Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Le club secret [PV]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Arlan Solis

Humain(e)

Le club secret [PV]

mardi 23 octobre 2018, 22:16:27

== 2h du matin ==

Le lycée était censé être vide à cette heure tardive mais il n'en était rien. De la lumière était visible de l'extérieur. Une lumière provenant d'une seule pièce, une salle de classe.
Heureusement que personne n'était à proximité de cette pièce car des cris d'extases s'en échappaient. Des corps de femmes, collés les uns contre les autres, se donnant du plaisir entre elles.
A l'aide de leurs mains, de leurs cuisses, de leur sexe ou de divers sex-toys des femmes d'âges différents étaient entre elles à se faire jouir. Et ce par tous les orifices. A même le sol, contre les murs, contre les fenêtres ou sur les bureaux où se trouvent les élèves la journée.
La seule chose qui faisait tâche sur ce tableau de luxure fût la présence d'un homme, debout, les fesses collées au bureau depuis lequel les professeurs dirigent leurs cours. A ses genoux se trouvaient une enseignante et trois élèves qui léchaient et suçaient sa longue verge dégoulinante de sperme ensemble.

Les cris de jouissance résonnèrent dans la pièce destinée à de jeunes esprits en quête de connaissances encore une longue heure avant d'être remplacés par l'obscurité et le silence.
Comme si rien ne s'était passé, la salle de classe qui venait d'être souillée par les fluides corporels de dizaines de personnes était laissée intacte à leur épart.


== Le lendemain matin ==

Le lycée Mishima a toujours été la source de nombreuses rumeurs, mais l'une d'entre elle faisait état d'un supposé sex club. Un harem créé et entretenu par un enseignant dont l'identité est inconnue pour les personnes qui n'en font pas partie.
Cet enseignant n'était autre qu'Arlan Solis, professeur de sciences sociales en poste depuis plusieurs mois désormais. Il a toujours été très apprécié de ses collègues enseignants, surveillants et des parents d'élèves.
Personne ne se doutait que derrière cet homme si sociable, courtois, aimable... l'image incarnée du gendre bon sous tout rapport, se cachait un être sans scrupule capable de manipuler les autres pour parvenir à ses fins.
Le nombre de ses conquêtes entre le lycée et l'université entre lesquels il jonglait se comptaient par dizaines. Une bonne partie d'entre elles furent soumises contre leur gré. Ne jurant que par lui, certaines élèves étaient parfois incapables de retenir leur désir rien qu'en croisant son regard dans les couloirs ou en plein cours.

L'orgie de la nuit précédente avait mis Arlan de bonne humeur, il pouvait sentir son pouvoir augmenter petit à petit. Avoir un contrôle sur autant de femmes qui ressentaient une attirance sans égale pour lui, le désirant plus que tout lui permettait d'entretenir son niveau d'énergie spirituelle.
Cependant quelque chose le troublait car il était certain d'avoir senti un regard indiscret. Etait-ce son esprit qui lui jouait un mauvais tour ou un début de paranoïa ?
Avec un peu de chance... Il pourrait se trouver un nouveau trophée à ajouter à sa collection. Les recrues étaient devenues des denrées rares pour le prédateur.
Un léger sourire, malsain au possible, sur le visage, il était impatient de mettre la main sur une nouvelle victime.


== 12h30, en plein milieu de la pause déjeuner ==

Des cris de jouissance étouffés résonnaient dans les toilettes des enseignants. Une parent d'élève était en train de se faire explorer le vagin par les doigts et la langue d'Arlan. Elle enchainait orgasme sur orgasme pendant plusieurs minutes dans ce petit espace clos.
Retenant ses cris quitte à devoir se mordre les doigts d'une main tandis que l'autre tenait la tête de l'enseignant, le fait qu'elle tenait en équilibre sur la cuvette relevait presque du miracle tant elle gesticulait.
La femme laissait son amant faire tout le travail, se contentant de prendre autant de plaisir que possible. La bave aux lèvres et le regard perdu dont les larmes étaient sur le point de couler sur ses joues essaie de reprendre ses esprits.
Une manoeuvre si simple en général lui demanda plusieurs minutes. Ses mains tremblaient pendant qu'elle remonta sa culotte et baissa la jupe de son tailleur.


« Je compte sur toi pour faire le nécessaire. »

Sur ces paroles énigmatiques, l'enseignant tendit un petit bout de papier à la femme aux formes généreuses qu'il vient de ramener en profondeur sous tous les angles possibles et imaginables.
Pourquoi faire tant de mystères au lieu de lui dire directement ce qu'il attend d'elle ? Est-ce qu'il était espionné par la même personne que cette nuit ?
Mieux vaut prévenir que guérir, n'est-ce pas ? Arlan a toujours été un homme prudent, calculateur et manipulateur. Devenir une cible potentielle l'avait encore plus mit sur ses gardes.

Cette tâche effectuée, Arlan se dirigea vers le réfectoire pour déjeuner avant de reprendre les cours.


== 17h20, après les cours ==

Le soutien scolaire était fortement encouragé, que ce soit pour les élèves en difficultés que pour les meilleurs qui veulent approfondir leurs connaissances. Dans une des salles d'étude réservée, une jeune fille se faisait... approfondir autre chose que son esprit.
Allongée de tout son long sur le bureau de son enseignant, l'adolescente exprimait son plaisir en criant des insanités. Le sexe de son amant s'enfoncait autant que possible dans sa petite chatte. Même en forçant à chaque pénétration, au moins un tiers de la bite qui la labourait brutalement brassait l'air.
Après une vingtaine de minutes, l'enseignant termine sa besogne sur le cul de sa partenaire temporaire.

Comme avec la femme qu'il a satisfait plus tôt dans la journée, il lui a transmis un bout de papier avant de lui murmurer quelques mots à l'oreille. Rangeant sa longue verse dans son boxer, il prit le temps de s'essuyer la main avec laquelle il a soulevé son sexe quelques secondes auparavant sur le visage de la fille au regard vide.
Une fois la porte déverouillée, il prit quelques secondes pour vérifier qu'il n'y avait personne dans le couloir avant de s'en aller.


Compte fermé !

Pepper Calgary

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 1 lundi 29 octobre 2018, 01:14:10

Pepper était une surveillante très impliquée dans la vie scolaire de Mishima. Ce lycée avait après tout radicalement changé sa vie, à tel point qu’elle en avait abandonné son ancien patronyme, et, sous son uniforme de surveillante, portait presque quotidiennement sur elle sa tenue de cow girl rose en latex. Aujourd’hui, elle portait d’ailleurs cette tenue, dissimulée sous une tenue sobre. Seuls ses gants roses ressortaient, tranchant avec la sobriété de sa tenue, mais elle se trouvait à Mishima. Toujours est-il que, ce soir, Pepper menait une enquête. Une enquête portant sur des actes sexuels étranges. Jusqu’ici, rien d’anormal à Mishima, mais Leona Morimoto, la redoutable Présidente du club social, et qui était un peu la patronne de Pepper, lui avait demandé d’enquêter sur cela. La jeune Pepper enquêtait donc, mais la tâche n’était pas facile.

En incluant l’université, le campus scolaire Mishima accueillait plusieurs milliers d’élèves ! Pepper n’était qu’une infime goutte d’eau là-dedans, mais elle avait pour elle son flair, et sa parfaite connaissance des lieux. En réalité, la jeune femme suspectait un club secret, un club occulte, ce qui était assez fréquent à Mishima. Au-delà des multiples clubs officiels, il existait aussi une infinité de clubs plus officieux, se livrant à des activités prohibées, voire illégales.

*Toute la difficulté est d’obtenir de plus amples informations...*

Néanmoins, Pepper avait trouvé une piste, une éventuelle cible, la belle Fuyumi. Une belle plante avec une superbe poitrine, typique de Seikusu. Elle s’intéressa à elle, car, depuis quelques semaines, Fuyumi avait une certaine baisse de régularité. Elle était en retard plus fréquemment, et assez différente. Mine de rien, Pepper se livrait à un travail intense de détectives, en usant d’armes adaptées à Mishima, à savoir son corps. Face à ses doigts magiques, il était difficile de lui résister, et c’est ainsi, en interrogeant un jeune homme qu’elle masturbait langoureusement, retenant sciemment son orgasme, en fourrant sa tête contre ses seins, que le jeune lycéen finit par lui parler de Fuyumi-chan, et de ce nouveau professeur assez mystérieux, Solis-sensei.

« Elle... Elle couche avec lui, haaaa... Je ne sais pas comment il fait, hmmm... Mais... Haaaa... »

Pepper avait une dextérité incroyable en la matière, et pressait sa queue, lui arrachant des crispations de douleur, relâchant encore la pression, avant d’insister de nouveau. Las, le jeune homme ne savait rien de plus, et elle le libéra par un bel orgasme, son sperme éclatant en l’air, puis commença à suivre Fuyumi-chan.

Solis-sensei était un professeur récemment arrivé, et sur qui Peppe ravait peu d’informations, ce qui suffisait, en soi, à en faire un suspect potentiel. Elle se mit donc à suivre Fuyumi, qui, alors que les cours étaient finis depuis longtemps, errait dans les couloirs.

*Où est-ce que tu te rends, ma belle ?*

Pepper n’était pas particulièrement proche de Fuyumi. Elle avait connu une belle crise de puberté, qui l’avait amené à pousser de partout. Un véritable corps de mannequin, et il avait fallu lui offrir un nouveau sailor fuku, car ses seins étaient trop comprimés dans l’ancien uniforme. Une chose relativement habituelle à Mishima, en réalité... Tandis qu’elle continuait à la suivre prudemment.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Arlan Solis

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 2 lundi 29 octobre 2018, 07:05:38

== Aux alentours de 21h ==

Il n'y avait plus grand monde dans le lycée à partir de 19h en général, y compris parmi les enseignants ou la direction. Tomber sur quelqu'un était extrêmement rare à une heure si tardive. Pourtant, une salle de classe était encore allumée et il s'en dégageait une aura étrange, d'une attraction certaine. C'était inexplicable, presque surnaturel. Plus on s'en approchait et plus les gémissements de plaisir provenant de voix féminines devenaient audibles. A l'intérieur de la pièce se trouvaient six personnes : un homme et cinq femmes. Seul l'homme avait encore tous ses habits alors que les femmes étaient à moitié ou complètement nues. Se donnant du plaisir les unes les autres en se caressant, se léchant tendrement à de nombreux endroits de façon érotiques et tendres.

« Aaaah... S-Sensei... Aahnnn ! Venez nous rejoindre ! »

Avec une certaine difficulté à formuler sa phrase, l'une des jeunes femmes très excitée tentait d'inviter l'homme qui était a quelques mètres d'elle de venir participer à leur petite fête. Impassible face à la demande de l'élève en chaleur dont on pouvait lire un désir non dissimulé dans le regard, il se contenta d'un non de la tête. Aucun homme normalement constitué aurait refusé une telle proposition, mais pas Arlan. Il connaissait déjà à la perfection les moindres recoins et zones sensibles des corps de chaque femmes présentent dans la pièce en ce moment. Même si ce n'était pas la raison qui le pourrait à s'abstenir de le leur prouver.

« Tu sais très bien que nous attendons une invitée de marque ce soir. Un peu de patience, tu pourras grandement en profiter le moment venu. »

Qui pouvait bien être la femme dont il parlait si mystérieusement ? Replongeant son nez dans ses copies sous les manifestations auditives de plaisir toujours aussi nombreuses des femmes qui étaient là, les minutes passèrent. Trouver la concentration pour travailler dans un tel environnement devrait relever du miracle pour tout hétérosexuel. Et pourtant cela semblait si naturel en le regardant faire.
Après une dizaine de minutes plus tard la porte s'ouvrit depuis l'extérieur.

« Ah, te voilà. Entre donc, tout le monde t'attendait avec impatience. »

Était-ce la personne dont il parlait plus tôt ? A peine entrée, deux femmes la saisirent par les poignets pour l'attirer dans la pièce, laissant la porte entrouverte. La nouvelle arrivante était une élève qui avait intégré le club depuis quelques semaines déjà même si sa participation y était occasionnelle car elle n'arrivait pas concilier son emploi du temps et sa vie sexuelle qui devenait de plus en plus débridée.
Les deux femmes qui s'étaient jetées sur elle étaient si excitées qu'elles se mirent à la caresser et l'embrasser langoureusement à tour de rôle.

Terminant sa copie, Solis releva la tête avant de soupirer. Il pensait qu'elles auraient au moins la décence de se contrôler le temps qu'il termine. A croire qu'il avait surestimé ces camarades d'un soir. L'enseignant déposa alors son stylo sur la table avant de se relever en appuyant avec ses mains sur le bureau. D'un pas calme et régulier, il s'avance en direction de la nouvelle entrante.

« Alors, ma belle Fuyumi, tu fais parler de toi en ce moment ? » lui lança-t-il.

« Aaah... Pardon, sensei... Ce n'est pas volontaire. » répondit-elle d'une voix tremblante et avec le souffle court.

« Et je ne fais pas seulement allusion à tes retards, mais à ton comportement en général. Cette douce poitrine que tu as là n'est plus aussi discrète qu'avant et tu aimes le montrer, je me trompe ? » repris le professeur en pinçant fort ses tétons avec le pouce et l'index de chaque main. Il alternait entre des violents pincements et de tendres caresses sur sa poitrine qu'il soupesait avec ses paumes avant de les malaxer tendrement. Reproduisant ce même cycle encore et encore.

« Hmmmm ! Oui, vous avez raison ! Je suis... Mmmmn... fière de mes seins que j’exhibe exprès.
Mon dieu ! Ouiiiiii ! Jouez avec, je vous en supplie !
»
criait-elle avant de se mordre les lèvres, sans se douter que quelqu'un pouvait l'entendre car la porte était toujours entrouverte.

Pour la féliciter de sa franchise, Solis glissa alors une main sous son haut pour titiller directement un de ses seins pendant que l'autre s'engouffrait directement dans son intimité déjà humide. Le point faible de Fuyumi résidait dans sa poitrine, ou plus précisément ses tétons. Il ne fallait pas jouer longtemps avec pour déclencher la bête qui sommeillait en elle. Après trois bonnes minutes à la caresser, Solis la souleva pour la poser sur un des bureaux de la salle de classe et fit signe aux deux femmes qui avaient commencé à la chauffer de le rejoindre. Sauf qu'une troisième, voyant ce qu'il se passait, décida alors de les rejoindre d'elle même.
Le spectacle était à couper le souffle ! Pendant que Solis s'attelait à faire jouir la jeune femme en se concentrant sur son vagin et son anus à l'aise de ses doigts, de sa langue et de ses dents, Fuyumi se faisait lécher et malaxer chacun de ses seins par une fille différente alors que la dernière l'embrassait à pleine bouche. Laissant de nombreux et visqueux filets de salive couler sur son corps. L'étudiante enchaînait les orgasmes à une vitesse folle entre ceux procurés par sa généreuse poitrine et ceux que lui offraient sa petite chatte rose et son anus étroit.

Son regard était rivé vers le plafond, baigné de quelques larmes d'extase. De sa bouche grande ouverte dépassait sa langue tandis que sa salive dégoulinait du rebord de ses lèvres. Incapable d'articuler elle tenta de former une phrase.

« Fenhei... hous epe in... ayable... He ous aim... Aaaaj ! »

Dans un ultime soupir, la jeune femme s'écroula sur la table avant de s'endormir.
« Modifié: lundi 05 novembre 2018, 07:56:29 par Arlan Solis »
Compte fermé !

Pepper Calgary

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 3 lundi 05 novembre 2018, 00:41:57

Mishima n’était pas un lycée ordinaire. C’était un lycée où le sexe était roi, et où il était fréquent de s’envoyer en l’air. Les élèves venant dans ce lycée ne se contentaient pas juste de s’instruire en apprenant des notions utiles pour se développer, s’émanciper, et réussir plus tard dans la vie. Ils apprenaient aussi le sexe, à devenir des hommes et des femmes. Tout ce pan de l’éducation scolaire était évidemment dissimulé, masqué par l’administration, mais non moins présent. Pepper y avait eu droit, comme la quasi-totalité des élèves. Il lui fallait donc investiguer, afin d’en savoir plus sur le comportement de Solis-sensei. Elle attendit donc, patiemment, jusqu’à constater que, loin de rentrer chez elle, Fuyumi profita de la fermeture du lycée pour s’infiltrer à l’intérieur. Là encore, il existait à Mishima bien des clubs nocturnes, des clubs qui n’apparaissaient sur aucun planning officiel, sur aucun catalogue public, mais dans des registres confidentiels, savamment entretenus par l’administration scolaire.

*Mène-moi là où je veux aller, jeune femme...*

Peu prudente, car ne s’attendant sûrement pas à être suivie, Fuyumi s’aventura à travers les couloirs du bâtiment principal, jusqu’à toquer doucement à une porte dont de la lumière s’échappait. Pepper se permit de sourire légèrement, sentant un sentiment d’allégresse la traverser. Le club secret ! Il était là ! Elle aurait alors pu se retirer, appeler des renforts... Mais elle choisit au contraire de se rapprocher, le cœur battant doucement la chamade, tout en se délestant de ses vêtements civils. Elle finit ainsi dans sa tenue de cow girl, un ensemble rose moulant en latex, avec un soutien-gorge rose à tâches blanches, mettant en valeur sa voluptueuse poitrine, et un minishort, sans parler de ses cuissardes roses en latex, brillant légèrement, avec des talons.

Pepper s’approcha de la porte. Croire que la jeune surveillante était une femme prude serait une grave erreur d’appréciation. Elle était en réalité extrêmement perverse, une vicieuse qui, parallèlement à ses activités de surveillante, travaillait comme strip-teaseuse et prostituée au Madame Xanadu, un club de strip-tease japonais pratiquant aussi l’escort girl et la prostitution de luxe. Ce n’était donc pas quelques lycéens en proie à des désordres hormonaux qui allaient la perturber. La jeune femme s’approcha de la porte, et hésita encore quelques secondes.

*Là... Juste derrière...*

Le fameux club secret l’attendait ! Elle s’en pinça ses délicieuses lèvres, puis l’ouvrit alors. Son corps apparut dans l’embrasure de la porte, et elle vit Solis-sensei, de dos, occupé à farfouiller avec ses doigts les trous de Fuyumi, étalée sur la table, et reconnut rapidement quelques élèves... Il y avait la plantureuse Monoe, qui étudiait désormais à l’université de Mishima, Shidaru, une élève assez intelligente, et même Hiroko, une tête brûlée.

Pepper les observa silencieusement pendant quelques secondes, avant de cligner des yeux, et croisa le regard du professeur. Malgré sa tenue incongrue, elle décida de jouer le jeu, d’offrir à ce club pervers un joyeux prétexte pour venir s’occuper d’elle, confirmant ainsi que, fondamentalement, Pepper était une très grande masochiste :

« Solis-sensei... Je crois que vous avez quelques explications à fournir ! »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Arlan Solis

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 4 lundi 05 novembre 2018, 10:27:19

Une voix provenait de l'entrée de la salle de classe. Il s'agissait d'une des surveillante du lycée Mishima : Pepper Calgary. Cependant... Sa tenue n'avait rien des habits qu'elle porte habituellement lorsqu'elle surveille les élèves en journée. Non, elle était vêtue d'un étrange ensemble en latex qui mettait clairement ses formes généreuses en valeur. Qu'était-elle donc venue chercher ici dans un tel accoutrement ? Cherchait-elle les problèmes ? Elle avait pourtant forcément vu ce qu'il se passait dans cette salle de classe qui puait la luxure et les fluides corporels.

« Oh, notre invitée est là. Je ne m'attendais pas à ce qu'il s'agisse d'une surveillante cependant. Allez-y ! »

Au même instant où l'enseignant prononça ces paroles, deux femmes apparurent dans le dos de Pepper et se saisirent de ses bras avant de lui menotter les poignets. Il s'agissait des deux femmes que Solis avait fait jouir plus tôt dans la journée. Tout sourire et fière d'avoir visiblement été utile à son amant, la mère de famille prit la parole la première.


« Sensei, nous tenons la vilaine petite chose un peu trop curieuse. »
« Ouais, ça lui apprendra à vouloir nous espionner ! »
« Félicitations à vous deux. Je saurais vous récompenser comme il se doit plus tard. »
« Mnnnnn... Je n'ai eu droit qu'à votre bouche et vos doigts aujourd'hui. »
« Je me rattraperai le moment venu, mais pas ce soir. Nous devons d'abord prendre soin de notre invité. »
« Allez, avance toi ! »


La jeune fille poussa alors la surveillante jusqu'à atteindre un espace vide au milieu de la pièce. Tous les bureaux qui auraient pu déranger avaient été poussés sur les côtés. Leur offrant assez de place pour s'adonner à leurs envies. Le sol était légèrement glissant à cause d'une grande quantité de cyprine disséminée en plusieurs petites flaques ici et là.
L'élève posa ensuite ses mains sur les épaules de l'enseignante pour la faire se mettre à genoux, offrant alors la possibilité à la mère de famille de bloquer les deux chevilles de Pepper en attachant les doubles menottes en cuir à celles-ci. Une chaîne en acier reliait les deux paires de menottes, offrant un minimum de mou pour se débattre ou remuer.

« On a fait notre part, donc on s'en va sensei. »
« Merci encore, vous avez été parfaites. »


L'enseignant s'approcha alors des deux femmes pour saisir leur tête et les approcher de la sienne avant de les embrasser à pleine bouche chacune leur tour. Un baiser langoureux et baveux qui sembla plaire aux deux femmes qui en voulaient clairement plus à en juger par leur regard rêveur. Celles-ci savaient cependant qu'elles n'obtiendraient leur récompense que plus tard. Elles quittèrent donc la pièce en serrant les cuisses, accompagnées de l'autre couple de femmes qui était là pour faire le nombre et servir d'appâts.

Il ne resta donc dans la pièce plus que Arlan, Pepper, Monoe, Shidaru, Hiroko et... Fuyumi si on peut dire. La jeune femme était toujours inconsciente sur le bureau avec ses cuisses ouvertes d'où s'écoulait encore un léger filet de cyprine. Un peu à l'image d'un robinet qui n'aurait pas été fermé entièrement.

« Les filles, allez motiver le colis qui se trouve dans la salle d'à côté et venez avec quand il le sera complètement. »
Toutes : « D'accord, sensei. »

A moitié nues, les trois jeunes femmes s'exécutèrent en quittant la pièce à leur tour en ricanant entre elles. Que pouvait bien être se colis dont parlait l'enseignant ? Il avait visiblement tout ce qu'il lui fallait pour torturer ou abuser de Pepper qui était coincée au sol.
Satisfait de la situation qu'il semblait maîtriser à la perfection, l'homme se tourna vers sa captive.

« Bonsoir, Pepper. Je pense qu'on peut se tutoyer car nous allons très vite devenir camarades.
Vois-tu, j'ai remarque que quelqu'un nous observait depuis plusieurs jours déjà sans parvenir à mettre un nom ou un visage derrière cette personne.
»


D'abord éloigné, l'enseignant se rapprocha de la femme pour se tenir à quelques centimètres d'elle. Son seul but était de lui montrer qu'il serait dorénavant au-dessus d'elle, physiquement comme psychologiquement désormais.

« Sache que je ne retire rien de ce petit club, du moins... pas directement, ou rien de conventionnel comme de l'argent ou des contacts. Disons plutôt que je facilite l'accès au plaisir à certaines femmes. Allant des élèves timides qui attendaient qu'un homme vienne les libérer aux enseignantes ou mères de famille à la vie sexuelle proche du néant.
Je n'aimerai pas voir ces pauvres femmes retourner à leur triste vie à cause d'une surveillante trop zélée. C'est pourquoi tu vas nous dire tout ce que tu sais, que tu le veuilles ou non.
»


La porte s'ouvra alors... Il s'agissait des trois jeunes femmes qui revenaient après quelques minute.

« Sensei, c'est nous ! Où est-ce qu'un pose le colis ? » (Shidaru)
« Parfait ! Venez le déposer devant notre invitée. Mais trop près non plus. »
« D'aaaccoooooooord ! »
« Allez, entrez ! » (Hiroko)


Les jeunes femmes entrèrent alors dans la salle de classe accompagnées de quatre autres personnes. Quatre garçons, visiblement des lycéens étudiant à Mishima. Tous avaient les mains attachées dans le dos par des menottes et portaient un bandeau devant les yeux.
Monoe, Shidaru et Hiroko guidèrent les quatre jeunes hommes pour qu'ils se retrouvent face à Pepper en laissant un écart entre eux et la femme. Un espace assez grand pour qu'elles puissent se positionner entre les garçons et la surveillante.
C'était étrange... Pervers et vicieux à la fois.

« C'est bon, j'ai les capotes ! »
« Donne m'en deux, j'ai envie de m'amuser. »
« Dans ce cas je prends le dernier. » (Monoe)


Shidaru venaient de récupérer quatre préservatifs dans le bureau de l'enseignant et les partagea avec ses camarades avant qu'elle ne retournent toutes les trois vers les quatre garçons qui bandaient tous comme des ânes. Leur érection leur faisait visiblement un mal de chien vu qu'ils n'arrêtaient pas de se plaindre de leur état d'excitation et qu'ils voulaient éjaculer.

« Ces pauvres bougres n'ont pas eu le droit d'éjaculer depuis deux semaines et ont été chauffé par les deux personnes qui t'ont menottée plus tôt.
Ils bandent probablement depuis plus d'une heure et ont les couilles prêtes à exploser.
C'est là que notre petit jeu commence.
»


Arlan commença alors à retirer ses chaussures dans un premier temps qu'il déposa un peu plus loin pour ne pas les salir. Puis vint le tour de sa ceinture... de son pantalon... puis de son boxer. Laissant apparaître une verge de 15cm toujours au repos, le gland pointant vers le sol. Il s'approcha alors de Pepper, sexe à la main, avant de le déposer sur son visage à l'horizontale. Sa tige se retrouvait sur le nez de la surveillante alors que ses bourses se frottaient contre sa joue. Rendant la virilité de l'enseignant hors d'atteinte de la bouche de celle-ci.

« Tu vas commencer par renifler ma bite, t'habituer à sa forme, la douceur de la peau qui la recouvre, les veines qui la parcourt.
Mais comme il faut pimenter les choses, tu vas regarder ces garçons se faire sucer sous tes yeux. Et tu ne pourras que les regarder ou renifler ma queue.Tu devras ruminer ton plaisir. C'est tout ce que mérite une voyeuse après tout.
Allez-y les filles, vous pouvez commencer !
»
« Modifié: samedi 01 décembre 2018, 08:34:17 par Arlan Solis »
Compte fermé !

Pepper Calgary

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 5 mardi 13 novembre 2018, 01:22:30

Pepper s’était jetée délibérément dans la gueule du loup. C’était risqué, très dangereux... Mais c’était une situation dont elle avait fortement l’habitude. Quand elle était encore lycéenne, ici même, elle était réuglièrement kidnappée, et violée une bonne partie de la nuit. Sa colocatrice de l’époque était une perverse pure souche, qui avait transformé la jeune fille timide et ingénue en Pepper Calgary, une parfaite soumise et une nymphomane furieuse, du genre à transformer ses heures de retenue en séances de sexe bestiale. Ce qui la surprenait toutefois, c’était la rapidité avec laquelle Solis-sensei avait pu se constituer un petit groupe de fidèles, allant jusqu’à corrompre une mère de famille et sa fille.

« Hey ! Lâchez-moi ! » protesta Pepper.

Elle ne faisait que se donner un genre, avant que les filles ne lui attachent les poignets avec l’aide de deux paires menottes en cuir, qu’elles mirent à ses poignets à et ses chevilles. Une véritable résistance pour le principe, car, en réalité, cette scène de pure lubricité émoustillait déjà fortement Pepper. Une odeur très agréable remontait à ses narines, celle du sexe, un doux cocon de chaleur et de stupre dans lequel elle s’enfonçait volontiers, s’enivrant des odeurs onctueuses de la pièce. Elle se retrouva ainsi agenouillée, face à Solis-sensei. Très calme, l’homme était un mâle assez hautain, très sûr de lui-même... Ce qui, là aussi, ne manquait pas d’exciter Pepper, qui se pinçait les lèvres en gesticulant doucement sur place, sentant les menottes lui mordre légèrement la peau à travers ses gants.

Solis-sensei lui expliqua ensuite qu’il avait fondé ce clan dans le pur esprit de Mishima, afin de former sexuellement les adolescentes en émoi du lycée, ainsi que les mères de famille éplorées. Une pratique assez similaire à celle du club social de Mishima, ce qui amena Pepper à se demander si les Morimoto n’avaient pas été au courant des activités de Solis-sensei, et avaient envoyé Pepper comme offrande... Pour satisfaire la surveillante.

« Impressionnant... Mais je ne compte pas parler si facilement, Solis-san... » répliqua-t-elle, essayant d’adopter un ton calme et mesuré.

Elle sourit encore, avant d’entendre les filles revenir... Amenant avec elels quatre garçons plutôt bien bâtis. Ils avaient également des menottes immobilisant leurs poignets, et étaient tous nus, avec de formidables érections. Pepper ne put empêcher des rougeurs de traverser ses lèvres tandis qu’elles plaçaient les quatre hommes en rang devant elle, avec leurs triques bien tendues. Visiblement, ils subissaient un dressage intensif, et n’avaient pas eu l’occasion de jouir depuis deux semaines, ce qui les rendait affables, planant sur place.

Solis expliqua ensuite son plan, tout en se déshabillant à son tour. Devant un tel étalage de garçons et de verges, le sang de Pepper ne faisait qu’un tour, puis Solis-sensei alla marquer son territoire, posant sa queue sur son visage. Pepper la renifla à pleins poumons. Là aussi, cette odeur de sueur, cette odeur moite de renfermé, l’avait jadis dégoûté, mais c’était maintenant une drogue dont elle se régalait. Elle renifla donc sa verge, glissant son nez dans l’espace entre la verge et les testicules, reniflant encore sa queue tendue, bien grosse, joufflue à souhait, pendant que les filles se mettaient à sucer les garçons, leur arrachant des soupirs.

Pour autant, Pepper n’était pas une simple adolescente encore vierge, et, tout en reniflant la queue de l’homme, elle y frottait son visage, sentant son membre durcir sur place.

« Tu crois me faire peur, Solis ? Je trépigne d’impatience à l’idée de sentir ta queue me baiser sur place... Je ne suis pas comme ces adolescentes, moi, j’ai déjà été formée à Mishima. Il va falloir que tu fasses fort pour surpasser celles et ceux qui me sont passés dessus pendant des années... »

Elle le titillait un peu, car elle savait que c’était toujours très efficace... Les Maîtres n’attendaient souvent qu’une excuse, même la plus futile soit-elle, pour punir leurs esclaves !
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Arlan Solis

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 6 samedi 17 novembre 2018, 17:18:43

Son plan se mettait en place tranquillement dans cette sale de classe avec d'un côté la surveillante agenouillée devant lui et sa verge sur le visage pour l'exciter comme la pauvre salope qu'elle était. Puis quatre garçons en manque de l'autre qui se faisaient stimuler par trois de leurs camarades. Pourquoi est-ce que Pepper était qualifié de salope dans l'esprit de Solis ? Eh bien, tout simplement... parce que ses exploits ne sont pas un secret très bien gardé. L'enseignant avait beau ignorer qui le surveillait de loin, il n'en ignorait pas la carrière de la jeune femme. Surtout que personne ne se promène dans sa petite tenue dans un lycée sans y chercher quelque chose.

« Ah ah ah ! Je crois qu'il y a méprise, ma jolie. Personne ne risque de te baiser, c'est là toute la beauté de la chose. »

La baise, c'était un domaine que Pepper connaissait sur le bout des ongles, peut-être même mieux que le professeur. Alors pourquoi jouer sur son terrain en lui procurant l'avantage si celui-ci désirait obtenir des informations d'elle ? Sa réponse le fit alors rire légèrement, lui donnant envie de la titiller encore plus. Il attrapa sa verge légèrement durcie pour la lâcher afin qu'elle s'écrase sur son visage en produisant un léger *CLAC* à chaque fois. Son seul but était de l'exciter autant que possible pour la rendre folle. Mais ce n'était qu'un début, car aucune femme ne risque de craquer pour si peu...

De leur côté, les trois jeunes femmes s'en donnaient à coeur joie pour faire jouir leurs camarades qui parvenaient à résister un peu plus longtemps que prévu grâce au port du préservatif. Mais bon, cela n'était qu'une question de temps avec qu'ils ne les remplisse comme il faut. Monoe était sur la gauche en suçant son camarade, se concentrant particulièrement sur le gland du jeune homme qui hurlait son plaisir.  « Kuuuh ! Pitié ! Laisse-moi jouir ! Suce-moi jusqu'à me faire jouir ! Mon gland me fait mal ! », « Fufufu, je sais pas trop. Tu es trop mignon à te dandiner devant moi. Secouant le bassin comme un puceau durant sa première pipe. J'ai envie de jouer encore un peu. T'as pas vraiment le choix de toute façon, hi hi ! »

A côté du premier "couple", se trouvait un second... mené par Shidaru. La jeune femme à frange avait opté pour une option plus imposante et chaleureuse que sa bouche. Couverts de sueur et de salive, ses gros seins écrasaient la bite du jeune garçon dont elle avait la charge. Alternant entre caresses verticale en rythme avec les deux seins, puis l'un après l'autre avant de tout arrêter pour presser aussi fort qu'elle pouvait ses seins sur cette verge gonflée à bloc. « Je suis une des meilleures branleuses du lycée, tous les mecs bavent sur mes seins. Aucun d'entre eux ne peut s'en passer après y avoir goûté une fois. Alors remplis ta capote pour moi, beau gosse. Ton sperme ne sera pas gâché, tu peux en être sûr. », « Je... Oui ! D'accord ! Tout ce que tu voudras ! Tes seins sont trop bons ! Trop doux ! Je... »

Non pas en reste, Hiroko s'occupait de deux garçons à la fois en les branlant et les suçant chacun leur tour avec une précision et une efficacité digne d'une actrice de film pour adultes. Alors que les deux autres garçons y étaient presque, ses partenaires venaient de lui éjaculer dans la bouche et sur les seins. « Oups... Ce que je peux être conne des fois. Je savais que j'avais oublié un truc. Toute façon vous bandez encore, alors j'ai qu'à vous faire éjac' encore une fois. Vous êtes des mecs, hein ? Vous allez me remplir ces capotes, non ? », « Un peu qu'on est des... mecs ! On peut jouir... sans problème ! »
Son discours semblait les galvaniser car il ne leur aura pas fallu plus de cinq minutes pour honorer leur parole.

« Les filles, arrêtez de vous amuser pour le moment. Laissez le garçons se reposer pendant que vous préparez la suite. Monoe, occupe-toi du collier pendant que Shidaru récupère les jouets. »

L'enseignant distribuait des ordres à ses élèves le plus naturellement et calmement du monde avec sa bite toujours collée au visage de la jeune femme femme agenouillée et vraisemblablement oubliée ici. Mais Solis tourna alors son regard en sa direction avant de glisser son gland entre ses lèvres furtivement avant de le retirer avant qu'elle ne puisse le toucher pour s'amuser à la torturer doucement. Sur son gland commençait à perler un peu de liquide qui frotta sur le nez de la surveillante avant de badigeonner son visage avec ce qu'il en restait. Puis de la bifler à nouveau quelques secondes.

Monoe et Shidaru : « On a terminé, sensei ! »

Les deux jeunes femmes avaient dans leurs mains un collier avec quatre capotes attachées dessus ainsi que des œufs vibrants et un rouleau de gros scotch.

« Tu vas adorer ce qui va suivre, ma petite Pepper. Ou pas... Vu que tu demandes à te faire baiser. Le problème de Mishima c'est que tout se règle uniquement par le sexe forcé, brutal. Personne ne semble avoir penser à faire languir une femme au point de lui faire perdre le contrôle. Les moyens de torturer une nympho ne manquent pourtant pas. »

Pendant que l'enseignant parlait à sa victime du soir, Monoe s'approcha de Pepper pour lui attacher le collier de capotes qui étaient légèrement ouvertes pour laisser l'odeur du sperme remonter jusqu'à ses narines. Alors que Shidaru, elle, scotchait un œuf sur chaque téton de l'enseignante ainsi que sur son clitoris par dessus sa tenue. Puis, elles vient toutes les deux se poser en face de l'enseignant, du côté de la joue droite de Pepper pour lui sucer un peu le gland après lui avoir donné la télécommande des œufs.

« Profite bien du spectacle pendant que tu es coincée là, à genoux, sans rien pouvoir faire. Ces petits sex-toys ne suffiront jamais à te faire jouir, l'odeur du sperme t'excitera et ma bite te sera inaccessible alors qu'elle n'est qu'à quelques centimètres de ton visage. La soirée ne fait que commencer et elle sera longue, très longue, pour toi. »

Sur ces paroles, il pressa le bouton des oeufs qui commencèrent à vibrer pendant qu'un peu de salive des deux jeunes femmes qui lui suçaient le gland en s'embrassant toutes les deux lui coulaient sur le visage au niveau des yeux d'abord.
« Modifié: samedi 01 décembre 2018, 08:35:36 par Arlan Solis »
Compte fermé !

Pepper Calgary

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 7 lundi 26 novembre 2018, 00:47:04

Pepper n’en menait pas large, et elle sentait bien que les prochaines heures allaient être éprouvantes. Solis était bien décidé à la frustrer, rappelant à Pepper ses « pires » heures de l’époque où elle était lycéenne, quand elle était attachée, et ne pouvait que souffrir en silence en étant longuement frustrée par ses camarades. C’était ce qu’elle commençait à vivre en ce moment, en voyant les trois lycéennes sucer avec talent les queues tendues des quatre hommes. L’une opta toutefois pour une belle cravate de notaire, et il fallait bien admettre qu’elles étaient douées. D’un autre côté, Mishima avait toujours su former de très bonnes partenaires sexuelles, et c’était là typiquement ce qu’il se passait. Quant à Pepper, elle inhalait la queue d’Arlan, ce qui la faisait rougir, son corps commençant doucement à mouiller sur place.

« Hmmm... »

Solis avait rapidement compris qu’il n’y avait que très peu de pudeur chez Pepper, qui continuait à renifler sa queue avec appétit, désirant se faire sauvagement baiser. Elle entendit alors les soupirs et les râles habituels des hommes, et se pinça les lèvres quand ils jouirent. Oh ! Ce délicieux moment quand elle buvait du sperme, quand ses lèvres et sa langue poussaient son partenaire dans ses ultimes retranchements. Elle adorait ça, tout simplement, ce jet blanc, spongieux, presque crémeux, qui agissait sur elle comme une sorte d’ultime récompense. Mais là, on venait la lui en priver ! Et, alors qu’elle voulait lécher et pomper le dard du professeur, sa queue tendue et assoiffée, on lui refusa ce plaisir.

Les filles s’approchèrent de Pepper, et greffèrent sur son corps des œufs vibrants, sur ses seins, ainsi que sur son sexe. Elle gémissait, sentant ces objets à travers ses vêtements fins et moulants... Et mouillés. Pepper se pinça encore les lèvres, tandis qu’Arlan exposait qu’il comptait continuer à la frustrer, ce qui l’amena à se pincer les lèvres, tout en se tortillant sur place.

« Ce... Ce n’est pas juste ! » protesta-t-elle, un peu inutilement.

Difficile de dire jusqu’à quel point elle continuait encore à simuler le rôle de la soumise, et jusqu’à quel point elle était sincère. Si elle avait au début cherché à provoquer un peu l’homme, elle était en réalité très excitée par ce comportement dominateur, appuyé, autoritaire, et sûr de lui. Un rôle parfait pour Mishima, où les personnalités de ce type étaient toujours les bienvenues ! Les mâles de Mishima avaient de plus davantage tendance à être soumis, vu la forte propension féminine régnant dans ce lycée. Pepper ne pouvait pas nier que cet homme apportait une touche de domination masculine qui l’excitait fortement.

Les œufs vibrants s’enclenchèrent alors, et elle se mit à gémir, tout en voyant, impuissante, les deux lycéennes se mettre à jouer avec la queue de Solis. À gauche et à droite de son sexe, elles le léchaient mutuellement, tout en s’embrassant régulièrement, gloussant sur place, délicieusement excitées, profitant du côté jouissif et libératoire que le sexe offrait... Une sensation que Pepper avait déjà eu l’occasion de ressentir. Elle ne pouvait que les envier pour ressentir ce qu’elle avait jadis éprouvé, ce sentiment névralgique et vertigineux de pouvoir faire tout ce qu’on voulait d’indécent sans craindre aucun jugement.

« Haaaa... Vous... Vous êtes cruelle, So-Solis-sensei... »

Pepper soupira encore, sentant que ses cuisses commençaient à s’humidifier. Le pire, c’est que, intérieurement, Pepper ne voulait qu’une chose...

*Souillez-moi encore, torturez-moi, comme si j’étais votre salope !*

Le séjour passé à Mishima avait irrémédiablement changé Pepper, qui était depuis un cas irrécupérable, une pure nymphomane.

« Je... Haaaa... Je vous ordonne d’arrêter ça, ou... Hmmm... Je devrais vous signaler... Haaaa... À la di-... Direction, haaaa... »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Arlan Solis

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 8 samedi 01 décembre 2018, 10:21:01

« Tu ne m'ordonnes rien du tout. Où est d'ailleurs passée ton arrogance et le tutoiement qui allait avec ? Je suis assez gentil pour ne pas abuser de toi sans ton consentement et voilà ce que j'obtiens ? »

Sa longue tige posée de travers de toute sa longueur sur le visage de la surveillante qui ne pouvait que se contenter de humer celle-ci pendant que Monoe et Shidaru s'amusaient à lui titiller le gland de leurs lèvres douces, chaudes et charnues. Bien entendu procurer du plaisir à leur professeur était leur objectif ultime, mais rigoler et plaisanter tout en se chauffant l'une et l'autre ou se lancer des défis les amusaient beaucoup quand elles se trouvaient entre filles en plein plan cul. Les filles qui possèdaient une sexualité débridée et épanouie au sein de Mishima ont toujours été différentes des autres depuis que cet établissement est en place de toute façon. Pourquoi ces deux-là seraient différentes ?

« Mnnnnn... Aaaahmmnn !
- Slurrrrrppp ! Pfwaaaaa ! »


D'abord concentrées sur ce gland imposant, aux contours parfaitement courbés qu'elles léchaient, suçaient et embrassaient ensemble avec passion et envie durant de bonnes minutes. Les deux lycéennes prenaient le temps de marquer des pauses pour discuter de leur quotidien, autant sur les cours que leur vie sexuelle. Un dernier ordre leur fut donné par leur professeur avant qu'elles ne prennent une de ces pauses en question.

« Les filles, crachez sur mon gland et étalez autant de salive que vous pouvez dessus. »

Agitant toutes les deux la tête de haut en bas pour dire qu'elles avaient compris et qu'elles acceptaient tout en plissant les yeux de façon coquine, elles s'exécutèrent dans la foulée. Monoe endossa le rôle de la cracheuse pendant que Shidaru plaçait sa bouche qu'elle maintenait grand ouverte en face de sa copine en se positionnant un peu plus bas. Histoire de rattraper la salive qui pourrait rater sa cible si nécessaire avant de pouvoir l'étaler plus rapidement une fois le liquide transparent sur le bout de viande.
Monoe se prépara quelques secondes en accumulant autant de salive qu'elle pouvait dans sa bouche avant de tout expulser d'un coup. Dans un son humide et excitant, le liquide vint s'abattre sur le gland turgescent et violacé. Une partie n'adhéra pas et se mit à glisser petit à petit en direction du sol. Heureusement que Shidaru était là en renfort et prête à rattraper le coup avec sa langue tendue. Cette même langue remonta alors vers le gland du professeur, ramassant la salive sur son passage pour enduire ce dernier comme demandé. Quelques coups de langue accompagnés de deux doigts de Monoe finirent le travail.

« Au fait, t'as réussi le devoir de maths ?
- Non, cette matière va finir par me faire péter un câble.
- On peut toujours réviser ensemble. Viens dans ma chambre un soir... Pas demain par contre.
- Pourquoi ?
- Je dois vois mon mec et son meilleur pote. Il insiste depuis des semaines.
- Chelou... En général les mecs demandent une seconde nana dans un plan à trois.
- Bah ouais, j'ai eu la même réaction. Après, je suis pas contre me faire prendre en sandwich. J'espère juste qu'il va pas virer gay.
- Après tant d'années ensemble tu t'en serais rendue compte si il était plus branché viande que fruits de mer.
- Certains mecs sont doués pour le cacher. Sans oublier qu'il peut être bi... Ou pansexuel, même si j'ai encore du mal à comprendre ce concept.
- J'ai une copine qui l'est. Cette salope se tape des mecs, des nanas... voir des animaux. Après faut voir si elle invente des délires ou si c'est la meuf la plus cheloue que je connais à ce jour. Elle m'a carrément raconté qu'un mec et son chien l'ont sauté ensemble dans une ruelle un soir après les cours.
- Euuuurrrk, c'est dégueux !
- Grave ! Surtout qu'elle est hyper belle et peut avoir tous les mecs qu'elle veut. J'hésite à lui demander des preuves. La curiosité me pousse à le faire. Alors que je risque d'être dégoûtée à vie si c'est vrai...
- A toi de voir. »


Ce genre de discussion, coquine et déviante à souhait, faisait probablement croître l'envie chez Pepper qui se dandinait sur elle-même depuis plusieurs minutes déjà. Ses poignets toujours liés à ses chevilles rendait la torture encore plus agréable pour son bourreau du soir qui se délectait avec un grand sourire de ce spectacle. Le viol n'était pas quelque chose qu'il appréciait, préférant pousser ses victimes à le désirer par tous les moyens à sa disposition, physiques comme psychologiques.

« Alors ? On ne veut toujours pas parler ? Cette bite ne te fait pas envie ? » lui lança Arlan en reculant d'un pas pour que le bout humide et collant se trouve de nouveau à hauteur de ses narines. Enduit d'un mélange abondant de pré-sperme et de salive, le gland gonflé à bloc n'était pas le seul atout qu'il allait mettre en avant.
« Sens ces veines qui rendent ma queue si dure. », reprit-il en frottant la peau de sa bite sur le petit espace entre ses lèvres et son nez en insistant et raclant le visage de la surveillante avec les veines en question. Sa bite était aussi dure qu'une barre de fer, littéralement. Pour le lui prouver, il alternait entre frottages et petits coups en faisant rabattre sa trique sur ce beau et doux visage qui lui était offert.

Pepper respirait difficilement, gardant même la bouche grande ouverte. Son tortionnaire profita alors de l'occasion pour s'amuser. Il inséra son gland dans cette bouche pour lui donner un avant-goût de ce qui pourrait l'attendre si elle décidait de céder. Mais sans y rester, lui refusant le luxe et pouvoir déposer le moindre baiser dessus, la moindre occasion de la goûter deux fois de suite avec sa langue. Avant de revenir à ses élèves, Arlan badigeonna le nez, le front et la joue gauche de Pepper une dernière fois avant de soulever ses couilles et de les poser sur son visage, bloquant ses voies nasales. Son testicule gauche était posé sur ses yeux qui se sont fermés au dernier moment par réflexe. Alors que le droit retombait devant son nez pour l'empêcher de respirer correctement. Ou l'encourager à savourer ce parfum masculin et sentir le poids conséquent de ses sacs de sperme qui sont pleins et capable de lui offrir une douche blanche sans problème.

« Les filles, ma bite ne va pas se sucer toute seule. Remettez-vous au travail. Pendant que l'une avalera mon gland, l'autre léchera et bavera sur ma tige. Mais n'oublions pas notre invité pour autant. Ne négligez pas Pepper et caressez-là chacune de votre côté, elle adore ça. »

Reprenant leur pipe baveuse et bruyante, comme les aime leur professeur adoré, Monoe avait accès au derrière ferme et rebondit de la surveillante pendant que Shidaru avait opté pour la poitrine opulente de celle-ci. La bouche prise par le gland qu'elle aspirait avec énergie et avidité, Monoe fit glisser sa main dans le short de la jeune femme pour glisser deux doigts entre sa raie sans pour autant chercher à atteindre son anus. Des caresses douces et sensuelles comme savent faire les femmes entre elles. Shidaru, elle, fit de même en caressant un des gros seins à sa portée sous le haut moulant qui les compressait au maximum. Heureusement que ses petits doigts étaient assez fins pour se faufiler à l'intérieur et masser comme elle pouvait ce gros globe de chair.
« Modifié: mardi 18 décembre 2018, 15:02:26 par Arlan Solis »
Compte fermé !

Pepper Calgary

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 9 mardi 11 décembre 2018, 00:57:53

Menées par leur professeur perverse, les trois lycéennes s’agglutinaient autour de Pepper, bien décidées à faire chavirer la surveillante... Qui était déjà largement en train de basculer. Ce n’était pas après plusieurs années à Mishima qu’on allait se refaire une santé, et, plus le temps passait, et plus Pepper se convainquait que les Miromoto l’avaient envoyé dans un piège. Comment pouvaient-elles ignorer les penchants sexuels de Solis-sensei ? Elles avaient sûrement déjà eu des retours en ce sens et s’étaient dit qu’il serait amusant d’aller sacrifier la belle Pepper à cet homme. Dans un sens, Pepper ne pouvait pas vraiment leur en vouloir, car elle comprenait parfaitement ce choix, qui était après tout conforme à ce qu’elle était.

« Les seins de Calgary-san sont bien tendus ! s’amusa Shidaru dans son dos, en les palpant douloureusement.

Pepper se mordilla fortement les lèvres, remuant nerveusement sur place, et gémit encore, tandis que Monoe, la plantureuse Monoe aux seins solides, palpait ses fesses, pinçait son cul, et la giflait. Au milieu de ce mélange débonnaire de stupre, Pepper était bien en peine de lutter, tant ses inspirations masochistes étaient en train d’éclater. Un homme fort, un mâle dominant, violent, autoritaire... L’excès de virilité se dégageant de Solis-sensei ne laissait pas Pepper indifférente, a fortiori à Mishima, où les hommes avaient souvent tendance à être soumis devant la lubricité des femmes. Mais elle s’interrogeait encore une fois sur le plan des Morimoto. Indéniablement, elles ne voulaient pas que Solis-sensei arrête ses activités, ou bien elles auraient envoyé quelqu’un de moins masochiste que la belle Pepper.

Shidaru était ainsi l’exemple typique de l’élève intelligente, bonne sous tout rapport, l’élève-modèle, qui était en réalité une grosse perverse.

« Shi... Shidaru-san...
 -  Non, non, Calgary-san, c’est à Solis-sama que vous devez vous adresser, pas à moi ! »

Pepper rougit encore, et se pinça fortement les lèvres. Elle continuait à trembler nerveusement, incapable de se contrôler, de se retenir, tant cette scène l’excitait. Solis-sensei avait une terrible endurance, et Pepper, qui continuait encore à donner le change, se tortillait sur place, reniflant l’odeur de sa queue. L’homme avait été jusqu’à la provoquer en lui mettant brièvement le bout de sa queue dans sa bouche, la faisant doucement frémir.

« Haaaa... »

Oui, oui, elle ne pouvait plus tenir ! Pepper gémit encore, et se dandina sur place.

« Pi-Pitié, Maître... Haaa... ! »

Voilà ! Là, voilà ! Le mot était sorti !

Pepper avait plié. Comme un deux face à un flush royal, elle s’écroulait sur place, face à son propre masochisme, et à ce sentiment jouissif de soumission qui bouillonnait en elle.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Arlan Solis

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 10 mardi 18 décembre 2018, 15:49:33

Pendant que ses camarades de jeu s'amusaient avec l'enseignant et la surveillante, Hiroko restait dans son coin pour jouer avec les garçons qui n'avaient plus qu'elle pour satisfaire leurs pulsions sexuelles et ce besoin permanent d'éjaculer qui occupait leur cerveau depuis des heures. Enfin, des heures... Plus ou moins quand on savait qu'ils attendaient ce moment avec impatience depuis que leur interdiction de jouir leur avait été imposée. La lycéenne prenait son temps pour les titiller et les chauffer tout en ralentissant le rythme avant qu'ils ne viennent à exploser par accident. Son but était clairement de les faire tenir en haleine jusqu'au bon moment à ses yeux.

« Vous espérez quand même pas m'avoir aussi facilement, hein ? Ma chatte ne sera jamais offert au premier venu, il faudra la mériter.
- Mais... On n'en peut plus nous !
- On va jouir ! C'est trop dur !
- Pour être durs, vous l'êtes bande de petits salauds. Vos queues sont pas énormes mais elles en veulent. Ceux qui tiendront le plus longtemps pourront me baiser et éjaculer en moi directement. Même à plusieurs, il m'arrive d'être une gourmande quand l'envie m'en dit. Et ce soir, j'ai trèèèèès faim.
- Arrrrrgh ! Putain, ça se fait pas ! »


Toutes ces bites ne lui faisaient pas peur et elle les branlait et suçait à tour de rôle sans aucune gêne. On se serait cru sur le tournage d'un film porno des plus déviants si il y avait une caméra dans le coin. Hiroko a toujours eu une réputation d'allumeuse et de nymphomane aux penchants dominatrices sans tomber dans les tenues en latex, les fouets et tous autres accessoires qui vont avec l'image faussée que l'on se fait souvent de ce rôle particulier. Dominer tout en jouant la fausse soumise était son fétichisme préféré. Offrir aux hommes un faux sentiment de domination quand elle se trouvait à genoux devant eux et qu'elle les contrôlait sans qu'ils ne s'en aperçoivent un instant. Pendant qu'elle entretenait cette relation bancale avec le groupe de garçons, l'animation n'en était pas moins faible chez l'autre groupe.


Shidaru et Monoe avaient beau malmener leur surveillante avec une violence plus prononcée qu'Arlan qui jouait la chose avec plus de subtilité en cherchant à provoquer le besoin et le manque chez la séduisante femme vêtue de rose. La surveillante semblait aimer ça et avait de plus en plus de mal à masquer la chose entre ses gémissements suaves et sa respiration lourde et saccadée. Monoe avait déjà eu des rapports intimes avec d'autres femmes, dont Shidaru. Adepte de la sodomie depuis quelques semaines, ce nouvel univers qui venait de s'ouvrir à elle la fascinait et elle comptait bien vérifier si Pepper partageait sa passion. Lui caressait d'abord son petit cul ferme et rond à la peau de pêche ses doigts vinrent le pincer avec force pour lui soutirer des cris de douleur et de surprise. Et seulement lorsque ne retirait pas sa main de ce short moulant pour la faire claquer sur son fessier dans des sons qui se mettaient à résonner dans toute la pièce.

Shidaru, lle, s'amusait à pincer tout aussi sournoisement et sadiquement les seins de la femme qui était incapable de riposter. Toute cette situation avait clairement éveillée les instincts malsains des deux amies qui s'en donnaient à coeur joie pour torturer et exciter la pauvre surveillante qui ne parvenait pas encore à jouir car elles faisaient en sorte de ne pas l'emmener jusqu'à l'orgasme. Elles la stimulaient, méthodiquement, sans relâche en alternant douleur et douces caresses avant de s'arrêter quelques secondes quand elles voyaient l'orgasme arriver à travers son regard et les réactions de son corps tout en suçant leur professeur qui admirait la scène sans y participer activement.

Puis... Venu de nulle part, Pepper s'adressa à Solis en le suppliant de mettre fin à ses supplices. Allant jusqu'à le qualifier de maître. Elle ne se doutait cependant pas qu'il était imperméable à ce genre de sobriquet qu'il trouvait surfait et uniquement bon à flatter l'égo des faibles ou des personnes en manque de reconnaissance. Beaucoup d'hommes aiment ce genre d'attention, cela décuple leur libido dans certains cas... Mais pas lui.

« Un maître ? Moi ? Non, je ne cherche pas à devenir ton maître, Pepper. Je ne suis d'ailleurs pas celui de ces jeunes femmes non plus, juste un homme capable de combler leurs besoins. Et à en juger par ton changement de comportement, tu as également des besoins que tu voudrais voir comblés, hein ? »

L'enseignant se tourne alors vers Monoe pour lui faire un signe de la tête qu'elle lui rendit instantanément. La lycée récupéra alors un des oeufs qu'elle glissa dans le short de Pepper pour l'insérer dans son anus en prenant tout son temps afin qu'elle sente le jouet se faufiler en elle. Avec une certaine facilité d'ailleurs quand elle prit le temps de comparer l'anus de celle-ci au sien qui était loin d'être aussi souple.

« Mince alors, il est rentré plus facilement que je croyais. Pourtant j'ai du mal à me le mettre dans le cul.
- T'as qu'à demander à Solis-sensei de t'enculer un bon coup plus tard. Là, tout rentrera dedans.
- Sans vouloir être méchante, sensei, mais je passe mon tour. Ou alors... Une autre fois. Je tiens pas à boiter plusieurs jours.
- Allons, un peu de tenue. Pensez à cette pauvre Pepper qui doit se contenter d'un oeuf qui vibre si faiblement en elle qu'il ne la fera jamais jouir alors qu'elle n'attend que ça.
- Dommage pour elle, votre grosse queue est à nous tant qu'elle parlera pas.
- Tant mieux, j'adore quand on le suce ensemble. Ca en fera plus pour nous.
- Pas autant que moi, mes jolies cochonnes. »


Les deux lycéennes se remirent à sucer sa bite sous le regard perdu et jaloux de Pepper qui n'avait pas d'autre choix que de partager ses informations si elle voulait profiter de ce qui lui pendait littéralement sous le nez depuis de nombreuses minutes. La salive des deux jeunes femmes qui enduisait cette grosse et longue bite finissait par couler jusque sur sa peau. Les gémissements qui s'échappaient difficilement de leurs lèvres lorsque l'une d'elle prenait le membre en bouche devaient faire écho dans ses oreilles en plus des bruitages humides qu'elles se faisaient un malin plaisir d'accentuer pour la torturer.
Retirant sa queue luisante de salive de la bouche de Shidaru qui aspira dessus aussi fort que possible pour l'en empêcher en provoquant un dernier bruit de succion, il tourna son gland en direction de la bouche de Pepper.

« Parle ! Qu'est-ce que tu es venue faire ici ? Qu'est-ce que tu sais ? Ta seule chance d'avoir un orgasme est de tout nous dire.
Regarde les choses en face, je ne manque pas de possibilités pour m'envoyer en l'air. Contrairement à toi... Parle et je te prendrai par tous les trous jusqu'à les faire déborder de sperme. Puis tu te feras baiser par toutes les personnes présentes dans cette pièce si tu seras encore en état quand j'en aurais terminé avec toi.
»
Compte fermé !

Pepper Calgary

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 11 lundi 24 décembre 2018, 00:48:38

Très clairement, s’il fallait enquêter sur les agissements suspects d’un homme à l’égard d’élèves, Pepper n’était pas la meilleure option ! Elle avait beau être une surveillante, la jeune femme était une profonde soumise, et une grande masochiste. Toute sa maîtrise du sexe, très importante (vu qu’elle faisait intensivement l’amour depuis des années, et était donc une nymphomane s’assumant pleinement), n’avait jamais pu faire d’elle une femme dominatrice. Elle aimait au contraire être soumise dans le sexe, elle aimait que des hommes violents la prennent, la violentent, lui tirent les cheveux en arrière, l’insultent et l’humilient copieusement. Pepper, en réalité, ne demandait rien de plus. Un petit-ami parfait et respectueux avec elle la lasserait profondément vite. Elle avait été totalement éduquée à Mishima dans ce sens. Elle aussi, elle avait été comme ces lycéennes qui la torturaient. Elle avait fait partie de clubs de ce genre, des clubs où le seul but était de vous pervertir, sous la bienveillance silencieuse de l’administration. Car, si officiellement l’administration ignorait tout de ces clubs secrets, la réalité était toute autre !

Pepper se tortillait donc sur place, sentant ces femmes l’embêter encore, allant jusqu’à dire que Solis-sensei se moquait bien qu’on l’appelle « Maître ». Il était toujours là, avec sa queue massive, tandis que, en fond sonore, elle entendait les soupirs des amants d’Hiroko. Imperturbable, celle-ci se faisait plaisir avec toutes ces queues dressées autour d’elle, tandis que Pepper sentait le feu croître en elle. Le désir montait dans sa poitrine, vorace et assoiffé. Pour la calmer, Arlan lui expliqua qu’il attendait d’elle qu’elle parle afin de pouvoir la satisfaire. Mais que pouvait-elle bien dire ? Les idées se mélangeaient et se fracassaient dans son esprit, tandis qu’il lui expliqua plus en détail ce qu’il voulait.

« Ah… »

Qu’elle parle de ses raisons ici ? Elle gémit doucement, tandis que, dans son dos, Monoe s’amusait à remuer l’œuf vibrant qu’elle lui avait niché dans les fesses.

« Je… Haaaa.. C’est Morimoto-sama qui m’a envoyé ici, hmmm… Afin que… Hmmm… Que je me renseigne sur ce que vous manigancez, Solis-sensei, haaaa… »

Le moins qu’on puisse dire est qu’elle avait obtenu des informations particulièrement complètes ! Elle savait maintenant que les rumeurs circulant sur Solis-sensei étaient fondées, et qu’il s’amusait à faire de ses élèves des pervers sexuels.

« Mi-Mishima n’a jamais été un simple lycée comme les autres, hmmm… Former nos élèves au sexe est l’un des objectifs profonds de ce lycée, hmmm… »

Elle n’était guère en état de lui parler de l’historique du lycée. Monoe la torturait dans son dos, et Shiroku faisait de même avec ses seins, continuant à pincer régulièrement ses tétons, soulevant et abaissant sa très généreuse poitrine, tandis que Pepper avait de plus en plus chaud entre les cuisses. Quelle horrible torture ! Elle soupira encore, et reprit :

« J’ignore ce que Morimoto-sama vous veut… Sans doute officialiser votre club dans nos registres, hmmm… Il existe d’autres clubs comme le vôtre ici, Solis-sensei, mais… Les hommes dominateurs sont assez rares, haaaa… »

Le fait est que le corps enseignant du lycée était très féminin, ce qui donnait à Arlan une valeur ajoutée supplémentaire.

« Je ne sais rien de plus, haaaa… Morimoto-sama est ma Maîtresse, elle m’a dit de me renseigner, hmmm… Pitié, j’ai si chaud entre les cuisses, haaaa… Si chaud, si chaud ! »

Pour une nymphomane comme elle, la frustration sexuelle était un sort terrible !
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Arlan Solis

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 12 jeudi 17 janvier 2019, 12:28:07

La réputation de Mishima n'était plus à faire aujourd'hui. Pourtant l'enseignant ignorait l'existence de ce, ou cette, Morimoto dont venait de lui parler Pepper à l'instant. Un oubli bien trop important vu la main mise que semble posséder cette personne sur l'ingralité de Mishima. Comment les membres de son clan qui est censé toute savoir sur la face cachée de Sekusu a pu passer à côté d'une chose aussi importante ?
La seule explication possible serait que ce secret était si bien conservé qu'il était hors d'atteinte. Indiquant donc que les personnes impliquées dans cette machination perverse étaient à craindre.

Les deux élèves qui s'attelaient à garder la surveillante excitée furent les premières à prendre la parole après avoir entendu les propos particuliers de la jeune femme.

« Woooooow, elle est sérieuse là ?
- C'est quoi ce délire de formation au sexe ?
- J'ai entendu des trucs pas nets sur certains profs. Même des femmes. Tu sais... certaines ont même. Tu vois... une bite.
- Arrête, ça existe pas. Ou alors ce sont des transexuels.
- Non, non, j'te jure ! Une copine m'a dit que son mec s'est fait violer par nana avec les deux sexes.
- Bah merde alors... Ca existe vraiment ? Le pauvre...
- Ouais, il est encore traumatisé. Si il existe d'autres clubs tordus il y a forcément des violeurs dedans. Ca me surprendrais même pas. »


C'est ensuite que Pepper dévoila que Morimoto était une femme. De là à savoir si il s'agissait d'une enseignante ou une personne plus haut placée dans l'organigramme du lycée... Si il s'agit de sa maîtresse c'est qu'elle doit la connaître personnellement. Autrement elle aurait utilisé un autre terme pour définir leur relation.
La surveillante était de plus en plus excitée et ne le cachait plus dans ses propos. Ses actions avaient beau le montrer depuis un moment déjà, l'exprimer de vive voix renforce un peu plus son état et la situation dans laquelle elle se trouvait.

« Les filles, qu'allons nous bien pouvoir faire de cette pauvre femme ? Vous avez aussi bien entendu que moi qu'elle semble soufrir.
- Bah... Peut-être qu'elle ment. On peut être sûrs de rien.
- J'ai une idée, attendez ! »


Monoe s'approcha alors de Shidaru pour lui sussurer quelques mots à l'oreille. Ce qui eut pour effet de provoquer un léger rictus chez sa copine pendant qu'elle fixait la pauvre Pepper. On pouvait aisément remarquer une certaine once de malice dans son regard à cet instant. Elle répondit favorablement à son amie avant de la voir se lever et rejoindre Hiroko plus loin.

Arlan, lui, était toujours debout et regardait ses complices s'affairer dans leur entreprise douteuse sans se douter un seul instant de la suite des évènements. Quelques secondes après Shidaru prit la main de son professeur pour l'amener jusqu'à une chaise avant de lui demander de s'assoir dessus et d'attendre.
Le derrière vissé sur une chaise et la trique dressée dont le gland pointait en direction du plafond, l'enseignant pouvait voir son élève tirer et pousser la surveillante pour l'emener devant lui. Arlan, d'où il se tenait, pouvait voir ce qui se passait au loin entre Hiroko et Monoe discuter et manigancer quelque chose avant de rejoindre le petit groupe de nouveau. Alors que Pepper faisait dos à Hiroko en étant toujours attachée.

« Si tu as une maîtresse c'est que tu une chienne, non ?
- Obligé. Puis une chienne c'est censé obéir aux ordres au lieu d'en donner.
- Tu veux gérer le haut ou le bas ? Moi les deux me vont.
- Prend le bas alors. J'ai envie d'essayer pour voir car je l'ai jamais fait.
- Dis plutôt que tu veux libérer ton côté sadique.
- La ferme ! »


Les deux lycéennes avaient visiblement un plan. Un plan qui nécessitait de retirer le short de la surveillante car le bout de tissu qui protégeait ses parties intimes venait de lui être baissé pour se retrouver à ses chevilles alors qu'elle se tenait toujours à genoux devant l'enseignant et cette verge qui ne perdait rien de sa vitalité face à ce spectacle particulié.
Monoe s'allongea, pas sans difficulté, sous la surveillante pendant que Shidaru se tenait sur sa gauche. Si la chatte de Pepper était en feu, la langue qui venait de s'insérer en elle pourrait la calmer un peu. A l'exception près que cela ne serait pas forcément une partie de plaisir qui s'annonçait pour la jeune femme prisonnière.
Dans le même temps Shidaru se saisit de la chevelure de la surveillante avec la main droite avant d'en faire de même avec la verge du professeur. Sa main tenait fermement le vit d'Arlan qui appréciait de plus en plus l'avancée des évènements. En particulier lorsque son gland se frotta sur le front et les joues de Pepper sans qu'il n'ai à faire le moindre geste. La lycéenne s'amusait à frotter le visage de sa victime sur chaque millimètre de cette bite gonflée à bloc et encore un peu enduite de salive. Sans négliger les bourses pour autant. Pepper allait tout renifler et lécher avant d'aller plus loin.

Après s'être assez amusée Shidaru guida le gland violacé de l'homme en direction des lèvres pulpeuses et déjà humidifiées de la surveillante pour lui faire gober cette bite. Appuyant sur son crâne pour voir jusqu'à elle pouvait la faire entrer. Ne relâchant pas son emprise sur cette femme pendant plusieurs secondes avant de la faire reculer dans un vulgaire son humide et d'étouffement. De la salive dégoulinait de partout.... Mais cette dernière recommença sans lui laisser le temps de souffler. Elle allait la malmener sans aucune pitié.
« Modifié: vendredi 15 février 2019, 00:16:43 par Arlan Solis »
Compte fermé !

Pepper Calgary

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 13 lundi 04 février 2019, 01:27:01

S’il existait un diplôme de la perversion à Mishima, Pepper l’aurait très certainement obtenu lors de ses années d’étude. Évidemment, elle n’avait pas menti, mais personne au sein du petit club d’Arlan ne semblait être véritablement au courant des choses circulant dans ce lycée. De quoi convaincre davantage Pepper que les Morimoto avaient sciemment laissé Arlan jouer avec ses esclaves. Il était difficile de croire que toutes ces filles n’aient pas entendu des activités occultes du lycée, des aphrodisiaques qui circulaient, des pilules d’hermaphrodisme, des professeurs pervers.. C’était comme si le lycée canalisait entre ses murs une sorte d’immense vague de perversion, comme s’il avait été construit sur une fissure de magie rose, et que cette dernière s’échappait à l’intérieur du lycée. Du moins, c’est l’image que s’en faisait Pepper.

En tout cas, les deux lycéennes semblèrent avoir rapidement trouvé quoi faire de Pepper. C’est que la surveillante avait été honnête, elle avait tout dit ! Il ne fallait guère compter sur Pepper pour conserver un secret, et elles l’approchèrent d’Arlan, après avoir installé le professeur sur une chaise. Son membre turgescent pointait comme une épée, serpent de chair prêt à siffler, tandis qu’elles abaissèrent son short, dévoilant ainsi son bassin. Pepper avait une intimité parfaitement épilée, dont elle prenait grand-soin, et qui était en feu en ce moment. La frustration sexuelle était quelque chose de terrible pour elle, une véritable punition qui lui rappelait ses longues séances de formation en étant lycéenne.

« Je n’ai aucune raison de vous mentir, aaahh... »

Mais elles semblaient l’avoir cru, car elles s’occupèrent d’elle, non sans la narguer alors, lui demandant si elle était une chienne. Honnêtement, si elles avaient demandé à Pepper d’aboyer, celle-ci l’aurait fait. Là encore, elle avait déjà expérimenté ça. Tenue en laisse par ses Maîtresses, elle se promenait nue dans les couloirs du lycée avant la sonnerie, et les plus perverses s’amusaient même à la faire uriner sur le sol des toilettes, avant de la forcer à nettoyer... Avec sa langue. Fort heureusement, cette idée dégradante ne semblait pas avoir encore traversé l’esprit de ces jeunes filles, et Pepper se redressa légèrement pour faciliter le passage de Monoe, puis rabaissa ensuite ses cuisses, son sexe atteignant son visage. Elle soupira ensuite doucement quand la langue de Monoe s’immisça entre ses cuisses, venant la lécher tendrement.

Ses joues rougirent de nouveau, et Shidaru empoigna alors ses cheveux d’une main, tdéclenchant une vive pointe de douleur, avant qu’elle ne rapproche son visage du membre tendu d’Arlan.

« Haaaa... !! »

Il n’y avait guère de douceurs là-dedans, mais elle pouvait au moins s’imprégner de ce vit, de son odeur... Elle embrassait cette queue quand elle le pouvait, la léchant également, créature sensuelle et empreinte de perversion. Pepper la laissait faire, incapable de la repousser, tout en mouillant sur le visage de Monoe, contre sa délicieuse langue, sentant ce membre adipeux contre son visage, puis dans sa bouche, Shidaru la forçant à le prendre à le bouche.

Enfin, « la forçant »... Vu que Pepper était totalement consentante, ce n’était pas vraiment que ça la déplaisait, bien au contraire !
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Arlan Solis

Humain(e)

Re : Le club secret [PV]

Réponse 14 vendredi 15 février 2019, 00:54:12

Pour son jeune âge Shidaru avait une sexualité épanouie et légèrement débridée. Plus d'une fois elle s'était lancée dans des expériences avec plusieurs partenaires pour tâter le terrain et en découvrir plus sur elle ainsi que ses goûts. Tant au niveau du corps humain que sur les atouts de celui-ci. Chez les hommes ainsi que les femmes. Surtout que Mishima ne manquait pas de jeunes personnes avides de satisfaire leur libido et autres fantasmes.

Il s'agissait cependant de sa première tentative de domination sur quelqu'un. Voir sa première expérience de domination tout court étant donné que ses ébats sont pratiquement tous des jeux sexuels où chacun s'amuse et profite de la situation de façon égale sans aller trop loin. S'offrant du plaisir entre eux en fonction des cas. La lycéenne se découvrait alors un petit penchant sadique qui devait sommeiller en elle depuis un moment déjà au fur et à mesure que les minutes avançaient.

« Alors ? Comment tu trouves cette bite ? Tu la sens cogner sur ta glotte ou s'enfoncer ta gorge ? », lui lance la jeune femme avant d'appuyer des deux mains sur le crâne de Pepper afin qu'elle avale la longue et épaisse masse de chair. Que son nez pénètre la peau du ventre de l'enseignant. Que son mention se frotte sur les bourses pendantes.

Au bout de plusieurs secondes elle tira alors de toutes ses forces sur le crâne de Pepper qu'elle tenait par les cheveux avec poigne. Son autre main tenait la verge de son professeur avec fermeté pour la faire cogner sur ses joues. Le visage penché sur le côté de Pepper servait de punching ball à la verge qui venait claquer dessus au rythme imposé par Shidaru qui s'en amusait ouvertement.

« Ecoute ces bruits ! Ecoute sa queue te bifler ! T'aimes ça ? »

La lycéenne jouait avec la surveillante en la poussant à lécher, embrasser ou sucer l'homme qui se tenait tranquillement assis sur sa chaise et qui profitait du spectacle sans un mot. Du moins jusqu'à ce qu'une question sur la suite des évènements lui fut posée.

« Sensei, vous voulez lui fini où ? Sur son visage, dans sa bouche, sur ses seins... ou sur moi ?
- Quelle question. Je peux très bien jouir assez pour vous deux.
- Ha ha ! Je savais que vous diriez ça. Pour la peine, j'ai pensé à une petite surprise. Viens là, toi ! »


Toujours avec son absence de douceur, la main qui tenait la bite libéra sa prise pour se poser sur le haut de Pepper. La partie supérieur de son ensemble rikiki et extrêmement moulant n'était pas simple à étirer car le but était clairement de mouler au maximum les attributs généreux de cette belle plante. Mais avec un bonne effort elle parvint à libérer un espace assez large pour y glisser le sexe de Solis qui était désormais piégé entre les seins de la surveillante.

« Oups ! On dirait que ton haut est à deux doigts d'exploser avec toute cette viande à supporter. »

Le haut avait déjà du mal à tenir en place avec la grosse poitrine de Pepper. Alors avec en plus le sexe de Solis... Cela n'arrêta pas pour autant Shidaru qui attrapa les seins de sa partenaire de jeu pour la faire monter et descendre le long de cette verge lubrifiée par sa propre salive tout en plantant ses dents sur le lobe de son oreille dans un premier temps. Avant de l'embrasser et de laisser ses dents glisser le long de sa nuque et de son cou.

Le petit jeu dura deux à trois minutes avant que Shidaru ne se lance à la conquête du gland gonflé et rouge foncé qui gigotait sous ses yeux. N'attendant qu'à rencontrer de nouveau ses douces lèvres pour l'aider à atteindre la libération. L'homme tenait alors la tête de chacune de ses partenaires dans chaque main. Shidaru gobait son gland en tenant la poitrine de Pepper qui restait la tête penchée sur le côté en léchant et embrassant sa tige sur la longueur. Bavant dessus par moment.

Le plaisir procurer par les deux bouches et la poitrine sur son sexe finirent par le faire exploser. Son sexe toujours tendu vers le haut laissa échapper plusieurs filaments de sperme qui vinrent s'abattrent sur les visages des deux femmes après avoir effectués un véritable saut dans les airs. Le sperme s'écrasa sur leurs visages avec force avant de se mettre à dégouliner sur elles.

Alors qu'elles reprenaient leur souffle et réalisaient ce qu'il venait d'arriver qu'Hiroko était de retour avec un seau entre les mains.

« Les filles, j'ai pu leur faire remplir la moitié. »

Noublions pas que Monoe était toujours allongée sur le dos à même le sol pour s'occuper de Pepper.
Compte fermé !


Répondre
Tags :