banniere
 
  Nouvelles:
Vous rêvez depuis tout petit d'être Administrateur ?

Ça tombe bien : la campagne électorale d'Avril 2019 pour l'élection des nouveaux Administrateurs est ouverte !

PRÉSENTEZ-VOUS !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: Aujourd'hui à 12:42:40  
Démarré par Lillya - Dernier message par Lillya
Bon, Avatar à jour et fiche modifiée en conséquence.

Évidement, comme les principaux membres du clan Magoa ne sont plus sur le forum et vu le post précédent, je ne m'attend pas à ce que la fiche soit validée rapidement. Mais au moins, c'est réglé de mon coté °^°

(Oui, les commissions, c'est long a venir, j'ai pas pu remplacer l'avatar avant 5 bon mois)

 2 
 le: Avril 19, 2019, 10:20:20  
Démarré par Law - Dernier message par Anéa
Bonsoir à tous !  Souriant

Nous sommes sur les derniers jours de vote pour le premier tour de l'élection des Admins !

N'hésitez pas à venir MP le staff pour faire partie de la liste des électeurs et faire ainsi entendre votre voix !   Souriant

 3 
 le: Avril 19, 2019, 08:54:37  
Démarré par Yuka/Yuko Karistal - Dernier message par Yuka/Yuko Karistal
Yuko était tout de même contente d'avoir ce chaton en chaleur, elle avait déjà vécu auprès de neko en chaleur et c'était de bons souvenirs alors venant de sa fiancée, ça devait être quelque chose ! Mais avant de passer aux choses sérieuses et pour profiter un peu de ce bain de lait, Yuko lui demanda à lui renvoyer la pareille et la petite chatte ne tarda pas à venir fourrer son nez entre ses jambes – une fois émerger de ce lait – pour venir y fourrer sa petite langue. Un doux mélange de lait et de fluide sexuel, Yuko connaissait une petite chatte qui devait être ravie. Une main sur sa tête, elle la caressait doucement en la laissant faire, tout en souriant longuement.

« Hm, c'est bien, mon gentil petit chaton... Bien au fond, surtout. »

Sa langue ne remplacera pas sa queue d'hier, mais ce n'était pas comparable puis elle se débrouillait bien dans les deux cas, donc c'était un bon moment quand même. Sa douce petite langue râpeuse passait sur sa petite bosse qui la faisait frissonner. Elle continua jusqu'à enfin ressentir le plaisir, venant juter dans sa petite bouche en sentant ses griffes se rapprocher un peu beaucoup de ses fesses. Mais ça restait une gentille petite chatte en chaleur, ça allait donc. Elle continuait de lui sourire en lui caressant le visage.

« Ça ira, mon amour. On va aller s'essuyer et après... je te baise jusqu'à ce que tu sois comblé, kuhuhu ! »

Elle quitta le lait, aidant sa chérie à en sortir avant de commencer à la nettoyer, passer la serviette sur son visage, mais cependant, avant de la nettoyer entièrement, elle venait la nettoyer avec sa langue, au moins pour sa poitrine et sa petite chatte qui était elle aussi très délicieuse. Cependant, une fois essuyée, toutes les deux, il restait un souci, qui n'en était pas un. En dehors de leur pyjama, elles n'avaient rien ?

« Inutile de s'habillée, tu vas finir à poil aussitôt arrivée dans la chambre. Il suffit juste d'espérer qu'on ne croise pas Maman dans le couloir. »

C'était possible ? Oui, c'était faible, mais ça pouvait arriver, mais elle devait encore laver Leia, à moins qu'elle n'ai fini ? Tirant sa neko par la main, elle marchait à pas rapide dans le couloir, croisant quand même deux domestiques sans y prêter attention pour enfin passer la porte de la chambre. Le lit n'était pas encore fait, mais ça tombait bien, car il risquait de finir dans le même état. Porte close, elle souriait à sa future femme en se collant à elles.

« Je vais te sortir le grand jeu, ma Pleione d'amour... alors fais-toi belle... Et moi... je me charge de te remplir la chatte, ma petite neko à la crème... »

Oh oui, elle va déborder de crème ! Inutile de s’habiller, mais elle espérait au moins la voir avec des dessous sexy pour mieux l'aguicher, car c'est aussi ce que Yuko comptait faire. Elle n'allait pas intervenir dans son choix de dessous, libre à elle de l'exciter comme bon lui semble. Yuko opta pour quelque chose qui, à proprement parler n'était pas une culotte ou un soutien-gorge... Elle venait à mettre deux longs collants, le tout attaché à un porte-jarretelles noir, possédant un petit nœud rose en son centre, juste sous son nombril. En revanche, pas de culotte, inutile. Et dans sa main, une petite pilule qui, sans surprise, était fait pour combler sa fiancée. 

