Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Vlad aurion

Dieu

Le dieu faisait actuellement les cents pas, se demandant ce qu’il devait faire,   tournant encore et toujours dans  la grande salle du palais de cristal.  Il lui  était impossible  de prendre une quelconque décision car  de celle-ci découlerait sans doute l’avenir de plusieurs milliers de personne.    Il ne savait donc que faire,  soit il y allait en personne, ce qui était très risquait, soit il envoyait un émissaire mais ce serait un manque de respect,  la dernière solution était de ne pas y aller… Mais alors il aurait échoué.   

Tout n’était que brume dans l’esprit de Vlad mais pour comprendre il fallait remonter  de quelques heures dans le temps et puisque Dialga me l’autorise je vais pouvoir vous expliquer pourquoi le dieu  était dans cet état là.   Il faut savoir une chose sur lui,  depuis qu’il a accès à la Terre et  à Terra, le dieu  s’était fait une promesse : il  devait créer une Utopie,  faire en sorte que les Hommes  n’avaient plus à subir  les guerres, les maladies et les famines.   Mais pour que celle-ci se réalise, il lui faudrait  de l’électricité.  Car oui, il suffit de cela pour que le dieu réussisse son plan.  Pourquoi donc ?  Il y avait une raison simple,  si le dieu avait assez de fidèle  pour exister  sur le plan de Terra et bien  il n’avait pas assez de force pour avoir une réelle influence sur ce plan ci.   L’autre raison était qu’avec l’électricité sur Terra il pouvait  par exemple  créer des Hôpitaux, lancer des cultures, et  installé le dialogue entre les peuples.  Il n’y aurait ainsi plus d’esclavage, plus de pauvreté.  Mais  pour faire cela il fallait l’aide de Zeus.

Il y a sans doute une question que vous vous posez.  Pourquoi la Terre,  disposant  de l’électricité  n’était elle donc pas le paradis auquel  le dieu aspirait, le dieu avait eut une explication très simple à ce sujet.   Même si les Hommes étaient très grandement responsable  de la situation, et bien les dieux eux aussi avait une part de responsabilité.  Il en était arrivé à la conclusion que si ceux-ci s’étaient décidés à se bouger au lieu de rester dans leurs temples, ils n’en seraient pas là.   Il aurait besoin que d’une poignée de dieu pour remettre la Terre sur de bons rails,  et une autre  poignée pour s’assurer que Terra ne suivrait pas le même parcourt Chaotique que sa grande sœur, et une fois ceci fait, et bien peut être  qu’il prendrait des vacances.   

Mais cela ne résolvait pas le problème et le dieu continuait   de tourner en rond.  Encore et toujours.  Il avait de nombreuses fois  tenté de négocier avec Zeus, pourtant cela n’avait jamais porté ses fruits,  à chaque fois il s’était  confronté à un mur.    Mais ce fut alors qu’il eut une idée.    Peut être qu’il n’avait jamais  mit toutes ses chances de son coté pour s’occuper du cas Zeus.  Il eut alors une idée,  Foudroyante.  Oui, c’était le mot,  un éclair de génie. 

Le dieu  venait de stopper brusquement son mouvement, il avait trouvé le moyen de s’occuper du cas Zeus,  et  si son plan A ne marchait pas,  il pourrait toujours utiliser  le plan B
Il se demandait se que pouvait faire son épouse.  Il avait besoin d’elle,   ou dut moins, il avait besoin de son avis.  Sans elle, il ne pourrait rien, elle était  son âme sœur, et ce ne serait qu’avec son accord qu’il pouvait  menait son plan à bien.  Il n’était pas fier bien sur, mais il devait   essayer.
Il se dirigea vers leurs chambres, il y avait après tous de nombreuses chances pour qu’elle s’y trouve. Bien qu’il n’en avait pas la conviction,  pourtant son intuition était la bonne, il la  trouva dans cette pièce,  mais elle ne semblait pas l’avoir vu.   Il en profita donc pour se glisser doucement dans son dos, profitant de  cet effet de surprise pour pouvoir l’embrasser.  Il lui sourit doucement avant de lui prendre la main et de la conduire  sur le grand lit.   Il lui caressa doucement la main avant de la regarder droit dans les yeux.


-Ma chérie,   il faut que je te dise quelques choses…  Je vais sur le mont Olympe,  pour essayer de négocier avec Zeus.  Mais pour cela, je vais devoir faire de menue  changement,  surtout sur mon apparence.   Comme tu le sais Zeus et comment dire… un coureur de jupon  de premier ordre.  Voici pourquoi je compte prendre ma forme féminine.  Toutefois, je voulais que tu en sois informé,  je ne  suis pas sur de revenir en entier.


Le dieu l’embrassa tendrement  avant de  partir dans une  autre salle,  la métamorphose pouvait se faire  sans aucun problème lorsque il était observé mais   le dieu  avait prit l’habitude d’être seul dans ses moments là, pour ne pas  créer un mouvement de panique.   La métamorphose ne dura pas  plus de deux secondes,  ainsi il venait de se transformer en Touka.  Jolie terranide  au caractère aussi tranchant que son épée. Mais au charme non négligeable.  Voila  son petit joker, car Zeus ne pouvait résister  au charme d’une   jolie femme.   Mais elle voulait ne rien laisser au  hasard, il fallait donc trouver une tenue qui ne laisserait pas le dieu indifférent.  Ce n’était pas le genre du dieu, mais il fallait frapper fort et vite.  Il s’arrêta sur une tenue d’écolière japonaise.  Il fallait faire un petit sacrifice pour faire tomber le dieu… Et elle était prête à cela.  Heureusement que sa jumelle virtuelle n’en saurait rien… Bien que même si c’était le cas, il en savait  assez sur elle pour pouvoir se couvrir en cas de coups dur.

Bien il était désormais temps de partir.  Touka retourna  doucement dans la chambre ou Célania se trouvait.  Elle la regarda quelques instants avant de revenir l’embrasser, ses doigts caressant avec tendresse la courbe des oreilles de son aimée.  Il y avait de forte chance pour que celle-ci  ne la revoie jamais. Alors elle souhaitait profiter encore quelques instants de  ce moment. 
Les lèvres de la jeune hybride étaient bien plus douces et délicates que la formes masculine du dieu et ce baiser avait la douceur que celle les femmes peuvent donner.  Elle se retira des lèvres de son aimée avant d’ouvrir le portail en direction de Terra et de plonger dans celui-ci sans autre information.  La jeune elfe devait avoir prévu qu’il l’amènerait avec elle, mais ce ne serait pas le cas.  Il ne voulait pas risquer la vie de celle qu’il aimait c’était donc pour cela que le dieu, enfin la déesse   avait prit le partie de plonger dans le portail sans rien dire d’autre à l’elfe.   Il  refermerait donc le portail des lors qu’elle aurait franchie celui-ci. 


Voila,  elle était enfin sur l’olympe, cette fameuse montagne, le refuge des dieux.  M’ouai, enfin au gout de la déesse c’était juste un endroit extrêmement vieillot,  il n’y avait rien d’autre ici que des statues, des colonnes  et des temples pour les dieux souffrants de problème d’égo.   Toutefois,  la déesse n’avait pas prévue une chose, car oui, elle avait beau avoir fermé le portail, une voyageuse  clandestine s’y était quand même glissée et lorsqu’elle la vue, elle ne put s’empêcher de dire par surprise.

-Célania ?

Celania

Créature

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 1 août 20, 2011, 02:46:29 pm

Celania regarda Vlad marchait, marchait et encore marchait. Zeus voulait un entretien avec son homme pour discuter, l’elfe sentit ses bras frissonner.

Et si c’était un piège de Zeus, la mage connaissait sa réputation et ses conquêtes, elle se doutait que l’entretien pouvait être un piège grossier du Dieu des Dieux.

Quand Vlad lui dit qu’il partait, Celania ouvrit des grands yeux.

- Mais… Vlad

Trop tard, il sortit de la pièce, pourquoi ? Elle ne le savait pas, elle chercha dans sa tête une idée ou une solution pour dire à son homme « ne pars pas, reste avec moi, c’est un piège » mais l’elfe ne savait comment le dire.

Elle s’avança vers la sortit que Vlad avait emprunté plus tôt et entrouvrit la porte. Elle vit son homme se changeait en femme, elle prit cela comme une claque, lui aussi voulait tendre un piège à Zeus. La peur ne venait pas de l’idée de Vlad, mais du faite que les deux Dieux allèrent se battre à mort. Et si son homme périt, comme elle s’en relèverait. Celania recula doucement, comme abattut par le faite que son homme allait en finir avec Zeus.

- Non… Non… ne part pas

Celania tomba à genoux et pleura à chaudes larmes. Elle arriva à quatre pattes et elle pouvait voir les larmes couler sur ses joues et tombaient par terre. Dans sa tête, la vision de mort, le cadavre de son homme par terre, Zeus le tuant devant elle, Celania faillit tournée de l’œil tellement l’image la dégouter.

Elle pria Muse pour protéger son homme, le mot pitié n’avait jamais été autant dit dans sa prière.

Celania se relava doucement après sa prière et empoigna doucement son ceinturon avec sa dague et elle se dirigea vers la porte qu’elle ouvrit avec fracas.

- Vlad, je viens

Elle tomba net sur un portail ouvert. Elle courut pour tomber et le traversa très vite et elle tomba nez à nez avec Vlad, enfin du moins sa forme féminine.

- Celania ?

(A Hébé de nous accueillir sur l’Olympe)
« Modifié: août 20, 2011, 02:53:44 pm par Celania »

Hébé

Dieu

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 2 août 30, 2011, 10:53:14 pm

(Je change ma façon d'Rp, j'teste autre chose ^^ et désolée du retard, ma livebox était morte >_<)

Du rire, du rire, encore du rire. Vous ne savez pas c'que ça fait du bien. Après un sommeil -qui a duré plus longtemps que prévu j'ai l'impression-, entendre à nouveau le rire de mes prêtresse et les voir s'amuser, jeunes et en bonne santé, c'est tout simplement revigorant. Ouais, je suis la déesse de la jeunesse, de la vigueur, etc... Problème cependant. j'ai plus trop de pouvoirs. Aussi, j'aimerais bien aller parcourir le monde pour retrouver des fidèles. Mais voilà. Parce que j'ai causé un petit soucis de rien du tout, vraiment ridicule, je me retrouve consignée sur l'Olympe. Encore heureux que je ne soit pas confinée dans mon temple. Et papa ne veut rien entendre. Oui bon, j'ai juste failli déclencher une seconde guerre de Troie, avant l'heure. Mais c'est pas ma faute si fait amie-amie avec Hélène, qu'elle m'a prêté des sous-vêtements et des robes, et que je les ai oubliés dans la chambre d'un guerrier troyen (après une nuit haute en couleur) lorsque je me suis téléportée dans mon temple à nouveau... Oui bon, ça à fait scandale lorsque le mari d'Hélène a eu vent de ceci à cause des servantes trop bavardes. Si je n'étais pas revenue, deux jours après, ça aurait été l'hécatombe.

Et depuis ce jour, je n'ai plus le droit de mettre le pied sur Terre. Hmm.. Je suis si faible depuis mon réveil, l'autre jour. Alors j'ai dans l'idée de convaincre mon père. Ha tiens, le voilà justement. Je cours vers lui, manquant de trébucher en marchant sur un pan de ma toge, et m'arrête devant lui.

- Papa ! Bonjour. Je suis heureuse de te voir.. Dis-moi, ça te dit qu'on marche un peu pendant que je te parles ? j'aurais une faveur à te demander..

Je lui fais un grand sourire, et prend son bras d'autorité. Ouais, je sais, c'est le Roi des dieux, ce genre d trucs. Mais c'est mon père aussi hein, et j'ai toujours été ainsi.

- Tu sais, ça fait un bout d'temps maintenant, que je n'ai pas quitté l'Olympe...

Ouais, sans compter l'escapade d'il y a quelques jours. Mais chuuut...

- Et puis, je me disais... Ce serait bien que j'ailles voir un peu mes fidèles sur Terre... Ou c'qu'il en reste... Tu crois pas ? S'teu plaît Papa... Tu peux lever la punition hein ? J'te jure que j'ferais pas d'bêtises... Pro-

Je m'interromps tout à coup. Deux femmes. Dont une au moins n'est pas de sang divin... Et une... Divine, mais à forme terranide. Je fronce les sourcils.

- Bonjour !

(Hop Zeus, à toi d'jouer ^^)

Zeus

Dieu

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 3 septembre 03, 2011, 12:41:31 pm

(Lors de ce rp, Zeus est sous sa deuxième apparence:)



Zeus était sur son trône, majestueux. Une dizaine de marches étaient nécessaires pour l'atteindre, mais elles permettaient de rester en vue de tout le monde lors des grandes réunions. On aurait pu dire qu'il dormait les yeux ouverts, mais en fait il écoutait les prières que les mortels lui adressaient.
Plus de trois heures qu'il faisait ça. Tout d'un coup, il se leva. En tant que roi des dieux, il était au courant des allées et venues dans l'Olympe, aussi discrètes soient-elles. Mais ça, les autres divinités l'ignoraient.
En sus, l'aura dégagée par les deux nouveaux visiteurs ne trompait pas. Il s'agissait de Vlad Aurion, un dieu mineur associé aux jeux vidéo. Il venait sans doute le voir une énième fois pour demander l'aide du dieu de la foudre pour son projet insensé. L'autre était assurément un mortel, être interdit de séjour en ces lieux. Les prêtres et prêtresses qui servent dans les temples acquièrent l'immortalité tant qu'ils restent en fonction, mais n'en deviennent pas des dieux pour autant.

Plutôt que de les attendre, il décida d'aller à leur rencontre. Il avait encore du travail, et cette affaire ne devait pas trainer. Mais à peine fut-il sorti de son temple qu'il tomba sur sa ravissante fille, Hébé. Il a toujours été fier d'être son père, même lorsqu'il a dû la punir pour ses fautes, et ça lui rappelait combien il aimait sa merveilleuse Héra au caractère si trempé.


-Ah, ma chère fille, moi aussi je suis content de te voir. Alors, qu'est-ce que ton vieux père peut faire pour toi?


Elle vint prendre son bras, comme à son habitude, une chose qui ne le dérangeait nullement. Ils commencèrent à marcher, Zeus l'entrainant vers les deux nouveaux venus.
Ils les rencontrèrent avant qu'il n'ait pu donner une réponse à sa fille. Tant pis, ça pouvait attendre un peu.

Il les toisa calmement, puis pris la parole.


-Bonjour, Vlad. Je me doute de ce pourquoi tu es venu, et à en juger par ta transformation, je vois que tu voulais te donner les moyens d'obtenir ce que tu cherches.
Mais avant de discuter de tout cela, j'aimerai bien, petite mortelle
*Il regarda Celania d'un œil sévère* que tu me dises ce que tu fais ici.
Ce lieu est interdit à ceux qui ne sont pas immortels, elfe, et la sanction est la mort. Puisque tu es accompagnée d'un dieu, je te laisse une chance de te justifier. Une chance rester en vie.



La jeune femme était très belle, certes, mais Zeus savait garder son sang froid, et il n'hésiterait pas un instant. Surtout que le fait que Vlad tente une ruse aussi grossière pour arriver à ses fins avec lui l'avait quelque peu énervé. Même Poséidon, le moins futé de tout le panthéon ne serait pas tombé là-dedans.

Il mit sa main sur la tête d'Hébé et  lui dit doucement.

-On reparlera de ce que tu m'as demandé un peu plus tard, d'accord?


(A toi, Celania)

Celania

Créature

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 4 septembre 03, 2011, 03:10:31 pm

Celania eu du mal à en croire ses yeux, deux Dieux humains, rien de plus et rien de moins. En même temps, sur l’Olympe, il ne fallait pas s’attendre à voir autre chose que des Dieux et en plus des Dieux humains.

Mortelle ? Il n’avait que les Dieux humains pour ne pas savoir que les Elfes sont immortels par nature et c’est pour cela que les hommes les chassaient le plus loin possible de leur terre.

- Zeus, je présume

Celania ne se prosterna pas, elle n’avait pas beaucoup d’estime pour lui, elle connaissait par cœur toutes ses ruses et astuces pour parvenir à ses fins et cette forme de vieillard n’était qu’une des nombreuses formes qu’il pouvait avoir.

- Je n’ai pas de raison de me justifier, pas devant toi et le châtiment que tu me réserve m’importe peu, je suis ici pour une seule raison. Vlad.

L’elfe se tourna vers ce dernier, du moins cette dernière pour le moment, et lui souris avec une certaine pointe de timidité.

- J’ai peut être été un peu fort là non.

Ensuite, Celania regarda Hébé, pour Celania, nul doute que cette Déesse était la plus belle créature de l’Olympe et la plus douce de toute. L’elfe se courba légèrement en la fixa, signe de respect chez les elfes.

- Mes hommages grande Déesse Hébé.

(A Vlad…)

Vlad aurion

Dieu

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 5 septembre 03, 2011, 04:08:25 pm

La situation était entrain de devenir hors de contrôle, ce qui  faisait énormément peur au dieu bien qu’il faisait son possible pour ne pas le montrer devant le grand Zeus.  Enfin, grand mais c’était une autre histoire. Pour l’instant il devait se rendre à l’évidence, c’était entrain de dégénérer. Le fait que Célania  ait ouvertement insulté le roi des dieux risquait de lui couter très très chère. La mort étant chez eux, qu’une sanction assez  dérisoire. Il faut dire que la vie de leurs fidèles est assez peu considérée. Voila pourquoi il avait peur pour elle.  Par contre la remarque de Zeus sur sa forme lui tira un léger sourire.  Pourquoi ?  Mais parce qu’il était à peu prêt sur que le dieu ne tombe pas aussi facilement dans le panneau. Toutefois, prendre cette forme si, accordait au dieu des jeux-vidéos, certains avantages : vitesse et agilité. Chose que sa forme masculine ne possédait  pas et puisque  affronté un dieu tel que Zeus à l’épée en  ne jouant que sur la force brute  aurait été stupide, et bien, il avait finalement choisi cette forme. 

Il  observa donc la scène entre l’elfe et le dieu,  se contentant de ne rien dire,    en sachant pertinemment que s’il ne faisait rien  cela risquait de devenir  très vite irrécupérable, surtout que la jeune elfe ne l’aidait pas vraiment  pour  pouvoir instaurer un dialogue entre le dieu de la foudre et  lui.  Il regarda doucement  Célania avant de lui faire un signe de tête lui disant de se retirer.


-Bonjours Zeus,  je te remercie d’être venu en personne m’accueillir, malgré le fait que nos points de vue sont différents.

Il devait maintenant sauver la peau de son amour, sinon celle-ci risquait de finir, et bien  il ne préférait même pas imaginer la suite les événements.


-   Je te demanderais toutefois de ne pas t’en prendre à ma future prêtresse.  Certes, elle n’a pas encore l’immortalité, car elle n’a pas fini sa formation. Mais  ce n’est pas une raison pour pouvoir  la tuer.  La loi divine stipule que si un mortel est lié à une divinité et que le dit mortel  venait à enfreindre une loi,  c’est à la dite divinité de prendre les responsabilités à la place du mortel.  Il me semble que la dernière fois que cela s’est produit, c’était entre ton frère Poséidon, et Arès  non ?  Donc, nous réglerons cela entre toi et moi, tout à l’heure si tu le veux.  Mais en attendant cela je te demanderais donc de ne plus vouloir tuer cette elfe.


Le dieu tout en restant poli était clair et définitif,  si Zeus voulait se venger de l’affront que Célania venait de lui faire, il devait s’en prendre à Vlad mais pas à la jeune elfe.  Ce qui rassurait d’ailleurs le jeune dieu puisque  dans le pire des cas,  Zeus ne pouvait que l’enfermer pour sa mauvaise conduite,  ou bien lui demander des excuses. 

-Maintenant que ceci est dit.  Je pense que tu sais d’avance  le sujet de ma visite, ainsi je ne perdrais pas plus de temps sur cela. Je ne te poserais donc qu’une seule et unique question.    Pourquoi refuses-tu ?    Je sais que j’ai peux être une trop grande affection  pour les mortels, cependant je ne comprends pas ton refus d’améliorer un peu leurs conditions de vie.  Cela profiterait  aussi au dieu d’ailleurs.


Il attendit tranquillement, ce contentant de regarder Zeus d’un air  serin. Son projet était peu être fou, mais pourtant il y croyait. Il pensait que  oui cette utopie pouvait devenir réalité pour qu’enfin les Hommes puissent vivres en paix. En paix avec  leurs environnements mais aussi avec eux même.
Il était aussi satisfait d’avoir put plus ou moins épargné la jeune elfe même s’il était fort probable qu’à cause de cela des ennuis lui tombe dessus.

Zeus

Dieu

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 6 septembre 14, 2011, 10:54:51 pm

Étant donné  le désaccord entre lui et Vlad, Zeus n'était pas étonné qu'une fille sous sa protection ne l'apprécie pas alors qu'elle le rencontrait pour la première fois. Il ne prit d'ailleurs pas la mouche pour si peu. Au contraire, il était content que Vlad trouve quelqu'un pour son service.


- Un peu de révision ne te ferai pas de mal, Vlad. La loi indique que le dieu prend la responsabilité de punir lui-même son serviteur. Mais je suis heureux de te voir enfin accompagné, alors oublions tout cela. Il faudra néanmoins que tu lui expliques que le respect envers toutes les divinités est essentielle, tu sais que beaucoup n'ont pas ma patience. Quand elle sera prête, va voir Hermès, c'est lui qui s'occupe du recensement et du don des aptitudes nécessaires.


Il se détourna du dieu transformé en neko, et s'approcha à une longueur de bras de Celania. Pour prouver ses bonnes intentions, il allait faire un cadeau à la femme si entêtée qui se tenait devant lui.


- En guise de bienvenue, je vais te faire une révélation sur ton peuple.
Les elfes ne sont pas immortels. Vous avez une grande espérance de vie, si longue qu'aucun n'est jamais mort de vieillesse, finissant terrassé par un accident, la guerre ou la maladie, mais vous êtes bel et bien des mortels. J'espère ne pas t'avoir choquée avec ça, et que tu envisageras ton avenir et celui de ton peuple d'un œil nouveau.



Il tourna la tête sur le côté pour regarder le dieu déguisé d'un œil. Il ne voulait pas perdre de temps et visiblement lui non plus. Une bonne chose, mais il se doutait cependant que l'histoire soit vite réglée. Ce que ce jeunot avait en tête avait déjà été essayé, et il avait dû sévir par la suite, donnant un châtiment exemplaire pour s'assurer que personne ne recommence. Mais à son âge, Vlad ne savait pas assez de choses, il n'était pas encore assez sage pour comprendre.


- Connais-tu l'histoire de Prométhée? La véritable histoire.
Cela faisait déjà une éternité que les titans avaient été vaincus et les olympiens s'ennuyaient. D'autre part, je trouvais ce vaste monde trop vide. Pour les distraire, j'ai pensé à créer une race d'êtres mortels qui nous ressembleraient physiquement en tous points. J'ai confié cette tâche à Prométhée, un titanide qui nous avait rejoins lors de la titanomachie.
Il utilisa de l'argile pour les façonner, puis leur donna vie. Sa création était superbe, et j'admire son travail d'orfèvre encore aujourd'hui. Les dieux étaient captivés, les humains vivaient en paix, en harmonie avec le monde. La maladie faisait cependant la majorité des morts, et beaucoup ne vivaient qu'à peine les deux tiers de leur espérance de vie. Mais ils étaient heureux.
Prométhée ne supporta pas de voir son œuvre souffrir, aussi vola-t-il le feu de l'Olympe pour le donner aux hommes, bravant mon interdiction. Certes, cela eu tôt fait de diminuer les affres qui les accablaient, mais le retour de bâton allait bientôt se faire sentir. Les hommes virent leur population augmenter, étalant leur territoire jusqu'à ceux de leurs voisins, commençant déjà à épuiser certaines ressources. C'est alors qu'ils créèrent des armes, des armures, développèrent leur technologie, et se firent la guerre. Les morts étaient bien plus nombreux qu'auparavant, ils remplacèrent leur joie de vivre par l'amour de la guerre, leurs rires par les pleurs des veuves, les prairies verdoyantes en charniers nauséabonds.
A contre-cœur, j'ai châtié Prométhée de façon à ce qu'aucun ne réitère cette erreur. Enchainé à une haute montagne, son foie est chaque jour dévoré par un oiseau, avant de repousser, et ce, pour l'éternité.

Comprends-tu où je veux en venir? Je ne peux que te féliciter de vouloir aider les humains, mais tu t'y prends de la mauvaise façon. Voilà pourquoi je ne te soutiens pas. J'ai moi-même tenté quelque-chose pour eux: j'ai enfermé toutes leurs émotions négatives dans la boite de Pandore. Elles se sont malheureusement échappées, mais à mon grand étonnement, un nouveau sentiment était né et s'est répandu en même temps: l'espoir.
Vois-tu? Vois-tu maintenant à quel point moi aussi je veux le bien de l'humanité?



Il avait fait autre chose pour les humains, mais cela il ne pouvait pas le lui dire.
Bizarrement, cela ne posait aucun problème aux autres dieux d'être dépendant du nombre de ses croyants, et pourtant beaucoup plus vieux que toutes les espèces mortelles. C'était en fait une idée qu'il avait peu à peu réussi à implanter dans l'esprit de ses divins sujets, y comprit sa femme bien-aimée, Héra, afin qu'ils prennent tous soin d'au moins une petite partie de cette espèce devenue si malheureuse.

Il regarda alors sa fille, puis se rappela que si le destin des mortels lui importait, il devait avant tout s'occuper de ses semblables.

Celania

Créature

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 7 octobre 22, 2011, 11:48:24 pm

- En guise de bienvenue, je vais te faire une révélation sur ton peuple.
Les elfes ne sont pas immortels. Vous avez une grande espérance de vie, si longue qu'aucun n'est jamais mort de vieillesse, finissant terrassé par un accident, la guerre ou la maladie, mais vous êtes bel et bien des mortels. J'espère ne pas t'avoir choquée avec ça, et que tu envisageras ton avenir et celui de ton peuple d'un œil nouveau.

Celania ne cru pas ses oreilles, alors, il le savait, il avait raison. Mais, Celania opina du chef et se mit de coté, comme boudeuse.

- Si vous vous croyez malin cher Dieu, mais je dois m’incliner pour le moment, mais, je suis rancunière.

Celania fixa un moment Vlad, elle savait qu’il n’était jamais bon de mettre un Dieu en colère. Ensuite, l’elfe fixa Hébé, elle connaissait son histoire par cœur, elle est en quelque sorte la seule faiblesse de Zeus.

- J’aimerais que cela avance plus vite, et dehors, on ne peut discuter politique.

L’elfe se colla contre son amoureux comme pour se rassurer. Son peuple n’aimait pas montrer un signe de faiblesse, mais, elle n’était pas en position de force, elle ne pouvait pas se mesurer à Zeus de face.

Vlad et Celania avancèrent doucement vers les deux Dieux.

(A toi Vlad)

Vlad aurion

Dieu

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 8 octobre 23, 2011, 02:33:43 pm

On pouvait vraiment dire que le dieu était prit entre deux feu,   d’un coté Zeus, le roi des dieux, et accessoirement celui qui d’un coup pouvait vous transformer en un simple mortel, ce qui  n’était pas vraiment une bonne idée.   L’autre camp était son épouse,  autant dire qu’il marchait sur un terrain assez pentu.  Enfin,   l’histoire de Prométhée fit réfléchir le dieu.  Ainsi,   selon la vision que donné le dieu, il ne fallait pas aider les Hommes, puisque c’était à partir de l’aide divine que ceux-ci  s’était multiplié et donc avait commençait à faire la guerre.   Quand à la boite de pandore,  ce n’était pas ce que le dieu voulait,  Il ne s’agissait pas de créer un  monde sans émotions,  puisque celles-ci sont obligatoires pour faire évoluer les gens.   Mais il s’agissait de guider les Hommes pour éviter qu’ils ne reproduisent les erreurs du passé…  Mais peut être qu’il choisissait la mauvaise façon de voir les choses.    Peut être qu’en réalité, il y avait une autre façon de voir.

Jusqu’à présent, il avait  toujours pensé que ce serait les grandes actions qui modifieraient les hommes,  mais en réalité,  il n’avait pas fait ce qu’il fallait.   S’il voulait changer les Hommes, ce serait par de petites   actions  qu’il pourrait changer les choses.  En modifiant peu à peu  les mentalités,  en se montrant le meilleurs que possible, peut être qu’il  ne changerait que deux Hommes dans cette vie…  Et  peu à peu,  tous évolueraient.   

C’était sans doute cela qu’il n’avait pas compris et que Zeus avait voulu lui faire comprendre.  Et même si ce n’était pas le cas,  cela n’empêcherait pas le dieu de  tenter encore une fois de tenter de changer ce monde.   

Son raisonnement fut coupé par  sa femme. Il serait compliquer de faire en sorte que leurs façons de voir change,   cela prendrait peut être du temps, mais qu’importe. Il prit doucement le corps de son épouse contre lui et eut un petit sourire.   Le dieu lui aussi avait de la famille,  qu’il se devait de protéger et  tenter de protéger.  Enfin,  il était temps de dire ce que le dieu des jeux vidéos… Enfin la déesse pour l’instant avait  sur le cœur, et surtout comme  projet.



-   Je vois ou vous voulez en Venir.  Toutefois, sachez que je ne modifierais en rien mes projets.  Je continuerais à me battre pour améliorer les  conditions de vie des mortels.  Humain, comme créature.   Il n’y à qu’une seule chose que je vais changer.  Mes façons, de faire les choses.  Je ne ferrais pas de grand changement, puisque effectivement,  ce ne sera pas cela qui changera la mentalité humaine.  Non, je serais là, parmi eux, pour tenter de les  changer. 



Il était peut être temps de parler plus politique puisque c’était pour cela qu’ils étaient venus ici. Mais il avait sans doute tiré une leçon  des plus importantes.   C’était assez ironique de voir qu’il était venue ici pour changer les choses, mais en réalité c’était lui qui  en était sortit changer.


-   Je pense que finalement  nous nous ressemblons Zeus,  dans le sens ou nous avons chaqu’un des objectifs qui sont proches.  Vous, vous voulez protéger votre famille et les Olympiens,  moi, je veux protéger les Hommes d’eux même.    Bien… Je ne sais pas si j’arriverais à changer le monde.  Mais je continuerais ma route…  Et je tiens à vous remercier, car vous m’avez en partie ouvert les yeux…
« Modifié: octobre 23, 2011, 03:36:45 pm par Vlad aurion »

Zeus

Dieu

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 9 octobre 30, 2011, 10:42:08 am

Zeus soupira. Vlad n'avait pas bien interprété ses paroles. Mais il y avait déjà un grand pas de fait, c'était déjà ça. Il était jeune, on ne pouvait pas lui en vouloir de rêver ainsi. Au moins comme ça il ne déclencherai pas une catastrophe. En fait, Zeus l'aimait bien. Il se souvint avec nostalgie de cette époque bénie où ses enfants étaient comme lui, pleins de rêves et avides d'aventures. Si seulement ces magouilleurs ventripotents pouvaient avoir une prise de conscience... Mais ils tenaient trop à leur petit confort et enviaient sa place alors que c'était son plus gros fardeau.


-Tu n'as entièrement compris ce que je voulais dire, mais ce n'est pas grave. C'est le genre de choses que tu saisiras quand tu auras un ou deux millénaires de plus.
Mais puisque tu as de nouvelles résolutions, je vais te laisser faire. Avec cette façon de procéder, tu ne feras rien que je ne puisse réparer, et je pense que cette expérience pourra t'être utile.
Un jour tu verras ce que j'essayais de t'expliquer, et tu reviendras me voir. Alors, j'aurais une mission à te confier.



Pour le bien de tout le monde, que ce soit les dieux, les humains, ou tout mortel foulant les deux terres, il fallait bien un changement, comme proposait Vlad, mais pas chez les humains. C'était la mentalité des dieux qu'il fallait changer. Les pousser à se réveiller de leur léthargie, faire en sorte qu'ils poussent les mortels à les vénérer afin de les guider, et non s'amuser avec eux.
Malheureusement, il était bien trop occupé pour tenter quoi que ce soit. Il lui fallait des alliés parmi eux. Vlad même s'il n'était pas vraiment intégré à l'Olympe pouvait se révéler d'une aide précieuse et ses objectifs sont à peu près les mêmes. Seule la manière dont il s'y prend est discutable, mais cela viendra. Il faut laisser le temps au temps.


-Assez parlé de ça pour le moment. Rome ne s'est pas faite un jour, il n'y a pas d'urgence. Ce midi, je vous invite à ma table.
*Il regarda Celania*
Je suis curieux de connaître un peu celle qui va devenir la première prêtresse de mon petit Vlad. Tu ne me l'as même présentée convenablement, où sont donc passées tes manières?



Le roi divin considérait les autres de son peuple comme ses enfants. Beaucoup l'étaient effectivement, mais il traitait les autres de la même manière. À l'heure actuelle, il était comme un père souhaitant rencontrer la petite amie de son fils. Après tout, il ne pouvait pas le confier à n'importe qui.


-Suivez-moi. On va aller dans l'arrière-cour de mon temple, ça nous évitera d'être dérangés toutes les cinq minutes.
Vous préférez du mouton ou de la dinde?



(Celania! :))

Celania

Créature

Re : Le début d'une utopie (pv Célania/Zeus/ Hébé)

Réponse 10 décembre 24, 2011, 02:44:15 pm

Celania écoutait attentivement les deux Divinités discutées, elle fut impressionnée par le faites que la discutions de deux personnes pouvaient bouleverser des millions de destins. Elle les suivait de salle en salle, toujours en étant derrière eux.

-Assez parlé de ça pour le moment. Rome ne s'est pas faite un jour, il n'y a pas d'urgence. Ce midi, je vous invite à ma table.
*Il regarda Celania*
Je suis curieux de connaître un peu celle qui va devenir la première prêtresse de mon petit Vlad. Tu ne me l'as même présentée convenablement, où sont donc passées tes manières?

Celania fit un signe de la tête pour approuver les dire de Zeus. Il commençait vraiment à faire faim. Elle fixa Vlad qui approuva aussi la divinité humaine.

- Quand nous serons à table Zeus, je vous répondrais avec plaisir.

-Suivez-moi. On va aller dans l'arrière-cour de mon temple, ça nous évitera d'être dérangés toutes les cinq minutes.
Vous préférez du mouton ou de la dinde?

- Juste une bonne salade.


Répondre
Tags :