Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS
Inscrivez-vous

SoeurAlix

Humain(e)

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

mercredi 11 juillet 2018, 14:18:31

Ça ne cultive pas vraiment, de marcher des heures durant dans les allées du parc du couvent, en récitant des psaumes, pas plus que ça n'enrichit l'esprit de manger en silence et de jeûner le dimanche. Alors, maintenant que j'optimise de mieux en mieux les passages pour m'éclipser du couvent, quelques heures voire plus, le jour ou la nuit selon les circonstances, je peux enfin découvrir autre chose de ce Japon où mes parents m'ont envoyée pour me punir. Tout ça parce qu'ils m'ont vue lécher la chatte de Léa ou me faire enculer par Maxime. Mais, s'ils connaissaient ce pays, ils m'en extrairaient aussitôt ! Ici, on baise, on jouit, on ne se cache pas. Hommes comme femmes, jeunes ou moins jeunes, ça baise, et je ne m'en suis pas privée ; la sanction deviendrait presque un plaisir.

Mais il m'arrive aussi de sortir pour m'enrichir, non sur les pratiques sexuelles locales, mais sur ce fascinant et mystérieux pays. Et là, j'ai pris mes précautions, départ en matinée du couvent, en ce premier dimanche appelé « journée d'activités libres » (à l'intérieur, bien sûr!) pour aller voir ce qu'est un sanctuaire shinto.
Bon, c'est vrai qu'une nonne dans un tel endroit, ça peut paraître incongru. Mais les japonais ont une telle réputation de tolérance, que j'ai trouvé un compromis : sous ma tenue de religieuse, j'ai mis de jolis dessous noirs, plus « civils » en fait.

Traverser le parc, pour aller vers la partie plus arborée, est désormais un chemin que je connais pas cœur. Je sais juste que le temple est derrière les arbres, et qu'il faut d'abord passer par le Shamusho. Vu que je suis ici incognito, autant respecter les règles. Et, là aussi, règne cette même chaleur que j'ai trouvée, depuis mon arrivée, sauf dans le couvent bien entendu.
Ma tenue de nonne ne semble pas du tout les surprendre, et je comprends qu'il y a beaucoup de religieuses qui viennent ainsi visiter les lieux. Mais je ne sais pas si, comme moi, elles fantasment sur la jolie brunette de l'accueil, un adorable brin de femme au sourire ravageur. Ça change vraiment de la Mère sup et des sœurs qui forment sa garde rapprochée !

Tout respire la sérénité ici. Pour moi qui aimerais bien faire résonner une église quand je prends mon pied, voilà un endroit dont je n'oserais pas troubler la quiétude. Tout est feutré, même les allées ; j'ai l'impression d'à peine les effleurer, et je marche délicatement, comme les autres visiteurs.
Pourtant, quand je vois toutes ces couleurs vives, quand je vois ces adorables petits Sessha de part et d'autre, je me dis qu'on pourrait s'y cacher pour faire des trucs, genre un pour chaque couple, et on baise en choeur et synchro. C'est plus fort que moi ; m'expédier ici n'a rien changé, bien au contraire, et je vais finir par sauter sur tout ce qui passe.

D'ailleurs, à laisser de telles pensées lubriques m'envahir, ma culotte est déjà mouillée, lorsque j'arrive enfin au Haiden. Je ne sais ni comment prier, ni pour quoi je vais prier, mais il faut arrêter cette tension, avant qu'elle me fasse perdre tout contrôle.

Akira Fubuta

E.S.P.er

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 1 mercredi 11 juillet 2018, 15:18:55

Guère plus loin, allongée au beau milieu de la pièce, se prélassait Akira. La jeune femme s'était invitée à l'intérieur sans demander l'avis de personne, ce qui constituait un sacrilège des plus inadmissibles. Mais quelle importance pour la jeune femme, personne n'était présent au Haiden en ce début de matinée. Le jour avait a peine commencé à se lever, et seules les bougies du temples éclairaient les tapisseries de leur lueur fuligineuse, éclairant au passage une Akira en maillot de bain. Oui, pour ne pas arranger les choses, la jeune pécheresse était vêtue de simples sous-vêtements rouges. Il faut dire que la jeune femme était venue ici via un portail inter-dimensionnel, et n'avait pas pris la peine de se changer. Elle avait simplement eu l'envie soudaine de se relaxer dans un temple, dans ces pièces calmes et parfumées ou personne n'irait la déranger. Il était trop tôt pour que les jeunes croyants ne viennent effectuer leur seishiki sanpai en cette matinée au temps chaud et humide.

Akira devait être ici depuis deux ou trois heures à vrai dire. Plus tôt dans la journée, la jeune aventurière se prélassait au soleil des Seychelles, réfléchissant à un moyen de se détendre d'avantage. Elle avait trop souvent bronzé sur les plages chaudes de la terre, et cela faisait quelques mois qu'elle n'avait pas fait l'amour. Akira avait envie de baiser, pour être plus brut. La jeune femme ne s'étant jamais retenue, cette situation était particulièrement frustrante. Mais le peu d'individus avec qui elle était entrée en contact n'étaient guère plus attirants qu'un monsieur tout le monde ou qu'une secrétaire médicale. Quelle horreur ! Akira ne voulait baiser qu'avec des personnes ayant quelque chose à lui offrir, des personnes hors du commun ou suffisamment intéressantes pour éveiller sa curiosité. En tant qu'aventurière, la jeune femme avait découvert de nombreuses choses, mais il lui en fallait toujours plus !

