Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Le butin de Valagne [Yzmir]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

La troupe du Vicomte

Légion

Le butin de Valagne [Yzmir]

jeudi 13 janvier 2022, 18:28:16

Le siège de la ville se plia en à peine 2 jours. Tout commença avec l'arrivée de la troupe pour  affronter les soldats du Baron de Valagne sur ses terres. Cet homme, habitué aux provocations de sa rivale, la Baronne de Katar à quelques lieux d'ici, avait pris soin d'envoyer son général, commandant de son armée, lui laisser la tâche ingrate de repousser ces assaillants. Celui ci posa son campement sur ses plaines dès que les éclaireurs lui ont fait part d'arrivée de troupe ennemi sur sa frontière. A peine un millier de soldats. Oui, des mercenaires peaux vertes, des sauvages, mais ce n'était rien pour ce vétéran de la guerre. Il avait plus du triple en réserve, et il avait choisit le lieu de la prochaine bataille. Tout était pour son avantage. La bataille qui allait suivre le lendemain allait se régler rapidement.

Il n'avait pas compté sur le fait que son adversaire était un Orc, et qu'il ne combattait pas avec les mêmes codes que les seigneurs féodaux du coin. Car la bataille commença en réalité la nuit même. Une horde de gobelin firent une percée dans les défenses ouest de son campement, peu avant qu'une infanterie plus lourde ne viennent les attaquer sur leur coté est. Le Vicomte avait pris soin de choisir des soldats des Tribus des fins fonds des cavernes des Pics Noirs. Leurs yeux étant particulièrement habitué à l'obscurité, ils avaient un avantage considérable contre leurs ennemis, qui ne combattait que rarement la nuit. Le manque de coordination chez le général du Baron était évident, il sonna l'ordre de retraite alors qu'une énorme partie de son armée venait de périr aux mains des peaux-vertes.

Les Valagniens venait de se regrouper dans leur ville. Ils avaient de belles fortifications, la prospérité du Duché avait permis au Duc de s'offrir d'imposantes murailles. Un peu trop tape à l'œil et pas si efficace que ça. Les peaux-vertes utilisèrent toute leur puissance de frappe pour défoncer la porte principale à coup de bélier, pendant que le reste attaquait les murs opposés avec des échelles. La défaite de la nuit dernière, la fatigue, la puissance hors-norme de leurs assaillants, tout cela avait réduit considérablement le moral des soldats du Ducs. Chez les peaux-vertes, en revanche, endurant et bourré d'aggressivité, tout allait pour le mieux. Les murs tombèrent aux mains des gobelins rapidement, l'enceinte de la ville était prise, il ne manquait plus qu'à finir avec le château du Baron lui même.
 
Six heures plus tard, la tête du général Korius roula sur le tapis de la salle du trône. Le Baron, tenait son épée avec une garde approximative. Ses deux filles et sa femme se tenait derrière lui, apeuré. Le Vicomte s'approcha de lui d'un pas lent, alors qu'autour de lui ses guerriers finissait le saccage. Il analysait le Baron silencieusement. Ce n'était pas un soldat. Un marchand, un intendant dont les affaires allait un peu trop bien pour certains et certaines.

"Ne...ne vous approchez pas de nous, monstres !" Bégaya le Baron, en faisant trembler son épée devant lui.
"Calmez vous, le vieux. Répliqua Le Vicomte. On a ordre de vous laisser en vie, vous et votre famille. Vos têtes valent cher on dirait. Alors pose ton cure-dent avant de te blesser avec."
"JAMAIS vous ne m'aurait vivant ! Cette perfide Baronne...Je préfère me tuer plutôt que de finir dans ses geoles, vous m'entendez ? Jam..."

Il tomba brutalement au sol, sous les cris horrifiés de sa famille, après que Vipère était passé derrière lui pour l'assommer du revers de son épée. Après avoir vérifié que sa victime n'était pas mort, il entreprit d'enchainer la famille du baron, qui priait en pleurs contre leurs ennemis.

"Vipère, emmène les au chariot laissé au mur ouest. Des soldats Katariens viendront les récupérer."

Le gobelin, silencieux comme à ses habitudes, se contenta de hocher la tête. Le Vicomte lui, resta un instant à observer la ville, par la fenêtre qui donnait sur la ville. C'était encore assez chaotiques, sa troupe venait de remporter la bataille, et les pillages commencèrent. Ces gars avait comme ordre de ne pas toucher à la scierie, aux forges, aux fermes et aux boutiques. La Baronne allait dorénavant revendiquer auprès de son seigneur le droit d'acquérir Valagne, et cette dernière devait être encore utilisable. C'était un contrat plutôt profitable dans l'ensemble, peu de pertes du coté de sa troupe, un peu d'entrainement au siège de fortification pour ses gars, et la Baronne avait été plutôt généreuse sur les récompenses. Mais il devait faire attention. La réputation de la troupe grandissait, ce qui était à double tranchant. Sa troupe était encore vivante parce qu'elle était utile, sans être trop dangereuse pour peser sur l'équilibre des cités-états. Mais si elle prend trop d'ampleur, ou menacerais l'économie d'une grande puissance, elle se fera pourchassé. La Vicomte quitta la salle pour rejoindre ses généraux faire le bilan de l'attaque.

---------------------------------------------------------------------

Ailleurs, dans le château, Pied-Bleu et Tête-de-frène de la tribu gobeline de la Salamandre, parcourait les couloirs du château d'un air studieux. La bataille était terminé, et les festivités avaient commencé. Les règles dans la troupe sont simple là dessus : le premier qui trouve récupère. Si deux trouves en même temps, c'est la baston. Le gagnant garde le butin. Les gars s'amusait surtout dans la ville où les Valagniens qui n'avaient pas pu s'enfuir s'étaient calfeutrés dans les bâtiments. Mais les deux gobelins qui faisait parti de l'armée de Carpates avait atteint l'enceinte du château avant les autres, et était donc aux premières loges pour embrocher de la "noblette" comme ils disent. C'est connu chez eux, c'est dans les châteaux qu'on trouve les nobles, les esclaves de luxe, les marchands les plus fortunés et les serviteurs les mieux entretenus. Ils comptaient bien en trouver pour jouer un peu avec, après leurs journées de restrictions et leurs testostérones à bloc après tant de bataille.

Pied-Bleu ouvrit une porte. C'était une réserve. Il y avait des caisses pleines de draps, de couverts, de babioles...Les deux parcoururent la salle  rapidement, ouvrant quelques caisses pour vérifier. Non, il n'y avait personne.

"Encore rien ! Bordel, ils vont choper les meilleurs avant nous ! Viens Pied-Bleu, on se casse."
"Attends..."


Pied-bleu analysa un peu plus la salle. Elle était un peu poussiéreuse, pas souvent utilisé, ce qui facilitait la détection. Des traces de pas ici et là, et on pouvait distinguer un empilement de caisse installé volontairement dans un coin de la pièce pour servir de cachette. Le gobelin renifla, et s'approcha doucement de l'endroit. D'un geste brusque, il fit tomber l'un des caisses pour regarder ce qu'il y avait derrière.

"Hé bien, hé bien, hé bien...qu'avons nous ici, hum ?" 

Yzmir

Créature

Re : Le butin de Valagne [Yzmir]

Réponse 1 mardi 25 janvier 2022, 21:50:03

Il y a quelques mois, Yzmir s'était fait acheter en tant qu’esclave, nonsexuel, c'est assez important de le noter dans ce monde où les esclaves servent principalement de vide-couilles pour les plus riches. L'elfe avait été acheté pour être bon à tout faire, délicat, gracieux, le noble l'avait prit pour une femme et le vendeur n'avait pas hésiter à lui mentir pour assurer sa vente. Yzmir sous le nom de Lilas avait rejoint un énorme château, servant, il s'occupait de la préparation des repas et du ménage dans ce lieu magnifique.

L'elfe se rendait compte de la chance qu'il avait d'être tombé là, sur le marché aux esclaves il avait vu des hommes, des créatures, des hybrides qui étaient vides… Des coquilles, brisées, anéanties par un passé d'horreur avec des maîtres simplement fous. Les gens ne se rendent pas compte du mal qu'ils peuvent faire aux autres pour faire passer leur propre plaisir en premier… Yzmir se rendait parfois compte qu'il lui arrivait maintenant de faire la même chose, car lui aussi avait souffert.

Pourtant, dans ce château pour la première fois, depuis longtemps, il pouvait souffler un peu. Il n'avait pas peur, il cachait habilement ses attributs masculins sous sa tunique de servante, il mangeait à sa faim, dormait sur ses deux oreilles, ce n'était pas la vie qu'il souhaitait, mais une pause pour un petit moment allait lui faire du bien.

C'est ce qu'il croyait. Yzmir avait l'impression d'être un oiseau de mauvais augure, un malchanceux qui apportait toutes les misères du monde partout où il allait. Un endroit calme se transformait en chaos en seulement quelques jours. Depuis, les fenêtres du château Yzmir voyait les troupes adverses gagner du terrain… Le Baron réunissait tout son personnel dans le grand hall environ toutes les heures, il voulait se montrer rassurant, sur de lui, ses soldats avaient des plans et des tactiques militaires avancées pour changer la donne. Il répétait que le château ne devait pas céder à la panique… Son discours donnait le ton, son paraître un autre… Les gouttes de sueur sur son visage, ses joues rouges, les tremblements dans ses bras jusqu'à ses mains… Tout allait dans l'autre sens. Et sa famille ne s'en cachait pas non plus, sa femme demanda du personnel pour préparer des valises, cacher des bijoux, chercher des issues de secours.

L'elfe comme le reste du personnel savait que la situation allait mal tourner et qu'ils étaient pris au piège. Quel fou allait se risquer à sortir du château pour affronter les troupes ennemies qui retournaient la ville… Personne. Yzmir réfléchissait, il devait se cacher, trouver une planque pour passer le plus de temps possible dedans. De l'eau, de la nourriture, attendre que les peaux vertes quittent les lieux ou ne se doutent plus de rien pour s'enfuir. L'elfe se mit à ma recherche des denrées précieuses quand le baron le commissionna de ravitailler des soldats qui défendaient le château…

"Oui, j'y vais…"

Ce n'était clairement pas le bon timing, il ne pouvait pas ignorer les ordres sous peine de se faire mettre dehors dans la cohue. L'elfe commença à s'activer pour apporter les ressources aux soldats… Au plus proche de l'action, il voyait la situation dégénérer jusqu'au moment où devant la fenêtre, il voit des orcs enfoncer la porte… C'était la fin. Et il n'avait rien préparé à sa fuite… Yzmir se mit à courir dans le château, lâchant tout ce qu'il tenait. Il fallait éviter les chambres, les peaux vertes allaient les fouiller en premières pour trouver des femmes apeurées et des biens précieux, idem pour les cuisines, ils allaient vouloir se ravitailler et fêter la victoire… L'armurerie non plus, les réserves. Peut-être, il y en avait certaines qui n'étaient pas importantes. L'oreille pointue prit les escaliers du fond pour se déplacer, pendant que les cris de terreur des servantes commençaient à grimper dans les couloirs.

Il choisit la réserve de la lessive, dedans se trouvait des draps, des produits nettoyant en poudre, des bibelots d'un autre temps… C'était sûr que les peaux vertes n'allaient pas s'attarder ici bien longtemps… Yzmir se dépêcha de déplacer d'énormes caisses pour se cacher derrière… Il était venu le temps des prières. Les mains jointes, l'elfe implorait les dieux anciens de lui venir en aide pour cette épreuve, le temps passait sans savoir exactement combien. Il était impossible d'estimer, la pièce était sombre sans accès à l'extérieur et d'un coup la porte s'ouvrit.

Yzmir posa ses mains devant sa bouche et son nez pour faire le moins de bruit possible, c'était des peaux vertes. Il se devait d'effacer sa présence, devenir une coquille vide derrière les caisses… Il pensait que son plan allait fonctionner jusqu'au moment où un des barbares refuse de partir… Son cœur explose d'un coup dans sa poitrine, il sait d'avance qu'il est cuit. La plus haute caisse vole en éclats contre un mur pour exploser et reprendre de la poudre partout dans la pièce. Yzmir se lève brusquement, son corps, son cerveau n'arrivent pas à se mettre d'accord sur quoi faire.

Son cerveau propose la fuite, mais sait que dans le château des autres peaux vertes sont là… Son corps lui veut faire face, ils ne sont que deux il a peut-être une chance, on ne sait jamais… Dans l'élan il se jette sur un des deux ennemis en hurlant de sa voix la plus grave, ce qui donnait l'impression d'une pucelle lors de sa première prise. Sa robe de servante ne lui permet pas des déplacements optimaux et maintenant qu'il le tient qu'est ce qu'il va faire… Yzmir se penche en avant pour attraper un couteau à la ceinture de l'ennemi pour reculer contre les caisses manquant de glisser dans la poudre… Il le pointe devant lui, ses bras tremblent si ce n'est pas tout son corps. Ses cheveux de blé ébouriffés encerclent son visage fin qui ne laisse pas penser une seconde que c'est un homme qui se tient là.
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)


Répondre
Tags :