Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Dyers' Eve [MAD]

Nos partenaires :

Planete Sonic
Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya
Inscrivez-vous

Marie-Ange Donovan

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 15 dimanche 02 décembre 2012, 21:25:37

Qu'il soit surpris, elle l'admettait. Mais qu'il agisse envers elle comme si elle n'était qu'une poupée qu'il pouvait briser, ça non. Elle veut reculer, mais sa poigne est forte. Elle s'agrippe alors à lui, le griffant de ses ongles soigneusement entretenus pour lui faire lâcher prise. Elle tousse aussi, cherchant à articuler quelques mots.

La petite fée revient et, tel un insecte très déplaisant, mort farouchement le bras qui empêche Marie-Ange de respirer convenablement. Et, contrairement à ce que l'on pourrait croire, elle mort dur la petite fée. Elle possède deux rangées de dents pointues qui laissent des marques arrondies sur le bras masculin. S'il ne pouvait la voir comme elle la voyait, il la sentait toutefois.

Un coup suivit. Du tranchant de sa main, la blonde avait frappé sur l'articulation du coude. Elle n'était pas dans le bon sens, aussi ça ne se briserait pas. Mais elle espérait qu'il le ferait au moins lâcher prise.

Lorsqu'elle le put, elle s'éloigna de lui. Deux pas en arrière. Elle se masse le cou, en lui jetant un regard mauvais. On n'agressait pas les jolies femmes sans les prévenir, non mais oh ! Néanmoins, elle consentit à lui répondre.

- Il est là.

" Surprise, surprise ! Tu ne t'y attendais pas à celle-là, hein ? "

Elle reprit sa chaise et se rassit, se resservant une tasse de chocolat. Puis, avisant la seconde tasse, elle la poussa en face d'elle.

- Chocolat ?

Etant donné que la situation avait complètement changé, elle ne voyait plus l'utilité de continuer à tenir le rôle de leader offensé d'un réseau en train de se construire. Elle dénoua rapidement aussi le chignon qui retenait ses cheveux. Vu que plusieurs mèches s'en étaient échappées, et qu'elle n'avait pas le courage de le refaire tout de suite, elle trouvait plus élégant de laisser sa chevelure blonde couler sur ses épaules.

Elle prend une gorgée, et s'adosse à sa chaise en observant son invité. Derrière, le dieu-écailleux en toge se rapprochait, semblant glisser sur le sol. Le regard de Marie-Ange fixait donc un point au-dessus de l'épaule de Tyler Raine.


Law

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 16 dimanche 02 décembre 2012, 22:10:27

Sa forte poigne avait tenu bon assez longtemps, malgré la douleur qu'elle lui infligeait. La rage l'animait, c'était surnaturel, et ça valait bien que le sang coule un peu plus. La morsure de la fée sera ce qui l'étonnera le plus. Il finira par lâcher après qu'elle se soit assez acharnée. 

Et la révélation. Pas mal. Ça a de quoi le refroidir complètement. Il ? Sparshong, le divin reptile, en personne ? Pris d'un doute (c'était la seule autorité qu'il reconnaissait), il regardait autour de lui. Rien. Pas la moindre manifestation du dieu, ni un signe, ni une marque qui lui est attribuée. Il s'attend à un piège de la part de Marie-Ange, et sa voix le fait revenir à la réalité. "chocolat ?" Il acquiesce bêtement, tout en continuant de regard autour de lui de manière désordonné, comme un paranoïaque ayant cru entendre un craquement de Plancher dans une maison vide. La désagréable sensation qu'il y a quelque chose, mais qu'on n'arrive pas à le voir. 
Il lui suffit finalement de repérer le regard de sa kidnappeuse, d'en capter la direction pour voir le point imaginaire qu'elle fixe. Il s'en approche alors en boitillant légèrement. Il marche, sentant au fond de son cœur qu'une présence est là sans être manifeste. Peut-être n'est-ce qu'une somatisation de ses appréhensions. Mais plus il avance, plus il le sent. Il tend finalement une main en l'air, et cette main se bloque. Il ne se rend pas compte qu'il est à quelques centimètres de son dieu tutélaire. Ses doigts se glacent... Et s'écaillent aussitôt. Comme si il se transformait en serpent, à commencer par les ongles, jusqu'à la paume. 
L'expérience le fait sursauter. Il se tient le poignet. Marie-Ange aura clairement vu le Vengeur disparaître en fumée après lui avoir sourit. Law sent bien que la "présence" est ailleurs. Sa main est redevenue normale. Comme si tout n'avait été qu'une illusion. 