C'est alors, qu'à sa grande surprise, Akira entendit des bruits de pas et aperçu une silhouette devant la porte. La lueur des bougies n'éclairaient guère plus que l'intérieur de la pièce, mais Akira discerna la tenue de la personne à l'entrée. Une nonne ? En ce lieu ? S'était-elle trompée d'endroit ? Peu importe, Akira ne comptait pas se déplacer pour une nonne égarée.

Allongée sur le dos, à demi courbée, il fallait bien reconnaître que la jeune femme était très attirante. Sa tenue légère laissant deviner ses formes généreuses, mises en valeurs par la lueur des bougies, Akira semblait naturellement sensuelle. C'était dans sa nature, d'être belle. Le moindre de ses mouvements reflétait un certain charme couplé à une lubricité exacerbée. Oui, elle était enveloppée d'une aura pleine de sexe, comme si sa simple présence était une invitation à copuler. C'est donc ce que pouvait sûrement remarquer cette nonne, vers qui Akira tourna la tête, surprise.

- Seriez-vous égarée ?
Je suis ouverte à tous types de rp, alors n'hésitez plus  ♥ ❤ ❥ ❣ ❦ ❧

SoeurAlix

Humain(e)

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 2 mercredi 11 juillet 2018, 16:56:17

Peut-être ce Haiden apaisera-t-il mes esprits. Si Dieu n'y parvient pas, autant m'adresser à une divinité locale, plutôt que de finir en Enfer pour de bon ! Tout est si calme, ici, et c'est comme si l'heure ne comptait pas. « Allez, Alix, reprends-toi. Tu vas entrer là-dedans, et t'apaiser ». Si je n'y parviens pas, je suis perdue. Autant ma vie, dans le Limousin, me paraissait simple et limpide, Maxime et Léa me comblant au fil de mes envies et de leurs présence, autant ici, ça part dans tous les sens. J'ai sans arrêt le sexe qui appelle, et, si je parvenais à introduire un gode dans le couvent, je crois que je m'en servirait au long de chaque nuit.

Je reprends mon souffle, j'entre en ce lieu mystique. Je pousse doucement la porte ; il y a peut-être quelque fidèle matinal, occupé à prier. J'entre, presque sur la pointe des pieds, mais tout bruit dans un tel calme prend une dimension de vacarme, même quand je repousse délicatement la porte derrière moi.
Mes yeux essaient de s'habituer à la pénombre, seulement traversée par les flammes dansantes de quelques bougies. C'est exactement comme je le pensais. Un vrai havre de paix, sans tous les échos des églises que je connais.
Je ne sais pas ce qu'ils utilisent. Ont-ils un prie-dieu enfin un truc où se mettre à genoux ? Dois-je ôter mes chaussures ? Et où aller vraiment ?
Peu à peu, je parviens à distinguer, les murs, un couloir, une espèce de grande pièce.

Et soudain, mon regard se fige. Une femme ! En maillot de bain ! Rouge en plus ! En fait, juste deux petits bouts de tissu, l'un qui cache à peine ds seins qui se dressent à la lueur des bougies, et l'autre qui ressemble plus à un string encore plus mini.
Même Léa, quand elle m'allumait, n'était pas aussi sexy ! Je dois rêver, ce n'est pas possible. Pas ici ! Pas comme ça !
« - Seriez-vous égarée ? »
Je ne rêve pas, j'ai bien entendu sa voix.

« Euh, non... Enfin, je cherche... »
Je ne parviens même pas à structurer mes phrases. J'étais venu taire mes démons, et je trouve pire encore. Je ne me purifierai pas aujourd'hui, je sens une chaleur trop connue s'insinuer dans mon bas-ventre.
Car cette apparition est jolie, un vrai canon. Ses seins sont prêts à faire éclater le haut de son maillot, et son string ne semble là que pour faire bien.

J'essaie de me rassurer en me disant que c'est peut-être une tradition locale, et je parcours la salle à la recherche de quelque fidèle en prière. Mais rien, rien de rien, personne !
Et elle me regarde toujours.
« Enfin, voilà, je viens, je viens découvrir... ».
Découvrir quoi, au fait, en parlant à une femme quasi nue dans un temple ?

Akira Fubuta

E.S.P.er

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 3 mercredi 11 juillet 2018, 17:46:03

Akira ancra son regard d'émeraude sur la nonne. Maintenant qu'elle était un peu plus visible, Akira la trouva parfaitement à son goût. Belle, et jeune ! Parfaitement son style. Akira n'avait encore jamais baisé avec une nonne, elles étaient toutes si prudes et moches... celle-ci dégageait quelque chose de spécial. En fait, Akira était même sure que cette nonne était pleine de vice. Son odorat développé sentit aisément quelque chose d'anormal sur le corps de la jeune femme... une odeur qu'elle connaissait bien. De la mouille ? Pour quelle raison pouvait-elle déjà être excitée ? Serait-ce Akira qui lui faisait cet effet ? Elle en doutait. Cette humidité datait d'avant. Lorsqu'elle lui expliqua vouloir "découvrir" quelque chose, Akira l'interrompit. Elle savait parfaitement ce qu'elle était venue chercher, ou du moins elle le pensait.

