Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Nos partenaires :

Planete Sonic
MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Lissandre Verrières

Humain(e)

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°16

Le dragon se mit à s’occuper de la bourgeoise. Il changea la façon dont il ondulait avec sa queue pour finalement commencer à la fouetter.

Le changement surpris Lissandre mais elle ne changea pas de position. L’idée qu’on lui donne des claques de la part d’une créature de fantasy se mélangeait avec des images de jeux BDSM. Cette image lui permit de se faire un film mental et de prendre plaisir à la situation.

Jusqu’à ce qu’elle ressente une de ses écailles mordre sa chair.

*Comment ?! *

Lissandre eut un mouvement de recul. Malheureusement pour elle, la queue animale la fouetta de nouveau depuis l’arrière et la força à revenir chevaucher. Une nouvelle fois, une écaille rentra dans la chair, occasionnant une légère égratignure. Pas pire que si elle s’était frottée à des ronces.

*Je saigne ?! *

Les mouvements du dragon ralentirent. Perdu, il la regardait et lui demandait ce qu’elle désirait. Il voulait savoir de quelle femme il devait s’occuper.

« Je- Pardon. Occupe-toi d’elle et seulement d’elle. »

Lissandre passa sa jambe par-dessus la queue animale. Puis elle revint pour observer Lylas de profil. Les premières culbutades lui échappèrent. Sa main passa sur son entrejambe et elle découvrit que sa combinaison de latex rose était en piteux état. Le dragon avait triomphé du latex. Quand elle porta sa main à son visage, elle ne découvrit pas de sang. Les blessures étaient superficielles. Il y avait eu plus de peur que de mal.

Alors l’apprentie-réalisatrice rejoignit sa caméra. Au lieu de la reprendre directement en main, elle avança son entrejambe en gros plan vers l’objectif. Elle voulait garder des images de sa première chevauchée avec un terranide.

La caméra en main, elle retourna auprès du dragon et de la prostituée. Elle posa de nouveau ses doigts sur le ventre de Lylas. La queue aux crochets n’avait pas bougé de place. Lissandre sentait les va et vient.

Lissandre embrassa une nouvelle fois Lylas.

« Quand il se sera déchargée, je veux goûter tes autres lèvres. »

Ses doigts glissèrent du ventre, passèrent dans le nombril, la toison dorée et finalement le sexe humid de Lylas. Ils remontèrent ensuite entre les lèvres de la bourgeoise. Enfin, elle s’adressa au dragon :

« Ne sors pas tout de suite de Lylas quand tu te seras déchargé. Je veux embrasser ses lèvres intimes dégoulinantes de ton sperme de dragon. »

Il n’y avait plus qu’à attendre.

Lylas Hana

Humain(e)

Lorsque Lissandre abandonna sa place le dragon se focalisa de nouveau sur Lylas et recommença ses intense va et vient, la petite interlude avait fait retomber la sauce et il pouvait donc recommencer ses pilonnages puissants. LA prostitué cria de nouveau lorsque les mouvement recommencèrent comme si la petite pause lui avait ait oublier qu’elle était empalée sur un sexe de dragon énorme. La belle blonde embrassa de nouveau la spectatrice quand elle vint reposer ses lèvres contre les siennes, étouffant ainsi ses cris pendant un bref instant.

Le sexe du dragon recommença à palpiter, signe qu’il allait bientôt se vider, il pouvait se retirer pour ménager la prostitué mais la spectatrice semblait avoir une autre envie et il resta donc profondément ancrée en elle :

« Je vais jouir alors place toi bien. Mais c’est de l’autre trou que ça va déborder parce que je suis dans son petit cul si t’as pas remarqué. »