Après quelques secondes de réflexion silencieuse, il se retourne vers elle, puis vers le point imaginaire, puis elle. Il se rapproche, et vient s'asseoir lentement.


Tu... Tu vois les dieux ? Ils te parlent ?

Parce qu'il est convaincu qu'elle ne mentait pas, pour la simple raison qu'elle ne peut pas être au courant. Elle n'a pas le niveau des maître-espions qui le traquent, sa seule vraie hantise.

Merci.

Il prend la tasse de sa main précédemment reptilisée, l'examinant au passage, avant de boire tranquillement.

Du chocolat... Du vrai chocolat de la Terre. Fantastique.

Le fait qu'il évoque la terre ne semble pas le gêner le moins du monde. Il balaie toute question qu'elle pourrait poser en questionnant en premier.

Bon. Qu'il soit là ou non ça ne change rien à la situation. C'est quoi la suite ? Je vais devoir ravager ta jolie petite gueule moi-même ou tu vas te prosterner de ta propre volonté à mes pieds en suppliant que je te pardonne ? Je te laisse le choix. Si tu es assez soumise j'accepte de ne pas trop t'humilier.

Il buvait tranquillement de son breuvage mais ne souriait plus du tout. La présence du Vengeur le trouble. Il est à cran. La protège-t-il ? Est-il là parce qu'un assassinat doit être commis, sur Law ou par Law ? A-t-il été victime d'un tour de passe-passe ? Les questions s'accumulent mais il garde son sang-froid. 

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Marie-Ange Donovan

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 17 dimanche 02 décembre 2012, 22:35:32

La petite fée s'était éloignée, cracher le sang ingéré par erreur. Marie-Ange observait toujours le dieu. Elle était la première surprise, à vrai dire. Elle ne pensait voir que les créatures légendaires. Mais il faut croire que les dieux en faisaient parti. C'était troublant. Dire qu'elle pourrait rencontrer le Dieu de la religion Chrétienne, par hasard, ou bien l'un des dieux du panthéon grec ou égyptien... Elle ne quittait pas la silhouette écailleuse du regard. Et, du même coup, son invité qui s'en approchait. Quel étrange manège ce doit être pour lui. Ne pas voir quelque chose qu'il pourrait sans doute sentir.

Alors que la petite fée venait tremper ses doigts dans la tasse de la blonde, un étrange phénomène se produisait face à elle. Tyler sursaute, et le dieu finit par s'évaporer en souriant. Si elle avait été le genre à s'affoler, elle aurait sans doute penser un truc du genre : " Ohmondieu, un dieu m'a sourit ! ". Puis elle se serait évanouie. Mais elle n'était pas du genre à s'affoler.

Passant une main dans ses cheveux tandis qu'elle venait de servir la tasse de chocolat. Elle la poussa vers lui, tandis qu'il revenait, et reprit la sienne.

- Apparemment, oui. Même si je ne croyais pas ça possible. Les fées, les leprechauns, les lutins, d'accord. Les dieux... C'est le cran tout au-dessus...

Elle hocha simplement la tête à la mention du chocolat de la terre, puis finit sa tasse. Certains carburent au café. D'autres à l'alcool. Elle, c'était au chocolat. C'était bon, sucré, pas amer et ça ne rendait pas incapable d'aligner deux mots...

Hm, en parlant d'aligner deux mots, voilà que son vis-à-vis en alignent plusieurs d'affilés. Et voilà qu'il recommence avec sa foutue arrogance. Son regard se relève, le fixant sans affabilité.

- Tu arrives vraiment à choper, avec cette technique ?

Elle n'aimait pas, mais alors pas du tout, qu'on se permette de penser qu'elle n'était bonne qu'à obéir aux ordres. C'est en partie pourquoi elle créait son propre réseau à Nexus. Elle n'était pas à la botte de ce mystérieux employeurs sur terre. Elle avait déjà refusé un contrat. Elle dirigeait sa vie elle-même. Et pas question de s'embarrasser avec des distractions telles que le sexe ou le machisme des hommes.

La fée était reparti faire le tour de l'entrepôt. Marie-Ange reprit :

- J'ignore si tu es juste borné, ou complètement attardé. Mais il m'a semblé que j'étais claire. Je ne me plierais jamais à ton sois-disant règlement. Je ne serais pas à ta botte. Et je ne te laisserais absolument pas me toucher de façon plus intime. Il faut te le dire comment ? En Japonais ? En Italien ? En Latin ?

Elle répéta ses phrases précédentes dans chacune des langues citées. Elle n'avait pas une voix très chaleureuse. En fait, il commençait sérieusement à l'agacer. Prochaine réplique du genre, et elle perdra sûrement la maîtrise d'elle-même.

Law

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 18 dimanche 02 décembre 2012, 23:13:46

Sa réponse l'amusait. Et c'est parti pour un florilège linguistique. Il laisse se succéder les phrases en italien, en latin ancien, et enchaîne même avec du norvégien, du grec moderne, du congolais, un patois d'Ashnard, une langue morte de Nexus. Tout ça à un débit impressionnant, sans un accroc dans la voix, avec une diction parfaite. En substance, il annonçait dans toutes ces langues les différentes façons qu'il aurait de la prendre sur la table, la description des positions et la violence qu'il utiliserait, avec force de détail. Mais ça, il sera le seul à le savoir. Il sourit après sa performance. Ça l'amuse, ce pouvoir des langues qu'il possède.

Ne t'inquiètes pas, elles sont toutes comme toi. Elles disent non au début. Et elles finissent par se laisser convaincre... Tu sais, quand on manipule assez les habitudes, quand on brise suffisamment un esprit et qu'on instaure une certaine idée de don de soi = récompense, comme par exemple, ne donner à boire que si la demoiselle accepte de faire une fellation, la victime finit par assimiler le concept de soi-même. On fini alors avec une esclave qui devient une assoiffée de foutre et qui demande d'elle-même à se servir de sa bouche. Effarant, non ? C'est bien pour ça que je t'offre de te prosterner maintenant : Tu garderas un peu de dignité. Et de liberté. C'est important, la liberté. Regarde moi. Je le suis libéré. Et maintenant je peux faire ce que je veux de toi. Y compris te faire avaler mon sexe jusqu'à la garde. Il faut dire que tes petites caresses m'ont excité.

Il se sentait tout à fait dans son rôle de pervers, là. Et même si la perspective de se taper Marie-Ange avait de quoi séduire, c'était bien plus un nouveau jeu de sa part, pour l'énerver, qu'une véritable volonté. Il s'attendait à ce qu'elle frappe pour parer son coup et, il l'espère, retourner la situation en la paralysant d'une quelconque manière, par exemple avec une clé de bras qui la paralyserait sur la table voire au sol.

Alors, tu choisis de te soumettre par toi-même ou je vais devoir te transformer en éponge à sperme ?

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Marie-Ange Donovan

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 19 dimanche 02 décembre 2012, 23:40:32

C'est pas une réplique qui fuse, mais des tas. En différentes langues. Elle n'en reconnaît qu'une seule. Le grec moderne. Elle n'en avait saisit que quelques mots, mais elle devinait sans mal les autres. Malgré l'irritation grandissante qui montait, une pointe d'admiration pour sa capacité à parler autant de langue sans se tromper était là. Elle hésitait entre lui balancer le contenu du thermos à la gueule, et le complimenter sur sa maîtrise des langues. S'il s'était arrêté là, elle n'aurait rien fait. Mais le bougre avait continué. En parfait mâle dominateur qu'il pensait être. Elle serra les doigts sur la poignée de sa tasse vide, et la balança d'un geste souple. Souple et décidé. L'instrument fila vers lui. Il pouvait l'éviter facilement, ceci dit. C'était même le but de Marie-Ange. Qu'il l'évite. Parce que de l'autre côté, elle avait écarté la table en même temps et s'apprêtait à lui offrir un coup de poing directement dans le nez.

Elle s'apprêtait oui. Sauf qu'il s'y attendait. Il para. Et tenta de l'immobiliser.

" Raté chéri, faudra être plus rapide. "

Elle lui fila entre les doigts comme l'eau qui coule lorsqu'on essaye de l'attraper. Elle grogna en se cognant à la table (erreur d'appréciation des distances), mais se rattrapa et saisit alors son thermos pour le lui abattre sur la pommette.

- Jamais. Je. Ne. Te. Laisserais. Me. Toucher.

Elle ponctuait chaque mot d'un coup de thermos. Il y en avait certains qui n'atteignaient pas leur cible. Elle était trop furieuse pour viser correctement. Ou même, pour se soucier de viser. Elle extériorisait sa fureur. Elle voulait frapper. Lui faire mal. Lui faire comprendre que Non, il n'était pas Tout Puissant.

En entendant le vacarme ainsi déclenché, deux gardes entrèrent.

- Madame.. ?
- Dégagez ! SORTEZ ! DEHORS BORDEL !

Elle l'aurait seule. Et personne ne serait témoin si elle ne réussissait pas. Elle ne voulait pas d'interférence. Elle ne voulait que sa souffrance.

Lâchant le thermos, elle lui sauta dessus pour le griffer, le frapper, le mordre, etc.. Elle tenta aussi d'appuyer sur sa blessure à la cuisse, pour le faire fléchir. Elle envisagea même un instant d'aller saisir la masse pour le castrer. Histoire de. Bref, Marie-Ange ne se contrôlait plus. Marie-Ange était très irritée. Marie-Ange ne réfléchissait plus beaucoup non plus, laissant l'instinct la guider. Et Marie-Ange ne pensa pas à la pauvre fée qui s'effraya de tant de rage, de tant de haine.

Law

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 20 lundi 03 décembre 2012, 08:33:25

En effet, la tasse, il s'attendait à quelque chose du genre. Il penche vivement la tête sur le côté, puis se redresse en voyant qu'elle se jette sur lui. Il parvient à bloquer son coup, quasiment de justesse, et la retourne ensuite. Mais sa prise est mal assurée, et elle parvient à déjouer sa poigne. Peu importe !
Et bam, le thermos. Ça ne fait pas mal en soi... Mais si, en fait. Dans la joue opposée à la coupure, heureusement. Ça le sonne un peu. C'est surtout la surprise qui joue en la faveur de Marie-Ange. Point pour elle : il ne s'attendait à ce qu'elle prenne l'instrument dont il escomptait peut-être se servir. 
Elle continue à lui asséner des coups. Il tente de parer aussi efficacement qu'il le peut, mais il lui manque la capacité à attaquer. Quand c'est un soudard qui attaque, on réplique immédiatement avec un gros pain dans la tronche. Quand c'est une jolie blonde, on évite d'amorcer son mignon minois. Il faut trouver de quoi la désarmer, la bloquer, la neutraliser. C'est le genre de situation qui se présente tellement peu qu'il n'y ait pas assez préparé. Quelle honte. Elle s'arrête pour hurler. Ça lui redonne le sourire.


Tu as donc tant...