« Avant de commencer, sache que cette petite chose va mettre un peu plus avant de me changer... En mieux. Mais ça me laissera l'occasion de venir te cajoler un peu... Alors, chaton... Saura-tu être patiente ? »

Cela ne sera pas spécialement long, mais vu qu'elle avait ses chaleurs, Yuko en demandait peut-être un peu beaucoup ? Elle installa la petite boule à sa bouche, la poussant délicatement avant de l'avaler. Dans moins de dix minutes, Yuko aura un très joli service trois pièces pour sa petite chatte adorée. Et la chance d'avoir des chatons ? Elle n'était pas à zéro, elle n'était pas haute, mais pas à zéro. La chance sera-t-elle de leurs côtés ? Ça, c'est une autre histoire... 

« J'ai l'impression que ça fait une éternité que j'ai pas senti ta petite chatte contre la mienne, tu ne crois pas ? Qui sait ? Ça pourrait accélérer les choses, peut-être ? »

Vraiment ? Aucune idée, mais elle ne saura pas avant d'avoir essayé. 
Pour Yuka, bien qu'elle adorait être auprès de sa sexy maman, elle voulait profiter un peu de sa chérie et être considéré comme tel. Elle aimait être cajolée entre ses gros seins et être couverte de petites attentions, mais Yuka n'était pas connue pour aimer la douceur, pas que, du moins. Bien rapidement, les nekos retrouvaient une posture bien agréable, sentant son petit minou se coller à celui de sa chérie, pour s'y frotter, dans la joie et la bonne humeur. Son corps vibrait déjà de plaisir, mais tout cela n'était que le tendre début de leur petit plaisir. Un plaisir qui avait beau être assez fréquent, il faut aussi savoir qu'elles se voyaient peu pour le moment alors forcément, il y a un certain retard à rattraper. 

« Mrrrrawwwwww.... Ma chérie... »

Elle aimait sentir cette petite zone se frotter à elle, ses mains parcourant son dos, descendant plus bas, doucement, évidemment et bien qu'elle restait douce, Yuka espérant vite sentir ses petites griffes de chattes raclée sa peau... Car Yuka, elle n'allait pas attendre pour partager cette envie avec Antares. Ses mains ont beaux passé sur son délicieux corps, sur ses douces formes, elle venait faire sentir le bout de ses ongles sur sa peau. Pas assez pointues pour y laisser de vrais marques, ni faire vraiment mal, mais elle sentait que ce doux chaton aimait aussi quand c'était moins tendre. Mais une chose à la fois.

« Nyaaaaaaa... Mon Anta-nyan à moi~ Mrrrraw, j'aime... quand tu me regardes comme ta femme. »

Non pas qu'elle ait beaucoup de différence avec son précèdent regard, mais, faut avouer que dans l'ambiance, elle avait un regard plus doux, peut-être plus maternel, allez savoir. Mais Yuka aimait aussi ce regard, toujours plein d'amour, mais un amour plus adulte.

« Mmmmhh nyaaaaa... plus fort, chérie... Donne tout... »

Elle pouvait encaisser, beaucoup. Bon, y aura pas grand chose vu leur position et l'endroit où elles le faisait mais y mettre du sien, ça pouvait changer la donne. 

 4 
 le: Avril 19, 2019, 01:01:12  
Démarré par Zorro Wolfen - Dernier message par Zorro Wolfen
Nexus.
Cœur du continent du même nom. Centre économique et politique, lieu de résidence de la famille royale.
Cité-état tentaculaire d’une taille inconcevable où se mêle dans un chaos indescriptible tout ce que ce monde offre d’origines ethniques et sociales, où tout se vend, de la simple bague au palace, en passant par pléthores d’objets rares et d’êtres vivants.
Nexus, enfin.

Après plusieurs semaines de voyage à travers le continent, Zorro arrivait à son but.
Epuisé, affamé, il avançait tant bien que mal dans la foule de plus en plus dense qui se pressait autour de lui, véritable marée vivante qui ondulait entre les étals des innombrables commerces et autres bâtiments qui la dominaient. Une mer tourmentée où chaque boutique devenait un récif redoutable, chaque porche un nouveau courant et chaque place une brève accalmie au milieu de la tempête.

Perdu au milieu de ce magma bouillonnant, submergé par les odeurs émanant des corps en sueur et des épiceries ou des tavernes, le mercenaire tentait sans succès de se repérer, s’attirant un regard noir et méfiant de la part des passants qu’il bousculait ou des boutiquiers qu’il interrogeait.
Il faut dire que son aspect n’avait rien d’engageant. Malmené par plusieurs jours d’errance et de nuit au clair de lune, il était maculé d’une épaisse couche de poussière et dégageait un puissant fumet rance. La barbe épaisse qui lui mangeait le visage, ses vêtements et son armure usés jusqu’à la corde et l’épée ternie par l’usage qui dépassait de son épaule achevaient de lui donner l’apparence d’un vagabond ou pire, d’un truand de grands chemins. Le genre de personnage qui n’attire guère la sympathie.

