banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une nuit... de folie ? ( Pv )  (Lu 1994 fois)
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« le: Décembre 03, 2012, 11:46:02 »

(-HRP-)
Ce sujet fait suite à celui-ci, et se déroule plusieurs mois plus tard.
(-HRP-)

Le corp enveloppé dans quelques etoffes de soies blanches, qui ne couvraient qu'une légère partie de mon anatomie, et qui étaient de toute façon si fines qu'elles laissaient aisément transparaître le restes des courbes élégantes de mon corps, j'étais nonchalamment allongée sur mon lit à baldaquin, dans la chambre que ma Maîtresse m'avait accordé. Installée sur le ventre, mes pieds battant doucement dans les airs, j'essayais tant bien que mal de m'endormir, malgré les nombreuses pensées qui se bousculaient dans ma tête. Comme souvent, je repensais à la vie que je menais avant, avant ce jour où Mélinda se l'appropria, me captura et me fit sienne, je me souviendrais probablement toute ma vie, de ce jour-là... J'y repense parfois avec une touche de nostalgie, mais au fond, je ne regrettais absolument pas qu'Elle m'ai prise sous son aile, et ai changé ma vie pour ce qu'elle est devenue aujourd'hui...

C'est alors que j'entendis quelqu'un frapper à la porte, me tirant de mes pensées. Je tournais la tête, pour apercevoir une charmante petite neko sur le pas de la porte, venue me délivrer un message.

* De la part de Maîtresse !

Elle déposa le papier sur la commode près d'elle, s'inclina poliment et s'en alla aussi vite qu'elle était venue, peut-être par timidité ? Ce qui me fit sourire. Au sein du harem de notre Maîtresse, on apprenait bien vite à passer outre notre gêne ou notre timidité. Impatiente de savoir ce qu'Elle me voulait, je bondis hors du lit et m'empara de son message, que je m'empressai de lire.

Mes yeux s'ecarquillèrent légèrement, et les battements de mon coeur s'emballèrent. Non, je ne revais pas, c'était bel et bien écrit noir sur blanc. Ma Maîtresse m'invitait à passer la nuit avec Elle... C'était presque trop beau pour être vrai ! Elle aimait souvent passer ses nuits en compagnie de ses esclaves, des nuits que l'on racontait fabuleuses, mais depuis mon entrée dans le harem, je n'avais encore jamais eu l'occasion de passer la nuit avec ma Maîtresse. Non pas qu'Elle ne m'appréciait pas, car Elle chouchoutait toutes ses esclaves, sans exceptions, mais Son harem était si fourni qu'il était très difficile de s'y faire une place, et d'attirer Son attention...

Mais ce soir, c'était mon jour de chance ! J'en exultais presque, j'étais si excitée ! Je me précipitais sur le miroir, vérifiant ma coiffure. Parfait. Un coup d'oeil sur ma tenue, légère et séduisante, et j'étais fin prête. Ah, non ! J'ouvris l'un des tiroirs, et y pris un petit flacon doré. Psssht, psssht. Me voilà entourée d'une entetante aura, un délicat parfum à l'odeur fruité, qui, je l'espérais, allait plaire à ma Maîtresse.

D'un pas vif, les pieds nus sur les tapis de velours qui tapissaient les couloirs du manoir, je me dirigeais vers la chambre de ma Maîtresse, la respiration saccadée.
* Du calme ma belle... inspire... expire... * Prenant mon courage à deux mains, je frappais à la porte, avant de l'ouvrir.

* Maîtresse désirait-elle me voir ?

Un sourire éclairait mes lèvres, et mes joues rondes prirent une légère teinte rosée. Elle m'attendait, assise sur son immense lit, telle une reine siégeant sur son trône. Je m'approchais, d'un pas lent et sensuel, sans la quitter des yeux, sans abandonner mon sourire. J'arrivais au pied de son lit, sur lequel je bondis avec une grâce presque féline, et m'avançais alors, à quatre pattes, ma poitrine ballotant doucement sous moi.

* Ma Maîtresse...

Je lui étais soumise, totalement. Avec une extrême délicatesse, je pris l'un de ses pieds entre mes mains, et y déposai de respectueux baiser. Pendant que je l'embrassai, mon regard était levé vers Elle, un regard ardent, où l'on pouvait voir toute la dévotion, tout l'amour, que je lui portais. J'étais sienne. Et c'était avec un plaisir infini que, ce soir, je m'offrais à elle...
Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Décembre 05, 2012, 12:57:42 »

Gérer un harem comme le sien n’était pas une sinécure. Mélinda ne dirigeait pas une petite entreprise provinciale, mais l’un des harems les plus en vue d’Ashnard, un établissement qui avait su s’imposer aux yeux des autres rivaux. Le sexe ne connaissait pas la crise, et son activité était florissante. Elle avait de plus en plus d’esclaves à gérer, de clients, et donc de problèmes qui l’occupaient. Même avec toute une équipe la secondant, elle passait de plus en plus de temps à s’occuper de tâches administratives. Inversement, elle passait donc de longues et réconfortantes nuits en compagnie de ses esclaves, et avait décidé d’inviter ce soir l’une de ses récentes acquisitions : une petite Terrienne qui, d’après ce qu’elle savait, la vénérait. Il était donc temps de lui offrir sa récompense. Dehors, le soleil se couchait, annonçant la nuit... Soit la poursuite des affaires, car, pour Mélinda, un être vampirique, soit nocturne, la nuit n’était que le commencement d’autre chose. Elle était à l’image de son harem, qui, jamais, ne fermait.

Elle avait donc décidé d’offrir à Maëlys un cadeau, une récompense. Généralement, Mélinda dormait avec plusieurs esclaves, mais elle avait choisi d’offrir à Maëlys une soirée, rien que pour elle. Elle envoya donc l’une de ses nekos la chercher. Mélinda portait son habituelle robe dorée avec quelques lignes vertes, et se tenait sur le lit quand Maëlys entra. Elle l’avait senti approcher, avec son sang, et perçut également la discrète et fine odeur qu’elle avait mis autour de son cou. Un léger sourire éclaira les belles lèvres de la vampire, alors que son esclave entrait chez elle.

« Maîtresse désirait-elle me voir ? demanda-t-elle de sa voix fluette.
 -  Hum... Entre autres choses, oui... »

Elle lui fit signe de la main d’approcher, s’allongeant un peu sur son énorme lit. Ce dernier était très grand, pouvant permettre d’avoir au moins une dizaine de personnes dessus, si on se serrait bien. La chambre de Mélinda était plutôt grande, et elle vit Maëlys se mettre sur le lit, avant d’avancer à quatre pattes, et de lécher l’un de ses pieds. Mélinda la regarda, soupirant lentement devant ce contact. Elle remua ses petits doigts de pied, les frottant sur le bas du visage de son esclave, sentant les lèvres de cette dernière glisser sur sa peau, sa langue la caresser, ses doigts la gratter... Son regard était empli de soumission et d’adoration. Elle l’adulait, Mélinda pouvait le sentir. Les esclaves dont elle avait la charge depuis qu’elles étaient de petits bébés la regardaient toujours ainsi. La différence, avec Maëlys, était que cette dernière n’était là que depuis quelques mois seulement.

Maëlys embrassait son pied avec passion, faisant soupirer Mélinda, qui remuait lentement sur le lit, savourant ce contact, ce geste volontaire de soumission. La manière dont cette dernière l’appelait Maîtresse, avec un soupçon d’érotisme et de soumission, était magnifique pour les oreilles. Un véritable régal. Mélinda continua à la laisser faire pendant plusieurs minutes, remuant son autre jambe. C’était de cette manière qu’elle aimait qu’on la salue. Elle se redressa alors, lentement, et tendit une main pour caresser les cheveux de Maëlys. Elle avait une belle et fine chevelure, prenant soin de son corps pour être la plus belle possible. Elle savait combien sa Maîtresse aimait ça. Mélinda se pencha alors vers elle, glissant son autre main sur sa tête. Elle caressait l’une de ses joues, et s’en servit pour écarter lentement son visage, l’amenant à s’allonger sur le dos.

« Hum... Tu es vraiment une femme délicieuse, ma petite Maëlys... »

Mélinda l’aida à s’allonger, s’allongeant également sur elle, se blottissant sur la gauche de son corps. L’une de ses mains vint jouer avec l’un des seins de Maëlys. Elle portait une robe très fine et transparente, et elle put donc, à travers le fin tissu la recouvrant, presser son téton. Elle agrippait son sein droit, et l’embrassa tendrement dans le cou, mordillant sa belle et douce peau.

« J’ai noté l’adoration que tu me portes, cette dévotion... Alors, j’ai décidé qu’il était temps de t’offrir une récompense. »

La vampire pinça alors son sein, et rajouta, rapidement :

« Comme tu as du le savoir, généralement, je dors avec plusieurs esclaves... Mais j’ai décidé de t’offrir cette nuit. Rien que toi et moi... Nous allons faire l’amour toute la nuit, mon ange... Toute la nuit, ma petite esclave. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juin 11, 2013, 06:50:25 »

J'embrassai les pieds de ma Maitresse, pendant de longues minutes encore. Mes lèvres parsemaient sa peau de respectueux baiser, sa peau froide mais si douce, tandis que je faisais remonter mes mains sur sa jambe, caressant son mollet. Je poursuivais, dans l'attente d'un signe de la part de ma Maitresse qui indiquerait qu'elle soit satisfaite, sans me montrer impatiente le moins du monde. J'aurais pu rester comme ça aussi longtemps qu'elle le voulait, à quatre pattes et prostrée à ses pieds, à les lui embrasser, à les lécher... les petits pieds de ma Maitresse...

* Hum... Tu es vraiment une femme délicieuse, ma petite Maëlys...

Mes joues s'empourprèrent, gênée d'entendre un aussi beau compliment de la part de ma Maitresse, et je lui souris, ravie. Elle se redressa alors, caressant ma joue, geste auquel mon corps répondit par un léger frisson, et je suivis son mouvement, m'allongeant sur le lit, à ses cotés, nous blottissant l'une contre l'autre. Je fus très contente d'apprendre que ma Maitresse voulait m'offrir une récompense ! J'étais curieuse de savoir ce que ce serait, mais je n'eu pas le temps d'exprimer ma satisfaction, sa main qui jouait lentement avec mon sein pinça subitement mon téton, pas assez fort pour que ce ne soit douloureux, mais suffisamment pour me faire gémir.

* Mmmh ! ...

Je la regardais, dans les yeux, soumise, la laissant s'exprimer, et finit par me mordiller la lèvre lorsqu'elle eut terminer. Une folle nuit d'amour avec ma Maitresse, c'était une offre que je ne pouvais certainement pas refuser ! Cette perspective me réjouissait, beaucoup, m'excitait même. Je sentais le rouge me monter au joue, et lui adressais un sourire coquin. J'enlaçais tendrement la vampire dans mes bras, les glissant contre ses hanches, rapprochant son corps contre le mien, me frottant à elle. Tandis que mes mains descendirent le long de sa cambrure, glissant jusque ses fesses, mes lèvres happèrent les siennes, avide de pouvoir les embrasser, ma langue se glissant entre elles pour rejoindre et enlacer sa consœur. Mon corps ondulait doucement contre le sien, ma cuisse se frottant contre la sienne, pendant que je partageais avec elle ce tendre baiser. Je le rompis ensuite, une petite minute plus tard, sans quitter du regard ses yeux émeraudes, mes mains pressèrent fermement ses fesses, et je lui demandais, joueuse et taquine, un sourire aux lèvres.

* Ça veut donc dire que Maitresse est toute à moi, ce soir ?

L'allusion à cette inversion des rôles n'était bien sûr qu'une taquinerie, mais je ne pouvais m'empêcher de me sentir flattée d'avoir un tel privilège, si bien que cela me montait un peu à la tête. Je me sentais d'ailleurs également très perverse, ce soir... y était-elle pour quelque chose ? Probablement, après tout Mélinda était une femme fascinante, et j'avais la ferme intention de profiter au mieux de cette soirée...
Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Juin 12, 2013, 09:27:43 »

Sur le corps de Maëlys, Mélinda se sentait aux anges. Quiconque aurait résumé la relation entre Mélinda et ses filles d’une relation d’esclave à esclavagiste aurait commis une simplification outrancière des choses. Mélinda, en effet, ne voyait pas ses filles comme de simples esclaves à former, à dresser, puis à vendre. La manière dont elle se blottissait contre Maëlys en témoignait, tout comme la manière dont elle laissait Maëlys lui parler, et même agir. Sans aucun ordre, Maëlys alla l’embrasser avec passion, et, sans protester, Mélinda lui répondit. Elle l’embrassait avec un certain talent. Mélinda savait que Maëlys était une femme pleine de passion avec elle. Leurs langues jouèrent ensemble, et la vampire poussa quelques gémissements, se tortillant lentement contre le corps de son amante. Elle sentit les mains de cette dernière glisser le long de son dos, la faisant frémir, avant qu’elle ne sente les mains de la jeune femme se poser sur ses fesses, les pressant. Mélinda soupira, sursautant légèrement, et plaqua son ventre contre celui de Maëlys, se détendant, en sentant une série de frissons remonter le long de son corps. Le baiser se rompit, et Mélinda avait ses mains sur les épaules de son esclave, l’observant silencieusement, la laissant jouer avec ses fesses. Elle savait que Maëlys était une femme qui appréciait beaucoup la sodomie, et Mélinda n’y était pas pour rien. Elle l’avait sodomisé à de nombreuses reprises, jusqu’à ce qu’elle finisse par apprécier ça.

« Ça veut donc dire que Maitresse est toute à moi, ce soir ? » demanda Maëlys de sa belle voix.

Cette interrogation dépassait clairement les limites d’une relation entre esclave et esclavagiste. Le sang montait dans le corps de Maëlys. Ses yeux pétillaient de bonheur, à l’idée de passer une nuit intégrale avec sa Maîtresse. Mélinda pencha la tête sur le côté, puis se redressa encore un peu, et frotta le bout de son nez contre le sien, avec une tendresse et une délicatesse qui tranchait assez avec la sauvagerie dont elle pouvait faire preuve... Mais c’était ainsi que fonctionnait Mélinda, après tout. Un monstre dans le corps d’un ange, une femme qui avait tué sa mère en naissant au monde, massacré son père, et torturé son frère aîné pendant des années pour en faire une machine humaine, un grand-frère protecteur qui assumerait enfin son rôle... Une femme qui capturait de jeunes femmes, les violait, les séquestrait, les torturait, les humiliait, mais faisait aussi preuve à leur égard d’une bienveillance particulièrement attentionnée, tout en les protégeant de manière forte.

L’un de ses doigts vint caresser de gauche à droite les lèvres roses de Maëlys. Elle remua son ongle pointu le long de la commissure de ses lèvres, et frotta son nez contre son cou, avant de remuer son bassin, l’enfonçant contre celui de Maëlys, afin de mieux sentir ses mains sur son petit derrière.

« Hum... Ma belle petite Maëlys... »

Elle l’embrassa dans le creux du cou, puis releva ensuite sa tête, et lui fit un baiser sur les lèvres, en posant chacune de ses mains sur ses joues. Dans ce nouveau baiser, bien plus court que celui que Maëlys lui avait fait, elle n’aventura pas sa langue, mais avala sa lèvre inférieure, tirant un peu dessus, provoquant un claquement sonore, avant de la relâcher, l’observant avec un léger sourire. En les voyant de loin, on aurait pu croire que Mélinda était la fille de Maëlys, car elle était plus petite qu’elle. Le bout de ses pieds glissait le long des genoux de Maëlys. Sa petite taille jouait en sa faveur. Les filles avaient plus confiance en elle, que si elle mesurait plus de deux mètres.

« Avec mes filles, je joue le rôle d’une mère pour elles, car elles sont chez moi dès leur plus jeune âge... Elles me voient comme la mère que je n’aurais jamais, et je les vois comme les enfants que mon corps ne pourra jamais procréer. Mais toi... Toi, tu es particulière... »

Encore une fois, elle vint frotter son nez, avant d’exprimer le fond de sa pensée :

« Toi, tu ne me vois pas comme une mère de substitution, non... Tu me vois comme une Maîtresse, mais aussi comme une amante... Je sais ce que tu ressens, ma petite chérie... Je sais combien tu jalouses celles qui ont l’honneur de partager ma couche... Et j’aime que tu les jalouses, Maëlys, j’aime que tu te couches la nuit en te caressant et en pensant à moi, j’aime que tu m’appelles dans tes soupirs, j’aime que tu penses à moi tous les jours, j’aime que tu lèches mes pieds avec amour, et que tu sois si contente de me voir... »

Elle l’embrassa à nouveau, puis enfouit encore sa tête dans son cou, mordillant très légèrement sa peau.

« Maîtresse a décidé de te récompenser pour ton amour, Maëlys. Car c’est ce que je veux, c’est ce que j’attends de mes protégées : qu’elles m’aiment, qu’elles ne peuvent pas se passer de moi... Comme toi, ma Maëlys. C’est ton amour que je vais récompenser ce soir. Nous allons faire l’amour, ma beauté, et ce sera... Ce sera doux, bon, élégant, mais sauvage, et terriblement bestial... Crois-moi, Maëlys, tu te souviendras pendant des mois de cette nuit, car je vais te montrer pourquoi les clients dépensent tant de milliers de pièces d’ors pour avoir la chance de coucher avec moi quand je décide de me prostituer. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juin 13, 2013, 06:59:39 »

J'écoutais religieusement ma Maitresse, blottie tendrement dans les bras l'une de l'autre, nous couvrant mutuellement de douces et délicieuses caresses. Je l'écoutais avec attention, envoutée par son élocution, j'avais beaucoup d'admiration pour son talent à si bien manier les mots, et j'avais là encore le preuve de ses talents oratoires, qui me tenaient suspendue à ses lèvres et qui me donnaient d'étranges frissons.

Mes joues se parèrent d'un teint rouge vif lorsqu'elle mentionna mes activités nocturnes et solitaires, moi qui pensait qu'elles étaient secrètes ! Rien ne semblait échapper à l'attention de ma Maitresse. Je me sentais un peu rougir de honte, mais, elle avait belle et bien raison, je me masturbais souvent en pensant à elle. Combien de fois ne m'étais-je pas imaginée, n'avais-je pas rêvé de faire l'amour à ma divine maitresse ? Pas plus tard que la veille, cachée sous mes draps, je m'étais passionnément pénétrée, m'imaginant que le gode qui me labourait délicieusement les fesses n'était autre que ma maitresse qui me sodomisait avec amour. Mmmhh...

Je ne m'attendais pas à cette révélation, mais cela n'avait finalement pas grande importance. N'était-ce pas pour elle que je faisais cela ? J'étais bien trop heureuse de partager cette nuit avec elle, une nuit qui s'annonçait fabuleuse, intense. Rien que d'y penser, j'en devenais déjà follement excitée ! J'enlaçais tendrement ma Maitresse, nouant mes bras autour de son cou, l'embrassant brièvement, avant de roulé-boulé sur le coté, profitant de toute l'espace de son large lit. Je me retrouvais en dessous d'elle, allongée entre ses jambes, bloquée contre son corps, la vue en contre-plongée sur son visage d'ange. Ma lourde poitrine était parvenu à s'extirper de sa légère prison de soie, (c'est un peu dans ce style vestimentaire là ^^), et ballotait librement sous ses yeux, se soulevant au rythme de ma respiration. Le désir qui m'étreignait se faisait de plus en plus ardent, mes mains descendirent lentement, caressèrent son dos, glissèrent sur ses hanches, pétrirent ses belles petites fesses rondes.

* Han, maitresse...

Je n'y tenais plus, une multitude d'idées toutes aussi perverses et coquines les unes que les autres s'entremêlaient dans mon esprit, des images, des sons, des sensations, indécentes, excitantes. Mais, avant de me laisser aller...

* Maitresse... je, j'aimerais vous offrir cela, avant d'entamer cette nuit...

Je penchais alors la tête sur le coté, mettant en évidence la chair tendre de mon cou.

* Servez-vous, maitresse, buvez de mon sang...

Aussi solennelle qu'une offrande à une déesse... un rang que ma maitresse méritait amplement. Je lui appartenais corps et âme, et c'était avec plaisir que je m'offrais à elle. Même si... même si je devais bien avouer que ce n'était pas un geste complètement désintéressé. Deux choses pouvaient exciter ma maitresse, le sexe et le sang, et sur ce dernier point, j'avais pu constater que le mien lui plaisait tout particulièrement. Alors, oui, c'était ma propre hémoglobine que je lui offrais, avec joie, mais si cela renforçait son excitation, je n'allais tout de même pas m'en plaindre. ♥
« Dernière édition: Juin 14, 2013, 07:13:09 par Maëlys » Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Juin 15, 2013, 02:17:08 »

C’était un curieux couple. Un étranger ne connaissait pas l’endroit aurait pu dire que, des deux, Maëlys était celle qui dominait. La petite tête adorable de Mélinda se nichait entre les confortables seins de Maëlys, d’épais mamelons très doux. Au sein de ses filles, Mélinda faisait bien évidemment du favoritisme. Elle avait ses chouchoux, ses préférées, et elle savait que Maëlys avait encore une mentalité très terrienne. Oh, bien sûr, elle ne l’avouait pas, mais, dans un environnement composé à 98% de filles, il était difficile de le masquer. Elle avait encore une philosophie terrienne, ce rapport dualiste du sexe. Un rapport curieux, incompréhensible pour Mélinda, qui avait plutôt une approche ashnardienne des choses. Elle ne concevait pas l’amour comme quelque chose d’exclusif à deux personnes, mais admettait que plusieurs personnes puissent l’aimer, et même l’adorer. L’orgueil de la vampire n’était en aucun cas quelque chose dont il fallait douter, et son narcissisme l’amenait volontiers à accepter un amour sincère de la part de ses filles. Elle savait que la jalousie de Maëlys témoignait de l’amour qu’elle ressentait pour elle. En d’autres circonstances, un tel comportement aurait tout à fait pu justifier de sévères punitions, mais, concrètement, elle n’avait pas à se plaindre de sa petite protégée. Elle était aussi sage que perverse, et formait une excellente prostituée.

Elle jouait avec les beaux seins de Maëlys, qui avait un peu remué sur le lit, pour rester sous le corps de sa Maîtresse. Une position que Mélinda aimait bien. Elle aimait être dessus. Du fait de sa petite taille, elle avait ainsi, avec des filles plus grandes qu’elle, un excellent oreiller quand elle venait de leur faire l’amour. Le vêtement fin qui recouvrait le corps de son esclave s’écartait lentement, révélant ses parties intimes. Elle glissait ses doigts pour libérer un peu plus ses seins, léchant ses tétons, les embrassant goulument. Le sang de cette jeune femme l’enivrait. Mélinda ignorait qui elle était, mais elle savait que le sang était un indicateur fiable. Et celui de Maëlys était bon... Trop bon pour être simplement celui d’une simple petite humine. Au sein des vampires, il existait des pratiques de saignée chez les esclaves, afin de purifier leur sang, en mettant du sang de bébé dans leurs veines. Maëlys n’avait jamais été sevrée ainsi, et, pourtant, son sang avait la pureté et la fraîcheur d’un nouveau-né.

« Servez-vous, maitresse, buvez de mon sang... » lui proposa alors Maëlys.

Mélinda releva la tête, et esquissa un léger sourire. Elle avait penché sa tête sur le côté, s’offrant gracieusement à elle. Une véritable image de beauté, magnifique et pure, qui lui donnait de plus en plus l’impression d’avoir été, dans le passé, une sorte de dévote. Cette dévotion était une arme à double tranchant. Mélinda n’avait pas le droit à l’échec, ou Maëlys pouvait passer de l’adoration au plus primaire des rejets. Mais Mélinda, en réalité, n’était pas inquiète. Son ego ne lui permettait pas. Elle promena sa langue sur ses canines, et délaissa les seins de la belle Maëlys pour lui caresser la nuque avec ses mains, ses griffes jouant légèrement sur sa belle peau claire.

« Voilà une offre que je ne saurais refuser, ma petite Maëlys... »

La vampire se pencha alors un peu. Son pouls battait légèrement dans sa poitrine. Le sang... Elle savait ce que le sang lui faisait, surtout celui de Maëlys. Elle se rapprocha donc lentement, et embrassa sa nuque. Ses canines s’avancèrent, se posèrent sur la peau chaude et tendre de Maëlys, douce comme celle d’un bébé... Et Mélinda écarta alors ses lèvres, comme pour la narguer.

« Tu as vraiment envie que je tringle comme une grosse pute, hein ? glissa-t-elle alors. Gourmande... »

Et, après cet aveu, Mélinda planta ses crocs d’un coup sec. Ses canines s’enfoncèrent rapidement dans la peau de Maëlys, et atteignirent sa veine, les bouts de ses canines la frôlant, ce qui eut pour effet d’ouvrir très légèrement la veine. Alors, Mélinda put retirer ses canines, et inspirer, le sang filant dans sa gorge. Il gicla contre ses dents, sa langue, continuant sa course dans la gorge de Maëlys... Immédiatement, le corps de la vampire se crispa, et ses griffes vampiriques jaillirent, s’enfonçant dans l’une des couvertures, la déchiquetant, formant une espèce de son de déchirure. C’était de la soie, mais Mélinda était riche. Et elle ne voulait pas éplucher la petite Maëlys.

« Huuuum-huuuumm !! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juin 18, 2013, 05:03:45 »

Je gémissais à ses caresses, mon corps frémissant doucement contre le sien, la chaleur de ma peau douce contrastant avec l'éternel fraicheur de la sienne. Je restais immobile, le cou tendu, offerte avec plaisir à ma ravissante maitresse. Et je frémissais, encore, dans l'attente de cet instant où ses crocs s'y planteront. Mais la vampire était joueuse, et elle resta un long moment à taquiner ma peau, à l'embrasser doucement, y laisser glisser ses canines pour me faire languir. Je grattais avec tendresse le dos de ma maitresse, tout en sentant son souffle chaud effleurer mon cou. Je me languissais, j'étais impatiente, et mon coeur battait plus rapidement que d'habitude, mais je ne la brusquais pas, et attendais sagement qu'elle vienne d'elle-même se servir de moi lorsqu'elle le désirerait.

* Tu as vraiment envie que je te tringle comme une grosse pute, hein ? Gourmande...

Je me reconnu dans ces mots crus, ce qui me fit sourire, un peu honteuse, mes joues prenant subitement une belle teinte rouge à croquer. Mais je n'avais aucun complexe avec ma Maitresse, les limites morales telles que je les connaissais avaient disparu, c'était un mode de vie complètement diffèrent de ce que j'ai pu connaitre durant ma précédente vie. Je m'y étais rapidement habituée, et je m'en portais pas plus mal de ce changement radical, même si j'avais encore quelques difficultés à m'adapter à certaines choses... comme par exemple le fait que ma Maitresse me délaissait parfois pour aller s'amuser avec d'autre femmes. Cela ravivait toujours une vive jalousie en moi, qui se transformait en un bref mais lourd chagrin, et que j'avais du mal à refréner. Mais, c'est comme tout, je m'y ferais. Et puis elle était notre maitresse, nous n'étions clairement pas sur le même pieds d'égalité, je n'avais pas de conditions à formuler. Depuis que j'avais rejoins son harem, j'étais également devenue beaucoup plus épanouie, surtout sexuellement, mais pas seulement. Je lui répondis, taquine, frottant son dos avec douceur.

* Je suis toujours TRÈS gourmande, quand il s'agit de ma Maitresse, hihi !

C'est alors que je sentis soudain les crocs de la vampire percer ma peau, s'abreuver de mon sang.

* AAAHH ! criais-je subitement, involontairement.

Mmmh, c'était... mon dieu ! Ses crocs se plantèrent profondément dans ma chair, avant de se retirer, tandis que Mélinda suçait avec gourmandise la blessure, de laquelle mon sang perlait abondamment, un sang chaud, délicieux, vivifiant. J'adorais les morsures de ma maitresse, que je trouvais étrangement excitantes. Sentir ses crocs, ses suçons, la douleur, le plaisir, l'excitation... ce ballet de sensations, c'était intense ! Mon bras remonta et ma main vint se caler tendrement derrière sa tête pendant qu'elle se nourrissait, pendant que mon autre bras enlaçait ses hanches, et la serrait contre moi. Il fallait bien le reconnaitre, la morsure était douloureuse, mais c'était une douleur supportable, je dirais même assez plaisante... Ce qui n'était pas un concept si anodin, en réalité, bien que cela me semblait un peu étrange. La sodomie aussi était douloureuse, par exemple, et pourtant les sensations qu'elle offrait pouvaient être si délicieuses !

Je la laissais boire mon sang, et en éprouvait une certaine satisfaction. J'étais heureuse d'avoir l'occasion de la satisfaire, même si cela revenait à lui servir de repas. Heureuse, oui, c'était le mot... J'étais également un peu excitée, trouvant les suçons de ma Maitresse sur mon cou assez érotique. Mais, surtout, je commençais à être effrayée. Bloquée sous son corps, elle se crispa, et s'agita au dessus de moi, balançant des coups de griffes acérées à droite à gauche. Elle déchirait littéralement les draps, avec une facilité effrayante, et je sentais ses ongles m'effleurer de juste quelques millimètres.

Je déglutis faiblement, tétanisée.

Nul doute qu'elle m'aurait dangereusement écharpée si elle l'avait voulu. Ce qui risquait d'ailleurs d'arriver si elle perdait le contrôle... Mais, je restais soigneusement immobile, me contentant de la serrer un peu plus fort dans mes bras, de caresser ses doux cheveux. Elle pourrait me balafrer, oui, mais j'avais confiance en ma Maitresse, je savais qu'elle ne me ferait pas de mal... Je la câlinais doucement, la laissant s'abreuver de mon sang, et attendant patiemment que la vampire se calme, jusqu'à ce qu'elle soit repue.

* Héhé, Maitresse aussi est gourmande. lâchais-je alors, pour la taquiner.

J'en profitais ensuite pour enrouler mes jambes autour de ses hanches, m'enfoncer dans le lit moelleux et la serrer contre moi, mes mains posées sur ses épaules. J'étais quasiment nue maintenant, les larges bandes de soies ayant pour la plupart quitté ma peau, tandis que celles restantes ne cachaient maintenant plus grand chose de ma nudité.

* Et il est vrai que j'adooore quand Maitresse me défonce avec amour et passion...

Si la perspective de faire l'amour toute la nuit avec ma maitresse était des plus réjouissantes, celle de me faire baiser furieusement par sa grosse queue était quant à elle follement excitante. Et je sentais bien que derrière sa robe commençait à poindre son membre hermaphrodite, ce qui ne pouvait que m'exciter davantage. Elle exagérait à peine lorsqu'elle me traitait de salope, j'étais devenue très perverse à ses cotés, mais le pire était surement que j'adorais ça. Je croisais mes chevilles derrière ses fesses, et appuyait dessus, le bas de mon bassin se mit à se frotter au sien, cherchant le contact avec son sexe, et même
ses sexes, tandis que mes mains descendirent lentement sur sa poitrine, que je pressais entre mes doigts, jouant avec au travers du tissus. Je soutenais son regard, et arborais un sourire ostensiblement coquin, pendant que je défis lentement les cordelettes qui maintenait le haut de sa robe, avant de fondre à nouveau sur ses beaux seins dénudés, les massant avec passion, tout en continuant à me déhancher lentement, à me frotter sensuellement à elle, à presser doucement contre son membre.

* Maitresse... soupirais-je. Je meurs d'envie de sentir votre grosse queue plus... profondément...

J'étais toujours très excitée, comme en témoignait mon sexe soigneusement épilé qui luisait de ma cyprine, même si j'avais tout de même toujours la tête sur les épaules, du moins pour le moment. Ma maitresse avait le don de m'exciter comme rarement je pouvais l'être, et je mouillais comme une folle à chaque fois...
Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Juin 20, 2013, 09:47:03 »

Le silence ambiant n’était rompu que par les discrets gémissements de Maëlys, et par les soupirs de Mélinda. Elle buvait tendrement, avec appétit. Son sang était vraiment délicieux... La vampire aimait y goûter, aimait sentir le sang filer dans sa bouche. Pour elle, il n’y avait rien de meilleur, rien de plus bon, et, tandis qu’elle buvait, elle avait du mal à contrôler ses pulsions. Ses griffes étaient entièrement déployées, et, à moins d’avoir un autre vampire contre soi, elle pouvait tuer un être humain... Une erreur qui, mine de rien, arrivait assez fréquemment. En effet, dans cette situation, il était tentant de caresser le corps de l’autre, de se frotter tendrement contre lui, mais, quand c’était un sang aussi bon, elle découperait le corps de la belle. Mélinda se contrôlait donc, et sentit Maëlys poser une main sur sa tête, veillant à blottir le corps de sa Maîtresse contre elle. Se contrôler... C’était vraiment dur ! Si elle continuait ainsi, elle risquait tout simplement de la tuer, en buvant trop de sang... Mais c’était tellement bon ! Aaaah, comment diable y résister ? Comment retenir cette pulsion ? Mélinda n’y arrivait pas, et continuait donc à boire, tendrement. Elle dut presque se faire violence pour écarter ses lèvres, en respirant longuement, se forçant à ne pas y retourner. Ses dents claquaient lentement les unes contre les autres, observant ce cou, avec deux trous rouges.

« Héhé, Maitresse aussi est gourmande » la titilla Maëlys.

Ses jambes s’enroulèrent autour des hanches de Mélinda, qui frémit de plaisir, en sentant ses chevilles heurter ses fesses. Maëlys avait vraiment fait de gros progrès, par rapport à cette fois où elle avait été violée dans son manoir. La jeune fille faussement résistante avait subi une sorte de puissant syndrome de Stockholm, devenant maintenant une délicieuse esclave, une grande perverse... Mais qui n’était pas aussi soumise qu’on le penserait. Oh, elle voyait bien en Mélinda sa Maîtresse, ce fait ne posait pas de problème, mais elle avait du mal à en accepter les effets. Maëlys avait une vision très fusionnelle et terrienne, ce qui était comme une arme à double tranchant. Si Mélinda avait décidé de lui faire l’amour en étant que deux, c’était aussi pour montrer à Maëlys qu’elle était digne d’importance, et qu’elle ne devait pas se sentir négligée... Mais cette séquence pouvait aussi avoir les effets inverses.

Lentement serrée contre le corps de Maëlys, Mélinda sentit les mains de cette dernière jouer amoureusement avec ses seins. Elle tremblait et frissonnait, mouillant. Boire du sang, surtout du bon sang, la laissait toujours dans cet état, en manque... Comme si ses hormones venaient de se dérégler. Et Maëlys faisait tout pour que cette envie ne disparaisse pas. La vampire se mit à sourire, bien décidée à s’occuper convenablement de sa partenaire. Leurs ventres se frottaient l’un contre l’autre, et elle posa ses mains sur les épaules de Maëlys, avant de se concentrer. Maëlys avait ôté la corde noire qui retenait la robe, rendant cette dernière beaucoup moins résistante. Mélinda souleva son corps, afin de laisser un espace de quelques centimètres, et utilisa ses mains, ainsi que des coups de bassin, pour écarter sa robe. Son sexe pointa alors, déformant son sous-vêtement, et tapa contre les cuisses de Maëlys. Dans les yeux de la Maîtresse, une vive lueur de désir brûlait, forte. Elle souriait, et ses griffes recommencèrent à s’enfoncer, très légèrement, dans la peau de son esclave.

Mélinda déglutit, puis déplaça l’une de ses mains, et tira sur son sous-vêtement noir, afin de l’écarter. Sa verge la démangeait. Elle secoua lentement la tête, et pénétra alors, sans plus attendre, Maëlys. Quand son membre s’enfonça en elle, il y eut comme un bref et intense frisson. Une onde qui remonta le long de tout son corps, une intense onde de satisfaction. En buvant ce sang, Mélinda avait accumulé beaucoup d’énergie, une énergie qu’elle allait devoir évacuer.

« Haaaa... »

Elle se mordilla les lèvres, puis remua son bassin, sentant les jambes de Maëlys la suivre, soulevant son corps, avant que Mélinda n’enfonce profondément son bassin, d’un coup sec, ses mains s’appuyant encore sur les épaules de son esclave. En enfonçant son membre, la vampire ferma les yeux, frissonnant, puis souleva encore son bassin, le plus loin possible, jusqu’à sentir le bout de sa queue manquer dépasser, sortir du confortable trou humide de Maëlys, avant qu’elle ne l’enfonce encore. Un geste simple, facile, en deux temps, mécanique au possible, mais intense et terrible.

Son corps se mettait ainsi à rebondir lentement contre celui de Maëlys, leurs ventres se caressant, les chairs claquant sous l’effet de la sueur. Le rythme était de plus en plus rapide, tandis que le corps de Mélinda, sous l’effort, commençait à se recouvrir ici et là de belles plaques rouges.

« Huuummm... Huuummmmm, haaaa... C’est si boon... Huuuummmm !!! Si bon, ma... Ma charmante pute... »

Ses paroles étaient entrecoupés par de profonds soupirs. L’effort physique qu’elle devait déployer était assez intense.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Septembre 06, 2013, 01:17:23 »

Dieu que je mourrais d'envie de faire l'amour à ma Maitresse ! De me laisser baiser par sa belle queue ! Je la sentais, épaisse et tendue, se frotter contre mes cuisses au travers du tissus, attiser mon désir, me laisser languir, haletante, à me trémousser doucement sous le corps de la séduisante vampire. Sa peau était si douce, si fraiche, c'était plaisant, mais cela ne parvenait pas à calmer mes ardeurs. Les lèvres entre-ouverte à chacun de mes soupirs, je frissonnais agréablement au contact de ses ongles sur ma peau, me griffant légèrement, me chatouillant.

* Hum, oh ma Maitresse...

J'accompagnais doucement ses mouvements, mes doigts glissaient sur sa peau, caressaient son corps à mesure qu'elle se soulevait, qu'elle ôtait la robe que j'avais pris soin de dénouer. Le libérant ensuite du tissu qui le maintenait à l'étroit, son sexe se dressa vigoureusement devant moi, impérieux. Mon dieu... Je me mordillais la lèvre inférieure, me contenant difficilement devant une vision aussi excitante.

* Aaah...HAAAAN !!

Moult envies perverses me trottaient dans la tête, mais elles disparurent bien vite lorsque ma Maitresse enfonça sa queue entre mes cuisses, laissant une vague de plaisir s'accaparer mon esprit. Les parois chaudes et humides de mon sexe se pressaient contre le sien, se frottaient délicieusement l'un l'autre, et c'était la seule chose à laquelle je parvenais à penser pour le moment, cette savoureuse sensation qui accompagnait chacune de ses pénétrations. C'était... mmmmh ! C'était tellement bon ! Je glissai mes mains derrières ses épaules, m'aidant à me maintenir contre elle, à mieux supporter ses profonds coups de reins qui me faisaient vibrer. Nos corps claquaient l'un contre l'autre, se balançaient en rythme. J'accompagnais ses mouvements de gourmands déhanchés, intensifiant encore nos ébats. Je posais sur elle de langoureux regards emplis d'envie et de plaisir. J'haletais, la respiration saccadée, je soupirais, je gémissais, à l'unisson avec les râles de satisfaction de ma maitresse. C'était si bon de faire l'amour à ma divine Maitresse !

* Han oui ! Mmmmh ! Déf...anh ! Défoncez-moi Maitresse, j'adore !

Profitant d'un instant de lucidité au milieu de cet océan de plaisir, j'entrepris de m'occuper quelque peu de ma Maitresse elle aussi. Relâchant les épaules de la vampire, je me retrouvais à me balancer plus férocement contre le lit, propulsée à chacune de ses vives pénétrations. Elle ne me ménageait pas, mais dieu que c'était bon ! Je tendis alors mes mains en direction de son fessier, l'une glissant sur son dos, l'autre se faufilant entre nos deux corps nus. La première caressa ses fesses avec fermeté, je me permis même de lui administrer quelques belles fessées, avant de glisser encore plus loin, cherchant du bout de l'index son étroit orifice, caressant son contour. J'y fis lentement pénétrer la première phalange, et entama une série de cercles plus en plus large, accompagnée de léger va-et-vient. La seconde main, quant a elle, vint à l'assaut de la paire de bourse qui claquait contre moi à chaque mouvement, l'agrippant et la massant doucement entre mes doigts.

Je pu rapidement sentir que mes caresses avaient certains effets secondaires pas déplaisant du tout. Notamment le sexe de ma Maitresse qui avaient notablement pris du volume pendant qu'elle me baisait, et c'était... WAW ! La sentir gonfler en moi, écarter mes chairs, tout en me pénétrant fougueusement, m'avait littéralement rendue folle d'excitation. Mon bassin s'agitait vivement, s'empalant sur sa queue quand elle s'enfonçait, se retirant en même temps qu'elle. J'avais du mal à me contrôler... en fait non, je ne me contrôlais même plus du tout, mon excitation avait finalement eu raison de moi.

Étreinte par une gourmandise perverse et insatiable, j'accélérais le rythme de nos ébats. Mes halètements se muaient en couinements excités, tandis que les siens se faisaient plus rauques, plus épuisés. Qu'à cela ne tienne, d'un bond nos corps roulèrent dans les draps, changeant de place, et je profitais de cet instant pour embrasser ma maitresse, un baiser intense et sensuel, ma langue s'enroulant avec passion autour de la sienne.

* Mmmh..Rhaaah ! Aaaaah...

Ayant retrouvé son membre, mon bassin s'empala rapidement dessus, en un râle de plaisir qui descella nos lèvres, sa queue trempée de ma cyprine coulissant avec aisance dans mon intimité toute aussi humide. Posant mes mains sur les épaules de Mélinda, j'agitais mes hanches avec fureur, guidée par le plaisir qui hantait mon esprit. Mes mouvements étaient aussi vifs et puissants que mes forces me le permettaient, la queue de ma maitresse me pénétraient intensément, si dure et si épaisse, elle me comblait, c'était tellement bon !

* Haaaan, maitresse ! Aaaaah ! Je n'en peux plus, c'est trop booooon !

Malgré le plaisir, mon désir faiblissait à peine. Encouragée par celui-ci, je poursuivais avec ardeur, variant les déhanchés, sentant son sexe frotter contre les moindres recoins de mon intimités. Mais la fatigue m'avait peu à peu rattrapée, bien avant la satisfaction. Haletant fortement, je ralentis le mouvement, qui restait toutefois soutenu. Un sourire sur les lèvres, tout en me penchant légèrement vers elle, je murmurais à mi-voix, coquine.

* Ma Maitresse... trouve-t-elle la chatte de sa petite pute... à son gout ? ... chaude, humide, et confortable ... huhuhu...
Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Septembre 06, 2013, 03:09:08 »

Dire que, à la base, Maëlys avait été une arrogante petite humaine qui avait refusé de voir la chance immense qu’elle avait eu quand Bran avait décidé de la capturer pour en faire son nouveau jouet. Oui, sa petite esclave avait bien changé depuis. Il n’y avait même pas eu besoin de la droguer pour ça, seulement de l’ouvrir au sexe. Maëlys était maintenant une esclave dévouée, qui, malgré ses quelques défauts, restait l’une des plus belles perles de Mélinda. Elle méritait bien que sa Maîtresse lui consacre entièrement l’une de ses nuits. Les deux femmes se faisaient l’amour, et c’était à la fois tendre et brutal. Tendre, car il s’agissait après tout de deux femmes belles, aux formes voluptueuses et désirables, mais brutal, car elle la prenait aussi fort qu’elle le pouvait. Sa constitution vampirique lui permettait de tenir Maëlys, ce qui n’était pas un mince exploit, car son esclave, comme beaucoup d’autres de ses esclaves, était plus grande qu’elle. Ses mains s’enfonçaient dans sa chair, à hauteur de ses jambes, remontant parfois pour s’appuyer sur ses fesses, se pressant dessus. La sodomie était la grande passion de Mélinda, et cette passion était contagieuse avec ses esclaves, comme Maëlys.

Son membre glissait en elle, s’enfonçait dans une cavité trempée et gluante. C’était toujours la même litanie, toujours les mêmes gestes, mais Mélinda n’arrivait pas à s’en lasser. En même temps, comment se lasser, quand on couchait avec des femmes aussi belles que sa Maëlys ? De plus, Maëlys avait pour elle de faire preuve de cette inventivité et de cette rapidité d’adaptation qui caractérisaient les humains. Ainsi, tout en se faisant pénétrer, elle continua à aiguiser le feu qui brûlait dans le corps de sa Maîtresse. Elle la gifla sur les fesses, ce qui fit frémir Mélinda, qui poussa un petit couinement, avant d’aller sucer l’un des gros seins de Maëlys. Étant plus petite qu’elle, sa tête était directement nichée dans ses seins, et elle eut donc juste à la déplacer pour s’attaquer voracement à son téton, pinçant le bout de son sein entre ses lèvres et ses dents, veillant à ne pas la mordre, tandis que sa langue allait jouer avec le téton, comme si c’était un bouton sur lequel il fallait appuyer. Elle le léchait, remontant sa langue sur cette surface ronde. Le doigt de Maëlys s’enfonça alors dans son fondement, et, avec son autre main, elle s’avança pour caresser les testicules du sexe masculin de Mélinda, faisant gémir cette dernière. Désormais, c’était elle seule qui supportait le poids de Maëlys, et elle devait également remuer son corps. En sentant les doigts jouer avec ses testicules, la verge de Mélinda sembla grossir encore plus. Comme elle n’était pas naturelle, il était possible d’accroître sa taille ou pas. Concrètement, Mélinda aurait pu la faire pousser sur un bon mètre, mais elle trouvait cela ridicule, et c’était également très épuisant pour le corps. Cependant, sa verge grossit encore un peu, continuant à perforer le corps de la petite Maëlys, cette humaine rebelle, soumise, mais qui avait plus tendance à considérer Mélinda comme une amante dominatrice que comme sa Maîtresse et supérieur naturelle.

Elle la laissait donc s’amuser, galvanisée par les cris, les soupirs, et les gémissements de sa petite pute. Sa main alla également gifler les fesses de Maëlys, mais, contrairement à l’humaine, Mélinda y alla plutôt franco. Malgré sa petite taille, elle avait une force importante, du fait de sa nature vampirique. Par conséquent, le coup se fit sentir, résonnant dans la pièce, faisant vibrer les doigts de Mélinda, qui pressa ensuite cette fesse, tout en allant lécher le creux entre ses seins. Sa langue remuait, avide, tandis qu’elle gémissait et soupirait. Son membre avait bien durci, et il devenait douloureux, même pour elle. Elle soupirait et grognait, serrant les dents, et ce fut à cet instant que Maëlys la poussa. Les deux femmes s’étalèrent sur le grand lit, au milieu des draps.

« Ha ! » s’exclama Mélinda.

Son sexe glissa hors du corps de Maëlys, et elle se rua sur elle. Sous le corps de Maëlys, Mélinda répondit fiévreusement à son baiser, remuant lentement ses jambes sur les draps, tout en levant sa main, afin de la gifler fermement, sur le bas du dos, puis sur les fesses. Son autre main, elle, saisit la nuque de son esclave, et elles s’embrassèrent ainsi, leurs langues jouant ensemble, leurs seins se pressant l’un et l’autre. Les fines couvertures collaient, les entourant, renforçant cette chaleur qui s’installait entre eux. Ah, Maëlys... ! C’était un comble de le dire pour une vampire, mais Mélinda était bel et bien aux anges, sous les charmes de sa petite pute adorée. Énergique, Maëlys était très heureuse ici, et c’était la plus belle des choses à voir pour Mélinda : une esclave qui acceptait pleinement son statut, qui acceptait avec joie d’être son inférieure... Enivrée à cette idée, Mélinda préférait se dire que Maëlys était enjouée à l’idée de coucher avec sa Maîtresse, plutôt que par celle de coucher avec son amante.

Maëlys se redressa donc, et s’empala sur le sexe de Mélinda, glissant rapidement. Son vagin étant déjà bien lubrifié, elle put ainsi l’enfoncer dans son corps, et Mélinda se tortilla, poussant un long cri de plaisir.

« Haaaaaaaaaaaaaaaa.... !! Huuuummm !! »

Le lit, solide, ne craquait pas, et Mélinda posa ses mains griffues sur les hanches de Maëlys, la regardant avec un sourire ravi sur ses belles lèvres. Maëlys se laissait aller, en proie à une espèce de danse électrique, tout son corps dansant au-dessus du sien. Elle était épuisée, de la sueur s’échappait de ses cheveux, et ses belles joues rouges semblaient inviter Mélinda à la mordre encore. Elle avait déjà bu de son sang, et elle ne pouvait donc pas se permettre de recommencer... Mais c’était tentant ! Seulement, si elle le faisait, Maëlys serait bonne pour dormir, et elle ne pourrait plus profiter de son corps...

*Pourquoi la Nature est-elle aussi cruelle pour me soumettre à de tels choix ?*

Maëlys dansa pendant plusieurs minutes, une danse si magnifique que Mélinda ne pouvait que l’observer. Sa verge était mise à rude épreuve, et, alors que le mouvement décroissait, elle finit par jouir. Ses mains se serrèrent un peu plus, ses dents se crispèrent en une sorte de rictus, et elle se laissa aller, sentant son sperme jaillir, explosant dans le corps de la femme. Elle se mit à soupirer de plaisir devant cette scène, yeux clos, son corps tressautant à chaque giclée de sperme. Elle jouit ainsi pendant trente secondes, avant de rouvrir les yeux. Son érection n’avait quasiment pas diminué, un autre avantage d’être un vampire, et de disposer d’une constitution surnaturelle, ainsi que d’un contrôle des flux sanguins.

« Parfait... Si j’avais la capacité d’enfanter, Maëlys, tu... Hum... Je crois que tu porterais notre fille dans ton ventre... »

Elle savait que cette idée ne pourrait que lui faire plaisir. Et, à dire vrai, si Mélinda avait trouvé un moyen de lutter contre sa stérilité, elle aurait probablement fait à Maëlys l’honneur d’être sa porteuse.

« Est-ce que tu es déjà épuisée, ma belle ? » demanda alors la vampire en se redressant.

Elle alla lécher l’un de ses seins, avant de frotter le téton avec son nez, glissant ce dernier sous le sein, soulevant ainsi cette belle bosse.

« La nuit ne fait pourtant que commencer, Maëlys... Tu as voulu être ma petite pute pour toute la nuit, et c’est ce que tu vas faire... Je vais te baiser pendant des heures, jusqu’à ce que le jour se lève...Tu baigneras dans mon sperme, et je vais tellement te latter le cul que tu ne pourras même plus mettre une culotte dessus. »

Autant lui annoncer le programme, c’était toujours plus excitant... Non ?
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Septembre 08, 2013, 08:03:31 »

C'était si bon, tellement bon ! Je m'empalais soigneusement sur le chibre de la vampire, accueillant son épée de chair dans mon humide fourreau, m'électrisant de plaisir à chacun de ses frottements. Emportée par la passion, je ne cessais qu'après avoir senti l'orgasme de ma maitresse poindre en moi, ces puissantes giclées de liquide chaud me remplir en abondance, pendant de longues secondes. Étreignant le corps frissonnant de Mélinda, me frottant lentement à elle, tandis qu'elle soulageait son excitation en moi, je m'imaginais recouverte de sa semence, douce et chaude sur ma peau, c'était... mmmmh, follement excitant. ~

Haletante, je m'allongeais tendrement sur elle, remuant ma jambe contre elle, ma cuisse caressant la sienne, tandis que ma poitrine se trouvait à portée de ses lèvres, m'arrachant un soupir à chacune de ses caresses. Je maintenant toujours précieusement son membre dans mon intimité, toujours aussi dur après avoir autant joui, ce qui m'excitait beaucoup. La nuit ne faisait que commencer. ~

Hmmm... dans l'état actuel des choses, la perspective de devenir enceinte et de tripler de volume, avec toute les conséquences que cela impliquait, ne me plaisait que moyennement en fait, et j'en venais à remercier le ciel que cela ne soit pas possible. Même si, au fond, je concevais que ce serait un considérable honneur que de porter l'enfant de ma maitresse ! C'est alors qu'une idée insolite me vint à l'esprit. Et si... et si je devenais moi aussi une vampire ? Je cesserais d'être considerée comme une simple humaine, et je pourrais rester avec ma maitresse sans plus craindre les ravages de l'âge... Oui ! Il fallait que je lui en parle ! Je gardais donc cette idée dans un coin de ma tête.

* Epuisée ? En si bonne compagnie ? Mes lèvres s'étirèrent en un sourire. Oui, comme toujours, ô Maitresse, mais c'est si bon que j'en redemande...

Accompagnant mes mots, je me blottis plus fort contre elle, l'enlaçant entre mes jambes, la caressant de tout mon corps. Je respirais fort, et elle devait bien le sentir vu comme ma poitrine se soulevait à chacune de mes inspirations, mais j'avais encore de la ressource ! Hors de question que je laisse filer cette douce nuit avec ma maitresse, quitte à ce que je tombe raide d'épuisement dans ses bras !

J'écoutais attentivement, posant mon regard sur elle, ses mots... ses mots me donnaient d'agréables frissons. Et me faisait follement envie. Avançant doucement mon bassin, je me cambrai sous ses yeux, et libérai son sexe de mon emprise, tout en persistant à jouer avec et à y frotter les lèvres de mon intimité.

* Hoooo... Maitresse est-elle sûre de pouvoir assumer une telle promesse ? lâchais-je, avec une légère pointe d'insolence et de défi.

Ce faisant, je m'éloignais d'elle, reculant doucement tout en lui souriant, avant de faire demi-tour et de lui présenter deux belles fesses rondes, encore rouges des fessées qu'elle m'avait administré. A genoux, cambrée, les épaules contre le lit, je tendis mes mains en arrière et me mit à tripoter mon propre fessier sous ses yeux, tentatrice, les massant et les écartant, libérant le passage vers un étroit orifice qui n'allait pas tarder à être en feu... mais j'adorais ça, et ma Maitresse aussi !

* Mmmh ? lançais-je alors avec défi, l'observant par dessus mon épaule d'un regard gorgé de désir.
Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Septembre 10, 2013, 02:16:33 »

Ah, cette femme ! Délicieuse et appétissante créature que voilà ! Mélinda aimait beaucoup sa petite Maëlys (bien qu’elle soit plus grande qu’elle), et, après son énumération, la vampire eut le plaisir de sentir le sang de Maëlys battre dans ses veines. Étalée sur le lit, sous le corps tendre, doux et chaud de sa petite esclave, Mélinda se sentait au mieux. À dire vrai, le corps de Maëlys serait parfait pour dormir, et Mélinda s’imaginait très bien dormir sur elle, la tête nichée sur ses seins... Mais pas tout de suite. Non, pour l’heure, Mélinda comptait s’amuser. Se retrouvant au-dessus de sa Maîtresse, Maëlys se permit même de jouer avec elle, faisant sourire la vampire.

« Hoooo... Maitresse est-elle sûre de pouvoir assumer une telle promesse ? »

La vampire fronça légèrement les sourcils, sans rien dire, mais ses ongles se tendirent légèrement, commençant à former des griffes. Maëlys était heureuse, mais Mélinda n’aimait pas l’insolence... Pas de la part de ses esclaves. C’était sûrement de l’humour, mais la vampire était bien placée que l’humour avait toujours un fond de vérité. Elle se redressa en voyant Maëlys lui tendre son fessier, provocatrice. Les dents de Mélinda montrèrent des canines, et elle se releva lentement, toujours silencieuse. Elle se mit à son tour à quatre pattes, et se releva ensuite, se mettant debout sur le lit. Son membre masculin était toujours là, mais, au lieu de l’enfoncer dans le corps de son esclave, elle fit autre chose.

Mélinda leva son pied droit, et le posa sur les fesses de la femme.

« Hum... Tu me parais bien présomptueuse, ma petite Maëlys... Ton cul est à moi, c’est moi qui décide quand je le prends ! »

Elle appuya alors, et poussa Maëlys, l’envoyant hors du lit. Mine de rien, le petit corps de Mélinda abritait une force insoupçonnable. Elle bondit sur le sol, atterrissant sur une belle moquette chaude et confortable.

« Ne te relève pas. Reste à terre, à quatre pattes, comme une chienne, c’est ta place. »

Mélinda s’avança un peu, et promena ses griffes sur le corps de Maëlys, remontant vers sa nuque, glissant ses doigts sur ses cheveux, les fourrant à l’intérieur.

« Je crois que tu mérites une petite correction, avant que je ne te défonce ton petit cul de salope... Je vais devoir t’apprendre l’obéissance, ma jolie... Une esclave ne provoque pas sa Maîtresse. »

La vampire marcha un peu, dans le dos de Maëlys, et farfouilla dans ses affaires. Elle trouva rapidement ce qu’elle cherchait : un élégant fouet noir qu’elle remua un peu, avant de se retourner. Avant de la fouetter, elle attrapa un collier avec une laisse, et le mit autour du cou de Maëlys. Il était important de rappeler à sa petite pute qu’elle était sa chienne docile et obéissante. Elle passa le collier autour du cou de Maëlys, se remettant dans son dos. À dire vrai, elle ne se faisait guère de soucis, et elle se demandait même si elle ne jouait pas le jeu de Maëlys en agissant ainsi. Elle savait que Maëlys était très soumise, elle devait donc raffoler des châtiments corporels. Mélinda ne comptait pas la décevoir.

Elle attrapa le bout de la laisse en se glissant dans le dos de la jeune femme, et tira dessus, venant soulever le haut de son corps, ce qui eut pour effet de creuser son dos. Le fouet cingla ici, dans la chute de reins, mordant la peau dans un claquement sonore délicieux. Mélinda releva le fouet, le faisant tournoyer brièvement, avant de l’abattre sur ses fesses. Le fouet claqua ensuite à nouveau, crachant son venin. La vampire ne frappait pas excessivement fort, car elle savait que les humains étaient plutôt sensibles à la douleur.

« Qui est ta Maîtresse, hein ?! hurla Mélinda en la fouettant à nouveau. Qui donne les ordres, hum ?! Tu m’as pris pour ta poupée, c’est ça ?! Tu n’es... Qu’une... MAUVAISE FILLE !! Une sale petite chienne !!! »

Et le fouet claqua à nouveau. Mélinda le retint alors, brièvement, le temps de dire :

« Je veux que tu t’insultes pendant que je te punis. Montre-moi à quel point tu as honte de ton comportement, et à quel point tu as envie de m’être docile... Allez, allez !! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Septembre 11, 2013, 11:13:04 »

* Hoo ouiiiiii !! * Ma maitresse s'était levée, me laissant en proie à une folle excitation. J'étais si impatiente de sentir son chibre épais et si dure labourer mes belles fesses de salope ! Pour peu je m'en serais doigtée sous ses yeux, affalée sur le lit en une pose des plus indécentes, la croupe à l'air, mais je préférai ne rien faire et éviter de gêner ma maitresse, laissant le champs libre à ses envies. Doux jésus, l'attente de sentir sa grosse queue me combler à la force de ses déhanchés était une torture délicieuse...

Toutefois, il en fût autrement. M'attendant à recevoir un coup de rein, je fus diablement surprise de recevoir un violent coup de pied dans le derrière, m'envoyant voltiger en contrebas, chutant de son lit avec fracas.

* AAAAHH ! hurlais-je, tant de surprise que de douleur.

Mais... qu'est ce... qu'est-ce qu'il lui prenait... ? Jetée à terre sans vergogne comme une vulgaire poupée, je levais les yeux vers elle, le regard mitigé entre doute, peine, désillusion et lamentation. L'expression "tomber des nues" prenait tout son sens dans ce contexte, et je m'en retrouvais boulversée.

* Mais... mais, Maitresse... ? bredouillais-je, plaintive.

Mais ses injonctions me refroidir aussitôt, me poussant à acquiescer silencieusement, à quatre pattes et penaude, comme une chienne se faisant gronder par sa maitresse. Je ne bougeais même plus, terrorisée. Ce soudain changement d'attitude... et dire qu'il y a deux minutes, je l'étreignais tendrement dans mes bras, la voilà fâcheusement irritée ! Je prenais conscience d'avoir un peu dépassé les bornes... peut-être même beaucoup. Ce privilège accordé m'était monté à la tête, j'en ai même bafoué, du moins à moitié, la relation de Maitresse à esclave établie entre nous deux ! Je baissais les yeux, un peu gênée, à quatre pattes et assise sur mes talons, la laissant me tourner autour en évitant de croiser son regard. Je sentais ses griffes contre ma peau, m'arrachant des frissons, ces même griffes qui pouvaient si facilement s'enfoncer dans ma chair...

* Je... je suis vraiment désolée Maitresse ! Je n'avais nullement l'intention de manquer au respect dû à ma sublime Maitresse !!

Une laisse se retrouva nouée autour de mon cou, laisse inhérente à ma condition d'esclave, d'objet sur lequel la propriétaire avait tous les droits, et dont j'avais pleinement accepté les conséquences. Et cela me faisait réellement mal au coeur de savoir qu'elle était mécontente de moi !

* Je suis une sale chienne, Maitresse, votre chienne obéissante et dévouée !

De toute façon, qu'importait mes paroles, j'allais recevoir une bonne leçon. Comme le prouva le cinglant coup de fouet qui s'abattit sur mon dos, cambré à mon insu, tout en accompagnant le claquement de son instrument d'un bref mais puissant cri de douleur.

* AAH !

Punaise ! La morsure du fouet irradiait ma peau d'une intense et douloureuse chaleur, je voulais caresser la blessure, en atténuer les sensations, mais je n'étais pas en position de tenter quoi que ce soit. Pire, un nouveau coup de fouet claqua, suivie d'un cri plus intense, tandis qu'une longue marque rouge vif se se dessinait sur mes fesses.

* AAAHH !! Je suis désolée Maitresse ! La seule poupée ici c'est moi, la poupée de la plus extraordinaire des vampires !

Pourquoi... Pourquoi n'y arrivais-je pas ? Je voulais lui dire d'arrêter, l'en supplier même, qu'elle cesse de me fouetter, mais je n'y parvenais pas... Pourtant, ses coups de fouets étaient terribles ! Je sentais bien qu'elle n'y mettait pas toute son ardeur, et heureusement pour moi ! Mais elle étaient tout de même d'une force surhumaine, et subir la morsure de son fouet était un supplice ! Pourtant c'était comme si une partie de moi-même acceptait son traitement... en redemandait, même. Étrangement, outre la douleur, je me sentais toute drôle à me faire fouetter ainsi, le corps tendu par la laisse tirée et qui m'étouffait à moitié...

Chaque coup de fouet me raidissait, m'obligeant à crier pour extérioriser la douleur, tandis que mon corps tentait inconsciemment d'esquiver ses assauts, se tortillant comme il pouvait, s'éloignant d'elle avant l'impact du fouet. Mais chaque coup de fouet faisait aussi croitre en moi ce désir contradictoire de me laisser aller, je dirais même de m'ouvrir à la douleur, de la savourer. Un paradoxe auquel mon cerveau ne pût trouver de solution, tiraillé entre mon excitation qui atteignait des sommets et transformait mon vagin en fontaine de mouille, mes remords d'avoir outragé ma Maitresse, les zébrures rouges sur ma peau qui me faisait l'effet de blessures incandescentes, trop, trop, trop, c'en était trop pour ma pauvre tête !

* Oui Maitresse ! Punissez la sale chienne qui vous a manqué de respect ! AAAHH !! Cette grosse pute bonne qu'à se faire baiser ! AAAHH !! Cette chienne en chaleur prête à tout pour avoir une bite dans le cul ! AAAHH !! Cette trainée qui ne mérite même pas d'être le sac à foutre de sa Maitresse ! AAAHH !! Je vous demande pardon Maitreeeeesse !

Mon corps tentait toujours désespérément de se soustraire à ses coups de fouets, comme un réflexe de survie destiné à le préserver, mais à chaque fois je tendais aussitôt mon corps vers elle, malgré la douleur, prête à recevoir le châtiment que je méritais...
Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Septembre 17, 2013, 01:21:13 »

Maëlys n’était pas une mauvaise esclave... Du moins, pas au sens classique du terme. Elle ne s’était jamais révoltée contre sa Maîtresse depuis que cette dernière l’avait kidnappé, séquestré, et violé à de nombreuses reprises. Elle n’avait jamais cherché à s’évader, trouvant son accomplissement personnel au service de sa belle Maîtresse. De même, elle n’avait jamais contesté l’autorité innée et naturelle de sa Maîtresse. Elle était extrêmement soumise à Mélinda, bien trop soumise pour oser se révolter, mais l’était tellement qu’elle vénérait Mélinda, la voyait comme une sorte de divinité... Dans le fond, ce n’était pas totalement exagéré. Du fait de leurs capacités surnaturelles, des vampires pouvaient tout à fait, auprès d’humains ignares et superstitieux, se faire passer pour des Dieux. En l’état actuel des choses, Maëlys était naturellement très enjouée à l’idée d’être la privilégiée de sa Maîtresse, ce qui était normal. Mélinda ne pouvait pas lui reprocher son engouement, car il était justifié par sa servitude... Mais elle pouvait la punir. Elle s’était de toute façon doutée qu’il faudrait qu’elle batte Maëlys... Et, de manière générale, elle aimait bien la battre. Mélinda n’était pas sadique pour rien, et le sexe ne se constituait pas que de plaisir, mais aussi de douleur. Une douleur que Maëlys allait ressentir.

Le fouet claquait sur son corps, produisant des bruits délicieux quand il heurtait la peau nue, tendre et douce de l’esclave. Elle poussait des hurlements en se tortillant, partagée entre un désir de survivre, de s’éloigner de la douleur, et un autre, celui qui avait fini par faire d’elle l’esclave servile de la vampire : sa perversion. Le fouet claquait, et, à chaque fois, le corps de Maëlys tirait sur la laisse, avant de se détendre, et Mélinda pouvait à nouveau la fouetter. Le fouet claquait comme un serpent, revenant à chaque fois sur le corps délicieux et ferme de Maëlys, la vampire se délectant des hurlements de cette dernière. Ses doux cris renforçaient son érection, faisant tendre son membre.

« AAAHH !! Je vous demande pardon Maitreeeeesse ! » haletait sa petite pute.

Mélinda la fouetta une ultime fois, et arrêta alors, un sourire sur les lèvres. Cette situation l’excitait beaucoup, et il était temps de passer à d’autres choses. Le petit cul tendu de Maëlys était une délicieuse offrande qui lui était offerte. Elle relâcha son arme, qui tomba sur le sol, et, en deux pas, rejoignit Maëlys, à quatre pattes, le corps parcouru de frissons, le dos couvert de plaques rouges à force d’avoir reçu des coups de fouets. La main de Mélinda se posa sur la croupe de son esclave, la caressant tendrement, alors qu’un sourire amusé venait éclairer ses belles lèvres.

« N’aie pas honte de toi, Maëlys, tu restes l’une de mes petites putes préférées... Et il est temps de te récompenser... Tu es en position, tu as la laisse... Et je sens que ton cul m’appelle... »

Joignant le geste à la parole, Mélinda glissa l’un de ses doigts dans son fondement, remuant tendrement ce dernier. Elle percevait les frissons sur le corps de Maëlys, elle sentait tout cela, tout comme elle percevait les ondulations subtiles et raffinées de son sang. C’était quelque chose de magnifique, et la vampire continua à remuer son doigt d’avant en arrière, avant d’en glisser un second, dilatant ainsi les parois internes de sa pute. Elle ne voulait pas la pénétrer immédiatement, afin qu’elle n’ait pas trop mal, et qu’elle puisse vraiment profiter de sa sodomie. Mélinda poursuivit donc ce spectacle pendant plusieurs minutes, laissant ainsi le soin à Maëlys de se remettre des multiples coups de fouets qu’elle avait reçus. Il fallait bien être une Maîtresse attentionnée, après tout.

Après quelques instants, Mélinda retira ses doigts, puis fléchit les genoux, et vint lécher le fondement de Maëlys. Elle posa chacune de ses mains sur ses fesses, s’en servant comme appui, utilisant ses pouces pour les écarter. Ce faisant, elle pouvait ainsi glisser sa langue, et lécha la croupe de la femme, frottant son nez contre sa peau, remontant ainsi pour atteindre son fondement, qu’elle titillait avec sa langue, remuant dessus, donnant des petits coups, enfonçant l’extrémité dans ce trou minuscule, creusant lentement. Elle se contentait surtout de jouer, d’impatienter Maëlys... Avec ses petites chéries, la frustration sexuelle était, à bien des égards, plus redoutable encore que la punition physique. Elle passa donc de nombreuses secondes ainsi, à lui lécher les fesses, avant de finir par se relever, son sexe venant s’enfoncer contre ses fesses.

« Je vais te défoncer le cul, maintenant, annonça-t-elle, pour mieux l’exciter. Et, entre tes hurlements, tu vas aboyer... Comme si tu étais une chienne. Aboie comme si tu étais un petit animal qui ne demande qu’à se faire enculer par moi. Et je vais t’enculer fort, ma petite pute, car je vois bien que ton cul se languissait de moi... »

Et Mélinda ne résistait jamais à l’appel d’un joli fessier n’attendant qu’elle. Elle posa sa main sur son membre, bien tendu, le pressant entre ses doigts, et le rapprocha du fondement de la jeune femme. Il était évidemment assez étroit, mais elle allait rapidement le dilater, à sa manière. Lentement, elle le rapprocha, le bout de son sexe titillant l’extrémité de l’anus de Maëlys. Mélinda dut forcer le passage, crispant ses dents, en sentant une sorte de résistance s’effacer progressivement, la peau de son esclave s’élargissant, pour laisser progressivement rentrer ce membre.

« Aaaaah... !! »

Mélinda sentit la douleur traverser son membre, et gifla sèchement Maëlys, sur les fesses, pour se motiver.
« Dernière édition: Décembre 19, 2013, 03:27:54 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Maëlys
Avatar
-

Messages: 101



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Décembre 18, 2013, 03:30:09 »

Inlassablement, le fouet cinglait, et cinglait, et cinglait, sans faiblir un seul instant. J'avais beau me tortiller, essayer d'échapper à cette lancinante sensation par un inconscient réflexe de survie, il parvenait toujours à claquer douloureusement sur ma peau. Bon sang, c'était terrible ! Je n'en pouvais plus, je criais sans cesse, impuissante face à ses coups de fouets qui me rendait folle ! Et lorsque enfin ses morsures cessèrent, je me retrouvais haletante, le souffle aussi court que si j'avais couru un sprint, les empreintes rouges et douloureuses du fouet en supplément.

* Haaa...haaa...han maitresse...

Je me détendis, m'affalant sur les coudes, restant toujours à quatre pattes sur le sol. Ce fut tellement... intense ! Bien que cela avait cessé, mon corps en frémissait encore ! Je reprenais peu à peu mes esprits, et sursautai lorsque ses mains se posèrent sur mes fesses. Elle les caressa tendrement, soulageant par la douceur la douleur que j'y ressentais, j'en gémissais carrément de satisfaction tant cela me faisait du bien.

J'acquiesçais silencieusement de la tête, frissonnant du désir que son doigts contre mon anus éveilla en moi. Je me mordillais la lèvre inférieur, savourant les caresses de ma maitresse. L'effervescence de mes blessures s'estompait doucement, ma respiration reprenait peu à peu un rythme normal, mais était ponctuée des profonds soupirs qu'elle parvenait à me soutirer. Ses doigts me dilataient le fondement avec douceur, et sa langue...han, elle était si douce, si sensuelle, à me lécher ainsi, c'était trop bon ! J'étais follement détendue, mon orifice s'ouvrait de lui-même sous ses caresses buccales, que j'accompagnais de longs soupirs et d'intense frissons. J'aurais pu rester comme ça pendant des heures, si l'envie brulante d'en avoir encore plus ne m'étreignait pas autant ! Et ce n'est pas sa promesse de me culbuter avec ardeur qui me calma, loin de la.

* Han oui Maitresse ! S'il vous plait, mon cul ne demande que ça ! Défoncez-moi, Maitresse !

Mélinda frottait langoureusement son sexe contre mon orifice, me faisait cruellement languir. C'était terrible, je n'en pouvais plus d'attendre cette alléchante sodomie ! J'agitais lentement mes hanches, de sorte à ce que son pénis se frotte contre mes fesses. J'étais terriblement tentée de m'empaler dessus, j'en mourrais d'envie, mais je me contentais de retenir mes pulsions et de me déhancher sagement, ce n'était en effet pas à moi d'en décider. Heureusement, ma Maitresse ne tarda pas à s'exécuter...

* AAAAHH !!

Je me mis à hurler en sentant son énorme bite tenter de s'enfoncer entre mes fesses. Si grosse, elle était si grosse ! Le passage en était délicat, malgré l'agréable préparation que j'avais reçu. Oh mon dieu ! Je me cambrais sous l'effort, serrant les dents, haletante, tandis que j'essayais tant bien que mal d'accueillir l'épais braquemart de ma Maitresse en moi.

* Gnnnn-mmmmmh !

Tout mon corps se raidissait, mon orifice dilaté à l'extrême pendant que ma Maitresse forçait peu à peu le passage, s'enfonçant graduellement, centimètre par centimètre, de plus en plus profondément dans mon cul. Je n'en étais pas à ma première sodomie, loin de là même, Mélinda en raffolait tellement que j'y avait déjà eu droit d'innombrables fois, à tel point que j'y avais pris gout aussi. C'était divin, surtout avec elle ! Mais malgré tout mon corps ne semblait pas s'y être adapté... à moins que je ne sois condamnée à garder un cul étroit et serré ? Elle gifla subitement mes fesses, m'arrachant un cri animal, suivant les ordres qu'elle m'avait donné.

* WAF, WA-AAAAH-WAF !

Je la sentais entrer, écarter mes chairs pour se frayer une place en moi, mon orifice douloureusement tendue. C'était certes douloureux, mais y aller progressivement rendait la tension plus supportable. Je me sentais si étroite, si remplie, percevant la queue de ma Maitresse chaude et dure palpiter dans mon fondement, c'était fabuleux, j'adorais !

* Han oui, enculez moi fort, WOOF ! C'est si bon de sentir votre grosse queue ! Baisez-moi comme une chienne, Maitresse ! WOOF, WOOF, WOOF !
Journalisée

Pour tout contact, je vous invite à plutôt me PM sur mon compte principal, Lydia !

Kit By Charity Queen, Merci ! ❤
 
~ Ma fiche ~
~ Mes envies ~
~ Mes aventures ~

~ Mes doublettes ~

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox