Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Voir les derniers messages - Draven Dairn

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Voir les derniers messages

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Draven Dairn

Pages: [1] 2 3 ... 9
1
La vampire était assez docile dans le fond, mais pourquoi me serai-je privé du plaisir de lui faire du mal ? Elle était juste ici, à ma merci, et je reconnaissais que j’exploitais beaucoup cet aspect d’elle. Parce qu’elle était si fragile, d’une certaine manière. Et en même temps, le fait d’aimer autant ses crocs dans ma chair. Ça méritait d’autant plus quelques coups de fouet et autres maltraitances physiques.
Mais parfois, son empressement à les subir, c’était comme le début d’aigreur après un vin que l’on pouvait juger prometteur. Et je me demandais si, à intervalle réguliers, elle ne se montrait pas trop enthousiaste juste dans le but de me gâcher le plaisir… espèce de petite garce, va.

Je la vis se sécher sommairement et sortir de la pièce, encore humide. Ses pas clapotant légèrement sur le sol. Je prenais plus de temps, pour sortir, me sécher, et me vêtir sommairement ; un pantalon, une simple chemise. Elle s’humidifia un peu en se déposant sur ma peau.
Mais pendant ce temps, elle était de retour, avec l’objet de ses souffrances à venir. Le chat à neuf queues. Le doux, l’appelais-je souvent, parce qu’il ne comportait ni nœuds de cuir, ni lames. Deux choses qu’elle aurait su encaisser mais qu’elle évitait autant que faire se pouvait. Dommage. En dépit de cela je trouvais régulièrement le moyen de lui faire boire son propre sang et admirer son dégout…

Ses pas clapotèrent à nouveau doucement. Je la suivais lentement dans la pièce où les misères devraient lui être infligées. Sa petite salle de torture personnelle, aurait-on pu dire. Là, trônait le crochet d’argent, au plafond, où elle était souvent pendue. Mais cette fois, bras au-dessus de sa tête, elle s’y tenait fermement à deux mains. Ses jambes étaient un peu écartées, et sa croupe suffisamment cambrée, pour offrir une imprenable vue sur un sexe luisant et de jolies fesses pâles.
Petit inconvénient pour elle, dans cette posture, ses pieds frôlaient tout au plus le sol, lui offrant une bien maigre prise si j’avais l’envie, alors, de cognais suffisamment fort pour la faire vaciller.

« Petite arrogante. »

Sa certitude de ne pas flancher me faisait doucement sourire, je le reconnaissais, mais nous savions qu’il était fort probable que j’aie, comme d’habitude, du mal à la faire flancher. Lui faire ravaler son orgueil était mon plaisir le plus complet… mais, encore une fois, ce n’était pas le plus couramment comblé.

Je ne frappais pas immédiatement, non. Je me contentais de faire le tour de sa personne. Son air de défi, ses petits seins arrogants, aux pointes qui réagissaient si facilement. Je frapperai ici en premier. A moins que…
Mes doigts se glissèrent entre ses cuisses. Rudes. Sans pénétrer, ne se retirant de contre son sexe que par le biais d’une petite claque.

« Espèce de petite putain…. As-tu si hâte de souffrir ? Eh bien soit. »

Mais je ne levais pas la main pour faire naitre les cris, non. Je m’éloignais et je revenais avec deux jolies petites choses. Des pinces à la cruelle dentelure où des poids oscillaient. Pas très lourds, ils seraient pourtant une jolie petite torture à ajouter à la morsure du chat. Je lui fis un sourire avant de venir ouvrir la pince et la refermer sur un mamelon. Puis je prenais le deuxième poids qui fit subir le même sort à son jumeau.
Alors je me reculais, et je ne pus m’empêcher, devant le spectacle, de lui demander.

« La douleur est-elle à ton gout ? »

J’armais le bras, et je frappais. Les longues lanières claquèrent sur son corps, s’enroulant un instant atour de sa taille. Je recommençais alors, visage plus haut.

2
Vous nous quittez déjà ? / Re : Ohlala
« le: mardi 25 juin 2024, 20:33:48 »
Courage à toi !

3
Prélude / Re : Ko'rish l'Altan [Serenos]
« le: mardi 25 juin 2024, 20:33:27 »
Bienvenue !

4
Prélude / Re : Passeport de Karl Neumann [Vanéalidé !]
« le: lundi 24 juin 2024, 19:28:00 »
rebienvenue !

6
Bienvenue à toi ! ;)

7
Prélude / Re : Vous en avez tous au moins un [Valiconceptualisé]
« le: dimanche 16 juin 2024, 19:00:29 »
bienvenue à toi !

8
Prélude / Re : Jack Marston -- Like a Wrecking Ball
« le: samedi 15 juin 2024, 08:57:00 »
Welcome !

9
Vous nous quittez déjà ? / Re : Ohlala
« le: mercredi 12 juin 2024, 07:41:10 »
courage à toi ! Fais comme tu peux ! ;)

10
Ville-Etat de Nexus / Re : La vampire domestique [ Draven Dairn ]
« le: lundi 10 juin 2024, 22:56:04 »
Ses propos me faisaient que me renforcer dans mon impression : elle avait une légère tendance à se ficher de ma poire. Mais en même temps, je n’en attendais pas moins, bien sûr. La dame vampire n’en restait pas moins suffisamment servile pour me laver, toujours aussi appliquée, chose étonnante, eut-elle bâclé le travail, qu’aurait-elle risqué ?  Cette dévotion me surprenait autant qu’elle m’allait, et son insolence qui allait avec donnait sans doute suffisamment de piment pour que je ne me lasse pas.
Ou alors, c’était juste parce qu’elle savait bien mordre pour me détendre…
Peu importait.
Elle me lavait, m’enlaçait parfois pour faire au mieux, sa peau

Quand elle eut une nouvelle insolence face à une question qui n’avait qu’une bonne réponse et qu’elle évitait sciemment, je lui donnais une petite tape sur la première parcelle de peau qui me tomba sous la main. Son bras. Cela me confortait dans l’idée de jouer à chat avec elle. Enfin… de jouer avec le chat, sur selle, plutôt… mais bien sûr, ce n’était pas ferme et définitif. Et je savais que c’était une chose qu’elle n’apprécierait que peu. Chose paradoxal quand on savait comme le sang pouvait être important pour elle, qu’elle répugne à faire couler son propre sang, n’est-ce pas ? un joli paradoxe qu’elle pourrait contrer facilement en disant que ce n’était pas parce que j’aimais manger un bon morceau de viande que l’idée de finir en steak me plairait…
Quant à son propre nettoyage, aussi pure qu’une vierge de sérail, n’est-ce pas ?

« Et aussi expérimentée qu’une mère maquerelle après une vie de tapin, je sais… un mélange détonnant… »

Difficile de ne pas me moquer d’elle, bien évidemment. Mais bon, en même temps, à quoi bon s’emmerder avec trop de subtilité ? Elle se prenait clairement pour meilleure qu’elle ne l’était. Ses liens étaient la preuve qu’elle n’étaient qu’un animal de compagnie ?... Enfin, un animal de compagnie amélioré, non ? Mais bon, je reconnaissais qu’elle savait faire ce qu’elle voulait quand elle voulait de moi… je reconnaissais que quand elle plantait ses crocs dans ma chair, ça me rendait dingue.
Je n’y étais pas accroc. D’ailleurs, je disais non quand je voulais.
Mais je reconnaissais que je tolérais beaucoup de chose pour ça. Plus que je n’aurai du sans doute.

Elle comprit son rôle et commença à se coller contre moi, venant frotter mon sexe, de mes doigts pour me masturber doucement, savant parfaitement ce qu’elle faisait. Elle était maitresse dans les arts érotiques, c’était le moins que l’on puisse dire… elle savait la tendance fâcheuse à jouer de cela d’ailleurs, comme pour me pousser à lui faire du mal en jouant sur la frustration.
D’ailleurs elle joua à ça. Mais savait-elle qu’elle n’allait pas jouer ainsi longtemps ? Je la regardais cesser, venir coincer mon sexe entre nos ventres pour commencer à se déhancher doucement, dans un rythme lancinant. Bien calé, je soupirais en la laissant faire, sentant la contraction de ses abdominaux au gré de ses rythmes. Je fermais les yeux. Sa petite poitrine frottant contre mon torse. Usuellement, je n’aimais pas faire dans les chichis, mais ses gestes valaient bien un massage.
Je me détendais tant et si bien que je tressaillis de surprise en sentant ses crocs s’enfoncer dans mon cou. Mais je ne la repoussais pas. Enfin, pas immédiatement, frissonnant un peu en sentant la douce sensation et l’engourdissement qui précédait l’extase.
Mais elle cessa, et je la fusillais du regard.
Elle savait ce qu’elle faisait. Et pas qu’un peu. / alors je venais doucement lui saisir la gorge et serrer fermement en la regardant dans les yeux.

« Tu as conscience que tu n’avais pas le droit de faire ça, n’est-ce pas ? »

Mordre ?
Cesser de mordre ?
Peu importait.

« Je crois qu’il est temps de te remettre les idées en place. Va chercher l’instrument de ton châtiment. ? et choisis si tu veux être maintenue ou si tu supporteras stoïquement. »

Je me redressais et sortait de l’eau pour prendre une serviette et commencer à me sécher.

« Je te saillirai dans la foulée. Et encore après, peut être te laisserai-je te nourrir. »

11
Vous nous quittez déjà ? / Re : Petite temps mort
« le: lundi 10 juin 2024, 19:52:27 »
Toutes mes condoléances.

Et plein de courage à toi !

12
Prélude / Re : Hayao Tachibana ~ Dream On ! [Vanéalidé !]
« le: jeudi 06 juin 2024, 23:32:48 »
Merci !

Oui j'ai utilisé la section one shot pour voir si le personnage me plairait à l'incarnation. J'espère ne pas avoir mal fait ?

13
Prélude / Re : Hayao Tachibana ~ Dream On !
« le: jeudi 06 juin 2024, 20:32:53 »
Merci Tani !

14
Prélude / Re : Hayao Tachibana ~ Dream On !
« le: jeudi 06 juin 2024, 20:25:12 »
Cimer mon cher !

15
Prélude / Re : Claire - Cette malédiction te va si bien ...
« le: jeudi 06 juin 2024, 18:41:40 »
bienvenue !

Pages: [1] 2 3 ... 9