Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Akeshi le Aujourd'hui à 09:48:16 am »
Il ne lui aura pas fallu très longtemps pour abandonner et montrer son vrai visage. Après, ce n'est que l'excitation qui parle. Un bref moment de laisser aller qui ne durera pas. Mon nouvel objectif sera de graver ce sentiment dans son esprit pour qu'elle ne l'oublie jamais. En tout cas j'aime ce qu'elle me montre en venant chercher ma queue dans sa position. C'est limite si elle ne va pas se démettre les épaules ou se casser le dos pour sentir quelque chose la pénétrer. Elle remue tellement qu'elle en perd l'équilibre et bascule en arrière pour se retrouver avec ses propres jambes sur ses seins.

« Non, pas UNE chienne... MA chienne. »

Entre ses aboiements vulgaires et sa langue qui laisse couler sa salive partout je ne sais même pas par quoi commencer tant d'idées perverses et dégradantes pour elles se bousculent dans ma tête. J'attrape ma bite pour la frotter sur son anus complètement à découvert. Sans défense. Je commence à alors à appuyer dessus avec mon gland pour lui arracher un énième couinement d'excitation. Tout excite cette femme, c'est incroyable. Je me demande si la moindre pratique la dérange. Mais je me retire avant de faire entrer mon gland.

« Pas maintenant. Ton cul y aura droit. Plus tard. »

Mes mains prennent alors sur ses cuisses une fois que je positionne mon gland à l'entrée de sa chatte. Et là je pousse de toutes mes forces en enfonçant mes doigts dans sa chair. Jusqu'à sentir mes couilles se coller contre la peau de son cul. Je reste comme ça quelques secondes en reumant simplement le bassin. Je pousse encore pour m'assurer que mon gland embrasse son utérus. Et je me retire aussi lentement que possible pour savourer chaque recoin, chaque pli de son sexe. Le sentir m'aspirer fort afin de ne pas me laisser partir. Et je m'y enfonce d'un coup sec comme un bélier. Je veux l'entendre crier aussi fort que possible. Mes mains aussi doivent lui faire mal car je ne contrôle plus ma force. Ce n'est qu'un détail inutile dans ma tête.

« Pour te défoncer, je vais te défoncer. Plus aucune bite ne pourra te faire jouir en dehors de la mienne. »

Et là je me mets à écraser encore plus ses jambes sur ses seins. Son énorme poitrine épouse la forme de ses mollets. Puis je mets à la labourer brutalement dans cette position incofortable pendant une bonne vingtaine de minutes avant de me retirer pour lui jouir au visage une seconde fois. Mon sperme vient encore l'éclabousser et se coller à sa peau sans qu'elle ne puisse rien y faire. L'odeur va lui rester dans les narines toute la nuit.

Comme plus tôt, je lui ordonne de me sucer pour me refaire bander et reprendre notre petit jeu. Je la prends ensuite en levrette et d'autres positions durant deux longues heures. Pour finir par encore lui éjaculer sur le visage. J'ignore combien d'orgasmes elle a eu mais elle n'est pas encore au bout de ses surprises. Alors qu'elle est étendue sur le sol avec le visage à moitié couvert de sperme suite à ma dernière éjac, je la retourne pour la libérer de ses menottes. Je la tire une nouvelle fois par les cheveux pour lui ordonner de me suivre.

« Suis-moi, on va aller jouer ailleurs. Mais à quatre pattes, comme une bonne chienne. »

Là, je me dirige vers mon pantalon pour récupérer mon portable et ouvrir la porte. Nous nous dirigeons ensemble vers la porte. J'en profite pour lui claquer le cul une ou deux fois par amusement. On descend ensuite les escaliers pour nous retrouver dans le bar qui est à moitié vide vu l'heure. Les gens se retournent tous vers nous. Choqués, excités... En tout cas, personne ne reste de marbre devant ce spectacle. Enfin, le spectacle n'a pas encore vraiment commencé.

J'attrape de nouveau Sonya par les cheveux pour la faire venir avec moi près d'une table. Je pose mes fesses sur un des sièges en me tournant vers elle tout en ouvrant les jambes pour lui indiquer ce que j'attends d'elle avant de confirmer la chose de vive voix.

« T'attends quoi ? Ma bite va pas se sucer toute seule. Montre à tout le monde ici présent tes talents. »
2
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Sonya le Aujourd'hui à 03:40:07 am »
Il ne veut pas que je lâche son chibre... Il rappuie ma tête dessus, j'ai le réflexe d'ouvrir la bouche et celle-ci s'enfonce en moi. Je suis obligée de suivre le mouvement. C'est compliqué, mes mains sont toujours attachées dans mon dos. J'ai du mal à respirer, mon nez est écrasé contre son bas-ventre. Des bruits obscènes résonnent dans la pièce. Il se redresse avant de me recoucher sur le dos, je penche légèrement sur le côté à cause de mes bras qui m'empêche d'être complètement à plat. Il se retire enfin de ma bouche, je prends une grande bouffé d'oxygène. Avant de tirer la langue qu'il s'amuse à taper. Quelques coups. Avant de lever le bas de mon corps. Je suis à moitié soulevée. Mes jambes et mon bassin ne touchent plus le sol. Ma jupe remonte sur mon ventre. Mes seins suivent eux aussi la gravité tombant vers mon visage. En appuyant légèrement dessus, je pourrais presque lécher mes propres tétons tellement mes seins sont imposants.

