Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Yehaël

Avatar

Le premier des conflits [Stephen Connor]

mars 05, 2013, 05:01:48 pm

Tu étais nerveuse, à cette époque. Rien à voir avec cette femme forte et déterminée que tu es devenue, au fil des années. La Pureté... C’est ainsi que les autres t’avaient appelé, mais, pour toi, ça ne voulait pas dire grand-chose. Tu priais dans l’une des éternelles tours d’ébène des Cieux, quand on t’a appelé. On t’a appelé pour descendre, pour aller te battre.

« Luctum va tomber, ma Sœur. Il nous faut intervenir ! Dépêche-toi ! »

Ce fut ainsi qu’il interrompit ta prière. Tu te retournas, hochant la tête, te préparant à l’inévitable. L’affrontement sanglant qui, depuis des années maintenant, agitait les Cieux, et divisait entre eux les Archanges. Comment aurais-tu ne pas être nerveuse ? Tu venais à peine de terminer ta formation, et on disait tant de choses effroyables sur ce qui se passait en contrebas, sur les légions infernales déferlant dans les plans inférieurs... Tu te relevas, et t’envola à ton tour, rejoignant les autres. Ils étaient tous là. Eux, tes amis d’enfance. Et lui. Il vous tournait le dos.

« Combien de temps Luctum va tenir ?
 -  Ses premières lignes de défense sont tombées. C’est toute une Légion qui est en train de l’assiéger. »

Celle qui venait de te répondre était celle avec qui tu avais grandi, celle avec qui tu avais eu tes premières plumes. Une Ange extrêmement sage, Bath Kol. Quand elle parlait, c’était toujours avec sagesse. Elle voyait en contrebas, et tu regardas également. Luctum était l’un de vos plus puissants sanctuaires arctiques. Il se dressait au milieu de la banquise. Une énorme colonne de lumière partait de son centre, et les Anges, avec leur technologie, avaient érigé des murs pour protéger l’accès, et permettre aux habitants de s’y réfugier avant la venue des Maraudeurs, et des autres créatures venant des Enfers. La situation semblait effectivement catastrophique. Luctum était l’un de vos plus importants sanctuaires. Sa chute compliquerait sensiblement vos possibilités d’arriver dans les plans inférieurs pour secourir les habitants qui y vivent.

A cette époque, il n’y avait pas de nation. Il n’y avait pas d’État, pas de civilisation, pas de continent. L’humanité, dans le sens le plus large qu’on puisse lui donner, en était à ses balbutiements, passant du statut d’animal à celui d’être humain. C’était le commencement de tout, le début des espèces intermédiaires, qui commençaient lentement à pulluler. On ne trouvait aucune ville digne de ce nom, rien d’autre que des peuples avançant au gré du vent, pour la plupart des sauvages barbares qui attaquaient sauvagement quand les autres approchaient, des barbares cruels.

« Alors, il faut y aller.
 -  Toujours le même empressement, Yehaël... Je te reconnais bien là.
 -  Mais elle a raison, intervint l’homme qui, impassible, observait depuis la plateforme d’observation la situation en contrebas. Azazel ne tiendra pas éternellement contre eux. »

Tu frémis en l’entendant parler. A cette époque, et même maintenant, sa puissance et son charisme t’avaient impressionné. N’était-il pas le Porteur de Lumière, après tout ? L’un des plus grands Anges ? Des plus puissants ? Il t’avait formé, et, en un sens, tu le considérais un peu comme son père. Certes, quand cette idée te vient à l’esprit, tu sais qu’elle est influencée par ce que tu as vécu, car, à cette époque, tu ne croyais pas vraiment à l’existence d’un groupe intermédiaire entre toi et les Anges. Le concept de famille ne te venait même pas à l’esprit.

La guerre régnait en contrebas depuis que les Anges étaient intervenus pour tenter d’éduquer ces sauvages. Les démons étaient également intervenus, afin d’en faire des esclaves, et de renforcer leurs rangs, dans l’intention de s’implanter chez eux, de se répandre dans d’autres plans. Et la guerre, naturellement, avait rapidement éclaté. Les démons étaient dirigés par un démon d’une puissance légendaire, un seigneur de guerre redoutable qui restait chez lui, envoyant sur Terre son plus fidèle lieutenant : Belzébuth, le Palingène.

« Luctum ne tombera pas. Si les Archanges ne se décident pas à intervenir, nous nous passerons de leur aval. »

D’autres anges étaient là. Tu te dépêches d’enfiler ton armure, très légère, comprenant un heaume, et des morceaux d’armure pour protéger les parties faibles de ton corps, notamment les ailes, le point faible de tous les Anges, vu que les ailes n’étaient constituées que de plumes. Il n’y avait que le Porteur pour ne mettre aucune protection. Il prétendait que la Lumière divine le protégeait, et que les éléments d’armure le ralentissaient.

« Nous devrions attendre que le Conseil se décide...
 -  C’est une question de minutes ! coupa l’homme. On ne peut se permettre d’attendre plus longtemps. Soit vous restez ici à vous dorloter la pilule, soit nous allons sauver nos confrères. »

Lucifer n’en dit pas plus, et se laissa tomber, avant de traverser les nuages. Tu regardas Bath, sachant très bien qu’agir ainsi l’énervait, elle qui aimait tant suivre les ordres. Les autres anges commençaient déjà à descendre, et tu les suivis.

« Nous allons avoir besoin de toi, Bath. Viens. »

Elle avait alors haussé la tête, confirmant ta demande, et vous vous mîtes à descendre, traversant rapidement les nuages, atteignant une vitesse très rapide. Des colonnes d’air fendant les nuages, avant d’apercevoir les colonnes bleues des sanctuaires divins. Tu atteignais une superbe vitesse, ta lance se matérialisant dans son dos. Votre formation était classique, évoquant une paire d’ailes avec Lucifer au centre, laissant derrière lui des traînées dorées. Les nuages disparurent rapidement, et tu aperçus le champ de bataille.

Les démons étaient partout, formant une immense marée noire qui se fracassait contre les immenses murs d’albâtre de Luctum. Les démons se trouvaient dans la cour inférieure, qui entourait le monastère, avec les réfugiés. Tu sentis la colère t’envahir, et Lucifer prit de l’avance. Il joignit ses deux poings, des lueurs célestes, et envoya un puissant sort vers les démons.

« Frappez depuis le ciel, mes frères ! »

Ce fut comme si une colonne de feu lumineuse fendait l’air en deux, plongeant sur les ennemis, provoquant une superbe explosion qui dispersa les démons. Lucifer s’écrasa au milieu des cadavres, pliant les genoux, une main sur le sol, tête baissée vers le bas, alors que les cadavres de démons s’envolaient dans tous les sens. Lucifer se déplaça ensuite rapidement, et son genou se logea dans le ventre d’un autre démon, avant que des épées ne jaillissent de ses mains. De ton côté, tu atterris sur l’un des murs, et ta lance parla d’elle-même, sectionnant la gorge de l’un des démons.

Les renforts venaient d’arriver.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2771


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 1 mars 05, 2013, 08:28:15 pm

Pas Stephen. A une autre époque, bien avant que l’homme ne puisse réellement saisir le concept de la civilisation, lorsque l’humanité n’était qu’une faible lueur vacillante sur la Terre. Helel, de son nom, ou de celui qui lui avait donné le Tout-puissant, autrefois. Le monstre qui ferait de l’américain un démon, plusieurs centaines de milliers d’années plus tard. A l’époque, la guerre entre les Célestes et les Infernaux éclatait, pour des raisons que seuls les plus hauts généraux connaissaient, probablement. Dans le tumulte, les seigneurs des enfers avaient dépêché leurs subordonnés les plus cruels et puissant, dans leur désir de destruction. La mission consistait à venir un bout d’un sanctuaire divin, dans les banquises froides, afin de permettre au gros des forces d’en bas de passer dans le plan Terrestre.

Helel avait fait connaître son nom, trouvé sa place. A l’époque, déjà, les démons avaient commencé à s’organiser pour rivaliser avec les armées angéliques. Les déchus n’étaient pas communs, mais déjà présents dans les rangs Infernaux. Baal Azabab, le prince de la Terre, comme le disait son nom. Un ancien angélique tombé du ciel. C’était à lui que revenait la tâche de mener l’assaut sur Luctum, contre les armées sublimes, étincelantes, des cieux. Sous le commandement direct du seigneur de la Terre, Helel était chargé de repousser d’éventuels renforts, le temps que les supérieurs trouvent la source du rayon de lumière, et l’anéantissent. Les puissants murs du sanctuaire, d’un blanc immaculé, se dressaient fièrement, prêts à repousser tout assaut.

« Baal, comment comptes-tu nous faire franchir cette muraille ? » S’enquit Helel, les sourcils froncés. « Le pilier de lumière est-il vraiment destructible ? »

« Helel, contente toi de te rendre sur les cotés du rempart, le vieux créateur ne manquera pas d’envoyer ses petits soldats étincelants épauler leurs frères d’ici peu. » Rétorqua Belzébuth, esquivant la question de son partenaire. « Je veux accueillir ces moineaux aux ailes dégarnies dignement. Espace tes troupes, mon escouade t’informera au moment d’escalader la bâtisse. »

Le subordonné du prince lança sa horde à l’attaque sans plus attendre. Il fallait profiter de l’infériorité numérique actuelle des troupes angéliques. N’importe qui pouvait constater le manque de cohésion entre les divers groupuscules qui formaient la faction du prince Zebul. Evidemment, leur véritable force était leur nombre massif et leur rage pure. Seul Helel tentait de garder un peu de son calme et de son sérieux. Lui n’était pas un déchu comme son supérieur, mais un ancien mortel, un chef de tribu tombé de sa montagne, celui que les monstres surnommaient « l’étoile du matin ». Néanmoins, il n’était pas de ces démons infects, à la peau rouge parsemée d’écailles inégales. Les beaux traits de l’ancien mortel lui étaient restés.

Son regard, froid et perçant, se déplaçait, d’un point à l’autre du champ de bataille. Le visage recouvert de son capuchon blanc, il scrutait toutes et tous de ses yeux verts, aux prunelles de serpent. A son oreille gauche trônaient deux breloques, attachées à même la chair, signifiant son rang de général. Sa hallebarde en main, le monstre se gardait bien de dévoiler sa force à ses ennemis. Il ne souhaitait guère se montrer comme le commandant qu’il était, pour éviter que tous les ennemis ne se concentrent sur lui, brisant les chaînes stratégique de sa faction. Malgré les premières impressions, le sanctuaire s’avérait des plus faciles à maîtriser. Le groupe de Baal avait probablement déjà passé les portes.

Un arrêt. Une présence chaude, réconfortante, des particules dorées dans le ciel.

« Eux… » Soupira doucement Helel, regardant le ciel.

Geyser de flammes, pilier de la rétribution divine. L’odeur des corps calcinés monta bien vite aux narines du monstre. Il était trop loin de la source de cette puissance pour s’y rendre vite, et pour être honnête, il souhaitait éviter une telle aura. En de multiples occasions, le beau démon avait eut l’occasion de combattre les armées Célestes, mais aucune escouade n’était aussi puissante que celle du Fier porteur de lumière. Le Fier, lui qui semblait croire les anges si supérieurs à toutes formes de vie. Helel ne pouvait nier la supériorité de cet être, encore moins sa puissance, mais il l’avait en horreur. Vraisemblablement, il serait du seul ressort de Baal d’affronter le Porteur. L’étoile du matin ferait donc briller sa sombre lumière sur les alliés du général angélique.

« Ecartez vous ! Evitez l’ange ! Que les Eclaireurs aillent prévenir Baal ! » Ordonna rapidement le général à ses éclaireurs, les dispersant dans une direction telle qu’ils pourraient aisément se mêler à la cohue démoniaque sans être identifiés comme porteurs de message.

Depuis des lustres, le démon aux yeux verts n’avait pas ressenti la peur, mais elle lui revenait désormais, insidieuse, vicieuse. Pas question de se montrer lâche pour autant. Si ces Célestes écœurants de prétention avaient la force de mille démon, Helel avait le cerveau de mille anges. Ordonnant à ses troupes de commencer à s’éparpiller, il cherchait à assurer un espace suffisant pour leurrer les anges dedans, et les dominer par le nombre. Saisissant fermement sa hallebarde, le beau diable se jeta à l’assaut des remparts. Ses longues ailes se déployèrent, organiques, noires et luisantes. Quelques battements firent monter la créature sombre au dessus des remparts. Le vent ôta au capitaine son capuchon, dévoilant la marque de son rang d’officier, et sa longue chevelure noire, bouclée. Ses yeux croisèrent ceux de Yehaël, qu’il observa, se maintenant dans les airs par quelques battements d’ailes.

« Votre prétention n’a donc pas de limites, rapaces ? » Demanda le commandant, un regard stoïque collé sur son visage presque angélique. « Nous vous ferons entendre raison. » Ajouta-t-il, pointant sa hallebarde gigantesque vers l’ange.

Mais il ne pouvait s’occuper d’elle pour l’instant. Un ange se jeta sur lui avant qu’il ne puisse réellement engager le duel. Souriant à peine, le démon dégagea l’envoyé des cieux quelques mètres plus loin, en hauteur. Le combat dans les airs, c’était le point fort d’Helel. Chargeant de toute sa vitesse, il effectua une rapide motion de bas en haut avec son arme, tout en avançant. Le premier choc fit voler l’épée ennemie dans les airs. Profitant de l’élan de son coup, le monstre fit tournoyer l’arme d’hast de ses deux mains, tranchant celles de l’ange trop fougueux, avant de ne lui sectionner une aile. L’imprudent tomba donc au sol, s’écrasant près d’une horde sous les ordres d’un autre général en présence. Se moquant fort de l’avenir d’un petit ange manchot et amputé d’une aile, au milieu d’une horde cannibale, Helel se tourna de nouveau vers Yehaël.

« Helel. Que ce nom te soit gravé en mémoire lorsque ma hallebarde coupera ton joli cou. » Nargua le monstre, toujours en stationnement quelques mètres au dessus du mur.

Qu’en était-il de Baal Azabab ? Son subordonné espérait sincèrement qu’il s’occupait déjà de Lucifer, ou toute cette entreprise risquait de finir bien vite.
(´・ω・`)

Yehaël

Avatar

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 2 mars 06, 2013, 02:52:00 pm

En le voyant, ils s’enfuirent prudemment. Tu les vis se reculer devant les ailes oranges du Porteur. Lucifer dégageait une telle pureté, une telle incandescence, que ses ailes semblaient brûler d’énergie. Sa réputation était forte au sein des Anges, et, visiblement, elle l’était aussi au sein des démons, qui prirent peur en le voyant. Depuis ta position, à cette époque, tu ne pouvais que l’admirer, incrédule. Quel guerrier ! Quel Ange semblait pouvoir le surpasser ? Lucifer n’était pas appelé « Porteur de Lumière » pour rien. Il était, à tes yeux, l’incarnation de la puissance angélique. A cette époque, tu n’avais pas encore compris que la puissance est quelque chose dont il faut intrinsèquement se méfier. A cette époque, voir Lucifer, en réalité, te donnait du courage, t’incitait à te battre avec sa même dévotion. Il fondait sur les démons, les égorgeant, et sembla redonner espoir aux troupes qui défendaient Luctum. De ton côté, ta lance faisait parler d’elle, fauchant les multiples démons chauves à la peau écailleuse et aux yeux de serpent qui t’attaquaient. Il s’agissait de soldats démoniaques, ayant une peau rouge sombre, de grandes dents. Ils te crachaient du feu, mais tu évitais les flammes, ou alors, elles se contentaient de te lécher la peau. Un démon te sauta dessus, et rencontra ta lance, s’empalant violemment dessus. Tu le balanças sur le sol, le faisant tomber le long des murailles. En hauteur, Bath Kol, la Voix divine, faisait parler ses sorts de magie blanche pour soigner les anges blessés. Loin d’être une guerrière, Bath Kol était avant tout un Ange de soutien. Tu défendais ton mur, les griffes des démons étant rapidement cicatrisées, répliquant, commençant à ressentir la rage du combat, une sorte de frénésie qui s’emparait de toi. Les Anges venaient d’intervenir, protégeant le cône lumineux, ce pilier magique qui permettait à Luctum de se structurer, quand tu perçus une présence maléfique bien plus dangereuse que les vulgaires démons que tu enchaînais.

Dans un ballet aérien, tu vis l’un de tes frères affronter un démon. Ce fut le premier échec que tu vis de toute ta vie. Le premier, et pas le dernier, naturellement. Tu vis l’une de ses ailes être arrachées par le démon, et dus repousser un sentiment de colère, tandis que tes pupilles viraient au rouge sang, signe que tu t’énervais. La colère était déconseillée par les Archanges, tout comme les autres émotions négatives susceptibles d’altérer ton jugement, et de perturber ton calme. La ressentir était normal, car, si un tel sentiment existait, c’était bien pour l’éprouver, mais il fallait le contrôler, le dompter. Tu t’étais toujours dit que ce serait facile, et, maintenant, alors que tu voyais l’ange tomber dans des gerbes de sang, avant de se tortiller sur le sol, tu compris toute la difficulté qu’il y avait à mettre en pratique ce qu’on t’avait enseigné. Tu relevas la tête, serrant le poing, tandis que le démon atterrit devant toi, fier et arrogant.

« Helel. Que ce nom te soit gravé en mémoire lorsque ma hallebarde coupera ton joli cou. »

Tu te mis à froncer les sourcils, avant de regarder ton frère. Des démons l’attaquaient, sortes de petits charognards à la peau gris, dévorant les cadavres. Tu ne pouvais malheureusement rien faire pour lui.

« Je n’ai pas peur de toi, Helel, ou quel que soit ton nom, face de merde. »

Tu t’élanças alors vers lui, déterminée, et ta lance frappa, rencontrant son arme. Le choc fut douloureux, remontant dans tes avant-bras, mais tu te dépêchas de t’écarter, t’envolant dans les cieux, là où tu avais ton avantage. Helel te poursuivit, et le combat se poursuivit, et tu réalisas rapidement qu’il était plus rapide que toi, et plus puissant. Ses coups étaient violents, et tu te contentais surtout d’esquiver, essayant, vainement, de le contrer.

Lucifer, de son côté, continuait à les affronter. Il les massacrait, quand il reconnut une présence familière, qui l’amena à se retourner. Ses épées lumineuses ne saignaient pas, comme si elles recrachaient le sang qu’elles prenaient aux démons.

« Toi », lâcha-t-il simplement en reconnaissant l’homme se posant devant lui.

Y avait-il besoin d’en dire plus ? Devant lui se dressait un vieil ami : Baal Azabab, l’un de ses élèves. Quelqu’un qui avait rejoint les démons. Lucifer sd’élança sur lui, et ses lames lumineuses rencontrèrent les armes de Baal Azabab. Lucifer frappait fort, et la glace se fragilisa sous les pieds de l’Ange. Le Porteur n’attendit pas, et envoya une décharge lumineuse qui frappa l’Ange déchu de plein fouet, l’envoyant s’écraser contre un mur. Lucifer s’élança à sa poursuite, mais une sorte de trait noirâtre, ressemblant à une colonne de fumée, le frappa sur le ventre, le faisant rebondir sur le sol. Tu ne le vis pas se relever, car tu étais trop occupée à affronter Helel, mais tu savais qu’il s’était élancé à nouveau vers Baal Azabab, poussant un hurlement de rage, devant également affronter les démons qui l’attaquèrent. Un charognard gris lui sauta sur l’épaule, et se reçut la main de Lucifer, qui l’envoya s’écraser douloureusement sur le sol, lui brisant la nuque.

« Il est temps que justice soit rendue, lâcha Lucifer. Pour avoir rejoint ces pestiférés, tu mérites le même traitement qu’eux, Azabab. Il n’y aura aucune exception »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2771


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 3 mars 06, 2013, 04:58:22 pm

Le chœur des Dominations avait fait ses preuves au cours des derniers siècles. Le sixième ordre céleste d’où provenait Baal le déchu. Nul doute qu’un séraphin comme Lucifer, issu plus haut ordre angélique, avait du mal à accepter la trahison d’un ancien frère. Il était, en tous cas, clair que les deux avaient des comptes à régler, et qu’il ne valait mieux pas se mêler de cet affrontement, pas maintenant, pas plus tard. Néanmoins l’espoir restait mince, Helel et Baal le savaient. On ne dépêche les maîtres des Archanges que pour régler des situations le plus vite possible. Et malgré sa puissance incommensurable, Belzébuth semblait à mille lieues de puissance du Porteur. Autrement dit, l’aide stratégique d’Helel serait indispensable à son supérieur.

De tous ces maudits anges de bas rang, peu parvenaient à rivaliser avec Baal. Sa fureur n’avait d’égal que son ambition. Le pêché mortel de la fierté. En temps qu’ancien mortel, qu’ancien chef de tribu, Helel ne pouvait s’empêcher de comprendre les ennemis. Chacun se battait pour son camp, fier de son message. La fierté, voilà le pêché le plus mortel, car il mène même les plus justes et les plus brillants dans les ténèbres. Se tirant de sa rêverie, le démon eut juste le temps de batailler quelques instants avec un ange de bas niveau. Pas la moindre cérémonie pour l’homme aux ailes d’oiseau, qui avait fini privé de ses mains et d’une aile, à s’écraser quelques mètres plus bas. Une horde de monstruosité infecte s’était empressé de le dépêcher sur place, avec une barbarie qu’Helel contemplait de son regard glacial.

« La bouche d’un larbin du vieux créateur devrait s’abstenir de telles vulgarités en présence d’un être supérieur. » Constata le monstre, en réponse à l’insulte de l’ange. « Je m’assurerai que plus aucun son ne s’échappe de ta bouche, autre que des sup… »

Helel fut coupé net dans sa phrase, car la femme venait de se jeter sur lui. Habilement, il bloqua son coup, de la pointe de sa hallebarde. Elle était faible par rapport à lui. Un sourire se dessina au coin des lèvres du monstre. Malgré sa vitesse et son évidente maîtrise du vol, Yehaël n’avait que peu d’échappatoires. Le beau diable aurait volontiers prolongé un affrontement durant plusieurs douloureuses minutes, mais il devait superviser la chute des remparts, et la belle blonde était une distraction, un véritable obstacle. Ses belles ailes radieuses, blanches et élégantes, pareilles à celle d’une colombe contrastaient avec celles d’Helel, noires et organiques, terrifiantes. Pourtant elle semblait pleine de haine, pleine de rage, un trait qui ne va pas à un ange, un trait que son opposant comptait exploiter pour la déstabiliser.

« Malâk, tes ailes nourriront le brasier du légitime seigneur de la Terre. » Nargua le démon, tout en parant aisément les coups de l’ange. « Tout comme celle du manchot qui t’accompagnait. » Ajouta-t-il, provocateur.

A coté, le déchainement de puissance Lucifer faisait comme trembler le monde entier. Ses coups, ravageurs, semblaient emporter des centaines de monstres au moindre mouvement. Par chance, Baal avait rejoint le combat, s’opposant à son ancien maître de l’époque du Dominion. Mais l’écart semblait plus évident à mesure que les secondes passaient. Même épaulé de son escouade de puissants démons, Belzébuth était en mauvaise posture, face au seul Porteur de Lumière. A vrai dire, il paraissait évident que le général jouait la montre. C’était là une vraie ruse de démon. Lucifer était beaucoup trop fier pour laisser Baal en vie, et pendant qu’il vengeait son orgueil en massacrant son apprenti, les armées démoniaques parvenaient à venir, petit à petit, à bout de la lumière protectrice. Pourtant, le rythme était trop faible, il fallait accélérer.

« Honte à toi Lucifer. Le fier maître des séraphins, en train de tenir la jambe du vieux créateur. Toi qui aurais la force de t’élever au dessus de la maison de Dieu, tu t’agenouilles devant lui !? » Grogna Belzébuth, s’extirpant du mur dans lequel il s’était fait jeter. « Un jour ton dieu te remplacera, et tu ne seras qu’une ombre dans mes enfers. Traître à ton sang ! » Cria le général en se jetant vers son ancien mentor, épée noire en main.

Le cri de Baal avait remué la terre, faisant vibrer le sol à tel point qu’il semblait sur le point de se fissurer pour ouvrir un passage vers ses tréfonds. Même s’il luttait plus avec l’énergie du désespoir que celle de la victoire, le déchu avait remonté le moral de ses troupes, dont les efforts pour faire tomber les murs avaient payé. Les boules de feu des mages démons entamaient la muraille suffisamment pour que les béliers arrivent enfin à la briser, petit à petit. Mais les troupes avaient trop de mal à gérer les remparts et les ingénieux plans d’attaque des anges en même temps. Sans personne pour les guider, les rejetons de l’enfer devraient bientôt abdiquer.

« Tuez d’abord les soigneurs ! Utilisez vos lances, archer, tirez par-dessus la muraille. Blessez les civils à l’intérieur, dispersez les mages de soins ! » Ordonna Helel, s’écartant rapidement de Yehaël pour donner ses instructions depuis les cieux. « A nous deux mon ange. » Dit-il, se concentrant de nouveau sur la blonde.

Il fonça alors vers elle, partant légèrement vers la droite, sa hallebarde droite, tendue devant lui, comme s’il comptait embrocher son ennemie. Au dernier moment, il fit tournoyer l’arme, visant le cou de Yehaël avec le tranchant de l’arme d’hast. Profitant toujours de la motion, il fit un léger tour sur lui-même tout en prenant de l’altitude, pour se mettre hors de portée d’une contrattaque. Utilisant l’élan de son envol, il se laissa retomber, atteignant une vitesse en pique suffisante pour assurer de bloquer le prochain mouvement de l’ange, en la forçant au sol, et en clouant la pointe de son arme dans la terre. C’était une manœuvre risquée, et les autres collègues de la belle blonde semblaient décidés à venir en rappel pour aider leur sœur.

« Tu vas mourir, ici même !» S’écria le démon, envoyant son pied vers le ventre de l’ange avec la force d’un taureau en charge.

Malgré ses efforts, il était évident que l’issue du combat ne dépendait de personne d’autre que Baal et Lucifer. Si le seigneur du bas-monde pouvait retenir son ancien maître encore quelques minutes, alors les démons finiraient par avoir raison du cône. A ce moment précis, toute la légion infernale pourrait sortir de son portail, et submerger tous les anges, peut-être même le Porteur de Lumière.
(´・ω・`)

Yehaël

Avatar

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 4 mars 09, 2013, 12:37:49 am

Lucifer avait été ton idole. Tout simplement. Le Séraphin était d’une efficacité légendaire, et le prouvait en tenant tête à Belzébuth. L’époque où cet homme avait été un Ange était bien éloignée. Il était devenu un démon, et, avec le temps, comme tu le sais, son apparence continuerait à se noircir, à devenir, sous l’influence des Enfers, de plus en plus maléfique. Mais, pour l’heure, la seule chose qui te préoccupait était cet individu, Helel, qui avait assassiné l’un des tiens. La rage n’habitait pas ton cœur, mais la colère, en revanche, tu la percevais, alors que le démon te maltraitait, t’opprimant, dirigeant ses troupes. C’était l’une des principales légions de Belzébuth, l’une des plus puissantes, et Luctum tremblait. Les épais murs entourant le monastère tremblaient sur place, sous l’effet des mages noirs et des armes de siège, ainsi que des milliers de démons qui s’agglutinaient le long des murs, provoquant de longues fissures. Tu sentais la magie vibrer tout autour de toi, résonant furieusement. Le sol tremblait, et le combat se concentrait autour du feu lumineux que formait Lucifer. Tu tentas d’attaquer Helel, mais ce dernier t’esquiva, décollant dans les cieux, avant de plonger sur elle, la frappant. Un cri de douleur s’échappa alors de tes lèvres, avant que tu ne t’écrases douloureusement sur le sol.

« Tu vas mourir, ici même ! » s’exclama le démon en te frappant au ventre.

Le coup fut tellement puissant que tu fus soulevée du sol, du sang s’échappant de tes lèvres. Ton corps s’écrasa contre les murs du monastère. Tu secouas la tête, avant de te recevoir une nouvelle attaque qui te fis traverser les murs. Tu t’écrasas dans une espèce de cloître, au milieu des civils effrayés. Essentiellement des vieillards, des femmes avec leurs enfants, et quelques rares hommes. Au fond de la pièce, il y avait le cône blanc, le pilier permettant à tout ce fort de se maintenir. Tu secouas la tête, en te redressant, des morceaux de glace et de pierre basculant de tes ailes.

« Les démons ont toujours été présomptueux. Je suis Yehaël, Ange de la Pureté ! »

Et, disant cela, tu te mis à décoller, ta vitesse angélique te permettant de surprendre Helel. Tes mains s’emplirent de lumière, et tu le frappas, le repoussant sur plusieurs mètres. En tournant la tête, tu vis Bath Kol se faire attaquer. Un bouclier la protégeait, mais des Anges la défendaient, attaquant les mages noirs, plongeant dans les cohortes de démons. C’était une bataille indescriptible, mais vous étiez clairement en sous-effectif. Les démons se répandaient sur toute la plaine, et tu sentis, brièvement, le désespoir, te traverser.

« Yehaël ! hurla alors Bath Kol. Tu dormiras plus tard ! »

Tu secouas la tête, rougissant légèrement, voyant plusieurs démons essayer de s’approcher du trou. Tu fondis sur eux, envoyant tes propres sorts magiques. Des traits lumineux jaillirent de tes doigts, faisant flamber les démons, avant que tu ne tombes au milieu d’eux, te posant sur le sol. Ta lance frappa, avant que tu ne voies Helel revenir vers toi... Et ce fut à ce moment que quelque chose, un trait, le frappa sur le côté, l’envoyant à nouveau s’écraser au sol, dans la cour intérieure. Clignant des yeux, surprise, tu te redressas, et vit que le défenseur de Luctum venait de se manifester.

« Je ne peux décemment pas laisser Lucifer prendre toute la gloire de cette bataille. »

Azazel venait d’arriver, et des épées se mirent à tournoyer autour de lui, avant de fondre sur les démons proches, formant comme des bombes lumineuses qui répandirent viscères, tripes, et organes, un peu partout. De son côté, Lucifer continuait à affronter Belzébuth, au milieu de la masse. Seuls les démons les plus suicidaires essayaient de l’attaquer, mais ne constituaient même pas une gêne temporaire.

« Et tu prétends être libre ? ironisa-t-il. Regarde ton pouvoir, regarde ta puissance. Régner en Enfer... Mais qui aurait envie de diriger un tas de cailloux ? »

Lucifer envoya un nouveau sort lumineux, une sorte de vague d’énergie que Belzébuth trancha en deux, avant que la vague ne provoque une puissante explosion, qui eut pour effet de détruire une partie de la muraille. Le Porteur plongea alors vers Belzébuth, et frappa avec ses épées. L’ennemi protesta, serrant des dents, avant de répliquer, utilisant ses propres épées infernales. Les deux duellistes s’envolèrent alors, dans un concert de plumes blanches et noires, les lames frappant fort, provoquant comme des éclairs dans le ciel.

Azazel, de son côté, faisait face à Helel, et s’élança sur lui. Il était bien plus fort que toi, à cette époque, et tu l’avouais sans honte. Après tout, tu n’avais aucune expérience du combat. Pour l’heure, tu te contentais de repousser les démons, les anges formant comme une ultime ligne de défense autour de Luctum. Les murs de protection, qui retenaient l’essentiel des démons, continuaient à flancher, chaque coup de bélier détruisant un peu plus les glaciers retenant le mur.

« Les démons vont passer !
 -  Personne ne recule ! lâcha un Ange. Ce ne sont que des démons, et nous sommes des Anges ! Les êtres les plus nobles de la Création ! Battez-vous, et massacrez-les ! »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2771


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 5 mars 09, 2013, 06:59:05 am

Anges et démons, quelle différence ? Helel y pensait, tandis que l’acier de sa hallebarde rencontrait la lance de Yehaël. Elle résistait avec une bravoure exemplaire, mais semblait possédée par la colère, comme ses sentiments la dominaient, profondément. Les maîtres du Paradis n’étaient-ils pas censés se montrer exempt de tous sentiments ? Pourquoi les avoir créés ainsi, s’il ne fallait à dieu qu’une armée ? Etait-il donc réellement si puissant que cela ? Les yeux froids, le démon se permettait de diriger ses troupes en plein milieu de l’affrontement. Cette manœuvre n’était pas uniquement stratégique, elle servait aussi à narguer l’ennemie en présence. Présomptueux, prétentieux, mais pas dupe, voilà ce qu’était le beau diable. Inexpérimentée comme elle semblait l’être, la guerrière blonde démontrait une vitesse et une force non négligeables, elle avait du potentiel.

Dusse-t-il la tuer ou la corrompre, Helel ne pouvait se permettre de laisser un nouveau guerrier d’exception naître au sein des anges. Aussi avait-il prit l’habitude d’éviter le combat avec les anges, car il ne se souciait pas d’eux. Pour cette raison, ses troupes, le regardant batailler longuement avec Yehaël, et les quelques anges capables de le reconnaître, s’étonnaient qu’il n’en finisse pas au plus vite. Bien sûr, elle opposait une résistance honorable, dangereuse même par moments, mais le monstre cherchait à la pousser dans ses derniers retranchements. Chaque personne possède une faille, au plus profond de soi, un pêché fatal. Quel était donc celui de l’ange ? L’ayant ramenée à terre, le guerrier la frappa une première fois au ventre de sa jambe, avant de ne lui envoyer un bref sort de choc du bout de l’index. Ce dernier la projeta violement en arrière, la faisant atterrir dans un monastère.

Le pas lent et calme, Helel entra dans le monastère, rétractant ses ailes au préalable. Etrangement, les réfugiés ne surent immédiatement décerner la nature démoniaque de l’ancien prince, tant ses traits fins et ses yeux clairs paraissaient angéliques. Sans doute la sombre fumée noire laissée à chacun de ses pas les aidait à remarquer qu’il n’était pas un être de bonnes intentions. Les yeux habiles et perçants du démon lui permirent de remarquer, immédiatement, la présence d’une relique au fond de la salle. Impossible de se jeter dessus maintenant, mais une idée vint à l’officier. Avant de s’occuper du cône, il commencerait par achever son combat avec la belle Yehaël. Pas le temps d’y réfléchir plus, pourtant, car il fut pris de vitesse. Même pas le temps de comprendre, il fut renvoyé vers l’extérieur de la bâtisse. La vitesse de l’ennemie l’avait réellement choqué.

« Il va falloir que je m’occupe de ton cas. Yehaël. » Murmura le démon, plus à lui-même qu’autre chose.

Se relevant difficilement, le monstre récupéra sa hallebarde, tombée à coté de lui lorsqu’il avait été projeté dans les airs. Il interpella son ennemie, prêt à lui lancer son arme au visage, mais une attaque en traître mit un terme rapide à son attaque. Cette fois, néanmoins, le démon avait eut le temps de se protéger, minimisant les dégâts. Une attaque sur le coté, fourberie digne des démons les plus vils, quels anges honorables. Se relevant, il constata, non sans déglutir d’appréhension, la puissance de ce nouvel arrivant. Les rapports mentionnaient le nom du protecteur de Luctum, Azazel. Apparemment, c’était ce type. Belzébuth était originellement supposé le combattre, mais l’intervention inopinée de Lucifer compliquait les choses. Helel sentait la fin proche, bientôt, ils devraient tous reculer. Mais peu importe, qu’il y laisse sa vie ou pas, ce maudit cône serait détruit, aujourd’hui même.

Plein de rancœur et de haine, le démon ne pourrait pardonner au vieux créateur son égoïsme et son manque d’amour pour ses enfants. Les anges seuls avaient-ils droit à la grâce de dieu ? Pourquoi les mortels devraient courber l’échine fasse à un maître qui se moquait d’eux ? Helel avait autrefois dédié sa vie à ce monstre des cieux, pour n’être remercié que par la famine et la mort, le déshonneur. Alors au diable la puissance du vieux créateur, au diable le châtiment, au diable l’oblivion, la gouvernance de la Terre viendrait aux démons, dusse-t-il signer le contrat de son âme et n’être qu’une ombre pour l’éternité. S’appuyant sur sa hallebarde pour se relever à nouveau, le guerrier élabora rapidement une stratégie, profitant du fait qu’Azazel ait pensé en avoir fini avec lui pour quelques temps, s’accordant le luxe de parler un instant avec ses confrères.

« Je suis libre ! Mais peux-tu le comprendre ? Que penses-tu diriger ? Je préfère être un seigneur en enfer qu’un esclave dans les cieux. Continue à vivre comme le domestique de ton maître, deviens un seigneur, ou meurs ! » Répondit Baal, matérialisant un bouclier dans sa main gauche. « Ton orgueil te mordra en retour un jour, je t’en fais le serment ! Personne ne voudrait diriger les ardentes flammes de l’en bas ! Car personne ne peut inverser le Cours du Styx, pas même ton faux dieu ! Et c’est pourquoi la terre appartiendra à son prince légitime ! » Cria-t-il, chargeant une nouvelle fois son ancien mentor, désespéré.

Pendant ce temps, Helel infusait sa hallebarde de toute la force qu’il pouvait trouver en lui, prêt à en découdre. L’influence divine sur la Terre empêchait aux légions de l’enfer de passer le portail. Car même si le détachement en présence était massif, les démons qui grouillaient sous terre étaient tellement nombreux qu’une vie entière n’aurait suffit à les compter. Satan préparait cette opération depuis longtemps, et, à l’inverse de Dieu, préférant la quantité à la qualité, possédant une armée aux nombres colossaux. Le nombre de monstres capable de rejoindre la Terre était limité, et leurs rangs s’amenuisaient petit à petit, bien moins vite que ceux des anges. La tentative de submerger les volants n’était pas fructueuse, et il fallait changer de plan. Seul Helel était capable de survivre à un coup de Lucifer, et seul Baal pouvait forcer la défense établie autour du monastère.

« Mā Lahu Min Dāfi. » Psalmodia le démon.

A ces mots, une petite bulle, d’un violet foncé, opaque, entourée d’une matière visqueuse et bulleuse, quitta sa paume. Elle s’éleva haut dans les cieux, juste au dessus du monastère, pour exploser, relâchant une pluie de pics solides noirs, des lances qui frappaient partout, sans distinction. Mais cette incantation n’était pas qu’un puissant sort, c’était aussi le signal de rassemblement. Des lances noires qui tombent du ciel, c’est facile à remarquer, et donc un excellent message. La seconde action d’Helel fut de ressortir ses ailes pour se propulser rapidement dans les airs, dépassant les anges proches, adressant un regard froid à Yehaël. Mais Azazel vint bien vite interrompre le départ anticipé de son ennemi. Un nouveau coup sur le coté ramena le démon sur les remparts. Le stoïque Helel craqua alors, se mordant la lèvre inférieure jusqu’au sang, les yeux exorbités et plein de rage.

« Ne. Te. Mets. Pas. SUR MON CHEMIN ! » S’écria le démon, allant puiser sa force dans sa colère, sa main gauche se tendant vers Azazel.

Une vague d’énergie noire, brumeuse, fila en direction de l’ange. Celle-ci était un des plus puissants sortilèges d’Helel, un sort qui enflammait tout ce qui entrait à son contact, d’un feu qui consume tout, même des concepts comme la volonté et l’espoir.

Plus loin, Baal n’avait pas manqué le signal de son subordonné. Et sa vigueur en avait pris un coup de boost. Il souriait désormais. Les lances tombées du ciel avaient quelque peu dérangé Lucifer, permettant au seigneur des enfers d’élargir la distance entre eux. Une centaine de démons entourait le lieu de l’affrontement, observant les deux monstres de puissance se battre, dans l’attente d’un ordre de Belzébuth. Celui-ci fusa alors, rapidement.

« Formation Matinale, Escouade Sombre sur le flanc gauche, Mages à l’arrière, Lumière ! Charognards, sur Lucifer ! » Ordonna rapidement le général, un sourire aux lèvres.

La nuit sembla alors tomber, les ténèbres engloutissant la terre. Un sortilège inoffensif, qui consistait à assombrir les cieux. C’était l’œuvre des Mages démoniaques, cachés derrière l’Escouade Sombre, laquelle consistait en une armée de démons géants lourdement protégés, équipés de bouclier gigantesques qu’ils tendaient devant eux. Baal prit alors rapidement son envol, essayant de fuir pour aller s’occuper des unités angéliques de soin, espérant en tuer un bon nombre. Les petits charognards gris se jetèrent alors par centaines sur l’ange, sans espoir de le tuer, mais pour le retarder un maximum. De plus la nuit permettrait aux démons nyctalopes de faucher quelques soigneurs depuis leurs positions. Le champ de bataille était devenu bien plus silencieux, désormais. Dans une guerre d’usure, il est important de tuer rapidement les médecins, et seulement quelques soigneurs en moins chez les anges les mettraient dans une situation difficile.

« Votre blancheur et vos éclats de lumière sont très visibles dans le noir, ange, mais nos sombres flammes sont à peine remarquable, que vas-tu faire ? » Nargua Helel à l’attention de son nouvel ennemi.

Il y avait un maximum de trois minutes avant que le sort ne puisse plus tenir, surtout en présence de la colonne de lumière, qui éclairait l’intérieur des remparts, sa magie étant trop puissante pour que de vulgaires démons la violent. Ainsi Helel restait visible, situé au tournant de la lumière et des ténèbres, dans la pénombre marquée par les remparts.
(´・ω・`)

Yehaël

Avatar

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 6 mars 09, 2013, 12:04:47 pm

Tu le réalisais. Tu le comprenais pour la première fois. Ce qu’est une bataille, ce qu’est l’essence d’un affrontement à mort. Ou, plutôt, tu commençais à le percevoir. Ce n’était pas d’être la plus forte, ce n’était pas d’avoir des superpouvoirs, c’était de conserver son sang-froid, de ne pas céder à la panique. Face à Helel, tu avais failli oublier cette règle élémentaire, tu t’en souviens ? Oui, très certainement, mais il est inutile d’être trop sévère envers toi-même. C’était ta première fois, comme on dit, et tu es bien placée pour la première fois laisse toujours un arrière-goût de déception sur la langue, comme si le plat était trop cuit, ou qu’il lui manquait une petite sauce pour le parfumer. Mais tu n’as jamais été du genre complaisante, du genre à te chercher des excuses. N’es-tu pas l’incarnation de la Pureté, après tout ? Et la Pureté ne se cherche pas d’excuses, elle admet ses fautes, pour continuer vers cette voie. Là, sur ce bout de glace, face à tous ces démons que toi et tes frères repoussaient, tu commençais à comprendre tout le sens de ce mot, et tout ce que ce concept impliquait.

Vous étiez en sous-nombre évident, mais, face aux démons, il en sera toujours ainsi. Rares étaient ceux pouvant réellement vous menacer individuellement, mais, collectivement, ils étaient redoutables. Une armée de moustiques pouvait tout à fait finir par terrasser le puissant tigre, et c’est dans cette situation que vous commenciez à être. Luctum tremblait sur ses fondations, et vous constituiez la dernière ligne de défense, repoussant les premières vagues de démons ayant réussi à passer les murs protecteurs. Tu frappais, avec toute ta puissance, repoussant les démons, poussant des cris de guerre, le sang explosant sur ton corps. Avec tes ailes, tu virevoltais, t’en servant pour bondir d’un côté comme de l’autre, ayant toujours en tête l’image de ces réfugiés paniqués. Agir pour les autres, tel est votre credo. Agir pour les protéger des menaces extérieurs, telle est votre mission. Tu fondais sur eux, les démembrant, les carbonisant avec tes sorts magiques, recevant naturellement des coups. Ton ventre fut lacéré à plusieurs reprises, et tu fus sauvée pare tes frères, lorsque plusieurs démons te sautaient dessus, te plaquant sur le sol. Vous vous souteniez mutuellement, comme des frères d’armes. Tu n’avais jamais combattu avec eux, mais tu sentais bien qu’ils te considéraient comme un des leurs. Un pilier à protéger, et qui protégeait les autres. Une Ange qui n’avait rien à voir avec ceux qui préféraient méditer et rester du haut de leurs tours, pensant naïvement que ce qui avait lieu dans les plans inférieurs ne les concernait pas.

« Empêchez-les de passer à tout prix ! Retenez-les ! Luctum ne DOIT PAS tomber ! »

Vous étiez dans la même situation que les démons. Rejoindre les plans inférieurs ne se faisait pas facilement. Les cônes lumineux étaient des liens vous permettant d’aller des Cieux sur Terre. Si tu connaissais le terme, à l’époque, tu aurais pu parler d’un ascenseur dimensionnel. Cependant, en créer un était difficile. Il fallait du temps, de l’énergie, et de la concentration. Vous aviez formé les premiers cônes lumineux à l’aide de puits magiques importants. Si Luctum tombait, vous seriez privé, pour toute une partie du globe, d’une base stratégique, ce qui donnerait aux démons un avantage sérieux... Et, accessoirement, tous ces gens que tu avais vue seraient, soit tués, soit transformés en esclavage.

Depuis ta position, tu percevais les vibrations du solide combat entre Lucifer et le Palingène. Le combat était élevé, mais le Porteur de Lumière restait fidèle à sa réputation. Plus un combat durait, plus il devenait passionné, fier d’affronter un ennemi sérieux, fier de prouver la supériorité de la Lumière et de la discipline angélique sur la liberté absolue infernale.

« J’ai toujours vu en toi une faille, Baal Azabab... Ou Belzébuth, puisque c’est ainsi que tu sembles vouloir qu’on t’appelle », avait-il répliqué, en évitant les charges magiques de son adversaire.

Lucifer n’eut pas le temps de poursuivre, car Belzébuth se recula alors, aboyant ses ordres.

« Formation Matinale, Escouade Sombre sur le flanc gauche, Mages à l’arrière, Lumière ! Charognards, sur Lucifer ! »

Cet ordre avait agacé Lucifer, qui, alors qu’il voyait son adversaire s’envoler, vit des centaines de démons lui foncer dessus.

« Misérable lâche... Crois-tu vraiment qu’ils me retiendront ? Ignores-tu donc TOUT de la puissance de la Lumière ? »

Et, pendant ce temps, Azazel, un autre des principaux Anges ayant participé à la bataille de Luctum, se concentrait sur Helel. Lorsque tu avais vu Helel revenir vers toi, tu avais aussi vu, rapidement, Azazel, le frapper, le ramenant dans la précédente cour.

« Ne. Te. Mets. Pas. SUR MON CHEMIN ! s’était-il écrié, furieux.
 -  Vous, les démons, ignorez ce qu’est l’honneur. Je ne te laisserais pas tuer plus de frères ou de sœurs, raclure. »

L’honneur et la fierté... Des mots qui, fréquemment, revenaient dans les bouches d’Azazel et de Lucifer. Si seulement tu avais pu savoir, à l’époque... Mais, même en le sachant, qu’aurais-tu pu faire pour l’en empêcher ? Quand tu y repenses, le déroulement des évènements s’est passé tel que l’empêcher semble aussi censé que vouloir inverser la rotation des planètes. Mais, à l’époque, tu ne voyais pas les dangers que Lucifer et Azazel poseraient, tu ne voyais que leur bravoure, leur courage, leur inébranlable force de caractère. Azazel esquiva les flammes noirs lancées par son adversaire, qui s’attaquèrent à la glace, la faisant fondre, continuant à fragiliser les lambeaux du mur d’enceinte. L’obscurité s’imposa alors dans le champ de bataille, alors qu’Azazel se mit à comprendre leur stratégie.

« Votre blancheur et vos éclats de lumière sont très visibles dans le noir, ange, mais nos sombres flammes sont à peine remarquable, que vas-tu faire ? »

Ce sort, tu le connaissais. Il brouillait les sens, surtout la vision. Mais il en fallait plus pour déranger Azazel.

« Là où règne l’obscurité la plus noire, une flamme vacillante, instable, brûle. Elle vacille et bascule, mais, malgré les assauts, elle continue à briller, éclairant très faiblement l’abîme noirâtre, et agissant comme un guide dans les ténèbres, récitait-il. Il existe bien des manières de voir sans user ses yeux. Vous, les démons, vous ne comprendrez jamais ! »

Yeux clos, Azazel chargea Helel, avec une précision redoutable. Tout en récitant une phrase du Credo, il avait tout simplement fermé ses sens, afin de se concentrer uniquement sur les appels magiques, ce qui lui permettait de repérer Helel, et de continuer à le harceler. En revanche, sous cette obscurité, ses épées lumineuses étaient bien moins efficaces, et il évitait donc de les utiliser, préférant se concentrer sur la puissance physique.

De son côté, Lucifer était enterré sous des centaines de monstres, formant comme une boule qui l’enveloppait, l’agressait.

« DU VENT, POUILLEUX ! »

Se concentrant, il fit parler son énergie, créant autour de lui un halo explosif. Il y eut une sorte d’explosion qui fit voltiger les démons tout autour de lui, mais d’autres le chargèrent encore.

De ton côté, tu t’étais envolée pour défendre tes frères se trouvant en haut, mais tu vis malgré tout deux d’entre eux tomber. Ce n’était pas des guerriers, mais des mages, formés à la méditation et à la concentration, éléments nécessaires pour appréhender la magie blanche et la magie sacrée.

« Tenez bon, mes frères ! » hurlas-tu.

Tu fondis sur plusieurs démons ailés, sortes de carnassiers avec des gueules édentées, faisant parler ta lance. Ils s’agglutinaient autour des anges, mais il t’était difficile de voir quoi que ce soit. Contrairement à Azazel, tu ne savais pas voir uniquement par le biais de la magie. Tu étais encore trop dépendante de tes yeux, et ce fut dans cette circonstance qu’un démon ailé t’attaqua par le dos, te frappant. Surprise, tu basculas, heurtant le rebord du monastère, t’écrasant sur le toit, tandis que le démon ailé, une sorte d’animal énorme, plantait ses griffes dans ta peau, te faisant hurler, avant d’enfoncer ses crocs au niveau de ton épaule. Le démon voulait te dévorer, et tu gesticulais faiblement sur le sol, lorsque quelque chose le retira. Tu te retournas, affaiblie, et vit un autre Ange. Tu voulus te relever, mais il posa son pied sur ta poitrine, te rabattant sur le sol.

« Ne bouge pas. »

L’Ange se tourna alors, et envoya une décharge magique qui faucha deux autres démons. Tu te mis à cracher du snag, avant de voir un autre Ange approcher. Bath Kol.

« Je m’en occupe, Izual. File. »

Izual, proche de Lucifer, s’en alla donc, tandis que Bath Kol posa ses mains sur toi, sa saine magie venant irradier ton corps, un bouclier protecteur vous entourant. Bath Kol était vraiment talentueuse. Elle avait été formée par la grande Itherael, après tout, l’Archange de la Foi.

« Nous... Nous ne pourrons pas les repousser.
 -  Effectivement, acquiesce Bath Kol. Nous ne sommes qu’une poignée, et ils sont toute une armée. »

Tu voyais les démons continuer à s’acharner autour du bouclier, tapant sauvagement dessus, le malmenant. Tu commençais à sentir la peur s’emparer de toi, alors que Btah Kol, elle, restait calme et imperturbable.

« Mais, après tout, notre objectif en venant ici n’a pas été de les repousser. Simplement de les retenir. »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2771


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 7 mars 09, 2013, 02:46:00 pm

Les anges voulaient-ils vraiment le bien des hommes ? Souhaitaient-ils sauver l’humanité, ou prouver leur supériorité sur les démons ? Helel n’était pas né mauvais. Lui aussi s’était agenouillé pour vénérer Dieu. Lui aussi avait eut les genoux écorchés par la prière, pleurant ses morts sur un autel rocailleux, au sommet d’une montagne délaissée par le créateur. Il avait ressenti l’abandon, l’oubli, la peur, les émotions qui font des humains des créatures si particulières et fascinantes. Alors qu’il rejoignait le royaume des ombres, il s’était vu proposer l’aide du déchu Belzébuth, l’occasion de vivre une nouvelle fois, de prendre sa revanche sur les cieux. Oui, il avait rejeté son humanité, en pensant la transcender, en espérant s’élever au dessus du créateur, l’hybris mortel. Les démons apporteraient la tourmente sur Terre, le mal, la souffrance. Mais elle était déjà là, elle avait toujours été là, du temps de Dieu le Père, déjà.

Helel préférait voir sa race libre sous la domination du vice, envahie par les pêchés qu’apporteraient les infernaux, que régie par le code étouffant des cieux. Mourir en prince plutôt que vivre en esclave. Satan n’avait pas pour projet de faire de la Terre une fournaise où travailleraient des esclaves, mais de relâcher la corruption du bas monde sur le plan des mortels, de souiller l’esprit des humains. Ainsi, il s’assurerait les âmes des défunts, constituant une armée pour éventuellement s’attaquer aux cieux eux-mêmes. Ce n’est pas pour rien qu’il avait donné le nom Belzébuth à son plus fidèle général, l’appellation « Prince de la Terre ». Les plans de Satan étaient cryptiques, seul Baal en connaissait les tenants et aboutissants, et il semblait étrange que le maître des Enfers n’ait pas mieux préparé son plan.

Sans doute, au fond, l’ancien mortel agissait par égoïsme, pour prendre sa revanche sur le sort, sur Dieu. Peut-être se moquait-il, en réalité, du destin des hommes. Sûrement sa transformation en démon lui avait ôté sa liberté de réfléchir comme autrefois, comme lorsqu’il était mortel. Mais sa haine pour le vieux créateur dépassait son envi de paix, et est-il réellement plus dangereux monstre qu’un homme en quête de vengeance ? Il regardait Azazel comme le fauve regarde sa proie. Chaque seconde perdue était une seconde que personne ne saurait retrouver, et il fallait donc en tirer le meilleur profit. A vrai dire, Helel ne comptait pas affronter l’ange qui l’avait pris par surprise, mais ce dernier ne semblait pas vouloir lui laisser le choix.

« Ne me parle pas d’honneur, toi qui m’a par deux fois tendu ta lame sur le côté. Lâche. » Pesta le démon, sourcils froncés. « Si tu te plais à genoux devant ton créateur, je te couperai les jambes, que tu n’aies plus à te pencher. » Ajouta-t-il, un léger sourire en coin.

Il ne fallait pas rêver, cet ennemi était évidemment très puissant, et la pénombre qui touchait les remparts ne rendait pas Helel totalement invisible pour un puissant magicien. S’il partageait bien une chose avec les anges, c’était sa fierté et sa détermination. Loyal, il souhaitait aider son capitaine à combattre le Porteur, et en avait plus qu’assez de ces anges, qui semblaient vouloir à tout prix le retarder. En effet, le commandant était un combattant des plus aguerris, mais sa force première était son don de stratège, raison pour laquelle Satan l’avait confié à Belzébuth pour cette mission, au lieu d’un autre officier plus puissant. Les yeux, moitié reptiliens moitié félins d’Helel voyaient parfaitement dans l’obscurité, et ce moment de ténèbres aurait pu lui permettre de donner des ordres efficaces à ses troupes, si Azazel ne s’acharnait pas autant.

« Puisse ta pauvre lumière vacillante guider ton ombre dans nos enfers. » Souffla le démon, bloquant difficilement les coups. « Tu as le discours d’un véritable Général du vieux créateur, tu as dû beaucoup répéter, brave petit. » Ricana-t-il.

Un éclair de génie prit alors le stratège. Il risquait gros, très gros, mais s’il réussissait, la bataille deviendrait bien plus aisée pour les démons. Se concentrant avant de tenter sa dangereuse manœuvre, Helel esquiva un estoc de son ennemi d’un pas de coté. Un léger bond en arrière, et il se retrouva suffisamment éloigné d’Azazel pour tenter son coup. N’insufflant pas la moindre once de sa magie dans sa hallebarde, le commandant la jeta vers l’ennemi. Ainsi il la rendait indétectable, si ce n’est pour le bruit de l’acier fendant l’air. Et, au lieu de tenter une quelconque attaque sensée, il se jeta du côté sombre de la muraille, pour atterrir au milieu de ses troupes. Dès lors, il fit signe aux charognards rouges de se jeter sur les remparts. Au milieu de toute cette énergie magique, il serait sûrement dur pour Azazel de le retrouver de suite.

« Manœuvre Rouge ! Dispersion du Voile, tous les Volants derrière Belzébuth, que les lanciers et archers visent le monastère. Massacrez les civils. » Toute la séquence avait été criée avec empressement, exception faite de la dernière phrase, énoncée avec un calme froid.

Il fit alors discrètement signe à quelques démons ailés de se jeter vers le général angélique. Helel fit de même, avec un léger délai. Les trois Volants se feraient sûrement massacrer en quelques secondes, les quelques secondes qu’il fallait à leur commandant pour qu’il prépare son incantation. Dès qu’il fut revenu à hauteur d’Azazel, le démon jeta sur ce dernier plusieurs petites bulles noires visqueuses du bout de l’index et du majeur. Certaines pouvaient exploser pour relâcher de petits pics d’obsidiennes, d’autres se collaient à l’armure ou la peau de l’ange, durcissant dessus et s’alourdissant pour le ralentir. La lumière revint alors, éblouissant quelques peu les participants de la bataille. Etrangement, il était impossible de voir Belzébuth, et même son aura, sa signature, n’était pas présente dans l’atmosphère, que faisait-il ?

« Seconde phase, une minute. » Souffla doucement Helel, en stationnement les airs.

Sur ce, une petite brise, glaciale, vint à souffler. Presque toute l’armée démoniaque s’arrêta, comme figée. Une série d’explosion prit les remparts, les flammes s’entremêlant, créant de gigantesques déflagrations. Les charognards rouges avaient la sale habitude d’exploser quand on leur en donnait l’ordre, faisant franchement tomber des pans suffisamment gros pour permettre à un bon quart de l’armée d’entrer, d’encercler le monastère. Mais, au fond, tous savaient que la destruction du cône ne sonnerait pas la fin du combat. Lucifer ne laisserait jamais fuir les démons, même en cas de victoire. Helel comprit alors ce que faisait Belzébuth. Le portail des enfers ne laissait passer qu’un nombre limité de troupes, et les Légions attendaient à sa porte, pour lancer une invasion totale, dès que le cône serait détruit. Il s’avérait alors que les affrontements avaient vu la mort de beaucoup de démons, et que le sacrifice de ces unités allait permettre à quelques démons supplémentaires de passer la porte, les derniers renforts avant que le portail ne se ferme pour plusieurs années.

C’est alors qu’un rugissement de loup retentit à l’autre bout de la banquise. C’était la marque typique du Duc des enfers orientaux, Aamon, le loup à queue de serpent. Celui qui serait plus tard père des lycanthropes de Goétie. S’ensuivit un cri perçant de faucon. A ce simple signe, tous les démons se mirent à hurler férocement, et Helel ne put se retenir de pouffer, souriant à grandes dents. Le Duc Agares en personne avait donc rejoint la bataille. Humanoïde, à l’inverse de beaucoup de démons de haut rang, le seigneur des enfers se faisait annoncer sur le champ de bataille par le cri de son faucon, et arrivait toujours en chevauchant un gigantesque crocodile aux dents puissantes et monstrueusement éparpillées. Lui-même avait l’apparence d’un homme barbu, dans la quarantaine, musclé et géant. Second à Belzébuth seulement, quant à sa férocité, et sûrement plus puissant à cette époque, le Grand Duc Agares arrivait accompagné de Baal et du Loup de Feu, Aamon.

« Bon sang, Belzébuth, quel désordre dans tes troupes. » Constata le chevaucheur de saurien, observant d’un œil amusé, son regard se portant alors sur Lucifer. « Et voilà donc le fameux porteur ? Ma monture a hâte de goûter sa chair. » Dit-il, d’un ton hautain et seigneurial.

« Il est fort, ne t’y méprends pas. Occupe toi de lui, Aamon et moi allons détruire ce foutu pilier. » Répondit Baal, observant le gigantesque Loup de Feu, qui sembla acquiescer.

Sans plus chercher de réponses, Helel usa rapidement de sa magie pour disparaître, faisant mine de fuir dans l’espoir qu’Azazel le suive dans le monastère où il se rendait.
(´・ω・`)

Yehaël

Avatar

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 8 mars 09, 2013, 09:41:31 pm

« Hum... C’est douloureux…
 -  Cesse de t’agiter, tu compliques les choses, avait glissé Bath Kol, te sermonnant.
 -  Tu en as de bonnes... »

Les démons vous encerclaient, tapant sur le bouclier. La situation virait au désastre total, et, blessée, tu le réalisas très clairement. Lucifer vous avait-il envoyé à la mort ? Cette perspective t’effrayait. Mourir maintenant, si près du but... La mort, dans le fond, t’a toujours effrayé. Il t’a fallu des siècles pour réellement réussir à la surpasser. A cette époque, tu ne comprenais pas clairement ce que signifiait le fait de « surmonter la Mort ». Il ne s’agissait pas d’être brave ou fort, c’était nettement plus différent. En sueur, tu étais allongée sur le sol, et tu fermas les yeux, essayant de ne pas entendre les grognements acharnés des démons, les crocs qui claquaient contre le bouclier magique.

« Là, voilà... Détends-toi... Repose-toi, inspire lentement... Pense à la flamme blanche, pense aux cônes d’argent, et ne laisse pas le désespoir t’envahir, Yehaël... Tu es la Pureté... »

Et tu l’écoutais. Que pouvais-tu faire d’autre ? Et tu te rappelais toutes ces leçons qu’on vous enseignait sur la respiration. Ces leçons qui seront transmises aux hommes... C’est dans cette situation que tu comprenais l’importance de la respiration, ce phénomène que les hindous, par la suite, associeront avec justesse aux émotions. Maîtriser son souffle, c’était savoir se maîtriser. Tu inspirais donc lentement, faiblement, essayant d’acquérir cet état de sérénité indispensable aux anges, tandis que la magie blanche faisait son effet. Ton corps cicatrisait, se soignait. Bath Kol, fidèle à elle-même.

Azazel, de son côté, continuait à combattre, tout comme Lucifer. Tes deux idoles, dans une lutte fratricide, désespérée, tandis que toi, blessée, tu gémissais, pouponnée par Bath Kol. Quelle honte ! Mais tu ne pouvais pas les égaler... Pas encore, du moins. Azazel affrontait avec une insoutenable force Helel, qui, de son côté, trouva une bonne parade, en envoyant sa hallebarde, sans magie. Azazel fut piégé, et poussa un cri de douleur quand la lance s’enfonça dans son corps, le perforant, faisant couler son sang. Il se mit à genoux, la retirant rapidement, avant d’apposer l’une de ses mains sur sa plaie, se soignant lui-même. Profitant de cette occasion, un démon le chargea, mais Azazel sortit son épée, et parvint à l’égorger. Un coup sec, qui fit couler le sang du monstre sur lui, alors qu’il respirait.

« Salopard de démon... Tu me paieras ce coup-là, Helel. Me blesser... Comment as-tu osé, ENFOIRÉ ? »

Azazel cracha du sang. Tu rouvris alors les yeux, en sentant quelque chose de chaud. Le sort d’ombre s’estompait, et tu revis les nuages, ainsi que la lumière du soleil. Ceci te redonna du courage, et tu poussas un hurlement avant de te relever, et d’affronter les démons ailés. Toi et Bath Kol vous envolâmes, surplombant le champ de bataille, et tu pus voir, par toi-même, l’état catastrophique de la bataille. Le mur d’enceinte était en miettes, et plusieurs démons étaient en train de taper contre les portes, tandis que beaucoup de tes frères étaient tombés. Plus que jamais, le spectre de la défaite s’emparait de toi, mais tu décidas de lutter contre ce frisson remontant le long de ton échine, tu décidas de faire ce qui était juste, de te battre.

« Foutez-moi la paix, saloperies ! »

Tu perçus un éclat lumineux, et, en tournant la tête, tu vis Lucifer relever le poing, un poing chargé de lumière, avant de l’abattre avec rage sur le sol. Ce coup pulvérisa ce dernier, provoquant un énorme cratère qui dispersa les démons qui continuaient à l’attaquer. Lucifer était traversé de griffes, d’ecchymoses, de boursouflures, et d’hématomes, mais son corps cicatrisait presque instantanément. Il regarda autour de lui.

« Belzébuth ! Où es-tu, misérable lâche ?! »

Tu te mis à descendre, atterrissant devant la porte, repoussant les démons, avec l’aide d’Izual et d’autres Anges.

« Retenez-les ! Protégez à tout prix l’accès au monastère ! »

Tu te forçais, lorsque tu perçus des vibrations magiques intenses. De l’autre côté de la plaine.

« Par les Archanges... » soupira un Ange.

Des renforts démoniaques venaient d’arriver, et Bath Kol les reconnut.

« Aamon, le démon-loup, et Agares, qui chevauche le crocodile infernal.
 -  Nous sommes damnés... » lâcha un ange.

Tu tournas la tête vers lui, énervée, et te mis à parler d’une voix forte :

« Damnée ? l’invectivas-tu en hurlant. Es-tu un Ange, ou un pisseux qui pleure devant la première adversité ? Vous devriez être fiers qu’ils nous envoient leurs troupes d’élite ! Qu’ils amènent Satan en personne, et je me ferais une joie de lui planter ma lance dans le cœur ! Aamon lui-même nous fait l’honneur de sa présence. Réservons-lui un digne accueil digne de ce nom ! AAAAAAAAAAH !! »

Tu hurlas pour te donner du courage, et ta lance frappa un démon. Tu ne te leurrais pas, la situation était désespérée, et tu pouvais presque entendre les pleurs des enfants. Mais tu n’abandonnerais pas. Jamais. Les démons passeraient sur ta carcasse, s’il le fallait.

Lucifer, quant à lui, se retrouva face à Agares, et cracha du sang sur le sol. Le crocodile ressemblait presque à une espèce de dragon sans ailes, tant il était gros, ses immenses yeux globuleux et sa rangée de dents fixant le Porteur. Tu espérais que Lucifer n’abandonnerait pas.

« Mon crocodile a très faim, Porteur, et il paraît que la chair d’un Ange est délicieuse...
 -  Belzébuth fuit, et envoie ses minables ? Je t’égorgerai, et j’enfoncerais ma lame dans la gueule de ton monstre. Je vous tuerai tous ! »

Agares se mit à rire, et le crocodile bondit, claquant. Lucifer l’esquiva habilement, avant d’essayer de l’attaquer, mais Agares veillait sur sa bête, et envoya une onde de magie noire qui frappa le Porteur sur le torse, l’envoyant rouler sur le sol.

« Votre sacrifice fut divertissant, mais la partie est finie. »

Sans répondre, Lucifer s’élança vers le crocodile, et esquiva les attaques magiques d’Agares avec sa vitesse, avant de frapper la peau du crocodile, virevoltant autour de lui. Il évita sa queue, et essaya de frapper Agares... Quand quelque chose le frappa sur le côté. Un choc douloureux, qui l’envoya s’écraser sur le sol, laissant une traînée sur le sol. Il s’écrasa contre un morceau du mur, et eut à peine le temps de secouer la tête qu’une puissante main l’attrapa à la gorge, le soulevant du sol. Belzébuth.

« Lâ... Lâche...
 -  C’est ainsi qu’on gagne une bataille, Lucifer. L’honneur n’a pas sa place quand la survie est en compte. Tous ces Anges sont ridicules. Ils se battent en ton nom, tu les inspires. Toi, Lucifer, le Porteur de Lumière... Et, maintenant, c’est terminé. Luctum va tomber, et les Cieux seront détruits. »

Tu étais en train de te battre, quand Belzébuth enfonça sa lame dans le ventre de Lucifer, avant de le balancer sur le sol. Lucifer se mit à ramper douloureusement sur le sol, se tenant son ventre, toujours pas vaincu, essayant d’utiliser sa magie blanche pour se soigner. Et, lentement, Belzébuth marchait vers lui. De ton côté, tu avais un problème bien plus urgent. Quelque chose balayait les démons, et tu vis un immense loup enflammé avec une longue queue reptilienne. Aamon ! Tu serras les dents, et le vit cracher une violente boule de feu. Bath Kol la para avec sa main, et Aamon envoya sa longue queue, qui perça son bouclier, la frappant sur le côté. Poussant un cri, Bath Kol s’écrasa sur la glace. Serrant le poing, tu t’élanças alors vers Aamon, évitant une nouvelle boule de feu, et tentas de l’atteindre avec ta lance. Il bondit en arrière, évitant le coup, et te frappa avec sa queue. Ce fut le coup qui brisa pour de bon la porte du monastère, et tu retournas à l’intérieur, au milieu des dizaines et des dizaines de civils. En relevant la tête, tu vis la gueule d’Aamon devant l’ouverture, et le feu se mit à jaillir, des flammes incandescentes.

Azazel n’était plus là. Helel l’avait blessé, et il partait à sa poursuite.

Belzébuth avait rejoint Lucifer, et le souleva à nouveau.

« Étais-tu si arrogant que ça pour penser pouvoir nous stopper ? »

Lucifer cracha encore un peu de sang, avant de sourire.

« Je... Je ne voulais pas vous stopper... Simplement... Simplement vous retarder...
 -  Nous retarder ?! »

Et Belzébuth comprit. Il tourna la tête, voyant les cieux, et des colonnes de lumière se mirent à percer les nuages. Même Azazel s’arrêta, en tournant la tête. La colonne de lumière blanche de Luctum était entourée par les démons, et des cônes lumineux fendaient les nuages.

« Maintenant... Maintenant, les choses sérieuses commencent. »

Belzébuth relâcha Lucifer, alors que, à travers les nuages, on pouvait voir des milliers d’anges arriver. La Milice Céleste, dans toute sa splendeur. Dirigée par l’Archange Michel. Mais ce n’était pas cela qui, pour le coup, inquiétait Belzébuth. Fondant les nuages, arrivant à la vitesse d’une météorite, le plus puissant des Archanges, membre éminent du Conseil, descendait vers la Terre. L’Archange de la Vaillance et de la Victoire, celui-là même qui avait formé Lucifer, et qui avait été le premier à solliciter une action forte à l’égard de la Terre. Imperius.

Et le frisson qui remontait le long de l’échine des Anges sembla désormais se propager aux démons, alors qu’une marée d’anges descendaient du ciel, s’écrasant dans un fracas indescriptible sur les démons.

Les Archanges étaient enfin arrivés.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2771


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 9 mars 10, 2013, 03:37:43 am

C’était fini, Helel le savait. Impossible qu’avec tant de temps perdu, les renforts angéliques n’arrivent pas. Au fond, Belzébuth devait s’en douter, lui aussi. Les affrontements s’étaient éternisés, et si Lucifer était au courant de l’attaque, tous les Chœurs Célestes devaient l’être également, attendant l’ouverture des portails pour submerger la Terre. Il était alors du ressort de l’ancien prince mortel de se rendre au monastère infernal, à quelques lieues d’ici, pour récupérait le prisme rouge à l’intérieur, qui permettait aux démons de rejoindre le plan mortel. Satan avait dépensé d’innombrables ressources pour la création de cet artefact. La défaite était acceptable, car au final prévue, bien qu’Helel ne le sache pas, à cette époque, mais la perte du prisme était totalement proscrite.

Même Belzébuth n’était pas au courant des vrais plans de son seigneur, le puissant Satan. Seuls Aamon et Agares, au service des Enfers depuis leur commencement, connaissaient les projets du maître. Le diable usait fréquemment, malgré ses tactiques frontales, des préceptes les plus importants de la guerre, et notamment la devise ultime : « Diviser pour mieux régner. ». Lucifer était fougueux, et Satan avait envoyé Belzébuth sur les lieux, sachant que le séraphin y serait dépêché, espérant ébranler le mental du Porteur. Les germes de la corruption naîtraient bien plus tard chez l’ange, mais qu’est-ce que des millénaires à l’échelle humaine ? Cette planète Terre était déjà pleine de douleurs et de vices, preuve qu’elle méritait de subir l’influence des démons.

Helel n’avait plus l’énergie nécessaire pour maintenir son invisibilité, et réapparu au milieu de son armée, laquelle tremblait. Pas de peur, mais de rage, la rage du désespoir, la rage de l’animal encerclé, qui se sent pousser un dernier soupir, sortant ses griffes et ses dents pour la dernière fois. Juste métaphore, car un hululement monstrueux vint percer le silence de mort, suivi d’une déflagration terrible. Aamon venait d’enflammer la zone de combat. Le Loup Géant n’avait pas dit son dernier mot, et la glace fondait, emportant l’intérieur des remparts sous une légère couche d’eau, constituée de banquise fondue. Ce loup ne pouvait communiquer sous sa forme animale, mais il était sans doute le plus loyal serviteur des enfers, prêt à mourir pour Satan et sa cause.

« Aamon… Je ne peux qu’espérer que cette défaite n’est pas totale. » Dit Agares, à l’attention de son vieux partenaire, qui ne pouvait l’entendre, car trop loin. « DEBOUT BANDE DE LÂCHES ! Satan récompense les forts et les valeureux ! MOUREZ AVEC PANACHE ! » Ordonna le chevaucheur de crocodiles aux troupes proches.

A ces mots, les troupes se jetèrent sur les anges les plus affaiblis, les dévorant dès qu’ils parvenaient à les mettre au sol, s’agglutinant autant que possible sur tous, jouant de leur nombre. Une dernière faveur aux futurs morts, le droit de partir à jamais en infligeant une dernière fois souffrance et terreur. Pendant ce temps, Aamon tournait autour de la bâtisse des anges, laissant, étrangement les civils en vie. Désireux d’achever Lucifer, mais ne pouvant laisser son confrère de toujours seul face à Imperius et à ses subordonnés, Agares se rua à l’intérieur des murs. Etait-ce le moment ? Le grand Duc et le Duc des Enfers Orientaux, devaient-ils mourir maintenant ? Helel ne pouvait y croire. Observant au loin, il contempla la scène, plein de haine et de peine, un mélange qui pousse aux pires folies.

Il commença alors une incantation, au loin, cessant de fuir le lieu du combat. Pourtant, avant qu’il ne la finisse, un coup de poing vint lui percuter la ceinture abdominale en lui infligeant une douleur atroce, le jetant un mètre plus loin, sur les fesses. Azazel n’avait pas abandonné, toujours aussi ridiculement prétentieux et fourbe. Comme sorti de nulle part, Baal arriva alors à pleine vitesse, écrasant son genou sur une tempe de l’ange pour l’assommer. Rapidement, il fit signe à Helel d’utiliser un sort de rappel, pour téléporter Agares et Aamon à leurs cotés, loin du champ de bataille. Sans dire un mot, le démon s’exécuta. Les deux généraux étaient puissants et lourds, rendant la manœuvre difficile et douloureuse. Bouger son bras pour effectuer le sortilège semblait pareil à tenter de soulever une montagne. En un peu moins d’une minute, Helel réussit pourtant à rappeler à lui les deux partenaires, les téléportant depuis l’intérieur des murailles jusqu’à la limite du champ de bataille.

« BELZEBUTH ! IL FAUT QU’AAMON ET MOI NOUS BATTIONS ! » Déclara Agares, énervé d’avoir été rappelé. « Tu dois survivre, moi et Aamon ne somment pas importants pour Satan ! » Ajouta-t-il, prêt à repartir.

« Non ! Il y a ici 15 Légions des enfers, ils peuvent retenir quelques milliers d’anges le temps que nous ouvrions le prisme ! » Dit Belzébuth, incertain de sa décision, et de la véracité de son propos.

« Laissez-moi faire. Rejoignez le monastère rouge, emportez le prisme. Je reste avec mes légions, je les ai commandées ici, je terminerai avec elles ici. » Dit calmement Helel, fixant l’horizon, et le champ de bataille.

« Helel, étoile du matin. Tu es face à ton destin désormais, l’oblivion attend les téméraires. Satan ne repêchera pas l’âme d’un pauvre commandant du fleuve Styx. » Expliqua Agares, haussant un sourcil.

« Qu’il en soit ainsi. Partez. » Répondit le démon, joignant les deux mains. « Etoile du matin, Etoile de Sirius, fi raqqin mansûr was-saqfi-l-marfû'i. ELEVE TOI ! » Sur ces mots, les mains d’Helel se mirent à saigner profusément, tout comme ses yeux et son nez.

Le corps du magicien commença à être pris de légères convulsions, ses jambes fléchissant, les os brisés, tandis que les trois seigneurs des enfers quittaient prestement les lieux. Sans architecture adéquate, le prisme ne pouvait laisser filtrer plus de quelques démons dans le plan mortel, mais sauver cet artefact et trois généraux de Satan était une raison suffisante pour qu’Helel donne sa vie. Au fond, il avait beau le nier, vouloir penser autrement, il était toujours un humain dans le fond, un humain qui s’attache et qui espère. Convaincu d’œuvrer pour libérer les hommes d’un faux dieu n’apportant que discorde et malheur, le démon s’apprêtait à donner sa vie. Sa seule légion restante vint alors à la charge, l’entourant, comme pour le protéger, sans qu’il n’en donne l’ordre. Venues à quinze, il n’y avait plus que six légions, incapables de rivaliser avec les anges. Et les survivants de celles d’Helel restaient avec lui pour ce qu’il voyait déjà être ses derniers instants.

« Abaisse le Rideau, que le Voile recouvre notre Chemin. » Murmura le démon, érigeant une gigantesque et solide barrière.

Chaque subordonné donnait sa propre vie au magicien, pour qu’il maintienne la protection, à l’intérieur de laquelle il se trouvait, se protégeant des attaques. Elle tiendrait une minute tout au plus, et ne permettrait qu’à Belzébuth et ses acolytes de fuir, emportant le prisme en ayant à se battre un peu auparavant. Ils ne pourraient  sans doute pas sauver l’édifice infernal, empêchant leur retour pour des générations à venir. Alors que les braves membres de ses légions se sacrifiaient, donnant leur vie pour que le bouclier d’Helel dure, celui-ci comprenait enfin pourquoi il se battait. Malgré qu’ils soient des parias, des monstres issus de la crasse des enfers, ils restaient issus des mêmes terres, et ils partageaient désormais le même sang. Infect, corrompu, mauvais, mais le même sang, on ne choisit pas sa famille. Alors s’il n’avait su protéger ses proches autrefois, l’ancien prince pourrait y arriver dans cette incarnation, dusse-t-il finir par y laisser la vie.

« Arretez ! Bougez ! Repli vers le temple, partez devant ! Nous avons trente secondes avant que la barrière ne se brise ! Repli Général ! » Cria le démon.

Les trente secondes n’étaient qu’une distraction, et permettraient aux démons d’arriver dans le monastère infernal avant les anges. Il fallait dix minutes en course maximum pour rallier la bâtisse démoniaque. Contrairement aux anges qui utilisaient apparemment leurs piliers, les monastères des démons étaient de gigantesques édifices qui se comportaient comme des portails à part entière. Ils disparaissaient totalement une fois leur mécanisme enclenché, capables de téléporter tous leurs occupants dans un autre temple, gigantesque quant à lui, situé en zone sauvage du monde humain, dans ce qui deviendrait plus tard Babylone, le cœur de l’Irak actuelle.

Tout le reste d’armée se mit à courir en direction du portail, qu’avaient déjà emprunté Agares et Belzébuth, le laissant ouvert dix minutes de plus au cas où d’autres survivants pourraient venir. Un hululement fit bien vite comprendre aux troupes qu’Aamon, quant à lui, n’avait pas quitté les lieux. Le Loup Géant fonça, rattrapant Helel au passage, qui était incapable de courir à cause du sale état de ses jambes. Azazel, réveillé, tenta d’attaquer le loup, qui le balaya de sa queue. La barrière de protection céda au moment même où une gigantesque boule de feu quittait la gueule du loup, pour aller s’abattre sur les remparts. Non content de faire un retour, le démon cracha une seconde salve sur la bâtisse des anges, alors que les cris des civils se répandaient. Helel, fermement accroché au poil de la bête, comprenait bien que celle-ci cherchait à forcer le plus d’anges possible à s’occuper des blessés. Aamon partit alors rapidement, tandis que le commandant vaincu criait un dernier message à l’attention de Yehaël, la seule qui l’avait marqué.

« Comptes-tu nous suivre !? Réussirez-vous à détruire le portail avant qu’il ne disparaisse et que nous ne puissions revenir sous peu !? » Nargua-t-il, souhaitant la pousser à entrer dans le monastère.

En effet, quiconque entrait dans le monastère et y restait alors qu’une main de démon touchait le prisme présent sur son autel se voyait transporté dans les Terres Sauvages, le maigre mais violent domaine terrestre des Infernaux.
« Modifié: mars 10, 2013, 09:19:16 pm par Stephen Connor »
(´・ω・`)

Yehaël

Avatar

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 10 mars 10, 2013, 08:57:39 pm

Tu vis la boule de feu se rapprocher, remplir tout le décor, sans pouvoir le repousser. Tu vis le feu se rapprocher, tu entendis les civils hurler, et tu fermas les yeux... Mais le feu, jamais, ne vint. Et, quand tu rouvris les yeux, un homme se tenait devant toi, ayant tendu sa main pour bloquer le jet de feu. L’immense boule de feu avait été stoppée net, et tu le reconnus. L’homme avait une chevelure blonde, bouclée, et tourna sa tête vers toi. En d’autres circonstances, tu te serais mise à genoux, en signe de respect. Et, après tout, tu étais déjà agenouillée. L’Archange Gabriel se tenait devant toi.

« Beau boulot. Je prends le relais. »

Soupirant longuement, tu te relevas, et sortis du monastère, voyant une nuée d’Anges débarquer. Le renforts tant attendus étaient là, et fondaient sur les démons, les dispersant, inversant totalement le cours de la bataille. De ton côté, tu cherchais quelqu’un en particulier, et suivis la signature magique de Bath Kol. La queue d’Aamon avait frappé cette dernière, et, en regardant autour de toi, tu la vis. Elle gisait sur le sol, ayant laissé des plumes derrière elle, et tu filas vers elle, fauchant les démons ailés qui essayaient de l’attaquer. Désespérés, les démons s’attaquaient aux anges affaiblis, essayant de limiter la casse, de sauver les meubles. Le cœur de la Milice venait de débarquer, celle qui suivait Imperius. Ce dernier restait en hauteur, probablement en train de se concentrer, et Michel, chef de la Milice, se battait au plus près des ennemis, fauchant les démons avec ses puissants sorts magiques, mélangés à des attaques physiques dévastatrices. Les Archanges venaient de vous rejoindre, et, même si vous étiez encore en sous-effectif, les démons étaient bloqués. Vacillant sur ses fondations, le cône lumineux avait tenu bon. De ton côté, tu rejoignais Bath Kol, qui gisait sur la glace.

« Bath ! Réveille-toi ! Nous sommes sauvées ! »

Tu tâtas son pouls. Elle était toujours en vie. Elle était blessée, certes, mais elle vivait. C’était l’essentiel. Tu restas là, à la protéger. C’était ton amie d’enfance, et tu savais que, si elle était une puissante magicienne, elle était aussi très faible, d’un simple point de vue  physique. Des démons continuaient à t’attaquer, mais tu les repoussais avec ta force habituelle, tandis que les Archanges se concentraient autour du gros des forces. Aamon continuait à se battre, et, en regardant, tu vis, à une bonne distance, les autres seigneurs démoniaques : Belzébuth, Agares, et Helel, qui étaient en train de former une sorte de portail magique. Ils fuyaient. Les rats quittaient le navire, devant l’adversité. Tu ne pouvais les poursuivre. Tu n’étais pas de taille, et tu reportas ton attention sur Bath Kol, qui toussait, et ouvris faiblement les yeux.

« Aïe...
 -  Tu t’es reçue un solide coup…
 -  Il... Il m’a surpris... Oh, ça fait mal !
 -  Détends-toi... » répliquas-tu en souriant délicatement, comme une sorte de douce vengeance.

Bath avait poussé un léger grognement, et tu t’étais retournée, ta lance frappant un autre démon, tandis que tes ennemis prévoyaient leur retraite vers leur avant-poste, une sorte de monastère dans les montagnes, au milieu des glaciers. Ce monastère abritait un prisme qui faisait office de catalyseur magique, formant une faille dimensionnelle par laquelle les démons se ruaient. Une sorte d’équivalent de votre cône de lumière.

« Arretez ! Bougez ! Repli vers le temple, partez devant ! Nous avons trente secondes avant que la barrière ne se brise ! Repli Général ! »

Tu entendis cet ordre, et vis les démons survivants commencer à se replier, formant un mouvement inverse. Luctum avait souffert, et ses fondations tremblaient. Tu hésitais entre y aller pour protéger les civils, et rester ici. Aamon avait balancé ses puissants sorts de feu contre le temple, menaçant de le détruire.

« Qu’est-ce… Qu’est-ce que tu attends ? te demanda Bath, comme si elle lisait dans tes pensées. Ils ont besoin de toi, va… Va les sauver, je peux me débrouiller. »

Te mordillant les lèvres, tu acquiesças, déployant à nouveau tes ailes. Tu entendis Helel te narguer, mais tu n’étais pas une gamine arrogante qui commettrait l’erreur de le poursuivre. Tu préféras t’élancer, et rejoignis l’intérieur du monastère. Les piliers étaient endommagés, et le plafond s’effondrait. Tes bras accueillirent des réfugiés, et tu sortis, tandis que d’autres Anges faisaient également sortir les réfugiés, les déposant à l’abri, sur la banquise.

Ce fut Imperius qui répondit à l’appel d’Helel, débarquant devant le démon. L’Archange portait habituellement une longue robe rouge, mais l’avait troqué contre une solide armure. Dans sa main, brûlait une épée lumineuse à la puissance terrifiante, si puissante qu’elle dégageait de l’air autour d’elle. Imperius était l’un des Archanges les plus rapides, capable d’atteindre la vitesse de la lumière. Il était à quelques mètres d’Helel. Aamon venait de partir, le portail était juste devant lui, et il se déplaça, fonçant droit sur Helel. Son poing rencontra le ventre d’Helel, le frappant violemment, un coup si puissant que le glacier sur lequel les deux hommes reposaient se fragilisa.

« Ma lenteur me perdra... Je n’ai pas pu m’occuper du Déchu, mais, à défaut, ta tête m’ira très bien. »

Imperius avait levé son épée, quand il perçut du bruit à proximité. Tournant la tête, il vit Azazel, mal en point, plusieurs démons menaçant de lui trancher la gorge, fixant Imperius, ainsi qu’Helel. Une moue de colère traversa le corps d’Imperius, un frisson de rage, et son épée vint se planter à côté du corps du démon, défonçant le sol. La vie d’un Ange était plus précieuse que tout.

« Pars, misérable. Et va dire à ton Maître qu’Imperius le traquera dans le trou puant où il se cache, et le décapitera. »

Il n’y avait rien d’autre à faire pour l’heure. Lucifer, de son côté, s’était relevé, ayant toujours mal, lorsque plusieurs Archanges le rejoignirent, y compris Michel.

« Qu’est-ce qui vous a pris si longtemps ?! s’énervait le Porteur.
 -  Nous revenions d’un combat sur une autre planète. Nous avons fait aussi vite que possible.
 -  Ce n’était pas assez ! »

Michel ne répondit pas, fixant silencieusement Lucifer, qui était soigné. Tu les rejoignis également, tandis que le monastère de Luctum tremblait sur ses fondations.

« Ils ont frappé vite et fort... Ils doivent avoir un portail à proximité. On ne peut pas se permettre d’attendre qu’ils regroupent leurs forces, et nous attaquent à nouveau.
 -  Nous resterons sur place pour consolider Luctum. »

Lucifer soupira.

« Ce sont ces sauvetages d’humains qui vous ont retardé ! Vous privilégiez la vie de ces lâches sur ceux des anges !
 -  Je ne te permets pas de porter de telles accusations, Lucifer, le coupa Gabriel. Nous accomplissons notre devoir. »

Tu les observais, sans rien dire, épuisée. Ce premier combat avait été éprouvant, mais tu n’avais pas envie d’arrêter. Tu voulais rendre justice à tous les anges qui étaient tombés, à tes frères et à tes sœurs. Imperius arriva alors, intimant un silence respectueux. Azazel était à côté de lui, blessé, aussi bien physiquement que dans son orgueil.

« On ne peut pas se permettre d’attendre les bras croisés. Leur monastère est à proximité, et il faut appréhender cet Helel avant qu’il ne s’échappe. Lucifer, je compte sur toi pour le poursuivre.
 -  C’est une tâche avec laquelle je m’acquitterais dûment, Monseigneur.
 -  De mon côté, et même si je n’en vois pas l’utilité, j’aiderais à la reconstruction du monastère, et, surtout, j’enterrais nos morts. Les renforts ne peuvent rester éternellement ici. Les Légions de Belial font preuve d’une activité soutenue sur une autre planète, et réclament toute notre attention.
 -  Je le conçois, Monseigneur. »

Imperius était le seul Archange qui, chez les Anges guerriers, faisait l’unanimité. Il avait formé Lucifer, Azazel, et était actif sur plusieurs planètes, là où Michel se concentrait surtout sur ce qui, plus tard, serait connu comme la Terre. Lucifer regarda autour de lui, et te regarda.

« Je t’ai vu te battre, Yehaël. Je ne m’étais pas trompé sur ton compte. Il nous faut partir sans plus attendre, remonter les glaciers, et trouver ce monastère.
 -  Ce sera un honneur de vous suivre, Porteur de Lumière. »

Bath Kol arriva également :

« Ma magie me permettra de remonter la source de ce portail vers le monastère. »

Lucifer hocha la tête, satisfait.

« Izual viendra également avec nous. Nous te suivons, Bath Kol. »

On ne pouvait pas se permettre d’attendre. Tu regardes les Archanges. Imperius avait le visage fermé, tandis que Gabriel semblait réfléchir. Tout le monde connaissait l’influence forte qu’Imperius, un esprit fort, exerçait sur les autres. Il était hostile aux races inférieures, les estimant trop corruptibles, et son raisonnement avait déteint sur ses élèves, comme Lucifer et Azazel... Et même sur toi, même si, à l’époque, tu te refusais à le reconnaître. Bath Kol se posa sur le glacier où, quelques instants plus tôt, un portail s’était formé, prononça une mélopée, puis s’élança, suivant une ligne visible d’elle seule : celle de la magie.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2771


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 11 mars 11, 2013, 02:28:01 am

Quelle situation déplaisante. Helel n’avait plus la force de s’accrocher à la fourrure d’Aamon. Essoufflé, sentant la fin proche, aux portes de la mort, le démon acceptait son destin. Son dernier plan était un pari risqué qui n’avait pas porté ses fruits. Lâchant prise, il tomba lourdement au sol, ses quelques os encore en état craquelant au contact de l’épaisse banquise. Il avait déjà connu la mort, le destin des ombres dans l’oubli éternel, l’oblivion. Une pensée alla aux autres, à ceux qui survivraient. De tout son cœur, ou de tout ce qui lui en restait, Helel pria pour que ses hommes et Aamon puissent quitter les lieux sains et saufs. L’ancien mortel pouffa légèrement de rire, contre le sol, les muscles inactifs et les os en miettes, il venait de prier. Prier pour que les armées du mal s’en sortent.

Où était son clan désormais ? Où était sa famille ? Son fils, ses filles, sa femme ? Sûrement là où ils devaient être, là où ils méritaient d’être. Incapable de réellement bouger, le démon réfléchit aux paroles d’Agares, et ne les comprenait que maintenant. Etait-ce donc cela ? Se retrouver seul face à son destin ? A se remémorer les erreurs du passé, d’une vie qu’il aurait voulu lointaine, mais qui le hantait toujours ? Peut-être avait-il eut tord, peut-être avait-il blâmé dieu trop facilement. Mais dans le fond, Ilanna ne pourrait jamais le pardonner si elle le revoyait. Eux qui avaient toujours cru en un être supérieur, en dieu, il les avait trahis. Il se moquait bien du sort des mortels, trop occupés à imposer son dictat sur la Terre.

« Bon sang… » Soupira le vaincu, un mince filet de sang coulant d’entre ses lèvres.

Aamon avait continué son chemin, non sans lancer un dernier regard au corps quasiment inerte de son ancien camarade. Un dernier hululement fendit les cieux, pareil à cri d’adieu. C’était un adieu, un hommage à des années de guerre menées ensemble. Helel aurait voulu donner un dernier signe de respect au Loup Géant, mais son corps ne lui permettait que de tenter fébrilement de se relever sur les coudes. Le commandant connaitrait donc la mort au combat ? Cela paraissait être le plus honorable des jugements, et une juste rétribution. Il avait toujours été un seigneur de guerre, et son autre vie, plus particulièrement sa mort, avait été dans le déshonneur total. Exilé par son clan, mort de faim au sommet d’une montagne, voilà qu’il connaissait enfin une fin ponctuée par un combat final.

Imperius se rua sur le commandant déjà vaincu, déjà aux portes de la mort. Ce dernier ne sembla pas dérangé à l’idée de frapper violemment Helel au ventre après l’avoir redressé, mettant ce dernier hors combat. Que les anges pouvaient être détestables et ridicules. Eux qui se pensent tellement supérieurs, à peine mieux que les démons, voulant paraître parfaits à tout prix, comme pour se persuader eux-mêmes qu’ils valaient réellement quelque chose. Du plus profond de son être, et même s’il pouvait reconnaître ses erreurs, le commandant haïssait ces viles créatures, qui vivaient l’hypocrisie de se prétendre purs mais qui était plein de condescendance et de mépris. Quel véritable dieu prônant l’amour pourrait créer un tel panthéon de monstres de vanité ?

« Va lui dire toi-même, au lieu de te vanter à un ennemi à moitié mort. » Grogna Helel, d’une voix rauque mais faible. « Lâche. » Termina-t-il.

Ainsi, il ponctua sa phrase du dernier mot que son faible corps lui permit d’émettre, après quoi il ferma les yeux, exténué. Laissé pour mort, le démon avait tout le loisir d’entendre les conversations des plus hauts gradés. S’ils comptaient détruire le portail, c’était déjà trop tard, les troupes restantes avaient été rappelées, et le prisme démoniaque avait été ôté. Helel était soulagé, même si Aamon n’avait pu prolonger le rituel pour téléporter la bâtisse en même temps que les troupes, les restes des Légions avaient pu s’enfuir. Finalement, le temple serait détruit, privant les démons de ce poste avancé durant des millénaires. Mais en apprenant la nouvelle, Satan ne ferait que rire au récit énoncé, avant de ne remercier ses trois généraux.

Pour l’heure, néanmoins, l’issue du combat ne signifiait, aux yeux de tous, que la victoire flamboyante des anges. Helel était dégouté, toute sa stratégie avait été vaincue par des renforts consécutifs en surnombre, que ses mages auraient dû sentir arriver à l’avance. Tout ça pour au final être simplement dépassé par un mélange de qualité et de quantité. De tout son cœur, le démon espérait que Belial profite du départ de tels adversaires pour conquérir la planète qu’il convoitait. Nostalgique, il se rappelait de ce que lui avait dit Belzébuth, alors tout juste déchu, lorsque Helel venait à peine d’accepter le pacte de Lucifer : « La justice de Tsaphkiel n’est pas adapté aux mortel, elle les détruira, et ne fera que répéter les injustices que tu as vécues, pour tous les hommes. ». Aujourd’hui, il ne comprenait que trop bien ces termes, en voyant tout ce ramassis de lâches et de fous qu’étaient les soi-disant anges.

« Il a l’air d’être encore en vie, n’était-ce pas un des commandants de cette armée ? Nous devrions le ramener et l’interroger. » Remarqua un ange, dont le démon ne put identifier le visage, ses yeux brouillés par la fatigue. « Que quelqu’un le soigne, le stricte minimum pour qu’il ne meure pas, mais je ne veux pas qu’il nous file entre les pattes. » Ajouta l’inconnu.

Seul un faible grognement s’échappa d’entre les lèvres du monstre. Il ne voulait pas être capturé, il ne voulait pas finir livré aux trônes. Lui ôterait-on même le droit de mourir comme un guerrier ? Etait-ce là la cruelle et bienveillante ironie que lui réservaient les anges ? Un soupir de douleur quitta les lèvres de l’homme aux longs cheveux noirs. Au loin, des bruits de choc se firent entendre, le bruit des pans du monastère infernal qui tombaient, rencontrant la glace de la banquise dans un violent choc. S’il en avait eu la force, le monstre aurait sûrement froncé les sourcils et crié son désespoir, mais son corps entier ne pouvait plus le supporter, incapable de répondre à son avalanche de sentiments.

A ce moment là, une seule pensée traversait l’esprit du captif : Qu’on en finisse.
(´・ω・`)

Yehaël

Avatar

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 12 mars 12, 2013, 12:15:33 am

C’est à cette occasion que tu réalises à quel point les plans inférieurs pouvaient être beaux. En compagnie des Anges, tu volais au milieu de glaciers, près d’une mer gelée, voyant la banquise, voyant des paysages interminables, libres, et frais. Le soleil qui se levait et brillait sur ces terres était un spectacle de toute beauté. Était-ce pour cela que vous vous battiez ? En partie, oui. Car les démons ne respectaient rien d’autre qu’eux-mêmes. Ce monde, ils le souilleraient, le videraient de toute sa magie, de toute son énergie, afin d’améliorer leur puissance. Bath Kol était en tête, et vous longiez un énorme glacier, voyant l’océan à gauche. Lucifer était juste derrière Bath Kol, et vous vous posâtes contre le flanc de la montagne, voyant au loin, sur un glacier, plusieurs sentinelles démoniaques.

« Occupe-toi d’eux, Yehäel. Comme à l’entraînement. Empêche-les de sonner l’alarme. »

Tu hochas la tête, et te redressas un peu, puis pris ton élan, et, d’un bond, tu t’envolas, fondant sur les sentinelles. Tes deux mains attrapèrent les crânes de deux démons, les brisant sur le sol. Le troisième eut à peine le temps de tourner sa tête que tu bondis sur lui, le prenant dans tes bras, tombant avec lui dans le vide, avant de te relever. Bath Kol reprit sa route, ainsi que Lucifer, et vous atteignîmes ainsi l’autre côté de la montagne, voyant une curieuse structure faite de glaces et de rochers, avec de sommaires tentes devant, et quelques mammouth. Le monastère infernal. Vous le regardâtes de loin, avant que Lucifer ne se mette à s’approcher, descendant sur un glacier, derrière le monastère, accroupi. Toi, Bath Kol et Izual, firent de même. Il y avait des sentinelles humaines.

« Le prisme n’est plus là, annonça Bath Kol. Je ne le sens plus.
 -  Ils se sont enfuis...
 -  En laissant derrière eux les proies les plus faciles. »

Lucifer serra les poings, énervé. Ils avaient été trop lents, malheureusement, et le prisme avait disparu. Cependant, il restait encore un espoir de pouvoir le tracer, en trouvant le téléporteur qui leur avait permis de s’échapper. Cet objet était primordial, car il permettait de rapidement créer des failles dimensionnelles. Les barbares dans la cour du monastère avançaient lentement, nullement soucieux. Lucifer se releva alors.

« Jesens la présence d’un mage noir dans le monastère. Je vais m’occuper de lui. Yehaël et Izual, occupez-vous de ces misérables. Kol, tu nous surveilleras. »

Lucifer s’écarta ensuite, avançant le long de la glace, qui faisait office de toit, puis leva les poings, et les abattit violemment sur la glace, provoquant une brèche par laquelle il s’infiltra au milieu du monastère, composé de bougies et de reliques démoniaques. Le mage était au centre, et ses poings se hérissèrent d’éclairs noirs... Avant que Lucifer ne le charge, l’atteignant à la gorge, l’envoyant s’écraser contre le mur. De ton côté, tu fondais sur les ennemis, plantant ta lance sur le ventre d’un barbare, qui poussa un hurlement de douleur, tandis qu’Izual, resté en hauteur, envoya des boules de lumière explosives qui provoquèrent de puissantes explosions, fauchant les attaches qui retenaient les mammouths. Paniqués, ils se mirent à foncer, fauchant les barbares, tandis que tu affrontais plusieurs ennemis à la fois. Leurs haches étaient inutiles contre toi, et tu les frappais avec toute ta puissance. L’un d’eux te ceintura par les épaules, et tu t’envolas en l’air, avant de décrire une boucle, et de foncer vers le sol. La tête du barbare explosa contre le sol, puis tu t’élanças, fauchant les barbares.

Le mage noir atterrit alors au milieu de la cour. Il avait des peintures noires sur la tête, une tête chauve, qui saignait abondamment. Faisant fi de la douleur, il se releva, et envoya des éclairs noirs sur Lucifer, qui tendit sa main, repoussant les éclairs.

« Meurs, chien d’Ange ! hurla le mage.
 -  Pauvre minable... »

Un barbare courut vers Lucifer, tenant sa masse à deux mains. Le Porteur tendit sa main, et une boule de lumière frappa de plein fouet le barbare, le transformant en torchère vivante, tout en explosant une partie de son corps. Lucifer s’intéressa alors au mage, et se déplaça rapidement, arrivant dans son dos, et écrasa son pied sur sa tête.

« Où sont partis tes maîtres ? »

Bath Kol atterrit à côté de Lucifer.

« Il a effacé leurs traces...
 -  Sa… Savourez bien votre victoire, nous... Nous reviend... »

Lucifer leva son pied, et l’abattit d’un coup sec, explosant la tête du mage. Il regarda ensuite le monastère.

« Détruisons ce temple voué au Malin, et retournons aux Cieux. »

Tu acquiesças silencieusement, et le temple ne tarda pas à être détruit. Vous retournâtes alors à Luctum, où la situation s’était améliorée. Les Anges brûlaient les cadavres, et tu appris qu’un prisonnier avait été fait. Helel. Il se trouvait dans les Cieux, dans les Tours Blanches. Bath Kol décida de rester en contrebas, et, de ton côté, tu entras dans ce qui restait du monastère. Il y avait de profondes fissures sur le sol. Toi et Lucifer rejoignîmes le cône lumineux, vous envolant instantanément vers une autre dimension.

Tu arrivas chez toi, dans les Cieux. Une sorte d’énorme palais planté dans les nuages, avec des tours d’albâtre semblant interminables, quand on les voyait depuis le bas. Vous flottiez dans les nuages, et tu t’avanças, voyant de nombreux Anges. Vous traversâtes les quartiers, en compagnie de Lucifer, Izual étant également resté en bas. Helel était emprisonné sur des nuages qui flottaient près de grandes tours servant de cellules d’isolement pour les Anges en proie au doute, et voulant méditer. Imperius et Tyraël, l’Archange de la Justice, discutaient entre eux.

« Je n’aime pas tes manières, Imperius.
 -  Tout comme je n’apprécie pas les tiennes, Tyraël. Ton obsession à défendre les faibles m’est incompréhensible.
 -  C’est la justice qui l’exige.
 -  Cet individu est le seul qui puisse nous dire où se trouve le prisme.
 -  Ce n’est pas une raison pour le torturer. Nous n’agissons pas comme eux ! »

Imperius avait revêtu sa robe rouge, et secoua la tête, énervé. Tyraël, Archange de la Justice, était un membre du Conseil, et qui rentrait fréquemment en opposition avec les autres Archanges. C’était lui qui avait fermement insisté pour que les Anges sauvent les habitants des plans inférieurs, en considérant que les Anges ne pouvaient décemment pas, au nom de leurs idéaux de pureté et de foi, laisser ces individus être opprimés par les démons. Helel était retenu sur un nuage flottant par des chaînes lumineuses, au milieu d’un rayon de soleil pur. Chaque fois qu’il remuait, le feu lui déchirait le corps.

« Le Conseil se réunira pour décider de son sort. »

Imperius soupira devant ce qu’il interprétait comme une perte de temps. Mais on ne pouvait pas s’opposer à la supériorité légitime du Conseil.
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Stephen Connor

Administrateur

  • -
  • Messages: 2771


  • FicheChalant

    Description
    Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 
    
    Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.
    
    Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.
    
    PS : Préfère les gros culs D:

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 13 avril 03, 2013, 04:32:31 pm

Une sensation de chaleur. Le froid qui s’était emparé de son corps quittait doucement Helel, tandis que ses yeux s’entrouvraient de nouveau. Il connaissait la signification de ceci. Ce n’étaient pas ses subordonnés ou ses supérieurs qui le soignaient, c’étaient des anges. Le démon ne craignait plus la mort, il ne la craignait plus depuis bien longtemps.

Peu importe qui l’avait extirpé des griffes de l’oubli cette foi, le repos éternel dans le styx n’était pas pour aujourd’hui. En tous cas, la personne qui l’avait soigné s’était assurée de ne pas lui rendre sa pleine puissance. Ainsi il se trouvait dans un état de fatigue absolue, incapable de bouger ses jambes, qu’il sentait toujours cassées.

Après tout, il avait pris un sacré paquet de coups, certains plus violents que d’autres. Sans doute était-il normal que son corps ne semble presque plus disposé à lui répondre. Les regrets s’immisçaient déjà dans son esprit, il aurait dû mourir. Pestant silencieusement contre lui-même, les yeux à moitié clos tant la fatigue le prenait, le démon se laissa enchaîner, n’ayant pas la force de riposter.

D’après les bribes d’information qui filaient à ses oreilles, on comptait le ramener dans le royaume céleste, pour l’interroger ou le juger. N’avaient-ils donc rien de mieux à faire ? Il n’était pas du genre à parler, et de toute manière la situation était des plus évidentes. Sa faiblesse n’avait pas été la cause de sa défaite, et il s’en soulageait, mais tout ce qui n’est pas une victoire ne peut être applaudi.

« Tu seras jugé pour tes crimes, sale monstre ! » Lança pompeusement un des anges.
 
Helel ne pipa mot, maudissant simplement, en son for intérieur, les chaînes qui l’empêchaient d’étrangler ce petit prétentieux. L’arrogance générale des anges lui semblait d’autant plus viscéralement énervante qu’il n’était pas dans leur camp. Ignorant toutes les paroles lancées à son encontre par l’escorte qui l’amenait aux Tours Blanches, le monstre ferma les yeux.

On le conduisit donc jusque là où il serait emprisonné pour quelques instants. Ici, il devrait attendre son jugement prochain. Le monstre se maudissait, n’ayant même pas les moyens d’abréger sa propre existence. Sans doute était-ce l’œuvre de ces chaines de lumières, mais il ne pouvait s’immoler ou user de magie pour mettre fin à ses jours. Finalement, il se mit à réfléchir à tout ce qu’il avait fait, silencieusement. Ce fut un peu plus tard que l’on vint le chercher.

Le général vaincu n’avait décidemment pas droit au moindre répit. Cette bataille avait été un fiasco des plus impressionnants, et nul doute que les armées des enfers en paieraient le prix durant des millénaires. Mais au fond Helel était heureux de savoir tous les généraux en vie. S’il pouvait cracher aux visages des anges une dernière fois, il ne se priverait pas.

Ces derniers avaient d’ailleurs fait preuve d’intelligence en le menottant fermement. Complètement emprisonné, il était en plus soumis à un genre de supplice qui le maintenait en place. Il aurait voulu bouger aussi vivement que possible pour être anéanti par la lumière qui le torturait, mais celle-ci ne semblait pas en mesure de le tuer. La douleur était des plus intenses, en tous cas. Même le réconfort de savoir ses équipiers en vie ne satisfaisait pas la rage du démon.

Si seulement il avait pu mourir sur ce maudit champ de bataille, comme il l’avait désiré. Au lieu de ça il se retrouvait sous le coup du jugement divin. Un simulacre de tribunal semblait délibérer, exposant ses fautes lors de sa vie démoniaque. Il écoutait à peine, plongé dans ses propres pensées et souvenirs. Vint alors la mention du prisme.

« Comment connaissez-vous seulement son existence !? » Questionna le démon, bien moins muet que quelques minutes auparavant. « Sur les Neufs chœurs angéliques, il fallait que je tombe sur les Trônes. » Constata-t-il.

Un moment de silence général suivi sa prise de parole, arrachant un pouffement de rire au démon. Ce petit mouvement d’épaule eut pour effet de lui brûler effectivement le dos avec une telle violence que la douleur lui arracha un grognement d’inconfort, lui qui était connu pour son stoïcisme. Le regard du monstre se releva doucement sur le conseil. Il n’y voyait pas Tsaphkiel. S’il avait bien une dent contre un ange, c’était contre ce céleste là. Etait-il toujours le Prince Régent des juges ?

« Que voulez vous savoir ? Qu’espérez-vous savoir ? Les légions sont sûrement retournées en Enfer. Je ne connais pas leur projet, je ne sais pas où sont les survivants. Vous perdez votre temps. » Expliqua franchement le monstre, exaspéré. « Vous croyez défendre l’humanité ? Vous n’êtes même pas capables de la comprendre. Qui de vous connait les tracas d’un mortel ? Personne n’est apte à forcer son point de vue à quelqu’un d’autre, et agiter de vulgaires auréoles comme une justification à tout ne fait pas de vous des justes. »

« La cause des anges est juste, et nous devons l’appliquer à l’humanité. Les hommes sont l’œuvre de Dieu, il revient à nous, ses messagers légitimes, de dispenser le bien et l’amour du Créateur parmi les sauvages. » Dit un des anges du Conseil, portant un œil sévère sur l’hérétique. « Helel, l’ancien prince humain. Il m’est dur de voir un ancien croyant comme toi devenu un suppôt de Satan. Quel sombre chemin t’a écarté de la lumière de ton Dieu ? » Questionna-t-il.

« Mon dieu ? Ne me fais pas rire, je vais encore me bruler. » Répondit Helel, un léger sourire au coin des lèvres. « Je n’ai rien à ajouter sur ce sujet. Que les plus forts gagnent. La force fait la justice, comme on dit sur Terre. » Ajouta-t-il, lassé. « Votre cause est encore jeune. Vous ignorez ce que sont les humains. Vous qui vous aimez tant, qui êtes si fiers, vous finirez par vous déchirer. Votre créateur vous sacrifie en vous envoyant contre les démons, pour sauver quelques simples mortels. » Dit le monstre, plein de mépris. « Vous tuez et mourrez pour de simples humains ? Alors vous ne valez même pas la vie de ces êtres de poussière aux yeux de votre père. Parlez donc de fierté, à vous sacrifier pour des humains, vous... »

« Silence ! » Rétorqua vivement un autre ange, visiblement énervé par les propos blasphématoires du démon. « Je ne tolèrerai pas de paroles aussi indécentes dans les cieux. Les ordres du Créateurs sont justes et bons. Si nous, êtres de feu et de lumière, devons périr pour que la volonté du Tout-Puissant soit faite, c’est alors que notre mort est juste ! Je ne suis pas étonné qu’un simple monstre ne vivant que pour le chaos et le mal ne puisse comprendre cela ! » Jugea le céleste.

« Il n’y a visiblement rien de bon à retirer de toi Helel. » Dit avec fermeté le premier ange qui s’était adressé à l’ancien humain. « Je vois que ton séjour auprès de Satan t’a complètement perverti. Crois bien que j’aurais voulu pouvoir déceler un peu de foi en toi, mais ton âme est devenue aussi noire que le charbon des enfers. Le Styx, le vide éternel est ta destination, désormais. » Acheva l’ange.

« C’est la destination de tous. » Répondit simplement Helel. « Rendez votre verdict, je n’ai pas toute la journée. » Nargua le monstre.
(´・ω・`)

Yehaël

Avatar

Re : Le premier des conflits [Stephen Connor]

Réponse 14 avril 05, 2013, 11:32:49 am

« Aïe ! gémis-tu.
 -  Tu te surmènes trop, Yehaël, t’avais alors dit Bath Kol, avec ce ton réprobateur qui lui allait tellement bien.
 -  Je... Je ne fais qu’accomplir mon devoir...
 -  Comme nous tous, mais ce n’est pas une raison pour agir de manière inconsidérée. Tu es forte, mais tes facultés de régénération ne sont pas aussi fortes que celle de Lucifer. »

Bath Kol avait raison, naturellement, et ceci t’énervait. Tu aurais voulu mieux t’en sortir, tu aurais voulu mieux les terrasser, mieux défendre les Cieux, et faire tes preuves. Ceci dit, tu n’étais encore qu’une Ange inexpérimentée. L’adrénaline du combat était retombé, tu n’avais plus ton armure, et tu commençais à avoir mal au dos. Bath Kol était en train de t’ausculter, de te soigner, caressant avec ses mains ton dos, frottant ta belle peau, allant même jusqu’à donner de petits baisers. Maintenant, avec l’influence humaine, tu ne peux t’empêcher d’y voir des arrière-pensées sinistres, mais, à l’époque, il s’agissait juste d’une marque de douceur et d’affection entre deux vieilles amies. Vous vous trouviez dans l’une des nombreuses salles de repos des Anges. Tout autour, c’était l’agitation. Des anges revenaient et repartaient en mission, d’autres allaient guerroyer contre des ennemis surpuissants, d’autres étaient soignés, on amenait parfois des réfugiés. C’était le chaos, dans un lieu dédié au calme, à la sérénité, et à la félicité. Et, pour ne rien arranger, Helel avait été prisonnier. Imperius avait espéré pouvoir en tirer quelque chose, mais avait rapidement déchanté. Helel n’avait aucune information sur l’emplacement du Prisme. Tu ignorais où en étaient les délibérations, mais tu eus rapidement la réponse en sentant une présence familière vous rejoindre par les hauteurs, une entrée classique dans l’infrastructure angélique, où les habitations étaient toujours ouvertes. Pour vous, le concept de « vie privée » n’avait aucune importance, car un Ange n’avait rien à cacher, et rien à craindre du regard des autres.

Le Porteur de Lumière était mécontent.

« Quelle décision le conseil a-t-il pris ? t’enquis-tu.
 -  Aucune ! répliqua un Lucifer hargneux.
 -  Aucune ? t’étonnas-tu.
 -  Tyraël a insisté pour qu’un procès soit ordonné dans les règles. Imperius a eu beau répliquer que les circonstances exceptionnelles empêchaient la teneur d’un procès normal, les Archanges se sont ralliés au point de vue de Tyraël. »

Ce n’était pas surprenant. Tyraël et Imperius s’écharpaient toujours sur ces questions. Pour Imperius, la justice était un frein dangereux durant une situation de guerre. Il existait des circonstances exceptionnelles qui faisaient que les principes gérant les Anges devaient être, au nom de la survie, atténués. Pour lui, Helel était un traître, et un procès en bonne et due forme n’était qu’une perte de temps et de moyens. Tyraël, au contraire, avait rétorqué que c’était justement dans les situations difficiles que les règles devaient être appliquées. En situation normale, les règles ne posaient aucun problème, et c’était précisément en cas de crise qu’il fallait apprécier leur résistance, car c’était le meilleur moyen de voir leur efficacité.

« Les règles sont ce qui définissent l’être civilisé, avait-il dit. La liberté porte en elle les germes de sa propre destruction, et il incombe de la restreindre, afin de permettre son plein épanouissement. Helel sera jugé publiquement, afin que chacun voit le visage de l’infamie, et que son châtiment revête le rôle premier que tout châtiment se doit d’obtenir : une rédemption et un exemple aux yeux du peuple. »

Devant un tel argument, Imperius s’était écroulé.

« Imperius n’assistera pas au procès, affirmait Lucifer. Plusieurs Légions infernales sont en train de se déplacer au centre de la planète que nous venons de défendre, et la Milice se rend sur place pour les repousser. »

Tu te sentais encore plus responsable de te reposer, pendant que tes frères et tes camarades se battaient à mort là-dessous. Tu comprenais très bien la position de Lucifer. Helel était un traître, un renégat. Il aurait fallu prononcer sa mise à mort, et en finir avec lui, plutôt que de perdre du temps à le juger. Mais Tyraël était un Archange extrêmement influent, représentant de la Justice. Les Anges étaient régis par les Saints Commandements, des règles centrales et fondatrices, immuables et éternelles, qu’on pouvait interpréter et réévaluer en fonction du temps, mais jamais contredite. Et l’un des principaux Saints Commandements concernait justement l’administration de la justice. Ceci conférait à donner à Tyraël une forte autorité morale.

« Le jugement aura lieu à la Grande Place d’Elemiah.
 -  Un lieu symbolique » reconnut Bath Kol.

Tu étais moins douée qu’elle sur ce domaine-là, et il te fallut faire un effort de mémoire. Elemiah était un Ange spécialisé par le voyage, et très ingénieux. Il disposait d’une grande force morale qui faisait que les humains, plus tard, l’associeraient à l’action bénéfique, et à la capacité de résoudre les conflits moraux. Et, de manière plus pratique, la Grande Place d’Elemiah était une sorte de place immense, au milieu des tours, qui permettrait à un grand public d’assister au procès. Tu aurais pu t’entraîner, mais tu étais curieuse, et tu choisis de t’y rendre en compagnie de Bath Kol.

Tous les chérubins, les jeunes Anges, étaient là, ainsi que de nombreux anges, ceux qui n’étaient pas en train de se battre. La place d’Elemiah était immense, avec des escaliers, des perrons, des mezzanines, des rayons de soleil qui perçaient à travers les nuages pour l’éclairer, et une sorte d’estrade en hauteur. C’était l’une des places où on donnait des annonces, et où on procédait à des entraînements publics.

« C’est Helel, disait-on.
 -  Il a trahi les Anges, renchérissait-on.
 -  Voilà ce qui arrive à ceux qui n’ont pas la force morale de suivre les saints préceptes. »

Helel était au centre de l’attention, prostrée sur le sol. Tu te rapprochais lentement, avant de voir plusieurs Anges arriver, imposant le silence. Tyraël ne faisait pas partie de la formation de jugement, et tu reconnus les Vénérables, les Juges angéliques. Il s’agissait tout simplement des Anges ayant la plus grande connaissance des Saints Commandements. Les juges avaient normalement pour tâche de juger les autres espèces, mais, avec la guerre, leurs compétences s’étaient étendues... Aujourd’hui était un jour funeste, car l’être qu’on jugeait était l’un des vôtres. Un ancien Ange.

Au centre de la formation, Tsaphkiel dominait.

« Aujourd’hui est jour sombre pour les Anges ! lâcha-t-il dans un silence respectueux. Aujourd’hui est jour funeste pour la Justice, pour les préceptes universels qui sont appelés à se diffuser dans l’Univers. Mais aujourd’hui est aussi jour d’enseignement et d’enrichissement. »

Tsaphkiel parlait d’une voix forte, de stentor.  Il ménagea une petite pause, avant de reprendre, dévisageant surtout l’assemblée.

« Aujourd’hui est le jour où nous, les Anges, devons prendre de notre grande faillibilité. La Tentation et les Vices ne sont pas l’apanage des autres espèces, mais également un fléau qui nous menace tous ! Gardons-nous de succomber à nos vils instincts, et de dissocier la petite faute de la grande, car toute faute, indépendamment de sa gravité, contient déjà les germes de la trahison : Oui, regardez en vous, Anges, sentez la colère, la juste et légitime colère, qui vous envahit devant les maux qui nous accablent ! Ne la reniez pas, acceptez-là, car la colère incomprise devient rage et aveuglement. Et l’individu aveuglé ne voit plus où il avance, et ne sait plus qui il est. »

Et Tsaphkiel continuait à parler, vous distribuant un véritable sermon :

« D’aucuns voudraient vous faire croire que la foi est un prétexte illusoire, une manière de croire en un Dieu hypothétique qui ferait de nous ses esclaves. D’aucuns voudraient nous faire croire que les Saints Commandements sont des chaînes qui nous étreignent ! A eux, je leur réponds qu’il n’est point de liberté qui ne doive se restreindre. A eux, je leur réponds qu’il n’y a pas de frontière entre le Bien et le Mal, à eux, je leur dis que tout ceci forme un cercle, et que tout n’est qu’une question d’équilibre et de tempérance. Et à vous, oui, à vous, je vous dis que la foi n’est pas une question de croyance envers une entité supérieure, mais une question de croyance envers vos propres capacités. A vous, je dis que celui qui renie les Commandements renie ce qu’il est. »

Plus il parlait, plus sa voix semblait devenir forte, intransigeante. Il détachait les syllabes. Un humain aurait vu en lui un parfait populiste, ou plutôt un fanatique. Mais tu sentais la justesse dans ces propos. Son regard, enfin, se posa sur Helel.

« Et à toi, Helel, je dis que tu as oublié qui tu es. Cependant, la justice n’est pas un déchaînement de vengeance aveugle. La justice doit viser à la rédemption et au pardon, à l’union des uns aux autres. Te repens-tu, Helel ? Reconnais-tu ta trahison ?! »
DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Répondre
Tags :