Poussant un profond soupir de lassitude, le sang-mêlé pénétra dans une énième boutique, s’attirant un nouveau regard méfiant du marchand. Sur les étals surchargés s’étendaient divers accessoires de beauté, rasoirs, parfums, maquillages, ainsi qu’un large choix de vêtements en tout genre. Tâtant la bourse rebondie qu’il dissimulait, le rôdeur hésita. Il préférait économiser au maximum les deniers qu’il avait amassé, ne sachant ni combien de temps il devrait rester pour trouver une école de magie, ni combien dedans il devrait y rester, mais d’un autre côté, retrouver une apparence convenable serait indéniablement un atout de taille dans ses recherches …
Avec une grimace résignée, il se plongea dans les rayonnages d’habits, à la recherche de quelque chose dans ses moyens qui pourrait lui convenir.

Une poignée d’heure plus tard il ressortit de l’établissement de bains qu’il avait trouvé. La barbe taillée, le corps propre et légèrement parfumé, il avait troqué ses vieux habits pour un ensemble de cuir et de lin neuf dans les tons noirs et rouge, réhaussé de touches argentées, de nouvelles bottes sans fioriture mais solides et confortables, une cape de voyage qu’il portait sous le bras avec un petit paquetage d’objets utiles et une armure de cuir qu’il avait acheté d’occasion.

Le pas alerte, se sentant plus frais et plus léger – tout comme sa bourse – qu’à son arrivée, il se dirigeait vers une auberge relativement bon marché qu’un habitant, nettement plus affable devant sa nouvelle apparence, lui avait chaudement recommandé.

Alors que le soleil se couchait, teintant les nuages d’or et de pourpre, il arriva en vu du Cochon Dorée, un établissement modeste dans une ruelle proche d’une place où quelques heures plus tôt se tenait un marché composé essentiellement d’herboristeries et petits alchimistes.
Il poussa la porte de bois doré, faisant sonner un petit carillon. Quelques clients étaient attablés dans la salle chaudement éclairée, qui regardèrent le nouvel arrivant avant de reprendre leurs conversations. Avisant une table inoccupée dans un coin proche de l’entrée, non loin d’une autre table occupée par une femme apparemment seule, il s’y dirigea, adressant un signe au patron, un homme sec à la moustache fournie, salua d’un geste courtois sa voisine et s’installa à la dernière table de tel sorte à pouvoir embrasser toute la salle du regard sans être bloqué par le mur.

Un instant plus tard une serveuse s’approchait, une beauté blonde au visage marqué de cicatrices de petite vérole qui louvoyait entre les tables avec l’adresse que confère l’habitude. Zorro passa sa commande – pichet d’eau et ragoût avec du pain de seigle – et attendit qu’elle revienne avant de l’interroger alors qu’elle s’apprêtait à repartir.

- Excusez-moi damoiselle. Sauriez-vous où je pourrais trouver un logement pas trop cher, ou s’il reste une chambre ici ? Et sauriez-vous aussi où puis-je trouver un endroit qui enseigne la magie ? J’ai entendu dire qu’il y en avait dans la capitale mais j’avoue être quelque perdu …

La jeune femme marqua un temps d’arrêt, sans doute surprise par la courtoise inhabituelle du client, et répondit au sourire navré du mercenaire par un timide sourire en secouant la tête.

- Je vais me renseigner monsieur. Mais peut-être que monsieur Gérand pourra vous répondre mieux que moi …

Sur quoi elle s’éloigna, laissant l’hybride en tête à tête avec son repas.

 5 
 le: Avril 19, 2019, 09:24:48  
Démarré par Cassandre Harmington - Dernier message par Cassandre Harmington
Karen aimait son père, mais elle n’était pas Elizabeth. Elle était beaucoup plus indépendante, elle n’était pas du genre à se faire marcher sur les pieds et surtout… Elle n’était pas comme Elizabeth, prête à se sacrifier pour le bien commun, ou pour empêcher de provoquer des conflits… Non, ça, c’était pas le style de notre chère Karen. Karen était du genre à faire ces sacrifices, oui, mais uniquement en connaissance de cause. Elle était empathique, mais pas sacrificielle… Contrairement à Elizabeth qui au fond, était capable de se faire prendre par son père, si comme ça, elle empêchait un conflit d’exister… Bref, sans doute qu’il avait réussi à éteindre l’incendie pour Karen, mais le feu pourrait reprendre…

« Oublions tout ça pour le moment... »

« D’accord, allez, bisous. »