Akeshi à un gros plan sur ma chatte ouverte et recouverte de mouille. Il s'amuse de nouveau à passer sa queue entre ma fente, je pousse de nouveau des couinements quand son gland vient percuter mon clitoris. Des mouvements lents qui font rapidement monter le plaisir. A des moments ça ne sert à rien d'aller vite. Juste la tranquillité fait monter le plaisir. Je gémis quand il prend la température. Je sens juste son gland forcer l'entrer de ma chatte avant de se retirer. Plusieurs fois je crois qu'il va me pénétrer. Plusieurs fois je pense que je vais reprendre mon pied comme toute à l'heure. Non il fait que me chauffer, encore et encore. Il veut que je le supplie de me prendre. Il veut me l'entendre dire.

J'ouvre la bouche, mais sur le coup rien ne veut sortir. Quelques minutes passent où l'on peu entendre que mes gémissements dans la pièce quand il s'amuse encore à rentrer son gland en moi.

"Je... Prenez-moi..."

Je me remets à le vouvoyer. C'est comme ça que font les salopes, les chiennes et les putes ? Non. Elles se soumettent... Et ça commence par le langage. Je m'arrête de parler. À son regard je comprends tout de suite que ce n'est pas ce qu'il attend. C'est trop peu. Je ne le supplie pas du tout de me prendre...

"Je veux que tu... Vous... Je veux que vous me défonciez. Je veux sentir votre queue en moi. Je suis qu'une salope, qu'une chienne en manque de bite. Je ne demande que ça. A avoir une récompense car j'ai été une bonne suceuse."

Je marque un temps d'arret, puis je me mets à onduler le bassin, le remontant en même temps pour claquer ma chatte contre sa queue.

"DEFONCEZ-MOI !"

Je crie longuement. Répetant plusieurs fois cette phrase.

"Je suis qu'une chienne."

A la fin de cette phrase je me mets même à aboyer, tirant la langue sur le côté. Et je lève violemment mon bassin de nouveau pour taper sa queue avec ma petite chatte. Au même moment il lâche mes jambes, ce qui fait que le poids de celle-ci bascule vers moi. Je me retrouve donc sur le dos, mes mollets écrasant ma poitrine. Mon cul complètement tendu vers Akeshi. Il avait un total accès à ma chatte, mais aussi à mon petit anus rose.
3
Dans la calèche, l'ambiance était toujours aussi rose, qu'importe le couple, le bonheur et la luxure faisait bon ménage. Pleione était allongée contre Yuko qui prenait soin d'elle avec des caresses sur sa chérie de neko, laissant même Blanche en profiter en venant lui lécher son petit antre juteux et crémeux. Cela durait quelques délicieuses et longues minutes, avec ce qu'elle venait de vivre, Yuko lui laissait tout le loisir de se reposer avant de proposer à nouveau avant la prochaine manche. Un repos tout en ronron et en douceur, comme l'aimait la Karistal, car une fois que Pleione donna le feu vert, il était temps de remettre la machine en marche. Elle se redressa, prête à attaquer leur queue. Les deux concernées se redressèrent en souriant, laissant la petite chatte faire son œuvre. Doucement, elle commença avec Yuko qu'elle branlait doucement en suçant, sans oublier quand même de branler Blanche aussi pour ne pas la laisser sur le côté.

« Huuuum, très bien, chaton... Suce donc cette belle bite, rien... que... pour... toi. »

Proche de Blanche, elle laissait sa main tâter son petit cul rebondi et doux pendant que sa seconde main récompensait sa petite chatte en lui caressant la tête. Blanche en fit de même avec ses deux mains, attendant juste de sentir ses lèvres se fermer sur sa belle queue. oh oui, elle aussi salivait déjà à sentir cela. Pleione était maîtresse de son propre rythme pour le moment, lentement, rapidement, c'était à elle de voir. Libérant la queue de Yuko, elle passait ensuite à celle de Blanche, continuant tout de même de faire travailler sa main sur sa queue. Yuko venait même embrasser son esclave garde du corps, un petit baiser avec son gentil lapin obscène.

