banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 ... 5 6 [7] 8
  Imprimer  
Auteur Sujet: Future étoile [Aoki Kou]  (Lu 8834 fois)
Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #90 le: Juillet 14, 2017, 03:00:18 »

Le retour d’Aoki fut une merveilleuse chose. Doutzen quitta le club en étant ravie, les yeux dans les nuages, et annonça ensuite à Reto que Kou-san voulait s’entretenir avec lui. Son père en fut ravi, et, dès le lendemain, appela l’agence d’Aoki. Il fut rapidement en ligne avec elle, et l’invita à une soirée à l’un des restaurants gastronomiques les plus riches de la ville, le Muramasa-jo.

« Il faut que nous repartions sur des bases plus saines, vous et moi. »

Le restaurant fut prévu Vendredi soir, et, après ça, Doutzen passa une semaine plutôt normale. Elle participa aux castings d’Aoki, et apprit ainsi que son rôle dans une série se précisait de plus en plus. Pour elle, c’était un grand moment qui se rapprochait, mais, comme elle était encore mineure, Aoki en était arrivée au point où elle avait impérativement besoin de l’autorisation de Reto pour que sa fille participe à une série télévisée. Les producteurs de la série étaient emballés par la jeune fille, et comptaient bien lui donner un rôle important. C’était une série télévisée pour adolescents, sans grande envergure. Le script était celui d’une love story pour teenagers, et le studio avait eu l’autorisation de tourner les scènes au lycée Mishima pendant les vacances scolaires.

Doutzen présenta le script à son père, qui en fut ravi.

« Tu es heureuse de devenir actrice, Doutz’ ? »

Elle n’avait pu qu’acquiescer, faisant sourire son père.

« J’ai toujours su que tu avais un grand talent, Doutzen. Je ne t’ai pas pris uniquement pour ton minois. Mais je ne vais pas encore signer l’autorisation. Je dois d’abord m’entretenir avec ta  ‘‘Maîtresse’’ auparavant. »

Entre-temps, Aoki avait également parlé à Félicia de la situation, notamment de ses doutes avec Reto. Mais Félicia, elle, n’avait jamais été une super-héroïne pure et blanche, comme pouvait l’être Spider-Man.

« Tu sais, j’ai souvent eu affaire à des criminels au cours de mon existence, et j’en suis moi-même une. Tu ne dois pas être trop brusque, Aoki... Et puis, ce que tu fais avec Doutzen est également illégal. Ce que je veux dire, c’est que Reto a aussi des bons côtés, et Doutzen a l’air de voir en toi plus qu’une simple coach. »

Félicia avait eu l’occasion de se renseigner sur les Petrovski. Reto, par exemple, était originaire de Russie, et le clan des Petrovski était en train de gagner un pouvoir considérable.

« C’est une mafia qui gagne en influence et en pouvoir. Grâce à Doutzen, tu disposes d’une porte d’entrée dans cette mafia, qui intéresse de près le S.H.I.E.L.D., car ils font affaire avec des criminels de Terra. C’est une occasion rare, à ne pas négliger. »

Mais le choix, finalement, appartenait à Aoki. Elle n’avait reçu aucune instruction du S.H.I.E.L.D., pour l’heure. Quoi qu’il en soit, Vendredi soir finit par approcher. Le Muramasa-jo était à la fois le nom d’un restaurant et du château historique de Seikusu, bâti dans les collines de la ville. Un fort qui avait jadis protégé la ville contre des clans ennemis, et était maintenant la propriété des Guramu, le plus puissant clan yakuza de la ville. Ils avaient acquis ce fort historique suite à la Seconde Guerre Mondiale, et avaient aménagé une partie des locaux au public, en créant un restaurant gastronomique de luxe, dans un style traditionnel, et un musée.

Reto s’occupa de tout le financement, et un taxi alla chercher Aoki, pour la conduire au restaurant. Par SMS, Doutzen avait bombardé Aoki, indiquant qu’elle était « impatiente » de la voir. Le taxi rejoignit donc les hauteurs de la ville, longeant la forêt, et s’arrêta sur la cour. Un serveur vint en personne accueillir Aoki, portant d’élégants gants blancs, et l’invita à le suivre.

Le restaurant comprenait une grande place centrale en bois, avec un énorme aquarium au centre, et des alcôves permettant d’offrir de l’intimité et de la discrétion aux clients.

« C’est ici, Madame. »

Reto et Doutzen étaient déjà là... Ainsi qu’une autre femme. C’était une table avec deux banquettes, et Reto était assis à côté d’une femme.

« Ah, Kou-san ! Il ne manquait plus que ça ! Bonsoir ! Je vous en prie, prenez place à côté de Doutzen ! »

La jeune femme s’assit donc. Doutzen portait sa belle robe rouge, et, rapidement, Reto fit les présentations :

« Kou-san, je vous présente Olga Gurluchenko. Olga nous vient tout droit de Russie, et elle est arrivée il y a quelques semains à la maison.
 -  Je suis enchantée de vous voir enfin, Kou-san. Doutzen parle énormément de vous. »

Olga portait une robe en latex plutôt courte. Difficile de se méprendre sur la nature de la relation qu’elle entretenait avec Doutzen.

« Olga est une formatrice de Doutzen... Une formatrice sexuelle.
 -  En Russie, je suis une Maîtresse. Je travaille dans le sadomasochisme auprès de riches clients, mais mes employeurs m’ont relocalisé ici pour que je m’occupe exclusivement de Doutzen... »

Doutzen rougit lentement, et, consciente que c’était à elle de s’exprimer, elle rajouta :

« Je... J’aimerais que vous veniez chez moi, Maîtresse. Mais... Pour ça, il faut que ce soit avec une autre femme, au moins au début.
 -  Bien sûr, nous ne sommes pas là pour ça à proprement parler, mais nous parlons de l’avenir de ma fille. Le choix vous appartient. Doutzen veut se performer dans le domaine du sexe, et, comme vous avez pu le comprendre, je suis plutôt ouvert sur la question. Alors, je vous propose l’assistance d’Olga si vous le souhaitez. En toute hypothèse, elle sera là pour former également Doutzen. C’est une demande qui vient de très haut.
 -  Je pourrais m’occuper seule de la formation sexuelle de Doutzen, mais nous nous sommes dits que ce serait mieux de le faire ensemble... Avoir un programme commun, en quelque sorte. »

Le choix appartenait à Aoki...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aoki Kou
Humain(e)
-

Messages: 653


Agent of S.H.I.E.L.D.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #91 le: Août 15, 2017, 08:09:55 »

Aoki ne pouvait pas encadrer Reto, depuis leur première rencontre, elle avait vu quelque chose de pas net entre lui et sa « fille », même en apprenant par la suite qu'aucun lien de sang ne les liait, elle ne trouvait pas ça saint. Avec la suite, elle avait vu qu'elle ne pouvait pas ouvrir les yeux de Doutzen, ne pouvant pas non plus simplement dénoncer ça, vu son cas, elle devait faire avec les moyens du bord. Sans violence, elle va propulser Doutzen sur le haut de la scène et, à défaut de l'enfermer, elle fera en sorte de l'éloigner de Reto. Lui qui a ses affaires louches, il ne pourra pas suivre sa fille partout, c'était déjà ça. Puis vint la perte de Kanzaki et sa remise en question. Elle était donc décidé à aider Doutzen, peu importe la façon mais elle va commencer par la manière douce. En plus, étant à présent presque une agent du SHIELD, elle pouvait les aider donc c'était tout bénéf' !

Se préparant pour le rendez-vous, elle n'avait aucun agent sous couverture pour l'aider, voulant paraître à tout pris clean pour ce rendez-vous. Sa seule surveillance était d'envoyer un message à Félicia à certaines heures pour lui dire que tout allait bien mais bien sûr, sans être aussi direct, avec un certain code. Prendre des nouvelles de son chat pour dire que tout allait bien, des nouvelles de son chien pour dire que ça ne sentait pas bon, et des nouvelles de son chat et de son chien pour dire qu'elle devait venir la chercher de suite ! Mais comme la soirée débutait, elle n'en était pas encore aux codes. Vu l'endroit, Aoki était bien habillé, rien de vulgaire non plus, c'était avant tout un rendez-vous professionnel. Arrivant au restaurant avec chauffeur, elle fut surprise de voir une autre personne en plus de sa petite Doutzen et de Reto, surtout vu la façon dont elle était habillé, ce ne serait sûrement pas sa tante, mère ou même nourrice.

Cette Gurluchenko venait de Russie et Doutzen lui avait beaucoup parlé d'elle ? Tiens donc ? De quel genre de chose avait-elle partagé se disait-elle ? Aoki lui renvoya la balle en étant enchanté de la connaître mais quand elle apprenais qui était cette femme, son regard se tournait doucement vers Doutzen, un regard quelque peu accusateur à vrai dire, bien qu'aucun mot ne sortait de sa bouche pour le moment. Elle les avait laissé parler pour s'étendre sur ce qu'ils avaient à dire mais elle ne comptait pas approuver cela bien gentiment, même si elle voulait aussi éviter de faure de vagues.

« Je suis ici avant tout pour m'assurer de la carrière de Doutzen, de lui trouver des rôles, de l'aider à améliorer son jeu. Pour ce qui est de cet autre apprentissage, ça regarde avant tout Doutzen. Je n'ai rien contre l'aider sur cette voie mais ce n'est pas ma priorité, ma priorité, c'est que d'ici quelques années, en allumant la télévision, un magazine ou n'importe quelle page internet, je vois ma petite Doutzen illuminé tout les médias, que tout le monde l'adore pour sa beauté comme son talent. »

Aoki se voulait pro sur cet entretien, mais il y avait un lien entre elle et son élève, un lien qu'aucun contrat et aucun accord ne puisse déceler. Aoki était sa maîtresse et Aoki n'était pas du genre à se laisser voler sa proie comme ça. Olga la formait peut-être depuis plus longtemps qu'elle, qui sait, mais Aoki comptait conserver son jouet pour elle. Rien n'empêcherait de jouer a deux avec le même jouet mais Aoki comptait bien montrer à cette Russe qu'elle n'allait pas se laisser faire. Peu importe la réponse de la petite blonde, dés qu'elle aura un moment de libre avec elle, elle va lui rappeler qui est sa véritable maîtresse et à qui elle doit lécher les pieds. Elle ne lui en voudrait pas, comme elle l'avait dit, pour venir la voir, elle devra être avec quelqu'un, autant que ce soit cette Olga qui était sélectionnée par quelqu'un de haut placé. Tôt ou tard, Aoki réussira à vendre assez d'information au SHIELD mais pour le moment, elle devait faire profil bas.

« Donc, tant qu'on me laisse réaliser le rêve de Doutzen, je me fiche de savoir qu'elle veut aussi développer ses autres facultés. Je priorise son rêve, le reste n'appartient qu'au libre choix de notre petite Doutzen. »

Ce qui était faux, Aoki comptait bien faire d'elle une femme fatale, qui en dehors de ses pattes sera une femme qui ne se laissera pas marcher sur les pieds, dominante et aussi dure qu'Aoki mais une fois de retour entre ses mains, elle compte retrouver cette brave petite chienne docile qu'elle aime tant.

« Tu as les cartes en main pour bâtir ton avenir, Doutzen, c'est à toi de décider de ce que tu souhaites pour ton avenir, qui pour te former, et sur quel sujet ? »

Aoki avait la priorité sur son rêve mais nul doute qu'elle sera aussi sur la case sexuelle, très certainement avec Olga pour ne pas froisser son père. Mais qu'importe, Aoki devait passer pour une fille propre pour ne pas élever les soupçons sur elle, il n'y avait aucun micro ou espions ici – à sa connaissance – donc autant les brosser tout les trois dans le sens du poil pour le moment. Tant qu'Aoki garde la main mise sur l'avenir de Doutzen, ça lui va. Elle regardait cette dernière avec un doux sourire, pour mieux cacher le loup qui était en elle et qui allait dévorer le petit chaperon rouge qu'elle était une fois seule en sa compagnie. Ce n'était pas sa faute ce qui arrivait mais laisser son père proposer une autre maîtresse qu'Aoki ? C'était une insulte. Bref, quoi qu'il se passe, la suite allait être délicieux en compagnie de Doutzen, voir même d'Olga ? Qui sait, Aoki pourrait se faire une amie ?
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #92 le: Août 16, 2017, 02:33:51 »

Aoki assura que seul l’avenir professionnel de Doutzen l’intéressait. Tout ce qu’elle voulait, c’était la former. Reto esquissa un léger sourire, pendant qu’Aoki demandait finalement à Doutzen son avis. Rougissant benoîtement, la jeune fille ne savait tout simplement pas quoi dire. Reto intervint alors :

« Je vous avoue avoir du mal à saisir le rapport entre la formation pour devenir actrice, et les relations sexuelles que vous entretenez avec Doutzen. »

Reto savait tout ce que Doutzen et Aoki faisaient… Ce qui, visiblement, irritait Aoki. Son discret regard n’avait nullement échappé à cet homme. Il avait beau être musclé et ressemblé à une brute, Reto n’en était pas moins intelligent, et très observateur. Il avait donc vu le regard discret d’Aoki vers Doutzen, et précisa rapidement les choses, afin de désamorcer la situation.

« Inutile de nous mentir, Kou-san. Pensiez-vous vraiment que Doutzen me mentirait ? Qu’elle ne me dirait pas ce que vous faites ? Alors que je vous avais dit être au courant de votre pedigree ? Je n’ai pas envoyé Doutzen chez vous sans raison. Je voulais que vous soyez autre chose qu’une simple agente de management… Je voulais que vous soyez sa Maîtresse. »

Inutile d’être grand clerc pour savoir que Doutzen manquait d’un référent maternel dans sa vie. Ses parents l’avaient abandonné, et elle vivait dans un environnement très masculin, avec Reto et ses hommes. Olga Gurluchenko, parlant de là, était une sacrée surprise, un revirement de situation qui pouvait perturber les choses, en faisant d’elle une potentielle rivale… Ce que Reto ne voulait pas. Cette soirée avait donc bien des raisons d’être, mais, dans tous les cas, Reto savait qu’Aoki ne ferait rien sans Doutzen.

C’est pour ça que la jeune femme se mit à parler, en regardant Aoki :

« Je… Ce n’est pas un piège, Kou-sama. Mon… Mon père ne cherche pas à te piéger, il n’y a pas de micro, ni de journalistes.
 -  Nous parlons librement, trancha Reto. Vous n’avez pas à vous cacher, Aoki. Vous êtes la Maîtresse de Doutzen, et je respecte ce statut. Comme moi, vous tenez à cette jeune fille. C’est pour ça que je l’ai pris sous mon aile, vous savez. Rien ne me forçait à l’éduquer, à l’adopter même. Je l’ai fait parce que j’ai senti en elle un pouvoir important… Et vous, vous contribuez à faire d’elle une Louve. Seulement voilà, Aoki, vous n’êtes pas de la famille… Ni Russe. Je ne peux décemment pas dire aux autres que Doutzen a comme Maîtresse une Japonaise sans attirer les soupçons.
 -  Je suis votre caution, traduisit Olga. Je ne veux pas être votre rivale, mais plus… Une sorte d’assistante. »

Les informations défilaient à toute allure. Reto ne cachait nullement appartenir à la Mafia russe, estimant que, à ce niveau, seule une honnêteté sans faille pouvait permettre à Aoki d’avoir suffisamment confiance en lui pour accepter de venir dans sa maison. Mais, encore une fois, c’était à Doutzen d’intervenir, ce qui amena cette dernière à serrer sa main contre celle d’Aoki.

« Je… J’aimerais beaucoup que vous veniez chez moi, Maî-Maîtresse… Après tout, vous m’avez invité chez vous, et… Ce serait juste que je vous retourne la pareille. »

Elle rougit en le disant, tout en se mordillant les lèvres.

« Je sais que vous ne m’aimez pas. Je ne peux pas vous en vouloir, j’ai fait des choses mauvaises. Mais, en ce qui concerne Doutzen, je n’ai jamais rien fait qui soit contre son intérêt. Je reconnais que mes méthodes sont un peu… Brutales… Mais je ne l’ai jamais frappé, ni torturé. Tout ce que je veux, dans le fond, c’est la même chose que vous… En faire une femme forte, puissante. Rien ne me ferait plus plaisir que de voir Doutzen sur grand écran, car… Elle le mérite. Elle est intelligente, douée, futée… Et jolie. Le profil parfait. Mais vous comme moi savons combien le monde du showbiz est lié à celui du sexe… Ce qui fait de vous la formatrice idéale pour elle. »

C’était, en définitive, aussi simple que ça.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aoki Kou
Humain(e)
-

Messages: 653


Agent of S.H.I.E.L.D.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #93 le: Septembre 07, 2017, 08:41:44 »

Il faudrait se crever les yeux pour ne pas voir qu'Aoki restait calme face à Reto uniquement car elle le faisait pour Doutzen. Ce genre de type à profiter de tout et de rien, elle en a connu. Même dans son agence, elle n'a pas atteint ce prestige uniquement grâce à son travail. Elle s'est vengée en prenant la place de ses types qui pensait être au-dessus d'elle mais ce Reto... Elle tentait bien de noyer le poisson mais ce qu'elle disait était vrai, avant tout, elle voulait faire de Doutzen une star, lors des premières fois face à elle, elle ne pensait qu'à Félicia et pas à elle ou une autre. Sans cette maudite copine qui gérait leur cours de théâtre, jamais elle n'aurait joué avec Doutzen et si elle aurait craqué, ça n'aurait pas été aussi vite.

« Que cela parte de ''bonnes'' intentions ou non, j'ai du mal à voir ça d'un bon œil... Que je le décide ou que Doutzen me le demande, j'aurais trouvé ça plus normal... Mais vous, qui êtes comme un père pour elle, vous venez non seulement me dire ça en face et devant elle en plus ? »

C'était ça qui l'irritait, quel père irait demander à quelqu'un de devenir la maîtresse de sa fille ? Ça lui sortait par les yeux. Enfin, ils n'étaient pas ici pour parler de ça, il fallait bien faire avancer les choses, au moins pour Doutzen. Cette histoire de mafia russe ne lui plaisait pas, via une des amies de Félicia, qui a une amie qui travaille dans la police, elle sait que la mafia russe est en ville, ils traînent autour d'un night-club pour le moment et la police compte agir bientôt. Peut-être Reto va tomber aussi à ce moment ? Allez savoir. Mais ça l'inquiétait de savoir que ce type n'était pas le chef, elle le pensait. Peut-être pas le parrain de mafia russe mais au moins chef d'une petite famille ? Elle ne connaît la mafia qu'à travers les films après tout.

« Je l'ai dit et je le redis, j'ai décidé de m'occuper de sa carrière, ce que je compte faire. Elle est pratiquement inconnue aujourd'huis mais bientôt, le monde entier s'arrachera Doutzen. Elle n'y ai pas encore mais évidemment je comptais la mettre en garde contre ses requins aux idées mal placée. Pour le moment et à pour toujours, elle sera en dessous de moi, je serais sa maîtresse. Mais quand je la lâcherais dans la nature, monde du showbizz ou pas, elle montrera aux autres ce que je lui ai appris et c'est elle que l'on appellera maîtresse, dans le privé. »

Même si elle avait eut un léger sourire, elle avait déjà décidé ça depuis le début, même si elle n'avait rien dit. À quoi bon en faire une petite star si elle se laisse marcher sur les pieds et avoir par les producteurs véreux et pervers ? Ça non, Doutzen sera une femme fatale, à l'écran comme ailleurs, c'est ce qu'elle comptait faire. Déposant le verre, elle reprenait avec tout son sérieux.

« Je sais que vous avez sûrement des conditions à tout cela mais je préfère déjà poser les miennes d'abord, honneurs aux dames, non ? Il est évident que je verrais tout pour lui décrocher les meilleurs rôles, les meilleures places pour sa carrière et pour cela, j'ai besoin qu'elle soit toujours libre pour moi. Je ne parle pas de sa seconde formation-là, de sa vraie carrière. Évidemment, si elle est malade ou qu'elle a un souci personnel, je n'y peux rien, je ne suis pas un dieu. Mais sans empêcher ses études, je veux faire en sorte qu'elle soit toujours disponible pour moi, pour me suivre aux différents castings ou shoot qu'elle pourrait avoir. »

Naturellement, Aoki avait pour mission de la rendre célèbre.

« Pour ce qui est de sa seconde formation, je veux bien que Gurluchenko-san soit à mes côtés mais évidemment, je tiens à ce que j'ai des moments seules avec Doutzen. Comment avoir une bonne relation si on est constamment épiée ? »

Si Olga reste avec elles que chez Reto, ça lui va, si elle doit la supporter à chaque fois qu'elle emmene Doutzen quelque part, ça risque de devenir lassant... Doutzen est son jouet après tout.

« Comme dernier point, je tiens à ce que jamais on m'interdise de la voir. Que ce soit parce qu'elle a oublié quelque chose dans mon bureau ou que je tiens à lui parler de quelque chose de privé, je veux toujours pouvoir la voir. »

Doutzen était un peu la Kanzaki qu'elle avait perdue, à la différence qu'entre elles, c'était bien plus sexuelle. Kanzaki avait couché une seule fois avec elle et n'avait pas aimé cette relation lesbienne, choix qu'elle a accepter, continuant de gérer sa carrière sans ses propositions. Alors elle voulait pouvoir être là pour Doutzen, que si quelque chose ne va pas, elle soit là pour elle, qu'elle lui parle de problème de cœur ou de vie, elle sera là pour l'écouter et l'aider. Ce sont là trois points qu'elle tiens à avoir de son côté, si elle les obtient, ce sera pas mal. Aoki était dominante, même sans cravache et tenue en cuir, elle devait le montrer aux autres. Bien que ce soit Felicia la femme à queue du couple, parfois, Aoki devait se faire pousser des bourses pour les poser sur la table, comme maintenant.
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #94 le: Septembre 07, 2017, 11:30:44 »

Aoki se mit alors à parler, et exposa ses conditions, se dressant face à Reto. Il y en avait beaucoup, et l’homme resta silencieux, l’écoutant parler, pendant que Doutzen rougissait en entendant les plans d’Aoki la concernant. Reto, en réalité, était plutôt amusé par la situation, et, quand la jeune Japonaise termina, il avala un peu de bière, avant de lui répondre, tranquillement, et calmement :

« C’est amusant, n’est-ce pas ? Vous me reprochez d’être trop dirigiste concernant ma fille... Alors que vous avez des projets visiblement très importants pour elle, à long terme. Ironique, n’est-ce pas ? »

La jeune femme pouvait dire ce qu’elle voulait sur lui, la vérité était qu’ils étaient très proches, l’un de l’autre.

« Enfin... Je sais que mon éducation vous surprend, et je l’admets volontiers. Je ne suis pas un père atypique... Mais ce que je dis est vrai. Doutzen souffre d’une carence affective, du manque d’une figure maternelle dans sa vie... C’est ce manque que vous comblez. Je ne vois pas en quoi il est si horrible que ça de vous laisser la voir. Tu n’es pas d’accord, Doutz’ ?
 -  O-Oui, Père... »

Elle rougissait sur place. Reto commença ensuite à attaquer les entrées. Il s’avéra manipuler à la perfection les baguettes japonaises, enfilant entre ses lèvres des barquettes de crustacés, tout en poursuivant :

« J’ai pris note de vos conditions. Aucune ne me dérange. Mais j’ai moi aussi les miennes. »

Il s’attaqua ensuite à un petit bol en verre, en avalant le contenu, dont plusieurs crevettes élégamment saucées. C’était un restaurant gastronomique, alors la nourriture était à la hauteur de ce qu’on pouvait espérer.

« Vous voyez ce repas ? Toute ma vie, j’ai rêvé de manger dans un restaurant comme ça. J’ai grandi dans des quartiers populaires de Moscou, comme Ramenki, croulant sous une immigration massive venant de la campagne. J’ai envié les riches et les oligarques toute ma vie. Je n’ai pas honte de dire que je me suis sali les mains pour arriver à ce poste, Aoki. J’ai fait du mal, j’ai blessé des gens... Certains l’avaient mérité, d’autres... Moins. Mais je ne suis pas un monstre. »

C’était une précision importante qu’il tenait à faire.

« Vous voulez faire de Doutzen une star ? Très bien. Elle le mérite. J’approuve entièrement. Alors, oui, je vous laisserai l’éduquer comme vous le voulez, et elle sera toujours disponible pour vous. Mais... Comme je vous l’ai dit, j’ai mes conditions. »

Des conditions qu’il n’avait toujours pas exprimé, car il avait dévié pour expliquer à Aoki qu’il n’était pas aussi monstrueux qu’elle ne le pensait. Le passé de Reto était, de fait, assez nimbé de mystères. Il avait grandi dans les rues de Moscou, et avait vu très vite que l’injustice régnait totalement dans ce monde.

« Je veux que vous passiez au moins une nuit avec Doutzen à la maison par mois. Ce n’est pas pour moi, c’est pour elle. Pourquoi croyez-vous que je vous rencontre ici ? Que je suis aussi honnête avec vous ? Doutzen vous apprécie beaucoup, mais elle est trop timide pour le dire. Alors, oui... Je pense que ce ne serait que bénéfique que vous puissiez dormir dans sa chambre au moins une fois par mois, en sachant que vous serez toujours la bienvenue. »

Une offre risquée, bien sûr, mais qui fit rougir Doutzen, son cœur se mettant à bondir dans sa poitrine à cette idée.

« Pour le reste... Je tiens à continuer à être investi dans la vie de Doutzen, comme vous devez vous en douter. Mais j’ai confiance en vous. Ce n’est pas réciproque, je sais bien, mais je suis au moins ravi que vous acceptiez la présence d’Olga. »

L’intéressée sourit alors, et se pencha vers Aoki :

« Mon unique désir sera de vous assister autant que possible, Kou-san. Ne voyez vraiment pas en moi une rivale, ce n’est pas mon objectif. Mais vous ne pouvez pas veiller continuellement sur Doutzen, n’est-ce pas ? Alors que moi, je pourrais vous seconder, et suivre vos directives en votre absence... »

Reto reprit ensuite, après avoir laissé s’écouler quelques secondes :

« Alors... Marché conclu ? Êtes-vous prête à passer une nuit par mois au manoir ? »
« Dernière édition: Octobre 06, 2017, 10:31:46 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aoki Kou
Humain(e)
-

Messages: 653


Agent of S.H.I.E.L.D.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #95 le: Octobre 05, 2017, 07:37:29 »

Cela pouvait bien être vrai, elle n'aimait pas être comparée à lui. Ce qu'elle faisait avec Doutzen n'avait rien de légal mais elle n'avait pas de lien avec elle alors que Reto, même adoptif, était son père ! Mais elle ne disait rien, ça ne sert à rien de constamment se jeter la balle. Elle écouta donc ce qu'il avait à dire, à raconter concernant son passé dans les rues de Moscou quand il était jeune, des choses peu recommandable qu'il avait pu faire. Que du bonheur. Quand arrivaient les conditions, elle avait un peu peur, peur que ce type ne lui demande la lune ou quelque chose qui reviendrait presque à lui faire abandonner Doutzen. Mais elle fut soulagée, même si elle craignait une quelconque entourloupe à cela. Passé une nuit par mois, donc pas par semaine, chez elle ? Passé du temps dans le lit de Doutzen ne la dérangeait pas mais dormir au milieu de mafieux ne lui plaisait pas énormément... Soit ce type restait réglo et elle ne s'occupait que de la petite, soit elle était impliqué indirectement dans tout ça si jamais la police débarque... Et
Demander à Félicya de veiller sur elles toute une nuit, ce ne sera pas amusant...

De son côté, Olga est là pour faire suivre les ordres d'Aoki en son absence. Sur ça, elle n'avait pas trop besoin d'aide. Elle voulait apprendre à Doutzen à savoir se montrer dominante et non docile face aux futurs requins du showbiz donc sans sa présence, ça ne servait à rien. Mais Olga pourrait toujours l'aider pour ses divers exercice pour son rêve donc ça ira. Dans un sens, une nuit par mois, c'était très bien, par semaine, elle aurait eut peur que Félicia ne commence à se sentir abandonné, une nuit par mois, ça ira. Il va falloir voir avec elle comment s'organiser côté surveillance, mais ça ne devrait pas trop poser de soucis.

« Tant que j'ai le choix sur la date, ça me va. »

Pas question de sauter un dîner ou un rendez-vous important pour ça, pire, louper un anniversaire futur comme celui de leur premier dîner où tout avait commencé ou ce genre de date. Autant dire que sa petite Doutzen aura bientôt droit à la visite d'Aoki, après avoir passée une sacrée soirée avec Félicya, elle allait devoir la formée la nuit mais aussi prendre soin d'elle. Peu à peu, Doutzen devenait sa nouvelle Kanzaki, cette fille qu'elle voulait protéger et voir réussir. Ce n'est pas que la discution avait un blanc à présent que tout était réglé mais Aoki restait très pensif sur la suite. Tant ce sur cet accord que sur la carrière de Doutzen. Elle prenait son métier à cœur et cherchait toujours ce qu'il y avait de mieux pour ses élèves, Doutzen aussi évidemment. Un toast fut même proposé, tous ensemble pour la future carrière de Doutzen. Aoki avait tant à mettre en place pour elle, elle était impatiente de la voir en haut de l'affiche.
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #96 le: Octobre 06, 2017, 11:05:52 »

« Bien sûr. Nous sommes partenaires, après tout. »

Qu’elle accepte de venir, c’était en tout cas une grande victoire... Non seulement pour lui, Reto Kroes, mais aussi, et surtout, pour Doutz’, qui s’en pinça les lèvres, toute émoustillée à l’idée d’apprendre que sa Maîtresse viendrait dormir chez elle ! Reto, bien sûr, comprenait la méfiance d’Aoki, alors il avait joué la carte de l’honnêteté, en se disant que, s’il était transparent, ou, tout du moins, le plus transparent possible, à terme, cela rassurerait Aoki. Ce n’était pas un piège, ce n’était pas un traquenard, comme une manière de se débarrasser d’une rivale, il pensait sincèrement ce qu’il disait. Doutzen manquait d’une figure maternelle, et, à ses yeux, Kou-san était ce qui s’en rapprochait le plus. Partant de là, il était donc tout à fait normal que Reto tâche de se montrer le plus sociable possible.

Il proposa donc un toast à la future carrière de Doutzen, et commença à se dire, au cours de la soirée, que Kou-san commençait à se détendre. Doutzen sortit même de sa coquille, en parlant de ses études, de ce qu’elle faisait, et en évoquant avec Aoki ses plans de carrière, les contrats possibles, et l’avenir se profilant à elle. On aurait presque cru à une conversation normale, en réalité, ce qui était d’autant plus impressionnant. La soirée se déroula donc plutôt bien, et Reto ne put que noter la complicité entre les deux femmes. C’en était touchant, et très affectueux.

Le repas se prolongea donc. Au moins, le quatuor put bien manger, et même Olga parla d’elle-même, en évoquant son passé :

« J’ai grandi dans une triste ville de Russie... Une ville pauvre, avec un père alcoolique et une mère effacée, qui me battait régulièrement. J’ai fugué avec un petit-ami à Moscou, en pensant trouver une nouvelle vie, mais mon petit-ami n’a pas hésité à me prostituer pour payer les factures, s’acheter des montres de luxe, ce genre de choses... »

Ce n’était clairement pas une belle histoire.

« Je l’ai pris sous mon aile, expliqua-t-il. Alors, certes, elle n’a pas quitté le monde du sexe, mais je lui ai appris à maîtriser le sexe, et à dominer ses clients, plutôt qu’à se faire dominer par eux. Elle a été une élève très brillante, et elle te sera très pratique, Aoki, même si je vois bien que tu n’en es pas convaincue. »

Elle n’avait pas vraiment le choix, de toute manière.

« C’est une vie qu’on m’a imposé au début, mais que j’ai choisie ensuite. Alors... Je suis sûre qu’ensemble, on fera du bon travail, Aoki ! »

Le repas se termina donc ensuite, et Doutzen se retrouva seule avec Aoki, sur le parking, et l’enlaça alors, se serrant contre elle.

« Je suis très heureuse que tu aies acceptée notre invitation, Aoki ! »

Elle lui sourit joyeusement, et rajouta ensuite, une lueur espiègle dans les yeux :

« Prochaine étape... C’est chez toi, non ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aoki Kou
Humain(e)
-

Messages: 653


Agent of S.H.I.E.L.D.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #97 le: Octobre 24, 2017, 09:48:04 »

Aoki ne pouvait s'empêcher de se montrer méfiante vis-à-vis de Reto, depuis le début, elle avait du mal à sourire franchement devant ce personnage. Mais si elle faisait tout cela, c'était avant et surtout pour Doutzen, personne d'autre. Elle avait vu dés le début le potentielle de cette petite, sachant qu'elle ira loin si elle s'investit réellement dedans. Elle continua le repas simplement en bavardant de tout et rien , prêtant surtout attention à ce que sa petite Doutz pouvait dire. Depuis ses retrouvailles, elle aimait vraiment cette petite – elles avaient au pire dix ans d'écart mais ça restait une petite fille pour elle – qui semblait vraiment aimer la vie et ce qui l'attendait, se voyant déjà en haut de l'affiche, ce qui était une bonne chose. Il faut être réaliste sans pour autant partir du mauvais pied. Olga avait une histoire peu envieuse mais au moins aujourd'hui, elle portait la culotte et c'est ce qui compte. Elle espéra qu'une fois l'oiseau aura pris son envol, elle ne se laissera pas avoir dans ce monde de perversion qu'était le showbizz. Ne pas se droguer et se faire avoir. Même si effectivement, Aoki avait du mal à croire Olga, elle disait peut-être vrai ? Ce sera une chose à voir une prochaine fois, pourquoi pas.

Une fois le repas terminé, sur le parking, Doutze, n'hésitait pas à enlacer Aoki, montrant sa joie. C'est dans ce genre de moment qu'elle passerait bien plus d'une soirée avec sa petite Doutz. Mais la voir demander à aller chez elle la surprenait, de la bonne façon évidemment.

« Ma foi, si ton père est d'accord, tu es toujours la bienvenue. »

Oui, autant elle était sceptique à venir chez elle, autant la faire venir chez elle ne lui causait aucun souci, enfin, tant que ça ne gênait pas sa vie avec Félicia. Puis c'était surtout chez Félicia, depuis peu elles habitaient ensemble mais Aoki ne manqua pas de d'envoyer un petit mail à Felicia avec son portable pour l'avertir de la venue de Doutzen. La dernière fois, leur soirée pyjama était été bien ancrée dans les mémoires, à voir si ce soir, il en sera de même. Le voyage ut plutôt sage, Doutzen continua d'évoquer ce qu'elle voulait faire sur les prochaines semaines, sa joie d'avoir Aoki venir chez elle, ce genre de choses.

Une fois devant la porte de Félicia, Aoki y glissa les clés en faisant entrée la jeune femme dans l'antre de la Black Cat, où de nombreux curieux venait voir le retour d'Aoki mais aussi de cette nouvelle déjà venue ici Et au milieu de tout ses chats, il y avait Rex, son berger allemand. Venir habiter ici voulait aussi dire que Rex et Kumaneko viendraient aussi, pas question de les abandonner.

« Installe-toi, je vais voir ce que fait Félicia. »

Ce fut aussi une excuse pour se changer car la dernière fois, elles n'avaient pas fait quelque chose, leur montrer une lingerie aussi sexy que celle qu'Aoki lui avait offert, cette même lingerie qui était aussi ici. C'était une soirée pyjama alors elle lui avait garder le sien en attendant la soirée lingerie. Elle la trouva dans la chambre, prête à venir les rejoindra mais Aoki la bloquais d'abord avec un baiser de retour, venant lui donner un petit conseil avant.

« Je vais me mettre plus à l'aise, tu devrais en faire de même, non ? »

Aoki comptait bien opter pour une petite lingerie de la même collection que celle offerte à sa petite protégée, un modèle qui plaisait bien à Félicia puisque l'arrière était équipé d'un petit trou, idéal pour se montrer érotique et sensuelle face à sa nouvelle queue. Depuis son opération, Aoki pensait à des choses aussi bandante que sexy ! Ceci en faisait partie.

« Je vais aller la chercher, je fais vite. »

Déambulant dans le couloir, elle retourna au salon, dans sa petite tenue des plus ravissante, faisant signe à Doutzen de se rapprocher, elle l'embrassa du bout des lèvres, le jeu n'avait pas encore commencer.

« Je t'ai préparé de quoi te changer dans la salle de bain, tu nous rejoins dans la chambre, d'accord ? »

Le temps qu'elle aille se changer, elle retourna voir sa petite amie, se blottissait dans ses bras en l'embrassant langoureusement, caressant son dos avec ses mains.

« J'ai passé un accord avec Reto, une fois par mois, j'irais dormir chez eux, pour dormir avec Doutzen, en échange, il ne me pose pas de soucis pour avoir Doutzen, pouvant ainsi la faire évoluer dans le métier. On en reparlera plus en détail demain. J'espère que ça te dérange pas ? Autant que j'y aille qu'elle dorme ici ce soir... »

Pour ce qui était du cas Reto, elle se montrait prudente, même si elle se doutait bien que la venue de Doutzen ici ne dérangerait pas Felicia mais bon, il ne faut pas oublier que Félicia était celle qui dressait Aoki comme un chaton, elle courbait facilement l'échine devant elle.
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #98 le: Octobre 25, 2017, 07:55:47 »

En parlant d’aller chez elle, Doutzen n’avait pas forcément entendu de le faire le soir même, mais l’idée sembla tellement plaire à Aoki qu’elle l’interpréta aussi. Et Reto, en signe de bonne volonté, laissa la chose se faire. Doutzen grimpa donc avec Aoki, et les deux retournèrent dans le centre-ville. Doutzen était légèrement impatiente, et très excitée. Elle n’avait encore jamais eu l’occasion d’aller chez Kou-senseï, et on pouvait donc comprendre son excitation, surtout qu’elle allait aussi rencontrer Hardy-senseï. Doutzen avait d’ailleurs pu comprendre que sa prof’ de sport portait à l’école un patronyme différent (Félicity Harmon) de son vrai nom (Félicia Hardy). Difficile à expliquer, mais Kou-senseï ne lui en avait pas dit plus. Elle lui indiqua en route qu’elles allaient faire une « soirée pyjama », et, en chemin, elle reçut une réponse favorable de Félicia. Doutzen en rougit.

*Je vais rencontrer une autre esclave...*

Pour Doutzen, il était impensable que sa Maîtresse puisse être la soumise de Hardy-san. Et pourtant... Autant dire que la jeune blonde allait être bien surprise quand elle verrait la réalité de la situation ! Le duo rejoignit l’un des grands immeubles du centre-ville, ces gratte-ciel qui avaient signé le renouveau économique de la ville après la crise économique du début des années 1990’s. Les appartements ici étaient plutôt cossus, et la voiture fila dans le parking souterrain, se garant près de l’ascenseur. Doutzen suivit Aoki dans un ascenseur, qui les emmena au dernier étage, comme une preuve supplémentaire de la fortune de cette Hardy-san.

*Comment une prof’ peut, avec son salaire, vivre dans un appartement pareil ?*

Kou-san avait les clefs de l’appartement, un vaste penthouse, et, quand les deux femmes entrèrent, Doutzen ne tarda pas à être surprise par la flopée de chats qui se trouvaient là. Kou-san lui demanda d’attendre dans le salon. Grâce à des détecteurs de mouvement, les lumières s’allumaient à son passage.

« D’accord... C’est sympa ici, en tout cas ! »

C’est le moins qu’on pouvait dire. Ce penthouse ressemblait aux endroits habituels où Doutzen accomplissait ses prestations. Regardant nerveusement autour d’elle, elle vit plusieurs portraits de New York City, notamment Times Square... Et un chat bondit soudain sur ses genoux, l’arrachant à ses pensées. Doutzen sourit, et caressa la brave bête.

« Coucou, toi ! »

Il y avait vraiment beaucoup de chats. Doutzen avait déjà vu ça, dans une maison détenue par une vieille quinquagénaire. L’une des amantes les plus âgées de Doutz’, une femme musclée qui, sous son kimono, portait une tenue serrée en cuir, et un gode énorme, avec lequel elle l’avait pénétré longuement. La jeune femme vit alors Aoki revenir... Et rougit en voyant sa magnifique tenue jaune, lui rappelant la tenue bleue électrique qu’elle avait offerte à Doutzen récemment.

« Oh... Cette tenue vous va très bien, Maîtresse ! » s’exclama Doutzen.

Autant dire que le ton de cette « soirée pyjama » était donné ! Kou-san expliqua à Doutzen qu’elle allait devoir se changer dans, la salle de bains, lui indiquant ensuite où aller. Doutzen, un peu nerveuse, hocha la tête. Pour une fois, elle couchait avec une inconnue, sans que ce ne soit voulu par Reto. De fait, une certaine chaleur commençait à progressivement se former entre ses cuisses, mais elle y alla.

De son côté, Aoki rejoignit la chambre, où Félicia avait, elle aussi, opté pour un « pyjama » très particulier : l’ensemble de la Méchante Reine ! Aoki avait fait découvrir à Doutzen une collection très spéciale, inspirée des personnages de Disney, et que Félicia avait acheté intégralement. Les deux femmes s’embrassèrent très rapidement, dans cette pièce sans fenêtre, éclairée par des bougies, permettant de mettre en valeur les différents instruments sexuels situés à l’intérieur : croix de Saint-André, sangles, chevalet... La « chambre » d’Aoki était le donjon de Félicia, sa salle des plaisirs interdits, comprenant un grand lit rouge en forme de cœur, avec des sangles et des encoches tout autour, pour pouvoir attacher plus facilement ses partenaires.

« Hmmm... ! »

Une fois le baiser terminé, Aoki parla à Félicia de son accord avec Reto, ce qui fit sourire l’intéressée.

« Je pense que tu as très bien fait, ma chérie. Mais oui, je te donnerai aussi plus d’informations. Sache juste que ça fait des semaines, si ce n’est des mois, que le S.H.I.E.L.D. essaie d’obtenir des informations sur le manoir Kroes, ou encore de s’y infiltrer. Grâce à Doutzen, tu disposes d’une entrée unique... »

Mais Félicia n’allait pas pouvoir développer, car on toqua à la porte de sa chambre, puis cette dernière s’ouvrit. Doutzen entra alors, dans une séduisante tenue bleue, qui ressemblait beaucoup à celle d’Aoki. Un large sourire se dessina sur les lèvres de Félicia.

« Euh... Bon-Bonsoir, Ma... Madame...
 -  Maîtresse, précisa rapidement Félicia. Bonsoir, Maîtresse, ma petite Doutzen. Ici, je ne suis pas ta prof’ de sport, mais... Ta Maîtresse. »

Doutzen rougit en se mordillant les lèvres, regardant brièvement Aoki, sans trop comprendre pourquoi c’était Hardy-senseï qui portait une tenue si dominatrice, et Aoki... Une tenue bien plus légère !

« Aoki-chérie... Je crois que ta petite Doutzen ne s’imaginait pas à ce tableau. Mais oui, ma Doutz’-chérie, Aoki a beau être ta Maîtresse, ici,  nous sommes chez moi ! Et j’ai hâte de voir si Aoki a été une bonne Maîtresse avec toi, et a fait de toi une bonne soumise... Tu penses l’avoir bien éduqué, Aoki ? Montre-moi ça... »

Félicia se faisait très rapidement à son rôle de Maîtresse, comme toujours !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aoki Kou
Humain(e)
-

Messages: 653


Agent of S.H.I.E.L.D.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #99 le: Novembre 10, 2017, 08:36:40 »

Aoki avait amener Doutzen chez elle – bien que ce soit surtout chez Felicia, maintenant en couple, ça ne comptait pas trop ce genre de précision – elle lui laissait donc l'occasion de se préparer et se changer pendant qu'elle allait revoir sa copine, pas étonnée de la voir dans des dessous si sombre. Elle aurait aimé la voir dans une teinte plus clair mais Félicia avait un petit faible pour les dessous noirs déjà, donc ce n'était pas étonnant de la voir dedans. D'autant plus qu'elle était la maîtresse de cette maison, dans le couple et même dans le trio qui se formait. Près d'elle, elle écoutait Félicia avant de voir Doutzen arrivée, sa timidité en avant, sa beauté était bien présente dans cette petite tenue. La belle se fit rapidement avoir et découvrit que ce n'était pas sa maîtresse la maîtresse ici mais son prof de sport. La pauvre en perdait ses mots. Aoki se retourna donc vers elle en caressant doucement son visage. Il était temps de voir si elle était une bonne esclave avec les autres.

« N'ai pas peur ma Doutz-chan, qu'est-ce que je t'ai apprise pour saluer ta maîtresse ? »

Il y avait bien des façons de faire à vrai dire mais la plus « polie » dans le lot était bien sûr de se tenir à quatre pattes et de baiser les pieds de sa maîtresse en guise de salutation. Cependant, Aoki brandissait son doigt devant elle comme pour lui interdire de bouger. Elle allait chercher dans un tiroir le détail de soumission qui manquait à la belle petite esclave, un collier et une laisse. Ainsi, elle accrocha cela autour de son cou avant d'enfin lui laisser l'occasion de se mettre à quatre pattes pour la faire avancer vers sa copine. Aoki gardait le silence observant Doutzen effectuer cette salutation dans les règles de l'art, venant de son côté chercher les lèvres de Félicia, un doux petit baiser, des félicitations, tout ce qui état bon à prendre pour son image.

« Alors, elle te plaît ? Elle est belle, n'est-ce pas ? Et encore, tu n'as pas tout vue ! »

La promesse que cette petite était pleine de surprises ! Elle laissait la demoiselle continuer encore un peu avant les pieds de Félicia avant de passer à la suite. Aoki s'écartait doucement de sa copine pour la suite car lécher des pieds, c'est amusant cinq minutes, il y avait bien mieux à faire après tout.

« Doutz-chan, relève toi ma belle. Je veux que tu te tiennes droite devant Félicia, ensuite, tu vas lui montrer quelle belle petite salope tu es en lui racontant ce que tu as préféré dans nos petites leçons jusque-là. Mais attention ! Tu vas la regarder dans les yeux et uniquement dans les yeux ! Moi, je vais caresser ton délicieux corps et si jamais tu ne regardes pas Félicia dans les yeux, elle me fera signe et j'aurais droit de te faire mal, d'accord ? »

Pour lui montrer ce petit jeu, elle se colla dans son dos, caressant son corps comme promis mais bien entendus, ses mains pouvaient aller autant dans sa petite culotte que son soutien-gorge et si son regard observe autre chose que le regard sensuel, magnifique et strict de Félicia, elle pourrait lui pincer un téton, son clitoris ou pourquoi pas lui mordre doucement le cou ? Il y avait tant à faire avec ce délicieux corps. Mais Aoki n'était pas méchante, pas encore du moins. Pour preuve, elle lui baisa le cou, puis la joue avant de la laisser commencer.

« Allez ma belle, rend-moi fière. »

Sa poitrine s'écrasait dans son dos, Aoki observait sa copine, prête à voir un petit signe de sa part pour punir sa petite esclave. Que le jeu commence !
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #100 le: Novembre 12, 2017, 02:20:03 »

Doutzen ne s’attendait vraiment pas à se retrouver dans une telle situation ! Elle avait deux Maîtresses. Toutefois, elle s’attendait vraiment à ce que ce soit Kou-san qui soit l’élément dominant dans le couple avec Hardy-senseï, pas l’inverse. Or, vu leurs tenues, et vu le regard d’Hardy-senseï, c’était assurément elle qui était la Maîtresse de Kou-san. Doutzen, une fois la surprise passée, se mit donc à genoux, et embrassa les pieds de la femme devant elle, léchant ses collants, glissant ses lèvres sur les orteils, mordillant ensuite le collant, tirant délicatement dessus, avant de continuer à les lécher.

« Hmmmm… Mmmmhmmm… Maî-Maîtresse… »

La jeune femme allait très rapidement se faire à l’idée d’avoir plusieurs Maîtresses. En réalité, cette idée l’excitait énormément ! Elle était très curieuse d’en savoir plus sur le couple entre ses Maîtresses, comment les choses se passaient entre elles… Par exemple, est-ce qu’elles avaient l’habitude d’amener des filles chez elles ? C’était assurément un couple très libéral, ce qui n’était pas pour la déranger. Elle soupira ensuite quand Kou-san lui donna ses nouvelles instructions, tout en se glissant dans son dos. La jeune Doutz’ frémit à ce contact très agréable, se mordillant les lèvres. Elle devait raconter à Maîtresse Hardy tout ce qu’elle aimait faire avec Kou-san, avec cette obligation de ne jamais regarder autre chose que ses yeux… Sous peine d’être punie.

Doutzen déglutit devant ce défi,q ui était vraiment typique de Kou-san, et frémit en la sentant ensuite s’attaquer à son cou, avant que ses mains ne partent à l’assaut de son corps.

« Haaaa…
 -  Alors ? Si tu ne dis rien, j’ordonne à Aoki de te punir, petite coquine… »

Elle soupira donc, et regarda les yeux d’Hardy-senseï, tout en sentant l’une des mains de Kou-san palper son sein gauche, l’autre se glissant sous sa culotte pour la masturber. Elle gémit encore, mais s’efforça de répondre :

« Je… J’aime… J’aime bien quand ma Maîtresse… Me prend contre le mur. Haaaa… Quand elle me sodomise bien fort, m’insulte, avec sa combinaison en latex, hmmm… Haaaaannn…
 -  En latex, hein ? Tu es une fétichiste, Doutzen ?
 -  Hnnnn… O-Ouiiii… Haaaaaa… Je… J’aime ça… Lécher du… Hmmmm… »

Le doigt d’Aoki titillait son bouton de plaisir, et la femme s’amusait à frotter ses seins contre le dos de la jeune Doutzen. Elle lécha alors son cou, remontant jusqu’à sa joue, et pinça également le téton. Doutzen gémit encore en penchant la tête, louchant sur les seins d’Hardy-senseï… Ce que cette dernière ne manqua pas de relever.

« Punis-là, Aoki. »

Et, rapidement, Doutzen sentit des dents s’imprimer dans sa chair, et les doigts pincèrent plus fort son téton, la faisant gémir et couiner.

« Alors… ? D’autres anecdotes ? Qu’est-ce qu’Aoki fait, à part t’enculer ?
 -  Haaaa… Elle… Hmmmm… Elle aime bien que je… Haaaaa… Que je lui lèche le minou sous le bureau, quand elle a des entretiens, et… Hmmmm… Pa-Parfois, elle… Haaann… »

Doutzen se pinça les lèvres, n’osant pas le dire… Ce qui amena Aoki à devoir la punir encore.

« Elle… Elle me fait boire… Hnn… Son… Haaaaaaaaann… Son u… Hnnnn… Urine… !!
 -  Oh… Aoki est une incorrigible perverse, alors… »

La jeune lycéenne ne fit que rougir confusément, tout en étant furieusement excitée…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aoki Kou
Humain(e)
-

Messages: 653


Agent of S.H.I.E.L.D.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #101 le: Décembre 03, 2017, 07:55:42 »

Maintenant chez elles, Doutzen n'était pas que la chose d'Aoki mais aussi de Félicia. Elle avait deux maîtresses et devait aussi suivre leur instruction. Sa maîtresse commença doucement, elle va se faire tripoter par cette dernière pendant qu'elle raconte des petites choses qu'elle aime faire avec elle durant leurs ébats, le tout, en ne regardant que les yeux de son professeur et rien d'autre. Un trop long silence serait aussi puni mais par chance, elle commença à raconter une chose, le fait qu'elle aimait se faire prendre par Doutzen contre le mur. Cette dernière est un chaton en compagnie de Félicia, il faut bien que son côté dominant s'exprime autrement. Sa main palpait sa poitrine, l'autre caressa sa petite cave humide, laissant la douceur de ses lèvres baiser son cou.

Elle n'oubliait pas de mentionner une chose qu'Aoki lui avait peut-être transmis, sa passion du latex ! Elle comptait bien voir Doutzen aimer s'habiller en latex quand elle sera dominante mais il ne faut pas sauter les étapes. Mais aussi docile soit cette petite, elle était aussi perverse vu qu'elle devait la punir ! Aoki pinça donc son mamelon sans ménagement pendant qu'elle la mordillait. Elle lui faisait grâce de ne pas maltraiter son minou pour le moment. Continuant à parler, elle évoquait le fait d'aimer brouter son minou sous le bureau et même parfois de se faire servir un liquide particulier, le tout en se faisant punir car elle ne disait rien.

« Quoi ? C'est pour ça que tu m'aimes, non ? Quant à toi, moi je préfère juste te pisser dessus, parfois tu le mérites vraiment. »

Mais Aoki venait baiser sa joue doucement en retirant ses mains en s'écartant d'elle.

« Et c'est aussi pour ça que je t'adore, ma chérie. »

Elle retourna vers Félicia, souriante en se tenant à ses côtés, tout en observant Doutzen, ravissante dans cette petite tenue, surtout que cela avait allumé la mèche, tant du plaisir que l'excitation.

« Bien, Doutz-chan, on va commencer mais avant ça, pour être gentilles, on va t'autoriser une question nous concernant et on va te répondre. Mais tâche de poser une bonne question ! Sinon, je ne serais pas la seule à te pisser dessus cette fois ! Après, on va commencer notre petite soirée, ensemble. »

Quand Aoki disait de lui poser une question, c'était une question amusante à répondre, pas un truc bidon du genre, depuis combien de temps elles vivent ensemble, non, une question pleine d'audace, excitante ! Qui sait ce que Doutzen voudrait savoir sur ses deux-là ? Aoki en profitait pour se frotter contre Félicia, toutes les deux observaient Doutzen mais Aoki avait le plaisir d'être entre les bras de sa petite amie au moins. À trop exciter Félicia, son petit cul risquait d'attirer sa queue ? Mais si ce n'est pas le cas, elle aura aussi excité sa moitié, chacun son tour.
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #102 le: Décembre 03, 2017, 10:20:45 »

Doutzen avait du mal à croire à ce qui lui arrivait. Tout cela était-il bien réel ? Elle était entourée de deux redoutables femmes, Aoki, sa Maîtresse, et Hardy-senseï, une autre Maîtresse... Et, quand Félicia ordonna à Aoki de la punir, celle-ci obtempéra, mordillant sa chair, et pinça durement l’un de ses tétons. Doutzen se mit à couiner et à gémir, remuant sur place. Elle ne savait pas ce qui allait se passer ce soir, mais Doutzen était d’ores et déjà tellement excitée qu’elle était sûre que cette soirée finirait très aisément dans son Top 3 ! Aoki l’embrassa ensuite doucement sur la joue, après l’aveu de Doutzen sur l’urine, ce qui ne manqua pas de faire sourire Félicia.

*C’est pas possible, c’est forcément une blague, Kou-san ne peut pas être sa soumise, ça voudrait dire que...*

La jeune Doutzen avait du mal à se dire qu’il puisse y avoir une femme encore plus perverse que Kou-san ! Elle ne savait même pas si elle devait en être terrifiée, ou, au contraire, excitée. En tout cas, tout ça ne la laissait vraiment pas de marbre. Aoki s’écarta alors de son corps, et alla se lover contre Félicia, qui posa une main dans le creux de son dos, avant de la descendre encore, serrant l’une de ses fesses. Avant de passer aux choses sérieuses, Aoki ordonna à Doutzen de leur poser une question pertinente.

Doutzen déglutit lentement, et vit ensuite les deux femmes s’embrasser. Aucun doute possible sur le fait que Félicia était la dominante du couple, la tenue le laissait penser. Elle devait donc poser une question... Ce qui était d’autant plus difficile qu’elle était déjà très excitée ! Tout ce à quoi elle pensait vraiment, en ce moment, c’était à se faire dominer par ces deux femmes pendant toute la nuit !

« Tu lui as vraiment pissé dessus ? Tu es incorrigible, ma chérie... »

Félicia était aussi une amatrice des douches dorées, mais elle ne le faisait pas tant que ça. Doutzen déglutit alors, et posa finalement une question :

« Est-ce que... Est-ce que je suis la première fille que vous invitez chez vous... Maîtresses ? »

Félicia la regarda pendant quelques secondes, et sourit alors.

« Aoki s’est déjà occupée d’autres élèves, et pareil pour moi... Mais, pour te répondre clairement, oui, ma belle, tu es la première qui vas avoir l’honneur d’être notre esclave commune. »

Doutzen rougit légèrement, se sentant excitée et... Curieusement, un peu fière d’apprendre ça.

« Alors, qu’est-ce que vous allez me faire... ?
 -  Tût-tût ! Tu as déjà posé ta question, Doutzen ! Je crois que toi aussi, tu as besoin d’une correction ! Montre-moi comment tu la dresses, Aoki... Je veux voir comment est ma petite chienne quand elle montre les crocs, et qu’elle dompte les gazelles rebelles... »

La jeune femme rougit encore, et se mordilla les lèvres, consciente que les choses sérieuses allaient bientôt commencer...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aoki Kou
Humain(e)
-

Messages: 653


Agent of S.H.I.E.L.D.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #103 le: Décembre 11, 2017, 01:49:36 »

Difficile à croire et pourtant, Aoki n'était pas la maîtresse dans son couple, elle était la soumise, ce qui prouve combien la belle Black Cat peut être forte et autoritaire, ce qui voulait dire que Doutzen allait être très demandé ce soir ! Elle a intérêt à être une fille sage car les punitions risquent de tomber très souvent sinon ! Aoki a prouvé à bien des reprises à Doutzen combien elle était exigeante et inventive quand il s'agissait de la punir et les quelques golden shower qu'elle a eut ont été pour lui prouver qu'elle pouvait recommencer quand l'envie lui prenait. La première fois à été pour la punir et renouvelant son catalogue de menace, lui montrant qu'elle ne blaguait pas. La seconde fut pour lui prouver que ce ne fut pas uniquement pour tenir sa promesse et la troisième fois fut par plaisir. Mais bon, elle avait évidemment offert une douche après ça, pas question de la laisser rentrer chez elle en sentant la pisse. Quoi qu'il en soit, la menace planait pour le moment mais elle restait contre Félicia en attendant que son élève pose sa fameuse question. Elle attendait quelque chose de bien trouvé et d'amusant à répondre. Qu'est-ce qu'elles n'ont jamais fait ? Quelle a été la pire punition d'Aoki par Félicia ? Y avait-il d'autres femmes dans leur couple ou alors elles ne prenaient que des filles comme elle entre elles ? Mais ce ne fut... que ça ?

Le regard d'Aoki montrait bien une certaine déception, ce qui voulait dire que Doutzen aura droit à sa golden shower mais pas maintenant. L'idée de la laisser prendre une douche et donc faire une pause la dérangeait, et l'idée de s'en mettre partout et de coller aussi. Donc soit avant de se coucher, soit demain. Mais elle y aura le droit ! Mais Félicia avait dit clairement ce qu'elle voulait entendre !

« Tu as donc décider de me faire honte lorsque je t'invite chez nous, Doutzen ? Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même ma chère. Allez, tourne toi et tend ton cul ! »

Elle la laissait se pencher sur le lit en exhibant ses jolies fesses qu'Aoki se fit une joie de faire claquer. Elle souriait à Félicia, voyant bien qu'elle n'était pas la seule à qui le spectacle plaisait. Elle tira quelque peu sur sa culotte pour la faire remonter et mieux faire ressortir la peau de ses tendres joues. Les doigts bien écartés, la paume bien ouverte, Aoki se fit un plaisir de laisser son emprunte sur son cul et à plusieurs reprises.

« Vilaine ! Doutzen ! Pourquoi ! Tu! Me ! Fait ! Honte ?! »

La dernière fessée fut forte, un plaisir pour les oreilles et pour Doutzen. N'hésitant pas à prouver à sa petite amie combien elle était sérieuse, Elle venait tirer les cheveux de son élève pour la redresser – mais pas trop fort, elle ne devait pas abîmé son jolie minois après tout. 

« Tu sais ce que dit le proverbe ? Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, alors c'est ce que tu vas faire mais bien plus que sept fois. »

Elle la poussa sur le lit avant de grimper dessus avant de se tourner vers Félicia et se mettre à genoux, approchant ses fesses près du visage de sa petite russe préféré. Légèrement penchée en avant, ses fesses venaient bloquer sa bouche, lui laissant le nez pour respirer naturellement. Elle n'allait pas quitter sa place si facilement.

« Maintenant, ma petite pute, tu vas t'appliquer si tu veux pouvoir respirer de la bouche de nouveau. Quant à nous, on va en profiter un peu, non ? »

Aoki lançait un sourire à Félicia en se dandinant sur le corps de la jeune femme. Ce qu'elle ignorait c'est le message qu'elle envoyait à Féliciait sans que Doutzen ne sache ce qui se passait. Car Aoki fit comprendre avec ses mains de la pénétrer avec sa queue. Une chose que Félicia n'allait pas pouvoir refuser bien longtemps. Un corps bloqué, dans une charmante lingerie, elle n'avait qu'à soulever son corps un peu pour la prendre comme il faut. Mais bien entendu, Aoki voulait sa part du gâteau et mimi une fellation en gonflant sa joue. Pas question que Doutzen est droit uniquement à sa queue, Aoki aussi la désirait.
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 310



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #104 le: Décembre 17, 2017, 10:23:11 »

Doutzen ne savait pas si elle devait être excitée ou terrorisée. Sa Maîtresse avait une autre Maîtresse... Et Dieu sait que Kou-san était une Maîtresse redoutable ! Elle la regardait en rougissant, et, quand Kou-san s’énerva, Doutzen se mordilla les lèvres, très excitée. Aoki avait pu se retrouver avec Doutzen, retrouver la femme autoritaire qu’elle était avant de tomber sur Félicia. Et Félicia, qui assistait à la scène, s’en pinça les lèvres de plaisir, bras croisés. Oh, bien sûr, elle comptait s’occuper de Doutzen, mais elle avait aussi très envie de voir sa petite lapine prendre un rôle plus autoritaire. Aoki était très perverse. Félicia se rappelait encore des fois où, quand elle rentrait tard après avoir cambriolé telle ou telle personne, elle voyait Aoki l’attendre dans le lit, soit portant une combinaison moulante de chatte, soit une tenue rose de bunny girl, et suppliant sa Maîtresse de la baiser bien fort. Ensemble, elles avaient fait quantité de choses, allant au bout de leur perversion. Félicia la baisait parfois pendant des heures, et urinait souvent en elle. Entre elles, le sexe était aussi beau que sale, aussi romantique que brutal, un ensemble de paradoxes... Et c’était maintenant Doutzen qui allait y avoir droit.

La jeune femme se retrouva sur le lit, et ne tarda pas à hurler quand Maîtresse vint à la gifler à plusieurs reprises. Elle tapa fermement son cul, faisant couiner Doutzen, qui comprit qu’elle allait passer une nuit particulièrement intensive... Ce qui n’était évidemment pas pour la déranger. Elle était d’ailleurs extrêmement heureuse de continuer à se rapprocher de Kou-san, comme Reto l’avait expliqué. Aoki l’insultait donc, lui reprochant sa question idiote.

« Haaaa... Haaaa... Par-Pardonnez-moi, Maîtresse, pitié, ne me frappez plus ! Vous me faites mal, Maîtresse, haaaa... ! Je... Je saurais me rattraper, Maî-Hnnn... Maîtresse ! »

Évidemment, quand elle suppliait Aoki d’arrêter de la frapper, elle voulait en réalité que la femme poursuivre. Mais le sadomasochisme, c’était un véritable jeu, où on interprétait des rôles, et où on laissait parler tous les paradoxes de l’être humain. Aoki la gifla encore, puis la retourna. Doutzen, très excitée, se demanda bien ce qu’elle allait lui faire subir. Entre ses mains, la jeune femme avait déjà subi beaucoup. Le fouet, les morsures, les griffures, les douches dorées... Elle se rappelait de la fois où Aoki l’avait recouvert d’une combinaison moulante en latex très serrée, l’empêchant de voir, et l’avait forcé à la sucer pendant toute la soirée sous le bureau, pendant que Kou-san discutait avec des parents des performances de leur bambin. Kou-san avait même uriné en elle.

Là, elle sentit Aoki s’asseoir sur elle, écrasant ses fesses sur son corps, et Doutzen remua faiblement ses jambes, avant d’obéir.

« Hmmmmm... Gnnnnn... »

Sa langue fila dans le fondement de la femme, léchant sa croupe. Elle retrouva ainsi sa petite porte rose, et la titilla, tout en posant ses mains sur les cuisses de sa Maîtresse en soutien. Un anulingus... Autant dire que ça l’excitait furieusement ! Elle s’attelait donc à la tâche, et sentit alors des mains griffues caresser ses jambes... Puis quelque chose rentra violemment dans sa chatte, une grosse queue, énorme et bien tendue !

« HMMMMMMMMMMMMMMMM... !! »

Félicia venait de la pénétrer avec sa queue, soulevant les jambes de Doutzen. Elle avait bien compris qu’Aoki voulait une fellation, mais... Félicia ne pouvait pas se dédoubler. Néanmoins, elle disposait de jouets, et incita Aoki à se pencher, puis lui mit autour du visage un collier très spécial, avec un gode à l’intérieur.

« Voilà, ma chérie... Comme ça, tu vas pouvoir soulager ta langue ! »

Félicia attacha le collier à l’arrière de la tête d’Aoki, et enclencha la fonction vibrante. Elle avait ainsi un gode enfoncé dans sa bouche, s’enfonçant bien profondément en elle, et qui se mit à vibrer et à remuer.

« Allez, mes salopes, ton esclave a vraiment des lèvres intimes excellentes ! Elle doit souvent se faire baiser par toi, hein ? »

Bien sûr, impossible pour Aoki de répondre, mais il fallait bien que Félicia leur rappelle que c’était elle, la grande Maîtresse !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 ... 5 6 [7] 8
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox