Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Un jouet parfait dans la gueule du Rachele's [PV Rachele Florenza]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS
Inscrivez-vous

Lucy Trend

Créature

J'avais toujours vu ce lieu de loin, étincelant dans la nuit, brillait de mille feux et attirants des hommes aux poches pleines comme des papillons de nuit a une lanterne. Certain ressorte encore plus riche d'autre ruiné, mais une chose était certain, tous ressortaient les bourses bien vidées et avec un souvenir indélébile gravé dans leur tête de cet endroit. C'était pour ainsi dire une curiosité qui me faisait frissonner d'excitation, un lieu de débauche et de luxe qui devait contenir tellement d'argent dans son coffre... et une bonne partie devait sûrement dormir la pendant des années, recouvert de poussière. Voila une chose qui ne pouvait continuer et ça tombe bien... j'avais de nombreuse idées à comment m'occuper de cet argent.

Rentrer dans cet endroit fut facile. Certes j'aurais pu simplement rentrer par la porte... mais... les portes de ce genre de lieu on la fâcheuse tendance d'avoir un garde à l'entrée qui laisse uniquement passé ceux ayant le look qui convient au lieu. Ce n'était jamais mon cas, à vrai dire mon look n'allait avec aucun endroit que je connaissais... mais ce n'était pas grave. Car un lieu ou il faisait si chaud d'agitation laissait toujours une fenêtre ouverte. Et j'eus de la chance, cette fenêtre ne m'avait pas mené dans le casino, mais dans la zone VIP du bâtiment... je n'avais clairement pas eu besoin de chercher bien loin pour trouver le coin le plus friqué.

Les gardes, bien qu'interrogé que je sois présente ici, ne firent pas plus attention que ça, il devait se dire que si j'étais là, c'était qu'il y avait sûrement une raison... mais de mon coté, je fis croire que j'étais bien à ma place. J'entrepris donc de chercher alors du regard tout ce qui pourrait être intéressant a volé : Liasses de billets, cartes bancaires, bijoux, clé de voiture... un tour en voiture de luxe serait sympas avant de l'envoyer dans un mur non ? Et puis, je la vis. Une très belle femme aux cheveux noirs, avec une robe blanche crème fendu à la cuisse. Elle était dans un petit carré entourée d'hommes qui l'écoutaient très attentivement, semblant montrer des choses sur un ordinateur portable. Appartement une femme d'affaire. Mais ce fut lorsqu'un garde vint l'approcher pour lui dire des mots à l'oreille que je compris... c'était sûrement la patronne. Elle se leva et se retira, laissant alors ses convives se divertir attendant son retour, laissant alors son ordinateur portable... une occasion trop belle pour être manquée.

Profitant d'un moment d'inattention du garde qui surveillait le portable, je vins le subtiliser avant de me diriger rapidement dans un couloir, cherchant une cachette pour consulter l'ordinateur en toute quiétude mais... je m'étais perdu... et alors que j'entendis des gardes chercher frénétiquement l'ordinateur de leur patronne, je vins enfin trouver ce que je cherchais.

Entrant dans les toilettes sans même regarder si c'était pour homme ou femme, je vins rentrer dans une cabine et ouvrit alors l'ordinateur, cherchant des choses pouvant me rapprocher de son compte en banque... pendant bien vingt bonnes minutes. Mais je trouvai d'autre chose, de nombreux documents bizarres, des sexuels, d'autre non, mais tous clairement pouvant être considéré comme dérangeant par d'autres personnes. Je ne compris... pas vraiment et je me rendis compte que je ne trouverais pas ce que je cherche la dedans.

-Bon, je pense qu'il serait mieux d'aller simplement voler une mallette billet que ce truc...

J'allais alors sortir quand d'un coup la porte s'ouvrit, un garde était de l'autre coté, entrain de défaire sa ceinture pour se soulager lorsqu'il se figea en me voyant, clairement n'ayant pas anticipé que je sois la.

-Aaaaaaah... c'est les toilettes du personnel c'est ça ?

Le garde ne répondit pas, à peine avait il vu que j'avais l'ordinateur que ses mains passèrent de sa ceinture à son pistolet... qu'il n'eut pas le temps de sortir. Avec rapidité et force propre a un vampire, je fis un tour sur moi même avant de lui donner un coup violent sur la tête avec l'ordinateur, lui arrachant a moitié la tête et laissant alors couler un geyser de sang de son coup déchiré. L'ordinateur disloqué resta par terre alors qu'un autre gardé ouvrit la porte de toilette mais n'eut pas le temps de comprendre quoi que ce soit. Je repris mon apparence vampire et me jeta sur lui, le plaquant au sol dans le couloir pour le mordre à la gorge et le vider de son sang.

Des cris de terreur de firent entendre, apparemment l'infiltration était terminée, il allait falloir fuir... mais j'allais m'amuser en le faisant. En me redressant des hommes de mains sortir leurs armes et se mirent à tirer. Pas question de me faire plomber ici, je pris alors le corps sans vider sous moi pour le jeter sur eux, me permettant d'avoir un peu de temps pour courir. J'étais rentrée par une fenêtre, je sortirais alors de la même façon. Je savais de toute manière que mes poursuivants ne pourraient pas me rattraper. Une grande baie vitrée fut alors en vue, mais de l'autre coté se trouvait un garde, équipé cette fois d'un fusil d'assaut. Il se retourna vers moi, leva son arme... mais j'allais être bien plus rapide que lui. Je fit apparaître mes ailes et me projeta vers l'avant, explosant la baie vitré, plongeant mes mains dans la cage thoracique du soldat pour le soulever avec moi dans les aires. Avant de le laisser tombé en contre bas, quelques mètres plus loin... ou il s'écrasa.

Cependant, ma fuite fut de courte duré, je me pris alors une balle dans l'aile, électrisant mon corps d'une douleur perçante et me faisant tomber au sol. Je pus gérer mon atterrissage dans une zone industrielle ou je fis disparaître mes ailes, me tenant le dos, grimaçant de douleur.

-Quel casino fout des snipers pour flinguer les voleurs bordel !?

Peu importe, je n'étais pas attrapé et je ne le saurais pas...

-Bouge pas !!

Le canon du arme fut alors mis sur ma tempe, sûrement le soldat qui m'avait tiré dessus. Il m'incita à me lever, m'obligeant à tenir mes mains en l'air mais... ne s'attendant pas que je serais plus rapide que son doigt sur la gâchette. J'attrapai alors rapidement l'un de mes couteaux pour lui planter dans la gorge, bloquant la lame dans une vertèbre et d'un coup sec, je fis tourner sa tête a cent quatre vingt degré... puis un trois cent soixante complet. L'homme s'écroula au sol, laissant des gargouillis sanglant sortir de sa poche alors que je repris ma course, profitant que les autres étaient bien loin pour cette fois disparaître complètement... bonne chance pour me trouver la dedans.

Mais au même moment, j'entendis alors un grand bruit non loin de moi... j'avais apparemment un poursuivant non loin, plutôt brutale il semblait.
« Modifié: vendredi 16 juillet 2021, 15:06:54 par Lucy Trend »
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele Florenza

Humain(e)

Re : Un jouet parfait dans la gueule du Rachele's [PV Rachele Florenza]

Réponse 1 vendredi 16 juillet 2021, 17:39:55

Bureau de Max
Rachele'S Club

Rachele n'en crois pas ses yeux. Elle visionne et revisionne les bandes de vidéosurveillance, inlassablement. D'abord son entrée par la fenêtre, puis son orgueilleuse présentation au carré VIP où cette... "chose" c'était tenue à seulement quelques mètres d'elle.

La belle italienne réalise que si son étrange visitrice avait été un assassin envoyé par un de ses rivaux, elle ne serait sans doute plus là pour y penser. Mais ce n'est pas la peur que ce terrifiant constat fait germer dans son esprit machiavélique, non, c'est l'envie, le désir.

Comme une enfant trop gâtée devant le plus beau jouet en vitrine, son âme noire s'embrase d'un désir de possession, de pronation maladive à mesure que défile sous ses yeux l'étalage de puissance de la séduisante créature. Elle la regarde d'abord massacrer ses gardes avec une force et une rapidité surnaturelle, probablement comparable à l'esclave Zéro. Puis c'est le bouquet final quand tous son corps s'offre aux ténèbres, qu'elle déploie ses ailes et sa magnificence nocturne pour fondre tel un oiseau de proie vers les rues noires de la zone industrielle.

Rachele tremble, de tout son corps, le spectacle de la violence et du pouvoir la rend toujours fébrile et brulante de désir et ce soir la belle voleuse lui a offert cela au paroxysme. Maintenant, elle doit assouvir sa faim, où comme sa futur nouvelle esclave, étancher sa soif...

La baronne du crime compose un numéro sur son smartphone et attend qu'on lui réponde en passant presque involontairement une main distraite entre les pans de sa robe pour glisser deux doigts le long de sa fente humide d'excitation et d'anticipation. Sa lieutenante décroche.

Rachele - Sonia. Réveil l'esclave Zéro, elle a une nouvelle proie à traquer...


Asylum, dernier sous-sol
Cellule de l'esclave Zéro

Contenu explicite:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Le carcan d'acier de l'esclave Zéro se désolidarise de son sarcophage de béton sale. Les ronronnements des gods vibrants et les grésillement incessants des stimulateur de tétons s'harmonisent mélodieusement avec les gémissement déchirants et désespéré de la jeune femme brisée par les orgasmes incessants.   

Elle sent qu'on la déplace, qu'elle bouge, ou plutot qu'on bouge son corps après des jours et des jours d'enfermement dans ce carcan abominable et vicieux.  Perdue dans les ténèbres de son casque de réalité virtuel éteint, le peu d'instinct de conservation qu'il lui reste la pousse à se préparer à recevoir ses ordres...

Sonia, une des plus cruelles lieutenante de la Baronne du crime, est au commande et active alors le logiciel de commandement. L'esclave Zéro pousse un petit cris de douleur psychique alors qu'on  bombarde son cerveau d'ordres et d'informations diverses pour le bon déroulement de la mission.

Elle se contracte et tente de résister, mais son esprit saccagé par l'isolement sensoriel et les orgasmes est  trop faible pour se défendre. Les suggestions hypnotiques commencent à déferler devant ses yeux et dans les écouteurs profondément enfoncés dans ses oreilles. Très vite elle craque et ses yeux s'écarquillent d'eux même pour emmagasiner les images et paramètres de sa traque. Elle se débat faiblement, mais le cadre d'acier la retient immobile le temps que le lavage de cerveau s’opère et que toute trace de rébellion disparaisse. Ses implants cérébraux réajustent les signaux de ses neurones et des injections d'hormones de plaisir étouffent sa volonté, progressivement elle se détend et soupire de plaisir, un filet de salive ruisselle le long de son bâillon.

[Processus de transfert Ordres de Mission: 100%]
[Processus de transfert Informations relatives à la Mission: 100%]
[Réinitialisation de la mémoire: 100%]
[Lavage de cerveau: 100%]
[État de l'esclave Zéro: Docile][/color]

Les grandes plaques d'acier qui entravent ses mains et ses pieds se séparent, l'Esclave Zéro se met sur ses pieds et pousse un long gémissement de douleur tans ses muscles sont endoloris par les journées entières passée attachée ainsi.

Sonia et ses assistantes la débarrasse de ses entraves et de ses chaines. Elles lui enlèvent le casque mais lui laissent le bâillon, l'esclave zéro n'a pas besoin de parler pour cette mission.

Après quelques secondes d'un douloureux retour au monde matériel, elle suit docilement la lieutenante de Max vers son caser d'armement et de matériel...

SEIKUZU, Zone industrielle déserte

Le bruit sourd d'une détonation brise la quiétude froide du terrain vague ou l'esclave Zéro à remonté la piste de sa proie. Une fraction de seconde plus tard, une épaisse seringue d'acier perce le cuir de la créature de la nuit qu'elle repéré alors qu'elle finissait de vider le sniper de son sang.

Un flot de paralysant, extrêmement virulent se déverse dans les veines et se repend dans le corps de la vampire, subtilement infusé dans toutes les cellules de son corps grâce à la présence de sang frai dans le mélange. Cela ne suffit pas à paralyser Lucy sur le coup,  mais l'Esclave Zéro est tout de même satisfaite, elle sera toujours moins difficile à vaincre maintenant.  Après tout, qui a dit qu'il fallait être loyal avec ses proies ?

De toute façon, Max n'est pas familière de ce genre d’éthique, ni d'aucune autre forme d'éthique de toute façon. En revanche, un minuscule fragment de l'âme de l'héroïne qu'avait été l'esclave Zéro avant continue de lutter pour empêcher que cette ravissante petite créature ne tombe comme elle dans les filets de Max.

Cette petite parcelle de Gwen qui subsiste encore faiblement brule de voir son corps s'arrêter, qu'elle la laisse partir pour ne pas qu'elle soit transformé en chienne servile et décérébrée, en esclave sexuelle tout juste bonne à ramper aux pieds de Max... comme elle.

Mais le faible combat livre secrètement en elle-même ne freine pas un instant les gestes de son corps totalement possédé et soumis à la volonté de sa maitresse. Dans un acte odieux de défit, elle abandonne sa position cachée et apparaît progressivement aux yeux de Lucy dans sa tenue moulante noire.

Son visage est un masque impassible presque entièrement couvert par un masque en vinil noir, celui d'une poupée de chaire et d'acier qui fusille du regard sa nouvelle proie. Sans dire un mot, elle arme à nouveau son fusil à fléchette et vise la vampire qui va devoir mener un dernier, un ultime combat pour sa liberté.

Lucy Trend

Créature

Re : Un jouet parfait dans la gueule du Rachele's [PV Rachele Florenza]

Réponse 2 vendredi 16 juillet 2021, 19:00:40

-Bordel !!

Le bruit était en faite une détonation un autre sniper était caché quelque part et avait profité de l'instant ou je me pensais tirer d'affaire pour me tirer dessus. Étrangement, il n'avait pas tiré dans la tête ou la poitrine, ce qui est dommage car j'aurais alors put faire la morte. Non a la place, j'avais reçu le projectile sur un flanc de mon ventre, sentant alors quelque chose d’épais, bien plus qu'une balle me percer la peau et la chaire. Très clairement cela faisait un mal de chien et en regardant la blessure, je compris alors pourquoi je n'avais pas été touché sur un organe « vital ».

C'était une seringue... un anesthésiant ? Non car j'étais toujours consciente mais en voulant amener ma main vers la seringue pour la retirer, je compris alors qu'il s'agissait d'un paralysant, mes bras avait du mal a bouger, comme ci mes nerf c'était d'un coup rigidifié, rendant tout mouvement comme un véritable calvaire, comme si j'étais parcourue de crampe qui explosait dans mes muscles a chaque mouvement trop fort pour justement bouger. Mais si le sniper pensait que j'allais m'avouer vaincu avec ce petit cirque, c'était mal me connaître.

En relevant la tête, je vit celle qui m'avais tiré dessus, une femme en combinaison noir... elle avait l'air... différente, elle n'était pas comme les hommes de mains. Certes elle avait de l’équipement moderne des soldats que javaient tué... mais... elle dégageait quelque chose... du a son masque peut être ? Aucune idée, mais clairement elle n'était pas comme les autres, pendant un moment, je me demandais même si elle était avec le casino.

-Un paralysant ? Sans dec ? T’espérais peut être que j'allais m'effondrer ? Et bah nan connasse, et maintenant tu vas crever !!

Sortant un deuxième couteau de mon manteau. Je vint alors réunir toute mes forces en moi pour fait fit de la douleur et bouger quand même. C’était pour le moins difficile, donnant une impression de mouvement saccadé, mais très clairement c'était suffisant. Elle vint alors tenter de recharger son arme pour me mettre une deuxième seringue. Mais pas question. Je vint alors courir de toute mes forces, je restais rapide même avec du paralysant dans le corps. Et alors que la seringue était armé, j'étais sur elle.

Pas question de me faire paralyser une deuxième fois, je planta alors la lame de mon couteau dans sa main tenant la poignet du fusil, explosant la gâchette au passage avant de lui planter ma deuxième lame en plein ventre. Cela aurait normalement suffit... si elle avait été une humaine normal, ce qui n'était pas le cas. Contre toute attente et malgré la blessure que je lui avait infligé, elle répondit d'un puissant coup de poing dans mon ventre qui me fit perdre le contacte avec le sol pendant un cour instant avant d’enchaîner avec un crochet en pleine joue qui eu le mérite de me sonner. Sa force n'était clairement pas naturelle... Mais je n'allais pas me laisser faire.

Cependant, elle vint porter ses main a ma gorge et tenta de m’étrangler de toutes ses forces et m’amener a m'agenouiller devant elle. Encore une fois, il était claire que sa force était impressionnante et avec l'agent paralysant, je ne pouvais pas rivaliser malgré tout mes efforts. Je sentis alors mon premier genou se poser... puis le deuxième... et...

-Attend... t'essaye vraiment de m’étrangler la !? Halo !! Je respire pas !! Je suis morte pauvre conne !!

Profiter du moment de surprise, je sortie mes dague du corps de mon adversaire pour les planter dans ses avants bras et ainsi la faire lâcher prise pour ensuite enchainer en plantant les deux lames dans sa poitrine. Je vins alors m'approcher de son oreille.

-Tu m'as assez amusé alors maintenant...

Je revint alors directement sur mes pieds, utilisant alors mes dernière force pour envoyer cette chieuse se faire voir a travers un mur. Je me retourna d'un coup, soulevant la sniper par mes dague pour la projeter a travers le mur d'un hangar.

-DEGAGE !!

J'observai un instant  le trou béant dans le mur alors que la poussière du a la destruction que j'avais causé s’élever dans le ciel. Mais la douleur du paralysant me rattrapa d'un coup, me faisant m’effondrer vers l'avant, me tenant les bras et pliant les jambes. Clairement ce paralysant était sacrement puissant... heureusement que j'étais vampire. Je pris quelques minutes pour retrouver mes esprit et laisser passer un peu la douleur avant de me relever lentement pour reprendre ma fuite maintenant sortie d'affaire... du moins...

C'etait ce que je croyais... avant d'entendre des pas venant du bâtiment ou j'avais envoyé la tueuse.
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele Florenza

Humain(e)

Re : Un jouet parfait dans la gueule du Rachele's [PV Rachele Florenza]

Réponse 3 vendredi 16 juillet 2021, 21:06:26

Le nuage de poussière se dissipe autour du mur dans lequel Lucy à projeté l'Esclave Zéro. Au cœur d'un cratère d'impact trône la mutante, assise sur un socle de gravât qui prend des allures de pied d'estale du haut duquel elle contemple sa proie.

La douleur et les blessures ne semblent pas l'avoir affaibli bien au contraire, elle tremble de tout son corps, elle semble galvanisée, fanatisée par la souffrance et pour cause, Max l'a faite ainsi...

A chaque fois que Lucy lui a porté un coup, le cerveau modifié et hypertrophié de la mutante a mêlé souffrance et plaisir en un tout orgasmique dont la pauvre jeune femme est dépendante. Chaque lame qui a percé sa chaire l'a replongé des les souvenirs érotiques et macabres de son passé.

La dague dans son ventre lui a rappelé cet instant encore brulant dans sa mémoire, quand, attachée à une table d'opération, paralysée par le même poison que Lucy, elle a regardé horrifiée et impuissante Sonia lui ouvrir l'abdomen et la cage thoracique pour remplacer ses organes par de la technologie Tekhane.

Les blessures à ses avants bras lui ont remémoré l'incroyable sensation d'impuissance qu'elle avait ressenti en se faisant amputer des avant bras et des mollets pour être réduite à ramper à quatre patte comme une chienne dans le bordel.

L'esclave Zéro pousse un étrange gémissement dans lequel Lucy peut reconnaitre un mélange invraisemblable de jouissance et de désespoir. Comme si elle était en train de ressentir un puissant orgasme, tout en étant dégoutée et révoltée par celui-ci. Puis elle se dégage des décombres d'un geste souple et rapide, si rapide même que Lucy n'a pas le temps de faire le moindre geste avant que sa Némésis soit sur elle.

Le poing de Zéro s'arme de nouveau et frappe vers la tête de la vampire, probablement dans le but de la décapité et de l'achever une fois pour toute. Mais au lieux de ressentir la violence des os coupés et de la chaire tranchée, Lucy ressent une nouvelle sensation de piqure dans le cou.



La chasseuse avait gardé sa seconde seringue hypodermique tout le temps du combat dans la main pour cet instant fatidique et maintenant la seconde dose de paralysant circule dans le corps de la belle de nuit. Lucy sent maintenant tout son corps se détendre lascivement contre sa volonté, elle n'a plus la moindre force, pas même celle de se tenir encore à genou, seul les muscles de son visage lui permettent encore de voir et de parler mais tous les autres s'assoupissent.

L'esclave Zéro saisit la vampire avant qu'elle ne s'effondre et plaque sa tête entre ses énormes seins gorgés d'hormones et attend l'arrivée de sa maitresse. Quelques minutes plus tard, une grand limousine noire se frai un chemin dans la zone et s'arrête à quelques pas des deux femmes.

Rachele en sort avec Curie et Sonia, toutes les trois semblent toutes excités à l'idée de jouer avec leur nouvelle salope en devenir. La troisième ouvre le coffre de la limo et en sort une grande male noire renforcée aux angles de grosses chevilles en acier à roulettes et rejoint la baronne et sa consœur.

Elles s'arrêtent finalement devant Zéro et sa proie et les encadrent de manière menaçantes. Lucy peut voir dans leur yeux qu'elles sont animées d'une perversité et d'une cruauté totale, leur malveillance transpire tans à travers elle que même d'anciens vampires eurent été impressionnés. Après quelques longues minutes de silence pendant lesquelles les trois femme détaillent Lucy sous tous els angles, la baronne en robe crème prend la parole.

Rachele - Qu'en pensez vous les filles ? N'est elle pas ravissante ? regardez ce teint, ces yeux, ces dents !

Dit elle en profitant du fait que l'esclave Zéro soutient la vampire pour la détailler comme une jument reproductrice, saisissant son visage pour retrousser ses lèvres et révéler l'émaille délicat et blanc de sa dentition.

Curie - C'est vrai Dona, mais nous ne savons toujours pas ce que c'est...

Rachele - Nous allons le découvrir toutes ensemble... tu ne crois pas ?

Dit Rachele en souriant à Curie mais surtout à Sonia qui semble déjà en train d'affuter intérieurement ses scalpels et réfléchir à ce qu'elle va... "explorer" en premier.

Rachele - Et toi Esclave ? Qu'en pense tu ? ça te dit de découvrir avec nous ta vraie nature ?

Dit finalement l'odieuse baronne du crime à sa nouvelle victime.

Lucy Trend

Créature

Re : Un jouet parfait dans la gueule du Rachele's [PV Rachele Florenza]

Réponse 4 vendredi 16 juillet 2021, 22:05:44

Elle avait été plus que maligne, la voir survivre avait déjà été un choque en soit mais je ne m’étais pas attendu a ce qu'elle cache une seringue avec elle. Clairement elle c'était attendu a ce que je neutralise son arme et me pense tiré d'affaire, ce n'était clairement pas une tueuse comme les autres. Et le poison contenu dans la seringue semblait différent, il n'avait pas pour but de me paralysé... mais tout simplement de faire perdre tout contrôle a mon corps qui s’écroula en un seul instant. S’écrouler dans les bras de la tueuse qui me rattrapa comme une personne blessée... ou plutôt un trophée a présenter a sa maîtresse tandis que je cherchais a comprendre ce qui m'arrivait. Je tentais de bouger, pensant qu'en mettant assez de force mon corps me répondrait, mais il n'en fut rien.

Et j'entendis alors des bruit de véhicule... une voiture arrivé et je fut éblouis par les phares d'une limousine. Trois femmes y descendirent presque comme... des enfants sur excité... l'une d'elle sortie du coffre de la voiture une très grande malle. Je compris de moins en moins ce qui se passait lorsque je reconnu la patronne du casino dont je m'étais échappée. Pourquoi une telle excitation ? Ne devrait elle pas être furieuse... un peu jubilante certes mais en colère après le bordel que j'ai mis dans son... bordel ?

Je ne reconnus pas les deux l'accompagnant, sûrement des assistante... ou secrétaire ? En faite je m'en fichais car j’attendais juste le moment ou on allait me coller une balle entre les deux yeux pour faire la morte et et ensuite partir d'ici. Les trois femmes me regardèrent pendant de longue minute, m'observant sous toutes les coutures et sous tout les angle. Non pas que cela me dérangeait d’être observer avant autant d’insistance... mais par contre, était ce possible de ne pas le faire avec une regard aussi pervers et cruelle ? Cela donnait l'impression d’être un jouet au milieu de gamine sadique et cruelle prête a casser de nouveau leur jouet préféré... et clairement d'habitude je ne suis pas dérangé aussi simplement... mais la...

Ce fut finalement la patronne qui parla, me décrivant comme ravissante ce qui eu le don de me faire quand même un peu plaisir, décrivant mon teint, mes yeux et... mes dents ? Je ne pensais pas que j'allais être a ce point vexée... putain pourquoi cette connasse parlait de mes dents alors que mes seins et surtout mes pieds ravissants méritaient bien plus d'attention !!? Profitant du fait qu'elle échangea avec une autre et que ma bouche pouvait bouger pour essayer de lui attraper le doigt avec mes dents. Un doigt en moins sa lui apprendra a s’intéresser a ce qui a le moins d’intérêt chez moi. Mais je ne parvint pas a lui attraper un doigt. Seul les muscle de mon visage pouvait bouger, pas mon cou...

Finalement, la maîtresse du casino se tourna vers moi pour me poser une question, me traitant d'esclave... comme ci j'avais dit mon dernier mot.

-Mes dents... Nan mais je rêve... t'as en face de toi l'un des plus beaux corps avec les plus beaux pieds de ce foutu monde et sûrement tout les autre... ET la première chose que tu remarques … C'EST MES DENTS??!! Nan mais la blague, tu te fiche de moi !?

Je voulu tenter une nouvelle fois de lui attraper un doigt mais sans succès. Tant pis, je vins alors me calmer un peu, de toute manière ça n'allait pas être long. Elles allaient sûrement jouer un peu avec moi, m'humilier un peu, me torturer un peu. L'autre conne se touchera en matant ma dentition et une fois qu'elles auront bien rigolé et elles me « tueront » et puis jetteront mon cadavre quelque part, peut être en morceau mais ça c'est pas grave, je pourrais me recoudre après et puis voilà, affaire classé.

Je vins alors pousser un long soupir en levant les yeux au ciel, toujours en colère de la remarque de la patronne.

-J'en penses rien du tout et tu m’ennuie... donc si vous pouviez vous depecher de me faire mal avant de me mettre une balle dans le front ça serait pas mal, j'ai des courses a faire en enfer.

Mais je devais bien admettre ne pas être tout a fait tranquille. D'habitude quand je vol un seigneur du crime dans se style et que je me fait prendre je me fait violer... longtemps. Et puis il me tue et voilà. Tandis que la... il y avait quelque chose que je n'avais jamais vu dans la façon dont elles me regardaient que je n'arrivais pas du tout a cerner. Et je n'aimais pas ne pas comprendre. Je soufla d'agacement avant de sortir une dernière tirade.

-Par contre quand vous pisserez sur mon corps, si vous pouviez éviter mes pieds, j'aimerais bien les montrer propre au diable qui lui les appréciera. Maintenant dépêchez vous, j'ai autre chose a faire que me faire mater comme un bout de viande.
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele Florenza

Humain(e)

Re : Un jouet parfait dans la gueule du Rachele's [PV Rachele Florenza]

Réponse 5 dimanche 18 juillet 2021, 22:03:38

Face à une telle logorrhée, les trois jeunes femme se regardent, interloquées, puis éclatent d'un rire enjôleur, comme si l'évidente résistance et la force d'âme de la belle vampire était une surprise bienvenue et amusante. Et c'est le cas, le trio infernal de ces méduses corruptrices adorent les esprits forts, le chalange de les briser et de les faire ramper à leur pieds. Sans le vouloir, en se montrant brave et courageuse, Lucy vient de leur donner une motivation nouvelle et perverse, celle d'éprouver son âme et sa volonté dans les "forges à esclave" de l'Asylum.

Sonia - Ecoutez la les filles, une vraie bout en train, je sent que je vais l'adorer, j'ai hâte de jouer avec ses neurones...

Curie  - Moi ce sont ses pieds qui me plaisent, je les auraient pas remarqué si elle en avait pas autant parler, ils ont l'air de compter pour elle... j'ai très envie de jouer avec...

Rachele - Oui, elle me plais aussi, ma nouvelle petite salope. Et si on l'invitait à une soirée entre filles pour terminer la nuit ?


Les deux lieutenantes acquissent, un lueur malsaine dans le regard.

Rachele - Esclave Zéro, porte ma nouvelle pute jusqu'à la limo, changement de plan, ce soir... on  fait la fête...

La mutante décérébrée pousse un petit glapissement de satisfaction à l'idée de pouvoir enfin prendre du plaisir avec sa maitresse et soulève Lucy avec aisance pour la porter dans ses bras jusqu'au vaste habitacle du véhicule de luxe. Elle la dépose sur un siège et commence à lui découper les vêtements de la captive à l'aide de ses ongles. Elle ne lui épargne rien, tout est tailladé avec soin pour qu'elle ne puisse plus les porter puis elle les jette dédaigneusement dehors.

Pendant ce temps la, Curie et Sonia rapprochent la malle sinistre et l'ouvrent. A l'intérieur, une étrange armature en acier luisant à la lueur de la lune, assortie de chaines et de bracelets, de cadenas et piercing à tétons en forme d'anneaux. Rachele se rapproche à son tour et admire le corps nu de Lucy, elle remarque les piercings de celle-ci et sourit avant de lui dire:

Rachele - Tiens tiens tiens... voyez vous ça... ma demoiselle à déjà jouée avec son corps à ce que je vois... On a pas froid aux yeux ein ? petite salope dévergondée. C'est parfait, je pense que tu vas adorer la suite... Esclave Zéro, installe ta nouvelle petite soeur dans son fauteuil je te prie, je veux qu'elle profite de la fête...

La jeune femme glapi de nouveau de manière pitoyable sous son bâillon boule avant de saisir de nouveau Lucy pour l'assoir sur l'armature en métal et lui passer un collier autour du cou.. Puis elle saisit ses jambes et les lui ramène contre le ventre pour les faire passer derrière sa tête. Elle lui attache ses pieds si précieux à deux bracelets en fer pourvu de trois piques chacun, à seulement un petit centimètre de ses talons. Si la jeune femme fait le moindre geste, la partie la plus fine de ses pieds viendra lécher et se griffer dessus.

Elle attache ensuite de petits anneau à ses orteils qu'elle relie par des chaines au collier autour de son cou, ainsi, si elle bouge la tête, elle tire sur ses orteils et si elle bouge les orteils elle s'étrangle. Enfin, elle lui passe les bras de chaque coté des cuisses et les attache à leur tour, Lucy est alors totalement enchâssée dans cet étrange carcan, sa vulve et son anus offerts à ses bourreaux. 

Contenu explicite
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele et ses lieutenantes installent Lucy entre elles trois et ferment la porte. La limousine repart, de la musique sort des hauts parleur, les démones se servent du champagne et discutent en rigolant de l'attaque qu'a menée Lucy et de sa nature probable de vampire. Pendant tout ce temps, elle jouent avec la belle en la masturbant du bout des pieds ou des doigts, elles lui retirent ses piercing aux seins et aux clitoris pour les remplacer par des anneaux et les relient entre eux avec une chaine, Lucy sent ses tétons et son clitoris tirés et tiraillés ensemble à chaque fois qu'elles la touchent.

Curie - Zéro ! Montre à cette petite pute à quel point on va prendre soin de ses ravissants petits pieds !

Dit la lieutenante en buvant une gorgée de champagne et en formant trois railles de cock sur un petit plateau d'argent. Sonia retire le bâillon de la mutante qui se glisse sur la banquette derrière Lucy. Elle lui saisit alors le pied droit et commence à lui lécher la plante de bas en haut en même temps qu'elle récolte sa mouille huileuse entre ses cuisses. Une fois que ses mains en sont pleines, elle vient lui masser la plante des pieds en les lubrifiant avec sa propre ciprine, testant la résistance de la jeune femme qui, au moindre geste se griffera sur les petites pointes. Elle passe d'un pied à l'autre, prend chaque orteil dans sa bouche pour les sucer pendant que Rachele commence à jouer écarter ses lèvres intimes avec un gros god rose vibrant.

Lucy Trend

Créature

Je n'étais plus vraiment sur de leur motivation. Elle avaient ries, puis avaient toute les trois continué de me regarder comme un morceau de viande... ou plutôt comme une sourie que trois gamine allait plutôt disséqué. Je commençais a me dire qu'elle n'était pas juste de simple représentante du monde du crime, mais autre chose. Ou alors si, elles étaient bien du monde du crime... mais des représentante bien plus sombre et dérangé que je n'aurais jamais connu.

-Heuu... est ce qu'on peut passer a l’étape ou je prendre une balle dans le crane par contre ? Je suis pas très chaude pour la soirée entre fille...

Mais je n’eus pas vraiment le temps de faire valoir mon avis que leur esclave qu'elles appelaient « esclave zéro » me porta pour m’amener dans leur limousine. Je tenta alors de bouger, espérant que le paralysant venait enfin de stopper ses effets, mais il n'en était rien. J'étais toujours complètement immobilisée et l'esclave découpé mes vêtements avec ses ongles pour que je me retrouve complément nue. Encore une fois cela ne m'aurais pas dérangé... mais pas dans ses circonstance la, pas avec elles.

-Pourquoi ? Ça te pose un problème que je m'amuse avec mon corps ?

J'aurais bien dit plus mais j'étais vraiment dérangé par ses trois femmes et ce qu'il se passait que je ne pus vraiment continuer d'incendié comme avant. Et je fut de nouveau baladé, pas bien loin cette fois mais dans une étrange armature en métal, passant mes jambes derrière ma tête et mettant ma chatte complètement a la merci de ses trois créature maléfique. J'aurais clairement préféré m'en passer... surtout quand je les virent commencer a me masturber. Je vint trembler de plaisir d'un coup, commençant a gémir alors que je ne pouvais toujours pas bouger, impossible de dissiper... le plaisir et l'humiliation.

-Touche.. !! Oh bo-ordel... S-Sstop !! Rend moi m-es p-piercing !! Rend les Aaaaaahh... Putain !!

Impossible a résister le plaisir étant bien trop grande, et ce fut encore pire lorsqu'elles relièrent mon clitoris a mon sein par une chaîne la ou il y avait avant mes piercings. Je mouillais en un rien de temps, ses connasses avaient décidé de m'utiliser comme un jouet plutôt que me tuer... bordel je ne voulais pas perdre mon temps en évasion... surtout avec des démones pareilles. Mais je n’eus plus la possibilité de réfléchir lorsque l'esclave vint alors lécher mes pieds, les recouvrant de ma propre cyprine, les massant avec, suçant mes orteils comme des bonbons.

-PUTAIN !! Ar-rette !! J'en peu... PLUS !! Touche pas m-mes pieds sales putes décérébrés !!!

Et le fais de ne pas pouvoir bouger pour diffuser ce trop plein de plaisir rendais la chose encore plus insupportable. Je voulais pouvoir me tortiller pour espérer encaisser mieux. Mais la je n'encaissais rien, je subissais et je ne pouvais pas supporter plus longtemps. Mes seins me brûlais a cause du lait en eux ne demandant qu'a sortir et ma chatte elle, ne put plus se contenir bien longtemps. Il y eu un jet de cyprine... qui vint atterrir sur le visage de la patronne de ce cirque sadique. Ce fut plus ou moins ma seule consolation mais elle était de courte duré, car j'étais sur que cela n'allait pas la dérangé, bien au contraire.

Je voulais dire un truc mais je la vis arriver avec un god vibrant, commençant a écarter mes lèvres avec, ce qui continua de me rendre complètement folle de plaisir. Jamais je n'avais autant regretter de me faire tuer de manière ignoble par un maître du crime... Je ne savais pas qui était ses trois la mais je commençais a sérieusement penser qu'elles étaient bien pire... mais aucune idée de vraiment pourquoi, une intuition me disait que pour l'instant, ce n'était que le plus... gentil de ce qui allait m'arriver.

Alors que je gémissait de plus en plus fort, transpirante de plaisir et toujours dans l'impossibilité de me débattre, je regardais dans les yeux la patronne. Il était hors de question qu'elle croit que j'étais soumise, bien au contraire.

-AAAAh... Putain !! LACche !! Lache mes pieds !!! LAIsser mes pieds tranquilles !! JE.. AAAAaaa.... bordel.... J'en peu plus !!!

Tout en croisant le regard de la patronne une nouvelle fois, alors que l'esclave avec trois de mes orteils dans ma bouche, je vint alors continuer de défier la patronne.

-Même si tu avais mille ans devant toi... JAMAIS... tu ne me soumettras !!
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele Florenza

Humain(e)

Re : Un jouet parfait dans la gueule du Rachele's [PV Rachele Florenza]

Réponse 7 mercredi 21 juillet 2021, 22:18:38

A cette nouvelle bravade, les trois démones s'esclaffent de nouveau. Rachele prend même le temps de récolter quelques goutes de cyprines qui ruisselles sur la perfection sculpturale de son visage pour le porter à sa bouche et en déguster la saveur. Que Lucy ne se face pas d'illusion, elle est totalement à sa merci et la baronne compte bien prendre son temps pour jouer avec elle... longtemps...

Curie - Haha, elle est vraiment trop mignonne la petite salope. Elle crois qu'on à jamais entendu ça... ein ? Combiens de fois on a entendu ça Sonia ma chérie ?

Dit Curie en sniffant un raille de cocaïne avec une billet roulé en paille.

Sonia - Huhuhu J'ai arrêté de compter les "Jamais", les "je résisterais", les "je serais pas une pute"... au final, après quelques jours, quelques semaines pour les plus fortes, elles nous disent toute: "Pitié Maitresse, baisez moi" quand elles arrivent encore à parler huhu...

Répond la belle qatarie en prenant également un raille que lui tend sa consœur avant de faire passer le petit plateau d'argent à Rachele.

Rachele - Tu crois que tu vas tenir mille ans petite pute ?

Rachele retire sa propre botte ainsi que son bas de collant et vient presser le god enfoncé dans la vulve de Lucy du bout des orteils. Elle appui dessus jusqu'à ce qu'il s'enfonce entièrement dans  le vagin de la belle captive qui sent ses vibrations se propager dans tout son ventre. Cette sensation se mêle sauvagement à celles provoquées par Zéro qui continue de lui masser la plante des pieds avec ses doigts souillés de ciprine tout en lui tétant chaque orteil comme si c'était un téton.

Rachele - Tu crois que tes pouvoirs et ta nature vont te protéger de ce que je vais te faire ? Non salope, tu as à moi maintenant, tu es ma chose, comme toutes les autres putes de mon bordel tu te crois exceptionnelle et tu pense que rien ne peux te briser...

Rachele sniffe à son tour sa pare et se détend dans le fauteuil en jouant du bout du pied avec le gode et la chatte de Lucy, y enfonçant toujours plus profonds le jouet, jusqu'à ce que ses trois premiers orteils la pénètrent à leur tour.

Rachele - Je vais te montrer que tu es une pute comme les autres, que nous sommes toutes des putes comme les autres, qu'il suffit d'utiliser les bons produits, d'actionner les bonnes ficelles pour nous faire danser, baver, supplier et baiser...

Curie reprend le petit plateau d'argent et l'approche de Lucy mais Rachele la retient.

Rachele - Non chérie... c'est trop beau, trop propre, trop... pure pour elle... ce n'est pas une nouvelle amie c'est une nouvelle chienne du Rachele'S, donne lui ce qu'on donne aux la merde qu'on donne aux autres putes du bordel pour qu'elles écartent bien les cuisses devant leurs clients...

Curie la regarde, partagée entre incrédulité et amusement, vraisemblablement très enthousiasmé à l'idée de faire quelque chose d'original voir de dangereux...

Curie - Tu... tu es sure Max ? Généralement on donne pas ça aux filles tout de suite... sans accoutumance généralement ça les tue...

Rachele sourit à Lucy et enfonce encore plus son pied dans sa vulve trempée, la belle vampire sent le gland du sextoy appuyer contre le col de son utérus.

Rachele - Je suis certaine que notre nouvelle salope va survivre... Qu'en pense tu esclave ? Moi je crois que tu vas adorer ça... et que comme les autres putes tu vas en redemander après...

Curie ne répond rien, elle se contente d'échanger un sourire complice avec Sonia, comme si les deux femmes pressentaient ce qui allait arriver. Puis la lieutenante de Rachele ouvre une petite boite dans laquelle Lucy peut voir plusieurs petits cailloux de différentes couleurs. l'un d'eux est marron clair, l'autre blanc et le dernier d'un pourpre sombre et maladif. L'odorat vampirique de Lucy l'interpelle immédiatement, le petit caillou rouge sombre dégage une forte odeur de sang, mais ce n'est pas un sang humain, il semble plus fort, plus envoutant, plus excitant ?  Oui, curieusement, c'est une étrange sensation d'excitation sexuelle que Lucy ressent en inalent l'odeur capiteuse de ce sang étrange et vicieux.

La doctoresse aux cheveux courts effrite un petit morceau de chaque pierre dans une cuillère à café et commence à la faire chauffer avec un briquet. Les trois petits cristaux fondent et se mélangent, l'odeur de sang noir assaille les narines de Lucy et provoque d'étranges sensations en elle, des sensations qu'elle n'avait pas ressenti depuis sa mort et sa renaissance en vampire. Curie utilise une petite seringue pour aspirer le mélange et vient masser le sens gorgé de désir de la captive.

Curie - Détend toi chérie, tu vas adorer ça tu verras... tu m'en redemandera... si tu peut encore parler après...

A ce moment les trois femmes et leur esclave redoublent d'attention pour Lucy, Rachele commence à faire entrer et sortir son pied de sa vulve, Sonia et zéro lui mordillent les pieds et les massent pendant que Curie plante l'aiguille sous le téton de la vampire et lui injecte lentement l'étrange substance.

Contenu explicite
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Soudain, le cœur de Lucy recommence à battre après des siècles de sommeil et il le fait a un rythme abominable, insupportable, si puissant que la belle le sent battre fort dans ses oreilles, elle n'entend presque que les courtes et violentes pulsations de son palpitant pendant que tout son corps prend feu. Du moins c'est la sensation qu'elle a.

Un feu liquide se repend dans son sein, coule dans ses cellules et les éveille au désir, au plaisir, a la folie démoniaque du sang des succubes avant d'être pompé par son cœur et jaillir jusqu'à son cerveau qui s'embrume. Consumé et dissous par une avalanche de sensation orgasmiques et un désir sexuel brutal et incontrôlable sa vue se trouble et s'empourpre.

Rachele - Alors salope ? On a envie de devenir ma petite pute maintenant ?

Dit la baronne en s'allongeant contre sa captive pour l'embrasser langoureusement tout en utilisant ses deux mains pour enfoncer toujours plus profond le sextoy dans sa chatte brulante de désir.

Lucy Trend

Créature

La question de la patronne méritait réponse, mais lutant encore contre les plaisir débordant qui me parcourait je préférait ne rien dire pour garder mes forces. Oui, je pourrais tenir mille ans, je verrais cette connasse mourir de vieillesse alors que moi je n'aurais jamais craqué. La meilleur punition pour celle qui aura cru pouvoir faire de moi sa pute. Elle était certes la première a avoir eu cette idée mais en voulant simplement me transformer en pute, je pourrais m'enfuir et lui faire la peau en vengeance, elle ne faisait que se tirer une balle dans le pied, bêtement...

Je vint cependant poussé un cri de plaisir incontrôlé alors qu'elle enfonça le god entièrement a l’intérieur de moi, je le sentais vibrer dans mon ventre, me chatouiller. Mais elle continua de l'enfoncer, faisant rentrer ses propre orteil, puis une partie de son pieds et je sentie alors le jouet appuyé sur mon col de l’utérus. La patronne discutait avec une de ses partenaires, je ne comprenais pas trop de quoi elles parlaient, mais l'esclave continuait de me rendre folle a force de lécher mes pieds comme des sexs toys.

-PUT-PUTAIN !! Mes pi-eds... Aaaaaaah !!... son... son pas des... Jouets s-exuels !!!! AAAAAAAAHHH !!!!! BORDEL STOP !!!

Puis, l'une des partenaire, la même, vint ouvrir une boite ou se trouvait des pierres... précieuse ? Difficile a dire mais l'une des pierre, celle rouge sombre semblait être du sang solidifié, mais pas humain, bien au contraire car juste en le sentant il... m'excitait. Cependant, difficile de le remarquer vu a qu'elle point je mouillais déjà et a qu'elle point je me retenais pour ne pas laisser sortir de lait de mes seins.

Puis elle vint faire fondre plusieurs morceau de pierre, les mélangeant et les aspirant avec une seringue avant de s'approcher de moi, me massant  le seins droit. Je n'en pouvais plus et quelque goûte de lait vinrent s’écouler lentement. Mais ce n'était pas tout, l'esclave et une autre assistante continuèrent de lécher et sucer mes pieds comme des bonbons, la patronne fit faire a son pied dans ma chatte des mouvements de vas et viens et finalement, l'aiguille fut insérer dans mon sein et le contenu fut diffusé.

Ce fut difficilement compréhensible, je sentis quelque chose a l’intérieur de moi se mettre a battre dans tout les sens, dans ma poitrine et se diffusant dans tout mon corps... comme se même produit qu'on m'avait injecté, rendant mon corps brûlant, m'envahissant d'un désire brûlant de plaisir charnel et d’orgasme. Orgasme qui vint arriver d'un coup alors que mes pieds étaient toujours le centre de l'attention. Mais pire, pendant cette orgasme incontrôlé, je perdis aussi le contrôle son mes quelque pouvoir. Je vins d'un coup reprendre forme vampire, puis humain, puis de nouveau vampire avant de revenir sous forme humain... sans que je puisse rien empêcher. Mes ailes apparurent elle aussi, mais disparurent aussi tôt. J'avais eu des orgasmes, mais des capable de me faire perdre le contrôle de moi même, jamais.

A peine l'orgasme finit, que je me retrouvais déjà au bord d'un autre alors que la patronne m'embrassa et enfonça ses deux mains dans ma chatte, pour tenter de forcer l'entré de mon utérus avec le god toujours en moi. Je ne voulais pas répondre a sa question, j'avais envie de me faire baiser, le plus sauvagement possible, j'avais envie d'avoir mal, j'avais envie de finir en morceau et j'avais envie que mes pieds prenne le plus de plaisir et d'attention... mais je n'avais pas envie de perdre la face.

Je respirais fort alors que je tentais de me concentré, un léger filet de bave sur le coin de ma bouche, tirant la langue car ne pouvant pas vraiment encaisser tant de plaisir... et puis... je vint crier une nouvelle fois alors  qu'un autre orgasme vint m'assaillir, tremblant de tout mon être alors que l'orgasme partie, encore un autre était prêt a apparaître a son tour.

Il était définitivement clair qu'elles étaient doués et aussi dangereuse... toutes les trois, mais surtout la patronne... et c'était elle que je voulais énerver le plus. Elle voulait me briser, il allait falloir qu'elle sorte le grand jeu pour espérer... a peine, me faire demander d’arrêter.

-Va.........

Je marqua une pause, tentant de contenir un nouvelle orgasme alors que l'esclave des trois suçait mes orteils, les mordillant... Puis je vint trouver la force de terminer avant de céder a un nouvelle orgasme.

-VA CHIER PETASSE !!!!

Vivement que ce trajet en limousine se termine pour que je sois mise dans une geole... comme ça je pourrais chercher comment m'enfuir.
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele Florenza

Humain(e)

Lucy -PUT-PUTAIN !! Mes pi-eds... Aaaaaaah !!... son... son pas des... Jouets s-exuels !!!! AAAAAAAAHHH !!!!! BORDEL STOP !!!

Rachele la regarde intensément, captant chaque réaction que provoque la langue et la bouche de Zéro sur ses pieds et lui répond.

Rachele - Ho mais si... et tu le sais, c'est pour ça que tu ne veux pas qu'on y touche... parce que c'est ton point faible, parce que ce qu'on leur fait te donne tans de plaisir... tu ne peux pas le nier... pas maintenant...

Un éclair de malveillance illumine le visage de la baronne du crime, elle semble avoir eu une idée, une idée aussi perverse que le sourire qui se dessine doucement sur ses lèvres.

Rachele - Et tu sais quoi ? Je vais encore améliorer ça... je vais faire en sorte que le moindre contact charnel, la moindre brise qui souffle sur la peau de tes pieds te donne l'impression de te faire baiser par tous les clients du bordel en même temps...

En entendant cela, Sonia tape dans ses mains avec empressement comme une gamine surexcitée.

Sonia - Houuuu ! C'est pour moi ça ! Je vais pouvoir jouer avec elle ! Je prépare le bloc dès qu'on arrive !!

Rachele - Tu travailleras avec Curie sur ce c...

Soudain la métamorphose intervient, Max et ses lieutenantes sont d'abord stupéfaite. Bouche bée, elles regardent le corps de Lucy leur révéler ses secrets: ses couleurs, ses sillons mais surtout, les fils qui couturent ses membres et les tiennent ensemble. Fascinées, Sonia et Curie, toutes deux chirurgiennes regardent et font glisser leurs doigts sur les traces de coupure et les fils qui tiennent ses membres au tronc. 

Curie - Incroyable... un mélange de chirurgie rudimentaire, d'alchimie et de nécromancie.. ce n'est pas une simple goule... ni même une simple vampire...

Sonia - Tu as raison grande sœur elle est bien plus et je sent qu'on va beaucoup... beaucoup s'amuser avec elle si elle a pu survivre à ça...


Dit elle en regardant les traces de démembrement en se mordillant les lèvres, une lueur perverse dans le regard. C'est alors que ses ailes apparaissent, impressionnantes, majestueuses, magiques. En voyant cela, Lucy peut voir le regard de Rachele s'embraser littéralement de convoitise et de jalousie. Elles disparaissent et la baronne pousse un cris de frustration. Elle saisit le menton de la prisonnière , ignore son "Va chier Pétasse" et lui crie:

Rachele - Montre les moi ! Remontre les moi tout de suite petite pute ! Je les veux ! Je veux les revoir !

Lucy Trend

Créature

J'avais cru que ma provocation les aurais calmé, j'avais balancé mes forces pour l’insulter avant de retourner dans cet etat de plaisir insoutenable, respirant fort pour puiser mes énergies a calmer cette sensation aussi bien horrible... qu'irresistible. J'avais subis beaucoup, enormement, des viols, des executions... mais je commençais a comprendre que ces trois la et surtout la chef n'était pas de simple baronne du crime comme les autres. Apparemment, il m'aura fallut attendre plusieurs siecle pour tomber sur une personne veritablement effrayante. Non pas que j'avais peur, mais j'étais vraiment derangée. Je n'étais pas touchée comme une ennemie ou comme une proie... mais comme un jouet... ou plutôt un cobaye. Non elles n'allaient pas me « tuer » mais clairement je n'allais pas me laisser abattre, je resisterais.

Puis, la patronne devint comme folle, frénétique, obsédé par mes ailes. Elle vint m'attraper par le menton et me cria dessus, m'ordonnant et m'insultant que je remontre mes ailes. Oooh ça, elle pouvait s'asseoir dessus. La dernière chose que je voulais c'était lui faire plaisir. Je vint donc faire un petit sourire, toujours sous influence de la drogue que j'avais encore en moi.

-Et le mot magique ?

Je gloussai alors que dans ma tete un plan se tramait. J'avais peut etre une porte de sortie si elle restait obsédé par mes ailes. Non pas de negotiation, car contre elle rien ne pouvait sortir de bon. Mais plutot une diversion. En effet, je n'avais qu'a attendre que la drogue se dissipe assez pour pouvoir coordonner mes mouvements correctement et ainsi utiliser ma force pour casser mes entraves. Surement que je ne pourrais pas vaincre leurs « esclaves » mais je pourrais profiter de la surprise pour partir.

-Tu sais, Je pourrais peut être bien vouloir les remontrer... après tout on est bien intime maintenant que tu m'as fourrée comme un chausson.

Je devais bien admettre cependant que son exploration de mon intérieur jusqu'à mon col de l’utérus n’était pas désagréable. Je vins alors, profiter de la colère de la patronne, contracter les muscles de mes bras pour palper la solidité de mes entraves, prêtes a les briser. C'était une bonne chose d'avoir mes bras dans mon dos... caché.

-Alors vas y ? Dit... s'il te plaît... et tu me ferras un joli bisou sur les orteils pour ton impolitesse.

Je n'attendais que le bon moment pour foutre le camp.
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele Florenza

Humain(e)

Alors qu'elle se moque de sa tortionnaire, Lucy peut entendre Sonia pouffer de rire, toujours aussi excitée de voir la nouvelle captive de la baronne s'enfoncer de plus en plus. Pour toute réponse à ses négociations, Lucy reçoit une gifle cinglante.

Rachele - Tu crois que tu peux exiger quoi que ce soit de moi salle petite pute ? J'ai toujours ce que je veux, tu es mon esclave maintenant, et je vais te faire supplier comme une petite chienne... bientôt, tu me donneras tous ce que je veux et tu sera heureuse de le faire...

La belle italienne chevauche alors complètement Lola, posant ses fesses sur le god qui dépasse de sa vulve pour le maintenir bien enfoncée. La captive peut sentir les lèvres intimes de sa geôlière sur les siennes. Elle lui ouvre grand la bouche avec ses doigts délicats et laisse couler un long filet de salive au fond de sa gorge pour l'humilier et la remplir en une parodie malsaine d'éjaculation faciale.

Enfin, la limousine s'arrête.

Sonia - Enfin ! Nous sommes arrivées ! Je fonce au bloc ! On se retrouve dans deux heures le temps de préparer mes outils !

La belle qatari ouvre la porte et s'éloigne rapidement, Lucy découvre que le véhicule est stationné dans ce qui ressemble a un bunker. Les murs sont fait d'un béton épais et gris, les plafonds sont bas et austères. L'adorât surdéveloppé de la vampire lui permet de sentir des relents de sueur, de sexe, de drogue et d'alcool venant de toute pare, elle reconnait l'odeur typique des bordels illégaux.

L'endroit ne semble pas propice à une évasion mais cet instant semble être le seul pour mettre son plan à exécution. Alors qu'elle commence à mobiliser ses forces pour se libérer enfin, Rachele lui passe un garrot autour du bras et lui prépare une nouvelle dose du cocktail abominable qu'elle lui a injecté seulement une demi heure plus tôt. Lucy comprend, pour ne pas risquer d'évasion, la mafieuse à tout prévu. Elle sait qu'une overdose ne peut pas tuer une vampire, mais qu'en revanche la surstimulation sexuelle qu'elle va provoquer va la rendre pantelante et fébrile. Après tout, comment pourra t'elle penser à s'enfuir si le seul désir qui traverse son esprit est une envie incontrôlable de baiser ?

Malgré les protestations de sa prisonnière, Rachele pompe à nouveau le liquide dans une seringue et lui enfonce cette fois-ci l'aiguille directement dans la plus grosse veine de son bras.

Rachele - Ne t'en fait pas... tu vas vite devenir accro, tu auras ta dose toutes les deux heures pour te maintenir dans un état de désir sexuel permanent

Elle injecte alors le produit d'un seul coup et défait le garrot d'un coup sec, la substance remonte instantanément vers le cerveau de Lucy et le submerge avec plus de vigueur que la fois précédant. La dose, cumulée à la précédant est si forte que toute sa force vampirique s'évanoui et son univers mental se met à fondre sous un désir torride de sexe...

Rachele - Bien bien... détend toi esclave... c'est le début de ta nouvelle vie... tu vas adorer ton nouveau corps...

Rachele lui masque alors les yeux avec un épais bandeau en cuir noir.

Deux heures plus tard
L'Asylum - Bloc 3

Lucy ne sait pas depuis combiens de temps son esprit c'est embrasé de désir, quelques minutes ? Quelques heures ? Elle l'ignore, Tout ce qu'elle sait c'est qu'on l'a déplacée. Elle est attachée sur le dos à une sorte de table en fer froid, les bras et les jambes en étoile.  Elle ressent des picotement et des fourmillement insupportable et étranges dans ses mollets et ses pieds, ainsi que dans ses avant bras et ses mains, probablement à cause des liens trop serrés.
 
Il n'y a presque plus aucun bruit, l'esprit de la vampire hurle de ne plus pouvoir se repérer à ses sens vampirique. Elle reconnaît parfaitement l'odeur, l'odeur du sexe et du sang, celui de jeunes femmes, le seul son qui lui parvient est le gémissement des pauvres âmes qu'elle à devinée en humant l'air. Soudain, on lui enlève son bandeau. La lueur d'un plafonnier blanc lui brûle les yeux, la douleur est intense mais le bonheur de voir de nouveau est plus fort.

Sonia se tient en face d'elle, le regard cruel et vicieux, incapable malgré son professionnalisme de ne pas se mordre la lèvre inférieur de désir devant la beauté de sa "patiente". Si Lucy détache son regard de celui de la démone qatari, elle constate qu'elle est enchaînée à une sorte de table d'opération en fer blanc. Ses chevilles et ses poignets son cerclées de boucle en fer qui mordent sa chaire et la tienne au socle. Mais ce sont surtout les garrots de cuir qui retiennent son attention. Ils sont sanglés juste au dessus de chacun de ses genoux et de ses coudes. C'est de la que lui viennent ces picotement et ses sensation désagréables dans les pieds, les mains, les mollets et les avant bras ! Les garrots coupent totalement la circulation du sang dans l'extrémité de ses membres qui on gonflés et on pris une couleur bleuté. Lucy comprend soudain pourquoi sa chaire la démange à cet endroit...

Contenu explicite
(sans le masque ni le bâillon boule)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Sonia - Regarde esclave ! Rachele m'a donné le droit de jouer avec toi pour découvrir les secrets de ton ravissant petit corps ! Regarde tous ce que je t'ai apporté !

La doctoresse folle retire le drap stérile de sa table de travail et révèle toute une série de sex-toys de différentes taille et formes mais aussi des outils chirurgicaux, des scalpels, des seringues et divers objets d'une technologie visiblement très avancé, probablement Tekane.

Sonia - Tu es prête ? On peut commencer ? Rachele m'a demandé d'être plus gentille avec toi si tu lui montre tes jolies ailes...

Lucy Trend

Créature

Toute cette drogue était un véritable calvaire a  subir, pourtant, un plaisir insoutenable que je n'aurais jamais cru un jour ressentir, j'étais partagé entre l’effroi et la douleur... face au plaisir. Je sentais mon corps s’emplir de chaleur et de plaisir insoutenable, mon entre jambe me brûlais, mes seins aussi alors que j’essayais de me contenir mais... je vins vite m’évanouir dans un désir insoutenable de sexe... n'ayant qu'une envie me faire de foncer, encore et encore pendants des heures voire des jours. Au final, c'était comme si j'étais dans un rêves que je n'avais pas pu me sortir... un coma de sensation incontrôlable et indiscernable.

J’étais perdu dans ma tête lorsque je repris enfin mes esprits, dans le noir du au cache œil que j'avais sur la tête. J'avais comme l'impression de me réveiller après une soirée très alcoolisé, trop... et pas que en alcool. Mes seins et ma chattes me chauffais toujours énormément mais cette fois, j'étais consciente. Pendant un moment, je vins même a chercher l’interrupteur de ma lampe de chevet, persuadé que je me réveillait après un mauvais rêves. Mais en cherchant, je n’eus droit qu'a un bruit metalique de chaine, un main retenu et des picotement dans les membres.

Mais finalement, le cache œil m'est retiré et elle est en face de moi...l'une des associée de la patronne, celle au teint bronzé... une venant du moyen orient sûrement. Elle me regardait avec délice et une certaine impatience... mais certainement pas avec gentillesse. C'est en regardant autour de moi que je finis par comprendre. Un bloc opératoire, des outils chirurgicaux... et une folle qui mouillait rien qu'en pensant ce qu'elle allait me faire subir... Non elles ne voulaient pas me punir, elles voulaient faire bien pire... et ça m'effrayait.

-Heu... vous savez... je pense qu'on est parti du mauvais pied... est ce qu'on peu pas discuter de tout ça... je vous rembourserais les dommage causé...

Si avant j'étais dérangé, maintenant j'avais vraiment peur, je voulais partir et vite. Je fis alors mon possible pour essayer de briser mes liens avec ma force mais... rien a faire. Puis je vins remarquer qu'elle avait tout prévu en outil, je ne savais pas ce qu'elle voulais me faire mais je n'avais pas envie de le savoir. Apparemment la patronne voulait vraiment voir mes ailes... hors de question avec des folles pareille... pas tant que j'étais attaché comme ça et a leur merci.

-Laisser moi partir !! C'est plus drôle maintenant !!

Mais rien a faire, les liens tenait a je commençais a pousser de petit gémissement de panique en essayant de me tordre dans tout les sens pour me libérer. Puis je vins remarquer la position de mes pieds, légèrement sur élevé et au plus proche de la chirurgienne folle.

-Heu... c'est pas pour....

Je vint alors etre pris d'un autre moment de peur intense, hors de question qu'elle fasse quoi que ce soit a mes pieds !! Je pris mon apparence vampire, profitant de cette forme pour utiliser mon reste de force vampire mais... les liens resistaient.

-LES TOUCHES PAS SALOPES !!

Je vins alors me calmer un peu.

-De toute façon, meme si je tiens avec de la ficèle, je me regenererais de tout ce que vous me ferrez.
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Rachele Florenza

Humain(e)

Lucy -LES TOUCHES PAS SALOPES !!

La lieutenante éclate de rire et répond:

Sonia - Hoho ! Mais si... bien sure que je vais les toucher petite pute et pas que...

Pendant qu'elle prononce ces mots, elle laisse glisser ses ongles sur la plantes des pieds de Lucy d'une main et joue avec ses lèvres intimes et son clitoris de l'autre. Les mouvements de ses doigts agiles et intrusifs sont parfaitement coordonnés pour que la prisonnière soit soumise à la même intensité de stimulation en même temps. A chaque fois qu'elle lui masse la plante des pieds, elle écrase et masturbe son petit clitoris pour le faire gonfler. A chaque fois qu'elle caresse la courbe de ses orteils et les écartes les uns des autres pour la toucher entre, elle fait de même avec ses grandes lèvres et glisse ses doigts dans sa vulve. Lucy ne peut que comprendre le stratagème: Sonia est en train de la dresser à ressentir du plaisir sexuel quand on lui touche les pieds...

Sonia - La Boss a parfaitement bien cerné ta petite lubie et cette pauvre débile de Zéro nous à montré à quel point jouer avec te donnait du plaisir... alors on a décidé de s'en servir pour te rendre complètement folle... Tu as bien comprise ? Quand on en aura fini avec toi, tu suppliera à quatre pattes qu'on joue avec et tu te prostituera aux plus dégelasses de nos clients pour quelques dollars en échange de ta dose de drogue et de plaisir. A ce propos... Il est temps de commencer...

Sonia presse le bouton d'un communicateur interne et dit:

Sonia- La patiente est prête, faites entrer le matériel et les spécimens...

Lucy n'a pas le temps de se demander ce que la qatari entend par "matériel" ou encore "spécimens", le sas de la salle d'opération s'ouvre sur le passage d'une infirmière vêtue d'une véritable parodie de tenue de bloc composée d'une minijupe qui laisse tout entrevoir, d'une blouse ouverte sur une poitrine percée de chaines d'esclaves et de talons hauts, le tout dans un vinil blanc cru qui reflète l'éclat des lampes. Les oreilles de la servante médicales sont obstruées par de petits écouteurs fixés à l'aide d'une colle chirurgicale pour la contraindre à une surdité totale en dehors des ordres qui lui sont transmis par le communicateur de la salle.
Parfaitement silencieuse, le regard fixe et intense, ses yeux sont écarquillés dans une expression de stupéfaction totale, comme si son esprit était maintenu dans un état de choc émotionnel permanent.

Elle pousse un chariot contenant un assortiment d'outils que Lucy reconnait avec horreur. Il y a plusieurs jeux de scalpels, des pinces éclateuses, des points en tissu, des bandages, du scotch chirurgicale et des gazes stériles. Mais plus impressionnant que ça il y a aussi deux énormes gods gris et noirs équipés de tuyaux pour leur permettre de cracher le liquide qu'on y envois. Enfin le comble de l'horreur vient quand Lucy remarque derrière les sextoys deux cuves contenant un liquide vert à l'intérieur desquels se tortillent quatre répugnants petits vers pourvus d'innombrables tentacules.

En les voyants, tous les sens de la vampire semblent se réveiller, comme si son corps reconnaissait ces étranges petits organismes visqueux. Soudain elle comprend... ils sont d'origine démoniaque, probablement de la même nature que le sang de succube qu'on lui a injecté et qui a réveillé son cœur d'humaine et lui a fait ressentir tans de plaisir...

Quand l'infirmière-esclave installe le chariot juste à coté de Lucy, les quatre petites abominations tournent ce qui semble être leur "tête" dans sa direction et se jettent contre le verre de leur bocal, leurs myriades de petits tentacules s'agitant en tout sens.

Sonia - Hooo... regarde ! Ils ne sont pas trop mignons ? Ils sont déjà amoureux de toi ! Et toi aussi tu vas les adorer tu vas voir.

Sonia enfile une paire de gants en latex.

Sonia - Tu vois, le problème avec les vampires comme toi, c'est que la non-vie vous a fait perdre votre sensibilité sexuelle de vivante, votre cœur ne bat plus, vous ne respirez plus, votre peau et vos zones sexuelles sont moins sensibles... Quel dommage...

Elle saisit un des bocaux et l'approche du visage de Lucy pour qu'elle puisse bien détailler la créature. Elle ressemble à une sorte de pénis long et fin qui se tortille, muni d'innombrables tentacules pourvu de petites poches palpitantes.

Sonia - Heureusement nous avons la solution à ce petit problème et même mieux que ça ! Grace au sang de succube qu'on t'injecte régulièrement et à ses petites créatures merveilleuses tu va tous ressentir de manière incroyable ! Exponentielle ! Tu n'auras jamais connu la douleur et le plaisir à de tels niveaux ! Au point que ça te rendra tellement folle et nympho que tu ne supportera pas de passer une journée sans sucer ton cota de bites et te faire baiser par la totalité des clients du club. Ta nouvelle vie va être géniale tu vas adorer ça !

Sans attendre, la lieutenante de Max saisit les deux gods et les lubrifie avec la mouille que Lucy a sécrétée pendant qu'elle se faisait caresser.

Sonia - Commençons ma chérie, j'en peux plus d'attendre !

Elle plonge le god gris, le plus gros, dans la vulve de Lucy et l'y enfonce lentement, faisant de petit vas et viens quand la prisonnière se contracte pour résister. Elle lui donne juste ce qu'il faut de plaisir pour que ses muscles vaginaux se détendent et qu'elle puisse continuer de l'enfoncer. Une fois qu'il est bien au fond, elle prend un tube de colle chirurgicale et le montre à Lucy.

Sonia - Avec ça je vais sceller tes lèvres et ton anus autour des gods pour que tu ne perde rien du bon sperme chaud qui va te remplir...

Et c'est ce qu'elle fait... Elle passe la glue sur le bord des lèvres intimes de Lucy et les presse contre le god jusqu'à ce qu'elles restent collées.

Sonia - Ton petit cul maintenant...

Pour empêcher la prisonnière de se contracter, la qatari s'installe entre ses cuisses et passe sa langue bien raide entre les plissures de son anus pour les détendre. Elle passe un doigt, puis un second et quand enfin Lucy se détend involontairement à cause du plaisir, elle remplace les doigts par le second god et l'enfonce d'un seul coup.

Sonia - Voi... *le god s'enfonce jusqu'au fond de son colon* laaaaa... parfait...

Lucy sent à nouveau le contact sirupeux de la glue sur sa peau quand Sonia lui colle les bords de l'anus aux parois du god.

Sonia - Maintenant on infuse !

Sonia ouvre les deux petits robinets fixés sur les tuyaux des gods et un flot brulant de sperme visqueux se déverse dans son ventre. Les quantités sont si grandes que la peau de son bassin se met rapidement à gonfler à mesure que son utérus et son cul se remplissent. Lucy sent que ce sperme est trop chaud et trop épais pour être humain, il la fait vibrer, il est aussi gras et gluant qu'un gruau démoniaque et les spermatozoïdes qui le composent sont si gros qu'elle les sent grouiller en elle comme des millions de petits asticots.

Sonia - Du sperme de succube de première qualité ma belle petite pute, pompée directement à la source sur l'une de nos esclave des plans infernaux... tu sens comme il brule ? Tu sens toute cette vie en toi ?

La liqueur maléfique a un pouvoir indéniablement aphrodisiaque, parce que la captive ressent une sorte de plaisir d'être ainsi ensemencée, une forme de satisfaction féminine à recevoir le sperme de ceux qui la domine. Mais le flot ne s'arrête pas pour autant et son ventre devient si gros qu'il ressemble maintenant à celui d'une femme enceinte sur le point d'accoucher mais Sonia ne coupe pas pour autant le flot de sperme.

Sonia - Patience... esclave... patience... on y est presque... voila... regarde... enfin ils se montrent...

La qatari coupe les robinets de sperme et montre à Lucy deux petites bosses qui viennent d'apparaitre sur son ventre, sous son nombril, de part et d'autre. La vampire comprend alors que sa tortionnaire a tellement rempli son utérus de sperme que ses ovaires pressent maintenant contre la peau de son ventre.

Contenu explicite:
Sans bâillon
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Sonia - Maintenant que "tout le monde" est là on va pouvoir faire les présentations !

Sonia prend le premier bocal et le plaque contre le sein gauche de Lucy, le petit ver démoniaque s'agite en tout sens et s'écrase frénétiquement contre la paroi de verre.

Sonia - Mais oui mais oui tu vas pouvoir le baiser... laisse moi juste t'ouvrir la porte...

La qatari cajole la petite bête répugnante comme une mère attentionné puis elle prend un scalpel. Elle soulève le sein gauche de Lucie et presse la lame contre la garbure de celui-ci pour pratiquer une petite incision. Elle utilise les ciseaux encarteurs pour ouvrir une petite porte d'entrée et une pince pour extraire le premier asticot démoniaque de son bocal. Elle le tiens juste au dessus de la petite plaie ouverte sur le sein de Lucy et lui sourit.

Sonia - Ta nouvelle vie commence esclave... notre petit parasite va venir s'installer dans ton sein et fusionner avec ta chaire pour se nourrir de ton lait et de tes orgasmes et pour pouvoir se goinfrer en permanence il va augmenter ta lactation et tes sensations de plaisir, le moindre effleurement ou massage te provoquera des sensations orgasmiques et te fera jouir du lait par les tétons !

Elle écarte les dents de sa pince, le ver démoniaque s'enfonce sauvagement entre les chaires ouvertes de Lucy et pénètre dans son sein. Elle le sent se frayer un passage entre ses cellules graisseuses jusqu'au centre de son sein. Elle sent ses innombrables petits tentacules se planter dans chacune de ses glandes mammaires pour y injecter son venin mutagène, son sein se met à grossir et se dresser fièrement alors que son téton se met cracher de petites goutes de lait dont le simple ruicèlement lui procure de petites vague de plaisir qui embrase ses reins.

Sonia referme la plaie, met des points en tissu et la couvre avec une gaze scotchée. Un bleu commence à apparaitre sur le sein de Lucy pendant que le parasite se dissolve et fusionne avec son système nerveux et son flux sanguin.

Sonia - Ne t'inquiète pas, La cicatrice et le bleu vont disparaitre très vite, admire plutôt la taille de ton sein ! Tu vas devenir une vraie bimbo avec le deuxième !

Et la lieutenante perverse allie le geste à la parole en passant de l'autre coté de Lucy pour répéter l'opération. Le sein droit de la belle réagit comme l'autre, il gonfle et se dresse, le lait se met à en couler et des sensation de plaisir la submergent.

Contenu explicite:
Sans bâillon
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
« Modifié: dimanche 08 août 2021, 23:00:17 par Rachele Florenza »

Lucy Trend

Créature

Je serais les dents de toute mes forces, essayant tant bien que mal a résister a ce que faisait cette espèce de chirurgienne folle. J’essayai de contrôler mon clitoris, essayé qu'il ne ressente rien, j'essayais d’écarter mes pied des mains de l'autre. Mais au deux tentative, j’échouai. Le plaisir et l'excitation montait sans pouvoir être arrêté tandis que je pouvais voir mon clitoris gonflé, devenant un tout petit bonbon que je pouvais apercevoir de la ou j'étais. Mais je n'étais pas dupe a sa tentative d'endoctrinement, ça ne marchera pas... après tout, si j'étais consciente de ce qu'elle faisait, je pouvais résister ?

Cependant, elle n'alla pas jusqu'au bout, elle ordonna quelque chose a un communicateur et une infirmière... ou plutôt une parodie d’infirmière entra, poussant un chariot chirurgical. On ne pouvait pas dire que les nombreux scalpels et autre outil médical était rassurant... les gods non plus, mais ce qui m’effrayai le plus c'était les petites choses dans deux cuves... des choses démoniaque qui une fois a mes cotés se jetait contre le verre. Ces saloperie avait très bien reconnu ma marque de jouet des démons. Par réflexe je vint m’écarter... du moins, ce que les chaîne me permettait.

-C'est quoi ces merdes !!?

J'avais subis pas mal de choses des mains de démons, mais ses choses la je ne les avaient jamais vu. Enfin... a vrai dire... c'était toujours mon pied droit qui subissait et moi qui ne voyait rien. L'associé de la patronne commença alors a m'expliquer que ce parasite me permettra de ressentir tout de manière encore plus fort, plaisir et douleur seront ressenti bien plus fort et je ne pourrait m'en passer. Je ne faisait pas vraiment attention a ses dires car au final, en fonction de ou allait être le parasite, je pourrais m'en débarrasser vite. Donc, je restai calme.

Mais une fois son explication finit, elle vint m’enfoncer un god, lentement... mais sûrement, l'enfonçant jusqu'au bout avant de bloquer le god avec de la super glue. Apparemment le projet serait de me mettre du sperme en moi. Pourquoi faire ? Si elle espérait que je tombe enceinte, c'était raté. Puis, elle fit pareille avec mon anus avant enfin d'ouvrir les robinets des gods. La... quelque chose de très bizarre et de désagréable se passa. Comme elle l'avait indiqua, du sperme entra en moi... mais il était étrange. Il était visqueux, brûlant... mais surtout, je sentais quelque chose fourmillé en moi, les spermatozoïde se déplaçait comme des fourmis dans une ruche.

-AaaaAAAAHH !! Bordel Stop !!

Je vois mon ventre qui se met a gonfler, encore et encore, jusqu'à finalement atteindre le ventre d'une femme enceinte. Et je vois même quelque chose de surprenant, deux petites bosses, mes ovaires plaqué contre ma peau. Je grince alors des dents, non pas parce que j'avais mal, mais parce que je savais très bien, que tôt ou tard, elle finirait par s'attaquer a mes ovaires... pourquoi faire ? Ça je préférais ne pas le savoir. Finalement, elle arrête de me remplir alors que je me tortille dans tout les sens, ressentant encore se fourmillement en moi, un fourmillement insupportable. J'avais l'impression de me faire bouffer de l’intérieur.

-Putain c'est horrible !

Mais les choses n'était toujours pas finit. La qatari vint alors prendre l'un des bocal et le plaqua sur mon seins gauche. La chose se plaqua contre la paroi du verre, voulant apparemment se jeter sur mon sein. Mais alors que je pensais qu'elle allait juste ouvrir mon sein, elle vint au contraire prendre un scalpel et m'ouvrir le sein avant d'ecarter avec un ecarteur. Je serrais les dents, ressentait cette douleur perçant mais quand le parasite s'enfonça en moi atteigna le centre de mon sein pour finalement déployer ses tentacules partout. Mon sein se mit a grossir et du lait vint sortir de mes tetons. La qatari fit alors de meme avec mon autre sein qui vint reagir pareille.

-AaaaahAAAAHHHH !!! Oh bordel !! C'est !!! Aaaaaaah !!!

C’était très plaisant, une sensation de plaisir me submergea et alors que je regardait mes seins, je n'avait qu'un envie, c'était que quelque, quelque chose, qu'importe, joue avec pour me provoquer encore plus de plaisir. Le plaisir était tellement fort, que je me fichait bien de comment on pouvait jouer avec. Quelqu'un pouvait même s'amuser a les donner a son chiens que ça m'irait parfaitement. Je voulais du plaisir et de la douleur, je voulais les deux.

Je serais les dents de toute mes forces, comme pour m'extirper de cette sensation de plaisir, je devais résister, je pouvais résister. Je vint alors regarder la chirurgienne, qui devait d'ailleurs bien profité du spectacle, je me doutais bien que la patronne devait aussi observer, par une camera surement.

-Oh ça oui ça va disparaître... surtout que... au dernière nouvelle, je me régénère. Donc ton parasite de merde, j'ai juste a foutre mes seins dans une broyeuse et t'es juste bonne pour en remettre un autre !

Même si, je devais bien admettre que je n'étais pas sur si cela marcherait vraiment, le parasite semblait s’être fondue dans mon organisme... pas sur donc que cela pourrait fonctionner. Mais ça, je ne voulais pas lui montrer que je n'étais pas sur.

-D'ailleurs, tu as raté avec mes pieds... pour une si douée chirurgienne tu me semble pas si forte que ça. Je vais réussir a défaire tout ce que tu vas me faire et t'aurais fait tout ça pour a rien.

La regeneration avait ses avantages, même si ça risquait de faire un mal de chien.
Je suis différente? Oui. Je suis bizarre? Oui. Je suis dérangeante? Oui, oui oui!! Et ça me plait très bien comme ça!!

Forme humaine:
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
Forme vampire: (attention nudité)
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)


Répondre
Tags :