Pas le temps de finir sa phrase qu'il s'en reprend sur la patate. Les enragées ? C'est ce qu'il préfère. Il va sérieusement finir par devoir se soulager de tant de stupre qui s'accumule en lui. Il protège d'abord son visage. Et quand elle atteint sa cuisse, la douleur perçante lui arrache une larme. Il n'y a plus de délicatesse qui ne tienne. 
Il pare un coup à droite, puis à gauche, et dans le même mouvement, balance de toutes ses forces son poing dans le ventre. De quoi la paralyser un instant. "L'ouverture", l'occasion qu'il attendait. Il n'y avait plus maintenant qu'à la maitriser. Une claque, puissante, sur sa joue gauche. Avec le même bras, en revers, un coup de coude sur la mâchoire, à droite. Il passe immédiatement à côté d'elle, saisit ses cheveux d'une main, et balaie l'un de ses pieds. La faire basculer n'est qu'une simple formalité dont il remplira l'office avec diligence. Elle est entraînée vers le sol, et il la fait se plaquer face contre terre, tordant affreusement son bras en se tenant debout, au-dessus d'elle. Il tord, donc, mais appuie aussi vers le sol le bras tendu, de sorte qu'elle ne puisse pas se dégager d'un côté à cause de la clé, de l'autre à cause de la pression. Suis-je assez clair ?... La douleur naît dans l'épaule, et remonte de part et d'autre, dans tout le bras jusqu'au coude, ainsi que dans l'omoplate et le juste. Elle est profonde, et chaque mouvement l'accentue. Le moindre faux geste pourrait démettre l'épaule, briser un os, un muscle, on ne peut être réellement sûr.


Je disais... As-tu tant peur de perdre que ça, pour ne pas vouloir qu'ils te voient ? Rien que pour cet aveu de faiblesse, tu avais perdu avant de commencer. ... Besoin de leçon, petite chienne ? Je t'ai laissé ta chance, pourtant. Et maintenant je pourrais t'arracher le bras d'un simple mouvement. Le destin...

Après avoir accentué la force de la vis un instant, il la lâche et s'éloigne. Il touche, tout seul dans son coin, la blessure à la jambe. Ça saigne. Beaucoup. Et il commence à se sentir mal. Sa migraine ne l'a toujours pas quitté. Malgré une solide constitution, il serait capable de flancher maintenant. Il n'est pas immortel...
Il voit, au pied de sa chaise, l'une des chaînes qui le retenait auparavant. La ramassant, il revient vers elle.


On va voir qui est le maître.

Ce disant, il tentera de s'asseoir sur elle, si elle est encore à terre, et si elle s'est relevée, peu importe : Dans les deux cas, il tentera de nouer cette chaîne autour de son cou. Law veut la tenir définitivement en respect. 

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Marie-Ange Donovan

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 21 lundi 03 décembre 2012, 14:10:59

Le coup dans le ventre, elle ne l'avait pas vu venir. Elle cessa toute attaque le temps de reprendre son souffle, puis se redressa pour tenter de le frapper à nouveau, passant outre la douleur sourde de son abdomen. Mais non, elle ne put pas reprendre. Lui aussi il frappe. Et il frappe dur ! Marie-Ange n'a pas le temps de reprendre ses esprits que déjà, avec la mâchoire endolorie, elle se retrouve plaquée contre le sol froid. Outch. Et son bras... Douloureux. Très douloureux. Elle a l'impression qu'il le lui arrache tellement il force.

Mais elle serre les dents et supporte la douleur. Elle serre les dents et ne fait pas un geste, immobilisée pour le moment. Elle serre les dents, et fulmine lorsqu'elle l'entend déblatérer des inepties. Elle voudrait lui répondre que non, elle n'a pas peur. Mais qu'elle déteste le trop plein de monde. Et que, même si elle se soigne, là, dans ces conditions où elle a perdu toute retenue, ça revenait en force. Là, les conseils du thérapeute ne servaient à rien. Ils étaient oubliés.

Quand enfin il la lâcha, elle expira brusquement, ramenant avec précaution son bras vers elle. Elle reprend son souffle, desserre les dents, et se retourne sur le dos. Elle va se relever. Elle a encore la mâchoire douloureuse. Et sûrement des traces rouges. Et son abdomen est bon pour être orné d'un bel hématome après ça. Quand à son bras.. Elle a éviter de trop jouer avec pour le moment.

Assise, elle le voit ramasser une chaîne. Elle ne doute pas de l'usage qu'il va en faire, et ça la motive un peu plus pour se relever avec difficulté. Elle ricane. Elle est debout -chancelante- avant qu'il ne réussisse à la maintenir au sol pour s'asseoir sur elle et la dominer physiquement. Elle esquive, assez malhabilement, ses tentatives pour tenter d'accrocher la chaîne à son cou. Elle garde son bras endoloris contre elle, le temps que la douleur reflue, et contre avec l'autre. Elle n'est pas prête à se laisser faire. Son regard est dur. Inflexible. Elle n'a aucune intention de se soumettre.

- Ce ne sera pas toi.

Et elle recule toujours, évitant la chaîne menaçante. Elle trébuche contre sa chaise. Une idée lui vient à la vitesse de la lumière. Au lieu de tomber, donc, elle se rattrape par une pirouette sur le côté. Aïe, le bras endoloris doit prendre appui sur la ferraille pour ça. Mais elle tient bon, et se redressant, elle emporte la chaise avec elle pour coincer la chaîne et tirer, espérant la lui ôter des mains. Si elle se débarrasse de cet arme importune, elle aura toute latitude pour le frapper avec la chaise et sans doute l'assommer.

Enfin, c'était sans compter la poussière de fée qui s'abattit telle une pluie d'or sur eux. Et les voilà qui flottent. Déséquilibrée, Marie-Ange lâche la chaise. Elle ne comprend pas. La fée tintinnabule rapidement, et férocement. Pas de combat, dit-elle. Plus de sang répandu. Le pacifisme, qu'elle veut. Mais même si la blonde aime bien ses amis légendaires, elle n'est pas pour autant raisonnable. Et la voilà qui tente de s'accrocher à la chaîner, flottant malhabilement dans l'air, pour essayer de la retourner contre son adversaire.

Law

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 22 jeudi 13 décembre 2012, 11:21:43

Sa férocité se mêlait à une justesse dans le geste, et il savait qu'il prenait le dessus. Il avait encore une flopée de "coups" en réserve, et si celui de la chaîne échouait, il en aurait tenté d'autres. Elle pare, il tient, elle résiste... Ils s'envolent. Il ne comprend pas bien ce qui leur arrive, et, vu l'air de Marie-Ange, ce n'est pas de son fait. Foutue magie. Serait-ce un coup du Vengeur ? Non, Sparshong n'est pas du genre à intervenir d'une façon aussi minable sur les affaires des hommes. Au mieux, il aurait dispersé des illusions auprès d'eux, pour semer la peur, couple qu'il affectionne particulièrement. Là, ce n'était qu'une déstabilisation bancale. 

Une idée vient alors à l'esprit de Law : Et si son Dieu à elle était là ? Malgré son métier, elle ne connaissait pas le Serpent. Aurait-elle un Olympien qui la protège ? Une divinité malicieuse qui s'amuserait à jeter des petits sortilèges infantiles ? Plus que plausible. En substance, il est sûr qu'ils ne peuvent interférer trop directement dans les affaires humaines. Donc, Marie-Ange subit autant que lui le sort qui les fait se soulever et défier la gravité. Ce qui expliquerait bien des événements depuis tout à l'heure, en fait... Le mafieux espère au moins que l'esprit s'amuse bien, parce que lui, ça commence à sérieusement le tanner. 

Il constate la chaîne qui flotte, et réaffirme son emprise dessus au moment-même où la demoiselle le fait aussi. Ils tirent simultanément, ce qui les fait se rapprocher. La fée aura échoué dans son plan. Law a déjà prévu quelque chose. La violence reprend, à la manière de l'esclavagiste : Il serre la demoiselle contre lui, l'étreint comme un amoureux transi, de sorte que toute frappe, perdant toute amplitude, deviendra quasi indolore. Il bloque ses bras en la câlinant, et ses jambes en les entourant. On dirait un koala. Un koala qui possède un bordel et un casino, entre autres, et qui a une classe folle en prime. Il se presse contre elle en tentant de l'empêcher de se mouvoir, calant son visage dans le creux de son épaule pour éviter un coup de tête qui serait fatal à sa raison déjà vacillante. Il lui embrasse même le cou, et une main prend fermement les fesses de Marie-Ange.


Ça s'maintient, à ce que je vois. Sport quotidien ou c'est naturellement agréable au toucher ?

Qui a dit que le tripotage n'était pas une technique de combat comme une autre ? D'accord, c'est peu orthodoxe. Mais on fait comme on peut avec ce qu'on a. Et là, ce qu'il a... C'est un corps somptueux dont il profite sans vergogne. 
N'empêche, l'impression d'être un ballon de baudruche gonflé à l'hélium se débattant avec un autre pendant une fête foraine, il trouve ça franchement désagréable. Comment on se dégonfle, dites ?

Ancien Despote, admirateur de Moumou la Reine des Mouettes, président/trésorier/unique membre de l'association des cultistes de Frig, directeur du club des Persos Vitrines, Roi des Bas-Fonds de Nexus, grand-maître de l'ordre du caca masqué, membre des Jmeféchié, médaille triple platine de l'utilisation du Manuel des Castors Juniors, premier gérant de l'association "Cthulhu est votre ami", vénérateur de la cafetière, seigneur de la barbe et des cheveux, chevalier servant de ces dames, Anarchiste révolutionnaire, extrémiste de la Loi.



Je suis pour la réhabilitation des Userbars.
Les userbars sont VOS amies. Elles sont gentilles.
Utilisez des userbars. <3

Marie-Ange Donovan

E.S.P.er

Re : Dyers' Eve [MAD]

Réponse 23 mercredi 02 janvier 2013, 01:04:19

Malgré le soudain flottement qui les prends, Marie-Ange tente de ne pas perdre contenance. Après s'être ressaisie, elle cherche à continuer à frapper son assaillant. Mais, prenant les devants, Tyler Raine vint se saisir d'elle de façon... Rapprochée. Ses coups, ainsi portés, ne lui causent donc pratiquement aucune douleur. Elle en grognerait de rage, si elle n'était pas distraite par l'étrange position de l'homme contre elle. Un koala, aurait-on dit. Qui venait l'embrasser et la peloter. Inhibant toute sensation que le baiser dans le cou aurait pu avoir sur elle, bien qu'elle pourraient être agréables.

Non, ce n'était pas le moment d'être distraite. Et pourtant, qui aurait cru que se faire peloter en ces circonstances dérangerait Marie-Ange ? Celle-qui-n'a-jamais-été-prise-par-un-homme ? D'ordinaire, elle repoussait et punissait les coupables de ce crime envers sa personne, sans faire de sentiments. Mais peut-être était-ce l'effet de la poussière de fée, un peu euphorisante, qui lui fait ressentir ce trouble anormal.

- De quel droit.. ? Que.. ? Rhaa...

C'est bien la première fois que l'on voit Marie-Ange prise en défaut ainsi. Elle respire profondément, se calmant un peu, et fronce les sourcils en se raidissant. Comme un piquet. Hop, on rentre le ventre, on serre les fesses, et on bouge plus.

- Tout est naturel, et entretenu par un sport quotidien... Il faut savoir être en forme pour tuer des gens sans se faire connaître...

Elle aussi aimerait bien descendre, parce que flotter, ce n'est pas très agréable dans ces circonstances. Mais le tintinnabulement vexé et furieux de la petite fée n'est pas positif. Plus de combat as-t-elle dit. Elle repart même, dans un battement d'aile agacé, jusqu'à disparaître dans un petit éclat lumineux. L'homme qui s'agrippe à Marie-Ange comme un koala pourra même entendre un son de clochette lorsque la fée disparaît. Juste avant qu'un juron grossier ne quitte les lèvres d'une blonde qui reste aussi raide qu'une lance.

- Saloperie de fée !

Elle avait toujours la chaîne à la main, même si elle ne peut plus frapper. Peut-être cet objet leur permettra-t-il de redescendre. Encore faudrait-il réussir à se mettre d'accord. Et à ne pas se frapper...

- Je crois qu'on en a pour un moment à flotter. Alors.. Peut-être pourrions-nous arrêter de nous battre le temps que ça se dissipe, et user des instruments à notre disposition pour nous arrimer au sol. La poussière de fée est une foutue malédiction dans ces cas-là...

Toute colère n'est pas oubliée, non. Elle flambe au fond de son être comme un brasier soufflé dans une forge. Mais elle sait faire abstraction de ses sentiments personnels lorsque cela s'avère nécessaire.

- Et j'en profite pour te notifier, aussi, de garder tes mains de malappris dans tes poches.


Répondre
Tags :