Il gloussa un peu et essaya tant bien que mal de se retenir le temps que l’autre humaine se place et quand ce fut fait, il se lâcha. Ce ne fut pas une éjaculation qu’il produisit mais un véritable torrent de sperme qui se déversa dans la petite humain dans laquelle il était enfoncer. Le ventre de la blonde se mit à gonfler, inondé par cette semence abondante et bien que le trou soit bouche par l’imposant sexe, la rivière blanche réussit tout de même à trouver un chemin pour déborder à l’extérieur. Lylas c’était tue en posant ses mains sur son ventre qui grossissait en se faisant remplir de l’intérieur, sa peau se tendait et ça lui faisait mal. Mais le fleuve de sperme trouva un autre chemin pour s’écouler, difficilement car à contre-courant mais la pression était tel que les flot ne purent s’échapper que par là. La prostitué commença à secouer la tête comme prise de relents et ce fut une fontaine de sperme qui jaillit de sa bouche, recouvrant tout son corps et le sol. Elle essaya d’avaler mais ce ne fut pas une bonne idée car cela pris un autre chemin pour lui sortir par le nez dans une sensation tout sauf agréable.

Le dragon se vidait encore et encore, une telle quantité qu’il resta plusieurs minute à affluer en Lylas qui se retrouvait désormais avec un ventre énorme et tout rond qui avait un toucher très particulier, alors que cette dernière évacuait ce qu’elle ne pouvait contenir par toutes les sorties qu’elle possédait.

Lissandre Verrières

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 32 dimanche 10 novembre 2019, 15:19:25

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°17

Heureusement qu’elle avait déjà les joues rouge d’excitation. Sinon, la remarque du dragon le lui aurait fait monter. Comment avait-elle pu se tromper de trou ?! Ses doigts venaient quand même de glisser dessus. Et elle n’avait pas senti le braquemart immense du dragon ?!

Pour reprendre un peu de contenance, elle ne trouva rien d’autre à faire qu’un clin d’œil au dragon. Puis elle se laissa tomber sur ses genoux. Même comme ça, elle était trop haute. Elle se contorsionna alors pour que sa langue glisse une première fois sur l’enfin coincé dans le petit trou. Son dos s’en retrouva arqué, ses fesses remontées.

Puis ce fut l’explosion !

La bourgeoise n’en revenait pas. Baigné dans les effluves du dragon et de la prostituée, elle était aux premières loges pour regarder les tremblements. Témoins des décharges qui remplissaient Lylas. En attendant que ça commence à couler, elle décida de redonner un coup de langue de la queue de l’un aux fesses de l’autre.

Lissandre ne comprit pas ce qui arrivait. Qu’est-ce qui tombait sur son dos ? Et en telle quantité, qui plus est ? Elle baissa la tête pour regarder ce qui coulait le long de ses formes enfermées dans le latex rose. Ses yeux s’agrandirent une nouvelle fois de surprise. C’était épais et blanc. C’était le sperme du dragon !

*Mais comment ? Je- Je suis juste à l’entrée de son petit trou. Ça devrait sortir de par là. Alors que- Je ne comprends pas. *

Elle attendit un peu puis décida de se relever. Elle découvrit alors le visage de Lylas. Elle luttait contre le sperme qui refluait. Ça lui sortait de partout. De sa bouche et même de son nez. Elle hoquetait sous la quantité. Lissandre décida de lui venir en aide. Son idée première était de partagée le sperme qu’elle aurait récupérée de son petit trou. Mais le faire de son visage l’excitait tout autant.

« Laisse-moi t’aider avec ça. »

Sa langue passa sur tout son visage. Elle la nettoyait. Elle savourait le jus du dragon.

Ses lèvres s’arrêtèrent plusieurs fois sur ses lèvres. Elle l’embrassa et se nourrit directement au-dedans.

Puis sa langue revenait sur son beau visage. Le dragon était inépuisable et Lylas était toujours victime de la quantité.

Aucun soucis ! Car la bourgeoise était prise d’une faim insatiable !

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 33 dimanche 10 novembre 2019, 16:42:12

Le dragon ne semblait pas vouloir cesser de se répandre dans la petite humaine dans laquelle il était solidement ancré, il n’avait jamais connu une pareil extase ni avec une humaine ni avec une autre femelle et il comprenait pourquoi certains étaient prêt à payer pour ça. Lylas appréciait l’aide que venait lui apporter Lissandre et ne se privait pas de partager la semence du dragon qui s’écoulait toujours de sa bouche.

Et puis la libération arriva enfin, si à force de répétition elle ne sentait plus les crochets du dragon qui c’était déployé dans ses chair, elle les senti lorsqu’ils se rétractèrent pour la libérer suivit du retrait de l’imposant membre qui s’était logée en elle il y a de celui un bon moment maintenant. La queue se retirant, les flot qui s’échappait en remontant pour s’écouler par la bouche de l’humaine se stoppèrent petit à petit pour retrouver leur cours normal. Lylas haletait et soufflait d’enfin ne plus à avoir à littéralement vomir du sperme, maintenant qu’il s’écoulait en sortant de son anus désormais grand ouvert, libérer du pieu sur lequel il était empalé.

Une fois retiré le dragon posa la prostitué au sol alors pendant qu’il allait se reposer contre un mur, il était endurant mais l’humaine l’avait épuisé et vider comme jamais il ne s’était vider. Lylas quand à elle se retrouvait maintenant allonger au sol sur le dos, du sperme lui sortant d’un anus complètement dilater faisant place à un trou béant que ne manquerait pas de filmer la spectatrice . Les main sur son ventre qui malgré les flot ne semblait pas vouloir se dégonfler, Lylas reprenait de ses esprit et s’amusait à appuyer doucement sur son gros ventre pour sentir les étranges sensation que cela faisait, c’était semblable au palpation d’un ballon remplit d’eau à part que la consistance était légèrement différente puisque ce n’était pas de l’eau qui se trouvait dedans :

« Ça t’a plu ? »


La question s’adressait autant au dragon qu’à Lissandre qui avait peut être encore d’autre envie et qu’elle accepterait de combler même si elle avait besoin d’un peu de repos pour se remettre.

Lissandre Verrières

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 34 dimanche 10 novembre 2019, 21:53:19

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°18

Ca semblait être terminé.

Lissandre n’arrivait pas à estimer le temps qu’avait pu durer cette scène de sexe. Non, cette prouesse physique et excitante ! Certes, elle aurait pu regarder le temps sur l’écran de sa caméra. Mais sa tête n’était pas du tout rationnelle. Ses sensations primaient. Et elle ressentait toujours cette faim insatiable !

« Si ça m’a plu ? »

L’apprentie-réalisatrice observa le dragon complètement épuisé contre le mur. Ses yeux sur le membre détendu qui descendait jusqu’à…

*Waouh ! *

Puis elle regarda Lylas qui reprenait elle aussi son souffle. Elle était allongée par terre et la bourgeoise se rendit alors compte de l’état dans laquelle elle avait participée à saccager la chambre. Elle plaignait la femme qui allait passer derrière avec son balai et son eau. Car un seul seau ne suffirait pas !

« Si ça m’a plu ? »

Elle avait répété la question. Il y avait tellement de choses qui se passait dans sa tête et dans son corps. Elle alla donc jusqu’à sa caméra pour se donner un peu de temps. Elle revint vers Lylas et fit le tour de son corps. Bien entendu, elle fit un plan sur l’anus dilaté qui laissait encore échapper le sperme du dragon. De sa position, elle filma le dragon et appuya sur le zoom pour sauvegarder son sexe qui tirait vers le repos.

« C’est plus que ça. Tu ne dois surement pas t’en rendre compte, mais tu viens de bouleverser ma vie. Il y a tellement de choses auxquelles je pense. Il y a tellement d’idées qui me passe par la tête. Sans compter que tu as complètement changer la vision que j’avais du sexe. Je- Tu m’as comblée, Lylas ! »

Lissandre s’agenouilla au-dessus du corps de la prostituée. Une nouvelle fois, elle l’embrassa. Avec une intensité sans égale.

Et elle le dit. Juste comme ça.

« Je crois que j’ai eu un coup de foudre. Tu comprends ? »

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 35 dimanche 10 novembre 2019, 22:35:17

Bien qu’elle soit habituée à parfois combler les désirs de dizaines de clients chaque jours, Lylas était parfois fatigué après un rapport plus intense que d’autre et celui ci avait été particulièrement éprouvant mais ce n’est pas ça qui allait la clouer au sol pendant longtemps. Il lui fallait juste le temps de reprendre son souffle alors que son anus continuait de palpiter et de recracher des flaque de sperme qui venait trouver la sortie. Main sur son ventre, elle commença à doucement appuyer dessus pour qu’il dégonfle, les sensations étaient assez désagréable mais elle sentait enfin le tout ressortir petit à petit venant une fois de plus maculer le sol de la semence du dragon.

Elle regarda l’autre humaine se déplacer dans la chambre pour prendre son objet et l’approcher au plus près du spectacle, pendant qu’elle répétait la question qu’il lui avait été posé juste avant. Elle avait l’air d’avoir beaucoup aimer même si Lylas ne comprenait pas vraiment ce qu’il y avait d’aussi enthousiasmant dans cette partie de jambe en l’air. Même si elle savait que les accouplement du genre était assez rare, pour elle c’était bien plus fréquent à cause de sa condition de prostitué.

Elle sourit tout de même à Lissandre et se laissa faire lorsqu’elle s’agenouilla au-dessus d’elle pour l’embrasser intensément. Lylas répondit avec la même vigueur puis elle lui avoua quelque chose qui avait l’air d’être important mais qui ne résonna pas particulièrement en elle. Elle connaissait le concept de coup de foudre mais ne savait pas quoi en penser, généralement c’était à propos de l’amour mais Lylas ne savait pas vraiment ce que c’était :

« Non, pas vraiment. Je suis juste une prostituée qui fait ce pour quoi on me paye. »

Son ventre avait retrouver son apparence originelle et les flots de sperme avaient fini de s’écouler et seules quelques gouttes persistaient. Apercevant l’entaille au niveau de l’entrejambe de Lissandre, Lylas sourit et plongea une main dans la flaque de sperme qui se trouvait près d’elle et alla s’attaquer à l’intimité découverte de l’autre humaine, enfonçant deux doigt couverts de semence en elle avant de se retirer et glousser.

Lissandre Verrières

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 36 dimanche 10 novembre 2019, 23:30:53

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°19

Lissandre était déçue. Elle venait d’avouer des sentiments nouveaux pour elle, -car jamais elle n’avait ressenti ça pour une femme- et Lylas la rejetait. Peut-être pas consciemment, mais ça restait une blessure.

En parlant de blessure, la prostituée découvrait les petites entailles que la queue animale du dragon avait laissé au niveau de son entrejambe. Trop rapidement pour qu’elle ait le temps de réagir, la prostituée enfonçait deux de ses doigts gluants de sperme dans son intimité.

« NON ! »

La tension sexuelle s’était écroulée d’un seul coup pour elle. Elle regarda avec un éclat de peur dans les yeux, tour à tour Lylas puis le dragon. Elle revint finalement sur celle qui gloussait.

« Et si je tombe enceinte ? Je ne veux pas tomber enceinte de lui ! Je ne veux pas tomber enceinte de qui que ce soit ! »

Arquant les jambes, Lissandre enfonçait ses propres doigts pour en retirer la quantité infinitésimale que le dragon avait craché. Pour Lylas, c’était vraiment deux gouttes. Elle qui avait senti le sperme dans sa bouche alors qui remontait depuis son anus.

Lissandre sortait ses doigts et les essuyait à chaque fois sur sa combinaison de latex déjà fortement tâchée. Quand elle s’en rendit compte, elle arrêta. Peut-être qu’elle s’en était insérée plus que Lylas n’en avait mis.

Elle tomba à genou et sentit des larmes lui monter aux yeux. Alors elle avoua le plan dont elle voulait parler avant « l’incident ».

« Je veux juste rester avec toi. Voyager avec toi et rencontrer des hommes et des créatures comme le dragon là-bas. Je suis prête à payer tout le voyage pour toi. Je veux juste rester avec toi. S’il te plaît. »

Lylas Hana

Humain(e)

Lylas regardait Lissandre sans vraiment comprendre pourquoi elle semblait déçue de ce qu’elle venait de dire, elle avait dit la stricte vérité. Elle ne ressentait rien de particulier pour qui que soit ni d’affection ou d’amour ni de haine. Ce qu’elle savait de l’amour c’était que des hommes disant aimer leurs femmes ne se privait pas pour autant de venir la voir, c’est que ce n’était pas quelque chose de très important et que le sexe n’avait rien à voir avec cela et son métier à elle, c’était le sexe.

Elle ne comprit pas non plus pourquoi elle réagit ainsi aux seuls deux doigt qu’elle avait fait se balader. Être enceinte ne signifiait rien de particulier pour elle non plus, elle l’avait été tant de fois et depuis si jeune que c’était juste des passages à vivre qui ne l’empêchait pas de faire son métier. Elle n’avait pas d’affection particulière pour les enfants qu’elle avait eu, elle ne les avait vu que lorsqu’ils étaient sorti de son ventre après tout :

« C’est amusant pourtant d’avoir le ventre tout rond qui bouge tout seul des fois. Pis t’as des seins encore plus gros qu’en t’es enceinte et quand tu te fait prendre tu ressens plus de chose. »

Elle disait cela comme ci ce n’était qu’un jeu ou un état passager comme un autre sans prendre en compte que c’était la naissance d’un nouvel être vivant qui en résultait. Elle regarda de nouveaux Lissandre quand elle se remit à son niveau à genoux mais elle ne comprit pas non plus pourquoi elle pleurer, elle ne lui avait pas fait mal et ce qu’elle lui demandait était quelque chose dont elle avait l’habitude, elle hocha la tête :

« Tu veux me payer pour que je voyage avec toi et que je te montre ce que c’est le sexe avec des choses que tu ne connais pas ? D’accord. »

Elle était souvent payer par les aventuriers pour partir avec eux alors ce ne serait pas très différent. Elle la regarda une nouvelle fois et elle semblait attendre autre chose alors Lylas décida d’aller l’embrasser fougueusement, la faisant tomber dans la marre sperme qui les entourait et en profita pour se frotter à elle, son opulente poitrine venant s’écraser contre les petits seins recouvert de latex de Lissandre et les exciter avec ses frictions. Elle ne rompit ce langoureux baiser que lorsqu’elle du  retrouver de l’air pour respirer.

Lissandre Verrières

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 38 mercredi 13 novembre 2019, 16:49:02

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°20

Grande inspiration !

Lissandre reprenait son souffle après ce délicieux baiser. Elle n’avait pas eu le temps de remercier Lylas. Elle avait dit oui ! Elle acceptait de voyager avec elle. C’était une formidable nouvelle.

Allongée dans le sperme du dragon, un plan à étapes se formait déjà dans sa tête. Elles ne voyageraient pas avant demain au minimum. Ce qui signifiait qu’elle devait passer la nuit quelque part. Cette taverne paraissait tout indiqué. Mais pour passer la nuit, il fallait retourner voir le tavernier pour donner quelques sous de plus.

Lissandre glissa sa main sur son sexe glabre. Sa combinaison de latex rose était déchirée. Elle ne voulait pas retourner voir le tavernier dans cet état-là.

Son autre main quitta le sol et un filet de dragon la reliait encore au sol. Sa combinaison rose était toute maculée de sperme. Elle ne voulait pas plus sortir dans cet état payé le tavernier. Il fallait donc qu’elle fasse un brin de toilettes.

« Lylas, où est-ce qu’on peut se laver ? »

*Est-ce qu’on peut au moins se laver dans cette taverne ? J’espère qu’on peut. J’espère que ce n’est pas trop loin de notre chambre ! *

La bourgeoise se remettait à s’inquiéter. Pas vraiment pudique, elle n’était tout de même pas exhibitionniste. Alors l’idée de se balader le sexe à l’air et le corps couvert de sperme dans une taverne d’un monde médiéval… Non. Elle ne voulait pas se faire violer par toute l’assemblée !

« Hum, tu veux bien venir avec moi ? Je ne peux pas retirer cette combinaison facilement et j’aurais donc besoin de toi pour nettoyer tout le sperme que je ne peux pas atteindre dans mon dos. Merci ! »

*Nous allons voyager toutes les deux ! Je suis si excitée ! *

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 39 mercredi 13 novembre 2019, 17:42:53

Lylas avait beaucoup voyager et s’était rendu dans de nombreux endroit en compagnie des marchands d’esclaves ou des aventuriers, des landes dévastées aux glaciale royaume des terranides, elle était allé dans des endroits reculés, au plus profond des forêts. Elle avait aussi rencontrer de nombreuses créatures, le monde de Terra n’était pas un endroit sûr, les dangers pouvaient surgir de parties une fois que l’on se trouvait sur la route mais elle voulait bien accompagné Lissandre, elle était payé pour cela après tout et ce ne serait pas différent que les fois précédentes.

Mais pour le moment la priorité de l’autre femme c’était de se laver afin de se débarrasser du sperme de dragon qui la recouvrait elle ainsi que ses vêtements. Lylas hocha la tête lorsqu’elle lui demande si on pouvait se laver et où :

« Au bout du couloir, il y a une salle pour se laver avec un bain et une douche. »

La taverne avait l’habitude de recevoir des clients comme eux et elle avait donc investi dans un ingénieux système pour ce laver à base de plusieurs bac relier à des réservoirs, ce qui permettait de se laver seul. La blonde à forte poitrine haussa les épaules quand Lissandre lui demanda de venir avec elle pour l’aider :

« D’accord. »


Contrairement à elle, Lylas n’avait aucun mal à se déplacer nue devant d’autres personnes  et même en étant couverte de sperme elle aussi. Elle se releva donc et sortie de la chambre pour montrer où ce trouvait la salle de bain à Lissandre en l’y menant :

« Voilà. »

Lissandre Verrières

Humain(e)

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°21

Lissandre rentra rapidement dans la salle de bain. Elle fut soulagée de découvrir qu’il n’y avait personne. Ce qui lui fit penser au dragon. Elle était sortie de la chambre sans le remercier ou lui dire au revoir. Est-ce qu’il serait encore là à leur retour ? Il y avait peu de chance. Et, en même temps, Lissandre ne voyait pas ce qu’elle aurait pu dire ou faire de plus.

Sa main plongea dans un bac rempli d’eau. Elle frissonna. Peu importe celui ou celle qui était passé avant eux, ça faisait longtemps qu’il ou elle était parti.

« Dis, Lylas, tu saurais où je pourrais trouver de quoi m’habiller ? »

Il n’y avait sûrement pas de latex rose ou quelque chose d’approchant sur ce monde médiéval. Ce qui n’était pas un problème pour la bourgeoise, tout compte fait. La destruction opérée par la queue du dragon était peut-être un cadeau en y réfléchissant.

« L’argent n’est pas un problème. Je pourrais acheter mes futurs vêtements auprès d’une reine si tu penses que ça m’irait ! »

Rencontrer une reine. Elle avait d’abord dit ça sur le ton de la plaisanterie. Mais à la seconde réflexion, n’était-ce pas une idée séduisante ? Lissandre essayait de s’imaginer le monde bourgeois médiéval. Les lieux qui accueillaient les grands festins. Les grandes salles qui voyaient de grandes fêtes et peut-être même des orgies ?

« Tu as déjà couché avec une reine, Lylas ? Ou peut-être travailler pour l’une d’elle ? »

Au final, la bourgeoise n’avait pas encore commencé à se laver. L’esprit en feu avant de sortir de la chambre, elle ne se rendait compte que maintenant qu’elle avait laissé sa caméra et son contenu ô combien précieux au-dedans.

*Faites que le dragon ne soit pas parti avec, faites que le dragon ne soit pas parti avec ! S’il vous plaît ! *

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana]

Réponse 41 mercredi 27 novembre 2019, 01:22:39

Dans la salle de bain Lylas laissa Lissandre faire comme elle voulait, elle n’était pas là pour la laver et pour elle il ne lui suffirait que d’un peu d’eau et de savon pour se remettre comme elle était toujours. Être prostituée c’était savoir se contenter de peu de toilette pour paraître le mieux possible, les clients se fichaient bien de l’hygiène, passant juste après un autre client sans rien dire. Quand il pleuvait, elle avait déjà passer des journée couchée dans la boue à enchaîner les rapports sans que cela ne pose le moindre problème, la terre, la crasse, la boue, tant qu’elle pouvait accueillir les sexes des clients en elle, ces derniers ne se posaient pas trop de question.

Quand Lissandre lui demanda où est-ce qu’elle pouvait trouver des vêtements, elle haussa les épaules tant la réponse semblait évidente :

« Il y a des marchands un peu partout et beaucoup vende des étoffes, des tissus, des habits de plus ou moins de valeurs. »

S’habiller n’était pas un des passe-temps de Lylas, même sans son travail elle aimait être nue et n’avait aucun problème pour se promener sans rien pour la couvrir, son seul véritable habit c’était ce léger tissu vert qui ne couvrait pas plus son corps que lorsqu’elle ne l’avait pas. :

« Une reine ? Il y a beaucoup de reine. Et oui j’en ai vu, j’ai travailler pour et j’ai souvent coucher avec. Par delà les mers il y a un désert où une tribu n’est peuplée que de femme, elles sacrifient les enfant mâle, la reine est une élue des dieux qui lui offre un pénis et c’est elle qui féconde les autres femme de la tribu. »

Elle savait que Lissandre aimait ce genre d’histoire alors elle lui en raconta pendant qu’elle se lavait, elle lui parla de la reine magicienne qui avait invoqué ses golem pour s’amuser avec elle. De la nécromancienne des terres gelées qui avaient décimé tout un régiment de soldat qu’elle avait accompagné et les réanimés lui étaient passé dessus pendant des jours avant que le sorcière finisse par se lasser et la laisse s’en aller. Elle parla également des reines qui faisait appel à elle pour faire découvrir les plaisir de la chair à leurs fils ou fille, ce n’était pas vraiment ses favoris car souvent très jeune et peu endurant et parfois même forcé par leur mère de faire cela.

Cela faisait si longtemps qu’elle faisait cela et elle avait vu tant de chose qu’on aurait pu croire qu’elle avait déjà vécu mille vie ou qu’elle mentait mais Lylas était tout ce qu’il y avait de plusu honnête.

Lissandre Verrières

Humain(e)

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°22

La bourgeoise avait eu des réactions opposés en écoutant les histoires de Lylas et de toutes les reines qu’elle avait rencontrées. Celle avec le golem lui avait fait imaginer un scénario des plus torrides. Une salle aux dorures dans laquelle la reine avait invoqué ses servants. Une magie avait travaillé leur corps inerte en magnifique sextoy doué de vie. Une scène de sexe mêlant richesse et fantasy. Elle avait adoré.

La suivante lui avait fait froid dans le dos… Déjà, apprendre que les nécromanciens n’étaient pas qu’une invention de la Terre lui avait presque fait regretter d’avoir posé la question à la prostituée. Mais elle en parlait d’un ton tellement banal que la pillule était passée. Puis, sentir ses mains lui frotter son corps enveloppé de latex rose… Elle s’était concentrée sur ses sensations là. Erotique mais non sexuelle. Elle avait profité de ce moment comme un « retour au calme » après les sensations très fortes qu’elle avait eu avec l’homme-dragon.

La suite avait été des plus banale. Toutes deux étaient retournés dans la chambre. L’homme-dragon n’était pas parti. Il ne voulait pas partir comme un voleur, et ne voulait pas que l’un d’eux s’empare des affaires de celle qui lui avait offert une formidable partie de jambes-en-l’air. Il était même jusqu’à lui décrire où il habitait. Si jamais elle voulait recommencer un jour ou l’autre. Puis il était parti. Et ça avait été au tour de Lylas.

Elles se reverraient le lendemain après une bonne nuit de sommeil.

[…]

Le lendemain, Lissandre attendait Lylas dans la rue. Elle regardait chaque visage qui passait dans la rue. Pour une fois, être la cible des regards la déstabilisait un peu. Il lui fallait un temps d’adaptation.

Alors, pourquoi cette gêne pour une bourgeoise qui s’habillait de cuir rose et voulait une carrière dans la pornographique ? Parce qu’elle s’était habillée. Enfin, elle avait acheté une cotte de maille. (la plus légère qu’elle ait plus trouvé) qui lui descendait cinq dix centimètres après les ravages que la queue de l’homme dragon avait fait à sa combi. Elle avait ajouté un plastron qu’elle avait –par on ne sait quel miracle- réussi à obtenir en rose. Puis, pour couronner tout ce délire de « Pink Knight », elle avait acheté des épaulières.



Mais il n’y avait pas que ça qui la mettait dans un léger inconfort. Ce n’était pas juste ce délite de guerrière fantasy se trimballant toujours le sexe à l’air (mais à l’abri des regards directs). Ce qui ajoutait à son inconfort était la compagnie qui attendait Lylas avait elle. Un Centaure imposant. Un être qui paraissait tenir le rôle de Sage dans son village plutôt que celui de moyens de transport. Car c’était avec une compagnie de centaure que Lissandre commencerait à voyager.



« Lylas ! »

Elle était arrivée. Lissandre lui fit de grands gestes de bras pour attirer son attention. Un grand sourire accueillit la prostituée.

Lylas Hana

Humain(e)

La fin de journée fut également des plus banales pour Lylas,  après avoir quitté la compagnie du dragon et de Lissandre elle était tout simplement retourner là où elle habitait. Puisque l'autre femme l'engageait pour faire un voyage elle devait se préparer même si cela ne prendrait pas beaucoup de temps, elle n'avait qu'assez peu d'affaires.

Totalement nue dans sa chambre elle pris un moment pour se regarder dans le miroir, scrutant le moindre détail de son corps sur lequel tombait une cascade d'or qui arrivait jusqu'à ses chevilles.  Elle tourna sur elle-même pour faire voler ses cheveux avant de passer au choix des vêtements qu'elle allait prendre pour le voyage. La grande majorité de ses habits n'était pas plus épais que sa tunique verte mais suivant le temps du voyage et d'où elle allait il fallait des tenues de rechange même si la nudité ne l'a dérangeait pas. Elle pris des tenues faites de voiles comme celles des danseuses des tribus du désert, une tenue plus couverte avec de la fourrures au cas où elle irait dans le froid.

Le lendemain elle remit sa tenue verte mais elle y ajouta une parure de bijoux en or. Un collier, deux bracelets  larges et de plus fin aux chevilles. Elle alla ensuite retrouver Lissandre pour marquer le début du voyage. En arrivant sur place elle aperçu également le centaure et le salua ainsi que l'autre humaine :

"Bonjour, je suis prête."

Lissandre Verrières

Humain(e)

Reportage pornographique dans une rue médiévale [avec Lylas Hana] – réponse n°23

« J’aime beaucoup tes bijoux, Lylas. C’est simple et ça met en valeur ta beauté ! »

Le torse bombé, la main tenant son long bâton, les yeux du Centaure plongeait carrément dans le décolleté de la prostituée.

Sa patte arrière frappa le sol. Le geste ressemblait à celui d’un humain qui tordait sa cheville après être resté trop longtemps debout. Mais ce n’était pas ça et le bruit fut le déclic pour la bourgeoise. Sa bouche se transforma en un petit « o » de surprise.

« Monsieur le Centaure a accepté de voyager avec nous deux suite à une condition. »

Le prix n’étant pas un problème pour la bourgeoise, elle aurait pu marchander et parvenir à payer l’intégralité de ce début de voyage sans se voir imposer de conditions. Mais ce n’était pas dans l’intérêt de la réalisatrice. Surtout que la condition avait quelque chose qui lui colorait déjà les joues de rouge rien qu’à imaginer les futures scènes.

« Il connaît ta réputation seulement de nom. J’ai été surprise de savoir que par-delà cette ville, ton nom était connu. Donc, une fois sortie de ville, quand on aura rejoint le reste des siens : il voudrait te »

Elle ne savait pas comment le formuler. Parce que Lissandre restait une humaine qui vivait dans un monde qui sortait il y a peu de trafics d’humains. Un monde qui voyait des femmes et des filles se faire vendre à des hommes sans moral. Alors oui, il y avait une partie de culpabilité en elle. D’un autre côté, elle avait été plus que témoin des performances de la prostituée. Et de la façon dont elle voyait le monde.

« Monsieur le Centaure voudrait te faire l’amour et attester de ta légende. »

Ensuite, le voyage débuterait vers les montagnes. Par-delà un fort dénivelé positif se trouvait une ville où vivait des hommes-oiseaux.

*Le sexe en trois dimensions. Ce doit être un spectacle formidable ! Et quelle expérience ça doit être ! *


Répondre
Tags :