- Ton entrejambe est toute mouillée.

Akira se redressa pour lui faire face. Elle était de plutôt bonne taille pour une femme, un bon mètre soixante dix. Ni trop grande, ni trop petite. Tout comme ses proportions. Sa poitrine était grosse, certes, et l'on en devinait les formes. Mais elle était bien loin de pouvoir égaler les immenses obus des jeunes femmes de seikutsu, ce qui était plus ou moins la norme en cette ville. Son fessier, lui était si rebondit et bien formé qu'il aurait pu être fait de guimauve. Qui sait, peut-être était-ce le cas ? Il suffisait de toucher pour le savoir...

Enfin, sans surprises, la jeune femme possédait un corps athlétique. Un ventre plat est le minimum acceptable pour une bombe sexuelle tel qu'elle. Ce sont du moins les critères qu'elle se fixait. Et alors qu'elle parcourut du regard la jeune nonne, Akira tenta de deviner ses formes. Il fallait dire que sa tenue était assez dérangeante pour cela... peut-être était-ce une invitation à la retirer pour en voir plus. Akira aimait les défis, après tout. Et ses envies grandissaient à mesure qu'elle était en présence de la belle nonne. Akira s'approcha d'elle, et tira légèrement sur les pans de sa tenue, comme pour l'inviter à l'enlever.

- Dis moi, belle créature. Quel est ton nom ?

Elle se pencha légèrement pour dévoiler un peu plus ses seins, quasiment ses mamelons... quelle mignonne jeune femme ! C'est décidé, Akira en fera son quatre heures ! Et son déjeuner, son dîner, son en-cas, son bento et son dessert !
Je suis ouverte à tous types de rp, alors n'hésitez plus  ♥ ❤ ❥ ❣ ❦ ❧

SoeurAlix

Humain(e)

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 4 mercredi 11 juillet 2018, 21:25:03

« Ton entrejambe est toute mouillée. », sa remarque me coupe net tout élan. Comment peut-elle savoir que je suis disons très troublée ? Ma bure est dans un tissu bien rêche et bien sinistre, et ça ne laisse rien transparaître, même pas que ma culotte est humide, en effet. « Alix, reprends-toi ; tu es ici dans un lieu de prière, pas de débauche ! ». Je me redresse aussitôt, pour lui faire face, bien droite dans mon truc noir, quand elle a quasiment sous mes yeux ses seins aux belles formes, juste ce qu'il faut, aux tétons à peine cachés par un bout de tissu rouge. Hum, je repense à Léa, quand nous allions à la mer, et que nous enlevions nos habits une fois dans l'eau, pour mieux se tripoter. Voilà qui ne va rien arranger à mon entrejambe !
« Mais non, pas du tout ! » parviens-je à bredouiller, sans vraiment de conviction.

Il ne faut pas qu'elle me lance un deuxième commentaire à ce sujet, même si elle n'a pas vraiment tort. Par acquis de conscience, je vérifie, sans quitter des yeux, et même si je dois lever la tête vers elle, son regard si beau, mais si insistant aussi. Mes mains glissent au devant du vêtement, et j'ai aussitôt l'impression que mes seins sont gonflés, et tendent le tissu. Mes mains continuent, se portent à ma taille, insistent en appuyant sur ma robe de bure, espérant qu'elle ne va pas prendre ça pour une invitation, et croire que je me tripote devant elle.

Même pas le temps d'y penser, qu'elle a déjà tiré les pans de mon seul habit de protection, comme pour en jouer. Eh, je ne vais pas me mettre en petite tenue ici !
« Eh, faut pas toucher à ça ! Ca ne se fait pas dans un lieu à prière. »
Ouf, j'espère avoir gagné un peu de temps, un répit pour retrouver mes esprits. Ce n'est pas que ça me déplaise, moi qui n'ai pas touché un corps depuis plus d'une semaine. Je suis dans un état de manque que, femme ou homme, je prends tout. Et celle-là, elle est aussi sexy que délurée !

« Dis moi, belle créature. Quel est ton nom ? »
Ah, elle revient au bon sens, même si rien ne retombe en moi.
« Euh, Alix », mais, bombant le torse, j'ajoute « Non, Soeur Alix, plutôt ». Mais çe ne me plaît toujours pas, « Et puis, je ne suis pas une créature ! ». Bizarre, j'ai le sentiment qu'elle se moque de ce que je peux dire, car ses yeux sont, comme on dit, des yeux qui déshabillent.
« Et... Et vous ? Vous êtes qui ? Et vous faites quoi là... euh, comme ça ? »

Akira Fubuta

E.S.P.er

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 5 mercredi 11 juillet 2018, 21:53:30

Akira s'amuse de la réaction de la jeune nonne. Qu'elle est craquante, mais si facile à lire à la fois. Akira risque de bien s'amuser avec elle, et de lui faire toutes sortes de choses. Souiller une nonne, quelle activité amusante ! La jeune femme pensait déjà à toutes les choses sales qu'elle pourrait lui faire, et lui faire faire. Akira n'étant pas spécialement une dominante, il lui arrive pourtant d'avoir certaines envies de ce genre. Et il fallait dire qu'une religieuse était précisément le genre de personnes à éveiller cet instinct chez elle. Sans surprises, elle avait honte de mouiller ainsi ! Akira prit donc les devants et alla passer une main sous sa tenue pour toucher sa culotte du bout des doigts, et constater qu'elle était effectivement mouillée. La jeune femme lui sourit, sans la quitter des yeux, et vint lécher la mouille de la nonne sur ses doigts.

- Mmmh... mentir est un péché non ?

Quelle petite effrontée. Akira la provoquait, et elle semblait pourtant résister, tant bien que mal. Peut-être tentait-elle de s'auto persuader d'être pure. Ce n'était pas le cas. Akira avait l'oeil pour cela, et elle ne comptait pas perdre de temps à attendre qu'elle veuille bien se confier. Il fallait prendre les devants, mener la danse, et lui faire envie. Sous l'excitation, la nonne allait forcément craquer ! C'est tout ce dont Akira avait besoin. Et en voyant la jeune femme se tripoter, du moins c'est ainsi qu'Akira l'interpréta, elle attrapa la main de son interlocutrice pour la porter à son sein gauche. Puisqu'elle se tripotait, pourquoi ne pas en faire de même avec elle ?

- Allons, ne joue pas aux prudes alors que tu te tripotes devant moi, ma belle. Le sexe peut être une manière de prier aussi !

En effet, les yeux d'Akira semblaient déjà avoir déshabillé la nonne. Mais finalement, la jeune femme décida de la laisser le faire elle-même. Il fallait l'amener à quitter sa tenue de son propre chef, pour qu'elle lui prouve à quel point elle voulait, elle aussi, baiser. Après tout, ce n'était pas à Akira de tout faire !

- Alix ? Enchantée, moi c'est Akira !

Lui répondit-elle, alors qu'elle maintenant toujours la main d'Alix contre son sein dont le téton commençait à pointer sous l'effet de l'excitation. Il lui en fallait peu.

- Je suis venue... me détendre...

Je suis ouverte à tous types de rp, alors n'hésitez plus  ♥ ❤ ❥ ❣ ❦ ❧

SoeurAlix

Humain(e)

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 6 mercredi 11 juillet 2018, 23:18:32

Je rougis, écarlate, lorsqu'elle vient sans aucune gêne passer sa main sur ma culotte. Le cri, de stupéfaction ou de colère je ne sais pas, reste coincé dans ma gorge. Alors, quand je vois qu'elle porte effectivement à sa bouche un doigt dont les traces ne laissent aucun doute, je baisse les yeux. C'est le première fois que je me fais piéger aussi stupidement !
« Mmmh... mentir est un péché non ? »
Oui, je le sais !
« Euh, c'est que... Enfin, ça ne se fait pas ! ». Je ne parviens toujours pas à relever la tête, comme si j'ai été prise en faute par la Mère sup, et que j'attends quelque chose d'imprévisible qui va me tomber dessus.

Mais le pire n'est pas ça. La situation elle-même commence à m'exciter, et c'est là que je risque de perdre le contrôle de la situation. D'abord le lieu a quelque chose d'original, d'interdit même. Ensuite cette femme, déjà peu vêtue pour l'endroit, mais surtout au corps vraiment sexy. Et il y a ce foutu manque qui me ronge, qui me ferait faire n'importe quoi. Elle me demanderait de me mettre nue à quatre pattes, que je le ferais illico, si elle me promet de s'occuper de moi ensuite.

Alors, quand elle prend ma main pour le poser sur son sein, je sens une de ces décharges me lacérer le bas-ventre, et un grand soupir s'échappe malgré moi.
« Allons, ne joue pas aux prudes alors que tu te tripotes devant moi, ma belle. Le sexe peut être une manière de prier aussi ! »
Ce sein, cette forme, j'en sens la douceur, la rondeur, la chaleur, j'ai envie de le lécher, j'ai envie d'en sucer le téton. Ça me brûle, mon sexe est en fusion sous ma sage bure de nonne, et je dois avoir le visage rouge écarlate.

« Alix ? Enchantée, moi c'est Akira ! »
Heureusement qu'elle a désamorcé, car je crois que j'aurais pu jouir de ce simple contact. Il faut vite que je retrouve de la contenance, mais avec ma main sur son sein, c'est dur.
« Vous êtes très belle, Akira. Mais tout le monde vient ici comme ça ? »
Je perds pied, je le sais, et elle doit s'en douter aussi.
« Je suis venue... me détendre... »
Moi qui venais ici de manière très instructive, je me demande si j'ai bien lu toutes les caractéristiques du sanctuaire shinto. À moins que, en fait d'instruction, ce soit dans un tout autre domaine que je progresse, d'autant que me reprend la chaleur d'ainsi empaumer ce sein.
« Mais moi, je... je ne... ». Je ne parviens pas à parler, en fait, car, hors de mon contrôle, mes doigts saisissent le téton à travers le tissu rouge, et s'en amusent.

Tout commence à m'échapper, je dois me reprendre !

Akira Fubuta

E.S.P.er

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 7 mercredi 11 juillet 2018, 23:41:56

Akira lui adressa un sourire plein de candeur, contrastant avec son comportement sulfureux. La jeune femme était après tout une simple joueuse en manque de sexe, pas une psychopathe ou une nymphomane invétérée. C'est donc avec beaucoup de bienveillance qu'elle cherchait à se faire plaisir, et à faire plaisir à sa nouvelle partenaire de jeu. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir faire d'elle, hmm ? Pourquoi ne pas commencer par lui donner des directives...

- Allons, nous avons envie de ça toutes les deux.

Alors que la main de la jeune nonne est placée contre son sein, Akira se régala de sa réaction. Elle semblait comblée, envieuse, comme si elle tentait de contenir une pulsion. Il ne fallait pas la lâcher en si bon chemin ! Après tout, Akira aussi était au bord de l'explosion... elle savait simplement mieux gérer ses envies. Seul son regard intense, brûlant, trahissait les envies les plus bestiales que son corps et son esprit tenaient.

Akira ne lui répondit pas ensuite, laissant la nonne se rendre compte que son discours était inutile. Et alors qu'elle lui saisit le téton à travers le maillot, Akira poussa un petit cri sensuel.

- Hmmmm !

C'est bon. Elle voulait plus, elle en avait maintenant la preuve. D'un geste lent, Akira la poussa pour la mettre doucement au sol, sur le dos. Une fois la jeune nonne en place, Akira se plaça debout au dessus d'elle, jambes écartés, une de chaque côtés de sa tête. D'un geste lent et sensuel, la jeune femme écarta le bas de son maillot pour dévoiler une intimité humidifiée par le désir... les yeux dans les yeux, Akira lui susurra.

- Allez... lèche.
Je suis ouverte à tous types de rp, alors n'hésitez plus  ♥ ❤ ❥ ❣ ❦ ❧

SoeurAlix

Humain(e)

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 8 jeudi 12 juillet 2018, 00:30:56

« Allons, nous avons envie de ça toutes les deux. »
Oh, je ne le sais que trop.
Elle, je n'en doute pas.
Moi, j'en suis certaine.

Et, vu son « Hmmmm », c'est que je n'ai pas perdu la main, depuis Léa. Malgré le tissu, je sens son sein qui se gonfle, je sens son téton qui se dresse, et mes seins, encore prisonniers, sont dans le même état d'excitation. Ma bure me tient de plus en plus chaud, elle cache le volcan qui se consume dessous, mais n'en évacue pas la chaleur. Malgré la très légère fraîcheur du matin, je ne vais pas longtemps garder ça sur moi !

Pourtant, je me laisse allonger comme ça, et mes yeux manquent sortir de leurs orbites, quand elle m'enjambe, quand je vois ces jambes si belles, quand elle écarte son maillot, quand elle me montre ce coquillage humide.
« Allez... lèche. »
Elle n'avait pas besoin de me le dire ! Ma langue était déjà sortie de désir, avant qu'elle ne s'accroupisse.
Cette humidité ! Cette senteur ! Ce spectacle ! Ma langue pointe désespérément vers le haut, guettant le contact de la peau, attendant avec impatience, me provoquant un délicieux frisson, lorsqu'elle frôle enfin les grandes lèvres, lorsque je sens la douceur et le sucré, lorsque j'entends de délicieux soupirs sous cette première caresse.

Un encouragement, car ma langue continue. Sa pointe ondule, effleure, goûte. Cet antre d'amour s'ouvre plus encore, les petites lèvres appellent à leur tour les caresses, et je rêve déjà de gober ce petit bouton pour le rendre fou de tournoyer.
Peu importe le lieu, ce suc est un délice, cet abricot est un bijou, qui s'ouvre de plus en plus.
Tout comme le mien qui doit être dans un de ces états !

Alors, sans cesser ma divine dégustation, mes mains, libres, ouvrent la robe de bure par le devant, tous les boutons, et l'écartent pour qu'un doigt puisse enfin m'apporter un peu de soulagement au travers de ma culotte. Trempée ! C'était si évident.

Akira Fubuta

E.S.P.er

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 9 jeudi 12 juillet 2018, 01:09:44

Akira se raidit violemment alors que le premier coup de langue passa sur son intimité détrempée. La jeune femme était particulièrement douée pour exprimer son désir à travers son corps, en témoignait les litres de fluides corporels que celui-ci pouvait éjecter. Pour l'instant, elle ne se contentait que de mouiller abondamment, jusqu'à couler le long de ses jambes et sur le visage d'Alix. Mais plus tard, peut-être allait-elle faire plus... après tout, dans l'excitation, Akira ne répondait plus de rien, et s'en remettait à son corps pour s'exprimer à sa guise.

Les lèvres intimes de la jeune femme étaient dores et déjà gorgées de plaisir, humidifiées à leur paroxysme, émettant divers bruits obscènes sous les coups de langue de la nonne délicieuse qui s'occupait maintenant d'elle. Cet endroit n'était pas du tout adapté ! Et c'est bien ce qui l'excitait. Le jour n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez, elles devaient donc faire vite... du moins pour l'instant. Rien ne dit qu'Akira se contenterait de faire l'amour ici. Elle connaissait plein d'autres endroits ou l'on pouvait s'amuser...

Les yeux humides et les joues roses, Akira regarda Alix avec délice.

