Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

L'Homme de Schrödinger [Keiralidé]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Köda Hirobe

Humain(e)

L'Homme de Schrödinger [Keiralidé]

mercredi 28 décembre 2022, 23:12:07

Identité : Köda Hirobe
Âge : 21 années
Sexe : Est un homme sous tout abord... Même si ça ne remarque pas au premier coup d'oeil.
Race : Humain, foncièrement, naturellement, pis c'est pas comme si quoi que ce soit d'autre existait hein ?
Sexualité : Hétérosexuel, n'en déplaise à tout ceux qui prennent ses courbes délicates pour une preuve de féminité.

Physique :

Köda, c'est un peu ce damoiseau que l'on ne peut croire homme. Dans les faits, rien ne l'empêche de le démontrer une fois qu'il se trouve dénué de tout habit, mais généralement il ne cherche pas à se dévêtir devant chaque badaud. Alors que voit-on dans la majorité des cas ?

Eh bien, il y a cette jolie peau de pêche, dénuée de marques, dont le satin est si agréable au toucher que plus d'un camarade de classe a sût le chambrer quant à son éventuel entretien. Malheureusement, pas de crème exfoliante ni de gomme adoucissante pour atteindre un tel résultat, seulement son savon tout en un, dont la seule particularité sera de laisser derrière lui une douce odeur de lavande. Cette peau douce donc, dont nous parlons déjà, se trouve sur un corps d'une certaine minceur, légèrement soulevée par des muscles fins, signe d'un entretien physique guère excessif. Il a bien tenté de se faire grossir une fois, espérant que des formes plus rondes puissent éventuellement lui faire perdre ses atours bien efféminés, mais... Il n'arrive guère à gagner du poids. Un jour, il a crû avoir gagner un peu de poitrine. Pas du pectoral, hein !? De la POITRINE. Cela l'a vite amené à cesser cette pitoyable tentative de changer de physique.

Dépassant, sur la pointe des pieds, le mètre soixante-dix, le vingtenaire se convainc comme il peut qu'il n'est pas si petit que ça. Les chaussures compensées ont aussi parfois la chance de le laisser se bercer d'illusions. En tout cas, il assume la taille qu'il parvient tout juste à obtenir en trichant de toutes les manières, suffisante pour lui permettre de plonger ses grands yeux bleus dans ceux de ses éventuelles moqueurs. Parce qu'il faut savoir qu'avoir des traits féminins, ça a le don de créer énormément d'attention. La plus mauvaise des attentions, surtout à Seïkusu. Donc quand un type un peu trop enjoué lui attrape une de ses fesses dans le métro, ou qu'un blaireau tente de l'insulter en le draguant ouvertement, il ne reste à Köda que de lui mettre son front dans le nez, puis son genou dans les parties, avant de l'engueuler copieusement. Enfin... Une fois il ne s'est pas demandé si ses fins sourcils froncés durement, ses magnifiques yeux aux longs cils et sa bouche aux lèvres délicates crachant toutes les pires insanités n'avaient pas parfois le don... d'exciter plus encore ses harceleurs qu'autre chose. Dans tout les cas, il ne va pas les laisser s'en tirer comme ça.

Cherchant tant bien que mal à lutter face à son image de jeune femme aux yeux des odieux mâles pleins d'hormones, il entretient sa chevelure afin de ne jamais les avoir trop longs. Originellement noires, il eut même la volonté de les décolorer il y a peu afin de créer un nouvel effet, mais l'erreur fut fatale : Là où il souhaitait avoir quelque chose de pétant, une couleur forte et voyante qui aurait pu repousser les intérêts des autres membres de son sexe... Voilà que ses tifs n'ont même pas tant voulu perdre de couleur, tant et si bien qu'il se retrouve désormais avec un espèce de violet dont il ne semble plus pouvoir se dépêtrer. Autant dire qu'il a eut tout faux. Résultat, tout ce qu'il lui reste pour défendre sa nature de jeune homme adulte est une manière de se vêtir à la garçonne, oscillant entre des débardeurs, des shorts, quelques pantacourts, de vieux hoodies et une ou deux vestes. Baskets au pied, ou chaussures compensées quand il a envie de se sentir plus grand, encore une fois.

Voilà, peu ou prou, ce à quoi ressemble notre jeune homme au commencement de sa vingtaine. Plus féminin que certaine dame, plus délicat et sophistiqué que certaines lycéennes... Toujours en opposition avec son corps et pourtant ... méchamment en proie à ses propres hormones.

Caractère :

Car il est et reste un homme, un vrai, il en veut, dieu qu'il en veut. Köda est dans une quête contre le monde, contre lui-même, et contre ces foutus 108 divinités qui l'ont foutu dans un corps de gonzesse ! Il avait bon espoir à son adolescence que ses traits fins et ses airs délicats auraient put lui permettre de se rapprocher de camarades intéressées, mais non, au contraire ! Il a connu les jalousies de tout le monde, trop proche des femmes d'un côté, trop beau de l'autre. Köda, c'est quelqu'un qui n' jamais eut sa chance, qui en a marre du monde dans lequel il vit, et qui souhaiterait, POUR UNE FOIS, reprendre le dessus sur sa vie pour enfin sortir de ce terrible cadre qui, pourtant, fait dans bon nombre de manga un malheur ! Tien d'ailleurs, il déteste les mangas, la bande dessinée aussi, le simple fait de voir un nichon, qu'il soit censuré ou non, a tendance à le mettre dans un état bien trop évident pour qu'il supporte encore de se faire taquiner ainsi.

C'est donc un jeune adulte qui veut faire des rencontre, mais qui n'y parvient pas. Le manque de tact est légion sur sa langue, les difficultés d'accroches aussi. Difficile de réussir à attirer le regard ou les désirs d'une jouvencelle quand le premier muscle exubérant prend immédiatement le dessus dans l'esprit de la dame en quête d'animalité soudaine. Peut-être, oui, a-t-il tendance à beaucoup trop réfléchir, surtout que dans l'espoir d'impressionner, il a la mauvaise tendance de tenter de se mettre tout particulièrement en avant. Et les fanfarons n'ont pas toujours bonne réputation. Pourtant, il peut avoir  un beau langage, l'esprit vif, non sans parler d'une certaine vivacité d'esprit qui lui permet de sortir de bien belles répliques. Tant que tout cela ne l'amène pas à déraper mollement dans l'égocentrisme et l'agression verbale gratuite.

Malheureusement pour lui, il est calculateur. C'est rare qu'il agisse de bon coeur, sans arrière pensée, si bien que toutes les meilleures actions de sa part se feront toujours dans le but d'obtenir quelque-chose en échange. Au moins cela a l'avantage de le forcer à agir, en toutes circonstances, tant et si bien qu'on peut voir Köda comme quelqu'un de téméraire sans trop se mouiller. C'est le cas, l'impulsivité existe chez lui. Dans le feu de l'action, il fera sans réfléchir, puis contemplera les résultats avec plus ou moins de dépit.

Autrement, il cherche à profiter des plaisirs de la vie. L'alcool est un bonheur qu'il ne maîtrise pas encore, mais dont il se permet avec joie la consommation, tandis que le tabac est un premier met dont il apprécie l'usage raisonné. De toute manières, il ne supporte pas que le goût lui reste sur la langue, aussi il compense cette faiblesse en suçotant diverses friandises, de toutes manières ce n'est pas comme si il gagnait le moindre gramme. En revanche, il n'a malheureusement pas la joie de pouvoir partager ces péchés mignons avec qui que ce soit. Généralement solitaire, il a accepté que le monde ne vaudrait pas lui donner de coup de main, donc il a abandonné l'idée de se faire des amis. Puis bon, les potes, ça va deux minutes. L'amitié c'est bien sympa, mais ça suce pas la bite. La pornographie non plus d'ailleurs... Misère.

Histoire :

Dans les faits, fils d'une bonne famille de Kyoto, le petit Köda n'a jamais vraiment eut à se poser la question du besoin. Sa vie d'enfant ne fut que le cumul long et monotone d'une histoire banale, dans lesquels ses parents prirent soin de lui, que le voisinage le trouvait trognon, tandis que lui-même ne s'occupait guère de ce genre de trivialités, cherchant simplement à découvrir le monde qui l'entourait. Les sucreries furent sa première passion, comme de nombreuses autres enfants, et comme beaucoup d'autres, ses parents eurent à lui limiter cette consommation, s'assurant qu'il ne gardait pas là, cacher dans sa chambre, quelques terribles bonbons pour s'en empiffrer le soir. L'école ? Une trivialité, il était un gamin malin, il savait qu'apprendre saurait lui permettre d'amadouer un peu ses parents via les attentes qu'ils avaient à son égard. La vie amicale ? Il avait des copains, qui furent oubliés quand il arriva au collège, comme souvent.

Une banalité sans nom donc. Dans les faits, son histoire trouva un peu plus de chamboulement quant tout le monde autour de lui commença à grandir, à se typer. Les filles commençaient à avoir des formes, les garçons du muscle, mais surtout.... Les amours des uns et des autres commencèrent enfin à mettre un peu de piquant dans le quotidien de tous.

Tous... Sauf lui.

Köda se glissa lentement, mais sûrement, dans cette ligne intermédiaire où personne ne savait vraiment si il était fille ou garçon. Trop frêle pour un homme, trop vulgaire pour une fille, trop... bizarre. Si la solitude n'était pas encore au goût du jour par le bienfait de précédentes amitiés, il ne fallut pas longtemps pour que cette étrangetés physique ne commence à lui porter certains préjudices. Des activités simples, comme le sport ou le théâtre, devenaient étrangement des instants perturbants, maladroits, où sa position fut sans cesse remise en cause. L'on ne pouvait pas lui faire prendre une place d'homme dans une équipe, ni lui donner le rôle de vaillant héros. Mais ce n'était guère plus possible de lui faire porter une robe, ou de le laisser jouer dans l'équipe féminine. Pourtant tout cela ne l'importuna pas plus que le premier coup de couteau de sa vie. Lui, il espérait l'amour. Et l'amour le cueillit par la racine, l'arrachant de ses rêves les plus doux.

Il reçut une lettre un bon matin, quelqu'un voulait lui offrir le feu de sa flamme. Il espérait tout, les premiers baisers, les délicates mais tendres étreintes. Il ne s'attendait pas en revanche que sa prétendante... soit un prétendant.

De deux ans son aîné, un lycéen lui avait déclarer son amour. Lui répondre qu'il était absurde que ce soit le cas parce qu'il était aussi un homme était en soit indélicat, aurait même put être dramatique si le damoiseau éprit en avait eut conscience dès le départ. En un sens, ce ne fut pas le cas... Cela n'ôta en rien la peine de coeur de l'un, ni la terrible vérité que prit l'autre en plein visage :

On le prenait pour une femme.

Cela ne changea guère au lycée, mais désormais dans un nouveau milieu, les choses furent d'autant plus compliquée. Loin de toute ancienne relation, son androgénie ne fut pas pour plaire à la grande majorité de ses camarades, non sans parler des autres classes. Il était à la fois étrange, mystérieux... Et insupportable. Pourquoi ? Car tout ce cirque se mit lentement à aigrir le jeune homme. Il n'espérait que normalité, croissance et changement. Il n'en obtint rien. Les jeunes femmes de sa classe le voyait comme un éventuel voleur de petit copain, tandis que ses potentiels compagnons de blagues vaseuses et d'histoires de culs le percevait comme un type qui jouait un double-jeu pour mieux s'attirer les bonnes grâces des minettes. Un carnage qui l'amena lentement sur le chemin de l'agressivité généralisée et des tentatives désespérées, en tout cas rien qui ne lui permit d'arranger son portrait auprès des autres. Ainsi, ses années d'études furent un calvaire, jusqu'à ce qu'il obtienne enfin son diplôme, non sans avoir eut le droit à une année finale sous les huées et les moqueries. Autant dire que sa foi en l'humanité en avait prit un coup.

Avec rancoeur, il présenta le souci à ses parents, omettant bien entendu de parler de ses plus gros tords dans l'histoire. Soutenant donc qu'il avait besoin de changer d'air, il entama de les convaincre de l'envoyer dans un complexe universitaire loin de la grande ville. Jetant son dévolu au hasard sur une ville du nom de Seïkusu, il s'assura d'avoir suffisamment de billes pour tenir un argumentaire correct, prétextant notamment les cours d'un professeur reconnu dans la section biologie, espérant que cela lui permette de définitivement leur prouver qu'il avait un vrai projet d'étude, suffisant en tout cas pour qu'il parte avec de quoi vivre en poche. L'ensemble de son passé était déjà une raison suffisante aux yeux de ses parents pour qu'ils acceptent, mais les propos qu'il ajouta les amenèrent à considérer d'autant plus la situation. Après un petit mois, ils lui offrirent la possibilité de quitter la maison familiale, trouvant un petit appartement où il pourrait vivre sans trop de souci tout en poursuivant ses études.

Son entrée dans ce dernier fut calme, sans autre forme de crainte que celui de devoir encore prouver sa nature masculine à son entourage. Par bonheur, ce ne fut pas le cas, la vieille qui vivait en dessous étant complètement aveugle, tandis que le couple vivant au-dessus de lui semblait être bien trop occupé à procréer pour avoir vraiment l'envie de rencontrer leur nouveau voisin. Le bruit ... Il dut s'en accommoder, tout simplement. Il prenait soin de travailler ses cours en dehors de chez lui, dans des cafés la majorité du temps, tandis que ses retours chez lui devenaient juste un peu plus tardif. Au bout de deux ans, il adopta même un vieux chat de gouttière qui traînait dans le voisinage, qu'il manqua renier deux semaines plus tard quand celui-ci lui rappela que même les matous savaient se faire plaisir. Il lui pardonna par simple bonté de coeur, puis lui fit couper les couilles et pucer sous le nom de "Raspoutine". Et c'est ainsi que sa vie se poursuit jusqu'à maintenant, avec les molesteurs dans les trains, les minettes qui ne le regarde même pas... Et son chat qui lui a mit un but à la première mi-temps avant de se prendre un carton rouge.

Comme quoi, ses péripéties masculines sont encore loin d'êtres terminées.



Autre :
Illustration par Karonaru

Comment avez-vous connu le forum ?
J'suis un intermittent du fo'
« Modifié: mardi 10 janvier 2023, 19:43:48 par Keira Metz »

Gerd

Créature

  • -
  • Messages: 106


  • FicheChalant

    Description
    Sorceleur de l'Ecole de l'Ours, sur la Voie depuis un demi-siècle au moins. Il connaît son métier et vend ses compétences contre monnaie sonnante et trébuchante. Vous êtes un monstre gentil ? Prouvez-le ! Votre cible n'est pas un monstre ? Ca se négocie ! Vous avez un joli minois et une fente entre les jambes ? Gare au lumbago !

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 1 jeudi 29 décembre 2022, 00:41:00

Bon retour alors l'intermittent ! ;D
Gerd ··· sorceleur de l'Ecole de l'Ours

-> complément de script sur les sorceleurs <-

Regalis

Dieu

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 2 jeudi 29 décembre 2022, 01:14:47

Rebienvenue ^^

Köda Hirobe

Humain(e)

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 3 jeudi 29 décembre 2022, 09:31:49

Merci à tout les deux ^^

" Pourquoi y'a que des musclés ? Y sont où les beaux lolos ? "

Gerd

Créature

  • -
  • Messages: 106


  • FicheChalant

    Description
    Sorceleur de l'Ecole de l'Ours, sur la Voie depuis un demi-siècle au moins. Il connaît son métier et vend ses compétences contre monnaie sonnante et trébuchante. Vous êtes un monstre gentil ? Prouvez-le ! Votre cible n'est pas un monstre ? Ca se négocie ! Vous avez un joli minois et une fente entre les jambes ? Gare au lumbago !

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 4 jeudi 29 décembre 2022, 10:24:19

Sonne la cloche en exécutant l'appel de la femme.
Gerd ··· sorceleur de l'Ecole de l'Ours

-> complément de script sur les sorceleurs <-

Köda Hirobe

Humain(e)

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 5 jeudi 29 décembre 2022, 13:48:52

" Il a appelé les lolooooos ! "

Merci bien Koya !

Lenora

Créature

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 6 jeudi 29 décembre 2022, 14:40:36

Mignon. ^^

Et voici plus de lolos pour te souhaiter la bienvenue.  ;D

Merci à Kõya Breathless pour le kit!

Köda Hirobe

Humain(e)

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 7 jeudi 29 décembre 2022, 15:01:59

Un grand merci Lenora !

" Bien entendu que je suis mignon, c'est mon plus bel avantage... Et mon plus gros défaut. "

Winnifred

Terranide

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 8 jeudi 29 décembre 2022, 15:12:04

je ne puis réaliser avec ces lolos là, mais bienvenue ici  ::) :-*

Köda Hirobe

Humain(e)

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 9 jeudi 29 décembre 2022, 15:21:56

" Mais c'est que ça semble tout de même moelleux comme tout mademoiselle, il n'y a pas de comparaisons à faire ! "

Merci Winnie et ... Bon, on va mettre le minot au frais, il commence à croire qu'il a ses chances avec la gente féminine du coin !

Siraye

Créature

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 10 jeudi 29 décembre 2022, 19:44:11

Bienvenue !

Il est tout chou. :D

Köda Hirobe

Humain(e)

Re : L'Homme de Schrödinger

Réponse 11 jeudi 29 décembre 2022, 19:50:48

Merci beaucoup Siraye, mais il faut arrêter de le complimenter, il va devenir insupportable !

" Si je suis si chou que ça, ça te dis de mieux faire connaissance beauté ? "

Anéa

Administrateur

  • -
  • Messages: 3931


  • FicheChalant

    Description
    Ancienne archange, devenue à moitié démone.
    Adore le sang et faire sauter des têtes.

Re : L'Homme de Schrödinger [Keira]

Réponse 12 mardi 03 janvier 2023, 15:42:07

Rebienvenue ! Bonne année ! o/





-En souvenir du bon vieux temps-

Köda Hirobe

Humain(e)

Re : L'Homme de Schrödinger [Keira]

Réponse 13 mardi 03 janvier 2023, 15:58:19

Merci beaucoup et belle année divine administratrice !

Keira Metz

Humain(e)

Re : L'Homme de Schrödinger [Keiralidé]

Réponse 14 mardi 10 janvier 2023, 19:45:16

Reeebienvenue !
Tu es validé, bon jeu ! :D


Répondre
Tags :