Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Un nouveau monde

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Kilian Piers

Humain(e)

Un nouveau monde

mardi 24 janvier 2023, 18:05:16

- Non, et arrête de me faire chier ou je vais voir ton mec et me faire le plaisir de lui raconter que c'est parce que tu penses à ma queue qu'il te fais jouir.

Je lui raccroche alors même que je me vide sans ménagement dans la gorge d'une petite enseignante que j'ai abordé alors qu'elle sortait de sa journée de cours. Une invitation à boire un verre, de belles promesses illusoires, et la voilà qui s'étouffe comme une chienne dans un hotel miteux, à genoux comme une esclave. J'ai eu ce que je voulais, alors je me lève sans lui laisser le temps de respirer un instant pour remonter mon froc et sortir de cette chambre sans un mot.

La nuit est déjà tombé, mais je me dirige vers la salle pour ma séance quotidienne, et qui sait si je ne pourrais pas baiser une fitgirl dans les vestiaire ? Je descend l'avenue, la salle est en vue. Matant l'heure qu'il est sur mon téléphone, je ressens un pic de frisson et un puissant vertige. Emmenant ma main sur mon front le temps de retrouver mes esprits, je m'arrête un instant et suis choqué en ouvrant les yeux.

Plus de salle, plus de lampadaire ou d'immeuble, juste un chemin de terre et des champs vierges à perte de vues. Encore plus dingue, il faisait nuit noir à l'instant, et maintenant on croirait qu'il est midi pile.

- C'est quoi ces conneries ?

Je tourne sur moi même lorsque je vois derrière moi ;ce qui ressemblerai à un portail dans une série de SF à chier ; se refermer et disparaître. A cet instant précis je suis paralysé par une douleur indescriptible dans tous le corps, comme si je me prenais une cinquantaine de coup de taser. Me voilà maintenant recroqueviller sans avoir le temps de me demander ce qu'il se passe encore.

- Put...AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

Un véritable hurlement de douleur s'évacue de ma gorge, lorsque je sens que mon visage me tire, comme si c'était un carambar qu'on tentais de couper en deux, la même chose dans le bas de mon dos, je sens que quelque chose sort. J'ai peur. BORDEL ! J'avais juré de ne plus ressentir cette merde. Sur ces pensées mon esprit flanche et je perd connaissance....

Mes yeux s'ouvrent, je vois flou, mais je comprend qu'il fait nuit. J'ai halluciner ? J'ai rien pris pourtant. Alors que je tente de me relever, je sens que mes mains sont enchainées, alors que je me blesse à la main avec mes griffes....griffes ?? Je regarde mon corps et je reconnais rien, c'est quoi tous ces poils, et ce putain de long museau ?

- Ahhhh je t'avais dit qu'il était pas mort. Un spécimen pareil va nous rapporter un max.

Je n'ai pas le temps de comprendre que mon regard se dirige vers la voix face à moi, près d'un feu de camp avec un autre groupe en haillon, celui qui vient de parler est borgne, s'approchant de moi avec une torche à la main, putain qu'il est laid, et c'est l'ancien bouboule de service qui le dit. Attend, il veut dire quoi par spécimen ?

- Approche moi espèce de déchet et je te crève ! Je remarque ma voix plus caverneuse que d'habitude.
- Ouh, c'est qu'il mordrait;le voilà qui me met un coup de latte dans la tronche;Maintenant ferme la, j'aimerai ne pas t’abîmer avant de te vendre.

Vendre ? Ok essayons de rassembler nos esprits, visiblement ces gars sont marchands d'esclave. Je comprend pas tout, mais il est hors de question que je me laisse faire. Contractant les muscles de mes bras, je force sur les menottes, ça résiste mais étrangement je sens que je peux les briser avec ma seule force. Serrant mes dents je mets toutes mes forces et réussit à briser les maillons de mes menottes. Sans perdre un instant je me jette sur mes geoliers. Le borgne d'abord, à coups de poing je lui explose le crane alors qu'il est à terre. J'ignore pourquoi mais le tuer ne m'a rien fait du tout. Pas le temps de réfléchir, ses deux potes se jettes sur leurs armes mais je poignarde le premier avec mes griffes, jetant son cadavre sur le dernier à qui je brise le cou.

Bon, maintenant que le ménage est fait, il est temps de mieux appréhender la situation, d'abord il me faut un miroir. Fouillant dans leurs affaires je finis par en trouver un, mais je vois rien c'est trop sombre. Je l’emmène auprès du feu.

- Puuutain...

Je me touche le visage et constate que je suis devenu un putain de loup, un putain de loup à poil soit dit en passant. Bon je reconnais un avantage indéniable, ma queue est encore plus imposante qu'avant ! Mais bon, c'est pas l'essentiel. Enfilant ce que je trouve, je récupère une carte et leurs bourses que j'ai trouvé en cherchant le miroir, et ai repéré un village à l'est. C'est par là que je vais. Testant par la même occasion si la course à quatre pattes est aussi rapide que dans les séries ou film de fantasy, et comment ma gueule que c'est rapide !

Le soleil se lève quand j'arrive. C'est encore désert à cette heure, parfait je vais pouvoir être discret, parce que visiblement les animaux antropomorphe semblent être aussi mal classé socialement qu'une plante de salon. Mais lorsque je croise un autre animal marcher comme si de rien n'était, je commence à douter de ma théorie. Enfin, si la magie existe dans ce monde, il doit y avoir un moyen de rentrer et retrouver mon apparence humaine.

C'est là que je vois un bazar sur la place, je trouve d'ailleurs surprenant de pouvoir lire ce qui est écrit. Je m'y dirige et vois ce qui ressemble à une lapine à la morphologie aussi parfaite que sur rule 34, je sens que la bête entre mes jambes est d'accord avec moi. Attend, je veux vraiment me taper une lapine ? Mais je ne me pose pas plus de question, comme si mon instinct de chasseur avait pris le dessus, et puis autant joindre l'utile à l'agréable quand on y pense. Toi ma jolie tu passeras à la casserole.

- Bonjour ma jolie, je sais pas si vous me comprenez, mais vous pourriez m'expliquer où je suis ? Parce que ce n'est pas du tout mon monde ici.

Directe comme approche, je n'aime pas les fioritures
« Modifié: jeudi 26 janvier 2023, 16:46:36 par Kilian Piers »

Winnifred

Terranide

Re : Un nouveau monde

Réponse 1 jeudi 26 janvier 2023, 08:45:59

Un gamin des rues, qui traînait souvent là, donnait du fil à retordre à la petite femelle depuis quelques jours déjà. Il zieutait les étales, s'en approchait parfois trop. Son comportement suspect la mettait en alerte. Elle savait très bien ce qu'il faisait. Fallait pas croire, Winnie aussi pouvait être la pire des voleuses. Un mouvement net, et le petit venait de prendre quelque chose pour le glisser sous sa guenille.

Eh !

La lapine saute en avant, écrase l'étale de son petit poids, pour l'attraper par le derrière du col, avant qu'il ne s'enfuie. Sans remords, elle lui arrache l'objet. Elle aussi fallait qu'elle mange, c'était la loi du plus fort ici. Le petit ne prend pas la peine de se débattre ou de récupérer le bien, il détale en direction de l'entrée de la capitale.

Avise-toi de refoutre un pied ici et tu vas voir !!!

Paroles en l'air, menaces en carton. Tout le monde savait que Winnie ne ferait jamais rien, avec sa force de mouche. Du moins, personne ne se doutait vraiment de ses réelles capacités… Qu'ils rient, tous. Un jour, ils verront ! Mais une voix la ramène, et la femelle tourne la tête vers celui qui venait de l'interpeler. Un nouveau client ? Les mots qui venaient de sortir de sa bouche la font hausser un sourcil.

Salut mon mignon. Il avait effectivement l'air perdu. Tu te trouves… au beau milieu d'un rêve.

Winnie fait une courbette exagérée. Elle se moquait clairement de lui. Il avait sniffé de la poussière ou quoi ? Comment ça, c'était pas son monde ?

Si t'essaies de m'entourlouper, passe ton chemin. J'ai eu ma dose de charlatans aujourd'hui si tu veux savoir.

Elle fait un signe de main, comme pour lui dire "du balais". Winnie n'était pas dupe, elle avait l'habitude d'entendre des discours abracadabrants, certains étaient prêts à tout. Soit pour leur dérober quelque chose, soit pour attirer son attention ou la séduire. Ceci dit, le carnivore n'était pas désagréable à regarder, songea Winnie. C'est vrai quoi, ça faisait longtemps que ni même l'ombre d'un beau garçon ne s'était présentée ici. Mis à part Tyler, son ami d'enfance. Mais ça, ça ne comptait pas.

Elle retourne à ses occupations, c'est-à-dire : ne rien faire et attendre un client, peut-être réajuster un peu la disposition des objets. Mais une présence rôde encore dans son champ de vision. Elle lève le nez. Il n'avait pas bougé. Quoi, il était encore là ? Winnie l'interroge du regard. Il plaisantait peut-être pas ? Hm. Peut-être qu'elle pourrait profiter de cette vulnérabilité pour se faire de l'argent ? Mais peut-être aussi qu'il n'avait pas d'argent… C'était sûrement le cas, s'il venait d'arriver non ? Elle jette un coup d'oeil à droite, puis à gauche. Personne. Elle pouvait quitter le stand quelques minutes.

Winnie fait le tour de l'étale, s'approche du mâle. Plus elle s'en approche, plus sa gorge se serre. Sûrement son instinct de proie qui parlait… Il était vraiment imposant… Sa petite main agrippe son avant-bras épais, et elle l'incite à le suivre.

Viens.

Ils pourraient parler au calme, à l'intérieur. Le bar était fermé. L'obscurité de la pièce était déstabilisante, il fallait quelques secondes à Winnie pour s'y habituer. Elle le conduit jusqu'au comptoir, où elle s'empresse de lui servir un verre d'eau. Elle pose la choppe sans délicatesse, le bruit résonne dans la pièce.

Il va falloir que tu m'expliques.

Puis elle prend place à côté de lui, sur un tabouret de fortune.

Kilian Piers

Humain(e)

Re : Un nouveau monde

Réponse 2 jeudi 26 janvier 2023, 18:08:03

- Salut mon mignon. Il avait effectivement l'air perdu. Tu te trouves… au beau milieu d'un rêve. Si t'essaies de m'entourlouper, passe ton chemin. J'ai eu ma dose de charlatans aujourd'hui si tu veux savoir.

Tu se fout de ma gueule en plus ? La douleur que j'ai ressenti en me transformant aurai révéillé un putain de mort. Je sens ma colère monter encore plus vite que d'habitude, mes muscles se contracter, prêt à te sauter dessus. Je me retiens tant bien que mal, sans te quitter des yeux, luttant entre te dévorer ou te baiser comme la bête que je suis devenue...

- Tu crois que j'ai une tête à rigoler ? Le ton est plus menaçant que je ne le prévoyait, ça serai con que ma source d'info s'enfuit directement.

Tu te met à me toiser surprise que je n'ai pas encore bouger, ce qui n'est pas ton cas, te mettant à t'approcher à petits pas comme si tu sentais la menace. Tu es peut être moins stupide que tu en as l'air, ou bien juste ton instinct de proie qui s'éveille. On s'en fout, tu finis par me conseiller de te suivre dans un bar sombre et peut être miteux. Je suis cependant surpris lorsque je constate voir aussi bien qu'en plein jour malgré la pénombre. Plus le temps passe, plus cette transformation est intéressante, mais pas au point de supporter à nouveau cette douleur atroce.

Je m'installe où tu me l'indiques et ramasse la chope que tu me donnes sans la moindre élégance. Si je dérange tu me le dis hein, ça me donnera l'occasion de m'en foutre. Je bois une gorgée et recrache presque instantanément.

- C'est quoi cette merde ? Y a pas de bière ici ?

Tu ne t'attendais certainement pas à cette soudaine agression vu le bond que tu as fais. En même temps ça doit faire des années que je n'ai pas bu d'eau en dehors du sport, et ça ne m'a pas manqué. Tu finis par revenir avec ce que je t'ai demandée, l'absence de délicatesse encore plus présente qu'au début.

- Ben voilà, c'était pas dur. Bon par où commencer....

Je te conte mon récit, le trajet à la salle de sport, le portail, la transformation, le massacre des marchands d'esclave, jusqu'à mon arrivée ici.

Tu ne caches pas visiblement une certaine incrédulité, mais tu finis par admettre que c'est bien trop perché pour être faux. Putain, en gros ça veut dire que tu n'en sais pas plus que moi sur ce phénomène. Enfin, au moins je suis tombé dans un monde qui parle la même langue, ce qui est un miracle en soit. Il doit bien y avoir quelqu'un qui puisse être au courant de quelque chose, ces portails viennent bien de quelques part, et parler une langue commune va me faciliter une tâche qui s'annonce compliquée. Un peu décontenancé malgré tout, je vide ma chope d'un trait.

- Bon tu pourrais au moins me donner les bases de ce que je dois savoir ? Tout ce que j'ai compris, c'est qu'il y a des furies, enfin des animaux qui se comporte comme des humains on va dire, et qu'ils servent d'esclaves à certains endroits, sauf ici visiblement...

Alors que tu m'explique, je me lève et me sers moi même une autre bière. Écoutant attentivement ce que tu me dis, jusqu'à ce tu finisses par te plaindre que je vais vider tout le stock alors que je n'ai pas un sou en poche. Là dessus c'est pas faux, mais je m'en branle, et te sers une pinte à ton tour, en venant m’asseoir à coté de toi, te reluquant, l'alcool commençant à faire baisser mes inhibitions.

- Allons, tu me dois bien ça, en attendant que je retourne la situation t'as gagné un garde du corps pour ton échope, de ce que tu m'as dit ça ne te ferait pas de mal.

Vidant cul sec, ma jenesaispluscombientième pinte, je la pose brutalement sur le comptoir en me rapprochant de toi.

- Et puis, je pourrai trouver d'autres moyens de te... satisfaire pour payer ma dette...
« Modifié: jeudi 26 janvier 2023, 22:09:32 par Kilian Piers »


Répondre
Tags :