- Aaaah put... flûte... continue... plus vite...

Quelle rencontre agréable ! Les deux jeunes femmes ne se connaissaient ni d'ève ni d'Adam, et s'étaient rencontrées il y a dix minutes à peine. Comme d'habitude, le sexe était la meilleure excuse, la meilleure façon de rapprocher les gens entre eux. Akira en était certaine, et avait appliqué cette leçon partout ou elle allait. Le sexe liait les gens. Le sexe résous tous les problèmes et tous les maux, il est le remède ultime. Qu'il soit doux ou violent, passionné ou humiliant, le sexe était toujours quelque chose de grandiose, et d'inoubliable.

Et Akira comptait bien s'occuper d'Alix, parallèlement à ses coups de langue. La jeune nonne semblait ne plus tenir en place. Alors qu'Akira plaça ses mains dans les cheveux de la jeune femme pour maintenir sa tête contre sa chatte humide, elle lui caressa lentement l'entrejambe du pied. Un simple frottement langoureux, sans même utiliser ses mains. Alix allait devoir se contenter de ça, et procurer plus de plaisir à Akira pour qu'elle daigne s'occuper d'elle...
Je suis ouverte à tous types de rp, alors n'hésitez plus  ♥ ❤ ❥ ❣ ❦ ❧

SoeurAlix

Humain(e)

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 10 jeudi 12 juillet 2018, 09:12:18

J'adore son miel, et je suis heureuse de voir que je lui fait cet effet-là. La pointe de ma langue, comme un petit serpent ondulant, se plaît à frôler ses lèvres intimes. Je ne sais plus comment j'en suis arrivée là, à faire ça dans ce lieu, vêtue, ou plutôt quelque peu dévêtue, mais je m'en moque. Je retrouve enfin ces sensations, elle mouille tant sous mes coups de langue, et ça me met dans un état qui me rassure ; le couvent n'a pas diminué mon envie de jouir. Bien au contraire, même, il semble que le manque me condamne à en vouloir toujours plus, dès que je peux satisfaire mes envies.

Ma main quitte à regret ma culotte, pas de doute de ce côté-là, et mes deux paumes viennent enserrer mes seins, à travers le soutien-gorge noir. Pas de doute là non plus, mes seins sont gonflés, et je perçois aussitôt mes tétons raidis sous le tissu. Je me moque d'où je suis, et de qui meut me voir ! Je les pince, les étire, les malaxe moi-même, et cela me fait me cambrer plus encore la tête vers la chatte ruisselante de cette inconnue qui n'en est plus tout à fait une.

« Aaaah put... flûte... continue... plus vite... »
Oh, elle a failli dire un gros mot. Dommage qu'elle se soit retenue. Léa m'en disait, quand je la léchais comme quand elle me prenait, et ça m'excitait. Plus vite, a-t-elle dit ? La pointe de ma langue délaisse alors son cheminement sur ses lèvres intimes, et s'insinue vraiment entre, telle un petit sexe qui tourne et retourne, en quête de la moindre chaleur. Je m'applique, je ne cesse pas, je l'explore.

Mais ça ne doit pas lui suffire, car elle plaque bien ma tête contre sa chatte. Ah oui, eh bien tu vas voir ! Et ma langue quitte son chaud logement pour partir à la conquête de son petit bouton,qui semble l'attendre impatiemment, gonflé, sorti de toute réserve, et si sensible vu comme il réagit à mes premiers effleurements.

Est-ce pour réfréner cette envie en elle, envie dont mon palais est inondé d'ailleurs, qu'elle pose son pied sur ma culotte, me faisant sursauter.
« Hummmph », parviens-je juste à dire, le visage emprisonné contre sa chatte, mon bas-ventre essayant d'aller à la rencontre de son pied.
Je suis haut, très haut déjà, et je dois me retenir pour prolonger l'instant, et ne pas m'abandonner trop vite.

Akira Fubuta

E.S.P.er

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 11 jeudi 12 juillet 2018, 13:33:08

Akira continua de gémir, alors que l'humidité de sa chatte continua de croître. Quelle salope, mais quelle salope ! Akira était comblée par les assauts de la nonne. Comment cette petite dévergondée a-t-elle pu se retrouver nonne ? Mais à Seikutsu, tout était possible. Surtout les choses les plus improbables. Professeurs, nonnes, femmes de lois ou n'importe qui d'autre... toutes étaient dévouées au sexe. Comme Akira aimait cela ! La journée ne faisait que commencer, et elle avait déjà le privilège de se faire lécher la chatte par une jeune femme aussi belle que séduisante. Akira eut une réminiscence fulgurante de ses précédents rapports il y a quelques mois. Elle avait baisé avec des profs dans une salle de classe, sans même être leur élève, et avait enchaîné sur Mélona dans la piscine municipale ! Quelle vie mouvementée, mais si bonne... Alix avait eu de la chance de tomber sur elle. Et inversement, Akira avait eu de la chance de rencontrer une nonne aussi dévergondée.

Alors que ces pensées lui traversèrent l'esprit, Akira remarqua qu'Alix ne put s'empêcher de se tripoter les seins. Sans doute le désir était-il trop grand. Petite cochonne. Elle avait du mal à croire que cette jeune femme puisse être aussi frustrée, elle était trop belle pour ne pas avoir des rapports fréquents. Peut-être était-elle finalement dans la même situation qu'elle, à la recherche d'une amante un peu plus intéressante qu'un simple puceau en manque de sensations fortes. Et alors qu'Akira lui demanda d'aller plus vite, la nonne s'exécuta. Quelle audace ! Il ne lui fallut pas plus de temps pour mouiller d’avantage, alors même que sa chatte ruisselante déversait une quantité de mouille de plus en plus importante. Comme si elle n'allait jamais s'arrêter, que ce flot inépuisable contenu dans son corps se déversait continuellement vers la bouche de la nonne, et coulait le long de ses jambes pour commencer à former une mare à ses pieds. Une chose était sure, Akira avait de la réserve.... et Alix n'était pas en reste.

- Aaaaaah... hmmmmm... salope... salope !

La voix d'Akira tremblait de plaisir, et elle fit son possible pour rester debout de ses jambes chancelantes. Le plaisir était trop grand, tout son abdomen subissait des vagues de chaleurs constantes, traduisant un délicieux plaisir. La langue de la nonne était si humide et douce ! A la manière d'un sexe masculin ou d'une petite tentacule, celle-ci explorait son intimité dans les moindres recoins, du moins ce qu'elle pouvait atteindre. Les lèvres intimes d'Akira l'y invitaient d'ailleurs avec plaisir, s'ouvrant presque pour lui signifier que le passage lui était ouvert. Mais la partie devint encore plus intéressante lorsque la jeune femme s'attaqua à son bouton de plaisir, son clitoris gorgé d'un désir inépuisable. Il ne manqua pas de frémir au premier effleurement de la nonne, plus sensible encore que tout le reste. C'était son point faible, la source du plaisir le plus puissant qu'elle pouvait lui procurer. Son petit bouton rose.

Akira continua de maintenir le visage d'Alix contre sa chatte, remuant maintenant le bassin pour lui enduire totalement le visage de sa mouille, et frotter son intimité avec davantage d'ardeur. Elle n'allait pas tarder à craquer ! Akira le savait. Et il ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour ne plus tenir sur ses jambes, et tomber. Elle se contrôla cependant, pour tomber non pas sur le sol, mais sur le visage d'Alix. Akira était maintenant assise sur elle, sa chatte recouvrant le nez et la bouche de la nonne, alors qu'elle décida de pivoter pour s'attaquer à l'intimité de partenaire. La chatte ruisselante de mouille, assise sur le visage d'Alix, Akira enfonça deux doigts dans l'intimité détrempée de sa nouvelle amante, et commença à remuer avec une certaine ardeur. Il ne fallait pas qu'elle se repose, elle méritait de prendre son pied elle aussi. A mesure qu'Akira la doigtait, elle sentit son plaisir atteindre son paroxysme ! Elle n'allait pas tarder à jouir... et le torrent de mouille qui coulait maintenant dans la bouche d'Alix le confirmait.
Je suis ouverte à tous types de rp, alors n'hésitez plus  ♥ ❤ ❥ ❣ ❦ ❧

SoeurAlix

Humain(e)

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 12 jeudi 12 juillet 2018, 16:06:14

Je manque de plus en plus d'étouffer ! Léa mouillait, mais pas comme ça. Là, entre ma tête plaquée à la chatte de (Soeur?) Akira, et vu comme elle mouille, ça coule sur mon visage, et je ne dois sentir que ça. Mais que c'est bon !

« Aaaaaah... hmmmmm... salope... salope ! »
Je savais bien qu'elle ne s'empêcherait pas de dire des gros mots. Léa en disait aussi quand je la faisait monter plus haut, mais se croyait bon d'ajouter « ma » salope, quand elle cinglait mes fesses avec sa badine.
Finalement, j'étais son jouet sexuel en plus d'être son amante. Et là, avec Akira, j'ai aussi l'impression d'être un jouet sexuel. Ça me poursuit ! Je vais lui prouver qu'un jouet, ça a de la vie, ça a des pensées, ça a de la réserve, ça a des idées. Je vais la faire couler, quitte à m'y noyer !

Me contorsionnant comme je peux, je parviens enfin à entourer son délicat petit bouton avec ma langue, déjà bien sorti de son enveloppe, déjà trahissant son excitation. J'aime l'exciter de la pointe de ma langue, tourner juste un peu autour, le maîtriser pour savoir quand l'envoyer très haut.
Et je dois être douée à ce jeu-là, puisque ses jambes flageolent, et qu'elle tombe tout à fait sur moi, manquant m'étouffer. Déjà que, depuis qu'elle maintient bien ma tête contre sa chatte, je ne pousse que des grognements, des soupirs, des gémissements, des onomatopées !

D'où ma déception quand elle se relève. Je voulais vraiment la pousser à bout, quitte à manquer m'étouffer de son flot de mouille ! D'ailleurs, enfin libérée de parole, je proteste : « Eh, je veux te lécher jusqu'au bout ! »
Pas le temps d'en dire davantage, que sa chatte à nouveau s'assied sur ma bouche, mais dan l'autre sens, offrant à mon regard un délicieux fessier. Délaissant la caresse de mes seins, je porte alors mes mains sur ces deux globes si parfaits dans leurs arrondis.

Mais Akira est une traîtresse, et, alors que me traverse l'idée d'explorer ce joli petit trou, ses doigts dans ma chatte déclenchent un cri qui se perd, étouffé par la chatte d'Akira, m'y faisant plonger la langue plus avant encore, cambrant mon corps sous l'attaque.
Je suis dans un tel état d'excitation que le moindre frôlement pourrait me mener au delà du raisonnable. Akira le sait-elle ? Je me le demande, car ses doigts me fouillent vraiment sans ménagement, et mes cris déchireraient le silence, si elle ne m'étouffait pas avec sa chatte.

Akira Fubuta

E.S.P.er

Re : A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 13 jeudi 12 juillet 2018, 16:24:27

Akira commence à cerner la jeune nonne, à mesure qu'elle explore sa chatte à l'aide de ses longs doigts fins. Ayant retiré ses faux ongles auparavant, la jeune femme semble s'y prendre à la manière d'une déesse. Et à mesure que le temps passe, sa brutalité augmente. Ses doigts s’enfoncent plus vite et profondément qu'avant, au profit des sensations qu'elle tente de lui procurer. Cependant, elle ne compte pas rester sur le bas côté, et remue le bassin pour frotter sa chatte contre le visage d'Alix, lui intimant de continuer ce qu'elle fait. Elle n'a pas encore joui, bien qu'elle soit en très bon chemin... il serait dommage de s'arrêter la ! Concernant le délicieux nectar qui s'échappe de son entrejambe, celui-ci ne cesse d'affluer. C'est à se demander si elle ne compte pas inonder la pièce !

Plus besoin de mots, Akira se penche vers l'intimité de la nonne en écartant au préalable ses lèvres intimes en tirant sur leurs extrémités. Nulle surprise quand elle s'affaire à un déposer elle aussi de langoureux coups de langue, sous un rythme effréné. La position du 69 était sans nul doute l'une des plus classiques existantes, mais toujours aussi efficace ! Akira ne doutait pas de l'effet qu'elle allait faire à sa partenaire. Et en parlant d'effet, Akira était prête à aller plus loin encore... en fonction des envies de sa partenaire.

- Aaaah... je sens que ça vient, ma salope... mmmh...

Akira n'allait plus tenir longtemps. Mais pour le temps qu'il lui restait, elle devait procurer du plaisir à la jeune nonne aussi ! La jeune femme s'arrêta un instant pour cracher dans l'intimité de sa partenaire, et en aspirer la mouille qui s'en dégageait, avant de repartir pour une série de coups de langue dont elle a le secret.
Je suis ouverte à tous types de rp, alors n'hésitez plus  ♥ ❤ ❥ ❣ ❦ ❧

SoeurAlix

Humain(e)

A la croisée des religions (PV Akira Fubuta)

Réponse 14 jeudi 12 juillet 2018, 18:27:12

Elle est en train de me limer ! Rien qu'avec ses deux doigts, c'est comme si j'avais une queue en moi. Peut-être pas dans la taille, mais dans les mouvements oui ! Elle va et vient avec ses doigts, elle a juste trouvé le bon rythme, histoire de me chauffer avant de me défoncer. Hum, ça aussi, ça m'a manqué. Maxime ne se débrouillait pas trop mal mais parfois il s'emballait et je passais à côté, Léa savait trouver les instruments de substitution mais ça lui donnait un côté inépuisable qui me laissait parfois grggy.
Hélas, depuis que je suis dans ce maudit couvent, je ne peux pas dire que quelqu'un ait su y faire.

De ce coté là, Akira a du talent, et je n'étais pas à lui dévorer la chatte, je rêverais volontiers à cette queue qui va et vient en moi ; elle m'a mis dans un tel état que ses deux doigts ont tout le chemin qu'il leur faut. Et ça ne l'empêche pas de continuer à me parfumer le visage de sa mouille. Je n'ai jamais vu ça, j'avais juste lu un truc sur les femmes fontaines. Je parviens quand même à un espèce de bruit qui signifie un « Ouiiiii » étouffé mais, vu comme je lui ouvre mes cuisses, je pense qu'elle n'a pas de doutes.

« Aaaah... je sens que ça vient, ma salope... mmmh... ». Au moins, Akira, elle, peut parler, tout en s'occupant à merveille de ma chatte, et lâcher des mots que j'aime.
Et, quand elle remplace ses doigts par sa langue, mon bassin se cambre vers elle, pour la supplier d'aller plus loin, plus fort.
Je ne peux qu'émettre un « Encoreeeee ! », la langue occupée à entourer son petit bouton et le visage barbouillé de sa mouille.

Je veux bien être sa salope, et tout ce qu'elle veut, mais, de grâce, qu'elle n'arrête pas, car, ce que je sens monter, va m'emporter très loin, et j'ai envie qu'on y monte toutes deux ensemble.
Alors, je m'active plus encore sur son petit bouton, sur ce petit bouton, pas comme une course, mais comme en choeur avec sa propre langue qui m'explore et me dévore.
« Akira, tu es une sacrée salope, toi aussi, de m'avoir mis dans cet état là, et ici, en plus, mais je te jure que je vais aussi te faire prendre ton pied ! », mes pensées s'affolent elles aussi.


Répondre
Tags :