« Hmmmmmm.... »
« Mmmmmhhh... Ne t'habitue pas trop à dominer ma future femme, Blanche.... il viendra un jour où ce sera toi à sa place, en train de nous sucer. »
« Hmmmm.... Vivement ce jour, alors. »


Yuko remua un peu, pour libérer par sa fermeture éclair ses belles bourses bien douces – oui les pantalons ce n'était pas trop son truc, mais comme c'est un pays froid, pas trop le choix. Sa main se posa sur les doigts de sa chérie, venant les guider juste en dessous, qu'elle touche ses petites poches à bébés.

« Quand tu reviendras sur moi, n'oublie pas mes belles couilles, chaton. J'aime te sentir me les sucer. »

Si Yuko en avait l'occasion, elle aimait laisser sentir de jolis doigts, de douces lèvres ou une petite langue glisser sur ses testicules. C'était quelque chose de très agréable. Un peu comme avec la poitrine, sauf qu'il n'y avait pas une zone particulièrement plus sensible qu'une autre. Et qu'il fallait éviter de pincer ou mordre aussi.

« Maîtresse.... je pourrais lui juter sur le visage ? »
« Non, ma mignonne, il ne faut pas la salir, nous devons aller voir ses parents. »
« Mais j'aime bien jouir sur les visages, moiiiiiiii. »
« Une prochaine fois, ma jolie Blance. Là, il faut que l'on soit présentable... Donc... Tu te contentes que de ses orifices, et Pleione doit faire attention à ne pas se tâcher, hum... »


Blanche devait après tout écouter sa maîtresse et non faire ce que bon lui chante, elle devait obéir et rester une gentille esclave pour ne pas être punie. La main de Blanche passait sur le visage de Pleione, la caressant tout en laissant son regard la fixer. Elle devait s'imaginer ce joli minois de neko couvert de sperme...

« Chérie.... Mmmmmm... J'ai la bite toute sèche... Tu veux pas venir me sucer un peu ? »

Le plus dur était de rester équitable entre elles, mais même si l'une était plus sucée que l'autre, ça ne risquait pas de faire de jalousie, juste que le désir se faisait de plus en plus ardent !

Concernant l'autre trio, l'ambiance était là aussi ardente, mais sans faire non plus remuer la calèche. Antares était confortablement installé avec sa petite chérie qui s'occupait de lécher son doux minou, sa langue venant s'enfoncer un peu en elle. Parfois la petite neko s'amusait à mordiller ce gentil petit chat, parfois même en titillant son petit bonbon d'amour, faisant vibrer le corps de son amour. Quant à Noire, elle venait à demander la permission pour téter sa nouvelle maîtresse qui acceptait. Noire se permis de s’asseoir à côté d'elle, la tête sur son sein en train de téter la belle neko. Bien que rien ne sortait, elle y mettait quand même du cœur, faisant doucement ronronner la neko. Son autre main venait masser son autre sein, bercer par la douceur de la neko blonde à la poitrine généreuse.

Face aux mots, aux fantasmes de la belle neko, elle retira ses lèvres de son petit bout de chair pour regarder la neko dans les yeux. Les siens pétillaient d'excitation, sa queue tressautait d'excitation. Elle espérait bien réussir à faire plaisir à sa maîtresse, si Yuka la voyait comme une maîtresse ou simplement sa future femme, Noire lui devait le même respect aussi.

« Moi aussi, je suis ta fille, maman ? »

Une lueur presque innocente dans le regard alors qu'elle reprenait son suçage. Yuka restait plus silencieuse, mais elle restait productive, les mains sur ses cuisses pendant que la petite chatte mettait tout son cœur à l'ouvrage, cherchant toujours à mettre sa langue le plus loin possible. Cependant, la gentille petite chatte ne l'était peut-être pas tant que ça, car elle avait un cadeau très spécial pour sa future femme. Si son séjour chez les Lilianstar pouvait être très chaste, elle pouvait elle aussi être une véritable petite démone. Eh oui, Yuko savait très bien gérer la douleur, Yuka c'était la douleur mentale, donc, la tentation...

« Hum, Maman... Tu sais... Je pense que malgré tout... je suis une vilaine petite chatte... Car tu sais, dans ma valise... J'ai mis un dernier bagage dedans... Pour notre petit séjour chez toi... J'ai... pris... deux... belles... Couches bien propres. »

Oui, deux couches, ces mêmes choses qui faisaient tant fantasmer Antares. Évidemment, les bagages étaient à l'arrière donc sauf si on arrête la calèche, pas moyen de les prendre. Ainsi, c'était Yuka qui avait l'appât qui s'agitait sous le nez de la neko. Puis elle avait bien dit deux. À l'origine, c'était une de rechange car si Yuka y faisait ses besoins, évidemment qu'Antares n'allait pas la laisser sale, mais pour le coup, soit ce sera le cas, soit ça pouvait aussi sevrir à Noire. La tête entre ses jambes, elle contemplait sa future femme, savourant ses expressions faciales avec presque autant de plaisir que de lécher son petit minou tout doux...
4
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Akeshi le septembre 22, 2019, 09:32:35 am »
Quel plaisir d'être assis là à la regarder faire. Constater l'envie de la faim dans son regard. Avoir une femme qui est prête à tout pour vous est galvanisant. Je parie qu'elle doit se dire que je la force à cause de ma main qui maintient sa chevelure. Alors que je me contente de la suivre désormais. C'est elle qui joue se sa langue douce et trempée sur ma bite depuis que je le lui ait demandé.

Très vite mon érection reprend forme entre ses lèvres douces et sa langue expérimentée. Aucune gêne ou maladresse dans cette dernière quand il s'agit de caresser mes veines ou mon gland. J'ai hâte d'avoir droit à une vraie pipe plus tard. Une fois qu'elle sera entièrement soumise elle s'occupera de moi avec envie.
En attendant elle continue d'enfoncer ma queue dans sa bouche et sa gorge pour la faire durcir au maximum. Puis elle remonte lentement en la libérant dans un bruit humide et dégoûtant comme ceux des pornos. La langue tendue et plusieurs filets de salive qui lient sa bouche à mon membre pendant qu'elle lève les yeux en ma direction. A croire qu'elle chercher mon approbation ou qu'elle veut déjà goûter à la suite.

Je la prends alors par surprise en ramenant sa tête et sa bouche sur ma queue pour la lui faire avaler. Je m'appuie sur sa tête tout en me relevant pour garder ma bite au chaud. Elle pourrait bien manquer d'air quelques secondes que ça ne me ferait ni chaud ni droit. C'est peut-être déjà le cas car j'entends d'autres bruits dégoûtant provenir de sa bouche pendant que je continue mon mouvement. Mon but est de la remettre sur le dos en gardant sa bouche pleine.  Une fois positionné je retire ma bite lentement de sa bouche. Ma grosse queue tendue et pulsante est recouverte de sa salive qui lui retombe en partie sur le visage.

« Montre-moi ta langue. »

Alors qu'elle s'éxecute lentement, je mets quelques coups dessus avec mon gland pour jouer un peu. Qu'elle sente le résultat de son oeuvre. Mais pas troplongtemps non plus. Je me redresse pour descendre et attraper ses chevilles. Je soulèves ses jambes pour coincer mes mains dans le creux de ses genoux afin de les écarter. Sa petite jupe est relever sur son ventre alors que sa chatte trempée est désormais offerte à ma mercie.

Comme un peu plus tôt je me met à faire frotter ma bite ma queue sur ses lèvres en remuant les hanches aussi lentement que possible. Un bonne dizaine de fois. Puis je prends la température avec mon gland que je retire pour continuer de la chauffer. Comme si c'était nécessaire. J'ai eu l'impression de glisser mon gland dans un four en train de préchauffer tellement c'est chaud là-dedans. Mon regard est plongé dans ses pupilles. Elle ne veut que ça et on le sait tous les deux. Mais l'entendre dire est nécessaire.

« L'heure de ta récompense est presque arrivée, Sonya. Mais est-ce que tu l'as méritée ? Hmm ? Supplie-moi comme une chienne. Donne-moi envie de te récompenser. »
5
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Sonya le septembre 22, 2019, 03:37:04 am »
Je ne bouge pas. Je le vois juste se déplacer... Enfin je ne vois juste cette queue, mon regard n'arrive pas à se détacher de cet instrument qui m'avait provoqué autant de plaisir. Une demie molle comme on dit... Elle arrive près de mon visage, un liquide coule dans ma bouche et sur ma langue. Bien chaud. Il ne m'a pas déjà assez humilié ? Il souhaite en remettre encore une couche sans mauvais jeu de mot...

Il se pose sur moi jouant encore une fois avec mes seins et mes tétons. Je lui donne des petits coups pour le faire partir. Je n'en peux plus. Je veux juste qu'on me laisse. Que j'aille prendre une douche. Enlever tout ça. Enlever cette honte que je porte et que je sens couler sur moi. Pourtant, il n'en est pas question... Il m'attrape par les cheveux, je pousse un couinement de douleur, il me traîne vers lui alors qu'il c'est mit assit sur le sol. Je me retrouve encore face à face à cette queue. Il me colle quelques bifles avant de se frotter...

"Je ne suis pas une sal..."

Pourtant, j'étais prête à me faire jouir juste en me frottant sur le sol. J'ai eu deux orgasmes presque à la chaîne... Je ne pensais cas me faire défoncer... J'aurais pu me prendre n'importe quoi pour faire passer cette envie, je suis sur que j'aurais pu le faire avec un animal s'il le fallait vraiment... J'étais dans un autre monde. C'était ça mon vrai visage ? Une fille en manque prête à tout pour se faire baiser. A chevaucher la queue d'un inconnu. Et surtout à vénérer cette queue. Je la regarder qui se frotte à mon visage... C'est cette queue qui m'a fait jouir deux fois. Je sais pas... Je sais plus... Est ce que je suis vraiment une salope ? Non... Mais avec ce que je viens de faire ? C'est possible finalement... Que je sois juste dépendante d'une queue. Encore une fois c'est le bordel dans ma tête. Je sens le sperme couler sur moi et se solidifier à certains endroits. Regarde toi... Il a raison tu n'es qu'une salope... Couverte de fluide partout. Du sperme. De la cyprine. J'en ai mis partout. De la bave séchée. Encore.

Je me redresse comme il faut sur les genoux... Je les écarte pour descendre mon buste... Je suis retenue exclusivement par l'emprise qu'il a sur mes cheveux.

"Je suis une salope... Je suis une salope..."

Je murmure cette phrase tout en embrassant la queue présente devant moi. Mes lèvres déposent des baisers sur la longueur... Je descends jusqu'à ses testicules les embrassant aussi, puis je remonte. Déposant un dernier baisé sur le bout de son gland. J'en profite pour y rajouter la langue... Je fais des petits tours avec ma langue autour de se petit morceau de chair. Je peux sentir son odeur... Ou je devrais dire mon odeur puisque sa queue était en moi il y a quelques minutes.

Et la j'ouvre grand la bouche, avalant la demie mole. Ce membre un peu flasque rentre dans ma bouche facilement. Je fais tourner ma langue autour, fait des vas et viens dessus. Au fur et à mesure je peux sentir cette queue reprendre de la vigueur dans ma bouche. Se durcir petit à petit. Je vais de plus en plus vite la pression sur les cheveux me fait mal, mais je continue quand même... Mes seins s'écrasent contre le sol à chaque fois que je descends mon visage. Je continue pendant plusieurs minutes une fois que sa queue est bien dure... Je descends d'un coup en gorge profonde... De mon plein gré comme une bonne salope, j'avale l'intégralité de sa queue. Mon nez vient de coller contre son bas-ventre... Je reste dans cette position plusieurs secondes le temps que ma langue passe-partout sur cette tige n'oubliant aucuns recoins. Puis je me redresse doucement, sentant les veines pulser contre mes lèvres. Ma bouche se détache de cette queue en laissant sortir un dernier bruit malsain.

Je lève les yeux au ciel cherchant son regard... Je devais avoir une récompense non ? Je ne réclamais pas... Je devrais vu mon rang de salope... Je n'étais pas encore prête à le faire... Une salope qui a du mal à s'assumer le comble. Pourtant, j'étais sûr d'en être une car en sentant cette queue pulser entre mes lèvres j'ai sentie des frissons au niveau de mon bas-ventre. J'ai senti ma petite chatte se réchauffer de nouveau. J'ai repensé à quand je me faisais empaler. J'ai même poussé des petits gémissements quand j'avais cette queue dans la bouche comme si je prenais du plaisir en le léchant. Comment j'en étais arrivé là...
6
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Akeshi le septembre 22, 2019, 12:28:18 am »
Jouir plusieurs fois ne me pose aucun problème. Reste à retrouver ma vigueur pour jouer de nouveau avec cette femme qui a un corps tout simplement parfait et avec lequel je compte passer des jours entiers à souiller de tant de façons. Je me relève donc pour la rejoindre. J'ouvre les jambes pour me positionner au-dessus d'elle au niveau de son visage dans un premier temps. Son visage toujours souillé par ma crème épaisse et collante. Ma main branle alors doucement ma queue molle mais à sa taille maximale. Histoire d'évacuer le reste sur sa bouche et sa langue pendue.

« Pense à t'hydrater, c'est important. »

Je me masse avec application en appuyant sur la peau quand je remonte jusqu'au gland en appuyant dessus avec le pouce et l'index pour en fait sortir autant de sauce blanche protéinée que possible. Puis je me baisse pour me positionner sur son ventre et jouer avec ses seins pour voir si elle va réagir. Mais même en les pressant l'un contre l'autre ou en tirant sur ses tétons...ses réactions restent molles. Dommage, je voulais m'amuser plus longtemps. Mais puisqu'il lui faut une stimulation plus intense. Je n'ai pas forcément le choix.

Je l'atrappe par les cheveux pour la réveiller et la tirer vers moi. Mes fesses se posent sur le sol. Ma main toujours coincée dans sa chevelure rousse dont une bonne partie commence à devenir collante par ma faute. Ma queue dans la main, je mets quelques coups avec sur sa joue en lui ordonnant de se mettre au travail cette fois. Son visage se frotte sur ma tige et mes couilles sous le guidage de ma main.