Elle embrassa son père sur la joue, et était bien contente. Elle pensait que son père comprenait que visiblement, elle était grande, et qu’elle pouvait donc prendre ses propres choix. Ainsi, elle retourna tranquillement vers sa chambre. Karen allait bosser son Japonais, étant donné qu’elle était encore loin de maîtriser cette langue, et bien qu’elle parlait parfaitement Anglais comme énormément de japonais, et bien, sans parler la langue locale, elle savait qu’elle risquait d’être fortement handicapée… Donc, voilà, Mary, Elizabeth, et Karen, toutes les trois étaient dans leur chambre… Donc, qui allait voir William ? L’aînée c’était peu probable, et il avait déjà fait son chemin avec la cadette… Il reste alors que la benjamine…

« Mary, je peux entrer ? »

Aucune réponse… Mais absolument aucune. Pourtant, William… Et bien, savait qu’elle était rentrée, étant donné qu’elle s’était montré, avant de se mettre dans sa chambre. Donc cela ne faisait pas de doute, elle était bel et bien rentrée… Donc, pourquoi ne répondait-elle pas ? Oh mon dieu, et s’il lui était arrivé quelques choses ? Bon sang de bonsoir, là… Cela ne faisait aucun doute, il fallait intervenir, il fallait faire quelques choses, peut-être qu’elle était en danger ! Je veux dire, quel adolescente reste dans sa chambre, et ne réponds pas alors qu’on l’appelle ? C’est absolument impossible, donc, cela veut dire qu’une seule et unique chose… Il va falloir ouvrir la porte, pour voir ce qu’elle est entrain de faire… Et ainsi...

Quand on ouvre la porte de la chambre de Mary, on peut voir une chambre assez sobre… Mary derrière son sourire toujours marqué, ses amis… En vrai, était souvent seule. Ses amis, tout était du faux… Elle n’aimait pas spécialement ses amis, elle souriait à des garçons alors qu’elle s’en fichait d’eux… Elle était enfaite assez froide et sans émotion, une sorte de cocon de protection, pour ne plus penser à la mort de sa mère… Bref, elle était là dans son monde, et voilà pourquoi elle n’avait pas entendue son père : elle écoutait de la musique. La musique lui permettait de s’échapper, d’être dans sa bulle, et que personne ne l’embête ainsi… Elle est bien mieux là, cela ne fait absolument aucun doute… Cependant, l’arrivée de quelqu’un fit l’effet de crever sa bulle, et elle dut bien en toute logique répondre :

« Oh Papa, je t’avais pas entendu. »

Cela, c’était pas faux. Elle n’avait rien entendue du tout. Elle n’avait pas entendue les engueulades et montés de voix entre Karen et leur père, elle n’avait pas entendu même que sa sœur ainée était rentrée… Nope ! Donc, elle ne savait pas que son père était dans une situation… Spéciale disons ses derniers temps. Elle n’avait rien entendue, contrairement à Elizabeth, pour l’anecdote, mais passons sur ce point. Là, on parle de Mary, pas d’Elise ! Ainsi, cette première, là, elle était tout simplement entrain de retirer ses écouteurs, et regarde tranquillement son père… Et se demandait pourquoi il venait ? C’était bien l’une des premières fois qu’il entrait comme ça dans sa chambre, et que visiblement, il voulait lui dire quelques choses… Donc, elle était curieuse. Sans doute était-ce quelques choses d’important ? Ainsi, elle demanda simplement :

« T’as besoin d’un truc ? »

On va pas accuser sa naïveté, c’est vrai qu’elle était naïve, mais elle ne pouvait pas imaginer ce qui s’était passé plus tôt, que cela soit la perte de sa sœur, ou bien l’engueulade entre son père et sa sœur… Oh, mais comme est Mary ? Et bien… Presque en provocation, l’adolescente n’avait qu’une chemise, et était en culotte sous sa couverture, bien contente d’avoir pu retirer le reste de ces vêtements. Quand elle était dans sa bulle, elle voulait être tranquille, elle ne voulait pas être contraire par des vêtements… Et ouais quand même ! Cela semble fou, mais voilà, c’était le caractère de Mary. Un caractère éolien, et rêveur, et ainsi, elle offrit un léger sourire à son père, attendant donc une réponse.

 6 
 le: Avril 19, 2019, 09:23:14  
Démarré par Doli Calamila - Dernier message par Marie Mori
Marie ne parlait pas beaucoup d’elle en général. Elle était plus du genre à parler de religion, d’italien, mais rarement d’elle… Ouais, cela pouvait paraître bizarre hein ? Elle était timide, mais elle pouvait être extrêmement bavarde ! Enfaite, c’était tout simplement que la fameuse Marie Mori estimait qu’il… Qu’il n’y avait rien à dire sur elle ! Elle n’était qu’une fille banale, et inintéressante, franchement, cela ne faisait aucun doute que n’importe qui, à son sens, était plus intéressant qu’elle… Donc Doli ? Et bien, vous imaginez ?! Une telle maison, une grande famille, des servantes (adorable au passage!)… Et bien, à ses yeux, sa vie paraissait bien banale en comparaison… Ouais, cela ne faisait aucun doute… Ce qui expliqua pourquoi la phrase suivante la choqua autant !

-J'avais songé à vous raccompagner après le cours, pour me dégourdir les jambes et profiter de l'air nocturne. Est-ce que je pourrais juste voir votre appartement ? Si vous êtes d'accord bien sûr.

« Oh euh... »

Et bah ouais… Elle ne comprenait pas en quoi enfaite son appartement pourrait intéresser Doli… Alors qu’en soit, c’était simple… Exactement comme Marie, pour elle, ça serait un nouveau monde, un monde qu’elle ne connaît absolument pas, un monde tout nouveau… Hors, peut-être qu’elle rêvait d’un autre monde ? Ou la terre serait féconde ? Bref, ainsi, on pourrait lui repprocher de voir un peu Marie là comme un animal de zoo, mais il ne fallait absolument pas le prendre ainsi, non, c’était beaucoup plus innocent, on sentait un vrai intérêt, une vraie curiosité dans sa démarche, et cela ne pouvait faire que plaisir… Mais la situation ne semblait pas plaire à tout le monde, et il y avait des désaccord, c’était clair…

Elle assista alors à une scène extrêmement gênante. Visiblement, la fameuse Doli était capable de donner des ordres, et elle le montrait avec une grande assurance, mais pour la fameuse Marie, elle, la situation était plutôt dans la gène, car elle ne savait vraiment pas où se mettre dans une telle situation… Mieux valait-il qu’elle se taise, qu’elle ne dise rien ? Mmh… Ce fut son choix, car ce dernier lui semblait bel et bien le meilleur dans ce genre de cas. Ouais, on allait se taire, tranquillement, et laisser les personnes concernés parler. Ainsi, Doli montra son autorité, et finalement, c’est elle qui termina victorieuse de la situation… Et donc, elle put se tourner vers la jeune religieuse, et lui déclarer :

-Désolé Mori pour cette petite scène, Tasha s'inquiète beaucoup pour moi et ici chaque membre de la famille dispose de son propre personnel à quelques exceptions près. Ainsi Sasha est au service de mes parents, mais elles aident quand il y des invités. Je m'excuse si cela fait vraiment étrange et pour ma curiosité concernant ton logement.

« Je comprends, il n’y a aucun soucis de mon côté... »

En effet, si elle ne comprenait pas forcément pourquoi du comment sur son envie de venir voir son appartement, et bien, en soi, elle n’était pas contre… Franchement, pourquoi serait-elle contre ? En plus, son appartement était rangée, étant donnée que Marie n’appréciait pas spécialement le désordre, donc, sur ce, vous imaginez bien que son logement, tout était fait pour qu’il soit absolument nickel… Donc, pas de soucis, sans aucun doute que la fameuse Doli allait apprécier tout ce qu’elle allait voir, et ne pas trouver que c’est car son interlocutrice est pas très riche, qu’elle est donc pas organisé et bien ordonné… Cependant, si tout semble absolument nickel, et bien, il y a quand même un petit soucis, que Marie voulait quand même citer… Car elle trouvait ça important… !

« Mais je ne veux pas de soucis pour vous ou pour vos employées ! Euhm... »

Ouais, voilà… Elle avait senti les tensions avec la mère de Doli, et elle ne voulait vraiment pas que Doli ait des soucis à cause d’elle… En soi, qu’elle soit virée comme une malpropre, cela ne la dérangeait pas trop, elle supposait même que dans certains cas, et bien, elle l’aurait bien mérité… Mais voilà, Marie savait qu’elle avait des responsabilité envers les gens déjà elle. Si des pauvres choux avaient des soucis par sa faute, elle aurait vraiment fauté, et elle le regretterait. Pour elle, il était très important de faire en sorte de faire attention aux autres, que ceux-ci ne souffrent pas par sa faute… Après visiblement, Doli semblait garantir la sécurité des maids vis à vis de la mère, et porter l’intégrale responsabilité de ce choix… Mais encore une fois, elle semblait déterminée à faire cela, donc…

« Et bien, si vous voulez bien me suivre ! »

Mais finalement, Doli avait fait son choix… Donc soit ! Pendant le chemin, Marie décida qu’il était temps de parler d’elle. Elle lui compta alors un peu sa vie. Comment elle avait perdue très jeune sa mère, mais qu’elle ne s’en souvenait pas vraiment. Maintenant, elle avait vécu avec son père, et elle était partie dans la cité des Papes, à Rome, et donc, avait vécu avec le développement de l’église Catholique. Elle avait étudié l’italien en immersion, et c’était pour ça qu’elle parlait bien. Mais bien sûr, le plus important, c’était l’Église. Elle décriva les intéreiurs de Saint-Louis des Français, Saint-Jean du Latran, elle décrivait la grandeur et la richesse de Saint-Pierre de Rome, elle semblait passionnée, et elle en oublia le temps qui passait… En quelques temps, elles étaient déjà arrivés, et ouais !

« Voilà mon quartier ! »

Alors, il ne faut pas imaginer le quartier craignos, avec des agressions à tout les coins de rues… Mais c’était clairement un quartier populaire. Les immeubles se ressemblaient tous, il y avait un petit parc pas loin d’une barre d’immeuble qui semblait être la destination de nos deux héroïnes ! Le quartier pour le moment était relativement tranquille. On voyait deux mamans discuter avec un bébé dans une poucette, tandis que des jeunes étaient assis avec leur blouson en cuir pour protéger leur fesse, sur les marches d’un immeuble discutant de la dernière saison de je ne sais quel série, en fumant leur cigarette, heureusement loin. Bref, tout semblait calme, mais incroyablement plus vivant. Des gens passaient, et la barre d’immeuble de Marie était visible… On pouvait la voir d’ici quelques mètres…

 7 
 le: Avril 19, 2019, 09:21:48  
Démarré par Shiro Ishimi - Dernier message par Camille Catalino
Le début de cette relation tout à fait consentante était explosif. Oui, ça fait du bien de rappeler, au cas où que la relation était totalement consentante. Camille appréciait cela, elle demandait cela, ele aimait cela, et elle en réclamait même ! Donc, pas d’inquiétude, elle était nullement dans le refus, ou dans une contrainte psychologique, un chantage, qui la forcerait à vouloir cela, sans en être vraiment pour. Non, tout cette relation était basé sur la confiance entre les différentes protagonistes. Camille espérait ainsi pouvoir réalisé son fantasme totale, dans une situation de totale sécurité, en espérant qu’ainsi, on s’occuperait bien d’elle, même si elle se retrouvait dans des états où cela serait plus difficile pour elle de bien s’occuper d’elle-même… Et ainsi, elle offrirait de grands plaisirs à son interlocutrice en échange. Vous comprenez ?

Ainsi, cela lui plaisait, se faire enculer comme ça… Cela lui donnait du plaisir, qui lui avait donné plusieurs orgasmes. Encore une fois, on sentait que la succube derrière aidait bien à rallonger le plaisir, et cela pour le plus grand plaisir -ouais, je sais, la phrase fait super redondant comme ça, ça se répète et c’est la même chose- de notre chère Camille. Surtout qu’il n’y avait pas que son anus qui en prenait, la fameuse infirmière n’hésitait pas à profiter de tout le fessier de son interlocutrice, profitant de ces fesses qui étaient pour le moment, il est vrai, encore assez plate, cela, c’était quelques peu dommage. Mais pas d’inquiétude, cela s’améliore, sans aucun doute !

Elle pourrait être la première poupée d’une longue série… Faut dire, avec des maîtresses comme Tessia et Shiro, cela ne faisait aucun doute que vous allez être heureux ! C’étaient des maîtresses adorables, mais sexuelle. Il y en avait pour tout les goûts. Des filles plus douces et gentilles pourraient devenir d’adorables poupées, tandis que d’autres comme Camille pourraient devenir de grosse salope… Encore une fois, je crois que vous savez quel choix avait prit la fameuse Camille… Elle approuvait totalement l’idée de devenir une poupée pour ses amantes. Elle en était sûre, elle n’avait absolument plus aucun doute… Plus aucun. Elle approuvait totalement cela, car elle en avait envie…

Et ainsi, la jouissance vint dans son anus ! Mmmh! Cela avait duré plus longtemps qu’une pénétration normale, mais voilà, cela avait valu le coup, totalement… Elle était extrêmement heureuse, et elle en bavait de joie… Visiblement Shiro était prête pour continuer encore, mais là, Tessia, pourtant une succube avait raison, mieux valait qu’elles se reposent. C’est pas grand, elles allaient avoir tout leur temps pour continuer de s’amuser après. Là, mieux valait qu’elles arrêtent un peu, et qu’elle prenne leur temps pour dormir. Faut pas abimer ses jouets, après tout, n’est-ce pas ? Tout le monde a besoin de se reposer.

Comme la future « chambre » de la poupée n’était pas prête, elle allait dormir avec elles. Cela fit tellement bizarre à Camille de se retrouver sans sa tenue de latex, dont elle avait commencé à s’habituer… Mais c’était pas désagréable non plus. Entièrement nue, elle ferait aussi elle pensait, une extrêmement bonne poupée. Ouais, pensait, visiblement, cela s’améliorait, l’effet abrutisant de le potion semblait être moins fort… Mais de toute façon, là, bien installée, elle allait faire un bon somme, elle était bien crevé, elle avait besoin de dormir, de faire un bon somme pour retrouver ses forces… Et demain, elle allait dire qu’elle avait prit son choix. Elle espérait que ses nouvelles propriétaires allaient l’approuver, car quoiqu’il en soit, elle, elle était entièrement pour… Mais c’était à Tessia et Shiro de choisir après !

 8 
 le: Avril 18, 2019, 06:04:30  
Démarré par Aphrodite - Dernier message par Silence
Je ressemblais pas à grand chose en effet ! Souriant

18:04

 9 
 le: Avril 17, 2019, 07:19:05  
Démarré par Yuka/Yuko Karistal - Dernier message par Antares/Pleione Lilianstar
Pleione n'avait aucun moyen fiable de s'assurer qu'elle était bien dans ses chaleurs, mais elle avait toutes les raisons de le croire. Son désir sexuel très fort, son corps qui lui donnait l'impression de bouillir, son envie irrépressible de tomber enceinte... Les signes étaient là. Et au fond, peu importe que ce soit ses chaleurs qui la motivent ou autre chose, elle avait juste envie de se faire bourrer par sa chérie. Cependant, en envisageant que sa neko adorée était peut-être dans ses chaleurs, Yuko lui expliqua qu'elle avait bien plus envie de la cajoler que de la baiser ce matin. Selon elle, son rôle était de mettre sa chérie enceinte pour ensuite la protéger chaque jour tandis que son petite ventre deviendrait tout rond. La Lilianstar ne pouvait pas s'empêcher de ronronner en l’écoutant parler, tout ce qu'elle lui promettait la faisait rêver.

« Mmmrrraaawww... j'ai tellement hâte. »

Mais avant d'être baisée bien fort, Pleione devait réussir à motiver Yuko. Après tout, elle avait déjà joui mais pas sa chérie.

« D'accord. Nyyyuuu... je vais bien te chauffer... et ensuite tu me baiseras... comme la dernière des putes. »

La neko continua pendant quelques minutes avec les tendres câlins et les baisers tout doux, mais elle laissa ensuite parler son instinct pour des choses plus coquines. Elle attrapa les hanches de sa chérie sous le lait et lui demanda de se lever pour aller s’asseoir sur le bord de la baignoire. Elle lui écarta les cuisses en grand et alla renifler la bonne odeur de son intimité.

« Hhhmmm... cette odeur de cyprine... mmmyyyaaa... ça m'excite. »

Pleione commença à lécher goulûment cette petite fente trempée. Pas de départ en douceur, elle commença tout de suite à lui dévorer le minou. Elle comptait bien exciter Yuko le plus rapidement possible pour lui donner envie de la sauter intensément et peut-être la mettre enceinte. Sa petite langue râpeuse passait dans les moindres recoins des lèvres intimes de la demoiselle, lapant la moindre goutte de jus intime qui coulait de son sexe pour qu'elle finisse avalée par la terranide.

« Ggrroouu... quel délice. Ton jus est un régal... nnnyyyuuu... petite cochonne. »

Pleione était peut-être celle qui avait ses chaleurs, mais elle n'oubliait pas que Yuko aussi avait des besoins à satisfaire. La petite chatte se montrait gourmande et coquine en dévorant son petit minou chaud et humide avec sa langue, appuyant parfois sur son petit bouton d'amour pour la faire sursauter. Et pendant ce temps, ses mains palpaient ses petites fesses moelleuses, elle y plantait parfois ses griffes pour entendre ses gémissements s'accentuer.

« Hhhmmm... oui. Ma maîtresse... est une perverse. »

Yuko pouvait déguster une délicieuse combinaison d'attaques à l'avant et à l'arrière de son bassin. Pleione ne se ménageait pas, elle transmettait sa fougue et sa chaleur intérieure à travers ses coups de langue et ses doigts baladeurs sur ses fesses. Elle voulait que sa chérie jouisse vite mais elle prenait quand même le temps de bien lui faire sentir le délice de se faire lécher et palper par l'élue de son cœur. Leur petit jeu dura pendant cinq bonnes minutes, puis la neko sentit la mouille de son amante jaillir de son intimité pour venir sur sa langue. Évidemment, elle n'en perdit pas une miette.

« Mmrraaww... alors Yuko... tu es motivée maintenant ? Ou je dois recommencer ? »

Antares jouait avec Yuka d'une façon plus gentille. Mais après un baiser où les deux filles échangèrent quelques gorgées du bon lait dans lequel elles se baignaient, Yuka décida qu'il était temps pour elle de redevenir une grande fille. Elle s'imaginait déjà dans quelques années avec un physique proche de celui de sa mère, ce serait plus difficile de jouer les petits chatons après ça.

« C'est vrai. Mais peu importe ton apparence, je serai toujours heureuse de jouer ainsi avec toi. »

La neko s'imagina sa chérie avec une allure plus proche de celle de sa mère, et elle réalise qu'il serait effectivement très compliqué de jouer les mamans avec une petite fille ayant tout d'une adulte. En revanche, elle pourrait s'amuser d'une autre façon avec le joli tour de poitrine que la demoiselle allait gagner.

« Mmrraaww... j'ai hâte de voir... ce que l'avenir nous réserve. »

En attendant, il était temps pour la Lilianstar de laisser de côté sa petite fille et de satisfaire sa fiancée, qui se blottissait agréablement contre son corps.

« Très bien. Dans ce cas... »

Antares bougea sous la surface pour se mettre en position de ciseaux avec Yuka puis elle commença à frotter son intimité contre la sienne tout en gardant le corps de sa chérie le plus près possible du sien. Puisqu'elle voulait tant jouir comme une grande fille, alors autant y aller franchement tout de suite.

« Nnnyyyuuu... ma Yuka-chu... miaule pour moi. »

La neko sentait tout son corps vibrer de plaisir à l'unisson avec celui de sa fiancée. Ce n'était pas aussi mignon que de la voir la téter, mais c'était bien plus satisfaisant physiquement. Les deux filles mettaient toute leur énergie pour rendre cette étreinte aussi délicieuse que possible, et chacun de leurs mouvements donnait lieu à des contacts très plaisants entre leurs fentes humides. La Lilianstar, qui tenait à la base sa chérie par le dos,  fit glisser ses mains le long de son corps pour aller palper son derrière, plantant ses griffes dans sa chair moelleuse. Sa petite fille n'aimait pas avoir mal aux fesses quand elle était sage, mais sa fiancée adorait cela en toute circonstance, alors elle pouvait bien lui accorder ce plaisir.

« Aaahhh... ma chérie... mmmyyyaaa... touche moi le cul... toi aussi. »

La jouissance qui s'annonçait allait être des plus explosives.

 10 
 le: Avril 17, 2019, 01:08:33  
Démarré par Mira Crone - Dernier message par Mira Crone
Pour Mira, la moindre baisse de régime dans le sexe se faisait cruellement sentir. Les filles ne jouaient plus avec son cul alors elle espérait que quelqu'un d'autre le ferait. Heureusement, Vierna se leva et reprit sa cravache en forme de cœur pour aller rougir le cul de sa soumise.

« Aaahhh ! Oui ! Fessées bonnes. Encore fessées ! »

Dans son état, la pom pom girl prenait tout ce qu'on faisait à ses parties intimes comme du plaisir. Les fessées, les pincements, les morsures, les caresses... elle mettait tout au même niveau. Tout ce qu'elle voulait, c'était du plaisir à n'en plus finir, être utilisée de toutes les façons possibles par ses invités pour qu'ils puissent se soulager tout en apaisant sa soif.

Après plusieurs minutes de fessées, le cul de la lycéenne était bien rouge et couvert de marques en forme de cœur. Sa maîtresse laissa un peu son derrière se reposer pour venir jouer avec sa plantureuse poitrine. Elle giflait ses seins et mordillait ses tétons en demandant à sa soumise si elle aimait avoir le cul bien rouge.

« Hhhmmm... oui maîtresse. J'aime... avoir bobo aux fesses... et aux seins. Ooohhh... j'en veux encore. »

Mira avait invoqué cette démone uniquement pour retrouver le plaisir d'être une bimbo, et maintenant Vierna avait fait d'elle la participante au centre d'une belle orgie lycéenne dans sa chambre de dortoir. Elle avait l'impression que son corps ne pouvait plus s'arrêter, qu'elle n'aurait jamais assez de plaisir pour être totalement satisfaite. Malheureusement, ce n'était pas le cas de ses camarades de dortoir, qui commençaient à arriver au bout de leurs forces. Ces adolescents, autant les garçons que les filles, étaient encore assez inexpérimentés dans le sexe, et même la magie rose d'une succube ne pouvait pas changer cela. Cependant, Kengo et son camarade avaient retrouvé assez de force pour revenir s’occuper de la pom pom girl en manque.

« Madame, on peut revenir jouer avec la bimbo ? »

« J'aimerais encore goûter à sa bouche. »

« Oh oui. Une belle bite... dans ma bouche. Jouer avec garçons... et maîtresse... oui ! »

Mira ne voulait pas juste choisir entre Vierna et des amants mâles. Elle voulait tout avoir. Elle voulait que la succube continue de jouer avec ses seins et ses fesses, et elle voulait que les garçons lui remplissent la bouche et la chatte avec leurs belles queues. Elle voulait faire l'amour jusqu'à ce que ses camarades d'orgie n'en puissent plus et que le sort qui l'avait transformée ne fasse plus effet.

Pages: [1] 2 3 ... 10
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox