banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Un achat peu conventionnel [PV - Rubber Doll]  (Lu 2945 fois)
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« le: Juin 02, 2011, 06:13:57 »

Que d'ennui ! C'était vraiment le bon mot pour décrire ce que je ressentais en ce moment, j'avais décidé de garder ma part humaine pour me divertir un tant soit peu et surtout pour approcher mes proies plus facilement mais la qualité de mes "jouets" étaient depuis quelques jours déplorable, non obéissante et mal éduqué, elle ne savait pas prendre le plaisir que je leur offrait à sa juste valeur, j'aurais presque voulu les laissés crevé sur place dans leur coins, j'aimais le challenge de soumettre une femme à fort caractère mais la désobéissance alors là ! c'était une chose que je répugnais.

Mais sur la plage un soir alors que je relâché une des mes victimes pleurant comme une vrai gamine il y avait cette femme, une femme étrange qui après une approche me montra sa vraie nature, elle n'était pas humaine je pouvais le voir par son apparence et le ressentir mais je ne savais quel sorte de race j'avais en face de moi. Nous avions discuté une bonne partie de la nuit ensuite et elle finie par me faire comprendre que j'étais plutôt à son gout, et qu'elle avait peut être un cadeau pour moi, mentionnant paiement bien sure. Si la nature de celui-ci m'avait d'abord fait beaucoup rire il laissait place à la réflexion, car en effet l'esclave qu'elle me proposé là avait l'air de qualité. Plutôt jolie, une paire de seins bien formée mais non trop outrageuse et une tenue en latex moulant sa peau jusqu'au moindre petit recoins mis à part les endroits dont j'avais besoin. elle m'expliqua qu'elle ne vivait que pour se faire dominé, qu'elle ne pouvais se passer de sexe, alors je fini par être tenter et accepta l'offre malgré la nature du paiement imposé.

Voila donc ce qu'il c'était passé 2 jours auparavant et qui m'avais conduit ce matin de bonne heure à attendre sur la plage le corps nue à moitié dans l'eau à coté d'une barque, l'esclave ne devrait plus tarder. Je m'impatienter énormément du au fait que je n'avais pas toucher à une femme depuis cette discussion, je voulais en profiter un maximum vu le prix que je devrais y mettre. Tien d'ailleurs la voilà qui arrivé dans sa tenue de latex moulante les mains attachées derrière le dos comme je l'avais demandé, pour le moment moi je ne faisais qu'observé le temps qu'elle arrive jusqu'à moi, sa façon de marché un peu gênais par sa tenue me faisait doucement rire mais elle ne le voyais pas puisque son regard était baissé vers le sable, c'était le regard d'une femme sans ambition.

C'est à moi que tu dois obéir pour la journée, Ishtar a deja du te le dire mais je suis une sirène alors ça se passera dans mon lieu de prédilection. Monte dans la barque

Alors qu'elle se dirigeais vers la barque je lui donna un coup de pied assez puissant sur les fesses pour la faire tomber en avant. Je monta à mon tours dans la barque et rama un peu plus loin jusqu'à avoir assez de profondeur, je savais qu'ici elle était assez énorme et que non loin de là se trouvait au fond de l'eau une épave de navire d'un riche héritier que je m'étais amusé à couler, ça me servira pour plus tard. J'admirais sa tenue et eu un sourire pervers avant de caressant doucement ses cuisses au travers du latex. Mais ce n'étais pas encore le moment je n'allais pas faire ça dans ce bateau alors je la détacha et lui donna son premier ordre.

Bien, il parait qu'en dehors du sexe tu ne sais rien faire, j'imagine donc que tu ne doit pas savoir nagé, ça va en être que plus amusant. Va y, saute dans l'eau, quand tu aura touché le fond je viendrais peut être si tu es encore vivante.

J'eus un large sourire de sadisme mais mes paroles avaient une partie de faux puisque je ne comptais pas la laisser mourir, je voulais juste qu'elle ai la peur de sa vie , car je savais que demander à une personne qui ne sais pas nager de sauter à l'eau était purement effrayant. Je m'en réjouissais d'avance.

Et tu as intérêt à obéir à la moindre de mes exigence... j'espère que tu l'as bien compris !
Journalisée

Rubber Doll
-

Messages: 122


Poupée de latex D'Ishtar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juin 02, 2011, 06:51:53 »


Je ne dors pas... Le silence est lourds mais sans plus... J'aime le silence, voila deux jours que ma maitresse m'a laissée attachée dans cette pièce sombre... Et si j'aime le silence, il deviens pesant..  Je n'aime plus le silence, je n'aime plus la solitude... D'autre surement aurais pleurer, laisser les larmes couler le long de leur joue, mais a quoi bon...

Un rai de lumières, la maitresse est la... Elle m'ordonne de me laver, et de changer de tenue. Sans me rebeller je vais sous la douche, enlevant juste pour quelque minutes cette tenues de latex que j'ai appris a aimer... C'est d'ailleurs avec plaisir que je me glisse dans une nouvelle, qu’elle plaisir que de sentir crisser le latex sur ma peau.. Le sentir mouler le moindre millimètre de mon corps. La combinaison monte jusqu’à mon menton, et la maitresse a placer un harnais sur ma bouche, m’empêchant de l’ouvrir, j'aime avoir quelque chose dans ma bouche.. Comme j'aime avoir les main attachée dans le dos... J'ai aussi passez des talons haut...

Je ne sais a quoi ressemble la maitresse que je vais devoir servir... Simplement parce que je n'ai entendus que sa voix, ma maitresse aime bien me promener les yeux bander, et j'aime cela...  Comme souvent c'est ma maitresse qui me téléporte jusqu’à la plage, a mois de marcher jusqu’à la femme... Mon pas est lent, je ne suis pas gênée par la tenue, j'en ai l'habitude, mais mes talons dans le sable c'est pas évident...

Doucement hocher la tête au parole de la femme, sans relever le visage, je n'ai pas le droit... Je ne suis rien qu'une poupée.
J'essaie de monter difficilement dans la barque, avant de pousser un cris étouffer par mon mort, la douleur alors que j’atterris sur le sol de bois, me fit hoqueter, je reste comme cela les fesse redressée, je n'ai aucune honte. Pourtant je laisse vite échapper un soupire de plaisir, mon dieu que je suis en manque, je sens un peu de bave d'envie couler le long de mon mort, dieu que j'ai envie de jouer...

Plonger dans l'eau, mes yeux bleu s’agrandir de peur, j'ai toujours eu une peur panique de l'eau, la maitresse m'aillant presque noyée un jour de folie. Je ramène doucement mes genoux vers mon torse, mon corps tremblant doucement, il fallait que j’obéisse, que je saute, mais je n'osait pas... Maitresse Isthar ne voudrais t'elle plus de moi... Je sentit les larmes monter a mes yeux, alors que je levait un regards suppliant a la jeune femme.. A la sirène, je ne voulait pas sauter...

Pourtant l'ordre donner je devait le faire.. aspirant une grande bouffée d’oxygène, je me lève doucement, avant de sauter sans plus hésiter, un ordre est un ordre, je ne peux y désobéir, j'essaie de garder mon corps le plus raide possible, et je ne sens sombre, sans y penser, je laisse mes bras entourer ma poitrine, ma tenues est si serrée qu'elle ne laisse pas passer d'eau entre elle et ma peau...

Je sent l'air manquer, mes poumons commencer a réclamer de l’oxygène, et une larme a nouveau couler sur ma joue pour se perdre dans l'eau.. eau qui rentre dans mon nez alors que je cherche ma respiration, je panique, mon cœur s'emballe j'étouffe... Maitresse ... aidez moi... Je ne sais combien de temps je tiendrais... Ma bouche, prisonnière du mords laisse échapper un cris silencieux...
Journalisée


Feels so good being bad
There’s no way I’m turning back
Now the pain is my pleasure cause nothing could measure
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juin 02, 2011, 08:20:32 »

C'était tellement amusant, voir ainsi cette jeune fille sans défense qui cherchait un semblant de pitié en moi, mais je ne lui offrit qu'un regard emplie de sadisme et aussi de colère pour lui montrer qu'elle devait absolument obéir, chose qu'elle fit dans la seconde suivante. La scène me fit éclaté de rire et après 10 seconde je saute un peu plus loin dans l'eau mais derrière elle pour qu'elle ne me voie pas, de là je pouvais admirer la jeune soumise couler comme une pierre dans son corps de latex. J'avais bien eu raison décidément, elle ne savais pas nager et paniqué bien vite une fois au fond de l'eau, elle manquait même deja d'air. Par pur sadisme je la laissais jusqu'au bord de l'étouffement, à bout de souffle l'eau commençait à rentrer dans son nez et elle n'allait plus tenir longtemps. Lorsqu'un petit cri essaya de s'échapper d'entre ses lèvres je m'enfonça à mon tours au plus profond sans qu'elle puisse me voir, j'étais arrivé par derrière et passa mes bras sur les seins pour libérer sa poitrine qu'elle avait entourer, je les remplaçait tout simplement par mes mains qui frotta le latex de haut en bas contre ses jolies seins, j'appréciais grandement le contact de cette matière mais je ne continua pas pour autant mes petites caresses.

C'est ça que tu veux hein ? T'en es en manque n'est-ce pas ? Parfait je vais prendre mon temps, tu auras tellement envie que je te fasse jouir que tu va en devenir folle... Oh et puis en faite c'était quoi ce cri que tu essayé de poussé il y-a quelque seconde ? Tu essayé de me réclamé de l'air là ? Alors écoute moi bien, en ma présence considère le droit de respirer comme un privilège que tu ne mérite même pas, pour la peine je vais te laisser allez jusqu'à la suffocation. Tu va comprendre à quel point je peux te faire souffrir sans même intervenir, l'environnement dans lequel tu te trouve sera une torture permanente à lui seul, et deviendra au fil des secondes à chaque fois... de plus en plus insupportable.

Je m'éclatais de nouveau dans un profond rire alors que je prenais tout mon temps pour lui ligoter de nouveau les mains dans le dos, le plus lentement possible aux rythme du sons des bulles éclatant d'entre ses narines pour la laisser souffrir d'étouffement encore un temps. Néanmoins je commençais à entendre de petit sons de suffocation sortant de sa bouche tant bien que mal, alors je terminé ce noeud solide sur ses poignets pour passer devant elle. J'avais par contre dans mon élan sadique oublier une chose, avant de lui donner de l'air je devais détaché son mord, c'était la première fois que je détaché ce genre de chose et j'avais un peu de mal surtout qu'elle s'affoler de plus en plus et bouger dans tout les sens. Je lui agrippa la gorge fermement et lui dit :

Si tu continue de m'emmerder à bouger dans tout les sens je te laisse mourir noyé !

Bien heureusement je réussis enfin à retirer le mord et colla sans plus attendre mes lèvres sur les siennes pour lui soufflé de l'air dans ses poumons qui en avaient tellement besoins. Je profitais également de la situation pour frotter ma poitrine toute entière sur sa tenue moulante, je passa même brièvement, juste l'espace de 2 petites seconde une caresse sur son intimité, je ne voulais pas tout de suite lui donner ce qu'elle attendait tant.

je le fait par obligation pas par sympathie, ne l'oublie pas, car tu n'es qu'un jouet sexuel.

Maintenant que je lui avais redonner un second souffle cette torture allait reprendre petit à petit, et c'était bien là le but, l'eau l'entourant et l'empêchant de respirer faisait déjà une belle partie du travail sur son calvaire. Bon maintenant je n'allais pas non plus attendre là sans rien faire juste pour m'amuser à la voir de nouveau étouffer, j'avais d'autres choses en tête et puis de toute façon au bout d'un moment ça lui reprendrais, alors je la pris dans ms bras et nagea avec une grande vitesse jusqu'à l'épave, à l'intérieur il y avait un vieux lit dont l'eau n'avait pas encore totalement pourrit le matelat, je l'allongea dessus et prit les cordes qui liées ses poignets pour ligoter ses deux bras vers les bords du lit. Les deux bras désormais écartées et attaché dans chacun des coins, je m'asseyais sur son torse et augmenta la pression qu'exerçait mes fesses sur son bas ventre.

Je te le dit tout de suite, tu n'as pas intérêt à recracher l'air que ta gentille maitresse t'as offert...

Maintenant les deux mains de nouveau sur ses seins je commençait à les malaxer à travers ce latex collant sa peau, je pouvais sentir jusqu'à son tétons sous la pomme de ma main et celui-ci avait réagis en gonflant à une vitesse folle, je les caressait alors sur bout de mes doigts, je les prenais parfois même entre deux pour exercer de petits frottement dessus. Ce n'était rien pour le moment certe, mais ce n'était que le début du calvaire qui l'attendais.

Petite salope... tu réagis déjà alors que j'ai à peine commencer. tu es pathétique, tu ne mérite vraiment aucun semblant de respect.
Journalisée

Rubber Doll
-

Messages: 122


Poupée de latex D'Ishtar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juin 02, 2011, 09:15:15 »

Dieu qu'il est difficile de respirer, j'ai tellement du mal mon cœur est si affoler je sais que je devrais me calmer, prendre le temps d’apaiser ce cœur, pour consommer moi d'air, moins d’oxygène , mais c'est tellement troublant. Que je ne sais plus penser, d’ailleurs j'ai presque l'impression que l’oxygène vas manquer a mon cerveaux...

J’angoisse et pourtant ces caresse son si douce.. Oui oui elle en voulait... Plus beaucoup plus... Le droit de respirer comme un privilège, j'essaie d' acquiescez mais rien ne peu sortir de ma bouche, rien ne peu sortir, ma gorge semble tellement ... Serrée, je n'ai encore jamais ressentit cela.

Mon esprit ne peu cesser d'appeler ma maitresse, bien que je sache au fond de moi qu'elle ne viendra jamais, elle m'a offert a cette femme pour je ne sais combien de temps, mais qu'elle importance, mon corps seul semble lutter , habité a toujours repousser ces imites, plus loin toujours plus loin... Je la sent attacher mes mains dans le dos, et essayer d'enlever mon mords, j'aime bien avoir la bouche, libre autant que j'aime la sentir tenue par quelque chose...

Je voudrais que mon corps cesse de bouger cela ne se fait pas de bouger quand la maitresse cherche a défaire quelque chose, mais je n'y peux rien, il se débat pour vivre, pour survivre, j'arrive pourtant  me raidir a cesser de bouger, l'ordre de la sirène ma complétement pétrifier..

Sa bouche contre la mienne... Un baiser si vital qu'il me laisserais paletante si j'étais sur terre, dieu que j'aime que l'on m'embrasse comme cela, je sens l'air prendre sa place dans mes poumons, ma tête cessant de tourner, je dois me calmer absolument, sinon je ne survivrais pas a cette nuit. Se corps qui se frotte au mien le fait réagir je sens monter l'envie dans mon corps, comme un vague qui s'écrase sur la plage, j'ai tant besoin de ce qu’elle peu m’offrir.

Clignant un peu les yeux, je cherchais mieux voir mais l'eau n'étais pas mon élément et j'en avait peur, mais je ne pouvais rien faire, rien dire juste me laissez portez par la maitresse. Un lit dans une épave encore quelque chose de nouveau... Mes mains attachée j'aime tellement sentir ces corps sur le latex, me serrer doucement la peau.

Son poids sur mon corps, je dois serrer les lèvres pour ne pas évacuer l'air, pour ne pas recracher... Mon corps ne peu s’empêcher de se cambrer sous ces caresse mes tétons se dressant doucement sous ces doigts mes yeux brillant d'envie, de peur, mais de plaisir aussi.
Ces petits frottement, c'est une véritable torture que de sentir des doigts la caresser sans vraiment sentir la peau sur sa peau, j'ai quelque soubresaut d'envie..

C'est étrange aussi de voir des bulle monter de temps en temps de mon nez... Je ne sais combien de temps je tiendrais. Oui oui qu'elle continue a m'insulter cela m’excite, si elle ouvre la tirette qui couvre mon intimité elle pourra sentir ma chatte toute mouillée, cela faisait deux jours que je n'avait plus rien fait l'envie montait rapidement...
Journalisée


Feels so good being bad
There’s no way I’m turning back
Now the pain is my pleasure cause nothing could measure
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juin 02, 2011, 10:23:56 »

Ses seins réagissant ainsi sous mes doigts montrait bien que tout comme moi son corps n'avait pas été touché depuis plusieurs jours, rien que pour ça j'étais sure que si je touchait son intimité elle serait deja mouillé par son liquide. La doigté... ah qu'elle aurait aimé ça... mais elle allait devoir attendre j'allais faire durer les préliminaire le plus longtemps possible, et maintenant en plus de la torture du manque d'oxygène elle allait ressentir la torture de se faire caresser dans tout les sens sans que je vienne la soulager.
Les caresses sur ses seins descendirent pour en faire de même sur tout le reste de son corps alors que je relâché la pression sur son bas ventre, mon corps se levait pour que je vienne déposer mes lèvres sur le latex recouvrant ses seins, je les embrassaient tendrement, je passais ma langue sur toute la surface, si nous étions en dehors de l'eau sa tenue serait recouverte de ma salive au niveau de sa belle poitrine. Mais ce n'était pas tout je m'amusais également à prendre ses tétons entre mes dents pour les mordillé, j'allais même jusqu'à tirer dessus, de plus en plus fort avec de moins en moins de ménagement de ma part, tout en prenant bien soin de laisser sortir d'entre mes lèvres de nombreux gémissement volontaire pour l'exité encore.

Là à ce moment mon regard remonta vers son visage, lequel avait un regard presque suppliant de lui donner de l'air mais aussi de lui apporté le plaisir qu'elle attendais tant. ses lèvres gardaient serrer éveilla en moi une impulsion sadique et sans prévenir j'écrasais son bas ventre avec mes fesses d'une violence rare, évidement elle avait était obligé malgré elle de recracher tout l'air que je lui avait précieusement offert.

Oh.. tu n'aime pas mon air ? tu le rejette ? Je pensais pourtant que tu voulais respirer tout à l'heure, j'ai du me tromper. Tant pis alors, tu t'en passera.

La pauvre, là voila maintenant qu'elle recommençais à s'asphyxier comme jamais. Enfin la pauvre... c'est ce qu'aurait surement dit une personne ayant un semblant de pitier mais surtout pas moi, moi je me régalé du spectacle et je repris mon travail sur ses seins alors qu'une de mes mains se posa sur la combinaison en latex recouvrant son intimité, j'allais maintenant la rendre folle en la privant d'oxygène à l'extrême et en faisant monter son exitation sans avoir de contact direct avec sa peau pour le moment. Ma main frottait désormais de haut en bas son sexe, mes doigts touchant les parois de son antre et à peine l'intérieur toujours à travers le latex, elle allait apprendre à se languir. Sa suffocation quand à elle pris un nouveau tournant, c'était un vrai festival de bulle qui sortait de sa bouche et aussi de son incompréhensible, je cru dans la foulé entendre des " à l'aide" mais plus elle faisait ça plus elle s'étouffer toute seule, commençant maintenant à avaler de l'eau à pleine bouche et aussi à pleine narines. Je laissa échappé de nouveau un rire sadique et je me redressa à genoux devant elle, je massais d'une main un de mes seins en mordillant ma lèvre inférieur tout en la regardant.

Pourquoi tu avale toute cette eau... tu as soif ? Bien dans ce cas je vais te laisser boire tranquillement... on va voir combien de litres d'eau tes poumons vont être capable de supporter...

J'avais rarement était aussi méchante avec une de mes proies mais ce sadisme dont je faisais preuve à son égard me faisais de nouveau me sentir vivante tandis que je continuais mes massages sans me soucié de son taux d'air critique, mon genoux lui était posé sur son intimité et avait commencer de petit frottement dessus. Ma main libre elle pétrit l'un des seins de la soumise pendant une vingtaine de secondes supplémentaire, avant de voir sur le coté dans un coin du bateau cette corde... je l'avais presque oublier celle là.

Encore consciente ? Impressionnant, tu n'as rien contre attendre encore.. quelque seconde de plus n'est-ce pas ? Dis -je en riant doucement.

Je m'étais emparer de la corde et maintenant je liais solidement ses deux chevilles aux extrémité basses du lit, la corde serrait tellement le latex qu'un simple mouvement faisait parvenir à mes oreilles un doux son de frottement. Je déposa un instant ma main sur son coeur et il était affolé comme jamais, elle manquait tellement d'oxygène qu'il battait la chamade. Quand à moi je retira lentement la fermeture sur son vagin et lui inséra doucement un doigt qui se mouilla très vite sans avoir besoin d'aller bien loin. Je ne stoppais toujours pas son horrible suffocation et je frotta mon doigt pleines de sa mouille sur sa langue.

Tien c'est à toi je crois petite chienne

Toujours indifférante sur son sort je m'allongea totalement sur son corps et commençais à le frotter tout entièrement contre le latex de son corps, ma poitrine écraser et se frotter contre la sienne tout comme mon intimité qui caresser aussi la sienne sous les ondulement de mon corps, c'était la seule parti de son corps ou on pouvait sentir la peau à part son visage. Mes mains allaient chercher les siennes qui étaient gantées de latex, et je les serraient dans mes propres mains.

« Dernière édition: Octobre 26, 2011, 08:37:04 par Lyli » Journalisée

Rubber Doll
-

Messages: 122


Poupée de latex D'Ishtar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Juin 03, 2011, 10:37:07 »

Je suis perdue, perdue dans un monde inconnus, un monde étouffant, alors que je m’efforce de conserver mon air, je sens un poids s’abattre brutalement sur mon ventre, faisant expulser l'air de mes poumons, c'est douloureux, surtout de savoir que je ne pourrais pas en reprendre de si tôt.

Et cette main qui  main qui se frotte a mon corps, me rend dingue me tirant des couinement étouffer par l'eau.. Mon dieu que j'aimerais respirer correctement pour pouvoir prendre du plaisir, mais c'est une véritable torture que de ne pouvoir crier, que de sentir peu a peu l'air vous manquer. Hoquettant je sens l'eau qui entre dans mes poumons, et je ne peux encore une fois qu'adresser un regard de chien battu a la jeune femme...

L'eau salée envahis ma bouche, piquant mes yeux, je ne sais comment je vais tenir... L'air me manque et pourtant le plaisir monte  dans mon corps, j’avais envie de lécher cette femme, de lui donner du plaisir, de laisser ma langue se promener sous l'eau, mais je doute pouvoir le faire sous l'eau sans pouvoir respirer.. C'est étrange de sentir l’oxygène manquer, doucement, mais surement.

Des cordes encore pour rajouter au plaisir, j'aime être écartelée comme cela, pour suivre le bon plaisir des maitre ou maitresse, mais le mieux est surement se doigts qui entre en moi, me donnant un plaisir passager qui me fait oublier la suffocation... C'est étrange mais ma mouille me rend un peu de force, il m'en fraudais plus beaucoup plus, sous la peur, se dessine l'envie, le désir...

Un hoquet encore et de l'eau en plus, ce corps qui se frotte au sien, j'ai envie de supplier, qu'elle me tue ou me donne du plaisir, j'ai envie de la supplier de me laisse frotter ma langue sur son intimité, de lui montrer mes talents, mais je ne peux que me raidir, tendre le plus mon corps dans les lien, pour me frotter plus contre elle comme une chatte en chaleur, qu'importe que je sente la mort frôler mon corps, j'ai envie du plaisir qui me rends folle...

Je sens mes yeux se révulser, mon corps frissonner , je ne tiendrais plus longtemps sous cette torture.. Mon corps demande de l'air du plaisir... Plus de plaisir que d'air d'ailleur, sauf que sans air il ne peu survivre.
Journalisée


Feels so good being bad
There’s no way I’m turning back
Now the pain is my pleasure cause nothing could measure
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juin 03, 2011, 11:32:58 »

Oh bien sure ma dernière phrase provoqué sur ce ton rieur et moqueur n'avait été prononcer dans le seul but de lui faire peur, je n'avais pas l'intention de la laisser se remplir d'eau entièrement personne ne pourrais y survivre et je ne voulais pas la tuer.
J'étais dans l'obligation de mettre fin à mes impulsion de folie pour lui apporter l'air dont elle avait besoin pour survivre, une nouvelle fois mes lèvres furent collées aux siennes et je soufflais l'air par petite quantité d'abord le temps qu'elle récupère, et ce n'était pas tout ma langue s'amuser également avec la sienne pendant qu'un brun de vie revenais en elle, elle semblait peu à peu reprendre ses esprit et cracha dans ma bouche une partie de l'eau qu'elle avait avalé. C'était un geste incontrolé qu'elle n'avait surement pas voulu mais immédiatement je stoppa ce geste vital pour lui administré une gifle, de toute façon je lui avais donner une quantité d'air suffisante pour qu'elle puisse tenir de nouveau un temps, même si ce temps serait légèrement plus cours que précédemment.

Espèce de petite salope !! Qui t'as permis de faire ça à ta maitresse pendant qu'elle redonne la vie à un petit jouet inutile comme toi !! Tu n'es qu'une moins que rien, sans aucune valeur !

Prenant se prétexte pour refermer la fermeture de son vagin et lui dire qu'elle ne méritais pas encore que je la doigte je la détacha entièrement du lit et la poussa au sol tout en venant toute de suite lui écraser une des ses joues de mon pied, puis une deuxième fois... je la piétiné comme ça pendant quelque petite seconde pour lui faire comprendre qu'elle n'avais aucune valeur, si ce n'était celle d'être une fille obéissante aux ordre. Comme je l'avais détachée seulement pour la sortir du lit je lui mis violemment les deux bras derrière le dos pour lui liés de nouveau, je n'aimais pas qu'elle soit totalement libre, je préférais la voir ligoté, voir ses mouvements restreins comme une vraie petite soumise. La deuxième corde elle, n'attacha pas ses jambes mais passa au tour de son coup sur lequel je fit un noeud, sans totalement l'étrangler, bien que ça ne changerais pas grand chose vu qu'elle était de toute façon privée d'air en permanence, mais là n'était pas le but de cette corde, je m'en servi plutot comme d'une sorte de laisse dont je garda le bout de la corde qui pendais entre une de mes mains. Je la laissa ici, gardant le bout de la corde serrer dans mon point avant de m'installer un peu plus loin, à demi allonger, dos contre le mur. En tirant un peu sur cette laisse improvisé je lui dit en étirant ma jambe en avant :

Petite chienne, viens donc lécher ta maitrise, rampe au sol jusqu'à moi et viens donc lécher mon pieds, viens sucer leur doigts, et quand tu aura fait ça vient lécher le reste du corps de ta maitresse jusqu'à la moindre parcelle comme la petite chienne soumise que tu es. Oui c'est ça.. montre à ta maitresse à quel point tu es dépourvu de dignité... et ne t'avise surtout pas à me réclamer de l'air, je veux te voir étouffer, je veux te voir souffrir, et moi je me délecterais de ta souffrance pendant que tu suffoquera devant ta maitresse adoré

Je tira fortement la corde servant de laisse une nouvelle fois pour la rapprocher de mon pied qui se posa sous son menton, à l'aide de celui-ci je releva sa tête et souris sadiquement en la regardant droit dans les yeux.

Qu'est-ce que tu regarde comme ça ? Tu ne mérite pas de me regarder dans les yeux, baisse les immédiatement la soumise

Je repoussa fortement son visage à l'aide de mon pieds et lui ordonna d'exécuter mon ordre tout de suite.

Et surtout n'oublie pas... quand tu en aura fini avec mon pieds je veux sentir ta langue lécher tout mon corps en entier... absolument partout Dis je en écartant un peu les cuisses, le pieds toujours tendu vers la jeune esclave en latex
Journalisée

Rubber Doll
-

Messages: 122


Poupée de latex D'Ishtar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juin 03, 2011, 12:36:10 »

De l'ai, de l'air enfin de l'air... Je sens l'air entré dans mes poumons, dieu que cela fait du bien... Mon corps pourtant réagis sans que je ne réfléchisse, laissant aller l'eau de ces poumons vers la bouche de sa nouvelle maitresse.. C'était mal ce n'était pas permis, mais elle ne pouvait pas résister...

Je sentant a nouveau la tirette se refermer, mais je sentis aussi la rougeur monter dans mes joues, simplement parce que javait fait une bêtise et qui dit bêtise dit punissions, j'aimais les punitions, mais je n'aimais pas faire d’erreurs...

La maitresse avait raison je n'avait aucune valeur. Je n'étais rien d'autre qu'une poupée qu'elle pouvait maltraiter encore et encore... Mon corps bougea encore une fois se retrouvant sur le sol du bateau, douleur quand elle m'écrase le visage, mai dieu que j'aime cela, j'aime qu'on me rabaisse comme cela... Mes yeux clos je cherche a conserver l'air, sentant l'envie monter encore d'un cran.. Plus on me fait mal.. .Plus j'ai envie de prendre du plaisir.

Ma joue rougissais sous la chaleur des coups de pieds, heureusement elle en portait pas de talons comme Maitresse Isthar pour moi la caresse était presque douce, presque comme une petit douceur sur ma joue. A nouveau j'ai les main attachée dans le dos, cela ne me gène pas plus que cela, j'ai l'habitude de marcher a genoux et même de ramper. La cordes autour de mon cou était agréable, un jolie laisse qui caressait ma peau.

Avec envie je regarde le corps nus de la sirène. Elle est belle, si belle, tellement plus belle que moi. Un coups sur la laisse me jeta en avant, trébuchant sur mes genoux, je m'approche de la jeune femme, c'était difficile, mais j'y parvins, l'eau ne m'aidait pas vraiment. Elle pesait sur mon corps, le pressant de toute par .. mon visage soulever par le pieds, mon regard qui plonge dans le sien, je ne sais pourquoi mais je me mets a trembler, il est étrange se monde sous-marin si silencieux, si terrible.

Délicatement baisser les yeux sous son ordre, il faut que je le fasse, ce ne sera pas facilement, mais je doit pouvoir y arriver, ma langue  gourmande viens se poser sur le pieds de la femme, c'était doux, tellement plus agréable que de sucer un pieds qui avait été longuement chausser., ma langue était décidée, et surtout savant, elle léchait doucement entre les orteils, léchant avec soin, sa langue remontant doucement, je savourais sa peau.. C'était si étrange de le faire sans respirer...

Sa langue passait et repassait sur le corps de la sirène, montant sur sa jambe, pour parvenir a son antre, a sa si belle intimité, je ne peux pas résister, ma bouche, venant se poser sur ces lèvres, ma langue passant entre elle, ma bouche, aspirant sa cyprine.. C'est fou ce que cela me redonne des force, j'ai presque l’impression que cela remplace l'air dans mes poumons, je me sens mieux, et mes coups de langues se font plus puissant, plus profond.

Ma langue explore, goute, ma bouche dévore ces lèvres, mon nez jouant sur son clito, ma langue quittant des fois la chaleur avant de venir lécher le clito le mordiller doucement.. Mais avec envie, avec faim je reviens pour  aspirer encore un peu de cyprine, avant de laisser ma langue monter sur le ventre de ma maitresse, mon corps de latex se collant a elle, comme une chienne le ferais, comme une chatte a celui qu'elle désire...

Ma langue monte encore , mon corps se frottant langoureusement, ma bouche, fini par s’arrêter sur la poitrine de la sirène, la mangue titillant son sein, je sens a nouveau l'air me manquer, je vais encore tourner de l’œil, mais je continue, mon corps réagissant presque par réflexe.
Journalisée


Feels so good being bad
There’s no way I’m turning back
Now the pain is my pleasure cause nothing could measure
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #8 le: Juin 03, 2011, 02:07:50 »

A la sentir me lécher comme elle le faisais on pouvais facilement comprendre qu'elle avait l'habitude qu'ont lui donne ce genre d'ordre, sa langue passante sur mon pieds, ma jambe jusqu'à finalement se poser sur mon vagin qui laissais s'écouler de la cyprine. Elle s'y prenais de la bonne façon et le latex qui se frottais sur mon corps nue faisait monter en moi l'excitation, je sentais les courbes de ses seins si serrer dans cette tenue qui venait caresser mon ventre, c'était tellement serrer que je pouvais distinguer les tétons qui pointé lorsqu'ils passaient sur ma peau. Quand sa bouche arrive au niveau de mes seins je sens un petit cri étouffé par l'eau et quelque bulles sortant qui viennent chatouiller ma poitrine, mais j'en avais rien à faire.

J'espère que tu t'étouffe bien... Moi je m'en délecte en tout cas, rien que de penser à ce que tu dois ressentir à cet instant... Tu dois avoir tellement peur, tes poumons doivent tant te bruler.. Je n'ai pas envie de te donner de l'air, je veux te voir suffoquer encore, jusqu'à tes limite les plus inimaginable... mais tu ne devras pas fournir un travail de médiocre qualité pour autant. Je vais t'apprendre à apprécier cette terrible sensation.

Ses derniers jours m'avais laissé sur ma fin alors j'étais facilement emporté dans une sorte de folie devant ce corps dévoué corps et âme qui m'avais été offert. Je la laissais continuer le travail que je lui avait ordonné de faire alors que mon gros orteil allait titillé son sexe à travers le latex pendant un petit moment, je savais qu'elle n'avais envie que de ça, que je lui enfonce à l'intérieur, que je lui enfonce le plus profondément possible. Je pris donc la fermeture entre deux doigts de pieds et tira dessus pour la retiré difficilement; son sexe de nouveau à l'air libre je lui enfonça sans ménagement mon gros orteils et le tourna dans tout les sens à l'intérieur, faisans également de petit vas et viens alors que j'ondulais encore mon corps entier contre elle pour sentir le latex se frotter à moi. Sa cyprine coulait à flot sur mon doigts de pieds alors je continuer mon travail,j'enfonçais même un deuxième doigt, je sentais qu'elle pourrais presque jouir en quelque seconde à cause de son impatience si ça continuait ainsi, c'est pour ça que j'arrêtais en le retirant d'un coup sec.

Comme si j'allais te faire jouir tout de suite petite chienne, ça te ferait trop plaisir, ce serait trop facile... Pour le moment contente toi de chercher désespéremment de l'air comme tu es entrain de le faire avec ta bouche... ça amuse ta maitresse.

Je sentais mes tétons pointés et se durcir sous sa douce langue avant que mon pied ne se pose sur son ventre pour la rejeter en arrière. Je lui tendit mon pieds remplis de sa cyprine et lui mis de force dans sa bouche pour qu'elle avale son propre jus. Mon autre pieds se collait sur sa poitrine et l'écraser tout en caressant le latex, alors que moi pendant ce temps j'étais entrain de lui préparer une nouvelle surprise pendant que l'eau rentrait dans son petit nez et que ses muscles se contracté sous l'effet de l'importante asphyxie. La surprise c'était quelque chose de bien plus gros que j'allais faire sortir, j'allais utilisé ma nature un peu spécial pour faire apparaitre un membre masculin, elle devrait donc me faire jouir deux fois avant que je lui donne le droit de le faire à son tours. Par contre pour l'air qu'elle voulait absolument, elle pouvais toujours rêver pour l'instant.

Le sexe masculin venait de pousser alors je la siffla comme on siffle une petite chienne pour qu'elle vienne au pieds et lui dit.

Et regarde y-a un nouveau jouet pour toi, je suis sure que tu meurt d'envie de le prendre dans ta petite bouche. De toute façon tu n'as pas le choix tu es ma petite chienne, mon petit jouet en latex, alors vient cherché, vient le prendre que je l'engouffre à l'intérieur de ta gorge..
Journalisée

Rubber Doll
-

Messages: 122


Poupée de latex D'Ishtar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Juin 03, 2011, 04:18:39 »

Sa peau était si bonne, si douce , si salée sous ma langue, que je n'avais qu'une envie la dévorer, la cyprine que j’avais avaler m'avais donner comme un seconds souffle. Des fois je me disait que mon corps possédait plus de sperme que de sang, plus de cyprine que d'air... Que je n'était composée que des fluide de plaisir que ma maitresse et les amant qu'elle me donnait rependait dans mon corps... Je n'étais que plaisir et douleur..

la maitresse avait raison, ms poumon était en feu, mais étrangement depuis que j’avais gouter sa cyprine cela n'avait plus d'importance, je ne désirais qu'une chose la lécher a nouveau.

Cet oreilles qui colle mon latex, je voulais gémir, mais je ne pouvait que lécher le seins de la jeune femme, le téter doucement, qu'elle importance, il ne fallait pas que je perdre de l’oxygène rien que pour cela, il fallait que je lui donne du plaisir.

De nouveau je sent la tirette caresser mon mont de venus.. J'était bien sur totalement rassée, sinon cela n'aurais pas été aussi doux, mais je dois dire que je dois résister a l'envie de la mordre alors qu'elle entre son pieds dans mon antre, dieu que c'est bon, si bon, que je sens mon corps partir, et ma langue s’agite plus sur ces seins,je voudrais la palper, la toucher, mais mes mains son attachée dans mon dos, mon corps ondulant en rythme avec les sien, le manque d'air me fait tourner la tête mais qu’elle importance.

Hors de l'eau a cet instant j'aurais été haletant comme une chienne, mais la jeune femme que laisser échapper quelque bulles. A nouveau avaler de l'eau, hoqueter de peur, peur d'étouffer, peur qu'elle ne lui donne pas de plaisir. A nouveau repoussée, je reçoit encore un peu de cyprine, que je lèche avec passion, a chaque fois ces quelque lampée sont comme de l'air pour moi, me redonnant un peu de force, je me nourris de cela depuis si longtemps.

Je lutte pourtant contre l'étouffement, ouvrant des yeux sous la surprise et l'envie, autant que le sexe féminin, j'adorais les bon gros mandrin. Sur les genoux je m'approche, j'aurais voulut respire son odeur mais seul l'eau me donnera une odeur.

Ma bouche viens prendre le sexe sans aucune hésitation, en fait j'y met même du plaisir, mes lèvres entourant avec plaisir sa peau, je suffoque, les sursaut de ma bouche, serrant le chibre que j'avale comme une bonne chien,  l'air me manque tellement, je lui donnerais tellement plus de plaisir, si je pouvait respirer.. Pourtant je bouge ma bouche, allant et venant sur le membres, pompant du mieux que je le peux sans air.. C'est si difficile, ma langue bougeant doucement sur sa peau.
Journalisée


Feels so good being bad
There’s no way I’m turning back
Now the pain is my pleasure cause nothing could measure
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #10 le: Juin 03, 2011, 05:40:37 »

Je n'avais pas pour habite de sortir cet imposant sexe masculin à chacune de mes rencontre, je ne le montrais qu'à quelque victime quand j'avais vraiment envie de m'amuser, et là c'était justement le cas, et puis que c'était bon de le sentir capturer entre ses douces lèvres qui allez et venez d'avant en arrière pour le stimuler, avec sans oublier ces petits coups de langues qui lécher par moment directement mon gland. Je le sentais grossir à l'intérieur de sa bouche, sa taille augmenté peu à peu et moi je caressais ma poitrine de mes mains tout en la regardant faire... les bulles qui s'échappaient de ses narines et de sa bouche chatouillées mon corps quand elles remontaient tandis que le pénis commençait à prendre des proportions encore plus grandes écartant sur le passage ses lèvres celui-ci s'initier plus profondément dans sa gorge.

Han... Oui, plus vite c'est trop lent, accélère le rythme je t'ai demander de bien faire les choses... Et ne prends pas l'excuse que tu ne peux pas respirer pour justifier ta lenteur, j'en ai rien à faire !

Emprisonner dans ce piège aquatique elle semblait toujours tenir tant bien que mal, cette foutue dragonne avait décidément bien dresser ses esclaves en ce qui concernent leur résistance à toute torture, ou alors est-ce l'envie qui lui permettait de ne toujours pas s'être noyée ? Quoi qu'il en soit je la privée d'air depuis un bon moment et c'était vraiment cruel de ma part, et bien plus encore de ne toujours pas lui en donner malgré l'énorme danger de la situation. Le temps devait lui paraitre si long, une véritable éternité, elle devait vraiment avoir l'impression que ses poumon allaient exploser maintenant et c'est à partir de là que je me régalé le plus de sa détresse, ou devrais-je dire sa torture. Le chibre avait encore pris des mesure plus imposante mais je le sorti de sa bouche, non pas pour arrêter mais parce que sa tenue de latex me rendait pas indifférente depuis tout à l'heure, j'avais alors pris la décision de lui détaché les poignets pour qu'elle puisse caresser ma queue ou doigter mon vagin de ses mains gantées. Pendant que je l'avais défait de ses liens le pénis s'était frotter au latex sur son ventre. Mais comme je le disais je n'avais pas fait tout cela pour stopper ce que nous étions entrains de faire, j'empoignais très fermement ses deux globes que je m'amusais à masser moins d'une dizaine de secondes avant de resserrer mes doigts sur ses deux globes recouverts de latex et la tirer vers moi à l'aide de cette emprise. J'approchais mon visage du sien et j'allais y déposer mes lèvres... enfin ça c'est ce qu'elle croyais, au dernier moment alors que j'allais coller ma bouche contre la sienne je souris et mes mains toujours agrippées à ses seins venait de la plaquer au sol. Toute cette mascarade n'avait eu lieu que pour lui faire croire qu'elle aurait enfin l'air qui lui manquait tant, que c'était-il passé dans sa tête quand elle avait découvert que je me jouais d'elle ?

T'y a cru.. ma petite poupée en latex ?

L'air consterné de sa naïveté je me retourna de l'autre coté et m'allongea sur son corps dont le contact était si bon, ma bouche était devant son vagin libérer du latex alors que mon pénis pointé lui droit vers sa bouche, j'avais donc pris comme position un banal 69 pour apporté un peu de plaisir à cette chienne soumise pendant qu'elle se délecté de mon chibre qui allait vite je le sens vite devenir très imposant. Elle avait dans cette position en plus mes deux sexe, elle devait comprendre ce qui lui restait à faire de ses mains ganté donc, mais ce qui était sure c'est que je voulais sentir le contact du latex sur les 2, que ce soit en même temps ou à tour de rôle.

Moi de mon côté je léchais son intimité humide de la même façon que le ferait une petite chatte buvant son lait dans une gamelle, j'allais par la suite l'introduire à l'intérieur mais pas tout de suite. Une nouvelle fois un son de suffocation s'échappa de sa bouche, celui-ci était plus long et il aurait pu faire peine à entendre pour une personne ayant de la pitié, elle aspirait une grande quantité d'eau dans sa bouche et pour la faire taire je donna un grand coup de rein en avant pour lui enfoncer violemment mon chibre entre ses lèvres.

J'ai pas libérer tes mains par pur plaisir, alors je te le dit tout de suite tu va devoir t'en servir ma petite chienne.
Journalisée

Rubber Doll
-

Messages: 122


Poupée de latex D'Ishtar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Juin 03, 2011, 07:32:58 »

Hann j'ai rarement eu des femmes avec des chibre aussi gros, il écarte mes lèvres, ouvre ma bouche, dieu que j'aurais aimer ce genre de chose sur terre, je serais devenues complétement folle. Mais je le suis puisque a son ordre mes mouvement s’accélère, se fond plus profond... Cherchant a a dévorer le mandrin de cette femme, je n'ai pas peur de le dire mon corps peu accueillir des chose que d'autre ne pourrais pas le faire.

Cette queue qui m'échappe, non je la veux encore, a nouveau mon regards se fait suppliant, je la veux encore dans ma bouche, je la veux coulante de bave et de sperme... Mes mains son enfin libre je vais pouvoir lui donner du plaisir, plus de plaisir encore... Mais dieu que j'aime sentir le chibre son mon latex, la sensation est de plus énervante, ne me donnant qu'un envie celle de le sentir dans mon corps, n'importe qu'elle trou fera l'affaire... je pouvait jouir même d'une simple branlette quand j’étais bien bouillante...

A nouveau ma poitrine est masturbée, mes tétons me donne l’impression de vouloir déchirer le latex... Mais je sais qu'il ne pourrons le faire. Sa bouche qui se rapproche de la mienne, un peu d'air, juste un peu, c'est tous ce qu'il me faut... Mais mon corps bascula vers l’arrière me faisant gronder,   j'en aurais bien pleurer d’ailleurs une larme coula sur ma joue, se perdant dans l'océan, une larme dans de l'eau salée, qu'elle importance, mes larmes n'était la que pour faire plaisir...

Je pouvait m’empêcher de hoqueter, j'avais l'impression de perdre pieds, de ne plus pouvoir, de ne pas pouvoir aller plus loin, il me fallait son foutre, ou de l’oxygène... Et cette langue qui lape mon vagin n'arrange rien, je ne sais plus qui je suis ni ce que je veux, une chose est certaine je ne veux pas mourir, je veux encore vivre.

Je sentit le chibre entrer dans ma bouche, je l'avale comme un sucrerie, me mettant a le pomper, le sucer comme une folle, comme si c'était la dernier chose que je devait faire... C'est peu être la dernier chose que je devait faire..

par réflexe, comme quelque chose d’appris depuis longtemps, mes doigts viennes  fouillée un instant l'antre de la jeune femme caressant de mes doigts de vynil son clito, avant de s'enfoncer sans hésitation dans la chaleur moite de la femme, fouillant avec savoir la moindre parois, dieu qu'elle avait envie de lui donner du plaisir tellement de plaisir que se gros chibre éclate dans sa bouche...

Mes doigts glissait de temps en temps sur le chibre de la femme caressant ce que je ne pouvait prendre en bouche. J’étouffais de plus en plus sans pourtant cesser mes mouvements, qui se firent plus profond plus troubler.
Journalisée


Feels so good being bad
There’s no way I’m turning back
Now the pain is my pleasure cause nothing could measure
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #12 le: Juin 03, 2011, 09:09:51 »

Que c'était bon, qu'elle était doué et que j'aimais le contact de cette matière qui s'engouffrer dans mon vagin, ces doigts recouverts de latex qui s'enfonçait en moi et qui touchait mon chibre au passage, ma mouille coulait sur sa main gantait, oui moi je n'avais pas touché à aucune femme depuis un peu plus de 2 jours alors tout pleins de sensations montaient en moi très rapidement.  J'introduis ma langue à l'intérieur de son vagin qui ne réclamais que cela depuis tout à l'heure, mais je ne comptais pas la faire jouir tout de suite, je voulais comme je l'avais déjà pensé plus tôt la rendre folle, si elle aurait pu parler et qu'elle n'était pas si soumise elle m'aurait surement supplier de la prendre par ce trou, enfin du moins j'imagine. mes léchouilles devenait maintenant de vraies coup de langue qui nettoyer sa mouille, je ré-introduisit encore une fois ma langue et la tourna à l'intérieur dans tout les sens, son intérieur était si chaud... elle n'attendait que ça.

Mes mains s'allongèrent en avant pour venir se poser sur ses jambes, juste là ou il elle portait ses bottes en latex à haut tallons, je caressais ses mollets et ses cuisses et descendais finalement mes caresse jusque sur ses fesses, une des seules partie de son corps que je n'avais pas encore toucher juste là et que je comptais bien utilisé.
Là encore en parcourant sa belle paire de fesses je venais de trouver une seconde fermeture que j'ouvris pour libérer un passage vers son anus, j'eus un large sourire et retira ma langue de son vagin avant qu'elle ne prenne assez de plaisir pour jouir.

Tout tes trous... je vais remplir tout tes trou un par un... et tu ne pourra jouir qu'après ça, tu n'en auras pas le droit avant... Je vais commencer par ta bouche... ensuite par contre cul... et on finira avec ton vagin. Si tu es une gentille chienne obéissante je te laisserais toi aussi allez à ton plaisir.

Mon pénis avait pris sa taille la plus imposante maintenant et au fur et à mesure qu'elle l'engloutissais à pleine bouche je faisais aussi de nombreux mouvement en avant pour l'enfoncer encore plus loin, il touchait le fond de sa bouche, butait parfois contre les parois de l'entrée de sa gorge, je sentais mon chibre devenir de plus en plus chaud, toute cette attente... à cause de toute cette attente j'allais surement lacher une dose de foutre bien vite, et toutes ces minutes passés à se toucher de divers façon avait bien aider à faire monter cette excitation à ce points. Mais je devais me controler, pas encore, je me rappelais encore de ce que me disais cette dragonne lorsque que notre contrat fut conclut; c'était une ESPER, une humaine avec un don un peu spécial et aussi avec un fonctionnement des plus bizarre. Elle se nourrissait des substances que les organes sexuelles secrétaient pour régénérer son corps, ainsi si je giclais maintenant dans sa bouche son manque d'air s'évanouirait et ce ne serait pas marrant surtout qu'à cet instant elle souffrait terriblement, ses sons d'étouffement sortant de ses lèvres se faisaient plus fréquents et plus inquiétants, je regardais sur le coté et je voyais ses poings se serrer dans ses gants de latex, son corps commençais à convulser au niveau de son bas ventre, elle n'en pouvait vraiment plus... elle ne pouvait plus tenir. Je lui donnerait bientot de quoi se restaurer mais pas tout de suite, mais au moment le plus terrible de sa torture, je voulais qu'elle en souffre chaque seconde avant de laisser échapper une grosse dose de foutre.

Je faisais donc l'indifférente et luttais pour ne pas laisser mon pénis envoyer tout ce qu'il avait, à coté pendant ce temps je lui remis deux doigts dans son vagin, juste pour prélever un peu de mouille et lui enfonça ses deux même doigts à l'intérieur de son petit cul. Son corps continuais à s'affoler malgré elle et toujours plus d'eau s'infiltrer dans con corps par ses voies respiratoires, elle n'allait vraiment pas tarder à se noyer.. elle suffoquait beaucoup trop... Je n'allais vraiment pas tarder à envoyer sous peu ce liquide dont elle avait besoin.

Retiens toi encore un peu... petite soumise.
Journalisée

Rubber Doll
-

Messages: 122


Poupée de latex D'Ishtar


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Juin 04, 2011, 11:10:54 »

Cette langue, cette langue la rend complétement folle.. Dieu que je pouvais aimer cette langue qui fouille mon corps sans douceur, qui me lèche, qui me donne envie de couiner, de me cambre, je me cambre d’ailleurs m'offrant avec envie et passion. Ces mains qui caresse mes jambes ne me donne qu'une envie celle de les enrouler autour des hanche de la sirène.. sentir mes fesse se libérer me laissa souverainement heureuse, j'adorais qu'une bon gros membre me prenne par cet endroit.

Encore une fois elle sentit sa langue se retirer alors que je sentais le plaisir devenant insoutenable, c'est fou comme en danger je suce plus fort. Hoo ce qu'elle me promettais étais quelque chose de si bon.. de si puissant.. Savoir qu'elle allait me remplir me donna plus de force pour continuer a la sucer encore et encore, malgré que je sentait l'air me manquer de plus en plus ...

J'adore la sentir s'obstiner dans ma bouche, faire aller et venir ce chibre si généreux dans ma bouche, qui se fait si étroite par moment. Ne pas jouir,pas encore...  Dieu qu'elle pouvait aimer quand on se servait de sa bouche, comme d'un simple trou a foutre.. Juste un joli petit garage a bitte.

Mes doigts se crispait sans cesse sur son corps, cherchant a lui donner le plus de plaisir possible.  Mon corps ne le supporte plus, et il ne peux plus faire qu'une chose sucer, sucer jusqu’à en mourir ou jusqu’à en avoir le sperme, juste pour se reprendre, juste pour savourer ce jus encore une fois.

Son doigts dans mon anus me fit couiner doucement, je n'avais plus d'air, plus du tout.. encore une peu quelque seconde sucer encore, je sens le chibre qui se tends dans ma bouche.. Je le sent devenir si dure, douloureux surement, puis tout lâcher..

Hooo par le nom sacré de ma maitresse, que c'est bon, que se liquide qui coule dans mon corps est délicieux. Je le sent épais et chaud couler dans ma bouche, me redonnant des forces, je le sens couler dans mon corps.. Me rendre mon souffle, je le sens me rendre la vie.. C'est si bon, ce gout un peu amer.. Sans vraiment m'en rendre compte ma bouche se fait plus présente sur le chibre de la sirène, j'en veux plus encore plus...

Je ne rentre pas moi de trois doigts dans son antre, cherchant a lui donner encore du plaisir, ma deuxième main  venant caresser les fesses de la femme de si belle fesses.. Si ferme.
Journalisée


Feels so good being bad
There’s no way I’m turning back
Now the pain is my pleasure cause nothing could measure
Lyli
Créature
-

Messages: 904


Sirène


Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #14 le: Juin 04, 2011, 01:26:34 »

Je sentais mon membre devenir plus dur, plus chaud, je me retenais plus que je ne le pouvais pour tout lâcher dans sa bouche mais ces trois doigts en latex qui venaient de rentrées en moi me fit sursauté et lâcher un cri de plaisir raisonnant dans l'immensité de l'océan. Je sentais ses gestes faiblir malgré elle à cause du manque d'oxygène, et comme de mon coté je ne pouvais plus tenir je laissé s'échapper tout mon foutre dans un grand cri de plaisir. Que c'était bon... après plusieurs jours d'abstinence, je remplissais sa bouche de mon liquide chaud et épais, le sperme giclait de partout jusque dans sa gorge, je lui en faisais avaler de grandes quantités tandis que je continuais de pilonner le chibre profondément dans sa bouche, je ne m'arrêter pas, je voulais qu'elle avale tout, absolument tout jusqu'à la moindre petite goutte, qu'elle engloutisse cette énorme dose de foutre entièrement.

Comme l'avait dit cette dragonne, le sperme semblait remplacer son oxygène et ses mouvements redevenaient plus rapide tandis que mes dernières goute de sperme remplissaient la gorge de cette chienne que j'avais totalement inonder de foutre.

Humm... oh que c'est bon.. que ça fait du bien... mais il en reste encore un peu sur le bout de mon gland... tu ne dois pas perdre une goutte du précieux liquide de ta maitresse... alors nettoie... continue d'aspirer mon sexe dans ta bouche et lèche bien partout...

Je lui laissais le temps de bien tout avalé et bien tout nettoyer, une fois qu'elle en aurait fini avec ça sa torture allait recommencer depuis le début, étape par étape comme un vrai cauchemar. Mes doigts empreins de sa propre mouille continuaient d'explorer son petit cul, mais doigté son anus n'était qu'un avant gout, car quelque chose de plus gros allait bientôt rentrer en elle. Ma bouche ne resta elle pas non plus inactif, je baisé de mes lèvres ses cuisses galbés recouvertes de latex puis je m'amusais à mordiller sa peau au travers de sa tenue moulante, Parvenant au final à mordre pour de bon cette chaire par dessus le latex. Ce petite jeu dura une vingtaine de seconde avant qu'elle n'ai complètement tout avalé.

Je me releva sans prononcer un seul mot et mon pénis sorti de sa bouche complètement propre, j'attrapais alors la corde autour de son coup et m'assis un peu plus loin, les jambes allongées sur le sol je tirais sa laisse improvisé pour ramené son corps sur le mien.

Viens...monte sur les genoux de ta maitresse petite chienne soumise.

Une fois l'ordre exécuter je pris ses mains dans les miennes et les emmena jusque sur l'imposant sexe masculin mais qui avait néanmoins un peu rétrécie à cause du petit temps d'inaction et aussi parce qu'il venait d'être bien vidé. Mais je savais que l'excitation pouvait très vite remonté si elle s'y prenait bien, du au fait que j'avais tant attendu, et puis le fait que mon sexe féminin n'avait pas encore jouit laisser en moi cette sensation de soif qui faciliterait la chose. Tout en laissant mes mains sur les siennes je guidais ses caresses sur le chibre, sentir le latex sur celui ci procurait vraiment une bonne sensation et je tira la laisse pour rapprocher son visage du mien et coller mes lèvres sur les siennes, mais sans offrir une seule goutte d'air, non ce n'étais pas là le but, j'embrassais juste ses lèvres ayant encore un léger gout de sperme, mon sperme alors que je retirais mes mains doucement des siennes pour qu'elle continue à stimuler mon membre d'elle seule. Je m'amusais à titiller sa langue à l'aide de la mienne, je lui suçait entre mes lèvres comme un bonbon et mes mains se posèrent instinctivement sur sa poitrine. Le contact était toujours aussi agréable et sa paires de seins était largement bien formée, je m'amusais à les aplatir et les serrer l'un contre l'autre en éloignant mes lèvres et lançant un regard malicieux.

Tu en as là une jolie poitrine petite salope... Je suis sure qu'elle pourrait accueillir mon gros membre...

Elle devait comprendre par là que je voulais qu'elle le frotte entre ses deux seins pour le stimuler une nouvelle fois, et avec ses mains gantées libre elle aurait tout le plaisir de s'en servir pour être plus efficace, si elle ne le faisais pas bien alors je m'énerverais incontestablement sur elle. Le temps qu'elle mette tout ça en place je mordillais sa lèvre inférieur et descendit en léchant le latex jusqu'à sa poitrine avant de mordre complètement ses jolies seins en prenant dans ma bouche le plus de chaire que je ne pouvais, je m'amusais de la sorte pendant plus d'une demi minute, mordant cette chaire rebondit par dessus la combinaison avant de la mettre de force à genoux pour suivre mon ordre. J'avais pris mon temps alors elle devait également manquer doucement d'air peur à peu et j'aimais la voir dans cette situation de détresse.

Allez je t'ai donner un ordre il me semble... plus vite que ça ! Sinon tu ne sentiras pas cette grosse queue à l'intérieur de ton petit cul ! Et tu veux la sentir n'est-ce pas ? Hein petite salope, montre à ta maitresse à quel points tu la veux en toi.
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox