Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Oriana

Créature

  • -
  • Messages: 200


  • FicheChalant

    Description
    Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.

Re : La Bazar de l'Etrange [PV Saijiro Unazuki]

Réponse 30 octobre 29, 2017, 07:56:03 am

Saijiro accepta la proposition d'Oriana et se déshabilla, ne laissant que sur lui son sous-vêtement. Il avait un corps fin et bien proportionné, un peu musclé, signe qu'il devait faire du sport. Il s'installa aux côtés de la Fée, se couchant sur le côté, de manière à lui montrer son dos. Elle comprit qu'il était plus ou moins gêné par cette situation et ne fit pas de commentaires à ce sujet.

- C'est bien ce que je disais : on tient sans trop de problèmes dans ce lit ! fit-elle d'une voix amusée. Elle se mit à son aise et ferma les yeux, non sans souhaiter une bonne nuit à son compagnon.

Dehors la tempête faisait rage mais à l'intérieur tout était calme et paisible. Le feu brûlait tranquillement dans la cheminée, répandant dans la cabane une bonne odeur de bois brûlé ainsi qu'une douce chaleur ; hormis le sifflement furieux du vent qui et le crépitement des flammes, il n'y avait nul autre son, si l'on exceptait la respiration lente et tranquille des deux dormeurs...


***

Oriana fut la première à se réveiller. Il faisait encore nuit mais la tempêté avait cessé ; par ailleurs, avec l'instinct propre aux personnes vivant au contact de la nature, elle sentait plus qu'elle ne savait que l'aube était proche. Le feu avait cessé de brûler depuis longtemps et une douce pénombre enveloppait la chaumière.
Saijiro était couché sur le dos, dormant toujours. Comme les chats, les Fées voyaient dans le noir et Oriana put remarquer que le jeune homme avait l'air détendu, souriant presque dans son sommeil. Pensive, elle se mit à caresser doucement le torse de Saijiro remarquant, dans la région du bas-ventre, qu'une grosse bosse déformait son sous-vêtement !

Prise d'un impulsion, elle dégrafa son soutien-gorge, exhibant sa lourde poitrine qui, libérée de sa prison de dentelle, se mit à rebondir joyeusement, puis elle se mit à califourchon sur Saijiro, de manière à ce que la pointe de ses seins effleurent les lèvres de son compagnon. Ensuite, elle se coucha sur lui et reposa sa tête contre son torse, appréciant le doux contact de sa peau contre sa joue, le léger soulèvement de sa poitrine à chaque fois qu'il expirait.

Elle ne voulait pas le brusquer. Elle aurait pu "profiter" de lui mais elle ne savait pas comment il réagirait dès son réveil. Bien sûr, elle pourrait le faire après l'avoir plongé dans un sommeil magique mais, même si l'aventure vécue à la demeure des Magoa avait éveillé sa sexualité, elle restait malgré tout une Fée et non une Succube avide de sexe et abusant de tout ce qui était mâle.

Le soleil avait fini par se lever et ses rayons dorés entrèrent par la fenêtre de la cabane, éclairant l'humain et la Fée, faisant briller d'un éclat chatoyant la chevelure blonde de cette dernière...
Police utilisée : Umberssk
Thème musical

Clarence/Saijiro Unazuki

Humain(e)

Re : La Bazar de l'Etrange [PV Saijiro Unazuki]

Réponse 31 octobre 29, 2017, 12:42:01 pm

L'amusement perceptible dans la voix de la jeune femme fit sourire Saijiro, elle était du genre à prendre moins se prendre la tête que la plupart des personnes. Il répondit à son bonne nuit et tenta de dormir, chose qui fut étonnamment aisée au vu de la situation.

Il se mit à rêver. Il était dans un lieu étrange, une sorte de clairière mais où il y avait beaucoup de coussins, des pichets, des gobelets et une sorte de couverture aux couleurs chaudes qui recouvrait le sol. Une étrange créature vint de derrière lui, souhaitant la bienvenue au jeune homme et l'invitant à boire.  Ils discutèrent simplement, ce qui tracassait le jeune humain, ce qu'il souhaitait faire.Le breuvage déliait sa langue et lui procurait comme une sensation de confort. La créature écouta, donnait des conseils et le rassura sur la réussite de son entreprise, bien que cela ne serait pas facile. Était-ce une simple rêve ou bien plus ? Le jeune Unazuki se posa pas la question, son sommeil fut paisible et d'une qualité rare depuis la disparition de sa famille. Il n'allait de toute façon pas s'en souvenir, comme presque tout ses rêves.



Saijiro dormait très profondément et si son esprit était assoupis il en était autrement pour son corps qui avait réagit à la présence d'une femme désirable.  Lorsque les mamelons de la belle frôlèrent les lèvres celles-ci eurent un très léger mouvement, il s'agissait d'un réflexe que la plupart des êtres vivants possédaient, qui était bridé par la suite.
Le jeune homme resta ainsi, à dormir, jusqu'à ce que les rayons du soleil vinrent  le réveiller tranquillement. Cette fois il eu un peu plus de mal à avoir les idées claires et il ne remarque pas de suite la situation.

Saijiro fini par voir qu'Oriana était contre lui, la tête posée sur son torse alors que la lueur solaire faisait briller sa chevelure d’or. Il y avait aussi cette douce odeur de fraise très discrète et qui accompagnait toujours la charmante jeune femme.

Ce fut en sentant l'état de son membre et lorsque son cerveau fini, enfin, par tilter que le cœur de Saijiro se mit à battre nettement plus vite. Il tenta de se calmer, cela pouvait être un quiproquo et autant essayer de rester zen car ce n'était pas nouveau qu'il avait le sexe tendu le matin. De plus il était arrivé assez fréquemment que son ex-petite amie soit ainsi à simplement profiter du contact de sa peau ou alors s'être retrouver ainsi juste par ce qu'elle avait voulu se réchauffer. Bon, Oriana n'était pas sa petite amie, mais elle avait des fois des réactions étranges.

Vous l'auriez compris Saijiro était un peu paumé pour le moment, mais ne fit rien pour repousser la belle aux cheveux dorés. En tout cas cela n'allait pas l'aider à diminuer son érection, bien au contraire. Il ne bougea pas pour ne pas la brusquer, ce n'était pas sa faute...enfin si un peu car elle ne le laissait pas indifférent. En plus il pouvait sentir la poitrine de la vendeuse contre sa peau. Le jeune homme ne se faisait pas trop de bile pour la réaction d'Oriana, mais s'était un peu gênant quand même.

-Bonjour Oriana dit-il gentiment et légèrement hésitant.


Répondre
Tags :