des primitifs... C’est moi... Je connais le réseau électrique de cette installation, j’ai mes accès... Dès que cet enregistrement s’éteindra, le système électrique se coupera... J’aurais aimé trouvé une autre solution... »

Les Ghosts crurent alors entendre du bruit, du mouvement.

« Mais il n’y a aucun autre moyen de le libérer. Tout a été prévu, mais je m’y connais... J’ignore qui écoute cet enregistrement, mais je tiens à vous remercier. Vous... Vous terminerez ce que j’ai accompli. Lorsque le réseau électrique est coupé, et que les spécimens peuvent sortir, un système de sécurité s’enclenche automatiquement pour condamner le bunker. Un gaz mortel se répand, et tue tous les gens à l’intérieur. Ce protocole de sécurité extrême ne figure nulle part, et les employés ne le savent pas, bien sûr, mais il existe... Mais lui survivra... Il n’est pas comme les autres spécimens, et il me l’a fait comprendre.
 -  Capitaine... Je crois que...
 -  Pour lire ce message, vous devrez forcément réactiver le courant... Et remettre en marche l’ascenseur. Il le savait, tout comme je savais que notre gaz ne pourrait pas le tuer. Je suppose que vous vous demanderez pourquoi j’ai agi ainsi... Il n’y a qu’une réponse possible à mon acte : l’amour. Tout ça, je l’ai fait pour lui, même si je sais qu’il ne m’aimera jamais. Je suis... Je suis tellement faible, à ses yeux, mais je l’ai accepté. »

L’enregistrement se termina ainsi.

« C’est quoi ces conneries ? s’énerva Thaddeus. C’est quoi, cette histoire de gaz ?
 -  Je n’en sais pas plus que vous, répliqua simplement Sarah.
 -  Comment peuvent-ils oser faire ça à leurs propres hommes ? C’est cruel !
 -  Ne soyez pas si naïf, Thaddeus, lâcha Avitus. Avez-vous oublié qui nous sommes ? Ce que nous sommes censés faire ?
 -  Mais...
 -  On n’est pas là pour sauver des gens, Thaddeus, ni pour récolter des médailles. Ôtez-vous de l’esprit toutes ces conneries de bravoure, toutes ces idioties que les films véhiculent sur l’héroïsme des soldats. On n’est pas à la cour de récré, on est là pour tuer. C’est à ça que servent les Ghosts : nous sommes des armes.
 -  Je ne partage pas votre absolutisme.
 -  Alors, c’est que vous vous êtes trompés de vocation.
 -  Taisez-vous, avança alors Stealth-04. Ils approchent.
 -  Qu’est-ce que vous en savez ?
 -  Le gaz qui s’est répandu dans le bunker a tué tous les Formiens et les humains, à l’exception de l’Annexien. Seulement, ce gaz se dissipe au bout de cinq ou dix minutes. L’Annexien a eu tout le temps de recréer quelques Formiens.
 -  Comment savez-vous tout ça ? demanda Sarah.
 -  Avant d’être Ghost, je faisais partie des Archivistes. Il y avait des rumeurs sur le développement d’un protocole de sécurité ultime dans les centres de recherches similaires à Harbor Bay.
 -  Attendez... Vous êtes en train de dire que nous avons permis à l’Annexien de sortir ? demanda Thaddeus.
 -  Tant mieux, ce sera l’occasion de le tuer. »

Le groupe entendit encore des bruits, très proches, et cessèrent de parler, se mettant en position de combat. Les Formiens étaient là, produisant de légers bruits. Les Ghosts se mirent en position, prudents, regardant autour d’eux, attentifs, vigilants. Le premier Formien se manifesta en bondissant sur Avitus, mais ce dernier s’y attendait. La créature était un redoutable Xénomorphe, mais le poing d’Avitus rencontra sa gorge. Dans un couinement, la bête fut interceptée, et s’écrasa violemment sur le sol. En tant que Psyker, Avitus avait des pouvoirs paranormaux, et ceux-ci, sans surprise, étaient concentrés autour de la Terre. Il possédait également un bras cybernétique, et s’en servit. Son bras se transforma en un canon, et une puissante déflagration pulvérisa la tête du Xénomorphe, répandant du sang corrosif autour de lui. D’autres Formiens débarquèrent alors, l’un d’entre eux tombant vers Sarah, sa queue fondant l’air. Avec eux, les camouflages optiques dont les Ghosts disposaient étaient inutiles, car ils étaient des chasseurs nés. Elle évita sa queue en bondissant en arrière, et tendit sa main, envoyant une onde d’Air qui repoussa le Xénomorphe. Sarah ouvrit le feu, les balles pleuvant sur la peau solide du monstre, qui poussa des couinements. Sa queue fendit à nouveau l’air, mais Sarah l’évita, voyant cette dernière trancher en deux un bureau.

Un second Xénomorphe bondit vers elle. Sarah s’y attendait. Il était sur son flanc, renversant les tables, sa gueule ouverte pour la déchiqueter. La capitaine se retourna, et bondit dans les airs, évitant sa charge. Son dos racla la tête du Xénomorphe, et elle posa sa main sur son dos, y laissant une petite bombe qui explosa rapidement. Se remettant sur ses pieds, Sarah fit feu sur le premier Xéno, lâchant des balles explosives qui fauchèrent le monstre. Les Ghosts n’étaient pas des troupes d’élite pour rien. Thaddeus, de son côté, utilisait sa magie pour envoyer des balles de feu, qui explosaient au contact des Xénomorphes en répandant des flammes partout. La situation était sous contrôle, et ce fut à ce moment que l’Annexien entra.

Zeratul était reconnaissable avec ses yeux verts luminescents, et sa grande taille. Face à lui, Avitus lui tira dessus, mais ses puissantes balles émanant de son bras cybernétique n’arrêtèrent pas Zeratul, qui se contenta de cligner des yeux. Il tendit sa main vers Avitus, et envoya une décharge verdâtre. Un rayon frappa de plein fouet Avitus, qui poussa un hurlement de douleur, avant que Zeratul ne l’attrape à la gorge, le soulevant aisément du sol.

« Avitus ! »

Thaddeus fit feu sur Zeratul, qui tourna sa tête vers lui, et envoya avec ses yeux deux boules verdâtres qui explosèrent près de lui, faisant fondre le sol. Zeratul remua ensuite le bras tenant Avitus, et balança ce dernier de l’autre côté de la pièce. Avitus heurta la vitre, fissurant cette dernière. L’Annexien tendit son autre main vers lui. Sarah se mit à faire feu, visant la tête de Zeratuil. Les balles rebondissaient contre sa peau, faisant gicler du sang verdâtre. Une boule verdâtre partit du creux de la main de l’Annexien, filant vers Avitus. Il y eut une violente explosion verte qui fit partir en fumée une partie de la pièce. Avitus, inanimé, tomba dans le vide, de la fumée s’échappant de son corps. Il disparut dans l’eau.

Poussant un hurlement de rage, Thaddeus envoya de nouvelles balles de feu vers Zeratul, qui se mit à courir vers lui. Thaddeus tenta de l’esquiver en bondissant sur la droite, et Zeratul se téléporta alors dans de la fumée verte. Sarah n’eut pas le temps de comprendre quoi que ce soit que Thaddeus fut plaqué contre le mur, le bras de l’Annexien ressortant de l’autre côté. Il libéra le corps de Thaddeus, et se tourna vers Sarah. Cette dernière se mit à faire feu vers lui, mais l’homme marcha tranquillement vers elle, les balles rebondissant contre lui.

« Fuyez, Capitaine ! s’exclama Stealth-04, en canardant l’Annexien. Je vais le retenir !
 -  Ne vous moquez pas de moi ! Abattez cet enfoiré ! »

Stealth-04 utilisait également ses pouvoirs, envoyant des arcs électriques sur le corps de Zeratul. Ce dernier fit alors sortir de l’un de ses doigts un long tentacule qui s’enfonça dans la bouche de Stealth-04, ressortant de l’autre côté de sa tête, le soulevant du sol. De nombreux autres petites tentacules se mirent alors à jaillir, transperçant de part en part le corps de l’homme. Il était maintenu en l’air, transpercé par de nombreux tentacules, son sang s’égouttant lentement. L’homme lâcha son arme, qui tomba mollement sur le sol, tandis que les Xénomorphes entouraient Sarah. Les tentacules se retirèrent alors, et Stealth-04 tomba mollement sur le sol, son corps ressemblant à un gros sac, comme s’il avait fondu à l’intérieur. Zeratul tourna alors sa tête vers Sarah, et s’avança elle. Il tendit sa main vers elle.

« Il est temps de rentrer à la maison... » lâcha-t-il alors.

« On s’est trompés, tout simplement.
 -  Sur quel point ?
 -  Pourquoi pensez-vous que les Formiens kidnappent nos citoyennes ?
 -  C’est-à-dire ?
 -  Nous savons que les Formiens ont réussi, pour un petit nombre, à percer nos lignes, à contourner le front, et qu’ils s’amusent à capturer parfois des humaines. Pendant longtemps, nous pensions à tort qu’ils le faisaient uniquement pour assurer leur reproduction, mais cette théorie est stupide. Nous les avons sous-estimés, nous avons mésestimé leur intelligence. Inutile de publier ça dans votre article, il serait censuré d’office.
 -  Que voulez-vous dire ?
 -  Le gouvernement et l’état-major refusent d’admettre publiquement cette chose très simple. Les Formiens sont venus nous envahir. Ils ne se sont pas échoués par hasard, et ont avec lui des millénaires et des millénaires d’existence. Ils ont traversé l’espace, et, pour une raison qui leur dépasse, ils ont été repoussés. Mais il ne se contentent pas que de se reproduire .S’ils ont capturé des Tekhanes, c’est pour les étudier, nous étudier, savoir à quoi notre cerveau ressemble.
 -  A quel but ?
 -  Vous ne comprenez toujours pas ? Pourquoi Zeratul était insensible à notre gaz ? Pourquoi nous avons réussi à capturer l’un des Annexiens les plus puissants de la Fourmilière ? Il s’est laissé volontairement capturer. Ils ont étudié notre cerveau, notre corps, notre organisme, et cherchent à nous influencer, à recréer ce lien mental qui les unit, afin de faire de nous leurs esclaves.
 -  Vous en êtes sûr ?
 -  Le doute n’est pas permis. J’ai formé Sarah depuis son plus jeune âge, je sais de quoi elle est capable. Et les Formiens l’ont senti. Son corps n’a jamais été retrouvé. Il n’y a qu’une seule interprétation possible à avoir...
 -  Laquelle ?
 -  Les Formiens savaient comment nous réagirions si Harbor Bay venait à avoir un problème. Ils savaient que nos sénatrices sont des lâches, et qu’elles préféraient envoyer des troupes d’élite, plutôt que de raser Harbor Bay. Ils savaient tout ça, et on leur a envoyé l’un de nos meilleurs éléments sur un plateau.
 -  Vous pensez que tout ça avait été prémédité ?
 -  Peu importe... Ce dont je suis sûr, c’est que mon responsable risque d’avoir du boulot. Beaucoup de boulot. »


CHAPITRE 2 – Perte d’identité

Tu ignores où tu es. Tu aimerais sans doute comprendre ce qui se passe, comprendre. Tu te sens égarée, perdue, déboussolée, mais, pourtant, tu ne souffres pas. C’est curieux, et tu ne comprends pas pourquoi. Tu as l’impression de souffrir, mais, pourtant, tu ne ressens rien. Tu ne te sens pas fatiguée, alors que tout ton corps semble épuisé. Tu ne ressens rien, ne perçois rien, mais tu as cette impression tenace que des milliers de yeux t’observent, te décortiquent. Tu es nue, dans une zone noirâtre. Ta respiration est difficile, lente, saccadée. Tu as l’impression d’étouffer, de ne pas pouvoir respirer, mais tu parviens quand même à inhaler. Comment expliques-tu tes paradoxes ? Tu ne comprends pas, mais tu sais comment tu t’appelles. Sarah Kerrigan. Alors, telle la naufragée se raccrochant désespérément à son bout de bois pour ne pas sombrer, tu t’attaches à ça, tu t’y accroches frénétiquement. Sarah Kerrigan. Sarah Kerrigan. Tekhane. Une Ghost appartenant aux Psykers.

Tu te rappelles ton glorieux passé. Tes exercices de tir, tes entraînements à essayer de te concentrer. Une femme patiente et déterminée, voilà comment tu te décrirais. Ou, plutôt, comment on te décrirait. Car tu sais qu’il existe une différence notable entre ce que tu es, et ce qu’on dit de toi. Les rapports te décrivent comme une femme forte, une guerrière endurcie, mais les rapports ne te voient pas la nuit, en train d’observer le plafond de ta chambre, te demandant ce que tu fais là, qui furent tes parents, et comment tu seras dans dix ans. Les rapports ne te voient pas en train de te caresser en silence. Les rapports voient ce qu’ils veulent voir, et sont aveugles. Ils ne saisissent que l’apparence extérieure de ce que tu es. Ils voient en toi une arme, une soldate. Une donnée négligeable, qui accomplira leurs volontés, et mourra. Mais tu ne peux leur en blâmer, car c’est le lot commun propre à chacun, même aux puissants, même à ceux qui s’estiment indispensables. Qui est indispensable ? Tu connais la réponse. Personne. Que se passera-t-il, quand tu mourras ? Le monde cessera-t-il de tourner ? On prononcera une épitaphe, on t’enterrera, et, avec un peu de chance, on déposera des bouquets. Si tu es un peu plus chanceuse que les autres, on parlera de toi dans les livres d’Histoire, mais, à la vérité, tu sais que tout ce que tu fais est voué au néant. Tes sentiments, tes ambitions, tes désirs, ces fois où tu rigolais avec tes camarades, où vous buviez jusqu’à être incapable de pouvoir vous relever, tes caresses nocturnes, les films que tu regardes... Tout ce qui constitue ton identité n’est qu’aléatoire, une petite parenthèse dans l’écoulement du Temps, une parenthèse infime. On aura à peine le temps de l’ouvrir qu’elle se refermera. Cette réalité simple t’apparaît. Tout n’est qu’éphémère. Le jeu des civilisations lui-même est succinct, court. Tu n’es rien. Commences-tu à en prendre conscience ? Que vaut ton individualité ? Que valent ces sentiments que tu ressens ? Rien. Ils disparaîtront, mourront, et toi aussi. C’est inéluctable. La mort est la destinée commune de tous les vivants. Enfin, tu admets cette vérité, cette réalité simple, ainsi que toutes les conséquences qui en découlent.

L’individualisme est une notion en laquelle tu as toujours profondément cru. Tu as grandi avec cette conviction : la prédominance de l’individu sur le groupe. Ton peuple vit dans cette conception depuis des siècles, et elle se répand dans le monde. Tu fus aveugle, et tu en saisis maintenant les faiblesses. L’homme n’est pas fait pour vivre seul. Il vit au sein d’une collectivité, une société, et ne peut s’épanouir qu’à travers cette dernière. A quoi bon vouloir vivre pour soi, quand tu sais que tu vas finir par disparaître ? Tu ne ressens rien, parce que tu es aveugle. Tu ignores où tu es, parce que tu te refuses à comprendre quel est ton rôle dans ce monde. L’enseignement religieux le témoigne : l’homme ne s’accomplit pleinement qu’en abandonnant sa propre conscience, en la transcendant. Comment as-tu pu accepter de vivre dans une telle société ? Comment as-tu pu passer tant d’années dans un monde où la suspicion règne ? Une telle société est par nature anormale.

Tu as toujours cru te battre pour de grands idéaux, des principes comme la liberté. Oui, la liberté, ce mot t’a toujours évoqué des choses à défendre, des valeurs sacrées, pour lesquels tu devrais mourir. Mais, maintenant, tu te demandes si la liberté existe réellement, si elle se doit d’être défendue. Comment défendre quelque chose qui n’existe qu’en théorie ? Te sentais-tu vraiment libre ? Avais-tu vraiment l’impression de te battre pour quelque chose qui existait vraiment ? Qui en valait la peine ? Tu n’as jamais été libre, et personne ne l’est jamais. La liberté est un mensonge, une menace. Un instrument dont les puissants se servent. Maintenant, tu commences à le réaliser. Ce mensonge perpétuel dans lequel tu vivais, cette société prétendument libre, mais où tout est contrôlé, où chacun se méfie, s’épie mutuellement. Tu te gardes de tomber dans les clichés usuels de ce type de raisonnement. Non, tu ne penses pas qu’on se joue de toi, que des puissants, du haut de leurs tours et de leurs costumes trois pièces, fument des cigares en se gaussant de ces mauvais tours dans lesquels ils plongent le reste de l’humanité. Non, tu as une vision bien plus pragmatique, bien plus réaliste. Tu commences à comprendre que la liberté n’a jamais existé, car vous n’êtes pas conçus pour. Tu commences à comprendre ce qui, fondamentalement, définit l’humanité : le rapport de pouvoir. Rien d’autre n’a d’importance que la survie, que la volonté de dominer son environnement, de se persuader qu’on existe. Et tu comprends toute la folie des civilisations, le cercle vicieux dans lequel, progressivement, ton espèce, s’enfonce. Eux qui ne croient plus qu’en eux-mêmes sont des damnés, des condamnés qui se refusent les portes du bonheur, les sacrifiant sur l’autel des paradis éphémères. Ils s’auréolent d’idoles parce qu’ils savent qu’ils sont faibles. Des lâches, voilà ce qu’ils sont. Des faibles, des déchets, qui ont cessé de croire en l’importance du lien collectif. Tu comprends qu’il n’y a pas à avoir peur d’eux, tu comprends qu’ils sont pitoyables, mais que tu dois te refuser à être pathétique. Ils n’en valent pas la peine.

Tu comprends que la seule chose qui importe est de survivre, que c’est la seule chose que tout être vivant recherche. Ce faisant, tu ôtes les lunettes qui t’obstruaient la vue, afin d’admettre le monde tel qu’il est. De l’arbre qui se meurt l’hiver pour renaître l’été, de l’araignée tissant sa toile dans le creux de la branche d’arbre pour y attraper des mouches, des fourmis formant de massives colonies, de l’imposante montagne qui se dresse fièrement, des nuages dansant dans le ciel, du jeu cosmique des planètes et des étoiles, du mouvement des galaxies, tu aperçois la réalité dans sa totalité, dans son ensemble, et n on plus uniquement à travers les yeux de ta propre arrogance. Et tu commences à voir. Tu vois l’éphémère de ce qui te paraît éternel. Tu vois que la vie est faite pour être détruite, comme si cette dualité était programmée à l’avance. La connaissance t’apparaît, avec ce fatalisme qui te submerge. Tu réalises qu’il est inutile de vivre pour soi, que tout est programmé pour disparaître. Cette constatation s’impose à toi, et tu admets ce qu’eux ont toujours admis, et qui expliquent leur présence ici : l’humanité n’y croit pas. Elle est un condamné à mort qui, sentant l’inéluctable fin approcher, préfère se divertir, sombrer dans l’oisiveté, plutôt que de se dresser. Tu as envie de les juger, de les critiquer, mais tu ne peux pas, dans le fond, leur en vouloir. Ils sont ce qu’ils sont, et c’est à toi de les changer. Ils sont comme des enfants gâtés, et tu les amèneras à changer. C’est pour ça que tu renais, et c’est pour ça que tu commences enfin à voir.

La réalité s’impose à toi, la vérité t’ouvre ses portes, et tu la ressens. Dans ton abîme noirâtre, tu as des milliers de yeux, des millions de pattes, et tu ressens. Tu sens le souffle du vent sur ton échine, tu vois les feuillages des arbres, tu es éblouie quand tu regardes le soleil, tu t’ouvres au monde, et le vois dans le triste état où il est. Tu constates à quel point tout est éphémère, et pourquoi il est nécessaire d’agir. Tu envisages l’immensité de la civilisation dans laquelle tu as atterri. Le mot en lui-même st d’ailleurs mal choisi. Ils ne sont pas une civilisation, ni une race, ni une espèce. Ils sont le futur en marche, une vague stellaire, galactique, qui souffle sur tout ce qui existe, et permet de tisser des liens sur tout ce qui est. Tu vois leur passé, éternel, interminable, tu vois les spores descendre sur les mondes, descendre sur les ignorants, les transformer, leur offrir ce qu’ils cherchent : la libération. Tu comprends que les hommes ne sont pas faits pour être libres, mais pour suivre, pour être dominés. Tu comprends que c’est là le lot commun des espèces qui se répandent, et qui ne peuvent vivre solitairement : elles sont faites pour suivre, car c’est dans la servitude qu’elles s’épanouiront.

Tu vois l’immensité de ce à quoi tu appartiens, maintenant. Un ensemble de races, de civilisations, d’espèces, qui s’unissent dans une même entité, et se répand à travers tout ce qui vit. Ils sont la réponse, la fin de la dualité ancestrale, ils sont la Vie. Tu es la Vie ! Tu vois ces mondes insignifiants, isolés, tu vois ces querelles ridicules, tu vois la jalousie, l’orgueil, l’égoïsme, tu vois tous les fléaux qu’une vie faible induit, et tu vois tes frères corriger ces erreurs, ces imperfections, offrant à chacun une vie dénuée de troubles, une vie où l’obéissance est le maître-mot, et où la vie s’affranchit des frontières classiques. La mort et la vie se diluent en une seule et unique chose : la }survie. Tu as compris que la mort ne peut t’effrayer, car elle n’est pas l’extinction. La mort n’est qu’un embranchement vers une nouvelle existence. Tu es réveillée, tes yeux s’ouvrent, et tu comprends qu’il est temps d’agir. Il est temps de te sacrifier pour quelque chose qui te dépasse, une entité omnisciente, qui s’épanouit en chacun de ses membres, et dans laquelle tu t’épanouis. Le bonheur... Tu comprends que le bonheur n’est ni matériel, ni physique, ni psychique, ni métaphysique... Le bonheur est là, palpable. Il est dans le renoncement, dans le sacrifice.

Alors, marche. Ouvre tes yeux, ressors de ton enveloppe, domine le monde tel qu’il est, et libère-les. Va voir ces âmes égarées, ces damnés qui sont perdus dans leurs fausses vérités. Va les voir, et libère-les. C’est ta mission. Ta seule et unique mission.
« Modifié: vendredi 28 juillet 2017, 00:48:03 par Princesse Alice Korvander »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Sarah Kerrigan

Créature

Re : La Reine des Lames

Réponse 1 mardi 29 janvier 2013, 00:36:29

CHAPITRE 3 – Prise de pouvoir

Il était furieux. Les sentiments étaient une chose que les Annexiens les plus perfectionnés comprenaient. Et lui la comprenait très bien. Il avait toutes les raisons d’être en colère, et avançait le long de la colonie agricole, sans un seul regard pour les spores qui flottaient à la surface, pour les créatures qui erraient ici et là, pour les grosses boules vertes contre les murs, qui transformaient les colons. Il observait l’immense ferme. Un simple homme aurait probablement fui en courant, mais lui était tout, sauf un homme. Jadis, il avait été un homme. Mais cette époque était tellement éloignée qu’il s’en souciait peu. Il avait acquis la Connaissance et le Pouvoir depuis des années. Zeratul servait avec une fidélité exemplaire la Cause. Il savait pour quelle raison il se battait. Il acceptait fidèlement les instructions de la Conscience Supérieure, mais restait entiché de ces sentiments humains, ces sentiments qui constituaient autant une faiblesse qu’un point fort.

Et Zeratul était fier. Sa rage avait donc été grande quand il avait réalisé que sa seconde l’avait trahi, et avait rompu le lien psychique l’unissant à sa Horde pour la reprendre à son propre compte. Sa Horde était la plus puissante de la Conscience, qui devait amener le changement sur le front de bataille, et permettre aux Leurs de vaincre les impies, les humains, qui, de manière bien inexplicable, continuaient encore à leur résister. Zeratul avançait sans chercher à être discret. Il voulait que la salope sache qu’il était là, qu’elle comprenne qu’on ne se jouait pas de lui.

L’exploitation agricole comprenait plusieurs bâtisses avec des toits triangulaires, un silo, des écuries, et des entrepôts de stockage. Quelques tracteurs et autres véhicules gisaient abandonnés, recouverts de végétations. Le long des toits, il entendait les bestioles grogner, le surveiller. Elle savait qu’il était là. Et elle se cachait. La Conscience Supérieure avait tenu à ce que Zeratul se sacrifie pour trouver une femme qui correspondrait à leurs attentes. Zeratul n’avait pas contesté. La Conscience Supérieure était la seule autorité légitime à ses yeux. Il devait la prendre sous ses ailes, afin qu’ils constituent à eux deux une Horde supérieure, une armée d’élite, qui connaîtrait le mode de fonctionnement des humains, et serait à même d’en finir avec eux. Au lieu de ça, elle l’avait trahi, lui avait volé sa place.

Les créatures, ses créatures, le voyaient comme un ennemi, un traître. Il les entendait s’approcher, et fit pointer une lueur verdâtre le long de son poignet droit. Une espèce de lame énergétique, alors qu’il se mit à s’arrêter. De la poussière verdâtre flottait dans l’air, un poison toxique qui se répandait par le biais de plantes modifiées. Il y était insensible, et appréciait d’ailleurs plutôt cette odeur.

« Approchez... »

Avant d’être Annexien, il avait été un gladiateur. Il avait battu dans de glorieuses arènes, utilisant aussi bien ses capacités physiques que magiques. A mains nues, il avait battu des ours. On l’appelait déjà le « Golem » à cette époque. Les monstres l’encerclaient. Six. Des Xénomorphes, comme les humains les surnommaient. Des Chasseurs, comme lui les désignait. Ils n’étaient pas dans leur élément naturel, mais ça n’avait aucune espèce d’importance. L’ennemie, la traîtresse, celle que les humains appelaient la « Reine des Lames », était là. Il entendait un Xénomorphe se rapprocher dans son dos, et se retourna rapidement. Sa lame s’enfonça dans la gorge du monstre, ressortant de l’autre côté de sa longue gueule, tandis qu’un autre bondit sur lui. Tendant la main, Zeratul envoya une boule verdâtre sur le corps du monstre. C’était une boule acide qui fit fondre les flancs du Xéno, le repoussant. Il traversa le mur d’une des bicoques, s’écrasant au milieu d’une multitude d’œufs verdâtres. D’autres convergeaient vers lui, et il fit parler sa rapidité. Il se retourna vers un Xéno, et bondit sur le côté, évitant sa queue.

« Comment peux-tu commettre une telle erreur, traîtresse ? Ils ne sont pas faits pour le combat, mais pour la traque ! Tu ne connais rien ! »

Il la haranguait, la menaçait, évacuant sa rage. Il attrapa avec sa main la gorge d’un Xéno, et l’écrasa sur le sol. Ces créatures étaient insignifiantes contre lui, mais elles constituaient un bon échauffement. Une autre tenta de le frapper avec sa longue queue tranchante. Utilisant sa main libre, il attrapa cette dernière. Les pointes tranchantes du Chasseur s’enfoncèrent dans sa peau, lui faisant ressentir une légère douleur. Il fit alors tournoyer autour de lui la créature, utilisant sa constitution physique exceptionnelle, et attendit que le monstre acquière suffisamment d’amplitude pour le relâcher. Son corps s’envola, et rebondit sur le sol, avant que, dans un jet d’ombres, Zeratul ne se téléporte vers lui, et ne l’écrase sous son pied, explosant son sang. Il leva sa main, et envoya une autre boule verdâtre vers un Chasseur. Ce dernier l’évita, et profita de sa chance. Il courut rapidement vers Zeratul. Sans paniquer, ce dernier frappa alors le sol, envoyant des rayons verdâtres qui jaillirent du sol, formant des griffes tranchantes, un mur mortel. Le Chasseur, toutefois, parvint encore à l’esquiver, les griffes fendant le vide. Sa queue jaillit, et l’Annexien, irrité, bondit vers la créature, et lui enfonça sa lame verdâtre dans la cage thoracique. Il souleva le monstre, son sang acide tombant sur sa peau. Cette dernière fondit, cicatrisant presque instantanément.

Zeratul balança le cadavre sur le sol, et s’avança lentement. Il n’eut pas trop à attendre avant que d’autres n’arrivent. Deux Gardiens. Son ancienne garde rapprochée, ses plus proches alliés. Elle le provoquait, le narguait, se moquait d’elle. Il sentit sa rage décupler. Les Gardiens avaient une apparence presque humanoïde, et portaient comme arme une longue lance énergétique avec deux grosses pointes vertes énergétiques. Zeratul les regarda. Il tenta, inutilement, de récupérer son contrôle psychique sur eux, mais l’emprise de la traîtresse était trop forte pour ça. Ils lui étaient soumis, et l’attaquèrent alors. Zeratul se mit à courir vers eux, et para avec sa lame l’une des lances, utilisant son autre main pour attraper l’un des Gardiens à la gorge. Il le souleva, et l’écrasa violemment contre le sol, avant de se retourner vers l’autre. Il para avec son épée, mais l’autre morceau de la lance le toucha au ventre. Son sang jaillit, mais il fallait plus qu’une petite ecchymose pour stopper l’Annexien. Il envoya une décharge magique qui frappa le corps du Formien, le faisant rebondir sur le sol, de la fumée verdâtre s’échappant de son corps partiellement calciné. Le premier Gardien se releva à son tour, et l’attaqua. Zeratul attendit qu’il s’approche, lui présentant son dos, et se retourna subitement. Sa lame énergétique coupa en deux la lance du Gardien, et le décapita ensuite proprement.

« J’en ai assez de ce petit jeu ! Montre-toi ! »

Zeratul entendit alors un gloussement, mais ne put en déterminer l’origine. Il savait néanmoins que c’était elle.

« Lâche ! Montre-toi ! » la harangua-t-il.

Zeratul sentit alors sa présence, et tourna sa tête. Elle était là. La Reine des Lames. Ses yeux flamboyants l’observaient depuis le toit d’une des granges.

« Tu as trahi la Cause ! s’exclama-t-il.
 -  Oh, vraiment ? la nargua-t-il.
 -  Je t’ai appris tout ce que je savais !
 -  Et c’est pour ça que j’ai pris ta place. Un ordre nouveau est en place, Zeratul, et tu n’y as pas ta place. »

Zeratul grogna, mécontent, et se téléporta alors, arrivant juste devant Sarah. Il l’observait avec fureur, et courut rapidement vers elle. Tendant sa main libre, il envoya une boule verdâtre que Sarah repoussa en tendant une main, la boule explosant contre ses doigts. L’Annexien fit alors parler sa lame, et Sarah l’évita en se déplaçant sur le côté. La lame faucha une partie de son espèce d’aile dans le dos, et l’une de ses mains se posa sur le torse de Zeratul. Elle se mit à luire, et, quelques instants plus tard, il y eut une superbe explosion qui repoussa le monstre. Zeratul s’envola comme une pierre, et s’écrasa dans un champ, pulvérisant un tracteur qui se trouvait là, fauchant une série d’œufs qui étaient en gestation. Une partie de son corps était en feu, du sang s’en échappant abondamment, mais il parvint à se relever, tandis que Sarah, silencieusement, un fantôme de sourire sur les lèvres, se mit à l’observer de loin.

« Tu es imparfait, Zeratul. Le premier prototype de ce pour quoi la Conscience est venue sur ce monde : enrichir notre patrimoine génétique en créant de nouvelles espèces. Tu es un échec.
 -  Tu mens !
 -  La Conscience se méfie de toi, car tu te refuses à lui obéir, à suivre fidèlement ses directives.
 -  C’est faux ! grogna-t-il. Je te ferais regretter tes mensonges !
 -  Alors, pourquoi la Conscience ne t’a-t-elle pas ordonné de reprendre ce qui te revient de droit ? »

Zeratul secoua la tête. Cette question lui avait taraudé l’esprit, naturellement, mais il s’en moquait.

« C’est un principe de sélection naturelle. Les espèces les plus faibles disparaissent au profit des plus fortes. »

Zeratul se releva, son corps cicatrisant, mais ne put rien dire d’autre, car le sol se mit à trembler furieusement, vibrant dangereusement. Il eut à peine le temps de se retourner qu’il vit une masse colossale s’abattre sur lui. Il eut juste le temps de se téléporter, et vit que Sarah avait réussi à former un Colosse. Une créature gigantesque, avec d’énormes pinces à la place des bras, qui cracha depuis sa gueule des boules d’acides. Zeratul les évita en faisant une série de roulades sur le sol. Les boules explosaient en pulvérisant toute la végétation, et l’une des pinces du monstre, à hauteur de son abdomen, tenta encore de l’embrocher. Zeratul l’évita, et trancha le bout de la pince avec sa lame, puis envoya l’une de ses boules verdâtres. La boule explosa contre le corps du Colosse, le forçant à reculer, mais sans vraiment l’endommager. Sa peau était bien trop résistante. Le Colosse cracha une autre boule acide, que Zeratul évita à nouveau. Il visa désormais la tête du monstre, et courut ensuite vers sa queue. Tandis que le Colosse était aveuglé, il courut le long de cette dernière, et bondit dans les airs, tournoyant en visant sa nuque, une zone sensible. Il allait planter sa lame quand une forme apparut à côté de lui. Sarah le toucha au ventre, et envoya une autre de ses puissantes attaques magiques. Il y eut une violente explosion, et Zzeratul poussa un hurlement d’agonie, en sentant son corps manquer se déchirer en deux. Le sang gicla partout, et il s‘écrasa à nouveau sur le sol, son corps quasiment coupé en deux. Du sang s’échappait de sa bouche, et ses yeux, hagards, fixaient le ciel verdâtre.

« Aaaaaahhh... »

Il ferma lentement les yeux, essayant de retrouver son rythme. Sarah apparut alors, et planta son pied sur le bras tenant la lame énergétique. Elle l’abattit fermement, et Zeratul sentit une onde de douleur le traverser en sentant quelque chose se déchirer. Sarah se pencha, et attrapa son avant-bras décapité.

« N-Non... Lâche…
 -  Seule la Survie importe. Une nouvelle ère commence, Zeratul. Et je me dois de me débarrasser des déchets du passé. »

Zeratul se mit à grogner, crachant encore du sang. Il observait Sarah, baignant dans son sang. La Reine des Lames le dominait, et l’une de ses longues griffes osseuses s’échappant de son dos vinrent se planter dans son corps, le soulevant ainsi du sol. Il sentit le bas de son corps lâcher.

« Mon Carnifex a faim, et je crois que même toi, tu ne te régénéreras pas en goûtant à ses sucs gastriques. »

Elle allait le balancer, lorsqu’il y eut une surpuissante explosion. Surprise, Sarah tourna subitement la tête, et vit la partie principale de la ferme, le manoir, voler en éclats sous l’effet de bombes, d’explosifs. Le toit s’envola, des morceaux de bois enflammés volant dans tous les sens, et, après une série de salves supplémentaires, tout le manoir s’écroula. D’autres missiles tombèrent sur les autres dépendances, et Sarah sentit une onde de douleur la traverser en sentant les centaines d’œufs disparaître. Les humains ! Ils étaient là ! Elle vit alors une série de missiles frapper son Colosse, qui se mit à hurler de douleur.

« Non ! hurla la Reine. Mon bébé ! »

Elle en oublia totalement Zeratul, qui s’écroula sur le sol, et se mit à lentement ramper, n’ayant plus qu’une main valide. Dans le ciel, des vaisseaux se rapprochaient, des avions balançaient de puissantes bombes incendiaires, et des chars d’assaut se rapprochaient, crachant des jets de feu pour pulvériser les plantes émettant les spores. Le Colosse s’écroula sur le sol, et Sarah, en maudissant les humains, dut s’enfuir sous terre. Zeratul, quant à lui, continuait à faiblement ramper sur le sol, espérant échapper aux Tekhans, puis se venger de la Reine des Lames.

ANNEXE

LES PSYKERS

Ordre militaire tekhan peu connu, mais qui fait parfois l’actualité, les Psykers remontent à l’implantation de l’Ordre à Tekhos, ce qui remonte à fort longtemps. Les Psykers ont conservé des traces de cette origine, dans la mesure où ils vivent dans un monastère assez isolé, se situant dans des montagnes. Les Psykers présentent cette particularité d’être des soldats dotés de pouvoirs magiques. Jadis chevaliers, ils sont devenus soldats quand l’État tekhan s’est accaparé de cet ancien ordre religieux militaire. Entretenant toujours des relations étroites avec le clergé tekhan, les Psykers restent une institution militaire, dont le statut juridique fait constamment l’objet de discussions envenimées. La responsabilité juridique des Psykers est en effet virtuellement inexistante, ce qui leur octroie une grande marge de manœuvre. Les Psykers font ainsi parfois l’objet d’actualités politiques, lors de périodes démocratiques, où les Sénatrices promettent sans cesse de réformer leur statut, mais sans jamais le faire. Un autre problème qui est assez épineux chez les Psykers est que des hommes peuvent les rejoindre, ce qui est perçu par bien des individus comme une hérésie injustifiable.

En réalité, si les Psykers bénéficient d’une forte impunité, c’est parce qu’ils ont avant tout une mission d’entraînement. Un Psyker est, par définition, un soldat ayant des capacités magiques. Ceci rend les Psykers particulièrement talentueux, mais ils sont soumis à un entraînement assez rigide, qui commence généralement dès leur plus jeune âge. Tous les Psykers sont formés ainsi dès leur plus jeune âge, et les Psykers sont généralement des orphelins de guerre. Ils suivent un entraînement rigide et austère, rigoureux et difficile, dans un monastère ancestral, en étant relativement coupés du monde. Ceci permet généralement d’entretenir de bonnes relations, en développant un esprit clanique.

A l’issue de sa formation, un Psyker peut rejoindre divers affectations. La plupart des Psykers rejoignent les Ghosts, des escouades d’élite ayant généralement des missions d’infiltration périlleuses, consistant à assassiner des ennemis dangereux, récolter des informations, ce qui les conduit généralement à agir en toute illégalité. A cette fin, les escouades de Ghosts bénéficient d’un équipement technologique de pointe, incluant des camouflages optiques. Du fait de leur mission, une escouade de Ghosts ne comprend jamais trop de membres. Les Ghosts constituent l’élite à laquelle tout Psyker se prédestine, mais ces derniers peuvent aussi rejoindre d’autres corps. Ceux qui n’ont aucune vocation militaire font généralement partie des Archivistes, des sortes d’érudits qui se chargent d’enseigner la culture et la connaissance magique, généralement auprès des cadets, mais aussi au sein de l’armée tekhane. Certains Psykers peuvent également devenir de simples soldats, ou bénéficiaient de statuts particuliers.

A la tête des Psykers, on trouve un haut-gradé de l’armée, généralement un major. Ce dernier reçoit ses instructions de mission de la part du haut-commandement en personne, et n’a de comptes à rendre qu’à eux. Dans la pratique, les Psykers sont souvent au cœur de conflits d’intérêts opposant le Sénat, qui aimerait bien leur définir un cadre légal plus contraignant, l’armée, et l’Ordre. Ceci rend les Psykers relativement autonomes, mais pas forcément indépendants, dans la mesure où ils restent rattachés à l’armée tekhane, et ne peuvent en aucun cas être assimilés à des mercenaires. Les Psykers sont lourdement entraînés pour être l’élite, et apprennent ainsi ces valeurs de plus en plus oubliées que sont le respect de l’autorité légitime, la discipline, et le patriotisme. Les cas de Psykers pratiquant des abus sont rarissimes, et sont généralement médiatisés de manière excessive, et manipulés.

LA HORDE DE LA REINE DES LAMES

Typologie de la Horde

La Horde de Sarah comprend un certain nombre de Formiens. Voici une liste non-exhaustive, par ordre alphabétique, des différents types de monstres qui figurent au sein de cette Horde. Le nom souligné correspond au terme employé par Sarah pour les désigner, celui en italique est un surnom usuel, utilisé par les humains, ou pour dissocier des Formiens ayant les mêmes fonctions.

 - Chasseur (Xénomorphe). Les Chasseurs désignent les troupes d’élite de la Horde. Leur principale fonction est, sans réelle surprise, de chasser. Furtifs, les Chasseurs sont discrets, aimant se déplacer dans la nuit, et attaquent par surprise. Ils adorent notamment se dissimuler dans les conduits d’aération, et font preuve d’une redoutable intelligence. Assez solitaires, les Chasseurs ont tendance à agir seuls, mais peuvent aussi très bien se débrouiller en groupe, faisant preuve d’un redoutable esprit de coordination. S’agissant de leurs capacités offensives, ils sont rapides (très rapides), disposent d’une longue queue tranchante, de griffes terrifiantes. Leur sang est acide, et, surtout, leur langue est mortelle. Ils s’en servent comme d’une arme, car elle peut aisément percer des défenses, comme des casques légers, ou des crânes. Précisons enfin que les Chasseurs peuvent féconder des humaines, utilisant généralement leur longue queue à cette fin. Sarah voue une grande affection pour les Chasseurs, et en a généralement plusieurs avec elle. Elle les utilise souvent pour dévorer des prisonniers.

 - Colosse (Carnifex). De toutes les monstruosités pouvant être produites par la Horde de Sarah, les Carnifex figurant parmi les plus dangereux. Ces géants de chair ressemblent à une sorte d’improbable tyrannosaure, au moins par la taille, et pour la férocité. Arborant une solide carapace particulièrement résistante, le Carnifex a une longue queue derrière lui, et d’énormes griffes au-dessus de sa tête, faisant office de bras, et à hauteur de son abdomen. Il utilise généralement ses pointes pour se battre, s’en servant pour transpercer des ennemis. Le Carnifex peut aussi sécréter depuis sa gueule de grosses boules d’acide qui font fondre la matière. La meilleure manière de l’affronter est sans doute de faire comme cet homme sur l’image l’illustrant : c’est, en tout cas, la méthode la moins douloureuse, car le Carnifex a la désagréable manie de dévorer vivant les soldats qui tentent de l’arrêter. Et, croyez-moi, vous n’avez pas envie de finir dans son estomac. C’est un peu comme finir dans celle du sarlacc, ce monstre qui digère ses proies pendant un millénaire. Vous pouvez aussi consulter cette image pour en savoir un peu plus sur l’apparence globale de son corps.

 - Colosse (Tyrannosaure xéno). Imaginez un improbable et terrifiant croisement entre ce bon vieux T-Rex et un Xénomorphe. Vous obtenez le Tyrannosaure xéno, véritable monstre de guerre. N'étant pas vraiment discret, le T-rex xéno est une véritable brute de guerre, qui dispose des attributs du T-rex et du Xénomorphe classique. Il est ainsi immense, rapide, puissant, résistant, son sang est acide, sa queue extrêmement tranchante (elle peut percer l'acier). L'affronter est un véritable cauchemar pour les troupes, car, plus on le blesse, et plus il saigne, sans pour autant que son agressivité ne diminue... Et n'oubliez pas que son sang est acide.

 - Colosse (Ultralisk). L’Ultralisk est une sorte de version alternative et berserk du Carnifex. Plus résistant que lui, c’est une espèce d’énorme amas de chair ultrarésistante, qui dispose de deux interminables griffes lui permettant de faucher les immeubles comme du blé. Immense et colossal, l’Ultralisk peut aussi utiliser ses pattes pour charger, telle une espèce de furieux rhinocéros balayant tout sur son passage. Comme on peut le voir sur cette image, l'Ultralisk peut aisément atteindre la taille d'un vaste immeuble, et il représente alors une menace... Considérable.
 
 - Fille de Sarah. Pour former sa Horde, Sarah utilise généralement les ressources naturelles, mais l'Annexienne connaît aussi la reproduction classique. Elle peut alors, soit se faire féconder, soit féconder des femmes. Le bébé qui en sort est alors une puissante Formienne, l'une des filles de Sarah, similaire à l'image d'illustration. Précisons que la fécondation est très rapide, durant quelques jours. La créature qui en ressort est, soit une larve qui se cristallisera rapidement, soit un œuf, si la fécondation a été très efficace. Cette oeuf grossira ensuite, jusqu'à devenir, au sein du nid, une espèce de membrane qui donnera naissance à la Fille. Cette image illustre plutôt bien la fin de la chrysalide. Les Filles de Sarah sont des Formiennes particulièrement puissantes, très influentes au sein de la Horde, et qui sont des sortes de sous-Annexiennes. En somme, quand elles ne sont pas assignées à la protection de leur mère, elles se chargeront souvent de pondre d'autres nids. Chaque Fille présente une apparence particulière. Ci-dessous, voici une liste, non-exhaustive, des principales Filles de Sarah.
--> Sheoldred. Sheoldred est une Fille-centaure, c'est-à-dire un croisement entre une femme et... Un truc évoquant vaguement quelque chose. Sheoldred a deux bouches : celle de son corps, et sa bouche normale. On sait rapidement laquelle est la plus préférable, non ? Sheoldred est une Fille assez puissante, qui aime piétiner ses adversaires, et qui est très résistante.
--> Thorne. Thorne est une Fille assez mâture, d'apparence humanoïde. Elle dispose d'une peau spéciale, sorte de mélange entre une peau normale et une sorte de membrane visqueuse noirâtre hérissée de pics, pouvant recouvrir tout son corps. Thorne peut ainsi ressembler à une espèce d'animal sauvage quand cette seconde peau la recouvre entièrement.

 - Gardien. Là où les Chasseurs constituent des troupes de traque, les Gardiens, eux, sont véritablement des gardes du corps. Il s’agit d’anciens humains profondément modifiés, et qui deviennent de redoutables machines à tuer. Preuve de l’adaptation croissante de la Fourmilière à leur environnement, les Gardiens utilisent des armes blanches, se composant d’une double lance énergétique. Ce sont des guerriers assez redoutables, qui ont pour seule et unique fonction de protéger leur Déesse, la Reine des Lames.

 - Insecte. Les Insectes désignent toute une catégorie de nombreux Formiens qui sont des mutations d'insectes. Ce sont donc des insectes géants, qui répondent à un esprit de caste, même si les insectes mutés sont des traqueurs solitaires. Les Insectes constituent des Formiens peu dangereux, mais qui attaquent en nombre, et que Sarah utilise surtout dans les bio-infestations ayant lieu dans des environnements forestiers. Voici une liste, non-exhaustive, des différents Insectes :
--> Araignée géante ;
--> Fourmi géante ;
--> Mille-pattes géant ;
--> Moustique géant ;
--> Scarabée géant.

 - Lerk. Le Lerk est une créature aérienne. Utilisant ses ailes pour planer, le Lerk aime fondre en masse sur ses proies. De taille diverse, un Lerk peut volontiers faire la taille d’un ptérodactyle. Ces créatures balancent des boules d’acide depuis leurs gueules. Ils ne sont, en revanche, pas spécialement résistants.

 - Reaper. Le Reaper est un autre de ces monstres qui permet de mieux apprécier la puissance de l’armée tekhane. Cette créature présente la particularité, fort inutile en la matière, de pouvoir respirer dans l’espace. Sur Tekhos, le Reaper est un monstre qui aime attaquer par surprise, plongeant sur ses proies. Sa peau est très résistante, et ses pinces, sans réelle surprise, sont mortelles. Pour tuer un Reaper, il faut, soit utiliser des explosifs, soit atteindre les parties faibles de sa carapace, des espèces d’excroissances blanches qui se forment sur son corps. Le Reaper peut aussi cracher autour de lui une sorte de petit gaz qui a pour seule et unique fonction, outre de piquer les yeux, de le dissimuler. Le corps-à-corps est relativement exclu avec lui.

 - Rhino. Le Rhino, comme son nom l’indique, est un Formien particulièrement rapide, qui charge ses proies en faisant trembler le sol. Ses puissantes attaques sont conçues pour heurter les véhicules légers, mais les charges des Rhinos peuvent même endommager des chars. Ils sont très résistants, mais n’ont aucune autre capacité spéciale que leurs forces de frappes.

 - Uroboros. Que serait la Horde sans un bon vieux monstre tentaculaire dégueulasse et moche ? C’est ce rôle que remplit Uroboros, une sorte de long serpent tentaculaire, dont le corps est constitué d’un nombre infini, ou presque, de tentacules. Les pratiques sexuelles de ces serpents ne sont pas spécialement très romantique, car ils aiment engloutir leurs proies sous un amas de tentacules pour les pénétrer de toute part. Ce n’est pas franchement agréable, et il est rare que les victimes survivent.

 - Zombies. La Horde de Sarah transforme les humains qui ne sont pas dévorés en zombies. Pour cela, ils sont enfermés dans des espèces de grosses boules vertes, où leur corps est transformé. Les zombies qui en sortent ressemblent ensuite à n’importe quel zombie classique de film, ou presque. Ils peuvent, avec leur salive, transformer d’autres personnes en zombies, mais n’ont pas la lenteur pesante des zombies d’un film de Georges Romero. Imaginez-vous plutôt les enragés de Danny Boyle. Leur système nerveux est totalement inhibé, ce qui fait qu’ils ne ressentent pas la douleur. La zombification d’un sujet dépend avant tout de son état. S’il est en vie, le corps se battra contre le virus, peut-être assez pour que vous ayez le temps de bénéficier d’un sérum. Si vous mourez, la zombification sera bien plus rapide, et vous pourrez ainsi renaître. Les zombies de Sarah ne sont pas écervelés, ils répondent à un objectif, et suivent des ordres. Leur corps est également susceptible de continuer à muter, ce qui donne parfois lieu à des aberrations défiant l’imagination.

Cette liste n’est pas exhaustive. En RP, d’autres types de monstres sont donc susceptibles d’apparaître.

Bio-infestation

L’objectif de la Horde de Sarah est de répandre ce que l’armée appelle une « bio-infestation ». La Reine des Lames peut fonder une Horde partout où il y a de la vie, et choisit généralement des endroits où la vie est présente. Elle peut le faire dans un désert, mais une forêt, voire même une jungle, seront toujours l’endroit le plus recommandé. L’armée tekhane se reconnaît un droit d’intervention mondial pour neutraliser les bio-infestations, et ce tout simplement parce qu’eux seuls ont l’armement nécessaire et la logistique suffisante pour empêcher qu’une bio-infestation ne se propage de manière démesurée. Leurs satellites surveillent en effet le monde entier, ce qui leur permet d’apprendre le développement d’une bio-infestation avant qu’elle n’atteigne un seuil critique. C’est pour ces raisons que Sarah préfère commencer sa bio-infestation sous terre, dans un endroit où les satellites tekhans ne peuvent la repérer.

Une bio-infestation commence toujours par une contamination des ressources naturelles : l’eau, les plantes, les arbres... Le fonctionnement de la bio-infestation est ainsi assez longue à venir, mais, une fois que cette dernière a commencé, elle se propage très rapidement. Les plantes sont contaminées, et diffusent dans l’air des spores toxiques et nocives, qui contaminent tout ce qui vit autour, et qui permet à Sarah, dans ses grottes, de féconder sa Horde. S’il lui est par exemple facile de féconder un Lerk, féconder un Carnifex demandera bien plus de temps et de ressources. Sarah tire les ressources de la richesse naturelle : l’eau, les minéraux... Tout cela sert à alimenter son nid. Les spores que les plantes émettent, quant à elles, transforment la population environnante, donnant lieu à des mutations qui se répandent ensuite progressivement. Ainsi, le chasseur qui inhale les spores les répandra à chaque fois qu’il expirera, ces dernières agissant comme des virus se répandant progressivement. Généralement, les cellules du corps éliminent la bio-infestation. Ainsi, si le porteur est faible, le virus se répandra plus facilement, car le corps ne pourra pas bien résister. Plus la bio-infestation se prolonge, et plus les spores deviennent fortes, jusqu’à devenir perceptibles dans l’air, formant des espèces d’halo verdâtre qui peuvent être légèrement hallucinogènes. Ces spores sont le premier signe permettant aux Tekhanes de repérer les bio-infestations.

L’eau est de même une ressource que la reine des Lames pollue rapidement. Chacun boit de l’eau, et cette eau agit comme le font les spores émises depuis les plantes. Plus on en boit, plus on se transforme, petit à petit. L’épidémie a ainsi plusieurs facteurs lui permettant de se répandre, et de devenir très rapidement pandémique. De cette manière, les simulations tekhanes décrivent une bio-infestation formienne en plusieurs phases :

 - Phase 1. La phase 1 d’une bio-infestation est sans danger. Elle est imperceptible, et consiste en une mutation des ressources naturelles, essentiellement l’eau et la forêt. Chez les sujets vivants, cette phase 1 se manifeste par de nombreuses toux répétées, et de nombreuses migraines.

 - Phase 2. A la phase 2, les spores émises depuis les plantes transformées commencent à devenir novices. C’est à partir de ce stade que les décès commencent, généralement chez les personnes fatiguées : les malades, les cacochymes, les vieillards, les pestiférés, etc... Le réflexe commun des gens est d’enterrer les gens, alors qu’il est recommandé de les brûler le plus vif possible, pour éviter qu’ils ne se réveillent, et ne deviennent des zombies qui se répandront.

 - Phase 3. La phase 3 est généralement celle où les premiers signes de bio-infestation apparaissent aux yeux des autorités tekhanes. Les satellites repèrent des signes avant-coureurs, qui ne sauraient mentir : accroissement anormal du nombre de végétaux, brouilleurs satellites... Une enquête est à ce stade rapidement menée pour confirmer les doutes. Généralement, on se situe un ou deux mois depuis le début de la bio-infestation. La Nature mute, et les premiers œufs sont sur le point d’éclore. Les morts, quant à eux, se réveillent, et les autochtones tentent de fuir, emmenant avec eux, sans le réaliser, les spores.

 - Phase 4. La phase 4 est la période d’intervention critique, celle où, généralement, les bio-infestations finissent par se résorber. Des camps militaires se dressent ici et là, qui ont pour objectif de traiter tous les individus se trouvant dans un cercle très large, de manière à éviter que la bio-infestation ne se répande. Parallèlement, des troupes d’assauts se rapprochent du cœur de l’infestation, l’objectif étant d’atteindre le nid, dans les grottes, pour enrayer au cœur la bio-infestation.  Il est important de ne laisser aucune trace de l’infestation, de manière à éviter qu’elle ne recommence.

 - Phase 5. Avant-dernière phase d’urgence, la phase 5 désigne le stade où les moyens conventionnels ne permettent plus de résoudre la bio-infestation. A ce stade, un périmètre d’ultime urgence est dressé, et un bombardement nucléaire de la zone est autorisé pour stopper l’épidémie.

 - Phase 6. Envisageable uniquement en théorie, la phase 6 désigne l’étape où la bio-infestation est devenue hors de contrôle. La seule chose qui peut alors enrayer la bio-infestation est un miracle.

PERSONNAGES

Plusieurs personnages sont liées à Sarah. En voici une brève description :

 - Jezebel. Jezebel était jadis une humaine qui a été capturée par Sarah, et est devenue par la suite son assistante. Cette femme froide constitue le bras droit de la Reine des Lames, et assiste cette dernière lors d’opérations difficiles. Elle exerce notamment une bonne influence auprès des Chasseurs, qu’elle considère comme ses enfants personnels.

 - Zeratul. Zeratul est le premier Annexien à avoir été créé à partir du corps d’un humain sur Terra. C’était un ancien gladiateur d’élite, particulièrement robuste, qui est devenu un Annexien particulièrement puissant, et a pris sous son aile Sarah. Il a été renversé par cette dernière, et laissé pour mort. Zeratul dispose de pouvoirs magiques importants, d’une résistance physique exceptionnelle, et son corps se régénère rapidement. Zeratul haït profondément Sarah, et ne désire qu’une seule chose : la tuer.

 - Avitus.  Avitus est un guerrier d’élite, un ancien Marine qui a été éduqué par les Psykers, avant de rejoindre les Ghosts, après avoir fait ses classes. C’est un guerrier robuste, qui voue une haine forte envers les Formiens, qui ont failli le tuer, et ont massacré toute sa famille. Faisant partie de l’escouade de Sarah lors de l’opération Harbor Bay, il a failli être tué, et est le seul survivant de l’escouade, à l’exception du pilote du vaisseau. Il s’est retrouvé avec des implants cybernétiques supplémentaires sur le corps, et une détermination encore plus grande encore à détruire les Formiens.

POUVOIRS

La Reine des Lames est une puissante Annexienne, qui, en ce sens, dispose de nombreux pouvoirs. En voici la liste :

 - Polymorphisme. Sarah peut prendre l’apparence qu’elle souhaite. Lorsqu’elle a besoin de se dissimuler au sein d’une grande population, son corps prend ainsi une forme méconnaissable, généralement attirante, et qui lui permet de se mélanger aux autres. C’est notamment ce qu’elle fait quand elle se rend à Seikusu, afin de se renseigner sur les Terriens. Son polymorphisme est très développé, puisqu’il lui permet aussi de prendre les caractéristiques et le sexe de l’espèce dont elle prend l’apparence.

 - Régénération cellulaire. Tuer Sarah est extrêmement difficile, car son corps, outre être extrêmement résistant, se régénère aussi à grande vitesse. Ignorant la douleur, Sarah cicatrise à grande vitesse.

 - Capacités physiques améliorées. Suivant le prolongement de sa régénération cellulaire, Sarah est aussi une femme particulièrement forte. La Reine des Lames dispose d’une grande puissance, et peut même légèrement planer. Elle dispose surtout d’une très bonne résistance physique, lui permettant d’encaisser les balles.

 - Pouvoirs magiques. La Reine des Lames dispose aussi de capacités magiques accrues. Ses sorts sont assez offensifs, et sont relativement puissants. Elle peut notamment se téléporter.

 - Kinetic blast. Ce pouvoir particulier permet à Sarah de concentrer son énergie pour envoyer un puissant trait énergétique, suffisamment puissant pour détruire un char d'assaut.

 - Charge kinétique. Spécifique, cette autre faculté consiste, pour Sarah, à se transporter en avant à grande vitesse. Elle déploie à cette occasion ses ailes et ses griffes, balayant tout ce qui se trouve sur son passage.

GALERIE PHOTO






RP

1°) L'épidémie de Sylvandell [Sakura Korvander] [EN COURS]
2°) Race supérieure [Xénos] [ABANDONNÉ]
3°) Mission suicide ? [Jill Valentine] [EN COURS]
4°) Un duel au sommet [Nova Terra] [TERMINÉ]
5°) Le siège d'Epsilon [Xenom] [ABANDONNÉ]
6°) L'appel de la Nuée [Nova Terra] [EN COURS]
7°) Servir la Nuée [Amy] [EN COURS]
8°) La charge de la Horde [Izanami] [EN COURS]
9°) Renaissance [Yamagashi Hitomi] [EN COURS]
10°) Problème d'égout ? [Ilinia] [TERMINÉ]
11°) Les hommes de la Reine [Aal'Kesh] [EN COURS]
12°) L'alliance des Annexiennes [Irina Aliev] [EN COURS]
13°) Expériences dangereuses [Marena] [EN COURS]
14°) Des retrouvailles inattendues... Et très tendues... [Ilinia] [TERMINÉ]
15°) L'Antre de la Reine [Ilinia] [TERMINÉ]
16°) Baby Boom [Rachel Foley] [TERMINÉ]
17°) Génitrices [Mater Arachna] [EN COURS]
18°) Un cadeau pour une Reine [Leafa] [EN COURS]
19°) Révolte [Irina Tarkovskaya] [EN COURS]
20°) Containment Point [Cavalerie d'Acier] [EN COURS]
21°) Spécimen unique [Maya Da Silva] [TERMINÉ]
22°) Autochtone [Alsaka] [EN COURS]
23°) Nouvelle religion [Kamori Seika] [EN COURS]
24°) Un petit air de déjà-vu [James Raynor] [EN COURS]
25°) Bienvenue dans l'Essaim Formien [Ryan Raynor] [EN COURS]
26°) La procréation d'une fleur sauvage [Leslie Ryona] [EN COURS]
27°) Reine & Impératrice [Enolia Vanarina Elworg] [EN COURS]
28°) Tentacles & Monsters [Édéline de Roncenoire] [TERMINÉ]
29°) Les Belles Et Les Bêtes [Ilinia] [EN COURS]
30°) Mauvaises vacances [Capitaine Hawk] [EN COURS]
31°) La Traque [Xenom] [EN COURS]
32°) Contact xéno [C.E.A.R.E.S.] [EN COURS]
33°) La nouvelle Annexienne [Project X-0] [EN COURS]
34°) Colère formienne [Sophiana Caldo] [EN COURS]
35°) Vie de famille Formienne [Sayuko] [EN COURS]
36°) Confrontation entre deux grandes puissances [Adriana Slanvhas] [EN COURS]
37°) La Grande Famille Formienne [Rachel Foley] [EN COURS]
« Modifié: samedi 14 avril 2018, 13:48:29 par Sarah Kerrigan »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Sakura Korvander

E.S.P.er

Re : La Reine des Lames

Réponse 2 mardi 29 janvier 2013, 02:02:33

Re-Bienvenue, 25e compte de ma princesse de femme :D

Comme il est tôt, je lirais ça plus tard :)

Par contre, je remarque que les pouvoirs sont très similaires aux miens ::)

*A donc réellement des gènes de Formiens ? o.o ... ... >_<*
« Modifié: mardi 29 janvier 2013, 02:09:04 par Sakura Korvander »

Darthestar

Créature

  • -
  • Messages: 3053


  • FicheChalant

    Description
    Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.
    
    Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.
    
    Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.

Re : La Reine des Lames

Réponse 3 mardi 29 janvier 2013, 06:26:31

Re°25 Korvander ^^

Belle fiche !


Puppeteer

Créature

Re : La Reine des Lames

Réponse 4 mardi 29 janvier 2013, 06:31:56

PAVÉ CÉSAR ! Ceux qui vont te lire te saluent.

Perso, je peux passer mon chemin.

(Par contre, ça faisait longtemps que j'avais pas vu le mot "formien", quelle que soit la déclinaison de genre et nombre, dans une présentation. Il est bon de le préciser, une race prédéfinie est devenue rare \o/)
Who do you want to see ?


Theme of a Puppeteer - Theme of a Scorpion
[Fiche] Le voeu d'une existence. - Le souhait de représentation. [trames / Suivi RP]

Les mots ne disent rien. Les actions ne servent à rien. Ne cherche pas à éviter l'inévitable. Les promesses seront trahies. Viens ici. Approche-toi. N'aie pas peur, ne fuis pas. Ne t'obstine pas, viens. Approche... Viens chercher... l'éternité !



Différents comptes : Lyan Rose (En pause) - Puppeteer - Hybris - Andô

Tinuviel Lastrim

Créature

Re : La Reine des Lames

Réponse 5 mardi 29 janvier 2013, 07:23:55

On voit que la nouvelle extension de   stacraft basé sur  Kerri  va pas  tarder à sortir^^

Enfin, re bienvenue.  On te présente plus le fofo ca sert à rien nan?^^

Takara

E.S.P.er

Re : La Reine des Lames

Réponse 6 mardi 29 janvier 2013, 09:00:08

Re bienvenue miss princesse
En pause, peinture d'âme.

Sarah Kerrigan

Créature

Re : La Reine des Lames

Réponse 7 mardi 29 janvier 2013, 09:38:59

Sakura --> Je pourrais vérifier, si tu veux  ;D

Darthestar --> Merci ^^

Puppeteer --> C'est bien pour ça que j'ai pris la peine d'inclure en début de fiche un résumé d'une page et demie. Du reste, j'avais envie d'équilibrer un peu mon stock de super-héros en faisant une super-vilaine, et les Formiens m'ont semblé être une bonne opportunité.

Tinuviel --> C'est une simple coïncidence. Initialement, j'avais une autre image en tête pour faire ce compte, mais on a su me convaincre d'utiliser Sarah à la place  :D Et, effectivement, je commence à connaître un peu les lieux, tout ça, tout ça...

Takara --> Merci  :)
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Kyle Macross

Valinichonneur

  • -
  • Messages: 7750


  • FicheChalant

    Description
    ◄ Sentinel Prime ►
    (En plus d'avoir des plus grosses couilles que ton père, il porte mieux les collants que ta mère.)

Re : La Reine des Lames

Réponse 8 mardi 29 janvier 2013, 09:56:42

Je suis sensé te dire Superbienv'nue en agrémentant d'un smiley, mais je ne le ferai pas et tu sais pourquoi èé

Xénomooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooorphes \o/ *tousse* ...Désolé, le fan-boy que je suis a envie de te prendre comme un animal juste pour les Xénos.

ENFIN, BREF ! Comme j'ai bien aimé, que c'est bien écrit et que bon, voilà, je te valide, Sarah Kerrigan. Et j'vais envoyer toute une troupe te péter la gueule, aussi. Nothing personnal.

Va donc jouer, gourmande ! o/

Sarah Kerrigan

Créature

Re : La Reine des Lames (Valiprimée ♥)

Réponse 9 mardi 29 janvier 2013, 10:15:07

Merci :)

Mais ce n'est pas parce que tu m'as validé que tes troupes recevront un traitement de faveur particulier. Mes Carnifex ont justement un petit creux  :D
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Kyle Macross

Valinichonneur

  • -
  • Messages: 7750


  • FicheChalant

    Description
    ◄ Sentinel Prime ►
    (En plus d'avoir des plus grosses couilles que ton père, il porte mieux les collants que ta mère.)

Re : La Reine des Lames (Valiprimée ♥)

Réponse 10 mardi 29 janvier 2013, 10:19:43

T'en fais pas, je compte bien te pulvériser. Alors sans traitement de faveur, ce sera très bien, ma supériorité sera écrasante  8)

Superbienv'nue, tout de même :)

Mélanie Rosenberg

Humain(e)

Re : La Reine des Lames (Valiprimée ♥)

Réponse 11 mardi 29 janvier 2013, 12:00:26

Rebienvenue ^^

Sarah Kerrigan

Créature

Re : La Reine des Lames (Valiprimée ♥)

Réponse 12 mardi 29 janvier 2013, 12:24:12

Merci, belle humaine :)

*La féconderait bien  :D*
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Yuka/Yuko Karistal

Humain(e)


Sarah Kerrigan

Créature

Re : La Reine des Lames (Valiprimée ♥)

Réponse 14 mardi 29 janvier 2013, 14:07:05

Merci, belles petites femmes ^_^
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.



Répondre
Tags : formien