« Une salope comme toi à dû sucer plus d'une bite. Montre-moi de quoi tu es capable et tu auras droit à une récompense. Fais-moi bander en te servant uniquement de ta bouche. »

J'ai hâte de voir l'étendue de son talent maintenant qu'elle est lâchée. Une bonne esclave se doit d'être une bonne suceuse.
7
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Sonya le septembre 21, 2019, 11:55:48 pm »
Alors que je me remettais de mon premier orgasme Akeshi accéléra le rythme. Me faisant rebondir comme une poupée de chiffon sur sa queue. Ma bouche ouverte je n'arrivais plus du tout à parler surtout que ses doigts avaient pris possession de ma petite gueule pour la maintenir ouverte. Ma bouche ouverte je n'arrivais plus du tout à parler surtout que ses doigts avaient pris possession de ma petite gueule pour la maintenir ouverte. Je ne sentais que se membre de chair défoncer ma petite chatte. La pénétrante avec force. Vigueur. Allant au plus profond de moi. Il me demande de sucer ses doigts... Je ne peux pas hurlant comme une folle. Je ne contrôle plus les gestes. Plus mon corps. La bouche ouverte depuis un long moment, je me bave dessus. De chaque côté de ma bouche, deux longs filets se sont mis à couler.

Il se met encore à accélérer le rythme. Se montrant encore plus bestial. Mon cul et mes cuisses claquent contre lui a chaque fois qu'il s'empale en moi. Pour une meilleure prise, il m'entoure de ses bras écrasant le tour de ma poitrine. Ca ne l'empêche pas de bouger malgré tout. Je peux voir le bout de mes seins ballotté de haut en bas.

Pendant encore de nombreuses minutes ma chatte se fait défoncer. Il engouffre sa queue en moi à une vitesse folle. Je ne peux plus me retenir de nouveau. Je sens le plaisir monter de nouveau. Plus fort que l'autre orgasme. Mon corps se contracte de nouveau, je me trémousse sentant cette agréable sensation remonter le long de ma colonne vertébrale. Il ne s'arrête pas. Les pénétrations le font durer... Jusqu'au moment où il me retourne.

Je me retrouve avec un genou à terre encore en plein orgasme, la bouche grande ouverte, je me prends un jet de sperme en plein milieu du front. Suivit rapidement d'un deuxième et d'un troisième. Je couine encore comme une chienne alors qu'il m'éjacule dessus.

Mon genou au sol glisse alors sur ma propre mouille me faisant tomber sur le dos. Je continue de trembler. L'orgasme finissant de parcourir mon corps. Celui-ci était tellement violent qu'on peu voir des petits jets de cyprine sortirent de mon intimité s'écrasant sur le sol. Je laisse retomber ma tête sur le côté, le sperme se met naturellement à couler suivant les traits de mon visage. Je souffle comme une chienne par la bouche, ma langue pendait sur un coin de ma bouche.

Je n'en pouvais plus. Et je réalisais tout ce qui venait de se passer... La situation dans laquelle je me trouvais maintenant... Comment j'avais pu me laisser aller comme ça ? Me voilà couché dans ma propre mouille, mes mains attachées dans mon dos, mon visage et mes cheveux recouvert de sperme, de la cyprine qui débordait de ma chatte. Je n'arrive même pas à reprendre mon souffle. Comment ? J'avais tellement honte de moi. Je lève les yeux... Je peux juste voir cette queue coulante de sperme encore. Un filet qui s'écoule juste devant moi. Je me sens encore plus honteuse...
8
Ville-Etat de Nexus / Re : Vacances sexuelles au Lotus Ecarlate [Vierna]
« Dernier message par Mira Crone le septembre 21, 2019, 08:21:02 pm »
Mira savait qu'elle n'avait pas besoin de faire beaucoup d'efforts pour bien exciter ces félins pervers et les pousser à lui faire les pires trucs. Rapidement, la jeune fille se retrouva à avaler le chibre de Mike en enchaînant les gorges profondes et sa chatte se fit remplir par le gode de Violet.

« Hhhmmm... Hhhnnnggghhh ! »

Les deux fauves avaient chacun leur technique pour faire l'amour à la bimbo. Le mâle y allait vite et fort, il lui faisait avaler sa verge sans retenue et il l'enfonçait aussi loin que possible dans sa gorge. La femelle, en revanche, prenait son temps, elle faisait des gestes langoureux et savoureux tout en caressant les cuisses et les jambes bien en chair de son amante. La maid était folle de joie d'être ainsi baisée par ces deux terranides fougueux et chauds comme la braise. Elle aurait volontiers hurlé son plaisir si elle n'avait pas la bouche pleine.

Après une bonne série de gorges profondes, Mira finit par être libérée par Mike, qui sortit sa queue de sa bouche pour répandre sa semence sur son visage. La blonde accueillit avec plaisir ce sperme chaud et crémeux sur sa peau, et elle avala toutes les gouttes qui passèrent près de sa bouche. Dans son dos, Violet continuait de limer sa chatte avec son strapon tout en claquant son bon gros cul. Elle évoqua l'idée que la maid puisse s'essayer au sexe avec les étalons de l'auberge durant les prochains jours, ou qu'elle lui offre un bon cunni pendant qu'elle préparerait les repas. Mais la première idée enthousiasma bien plus la jeune fille.

« Faire l'amour... hhhmmm... avec des chevaux ? Je parie... qu'ils ont les plus grosses bites... aaahhh... qui soient. Vous avez... déjà essayé ? »

Mira était venu ici pour s'ouvrir à de nouvelles expériences, loin des jugements puritains et des malaises sociaux du Japon. Elle voulait découvrir le monde du sexe et plonger dedans aussi loin que possible sans se noyer, et elle comptait sur Vierna pour la pervertir un maximum.

Quand Violet en eut assez de lui remplir la chatte, la bimbo proposa un nouveau jeu à Mike.

« Mike... ça vous dirait un nettoyage coquin... sous la douche ? »

Elle pressa ses seins l'un contre l'autre pour mettre en valeur son imposant décolleté.

« Je pourrais me couvrir le corps... avec de la mousse... et vous laver avec. J'ai lu ça dans plusieurs de mes mangas. Les hommes aiment... quand on leur frotte le dos... avec la poitrine d'une femme. »

Elle se fit plus provocante en se collant près de lui, si près qu'elle pouvait sentir son érection en train de reprendre du poil de la bête.

« Et puis... il faut bien que je me nettoie. Une cochonne aussi sale... hhhmmm... et perverse que moi... doit être nettoyée en profondeur. »
9
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Akeshi le septembre 21, 2019, 07:54:44 am »
Eh oui... Elle avait beau faire semblant, son véritable visage se montrait enfin. Quelques pénétrations suffisent pour la mettre dans tous ses états. Ma bite s'enfonce facilement en elle. Ses lèvres d'abord laissent passer mon gland dans un long couinement féminin qui s'échappe de sa bouche. Ses cris de plaisir montrent toute l'excitation qu'elle a refoulée jusque là. Je n'ai rien à faire. Ses hanches montent de redescendent toutes seules sur ma queue courbée qui termine sa croissance dans cette antre chaude et humide en lui provoquant un premier orgasme.

Les douces parois de sa chatte viennent contracter ma bite de toutes leurs forces. C'est si bon. Mais pas suffisant pour me faire éjaculer pour autant, non. Mes doigts s'enfoncent un peu plus dans sa bouche pendant que je malaxe sa poitrine avec plus de force en relevant les hanches pour surélever son corps si parfait.

« Ce n'est que le début, ma belle. Le premier orgasme d'une longue série. »

Joignant le geste à la parole je continue sur ma lancée en la faisant littéralement rebondir sur moi. Sur ma longue bite épaisse et veineuse. Son cul et ses cuisses viennent claquer sur les miennes car je ne retiens pas un instant mes gestes. Son dos a beau me cacher la vue je sais que sa poitrine n'est pas en reste. Je peux entendre son sein libre s'écraser sur son haut entre deux gémissements qui fuisent ses lèvres qui sont ouvertes en permanence car mes doigts les gardent ouvertes.

« Entraîne-toi à sucer mes doigts pour l'instant. Montre-moi ce que tu sais faire avec ta langue. »

Plus bas je laboure sa petite chatte qui aime le traitement qui lui est offert. Sa cyprine coule le long de ma bite jusqu'à lubrifier mes cuisses. Mes testicules. Le canapé. Le sol devant nous. Chaque coup de hanches fait jaillir un peu de son liquide intime depuis son orgasme. Mes doigts aussi sont trempés. Sa salive doit couler sur le bas de son visage.

« Sonya, tu es la honte de la police. Je vais devoir te montrer l'exemple en te punissant toute la nuit pour commencer. »

Je me mets alors à accélerer mes mouvements en relevant un peu plus les à chaque fois. La prénétrant aussi fort que possible pour la faire retomber sur ma bite après chaque pénétration. Mes bras se placent au-dessus et en-dessous de ses seins pour les écraser entre mes avants bras. J'y vais à fond et sans retenue pendant cinq bonnes minutes. Sa chatte me masse la queue sur toute la longueur. Me presse régulièrement la tige avec une telle application que je sens son orgasme arriver avant le mien.

De mon côté je commence à gémir plus régulièrement. Je libère plutôt des râles presques sauvages, primitifs. mon éjaculation arrive. Je lâche alors ses seins pour l'attraper par les menottes afin de les pousser pour la faire se retourner face à moi. Et là... Je lui éjacule partout au visage. Un énorme splash se fait entendre quand une sorte de masse visqueuse vient lui éclater sur le front et les yeux. Je ne me suis pas touché depuis trois semaines pour ce jour et ça se voit. Je continue de me branler pour libérer un second, puis un troisième filet de sperme qui fonce en ligne droite. Puis un dernier. Sa belle chevelure rousse est en partie souillée par ma semence.

Je me laisse tomber sur le canapé avec la bite toujours aussi gonflée mais molle. Le gland recouvert de mon sperme qui continue de couler pour finir sur le sol. Comme un robinet qu'on aurait laissé légèrement ouvert.
10
Centre-ville de Seikusu / Re : Obéissance et humiliation [Sonya]
« Dernier message par Sonya le septembre 21, 2019, 03:19:05 am »
La tête contre le canapé, je continue de me frotter contre le sol, vivement, j'étale mes fluides contre le parquet de la chambre. Gémissant comme une chienne en manque. Comme une pauvre fille qui n'avait pas eu son orgasme. J'étais à bout. J'entends Akeshi se déplacer dans la chambre, mais rien ne peut m'arrêter pour le moment d'essayer de me faire du bien. Ma chatte s'écrasant contre le sol. Jusqu'au moment pour Akeshi m'attrape par les menottes pour me relever.

"Non... Laisse-moi !"

Laisse-moi essayer d'avoir mon orgasme. Je n'en pouvais plus, soufflant comme une vache. Mon corps était bouillant. Ma petite chatte était en feu. Des fourmis la parcourraient. Je devais continuer, ça allait venir avec de la persévérance. Je le savais. Debout, je frotte mes cuisses l'une contre l'autre. Je couine quand il touche mes seins, les soulevant. Pas besoin de me tenir attentive, je suis déjà à 100%. Le moindre contact avec une partie de mon corps me mets dans tous mes états sans arriver au but ultime.

Akeshi me pousse à m'asseoir sur lui, à califourchon lui tournant le dos. Je sens son sexe en dessous du mien. Une énorme bosse encore protégée dans son boxer. Il se frotte contre ma chatte. Je sens cette bosse écarter mes lèvres, buter contre mon clitoris. Je me remets à gémir, la bouche grande ouverte. Je trempe son caleçon avec ma mouille. Mais ce n'est pas assez pour que je puisse avoir un orgasme. Comme quand je me frottais contre le sol. Il me faut une pénétration... Il faut que ma petite chatte se fasse ouvrir, que je puisse sentir quelque chose rentrer dedans. Le temps est tellement long, je deviens folle ! Le plaisir me parcourt de partout. Je couine comme la dernière des putes. Et là il arrête de se frotter contre moi, le temps d'enlever son boxer sortant sa queue que je sens se loger entre mes cuisses. Se faisant directement recouvrir par mes fluides.

La voix d'Akeshi arrive à mes oreilles... Me ventant les biens fait de sa queue. Si dure. Ses veines qui pulsent. Le plaisir qu'elle pourrait me donner. Bien sur que je sens tout ça. Bien sûr que je sais qu'elle pourrait me provoquer ce que je recherche depuis maintenant de très longues minutes... Mais c'est avoué ma défaite.

Il se passe tellement de choses dans ma tête à ce moment et j'ai vraiment du mal à me concentrer. Déjà que je suis au bord d'exploser. Et les mains d'Akeshi se remettent à se balader sur moi, touchant mes seins, mon clitoris augmentant encore le plaisir alors que je pensais être au maximum. Je sens son gland filer sur ma fente sans jamais s'enfoncer en moi. Je souffre de pas pouvoir exploser. Des larmes coulent le long de mes joues. Je suis au bout du rouleau. Je n'ai même plus la force de lui répondre. C'est le bordel. Je me frotte, ondulant mon bassin contre sa queue. Je ne m'arrête pas, espérant jouir. Rien, toujours rien. Je ne sais pas... Je ne sais pas... Je...

Je me redresse... Légèrement... J'hésite encore... Je ne devrais pas... Non... Je suis plus forte... Mais j'en ai envie... Oui... J'en peux plus... Je souffre... J'ai mal...

Et la je me laisse retomber. Cette queue glisse entre mes cuisses directement dans ma petite chatte. Écartant facilement les chaires tellement je mouille.

"AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!"

J'explose un premier cri, je lève la tête regardant le plafond. Je me redresse légèrement et me mets à faire quelques vas et viens. A chaque fois que je m'enfonce je cri de plus en plus fort. Il me faut seulement quelques secondes pour atteindre l'orgasme que j'attendais temps. Je me laisse tomber de tout mon poids sur cette divine queue. Pulsant en moi. Énorme. Si bonne.

J'ouvre la bouche, criant mon bonheur. Tout mon corps se contracte d'un coup. Je me mets à trembler. L'orgasme remonte dans tout mon corps. Si bien que cette fois je pleure de bonheur. La souffrance, la frustration s'en va pour laisser place à un pur moment. 
Pages: [1] 2 3 ... 10