banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 ... 16
  Imprimer  
Auteur Sujet: [FINI] La Morsure du Roi [Shad Hoshisora]  (Lu 11497 fois)
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #15 le: Février 12, 2016, 06:48:35 »

Ainsi donc cette fameuse femme était au service de la Reine Elena Ivory ? Voilà un point important qui attira toute l’attention de la Terranide et également un sacré coup de chance. Bien qu’elle craigne néanmoins le futur interrogatoire qui l’attendrait une fois  les souterrains traversés. Non pas que cela l’effrayait mais qu’elle allait devoir s’expliquer des heures durant et cette hypothèse ne l’enchantait guère. Finalement relâche par le garde qui l’avait insulté, la Lycane se déplaça pour se mettre aux côtés d’Aoife  et emprunter avec elle le passage qui les mènerait jusqu’au prochain fort. A en juger par la file de survivants du massacre effectué au sein du Manoir, il ne devait être plus qu’une petite centaine, peut-être même un peu moins. Et  leur nombre risquait encore de diminuer car toute tentative de retraite venait de leur être retiré. La Lycane grogna doucement, jurant, sachant très bien que leur excursion n’allait pas se faire sans perte.

Instinctivement, ses doigts se posèrent contre son collier arachnéen, cadeau de la véritable maîtresse de la Forêt des Toiles. Il avait réagi à la présence de sa sœur, plus dévoué au Roi Cramoisi et permis ainsi de ce fait à faire comprendre à sa porteuse qu’il n’était pas dénudé entièrement de magie. Sa main se referma plus fortement contre l’araignée stylisée tandis que son regard se poser sur chaque paroi les entourant. Ils allaient être attaqué, c’était une certitude mais rester encore à savoir où et comment. Malheureusement, aucune  réaction de la part du talisman ne se fit sentir contre la paume de la Louve qui le relâcha en poussant un soupir de désappointement. Dommage, cela aurait pu lui être utile, mais il était tout à fait normal que son pouvoir reste encore endormi, et qui ne se réveille qu’en présence du Roi Cramoisi ou de ses filles.

« Attends. »

Tendant sa main devant Aoife, elle l’invita à se stopper, ses oreilles fièrement dressées sur le sommet de son crâne, s’agitant légèrement face à une source auditive inconnu et qui s’approchait. Le visage de la Terranide fut traversé par un rictus d’horreur. Bien que la source du bruit fût encore assez loin, elle pouvait aisément entendre de nombreux bruits de pattes qui filaient droit vers eux. Les araignées approchaient et l’architecture du lieu leur donnait un avantage certains.  Outre le sol, elles pourraient se déplacer aussi bien sur les murs qu’au plafond et ainsi encercler les pauvres rescapées. Mais, parler de défaite serait donné une victoire trop hâtive à ses sombres créatures. La Louve se tourna vers Aoife :

« Elles vont arriver sur nous…je peux tenter de les maintenir à distance  avec les autres mages en utilisant ma magie pendant que les soldats les tuent de leurs épées…Je ne vois que cela comme solution au vue de l’endroit où nous sommes….Si tu en as une autre, je serais d’avis de l’entendre mais le temps presse et nous n’avons que très peu de temps devant nous »

En effet, à présent le bruit caractéristique des pattes pouvait se faire entendre par tous. Et déjà au loin, une vague noire semblait déferlait sur eux.  La troupe devait rester unie ou leur mot était assuré. Bien qu’ayant donnée une proposition hâtive, la Lycane était prête à suivre un autre commandement, se fichant éperdument qu’on puisse l’accuser d’être à la solde de cette reine des araignées qui les menaçaient tous de mort. La vague noire et grouillante se rapprochait de plus en plus et bientôt l’impact serait imminent.  Combattre les araignées seraient certes long et épuisant mais ils auraient encore une chance de victoire mais si cette Elise était également parmi elle…leur chance de survie risquait d’être profondément amoindrie.
Journalisée

Élise
Créature
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Février 15, 2016, 08:29:06 »

Pour un baptême du feu, c’était une sacrée danse. Aoife sentait qu’elle allait faire des cauchemars d’araignées pendant des mois. Brr, que c’était flippant ! Et, au-delà de ça, il y avait aussi ce qu’Élise avait dit. Sur le coup, Aoife n’avait pas fait le rapprochement, mais, maintenant que la tension redescendait, son cerveau lui rappelait ses manuels d’Histoire. Le Roi Cramoisi... L’Empereur Fou d’Ashnard, un tyran arachnéen qui avait dirigé l’Empire d’une main de fer il y a quelques siècles. Son règne avait été particulièrement sanglant et meurtrier, et avait gravement appauvri l’Empire, car le Roi Cramoisi avait mené de vastes excavations archéologiques, à la recherche de lubies, pour entretenir sa démence personnelle. Surtout, on disait qu’il avait transformé la capitale en un gigantesque bain de sang, envahi par ses araignées, ses goules et ses immondices. Une cruauté telle qu’elle avait amené les Impériaux à se révolter contre lui, à mener une guerre civile qui avait permis d’occire le Roi Cramoisi.

Élise parlait-elle d’un usurpateur ? Ou est-ce que le Roi mort, finalement, ne l’était pas ? Ou idolâtrait-elle une idole déchue ? Malheureusement, Aoife n’avait jamais approfondi le sujet de la Guerre Civile. Elle en avait entendu parler, bien sûr, car c’était à travers le règne brutal et sanglant du Roi Cramoisi qu’Ashnard avait bâti sa réputation de puissance maléfique et infernale.

*Dieu, il va falloir que je me renseigne... Si le Roi Cramoisi est toujours en vie...*

Est-ce que c’était la signature d’Ashnard ? Est-ce que cette Élise était, en réalité, un agent des Impériaux ? Aoife en venait à envisager toutes les hypothèses, tan dis que les réfugiés avaient quitté les multiples couloirs pour atteindre un couloir unique, plus grand, qui faisait penser à un ancien hall nain. Gavony, de fait, avait été bâtie près de ruines naines, inexploitables, et que les humains avaient utilisé pour faire un tunnel de secours. Des torches étaient allumées le long de plusieurs colonnes, et on pouvait voir, ici et là, les poutres et les échafaudages mis pour soutenir le toit.

Aoife continuait à marcher quand Shad les avertit que les araignées d’Élise approchaient.

« Elle nous avait accordé un sauf-conduit, ce n’est pas normal... »

Aoife vit les soldats se mettre en position, mais les araignées peinaient à approcher... Et le chevalier finit par poser sa main sur l’épaule de Shad, comme pour la retenir. Non, les araignées ne les attaquaient pas, mais... Elles tissaient. Elles étaient en train de sceller cette zone, comme pour empêcher tout retour en arrière, ou juste pour les menacer.

« Reprenons la marche ! Vite ! Les soldats derrière, les civils devant !! »

Étrangement, Aoife semblait avoir, suite à la mort de Kowalsky, gagné une sorte d’autorité naturelle sur les soldats. Le groupe traversa ainsi le grand hall nain, puis il y eut ensuite d’autres tunnels, et on finit enfin par rejoindre une ancienne mine, avec quelques rails sur le sol, et une lueur, au loin.

