Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Orphée aux Enfers.

Nos partenaires :

Planete Sonic
Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya
Inscrivez-vous

Law

E.S.P.er

Orphée aux Enfers.

mercredi 17 novembre 2010, 23:08:51

[Pour ne pas changer, j'entame avec une jolie mouzik. Vous ne connaissez pas ? Mais si ! Tout le monde connaît.
http://www.deezer.com/listen-3165461
En particulier le passage final, à partir de 03:13. Allez, on écoute, c'est très à-propos ! :D]



Il est des légendes qu'on ne peut défaire. Des qualificatifs ancrés à jamais dans l'esprit commun, et qui ne sauraient changer du jour au lendemain. Arthur incarnera à jamais l'amour pur, le chevaleresque. Les Russes resteront des buveurs de Vodka. La lame de Samurai sera toujours un outil de combat noble, et les Samurai seront eux-mêmes considérés comme de grands guerriers, appréhendant la mort avec une philosophie qui leur est propre. Hephaïstos sera à jamais un cocu, et Dagobert aura, jusqu'à la fin des temps, sa culotte à l'envers.

En l'occurence, Law est du genre à aimer les réputations. Les bonnes, évidemment. D'ailleurs, son talent de joueur commence à se répandre dans tout Nexus. On entend partout parler de cet imbattable joueur de cartes, de dés, amateurs de jolies filles, et de gros paris d'argent. Il n'aurait jamais perdu. "Jamais ? J'ai entendu dire qu'il avait.." "Non. N'évoque pas cette partie. Le Lieutenant qui la disputait en est mort.". Vous voyez un peu le gus ?

Son établissement de jeu aussi commençait à se faire connaître. C'était agréable, comme établissement. On s'y amusait bien, et si on persévérait, on gagnait toujours. Le patron, un espèce de Dandy aux manières parfois rustres, était souvent aperçu à déambuler entre ses tables de jeu. Il offrait aux gros joueurs une chambre, avec une fille dedans, pour les consoler de leurs trop grosses pertes. Les prémices des casinos modernes. A la différence près qu'ici, tous pouvaient s'y retrouver. Du gros bourgeois avec des bourses pleines à vider, jusqu'au misérable vagabond voleur avec ses deux pièces d'argent qui tente de faire fortune, et repart souvent la queue entre les jambes, nul n'était refusé à l'entrée.

Malgré tout cela, c'était infiniment luxueux. Avec ses lustres bardés de flammes, ses tapisseries, ses moulures et gravures sur le bois impeccablement décoré, aux murs, les quelques peintures raffinées qui ornaient agréablement l'univers de débauche.. et quelques filles en tenue légère, élégante, mais provoquante, mesmérisant les très-friqués pour leur soutirer encore plus d'argent, dans le seul but de remplir les fouilles de leur Big Boss, pourtant déjà assez nanti comme ça.

Ce même grand patron, sur une mezzanine au premier étage, appuyé sur une rembarde, entouré de son larbin Isaac et d'un mastoc garde du corps, toise avec envie tout l'argent brassé dans son imposante maison de jeu, et salue amicalement - hypocritement, plutôt - les quelques clients qui lui adresse un sourire, ou un signe de la main.

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Cathleen Bakaar

Humain(e)

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 1 jeudi 18 novembre 2010, 00:50:46

La révolution grondait dans les rues de Nexus. Partout, les rumeurs enflaient, et quelques éclats avaient bel et bien eu lieu. Depuis quelques jours, celle qui se faisait appeler Dana O'Hara n'était plus poursuivie avec autant d'assiduité. De son vrai nom Cathleen Bakaar, elle était plutôt connue, elle aussi, pour être une prestidigitatrice hors pair, et extrêmement demandée, fut une époque, avant qu'elle ne disparaisse mystérieusement... Personne ne s'en était vraiment étonné, à vrai dire, car la rouquine était quelqu'un de très discrète, renfermée sur elle même, sauf quand elle était sur scène : là, elle brillait dans son art, par son sourire, et l'amour de ce qu'elle faisait.

Aujourd'hui, elle avait décidé de prendre un semblant de repos. Elle n'avait eu personne à ses trousses ces deux dernières décades ; elle qui était trop peureuse à l'idée de pouvoir contribuer à la révolution, y trouvait finalement un avantage... C'est donc dans un cadre familier qu'elle décida de prendre une soirée tranquille... Sa besace de cuir, abimée par la course folle de sa propriétaire, pendait pourtant fidèlement à son côté, avec toutes ses possessions. Cathleen ne venait pas pour la fortune - elle transportait bien encore un demi millier de pièces d'or sur elle ! - mais seulement pour le jeu. Et où se cacher au mieux que dans un endroit hyper connu, à la vue de tous ? Car l'irlandaise ne pouvait s'empêcher de continuer à penser ainsi : fuir, se cacher... Et cela risquait de lui coller à la peau un long moment encore !

Il y avait un monde fou dans ce casino, et Cathleen en éprouva d'abord un certain malaise, comme à chaque fois, avant de finalement se laisser entrainer dans les allées, jusqu'aux tables de jeu. Bien entendu, elle se laissa tentée par les tables de jeux de cartes, et s'arrêta au poker. Cathleen rejeta ses cheveux teints en noir par dessus ses épaules, et s'assit, le dos droit, à une place libre. Elle croisa les mains devant elle, sur la table, et attendit que le tour en cour se finisse. Elle demanda l'échange d'une cinquantaine de pièces d'or en jetons, et commença à jouer. D'abord par plaisir, avec une sacrée dose de hasard, mais au fil des parties, elle retint l'ordre des cartes, sans même chercher à les compter... Le plaisir du jeu diminuait, mais cela lui permettait de discerner les tics des autres joueurs, quand ils bluffaient ou non. Bien malgré elle, Cathleen commença à gagner les parties, même quand elle souhaitait les perdre exprès. Seulement, si Cathleen avait cette étrange faculté de savoir bluffer comme une déesse, elle était mauvaise pour mentir quand ça ne concernait pas le jeu lui même. Aussi, elle pouvait parfaitement faire avaler à ses adversaires qu'elle avait un carré d'as, autant elle était incapable de mentir sur des choses aussi futiles que son âge ou son nom... Aussi, quand l'un des joueurs commença à s'énerver sur ses trop nombreuses victoires et lui demanda si elle trichait, la peureuse reprit le dessus, et le "Mais non !" pathétique qu'elle lança ne sonnait pas comme une vérité absolue...

Elle n'y pouvait rien, quand même, si elle avait une trop bonne mémoire !!

Le mauvais perdant leva un poing vers l'irlandaise, qui en tomba de son siège en criant. Tous ces mois n'avaient finalement pas réussi à endurcir la jeune fille. C'est le troisième joueur qui arrête l'homme dans son geste, et invite la jeune femme à changer de table... Sage conseil que voilà ! Cathleen ramassa ses jetons, son sac, et se laissa à nouveau entraînée par la foule... Mais pour aller où, cette fois ? Après une hésitation, elle se posa à une nouvelle table de poker. Le seul jeu qu'elle aimait réellement. Cette fois, elle ferait seulement attention à s'arrêter après un tour du jeu complet...

Law

E.S.P.er

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 2 jeudi 18 novembre 2010, 12:47:11

Mademoiselle ?

Quelques secondes plus tôt, le zélé et fidèle laquais, aux ordres de la main de fer qu'était Law, lui avait averti de la situation de la rouquine. Il l'avait observée avec attention, avant de descendre de l'étage où il trônait pour se rétrograder d'un escalier, descendant parmi le bas-peuple, la vermine grouillante et puante qui pullulait dans son établissement, se mêlant à la foule, qui aura tôt fait de s'écarter comme la mer devant Moïse sur son passage, non pas par envie, mais poussés par le garde râblé qui agira comme d'une lame, séparant en deux groupes distincts les vermisseaux qui, aussitôt le Maître des Lieux éloignés, se mêlaient de nouveau, pénible mixtion d'individus qui ne sont, après tout, que des consommateurs abrutis par le Jeu.

Le voilà désormais planté derrière elle, et il l'interpellait. Quand elle se sera retournée, il lui aura prit la main pour l'embrasser, ses lèvres effleurant à peine les doigts. Isaac aura prit soin de libérer la chaise à ses côtés, en demandant le plus poliement possible à son occupant d'aller voir ailleurs si les pâquerettes avaient meilleur goût. Law profitait du siège débarassé pour prendre place.


Tyler Raine. Je suis le propriétaire de ses lieux.


Evidemment, l'homme était des plus propres sur lui. Portant une sorte de costume de style victorien, blanc et noir, avec des fioritures compliqués, et certainement inutiles. Il gratifiait la joueuse d'un sourire qui se veut charmeur, et baisse son attention sur les cartes abandonnées sur la table devant lui.

Y a-t-il un problème ?

Evidemment, la question était plutôt "Voulez-vous bien me dire ce que vous venez faire précisément ici ?" que "Est-ce que mes employés vous importunent ?". Néanmoins, il reste courtois, poli, bien mit, comme un gentil garçon, un commerçant qui ne veut pas que ses enchérisseurs se fassent la malle.

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Cathleen Bakaar

Humain(e)

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 3 jeudi 18 novembre 2010, 18:35:43

cathleen était davantage concentrée sur le nombre de tours de jeu qui lui restaient avant de partir, que sur les cartes elles-mêmes. Elle évite les trops bonnes combinaisons pour qu'on l'accuse de tricher une nouvelle fois. Il ne manquerait plus qu'elle se fasse mettre dehors le seul soir de répit qu'elle s'accordait ! Plus que six tours, avant que le jeu n'ait fait un tour complet depuis qu'elle était là. Son regard émeraude se lève régulièrement sur la foule, tant elle craignait que le mauvais perdant de tout à l'heure ne revienne l'importuner : elle aurait partagé de bon coeur sa fortune, s'il ne l'avait pas ainsi menacée ! C'est pourtant quelqu'un qui était tout sauf hostile qui la fit sursauter. Elle sentit une présence dans son dos, qui l'interpela avec une douceur qui la surprit. Cathleen se retourna, et il saisit sa main, agissant avec une galanterie qui n'était pas du tout coutumière pour l'irlandaise en cavale. Mal à l'aise, elle garda une attitude entre l'animal craintif pris au piège et la prestance d'une noble hautaine et froide. Curieux mélange, mais que Cathleen maitrisait de mieux en mieux, au fil des mois où elle n'avait jamais su sur quel pied danser avec les gens qu'elle croisait.

Le dénommé Tyler s'installa à côté d'elle, et la rouquine vit du coin de l'oeil les gros bras autour de lui... Elle paniqua un brin : devait-elle voir là un mauvais signe ? Allait-elle se faire virer, ou remettre aux autorités qui la recherchaient ? Le coeur battant, elle vit Tyler l'observer... Elle fut soudain gênée par le costume qu'elle portait, loin de l'élégance de celui de son hôte. Il fallait dire que ses rares habits avaient eu la vie dure, et qu'elle en avait rarement racheté - ou eu occasion de faire les magasins, sans doute... Cathleen croisa les doigts à nouveau, sans aucune nervosité, gardant un calme olympien. Elle sourit même à la question, avant de continuer sa partie, suivant la mise d'un autre joueur. Son regard revint sur le tenancier de la maison de jeu, et Cathleen fit l'effort d'un sourire, avant de secouer la tête négativement :

- Aucun problème, Messire. Tout se passe bien, du moins, oserai-je l'espérer. J'avoue que votre présence m'interpelle quelque peu... Je vous retourne donc la question : y'a-t-il un soucis pour que vous honoriez cette table de votre présence ?

La tension de la jeune femme était palpable ; elle savait vaguement utiliser sa magie pour allumer la lumière, ou dupliquer des objets... Pouvait-elle l'utiliser pour s'enfuir ? Cathleen ignorait si c'était une bonne idée...

Law

E.S.P.er

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 4 jeudi 18 novembre 2010, 18:59:01

Ainsi donc elle jouait la carte de l'élégance. Elle le flattait, un peu, se montrait courtoise, beaucoup. Son attitude ne sent pas la simple peur. Il y a quelque chose de plus profond. Ce n'est pas une simple joueuse attrapée en train de tricher. Law connaît trop bien ce genre de type pour la ranger aveuglément dans cette catégorie.

Un souci ? Si vous me dites qu'il n'y en a pas, alors.. Il n'y en a pas. Disons que je suis entouré d'incapables qui, comme d'habitude, m'ont raconté des conneries.

Une torpeur s'était lentement installée dans l'établissement, au fil des secondes qui s'écoulaient. Si Law descendait ainsi, peut-être allait-il y avoir de l'action ? Les espoirs de la foule retombaient bien vite lorsque le patron fit signe à son garde de s'éloigner, celui-ci faisant des grands gestes, en gromellant tout haut que les jeux devaient poursuivre leur cour sans se soucier des affaires du Boss. Isaac, derrière, prenait frénétiquement des notes sur un carnet, avec le calme d'un pape, et la concentration d'un archer

Vous êtes bonne joueuse, non ? C'est ce que mes.. bons à rien d'employés m'ont dit, en tout cas. Peut-être serait-il possible d'envisager une partie tout les deux ? Je me défends plutôt bien. Et je serais prêt à offrir tout plein de choses intéressantes. De l'argent, certes, mais pas que.

Le type en face d'eux, officiant comme croupier, sent qu'il doit s'affairer à reprendre du service instamment, et reprend toutes les cartes autour de la table pour les remettre en un paquet, un peu tremblant, appréciant sûrement peu que ce soit son supérieur lui-même devant qui il devra animer la partie.

Je peux vous offrir des choses fabuleuses mais, l'encombrant dans tout ça, c'est que.. je ne sais pas ce que vous pourriez me proposer d'intéressant.


Maintenant qu'il s'est prit au défi, le nommé Tyler ne la laissera pas partir. Qu'elle essaie seulement de se défiler, de s'échapper, de dire que ça ne l'intéressait pas.. Elle le regretterait sûrement. Il refuse le "non", sans aucune concession. Le croupier veut distribuer les cartes ; Law l'arrête. Il veut sa réponse d'abord. Elle a sûrement une mise intéressante. Il s'attend à ce qu'elle sorte de sa poche quelque chose d'inattendu, une babiole avec une valeur sentimentale immense, ou un anneau magique, n'importe quoi qui puisse rendre cette partie agréable, plus attrayante que le simple brassage d'argent habituel dans ce genre de lieu.

Il sourit. En général, son sourire ne veut rien dire, puisqu'il est forcé, "commercial". Mais là, non. Son rictus est véritable, authentique. Il ressent déjà le frisson du jeu.

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Cathleen Bakaar

Humain(e)

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 5 jeudi 18 novembre 2010, 22:22:24

Bien, au moins Cathleen était soulagée : cette histoire de tricherie éhontée n'était visiblement pas arrivée aux oreilles du patron. Son sourire s'en ressentit, d'ailleurs, car il se fit moins crispé, ses doigts sont moins blancs aux jointures. L'irlandaise tente de se détendre... Ce qui n'est pas une partie aisée à gagner, quand on est en cavale depuis plusieurs mois, toujours sur le qui vive... Il propose une partie, juste eux deux, où il aurait beaucoup à lui offrir... C'est étrange comme cela sonne comme une sentence de mort. Cathleen a la furieuse impression d'être à nouveau prise au piège, finalement, et qu'une réponse négative, une tentative de fuite, se soldera par la fermeture du piège sur sa frêle personne.

- Une bonne joueuse ? Je l'admets, en toute modestie. Mais je ne suis pas ici pour l'argent, Messire Raine, ou quoi que ce soit que vous pourriez qualifier "d'intéressant" - sans vouloir vous offenser de quelque manière. Je ne suis ici que pour passer du bon temps, et me détendre avec quelques parties de cartes. Cela, et rien de plus.

Le croupier ramassa toutes les cartes, et rendit les mises à chaque joueurs. Bientôt, ils ne furent plus que tous les deux, Law et Cathleen, à cette table. La jeune femme trouvait cela un brin gênant, de se retrouver ainsi en tête à tête avec le gérant : cela avait la fâcheuse tendance à attirer les regards vers eux et... La paranoïa de Cathleen la traquée était loin d'être endormie... Histoire d'essayer de se détendre un peu, et de ne pas donner une occasion en or à son futur adversaire de jeu de la mettre dehors, Cathleen fit signe à un serveur et demanda du cidre. Elle sursauta lorsque Law reprit la parole, ne s'y attendant pas tout à fait, pensant que le jeu commencerait tout de suite... Ce qu'elle pouvait lui apporter ? Elle eut une légère grimace, où son nez se fronça, mais qu'elle transforma rapidement en sourire.

- Ne pas dévoiler tout de suite toutes ses cartes. Jouons, nous en reparlerons après, si vous le voulez bien.

Là. Les projecteurs sont braqués sur elle, et Cathleen se détend comme lorsqu'elle doit entrer en scène. Le croupier mélange le jeu de cartes, et rien qu'en le regardant faire, Cathleen sait dans quel ordre elles arriveront. Juste à cause de ses parties précédentes, et les seuls ponts noirs sont les cartes qu'elle n'a pas pu voir lors des quatre derniers tours de jeu. Cela rajoute une petite part de mystère, qui donne un frisson à Cathleen le long de l'échine. On lui donne son verre de cidre, le lève vers Law :

- J'espère trouver en vous un adversaire redoutable, Messire Raine.

Law

E.S.P.er

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 6 vendredi 19 novembre 2010, 12:22:41

"Eau", eut-il murmuré à son larbin au moment de la commande de sa prochaine adversaire. Ainsi donc, elle acceptait ? La partie s'annonce déjà bien trop facile. Elle ne sait sans doute pas que lui aussi a quelques talents cachés. Être un joueur invétéré vous entraîne à repousser certaines limites du jeu. Il pouvait ainsi se vanter de simuler avec plus ou moins d'exactitude les probabilités de mains, et ainsi, de gains ou de pertes, ce que tout cerveau un tant soit peu habitué peut exécuter sans trop de peine. Mais tout frais arrivé, ainsi, aucune possibilité de calculs ne s'offrait à lui. Il va devoir recourir à une autre technique. Encore moins orthodoxe.

Appelez-moi Tyler.

Elle avait raison de sentir les projecteurs sur elle. Pour Law, le monde est sa scène. Se donner en spectacle c'est son dada, et si elle en souffrait, peu importe : Ce qui lui importait c'est de se montrer, et surtout de montrer sa victoire. Il écrasera de nouveau une courageuse aujourd'hui, et ce devant ces dizaines de spectateurs. Il en frémit, il en bout même. Il en tremblerait presque, si il ne devait pas se montrer exemplaire. Après quelques secondes d'attente, où les doigts de sa main gauche frappaient successivement la table dans une très lente cadence, un verre plein lui était apporté. Il pouvait enfin profiter de l'opportunité de lui rendre le salut de son breuvage, en avalera une gorgée, et le posera à ses côtés. Ses doigts reprennent leurs battements. Il avise le croupier, sèchement.

Distribuez.

Celui-ci s'exécute sans broncher, 5 cartes à chacun.

Je n'aime pas jouer selon des règles communes et établies. Peut-être voudriez-vous jouer selon vos règles ? Je ne vous demande pas de vous plier aux miennes.. Vous y laisseriez quelques plumes, je pense.

Il y a fort à parier qu'elle commence à comprendre à quel genre de joueur elle doit s'attendre. Law pose sa main sur son jeu, dont il n'a même pas vérifié la teneur, et recommence son tapotement régulier par-dessus, fixant avec insistance celle qu'il affronte.

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Cathleen Bakaar

Humain(e)

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 7 vendredi 19 novembre 2010, 15:37:36

Elle inclina la tête et leva son verre une seconde fois.

- Et bien, Tyler, vous pouvez m'appeler Cathleen.

Les présentations étaient faites. Et l'irlandaise n'avait même pas pensé à mentir sur son nom ! Pourtant, elle n'en éprouva pas le malaise habituel ; peut-être le fait d'être dans un endroit où elle se sentait comme un poisson dans l'eau... Elle but une seconde gorgée de cidre, et la fraicheur de sa boisson lui fit un bien fou. Tyler se trompait lourdement s'il pensait entamer la patience de la jeune femme en tambourinant la table comme il le faisait. Aussi loin qu'elle s'en souvienne, personne n'avait réussi à lui faire perdre patience ou à l'énerver. Cela aurait pu être un défi intéressant pour le tenancier s'il l'avait su...

Le croupier distribue les cinq cartes, et Tyler ne les regarde pas ; Cathleen non plus, elle sait quelles cartes elle possède - et celles de son adversaire, à une inconnue près... Cathleen pencha la tête sur le côté, intriguée.

- Et bien, j'ai joué à de nombreuses variantes des règles de base du poker... Expliquez moi les votres. Je dois être aussi joueuse que vous, vous savez. Et...

Cathleen s'autorisa un sourire, et son regard pétillait de malice...

- ... Je ne suis pas faite de plumes. Je n'ai donc pas grand chose à perdre.

Elle avait appris l'humour ces dernières décades, quelque chose qui lui avait terriblement manqué en des situations où ça aurait pu lui sauver la mise... Cathleen était assez fière de sa répartie. Ses yeux d'un vert éclatant ne quittent pas Tyler.

- Et j'avoue être curieuse. Les... bons joueurs sont rares. Une carte.

Elle semble enlever de son jeu une carte au hasard, lance négligemment quelques jetons au centre de la table, et le croupier lui en donne une nouvelle. Suite à l'as. L'expression de son visage ne change pas, et elle sait qu'au mieux, Tyler peut avoir un full aux dames. Le jeu a été mélangé de manière à ce que de nombreuses combinaisons de ce genre sortent pour les trois prochains tours. Reste juste à savoir comment le gérant, cet adversaire remarquable, ne souhaite jouer.

- Parlez moi de ces règles spéciales. Elles m'intéressent si elles ne reprennent pas le principe du strip poker ou qu'elles m'envoient dans votre lit. Je suis curieuse, vraiment. Et j'espère que vous allez réussir à me surprendre.

Law

E.S.P.er

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 8 vendredi 19 novembre 2010, 22:30:20

Honoré, Cathleen.

Lui a eu besoin de mentir sur son nom, mais peu importe : Ce n'est actuellement qu'une futilité. En privé, peut-être lui avouera-t-il la vérité. Il fera tomber le mystère, et lui montrera qu'il a confiance en elle, et elle sera tellement charmée qu'elle tombera à ses pieds. Hm, non, il s'emporte. Avalant une gorgée d'eau, il sourit de nouveau. C'est elle qui lui donne ce genre d'idée, là. Elle abandonne une carte pour en obtenir une autre. Y a-t-elle gagné au change ? Sans aucun doute. Isaac ne ment jamais, il a sûrement dit vrai quand il disait qu'elle manipulait les cartes. Donc, peu importe. Elle pense mener le jeu, il lui montrera qui a le contrôle ici. Law est le Maître, la laisse est toujours en sa possession, avec laquelle sa poigne de fer bride toutes les pensées libertaires, rebelles, ceux qui pensent pouvoir prendre l'ascendant sur lui. Il tapotait. Toujours. Le larbin au nom hébreu disparu quelques secondes, revenant avec une boîte ouvragée en bois, de la taille d'un coffret de Domino. Allait-il changer soudainement de jeu ? Pas du tout. L'ouvrant, le serviteur découvrit au grand jour un impeccable alignement des jetons à la valeur la plus haute du casino.

Votre corps nu devra attendre encore un peu pour se presser contre le mien. C'est après le jeu seulement. Ne soyez donc pas si pressée du contact de ma chair.

Malicieux, il s'accordait un nouveau sourire. Se saisissant d'une dizaine d'entre eux, il les compte, et en repose un.

10. Nous jouerons avec 10 jetons chacun pour toute la partie. Compris ?

Donc, peut-être devra-t-elle reconsidérer la mise qu'elle venait de poser.

Vos jetons valent, disons, 10. Ca veut dire que sur la partie, vous pourrez perdre, au maximum, 100 pièces. Moi, mes jetons valent 10 000. En somme, si vous gagnez la partie, c'est 100 000 pièces qui vont dans votre poche.

Attrayant, non ?

Le gagnant obtient le contrôle physique total de l'autre pendant 12 heures. Si vous gagnez, vous remportez les 100 000, plus tout mes subordonnées, c'est à dire mon Adjoint qui sait tout faire, ainsi que mes gardes du corps, et le reste de mon personnel servant. Vous aurez accès à tout mon bar à volonté et pourrez m'utiliser pour aller faire vos courses, me battre à votre place, aller casser les os de votre ancien amant qui vous a trompé. 12 heures. Mais si c'est moi qui gagne.. Je ferais ce que je veux de vous. Disons, pour vous rassurer, que je ne vous toucherais pas sexuellement, sauf si c'est votre volonté, mais je crois constater que ce n'est pas le cas. Vous acceptez ?

De toute façon, elle est lancée maintenant. Le défi lui paraîssait terriblement excitant. Quitte ou double. La jouissance d'un petit empire commercial ou la Honte suprême. Les regards étaient tous braqués sur elle, ils attendaient sa réponse.  Quant à Law, il posait autant de jetons qu'elle en a posé plus tôt (Disons 3, si ça te va ?), ce qui porte le nombre de ses jetons à 7. Le croupier attend, Law fait un geste négatif de la main.

Servi.

Il n'avait toujours pas regardé son jeu, et pourtant, n'y changeait rien. Il faisait exprès de perdre ?

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Cathleen Bakaar

Humain(e)

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 9 samedi 20 novembre 2010, 15:52:04

Cathleen Bakaar la magicienne n'était pas de ce genre de femme que l'on attirait avec de l'argent et des promesses en l'air. L'irlandaise était plutôt terre à terre, et se contentait des petites choses de la vie. Quand elle disait ne venir que pour s'amuser et se détendre, elle avait fait preuve là de cette habituelle naïveté si touchante et si agaçante en même temps, qui était pourtant sa véritable nature. D'ailleurs, quand Tyler reçut sa boîte de jetons et lui lança cette phrase malicieuse, Cathleen ne put s'empêcher de piquer un fard de tous les diables : il était si facile de la gêner à ce niveau là... Pourtant, malgré le rouge qui continue à colorer son visage adorable, la rouquine reprend un semblant de sérieux. Dix jetons, alors qu'elle vient d"'en lancer trois. Et bien ! Tant pis, ce qui est fait est fait. Elle garde donc sept jetons et met les autres qu'elle possède de côté. Et si elle n'est toujours pas intéressée par la richesse, il fallait avouer quil y avait de quoi être impressionnée par la somme que cet homme était prêt à perdre "juste pour pimenter la partie".. Sans parler de l'enjeu ! Cathleen en eut la chair de poule, et son regard se posa tout autour d'elle : tout ça, tout ce petit monde, à ses pieds durant douze heures.

Cela terrifia Cathleen. Purement et simplement.

Et tous les regards braqués sur elle, avides, impatients, malsains, achevèrent de refermer le piège sur la fragile petite proie qu'elle était. Du feu courait dans ses veines alors qu'elle avait l'impression d'être congelée sur son siège. Et en dépit de l'absence totale de fierté chez elle, Cathleen finit pourtant par hocher la tête, d'un geste trop sec, trop rapide... Et qui trahissait la pression qu'elle venait d'accepter sur ses épaules. Elle est sur le devant d'une scène sur laquelle est montée un échafaud, et la guillotine n'attend plus que son cou. Cathleen frissonne et pose d'ailleurs la main sur sa nuque, essayant de masquer son geste en renvoyant ses cheveux en arrière.

La joueuse en elle - la magicienne, Zatanna ! - reprit le contrôle de la situation.Un sourire finit par étirer ses lèvres pulpeuses, même si son regard émeraude reste terne.Cathleen annonce, en retournant ses cartes en dominos, sa suite. Son sourire ne change pas sur sa bouche, car elle sait que la suite va être plus ardue. Deux ou trois tours de bonnes combinaisons et... Plus rien. Ce sera à celui qui bluffera le mieux. L'enjeu est trop important pour que Cathleen ne perde. Tyler aura réussi à lui mettre la pression au jeu : homme admirable ! Les longs doigts fins de la jeune femme tremblent un peu, alors que le croupier distribue une nouvelle main... Qu'elle va regarder, cette fois, avec un sourire tendre. Une Dame, et un Carré de deux. Le Deux de Carreaux était sa carte fétiche, et la voir à un curieux effet apaisant sur l'irlandaise, même s'il est le symbole des deux frères protecteurs qu'elle a perdu ; l'un est mort, l'autre... Elle ne sait pas, et prie pour qu'il soit encore en vie et en sécurité quelque part. Elle repose son jeu, boit une gorgée de cidre et se concentre à nouveau sur Tyler.

- Mille excuses, je ne devais peut-être pas regarder mon jeu ?

Elle lança deux jetons sur le milieu de la table.Avec les sept gagnés au tour précédent, il lui en restait à présent douze. Elle devait pourtant l'inciter à en gaspiller quelques uns, juste pour espérer survivre pendant les donnes qui seront mauvaises...

- Servie.

Law

E.S.P.er

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 10 dimanche 21 novembre 2010, 11:54:32

Le prétendu Gentleman (Du moins, quand il est de bonne humeur) la vit accepter le défi avec plaisir. La partie allait prendre cette tournure intéressante, inédite, celle qui asservirait sans aucun doute cette présomptueuse qui pense réellement pouvoir gagner. Elle n'a donc rien compris. Mais Law se chargera de lui apprendre ! Il vide une bonne moitié de son verre. Il est important qu'il soit concentré pour la suite. Il n'a que faire de son état d'esprit, à elle : il est bien trop concentré sur les milles tortures qu'il pourra lui faire subir. C'est maintenant la hâte qui le gagne, tisse une épaisse toile dans ses pensées. Oui, il a hâte de punir l'affront.

Elle abat ses cartes. Il perd. Il semble terriblement contrit, le pauvre riche, pinçant ses lèvres dans une moue désolée, qu'il s'impose à lui-même. Est-ce que quelqu'un est vraiment dupe de ce manège ? Il fait le mauvais acteur, exprès. Un tragédien grec ne l'égalerait même pas dans cet art de forcer jusqu'à la caricature ses sentiments et émotions. Il aime surjouer. L'ironie.. Le sarcasme.. La moquerie. Oui, voilà, en quelques sortes, il se gausse d'elle, qui croit prendre une longueur d'avance. L'étau se referme. Une nouvelle main est distribuée, et il l'accueil sans broncher. Réunissant ses cartes sous sa main, il tapote encore dessus.


Hm. À ce rythme-là, je vais bientôt me retrouver sous vos ordres. Vous en frémissez, vous aussi ? Vous êtes en train de penser à tout les outrages que vous pourriez me faire subir. Me violer, entre autre. Ne soyez pas trop impatiente, les gens vont s'apercevoir de quelque chose, Cathleen. Oui, vous pouvez regarder votre jeu.

Mise ? Il monte. Il monte terriblement. D'ailleurs, il se retrouve sans rien : Il vient de jeter ses six jetons dans le tas. Avisant avec un sourire sa partenaire de jeu, il finira par la questionner.

On suit ou on se couche ?

Et évidemment, poussée par son mental, qui lui dicte une attitude sûre d'elle, sûre de gagner, sûre qu'il n'a pas les cartes nécessaires pour la battre, elle suit, rajoutant les quatre jetons qu'il manquait à sa mise pour égaler celle du Dandy. Le croupier semblait contrarié de la liberté que prenait son patron dans le jeu, celui-ci le rassurera aussitôt.

Servi aussi.

Il lui laisse l'honneur d'abattre ses cartes. Un carré. Honorable, plus qu'honorable. Au tour de Law.
Quinte Flush.
Equation impossible selon les savants calculs de Cathleen, qui lui donnaient une main bien moins chanceuse que cela. Même dans les "parts d'ombre", il n'était laissé nulle possibilité à une telle abherration. La seule solution ? Il trichait. Le croupier n'était sûrement pas au courant, vu la mine abattue qu'il affiche. Le pauvre, il aurait dû rester chez lui ce matin. Il a plus de pression sur ses épaules que Cathleen et Law réuni. Ce dernier élèvera la voix.


Ma pauvre dame. Chance semble de mon côté ce soir.
Et, empochant ses 12 jetons, il ajoutera :
A moins que ce ne soit pas de la chance. Mais cela, c'est impossible à prouver. A moins de compter les cartes, ce qui est strictement interdit dans les établissements de jeu, et en particulier dans le mien. Pourquoi en particulier ? Parce que de tout les dirigeants de maison de jeu, je suis le moins tendre. Je me demande ce que pourrais dire la justice si j'annonçais avoir gardé en captivité un tricheur. Oh, elle ne dira sûrement rien. Surtout avec un petit peu d'argent passé sous le manteau. Non, le pire pour ce "tricheur" en question, ce serait que ce ne soit pas un citoyen aussi "normal" que les autres. Et que donc, personne ne s'aperçoivent de sa disparition.. Et que les autorités ne veuillent même pas se charger de la rechercher, parce qu'après tout, des gens qui disparaissent, ça arrive. Alors on ne saurait plus rien de ce tricheur, et croupirait dans mes geôles pendant plusieurs jours, voir semaines. Et si ce tricheur était une jolie jeune femme avec un minois à faire fondre le plus endurci des prêtres, de magnifiques cheveux atypiques dans la région, et une attitude qui chatouille ma curiosité.. Là, là.. Qui sait ce que pourrait lui arriver.

Pause. Il jauge l'effet produit chez l'adversaire. Il se détend soudain, s'étirant, torse bombés, bras en l'air, avec une expression de plénitude ancrée sur le visage.


Heureusement que personne ne compte les cartes ici. Et donc, personne ne peut dire si les probabilités étaient réellement de mon côté ou non, n'est-ce pas ?

Elle était dos au mur. Pire, dans une fosse, trou humide, sombre et étroit où le Boss se complaisait à verser du ciment liquide pour figer sa partenaire dans sa culpabilité, à jamais. Soit elle admettait son "talent" interdit, et il mettait à exécution ses menaces, où il pourrait la séquestrer à loisirs le temps qu'il voudra. Soit elle continuait la partie, affrontant un manipulateur de cartes on-ne-peut-plus doué, et ainsi être quasiment sûre de perdre, sauf erreur de sa part - ce qui reste aussi peu probable que ses chances d'avoir la quinte flush qu'il venait d'aligner, c'est à dire, impossible -, et espérer qu'il ne soit pas trop méchant sur les 12 prochaines heures, avec cet "interdit sexuel" dont il s'est lui-même frappé. Il rend ses cartes au croupier.

Nouveau paquet. Vous mélangez bien. Et vous distribuez.


Une nouvelle fois, l'exécutant obéit, avec tout le calme que sa fonction exige. Il ne reste que 8 jetons à l'Irlandaise, 12 à Law. Celui-ci en jette 3. Il va la tuer, en trois tours.

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Cathleen Bakaar

Humain(e)

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 11 dimanche 21 novembre 2010, 21:21:00

Si Cathleen ne se sent déjà pas en confiance à cause de cet enjeu si important, le cirque que lui offre Tyler augmenta d'un cran la tension qu'elle ressentait. Quelque chose clochait, mais quoi ? L'irlandaise caressa du pouce le deux de carreau toujours face caché, essayant de trouver en sa carte fétiche un réconfort qui ne viendra jamais.

"Hm. À ce rythme-là, je vais bientôt me retrouver sous vos ordres. Vous en frémissez, vous aussi ? Vous êtes en train de penser à tout les outrages que vous pourriez me faire subir. Me violer, entre autre. Ne soyez pas trop impatiente, les gens vont s'apercevoir de quelque chose, Cathleen. Oui, vous pouvez regarder votre jeu."

Cathleen rougit violemment, une fois de plus - c'est toujours le cas quand on lui parle de sexe, de toute façon... Puis la gêne remplace le malaise qui ne cesse de l'envahir. Ses mains tremblent, malgré tous les efforts qu'elle fournit pour que cela passe inaperçu... Effort terriblement vain, hélas pour elle. Elle retourne son carré de deux dont elle est si fière, mais qui n'arrive même pas, finalement, à calmer cette terreur qui sourde au creux de son estomac.

Quinte flush.

Cathleen ne fait rien pour cacher sa surprise, d'un simple sourcil qui s'arque. Ses yeux, eux, trahissent totalement la peur panique qui maintenant, a complètement pris possession d'elle. Le lapin pris au piège, et qui le sait ; pire : elle sait que quoi qu'elle fasse, elle est fichue. Avant même que Tyler Raine ne lui fasse son petit discours : si elle l'accuse de tricherie, elle devra admettre avoir une mémoire inhumaine ; si elle refuse de finir la partie, Dieu seul sait ce qu'il adviendra d'elle.


Une pointe d'admiration vient pourtant teinter ses yeux émeraudes un bref instant : elle n'a strictement rien vu. Ni quand il a triché, ni comment il l'a fait. Admirablement terrifiant. Le discours qu'il lui sort, sur le sort peu enviable qu'il lui réserve si elle dit quoi que ce soit, finit de murer le piège dans lequel elle est déjà. Foutue. Complètement foutue. Pire : il sait qui elle est. Foutue teinture noire bon marché qui ne résiste pas à une petite averse ! Cathleen inspire profondément, et ferme les yeux en signe de résignation à mesure qu'elle expire tout aussi lentement. Elle a perdu, elle le sait, mais elle ne peut pas arrêter de jouer.

"Dieu me garde."

- Je suppose, oui...", commence-t-elle pathétiquement. "Compter les cartes... Il faut pouvoir rester extrêmement concentré pour y arriver, je pense..."

Ce qu'elle n'était absolument pas en cet instant. Même sa défense restait pitoyable et médiocre. Elle n'avait même pas l'énergie du désespoir pour l'aider. Cathleen voudrait disparaitre, mais elle n'y arriverait pas, hein ? Elle était trop terrifiée pour réussir le plus basique de ses tours de cartes... Alors fuir ? Cathleen eut l'impression qu'on rajoutait un autre mur épais de briques autour de la prison qui renfermait le piège dans lequel elle s'était jetée. Pire : elle ne pouvait même pas "dévoiler" ses cartes. Le croupier prit un nouveau paquet de cartes, et la jeune femme avait à présent la tête d'une condamnée. Elle n'avait pas regardé l'homme battre les cartes, mais avait une vague idée de ce qu'elle pouvait avoir. Son esprit s'embrumait doucement : à quoi bon ? Elle pourrait avoir une Quinte Flush Royale, ça ne changerait strictement rien. Elle jeta quatre jetons et se débarrassa de deux cartes - juste histoire de faire quelque chose, de s'occuper les mains... Dieu ! Elle aurait tellement voulu se recroqueviller sur elle-même et faire la chose qu'elle faisait le mieux : pleurer jusqu'à l'épuisement... Et vu comme Tyler avait entamé ses nerfs, nul doute que le sommeil serait venu rapidement.

Bizarrement, elle savait qu'elle n'arriverait pas à dormir ces douze prochaines heures... Voire plus. Foutue pour foutue, elle finit son verre de cidre d'un seul coup, et en commanda un autre. Cathleen n'a pas l'intention de s'enivrer, elle est bien trop sage et raisonnable pour cela. Ce qui se passe à cette table l'indiffère, finalement... Savoir que malgré tous ses efforts elle va perdre est aussi frustrant de savoir quelles sont les cartes qui vont sortir. Quittant des yeux son adversaire, elle regarde les autres tables. Elle voit une femme, voler quelques jetons ; un très mauvais tricheur à une table de poker plus loin ; et plein d'autres petites choses. Sans s'en rendre compte, le seul bruit qui parvient à ses oreilles, dans ce casino bondé et bruyant, est le martèlement des doigts de son adversaire. L'irlandaise finit par le regarder à nouveau. Les cartes ont été ramassées, il a empoché les jetons ; plus que 4 en possession de la jeune femme. Elle lance un regard à moitié désespéré à son adversaire, alors que de nouvelles cartes sont distribuées. Et si l'intention de Tyler était de l'achever en trois tours, Cathleen déclare forfait avant même qu'il ne soit en possession de son jeu :

- Tapis. Mes quatre derniers jetons sur cette partie. Je sens que la chance pourrait être de mon côté...

Manière élégante de déclarer forfait, n'est-ce pas ? Cathleen n'en pouvait tout simplement plus de toute cette pression sur ses frêles épaules. C'était bien trop pour elle. Elle était foutue, elle le savait, et elle voulait en finir au plus vite.

Law

E.S.P.er

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 12 dimanche 21 novembre 2010, 22:34:43

Ses poings se refermaient, il insuffle un courant d'air qui le gonfle dans son orgueil. Il la sent enfin. Entre ses mains, impuissantes. L'objet n'est jamais plus soumis que quand il est conscient de sa condition, et de son immuabilité. Law croit à la destinée, quand c'est lui qui la forge. Il n'a plus qu'à la cueillir, tendre la main pour la prendre, elle est mûre comme elle ne l'a jamais été. A-t-elle seulement déjà ressentie, comme ça, qu'elle n'avait plus aucun contrôle sur ce qui se déroulait sous ses yeux ? Pis, n'a-t-elle jamais donné son corps comme elle vient de le faire ? Non, sûrement, non. Il tenait la corde qui la suspendait au-dessus d'une vide mortel, mais cette même corde était solidement nouée autour de son cou.

C'était exquis. Prodigieux. Et, pour lui, sensuel, excitant. Ses pensées tournaient à une vitesse impressionnante dans son crâne. Lui non plus n'écoute plus ce qui l'entoure, le temps de savourer sa victoire. Si une personne ici était sensible aux ressentis internes des autres, elle aurait été secouée de décharge de bonheur.

Enfin, il se reprend quand une nouvelle main arrive enfin. Elle mise, il mise aussi. Exécution rapide, alors qu'elle n'est plus au jeu. Lui non plus, il est encore dans son extase spirituel. Il gagne, ayant exécuté de nouveau un petit coup de triche. Le bluff n'était même plus nécessaire, Law pouvant aligner les cartes qu'il veut. Une donne neuve est posée sur la table par le croupier. Cathleen mise tout ce qu'il lui reste.
"-Tapis. Mes quatre derniers jetons sur cette partie. Je sens que la chance pourrait être de mon côté..."
Cette annonce.. Et ce regard, qui, dans l'inconscient de Law, le traduit par une supplique, une imploration à sa bonté. Exquise prière résonnant comme un appel à la clémence du Seigneur.
Tout retombe.
Il n'a plus l'excitation, ni la sensation de pouvoir. Il éprouve de la compassion pour cette jolie fille qu'il a meurtri. Les plus observateurs auront pu déceler, dans son expression, une mine désolée, avant qu'il ne se reprenne avec un sourire désinvolte, méprisant.


Laissons tomber.

Il fera une jolie petite pile, très ordonnée, avec les 6 jetons de Cathleen en main, et la fait glisser sur la table pour lui rendre. Il fera de même avec ses propres jetons, ceux qui valent une fortune, sauf un qui reste dans sa main.Le tout finit juste devant l'irlandaise.


Tenez. C'est cadeau de la maison.

Son postérieur quitte son siège. Il fait volte-face, se retourne vers l'assemblée, son "public" du soir.

Mesdames et Messieurs, le spectacle est terminé. Cette demoiselle et moi-même allons finir dans des lieux plus privés. Mais ne vous inquiètez pas, elle en ressortira indemne !

Quelques petits rires (sans doute forcés) s'élèvent. Law s'avance, repère une jeune femme, assez jolie et élégante, et lui offre le jeton de 10 000 qu'il gardait avec lui. Il exécute un fin clin d'oeil, puis se retourne vers Cathleen.


Suivez-moi, s'il vous plaît.

La partie était donc définitivement interrompue, personne n'aura pu constater la défaite écrasante que s'apprêtait à asséner à sa belle adversaire. Le garde du corps s'occupe de faire s'écarter la foule pour laisser passer Law et sa captive, quand à Isaac, il se rapproche d'elle pour lui poser une main dans le dos, l'autre l'invitant poliment à suivre le Maître des lieux, qui file dans le fond de la salle pour monter un escalier. Son attitude n'a rien du gentil guide qui te montre le chemin : Il souhaite simplement être sûr qu'elle ne puisse pas s'enfuir. Elle est donc toujours bloquée, et obligée de se plier aux règles dictées. De plus, quelle disgrâcieuse manière de se conduire que de vouloir s'enfuir ainsi, à ce moment précis, alors que le Cruel a fait preuve de magnianimité envers l'oiseau qu'il tenait pourtant en cage ?

Isaac la conduisit ensuite par un petit couloir, et lui fit passer l'entrée d'une salle ouverte, refermant après elle la lourde porte de bois. Law y était.

Le décor avait de quoi l'achever. Une chambre.

Une chambre luxueuse, agréable, ce genre de chambre dont on pourrait se demander combien de temps il faudrait passer à une table de poker pour pouvoir s'en payer une nuit. Elle n'était pas spécialement grande, mais on y respirait une petite arôme de faste. Le prix avait dû y mettre mit, au vu des tapis, motifs exquis, lampes hors-de-prix, tapisseries fines.. Et évidemment, un matelas où pouvait se tasser, au moins, un couple avec leurs quatres gosses. Law était appuyé contre un mur. Il avait volontairement choisi une chambre pour garder une sorte de contrôle psychologique sur elle.


Asseyez-vous sur le lit.

Posté à côté de la porte, elle ne pouvait décemment plus s'échapper. D'autant plus qu'il n'avait plus l'air vindicatif, désormais.

Pourquoi ai-je fait ça ? Dites-le moi, Cathleen. Pourquoi vous ai-je sorti de là ?

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Cathleen Bakaar

Humain(e)

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 13 lundi 22 novembre 2010, 13:51:39

Laissons tomber.

La phrase chute comme un couperet dont le fil s'arrête juste au-dessus de la nuque de Cathleen. Si elle n'était pas aussi désemparée, l'irlandaise aurait pu penser : "Sauvée !" Seulement, elle sait que ce n'est pas le cas. Il lui rend ses jetons, et lui donne les siens, avec un "cadeau de la maison" qui finit de l'achever. Cathleen n'arrive pas à le regarder, honteuse de la situation dans laquelle elle s'est fourrée toute seule. Ce serait sans doute inutile de refuser la boîte de jetons ; elle ne le remercie pas non plus, d'ailleurs, se contentant de ranger le tout dans sa besace élimée. Elle le voit se lever, du coin de l'oeil, saluer son public, et l'irlandaise le regarde au moment où il l'invite à le suivre. Le coeur battant, elle sent une main dans son dos, tel un énorme boulet qui signe définivement la fin de tout espoir de fuite, si tant est qu'elle en avait encore un peu... Visage fermé, son champ de vision ne va pas plus loin que ce dos, devant elle, celui de son bourreau, qui finit pourtant par être plus rapide qu'elle ; "heureusement" qu'elle avait un guide.

Les jambes de Cathleen menacent de l'abandonner à chaque pas tant elle tremble et qu'elle sent ses forces l'abandonner peu à peu. Le couloir étroit à tout du couloir de la mort... Tête baissée, ses cheveux d'un roux foncé tombent autour d'elle comme un rideau qui la coupe du reste du monde, comme si cela suffirait à la réveiller de ce cauchemar. Une porte qui grince à peine est ouverte sur une pièce très éclairée. Elle aurait pu s'extasier sur le luxe de cette...

Chambre. Sans qu'elle ne puisse plus lutter, les yeux de Cathleen s'embrument de larmes qu'elle retient encore. La porte se ferme dans son dos, la laissant seule avec son tortionnaire. Comment appeler autrement l'homme qui lui demande de s'asseoir sur le lit ? Elle n'a pas le choix : elle a joué, elle a perdu, et l'enjeu n'a pas été annulé. Chaque pas qu'elle fait lui semble une véritable épreuve en soi, une torture de plus. Yeux fermés, elle finit par se laisser tomber assise, droite, sur le matelas moelleux. Elle est glacée jusqu'à la moelle... Frissonne... Et il lui demande :

Pourquoi ai-je fait ça ? Dites-le moi, Cathleen. Pourquoi vous ai-je sorti de là ?
- Je l'ignore, Messire. Je n'en ai sincèrement aucune idée", finit-elle dans un murmure.

Cathleen finit par essuyer ses yeux avant de les lever vers Tyler.

- Dites moi pourquoi vous l'avez fait. Vous n'avez pas l'air d'un homme à avoir le coeur sur la main. Et... Dites-moi ce qui m'attend pour ces douze prochaines heures, s'il vous plaît.

Elle parlait de ce délai, mais elle se doutait bien qu'il ne s'en tiendrait sans doute pas. Avant de le laisser répondre, elle se leva brusquement.

- Je vous assure que je ne comptais pas les cartes. J'ai juste une excellente mémoire visuelle qui me permet de savoir dans quel ordre elles sont. Je pourrai travailler dans votre établissement de jeu, si vous le souhaitez : je sais que vous avez triché, mais je ne saurai pas dire quand ni comment. Je porte de graves accusations, j'en ai conscience... Je ne peux pas me vanter d'être particulièrement intelligente, mais je ne suis pas totalement dupe. Mais je pense pouvoir être bonne croupière, repérer les tricheurs...

Le tout sur un ton qui le suppliait de ne pas lui faire de mal.

Law

E.S.P.er

Re : Orphée aux Enfers.

Réponse 14 lundi 22 novembre 2010, 17:18:54

Il faisait preuve de patience, qualité dont il s'en savait pas possesseur, pour entendre sa défense, fort maigre à son sens. Il avait perdu de sa vigueur au combat, de son esprit guerrier. Cette fille ne lui inspirait pas de la tendresse, mais de la pitié. Elle était neutre à ses yeux, et c'est sans doute le mieux qu'un humain puisse espérer quand il se trouve en sa présence : Ne rien soulever en lui, ni de l'attirance, ni de la haine.
Mais Law ne saurait garder cet état d'esprit passif très longtemps.


Restez.. assise. Et appelez-moi Law.

Un ton impérieux, ça se travaille longuement, car donner des ordres, c'est bien, encore faut-il savoir les donner. Son esprit naturellement dominant lui donne un certain talent pour faire appliquer ses directives par le simple son de sa voix.

Vous ne comptiez pas les cartes ? Alors donc vous êtes une personne formidablement chanceuse. Désolé, Cathleen, mais pour moi, vous n'êtes rien de plus qu'une coupable. Une coupable de triche, dans MON établissement de jeu.

Il pose un pied à plat contre le mur, ses bras se croisaient. Il la fixait, comme le reptile, avant de fondre dans un éclair implacable pour percer de ses crocs la chair de sa bien malheureuse proie.
Mais lui restait calme.


Les douzes prochaines heures, vous les passerez ici, coincée dans cette chambre. Je dois vous punir, en quelques sortes. Mais je n'ai pas tellement envie d'être sévère - cela ne saurait tarder -... Mais imaginez les réactions des gens si ils vous voyaient sortir. Je passerais pour un faible. Alors que là, ceux qui sont présents ce soir doivent penser que je suis, comme l'on dit dans les rues, impitoyable. En quelques sortes, je vous suis reconnaissant. Une légende, ça se travaille. Je colporte des rumeurs à mon égard pour me forger un personnage, et grâce à vous je viens de faire, disons, une démonstration. Et puis, la partie fut très courte, mais je l'ai appréciée quand même. En conséquence, je vous grâcie.

Elle devait être la première personne à entendre ça de sa bouche. Law se détache de son rôle de pilier mural, exécute quelques pas dans la chambre, sans réelle direction, allant, venant.

Vous avez cette chambre pour vous toute seule cette nuit, donc, et demain matin je vous libère, mais pas avant. C'est la seule condition que je vous impose : Rester ici. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, un repas, une couette en plus, à boire, ou même un peu de compagnie, il suffit de taper à la porte, un garde viendra s'enquérir de vos besoins. Quand vous partirez, nul ne devra savoir un seul mot de l'entretien que nous sommes en train d'avoir. Si mes renseignements m'apprennent que vous avez parlé de l'absolution que je vous accorde.. Je vous retrouve, vous torture, vous viole, et vous tue.

Tiercé dans l'ordre. La douleur, la souillure et la mort.

En revanche, si.. comment dire.. Si vous ne me détestez pas après cette période, je serais ravi de vous accueillir ici de nouveau. Après tout, vous avez des jetons d'ici à dépenser. Je vous impose quelques conditions, cependant. Vous ne plumez pas mes joueurs jusqu'à l'os, vous ne misez jamais de grosses sommes pour ne pas vider ma banque, et si vous repérez un tricheur, ou un croupier malhonnête, vous le balancez. Si vous respectez ça, je vous offrirais tout le cidre que vous voudrez, et une chambre vous sera même réservée si vous ne savez pas où dormir. Quant à un emploi.. Je ne cherche pas d'employé dans cet établissement. Des prostituées pour ma maison close, oui, mais je ne crois pas que ce soit dans vos capacités. Hm.. Attendez. Vous seriez sexy avec un bel uniforme de croupier..

Ca y est. Son esprit commence à dériver vers le stupre. Le désir animal, purement sexuel, germe dans ses pensées. Il se mord la lèvre inférieure, et pose sa main sur la poignée.

Bon. Je vais vous laisser maintenant. Je ne sais pas ce que je ferais cette nuit, et donc, je ne sais pas non plus où je serais demain matin. Alors nous n'allons peut-être jamais nous revoir. Vous voulez me dire quelque chose avant je ne partes ?

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3


Répondre
Tags :