banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Mords-Moi Donc... Si Tu Le Peux ! |PV| Chun  (Lu 761 fois)
Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« le: Août 05, 2012, 10:08:09 »

Silence parcourait avec une nonchalance qui lui était commune depuis qu’il avait subitement perdu la mémoire, dans des circonstances qui lui échappaient totalement, Le Quartier de la Toussaint de Seikusu, l’autre monde qui s’étendait de l’autre côté de la Faille… Il ne savait pas vraiment ce qu’il recherchait au hasard de ces rues baignant dans la lumière du soleil de plomb. Il se rappelait que Douleur lui avait demandé de réunir des informations sur certaines personnes aux activités douteuses…

Il repéra rapidement la personne qu’il recherchait, se souvenant brusquement par la même occasion de son identité et de ce qu’on la soupçonnait d’être… Il est vrai que son apparence pouvait prêter à confusion ; une longue tignasse marron, un visage de jeune fille innocente, un corps aux volumes discrets tout en étant agréables au regard…

Et cette jeune femme qui semblait ne s’intéresser à personne, simplement marcher à tout hasard, serait ce qu’ils pensaient qu’elle était ? Une Vampire !? Impossible ! Cela était tout bonnement impossible ! Encore que… il devait en avoir le cœur net, ne pas rentrer bredouille en annonçant simplement deviner que celle qui lui avait sans doute sauvé la vie se trompait complètement. Il s’approcha donc, histoire d’avoir un meilleur point de vue. Le voilà réduit à espionner une gamine de rien, quelle dérision !

Et pourtant, même Silence, un mercenaire incroyable, aux tactiques de camouflage et de discrétion hors du commun, même lui ne put pas prévoir ce qui se passa à cet instant fou. Une voix douce et enjôleuse sembla résonner tout autour de lui :
- On me suit ?

La Griffe voulut se retourner, mais il sentit alors comme une main se poser sur son épaule. Il fit rapidement volte-face, mais un rire retentit dans son dos. Il tourna vivement la tête pour voir la jeune fille avec un sourire froid, deux crocs pointus saillants de ses lèvres brillantes, appuyée contre le mur derrière elle…

Involontairement, inconsciemment même, Silence sentit un frisson incontrôlable parcourir son corps de sa nuque vers le bas de son dos… Mais il ne comptait pas se laisser mordre aussi facilement !
« Dernière édition: Octobre 12, 2012, 10:23:15 par Silence » Journalisée

Chun
Créature
-

Messages: 112



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Août 05, 2012, 11:23:26 »

Chun ne se lassait pas de marcher. Elle se contrefoutait des rues grises et sales, des boutiques crasseuses qu'elle voyait tous les jours, de la circulation quasi-inexistante de cette partie de la ville.
Par contre, elle était tréééés intéressée par l'homme qui la suivait. Essayer de suivre une vampire était comme d'essayer de câliner un hérisson. Il y avait comme un problème, une incompatibilité dans l’équation. Les vampires suivaient leurs proies, ils n'en étaient pas une. Et cette imprudent osait la chasser... Chun sourit, dévoilant deux jolis crocs.

Chun se réjouissait d'avance, oubliant -pour le bien de son égo- qu'elle n'avait échappé à son suiveur que grâce à un merveilleux coup de bol. Apres s’être nourrie du sang chaud d'une jeune rousse à la peau délicate, elle allait rentrer dormir à sa planque lorsque l'envie d'une cigarette la dévora. Elle ne dut qu'au large détour qu'elle du faire pour trouver une épicerie de nuit ouverte le temps nécessaire pour remarquer que, malgré son changement fréquent de rues et de quartier, une odeur restait toujours accrochée à ses narines. Une odeur chaude et salée. Une odeur humaine.

Il ne lui en fallut pas plus pour en déduire qu'elle était suivie, et pour observer discrètement son suiveur dans une ou deux vitrines passant à sa portée. Elle n'apprit malheureusement pas grand chose, mis à part que cet homme -la silhouette était indubitablement masculine- aimait les longues vestes à capuche. Le genre qui dissimule parfaitement. Elle n'en saurait donc pas plus, sinon que sa silhouette était plutôt imposante. Mais toutes les silhouettes ne sont elles pas imposantes, quand on mesure un-mètre cinquante-sept-et-demi?