Ils arrivèrent finalement dans une grande forêt, en pleine campagne.

Il ne restait maintenant plus qu’à rejoindre La Redonnière, ce qu’ils firent dans un silence pesant.

Ce ne fut qu’au petit matin qu’ils virent le château, accessibles depuis un pont :

Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #17 le: Février 16, 2016, 07:20:36 »

La Louve était quelque peu tendue, attendant qu’un simple geste de la part d’Aoife pour se défendre ou lancer l’offensive face à la mer d’araignées qui venaient vers eux. Mais étrangement, bien que se rapprochant de leur groupe, les araignées n’arrivaient jamais directement sur leurs personnes, restant à une certaine distance, se contentant de  tisser inlassablement des fils de soies gluants. Outre le fait de bloquer toute possibilité de retraite,  la Terranide ne voyait pas dans quelles autres mesures ces bestioles feraient ceci. Sentant la main du chevalier contre son épaule, elle hocha simplement la tête et rabaissa ses mains, retirant la petite aura enflammée qui les enveloppées.  Mieux valait profiter de cet instant d’accalmie pour continuer à progresser. La troupe se remis en marche sous la direction d’Aoife et ce ne fut qu’à l’aube qui atteignirent enfin leur destination :  La Redonière.

Et quel branlebas de combat ! De nombreuses troupes s’afféraient à fortifier les défenses de la cité. Sur toute la longueur des remparts, la Louve nota la présence d’archers et de multitudes de projectiles, sans oublier ceux qui étaient positionnés au niveau des meurtrières. Des gardes armées d’épées, d’haches ou d’hallebardes effectuaient des rondes et d’apprêtaient à repousser le moindre attaquant. Même l’entrée de la Redonière était bien plus protégée qu’à l’accoutumée et une certaine tension se faisait sentir dans l’atmosphère de cet ultime bastion face à cette Reine des Araignées. 

Un aspect étrange attira l’œil de la Terranide au niveau des remparts et en passant près de l’un d’œil, elle tendit une main et toucha la pierre du bout des doigts. Une matière visqueuse recouvrait le mur.  En  observant les autres murs et fortifications, la louve nota que cet aspect glissant était présent sur toute la surface. Quoi de mieux que de ralentir les araignées en leur empêchant d’user facilement de leur faculté d’escalade ?  Sauf que cette substance ne pouvait être maintenue naturellement en place  et bien vite la Louve décela la présence de plusieurs mages qui maintenant cet aspect visqueux en place. D’autres marchaient également dans les rangs des soldats armés et semblait être plus prompt au combat. Chacun y trouvait sa place et avait de quoi contribuer pour la bataille qui allait suivre.

Bien qu’Aoife et ses rescapées n’aient pas encore été voir le  chef de la Redonière, la mise en place des défenses et la préparation des vivres pour tenir des mois de sièges semblait indiquer que tous savaient ce qui les attendait. Et tous mettaient la main à la pâte pour repousser l’horrible invasion qui se prolongeait à l’horizon. Mais, aussi bien bâti que soit ce fort, sera-t-il assez puissant pour résister à Elise ? La Lycane en doutait fortement et pour elle, il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait lui faire face : Elise. Maudit soit ce Roi Cramoisi à avoir nommé du même patronyme ses filles !  Les citoyens étaient pris en charge par quelques soldats qui les menèrent vers l’église où bon nombres de réfugier étaient déjà tassés.  Tous ne pouvaient pas se battre mais certains apportaient leur contribution en préparant les repas ou en fortifiant les points de défenses.

Pour l’heure, les soldats patrouillant sur les remparts ne voyaient à l’horizon pas l’ombre d’une attaque mais mieux valait rester sur ses gardes. Tout éléments qui auraient pu servir aux araignées avaient été également scellés et condamnés. La cité semblait être imprenable et pourtant, elle pouvait tout aussi bien tomber facilement.  En observant les réfugiés, la Louve ne put s’empêcher de chercher un visage familier. Et il lui restait encore à répondre aux interrogations d’Aoife….
Journalisée

Élise
Créature
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Février 17, 2016, 07:17:23 »

Élise ne frapperait pas La Redonnière par surprise. Le seigneur local était sur le pied de la guerre, et avait sonné le ban. Les réfugiés de Gavony n’étaient pas les seuls à venir, des troupes venant des bannerets et des seigneurs locaux venaient régulièrement gonfler les rangs. Les forges et les armureries tournaient à plein régime, et on découpait la forêt. La Redonnière n’était pas un fort de bataille, c’était un fortin, qu’il fallait renforcer en prévision du siège à mener. Or, la Redonnière n’avait pas connu de sièges depuis des éons, ce qui expliquait pourquoi la végétation avait poussé de manière si prolifique. En marchant à l’intérieur de la ville, Aoife vit ainsi de nombreux bûcherons, qui découpaient le bois, le mettant ensuite sur des charretiers, afin d’alimenter les fourneaux des forges ou de remplir les réserves. Une activité frémissante et énergique. Les camps d’entraînement étaient remplis, et Aoife marchait.

Le groupe arriva finalement devant l’entrée du fort, où on les fit rapidement rentrer, les pages les guidant dans une salle de banquet, où, après un certain temps, on leur expliqua qu’ils allaient être nourris et traités, puis que les plus valides pourraient prendre les armes, tandis que les individus inaptes au combat seraient envoyés dans des camps de réfugiés dans les plaines. Aoife, elle, ne comptait pas partir, mais elle avait aussi des questions.

Cette Louve n’était pas là pour le hasard, elle en était sûre, maintenant. Aoife n’avait pas entendu parler du rôle de Shad dans l’affaire Mandus. Elle avait eu vent de cette histoire, et même bien vent, car elle avait fait partie des soldats ayant défendu les bas-fonds contre les hommes-porcs. Une véritable boucherie, presque aussi glauque que ce qu’elle vivait ici, avec ces araignées mortelles et furieuses. Une armée qui était en train de se former, et de tisser sa toile sur tout un comté.

*Je me dois de faire quelque chose… Mais, avant, il faut que je comprenne.*

Que venait faire le Roi Cramoisi dans cette histoire ? Qu’avait donc voulu dire Élise en parlant à Shad ? Qu’est-ce que cette mystérieuse Louve savait donc sur cette histoire ? Alors que le groupe s’aventurait dans un couloir, Aoife finit par poser sa main sur l’épaule de la Louve, et la poussa avec elle dans une petite pièce attenante.

« Bien… Je crois qu’il est temps que nous discutions un peu, Shad, toi et moi… »

La pièce était vide, comprenant quelques meubles, et une fenêtre permettant de l’éclairer.

« Alors, dis-moi… Que sais-tu de cette Élise ? »

Car, indéniablement, elle avait l’air de savoir des choses…
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #19 le: Février 18, 2016, 03:37:05 »

Le moment de l’interrogatoire était enfin arrivé. Depuis sa venue sur le champ de bataille et les quelques phrases qu’elle avait échangé avec la méchante Elise, la Louve attirait sur elle des regards méfiants. Mais pouvait-elle les blâmer ? Certainement pas.  Sentant la main d’Aoife contre son épaule pour la mener dans une pièce à part où elle ne serait que toutes les deux, l’Okami y rentra sans broncher. Des explications..Oui elle en avait à lui en donner mais serait-ce simplement suffisant ?  Marchant vers l’unique fenêtre de la pièce, elle observa un instant l’extérieur, prenant une inspiration avant de répondre dans un souffle :

« Je ne sais rien sur cette Elise. »

Un moment de flottement passa, la Terranide suivit du regard une cargaison de bois qui allait vers la fonderie avant de se retourner et de reprendre la parole.

« L’Elise que nous avons vu et qui a provoqué ce massacre, je ne sais rien sur elle, je ne suis qu’au même point que vous tous. Mais je connais l’autre Elise, la véritable maîtresse de la Forêt des Toiles. »

Car indéniablement pour Shad, l’Elise qu’elle avait rencontré il y’a quelques mois était la vraie Reine de la Forêt des Toiles et de ses habitants. Certes sa sœur était en l’occurrence en apparence bien plus forte et elle contrôlait également les arachnides mais la ressemblance s’arrêtait là. L’une était maléfique tandis que l’autre malgré les apparences ne désirait que d’être en paix..et se venger d’un certain homme.

« Il y’a quelques temps, je me suis retrouvée dans la Forêt des Toiles. J’ai bien sûr crû que ma dernière heure était venue mais ma rencontre avec Elise ne m’a pas fait passé de vie à trépas.   Son domaine n’est pas aussi grand qu’à présent et ne  comprenait que quelques hectares de forêt qu’elle considérait comme son chez elle. Que tu me  crois ou non, il y’ a un village dans cette forêt  où les habitants sont libres de rester ou de partir et aucune ne vis dans la peur….Elise n’est pas la femme sans cœur que vous pouvez vous imaginez, j’ai même pu rentrer dans son sanctuaire au cœur de son domaine où plusieurs Terranides y étaient réfugiés. Des Terranides qui avaient connu le supplice de l’esclavage. »

Se détachant de la fenêtre, la Lycane se mis à marcher dans la pièce, laissant sa main glisser contre l’une des surfaces d’un meuble et soulevant un peu de poussière.  Posant son regard sur la pulpe de ses doigts, la Terranide les frottas par la suite entre eux pour y retirer l’excédent de poussières :

« Elise n’aurait jamais étendue son domaine et la seule attaque qu’elle aurait porté aurait été pour un seul homme : Un certain Hamleight si j’ai bonne mémoire.  Lors de mon passage, la Forêt des Toiles avait connu une attaque que j’ai aidé à repoussé….de cela je reçu ceci – dit-elle en désignant le talisman autour de son cou – pour l’heure son pouvoir est endormi mais il m’a aidé à plusieurs reprise. J’étais venue ici pour qu’Elise ou Médonée le répare..Si je peux dire cela ainsi. Et aussi pour une toute raison. »

Elle se tourna vers Aoife  et déclara :

« On m’a envoyé faire en sorte qu’Elise sorte de sa forêt pour rencontrer la Reine Elena Ivoiry, dirigeante de Nexus.  Car leur rencontre serait primordial pour l’avenir. Mais à présent, je sens que cela ne sera pas chose aisée. Je ne sais absolument pas où elle se trouve et la Redonnière connaîtra bientôt des jours de luttes acharnées….Hors, je suis sûre que la seule personne qui peut battre l’Elise d’aujourd’hui est l’autre Elise…Mais nous ne savons pas où elle se trouve. »

Avait-elle tout dit ?  Sur le coup, la Lycane n’était pas sûre mais elle avait fait au mieux.

« D’autres questions ? »
Journalisée

Élise
Créature
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Février 27, 2016, 01:42:46 »

Avec un tel talisman, cette Louve magicienne n’allait pas se faire que des amies, car elle portait le signe d’Élise, et, au-delà, le signe des Arachnistes. Aoife, néanmoins, savait qu’elle lui devait la vie, et il était donc illogique que, tout en servant Élise, Shad aille été la secourir. Pour elle, il y avait donc à lui accorder le bénéfice du doute, mais, avant d’affronter le châtelain, mieux valait que Shad bénéficie de l’aide d’un chevalier de Nexus.  La Louve lui expliqua donc qu’elle ne savait rien de cette Élise, en lui sortant une histoire... Inattendue. Une histoire selon laquelle il y aurait en réalité deux Élise, dont l’une, l’originelle, aurait été supplantée par la seconde, une sorte de double maléfique. Une histoire pour la moins troublante. Aoife resta silencieuse après ces révélations. Sceptique ? Honnêtement, on le saurait pour moins que ça !

« D’accord... Je ne sais pas trop si je dois te croire, mais... Tu as l’air honnête. Et puis, tu m’as sauvé la vie. Cependant, il est aussi possible que... Qu’Élise ait changé. De ce que je sais, elle était la seule à pouvoir contrôler ses araignées. De plus, le fait qu’elle ait mentionné le Roi Cramoisi ne me dit rien qui vaille. Sais-tu qu’on le surnommait ‘‘Seigneur des Araignées’’ ? La particularité de son clan était de se battre avec des hordes d’araignées, que ses hommes chevauchaient, sans parler de la soie d’araignée. Les armures que le clan fabriquait faisaient partie des plus résistantes et des plus souples qui soient. »

Aoife se mordilla les lèvres, se taisant en réalisant qu’elle était en train de donner un cours d’Histoire. La soie de l’araignée, en réalité, avait des propriétés incroyables, aussi bien en terme de rigidité, que d’élasticité. De manière plus générale, au-delà de son aspect repoussant, l’araignée était une créature fascinante à bien des égards.

« Enfin bref... Je ne connais pas beaucoup d’individus capables de contrôler intuitivement autant d’araignées.  Quant à ce Hamleigh... On m’en a parlé. Un individu redoutable, d’une cruauté incroyable. »

Elle en avait entendu parler, oui, et elle pensait même que, tôt ou tard, l’homme serait jugé parmi ses pairs. Il avait, pour l’heure, réussi à échapper à un procès en neutralisant tous les serfs voulant porter plainte. Les nobles n’étaient pas intouchables, et, sur ce point, le droit nexusien avait influencé bien des royaumes. La philosophie de Nexus était de considérer qu’un grand pouvoir impliquait davantage de responsabilités, et que, en conséquence, un noble, en ce qu’il avait de hautes fonctions, se devait d’être jugé en conséquence. Les procès étaient cependant rares, car, même si la théorie le permettait, en pratique, les nobles commettant des abus de pouvoirs savaient se protéger. Il était bon de signaler que, sur ce point, Nexus avait fait de gros progrès, généralement sous influence religieuse. Quand un serf voulait se plaindre des abus de son seigneur, il n’en référait pas au bailli ou au prévôt, car ils dépendaient du pouvoir temporel, mais ils allaient auprès de l’église, afin de soulever les autorités religieuses. C’était par ce biais que, peu à peu, la Cour royale nexusienne avait jugé les nobles, en s’appuyant initialement sur les dispositions du droit canonique, avant qu’une ordonnance royale ne vienne développer toute une législation sur ces aspects.

Aoife avait appris cela lors de sa formation, et elle savait que ce rayonnement avait impacté la plupart des royaumes alentour, généralement car il s’agissait d’un moyen d’empêcher les jacqueries et autres révoltes populaires. Mais, là encore, il fallait dissocier théorie et faits. Si, en théorie, il était possible de condamner Hamleigh, dans les faits, l’homme se protégeait. Et, maintenant, il était de toute façon très probablement mort.

« Quant à rencontrer la Reine de Nexus... Je dirais que nous verrons ça plus tard. Je vais partir du principe que tu dis la vérité. Il nous faut donc savoir ce qu’il est advenu de la première Élise. Mais, si j’étais toi, j’éviterais de montrer ton médaillon. Il n’y a pas que les araignées... Depuis quelques mois, une sorte de secte sévit dans tout le pays. Les Arachnistes. Ils ont un médaillon similaire au tien, et capturent des gens pour réaliser des sacrifices rituels. Les prisonniers sont massacrés avec du venin d’araignée. »

Le chevalier secoua ensuite la tête, avant de se la gratter.

« Le mieux est que nous restions ensemble, en fait... Mais, dis-moi... Même en supposant que tu trouves Élise, qu’est-ce qui te fait dire que tu rencontreras si facilement Sa Majesté la Reine ? »

Sur ce point, Aoife ne pouvait pas savoir que Shad et la Reine se connaissaient personnellement...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #21 le: Février 29, 2016, 12:01:07 »

L’Elise qui les aurait attaqués pourrait être celle que Shad avait rencontrée par le passé ? La Lycane en doutait fortement. Bien que, il était vrai, Elise aurait pu changer de bords et lancer toutes ses attaques meurtrières pour étendre son domaine au nom du Roi Cramoisi, il n’en restait qu’elle n’aurait pu changer aussi radicalement d’apparence. Or, la Reine des Araignées que la Louve  avait pu voir précédemment était très différente de celle qu’elle connaissait.  Et plus que tout c’était son instinct qui lui dictait le fait qu’il y’avait bel et bien deux Elises distinctes. Mais sans véritables preuves, cela était difficile à démontrer. Cependant Aoife lui accorda le bénéfice du doute. Quant au surnom du Roi Cramosi…la Terranide était bien placée pour le confirmer. Son domaine aux Enfers était grouillant d’araignées et la thématique principale reposait sur ces bestioles. Certains prenaient des dragons, le Roi Cramoisi avait choisi les araignées.

Le nom d’Hamleight était connu, mais quant à savoir s’il était encore en vie ou non, cela même le chevalier ne semblait pouvoir y donner une réponse claire et concise. Mais,  Elise n’avait pas menti, cet être était cruel, un être si abjecte que cela en fit sa réputation. Saisissant par la suite son médaillon, la Louve observa quelques instants l’araignée qui y était présente. Ainsi donc une secte avait été créé récemment et ce qu’elle portait autour du cou pouvait faire penser qu’elle en faisait partie ? Et à entendre les critiques dessus, mieux valait en effet ne pas laisser ce cadeau à la vue de tous.

« Cette secte doit être en effet récente, peut-être a-t-elle fait son apparition avec l’arrivée de cette Elise…Je vais suivre vos conseils et le cacher à la vue de tous. »


Chose dite, chose faite !  La Terranide retira le médaillon de son cou et le rangea dans une petite bourse en satin accrochée à sa ceinture. En temps normal, elle n’appréciait pas trop le retirer car il lui avait déjà apporté une certaine protection mais pour l’heure son pouvoir était envolé et risquait de s’attirer les foutres de toute la populace serait une très mauvaise idée, surtout à présent.  Aoife lui posa par la suite une question concernant la Reine du Nexus et de leur possible rencontre. Il était vrai que la Lycane avait déclaré devoir trouver Elise pour la convaincre de la rencontrer mais avoir une audience avec une Reine n’était pas un fait aisé. Et il était tout à fait normal et logique qu’Aoife soit septique à ce sujet.  Elle déclara tout simplement :

« Je fus en relation avec la Reine Elena Ivory  pour l’histoire de l’abattoir Mandus qui a sévit dans les bas-fonds de Nexus. Je peux même dire que j’étais aux premières loges et rien qu’à repenser à toutes ces horreurs…En tant que chevalier de Nexus peut-être aviez vous combattu des hommes-porcs si vous étiez sur place à cet instant. »

Elle se mis à faire quelques pas dans la pièce, posant un bref instant son regard sur une bague à son doigt. L’anneau était discret et abordé une petite pierre rouge, un rubis mais n’était pas véritablement claque à l’œil.   L’Enfer, c’était là où elle avait reçu ce présent et sur le coup, la Lycane regrettait de n’avoir que ses paroles pour prouver qu’elle connaissait personnellement la Reine de Nexus.

« Au pire, je pourrais essayer d’avoir une audience avec la magie personnelle de la Reine,  Adamantte »


Ce n’était pas comme si elles avaient combattu Shub-Niggurath ensemble ! Mais cela, Aoife ne pouvait le savoir.

« Bien, donc, je resterais à vos côtés, mais j’ai également une question. Peut-être aviez vous fait des prisonniers de cette nouvelle secte ? Je ne pense pas qu’elle en fasse partie mais avez-vous mis aux fers une femme du nom de Médonée ? »

En rentrant en contact avec elle, Aoife et Shad seraient plus en mesure de déterminer ce qui était arrivée à la véritable Elise.
Journalisée

Élise
Créature
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Février 29, 2016, 01:45:05 »

Aoife fut surprise d’apprendre que Shad, cette petite Louve, avait participé aux horreurs de ces dernières semaines à Nexus. L’abattoir Mandus… Une tragédie nationale dont on avait parlé jusqu’à Tekhos. Aoife avait vu les vidéos des journalistes tekhans, décrivant « une cité en état de siège ». La Couronne avait dû décréter l’état d’urgence après les émeutes qui avaient agité les bas-fonds, et, pendant des jours et des jours, on avait déblayé, soigné les blessés, pacifié les quartiers atteints, tout en en profitant pour s’en prendre à certaines plaques tournantes des réseaux illégaux qui sévissaient dans la ville.

« Oui… Oui, j’y ai été. Ça a été… Affreux. J’ai pris part à certains combats. »

Aoife avait vu les hommes-porcs en action. Elle avait tenu une barricade, et de multiples arbalétriers leur avaient tiré dessus, mais ces monstres étaient tenaces et résistants. Malgré le sang s’écoulant de leurs multiples plaies, ils avaient chargé. Elle avait vu plusieurs soldats mourir, et elle-même avait été balancée dans une maison. Elle avait tué son adversaire à l’aide de la magie et de son épée, l’égorgeant, se retrouvant remplie par le sang de la bête, lui obscurcissant les yeux, inondant sa bouche… Des souvenirs particulièrement désagréables, en réalité. Elle en eut même un léger frisson, avant de se concentrer sur la Louve qui l’accompagnait.

Elle avait bien des questions à poser sur Mandus, car il y avait quantité de zones d’ombre. De ce qu’elle savait, et de ce que la version officielle disait, Oswald Mandus était un homme d’affaires nexusien, qui avait sombré dans la folie après avoir mené une excursion à Zerrikania, le négociant, d’origine tekhane, étant aussi un explorateur. À Zerrikania, il avait rencontré les Grands Anciens, et avait voulu faire, à Nexus, un rituel maléfique. Il avait posé les jalons en massacrant ses propres enfants, puis en utilisant ensuite son abattoir comme une sorte de couverture légale pour regrouper et attirer quantité d’individus afin de les tuer. Les détails plus poussés, comme la Machine de Mandus, n’avaient évidemment pas filtré, ainsi que les multiples complices d’Oswald. Aoife choisit toutefois de se concentrer sur l’essentiel. Elle avait en la Reine la plus sincère des confiances, et elle savait qu’Elena ne trahirait pas son peuple. De plus, Aoife n’était pas une adepte du complot, et savait que, parfois, il fallait cacher certaines informations au public. Toute vérité n’était pas bonne à être versée dans le débat public, car un débat public entraînait nécessairement une simplification des idées, et luttait contre toute atténuation.

*Bah, j’aurais sûrement l’occasion d’en savoir plus après…*

Pour l’heure, Shad désirait savoir si une certaine Médonée n’avait pas été trouvée parmi les réfugiés.

« Ça, je n’en sais rien. Il y a énormément de réfugiés qui ont fui la région. Si Gavony constituait une sorte de zone centrale pour les réfugiés, beaucoup se sont dispersés dans des camps, et chacun tient son propre registre. »

Autrement dit, il allait être compliqué de se renseigner.

« En quoi cette Médonée est-elle si importante, Shad ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #23 le: Février 29, 2016, 02:42:41 »

Lorsqu’on avait participé aux horreurs tournant autour de l’abattoir Mandus, il était très difficile de les oublier. Et ce que l’on soit au  niveau des lignes de défenses pour protéger la population comme l’eut été Aoife ou au cœur de la Machine comme ce fut le cas pour Shad. Toute deux avaient vu des atrocités qui pouvaient aisément démontrer toute la perversité de ce monde. La Louve ne savait pas réellement quels éléments de cette histoire morbide le chevalier connaissait et elle préférait ne pas lancer le sujet au risque de dévoiler des informations qui restaient pour l’heure secrète. Très peu de personnes avaient véritablement pénétrés dans le cœur même de la Machine crée par Oswald Mandus et les horreurs qui s’y trouvaient avaient de quoi déconcertés le plus aguerri des guerriers.

De nombreux prisonniers, tous majoritairement Esper, attachés dans des cellules miteuses, des aiguilles venant percer leur épiderme de part en part pour récupérer le sang qui coulait par litres au sein de gros tuyaux labyrinthique. Du sang à ne plus finir, grouillant dans les canalisations, se déversant en forme de cascade, tapissant le sol sur plusieurs mètres et ces créatures….ces hommes porcs qui y sévissaient.  Une horreur sans pareille mais à présent, de l’Abattoir Mandus, il ne restait plus qu’un énorme cratère et le Grand Anciens qui avait failli être invoquée fut repoussé dans sa dimension. Et pourtant il restait beaucoup de zones d’ombres qui seront peut-être un jour dévoilé. Tout comme la disparition de l’agent de la Reine…

L’histoire de l’Abattoir Mandus n’avait pas encore fini de faire parler de lui. La Terranide sembla contrarier en entendant la réponse d’Aoife concernant ou non la présence d’une certaine Médonée dans les camps de réfugiés. D’un côté, elle doutait que cette femme laisse à leurs propres dépends les habitants du village des Toiles mais s’ils avaient été séparés de forces….Il ne fallait négliger aucune possibilité. 

« Ha ça…Disons que si ma mémoire est bonne cette femme était très proche d’Elise, une sorte de...prêtresse et j’ai tendance à croire que si nous la  trouvions, nous arriverions à découvrir ce qui s’est passé dans la Forêt des Toiles. »

Mais ce n’était là qu’une simple hypothèse.  La Louve soupira un grand coup, bougeant légèrement la tête en signe de négation et d’acception quelque peu…obligatoire.

« Mais nous n’avons pas le temps de vérifier chaque camps des réfugiés, le temps nous est compté avant la première attaque… »

Les troupes d’Elise avançaient vers la Redonnière, mare noire et grouillante visible à perte de vue. L’assaut n’allait pas tarder à être lancé et les deux femmes ne pouvaient se  permettre de faire le tour des rescapés sur une simple supposition.
Journalisée

Élise
Créature
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Mars 03, 2016, 02:37:08 »

Les cloches ne tardèrent pas à sonner, les gardes hurlant aux habitants d’aller à l’abri. Ces derniers quittèrent les faubourgs et les parties extérieures du fort pour rejoindre l’intérieur, et on ferma les portes, relevant le pont-levis. Contrairement à Gavony, la Redonnière était un fort, avec une garnison conséquente, des armes défensives, des magiciens, des balistes montées sur tour, ainsi que des mangonneaux. Le fort était bâti tout en hauteur, avec une série de murailles surélevées les unes par rapport aux autres, permettant ainsi aux défenseurs des lignes secondaires de pouvoir soutenir les soldats sur les lignes les plus avancées. On était loin du superfort nexusien, mais La Redonnière restait un fort conséquent, tout à fait à même de repousser des attaques. Il bénéficiait de plus d’une bonne position, puisqu’il se situait en hauteur, longeant un précipice. Les araignées déferlèrent donc depuis le flanc, une zone où les arbres avaient été abattus, dégageant ainsi tout un périmètre.

« Attendez ! Attendez !
 -  Laissez-les se rapprocher ! »

Aoife grimpa rapidement des marches à l’intérieur d’une tour, accompagnée de Shad, jusqu’à arriver au sommet d’une grande tour de guet. Elle ouvrit la trappe en bois, et fit irruption au milieu de deux archers et d’un magicien.

« Qu’est-ce que vous faites ici ?
 -  Je suis le Chevalier Aoife, de Nexus ! Croyez-moi, je peux vous aider. »

Les archers, méfiants, se regardèrent brièvement entre eux, et, comme pour dissiper tout doute,  Aoife leur présenta, en l’extirpant de sous son plastron, un médaillon, forgée par Nexus, et qu’on confiait à tous les chevaliers. Elle ne saurait dire si c’est cette babiole qui sut les convaincre, ou les multiples cliquètements et mandibules qu’on entendait en provenance de la forêt. Les arbres craquaient, remuant doucement, et les archers se mirent en position. Aoife, d’un regard, vit également qu’on avait utilisé les rondins de bois pour les attacher le long du mur, probablement afin de les relâcher sur les araignées. Un piège défensif extrêmement efficace, sans parler des multiples fosses piégées dressées ici et là.

Aoife pouvait voir l’extrémité de la forêt, mais il n’y avait aucun signe de l’araignée géante… Elle se mordilla alors les lèvres, et se retourna vers Shad.

« Élise vient tester leurs défenses… »

Retrouver Médonée était pour l’heure secondaire. En l’état, il fallait surtout que La Redonnière survive à l’assaut.

Puis, alors que le temps semblait se suspendre, les premières araignées émergèrent, masses noires sinistres, poilues, et avec toute une série de pattes. Elles s’échappèrent depuis la forêt, et les archers et arbalétriers retinrent leurs souffles. Il y en avait énormément, formant des nuées noirâtres, mais Aoife revenait du front. Ce nombre n’était rien par rapport à toute l’armée dont Élise disposait. Elle pouvait sentir les doigts des gardes trembler le long des cordes qu’ils maintenaient… Et les trompettes retentirent.

Une volée de flèches fusa dans tous les sens, transperçant les araignées, le premier tir en fauchant des dizaines et des dizaines. Aoife se retourna à nouveau vers Shad.

« Allons aux remparts ! Nous serons plus efficaces là-bas ! »

Les araignées étaient trop nombreuses, elles allaient sûrement atteindre les murs.

En attendant, les flèches continuaient de s’abattre sur ces engeances infernales.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #25 le: Mars 03, 2016, 02:56:18 »

Le tocsin résonna dans la Redonnière. Le premier assaut n’allait pas  tarder à être lané par Elise et tout le monde était sur le branlebas de combat, seul les civils étaient invités à se mettre à l’abri. Ce fut une véritable débandade, chacun allant se rendre le plus rapidement à son poste, les forges tournant rapidement pour fournir armes et armures. Les mages se mettaient en position et relançaient leur sors de glissement de terrain au niveau des murs, rendant leur escalade abruptes pour les araignées qui  arriveraient à les atteindre. La Louve suivit au pas de course Aoife, l’assaut en premier, Médonée  en seconde.

Les deux femmes arrivèrent au sommet d’une tour et pendant qu’Aoife se présetait, la Lycane observa les alentours, retentant son souffle. Des bruits de mandibules,  de pattes et d’agitations multiples provenaient de la forêt. Une horreur à entendre et qui pouvait  faire glacer le sang. Pourtant, Elise n’avait pas mis toute ses forces, la preuve en était la non présence de l’araignée géante qui pourrait à elle toute seule provoqué d’innombrables dégâts et de victimes.

« Elle ne teste pas que les défenses…Elle les affaiblit et réduit leurs armements… »

Leur adversaire avait une armée innombrable, tandis qu’à la Redonnière, ils avaient besoin de ressources. Les flèches tirées ne réapparaissaient pas par magie et la mana qu’utilisait les mages pour tenir leur sortilège sur les remparts ou lancer des sors offensives ne se régénéraient pas indéfiniment.  Ainsi, même s’ils arrivaient à repousser le premier assaut, un autre serait lancé, puis un autre jusqu’à ce que leurs ressources ne soient plus qu’un lointain souvenir. C’était là l’inconvénient des sièges, à moins que la Redonnière pouvait escompter une aide extérieure mais au  vue de la situation actuelle, c’était peine perdue.

« « Allons aux remparts ! Nous serons plus efficaces là-bas ! »

Hochant simplement la tête en signe d’affirmation, la Lycane suivit le chevalier jusqu’aux remparts ou une nouvelle volée de flèches étaient tirés dans les airs et s’abattaient sur la masse grouillante des araignées qui arrivait droit vers eux. Des dizaines d’araignées furent touchés mais leur perte sembla si minime comparée à la marée noire qui arrivait vers le fort.

« Lâchez les rondins ! »

A divers emplacements des remparts, d’imposants rondins de bois furent enflammés et lâchés, écrasant sur leurs passages plusieurs de ces bêtes immondes. Tenir les défenses….Cela n’allait être guère être une tâche facile.  L’avantage de leur position actuelle était le fait que les deux femmes avaient une vue parfaite sur les alentours pouvant ainsi voir à plusieurs lieux à la ronde. Pour le moment, toujours aucune ne trace de l’araignée géante ou bien d’Elise, juste cette première vague, interminable. Certaines araignées arrivèrent  au niveau des murs mais l’aspect glissant de ces derniers leur empêchait d’y avoir un réel appui. Le sort des mages fonctionnaient mais pour combien de temps ? Refusant de rester les bras croisés, la Louve se tourna  vers Aoife :

« Je pourrais prendre part au combat et brûler ces bêtes mais   je ne pense pas que cela soit suffisant.  Bien que  protégés par ces remparts nous sommes dans une situation précaire, car nos ressources ne sont pas illimités.  J’ai cru voir une zone où il y’avait moins de ces bêtes qui affluaient. Peut-être qu’en envoyant un contingent pour attaquer directement chez l’ennemi ? Mais..ce serait une mission suicide. »

Et personne n’oserait quitter les lieux sans être sûr du résultat. Finalement contrainte de prendre part au combat, la Louve créa une boule de feu et  la lança sur les araignées, en brûlant une dizaine tandis que celles qui étaient au point d’impact virent leurs membres dispersés aux quatre vents.  Une autre boule fut créée et la même action fut réitérée. Comment pouvait-elle simplement rester stoïque face à tout cela ?  Mais pour l’heure, la Louve devait également suivre les directives d’Aoife et si cette dernière jugeait bon de tenir position, ce serait chose faite.

« Fais chier. »


Grogna t’elle entre ses crocs. Et ce n’était encore rien comparé à ce qui pouvait leur arriver !
Journalisée

Élise
Créature
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Mars 03, 2016, 09:51:42 »

Les défenses de La Redonnière étaient éprouvées, mais les soldats tenaient bon. Aoife savait que l’adrénaline que le combat procurait pouvait réveiller en vous des capacités de résilience et une ardeur au combat incroyables. Ils n’abandonneraient pas si facilement, et ne laisseraient pas si facilement leur fort sombrer entre les mains crochues d’Élise. Aoife arriva à hauteur du mur principal, et vit que quantité de soldats couraient le long des murs, rejoignant les soldats, balançant des nuées de flèches, massacrant les araignées. Shad avança alors l’hypothèse que cette attaque soit juste le début d’une guerre d’usure, ce qui était fort peu probable. Par un mystérieux procédé, Élise avait réussi à se doter d’une armée impressionnante d’araignées géantes, et arrivait manifestement à en obtenir de nouvelles à un rythme très élevé. Une guerre d’usure pourrait donc marcher, mais, pour autant, Aoife avait des doutes.

Faire un siège durable de La Redonnière, c’était aussi prendre le risque de voir l’armée royale arriver et soutenir le fort. Aoife ignorait donc ce qu’Élise souhaitait, mais elle savait que le fort devait tenir. Les araignées commençaient à atteindre les murs, mais les mages avaient prévu cette attaque, en faisant un sort qui rendait les parois glissantes. Pour adhérer à un mur, et faire ainsi fi de la gravité, une araignée avait, avec elle, une arme secrète. Si on grossissait fortement la vue autour de l’une de ces pattes, on remarquerait que cette dernière se composait de microscopiques poils. À l’extrémité des pattes, chaque araignée avait ainsi, par pattes, des centaines de milliers de ces poils, qui agissaient comme autant de ventouses, permettant ainsi à ‘laraignée d’adhérer à pratiquement n’importe quelle surface. La surface appliquée par les mages était une substance alchimique qui avait été répandue, et qui permettait d’inonder ces microscopiques poils, faisant ainsi perdre aux araignées leurs ventouses.

Cependant, ces dernières pouvaient toujours lancer leurs filaments, et Aoife vit un archer être happé dans un hurlement. Un soldat réussit à se protéger avec son bouclier, et manqua basculer dans le vide quand l’araignée tracta son bouclier. Fort heureusement, Aoife se saisit de lui à lui l’épaule, l’empêchant de basculer dans cet enfer de mandibules.

« Allez-y, allez-y !
 -  Tuez ces saloperies, ne leur laissez pas le temps de se reformer ! »

Les flèches pleuvaient sur eux, et plusieurs araignées bondirent alors en hauteur, se retrouvant sur les cours entourant les murs. Cependant, elles furent rapidement accueillies par les piques des hallebardiers, ou les spadassins. La bataille s’enlisa ainsi devant les murs, les araignées essayant d’utiliser les tas de cadavres comme autant de monts pour monter, ce qui fit que, progressivement, elles se firent toutes massacrer, car les mages n’avaient plus qu’à enflammer les carcasses.

« Lancez le brai, finissons-en ! »

Le coup de grâce fut porté par l’une des plus terribles armes défensives qui soit : le feu venant de pots de brai*. Depuis les tours, des trappes s’ouvrirent, et un liquide poisseux tomba en contrebas, fondant sur les araignées, puis on enflamma les flèches, et on tira.

« Abrite-toi ! » hurla Aoife à Shad.

Dès que le brai heurta les corps velus des araignées, un immense incendie se forma, et il y eut comme une explosion de feu, les flammes se mettant à dominer les remparts, tandis que les araignées poussèrent des couinements d’agonie en se contorsionnant, le feu se répandant comme une traînée de poudre dans leurs rangs. Passées les premières flammes, les soldats virent l’armée ennemie se réduire à vue d’œil, les survivantes tentant de fuir.

Et, comme si les défenseurs réalisaient qu’ils venaient de repousser l’attaque d’Élise, un frémissement traversa les soldats...

Puis tous se mirent à rire, comme pour se soulager, afin de siffler et d’acclamer, se félicitant pour cette victoire aux pertes modérées.

La guerre n’était pas remportée, loin de là, mais une bataille venait d’être gagnée, et c’était bien là le plus important.



* : Tyrion confirme.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #27 le: Mars 06, 2016, 04:25:01 »

Bond issant rapidement en arrière pour se mettre à l’abri, la Louve vit s’élever au-dessus des remparts, la seconde suivante, d’imposantes flammes. Mais plus que la vue de ces flammes imposantes, le cri d’agonie des araignées et l’odeur de chaires brûlées qui émanait des murs ne laissaient aucun doute. La Redonnière avait l’avantage, aussi surprenant que cela puisse paraître, ils avaient réussi à repousser ce premier assaut. Les quelques araignées survivantes tentaient de s’enfuir vers la forêt, certaines arrivant à destination, d’autres recevant une flèche qui les tuaient sur le coup.  Un mont de cadavres à huit pattes gisait au pied des murs, masses de cadavres entassés et brûlés qui devront être dégagés pour ne pas faciliter la progression lors d’une nouvelle vague d’attaque.

Les mages y mettaient le feu, brûlant les corps de ces horribles bêtes, créant ainsi un gargantuesque feu de joie d’où n’en sortirait que des cendres. Les flammes s’élevaient tout autour des remparts, signe de victoire de la part du fort imprenable et menace muette mais lourde de sens à l’encontre d’Elise. Les cloches résonnaient également au sein de la Redonnière, clamant la victoire des valeureux qui avaient su repousser la Reine des Araignées. Les soldats riaient de bon cœur entre eux, comme s’ils cherchaient à se détendre après ce qu’ils avaient traversés. Une euphorie générale s’empara de l’assemblée. Il était bon de célébrer une victoire. Pourtant quelque chose n’allait pas aux yeux de l’Okami. Retirant un peu de cendre de son armure, elle s’approcha d’Aoife :

« C’était trop…simple…. »

Beaucoup trop. Le chevalier n’avait-il pas mentionné qu’Elise devait les tester ? Et quoi de mieux que de laisser entrevoir une possibilité de victoire sur une guerre en perdant une bataille ? Les araignées avaient été trop facilement massacrées et mise en déroute. Bien sûr, la Lycane ne pouvait nier l’important moyen de défense qui régnait ici, mais pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de penser que tout cela n’avait été qu’une simple formalité pour leur adversaire, un moyen de connaître leurs ressources et leurs moyens de défenses. Shad ne fit part que de ses  impressions à Aoife, ne voulant pas mettre à mal l’ambiance actuelle. Mieux valait d’un côté que les habitants de la Redonnière ait une lueur d’espoir qui les gorgera de courage lors de leur futur bataille. D’un côté, peut-être se trompait-elle et la Redonnière tiendrait face à cette armée arachnéenne.  Et cela, la Louve l’espérait.

« Hum ? »

Ses oreilles s’agitèrent d’un coup, se tournant dans la direction où se trouvait la forêt des toiles. Un bruit de mandibules claquant entre elles, et de bruits de pattes la firent frémir.  S’approchant du rempart,  Shad observa l’horizon, son regard s’agrandissant sous la stupeur et la surprise de la vision qui se dressait droit devant elle.   Le nombre d’araignées qui faisait face à la Redonnière n’était en rien comparable aux premiers assauts et ces dernières ne laissèrent pas de répit aux défenseurs, fonçant vers les remparts.   Et au milieu, avançait une araignée bien plus imposante d’où naquirent sur son dos des dizaines et des dizaines d’autres araignées qui rejoignaient leurs consoeurs pour la bataille.

Tous se remirent en position et les flèches se remirent à voler vers cette armée  à huit pattes. Le plaisir de la victoire n’avait duré qu’une dizaine de minutes tout au plus.
Journalisée

Élise
Créature
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Mars 09, 2016, 11:27:48 »

La joie fut, hélas, de courte durée, et les soldats cessèrent de se congratuler en entendant les armes ployer à nouveau, puis en voyant une énorme masse sombre qui se découpait. En déglutissant, Aoife reconnut l’araignée géante qui avait mis un terme au siège de Gavony. L’immense bête se rapprochait, ses pattes écrasant les arbres, tandis qu’une nouvelle horde d’araignées jaillit de la forêt.

« En position !
 -  Ne relâchez pas votre attention, tuez ces saloperies ! »

Les flèches plurent à nouveau, tandis que des sifflets sonnèrent. La Redonnière, toutefois, n’était pas Gavony, et, comme les fosses empoissées et les rondins de bois l’avaient prouvé, elle avait des moyens de défense. Contre l’immense araignée, les simples flèches et carreaux d’arbalètes étaient bien insuffisants, et, depuis les hautes tours du fort, on actionna les balistes et les mangonneaux. De même, les trébuchets déployés sur la haute cour s’actionnèrent également, et des volets de pierre fondirent. Les mangonneaux, eux, étaient des sortes de catapultes montées sur tour, et permettant de balancer une pluie de rochers. Le sbalistes, elles, permettaient de lancer d’énormes flèches. Les ingénieurs s’affairaient à ces machines, et Aoife vit une pluie de cailloux s’envoler au-dessus de leur tête, pulvérisant les araignées, mais ciblant surtout l’énorme bête. Plusieurs cailloux heurtèrent son dos, abritant son nid, éclatant plusieurs œufs.

Plusieurs mages se concentraient dans les hauteurs, formant un cercle, murmurant et psalmodiant entre eux. Aoife comprit vite que La Redonnière n’avait pas déployé toutes ses cartes. L’araignée géante se rapprochait, et un filament épais de toile jaillit de son épaisse gueule. Les soldats hurlèrent en s’abritant, et Aoife bondit sur le côté, évitant elle aussi le filament, mais vit trois gardes se retrouver englués dedans, puis partir en arrière quand l’araignée rétracta son filament, dans des hurlements de panique.

« Concentrez le tir sur les araignées ! » hurla Aoife.

Des araignées sauteuses bondirent alors, et l’une frappa Aoife en débarquant, la renversant. Aoife tomba en arrière, et s’écrasa dans une écurie, traversant le toit fait de paille, puis défonçant une poutre, pour s’étaler dans un enclos, avec l’araignée au-dessus d’elle, qui mordit son armure. Ses crocs percèrent pour atteindre la peau, la faisant hurler, et l’armure la sauva d’une blessure profonde. L’araignée posa l’une de ses pattes sur l’épaule d’Aoife, et cette dernière utilisa son autre main pour saisir, à sa ceinture, un couteau, et le releva, le plantant dans le cou de l’araignée une fois, puis une deuxième fois, et ainsi de suite, l’enfonçant furieusement, le sang de l’araignée vomissant de la plaie pour s’étaler sur le sol.

Dans un couinement, l’odieuse et horrible bête s’écroula sur le sol, des spasmes musculaires secouant ses pattes.

Aoife, de son côté, soupira lentement, et se retourna, puis se releva… Avant de constater qu’elle ne sentait plus du tout son bras droit, celui qu’elle avait utilisé pour tuer l’araignée. Elle gémit, et sentit sa vision devenir trouble.

*Oh non..*

Ses jambes se dérobèrent sous son poids, et elle s’affala au milieu de l’écurie, faisant hennir les chevaux. L’araignée avait mordu, et donc empoisonné, la brave Aoife. Cette dernière gémit donc, et porta sa main à sa ceinture, décapsulant un élixir, et entreprit de vite le boire, en espérant que ce dernier lutterait contre le venin.

Au-dessus d’elle, la bataille continuait à faire rage.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4284



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #29 le: Mars 11, 2016, 06:56:09 »

« Aoife !!! »

La Louve eut tout juste le temps de voir le chevalier se faire renverser par une araignée sauteuse qu’elle fut elle-même attaquée à son tour, l’ignoble bête la faisant choir violemment sur le sol.  Se contorsionnant le plus possible pour éviter de justesse les coups des crocs imbibés de poison, la lycane finit par saisir les crocs de la bête entre ses mains, tentant de la repousser. Le tout s’était passé incroyablement vite et la seule réaction qu’elle eut fut de faire cette action insensée. Mais l’araignée avait l’avantage,  ses pattes posées à la fois contre les épaules de la Terranide pour la maintenir à terre et sur le sol lui-même lui offrait un avantage physique. D’autant plus que la Louve n’était que sur le dos et sa posture ne lui permettait pas  d’user une quelconque armes. Peu à peu, les crocs de l’araignée descendaient, s’approchant de l’épiderme de la Terranide.

« Pu….. »


L’Okami forçait pour repousser la bête quand un carreau d’arbalète fila en pleins dans la tête de l’odieuse bête. La blessée se releva tendant ses pattes avant en l’air en poussant un couinement avant qu’un autre carreau ne fut lancé, proche du précédent. Entretemps, la Louve ne perdit pas de temps et roula sur le côté avant de se relever. Par chance elle avait tenu les crocs sur les côtés et non au niveau des pointes, évitant ainsi de se faire empoisonnée bêtement. Un troisième carreau fila pour achever la bête qui se retourna sur le dos et crispa ses pattes contre son abdomen.

« Fait gaffe la proc…
« Attention !! »

Sautant, la Terranide percuta l’arbalétrier qui l’avait sauvé d’un bien sombre trépas, le faisant tomber quelques mètres plus loin sur le sol. Au même moment, à l’endroit précédent où ils étaient, un épais filament de toile traversa les airs, attrapant trois gardes qui furent par la suite tirés hors de la muraille, droit vers la gueule de l’araignée géante.  Pour eux, c’était déjà trop tard et  d’autres, malheureusement, suivront. Se relevant finalement, la Lycane se mit à chercher du regard Aoife, jurant. Ce ne fut que le cri d’agoni d’une araignée provenant de l’écurie non loin qui l’aida à la situer. Ne perdant pas une seconde de plus, la Louve s’élança,  évitant les rets de soie et les araignées aussi bien qu’elle le pouvait.

Elle atteignit finalement l’écurie où elle découvrit la femme à même le sol et dans un piteux état. Allant à sa rencontre, elle nota la  marque des crocs de l’araignée gisante à leur côté, cherchant immédiatement la fiole de soin accrochée à la ceinture du chevalier. Vide. Le sérum avait donc été déjà utilisé.  Observant tout autour d’elle, la Louve émit un léger grognement :

« Faut pas rester ici. … Accroches-toi. »

Soulevant Aoife, la Terranide la mit, préférant la porter et s’éloigner de ce lieu avant qu’une autre horreur n’arrive. Prévoyante,  Shad invoqua quelques sphères de flammes qu’elle fit tournoyer autour d’elle qui lui serviront de moyen de défense.   L’une de ses mains retenait Aoife tandis que l’autre avait saisi l’une de ses épées. Prudemment, la Louve sortie de l’écurie, se dirigeant vers un lieu où il lui avait semblé voir des soigneurs et des guérisseurs. Un peu plus de soin contre le poison  de ces araignées n’était pas anodin.   Masi encore fallait-il les atteindre. Dans les rues, le nombre d’araignées qui avaient réussi à passer ne faisait que croître de minutes en minutes.
Journalisée


Tags:
Pages: 1 [2] 3 4 ... 16
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox