Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride
Inscrivez-vous

Princesse Alice Korvander

Humain(e)

SHIZUKA SHUNYA


Qui aurait cru que la timide Shunya puisse un jour se retrouver dans une telle situation ? Elle, une simple guérisseuse, qui était devenue ensuite la femme de la Reine d’Edoras... Puis celle qui portait son bébé, et avait pris des vacances avec elle au Paradisio Hotel... Et se retrouvait maintenant à lui faire intensivement l’amour sur la plage, dans un lieu public, dissimulée par la magie de Nora ! Nora, qui se trouvait dans son dos, et qui palpait son corps, l’encourageant à sa manière, ses mains pinçant ses seins, son corps se collant encore au sien. La petite Shunya gémissait longuement, sa verge enfoncée dans le cul de sa femme, pendant que Nora continuait à les stimuler, à leur dire qu’Hinata pouvait tout endurer, et que Shunya, somme toute, n’était restreinte que par sa propre imagination.

Celle-ci gémissait longuement, ses mains se serrant sur le postérieur d’Hinata. Le pire était qu’elle n’avait pas honte de la situation, mais, au contraire, en était furieusement excitée. Elle se pinçait les lèvres, et sentit soudain sa queue... Grossir, onduler.

« Hmmmmmm... !! »

La douleur crut encore en elle, et ce alors qu’elle avait enfin commencé à bien dilater le cul d’Hinata ! Ses mains se pincèrent sur ses fesses, et elle commença instinctivement à la gifler, sa main se relevant et s’abattant furieusement sur sa croupe. Elle entendait la Reine hurler de plaisir, tandis que Nora lui glissait que c’était son devoir de la rendre heureuse, tout en caressant son sexe avec ses mains, ses doigts palpant ses testicules, arrachant à Shunya des frissons supplémentaires.

« O-Ouuuiiii, hmmm... Hi-HINATA, haaaaann... HINATA !! »

Tout ce que Shunya pouvait faire en l’état, c’était répéter à l’envie le nom de sa femme, tout en continuant à la bourrer. Elle devait parfois fermer les yeux tant la douleur remontait en elle. Cette sodomie devenait particulièrement intensive, épuisante, et tout autant douloureuse. Shunya continuait à longuement gémir, le corps en sueur, serrant ses doigts sur le corps de la femme.

« Lààà, ouiii, bon sang... Putain... ! Tu-Haaa... Dis-moi que tu aimes ça, Hinata... !! Aaaah, dis-le moi, hmmm... !! »

Elle voulait l’entendre ! Elle voulait que ces mots sortent de sa bouche ! Il n’y avait que comme ça qu’Hinata la motiverait davantage, et qu’elles pourraient jouir ensemble ! En tout cas, tout en gémissant et en injuriant Hinata, elle continuait à la gifler... Et même à la gifler très fort ! Ses mains lui en faisaient mal, et les claquements de Shunya produisaient des bruits sourds et forts, résonnant dans leur délicieuse bulle de stupre !



SUPERGIRL


Leur soirée au restaurant avait bien marqué les deux femmes. La nourriture de Novac était plutôt relevée, et elle était conçue pour se relâcher ensuite. Mais, avant ça, les deux femmes durent retourner à leur chambre d’hôtel, en ramenant Kyoko. La jeune fille avait passé une bonne soirée, et était tout à fait ravie de revoir sa mère. Tessou et Kara retournèrent donc à leur chambre, prenant l’une des navettes menant de la Novac Tower au Paradisio Hotel.

Une demi-heure après, elles se retrouvèrent donc dans la chambre, et Kara laissa Tessou coucher Kyoko, allant juste lui souhaiter bonne nuit, en lui faisant un petit baiser sur la tempe... Puis décida ensuite de passer davantage de temps, venant lui raconter une histoire pendant que Tessou se changeait. Kyoko s’endormit ainsi, et Kara ferma la porte derrière elle, rejoignant ensuite sa charmante amante...

Sa surprise consistait en un ravissant yukata, ce qui fit doucement sourire Kara. Elle se rapprocha d’elle, et caressa avec ses mains les hanches de la policière, avant d’aller tendrement l’embrasser.

« Bien sûr, Tessou... Comment pourrais-tu ne pas me plaire ? »

Il n’y avait plus aucun retour en arrière possible, maintenant. Kara ignorait que Tessou avait avec elle les pilules de Mélinda Warren, mais, en l’état, elle pensait surtout à son corps. Elle l’embrassa une seconde fois, son corps se blottissant contre le sien, s’y collant tendrement. Leurs lèvres se scellèrent mutuellement pendant quelques secondes, puis Kara la titilla à nouveau, une fois le baiser rompu, un insolent petit sourire sur ses délicieuses lèvres :

« Même si tout ça manque un peu de cuir, si tu veux mon avis... Mais bon. Moi aussi, j’ai une surprise ! »

Kara s’écarta doucement d’elle, et lui fit un clin d’œil, avant de lui ordonner de fermer les yeux. Elle alla même jusqu’à lui mettre un bandeau, pour s’assurer que celle-ci ne puisse rien voir, et récupéra dans son armoire une tenue spéciale, qu’elle avait préalablement pris soin de dissimuler. Il lui fallut une quinzaine de secondes pour enfiler la bonne tenue, et retira ensuite le bandeau de sa femme.

« Ta-dam !! » s’exclama-t-elle en écartant les bras.

Elle avait enfilé une tenue de Supergirl très particulière, très courte et assez moulante, qui faisait très pin up dans l’idée. Elle tournoya doucement avec, comme pour laisser le temps à Tessou de l’observer. La tradition d’un côté, la modernité de l’autre... Kara apportait à Tessou sa culture occidentale sur la liberté de la femme, et le rejet des vêtements longs. Kara aurait sans aucun doute pu enfiler elle aussi un yukata, mais... Après tout, elle était Supergirl, non ? Alors, autant se mettre en condition !

Face à Tessou, Kara se mit à sourire doucement, caressant l’obi du yukata, avant de remonter jusqu’au col. Elle empoigna le fin tissu en lin, et se colla une nouvelle fois contre le corps de Kara, venant lui offrir un troisième et ultime baiser, encore plus appuyé que les précédents, sa langue s’enfonçant sans hésitation dans la bouche de la femme, roulant dans la sienne, lui offrant un baiser intense et soutenu, qui s’étala volontiers dans la durée, la Kryptonienne gémissant de plaisir en embrassant longuement la femme.

Tessou, son amante... Oh ! Elle avait tellement envie d’elle en ce moment, tellement...

« Ce soir, il n’y aura personne pour te sauver de moi, Tessou... Ce soir, tu appartiens pleinement à Supergirl ! »



LUNA EARTHWELL


Luna avait appris avec Madame U’lani qu’elle maîtrisait la magie. Elle n’avait pas encore tout compris, mais elle avait saisi quelques notions, notamment sur le fait qu’elle était bien plus puissante que ce qu’elle pensait. Elle venait de s’envoyer en l’air avec Maîtresse Yuka, tout en étant accompagnées par Madame Blanche et par Madame Noire. Maintenant que les femmes s’étaient relâchées, Madame Blanche désirait déjà savoir ce que « Luluna » comptait faire, tandis que la petite neko se retrouvait entre les bras de Maîtresse Yuka.

« Nyyyuuu... Rrrrrrr... »

Lentement, Luna frottait son délicat nez contre la joue de Maîtresse Yuka. Elle venait de bien jouir dans le corps de sa Maîtresse, après avoir joué la Maîtresse. Luna remua doucement, et glissa sa tête sur les délicieux seins de Maîtresse Yuka, qui formaient comme un délicieux oreiller. Elle continuait à doucement ronronner, frémissant de plaisir, tout en sentant Maîtresse Yuka la caresser doucement. Maîtresse Yuka avait toujours été plus douce que Maîtresse Yuko, plus câline, et, surtout, moins apte à la domination que sa sœur jumelle. Indéniablement, le jour où Maîtresse Yuka partirait serait un jour difficile pour Luna, tant et si bien que la neko ne l’envisageait même pas, menant une vie hédoniste et simple, vivant au jour le jour, sans se poser davantage de questions.

« Ouuuiii, nyyyuuu, des câlins pour... Pour Luna, hmmm... »

Il était toutefois dangereux de trop câliner Luna, surtout après une séance de sexe intensive, et où elle avait utilisé sa magie. Elle devenait en effet plus susceptible de simplement s’endormir, surtout quand elle avait comme oreiller le doux corps de sa Maîtresse. Maîtresse Yuka devait toutefois y être habituée, car il était en réalité assez fréquent que Luna s’endorme ainsi, après une délicieuse séance de sexe avec ses Maîtresses dans leur lit.

Pour le coup, Luna avait longuement fait l’amour avec les trois femmes, son petit cul était élargi, et elle sentait l’air glisser dessus, lui arrachant de multiples frissons de plaisir. La neko continuait donc à frotter sa joue. Sans aucune autre intervention extérieure, et avec des caresses sur son corps, il semblait évident qu’elle allait s’endormir comme ça...



ALICE KORVANDERMÉLINDA WARREN


Mélinda aurait bien sûr pu agir, mais elle choisissait délibérément, pour l’heure, de rester en retrait. Tandis que sa femme se faisait largement remplir le cul par le sperme crémeux d’Ai, Yuko, elle, traîna Alice sur le lit. La jeune femme se retrouva ainsi à côté du trio qui était en train de s’envoyer en l’air. Vanillia venait elle de jouir dans le cul d’Harmony, et s’écroula ensuite, le ventre rempli à craquer de foutre, tandis qu’Ai reprenait également ses esprits. Harmony se retrouvait ainsi aux premières loges, car elle n’avait qu’à tourner la tête pour voir le visage d’Alice. La Princesse ne tarda pas à hurler quand Yuko se mit à la gifler, et hurla encore. Yuko n’y allait clairement pas de main morte, et ça, Mélinda le voyait. Elle entendait les grosses claques de Yuko.

« HAAAAA... Maî-Maîtresse, haaaa... !! HAAAAAAAAA... !! »

Harmony ne pouvait pour le moment que se contenter d’observer, tant Alice était prise au jeu, incapable de penser à rien d’autre. Mélinda se rapprocha alors, et ses mains caressèrent doucement les hanches de Yuko. Elle l’embrassa dans le creux du cou, mordillant doucement sa chair.

« Tu es vraiment très violente quand tu le veux, Yuko... Et tu sais que j’adore ça chez toi. »

Des deux jumelles, Yuko était sa préférée, car Yuka avait davantage un profil de soumise. Mais Yuko, elle, avait clairement une attitude de dominatrice. Mélinda aimait donc passer du temps avec elle, car il était assez rare qu’elle rencontre, dans son entourage, des dominatrices de sa trempe. Elle comptait donc la préserver, et laissa encore Yuko gifler un peu le corps d’Alice. Mélinda grimpa ensuite sur le lit, s’asseyant à côté d’elle, et esquissa un léger sourire moqueur, avant de tapoter à son tour les fesses d’Alice.

« Alors... Comment est-ce qu’on te prend, ma chérie ?
 -  Je... Comment ça ? »

Mélinda pencha la tête sur le côté, comme si Alice venait de dire une énormité.

« Vu comment Yuko aime te frapper le cul, je pense qu’il est logique qu’elle termine son office... Pendant que je glisserai sous toi pour défoncer ton petit minou, hm ? »

Alice se pinça les lèvres. Elle avait très mal aux fesses. Des frissons la traversaient à cet endroit, et la jeune tête blonde gémit doucement, remuant lentement sur place, se tortillant de droite à gauche. Oh, elle avait en réalité très envie de sentir encore de belles verges la défoncer, surtout venant de Yuko, l’une de ses amies d’enfance, et une femme qu’elle appréciait fortement. Mélinda n’oubliait toutefois pas Harmony, dont elle savait que la jeune femme avait le béguin pour Alice.

Dès lors, avant d’aller se glisser sous le corps d’Alice, Mélinda caressa le visage d’Harmony, la réveillant doucement.

« Allez, Harmony... Tu vas t’occuper du visage de notre chère Princesse pendant que moi et Yuko allons la prendre par tous les trous... Offre-lui un peu de ta douceur pendant que nous allons la violenter bien comme cette petite catin le mérite... »

Autant dire qu’Alice allait sentir passer tout ça !



SHA


Elles étaient sur le point d’un grand changement, une profonde modification dans leur vie commune. Sha pouvait voir le bonheur de Kiriko, à l’idée de tous les enfants qui allaient bientôt gambader dans le palais. La sorcière voulait encore jouer avec elle, et Sha lui sourit doucement, venant caresser ses hanches. Finalement, elle avait bien fait de prendre l’apparence de Rem, car elle s’était toujours doutée que Kiriko l’appréciait. Et Sha n’était nullement possessive. Elle autorisait volontiers Kiriko à avoir ses propres concubines, et Rem était bien partie pour en devenir une. Qui sait ? Peut-être que sa chère Celkhane voudrait l’enfanter...

« Oh, si j’arrive à te gérer, toi et Açoka, je peux bien gérer une dizaine de jeunes filles, tu sais... »

Et puis, Sha avait Luxuria pour l’aider. L’Homoncule était bien décidée à devenir la gouvernante et la nourrice de toute sa famille. C’était un poste important pour elle, car Sha comptait beaucoup sur ses filles pour redorer le culte des sorcières, pour le reconstruire. Son culte avait souffert avec les années, avec l’écoulement des siècles, avec le fanatisme religieux, et leurs ennemis. Sha sourit donc, avant que Kiriko ne glisse qu’il fallait profiter de leur situation.

« Oh, mais qu’espères-tu, Kiriko ? »

Sha se redressa brusquement, et l’embrassa sur les lèvres, sa main se serrant sur ses longs cheveux, puis se pencha encore en avant, jusqu’à inverser les rôles, renversant Kiriko sur le lit, son sexe recouvert de foutre caressant ses cuisses. Elle lui sourit donc, malicieusement, et l’embrassa dans le creux du cou, sa main remontant pour pincer au passage le sein de Kiriko. Elle tira dessus, tout en poursuivant ses explications, et ses promesses :

« Peu importe le nombre d’enfants que nous aurons, rien ne m’empêchera de te baiser comme la dernière des putes... »

Et, puisque Kiriko voulait du sexe intensif, Sha se redressa lentement, et se concentra. Elle ferma les yeux, et adopta une autre forme, sa forme la plus récente, mais aussi la plus érotique qui existe.

« Oh, tu vas voir, Kiriko, qu’il ne faut pas jouer avec moi... »

Son corps se transforma, des tentacules se mirent à pousser dans son dos, et elle adopta sa délicieuse forme slimesque. Une forme où elle avait un corps magnifique, très lisse, avec des formes généreuses. Un corps de Slime avec des tentacules qui pointèrent dans son dos, tandis qu’elle se dressait devant Kiriko. Ses tentacules se rapprochèrent, et caressèrent son corps en de multiples endroits, avant que la main de Sha ne caresse le sexe de Kiriko, un sourire sur les lèvres.

Les tentacules avaient pris une apparence phallique, et caressaient les jambes de la Celkhane, ses cuisses, son ventre, remontant entre ses seins, ou titillant son visage.

« Ma chérie, j’espère que tu te souviens combien j’ai soif de toi dans cette forme... Car je vais te baiser comme jamais on n’a baisé au sein de cet hôtel ! »

Avec toutes ces queues tendues, Kiriko était une délicieuse proie sexuelle, dont le corps s’offrait à Sha. Et elle était bien placée pour savoir que, sous cette forme, sa Déesse était terriblement endurante, et incroyablement gourmande...



CRYSTAL


Crystal se devait de la former au mieux. Neferia était jeune, et son corps commençait à s’éveiller. Elle avait ses floraisons, et le désir existait désormais en elle. Le désir sexuel, bien sûr... Crystal y allait en douceur, avec une sorte de tendresse qui était, somme toute, la corollaire de son comportement calme, de son tempérament paisible et apaisé. La dragonne de Glace ressentait toutefois une forte pointe d’excitation, quelque chose qui était en train de monter graduellement en elle. Son sexe était bien dressé, et les délicats coups de langue et les légères caresses de Neferia n’arrangeaient en rien son émoi.

« Hmmm, tu prends tout ton temps... »

Ne pas la presser, ne pas la presser... Oui, certes, mais quelle souffrance en attendant ! Le membre de Crystal l’élançait douloureusement, et elle gémit encore, le corps en sueur. La dragonne se dandina doucement sur place, et sa main caressa les cheveux de Neferia. Au bout d’une longue période d’hésitation, Neferia finit enfin par prendre son sexe en bouche. La queue de Crystal avait pour le coup bien durci, et c’était un membre bien épais qui se tenait devant Neferia.

Crystal, elle, ne pouvait que prendre son mal en patience, consciente que précipiter Neferia ne ferait que la braquer davantage. Elle devait surmonter son traumatisme... Et elle devait le faire seule. Moins Crystal la guiderait autoritairement, et plus Neferia en serait grandie.

*Tout ce qu’il faut, c’est que je tienne...*

Et, en réalité, tenir n’allait pas être aussi facile que ça !



POISON IVY


Ivy ne voyait pas comment elle pourrait avoir un enfant... Ou, en tout cas, pas de manière classique. C’était ainsi. Quand elle était devenue Poison Ivy, son patrimoine génétique était devenu incompatible avec celui du genre humain. La jeune femme avait fait suffisamment de recherches et avait suffisamment essayé d’être enceinte pour s’en assurer avec certitude. Après tout, elle n’était plus totalement humaine, maintenant, et ce nouveau corps induisait des changements profonds qui faisaient barrière. Elle aurait également pu tenter de trouver un amant et de lui inoculer la formule de Woodrue, celle qui l’avait transformé, mais elle n’avait jamais réussi à reproduire avec précision les circonstances de sa transformation... Et créer une version masculine d’elle-même heurtait quelque peu son propre ego, de sorte qu’elle n’avait jamais sérieusement envisagé cette option. À Gotham, Pamela avait été jusqu’à se marier avec son psychiatre à Arkham, utilisant son sperme pour concevoir des créatures hybrides, qui n’avaient jamais été rien de plus que des aberrations vertes.

Maintenant, elle s’était construite une nouvelle vie, inattendue, et nettement plus stable. Elle était une biologiste qui enseignait dans un lycée public... Qui aurait pu croire ça ? Elle, tentant l’enseignement plutôt que l’écoterrorisme... C’était à croire qu’il y avait quelque chose dans l’air, quelque chose à Seikusu qui apaisait sa colère naturelle. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’elle ne regrettait pas Gotham, ni Batman... Ou, plutôt, de son ancienne vie, il n’y avait que deux personnes qu’elle avait eu envie de revoir : Harley Quinn, et Catwoman (même si les deux l’avaient régulièrement trahi pour des hommes, de quoi lui faire encore plus détester le genre masculin). Et là, dans cette chambre d’hôtel, en compagnie d’Harley, Pamela jouait avec elle. Elle était à califourchon sur elle, et venait de lui inoculer une solution concentrée d’aphrodisiaque végétal, l’une de ses spécialités.

Elle sentit alors entre ses cuisses la queue d’Harley grossir, se durcissant, et s’en pinça les lèvres, frissonnant en sentant sa queue remonter en elle, élargissant ses parois internes.

« Hmmm... Oh, ma chérie, haaa... »

Pamela souriait malicieusement, et sa main caressa le visage d’Harley, glissant sur sa joue, tandis qu’elle fit quelques précisions complémentaires :

« C’est vrai que j’ai utilisé sur toi des antidotes pour te protéger de presque toutes les toxines connues, mais... Hmmm... Ces nouvelles substances que je t’inocule viennent de Terra. Tu ignores... Hmmm... Tu ignores tout du potentiel de... Haaa... De cette planète... »

Ivy trouvait toujours sur Terre un moyen de se ressourcer en allant en Amazonie. Elle se perdait parfois des mois dans cette immense forêt, couchant avec les autochtones, se faisant révérer comme une Déesse par quelques tribus sauvages totalement coupées du monde. Cette sensation de béatitude, elle la retrouvait toutefois aussi dans les profondes forêts de Terra, des forêts qui n’avaient pas connu la déforestation massive, et où elle avait découvert toutes ces substances particulières, généralement au contact d’Alraunes. Pamela soupirait encore, sentant la verge d’Harley se faire son chemin en elle, et se courba en avant, venant l’embrasser.

Elles se trouvaient au milieu du lit, et Pamela goûta longuement aux lèvres d’Harley. Inutile de dire qu’Harley n’était pas encore immunisée contre les toxines émanant de Terra, et qu’il allait falloir qu’Ivy résolve cela... Au moins pour certaines toxines. Pour d’autres, en revanche... Il serait dommage de se priver d’une Harley se transformant provisoirement en redoutable nymphomane, non ? En tout cas, Ivy mouillait beaucoup contre cette belle queue, et remuait de plus en plus son bassin, s’empalant joyeusement sur elle.

« Ohh... Crois-moi, Ha-Harley, tu... Tu n’es pas au bout de tes surprises, ma chérie... »

Parler de manière intelligible devenait de plus en plus difficile. Autrement dit, Ivy prenait également un superbe pied !



FÉLICIA HARDY


Aoki et Félicia partageaient ensemble une relation intensive, ponctuée de relations sexuelles qui tiraient clairement vers le hard. Du sexe sauvage et énergique, endiablé et passionné, où elles ne se refusaient rien, à tel point qu’il était difficile de dire si elles s’adoraient ou si elles se haïssaient, vu la manière avec laquelle elles baisaient copieusement. Cette journée n’avait pas dérogé à la règle, et ne risquait pas de le faire. Elles avaient couché ensemble sur une île sauvage, s’isolant volontairement pour, outre profiter de la beauté de certains îlots, pouvoir mieux forniquer. Et, ce soir, elles remettaient ça, comme si elles étaient infatigables, inépuisables. Pour Félicia, tout ça se comprenait, car le mélange de toxines propres à Terra avec sa constitution surnaturelle pouvait provoquer des étincelles, mais, concernant Aoki... C’était à croire que son amante japonaise était née sous une bonne étoile, une étoile d’un rose vif et pimpant ! Car Aoki, pour le dire simplement, semblait ne jamais devoir se fatiguer. Encore et encore, elle revenait à l’assaut, comme en ce moment, où elle s’empalait sur le corps de Félicia, sur son chibre dressé, sa soif répondant à son excitation.

Félicia se relâcha donc à nouveau dans le corps de son amante, bien incapable de la repousser, et soupira doucement, sa tête venant ensuite s’affaisser contre l’oreiller. Elle sourit doucement, regardant Aoki se jucher sur elle. Dans sa délicieuse bodysuit moulante de chatte, Aoki reprenait aussi des forces, et Félicia poussa sur elle, venant la coucher contre elle. Sa main caressa les cheveux d’Aoki, l’autre la caressant à hauteur des hanches, tandis qu’Aoki se lovait contre elle. Les deux femmes avaient la respiration lourde, trahissant leur fatigue mutuelle... Mais aucune des deux n’avait, comme à leur habitude, envie d’en terminer là. C’est ce qui, dans le fond, caractérisait leur couple : elles y revenaient toujours, sans que rien ne semble devoir les calmer ou les satisfaire pleinement.

« Hum, ce que je pense ? »

La Chatte Noire sourit doucement, et caressa encore le corps de la jeune femme.

« Je pense que... »

Elle se déplaça alors, et coucha Aoki sur le ventre, se glissant dans son dos, une main sur ses cheveux, et l’embrassa doucement dans le creux du cou, mordillant sa peau, frémissant lentement contre elle :

« Je pense que je vais te baiser encore très fort ! »

Félicia ouvrit un tiroir, et récupéra un collier avec une laisse. Elle attacha le collier à la laisse, puis le passa autour du cou d’Aoki, avant de se redresser à nouveau. La Chatte Noire venait de se reposer un peu, et elle comptait maintenant la prendre davantage. Leur séance ne faisait que commencer ! Sa main tira sur la laisse, soulevant le visage d’Aoki.

« Allez, allez ! À quatre pattes, vilaine chatte, que je te défonce bien comme il faut ! »

La Chatte Noire sourit encore, malicieusement, et attendit qu’Aoki se mette en position... Pour commencer par la gifler à l’aide d’une cravache, fouettant son petit cul, provoquant une série de craquements et de crissements. Tirant régulièrement sur la laisse, elle frottait aussi son membre durci contre son postérieur, la préparant ainsi à une nouvelle séance où elle allait se faire baiser intensivement.

Rien ne pressait, après tout, et Félicia comptait prendre tout son temps avec elle, avec Aoki !



MIRANDA FORGE


Rouge était bien décidée à tenter l’impossible, c’est-à-dire dompter Miranda, la dresser, la dominer, au moins pour une poignée d’heures. Dominer la représentante de la puissance féminine tekhane, tenter d’en dompter le plus bel exemple... Très clairement, Rouge aimait les défis difficiles, et elle se donnait tous les moyens possibles en ce sens, allant jusqu’à accompagner ses coups de reins dans le dos de la belle blonde de puissantes gifles sur son cul. Miranda s’en pinça les lèvres, gémissant doucement tout en sentant Rouge accentuer ses coups, les gifles finissant même par lui arracher des soupirs, et de légers cris.

« Hmmm... Hmmm... Haaa... Haaaa... !! »

La Terranide chauve-souris continuait à donner, à y aller, s’activant encore, jusqu’à finir, au bout de plusieurs minutes, par se lâcher. Comme quoi, la petite taille ne voulait rien dire, car, même malgré ça, Rouge donnait de tels coups de reins qu’elle mettait Miranda en transe, celle-ci soupirant longuement, des gouttes de sueur coulant abondamment de son front. Gémissant encore, elle sentit donc Rouge se vider en elle, jouissant énergiquement. Petite taille, mais belle projection.

« Oh... Rouge, hmmm... » soupira Miranda.

Mais, piquée à vif, Rouge ne laissa guère le temps à la PDG de reprendre ses esprits, et la déplaça rapidement sur un proche lit. Miranda se retrouva couchée dessus, et, tandis que du sperme fusait de son fondement, elle laissa Rouge lui grimper dessus, approchant sa verge de ses lèvres tendues. Sa queue avait bien dégrossi, et elle caressa avec la bouchez de Miranda, la faisant sourire.

« On a bien raison de se méfier des petites, hein ? Tu m’as l’air assez infatigable, ma belle Rouge... »

Ce qui n’était évidemment pas pour déplaire à Miranda, qui avait hâte de voir Rouge agir encore sur son corps, comme elle le faisait en ce moment.



SAMARA


Sya avait dû beaucoup travailler pour prendre cette forme, cette apparence. Sa peau rouge était différente de sa peau normale, s’apparentant davantage à la douceur et aux courbes d’une peau de succube plutôt qu’à celle d’une peau angélique. Et elle s’était dotée d’un très beau corset en cuir, semblable à celui de sa mère adoptive. Avec ses petites cornes et ses tatouages, elle ressemblait vraiment à une Samara miniature, ce qui déchaînait l’excitation de la démone. Elles avaient donc bien fait l’amour, mais la soirée n’était pas encore terminée. Bien sûr, Samara aurait pu, dans l’absolu, se dédoubler, mais, dans le fond, elle préférait faire participer sa belle Kazuha. Après tout, son rôle n’était tout de même pas de se contenter de tenir la chandelle, et elle était donc tout à fait légitime à être présente.

Restait donc maintenant à s’occuper de la délicieuse Sya... Celle-ci avait face à elle un choix très difficile : soit devant, soit derrière. Samara sourit devant les hésitations de Sya. Bien sûr, elle aurait pu choisir pour elle... Mais, puisque Sya s’estimait suffisamment grande pour tomber enceinte, autant lui laisser le choix jusque-là... Et Sya finit donc par choisir, optant pour la porte arrière ! Un léger sourire se dessina en réponse sur les tendres lèvres de Samara, qui hocha doucement la tête.

« Très bien, Sya... Débrouillons-nous donc pour te faire hurler à t’en casser la voix encore une fois alors, hm ? »

Simple question rhétorique, bien entendu. Samara se redressa doucement, et laissa Kazuha attraper Sya. Celle-ci s’appuya sur son corps, enroulant ses jambes autour de son bassin, ses mains sur ses épaules. Kazuha lui sourit ensuite, et l’embrassa, déplaçant ensuite ses mains le long du dos de Sya, les posant sur ses fesses, non sans la pénétrer au passage, son membre assoiffé allant se perdre en elle. De son côté, Samara les laissa jouer ensemble pendant quelques secondes avant de finir par les rejoindre. Ses mains, elles, se posèrent sur les seins de Sya, et, tout en allant pincer ses tétons, elle fourra son membre dans son étroit fondement, grimaçant au contact de ce passage étroit, avant de se forcer, et d’avancer encore.

« Hmmm... Oh, S-Sya, hmmmm... !! »

Comme c’était bon ! Ce cul étroit, Kazuha qui l’aidait à la prendre. Petit à petit, les deux femmes accéléraient, amplifiant leurs mouvements, prenant ainsi Sya en sandwich, bien comme il le fallait. Oh, que c’était bon ! Samara comptait encore s’amuser longuement avec Sya.

Pour elles, les choses ne faisaient que commencer...

Hinata/Nora

Humain(e)

Re : Voyage de noce [PV Princesse Alice K] Cross-over Comptes

Réponse 61 septembre 25, 2018, 09:06:49 pm

Hinata/Nora

Leur petite aventure sur la plage continuait de plus belle, heureusement sous la protection de Nora qui faisait en sorte que personne ne puisse voir ce qui se passait autour d'elle. Cela allait de soi qu'il en était de même pour les sons, si quelqu'un passe près d'ici, il ne verra que le sable, la mer et le bruit des vagues, rien pouvait perturber tout cela. Toujours à quatre pattes en sentant sa femme se faire plaisir avec elle et surtout son postérieur, elle continuait de la laisser faire, comme bon lui semble. C'était une vraie joie de la sentir si vivante en elle. Ce n'était pas par le biais de ce trou qu'elle tombera enceinte, mais même durant leur nuit de noces, elles n'ont pas uniquement usé de l'entrejambe de Shunya. Elles ont eut de la chance que la jeune femme soit tombé enceinte cette même nuit. Ça rend la chose encore plus belle. 

Nora continuait à son tour d'en profiter aussi. Elle s'invitait parfois durant leurs ébats, mais là, son rôle était de pousser Shunya dans ce petit jeu. Elle pouvait bien se retirer à présent, la locomotive était bien en route, mais ce serait dommage de déjà tirer un trait dessus, non ? Même la jeune femme, pinçant et giflant la paire de fesses qui lui était proposée, elle en venait même à être un tantinet grossière. Hinata n'en était pas fan, ce n'était pas ce petit "putain" qui allait casser le jeu, mais même en plein acte, elle évitai ce genre de choses. Dire des choses cochonnes, ça lui allait, être grossière, c'était plus rare mais pas impossible. Mais sa femme voulait entendre autre chose donc, elle allait lui donner ce qu'elle voulait entendre. 

« Haaaaaa ouiiiiii ! J'aime... ça ! Quand tu me prend... comme ta chose... Prends-moi... aussi fort... que tu le peuuuux ! »

Shunya y mettait du cœur à l'ouvrage, ça c'est sûr, si bien que quelques minutes après, enfin, le premier acte prenait fin car la jeune femme déversait en elle sa semence pendant qu'Hinata en faisait de même. Elle sentait les muscles de son corps s'engourdir plus ou moins après un tel bonheur diffuser dans tout son corps. C'était toujours aussi bon. Reprenant ses esprits, elle se redressa pour faire face à sa femme, se pressant contre elle en embrassant ses lèvres délicatement.

« Mon amour, c'était génial... Reste à savoir si tu souhaites me faire l'amour ici ou si tu préfères que nous soyons dans notre lit pour ça ? Je saurais me montrer sage si tu ne me fais pas trop attendre, hihi... Tu as allumé la mèche alors maintenant... il te faudra éteindre mon feu avec ton puissant dragon... »

C'est vrai que faire l'amour face à la mer avait un petit quelque chose de romantique et de magique, mais dans leur chambre, elles auront tout le loisir de s'étaler et de s'enrouler dans les couvertures. D'ailleurs, Nora était plutôt de cet avis aussi.

« L'air se rafraichis le soir, si vous voulez vous amuser ici, ce sera la dernière fois, après, on regagne la chambre. »

Elle pouvait couper le soin autour d'elle et passer invisible, mais elle ne pouvait pas empêcher la température de baisser. Et même si elles savaient se réchauffer, ce serait dommage de profiter de ce voyage en étant malade. La main d'Hinata caressait le ventre de sa femme, descendant doucement plus bas en réveillant son dragon, doucement évidemment.

« Il est temps d’agrandir notre famille, tu ne penses pas ? »

Si le message n'était pas assez clair...

Tessou

La jeune femme était d'habitude très calme, elle avait bien entendue des moments où elle voulait se sentir plus proche de Kara et plus intime, mais ça restait souvent très soft et gentil. Mais ce soir, les fruits de mer de Novac ont réussi à lui faire retrouver plus ou moins son état d'esprit de quand elle avait eut ses premiers rapports sexuels avec Kara. Loin de la tenue très sexy et très courte, Tessou avait montré à la belle blonde la beauté Japonaise traditionnelle. Cela était à l'origine en cas de sortie dans un festival sous peu – elle avait même apporté un plus petit pour Kyoko – mais pour l'occasion, cela sera d'abord pour jouer un peu ensemble. Devant Super Girl, elle la laissait la contempler même si elle venait vite à elle en caressant ses hanches en cherchant ses lèvres par la même occasion. Elle ferma les yeux en lui rendant la pareille, savourant cet instant, désirant à la fois le faire durer et passer à la vitesse supérieure.

Mais Kara annonçait avoir une surprise pour elle, même si selon elle, ça manquait de cuir sur elle. Autant Tessou pouvait avoir des dessous assez sexy et osé, autant le cuir ne la tentait pas vraiment. Elle n'avait jamais essayé, mais elle ne sentait pas ce coup-là possible pour elle... La jeune femme venait quand même ajouter un bandeau sur ses yeux pour ne pas qu'elle triche. Non mais. En temps normal, elle n'aurait pas triché, mais là, c'est vrai que la tentation aurait pu la gagner. Mais finalement, après quelques longues secondes, elle était prête, elle lui ôtait le bandeau et là, Kara était simplement sexy. En temps normal, elle n'aurait pas triché, mais là, c'est vrai que la tentation aurait pu la gagner. Ses mains se posèrent sur ses hanches, la caressant doucement, peau contre peau.

« Tu es très sexy... »

Un nouveau eut lieu, plus long et plus savoureux encore. Les deux femmes étaient l'une contre l'autre, laissant leurs mains se caresser doucement. Malgré l'envie, Tessou ne souhaitait pas se déshabiller si facilement, car elle voulait qu'elle profite de cette tenue. Si c'était pour la retirer si rapidement, elle n'aurait pas pris la peine de l'enfiler pour ce soir. Doucement, ses mains remontaient pour caresser son dos en se serrant un peu plus contre elle pour se laisser tomber avec elle sur le lit. Une fois allongée dessus, elle gloussa légèrement en ouvrant à nouveau les yeux. 

« Je ne compte pas te laisser te reposer de sitôt de toute façon. »

Dit-elle pour répondre plus tardivement à son annonce. Femme de la loi, elle avait tendance à la laisser filer sauver la veuf et l'orphelin, mais ce soir dans ce monde très différent de la terre, il devait sûrement y avoir d'autres personnes comme Kara pour la remplacer, peut-être même que les forces de l’ordre locales savaient déjà gérer ce genre de choses sans super pouvoir ? Elle avait bien une surprise dans ses affaires, mais elle comptait les utiliser pour l'anniversaire de Kara, sauf que... au fil de la soirée, ça risque d'être une idée avortée et qui risque d'être utilisé bien plus tôt. Mais pas maintenant. Même si les lèvres continuaient d'être ce qui était le plus utilisé pour le moment, elle laissait celles de Kara en paix, venant plutôt baiser son cou, remontant parfois vers son oreille. Laissant son poids écraser la jeune femme, laissant ses mains se balader où elle le désirait sur son corps. Tessou comptait bien savourer chaque moment de cette – espérons-le pour elle – longue soirée d'amour. 

Harmony, Ai & Yuko

Dans la chambre de Mélinda, la petite sauterie continuait de battre son plein, Vanilla avait deux de leurs esclaves plus ou moins habituelle, mais Mélinda avait pour invité ou esclave – selon le point de vue – Alice et Yuko. Ce qui était rare, c'était de les avoir ensemble. Du côté de la femme de Mélinda, ça continuait de bien se porter, Harmony était toujours autant bien prise par la vampire, l'idée d'être gênée dans sa tenue faite de lanières de cuir semblait bien loin à présent. La semi-ange ne faisait que gémir pendant qu'elle se faisait plaisir, elle-même prise par Ai qui se faisait une joie de culbuter la femme de Mélinda. Le couple de vampires était celles pour qui elle pouvait jouer les soumises sans faire d'histoires. Elle profitait et travaillait dans un harem durant ses vacances, comment jouer les fortes têtes et demander à dominer ? Non, pour elles, elle voulait bien être docile. 

Dans son cocon de luxure, la petite futanari continuait d'avoir la tête dans les nuages, sentant un parfum de luxure et de sueur, un délicieux parfum qui la rendait toute chose, jusqu'à jouir dans les fesses de sa seconde Maîtresse. Que ce soit une parfaite synchronisation ou bien alors les gémissements de la pièce qui ont précipités les choses dans ce heureux hasard, peu importe, elle venait de se vider en elle et elle était si soulagée... Vanilla écrasait Harmony avec son poids pour se reposer, la laissant si près d'Alice pendant que la petite futa descendait doucement de son petit nuage. Elle s'en retirait en posant les fesses sur le lit, sans quitter des yeux ce joli fessier qu'elle venait de butiner. Presque sans s'en rendre compte, elle fixait cette paire de fesses en se caressant le pénis, comme si elle voulait déjà recharger ses batteries et continuer ce petit jeu, mais pas si vite. Il se passait bien des choses juste à leurs côtés. 

Yuko se faisait un plaisir de rendre cette paire de fesses aussi rouge que les dessous en tissu ou même en cuir qu'elle adorait porter. Mélinda jouait avec Alice, lui donnant des petits indices sur ce qui pourrait très bien arrivée, mais cela ne l'empêchait pas de continuer pour autant. Elle adorait faire crier sa grande sœur, la faire couiner comme une petite chienne. Yuko n'avait encore rien entre les jambes, mais si Mélinda le proposait, c'est que ce souci pouvait se régler en un tour de main. Mélinda venait d'ailleurs tirer Harmony de cette petite fatigue à force de gémir et se de faire prendre par la seconde vampire. Difficile à croire mais elle était tellement concentrée sur ça, qu'elle remarquait tout juste Alice, lui attirant de suite la rougeur sur ses petites joues, comprenant qu'elle était si près d'elle, dans cette tenue et que sa maîresse lui demandait une chose très précise.

« Hein ? Co-co... »

Elle en perdait sa voix... Elle avait parfois croisé Alice chez Mélinda, le plus souvent en étant sérieuse, lors de dîner ou autres rendez-vous sans pour autant être nue. Depuis qu'elle l'avait aperçu, elle avait eut le béguin pour cette jeune femme. Le cliché même de la princesse. Belle, jeune, blonde, les cheveux longs, de belles robes. Comment ne pas en tomber amoureuse ? Harmony pouvait être comparée à une fille du peuple. Sans cette malédiction et si ses parents auraient été en vie, avec son frère, ils auraient vécu simplement, en fréquentant peut-être une école, alors voir une princesse, ça la faisait rêver. Mais bon, elle avait appris cette dernière fiancée donc elle tentait de tirer un trait sur ça à sa façon. Si cela n'avait pas été officiel, elle aurait aimé être vue par Alice, mais elle ne voulait pas gêner ce mariage qui se préparait, elle préférait rester invisible que créer des soucis. Et qu'on ne lui parle pas de devenir une amante, si elle aime quelqu'un, c'est pour devenir une épouse légitime, pas une roue de secours. Mais face à elle, en ce moment très précis, ces belles pensées tombaient comme une chute de domino...

« Kuhuhuhu ! Quel adorable petit chaton ! Regarde-là, elle en perd ses mots ! En neko, elle serait terriblement mignonne. »

Pour Yuko, c'est simple, elle ne jure que par les nekos. La plus belle femme du monde pourrait bien la draguer, si elle n'était pas neko, elle ne comptait pas. De plus, elle était déjà amoureuse de la plus belle des nekos donc, elle se fichait des autres femmes. Doucement retirer des entraves de Vanilla, elle faisait face à Alice sans trop savoir quoi faire, soudainement, face à elle, elle était comme une enfant que l'on pousserait face à tout un public, elle était paralysée par la peur. Yuko avait cessé de fesser Alice un instant, laissant l'occasion pour elle de s'installer, comme pour Mélinda d'ailleurs, puis ça reposait sa main pour le moment. 

« Mhhh, elle a un joli petit cul... Il n'a pas l'air d'avoir beaucoup souffert cela dit ? Je peux comprendre, en neko, elle doit être si mignonne que même moi je pourrais ne pas abîmer une si mignonne petite chatte si timide. »

Elle a bien dit peut-être. Cela dit, Alice n'était pas une neko alors elle recevait à nouveau une claque sur ses fesses déjà bien rouge. Il ne faut pas qu'elle oublie cette douleur.

« Mais toi, tu mérites d'être punie, petite chienne. Kuhuhu ! Aide-là, la pauvre. J'ai les mains qui me démangent... »

Harmony se trouvait à quatre pattes faces à Alice, se laissant doucement entraîner pour l'embrasser doucement et offrir ainsi à la princesse dont elle était secrètement amoureuse, un peu de douceur avant de se faire doublement prendre pendant qu'elle était en plus, punie. Pauvre Alice.

Kiriko

Ca y est, Kiriko était déjà enceinte depuis quelques semaines, Sha l'était à présent aussi. Kiriko avait déjà sa petite Arya en elle, Sha avait désormais sa petite Abbygail. Que ce soit à cause de ses étranges rêves ou bien alors simplement par envie, le nom des filles était déjà tout trouvé, la sorcière savait déjà que ses filles grandiront sans jamais manquer de quoi que ce soit, d'amour surtout, elles étaient là pour les noyer d'amour. Même si la suite aurait pu être plus doux de par le fait du forfait accomplit, Kiriko souhaitait quand même continuer de jouer ensemble même si évidemment, il faudrait faire un peu plus attention à elles, à ne pas blesser leur bébé. Elles ne risquaient rien pour le moment, elles n'étaient même pas encore visible à l'œil nue après tout, mais si bébé il y a dans son ventre – ou celui de Sha – alors elle devait veiller dessus comme à la prunelle de ses yeux. 

Bien évidemment, la déesse était partante pour jouer avec sa femme et pour preuve, elle venait à montrer sa forme la plus récente, mais aussi celle où son appétit sexuel était sacrément haut. Reprenant cette forme visqueuse mais toujours aussi belle, Sha venait déjà approcher ses armes de Kiriko, de belles queues prête à la visiter de l'intérieur. Elle n'en avait pas peur, elle pouvait le faire, mais Sha ou non, elle va devoir y aller un peu plus doucement que d'habitude. Et surtout, Kiriko avait à présent une demande particulière à laquelle sa divine femme allait devoir se plier pendant neuf mois et à chaque fois qu'elle portera son enfant... Avant cela, elle se relevait pour se rapprocher de sa femme slime, caressant du bout des doigts ses choses qui lui tournait autour.

« Toutes ses queues ont beau être très tentante, tu sais que je préfère te sentir contre moi pour ça. Et puis... »

Lui tournant le dos, elle se blottissait contre elle, laissant ses choses se frotter à elle, même si le corps de Sha restait solide, en forçant un peu, elles pouvaient ne faire qu'un. La queue de Kiriko était elle aussi tendue, mais ça ne restait pas sa priorité, si Sha avait leur petite Abby en elle, elle pourrait ranger sa propre queue. La sorcière venait prendre une des mains de Sha, la posant doucement sur son ventre avant de relever la tête vers elle.

« N'oublie pas de veiller sur Arya. Elle doit savoir que sa Maman veille sur elle aussi. »

Et une façon plus subtile de lui dire d'y aller plus doucement, même si Sha pouvait lui assurer qu'elle ne courait aucun danger, elle pense désormais à leur enfant, comme toute mère en ce monde. 

« Alors baise-moi aussi fort que tu veux, mais ne retires pas ta main... et n'oublie pas que je ne suis plus seule à présent. »

Son autre main et ses queues pouvaient se loger où elle le souhaitait, sa main ne devait pas quitter son ventre. Kiriko était avide de caresses et de petite attentions sur son ventre. Dire que cela ne faisait pas un mois, Sha va devoir supporter de plus en plus de ce genre de petites attentions. De quoi rendre leur amour plus fort et plus amusant. 

Néféria

C'est vrai que la jeune dragonne prenait son temps, mais Crystal voulait la faire venir sur un terrain inconnu pour elle, un terrain où elle s'y glissait doucement pour ne pas faire de bêtise. Le sexe était l'un des domaines où elle avait au final que peu de connaissance, se limitant simplement à la façon dont sont fait les bébés et deux ou trois petites pratiques. Mais qu'on ne lui demande pas des poses plus osées ou originale, elle ne saurait pas trouver de réponse valable. Quoi qu'il en soit pour le moment, la jeune dragonne léchait le sexe de son mentor, y allant certes doucement, mais sans erreur, c'était basique, mais en rien désagréable. Cependant, elle voyait bien que, soit Crystal voulait déjà aller plus loin, soit elle était trop lente. De petits gestes qui trahissaient la jeune femme, des doigts qui remuaient, qui se crispaient sur sa propre peau, bref, elle ne savait pas grand-chose du sexe, mais elle voyait bien Crystal quelque peu à cran...

« Tu n'es pas obligé d'aller à mon rythme. Si tu veux, on peut passer à autre chose si tu y vas doucement. »

C'est sûr que si la dragonne veut prendre Neferia contre le mur en y allant si fort qu'elle y laissera son emprunte dans le mur, elle ne sera pas à l'aise, mais si la jeune femme fait en sorte de se faire plaisir sans être brusque, ça ira. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas ça, mais elle était encore gêné par cela. Isthar avait été un peu rapide dans son envie et n'avait pour ainsi dire pas laisser le choix à la demoiselle, mais là, elle était assez prête. Elle n'était pas allongée à écarter son intimité pour elle, mais si elle ne va pas vite et qu'elle reste douce, ça devrait le faire. Et pour preuve, elle tirait son bras pour la rejoindre sur le lit. Allongée, le corps quelque peu relevé par les oreillers, elle se dandinait en retirant doucement la culotte de son bikini, le laissant à même le sol. Elle n'avait plus rien sur le corps, c'était donc qu'elle était plutôt prête.

La dragonne était près d'elle, au-dessus, il était évident de la suite, mais malgré tout, elle tendait ses bras pour la faire venir à elle, afin de retrouver ses lèvres. Les baisers étaient une des rares choses sur laquelle elle n'était pas mal à l'aise, elle aimait bien, elle pouvait même en réclamer.La dragonne était près d'elle, au-dessus, il était évident de la suite, mais malgré tout, elle tendait ses bras pour la faire venir à elle, afin de retrouver ses lèvres. Malgré le peu d'expérience en sa possession, elle était douée pour les baisers au moins, ça ne faisait pas tout, mais ça lui faisait une valeur sûre à ce sujet. Mais durant son baiser, elle rompait doucement ce dernier pour y glisser quelques mots qui seront le signal qui permettront à la dragonne de se libérer d'un poids...

« Je suis prête... »

La suite était entre les mains de sa perceptrice.

Harley Quinn

Il est vrai que concernant Terra, Harley était un peu à la ramasse, mais elle s'en fichait un peu de ce monde. On pourrait croire, connaissant l'arlequin qu'elle sauterait de joie face à un nouveau monde peuplé de créature bien étrange. Mais elle venait de Gotham, là où en une nuit, il pouvait y avoir des hommes chauve-souris qui braquait des banques, des tas de boue vivant et des types costumés qui venaient rétamer un dieu qui voulait transformer la terre en un monde nommé Apocolyps, le tout en même pas six heures ! Alors côté incroyable, elle avait déjà sa dose. Elle pourrait un jour avoir une soudaine envie de voir ce monde de plus près en dehors de cette station de vacance, mais pour le moment, elle n'avait pas vraiment envie de jouer les touristes curieuses. Alors oui, Pamy pouvait bien user de spores encore inconnu pour elle, pour leur plus grand plaisir.

Pour le moment, elle se fichait de voir des femmes chats galoper dans les couloirs de l'hôtel ou voir un monstre tentaculaire et tout visqueux loué une chambre sans que cela ne choque personne ici, c'était sûrement l'aphrodisiaque qui parlait, mais elle voulait absolument baiser Pamela et pas question de la laisser partir. Il pourrait y avoir une alarme incendie qui se déclenche ou autre, Pamela comptait et rien qu'elle. Tendant ses bras, Harley venait récupérer sa belle rouquine contre elle pour la serrer en venant l'embrasser plus longuement encore. Son nez se frottait contre le sien alors qu'elle souriait elle aussi de façon malicieuse.

« Oh ne t'en fais pas... Hum, toi aussi... »

Non pas que la belle blonde avait développé quelque chose pour surprendre Pamela, mais son tempérament suffisait lui-même à surprendre les gens. Harley avait toujours été plus forte que Pamela, sauf quand elle usait de ses plantes pour jouer les dominatrices, mais en comptant que sur ses petits bras musclés, la blonde avait l'avantage et elle le prouvait en la gardant bien contre elle, laissant son bassin venir faire remuer son corps contre le sien. Le plaisir était bien là, sa queue plus grosse s'enfonçait toujours avec passion en elle, toujours plus loin, voilà qui était délicieux. Prisonnière de ses bras, elle ne comptait pas la lâcher de sitôt même si tôt ou tard, il faudra changer de position... Harley la fit rouler sur le lit pour échanger leur position, mais membrée, elle préférait l'avoir sous elle, c'était plus pratique ! 

« Haaaa tu sais... y a ton joli petit cul qui me fait, hmmm, envie... puis ta jolie bouche.... Hahaha... mais faudrait pas que je te déboîte, haaa... la mâchoire... Quoique... ça te ferait pas peur, heiiiiin ? »

Cette soirée était loin de se terminé sauf si en effet secondaire, les nouveaux pouvoirs de Pamela avait un effet soporifique mais ce serait dommage de déjà tirer une croix sur une si chouette soirée. 

« Ta réveillé la bête, Pamy chérie... Faudra pas te plaindre, demain... »

Le sourire bien large, elle fit preuve d'un peu de mordant envers elle, mais ça, elle le faisait déjà avant de devenir membrée donc sur ça, pas de quoi s'inquiéter. Ce qu'il faut redouter, c'est de savoir si effectivement, elle aura assez de force pour tenir toutes ses promesses ce soir. Il y a de forte chance que demain, leur journée ne commence pas le matin mais plutôt l'après-midi. C'était les vacances, elles pouvaient se détendre quand même. 

Aoki

Le sexe avait toujours une part tout de même importante dans la vie d'un couple, même des gens assez proches pour copuler ensemble. Aoki le savait et avec Félicia, c'était fusionnel, elles se comprenaient sans même se parler, les envies de l'une, les désirs de l'autre, baiser était leur façon de se dire, je t'aime. Évidemment, il y avait des petits moments où elles se disaient cela sincèrement sans s'insulter et se griffer, mais il était plus courant pour elles d'agir dans la luxure pour ça. Ce petit moment de calme aurait pu durer plus longtemps, mais soyons franc, elles ne se reposent que peu de fois... les seuls fois où la paix dure, c'est quand elles s'endorment. Félicia était du genre endurante avec ses expériences sur son corps, Aoki n'était qu'une simple humaine mais elle avait une grosse endurance pour ce genre de chose. Peut-être le fait d'avoir été si studieuse et loin de tout cela dans sa jeunesse ? Ou alors un don inné ? Peu importe, elle était heureuse comme ça, avec son gros matou.

De nouveau contre elle, Félicia avouait haut et fort que la soirée n'était pas prête de se finir, qu'elles avaient encore du pain sur la planche avant de laisser leur corps se reposer de cette folle journée de vacance. Sortant de quoi passer au niveau supérieur, la chatte fut attaché avec un collier avant que Felicia ne vienne tirer dessus en faisant sentir quelque chose de très dur entre ses jambes. Elle se mit à quatre pattes, gémissant déjà de ce qui allait lui arrivé, elle ne put retenir son plaisir lorsqu'elle recevait des coups de cravache sur les fesses.

« Han ! »

Elle aimait être dominée, mais elle adorait aussi dominer sauf que là, ce n'était pas la bonne personne qu'elle pouvait tenir en laisse, pour preuve, c'était elle qui était tenue en laisse. Sa queue se frottait de plus en plus contre sa croupe, de quoi s'aguicher l'une comme l'autre.

« Han.... tu veux... me punir avec ? »

Un œil par-dessus son épaule, Aoki posait ses mains sur ses fesses, venant écarter le trou de sa tenue, dévoilant sa peau nue en dessous, de quoi donner un peu plus envie à la femme chat. Elle n'était pas nue, mais dévoilait qu'un tout petit peu de sa peau douce et délicate. Ce serait un effort surhumain que de se retenir de ne pas la prendre, surtout quand elle s'amusait à écraser sa queue contre ses fesses. La chatte n'avait pas beaucoup d'options, la punir avec la cravache ou sa queue et dans les deux cas, Aoki allait aimer même si bien sûr, il y a une des deux choses qu'elle préfère comparer à l'autre...

« Hmmmm... tu es... si cruelle... j'en ai... tellement enviiiie... »

Saura-t-elle résister à son appel à l'aide ?

Rouge

Petite, certes, mais Rouge ne s'avouait pas vaincu si facilement. Elle avait beau ne pas être très grande, si elle devait baisser les bras pour si peu, elle n'avait pas fini de se faire marcher dessus. Mais justement, maintenant, elle arrivait à faire mal à ceux qui tentent de lui marcher dessus en marchant chez eux et en volant tant de belles choses. Pour le moment, elle n'avait pas réussi cela avec Miranda Forge, mais même si ce n'est pas ce soir, demain ou dans les prochains jours, elle va réussir à voler quelque chose de précieux à celle que les médias de Tékhos nommait presque, la reine tant elle était incroyable, transformant tout ce qu'elle touche en or ! Mais bon, la voleuse ne faisait pas cela pour lui faire du mal, juste ne pas froisser sa réputation. Elle savait qui elle était, était prête à la payer pour ce soir – hors, c'est une voleuse, pas une prostituée – donc elle devait redorer son blason ! Mais pas ce soir... c'était aussi son honneur de femme qui était en jeu. Après avoir servi de jouet à ses juments, elle faisait tout pour reprendre du poil de la bête alors dominer Miranda Forge, ce n'était pas le genre de chose qui se faisait n'importe quand. 

Elle avait à peine joui qu'elle se forçait déjà à revenir sur-le-champs de bataille pour ne pas la laisser souffler. Pas question qu'elle s'en tire facilement. Son maigre poids ne causant pas de réel soucis à Miranda lorsqu'elle lui grimpait dessus, elle faisait frotter sa queue près de sa bouche, pour la forcer à se réveiller un peu, motivant aussi Miranda mais vu sa réputation, elle n'allait pas déjà agiter le drapeau blanc. Rouge se contentait de sourire en continuant d'agiter sa queue le long de ses lèvres.

« Il en faut plus pour me fatiguer, je ne suis pas une pucelle qui viens de découvrir le sexe. »

D'autant plus qu'à Tékhos, on découvrait plus vite le sexe que les hautes études, voir même les études comme la fin du collège ou le lycée. Ses doigts glissaient sur les cheveux blonds de la femme avant de l'aider à mouvoir sa bouche le long de son sexe. Elle devait l'aider à retrouver sa dureté et elle va réussir, pas de doute là-dessus. 

« Tu restes une vraie énigme... tu as une telle réputation que je n'arrête pas de me dire, qu'est-ce que tu n'a jamais vécu ? »

Faire l'amour au plafond restait peu probable, mais elle avait réussi. Mais elles ne vont pas passer la soirée au plafond quand même. Donc, que pouvait-elle lui faire subir pour la surprendre ? Non pas qu'elle veut absolument faire de l'inédit, mais elle ne comptait pas se faire oublier si facilement par Miranda. Outre le futur vol qu'elle prépare, elle comptait bien lui laisser toute sorte de souvenir.

« Hm... Prise par deux terranides, je suppose que c'est déjà fait... mais par une jument et une chauve-souris ? Voir en plus, ta copine ? Là, on tient quelque chose, non ? »

Ramener cette jument en chaleur n'était pas la meilleure idée qui soit si elles voulaient continuer de jouer à deux, mais disent qu'au moins ça lui laissait une issus de secours au cas où. Pas la peine de forcément visé dans la nouveauté, mais elle allait bien devoir taper dans le plus classique pour continuer leur soirée. Comme pour le moment, une pipe, même si c'était Miranda qui le faisait, ça restait classique pour elle, à coup sûr.

Sya

L'ange avait droit à sa soirée spéciale, originalement auprès de sa mère, mais par la suite, Kazauha avait fini par les rejoindre. Ce n'était pas un réel souci, elle faisait un peu partie de la famille après tout. Pour Sya, la belle blonde restait une grande amie esclave après tout donc elle était plus ou moins une sorte de sœur, non ? Mais après le choix cornélien imposé par la démone et moult hésitation, Sya finissait par trancher et opter pour que sa mère s'occupe de son arrière-train, elle avait beaucoup profité de son trou avant après tout. Et puis, bébé était en marche, elle pouvait bien laisser Kazuha occupé un peu le terrain, aucun risque maintenant que le projet était en marche. 

En compagnie de sa mère, elle la laissait jouer un peu avec Kazuha et Sya en profita pour user de sa magie, elle aimait les culs serrer, Sya faisait en sorte que sa mère soit toujours fière d'elle – avant que la belle blonde ne vienne sur elle pour profiter le plus possible de cette soirée elle aussi. Doucement, elle se plaçait sur elle en l'embrassant, ses mains coulant de son dos vers ses fesses pour profiter de sa douce peau. Après un bref instant, Samara en fit de même, sa peau frottait son dos, puis ses mains s'attardaient plutôt sur sa poitrine qu'elle pinçait doucement. L'inconvénient en démone, c'est qu'on ne voyait pas sa peau rougir, sous la gêne ou sous les coups, ça restait un grand mystère tout de même. 

« Haaaaaaaaa, hummmmmm... »

Prise en sandwich entre elle, elle adorait les sentir bien contre elle, ses doigts se crispaient sur Kazuha, griffant légèrement sa peau avec ses ongles. Eh bien oui, en démone, elle n'était pas du genre à avoir les ongles bien coupés, plutôt pointue. Samara la prenait doucement, mais avec force quand même, dans son étroit fondement, difficile de ne pas la sentir, la belle blonde était un peu plus énergique, mais quand même basé plus ou moins sur le rythme de la démone, ça restait grandiose et terriblement bon. Elle était si heureuse de passer une telle soirée d'enfer. Sa bouche se collait à la peau de Kazuha qu'elle léchait doucement, baisant parfois sa peau, c'étaient beaucoup de douceur, ce qui plaisait pour le moment à Sya, mais aussi une folle envie de faire bien plus qui dormait autant en Kazuha que chez la démone. 

« Huuuuummmm encooooore.... plus, encore Plus ! »

Rien n'était trop pour elle puis même si elle était enceinte, ce n'était que le début donc aucun risque. De plus, il faut bien qu'elle continue de faire comme d'habitude, même si ça lui arrive de réclamer plus de douceur que de chose brutal, il fallait quand même qu'elle ai un peu de tout. 

« Haaa... je veux... être rempli... par vous deuuuux.... »

Chose qui arrivera, à ne pas en douter. 

Princesse Alice Korvander

Humain(e)

Re : Voyage de noce [PV Princesse Alice K] Cross-over Comptes

Réponse 62 novembre 08, 2018, 09:42:23 am

SHIZUKA SHUNYA


Shunya était en train de prendre un sacré pied, une séance de sexe jouissive et libératoire ! Si elle devait clairement retenir une chose de ses séances avec Hinata, c’était bien ça. Cette sensation délectable, jouissive et magnifique, qui consistait à lâcher pied, à s’abandonner au plaisir total, et à ne faire plus qu’un avec. C’était ce que Shunya faisait, et elle le faisait avec une joie évidente. Elle se relâcha ainsi dans le cul d’Hinata, prenant à peine conscience qu’elle avait été vulgaire à un moment. Pour elle, il était tout simplement difficile de faire la distinction, de rester calme et sûre d’elle-même. Après tout, elle venait de jouir dans le fondement de sa femme, avec Nora qui se lovait dans son dos, et qui l’encourageait.

Reprenant son souffle, Shunya vit Hinata se rapprocher d’elle, et les deux femmes s’embrassèrent. En fait.. Cet orgasme était bien loin d’avoir refréné les ardeurs de Shunya ! Celle-ci était au contraire toujours autant fébrile, toujours aussi excitée,  avec une envie phénoménale de retourner baiser sa femme. Oui, baiser ! Shunya sourit quand celle-ci lui promit une nuit intense dans leur chambre d’hôtel. Elle s’en mordilla les lèvres, ne pouvant qu’acquiescer à cette proposition.

« Oh oui, ma chérie, je compte bien te baiser toute la soirée, moi aussi ! »

Son puissant dragon » était encore prêt à rugir, et, d’ailleurs, sous le contact des doigts d’Hinata, son sexe se durcit encore. Nora les avertit alors. L’Ange ne pouvait maintenir éternellement leur bulle, et Shunya hocha doucement la tête. Elle poussa ensuite Hinata, venant la coucher sur le sol, et se dressa au-dessus d’elle, telle une sorte de dominatrice improvisée. Son sexe trempé formait une trompe qui se redressait doucement, s’apprêtant à pulser de nouveau en elle. Shunya avait encore envie de faire plein de choses ce soir, des choses qui impliquaient également Nora. Après tout, il serait cruel de s’envoyer si souvent en l’air, comme ça, sans jamais y impliquer leur amie angélique.

Shunya se rapprocha donc, et s’allongea contre le corps d’Hinata, puis alla l’embrasser goulûment, n’hésitant pas à fourrer sa langue dans sa bouche. L’une de ses mains alla au passage pincer l’un des seins d’Hinata, tirant sur le téton.

« Okay, ma belle... Je vais te saillir là... Puis je te finirai ensuite dans notre lit... » gloussa-t-elle.

Shunya continua ensuite à remuer, venant prendre plus énergiquement sa partenaire...



SUPERGIRL


Kara avait enfilé une très belle tenue, moins traditionnelle que celle de Tessou, mais très plaisante à regarder. Une version pin-up de son uniforme, court, moulant, laissant son ventre nu, en ne dissimulant que ses seins et son sexe. Elle sourit donc devant Tessou, qui se rapprocha d’elle, et les deux femmes s’embrassèrent tendrement. Les mains de Kara glissèrent sur le yukata de Tessou, serrant le fin tissu entre ses doigts.

Elle avait envie de palper ses fesses, mais Kara se retint, décalant juste ses mains le long de ses hanches. Tessou rompit ensuite le baiser en affirmant à Kara qu’elle n’allait pas pouvoir se reposer de si tôt. Supergirl se contenta d’un léger sourire moqueur, et l’embrassa alors sur le bout du nez.

« Dit comme ça, tu es presque effrayante, Tessou... Tu veux m’épuiser moi ? Supergirl ?! »

Les mains de Kara se déplacèrent alors, et se posèrent brusquement sur les fesses de Tessou, venant les malaxer à travers son fin yukata. Surprise, Tessou se crispa contre le corps de Kara, qui se mit à sourire de nouveau.

« Te voilà devenue bien perverse, Tessou, pour croire ça... Je serais presque tentée de te laisser faire, tu sais. »

Kara esquissa un léger sourire, sentant les lèvres de Tessou se crisper sur son cou, remontant sur sa joue, s’approchant ainsi tendrement de son oreille. Les mains de la Kryptonienne continuèrent à palper délicieusement ses fesses, malaxant fermement son cul.

« Montre-moi de quoi ma perverse policière est capable... »



ALICE KORVANDERMÉLINDA WARRENLUNA EARTHWELL


La chambre de Mélinda était en train de se remplir de Bonheur et de stupre ! Tous les ingrédients d’une orgie magnifique et torride se retrouvaient mélangés ce soir ! Vanillia venait d’en finir avec le délicieux d’Harmony, et avait joyeusement joui en elle. Comme toujours, sa femme appréciait toujours autant les sodomies, et en avait fait la brillante démonstration en compagnie de la belle et timide esclave. Harmony était une femme que Mélinda appréciait beaucoup. Elle lui était d’une dévotion totale, et sa nature angélique conférait à son sang un goût très particulier… Ce qui allait à merveille avec sa timidité ! Mélinda adorait la provoquer, la titiller, voir ses belles joues rougir confusément. Son sang remuait alors dans ses veines, formant un appel exquis et magnifique. Autrement dit, Mélinda ne voyait que de bonnes raisons de perturber Harmony ! Et, après sa séance avec Ai, la jeune Ange était encore loin d’être au bout de ses peines, car Mélinda proposa de la rapprocher d’Alice.

Harmony en fut toute confuse… Bien plus qu’en temps normal. Alice était loin de se douter des raisons amenant Harmony à être si troublée, contrairement à Mélinda, qui était bien placée pour savoir que la jeune femme était amoureuse de la Princesse. Un béguin qui ne s’était pas estompé avec le temps, et ne demandait qu’à se développer davantage. C’était aussi pour ça que Mélinda mettait les deux femmes en valeur. Face à Alice, Harmony était toutefois troublée, n’osant pas agir, ce qui amena Alice à relever sa main. Celle-ci se glissa sur sa joue, caressant doucement Harmony.

« Ne t’inquiète pas, Harmony, je ne vais pas te mordre… Et tu es mignonne comme tout ! »

Alice se pencha alors en avant, et déposa un baiser sur ses lèvres. Un baiser assez bref, mais suffisamment notable pour montrer à Harmony qu’elle n’avait absolument rien à craindre. Alice lui sourit encore après ce baiser, et sentit alors les mains de Yuko palper ses fesses, lui arrachant un soupir supplémentaire. Mélinda allait également se positionner… Quand la porte de sa chambre s’ouvrit brusquement.

« Oh… »

Tournant la tête, Alice vit deux nouvelles personnes entrer. L’une était à quatre pattes, avec un collier autour du cou, et une laisse. C’était… Luna ! La neko des Karistal ! Alice avait déjà eu l’occasion de la voir quand les jumelles étaient venues la voir. Une neko très câline, qui aimait beaucoup se frotter contre elle. Et la femme qui la tenait en laisse n’était autre que Yuka Karistal ! Elle avait enfilé la même tenue que Yuko… Si ce n’est que celle de Yuka était en rose pâle, brillant comme celle de sa sœur.

« Nyyyyuuu… !! » miaula Luna.

La neko, elle, portait une superbe tenue noire moulante en latex, avec de longs gants noirs, des collants noirs, une culotte, et un léger harnais rehaussant ses seins.

« Enfin ! s’enthousiasma Mélinda. Tu as mis le temps, Yuka ! »

Mélinda alla l’embrasser, puis Yuka en fit de même avec sa sœur, avant que Mélinda ne lui présente une pilule. D’un naturel plutôt soumis, Yuka savait aussi quand donner le change, et la pilule rose ne tarda pas à la doter du même appareil phallique que sa sœur. Mélinda en profita pour lui résumer ce qui allait arriver, et leur singulière configuration. Alice et Harmony étaient à quatre pattes, l’une face à l’autre, et, si Mélinda et Yuko comptaient s’occuper toutes les deux de la Princesse, il fallait encore trouver quelqu’un pour s’occuper de Harmony.

« Je te laisse choisir par quel trou tu vas la prendre, Yuka… Mais, avant ça, il faut encore mettre un collier autour de nos deux esclaves ! »

L’enthousiasme de Mélinda avait quelque chose d’enfantin, et de très surprenant. La facilité avec laquelle elle aimait le sexe était toujours aussi impressionnante, tout comme son élan naturel à la perversité. Elle récupéra un double collier avec un lien entre les deux, et attacha chaque collier autour des cous d’Alice et d’Harmony, avant de raccourcir considérablement la corde séparant les deux. Elles se retrouvèrent ainsi visage contre visage, ne pouvant que s’embrasser.

Très rapidement, Mélinda avait trouvé quoi faire des deux nouvelles invitées, puisqu’elle désigna ensuite à Luna le lit, où Vanillia et Ai étaient en train d’observer cette singulière chorégraphie sexuelle qui se mettait en place.

« Ma petite Luna… Je te laisse aller voir ma femme et Ai, je suis sûre qu’elles auront envie de te faire un gros câlin en te baisant bien fort !
 -  Nyaaaaawww… Merci, Maîtresse Mélinda ! »

Luna était redevenue la bonne Luna, la gentille et serviable neko, après avoir joué pendant quelques instants le rôle d’une cruelle Maîtresse. Elle grimpa donc sur le lit, et alla lécher le visage d’Ai, pendant que Mélinda se mettait en place, filant sous le corps d’Alice.

« C’est à vous de jouer, les filles ! avait-elle décrété aux jumelles. Dès que vous commencerez à planter vos verges là où il faut, nous pourrons jouer ! »

Alice, de son côté, sourit encore à Harmony, son souffle rebondissant contre ses lèvres.

« Tu as de très tendres lèvres, Harmony, très douces… » glissa-t-elle en guise de compliment et d’encouragement.

Puis Alice sentit les verges s’enfoncer en elle, le membre de Yuko se glissant dans son cul, pendant que les griffes de Mélinda se serraient sur son bassin pour glisser son vit dans sa chatte…

L’orgie se poursuivait joyeusement !



SHA


« Kiriko… Tu oublies une chose essentielle sur notre bébé. »

Dans sa forme slimesque, Sha était, sexuellement parlant, encore plus exigeante qu’en temps normal, ce qui n’était pas peu dire. Des tentacules phalliques sortaient de son dos, tournoyant autour de Kiriko. Elle avait découvert récemment cette forme, au fur et à mesure que ses pouvoirs et ses souvenirs revenaient à elle. Et elle aimait l’utiliser avec Kiriko, mais elle savait aussi que sa femme s’inquiétait beaucoup pour son enfant, pour le fœtus d’Arya, qui était en train de grossir dans son ventre. Elle voulait donc que Sha conserve une main sur son ventre, comme pour protéger l’enfant, mais, avant ça, et tandis que les multiples tentacules phalliques de Sha se pressaient contre le corps de Kiriko, à de nombreux endroits différents (ses mollets, ses cuisses, ses fesses, ses reins, ses omoplates…), elle l’embrassa tendrement.

Sa main se posa effectivement sur le ventre de Kiriko,e t libéra une sorte de substance noirâtre, visqueuse, très fraîche. Une substance qui devrait faire frissonner Kiriko, constituée de la même substance magique qui formait en ce moment le corps de Sha. La propre langue de Sha avait pris une forme plus reptilienne, plus longue, et la doubla même. Se dotant ainsi d’une double langue, elle les enfonça dans la bouche de Kiriko, serrant la langue de sa sorcière contre les siennes, s’enfonçant dans sa gorge, sentant le corps de Kiriko remuer faiblement, tandis que des tentacules supplémentaires émergeaient du corps de Sha pour ceinturer sa femme, s’enroulant aussi autour de ses jambes.

Rompant le baiser, Sha termina alors la phrase qu’elle avait laissé en suspens, frottant doucement son corps contre celui, toujours aussi parfait de sa femme :

« …Arya n’a besoin que de ressentir notre amour, Kiriko. Jamais l’amour ne mettra en danger notre bébé, ma chérie. Mais bon… Cette substance que j’ai laissé sur ton ventre protègera ton fœtus de tout coup ou de toute secousse. Tu n’as donc rien à craindre. »

Elle lui sourit encore, avant de rajouter :

« …Du moins, à l’exception de moi et de mon insatiable appétit de Déesse à vouloir sans cesse te baiser sans relâche… »

Sha avait tellement fait l’amour avec Kiriko, dans des positions tellement infamantes et tellement perverses que la Celkhane aurait sans aucun problème pu postuler au sein du culte de Lust et devenir une Grande Prêtresse ! Sha lui sourit encore, et l’embrassa une énième fois, pendant qu’une verge émergeait de son corps, un joli phallus noir qui tapa contre le ventre de Kiriko, là où Sha avait laissé sa marque noirâtre.

Les tentacules firent alors basculer Kiriko, qui se retrouva suspendue en l’air. Elle ne touchait plus le sol, et présenta son vagin à Sha. Des tentacules noirâtres émergeaient également autour du vit de Sha, et se posèrent sur le sexe de Kiriko, s’appuyant sur ses lèvres intimes, guidant ainsi son membre. Deux tentacules phalliques se transformèrent, présentant de belles bouches, et allèrent se posèrent sur les seins de Kiriko, afin de les pomper délicieusement. À l’intérieur de ces tentacules noirâtres, des langues jaillirent en effet, titillant ses tétons et le reste de ses seins, ne laissant pas un centimètre carré propre. Un autre tentacule phallique se fourra dans la bouche de Kiriko, deux autres se glissèrent dans chacune de ses mains, et un dernier s’enfonça entre ses fesses, pendant que Sha glissait elle-même sa queue, plus grosse et plus épaisse que les tentacules, dans le vagin de sa femme.

Elle butina ainsi son bourgeon, et soupira de bonheur, ses mains se posant sur les hanches de Kiriko, serrant sa chair. Le slime sur le bas-ventre de Kiriko palpitait doucement, émettant une lueur chaude, diffuse, qui se répandait également dans son corps, titillant l’embryon qui était en train de se développer dans son placenta.

« De quoi t’inquiètes-tu ? Ton placenta est toujours en place, Kiriko… Chaque fois que je jouis en toi, hmmm… Mon sperme le renforce, car ma magie se répand en toi par ce biais, et renforce ses défenses… »

Sha soupira doucement, continuant à prendre la femme.

« Alors, sois une gentille fille, Kiriko, et… Laisse-moi te BAISER ! »

Et Sha commença à accélérer le rythme, y allant de plus en plus fort…



CRYSTAL


Crystal et Neferia avaient franchi le point de non-retour ensemble, le point à partir duquel elles ne pourraient plus se voir ensuite comme une simple élève et comme une simple professeur. Elles étaient désormais plus, davantage, des amantes. La Dragonne de Glace, si froide, si glaciale, celle qui avait fermé son cœur, réalisait que Neferia, sans trop comprendre comment, avait réussi à ouvrir une brèche. Neferia… Une jeune femme arrogante, orgueilleuse, qui passait son temps à dire qu’elle allait reconstruire son royaume… Mais qui était aussi une jeune femme aimante, soucieuse des autres, ne supportant pas l’injustice et la cruauté. Elle avait été jusqu’à adopter un bébé tigre en s’insurgeant contre les dures loi de la Nature, contre le fait que le fort devait tuer le faible, et que la pitié n’existait pas. Crystal avait essayé de lui inculquer à moins haïr les humains, à lui montrer que la vie était faite de subtilités. Difficile de dire si elle avait réussi pour le moment, mais elle avait compris qu’il y avait autre chose, chez Neferia, que cette couche superficielle d’arrogance qu’elle affichait aux autres.

Là, dans cette chambre d’hôtel, devant ce chibre dressé, Neferia exprimait toutes ses faiblesses. Son arrogance ? Un masque qu’elle utilisait pour dissimuler ses angoisses, ses peurs profondes… Mais là, Neferia n’avait plus d’échappatoire. Elle ne pouvait plus fanfaronner, et demandait à Crystal d’y aller doucement. Sa bouche avait goûté à ce sexe, et elle lui indiqua être prête. Crystal la regarda silencieusement, et hocha la tête. Le calme olympien de la dragonne était doucement en train de s’écorner, et, quand elle se redressa, s’écartant du lit, la Dovahkiin sentit son sexe l’élancer douloureusement.

« Hmmm… Très-Très bien, Neferia… »

Y aller doucement, calmement… Une chose difficile à faire dans le sexe ! Crystal allait néanmoins faire de son mieux, et attrapa Neferia. Elle la souleva sans difficulté, tout en restant debout, et la laissa se presser contre elle. Elle posa sa main sur sa nuque, et l’autre s’appuya sur le bas du dos de Neferia, avant de se décaler sur ses fesses. Crystal l’embrassa alors, tout en approchant son membre tendu de ses lèvres intimes.

« Tu vas avoir mal au début, Neferia… Le temps que le plaisir vienne contrebalancer ça. »

Crystal soupira encore, son sexe caressant le bourgeon de Neferia… Puis elle soupira alors, se pinça les lèvres, et donna un premier coup de reins, son membre s’enfonçant en elle sur quelques centimètres.

« Ohhh… » soupira Crystal.

Cette sensation… Cette délicieuse et jouissive sensation ! Crystal en aurait presque oublié à quel point ce contact était délicieux, à quel point il pouvait être agréable de se perdre dans le corps d’une femme. Ses griffes pincèrent le corps de Neferia pendant quelques secondes, puis elle se concentra lentement, adaptant son rythme, mouvant lentement et délicatement, autant que possible, sa queue.

Pour le moment, en tout cas…



POISON IVY


Harley pouvait se féliciter d’être la seule personne sur Terre et sur Terra qui, sans être une Alraune, pouvait soumettre aussi facilement Pamela. La seule humaine qui avait su, par son excentricité, percer le cœur de ronces de Poison Ivy. La seule personne qu’elle ait vraiment regretté en quittant Gotham City pour s’installer au Japon. Et, comme si les deux femmes étaient faites pour ne jamais se quitter, Harley était revenue à elle. Elles avaient alors clairement franchi le pas de leur relation. Même si Harley disposait de son gang de Quintettes, il était fréquent qu’elle vienne dormir dans la villa de Pamela. C’était l’occasion pour elle de croiser Kyli, et de passer du bon temps ensemble. Elles se comportaient ensemble comme un couple, et Pamela n’hésitait pas à s’afficher avec elle en public, à l’embrasser à la sortie du lycée, et même à l’aider à trouver un boulot. Après tout, Harley était à la base une psychiatre douée, suffisamment talentueuse pour rejoindre Arkham. Alors, elle pouvait sans aucun doute trouver un emploi à Mishima, ce qui serait pour Pamela l’occasion de lui faire encore l’amour. Comme psychologue, peut-être ? Ou comme surveillante ? Elle y réfléchissait encore, car il n’était pas si facile que ça de convaincre sa brutale Harley...

...Qui, pour l’heure, continuait à bourrer Pamela, en l’étalant sur le lit. Harley se dressa au-dessus d’elle, la prenant en position de missionnaire. Lascivement étalée sur le lit, Pamela ne pouvait que constater combien Harley s’accommodait à la perfection de sa position. Sa queue avait bien grossi, et elle était bien dure, tendue et douloureuse, s’enfonçant lourdement dans son con, tandis que la femme continuait à la prendre, remuant d’avant en arrière, donnant de grands et profonds coups de reins.

« Oh, quelle énergie, Harley, hmmm... !! »

La magnifique blonde continuait à lui faire furieusement l’amour, amplifiant ses coups de reins. Harley était déchaînée, en effet, et visiblement très gourmande, car elle indiqua à Ivy qu’elle comptait aussi s’occuper de son fondement et de sa bouche. Gémissant doucement, Pamela entendait tout cela, et déplaça ses mains, caressant les hanches d’Harley, puis malaxa son cul, le pinçant durement, pétrissant sa moelleuse chair, avant de répondre à son baiser.

« Hmmm... !! »

C’était bon, c’était si bon... Sentir son membre en elle, sentir sa chair se mélanger à la sienne, s’unir à son corps... C’était une sensation magnifique, délectable ! Pamela sourit encore, les joues rougies par l’effort, et se pinça les lèvres, bandant ses muscles en sentant encore sa partenaire la prendre intensivement.

« Oui, Harley, haaaa... Tu... Tu comptes me baiser comme ça t-toute la nuit, hum ? Tu... Haaaa... Tu risques de t’épuiser, ma belle ! »



FÉLICIA HARDY


Aoki avait une sorte de talent incroyable et inexplicable en la matière. Rien ni personne n’arrivait à l’égaler en matière sexuelle. Félicia était bien obligée de reconnaître ses performances en la matière. Elle ne cessait de se surpasser, et la Chatte Noire était tout simplement sous le charme. Elle en frémissait furieusement, se pinçant régulièrement les lèvres, surtout quand sa délicieuse partenaire blonde alla la titiller .Ce coup de cravache n’avait fait que stimuler les ardeurs d’Aoki, qui se pressa contre sa queue. Félicia frémit doucement, serrant ses doigts en sentant le corps d’Aoki se frotter à elle. Leurs combinaisons respectives se frottèrent les unes aux autres, excitant chaudement Félicia. La Chatte Noire avait après tout toujours eu un certain penchant pour le fétichisme, ce qui se confirmait en ce moment.

« Oh, Aoki, petite perverse... »

Il n’y avait vraiment qu’elle pour faire ça ! Ou peut-être bien Ivy, mais, contrairement à Ivy, Aoki n’avait pas d’aphrodisiaques à service, juste son joli corps, et une perversité qui dépassait tout ce qu’on pouvait imaginer. Sous le charme, Félicia laissa Aoki caresser son sexe avec son cul, la belle Japonaise semblant même y prendre goût. Elle se frottait à elle, accompagnant les frottements de délicieux bruits de crissements.

« Là, frotte bien, Aoki, excite-moi, et pense à la manière dont je vais éclater ton petit cul ensuite... »

Félicia était au moins claire dans ses intentions. Elle avait annoncé à Aoki la couleur, et la laissa encore agir un peu. Les minutes passèrent ainsi, Félicia frissonnant, et commençant même légèrement à ronronner. La femme prenait son mal en patience, jusqu’à donner une gifle sur le cul d’Aoki. Elle lui ordonna ensuite de se mettre en position, et se déplaça elle-même. Elle attrapa la laisse d’Aoki, et tira brusquement dessus, soulevant sa partenaire, l’étranglant un peu au passage, puis posa son autre main sur son sexe.

Prenant les chose sen main, la Chatte Noire, qui avait maintenant une verge bien tendue, ordonna à Aoki de bien écarter ses fesses avec ses mains. Impossible pour elle de tomber, car Félicia la maintenait avec la laisse, ce qui devait toutefois serrer un peu au niveau de sa gorge... Mais Aoki pouvait l’endurer ! Et, tandis qu’elle présentait sa croupe à Félicia, celle-ci s’empressa d’y fourrer sa queue. Sa verge tapa contre la chair étroite de sa partenaire, puis s’y enfonça ensuite, se glissant progressivement en elle, ce qui ne manqua pas d’arracher un soupir à la femme.

« Hooo... Aoki, haaa... »

Il n’y avait vraiment qu’elle pour arriver à l’exciter à ce point ! Se pinçant les lèvres, Félicia reprit ensuite ses coups de reins, commençant à la bourrer furieusement, serrant encore la laisse, et s’empressa de gifler à plusieurs reprises le postérieur d’Aoki, tout en soupirant encore, gémissant doucement.

C’était bon, c’était si bon !



MIRANDA FORGE


Rouge arrivait à un point de blocage. Elle semblait réaliser que la vantardise de Miranda n’était pas infondée, et que la Tekhane avait réellement une expérience sexuelle assez incroyable. Même si le sexe était très commun chez les Tekhanes, Miranda l’avait prévenu : elle était exceptionnelle. C’était aussi simple que ça, et peut-être une conséquence de l’héritage génétique des Forge... Ou alors, une conséquence liée à son sentiment d’omnipotence, de surpuissance, qu’elle exprimait à travers le sexe. Devant le membre brandi de Rouge, qui caressait ses joues, Miranda gloussa doucement, et déposa un léger baiser dessus. Réfléchissant à voix haute, Rouge songeait à ramener Twilight dans la fête ainsi que la subordonnée de Miranda Forge, Kaleena.

Miranda haussa doucement les épaules devant cette idée, qui ne la laissait pas indifférente, mais qui montrait aussi les limites de la jeune Rouge, qui devait en appeler à des alliées pour réussir à tenter de dompter Miranda. Très clairement, la jeune Terranide était un peu perdue, et, même si elle avait surpris Miranda en la prenant au plafond, elle réalisait maintenant que l’humaine était un sacré morceau.

*Mais soit, plus on est de folles...*

Tandis que Rouge réfléchissait, Miranda léchait tendrement son sexe, sa langue remontant le long de sa verge, glissant dessus. Elle inhalait cette délicieuse odeur, ce mélange de sperme et de cyprine qui décorait la queue de Rouge, ornant celle-ci, puis releva les yeux vers elle, continuant à délicieusement sourire.

« Kaleena est plus endurante qu’elle en a l’air, je suis sûre qu’elle ne doit pas encore être dans les pommes. Je t’ai confié les commandes pour le moment, tu n’as qu’à les amener ici... »

Mais qui sait comment les choses pourront évoluer ? Ce n’était que quand on pensait contrôler Miranda Forge qu’on réalisait qu’elle ne faisait que jouer avec vous. Elle était aussi cruelle et autoritaire en amour qu’en affaires, et, si on oubliait cet état de fait, on finissait toujours, tôt ou tard, par le regretter !



SAMARA


Sya était magnifique en mode démone. Enfin, elle était de base une superbe Ange, avec une très belle peau, un corps magnifique. Même si elle manquait de formes, elle n’en restait pas moins ravissante à voir, Samara aimant surtout le contact de sa peau douce, d’une douceur infinie, évoquant la peau tendre et fraîche d’un nouveau-né. Là, sous cette apparence démoniaque, sa peau gardait de cette douceur qui plaisait tant à Samara, mais s’accompagnait de tout le côté bestial, sauvage, sensuel, propre à la peau rouge et aux attributs démoniaques. La queue caudale, les griffes, les dents plus pointues... Un look infernal qui ne pouvait que ravir la belle Samara !

Elle s’enfonça donc dans le cul de la petite Sya, et soupira à ce contact. Sya se débrouillait toujours pour soigner autant que possible son corps des pénétrations qu’elle recevait, ce qui faisait que ses parois anales redevenaient souvent très étroites, Sya amenant ainsi sa mère à s’énerver, et à forcer le passage. Si elle aimait la douceur et la tendresse, Sya pouvait aussi fortement aimer la violence et la brutalité, comme elle l’avait d’ailleurs montré tantôt... Et, visiblement, sous cette forme démoniaque, elle était encore plus demanderesse qu’en temps habituel de violence et de sauvagerie.

« Hm... Petite pute... ! » la railla Samara.

Souriant légèrement, Samara se pinça les lèvres, et s’appuya fortement sur les seins de Sya, grognant encore. Kazuha la pénétrait également, et avait bien plus de facilité que sa Maîtresse, puisque l’intimité de Sya était déjà bien trempée. Elle n’avait donc qu’à s’y enfoncer tendrement, tout en posant ses mains sur le délicieux cul tendre de Sya. Ainsi coincée entre les deux femmes, Sya n’avait qu’à se laisser aller, qu’à se faire doucement baiser, et ce d’autant qu’elle en demandait encore, sollicitant des deux femmes d’être encore plus brutales, encore plus violentes.

Grognant doucement, Samara acquiesça, et continua à la prendre, son membre remuant lentement dans son cul, s’y enfonçant de plus en plus, ne finissant par laisser aucun répit à la jeune femme.

« Aaahh... S-Sya, Sya... ! »

Samara gémit encore, son membre bien niché dans le corps de sa partenaire. Elle continua ainsi à la prendre avec l’aide de Kazuha, pendant de longues minutes, venant bourrer furieusement le corps de Sya, accélérant encore et encore, amplifiant l’intensité de leurs coups de reins. Et, pendant ce temps, la main de Samara se déplaça pour caresser le ventre de Sya. Après de longues hésitations, elle choisit finalement de révéler à Sya qu’elle était au courant, puisque, tout en ayant sa queue nichée dans son cul, approchant doucement de l’orgasme, elle s’empressa de lui demander quelques informations croustillantes.

« Tu... Tu comptes l’appeler comment, hmmm... ? » demanda-t-elle.
« Modifié: décembre 04, 2018, 09:51:16 pm par Princesse Alice Korvander »

Hinata/Nora

Humain(e)

Re : Voyage de noce [PV Princesse Alice K] Cross-over Comptes

Réponse 63 décembre 04, 2018, 09:31:19 pm

Hinata/Nora
[/size]

Auprès de sa femme, la jeune reine ne pouvait que trouver son bonheur. Dans neuf mois, elle sera maman, Shunya accouchera d'un beau bébé et le début de sa grande famille verra le jour. Mais maintenant Shunya prête, Hinata voulait aussi y participer, avoir plus de bébés, plus de bonheur donc. Deux fois plus de travail et de fatigue, mais tout ces mauvais côtés seront récompenser au quotidien. Aussi pénible sois parfois le rôle de parent, il offrait tant de cadeaux. Allongée sur le sable, sa femme venait sur elle, l'embrassant en titillant sa poitrine en tirant doucement sur ce délicat petit morceau de chair. 

« Hmmm ouiiii... »

Depuis leur mariage, et même avant, Hinata avait toujours eu ce rôle de dominante dans leur couple. Que ce soit à cause de son titre ou simplement sa nature, elle avait toujours été celle qui ordonnait à Shunya. Sans être méchante, juste qu'elle lui indiquait la marche à suivre. Bien entendus, parfois, elles inversaient les rôles, mais pas toujours. Mais maintenant sa femme enceinte, et Hinata qui souhaitait l'être à son tour, elle devait lui laisser prendre ce rôle. Que ce soit temporaire ou non, ça ne lui déplaisait pas. Elle était sa moitié, son égale. Hinata règne sur Edoras en tant que Reine, Shunya reste sa femme et, même si elle participait aux futures lois du pays, ça restait Hinata sur le devant de la scène. Là, dans leur couple, en intimité, elles étaient plus équitables. Nora restait quelque peu en retrait, elle observait en souriant, sachant que tôt ou tard, elle participera. Pour le moment, elle maintient la sécurité de la zone, que personne ne les dérange ou que la barrière ne cède pas. Mais dans la chambre, elle pourra s'amuser un peu ? Du moment qu'elle ne gêne pas le fait qu'Hinata essaie de tomber enceinte, ça devrait aller. 

« Hmmmm tant que je ne serais pas enceinte, ho, tu me prendras... encore et encore. »

Ce n'est pas comme si cela allait en déranger une, au contraire, mais Hinata attendait fermement ce moment où elle saurait qu'elle aura la vie en elle. Pour le moment, elle laissait sa femme mener la danse, la prenant sur le sable en ne faisant qu'un avec elle. Menant un certain rythme qui augmentait progressivement, Hinata remuait sous les coups de sa femme, gémissant sans perdre le sourire. Elle aimait la voir si entreprenante, si belle. Ses mains parcouraient son dos, glissant sur son tatouage magique, c'était tellement bon. Une fois dans leur chambre, ce sera encore mieux. Même si le décor était plus romantique ici, leur chambre était plus confortable. Il faudra faire attention à ne pas déranger Tsukasa et sa cousine dans la chambre voisine... Oui, Hinata croyait encore à ces histoires. 

« N'hésite pas, ham, à être bien au fond... au moment de jouir. Hum, je veux déborder... de ta semence, Shunyanya... »

Son petit surnom était toujours le même depuis le début, mais elle était toujours aussi amoureuse. Un petit surnom mignon qui lui donnait un côté neko, après tout, elle aimait bien son minou tout doux entre les jambes. Certaines préféraient que ce soit lisse, Hinata n'avait rien contre cela.

Tessou
[/size]

Elle avait pris ce yukata pour simplement s'y balader lors d'un festival ou d'une fête quelconque, espérant par la même occasion faire porter le premier yukata à Kyoko, mais il faut croire que ce soir, cette tenue aura une autre signification pour Tessou. Face à Kara qui caressait son corps, elle la laissait faire, embrassant sa peau pendant que la belle blonde venait plutôt s'amuser de cette soudaine perversion chez elle. En temps normal, elle était très calme, presque trop prude et à vrai dire, les fois où elle se lâchait vraiment se comptait sur les doigts d'une main. Il y a eut leur première fois et une autre fois par la suite, mais ce n'est pas tout les jours qu'elle agit de la sorte. Cela dit, au moins pour ce soir, il y avait un semblant d'explication, les fruits de mer du coin ont la réputation de faire flamber la libido et ce n'est clairement pas un mensonge pour elle. 

« Perverse, moi ? Regarde-toi, Kara, ce n'est pas moi qui ai une mini-jupe et qui exhibe mon ventre. »

Sur ça, il est vrai que malgré son attitude, Tessou n'avait rien d'aguichant. Un yukata très simple, elle n'avait pas ouvert sa tenue pour en faire un décolleté ou desserrer son obi, tout était tout à fait normal. Alors que Kara jouait la carte de la séduction. Une petite attitude très typé américaine où les jeunes femmes n'avaient – pour certaines – pas honte de se balader ainsi. Au Japon aussi, comme partout, mais il y a la pudeur en jeu et le respect des traditions donc c'est déjà plus rare. Bon, Tessou savait bien que cela était pour s'amuser ce soir, elle n'allait pas combattre des aliens qui veulent détruire la Terre dans cette petite tenue très courte. Ses mains caressaient sa peau, ses lèvres se décrochaient de son cou alors qu'elle se mit à genoux, venant embrasser et lécher son ventre. Doucement, sans précipitation. Elle découvrait son ventre en étant encore habillée, autant en profiter un peu. Ses mains passaient le long de ses cuisses, la peau toujours si douce malgré la foule de combats qu'elle a essuyé selon ses dires.

« Si tu prends la peine de me montrer ton ventre, c'est pour que je m'en occupe, non ? »

Inutile de brûler les étapes, Tessou avait beau être très excitée, elle aimait beaucoup prendre son temps en préliminaire. Il est possible qu'elle délaisse cela sous peu, mais pour le moment, elle y tenait. Ce fut surtout des baisers qu'elle déposait dessus pendant que ses mains remontaient doucement pour palper un peu mieux ses petites fesses. Pour le moment, elle espérait bien garder le cadeau de Mélinda pour l’anniversaire de Kara, mais vu l'envie que son corps réclamait ce soir, elle n'avait pas faire une erreur en les emportant. Après tout, Kara ignore ce que cela est ? Sauf si sa vision X lui permettait de déchiffrer les éléments présents dans les pilules, ça pouvait se confondre avec des bonbons ou des médicaments. 

« Je continue, ou bien... »

Devait-elle descendre plus bas ? Si oui, Kara allait avouer qu'elle, elle était plus perverse que Tessou pour le coup...

Karistal/Luna/Harmony & Ai
[/size]

La chambre de Mélinda devenait un vrai petit baisodrome. On ne peut pas dire que ce soit différent de d'habitude, juste que les invitées étaient tout de même pas si habituel. Le couple Warren, en soit, c'était presque toujours ensemble qu'elles étaient durant les soirées, Alice était une invitée de marque, de même que les Karistal. Y voir Ai n'était pas si rare, mais si on y ajoute Harmony à tout cela, là oui, c'était rare. Sa domestique n'était pas si présente que ça durant ce genre de soirée, entre Mélinda et Vanilla, ça lui arrivait d'être là, mais avec autant de monde, c'était plutôt peu commun. Face à Alice pour le moment, elle n'était pas du genre à s'en faire du nombre d'invitées, car elle en pinçait pour la princesse blonde. Depuis qu'elle l'avait croisé au harem, elle avait eut un petit coup de cœur pour elle. Bien entendu, elle n'en avait jamais parlé aux autres, pas même à Mélinda et jamais elle n'avait vraiment approché la princesse. Elle était timide de base, mais elle a rapidement su qu'elle avait un fiancée donc, elle avait fait une croix sur cet amour. Qu'elle ai ses chances ou non, elle ne voulait pas voler la partenaire d'une autre personne, oh ça non, ce n'était pas son genre. 

Elle ne craignait rien d'Alice, elle aurait pu se montrer plus joueuse comme Mélinda que là, elle ne dirait rien. Elle était vraiment sous son charme et cette simple caresse, ce simple baiser aussi bref soit-il suffisait à la faire rougir. Faire une croix sur ses sentiments ne voulait pas dire les enterrer aussi vite cependant. Même si Yuka avait fini par rejoindre la chambre en compagnie de Luna, ça n'avait pas attiré son regard. Pauvre Harmony, elle était vraiment subjuguer par Alice et ce regard aussi doux qu'elle était belle.

« Pardon du retard, Luna était si contente de me dompter, je pouvais pas l'en priver. »

Maintenant calmé, les choses sont revenue dans l'ordre, la neko leur était soumise et Yuka redevenais la maîtresse. La vampire venait l'accueillir comme il se doit, avec un petit quelque chose pour rattraper leur retard et ainsi, Yuka était aussi membrée que sa jumelle avec pour mission de s'occuper d'Harmony. Elle n'avait jamais eut l'occasion de jouer avec elle, elles la connaissaient rapidement vu qu'elles voient souvent Mélinda, mais de là à jouer avec ? Elle manquait d'une touche neko pour cela. Non pas qu'elle soit moche, mais les Karistal offrait avant tout leur regard et leurs envies aux nekos. Ajoutant un peu d'embarras – et de plaisir – à sa domestique, elle se retrouva très proche d'Alice, si près que leur visage se frottèrent, et donc, de même pour leurs lèvres. Elle embrassait donc Alice bien que ce soit surtout elle qui l'embrassait. Elle se laissait faire, un plaisir coupable qu'elle avait à partager cela avec elle alors qu'elle la savait fiancée. En temps normal, elle refuserait de l'approcher dans ce genre de situation, mais n'ayant pas encore freiné totalement ses sentiments, son cœur savourait ce moment.

Ai, aux côtés de Vanilla voyaient la petite neko se rapprocher d'elles et sans profiter du plus amusant, la petite futa venait la câliner avec Vanilla en baisant sa joue. Luna était comme bien des nekos, très câline, ce qui ne la gênait pas, elle n'avait rien contre les caresses et les câlins. Qui n'aimait pas en distribuer après tout ? Et refuser cela à la neko serait presque criminel. 

« Je vous laisse décider de ce que vous voulez en faire, Maîtresse, mais j'ai déjà ma petite idée dessus. »

Vanilla était comme Mélinda en bien des points, mais Ai la voyait plus du genre à aimer les petites fesses, plus que Mélinda, c'est pour dire ! Elle faisait peut-être fausse route, mais chaque fois qu'elle était entre ses griffes, la vampire était plus tentée par ses petites fesses que ses petites lèvres – ou sa queue. Elle en profita pour la caresser, autant sa peau que sa ravissante tenue, mais en toute fétichiste qu'elle était, elle trouvait cela dommage de trop donner d'importance au cuir. Ce n'était pas doux, c'était parfois gênant voir chaud, Ai préférait de loin le tissu sous toutes ses coutures. Elle trouvait le cuir ou latex parfois très sexy, mais si elle aurait le contrôle total des tenues du harem, il y aurait beaucoup moins de cuir/llatex en circulation.

« Hmm, jolie petite chatte, dommage qu'on ait pas ce qu'il faut sous la main... Je verrais un joli string qui ferrais ressortir tes petites fesses à croqué... Une jolie nuisette pour cacher ton corps derrière un tissu très fin et transparent... Et pourquoi pas un ou deux rubans ? Ouh, tu serais une neko si adorable comme ça. »

Luna était ravissante, mais pour Ai, toutes personnes qui passait près d'elle était une poupée grandeur nature qu'elle ne pouvait s'empêcher de relooker et d'habiller selon ses envies et fantasmes.
Côté Mélinda, Harmony respirait enfin pendant qu'Alice la couvrait de nouveau de compliments. Toujours son œil découvert plongé dans son regard, elle était envoûtée. Mais elle parvenait cette fois à lui répondre, pas grand-chose, mais elle prouvait qu'elle n'était pas muette pour autant.

« Je... Me-merci, majesté... »

Tandis que commença Yuko et Mélinda à se faufiler dans Alice pour la faire gémir, Yuka avait choisit de rester dans le dos de la domestique, mais en visant son entrejambe. À en juger par les quelques traces, une des vampires avait trouvé son petit derrière très aguichant, et il y a de quoi ! Prenant son pieds en glissant en elle, Yuka faisait attention à ne pas trop remuer, leurs visages étant pratiquement collés ensemble, elle ne voulait pas trop les gêner. De plus, elle n'était pas aveugle, elle voyait comment était Harmony en temps normal et face à Alice, inutile de préciser qu'elle sait ce qui se passait en elle. Elle qui était amoureuse d'Antares, elle n'allait pas trop la gêner, ignorant si la domestique irait avouer ses sentiments ou non, ce n'était pas une raison pour gâcher ce précieux moment pour elle. Qui sait, Yuka ferait peut-être un petit geste pour sa grande sœur et Harmony dans la soirée ? Mais pas maintenant, oh que non !

Yuko n'avait aucun mal à ne pas ménager Alice pour autant. Qu'elle ait remarqué ou non le changement d'Harmony, on ne lui retirerait pas le plaisir de punir le joli petit cul de sa grande sœur ! Giflant ce fessier qui résonna dans la pièce, elle aimait entendre ce bruit délicieux.

« Khuhuhu ! Hum, cela me rend toute chose, han... je sais pas si, hum, je préfère te fesser... ou te baiser le cul ? »

Tendant sa main qui glissait dans son dos, elle venait parfois lui griffer doucement le dos, sans laisser de vraies marques, juste pour la faire frissonner un peu. Même dans ses coups de reins, elle n'hésitait pas à la faire remuer, quitte à la cogner un peu contre sa partenaire, ça rendiat les choses plus pimentées entre elles après tout, non ?

« Hum et toi, Mélinda ? Huuum, tu préfères la baiser... ou la faire couiner ? »

Les deux sont possibles, mais il y a une différence sonore entre les deux...

Kiriko
[/size]

La sorcière savait que Sha ne ferait rien qui irait nuire à leur bébé, mais elle avait tout de même besoin de se sentir rassurée. C'était après tout la première fois que la vie grandissait dans son ventre. Et le fait d'imaginer Sha plus attentive et douce envers elle et leur bébé, ça ne la laissait pas si indifférente en vérité. Elle aimait sa Déesse comme elle était, mais plus de douceur dans ce genre de situation, elle n'était pas contre. Comme elle le disait si bien, ce qu'elle devait craindre, c'était la fatigue de toujours devoir subir les assauts d'une telle femme ! Mais Kiriko savait à quoi s'en tenir à force de la fréquenter même si une Sha enceinte, c'était une première pour elle alors... plus que d'habitude ? Entre ses bras, elle aimait retirer l'armure qu'elle portait, oubliant d'être cette fière guerrière qui devait la protéger pour simplement être sa femme. Avant d'être une fière sorcière, et même Celkhane, Kiriko avait été quelqu'un de doux et sensible et, étrangement, c'était quand elle faisait l'amour avec Sha qu'elle retrouvait cette partie d'elle qu'elle avait délaissé depuis bien longtemps.

« Pourtant, je dois me reposer, c'est important pour le bébé. »

Même pour Sha du coup, si elle portait à présent elle aussi leur bébé, elle devait se reposer. Les déesses ne faisaient pas exception à cela, si ? Mais pour seule réponse, Sha lui prouva que le repos n'était pas prêt de pointer le bout de son nez. Des tentacules jaillissaient de partout pour s'occuper de chacun de ses orifices, venant même la soulever pour le plus toucher terre. Mais sa femme en revanche, elle était bien contre elle. Difficile justement de manquer son épais membre, même si lui aussi est de slime, il était très dur et délicieux. Elle la pénétrait sans mal en s'écrasant contre elle pendant que sa queue fourrait son chemin jusqu'au bout de son utérus. Dans sa bouche, elle était assez gentille pour la laisser respirer. Dans ce genre de moment, elle ne pouvait se défendre, devenant une véritable poupée de chiffon entre ses pattes, mais elle détestait ça ? Loin de là, non pas qu'être dans l'impossibilité de parler, de la serrer contre elle ne lui plaise, elle aimait quand même compter à ce point pour elle. Sha avait bien des amantes, mais elle avait une femme, une seule et elle portait son bébé, comment lui en vouloir ?

« Hmmmmm ! Huuuuum ! »

Même quand elle accéléra le rythme, Kiriko continuait de savourer ce rodéo, mouillait toujours de plus en plus. Peu importe qu'elle soit douce ou violente, elle en voudra toujours plus venant de sa femme. Mais elle savait avec le temps que demander de la douceur et du romantisme quand elle usait de sa forme de slime était impossible. Sha n'était qu'une créature désirant uniquement du sexe en étant comme ça. Malgré tout, elle arrivait à la regarder, bien que sa bouche soit bien occupée, désirant d'elle un peu de tendresse et d'amour. Elle pouvait peut-être réussir à la rapprocher d'elle ? Ne pas qu'un avec elle, mais au moins la sentir entre ses bras et s'embrasser ? Elle ne demandait pas la lune après tout. Elle n'était pas prête à abandonner sa forme slime, donc autant faire plaisir aux deux parties.

Neferia
[/size]

C'était tout de même spécial ce qui se passait pour le moment, Néféria n'était pas très à l'aise, elle ne craignait pas la suite, mais si elle se montrait fier en beaucoup de situations, quand cela touche au sexe, c'est déjà moins l'assurance habituelle qu'elle dégage. Même Crystal, elle dégageait une aura, un petit quelque chose de particulier, peut-être à cause de la situation ? Elle a toujours été plus à l'aise dans ce domaine. À moins que cela ne soit à cause de sa queue ? C'est possible aussi après, Néféria n'était pas bien renseigné sur le sujet. Redressée avec l'aide de la Dovakiin, elle se pressa contre elle, sentant le corps chaud de sa préceptrice contre elle. Elle ne sentait pas que ça, sa queue aussi se pressait contre elle, mais, elle en était moins impressionné. Le fait peut-être de l'avoir eut en bouche ? Sa main venait maintenir sa nuque tandis que la seconde se fit un peu plus perverse pour glisser vers ses fesses avant de l'embrasser. Néféria était debout sur le lit, ça l'aidait grandement vu qu'elle dépassait Crystal. Elle descendait doucement durant le baiser, de façon à se tenir à son cou pou le moment, le moment fatidique qui arrivait donc. 

Elle qui avait souvent matière à répondre se retrouvait bien silencieuse, répondant uniquement avec quelques gestes de la tête. La queue de la dragonne se fit ressentir contre elle, entre ses jambes pour doucement rentrer en elle, lui arrachant de petits gémissements. Elle n'était pas vierge, ce privilège avait été pour Ishtar mais c'était sa manière peut être trop rapide qui avait causé en elle une certaine distance avec ce genre de rapport. Mais elle se sentait bien aux côtés de Crystal alors elle pouvait faire cet effort. Le sexe n'était pas une chose pratiqué tous les jours après tout, si ? Une fois bien en elle, elle se calmait un peu, observant Crystal en lui faisant un petit signe de la tête pour lui faire comprendre qu'elles pouvaient continuer. Enlaçant ses jambes autour de la taille de la jeune femme, elle s'accrochait à elle pendant que sa queue remuait doucement dans son dos, de même que ses ailes qui battaient parfois, un petit réflexe qu'elle ne contrôlait pas vraiment sous l'effet du plaisir. 

« Mmmmmmhhhhh ahhhh... »

Les yeux clos, elle restait contre elle, sentant parfois ses doigts se crisper sur la peau de Crystal, elle cherchait sa bouche, un quelconque baiser pour se rassurer, car après tout, pour le moment dans le sexe, il n'y avait que les baisers qu'elle maîtrisait et qu'elle n'était pas trop embarrasser par cela. Rompant le baiser qu'elle partageait avec elle, elle gardait son visage près du sien, son nez était encore sur sa peau tandis qu'elle tentait d'ouvrir les yeux. Pas simple quand on était pas habitué à tant de sensation d'un coup. Un peu de douleur, certes, mais beaucoup de plaisir.

« Sur... le l-lit, s'il te... plaît.... »

Avoir quelque chose de confortable où se reposer serait plus pratique pour s'y reposer et s'y détendre. La soirée ne faisait que commencer pour elles et Néféria devait changer peu à peu son opinion sur le sexe. 

Harley Quinn
[/size]

Toujours en compagnie de sa jolie rose, elle ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin, elle espérait bien lui en faire voir de toutes les couleurs. Maintenant qu'elle avait un certain avantage au lit, elle comptait bien en profiter un maximum pour remettre des choses en équilibre sur la balance. Ça va être dur de remettre les pendules à l'heure en une nuit, mais impossible n'est pas Harley Quinn. Elle comptait bien imprimer l’emprunte de Pamela dans ce lit, que le matelas se souvienne de ce jour comme celui où Poison Ivy y a laisser son emprunte ! Harley continua de la butiner sans ménagement, pendant que Pamela en profitait pour peloter ses petites fesses. Elle pouvait y toucher, autant qu'elle le souhaitait, après tout, Harley comptait bien l'épuiser de bien des façons. Mais pour le moment, elle tenait bien, même Pamy se demandait si Harley tiendrait toute la nuit ? Mais évidemment voyons !

« Hummm oh tu sais... je m'épuise pas facilement.... Hum et toi aloooors ? Ca te change de te faire, ha, baiser... Tu vas tenir ? Hahahaha ! »

En temps normal, elle était toujours celle qui se faisait prendre par Ivy, que ce soit ses plantes ou elle, même en tentant de prendre les devants, la rouquine finissait souvent par avoir le dernier mot, mais souvent par ruse avec ses plantes, pas par la force comme Harley pouvait le faire. Non pas qu'elle avait la force d'une Super Girl, mais elle avait une certaine force, assez pour ne pas se laisser marcher sur les pieds par tout les larbins des différentes pègres de Gotham. Elle n'était pas juste folle et dangereuse, elle était aussi agile et forte. Embrassant sa Pamela-chérie de force en continuant de remuer en elle, Harley rompa le baiser avec toujours ce même sourire remplit de confiance.

« Rhhaaa, j'espère ta rien prévue, pour demain, huuuum... Tu risques d'être épuisée ! »

Elle aussi, mais autant mettre l'accent sur elle, c'est Harley qui était membré après tout, pas elle. Cela dit, bien qu'elles soient venues ici en groupe, elle n'avait pas entendu parler d'une activité à faire en groupe ? Pas même de la bouche d'Aoki ou Felicia donc ça doit être ok ? Elle se voyait mal aller dans un musée ou une expo de toute façon, pas le genre de leurs amies non plus donc, peu de chance que ce soit le cas. Après quelques minutes, Harley termina sa besogne dans d'ultimes coups de reins, bien décidé à y déverser sa semence le plus loin possible dans son utérus avant de se détendre un peu. Mais du coup, c'était la fin ? Oh que non. Mais elles pouvaient bien souffler un instant, non ? Harley l'embrassait plus doucement en la laissant respirer.

« Satisfaite, ma jolie Pamy ? Je ne t'oublie pas ma belle plante et je compte bien t'arroser, ne t'inquiète pas pour ça... »

Qu'importe la façon, son prochain orgasme ne sera pas en elle, mais sur elle. Pour le moment, elle savourait cette petite victoire en douceur le temps de laisser son engin se reposer avant la prochaine manche.

Aoki
[/size]

Lui faut-il une autre raison pour faire l'amour comme des bêtes ? Entre elles, tout était une excuse pour se déchaîner comme jamais pour faire l'amour. Bonne ou mauvaise journée, pause sexy, repas léger ou copieux, tout, absolument tout pouvait leur servir d'excuse. Alors une Aoki déguisée en neko, Felicia et Aoki n'ont pas hésité la moindre seconde. Elle se servait de ses fesses pour aguicher plus encore sa petite amie, faisant de sa queue la prisonnière de son postérieur sur lequel elle y frottait ses atouts, ce fut même une exploit que Felicia lui demande de continuer si longtemps. Un simple regard sur le bas de ses hanches suffit d'habitude à sentir quelque chose de dur s'infiltrer en elle. Mais c'était tout de même une chose très agréable, Aoki savait que la belle Black Cat allait lui sauter dessus et plus elle se faisait attendre, plus ça allait être sauvage.

Et ce fut bien le cas ! Sentant la laisse autour de son cou se serrer, la faisant se redresser, Aoki ne put que se rapprocher d'elle pendant qu'elle venait se montrer plus autoritaire et en suivant ses ordres, elle venait écarter l'entrée de sa croupe avec ses mains. Elle en fit par ailleurs de même pour l'entrée de sa tenue, il serait dommage de l’abîmer déjà. Non pas que cela coûte super cher, mais quand même ! Sans plus attendre, la Black Cat se fit sentir en elle et Aoki couina de plaisir en sentant son mandrin s'enfoncer en elle. Fidèle à elle-même, Felicia se faisait de plus en plus sentir, tant par sa vigueur, que ses coups de reins, ses fessées, bref, impossible de l'ignorer !

« Haaaaaaaa ! Haaaaaaa ouiiiiiiii ! Encore... Encore ! »

Pour Aoki, inutile de dire qu'elle était aux anges. Même si son collier serré l'empêchait de crier de toutes ses forces, elle arrivait tout de même à bien faire comprendre combien la situation la rendait heureuse. Même comme ça, cela ne l'empêchait pas de tenter de rendre cela encore mieux. Comme par exemple en tentait de faire de petits moulinets avec son bassin, de quoi faire ronronner la chatte avec plus de passion encore. Aoki ne sera peut-être pas la seule femme que Felicia va faire jouir, mais elle comptait bien garder la première place, et ce, pendant très longtemps.

Rouge

Sacrée bonne femme cette Miranda ! Rouge ne s'attendait pas à lui proposer que de la nouveauté, vu son passif, même si elle ne connaissait pas tout les fait d'armes de la blondasse, elle se doutait bien qu'elle avait vécu énormément de choses en ce qui concerne le sexe. L'idée de le faire suspendue en l'air était sûrement nouveau, sur ça, nul doute ou alors, elle avait que peu de chance depuis sa rencontre avec elle. Elle eut alors l'idée des deux terranides, une jument et une chauve-souris, cela doit être à placer dans la case nouveauté. Mais cela ne semblait pas lui faire peur, ni trop la surprendre non plus ? Est-ce que Rouge avait encore visé à côté ? Cela commençait presque à en devenir lassant. La voleuse savait qu'il serait dur de trouver quelque chose d'inédit pour elle – et elle devrait plutôt se féliciter d'en avoir trouvé au moins une ce soir – mais de là à ce que cela ne lui fasse ni chaud, ni froid, c'est pas cool. Baissant les yeux sur elle qui continuait de doucement jouer avec sa queue, elle fit une légère grimace...

« Non, ça n'a pas l'air de t'emballer tant que ça... »

Que faut-il faire pour que ce soit inédit pour elle ? Elle a déjà un gosse, non ? Et elle avait sûrement planté sa graine ailleurs aussi, officiellement ou non. Mais de là à porter son enfant ou la mettre enceinte, Rouge n'irait pas jusque-là pour la surprendre en nouveauté. Quand bien même Miranda aurait deux ou trois jouets dans sa chambre, rien ne serait nouveau. Usée de lait, de sucrerie, de choses dégoutante, violente, elle avait déjà fait le tour de ce genre de choses et plus d'une fois. Gang-bang, orgie, ça aussi, ça ne devait pas dater d'hier pour elle... Cela frustrait presque Rouge... Elle avait une occasion en or entre les mains et elle ne savait pas quoi en faire ? Faire une chose qui la tente pour au final être comparé à une ou plusieurs personnes qui ont déjà vécu ça avec Miranda ? Non, ça ne lui plaisait pas. Elle voulait bien remettre son histoire de vol à plus tard, pour savoir qu'est-ce qui serait bon à voler chez elle et non son argent qui sera regagner aussitôt, mais en dehors de ça, que devait-elle lui faire subir ?

Grr, ça devenait presque une obsession pour la voleuse qui restait là, à subir ses coups de langue depuis quelques minutes. Un abandon ? Non ! Alors quoi ? Bonne question... Elle, la bourgeoise Miranda Forge qui avait sûrement grandit avec une cuillère en diamant dans la bouche, qui avait ce qu'elle voulait en claquant des doigts, qui ne devait pas connaître de situation où l'argent ne lui ferait pas de mal pour survivre, à-t-elle ne serait-ce qu'une fois, été dans le rouge sur son compte en banque ? Alors que Rouge avait vécu bien des choses dans sa vie, non pas qu'elle ait été une petite malheureuse à la rue toute sa vie, mais si elle était voleuse aujourd'hui, ce n'était pas son rêve d'enfant. Se redressant, elle venait bousculer Miranda sur le lit pour se mettre au-dessus d'elle. Cela ne sera en rien nouveau, mais elle comptait bien la baiser comme jamais on ne l'avait fait ! Une mission difficile vue le personne qu'elle devait prendre, mais elle devait se vider la tête en se vidant en elle, pas avant.

« Fini de plaisanter, maintenant, il est temps de subir ça. »

Et le ça en question, elle le connaissait très bien vue combien il était dur et à deux doigts de se planter en elle. Rien ni personne ne pourra empêcher cela et Rouge comptait bien laisser parler ses envies durant les prochaines longues minutes.

Sya

L'ange était bien entouré avec sa mère derrière elle, venant prendre son petit cul avec passion, toujours plus étroit comme elle aimait tant, ainsi que Samara qui lui faisait face. Pas de mal de son côté, mais cela n'empêchait en rien le plaisir pour les deux partenaires, même les trois. Si Kazuha lui faisait face, ses mains se trouvaient sur ses petites fesses qu'elle pinçait en s'y agrippant, quant à sa mère, elle lui bourrait le cul, tandis que ses mains pétrissaient sa poitrine. En démone, elle ne changeait pas ses formes, sa peau était simplement rouge, ses dents un peu plus pointue et comme sa mère, elle avait deux petites cornes sur la tête, une queue caudale et ses ailes translucides laissaient place à de petites ailes noires et plus pointue. En dehors de ça, elle était toujours la même, la même enfant de Samara qu'elle aimait tant. 

Bien que demain, ce rapport sera un poil différent car Sya sera toujours la fille de Samara, mais elles seront parent aussi donc Samara aura Sya comme fille, mais aussi une seconde qui verra sa maman appeler sa seconde mère, maman... Cela sera très étrange, mais côté arbre généalogique, Sya ne faisait rien pour arranger les choses. Que voulez-vous, elle ne savait pas dire non. Continuant de remuer d'avant en arrière entre ses deux femmes d'exception, la démone venait passer la main sur son ventre avec une étrange question à la clé... 

« He-hein ? Quoi ? »

Elle savait ? Mais comment ? Elle l'avait deviné ? Kazuha avait vendu la mèche ? Elle l'avait piégé pour tenter de le lui faire avouer ? Bien des fois Sya avait dit ça dans le vent, uniquement pour exciter sa mère, de vouloir porter ses bébés, de la baiser pour la mettre enceinte, et ainsi de suite, mais jamais l'ange n'avait user de sa magie pour réussir cela. Elle avait parfois hésité sans jamais passer à l'acte. Pourquoi maintenant donc ? L'ange avait la faculté de voir le désir de ses partenaires, uniquement s'ils sont sexuels. Si son rêve avait été de conquérir le monde avec sa magie, elle n'en savait rien. Si son rêve était de baiser bon nombre de divinités, elle le saurait. Alors comment elle savait pour cette histoire de bébé ? Sya avait vu dans les pensées de Samara, non pas qu'elle souhaitait copuler avec sa descendance, mais comme avoir des bébés passe par le sexe, elle avait souvent vue dans les désirs de la démone, ce désir d'être mère. C’était peut-être sa faute à l'appeler toujours Maman ou cela datait de longtemps, mais Sya avait vu très souvent ce désir ressortir parmi bien des désirs alors, cela était un cadeau.

Son regard se braqua sur Kazuha, la petite démone se demandait si elle était une traîtresse ? C'était un cadeau pour sa maman, et elle devait l'aider au petit matin à l'aider à accoucher pour porter le bébé à Samara. Ouvrir les yeux et découvrir qu'elle avait un joli bébé mi-ange et mi-demon, quel cadeau ! Leur fille ne pourra être que magnifique après tout ! Mais maintenant l'effet de surprise tombait un peu à l'eau. Toujours en étant prise par les deux femmes, elle tourna sa tête en jetant un regard par-dessus son épaule, la petite démone boudait presque cela.

« Mais c'était, hummm... une surprise... »

Son cadeau était donc raté. Quel intérêt d'ouvrir un cadeau si on sait par avance ce qui se trouve dans la boite ? Quoi qu'il en soit, ce n'était pas cela qui allait gâcher la soirée et la suite de leurs aventures. Mais pour sûr, ça aurait été mieux si la surprise aurait été totale.

« Je sais pas, han... je sais jamais à l'avance... »

Mis à part pour ses deux premières filles, Shinobu a toujours été un prénom qu'elle aimait bien, quant à son autre fille, elle voulait qu'une de ses filles porte le nom de la mère de Saikai alors c'était Emika. Quant à Lusya, elle voulait un nom jouant autant sur le sien que sur sa divine seconde mère. Alors pour ce bébé qui allait grandir dans son ventre cette nuit, elle verra bien demain... même si elle ignorait que le hasard ferait qu'elle aura deux bébés pour Samara, pas une. 

Princesse Alice Korvander

Humain(e)

Re : Voyage de noce [PV Princesse Alice K] Cross-over Comptes

Réponse 64 décembre 22, 2018, 01:49:59 pm

SHIZUKA SHUNYA


Shunya avait bien compris les règles. Si Hinata avait pu la mettre enceinte plutôt facilement, c’était exceptionnel. Le sexe hermaphrodite ne fonctionnait pas aussi bien qu’une relation hétérosexuelle ordinaire, et il fallait donc essayer à moult reprises. Auprès de Miyubi, une prêtresse kitsune d’Edoras, Shunya avait appris que les deux femmes étaient fécondes, qu’il n’y avait donc aucune impossibilité à ce qu’Hinata porte son enfant. Il fallait juste... Persévérer. Elles avaient même été jusqu’à se rapprocher de la perverse Tsukasa afin d’obtenir ses conseils et des informations sur les rapports sexuels tekhans. Shunya et Hinata pratiquaient dès lors très assidûment et régulièrement, et Shunya avait réalisé qu’elle aimait ça bien plus qu’elle ne l’aurait initialement cru, et se montrait surtout bien plus énergique que ce qu’elle avait initialement cru aussi. Très intensive dans son approche, la jeune femme n’épargnait absolument rien à sa femme, la pénétrant durement sur la plage. Heureusement, le bouclier de Nora était efficace, car Hinata ne tardait pas à hurler, tandis que Shunya s’appliquait férocement.

Entre deux cris, entre ses soupirs, Hinata implora sa femme de la mettre « bien au fond ». L’amour s’accompagnait parfois de choses très crues, bien loin de la poésie et des rimes. Mais, à les voir ici toutes les deux, baisant sur le sable, il ne fallait pas s’attendre à autre chose. Shunya s’appuya sur les épaules de sa femme, les griffant involontairement, tout en gémissant encore.

« Hmmmm... Haaaaa... Hi-Hinata, hmmm... »

Plus le temps passait, et plus Shunya se montrait entreprenante. C’était désormais presque exclusivement elle qui prenait les pilules d’hermaphrodisme, car Hinata voulait que leur second enfant naisse à proximité du premier. Shunya se démenait donc, et était en train de le faire en ce moment. Sa queue tapait contre l’utérus de sa femme, qu’elle prenait jusqu’à la garde, enfonçant sa verge le plus loin possible en elle. Elle gémissait longuement, ne se retenant plus, continuant à la prendre pendant de longues et jouissives minutes.

« Hi-Hinaaaataaaaa... !! »

C’est dans ce dernier cri, dans cet ultime sursaut, que Shunya sentit la barre être franchie. Dans un dernier soupir, elle se relâcha finalement. Le sperme fusa de sa queue, un jet blanc et puissant qui alla remplir pendant plus d’une dizaine de secondes le ventre de sa femme. Un très bel orgasme sous un ciel étoilé. Shunya se relâcha copieusement et joyeusement, s’abandonnant sans retenue au plaisir suprême. Elle jouit très généreusement dans le corps d’Hinata, et s’arrêta ensuite progressivement.

Le corps en sueur, la respiration lourde et profonde, Shunya sourit doucement à sa femme. Était-ce suffisant ? Peut-être... Mais même Nora n’était pas capable de le dire avec certitude. Shunya retourna donc embrasser sa femme, comme pour mettre fin à cette séquence, et reprit ensuite, plus taquine, tout en conservant encore son membre planté en elle.

« Ne t’endors pas trop vite, ma Hinata d’amour, je suis encore très loin d’en avoir fini avec toi... » glissa-t-elle, autant comme une menace à la vertu de la Reine que comme une promesse.



SUPERGIRL


Dans son uniforme spécial, Kara était extrêmement aguichante. Une tenue sensuelle et vulgaire qui faisait opposition avec la tenue très traditionnelle de Tessou. C’était malheureusement à croire que la policière n’avait aucune tenue aguichante chez elle... Une faille sur laquelle Kara comptait bien revenir, afin d’habiller Tessou comme il se doit ! La belle policière méritait d’avoir une garde-robe un peu sexy, avec des tenues affriolantes, que ce soit de la lingerie fine, de la haute couture, ou des tenues plus érotiques, des combinaisons moulantes... Tessou dans un corset en cuir ou dans une tenue moulante en latex, voilà qui ne manquait pas de piquant !

Face à elle, Kara souriait doucement, perdue dans ses pensées, et revint à elle quand Tessou embrassa son ventre. La Kryptonienne se déplaça doucement, et s’assit sur le rebord du lit. Écartant les jambes, elle pencha doucement la tête sur le côté, et vit Tessou l’embrasser à plusieurs reprises. Elle lécha l’espace autour de son nombril, puis son nombril, et continua à déposer une série de tendres baisers, glissant dessus.

« Hmmm... »

Supergirl se pinça encore les lèvres, et sa main se déplaça pour caresser ses cheveux. Elle serra ses doigts dessus, et gémit encore doucement, laissant la langue de Tessou glisser sur sa peau, l’ornant de sa salive. Elle releva ensuite le visage, se faisant plus taquine en lui demandant si elle devait continuer à descendre.

« Fais ce que tu veux, ma petite beauté... Moi, pendant que tu me lèches, je me rappelle cette boutique nous avons vu en bas tout à l’heure. Tu sais, la boutique de vêtements coquins ? »

À Tekhos, le sexe était bien plus libre que sur Terre, et il y avait, le long des galeries commerciales, des sex shops. Tout à l’heure, quand les deux femmes avaient flâné, Kara avait montré ce magasin à Tessou, mais la jeune policière n’avait évidemment pas osé y entrer. Tandis que Tessou était agenouillée, Kara reprit encore, continuant à la titiller et à la provoquer :

« Peut-être devrions-nous y faire un saut pour t’acheter une tenue plus adéquate, tu ne penses pas ? Une belle tenue de policière en latex... Pour que tu punisses l’extraterrestre rebelle et impertinente que je suis ? »

Comme toujours, Kara était en train de la provoquer avec délice...



ALICE KORVANDERMÉLINDA WARRENLUNA EARTHWELL


Transformer la chambre de Mélinda en un grand baisodrome était tout à fait du goût de l’intéressée. Elle ne s’en plaignait nullement, et le tableau global était très agréable. Au milieu de la tournante, il y avait Harmony et Alice, et Harmony faisait tellement d’efforts pour masquer ses sentiments envers Alice que tout le monde devait les voir... Sauf peut-être l’intéressée. Mélinda le savait déjà, car, à force, elle connaissait bien Harmony, et, à chaque fois qu’elle évoquait le cas de la Princesse, Harmony devenait encore plus nerveuse qu’à l’accoutumée, plus instable... Ce qui amusait toujours Mélinda. Il était donc normal que, avec son talent habituel, Mélinda se débrouille pour les mettre deux face-à-face, et ne serre leur collier mutuel à ce point.

Désormais, il était impossible pour Harmony de faire marche arrière, elle était contrainte d’embrasser Alice. Et les deux femmes s’embrassèrent donc, et même assez énergiquement, surtout quand les verges commencèrent à rentrer en elles. Alice ferma les yeux pendant quelques secondes, poussant un long soupir en sentant les membres se perdre dans son corps, ses doigts se serrant nerveusement sur ceux d’Harmony.

« Hmmm... »

La bouche d’Harmony était un régal, un véritable délice, et Alice s’y collait avec plaisir, sentant sa salive dans sa bouche. Impossible pour elles de se retirer, car, même quand ses sœurs se retiraient en arrière, leurs têtes ne se décollaient que de quelques millimètres. Alice finit d’ailleurs par enfoncer sa langue dans la bouche d’Harmony, sentant cette dernière écarter progressivement ses lèvres, comme si elle était surprise de ce contact... Mais, quand sa langue toucha celle de la servante, Harmony frémit sur place, et répondit avec envie à ce contact. Oh, comme elle aimait ça ! Bien sûr, Alice avait entendu parler d’Harmony, du rituel exceptionnel qui avait permis à Harmony de se séparer de Hardos, son frère jumeau. Une situation assez incroyable qui avait fait l’objet de plusieurs articles, et avait attiré sur Mélinda une certaine publicité. En tout cas, Alice, qui n’avait encore jamais eu la chance de croiser la belle Harmony, appréciait beaucoup ses lèvres, et ne manquait pas de l’embrasser longuement, tout en sentant avec délectation les verges la remplir.

Que ce soit Mélinda ou Yuko, aucune ne l’épargnait, mais Yuko ajoutait à cela une once de brutalité, une touche de perversion, surtout quand elle demanda à Mélinda ce qu’Alice préférait qu’elle lui inflige.

« Hmmm... Les deux, je dirais ! »

Sous le corps de l’intéressée, Mélinda était doucement en sueur, venant lécher le cou de la femme, embrassant Alice, essayant toutefois de ne pas gêner leurs baisers. Ses mains se posaient régulièrement sur le cul d’Alice, ou se déplaçaient pour pincer ses seins, tandis que le corps d’Alice se plaquait sur sa verge, recouvrant de mouille le chibre de la vampire, absolument ravie d’être là... Et consciente que la soirée ne faisait que commencer !

Quant à la belle Luna, toute cette atmosphère ne manquait évidemment pas de l’enivrer. Elle se faisait doucement câliner par les deux femmes, mais n’avait d’yeux que pour leurs verges. Après avoir pu incarner la Maîtresse, Luna était très heureuse de retrouver son rôle d’esclave, et ronronnait doucement. Elle n’avait encore jamais rencontré Madame Ai, mais elle connaissait Maîtresse Vanillia, qu’elle avait eu l’occasion de croiser quand celle-ci était venue au manoir de Maîtresses en compagnie de Maîtresse Mélinda. Les deux vampires avaient fait longuement l’amour avec les membres du manoir, et Luna avait pu coucher avec Maîtresse Vanillia, qui l’avait longuement sodomisé, et embrassé ensuite. Un souvenir très agréable, et elle rougissait de plaisir, tout en ronronnant, très excitée.

Madame Ai commenta néanmoins sa tenue, et Maîtresse Vanillia en profita pour embrasser Luna, qui répondit volontiers à son baiser.

« Niaaaawww, mrrrrwww... »

De son côté, Madame Ai faisait des suggestions de tenue, ce qui amena rapidement Maîtresse Vanillia à émettre quelques utiles suggestions :

« Nous avons sûrement des tenues comme ça, Ai... Mais il faudra changer Luna sur ce lit, si tu veux l’habiller. Cette neko, après tout, est un peu comme une petite poupée... »

Et, tout en disant ça, Vanillia continua à caresser les cheveux de Luna, dans l’espace entre ses deux oreilles, ce qui, évidemment, ne manqua pas de faire longuement ronronner l’intéressée.

Quelle neko craquante ! Et quelle scène magnifique !



SHA


Sha n’était pas spécialement convaincue par ses propres affirmations. Renforçait-elle véritablement le placenta de Kiriko en la baisant ainsi ? Ce n’était pas sûr, et même très improbable, mais elle devait aussi rassurer Kiriko. Depuis que la jeune femme était enceinte, elle était... Plus timorée, plus prudente. C’était compréhensible, mais Sha savait aussi qu’une grossesse engendrait des dérèglements hormonaux. Et encore, Sha n’était pas encore enceinte. Elle avait déjà expliqué à Kiriko ses projets de grossesse, son envie d’avoir des jumeaux de sexe différent. Un petit garçon et une petite fille. Ensemble, ils seraient complémentaires, investis de pouvoirs immenses. De quoi déplaire à Kiriko, qui ressentait toujours une forte misandrie, dont elle n’arrivait pas à se débarrasser, et qui était l’un des points sur lesquels Sha comptait agir ensuite. Pour l’heure, Sha avait toutefois du mal à penser à autre chose que faire l’amour à sa femme. C’était comme ça, et Kiriko l’avait bien compris. Quand Sha prenait sa forme de Slime, ses sentiments étaient amplifiés, car cette forme reposait en partie sur la magie rose. Elle devenait donc encore plus perverse qu’à l’accoutumée, ce qui n’était pas peu dire vu son état normal.

Kiriko avait peu de chance de la raisonner, mais, pour autant, Sha faisait preuve d’une certaine « douceur » en la pénétrant. Une douceur toute relative, car Sha pénétrait doublement Kiriko, à la fois dans son vagin, et dans ses fesses, mais elle avait épargné sa bouche, et les tentacules enserrant Kiriko formait comme une sorte de doux cocon de slime.

« Hmmm... Haaaa... Ne t’en fais pas, Kiriko, tu auras largement l’occasion de te reposer, hmmm... Mais je n’ai pas réservé cette chambre au Paradisio pour nous deux pour que tu te contentes de dormir ! »

D’ailleurs, Kiriko n’était-elle pas déjà en train de se reposer ? Ce séjour au Paradisio n’était-il pas en lui-même du repos ? Après tout, elle ne faisait aucune mission, elle n’accomplissait aucune quête, elle n’avait même pas sa tenue de guerrière ! Sha ne se sentait donc nullement coupable de quoi que ce soit, et elle continuait à pénétrer longuement Kiriko, l’amenant sur le lit. Sha opta rapidement pour la position du missionnaire, s’allongeant contre Kiriko, et l’embrassa, tout en la pénétrant.

C’était en soi la position la plus risquée pour le bébé, vu que Sha se serrait contre le corps de Kiriko, et c’était aussi une manière, pour l’Ombre, de montrer à sa femme qu’elle n’avait rien à craindre. Elle continuait à la pénétrer, encore, savourant ce plaisir éternel, et sans cesse renouvelé avec Kiriko. Combien de fois Sha avait déjà pu lui faire l’amour ? Le chiffre était incalculable, tant leurs rapports étaient fréquents, multiples, divers et variés. Kiriko en avait encore la démonstration ce soir, et, même si des tentacules s’enroulaient autour de ses membres, elle avait encore le libre usage de ses bras.

Le slime s’étalait aussi sur le lit, comme une sorte de texture symbiotique, filant sous le dos de Kiriko, recouvrant ainsi le lit, et surtout formant une couche sur laquelle Kiriko pouvait se coucher.

« Comment peux-tu penser que je mettrai un jour en danger nos bébés, Kiriko, hmmm... Ils ne craignent rien avec moi. Au contraire, Arya ressent pleinement la puissance de notre union, la force de notre amour... »

Sha était partout autour de Kiriko, palpant ses seins, son sexe, son fondement... Du sexe intensif pour n’importe qui, mais sûrement pas pour Kiriko, qui était habituée. Elle participait régulièrement à de somptueuses orgies avec Sha et avec les autres sorcières, ainsi qu’avec des succubes. Ce n’était pas une petite baise qui allait la perturber, d’autant qu’après, elle pourrait dormir avec Sha sous sa version slime, Sha qui l’étoufferait (au sens figuré) dans son slime.

« Tu auras l’impression de baigner dans le liquide amniotique, Kiriko... Un cocon de bonheur pour toi, mon amour... »

C’était encore là la preuve que Sha prenait grandement soin de sa femme, qui aimait jouer les fleurs délicates, alors qu’elle était une guerrière endurcie. Elle continuait donc à se répandre en elle, sentant un plaisir vif et fulgurant s’emparer d’elle, l’amenant régulièrement à embrasser sa dulcinée, fourrant sa langue dans sa bouche pour jouer avec la sienne. Ce n’était pas parce que Sha y allait doucement que le sexe n’en restait pas intense.

Elle était la Déesse des Sorcières après tout !



CRYSTAL


Neferia et Crystal étaient désormais en train de s’unir, de ne faire plus qu’une. Et Crystal avait d’importantes responsabilités sur les épaules, celles de convertir Neferia, de la convertir pleinement au sexe, de chasser de son esprit sa relation compliquée avec Ishtar. Une tâche difficile ? Assurément... Mais Crystal n’était pas contre les tâches difficiles. De base, il était après tout difficile pour elle d’aller éduquer cette jeune femme, de la prendre sous son aile, de la former... Même avec le recul, Crystal se demandait encore comment elle avait fait pour se retrouver avec Neferia dans les pattes, et pour avoir la charge de l’éduquer. Mais, finalement, elles y étaient, et Crystal la pénétrait... Aussi « doucement » que possible.

« Hmmm... »

Le contact était là, et, d’une main, elle appuyait sur les cheveux de Neferia, serrant ses petites fesses potelées de l’autre. Grognant ensuite sur place, Crystal poursuivait très lentement ses coups de reins, embrassant longuement Neferia. Tout était fait pour ne pas la brusquer, mais, à terme, la machine se mettait en marche, son corps se mettait à s’animer. Crystal ne pouvait guère éternellement se retenir, et ce d’autant qu’elle sentait le plaisir croître également chez Neferia. La jeune dragonne était en train de doucement succomber, de se laisser aller à son tour... Un spectacle très excitant pour Crystal, qui reprit ses baisers, mordillant la lèvre inférieure de Neferia, qui lui demanda ensuite de s’allonger sur le lit.

Crystal acquiesça doucement, et se déplaça, jusqu’à rejoindre le lit. Celui-ci n’étant pas trop éloigné, elle put la pousser en avant, et Neferia se retrouva sous elle, son petit corps écrasé par le sien, plus massif.

« Là, Neferia, là, laisse-toi faire... »

Et Crystal, tout en soupirant, continua à la prendre plus énergiquement, accélérant de plus en plus le rythme...



POISON IVY


Maintenant qu’Harley portait la culotte, celle-ci se laissait pleinement aller. Elle la pénétrait furieusement au milieu du lit, et Pamela gémissait longuement. Sa main se crispait sur les cheveux de sa belle blonde, et l’autre palpait son cul. Elle sentait la délicieuse Harley continuer à la prendre. La jeune femme se faisait pleinement à sa nouvelle situation, celle d’une femme hermaphrodite, qui lui faisait donc l’amour, se surpassant. Hum, quelle énergie, quelle force ! Pamela ne pouvait qu’adorer ça, et elle laissait la femme jouer sur son corps, la baisant longuement, sa queue s’enfonçant jusqu’à la garde en elle.

« Haaaa... HAAARLEEYY !! »

Tout ce qu’Ivy pouvait faire, c’était hurler son prénom sans relâche, l’entrecoupant de soupirs, ce qui était d’autant plus facile que le nom d’Harley s’y prêtait bien. Sa belle chérie se lançait également pleinement dans la tâche, les faisant atteindre toutes les deux le nirvana. L’orgasme la traversa sur place, et elle se mit à cracher entre ses cuisses une délicieuse mouille parfumée, accompagnant le sperme de sa belle chérie, qui se reposa ensuite doucement contre elle.

Après cela, Harley lui demanda si elle était « satisfaite », tout en lui assurant qu’elle n’en avait pas encore fini avec elle... Ce qui fit sourire à nouveau Pamela. Elle donna alors un brusque coup de reins, et renversa Harley sur le lit. Pamela se dressa au-dessus d’elle, en lui souriant malicieusement.

« Oh, je suis satisfaite, oui... Pour une petite minute... »

Harley savait déjà que Poison Ivy était une femme insatiable, qui se redressa un peu, et récupéra avec une main un collier noir, surmonté sur le fronton d’un petit losange rose, et le mit sur le cou de sa belle, tout en se hissant encore. Elle la juchait, se lovant contre elle, et l’embrassa sur les lèvres, puis se rapprocha de son oreille, soupirant doucement, sa main gauche descendant entre ses cuisses pour caresser le sexe de la femme.

Sa belle verge trempée se mit à remuer, frémissant sous les doigts de la jeune femme. Ivy soupirait doucement, frissonnant en sentant la main d’Harley glisser sur son dos. D’ores et déjà, le long des gants et des collants d’Ivy, de petits tentacules poussaient, de légères fleurs, comme pour exprimer le plaisir inné de leur Maîtresse. Son autre main était tendue pour que Harley s’en serve comme appui, et elle murmurait sensuellement contre son oreille :

« Là, ma petite pute... Si tu savais comme je t’aime, ma Harley. Je me demande vraiment comment j’ai fait pour passer tous ces mois à Seikusu sans toi, ma petite folle. »

Le spectacle entre les deux devait être de toute beauté !



FÉLICIA HARDY


Rien ne semblait devoir calmer l’irrésistible soif de Félicia, qui continuait à sodomiser violemment Aoki, à enculer puissamment et énergiquement cette dernière. Son membre turgescent s’enfonçait douloureusement en elle, et la douleur vibrait à l’unisson dans leurs corps respectifs. Qui aurait cru qu’Aoki puisse la pousser à de telles extrémités ? Qu’elle puisse faire d’elle une telle perverse ? Le résultat final était stupéfiant, bien au-delà de tout ce que Félicia pouvait s’imaginer être à New York. Elle prenait sauvagement Aoki, défonçant son beau cul. La jeune femme l’avait bien cherché, elle l’avait uniquement provoqué dans ce but ! Serrant d’une main sa laisse, Félicia s’amusait à tirer dessus, relevant ainsi le cou d’Aoki, l’étranglant à moitié, et lui permettant de la baiser plus fortement.

En sueur, Félicia sentait sa combinaison absorber sa sueur, moulant à la perfection ses magnifiques formes, renforçant même le côté brillant de la combinaison. Ses ronronnements se mêlaient à leurs soupirs respectifs, et aux hurlements d’Aoki, surtout quand Félicia la giflait. Usant de sa force surnaturelle, elle soulevait Aoki sans difficulté, l’étranglant au passage.

« Aoki, hmmm… Ma petite chatte ! »

La Chatte Noire gémit encore, se tortillant sur place. Elle continuait à sodomiser Aoki, à la prendre, à faire preuve avec elle de cette séquence de hard sex que les deux femmes ne pouvaient qu’apprécier. Félicia se pinça encore les lèvres, et sentit finalement sa queue se tressauter encore, puis se mit à jouir furieusement. Elle gifla à nouveau le cul d’Aoki, se crispant sur elle, et s’affala finalement sur son corps. Elle jouit ainsi, en empoignant dans sa main les longs cheveux blonds d’Aoki, son corps collé au sien, lové dans son dos, et se relâcha longuement.

« Haaaannn… !! »

Impossible pour Félicia de se retenir ! Elle jouit longuement, avant de se calmer progressivement. La Chatte Noire reprenait doucement son souffle, le corps rassasié. Elle était là, collée contre le dos d’Aoki, heureuse et soulagée… Mais pas encore prête à s’arrêter !

« Bon…  Que te faire de plus, mon amour ? »

Félicia caressa doucement le corps d’Aoki, ses doigts glissant sur ses hanches. Elle la retourna ensuite doucement, retirant son membre de ses fesses, et la coucha ainsi délicatement sur le dos. Son visage se retrouva ainsi face au sien, son corps se lovant contre son corps. La Chatte Noire lui sourit tendrement, et approcha ses lèvres des siennes, remontant ses mains pour les serrer dans celles d’Aoki. Elle ne l’embrassa pas directement, mais préféra lécher ses lèvres, glissant sur sa bouche, dans un geste qui était à la fois taquin et sensuel.

« Quelle position n’avons-nous pas encore essayé, dis-moi ? Quel fantasme n’avons-nous pas encore assouvi, ma belle ? Je ne cesse de te baiser, encore et encore, mais j’ai l’impression que, plus je le fais, et plus tu en redemandes… Comme un puits sans fond de sexe, ma belle… »

Entre elles, les insultes étaient une manière de se saluer, de se déclarer leur amour mutuel… Et Félicia continuait doucement à s’appuyer contre elle, à se frotter contre le corps de la jeune femme, humant son odeur, sa beauté, léchant et embrassant son visage, comme une petite chatte affamée en manque d’attention…



MIRANDA FORGE


La Terranide chauve-souris tournait en rond. Face à elle, toujours nue, Miranda souriait doucement. Rouge remisa l’idée de faire appel à Kaleena et à Twilight, privilégiant d’y aller par elle-même. De quoi amuser la PDG, qui constatait que Rouge ne savait plus quoi faire. Comment contenter une femme pareille ? Comment s’occuper de Miranda Forge en continuant à prétendre vouloir la dominer ? Mais, si Rouge hésitait trop, c’est Miranda qui lui passerait un collier autour du cou… La rebelle Terranide chauve-souris était assez mignonne, et suffisamment originale pour amuser Miranda, mais la femme restait la PDG de GeoWeapon Corp., une puissante mégacorporation tekhane, extrêmement influente. Elle avait un pouvoir immense, et son expérience sexuelle était en conséquence. Miranda estimait avoir fait et subi tout ce qu’il était humainement possible de subir. Contrairement à bien d’autres Tekhanes, elle n’était pas allergique aux hommes, avait déjà couché avec beaucoup d’entre eux. Elle avait dominé, subi, couché avec des animaux, s’était fait baiser par des tentacules… Miranda avait découvert tout le prisme du sexe, à tel point qu’elle pourrait en faire pâlir de jalousie les prêtresses de Lust.

Face à elle, Rouge ne savait pas sur quel pied danser, et finit par opter pour une séance plus classique. De son côté, Miranda frotta doucement les branches de ses lunettes, estimant que le moment était venu, pour elle, de reprendre la main. Rouge la renversa ensuite sur le lit, et se dressa sur elle, sa belle queue fièrement dressée, et annonça à la PDG qu’elle allait simplement la baiser. Celle-ci sourit, préférant, somme toute, faire l’amour sur le plancher des vaches que suspendue en l’air, avec son sang qui se mettait à remuer dans son cerveau.

« Un programme simple… Le sexe n’en demande pas davantage. »

La queue de Rouge semblait impatiente à cette idée, et la femme la pénétra alors. Miranda frémit doucement, et remonta sa main pour empoigner les cheveux de Rouge. Ayant opté pour la position du missionnaire, Rouge y alla franchement, s’aidant de ses ailes pour donner de solides coups de reins, ce qui ne manqua pas d’arracher à la jeune femme des cris de plaisir.

« Hmmmm… Haaaa... Rou-Rouge, haaaaa !! »

Tandis que Rouge la prenait, des bruits de talons résonnèrent dans son dos. Une femme s’approcha lentement, d’une démarche fluette mais non moins assurée, appelée par sa Maîtresse quand celle-ci avait caressé ses lunettes. Miranda avait décidé de reprendre les choses en main, et, pour ça, elle avait appelé l’une de ses meilleures suivantes, sa majordome éternelle… Une femme qui se glissa dans le dos de Rouge, qui put sentir une verge caresser ses fesses.

Il s’agissait de la fameuse Hannah LaBelle, la domestique personnelle de Miranda. Hannah, qui suivait fidèlement Miranda en n’importe quelle circonstance, sa secrétaire dévouée et, statistiquement parlant, sa première amante. Hannah était entièrement et exclusivement dévouée à Miranda, elle ne vivait que pour elle, et avait subi quantité de formations pour rendre son esprit inviolable, ce qui permettait à Miranda de lui confier n’importe quelle tâche, car elle savait que jamais Hannah ne la trahirait. C’était une alliée indispensable, et son utilité allait encore se prouver en ce moment, face à cette indomptable Terranide.

« Maîtresse, vous vous amusez sans moi…
 -  Je… Je m’amusais, Hannah… Haaaa… Cette Terranide prétend… Hmmm… Me dominer… »

Hannah sourit doucement.

« C’est qu’elle a besoin d’une bonne correction, Maîtresse, aussi jolie soit-elle…
 -  Hmmm… En… Entièrement d’accord, haaaa… »

Hannah était aussi hermaphrodite que Miranda, et elle s’avança doucement. Elle avait relevé sa minijupe en chemin, libérant ainsi sa belle queue, et commença à humilier Rouge, car, pendant que Miranda retenait la Terranide avec ses mains, Hannah lui passa autour du cou un collier avec une laisse, et se servit de la laisse pour relever le visage de Rouge, et enfonça au passage sa verge dans son cul.

« Là, petite Terranide, hmmm… Tu vas apprendre que personne ne peut se prétendre au-dessus de ma Maîtresse ! »

Et elle allait l’apprendre à grand renforts de coups de verge dans le cul !



SAMARA


Sya avait visiblement une drôle de conception du « cadeau-surprise ». Se mettre en cloque sans prévenir son partenaire… En réalité, c’était plus souvent une cause de rupture amoureuse qu’autre chose ! L’insouciance de l’Ange de Lust était pour la moins surprenante, et elle était d’ailleurs contrariée que Samara soit au courant. Espérait-elle lui remettre leurs enfants comme une robe qu’elle aurait acheté la veille à un teinturier ? Samara devait bien admettre en être surprise. Depuis quand les Anges se montraient encore plus insouciants que les démons ? C’était bien le cas ici. Sya était une Ange particulière, qui avait la capacité d’enfanter rapidement, ce qui expliquait sans doute pourquoi elle pondait comme une poule.

« Kazuha ne t’a pas trahi, hmmm… Je lis intuitivement dans ses pensées. Lui dire quelque chose, c’est… Hmmm… Automatiquement le dire à moi. Et… Et ça ne change rien, de toute manière ! »

Même si elle était toujours occupée à la pénétrer, et à lui défoncer son petit cul, Samara pouvait tenir une conversation normale. Ses mains libérèrent les seins de Sya pour s’appuyer sur ses deux cornes, serrant ses mains dessus. Elle continuait à donner des coups de reins, mais on pouvait sentir, entre ses soupirs, son ton contrarié, énervé, agacé… Sya avait dépassé les bornes, et elle ne le réalisait même pas ! Samara grogna encore, et sa queue caudale fouetta le sol.

« Un enfant, Sya, ce n’est pas un paquet de chocolat, hmmm… C’est un accomplissement, la création d’un nouvel être vivant ! Hmmm… Comment pouvais-tu imaginer porter mes enfants sans jamais me le dire avant ?! Et croire que je serai heureuse de me réveiller avec un marmot sur le sol ! »

Samara se relâcha en elle. L’orgasme lui permit d’avoir les esprits plus clairs, et elle libéra Sya, qui se retrouva sur le sol, devant Samara, qui avait les bras croisés. Après tout, Samara était la mère de Sya, et c’était aussi à ce titre qu’elle était la première concernée pour lui faire des sermons !

« On n’enfante pas comme on enfile une paire de perles, Sya ! C’est un projet de vie qui doit être envisagé avec son  partenaire ! Comment peux-tu être sûre que je souhaite un enfant ? Je suis haut-fonctionnaire impérial, ambassadrice auprès de la Déesse Sha, diplomate, j’ai un bureau à l’Académie impériale et un autre au sein du Palais ! Qui te dit que j’ai le temps de m’occuper d’un enfant ? On ne parle pas d’un cadeau de Noël, ma chérie, on parle d’un enfant ! »

Et ce n'était clairement pas la même chose...

Hinata/Nora

Humain(e)

Re : Voyage de noce [PV Princesse Alice K] Cross-over Comptes

Réponse 65 janvier 09, 2019, 10:09:58 pm

Hinata/Nora
[/size]

Ce fut merveilleux. Hinata avait atteint une fois de plus l'orgasme, sentant le liquide chaud en elle, ce même liquide crémeux qui ira peut-être faire d'elle aussi une maman dans l'année qui allait suivre ? Peut-être. Quoi qu'il en soit, tant qu'elle n'aura pas la certitude qu'un petit être grandissait en elle, Hinata comptait bien laisser à sa femme l'avantage du membre pour la féconder. Elle irait de temps en temps lui faire l'amour avec son sexe d'homme, mais c'était surtout à Shunya d'avoir ce privilège pour que le couple royal accouche plus ou moins en même temps. Le septième ciel, sous le ciel étoilé, sur la plage, c'était romantique quand même. La guérisseuse continua de lui promettre de belles choses, elle devait après tout honorer les lois du mariage qui n'étaient certes pas écrites, mais que tout le monde savait, à savoir, assurer la descendance du royaume. Même si cela semblait être déjà assuré, il faut doubler les chances et agrandir leur famille.

« Je ne suis pas prête à m'endormir, mon amour... Allons cependant rejoindre notre lit, ce sera plus confortable et il y fera plus chaud aussi. »

Quand bien même elles pouvaient se tenir chaud ici, il serait dommage d'avoir un petit rhume ou mal de gorge demain. Surtout pour Shunya ! Maintenant qu'Hinata savait sa femme enceinte, elle veillera sur elle comme personne ne l'a fait ! Alors pas question que le moindre microbe ne lui fasse pas de mal ! Elle allait veiller sur elle et prendre soin de sa femme et de son futur bébé. Pour le moment, jusqu'à preuve du contraire, la reine n'était pas enceinte alors elle pouvait se plier en quatre pour assurer la sécurité de sa femme. En douceur, le couple s'habillait, comme si tout cela ne fut qu'une longue balade sur la plage. Plus d'écrans sonore, plus de barrière pour rester invisible, elles pouvaient regagner leur chambre, les pieds nus sur le sable qui perdait de sa chaleur. Il restait doux, mais il n'était plus si chaud que ça. Main dans la main, la jeune reine regagnait sa suite en compagnie de sa moitié et de son ange gardien.

Repassant dans les couloirs, elle avait remarqué la porte où elle avait croisé cette femme tout à l'heure avec sa jolie petite fille. Elle n'allait pas les déranger, en plus, elles n'étaient peut-être pas là, mais elle était à présent impatiente de tenir sa princesse entre ses bras. Rien ne garantis que Shunya mette au monde une petite fille mais il n'y avait pas besoin de secouer le doux fantasme d'Hinata, cajolant sa petite princesse, qu'elle habillera avec de beaux kimono, qui sera plus belle et plus douce de jour en jour. La fusion parfaite d'Hinata et Shunya, leurs beautés, leurs points fort, cette petite sera un être parfait comme Edoras n'en avait jamais vue. À nouveau dans leur suite, la chambre de Tsukasa était à son habitude fermée et malgré l'insonorisation de la pièce, on y entendait doucement des choses. Elles s'amusaient plutôt bien entre « cousines ». Qu'elle croie encore ou non à cette histoire, elle était mal placé pour juger, à deux reprises, elle avait connue un amour incestueux à différent degré. Eléna qui, vu leur arbre généalogique était plus proche de connaissance que cousine et Rhian, déjà plus proche d'elle sur l'arbre, mais là aussi, si Cupidon les aurait mis ensemble, il y aurait eu peu de chance que leurs enfants souffre de consanguinité, non ?

« Souhaites-tu quelques choses avant de rejoindre notre lit ? »

Un petit truc à boire, à manger, passer un peu de temps simplement à bavarder ? Hinata ne pouvait rien refuser à sa femme, sa soirée fut parfaite. Elle avait appris qu'elle sera maman dans neuf mois, elle devait en faire autant pour Shunya. Peu à peu, ce bonheur si parfait qu'elle avait tant de fois imaginer se dessinait, ensemble, elles rendaient cela possible. Se rapprochant d'elle, elle levait sa main à son visage, caressant délicatement son doux visage en lui souriant tendrement.

« Demande-moi tout ce que tu veux, mon amour, mon rôle est aussi de veiller à ton bonheur. »

Qu'importe sa demande, qu'elles reprennent là où elles s'étaient arrêté sur la plage ou bien qu'elles changent de sujet pour plus ou moins longtemps, elle partageait tout avec sa moitié. Nora était elle aussi encore là, pour simplement veiller sur elles ou bien pour autre chose... à voir ensuite.

Tessou

La jeune femme était dans un sacré état. La faute à ce plat de fruit de mer qui ne trahissait pas sa réputation, mais hélas – ou heureusement – sa seule pensée était dirigé que vers ça. La faute à ce plat de fruit de mer qui ne trahissait pas sa réputation, mais hélas – ou heureusement – sa seule pensée était dirigé que vers ça. Certes, sa tenue était loin d'être très osée, mais la jeune femme jouait sur sa beauté naturelle et ce qu'elle pouvait cacher en dessous. Porter des mini-jupes et des dessous trop coquin, ça ne lui ressemblait pas. Elle avait bien quelques nuisettes et petite chose chez elle, mais elle ne les utilisaient pas trop. La plupart étaient des cadeaux fait par ou pour Ryota donc les utiliser avec Kara, elle avait l'impression de trahir un peu sa mémoire. Penchée sur son ventre, et ce, malgré son excitation, Tessou y allait doucement, elle voulait s'amuser, mais pas aller trop vite pour autant.

Kara pouvait en profiter pleinement, mais voilà, la belle super blonde en voulait plus, rappelant ce magasin qu'elles avaient vue, avant de supposer qu'elle pourrait y aller pour lui prendre quelque chose de plus osée. Elle n'avait jamais vraiment essayé ce genre de chose, cuir et latex, mais cela ne la tentait que très peu. Cela ne devait pas être très agréable ? Elle aimerait peut-être ça en réalité, mais pour le coup, elle restait mitigée sur cette idée. Relevant la tête, Tessou se redressa, s'appuyant sur les cuisses de Super Girl pour venir près d'elle, très près.

« Oh non, ne cherche pas d'excuse pour fuir... Maman est excitée ce soir... Et elle compte sur toi pour régler ça. »

Ses mains venaient se poser sur ses épaules pour l'embrasser fougueusement, s'allongeant avec elle sur le lit. Son corps se pressait contre le sien, oubliant le fait qu'elle voulait y aller doucement. Pas question que Kara fuit cette chambre, pas même une seconde. La seule raison valable, ça serait un danger imminent et pour Tessou, que Kyoko se mette soudainement à pleurer. Si elles n'avaient pas cette raison à donner, pas question de quitter cette chambre. Relâchant ses lèvres, elle lui souriait de façon plus mutine que d'habitude en venant souffler à son oreille :

« Je suis toute nue, sous mon kimono... »

Il fallait bien aguicher un peu cette super femme. Il est vrai que Tessou n'était pas ce genre de femme à prendre des initiative ou tenter des choses, même si elle garde une arme secrète sous le coude, elle ne comptait pas la sortir à la première occasion, oh non. Elle risque de l'utiliser ce soir, mais ce n'était pas sûr. Quoi qu'il en soit, elle restait collée à Kara, laissant la jeune femme balader ses mains où elle le désirât pendant que son baiser se faisait de plus en plus langoureux. 

« Crois-moi Kara... cette nuit sera bien plus torride que la première... »

Et dieu sait que sa première nuit fut torride ! Elle avait mis fin à cette abstinence sexuelle de plusieurs mois et elle avait dû faire forte impression sur Kara qui, depuis, était rester bien plus sage durant leurs ébats. C'était plus comme Tessou, plus calme et posée, mais parfois, comme ce soir, elle avait besoin de se défouler un bon coup.

Harmony, Ai et les Karistal

Elle qui pensait simplement passer une soirée avec ses maîtresses, la, embarqué dans bien des choses au milieux de toutes ses personnes. Elle n'avait pas grand chose à redire à cela, mais d'habitude elle n'était pas très à l'aise face à tant de personnes. Elle avait commencé à s'habituer à voir le soir, Vanilla dans le lit conjugal de sa femme – logique après tout – mais si l'on rajoute à cela Ai, Alice et les jumelles, ça commençait à faire beaucoup de monde autour d'elle ! Enfin, heureusement, elle était concentrée sur autre chose, une chose qui ne la rassurait pas plus que cela, mais ça limitait son angoisse à une seule personne, Alice. Cette jeune femme était un vrai coup de foudre pour Harmony, elle n'avait rien fait de spécial pour mériter cela en plus. Elle n'avait pas été spécialement gentille avec elle – au-delà des salutations, elles n'avaient pas parlé ensemble – elle n'avait pas agi en sauvant la vie d'une autre personne sous ses yeux, bref, rien, si ce n'est passé devant elle et, du peu qu'elle a pu voir, être une jeune femme très douce et charmante. Peut-être que c'était une image qu'elle se donnait en public et qu'elle était bien plus méchante en réalité, mais si c'est le cas, pour le moment, elle n'a rien remarqué.

Sauf que voilà, elle avait vite appris que la jeune femme avait déjà un fiancé et s'il y a une chose sur laquelle la domestique serait intransigeante, c'était d'épouser quelqu'un, avoir un mari ou une femme. Pas être la simple maîtresse de cette personne. Et comme elle n'était pas non plus du genre à briser des couples pour son bonheur personnel, elle allait devoir tourner la page tôt ou tard. Mais vu ce qu'il se passait pour le moment, tourner la page ne sera pas si simple que ça à vrai dire. Mais pour le moment, elle ne pouvait pas se sortir Alice de la tête, et pour cause, elles étaient attachée ensemble par le cou et elles étaient très très proche, l'une de l'autre. Elle ne pouvait qu'embrasser cette ravissante jeune femme, savourant le contact de ses lèvres comme de sa langue, elle fermait les yeux, décuplant plus encore ses autres sens pour savourer davantage tout cela. Ses mains étaient autant dans les siennes que sur le lit pour bien se maintenir, mais elle trouvait presque cela dommage. De même que d'avoir Yuka dans son dos, car dans cet élan de plaisir, elle aurait aimé être enlacée par Alice et se laisser porter par le courant. 

Même Yuka en profitait, se penchant sur elle, venant murmurer certaines choses à son oreille, de façon à ce qu'elle seule l'entende. Vu leur gémissement, ce serait étonnant qu'Alice l'entende ou elle avait l'ouïe très fine !

« C'est toujours plus, hum, adorable de voir une f-femme, haaa, baiser celle qu'elle aime... Aussi mignon, hm, qu'excitant. »

Difficile de ne pas remarquer cela. Elle était le genre de fille à se retrouver muette, maladroite et rouge comme une tomate en présence de la fille dont elle était amoureuse ! Avec le temps, elle n'était timide envers Mélinda que lorsqu'il fallait faire l'amour, et encore, sur des choses plus rares ou, originale dirons nous. À force, elle avait apprise à bien connaître la vampire. Donnant quelques coups de reins plus puissants, ce ne fut pas pour mieux faire couiner Harmony, mais la redresser un peu en s'avançant légèrement, centimètre par centimètre afin de la rapprocher un peu plus d'elle. Les paroles de Yuka ne lui avaient pas fait d'effet, les avaient-elles seulement entendu ? Harmony était dans sa petite bulle et bien qu'elle sentait bien Yuka dans son dos, il fallait bien avouer que ce fut surtout Alice qui lui faisait de l'effet. À force de s'avancer ainsi, elle était pratiquement au-dessus de Mélinda qui devait avoir une belle vue sur elles. Prise par son envie, elle lâchait les mains d'Alice pour les poser sur ses hanches en profitant toujours plus de ce baiser, toujours plus langoureux et délicieux. Yuka ressentait même une certaine fierté ! Elle savait bien qu'elle n'allait pas créer un couple ce soir, mais si cela faisait plaisir à Harmony, pourquoi pas ! Elle savait désormais ce que c'était que d'être amoureuse alors elle l'encourageait un peu, à sa façon.

Si de son côté Yuko ne se privait pas pour punir sa « grande sœur », elle n'avait rien contre à ce qu'elle profite de cette partenaire qui en pinçait pour elle, semble-t-il. Elle n'avait rien contre du moment qu'elle gardait ce petit cul à punir et à chérir. Après tout, elle n'avait rien contre cette Harmony et elle n'allait pas la taquiner maintenant, elle semblait si heureuse auprès d'Alice, ce serait même presque cruel de les séparer, même pour Yuko. 

« Hummm haaaaa... Maîtresse... Vous devez avoir une sacrée vue, nyaaaaaaaaa... »

Couiner et gémir, Yuko aimait tant lui faire faire les deux à la fois, c'est des cris qui se mêlaient bien ensemble cela dit. Mais vu que la princesse était plus redressée, il était difficile de bien la fesser alors à défaut, elle faisait ses griffes dans le dos de la princesse. Une chose étrangement agréable quand c'est bien fait. Et quand il s'agit de prendre son pied dans la douleur, on pouvait faire confiance à Yuko pour ça. Elle se demandait quand même ce qui se passerait si elles laissaient leurs deux jouets jouer ensemble, sans les embêter ? Ça allait briser leur bulle d'amour ou le rendre plus solide ? Quoi qu'il en soit, il n'était pas question de se séparer d'Alice sans avoir joui, laisser ses marques sur elle et la faire couiner surtout.

Ai restait auprès de Vanilla, mais aussi de Luna, cette jolie neko venue leur tenir compagnie. Comment la délaisser ? Les autres s'amusaient plutôt bien après tout, mais cette petite chatte ne demandait qu'à être câliné. En plus, elle avait tout un tas d'idée pour la rendre encore plus adorable alors ce serait dommage de ne pas en profiter. Heureusement, Vanilla venait la rassurer sur le fait qu'elle avait de quoi satisfaire ses attentes. Elle s'en doutait un peu, mais elle avait la taille de Luna ? C'était ça la grande question, car si elle est un peu serrée, ça peut avoir son charme, mais si c'est trop serrer ou au contraire trop large, ça n'aura pas le même effet. Par chance, Ai avait un véritable compas dans l'œil et voir la neko si peu vêtue suffisait pour elle de savoir ses mensurations et ainsi prendre les devants et donc, lui trouver pile ce qu'il fallait !

« Hum dans ce cas, je vais devoir la laisser entre vos mains Maîtresse, et après, on rendra cette petite chatte tellement belle que tout le monde ici voudra baiser la jolie Luna, d'accord ? »

Une idée qui serait sûrement loin de déplaire à l'intéressée. Quittant le lit, la petite futa allait observer si elle trouvait son bonheur dans les affaires de ses maîtresses. Cela ne l'empêchait pas parfois de regarder comment ça se passer du côté de Mélinda et compagnie et tout semblait bien se passer. Tant mieux, même Harmony, elle ne semblait pas trop stressée. Cherchant son bonheur à travers tout ce petit paradis, elle ne pouvait cacher son érection comme son envie de se branler dans tout cela. Elle avait beau avoir toutes les femmes qu'elle voulait avec Mélinda, son petit fétichisme des dessous restait présent. Se branler dans des vêtements souillés et encore chaud après tout, c'était excitant ! Bon, là, c'était propre et loin d'être chaud, mais quand même. Revenant sur le lit avec sa Maîtresse et la neko, Ai déposa le tout sur le lit avant de se pencher vers la petite chatte.

« Avant de t'habiller, il faut te déshabiller, jolie poupée. »

Doucement, elle lui retirait sa tenue pour la mettre à nue, avant de vraiment la prendre comme une poupée. Elle aurait pu la baiser, elle était sûrement prête pour ça, mais Ai allait d'abord rendre Luna plus belle encore ! Comme en cuisine ! On pourrait manger de la viande crue, mais si on la prépare, ça devient encore meilleur ! Ayant trouvé deux petits rubans noirs avec de la fine dentelle blanche dessus, elle lui fit deux petites nattes près de ses tempes, pour la rendre plus choupi. Puis ensuite, elle venait lui mettre un joli petit string noir, très classique, mais parfait ! Elle n'oublia pas de nouer sur la queue de la neko, un petit ruban noir – sans dentelle cette fois – près du bout de sa queue. Elle habillait Luna en gardant le sourire, se retenant de déjà lui sauter dessus, elle devait prendre son mal en patience après tout. La nuisette ! Un peu plus long, elle arrivait à mi-cuisse de la neko, mais elle était somme tout, assez basique, légerement décorer par quelques broderie en bas, elle restait noir et fine, très transparent, sauf au nivauea de sa poitrine qui était réellement couverte. Son travail accomplit, Ai lui baisa le nez, elle devait tester sa création avec son public et avant d'envoûter toute la pièce, Vanilla allait devoir donner son avis. Se plaçant dans son dos, elle posa ses mains sur les épaules de la neko en observant Vanilla.

« Comment trouvez-vous Luna-chan maintenant ? N'est-elle pas encore plus belle comme ça ? »

Pour Ai, ça ne faisait aucun doute ! Sa queue était d'ailleurs d'accord avec elle !

Kiriko
[/size]

Faire l'amour avec Sha était tout un art, évidemment que la déesse ferait tout pour faire attention à sa fille qui grandissait en elle, tout comme le bébé qu'elle portait dans son ventre. Bon, ce dernier n'avait même pas deux heures, mais le fait est, que si Sha a avoué qu'il était arrivé à bon port, sa petite Abbigail grandissait lentement, mais sûrement en Sha. Donc, la sorcière allait y faire attention, comme avec Arya. Étant donné que Sha avait tendance à être plus gourmande quand elle était en slime, Kiriko préférait le lui rappeler subtilement. Enroulée dans des filaments de Sha, elle se sentait oppressée et en sécurité à la fois, surtout face à une telle femme. Elle en imposait de par sa présence, intimidante sa femme, mais c'est cette même intimidation qui la rendait encore plus grande aux yeux de la sorcière. 

Kiriko se retrouva sur le lit, couvert du liquide qu'était devenue Sha et c'est vrai que malgré la drôle de sensation de ce liquide, elle se sentait bien dessus, c'était difficile à expliqué. Sha continuait de lui faire l'amour, son corps en partie englouti en elle, mais cela ne gâchait pas la beauté de sa femme, elle restait toujours aussi belle et magnifique.

« Hmmm avant de dormir... j'aimerais que tu me fasses, hum, une chose bien précise... »

Kiriko savait qu'elle avait toute l'attention de sa déesse, cela ne stoppait pas le sexe, mais son oreille était grande ouverte.

« Tu pourrais han, me recouvrir et me contrôler ? Huuum, être littéralement ton petit jouet, te sentir sur et en moi. »

Kiriko lui offrait un grand sourire, comme quand elle venait de retrouver cette forme, elle avait contrôlé Kiriko avec son slime, ne lui laissant que la tête de libre, le reste venait de Sha qui la contrôlait parfois plus ou moins totalement. Elle ne voulait pas non plus gambader dans l'hotel à la recherche d'une nouvelle partenaire, mais savoir Sha qui la contrôlait, se doigtant sans le demander, se caressant et se dandinant sans savoir ce qu'elle voulait faire... c'était étrangement excitant. 

« Comme ça... tu auras l'occasion... d'être moiiiiiiii.... »

Sha aimait parcourir le corps de sa femme, mais là, effectivement, c'était un peu comme être elle. Du moment qu'elle ne se tordait pas dans tous les sens, Kiriko voulait bien être sa chose. Après, ce genre de demande était plus drôle à plusieurs, mais juste entre elles, c'était déjà grandiose.

Neferia
[/size]

Il est vrai que Neferia restait peu instruite sur ce qu'était le sexe. Jeune, elle avait connaissance à de nombreux ouvrage, ouvrant sa culture à bien des choses, la rendant ainsi très mature pour son âge, mais aussi cultivé soit-elle, ses parents avaient pris le soin de retirer tout ouvrage en rapport avec le sexe. Elle avait réussi à trouver deux ou trois livres qui parlaient un peu de la chose, découvrant ainsi les différences hommes et femmes, et la façon nécessaire pour procréer, mais cela s'arrêtait là. Et encore, c'était vraiment des miettes de connaissances qu'elle avait sur le sexe. Alors avec Crystal, elle écrivait par-dessus Isthar, rectifiant le tir. La dragonne noire avait été trop rapide avec sa soif et depuis, cela avait laissé à la jeune dragonne un goût amer pour ce qui était de ça. Sa préceptrice y parviendra-t-elle ? Pour le moment, oui, mais rien n'était garantie.

S'allongeant sur le lit, elle se sentait un peu mieux déjà, sentir à nouveau Crystal la pénétrer était étrange, il lui faudra du temps pour vraiment s'y habituer, mais c'était déjà plus plaisant, un peu. Son corps massif et plus musclé n'avait aucun mal à la prendre, la faisant doucement remuer sur le lit, sans pour autant la balader dans tous les sens, un simple va et viens de sa part suffisait à la faire bouger un peu sur les draps. Neferia gémissait doucement, posant ses mains sur les épaules de la dragonne de glace. Ses doigts se crispaient doucement dessus, sans lui faire mal, mais ça prouvait que cela ne la laissait pas indifférente au moins. Les joues rouges, elle sentait cette moiteur entre ses jambes, cela ne lui était pas arrivée souvent, mais elle savait que c'était naturel dans une telle situation et ça devait aussi faciliter le travail pour sa partenaire. On ne pouvait pas dire que Neferia avait l'accès facile, elle était assez étroite vu sa taille et en plus, elle pratiquait cela que trèèèèèèès rarement. Depuis Isthar, personne – pas même elle – n'avait joué avec.

« Haaaa.... Hmmmm... »

C'était des choses presque inconnue pour elle, Neferia se laissait doucement porté par le désir et le plaisir, laissant Crystal accélérer un peu les choses, sans se plaindre ou demander à ralentir, non, elle trouvait ça... normal. Naturel d'augmenter un peu ce plaisir. Mais pour elle qui n'était pas habituer à tant de plaisir, c'était déjà trop. Se crispant en enfonçant ses ongles dans ses épaules, elle se sentait plus légère en ayant son premier orgasme de la soirée, grâce à Crystal.

« Hyaaaaaaaaaaan ! »

C'était presque un couinement, mignon, venant de cette petite dragonne qui se donnait de grands air d'adulte. Elle sentait son petit cœur battre à s'en cogner contre sa poitrine. C'était... ouah. Elle avait déjà joui par le passé, mais... c'était aussi bon ? Ou c'était cette queue qui changeait sa vision et surtout sa sensation ? Le corps tremblotant, elle remonta son visage vers Crystal, observant cette dernière en retirant la pression exercer sur ses épaules.

« P-pardon... »

Cela n'a pas dû être très agréable. Elle a connu bien pire, mais ce n'était pas une raison pour ne pas s'excuser, non ? Venant enrouler ses bras autour d'elle, le baiser se fit un peu plus passionné et langoureux tandis qu'elle tentait d'enrouler ses jambes autour de sa taille. Elle espérait ne pas gêner sa queue, non pas qu'elle soit utile pour ce moment-là, mais elle y faisait attention. Après tout, la queue de Neferia remuait un peu sur le lit à cause de tout ce plaisir. Même ses ailes, elle avait beau être sur le dos, elles tentaient de remuer de temps en temps, sans se contrôler vraiment. Peu à peu, la petite dragonne devenait plus câlines, plus femme. Après tout, Crystal l'embrassait de plus en plus fougueusement et... ça lui plaisait.

Harley Quinn
[/size]

Faire l'amour avec Pamela a toujours été quelque chose de grandiose et de formidable, mais maintenant qu'Harley avait tester cet étrange chose si nouvelle qu'elle partageait avec Pam depuis son arrivée au Japon, il va falloir s'attendre à ce qu'elle en redemande. Elle y a pris vite goût ! Elle avait beau se vider en elle, ça ne changeait pas grand-chose, au contraire même, cela lui donnait l'impression que Pamela revenait à la charge de plus en plus, toujours assoiffée de ce nouveau jouet, toujours à quémander toujours plus ! Cela ne la dérangeait pas, au contraire même, mais il ne faudra pas négliger le repos, c'est que c'était importante mine de rien. Grimpant sur sa cuisse pendant que sa main venait prendre sa température sexuelle, elle lui murmurait de petits mots doux pendant que leurs peaux luisantes glissaient.

« J'en sais fichtrement rien... Mais maintenant, il n'est pas question que je te quitte, ma petite rose d'amour. Je te ferais l'amour autant de fois que tu le voudras... »

Offrant à sa rouquine favorite son plus beau et sincère sourire, ses mains ne tardaient pas à venir se claquer sur la peau délicate de son amie, la ramenant bien vite à la terrible réalité.

« Et je te punirais comme une sale petite chienne si tu es trop vilaine, hahahaha ! »

Aussi romantique que vulgaire, douce que brutale, saine que folle, Harley était tant d'opposer à la fois, jonglant entre ses envies si aisément, passant d'un extrême à l'autre en un quart de seconde. Étant donc encore rassasié pour une poignet de secondes, elle en profita quand même pour se montrer douce sans pour autant jouer un nouveau rodéo sexuel. Ses lèvres se posèrent sur les siennes et elle l'embrassait tendrement en remontant ses mains vers son dos, serrant Pamela contre elle. Un câlin, un vrai câlin, sans tentacule liane, sans vulgarité, ou position étrange. Un peu de normalité dans ce monde ne faisait pas de mal. 

« Ma jolie Pamy chérie... Tu es et tu resteras à jamais ma plus belle amante... Oh je sais ! Et si on se mariait ?! Tu pourras devenir Madame Quinn ! Ivy Quinn, ça sonne bien, non ? »

Car Harley Poison... ça faisait un peu chanteuse de métal. Enfin, ce genre d'idée n'était pas dangereuse, venant d'Harley ça sera vite oublier, elle ne devait pas dire cela très sérieusement. Pour preuve, elle parlait de leur nom de code, pas de leur véritable nom. Mais elle avait peut-être planté une certaine graine dans l'esprit de Pamela ? Qui sait, Pamela Quinzel ? Harley Isley ? Dans les deux cas, leurs noms se ressemblaient un peu, non ? 

« Comme ça tu auras une belle robe de marier que je me ferais une fois de te retirer ! J'imagine déjà les collants blancs, la jarretière, le porte jarretelle ! Haaaan comment tu serais trop belle ma Pamy d'amouuuuur ! »

Sans oublier le traditionnel lancer de bouquet ! Quoique qu'avec Pamela, attention à ce que les roses ne mangent pas celle qui attrapera le bouquet...

Aoki
[/size]

Bien que plus rare, les assauts doux de Félicia faisaient aussi partie de leur amour, mais ce qui se passait ce soir, c'était déjà plus dans leurs habitudes. Les caresses et les mots doux avaient leur place dans leur vie de couple, mais les fesser et les insultes étaient plus souvent leur quotidien. Prise par-derrière par Felicia, en soi, ça n'avait rien de nouveau. Bien qu'elle était plus ou moins étranglé par la Black Cat, Aoki y trouvait là son bonheur, ce qu'elle a toujours aimé chez cette femme. Oui, leur rencontre était banale et quand on voit ce soir à quoi ressemble leur amour, on se demande pourquoi elles ne se sont pas rencontré au milieu d'une orgie ? Et pourtant, non, simplement dans un parc, dégustant une glace, bavardant, cela allant vers un dîner puis une soirée chez Aoki puis... elles se voyaient de plus en plus souvent, soirée comme journée après le travail et il y a eut ce fameux épisode, pas très joyeux pour Aoki où une créature état à sa poursuite, mais elle avait eut Felicia auprès d'elle dans ce genre de moment. Et depuis, oui, on pouvait le dire, elles étaient en couple.

« Haaaaaaan. »

La Black Cat n'y allait pas par quatre-chemins, sodomisant Aoki sans hésitation, elle continua encore et encore, usant de sa force pour montrer qui était la maîtresse. Même si son collier lui coupait légèrement le souffle, ce n'était pas dangereux. Bien que la strangulation ne faisait pas partie de leurs activités nocturnes, il lui était arrivée plus d'une fois d'en avoir le souffle couper pendant quelques secondes, surtout quand elle devait sucer sa partenaire. Lorsque le moment de libération arriva enfin, elle eut le souffle coupé, et pas seulement à cause du fait qu'on tirait sur sa laisse. C'était... Tellement plaisant. Ce plaisir se propageait en elle, entre ses fesses plus précisément et elle était heureuse, retombant sur le lit, avec ce doux chaton dans son dos. Le plaisir était aussi là. Leur douceur ne se faisait pas tant que ça dans leur ébat, plutôt après, le calme avant la prochaine tempête.

« Hmmmm... tout ce que tu voudras... ma chérie... »

Lister tout ce qu'elles ont pu faire depuis leur premier soir ne se fera pas si facilement, elles avaient tant fait, sans pour autant aller dans les extrêmes, mais bon, à plusieurs, de façon simple, de façon plus harde, même de certaines façons que l'on pensait impossible comme avec de drôle de tentacules. Bon, c'étaient plus des plantes, mais c'était tout comme. Il faut dire que Felicia avait de drôles d'amies parfois. La chatte la retourna pour se frotter contre elle, leurs mains, liées pendant que leurs lèvres se frôlaient, cherchant quel sera le prochain jeu du soir ?

« Hmm, il faut dire que tu m'inspires tellement aussi... Tu es ma muse. »

Aoki aidait les gens à développé leur talent, dommage qu'elle n'ait pas ce talent en musique ou en dessin, car sa chérie lui inspirait tellement de chose. Leur corps collé l'un à l'autre, elle ne cherchait pas à s'en dégager, observant le visage de sa petite-amie avec un grand sourire, toujours sur ce petit nuage.

« C'est dommage qu'on n'ait pas un exemplaire du kamasutra avec nous, ça nous aurait aidé. Enfin, je suis sûr que sans le savoir, on a déjà bien entamé ce bouquin ! Il ont une version différente de ce bouquin, ici ? »

Il y a de forte chance que oui ! Pour les deux cas, le bouquin bien entamé comme un autre genre.

« Cela dit, nous n'avons pas encore tout tester de la tenue... Tu sais, si tu touches bien, là, juste sous mes seins, il y a une petite fente... Juste assez grosse pour y glisser quelque chose de long et dur... En revanche, il n'y a pas de trou au-dessus, mais je doute fort que tu souhaites la laisser sortir la tête ? Tu pourrais la réchauffer et m'arroser les seins... J'aurais ton foutre bien collé, juste-là... »

Une raison pour prendre une bonne douche ensemble avant de s'endormir ou alors demain. Dans les deux cas, il faudra bien frotter cet endroit pour le nettoyer. Libérant ses mains des siennes, Aoki venait enlacer Felicia en l'embrassant, doucement, du bout des lèvres à peine. Aoki avait une belle poitrine pour une japonaise, ça n'égalait pas Hitomi Tanaka, célèbre actrice porno, à la poitrine très généreuse et pourtant ô combien naturel.

« N'oublie pas que ta petite chatte n'est pas du genre à vite être satisfaite, alors, peu importe la façon, peu importe le trou... je t'épuiserais pour que nous allions ensemble au pays des rêves... »

Même si rien ne garantissait qu'elles soient ensemble dans ce pays des rêves, elle comptait bien trouver le sommeil en même temps qu'elle.

Rouge
[/size]

Pour le coup, il est vrai que Rouge manquait d'idée. Il était cela dit difficile de trouver une chose que Miranda Forge n'aurait jamais essayer en matière de sexe. La terranide pouvait s'estimer heureuse d'avoir trouvé au moins une chose inédite pour elle ce soir, mais assurer comme ça toute la soirée, ce n'était pas simple. C'était comme demander à quelqu'un de trouver sans cesse de nouvelles inventions. Difficile à Tékhos de trouver une nouvelle chose à inventer, jamais encore fait ! Car bien sûr, il faut que ce soit faisable. Rien ne dis si Miranda à déjà coucher avec une femme aussi grande et qu'une géante et qui irait empaler la blonde sur sa queue comme un préservatif... Beurk, l'idée était humainement impossibles sans la tuer... Enfin bref.

La voleuse avait beau tenter de trouver de la nouveauté pendant qu'elle continuait de la prendre sans se douter que quelqu'un approchât dans son dos. Elle savait qu'elle était venue avec une autre femme, mais elle était occupée avec l'autre perverse de licorne donc impossible qu'elle soit déjà libéré de son emprise. Et pourtant, voilà qu'une voix s'élevait dans son dos, que des mains la touchait pendant que la blondasse la maintenait prisonnière. Il semblerait qu'elle ait une nouvelle adversaire... ça ne lui plaisait pas, elle sentait un truc dur derrière elle et leurs tons à toutes les deux ne présageait rien de bon !

« Qu'est-ce que tu fabriques, toi ? Ta besoin de renfort du coup ? Ta peur de pas HA ! »

Surprise, elle sentait son cou être serré par un collier – et dieu sait qu'elle détestait les gens qui étaient devenues esclaves. Non pas qu'elle soit Celkhane mais n'ayant pas eut ce luxe en grandissant, elle plaignait ces pauvres personnes appartenant à d'autres personnes pour survivre – ainsi qu'une queue s'enfonçant en elle, arrachant un soupir chez la chauve-souris. Plaisir, douleur, entre les deux car son petit cul avait eut le temps de se reposer depuis sa dernière visite anale. 

« Graaaa ! La-lache-moi... sa-Salope ! Haaa ! Tu perd rien... pour a-attendre, grrraaaaaa ! »

Frustration et plaisir, un drôle de mélange que voilà. Elle était bloquée, elle ne pouvait plus baiser Miranda à sa guise et cette foutue blondasse allait sûrement en profiter pour vraiment lui chiper la place. Merde ! Elle voulait se venger d'elle – et ça ne se fera pas ce soir comme elle ne savait pas quoi lui voler pour vraiment la faire chier – mais elle va se venger d'elle, de Miss je-suis-tellement-plein-de-pognon-que-je-me-fiche-de-me-faire-voler-mon-argent ! Bon, elle ne l'avais pas dit comme ça, mais elle était prête à payer Rouge... Elle n'était pas une prostituée, une voleuse qu'elle était ! Donc elle va lui voler quelque chose, pas de l'argent pour une fois, elle trouvera une chose, une chose qui lui fera regretter de n'avoir vue qu'en Rouge une belle terranide à baiser.

Sya
[/size]

La pauvre ange n'était pas aux bouts de ses surprises. Elle qui pensait déjà surprendre la démone au réveil, la voilà au courant de ce projet, même si pour le coup, Kazuha n'avait pas vendue la mèche, mais elle n'avait pas avertie Sya que lui dire quelque chose était comme parler directement à Samara, la surprise était gâchée par avance. Mais si ce n'était que ça encore, cela n'aurait pas été si grave, mais le fait est, que pour la première fois depuis qu'elle était maman, sa partenaire ne semblait pas ravie de cela. Il est vrai que généralement elle fait cela avec des personnes qui le souhaites ou bien qui accepte cela de Sya. Elle a déjà fait des enfants pour des couples qui n'arrivaient pas à en obtenir, parfois des couples de femmes et parfois des couples plus normaux. Évidemment elle voyait ça directement avec la maman pour que le couple puisse avoir un enfant et Sya tentait parfois de garder un œil sur sa fille, juste pour voir comment elle allait.

Mais revenons-en à Samara. Bien qu'elle continua à la prendre en étant plus sévère qu'à son habitude, la démone venait à lui faire comprendre qu'elle n'était pas d'accord avec cela. L'idéal fut après avoir joui, ce qui pour une fois, ne plaisait pas tant que ça à Sya vu la façon dont elle se faisait remonter les bretelles par la démone. Peu à peu, Sya perdait de sa peau-rouge et de ses cornes pour retrouver ce teint habituel, ses petites ailes translucides et sa bouille d'ange. Samara lui envoyait ses titres et ses rôles au visage, trouvant des excuses pour prouver qu'elle n'avait pas le temps de devenir maman et pourtant, si Sya avait fait cette « surprise », ce n'était pas simplement comme ça, sur un coup de tête...

« Tu mens... Tu me mens... et tu le sais... »

Sa voix n'était pas aussi fluette et douce que d'habitude, toujours sur le sol, elle relevait le visage vers Samara, affichant pour une fois autre chose que la joie ou la perversion sur son visage. Ce n'était pas de la colère, plutôt de la tristesse ?

« Tu crois que je suis idiote et que je pense qu'à moi dans tout cela ? Si je veux t'offrir des bébés, c'est pas pour rien, Maman ! C'est parce que tu le désir ! »

Sya était l'ange de la luxure, outre le fait de jouer les jouets sexuels, elle était capable de savoir ce qui alimentait les fantasmes de ses partenaires pour mieux aller dans ce sens et leur offrir de merveilleux souvenir. Il était plus simple de lire cela en eux quand elles dormaient, et elle avait déjà fait cela avec Samara aussi, d'où cette situation actuelle. C'était des désirs profond, refoulé parfois. Les premiers à visualisé étaient les plus simples, sans trop de honte à être avoué. Faire ça avec plusieurs femmes, dans une tenue précise, dans une situation précise. Puis plus elle creusait et plus elle trouvait des choses que ses partenaires n'osaient pas demander, mais qu'elles désiraient. Urine, coup de fouet, obtenir un pénis, un gang-bang, une orgie, plus elle creusait, et plus c'était intime, voir dégoutant, interdit. Mais pas chez Samara. Au début, elle n'avait vue que la base, coucher avec Sya comme une esclave, la voir se faire prendre par une hordre de futanari aussi bien membrée qu'assoiffée. Jouer le rôle de la vilaine démone qui viole la pauvre petite ange, un classique entre elles. Mais plus elle creusait et plus ça devenait doux, très doux. Surement le genre de chose honteux chez une démone comme elle.

Et sans aller au plus profond de ses fantasmes, elle trouva cette fameuse chose... Un fantasme où Samara tenait dans ses bras un petit bébé, très mignonne avec Sya à ses côtés, dans le lit, dont le ventre était encore arrondi, preuve que Samara et Sya étaient prête à agrandir encore la famille, dans ce fantasme chez la démone. Qu'elle le clame haut et fort ou qu'elle en ait honte, c'était son envie. Avoir une famille.

« Je l'ai vue en toi, je sais que tu veux avoir une vraie fille ! Tu as peut-être juste vue en moi une ange à dominer, une partenaire à baiser et à exhiber à tes copines pour te vanter, mais je sais... ça te rassurait que je t'appelle Maman... et que je te demande d'être ma Maman à moi... Quand tu souriais... c'est pas parce que j'étais une ange... à ton service... Tu aimes quand je t'appelle comme ça !... Si je veux avoir un bébé avec toi... C'est pour que tu aies une vraie fille... Une Vraie famille ! Ensemble... »

Elle craquait, ce n'étaient les larmes de la pauvre petite ange violé par la méchante démone qu'elle versait, c'était des vraies larmes de tristesse. Elle couvrait son visage déformé par tout cela, se disant que dans le pire des cas, son bébé rejoindra sa maison, ce ne sera pas facile à expliquer à Saikai, mais c'est ainsi. Avec ses bêtises, elle avait peut-être perdu sa maman, et c'était ça qui était le plus triste, car elle risque d'élever une fille qui finira par lui ressembler de plus en plus, et elle aimeras sa fille autant qu'elle la rendra triste sans le vouloir. C'est dingue comme en un instant, tout pouvait basculer. Le plaisir du sexe, la dure réalité...

Princesse Alice Korvander

Humain(e)

Re : Voyage de noce [PV Princesse Alice K] Cross-over Comptes

Réponse 66 février 04, 2019, 01:56:46 am

SHIZUKA SHUNYA


Cette séance sur la plage n’était pas la fin, mais un prélude, un commencement avant autre chose... Avant une longue et intense nuit. Car, cette nuit, Shunya comptait bien franchir le pas avec Hinata, et la mettre enceinte. Elle était intimement convaincue que cette soirée serait la bonne, et qu’à la fin, Hinata aurait, comme elle, un bébé. Ensemble, les deux femmes avaient prévu d’avoir beaucoup d’enfants. Elles avaient toute une famille royale à reconstruire, et il fallait donc avoir beaucoup d’héritiers ! C’est ce que Shunya se disait régulièrement, même si une voix dans sa tête nuançait son désir, lui rappelant l’histoire du Vieil Empereur Jaehaerys et de sa fille Saera. Jaehaerys avait été un Empereur ashnardien particulièrement fertile, qui avait eu de nombreux enfants... Et qui n’avait pas pu montrer à tous l’amour qu’il leur témoignait, notamment à l’une de ses filles, Saera, qui avait fini en conséquence par le haïr. Mais, quand Shunya songeait à cela, elle se disait aussi qu’il était impossible qu’elle n’ait pas assez d’amour pour tous ses enfants, et qu’elle voulait sincèrement et vraiment avoir beaucoup d’enfants. Shunya n’y connaissait rien à la chose politique, elle n’avait pas reçu une éducation suffisante, et elle comptait bien passer l’essentiel de sa vie à veiller simplement sur ses enfants, et à les aimer, tout en restant une guérisseuse au sein du Temple de la Lune.

Shunya restait en tout cas profondément et totalement amoureuse de sa femme. Comment aurait-il pu en être autrement ? Quelle souveraine aurait donné sa main à une femme comme elle ? Shunya appartenait à l’autre monde, celui de la paysannerie, le monde populaire. Oh, elle n’était pas non plus une fermière, avec un accent rural incompréhensible, mais il était indéniable qu’elle avait grandi dans une ferme. Elle avait très souvent l’impression confuse de ne pas forcément être à sa place au sein du Temple... Puis il lui suffisait de revoir sa femme pour qu’elle comprenne qu’il n’y avait aucun autre endroit au monde où elle voulait être. Shunya n’aimait pas sa femme par intérêt, ni par volonté d’anoblissement, mais par simple amour, un amour pur et désintéressé, noble dans son esprit.

Et c’était bien au nom de cet amour qu’elle voulait enfanter Hinata. Elles terminèrent leur affaire sur la plage, car Nora ne pouvait pas maintenir éternellement le bouclier, et se rhabillèrent donc, en se souriant mutuellement. Toutefois, Shunya conserva son sexe masculin, et s’avança assez laborieusement, peu habituée à marcher en portant ce truc.

*Je me demande vraiment comment font les garçons, ça frotte à chaque mouvement du bassin...*

C’était assez déstabilisant, mais ça ne l’empêcha pas de glisser sa main dans le creux de celle d’Hinata. Elles rejoignirent ensuite leur chambre, et, en chemin, Shunya... Shunya trépignait sur place ! Elle aurait pu croire que sa situation s’améliorait, mais elle ressentait en elle une belle bouffée d’excitation, tant et si bien qu’elle sentait son phallus se durcir sous ses vêtements, ce qui était, là aussi, une sensation très déstabilisante ! En tout cas, le trio réussit à rejoindre leur belle chambre, et Hinata lui demanda alors ce qu’elle voulait.

Pour réponse, Shunya rougit... Et l’embrassa alors. Ses mains se posèrent sur les hanches d’Hinata, et son corps se blottit contre le sien, ce qui permit ainsi à Hinata de sentir la bosse qui remontait contre ses vêtements, perceptible même à travers son kimono.

« Il n’y a que toi que j’ai envie de manger ce soir, Hinata, car je ne veux qu’une chose... »

Sa main se posa alors sur le ventre de sa femme, et elle lui sourit alors :

« Que la vie pousse dans ton ventre... »

Elle regarda alors Nora, qui avait pour l’heure été laissée de côté, et se pinça alors les lèvres. Timide, Shunya l’était toujours... Mais elle avait indéniablement réussi à prendre de l’assurance entre-temps, puisqu’elle rajouta ensuite, tout en retirant la ceinture de son kimono, faisant ainsi tomber son vêtement.

« Et, pour ça, Nora va nous aider... » déclara-t-elle, avec une voix teintée d’envie.

Elle se racla alors la gorge. Son sexe masculin pointait contre sa culotte, mais l’érection était encore assez faible.

« Enfin, pour l’instant, ma queue n’est pas présentable pour pénétrer quoi que ce soit... Je ne peux pas te la présenter, Hinata, mais peut-être que Nora pourra contribuer à la rendre plus... Royale devant toi, Hinata ? Après tout, on m’a toujours dit que la bouche d’une Ange faisait merveille ! »



SUPERGIRL


Kara, qui n’espionnait pas non plus Tessou, ignorait que la policière avait fait une rencontre atypique en croisant le chemin de Mélinda Warren. Elle ignorait ainsi que la policière avait eu l’occasion d’être bien dévergondée, et que Mélinda Warren avait désormais Tessou comme contact. Et, même si Mélinda n’avait pas encore revu Tessou depuis son épisode d’amnésie, elle lui avait offert un joli cadeau, en l’occurrence une fiole contenant des pilules roses venant tout droit de Terra, et qui circulaient principalement aux alentours du lycée Mishima. Tessou avait ça en stock, mais ça, Kara l’ignorait. Elle s’amusait surtout de voir la jeune femme en kimono, constatant que ce dernier n’était même pas transparent. Tessou se laissait visiblement progressivement aller, mais il ne fallait pas encore s’attendre à ce qu’elle passe d’un extrême à l’autre.

Elle se rapprocha ainsi de la Kryptonienne, se montrant plus sensuelle, ce qui amusa doucement Kara. Ses mains se posèrent sur ses hanches, et elle soupira, se mordillant les lèvres en la sentant se rapprocher d’elle. Elles s’embrassèrent ainsi, et Kara avança ses mains, glissant le long de ses hanches pour les poser sur ses fesses. Elle les serra, en sentant effectivement qu’il n’y avait rien là-dessous, et appuya sur ses fesses, pressant son corps contre le sien. Depuis le temps, Tessou savait qu’elle n’avait rien à craindre de la super-force de Kara, qui la contrôlait à la perfection.

« Hmmm... »

Tessou rompit alors le baiser, et se mit à conclure, en lui assurant que leur nuit promettait d’être torride. Kara ne put donc que sourire, et frotta doucement son nez contre le sien.

« Vraiment ? Tu es sûre, ma chérie ? Ma policière deviendrait donc une petite perverse ? Ou est-ce qu’elle a appris des choses que j’ignore ? »

Supergirl continuait à palper son postérieur, remontant pour caresser le nœud de son obi. Elle savait que le kimono était une tenue traditionnelle japonaise, une tenue interdisant de porter des bijoux. L’obi était donc souvent une ceinture très précieuse, finement brodée. Elle sentit le nœud, constatant que Tessou était toujours aussi douée pour faire un nœud, et entreprit de le déboucler tout en l’embrassant encore. Elle avait, elle, une tenue de pin-up américaine, et sa Tessou une belle tenue traditionnelle.

Peu à peu, les nœuds se défirent, et elle fourrait sa langue dans sa bouche, mordillant sa lèvre inférieure ensuite, tirant dessus.

« Effectivement, je ne sens pas de culotte... Mais je me demande bien de quoi ma petite perverse est capable ? »

Kara pouvait bien sûr diriger leurs ébats, mais, vu le comportement aguicheur de Tessou, celle-ci avait peut-être des idées derrière la tête. En tout cas, la ceinture finit par tomber sur le sol, et Kara reposa l’une de ses mains sur le joli petit cul de sa policière, tout en remisant dans un coin de sa tête l’idée de la voir en combinaison de policière en latex...



ALICE KORVANDERMÉLINDA WARRENLUNA EARTHWELL


De Harmony, Alice ne savait pas grand-chose, car elle n’avait encore jamais véritablement eu l’occasion de la voir. Elles s’étaient croisées à plusieurs reprises quand la jeune Princesse se rendait dans la demeure de Mléinda. Elle agissait comme la servante de Mélinda, leur servant du thé. Mélinda lui avait expliqué qu’elle était une femme angélique particulière, qui lui vouait une reconnaissance éternelle après que Mélinda ait aidé Harmony à se séparer de son frère-jumeau, les deux ayant, du fait d’une malédiction magique, partagé le même corps. Harmony était timide, mais serviable et aimante... Alice fut donc surprise d’apprendre, quand Yuka se pencha vers Harmony, qu’elle était amoureuse d’elle...

...Car Alice, si proche d’Harmony, entendit évidemment cet aveu, et écarquilla brièvement les yeux. Impossible toutefois pour elle de commenter, car le collier les reliant n’avait plus assez de mou. Elle ne pouvait pas retirer son visage, et déplaça donc ses mains, venant serrer ses doigts contre ceux de la jeune femme, tout en l’embrassant encore. Apprendre qu’elle avait une amoureuse n’était pas sans lui déplaire, même si elle redoutait un peu cela. L’amour pouvait vous amener à des actes déraisonnables, et Harmony devait nécessairement savoir que la Princesse allait bientôt se marier, puisqu’elle en avait parlé à Mélinda en sa présence. Et ce n’est pas parce qu’elle n’était pas venue ici avec Melendil qu’elle n’aimait pas son bel elfe.

« Hmmm... » soupira-t-elle alors en sentant Yuko donner un coup de reins plus prononcé.

Il allait sans doute falloir qu’elle en parle ensuite plus sérieusement à Harmony, mais, pour l’heure, elle se contentait de savourer ce que ces femmes lui faisaient subir, ce qui était déjà un sacré point. Après tout, elle avait dans son dos Mélinda et Yuko, deux femmes très talentueuses, qui labouraient ses trous. Sous elle, Mélinda abaissait fréquemment son bassin pour empaler plus profondément sa queue dans sa chatte, tandis que Yuko continuait à lui labourer les fesses. Des scènes d’ivresse en traversaient en retour le corps d’Alice, qui couinait longuement, le corps en sueur, bien incapable de se retenir. Elle gémit encore, se dandinant sur place, fourrant sa langue dans la bouche d’Harmony, ou mordillant parfois involontairement ses lèvres, sous l’effet de la féroce excitation qu’elle ressentait.

Pendant ce temps, la petite Luna était toute heureuse de retrouver de nouveaux partenaires, des personnes qui allaient s’occuper d’elle ! Et puis, elle était avec ses Maîtresses, donc elle était forcément heureuse ! Elle les regardait d’ailleurs régulièrement, puisqu’elles étaient à côté d’elle. Maîtresse Yuka et Maîtresse Yuko, l’une dans une combinaison moulante rose, l’autre dans une combinaison moulante rouge, en train de faire l’amour avec leurs amies. Il y avait Madame Alice, que Luna avait déjà eu l’occasion de croiser, et qu’elel aimait bien. Madame Alice aimait la câliner, et elle lui offrait des gâteaux, ainsi que du chocolat. Et, sous Madame Alice, elle reconnaissait Maîtresse Warren, une femme qui lui avait déjà fait l’amour, et qui était aussi talentueuse dans ce domaine que ses Maîtresses.

« Nyyyuuu... » gémit de plaisir Luna, miaulant avec sa petite voix cristalline.

Oui, comment la neko aurait-elle pu être malheureuse ce soir ? Elle baignait de bonheur, elle en irradiait littéralement, continuant à ronronner et à vibrer, puis laissa Madame Ai l’habiller. En compagnie de Maîtresse Vanillia, Madame Ai attacha autour de sa queue un petit ruban,, lui enfila ensuite un léger string noir en dentelle. Elle eut également droit à des rubans à hauteur de sa tête, près de ses oreilles, et constata que son string, tout en faisant ressortir ses fesses, était brodée d’un petit cœur rose qui la fit rougir à hauteur de son sexe, avec une légère fermeture pour ouvrir le bout de tissu. Madame Ai lui enfila ensuite une élégante nuisette sombre, légèrement transparente, mettant ses seins en valeur, puis la présenta ensuite à Maîtresse Vanillia, en se glissant dans son dos et en la redressant.

Les joues rougies, Luna se pinçait les lèvres, toute belle ainsi, et miaula encore, surtout quand elle sentit la queue de Madame Ai s’appuyer sur ses fesses, une tige durcie, et manifestement désireuse de s’enfoncer en elle.

« Miaaaaawwww... !! »

De son côté, Maîtresse Vanillia sourit, sa queue se redressant également. Mise un peu de côté par le quatuor, elle avait ici une occasion de se rattraper, et se rapprocha du duo. Ses lèvres se posèrent sur celles de Luna, qui redressa ses bras, les enroulant autour de la nuque de la vampire. Maîtresse Vanillia s’appuya ainsi sur elle, tout en soupirant doucement, tendrement, son souffle chaud rebondissant sur les lèvres tremblotantes de la neko.

« Oui, tu es vraiment parfaite, belle Luna... Une véritable poupée, une belle peluche...
 -  Nyaaaawww, ouiiii... Luna est la peluche de ses Maîtresses !! »

Et, tout ce que Luna demandait, c’était de l’affection. Vanillia la câlina donc, tandis que sa queue, tout comme celle d’Ai, caressait son corps.

« Mais je veux voir ma femme quand elles vont toutes jouir, Ai. Ce moment approche, je le ressens à leurs battements cardiaques... Alors, je vais sodomiser notre belle peluche en levrette, et toi, tu te glisseras sous elle pour satisfaire son petit ventre. »

Comme ça, Luna se retrouverait avec un joli ventre bien arrondi, vu la propension naturelle d’Ai à jouir copieusement. Cette perspective, en tout cas, réjouissait très fortement Luna, qui se mit à ronronner sur place, tout en commençant également à tendrement mouiller...



SHA


Sous sa forme slimesque, Sha devenait bien plus perverse qu’à l’accoutumée, ce qui n’était pas peu dire, et se découvrait une passion pour des plaisirs sexuels encore plus inavouables et encore plus vicieux que ceux qu’elle avait l’habitude de faire... Comme le vore. Et Kiriko se faisait peu à cette forme redoutable, que Sha prenait généralement en se dotant d’une série de tentacules phalliques dans son dos. Et, alors que les deux femmes étaient allongées l’une contre l’autre, et même l’une dans l’autre, Kiriko lui fit une demande qui surprit Sha... Agréablement.

Kiriko demanda en effet à être recouverte par sa femme, et à ce qu’elle prenne le contrôle de son corps.

« Ça, ma chérie, tu n’as pas besoin de me le redire deux fois... »

Sha découvrait à chaque occasion les pouvoirs et les capacités de sa nouvelle forme. Elle pouvait en effet avaler des gens, ou prendre leur contrôle. Dans cette forme, elle pouvait grossir, onduler, enfler considérablement, tout en changeant de forme. Et elle décida donc de satisfaire Kiriko.

« Redresse-toi, ma belle, mets-toi debout, et nue... »

Cette fois, les vêtements pourraient poser un problème, et, quand Kiriko obtempéra, Sha se redressa. Elle prenait une forme bien plus liquide, ressemblant ainsi à une longue flaque noirâtre en mouvement. Des tentacules aqueux ondulaient à sa surface mouvante, et elle se rua sur le corps de Kiriko, tel un symbiote à  l’action.

Sha s’enroula ainsi autour du corps de Kiriko, venant peu à peu le recouvrir presque entièrement, de ses orteils à son cou, ne laissant que sa tête de libre. Tout le reste de son corps se retrouva progressivement recouvert d’une seconde couche noirâtre, légèrement brillante, qui ondulait sur son corps. Une seconde couche spongieuse, un peu froide, qui faisait frissonner la Celkhane, le temps qu’elle s’adapte à ses formes. Il fallut encore que Sha s’adapte un peu, et moule ainsi davantage les formes du corps de Kiriko. Elle n’avait plus de bouche, plus de yeux, mais, déjà, à l’intérieur du corps de Kiriko, Sha se glissait en elle, envoyant des morceaux microscopiques d’elle-même dans le cerveau de Kiriko pour se raccorder à ses synapses et à ses terminaisons nerveuses.

C’est ainsi que, brusquement, le bras gauche de Kiriko se releva tout seul, tandis que la voix sensuelle de Sha résonna dans la tête de Kiriko, comme une sorte de pensée, que seulement Kiriko pouvait entendre :

*Ton corps résiste encore un peu, c’est normal... Et je n’ai pas l’habitude, mais... Je sais comment faire, ma chérie ! Je te le précise quand même, mais notre bébé ne craint rien. Toi, en revanche...*

Kiriko retourna alors sur le lit, et sentit encore son corps la trahir. Elle plia les genoux, et les tentacules de Sha jaillirent alors autour d’elle, puis s’enroulèrent autour de ses seins, provoquant une série de crissements spongieux. La texture de la peau de Sha ressemblait assez à du latex, ce qui la rendait très agréable, tout en accroissant la sensibilité du corps de Kiriko... Puis l’un de ses tentacules s’enfonça alors dans le vagin de Kiriko.

*Là, oui, savoure, savoure, mon amour !*

La scène était tout de même très réussie !



CRYSTAL


Dominant Neferia, Crystal y allait... Doucement. Ceci étant dit, le concept de « doucement » était à prendre avec des pincettes, car il s’agissait tout de même d’un coït. Elle s’allongeait doucement sur elle, quoi qu’il en soit, et la pénétrait donc. Les lèvres intimes de Neferia venaient doucement s’écarter, s’ouvrant devant le passage de Crystal. Soupirant à nouveau, la Dovahkiin se pinça les lèvres, dominant la femme par toute sa stature, et continua à la prendre, s’enfonçant en elle, croissant progressivement.

« Hmmm... Tu... Tu es si étroite, Ne-Neferia... »

Elle grogna encore, se pinçant les lèvres, bandant ses muscles, et poursuivit ses coups de reins, accélérant progressivement. Elle reprit son souffle, et continua à la prendre. Un nouveau gémissement s’échappa des lèvres de Crystal, qui sentait la mouille de la jeune femme autour de son sexe, glissant sur son chibre, enduisant ce dernier.

« Ah, ma belle... Si tendre, si étroite... »

Crystal se pinça doucement les lèvres, et continua à remuer contre elle, s’écrasant sur le corps de la jeune femme. Elle pouvait l’entendre gémir, soupirer de plaisir. Elle sourit alors, et continua à la prendre, les minutes s’écoulant rapidement... Et Neferia eut un orgasme assez rapide, ce qui ne manqua pas de faire sourire la dragonne. Celle-ci avait après tout à peine commencé son office, et Neferia jouissait déjà.

La dragonne ne put donc que sourire doucement, et embrassa doucement Neferia sur les lèvres... Puis se retourna brusquement. Elle n’eut qu’un mouvement des hanches à faire, et se retrouva sous Neferia, avec son sexe toujours planté en elle, un sourire amusé sur les lèvres. Ses mains caressaient encore les hanches de la jeune femme, et elle se pinça doucement les lèvres.

« Vas-y, Neferia, c’est à toi de jouer... Danse sur moi, ma belle... Empale-toi sur ma queue, à ton rythme... »

Comme ça, ce serait encore mieux !



POISON IVY


Allongées l’une contre l’autre, Harley et Ivy se faisaient l’amour, alternant tous les tons. Douceur, tendresse, violence, brutalité... Rien ne leur faisait peur entre elles. Qui aurait cru que ces deux femmes puissent se retrouver ainsi ? Harley était littéralement tombée du ciel la première fois... Prisonnière d’une fusée de feu d’artifice lancée par Le Joker depuis une foire abandonnée. Un jeu mortel et sinistre, car la fusée s’était écrasée près d’un parc où rôdait Poison Ivy. Même aujourd’hui, Pamela ne s’expliquait pas pourquoi, à l’époque, elle avait décidé de soigner Harley. Elle avait vu la fusée s’écraser violemment sur le sol, et avait compris que la femme prisonnière à l’intérieur allait mourir si elle n’agissait pas. Elle l’avait donc emmené dans son laboratoire, et avait mis plusieurs semaines à la soigner. Peut-être avait-elle vu à l’occasion un cobaye pour ses formules ? Mais, en tout cas, cette scène violente avait été le début de leur relation, une relation confuse et ambivalente. Mais, à la réflexion, Pamela estimait maintenant que la première à être tombée amoureuse de l’autre, c’était elle... Elle, qui rafistolait à chaque fois Harley quand elle se faisait battre et jeter par le Joker... Elle, qui venait la guérir, qui la consolait, et qui essayait de la convaincre qu’elle méritait mieux que Le Joker. Et elle, encore, qui lui avait fait l’amour pour la première fois quand Harley s’était mise en tête qu’elle était trop laide pour plaire à son « poussin ».

Le Joker semblait maintenant être une menace très éloignée. Kyli, sa fille, considérait Harley comme un membre de la famille, comme une espèce de tante, et elles avaient pris l’habitude, ensemble, de mener des activités familiales ordinaires... Comme aller au parc d’attractions ensemble. En dormant ensemble, Kyli avait même demandé une fois à Ivy pourquoi Harley ne dormait pas à chaque fois avec elles, comme si, à ses yeux, elles formaient un inévitable couple. Et là, alors qu’leles continuaient à se faire l’amour, Harley visa en effet juste quand elle évoqua un mariage. Même si elle disait ça sur le ton de la plaisanterie (comme à son habitude), l’idée fit légèrement rougir Ivy, qui écarquilla doucement les yeux.

Un mariage... C’était en soi impossible au Japon, car ce pays était assez hostile aux couples homosexuels, et ne reconnaissait pas le mariage. Mais il existait d’autres pays, notamment sur Terra. Mais Pamela n’était pas citoyenne tekhane, ou ashnardienne, ou nexusienne.

« En vrai, je m’imagine plutôt avec une robe verte, Harley... La robe blanche, c’est pour toi... Ou une robe rouge et noire ? »

Elle lui sourit doucement, et l’embrassa à nouveau, sa main caressant encore sa verge. Elle délaissa ensuite son sexe, et laissa l’un de ses tentacules glisser de ses cuisses pour le caresser. Le tentacule s’enroula autour de cet organe, et Pamela embrassa Harley, se pressant contre elle, frottant son corps sur le sien, sentant l’une des mains de Harley la fesser régulièrement, ou se crispant sur sa chair.

« Mais t’épouser, Harley... Je ne suis pas contre, ma chérie. »

Pamela l’embrassa à nouveau, collant son corps contre le sien.

« Sauf que j’ignore encore où nous pourrons nous marier, ma chérie... »

Peut-être la forêt de Weldenela ? C’était tout ce que Pamela voyait qui soit susceptible de s’apparenter à un « État », mais, dans l’absolu, il ne s’agissait que d’une forêt. Ivy sourit à nouveau, et l’embrassa dans le creux du cou.

« Enfin, dans tous les cas, je te considère déjà comme ma femme, tu sais, ma belle. »



FÉLICIA HARDY


Félicia & Aoki, c’était une histoire impressionnante, une histoire façonnée sur le sexe. Du sexe intense, ardent, et relativement violent. Deux nymphomanes extrêmes, voilà ce qu’elles étaient ! Félicia domptait maintenant Aoki, après avoir joui dans son cul, et l’avoir étranglé avec sa laisse et son collier. Elles repoussaient chacune sans cesse les limites, sans jamais avoir vraiment envie de s’arrêter. En même temps, qu’est-ce qui aurait pu les amener à s’arrêter ? Pour Félicia, sans doute rien. Elle dominait encore Aoki, et sentit le corps de sa jeune chatte se frotter à elle. Elle venait de jouir dans son cul, et sentit rapidement son érection revenir. Sa queue frottait contre sa combinaison, tandis qu’Aoki lui expliqua certaines subtilités de sa combinaison. L’idée fit sourire Félicia, qui sentit encore sa queue se durcir, s’appuyant sur le ventre d’Aoki. Elle remonta encore, et l’embrassa doucement. Ses lèvres se collèrent aux siennes, et elle maintint le baiser, poursuivant celui-ci pendant plusieurs longues secondes.

Elle aimait clairement Aoki. Elle aimait ses lèvres, elle aimait son appétit. La jeune femme avait clairement aidé à faire de Félicia la femme perverse qu’elle était avec elle. Ensemble, les deux ne s’interdisaient rien, surtout ce qui était obscène, comme Aoki venait de le proposer. Et, d’ailleurs, tout en l’embrassant, et en fourrant volontiers sa langue dans sa bouche, sa main se glissa entre ses seins, et ne tarda effectivement pas à trouver un petit bouton. Elle sourit alors, et mordilla la lèvre inférieure d’Aoki, tirant dessus tout en déboutonnant cette partie. Elle libéra ainsi un léger trou, et glissa son doigt dedans, le faisant tournoyer sur place, ce qui lui permit ainsi d’élargir l’ouverture, et de lui permettre de se faciliter l’accès dans le corps de sa partenaire.

« Je vois ça... Ma foi, Aoki, il est temps que je laisse ma marque, alors... »

Jouir à l’intérieur de sa combinaison n’était clairement pas pour déplaire à Félicia, dont l’érection revigorée en était l’illustration. Elle se redressa donc, allant se mettre à califourchon, et posa sa main sur son sexe, utilisant son autre main pour dégager l’ouverture, et y approcha son membre. Sa grosse queue se heurta à cette fente, et elle se pinça les lèvres, avant de forcer le passage, et se glissa entre les seins de la femme. Félicia soupira ensuite, sentant la combinaison d’Aoki comprimer son membre, appuyant sur son sexe.

« Hmmm... Allez, ma chérie, rends-toi utile, utilise tes seins... »

Les mains d’Aoki s’appuyèrent sur ses propres seins, et Félicia se déplaça doucement, filant d’avant en arrière, afin que sa queue se frotte à la peau chaude d’Aoki, se masturbant. Elle se branlait ainsi dessus, tout en sentant la texture de la combinaison glisser sur son sexe. Elle se pinça les lèvres, tandis que de nouveaux ronronnements s’échappèrent de son corps. Un accompagnement sonore auquel Aoki était habituée, et qu’elle adorait tout particulièrement. Félicia soupira encore, crispant ses mains, tout en continuant à se dandiner sur place, glissant d’avant en arrière, sa queue venant encore grossir.

Les gestes étaient lents, appuyés, tandis que Félicia en profitait volontiers pour caresser le visage d’Aoki, pour glisser ses doigts sur son visage.

« Ha, ma belle chérie, je... Hmmm... C’est si agréable là-dedans, si chaud... »

Elle ne put que sourire encore, et continua à agir, tout aussi lentement, du fait de sa position limitée, mais en y allant plutôt efficacement. Et, finalement, Félicia atteignit le point de chute, et, après plusieurs minutes sous ce rythme, elle se relâcha enfin. Et, comme Aoki l’avait escompté, la jeune femme se retrouva avec du joli sperme contre sa poitrine, une tâche blanche qui éclaboussa ses seins pour remonter près de son cou.



MIRANDA FORGE


Miranda s’amusa de voir Rouge cracher et siffler sur place. La visite surprise d’Hannah semblait être imprévue pour elle, et c’était tout à fait l’effet escompté pour Miranda. Croire que Miranda allait jouer sempiternellement selon les règles étroites de la Terranide chauve-souris, c’était indéniablement faire preuve d’une très grande naïveté ! Miranda n’obéissait qu’à elle-même, et elle avait trouvé avec Hannah un excellent moyen de relancer l’inspiration de Rouge. Tenant la laisse d’une main, Hannah humiliait Rouge en la rabaissant à son statut de Terranide, ce dont la voleuse sexy en combinaison moulante avait horreur. C’était là un sentiment que Miranda pouvait tout à fait comprendre, et qu’elle comptait utiliser à son profit.

La PDG souriait doucement en se déplaçant, se rapprochant de Rouge. Elle se concentra un peu, et Rouge put ainsi voir, devant son visage, le phallus de Miranda. Une belle verge qui se dressait joyeusement. Rouge avait pris le contrôle pendant un certain temps, et, maintenant, Miranda inversait les rôles. Pour autant, elle ne comptait pas encore soumettre totalement Rouge.

« Allons, allons, Rouge, que d’agressivité... »

Miranda gloussa doucement, tandis que Hannah continuait à sodomiser la jeune femme, et elle approcha sa verge de sa bouche.

« Puisque tu te vantes d’être si douée, ma chérie, voilà ce que je te propose... »

Sa queue tapotait le visage de Rouge, commençant à glisser sur son nez, laissant de fines traînées dessus. Les mains de Miranda s’appuyèrent sur la tête de Rouge, et elle enchaîna ensuite, allant droit au but, en évoquant sa proposition :

« C’est très simple, Rouge... Tu vas me montrer tout ton talent, ma chérie, et, si tu arrives à me faire jouir avant qu’Hannah ne jouisse en toi, ou que tu ne jouisses, tu pourras reprendre la main. Qu’en dis-tu ? Tu te crois capable de relever le défi d’une humaine ? »

Elle la provoquait, elle la narguait, convaincue que Rouge allait répondre à cette provocation... Et curieuse de voir laquelle allait pouvoir tenir !



SAMARA


Tôt ou tard, il fallait tout de même que Samara campe au mieux le rôle que Sya avait voulu lui donner. Celui d’une « mère »... Et, même si leur relation était incestueuse, le fait est que, aux yeux de Sya, Samara tenait effectivement office de figure maternelle. Et le rôle d’une mère n’était pas que de faire des câlins, mais aussi d’éduquer ses enfants, tout simplement. Et que dirait une mère en apprenant que sa fille multipliait les enfants à droite et à gauche ? Samara avait l’occasion parfaite d’envisager ce sujet, même si la situation ne s’y prêtait pas si bien que ça. Après tout, elles étaient en train de baiser comme des hyènes depuis maintenant plusieurs heures.

Une intensité émotionnelle qui amena Sya à pleurer, en lui assurant que Samara mentait, car elle avait vu en elle le désir de procréation, au-delà de tout le reste. Samara haussa les épaules.

« Ne cherche pas à m’attendrir, Sya, as-tu oublié que j’étais une démone ? »

Kazuha se débrouillait pour rester silencieuse et neutre dans cette discussion. Samara se déplaça lentement, sa queue caudale remuant dans son dos, et poursuivit ensuite :

« Évidemment que je veux un enfant, Sya. Connais-tu un être humain qui ne veuille pas d’un enfant, hum ? Même ceux qui ne veulent pas d’enfants, et qui sont convaincus de ne pas en vouloir... C’est quelque chose d’inhérent à notre condition. Le besoin de procréation, de se perpétuer, de donner un sens à sa vie en conférant son héritage à sa progéniture. C’est un lien indélébile et profond. »

Samara se rapprocha de Sya, et fléchit les genoux, puis s’assit à côté d’elle. Sa voix se radoucit ensuite doucement :

« Et il est évident que je pourrais l’éduquer, Sya. Si ce n’est pas Kazuha, ce sera Max, qui sera ravi de veiller sur ma fille. Mais tu dois bien comprendre que tu ne peux pas faire ça, Sya. Ce n’est pas comme si tu offrais un gâteau aux chocolats à la personne que tu aimes. Un enfant, ça te force à des engagements, ma chérie. Tu seras désormais la mère de cet enfant, ce qui signifie, non seulement que tu devras t’engager à mourir pour cet enfant, mais aussi vivre avec l’autre parent. Et, même si je t’apprécie beaucoup, c’est quelque chose que tu ne peux pas décider toute seule. Des couples se brisent pour moins que ça, ma chérie. »

Au moins, elle n’aurait pas à ramener l’enfant à Saikai. Dans le fond, Samara pensait que les pouvoirs magiques de Sya se retournaient contre elle. Elle savait que, pour une raison inexplicable, la grossesse de Sya durait généralement une journée, voire moins. Une faveur divine qu’elle ne s’expliquait pas vraiment, mais qui ne cessait de la perturber.

« Je pense que ça doit venir de là... Si tu mettais neuf mois à avoir un enfant, Sya, tu comprendrais sans doute mieux l’engagement que cela représente. Autant je peux comprendre que tu puisses faire la mère-porteuse pour d’autres couples, mais, en ce qui nous concerne, c’est différent. »

Samara laissa passer quelques secondes, et sa main caressa les cheveux de Sya.

« Je ne t’en veux pas, ma chérie, car, si tu m’avais proposé de porter notre enfant, j’aurai sûrement accepté. La fille d’une Ange et d’une démone promet d’être puissante... Mais tu ne dois plus refaire ça comme ça, Sya. Tu dois t’assurer, non seulement du consentement de ton partenaire, mais aussi de tes propres capacités à assumer ton rôle de mère avec tes enfants. Je parle en connaissance de cause, Sya, car j’ai grandi sans connaître ma mère. Et, même pour une démone, cette absence de lien conjugal me pèse. Comment peux-tu assumer ton rôle de mère si tu multiplies les foyers ? Lesquels choisir ? Où vivre ? Tu comptes mener une double vie ? Une triple vie ? »

Elle secoua doucement la tête, avant de continuer :

« Je désire un enfant, mais je désire aussi l’éduquer avec quelqu’un d’autre... Et tu as déjà une famille à Caelestis, non ? Crois-tu que j’ai enfant que notre enfant grandisse et jalouse ta famille à Caelestis parce que tu passeras plus de temps là-bas qu’auprès d’elle ? Tu comprends ce que je veux te dire, Sya ? Tu dois faire attention, c’est tout. La Déesse Lust t’a doté d’une fécondité formidable, c’est un fait, mais il y a des actes qui doivent être mesurés, car ils vous engagent à vie... Et porter la vie fait partie de ce genre d’actes. »

Samara l’attrapa ensuite, afin de la maintenir contre elle, et la serra contre son torse. Elle lui faisait un câlin, un câlin maternel, car, après tout, elle devait bien jouer ce rôle... Et elle n’avait pas spécialement envie de voir Sya continuer à pleurer. Mais, d’un autre côté, de simples larmes ne permettraient pas à Sya de s’en sortir. L’Archimage ne pouvait décemment pas tolérer qu’elle fonde des familles à droite et à gauche partout sur Terra !

Hinata/Nora

Humain(e)

Re : Voyage de noce [PV Princesse Alice K] Cross-over Comptes

Réponse 67 février 20, 2019, 04:42:12 pm

Hinata/Nora

Pour la reine, être auprès de sa femme était devenu ce qui la faisait sourire. Depuis même qu'elle a découvert être amoureuse d'elle, elle était toujours souriante à ses côtés. Auparavant, il y avait toujours des haut et des bas dans sa vie qui faisait qu'elle perdait le sourire, mais avec Shunya, impossible. Le simple fait de rester avec elle à contempler les jardins ou même à parler de la pluie et du beau temps suffisait à la rendre heureuse. Sa femme était toute sa vie et Nora serait d'accord avec ça, l'ange a eut bien du mal à rendre la princesse heureuse, maintenant, elle souriait toujours avec elle. Elle était même plus active au travail, pressé de rejoindre sa femme, quand ce n'était pas elle qui venait la rejoindre. Enfin, seul inconvénient à cela c'était que la reine travaillait moins, plus déconcentrée que prévue, mais bon, elle ne croulait pas sous les papiers à cause du retard donc elle pouvait se le permettre. Elle était reine après tout.

De retour dans leur chambre, elle s'assurait que sa femme ne manquait de rien, au-delà du sexe, il faut aussi voir simplement la vie, manger, de reposer, se changer, mais non, le fait de porter la vie en elle, elle voulait transmettre ce bonheur à sa femme. Hinata en était touché, déjà qu'elle allait rapidement devenir maman – enfin, dans neuf mois, mais elle ne s'attendait pas que la chance leur sourît autant rapidement – elle devait maintenant connaître elle aussi cela. Difficile à dire si pour Hinata aussi, ce sera si simple, mais elle voulait y croire. La main de Shunya sur son ventre, oui, elle espérait porter elle aussi le bébé de sa femme, peut-être que leurs enfants naîtront le même jour ? Ou à quelques jours de différences, allez savoir ? En tout cas, Shunya proposa que Nora se charge d'elle afin que sa queue soit plus présentable pour Hinata. Cela ferait très bien l'affaire, mais elle voyait ou elle voulait en venir.

« Ne dis pas de bêtise, c'est moi qui t'ai dit qu'elle faisait des merveilles ! Dans ce cas, je te laisse profiter d'elle quelques minutes, le temps de me faire belle pour toi. Je te prépare une petite surprise, mais, ne me rejoint pas trop vite. »

Souriante, elle embrassa la jeune femme avant de quitter leur salon afin de rejoindre la chambre. Un voyage de noces, elle avait forcément deux ou trois choses dans sa manche pour rendre cela plus mémorable ! Nora était toujours là, souriante elle aussi, mais de façon plus coquine. Elle comprenait aisément les sous-entendus de Shunya et elle n'en était pas gênée ou autre. Elle se rapprochait d'elle, une main sur sa hanche, la seconde sur sa joue, volant un petit baiser à la demoiselle.

« Dire que c'est la même Shunya qui osait à peine sortir la tête des couettes quand je venais réveiller Hinata le matin... tu prends bien vite de l'assurance. Mais j'aime ça. »

Nora avait beau être une ange, elle n'a jamais été du genre à vouloir qu'Hinata soit prude, pieuse ou autre. Elle vivait sa vie, Nora avait uniquement pour mission de veiller sur Hinata, pas d'en faire une sainte. Venant se mettre à genoux, elle tentait de réveiller la bête, la main glissant le long de son sexe.

« Mon devoir est de veiller sur Hinata... mais elle me demande de veiller sur toi. Et maintenant que tu portes son bébé, elle va aussi me demander de veiller sur ton petit ventre. Vous me donnez bien du travail, toutes les deux. »

Elle ne s'en plaignait pas, elle souriait en disant tout cela. Doucement redressé, il était temps de donner ce que Shunya attendait. Mais pas trop vite. Nora venait poser ses lèvres sur le bout de sa queue, un petit bisou sur le bout avant que sa langue ne vienne réveiller un peu mieux tout cela. Car Nora aimait bien aussi faire durer le plaisir. Hinata devait se préparer, non ? Alors, elles avaient tout leur temps.

« Hm, je suis pressée de voir ce petit ventre grossir... et celui d'Hinata aussi. Vous serez encore plus belle et plus mignonnes. Et je prendrais soin de vous deux, de biens des façons... »

Évidemment, il y avait la façon la plus prude et bienveillante, car là était aussi son rôle, mais pour le reste, elle laissait Shunya imaginer. Elle, elle commençait à sucer cette queue pour la rendre présentable pour Hinta. D'ailleurs, la reine d'Edoras se préparait dans la chambre, un peu de parfum, pas de maquillage, même léger, car c'était le soir, inutile donc. Déjà qu'elle n'était ni maquillage, ni bijoux, pourquoi se compliquer la vie ? En revanche, elle portait de la lingerie digne d'Edoras ! Une petite nuisette qui ressemblait à un court kimono noir et rouge, sauf qu'en y regardant de plus près, c'était transparent ! Pour leur plus grand bonheur ! Le temps que Shunya et Nora ne viennent ici, elle attendra dans une pose sexy qui donnera une seule envie à sa femme.. l'enfanter.

Tessou

On ne pouvait pas dire que Tessou était du genre à profiter de la situation. Elle avait même une vie bien rangée. Quand sa fille était couchée, elle dormait avec Kara bien que souvent, cela veuille dire jouer de bien des façons. Mais le plus souvent, Tessou était allongée à subir les envies de son héroïne, même si elle participait aussi de bien des façons, la belle blonde savait que la jeune femme n'était pas du genre à se montrer entreprenante. Sauf en de rares occasions, leur première fois fut quelque peu incroyable aux yeux de Tessou et depuis, rare étaient les fois où cela s'était égalé ou du moins rapprocher. C'était dans sa nature, elle n'y pouvait rien. Mais ce soir, les fruits de mer gagnaient leur réputation, car la jeune femme ne tenait pas à rester inactif ce soir, oh que non.

« Ne dis pas n'importe quoi... en quoi j'ai changé ? »

Disons plutôt qu'elle laissait parler son côté bestial, chose qu'elle faisait qu trop rarement, mais dans un sens, tant mieux. Au moins comme ça, ce genre d'occasion est d'autant plus savoureux, non ? Les mains de Kara parcouraient son corps, particulièrement son fessier, ses lèvres se collaient aux siennes, venant parfois mordiller sa lèvre. Oh oui, mais c'était bien trop peu pour la calmer, bien trop peu. Pourquoi vouloir des miettes quand elle voulait le gâteau en entier ? L'obi tombait au sol, laissant sa tenue s'ouvrir naturellement en deux, mais Tessou ne laissait pas profiter, Kara de la vue, elle en profitait pour l'embrasser avec toujours plus de passion. Collée à elle, elle levait une de ses jambes pour faire comprendre la suite. La blonde apposait sa main sous sa cuisse, puis de même avec la seconde jambe. Elle était enroulée autour de Kara, ses mains passant sur sa peau nue et douce, laissant les pans de son yukata pendre dans le vide. 

« Tu vas trop vite... à quoi ça sert que je me fasse belle... hmm, si tu me mets déjà nue ? »

En temps normal, ces mots seraient bien vrais, mais ce soir, elle bouillait sur place, elle ne pouvait donc pas vraiment rester aussi habillée bien longtemps. Bien qu'elle soit très chaude, elle ne comptait pas se mettre à nue si facilement, après tout, une fois allongée sur le lit, sa tenue bien ouverte, elle ne sera que plus belle encore après l'acte. Mais pour le moment, elle n'était pas du genre à vouloir se reposer de si tôt.

« Allez Kara... Viens dompter la bête ! »

Tessou venait l'embrasser fougueusement en se serrant contre elle. Elles avaient la chambre pour elle et leur soirée sexy ne faisait que commencer, voilà qui promettait. D'ordinaire, elle était plus partante pour des rapports plus doux, frôlant le romantisme, mais ce soir, elle laissait cela dans sa valise. Elle avait le feu et elle comptait bien sur Kara pour la refroidir ! Attention à ne pas faire trop de bruit non plus, elle ne voudrait pas réveiller Kyoko. Mis à part cela, contre le mur, en lévitant, sur le lit, debout, qu'importe le flacon, pourvu qu'on a l'ivresse comme on dit !

Harmony, Ai & les Karistal

Cela lui était impossible de faire autre chose que de subir le plaisir qui venait en grande pompe. Elle était prise par Yuka qui restait assez douce, tout en y mettant sa petite touche personnelle, blottit contre Alice, embrassant cette dernière quand cela était possible. Elle ne se doutait pas que la princesse avait entendu la petite phrase de Yuka, avec tout ces bruits de chair, avec leurs gémissements, comment deviner qu'elle avait entendue quoi que ce soit ? Ce sera la grande surprise du coup quand elle lui fera face par la suite. Car pour le moment, elle avait déjà du mal à maintenir les yeux ouverts alors bavarder, encore moins ! Yuko de son côté était beaucoup plus réactif que sa sœur, ayant Alice comme partenaire et Mélinda comme co-pilote, elle s'en faisait une joie de lui ramoner la rondelle, faisant couiner cette belle salope. Elle avait beau être une princesse et accessoirement sa « grande-soeur », Yuko n'y allait pas de main morte. Pourquoi elle devrait changer après tout ? Parfois, sa main venait elle aussi caresser sa tendre fesse, une caresse qui résonnait délicieusement, faisant claquer sa fesse.

« Haaaaaa ! Huuuuum oh que tu es une belle salope Aliiiiice ! Tu aimes tant que ça, ha, qu'on te prenne le cul ?! »

Elles se faisaient vraiment plaisir à venir en elle, faisant couiner la belle blonde à deux, mais pourtant, ce ne fut pas elles les premières à atteindre l'orgasme, plutôt Yuka et Harmony. Sans l'insulter ou la provoquer, Yuka venait jouir en se tenant bien aux hanches de la demoiselle, déversant tout son plaisir en elle, qui en fit tout autant. 

« Haaaaaaaaaaaaa ! »
« Mmmmmmhhhh haaaaaaaaaaan ! »


La pauvre venait à en perdre son équilibre pour se maintenir contre Alice, reprenant doucement ses esprits pendant que Yuka se retirait doucement d'elle, venant lui embrasser la joue, restant près d'elle pour voir comment s'en tirait le trio qui, elles aussi n'allait pas tarder à remplir la princesse de Sylvandell. Beaucoup moins raffinée, Yuko allait presque lui grimper sur le dos tant elle remuait tant pour la prendre pour enfin jouir à son tour, remplissant son petit cul de sa délicieuse crème de neko. Il en était sûrement de même pour Mélinda et Alice venait donc de recevoir un double orgasme, quelle douceur, quel plaisir, cette sensation, n'est-ce pas !

Légèrement avant ce déluge d'orgasme, Ai avait habillé sa belle poupée neko pour en faire une arme redoutable ! Les jumelles n'avaient d'yeux que pour leurs partenaires, mais en voyant Luna, elle sera sûrement leur partenaire unique de la soirée, ou du moins pendant un long moment. Vanilla approuvait cette jolie poupée en tout cas, caressant la belle neko en la félicitant, cependant, quitte à la combler de bonheur, la vampire préférait garder un œil sur sa femme et ses invitées, cela ne dérangeait en rien la futa. Tant que sa queue pouvait se vider, ça lui allait. Elle s'allongeait donc sur le lit, attirant dans ses bras la jolie neko qui méritait déjà moult caresse. Ai laissa Vanilla se positionner et prendre place en elle avant d'en faire autant, venant juste écarter son petit string, pas question de la déshabiller, elle était bien trop belle comme ça.

« Hmmmm, tu es tellement jolie, petite Luna... Hmmm crois-moi... tes maîtresses n'auront d'yeux, han, que pour toi bientôt... Et en plus... Tu auras sûrement cinq maîtresses, rien que pour toi. »

Oui, vu comment Harmony et Alice semblaient proches – vu qu'elles étaient attachées et non membrées – elle se disait que les Karistal et Mélinda se feront une joie de les rejoindre pour combler Luna de plaisir. La petite chatte aura bien vite beaucoup de boulot ! Du moment que la petite futa pouvait se libérer de sa semence, elle s'en fichait de ce qui allait suivre. Mais oui, si elle doit remplir la petite neko, elle espérait que cela plairait aux maîtresses de la petite chatte ? Si elle peut rendre service, pourquoi s'en priver. Vu qu'elles semblaient bientôt en finir, elles arriveront sûrement avant qu'Ai ne remplissent Luna ? On pourra dire qu'elle sera très bien entourée !

Kiriko

Cette proposition n'était pas si nouvelle, quand Sha avait redécouvert cette nouvelle forme, Kiriko avait déjà fait une demande assez similaire, sauf qu'elle avait conservé sa tenue, il lui semble ? Puis Sha n'avait été qu'une tenue qui la faisait mouvoir, elle ne venait pas se glisser littéralement en elle, jusqu'au cerveau du moins. Encore une preuve que la grande déesse retrouvait peu à peu ses pouvoirs. Autant dire que cela était assez étrange, la sentir se glisser en elle, même à une taille aussi réduite, c'était très étrange, mais la sorcière ne ressentait pas tellement la différence, c'est par la suite que ça allait lui faire tout drôle. Sha la recouvrait jusqu'au cou – jusque-là, rien d'étrange pour elle – mais quand elle sentait son corps bouger tout seul, là, ce fut bizarre ! Car la première fois, c'était plutôt sa tenue qui bougeait seul, comme si Sha faisait bouger le bras de Kiriko en le tenant alors que là, elle ne sentait aucune pression, elle voyait juste son bras bouger sans qu'elle n'en donne l'ordre, même inconsciemment. 

« Ça fait quand même bizarre de t'entendre directement dans ma tête... On dirait ma conscience, en beaucoup plus perverse. »

Des tentacules venaient à jaillir de son dos, venant d'abord s'enrouler autour de sa poitrine, un grand classique de la part de sa femme, mais un autre venait à se glisser directement en elle, passant par ses jambes bien écartées, ce qui la fit doucement gémir de surprise. Rien de désagréable, mais encore un peu bizarre malgré tout.

« Huuuum, tu ne perds pas de temps.... Ouh, par contre, laisse moi le contrôle, de ma main droite... Et fait jaillir ta belle queue, que, haa, je te branle ! »

Branler Sha sur son propre corps ? Là aussi, elles avaient déjà fait quelque chose de similaire, masturbant son propre pénis qui exerçait la même pression sur celui de Sha, en elle. C'était comme la masturber alors qu'elle était déjà en elle. Elle n'en demandait pas tant cette fois – après Sha avait un penchant plus pervers sous cette forme – mais nul doute que sentir sa queue se faire reluire ne lui déplairait pas. Avant de lui donner ce qu'elle recherchait, elle avait déjà le contrôle de sa main et Kiriko venait la glisser entre ses jambes, caressant son petit bonbon d'amour.

« Hum, dis-moi chérie... C'est mon clitoris, haaaa, ou le tiens que je tripote ? »

Car d'un certain point de vue, Kiriko était en elle, donc, c'était le sien qu'elle touchait du bout des doigts, non ? Ce n'était pas encore très clair tout cela, mais de toute façon que ce soit le sien ou celui de Sha, ça plaisait aux deux, c'est ce qui comptait dans un couple. 

« Haaaaaaan, que tu es vicieuse ! Je te sens en moi, bien profond... »

Elle avait dit qu'Arya ne risquait rien, mais elle avait une pointe de doute à la sentir si loin en elle. Mais elle n'oserait pas mettre en doute les paroles de sa chère déesse. Surtout que cela lui faisait le plus grand bien, donc raison de plus.

Neferia

Faire l'amour avec Crystal, mine de rien, ce n'était pas si commun que ça. Cela leur était arrivé, de façon plus classique déjà, entre deux femmes, alors avec une queue, c'était plutôt une première. Non pas qu'elle soit vierge, mais elle est du genre à se vanter et à étaler sa science, mais en ce qui est du sexe, elle n'en menait pas large. Alors c'était le genre de moment où la grande Néferia ne disait pas grand chose et se laissait bercer, sans trop faire de vague, elle subissait plus qu'elle n'agissait. Cela ne la dérangeait pas, étonnamment, mais avec Crystal, elle était plus du genre à accepter, sans se plaindre ou être trop fière. Peut-être pour remercier son éducation, ses « caprices » en faisant semblant que Tigra remuait trop dans son lit pour dormir avec elle – alors qu'elle apportait son tigre avec elle pour dormir avec la dragonne Quoi qu'il en soit, elle se laissait faire, se livrant au plaisir qu'elle domptait doucement, à son rythme... elle qui d'habitude veut toujours aller trop vite, la voilà qui acceptait ce rythme.

Ce fut si plaisant, si intense qu'elle venait à jouir la première, sans pour autant déclencher chez la dragonne un orgasme. Un petit sourire, quelques caresses, mais pas de traces d’orgasmes. Néféria ne sentait rien qui ne la remplissait donc, effectivement, il n'y avait qu'une des deux dragonnes qui venait de jouir. Mais cela ne semblait pas la déranger, car elle venait à remuer un peu, venant inverser tout cela. Blottis contre elle, Néféria se retrouva donc sur elle ? Mener la danse ? Sincèrement, continuer de subir ne l'aurait pas déranger tant que ça, mais elle devait bien s’habituer à d'autres genres de façon de faire après tout ? Hochant doucement la tête, la fier dragonne semblait agir tout autrement face à tout cela qui semblait si nouveau pour elle. Pas tant que ça, mais elle y était si peu habituer aussi... Crystal avait bien précisé à son rythme donc, pas besoin de se brusquer ? Elle commença par se redresser, ses mains étaient entre les épales et les seins de Crystal, elle se disait que s'appuyer directement sur sa poitrine ne sera pas si bon pour elle ? Elle s'y appuierait dessus, ce n'est pas comme si elle irait les masser après tout.

Doucement, elle commença à bouger ses hanches, gémissant faiblement, son corps était loin de ressembler à celui de Crystal pour le moment, pas une poitrine développée, pas de léger abdos sur le ventre, pas de courbe de rêve, la jeune dragonne avait encore du chemin avant de lui ressembler. La seule chose où elle se savait supérieure, c'étaient ses jambes. Enfin, ça, c'était son fétichisme, elle adorait ses propres jambes. Chacun son truc. Au fil des mouvements, sa queue remuait légèrement dans son dos, tout comme ses ailes qui venaient battre parfois sous certaines conditions. 

« Huuuuum..... Haaaaaaa... »

Les joues rouges, le corps brûlant, elle tentait de tenir bon en explorant ce chemin étrange, espérant amener Crystal vers l'orgasme, mais ça restait une chose difficile quand on y était pas si habitué que ça. Elle avait un peu honte d'avouer son inexpérience en la matière, dans un sens tant mieux, elle était encore jeune pour déjà tout connaître sur le bout des doigts, mais face à Crystal et toutes ses connaissances, elle faisait pâle figure. S'appuyant sur ses genoux, elle remuait de façon à mieux s'empaler sur elle, son corps quittant peu à peu sa queue sans en sortir pour mieux s’écraser à nouveau sur elle, c'était bon, très bon même. Mais malgré tout, elle s'allongeait à nouveau sur elle, sur son corps doux et chaud pour l'embrasser doucement, laissant son bassin remuer, continuant ses petits vas et viens sur elle. Après tout, embrasser Crystal et se sentir contre elle, c'est ce qu'elle semblait préférer. Une sorte de sécurité pour elle face à son ignorance du sexe ou simplement ce qu'elle préférait par-dessus tout ? Difficile à dire elle en connaît que trop peu pour juger.

« Crys... Crystaaaaal... »

Elle gémissait sur son visage, gardant ses yeux dans les siens, elle n'était pas dans son élément, une chose qui changera sûrement petit à petit mais à moins d'être un génie, elle n'allait pas devenir une nymphomane experte en une soirée.

Harley Quinn

Se marier ? Vraiment ? Harley disait rarement des choses en étant sérieuse, pas quand elle concluait sa phrase en gloussant en tout cas. Mais l'idée ne semblait pas déranger sa rouquine qui s'imaginait déjà avec une belle robe verte, laissant pour son arlequin d'amour le choix entre le classique, avec du blanc ou bien pour rester dans son thème, le rouge et noir. Elle n'avait rien contre ça, ça restait ses couleurs fétiches après tout, mais pour un mariage, rouge et noir ? Chacun ses goûts, mais elle n'était pas fan. Du moins, elle imaginait la classique robe blanche, joli corset en haut et épaisse robe sous la ceinture donc forcément, ce genre de robe, en rouge et noir, ce n'était pas top.

« Hmm nan. J'aurais une belle robe de marier toute blanche, je dirais même plus, je ne porterais que du blanc sur moi ! »

C'est-à-dire la robe, et ce qu'il y avait en dessous aussi. Grande occasion, elle mettait les petits plats dans les grands ! Ivy continua bien entendue de l'embrasser en venant laisser sa main verte s'occuper de sa queue, avouant que l'idée de mariage ne lui déplairait pas ? Même si elle ignorait l'endroit. Bof, ce n'était qu'un détail, du moment que ce n'est pas à Gotham. Mais en revanche, il ne faudra pas oublier d'inviter Selina si ça devait arriver, en gardant un œil très attentif sur leurs bijoux, Catwoman avait beau être une copine, elle aimait bien retourner sa veste quand des bijoux étaient sous son petit museau. Cela dit, Pamela la voyait déjà comme sa femme, ce qui la faisait sourire alors qu'elle venait l'embrasser encore plus délicatement. Après toute cette agitation, la douceur était au rendez-vous.

« Tu oublies le plus important dans le mariage pourtant... la nuit de noces. »

Quoique avec tout ce qu'elles ont partager, une nuit de noces digne de ce nom devra être encore plus grandiose que tout ce qu'elles ont vécu. Ce sera compliqué de réussir un tel exploit ! Si elles doivent se marier, au moins, elle sera une vraie maman pour Kyli, même si là, en renvoyant le message de Pamela, elle voyait déjà la petite plante comme sa fille.« Tu oublies le plus important dans le mariage pourtant... Ses mains parcouraient les hanches de sa belle fleuriste, sans perdre de son ravissant sourire. 

« Je me fiche que ce soit légal ou non aux yeux de la loi... » après tout, elle était une criminelle, alors, même pas peur ! « Du moment que nous sommes ensemble pou toujours, femme et... bah femme. »

Avec l'échange d'anneaux, tout ça. Harley jonglait aisément entre délire et réalité, la blague passait pour une véritable envie, comme à l'inverse, un vrai projet aurait pu simplement devenir une blague. Entourant ses bras autour d'elle, ses lèvres se scellèrent sur les siennes pendant que la belle blonde avait un regard très tendre, amoureuse même.

« Et je deviendrais madame Isley ? Ou bien, tu deviendras peut-être madame Quinzeel ? Tu préfères quoi ? »

Telle une adolescente qui fantasmait sur une star de cinéma avec qui elle ferait sa vie, elle partageait cela avec la criminelle de sa vie. Enfin, la femme de sa vie plutôt, les mauvais coups, ils étaient nettement plus rares qu'a Gotham il faut dire. À part à son arrivée, elles sont plutôt sages. Harley a eut un ou deux faux pas, mais rien de bien méchant.

Aoki

La luxure était une chose qui définissait bien ce couple, elles ne sont pas ensemble pour se dire des « je t'aime » dans une fumée rose avec des étoiles pleins les yeux, ça arrive, comme pour n'importe quel couple amoureux, mais chez elles, cet amour pur et sincère se montrait surtout à travers le sexe. Une nuit sans sexe leur était déjà arrivée ? Pas dans ses souvenirs. Même si ce n'était pas tout les soirs le grand show d'endurance sexuel, il y avait toujours la luxure qui liait ses deux-là, toujours à se caresser et à s'aimer de mille et une façon pour se prouver qu'elles s'aimaient. Aoki le prouvait bien, une combinaison sur-mesure, faite pour le sexe et rien d'autres ! Elle avait aussi sa combinaison de White Cat, mais elle l'avait fait faire dans un but plus sérieux en se disant qu'avec un peu d’entraînement au SHIELD, elle pourrait aider Félicia, mais force est de constater que ça lui était impossible dans l'immédiat en tout cas. Ce ne sont pas quelques séances de combat au corps-à-corps et d’entraînement qu'elle pouvait suivre Felicia comme un petit chien. Du coup, cette tenue restait au placard... même si parfois elle servait à autre chose sans pour autant l’abîmer, elle y tenait à sa combinaison de White Cat.

Allongée, elle laissait sa petite-amie loger sa queue entre ses seins, elle pressait sa poitrine pour la mettre bien au chaud, face à ses petits mouvements, elle était au premier rang pour lire le plaisir de la jeune femme. Elle était belle, qu'elle soit sous sa forme héroïne ou au naturel, Aoki aimait Felicia Hardy, elle en était amoureuse, vraiment, mais elle savait qu'avec elle, ce n'étaient pas les mots d'amour qui allait lui plaire, mais son coté obscène, alors elle ne s'en privait pas pour le montrer. Elle-même avait chaud dans cette combinaison, si elle l'a retirait, elle serait en sueur certainement, en sueur et bientôt la poitrine asperger de ce blanc délicieux et onctueux qui sortait de sa queue. Mais qu'importe ce léger sacrifice, ça ne faisait que rendre leurs petites vacances encore plus précieuses. Et quand vint le moment de jouissance pour Felicia, Aoki se fit une joie de tout recevoir en elle. Du moins, sous sa combinaison. Elle sentait la matière visqueuse entre ses seins. Gluant, chaud, coulant, elle avait presque honte d'adorer ça. Mais si ça plaisait à Aoki, ça plaisait certainement à Felicia. Une bonne douche ne sera pas de trop demain. Mais ce soir, elles n'allaient pas casser l'ambiance.

« Hmmm, bonne nouvelle, Feli-nyan... Tu as su satisfaire ta petite Aoki... Mais maintenant... Il va falloir combler ta petite chatte en chaleur. Tu t'en sens capable ? »

Le sourire espiègle, elle restait allongée en s'étirant, son corps parfaitement moulé dans cette tenue en latex, recouverte de cette fausse fourrure, elle était belle, aguichante et tentante. La tentation même ! C'était donc un retour à zéro, si Aoki était comblée, il restait cette chatte à satisfaire. Ce soir, Felicia a été relativement douce, par amour pour ce costume ? Par précautions pour ne pas l’abîmer comme le voulait Aoki ? Bonne question. Mais maintenant, au diable l'avarice, la chatte était prête à subir les envies de sa Black Cat, que ce soit simplement plus sauvage ou que ce soit vraiment très hard, la soirée était officiellement bien lancée ! Aoki se redressa se façon à se relever pour se frotter contre le corps de la jeune femme, grimpant à ses lèvres qu'elle dévorait.

« Hmmmm... Viens vite t'occuper de cette chatte.... Avant qu'elle ne te viole... »

Doucement, elle faisant sentir son poids sur elle, tenant de la faire tomber en arrière. Peu de chance que Felicia ne soit tenter de se soumettre à cette chatte perverse, mais dans les deux cas, Aoki aura ses orifices bien remplit, nul doute à ce sujet !  

Rouge

De la triche ! Rouge pensait faire face à Miranda seule ! Si Twillight était avec sa copine, ce n'était pas pour rien, chacune sa partenaire ! Mais non, la fourberie de cette femme était sans limite. La voleuse était sodomiser – ce qui n'était pas spécialement grave si elle l'avait décidé elle-même – mais elle était tenue en laisse et elle détestait cela ! Peut-être à cause de ses origines, mais elle n'aimait pas voir un terranide en laisse, en esclavage. Idem pour les humains, mais soyons francs, elle était plus empathique quand c'était des terranides, bien souvent rabaisser à ce niveau-là. Miranda en profita pour se faire pousser une queue, l'agitant doucement sous son nez, le faisant glisser près de ses lèvres, faisant grimacer la voleuse. Cette bonne femme n'avait pas fini de l'enquiquiner !

C'était quoi encore ce défi ? Si elle arrive à lui faire prendre son pied avant elle ou cette autre nana, Rouge garde le contrôle ? Quelle blague ! Elle voulait juste mener la danse à sa façon, et quand ça lui plaît pas, elle change une fois de plus les règles ! 

« Hmph ! Fait pas... semblant... Ta tout p-prévue, sale... Haaaaa ! »

Elle était presque sûre qu'elle l'avait laissé gagné pour seulement arrivée à cette conclusion ? Elle ne pouvait pas le prouver, mais elle était prête à miser un sacré paquet de pognon sur cette option. Puis ce n'est pas comme si elle avait vraiment le choix, soit elle était étrangler, soit elle lui suçait la queue. Autant réussir à respirer par le nez au moins. Un peu, à contrecœur – car soyons honnête, il régnait ici un espace de luxure qui rendait cela moins déplaisant que Rouge ne voulait le dire – elle venait donc sucer doucement la queue de Miranda, bien obligé d'en arrivée là pour respirer « normalement ». Déjà qu'elle n'aimait pas spécialement Miranda Forge et ses airs de Madame Je-fait-ce-que-je-veux-tant-je-suis-riche, maintenant elle avait une autre dans le viseur et c'était sa... sa quoi ? Sa secrétaire ? Son esclave ? Son amie ? Bref, en un instant, cette petite avait pris la place numéro un sur ses vengeances sexuelles. Si elle en avait l'occasion, elle allait tenter de lui en foutre plein le cul, pour commencer. Mais si elle fréquente Miranda, là aussi, va falloir mettre la barre très haut pour commencer. Plus facile à dire qu'à faire tout ça...

« Hmmmm ! »

Sentir cette sale peste lui bourrer le cul et cette Miranda et ses airs supérieurs, ça commençait à la gonfler. Tantôt, elle pourrait avoir l'ascendant sur elle, elle irait sortir une nouvelle carte de sa manche pour triche une fois de plus, c'est ça ? Une femme qui n'aimait pas perdre, hein ?! Cela dit, Rouge était bien obliger de sucer la blonde, mais le pire dans tout cela, c'est qu'elle sentait sa queue tressauter, de plus en plus, elle risquait fortement de ne pas tenir bien longtemps entre ses deux-là... il y en a une, voire deux, à qui ça plairait une telle chose...

Sya

C'était bien la première fois depuis longtemps que Sya pleurait sincèrement. Elle ne pleurait pas pour jouer la comédie afin de rendre un jeu sexuel plus vrai, elle ne pleurait pas de bonheur, mais bien de tristesse. Face aux paroles de sa mère résonnait une peur qu'elle seule entendait. Une peur de bien des enfants. L'abandon. Dans un premier temps, Samara restait debout, venant sermonner Sya sur ce qu'elle venait de faire dans son dos avant de doucement prendre place à ses côtés pour adoucir son sermon et avouer que oui, elle voulait bien un enfant, mais pas en agissant sur un coup de tête comme Sya venait de le faire. La démone se serait même proposer de porter ce bébé si elle lui avait demandé, mais où aurait été la surprise dans tout cela. La tête contre sa poitrine, elle n'en profitait pas une seule seconde, elle y frottait son visage, séchant ses larmes sur sa peau-rouge en se calmant peu à peu, même si sa voix vibrait, risquant de se briser à tout instant.

« Je viendrais.... souvent vous voir... beaucoup même... »

Sya comprenait son point de vue, mais elle voulait tant faire plaisir et agrandir sa famille, hélas, sa maison sur Caelestis ne pouvait pas accueillir toutes ses filles et les parents comme ça. Que ce soit pour des raisons privées ou même de civilité, peu de chance qu'une Ashnardienne ne souhaite se rendre sur Caelestis et quand bien même, l'un des deux aura sûrement des regards haineux. Caelestis était le havre de paix pour tout esclave, en dehors d'eux, les autres pouvaient ne pas se sentir à leur place.

« Je verrais... snif... pour venir aussi souvent que... que possible pour éduquer notre bébé... et avec Saikai s'il le faut... toutes ensemble... comme une vraie famille... »

Une drôle de famille, mais une famille quand même. Elle ignorait comme Saikai prendrait cette proposition, la neko n'aimait pas beaucoup quitter l’archipel céleste, mais Sya comprenait, elle, elle ne se plaignait pas de son statut d'esclave, mais elle savait que dans une grosse majorité des cas, les esclaves n'étaient pas aussi heureuse qu'elle. La vie grandissait en elle, même si ce ne sera qu'une nuit, elle savait que sa puissance magique sera absorbée pour accélérer les choses en elle, cela la rendra faible et fatiguée demain, si bien qu'elle passera l'essentiel de sa journée à dormir, mais cela valait le coup. Sya n'a porté la vie de façon classique que pour ses premiers bébés. Shinobu, Emika et Lussya ont grandi neuf mois en elle, cela avait été dur sur bien des points, mais ce fut la seule fois où elle avait donné naissance de façon classique.

« Tu... Tu vas p-pas m'a-m'abandonner, Maman ? »

Tremblant entre ses bras, elle gardait le visage contre elle, craignant que ce cadeau ne soit finalement empoisonné et qu'elle ait tout brisée juste en voulant faire plaisir à sa mère... Si c'était le cas, ça aurait été de bien tristes vacances...


Répondre
Tags : novac cross-over