Chun s'était donc allègrement promenée, faisant faire un peu de tourisme à son compagnon indésirable, et feignant de ne l'avoir pas vu, avant de s’arrêter devant la vitrine éventrée d'une boutique qui avait du être florissante trente ans plus tôt. La rue était déserte, s'il voulait l'attaquer, ce serait maintenant. Comme rien ne se passait, Chun en déduisit qu'il l'observait encore. La question était, pourquoi?

Grâce à ses sens de vampire sur développés, Chun le repéra, non loin d'elle, dissimulé. Elle ne l'avait même pas entendu se déplacer. Elle n'avait donc pas affaire à un petit joueur, ni à un débutant. Il savait ce qu'il faisait.

Chun envoya dans sa direction une puissante dose de charme vampirique, de quoi assommer un enfant. Un grand sourire sur son visage, elle profita de sa confusion pour passer tout prés de lui, et lui sussurer à l'oreil:

"-On me suit?

Voyant l'homme, elle ne s'était pas trompée, c'était bien un homme, tourner brusquement la tête dans sa direction, toujours désorienté par le charme démoniaque de la jeune fille, elle en profita pour presser entre ses doigt son autre épaule, puis pour aller tranquillement s'adosser à un mur, derrière elle.

La rousse n'avait opposé aucune résistance, et Chun regrettait de ne pas être vêtue de manière plus adaptée à une rencontre -voire un combat- avec un homme mature. Avec sa jupe plissée et ses converses, elle avait l'air d'avoir quoi? 13 ans? Seules ses formes révélaient son âge véritable.

Chun rit bruyamment pour attirer l'attention de son suiveur, puis lui fit un sourire froid, tout en crocs.
Bon dieu, ce qu'elle aimait ses petites mises en scène!
Elle passa sa langue entre ses dents, puis joignit ses mains, bras tendus vers le sol pour faire saillir sa poitrine -ça marchait à tous les coups- et pencha la tête sur le côté. Un sourire presque sincère, immense, chaleureux et innocent, envahit son visage.

-Coucou toi! Tu viens me faire un baiser? Tu n'auras pas mal, promis! Lui dit elle, singeant le ton charmeur des actrices de cinéma.

Elle bougea légérement ses épaules -gauche, droite, gauche, droite- puis lui refit un nouveau sourire, tout en crocs cette fois ci, avant de lui lancer une autre dose de charme vampirique, plus faible cette fois-ci, juste assez puissante pour que l'homme se sente attitrée irrésistiblement dans sa direction. Elle tendit une main devant elle, pour l’accueillir. Il était le métal, elle était l'aimant.
Journalisée
Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Août 07, 2012, 09:51:20 »

- Coucou, toi ! Tu viens me faire un baiser ? Tu n'auras pas mal, promis !

La pseudo-vampiresse avait murmuré ces mots avec une attitude contrastant à la perfection avec les paroles prononcées. Elle fit craquer ses doigts en tendant les bras, semblant appeler à elle quelque créature morbide des profondeurs de la terre. Ou alors, elle cherchait juste à ce que le mercenaire ait une vue plongeante sur sa poitrine ronde et ferme. Peu intéressé par ces formes délicates, il détourna les yeux et fixa la jeune femme de façon à ce qu’elle comprenne à qui elle avait affaire.

Un sourire charmeur éclaira brièvement son visage, joli tableau assombri néanmoins par les crocs suceurs de sang qui saillaient de ses lèvres, donnant un éclat sauvage à l’ensemble. Silence fronça les sourcils et rejeta ses longs crins argentés derrière son visage de vif mouvement de tête, sondant les alentours avec ses yeux expérimentés. Si il devait y avoir un affrontement, il avait peu de chance d’en réchapper, la force des créatures cadavériques n’était plus à prouver, et il savait qu’il ne ferait pas le poids, à moins d’avoir un plan de secours infaillible…

Il s’avança d’un pas, mimant une assurance qu’il n’avait pas du tout réellement.
- D’après mes informations, obtenues de diverses sources, toutes sûres, tu serais… un Vampire… mais je ne me laisserais pas impressionner. Tu apprendras à tes dépends que je ne suis pas une proie facile, et que je pourrais très bien être une arête de taille en travers de ta gorge…

Il eut l’ombre d’un sourire mauvais et, se penchant en avant, il fit jaillir son "Vol de Corbeau". La chaîne terminée par des microlames tournoya un moment autour de lui, puis il voulut la jeter sur sa future victime. Mais cette dernière ne l’entendait pas de cette manière…

D’un simple revers de bras, elle fit voler l’arme mortelle des mains de son manipulateur, qui, bouche bée et les yeux ronds, regarda la jeune femme lui empoigner la gorge après s’être approchée très rapidement. Faisant preuve d’une force surnaturelle, elle souleva la Griffe du sol et planta des ongles pointus dans sa peau, perçant de tout petits trous qui dégoulinèrent de sang.

Le liquide vital d’un rouge vif semblait fasciner l’agresseuse, qui eut un minuscule moment d’inattention. Silence en profita pour la frapper au visage, mais cela ne servit qu’à l’énerver d’avantage. Elle lui balança un regard d’une noirceur extrême, et si ces yeux étaient des épées, le mercenaire serait couché au sol, en se noyant dans son sang. Elle parla lentement, à chaque arrêt, elle plantait d’avantage ses ongles dans la peau.
- JE-T’EM-MER-DE ! Tu crois que tu me fais mal ? Oui, tu me fais mal, mais pas assez pour te lâcher ! Maintenant c’est toi qui va souffrir !

Silence jeta un coup d’œil furtif autour de lui, une futile lueur d’espoir dans son esprit, en quête d’un improbable aide de la Divine Providence… il se souvint alors de la petite fiole dans sa besace. Il l’empoigna le plus vite possible et l’ouvrit, déversant son contenu rouge… rouge sang. La vampiresse ne put contenir ses pulsions et se jeta sur le fluide qu’elle aspira à grande gorgées. Profitant de son répit, le mercenaire se mit à courir de toutes les forces de ses jambes musclées, cherchant un plan B…
Journalisée

Chun
Créature
-

Messages: 112



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Août 09, 2012, 10:26:21 »

Chun lapait avidement le sang qui dégoulinait. Ce n'était pas du sang humain, mais elle n'aurait pu définir sa provenance. Et elle s'en fichait! Dieu qu'il était booon!

Elle n'était pas pressée. Elle savait que la force supérieure de vampires pourrait rattraper son adversaire en fuite en quelques minutes. Pour l'instant, elle était occupée à laper le sang délicieux, délicieux que l'homme trimbalait dans sa besace.

Lorsqu'elle en eut avalée jusqu'à la dernière goutte, elle se releva et tenta de le repérer à l'odorat.

Il était parti vers l'est, et était à environs cinquante mètres d'elle.  Un jeu d'enfant.

Il l'avait prévenue qu'il serait une arrête dans sa trachée, mais tout son corps, pendant qu'il tentait de l’impressionner, puait la peur.
Très bien, Chun était donc face à un homme apeuré, mais déterminé à se battre.
Et qui savait ce que pouvait l'adrénaline humaine?

Elle courut jusqu'à le rejoindre, et s’arrêta à quelques mètres de lui. Elle avait fait du bruit intentionnellement, dans l'espoir qu'il cesserait de courir et se cacherait. Gagné.

Elle huma l'air. Odeur d'homme viril, de peur, et d’énergie.
Il était dans le coin.

Se positionnant au milieu de la rue, les mains sur les hanches, elle railla:

-Petit! Petit petit! Allé, sors de ta cachette, viens embrasser tantine! Tu veux un baiser? Allé viens, n'ais pas peur, monsieur le sprinter!

Elle se rapprochait de la source de l'odeur en l'invectivant, tentant de ne pas se demander QUI l'avait envoyé sur ses traces. Cet homme était un guerrier, expérimenté, certainement un gradé. Le fait qu'on ait envoyé un tel homme sur ses traces sentait légèrement le pâté (végétarien, bien sur).

Elle s'approcha, silencieusement cette fois, de l'homme, et lui sauta dessus. Il était accroupi derrière un petit mur, parfaitement dissimulé dans l'obscurité. Manque de bol, comme tous les vampires, Chun était Nyctalope.

Elle bondit et, au même moment, l'homme se propulsa, prenant appuis sur ses pieds, pour le renverser au sol. Ils roulèrent sur quelques mètres, puis, alors qu'elle était écrasée sous l'homme massif, elle lui enfonça ses genoux dans le ventre pour le renverser sur le dos et, avant qu'il ait pu bouger, elle le chevaucha, serrant ses cuisses autour de ses pectoraux, et appuyant fermement ses mains sur ses épaules. Il était immobilisé.

Elle le regarda un moment avec un sourire victorieux, comme une jeune chatte jouant avec un chat plus agé, puis se pencha prés de lui, crocs sortis:

-Qui t'envoie?

Elle le griffa du bout des crocs, déchirant légèrement sa cape au niveau de l'épaule, et faisant perler un peu de sang, qu'elle lécha.

-Ton sang est salé, délicieux! Ne crois pas qu'en te taisant, je te garderais en vie. Je découvrirais de toutes façons, qui s'amuse à colporter mes faits et gestes. Je t'offre juste l'occasion de t'exprimer un peu, avant de mourir.

Et elle mordilla un peu, tout en douceur, du bout des crocs, sans faire perler le sang, le cou de l'homme.
Journalisée
Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Août 10, 2012, 06:06:07 »

Alors que la vampiresse satisfaisait sa faim irrésistible avec du sang d’origine bovine, le mercenaire terran continuait de retourner dans sa tête toutes les possibilités, mais les capacités physiques de la créature nocturne dépassait de loin ses prévisions…

Il s’arrêta au coin d’une rue, dissimulé de façon assez sommaire pour lui, mais tout de même fort discrète pour un humain normal. Il se calma en se mordillant la peau du pouce gauche, et une fine goutte de sang perla. Grossière erreur, si tous les sens de son adversaire étaient améliorés, il y avait fort à parier qu’elle pouvait capter l’odeur du sang à plusieurs dizaines de mètres à la ronde, au moins. Il reprit sa course aussi vite que possible, mais il était bien trop tard.

Elle le repéra avec une déconcertante facilité et se jeta sur lui avec violence. Ils roulèrent ensemble sur une courte distance. Il avait une position idéale pour la dominer mais elle lui donna un coup brutal avec son genou dans les côtes, et il tomba sur le dos, le souffle coupé. Elle s’assit sur lui pour l’empêcher de se dégager. Elle lui sourit et lui demanda le nom de son employeur. Silence faillit sourire en pensant qu’il ne le savait même pas lui-même, mais la situation ne s’y prêtait guère.

Elle fit saigner l’épaule de la Griffe qui grogna alors qu’elle léchait son liquide vital avec une délectation non feinte. Elle le complimenta sur un ton pour le moins sarcastique :
- Ton sang est salé, délicieux! Ne crois pas qu'en te taisant, je te garderais en vie. Je découvrirais de toute façon, qui s'amuse à colporter mes faits et gestes. Je t'offre juste l'occasion de t'exprimer un peu, avant de mourir.

Silence sentit alors une douleur légère, quoiqu’aigüe lui transpercer la nuque. Il murmura :
- Merde… j’ai rien à dire… à un monstre de ton espèce !

Avec toute les forces que lui donnait son acharnement, il libéra un bras, le secoua légèrement pour que le poignard dissimulé dans sa cape vienne se placer au sein de sa paume, et il frappa verticalement. Les vêtements de la créature se déchirèrent d’un coup, alors qu’une entaille sanglante faisait contraste avec sa peau d’une blancheur affolante. Il ne se préoccupa même pas des sous-vêtements attrayants et de la peau dénudée, il profita de son répit pour se jeter à nouveau sur elle. Il dominait à nouveau l’affrontement. Plaçant ses mains de part et d’autre de sa bouche, il imita à la perfection le cri d’un corbeau, dans le but de prévenir Douleur, Terreur et Justice qu’il avait trouvé leur cible. Il s’arrêta en entendant un gémissement de sa victime, qui reprenait ses esprits tourmentés.

Il analysa rapidement la situation, ne sachant que faire pour la retarder dans cette position. Il trouva une solution qu’il espérait efficace. Il se pencha et, caressant la peau blanchâtre, il embrassa la nuque de la créature. Il espérait que la jeune femme soit suffisamment surprise pour cesser sa résistance, du moins pendant un instant.


Journalisée

Chun
Créature
-

Messages: 112



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Août 10, 2012, 11:34:43 »

-J'ai rien à dire... A un monstre de ton espéce.

Chun n'était pas un monstre. C'était une gamine de 15 ans, mordue sans le vouloir par un homme de 30. Ce n'était pas sa faute. Elle n'avait rien demandé à personne. Par ce geste, il lui avait oté tout espoir d'avoir un avenir, un mari, des enfants, un travail. Tout espoir de faire des confitures avec ses petits enfants le dimanche. Viendrait même un moment ou une simple exposition au soleil la tuerait.
C'était une gamine innocente. Elle n'était pas un monstre. Elle avait 17 ans, bordel.

Tout son enthousiasme de petite chatte jouant avec un chat plus âgé s'évanouit à cette phrase. Elle voulait détruire celui qui lui avait fait mal, rentrer chez elle, se saouler la tronche, et dormir. Longtemps.

Alors que Chun était distraite par ces sombres pensée, l'homme en profita pour se tortiller et libérer l'un de ses bras.
La lame qui déchira le dos de Chun était comme un courant d'air glacé. Ça ne pouvait pas la tuer bien sûre, puis ce que biologiquement, elle était DÉJÀ morte. Mais ça faisait un mal de chien, et son sang, plus long à se reformer pour les vampires que pour les humains, coulait à flot. Il lui faudrait une bonne heure pour cicatriser complètement. Et elle aillait douiller, sévère.

L'homme profita de sa confusion pour la renverser sur le dos -Aiiiiieuh!- et la bloqua sous lui de tout son poids. Puis il fit une chose étonnante. Il siffla. Enfin, ce n'était pas vraiment un sifflement. C'était un bruit. Fait avec sa bouche. Et puis merde, elle n'était pas en état de réfléchir.

Tristesse. Colère. Hargne. Douleur. Dégoût.

Tout cela se mélangeait en elle, tandis que le truc qui squattait son abdomen l'observait. Elle voulait prendre sa face, et l'écraser comme une noix. Elle voulait arracher par poignées son épaisse chevelure argentée. Un profond sentiment d'injustice l'habitait.
Rassemblant ses forces, elle se préparait à le faire basculer de nouveau sous elle, se préparant cette fois à le finir, vite et bien. Qu'il ne compte plus sur la jolie petite vampirette gentille qui fait risette.

Élaborant un plan très précis -et douloureux- Chun resta interdite lorsque l'homme... L'embrassa. Elle sentit ses lèvres chaudes se poser dans le creux de son cou, son souffle la chatouillait.

Nom de Zeus. L'homme était doué de sa lange. Et taré.

"J'ai bu le sang d'un taré. Trop génial. J'suis sûre qu'avec ma chance, ce type est contagieux. Ou alors, c'est un drogué. Nan, j'laurais senti, s'il était drogué. Il est taré. Génial. Geniaaaaaaaaaaaaaaaleuh."

Profitant du fait que l'homme était occupé à l'ouvrage -avec un talent certain- Chun contracta ses hanches, et le balança sans ménagement. Le mec arriva sur le dos, et Chun vit avec une certaine satisfaction son souffle se couper une milliseconde. Elle lui bondit dessus, attrapa ses poignets, et les lui releva au dessus de sa tête. Serrant son abdomen entre ses cuisses, elle rapprocha son visage du sien, prés à le toucher, et lui vola un rapide baiser.

Puis elle feula, comme un chat, et le regarda:
-Ecoute, mon gars. Je sais pas c'est quoi ton probléme, mais tu m'as fait mal. Et tu me traites de monstre. Et tu m'embrasses. Donc ma question c'est: T'es taré, ou t'es suicidaire?
Par ce que j'vais t'expliquer un truc.
Le monstre, comme tu dits, il à pas eut le choix. Il s'est fait mordre par un vieux crade de trente ans, qui voulait la baiser. Baiser une gamine de quinze ans. Tu trouves pas que j'ai l'air jeune, pour un monstre? J'aurais quinze ans toute ma vie. Je suis morte. Je suis un cadavre ambulant, qui doit boire du putain de sang pour survivre. Alors tu vois, j'apprécie pas trop qu'on envoie un type à mes trousses pour ça. Je tue pas mes victimes. Je les vampirises pas. Je leur prends juste un peu de sang, pour pas crever.


Très en colère, elle lui décocha un puissant coup de poing en plein visage, visant la droite de sa mâchoire. Crève, connard!

-Je leur prends juste un peu de sang, et le pire, c'est qu'un vampire peut faire pour que ses victimes aient un plaisir intense pendant la ponction. Aucune ne s'est plainte. C'est moi qui suis à plaindre, tu piges? C'est moi qui, en plus de n'avoir aucun espoir d'avenir, de futur, me fait emmerder pour mon capital génétique. Tu m'emmeeeeeeeerdes, fils de chien. Tes conneries m'emmerdent. Vas te faire foutre. Vas te faire foutre! Tu seras le premier à mourir, espèce de connard!

Et elle lui décocha un nouveau coup de poing, sans se soucier d'avoir à lâcher ses mains pour ce faire. Elle voulait lui détruire la tronche. Elle voulait lui péter sa putain de mâchoire, son putain de nez, sa saloperie de nuque. Elle voulait le voire crever.
Journalisée
Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Août 14, 2012, 09:01:09 »

Douleur lancinante au visage. Nez enfoncé. Sang s'échappant à flots. Esprit brouillé. Mal... Mal...

Silence mit quelques  secondes à revenir à la réalité. Il était étendu sur le sol, à quatre pattes, crachant ses entrailles sanguinolentes sur le macadam. La créature, elle, semblait le contempler avec un air meurtrier. Comme un prédateur guettant sa proie, elle paraissait n'attendre que le bon moment pour lui sauter à la gorge et le saigner comme un porc la veille de Noël.

Il se souvenait de plus en plus de ce qu'il s'était passé depuis que la jeune vampiresse l'avait repéré. Il se rappela la longue tirade de son opposante, celle où elle lui avait raconté sa vie, en gros. Il se fichait éperdument des souffrances d'une fillette, il n'avait jamais été quelqu'un de très sensible. D'ailleurs, la vie de mercenaire étant des plus rudes, il avait lui-même prit la décision de faire une croix sur ce genre d'émotions. Et voilà qu'une pauvre victime supplémentaire pensait avoir une chance de l'émoustiller ? Quelle déception elle allait avoir...

- Tu... Tu ne penses quand même pas que je vais me laisser faire en pleurant à chaudes larmes sur ton propre sort ? Ah... Et bien désolé de te décevoir...

Il s'apprêtait à attaquer à nouveau la vampiresse à moitié nue...  Ça aurait pu se passer autrement... Tout à coup, un hululement semblable à celui d'une chouette effraie retentit dans la nuit. Mais Silence savait que ce n'était pas une simple chouette. Maintenant il devait gagner du temps. Il se souvenait qu'avant de le frapper, attitude très contradictoire, elle lui avait volé un baiser. Peut-être pourrait-il user de son charme sauvage pour faire perdre tout moyen à la créature.

- Tout compte fait... Ce serait bête de ne pas profiter d'un si joli corps... (la jeune fille, interloquée, jeta un oeil sur sa tenue et sembla se rendre compte à l'instant qu'elle était dénudée.) Je te propose une échappatoire... As-tu déjà fait l'amour avec un mercenaire terran ? Qui plus es, le Capitaine des Griffes d'Ammoth ! Satisfait-moi, et je ferais en sorte que mes employeurs te pensent morte, et te laisserais partir.

Il s'approcha d'un pas.  Comme elle ne bougeait pas, il continua d'avancer et soudain, sans prévenir, il prit possession de ses lèvres, la jeune femme gémit de surprise, puis ne dit plus rien. Plus rien n'existait, mis à part ce baiser langoureux...
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox