banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: La gueule du loup (Stephen Connor)  (Lu 1365 fois)
Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« le: Janvier 22, 2016, 02:54:18 »



https://youtu.be/CcsUYu0PVxY


Comment décrire la situation ?
Seule, assise sur un rocher prêt d'une rivière calme, Ïrika trempait un orteil dans l'eau, effectuant des petits mouvements circulaires, plongée dans ses pensées. Sa vie auparavant si tranquille avait prit en peu de temps une tournure effroyable. Des barbares avaient envahis son clan, mettant son village natale à feu et à sang. On avait tué son père et réduit sa famille et son peuple en esclavage. On avait salit le nom des Ó Briain à jamais, une chose qu'elle n'avait toujours pas accepté. En son cœur, le souhait de retrouver son honneur d'antan l'obsédait, mais elle n'était rien face à tout cela. Comment pouvait-elle prétendre changer les faits à elle seule ? Padraigh, ce fourbe et répugnant personnage, avait eu la folie des grandeurs et avait eu l'idée absurde de prendre la mer vers l'inconnu dans l'espoir de trouver une terre nouvelle à envahir. Et voilà qu'ils s'étaient échoué ici, sur ces terres étrange qui n'avaient rien à voir avec l'Irlande. Il y faisait trop chaud pour prétendre avoir atteint une île du nord. S'étaient-ils trompés de direction ? Comment avaient-ils pu dériver si loin ? Et Caelan, son frère, qui était toujours introuvable !
La jeune femme n'avait pas voulu s'éloigner trop de la plage où elle avait échoué et retournait souvent sur les lieux, dans l'espoir de voir son frère. Mais le temps s'écoulait et avec lui l'espoir de retrouver un jour son cher Caelan.

Ïrika était consciente qu'elle ne pouvait pas continuer ainsi à attendre inutilement. Il fallait qu'elle trouve un village, qu'elle pose des questions aux habitants pour comprendre enfin où elle était. Il serait bienvenue ensuite qu'elle trouve un bateau capable de la ramener en Irlande. En effet, elle avait aussi laissé derrière elle sa mère et si elle devait avoir perdu son frère, il était hors de question de perdre également sa mère. Frida devait être morte d'inquiétude pour ses enfants...
La jeune femme finit par se redresser, épousseta ses guenilles et se mit en quête d'un sentier ou d'un chemin indiquant l'existence d'une civilisation quelconque.
En chemin, elle cueillit quelques baies lui paraissant comestibles. Elle ne fut certainement pas rassasiée, mais cela calma un peu les grognements de son estomac affamé.

Ïrika marcha longtemps. Elle avait chaud, peu habituée à ce climat particulièrement ensoleillé, mais ne voulait pas faire de pause avant d'avoir trouvé un village. Elle espérait seulement ne pas faire de mauvaise rencontre, car elle ne possédait rien pour se défendre. La mer avait tout engloutie.
Elle traversait à priori une forêt, incapable de savoir si elle avait prit la bonne direction. Autour d'elle, elle n'entendait que de nombreux oiseaux siffler joyeusement, mais aucune voix ou autre son particulier lui indiquant un village proche. Sans se décourager pour autant, elle continua de se frayer un chemin parmi la végétation. Lorsqu'enfin les arbres se firent plus rare, elle eut l'espoir de tomber sur un lieu habité. Mais ce ne fut pas le cas. Au lieu de ça, une immense plaine s'étendait à perte de vue. Ïrika soupira et se laissa lourdement asseoir sur le sol, désemparée. Décidément, les Dieux n'étaient pas avec elle aujourd'hui.

Après avoir soufflé quelques minutes, elle se releva, bien déterminée à atteindre son but. Relevant légèrement ce qui restait de sa vieille robe d'esclave déchirée, elle commença à s'avancer parmi les hautes herbes, espérant de pas tomber sur un serpent venimeux ou pire. Peu importe la route à parcourir, il était hors de question qu'elle abandonne ! Pleurer sur son sort n'était pas dans ses habitudes. Elle était la fille de Rodahl, chef des Ouenniknioi ! Et ce n'était pas un bout de terre comme celui-ci qui allait l'arrêter !
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Janvier 24, 2016, 04:38:38 »

Les contrées du Chaos n'étaient pas un lieu où osaient s'aventurer la plupart des Terrans. Des bataillons Nexusiens jusqu'à aux escouades Tekhanes, tous reconnaissaient qu'il y avait, au sein de cet endroit sauvage, des créatures et des choses, qu'il était bon de ne pas croiser. Seuls les fous et les intrépides osaient alors prendre la route, à travers les coins les plus reculés de ces lieux. Helel n'était pourtant ni fou, ni téméraire, bien que la peur ne l'atteigne nullement.

De toutes les abominations qui rodaient dans les forêts, sous la vase des marées, dans les grottes dissimulées, il était le plus féroce. La chaleur l'avait poussé à ne pas adorner son énorme armure noire aux reflets écarlates étincelants. Au lieu de cela, le démon portait une tenue de lin beige, et avait rapidement noué un capuchon autour de sa tête, à la façon dont les peuplades orientales le faisaient. Son cheval, lui aussi, n'avait pas eu à s'ornementer d'une protection clinquante et étincelante. Son pelage noir luisait-il donc au soleil, et au loin le canasson paraissait-il semblable à une tâche noire, plus que remarquable.

A la mesure de son colossal chevaucheur, l'animal était bien trop grand pour qu'on l'assimile à une race connue, et ses pupilles étaient celles d'un serpent, dorées et en fentes. Sous ses sabots, le sol fleurissait. Loin des clichés sur la monture de la faucheuse, le cheval répandait la vie sur son sillage, comme sorti tout droit d'un compte trop mielleux. Mais les beautés florales qui surgissaient à ses mouvements, n'avaient que leur apparence de délicate. Car elles étaient toutes empoisonnées, capable de tuer le moindre homme, d'une ingestion même infime. Ce spectacle n'était pas juste cosmétique : il s'assurait que d'éventuels poursuivant soient mis en danger.

Helel avait fait chemin depuis plusieurs jours déjà. La magie des portails n'avait plus de secrets pour lui, mais il se plaisait dans des chevauchées, tantôt effrénées, tantôt lentes et pleines d'observations, au milieu de paysages irréels. Et alors même qu'au trot, il observait les bois lointains, le colosse fut interpellé par un ronchonnement de son canasson, qui secouait la tête vers sa gauche.

"Quoi?" Demanda le démon, par réflexe, avant de réellement se concentrer pour comprendre ce que souhaitait lui apprendre sa monture. "Une humaine? Ici?"

Thorban n'avait pas besoin de parler pour que son Maître saisisse le moindre mot, la moindre intonation, et jusqu'au plus léger angle dans la position de ses oreilles ou de son crâne. Le canasson avait senti une présence, non loin d'ici. Quelque chose susceptible d'intéresser Helel. Car tout démon impassible qu'il était, le colosse était indéniablement curieux, et il n'était pas fréquent de croiser des humains seuls, près des rives. Nombre de créatures erraient en ces lieux, et si un humain n'était pas un plat des plus appétissants, il restait un casse-croute convenable.

Pas altruiste pour un sou, mais intéressé par cette présence, le cavalier changea de direction, laissant son destrier le mener jusqu'à l'inconnue. Il y avait une petite trotte, au milieu de paysages infinis, d'un vert radieux, ponctué par quelques tons vifs, entre faune et flore exotique. Ajoutant une touche finale à ce tableau, il y avait ce colosse sur sa monture, qui déposait elle-même un sillage radieux sur son chemin. Helel voyait enfin la forme d'une silhouette, au loin, en bas d'une colline.

Faisant un appel de la main vers l'inconnue, le démon entreprit de se rapprocher d'elle, contenant sa brusquerie. Il n'avait encore aucun dessein pour cette intrépide ou stupide jeune femme, seulement de la curiosité. Lorsqu'enfin il arriva devant elle, le beau diable ne contint nullement le haussement étonné de ses sourcils. Elle était plutôt agréable à l'oeil, lui qui les aimait rousses et sveltes. Sa tenue était en lambeaux, mais visiblement de facture moindre, déjà à son état d'origine. Était-elle une esclave échappée? Elle était bien loin de toute route marchande, pourtant. Il lui tendit la main, son visage caché par le contrejour du soleil, alors que lui-même posait poétiquement dans son halo lumineux.

"N'aie crainte, femme." Tonna la voix du monstre. Il parlait la langue des démons, celle que n'importe qui pourrait comprendre comme étant sa langue natale, mais qui gardait des accents étranges et mystiques. "Viens, monte derrière moi. Tu es libre de prendre ma gourde." Il désigna la poche de peau accrochée à la gauche de son cheval. "Que fais-tu ici?" Demanda-t-il, déchirant une de ses manches sous ses deux coutures, pour offrir un châle de lin à son invitée. "Couvre-toi, le soleil est fort."
Journalisée

Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Janvier 24, 2016, 07:37:01 »

Pays maudit !
Ïrika marmonnait dans sa barbe en maudissant cet endroit. Il faisait trop chaud, il n'y avait pas un seul arbre fruitier ou de baies à l'horizon, elle était fatiguée et voilà qu'elle errait seule au milieu de nulle part, manquant de trébucher sur la moindre caillasse tant ses jambes peinaient à la porter. Elle s'était éloignée de la forêt et les coins d'ombres se faisaient ,rare. A ce rythme là elle allait se déshydrater et mourir bêtement au milieu de rien ! Non, pas question d'abandonner ! Elle devait trouver Caelan et retourner en Irlande reprendre sa place, libérer son clan !
Tenace, elle se forçait à avancer encore et encore, espérant apercevoir enfin un village où elle pourrait trouver de quoi boire et manger.
Les minutes s'écoulaient, puis une heure. L'Irlandaise était à bout de force et commençait à se dire que ses efforts seraient vains. Jusqu'à ce que, comme par miracle, une silhouette se dessine au loin, un peu en hauteur. La demoiselle plissa les yeux, la main en visière, tentant de voir de quoi il s'agissait. Étais-ce un mirage ? Une hallucination ? Non... un cavalier. Il lui fit signe.
Ïrika poussa un profond soupire de soulagement. Enfin, une âme ! La chance lui souriait, juste à temps.

La jolie rousse fit quelques pas supplémentaires, pour rejoindre le cavalier inconnu qui s'approchait. Oh, faîtes qu'il ne s'agisse pas d'un assassin ou d'un bandit ! Elle n'avait vraiment pas besoin de ça.
Lorsque l'individu arriva à sa hauteur, Ïrika ouvrit de grands yeux ronds, restant bouchée bée devant cette apparition. La monture, qu'elle pensait être un cheval, était en fait une créature bien plus grande, pourvu d'un regard reptilien... assez effrayant pour tout dire. Ce n'était pas pour la rassurer.
Heureusement, l'homme ne semblait pas menaçant, lui proposant même sa main pour l'aider à monter. Préférant prendre le risque de lui faire confiance plutôt que de mourir de soif, la jeune femme agrippa la main puissante de l'inconnu et se hissa sur la bête.

Lorsqu'on lui proposa de l'eau, Ïrika n'hésita pas une seconde et l'attrapa aussitôt pour boire de longues gorgées. Quel plaisir de sentir enfin de l'eau fraîche couler au fond de sa gorge ! C'était inespéré. Une fois réhydratée, laissant tout de même encore un peu d'eau au fond de la gourde, elle reporta son attention sur son sauveur qui lui tendit même de quoi se protéger du soleil brûlant. Autant dire qu'il avait une carrure impressionnante.

- Merci, si vous n'aviez pas été là je serais certainement morte de soif.

Elle enroula le foulard improvisé sur sa tête puis ajouta :

- J'ai fait naufrage, à plusieurs kilomètres d'ici. Je cherchais un village pour trouver de l'aide, mais je me suis perdue. Et vous ? Par quel heureux hasard êtes-vous en ces lieux ?

Il n'y avait pas l'air d'y avoir grand chose alentours. Mais finalement, peut-être y avait il un village non loin. Elle réalisa qu'elle ne connaissait pas le nom de l'homme et décida de commencer les présentations :

- Je m’appelle Ïrika.

Nul besoin de lui cacher son nom pour le moment, peu probable que ce soit un danger puisqu'il ne connaissait certainement pas les barbares du nord.
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Janvier 24, 2016, 10:06:13 »

Les démons ne sont pas des créatures avenantes. La plupart se plaisent à des gestes sadiques, à de cruels jeux, trouvant leur plaisir dans la souffrance des autres. Helel aussi prenait un malin plaisir à manipuler les mortels, les mortelles, et à les briser entre ses griffes. Heureusement pour la rouquine, il fallait pour cela que le Maître soit d'humeur joueuse. Et, aussi longtemps qu'elle durerait, la curiosité du démon tiendrait l'Irlandaise à l'abri de toute la fureur dont était capable son nouveau compagnon de voyage.

Helel n'avait ainsi pas l'habitude d'aider les inconnus sans compensation immédiate, mais il décida de faire une exception pour la jolie rouquine. Son cheval n'aimait pas que des mortels se hissent sur lui, dans un excès d'orgueil. Fort heureusement, le Maître était là pour calmer la colère de sa monture, en lui tapotant le sommet du crâne. Ce petit détour avait tout de même fait perdre un peu de temps au colosse, mais il n'était pas pressé. De plus, il avait enfin un peu de vraie conversation. Non pas que Thorban soit inintéressant, mais il était bien peu bavard.

Ce ne fut qu'une fois montée à l'arrière, la grande selle du cheval le permettant, qu'Irika pu observer le visage de son sauveur providentiel. Ce dernier lui lança un regard, tournant légèrement la tête vers le coté pour mieux l'observer. Elle se présentait comme une naufragée, donnant un nom des plus singuliers, en guise d'introduction. Peut-être avait-elle fuit un bateau marchand, ou peut-être l'état de ses habits était-il avant tout dû au dit naufrage. Quoiqu'il en soit, le monstre comptait la mener jusqu'au village le plus proche. Dans sa hâte, il ne releva même pas le dialecte que parlait la jeune femme, qui aurait immédiatement du lui faire réaliser qu'elle n'était pas de Terra.

"Il n'y a pas beaucoup de villages par ces plaines, les villes fleurissent seulement de l'autre coté de la frontière." A ces mots, le colosse pointa du doigt vers une colossale chaine de montagnes, blanches comme la craie. "Ce qui veut dire, par delà ces montagnes. Bien qu'il puisse y avoir de petits hameaux et quelques auberges sur le chemin."

Il faisait chaud, et à mesure que l'on approchait du Zénith, le soleil cognait de plus en plus fort. Helel, en tant que démon, n'était pas aussi fragile que les humains, et même s'il était incarné dans un corps de mortel, il ne craignait pas particulièrement les maux dont souffrait son invitée. Mais, afin de ne pas mettre en danger la santé d'Irika, le colosse entreprit de rejoindre une route boisée, où les feuillages des arbres, s'ils ne changeaient rien à la chaleur ambiante, couvraient les rayons écrasants du soleil. De même, les cimes et branches cassaient le vent, apportant un courant d'air bienvenu.

"Pour ma part, je suis ici en voyage. Je dois rejoindre un petit village au sud de Nexus, où j'ai quelques affaires à régler." Il attrapa la gourde à sa gauche, et d'une rapide incantation, la remplit à nouveau. "Tu es libre de m'accompagner aussi longtemps qu'il le faudra, mais je ne puis te déposer plus loin que là où me mènera mon trajet." Il but une gorgée, en proposant par la même occasion à son invitée.

Petit à petit, le sol mal battu finit par donner sur un véritable sentier, clairement entretenu. C'était le point où se rejoignaient les diverses routes commerciales qui allaient de Nexus à Ashnard, et vice-versa. Comme il était fréquent à ce genre d'intersection, un petit hameau s'était créé. Il y avait une grande auberge, qui dominait les hauteurs. Le village était bordé par des murs de pierre lourdement fortifiés, et plusieurs caravanes marchandes se tenaient en arrêt, à l'intérieur et à l'extérieur du micro-village. Après une courte vérification, le colosse et son invitée furent autorisés à entrer dans l'enceinte du hameau.

Les terranides en chaines étaient légions, et nombre d'esclavagistes à l'allure douteuse lorgnaient sur la rouquine, un joli spécimen. Fort heureusement, Helel avait sa réputation dans le village, et Irika ne risquait rien, jusqu'à temps que la clémence du colosse dure.

"Souhaites-tu faire un tour à l'auberge? Nous pourrons y manger, et tu pourras me conter ton histoire." Proposa le colosse, quittant le confort de la selle pour attacher son cheval à la barre d'un abreuvoir. "La route est encore longue." Précisa-t-il à la jeune femme.
Journalisée

Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Janvier 25, 2016, 01:49:54 »

La bête immense à la robe noire de jais angoissait un peu la jeune femme. Jamais encore elle n'avait vu un animal aussi étrange. D'accord, elle n'avait jamais vraiment voyagé ni quitté son clan, mais tout de même, cette chose défiait tout ce qu'elle pensait connaître de la faune. Et que dire du colosse qui le montait ? Rien que sa famille était réputée de grande taille, assez au-dessus de la moyenne et son defunt père et son frère étaient taillés comme des armoires à glaces. Pourtant, ils auraient presque parut fragile à côté de cet homme. Les autochtones devaient être un peuple de titans ! Ce n'était pas vraiment pour la rassurer. Cependant elle devait bien avouer que d'être tombée sur un individu aussi impressionnant avait un côté rassurant. Juste au cas ou.

Jusqu'à présent elle n'avait rien croisé de plus dangereux que cet espèce de loup. Soit elle avait eu beaucoup de chance, soit cet endroit était essentiellement composé de créatures pacifiques. Mais il avait beau lui arriver d'être naïve, elle n'était pas idiote. Un monde entièrement pacifique n’existait pas. L'homme lui expliqua que les villes les plus proches se trouvaient derrière la frontière... autrement dit cette chaîne de montagne immense et immaculée. Ïrika fixa un instant la cime des montagnes d'un air impressionné. Car en réalité, dans son pays, elle n'avait encore jamais vue de point culminant aussi haut. En effet, L'île d'Irlande se présentait sous la forme d'une grande plaine centrale entourée par une couronne de montagnes côtières. Et le point culminant de l'île était le Carrauntuohill qui s’élevait à 1041 mètres d'altitude. Il se trouvait dans les Macgillycuddy's Reeks dans le comté de Kerry au sud-ouest de l'Irlande. Hors, Ïrika et sa famille avaient toujours vécus dans le Nord-Ouest du Pays. Guère étonnant, alors, que la hauteur de ces montagnes la laisse bouche bée. Heureusement qu'elle n'avait pas été obligée de traverser cela seule. Elle n'aurait certainement pas survécu au voyage.

Heureusement, ils n'avaient peut-être pas à aller aussi loin puisque de petits hameaux s'étaient installés dans le coin. A la bonne heure !
Alors qu'ils avançaient, malgré le fait que l'homme ait eut la présence d'esprit de rejoindre un endroit boisé et donc ombragé, la demoiselle regrettait amèrement le climat de sa terre natale. Elle n'était pas habituée à tant de chaleur ! Le cavalier lui raconta qu'il était en voyage pour rejoindre le sud de ce qu'il appelait Nexus et jusqu’où il se proposait de l'amener. Ïrika, touchée par cette proposition, réfléchit. Elle ignorait où aller au juste. Il fallait d'abord qu'elle questionne les habitants, pour savoir s'ils n'avaient pas entendu parler du naufrage d'un autre bateau étranger sur les côtes voisines. Elle devait trouver Caelan.

- Je vous remercie, c'est très généreux de votre part. Je me laisserai sans doute tenter.

Elle sourit doucement et prit la gourde que l'homme lui tendait, bien heureuse de pouvoir boire à nouveau. Au moment d'apporter l'ouverture à sa bouche, elle eut un moment d’hésitation et fronça les sourcils, fixant l'objet comme s'il avait s'agit d'un aberration. Elle n'était pas quasiment vide quant elle le lui avait rendu un peu plus tôt ?
Ïrika lança un coup d’œil méfiant au colosse. Était-il... un sorcier ? Un magicien ? Préférant ne pas aborder le sujet tout de suite, elle but quelques gorgées et reposa la gourde à sa place.

Ils s'engagèrent sur un chemin de terre, une bonne nouvelle qui indiquait clairement qu'ils approchaient de la civilisation. En effet, un peu plus tard, il pénétrèrent dans un hameau assez tranquille à première vue. Elle remarqua les regards tournés dans leur direction et de nombreux esclaves enchaînés. Son cœur et sa gorge se serrèrent et elle préféra détourner les yeux. En revanche, elle ne vit pas les regards plus insistants et intéressés des esclavagistes.
Le colosse, dont elle ignorait toujours le nom d'ailleurs, lui proposa de s'installer dans une auberge afin de manger et qu'elle puisse lui compter son histoire. La princesse hocha la tête, ravie à l'idée d'enfin pouvoir remplir son estomac. D'autant plus si la route devait être longue. Un point la gênait cependant :

- Je n'ai pas d'argent sur moi, avoua t-elle.

Ça non. La seule chose qu'elle possédait c'était ses guenilles. Elle aurait donné n'importe quoi pour un repas chaud, une bonne toilette et une nuit paisible dans un grand lit chaud ! Seulement voilà, ces choses n'étaient pas gratuites, elle s'en doutait. Et à vrai dire, même si son compagnon de route avait l'air généreux, elle n'était pas sûre qu'il aille jusqu'à se ruiner pour elle. Tant pis, au pire elle proposerait de faire la vaisselle à l'aubergiste pour le dédommager.
« Dernière édition: Janvier 25, 2016, 01:58:28 par Ïrika Ó Briain » Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Janvier 25, 2016, 04:23:36 »

Il fallait un peu plus d'une semaine pour rejoindre Castelquisianni, la destination d'Helel, à cheval. Fort heureusement, le chemin de montagne était parsemé de petits hameaux, dans le même genre que celui-ci. Ce qui ne voulait pas dire qu'une pause n'était pas la bienvenue. Car si les auberges étaient nombreuses, peu étaient plus accueillantes que celle de Vermons, le petit hameau où se trouvaient actuellement le démon et son invitée. Autant profiter d'un des rares lits bien entretenus et du meilleur repas de tout le conté, avant de reprendre la route.

Helel savait, bien évidemment, qu'Irika ne devait pas avoir le moindre sou sur elle. Car si l'habit ne fait pas le moine, il était évidemment à sa tenue, que la rouquine ne roulait pas sur l'or. Mais c'était sans aucun problème que le généreux démon paierait pour la jolie princesse. Non pas qu'il attende quoi que ce soit en retour. Helel ne s'embarrassait pas des histoires d'argent, et s'il désirait quelque chose, il en prenait possession sans demander permission ou avis. Que ce soit un objet, ou le cul d'une jolie petite Irlandaise.

Fort heureusement pour Irika, le beau diable ne nourrissait pas encore de profond désir pour les courbes indécentes de son corps. Pour l'heure, seuls lui importaient le chemin à parcourir, et la petite pause qu'il s'accordait. Aussi répondit-il, dans un premier temps, d'un simple geste de la main, lorsque la jeune femme lui déclara ne pas avoir d'argent. Puis, alors qu'il poussait la lourde porte de l'auberge qui grouillait de bruit et de monde, le colosse se tourna légèrement vers la rouquine.

"Je n'offre rien gratuitement, mais ta compagnie sera un remboursement satisfaisant." A ces mots, il lui tint la porte, et tous deux se faufilèrent dans l'établissement.

Il était d'une taille incroyable, sur deux étages rien que pour les services de restauration, et deux autres qui abritaient un grand nombre de chambres. Pour donner une idée de la population nomade qui filait dans et hors de Vermons, il fallait également réaliser que nombre de caravanes, d'esclaves comme de marchands, restaient parquées à l'extérieur. Il fallait être la crème de la crème pour pénétrer dans l'enceinte de l'établissement et se voir offrir une place, malgré ce que le nombre de clients laissait penser.

Beaucoup se connaissaient, ici, et Helel reconnu certains esclavagistes avec lesquels il avait eu affaire. Aussi, dès lors qu'il se fut assis à une table, en compagnie d'Irika, le colosse fut-il interpellé par une vieille connaissance. Un homme des contrées du sud, un oriental à la peau foncée, borgne d'un oeil, colossal lui aussi bien qu'encore mince comparé au démon. Ce dernier souhaitait racheter la rouquine au monstre, l'ayant pris pour une esclave. Il fallut quelques minutes pour que l'échange en reste là, Helel expliquant qu'elle n'était pas une esclave, mais son invité.

La langue principalement parlée sur Terra était un genre d'Anglais bâtard, encore plus déformé par les patois locaux, et le dialecte de Banta, l'esclavagiste des Sables, était de ceux qu'Irika aurait eu peine à comprendre, même si cela restait possible. Toujours fut-il que le Maître se retourna vers la rouquine, pour lui expliquer la situation, après avoir commandé du sanglier rôti et de la cervoise au patron de bar. 

"Cet homme te prenait pour mon esclave, et souhaitait t'acheter." Expliqua-t-il en passant la raison, qui était le penchant de son ami pour les jolies rousses. "Il faudra t'y faire, en ces lieux tous pensent pouvoir acheter les belles femmes avec de l'argent. De plus tes haillons ne t'aident pas à passer pour mon escorte. Mais je m'occuperai de te trouver de plus attrayant habits, un peu plus tard. Pour l'heure, mange."

Helel avait déjà réservé une chambre auprès de l'aubergiste, et comptait y conduire Irika dès qu'ils auraient fini de manger. L'après-midi était à peine en train de toucher à son court, mais il fallait que le démon se change, et qu'il offre également quelques vêtements décents à la princesse.
Journalisée

Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Janvier 25, 2016, 08:44:48 »


Hum. Alors comme ça ce type était prêt à lui offrir le repas ? Etrange. Il était peut-être extrêmement riche ou êxtremement généreux.Ou les deux. En tous les cas elle était mal placé pour refuser étant donné qu'elle n'avait pas mangé depuis plusieurs jours. Sans compter qu'ayant été une esclave pendant cinq ans on ne l'avait vraiment gratifiée de repas fréquents et conséquents.
En lui ouvrant la porte, le colosse lui assura que sa seule compagnie suffirait à payer ses dettes. Ïrika haussa un sourcil. Drôle de tradition... il devait peut-être rarement avoir l'occasion de fréquenter des gens, un type bien solitaire en somme. Elle aurait peut être du se méfier au cas ou, mais après tout s'il lui avait voulu du mal il en aurait largement eut l'occasion ou se serait contenté de la laisser mourir de chaud et de soif.

Lorsque la belle pénétra dans l'établissement, elle fut assez impressionnée par sa taille. Depuis l'extérieur, elle n'avait pas vraiment réalisé à quel point c'était grand. Une demeure de chef de clan comme dans laquelle elle avait vécue aurait pu sans doute y tenir deux fois. C'est pour dire.
L'endroit était très fréquenté, mais elle ne fut pas trop intimidée. Au moins elle n'était pas seule et l'homme qui l'accompagnait représentait une bonne façon de décourager quiconque voudrait lui chercher des ennuis, non ?

Ils s'installèrent à une table et un type bizarre choisit ce moment pour s'approcher et discuter avec le colosse. Elle avait beau être attentive, l'accent à couper au couteau de l'individu l'empêchait de comprendre la conversation. Ses yeux passaient d'un homme à l'autre avec un air circonspect. Après cet échange intrigant, le type bizarre s'éloigna et son accompagnateur cru bon de lui expliquer en quoi consistait leur discours. Et ça ne plu pas vraiment à l'Irlandaise. Il avait voulu... l'acheter ? Elle soupira. C'est vrai qu'avec cette tenue on pouvait facilement comprendre qu'elle était une esclave. Heureusement que le colosse n'avait pas accepté ! Une preuve encore qu'elle pouvait lui faire confiance ? Peut-être. D'autant plus qu'il comptait lui trouver des vêtements plus décents.

En attendant les plats, la jeune femme décida d'entamer une conversation.

- Au fait, je ne connais toujours pas votre nom. J'aimerai savoir qui est l'homme qui m'a sortit d'un bien mauvais pas et qui s'apprête à m'offrir repas, chambre et vêtements.

Ce serait la moindre des choses !
Peu de temps après on leur apporta le sanglier rôtit dont l'odeur de fumet fit saliver la demoiselle. Enfin un vrai repas ! Elle n'avait pas mangé de viande depuis des années ! Elle s'empressa donc de prendre une part et de mordre dedans avec appetit, non sans garder un minimum de bonne tenue. Elle restait une princesse après tout.
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Janvier 26, 2016, 01:38:48 »

Helel n'avait pas évité le sujet de son identité par inadvertance. Il n'aimait pas avoir à s'inventer une nouvelle identité, à chaque fois que quelqu'un de trop curieux cherchait à en savoir plus sur lui. De toute façon, il n'allait pas dévoiler ce qu'il était, à une mortelle. Cependant, il pouvait éclairer la lanterne d'Irika, tout en restant aussi vague que possible. Car après tout, elle finirait bien par découvrir deux ou trois choses à son sujet, en une semaine de voyage.

"Je suis un commerçant. Dans le même domaine que la plupart des gens réunis ici. Mais ne t'en fais pas, contrairement à la plupart des sauvages ici, je ne souhaite pas racheter la première femme qui excite mes désirs. Tu es en liberté à mes cotés." Expliqua-t-il, se gardant bien de préciser qu'il opérait depuis un endroit plus connu et beaucoup moins huppé : les enfers. "J'ai autant de noms que j'ai visité de contrées, je suis un genre de vagabond. Mais tu peux m'appeler Helel."

En guise de pause entre deux phrases, le démon s'accorda une rasade de cervoise fraiche, et un coup de croc aiguisé dans la viande juteuse du sanglier. Alors qu'il mâchait, le colosse glissa une main dans la petite sacoche qui ornait son flanc gauche, et en extirpa une pierre noire, qui s'illuminait de reflets rouges. La pierre n'était rien qu'un humain ignorant les arts magiques n'aie pu voir. Mais la magie était monnaie courante, part les contrées de Terra.

La petite pierre semblait parler, lorsqu'on la tenait entre ses doigts, ses mots baragouinés dans une langue incompréhensible, et dont seul le porteur pouvait entendre les sons. A l'intérieur du joyau noir, il y avait une lueur rouge qui s'affolait lentement, pareille aux ondulations d'un corps céleste, d'une supernova entamant une lente implosion et explosion, dans un rythme erratique. D'autres petits éclats écarlates crépitaient également, comme si la pierre était un petit morceau du ciel nocturne, constellé d'étoiles.

"Cette pierre est un ouvrage des plus fins artisans Castelquisians, mais elle n'est pas exactement ce que je recherche. Sa magie ne convient pas à mon usage." Il prit une nouvelle bouchée, et une autre rasade de boisson. "Je dois la ramener d'où elle vient, car elle ne m'est d'aucune utilité."

Helel posa le joyau en question sur la table, le laissant rouler jusqu'aux mains de la jeune femme. Si elle voulait manipuler l'objet, libre à elle. La pierre parlait de choses perdues, et aidait les gens à retrouver ce qu'ils cherchaient. Malheureusement, Helel cherchait quelque chose que la pierre ne pouvait lui indiquer, car ce n'était ni un artefact ni une personne. Aussi, ignorant tout d'Irika et de sa vie, le colosse ne pouvait imaginer que son joyau soit un tant soit peu utile à la rouquine. Et quand bien même, les instructions de la pierre étaient plus que cryptiques.

En touchant les doigts d'Irika, le joyaux se mit pourtant à lui parler. Elle seule pouvait entendre les voix de l'artefact, qui lui parlaient depuis un vide cosmique, la voix aspirée de parts et d'autres, mais juste assez nette pour discerner les mots les plus importants. "Caelan... Demander à l'esclavagiste... Peau noire...". Helel, malgré sa maîtrise de la magie, n'était pas capable d'entendre ces voix, car chaque personne entendait une chose différente.

A sa table, l'oriental massif lorgnait avec envie Irika, visiblement encore frustré d'avoir été éconduit. Il était entouré de deux gardes du corps, aussi larges que lui, et de deux escortes féminines, aux envoutants charmes orientaux, couvertes de minces tenues en lin. Helel faisait dos au groupe, étant le seul obstacle entre le groupe et la proie. Aussi sûrement qu'il était le seul obstacle entre la jeune femme et de précieuses informations sur son frère.
Journalisée

Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Janvier 26, 2016, 02:53:31 »


Ïrika était loin de se douter que l'individu à qui elle avait affaire était un démon et pas l'un des moindres. Seulement voilà, en plus d'être une simple mortelle, elle venait de la Terre, en Irlande plus précisément. Et à part des rumeurs de « sorcellerie », rien ne sortait vraiment de l’ordinaire. On croyait aux puissances divines, bonne comme mauvaises, mais pas au démons. Alors pour la jeune femme, l'inconnu n'était pour l'heure qu'un voyageur de grands chemin qui lui avait en quelque sorte sauvé la vie et lui offrait maintenant le repas. La méfiance était toujours de mise, mais au point d'éviter sa fréquentation visiblement. Alors qu'elle l'interrogeait sur son identité, l'homme lui apprit qu'il était un commerçant... d'esclaves. Puisqu'il avoua effectuer son commerce dans le même genre que les types du coin. La princesse arqua un sourcil, cette idée lui déplaisant clairement.

L'homme tenta de la rassurer en lui assurant qu'elle ne craignait rien avec lui et qu'il ne chercherait pas à l'acquérir qu'elle était tout à fait libre. Enfin, il lui donna un nom : Helel. L'Irlandaise enregistra l’information dans sa mémoire et hocha doucement la tête.

- D'accord, Helel. Je vous crois.

Elle était bien obligée de lui faire un tout petit peu confiance si elle voulait remplir son estomac, non ?
Les boissons et les plats enfin devant elle, la demoiselle sourit et commença à manger de bon appétit, mais sans empressement. Elle avait beau être affamée, ce n'était pas une raison pour oublier les manières et manger comme un animal.
Au bout d'un petit moment, l'homme sortit un petit objet de sa poche. Curieuse, Ïrika y jeta un coup d’œil et ne put qu'être envoûtée par la beauté de la pierre. Elle n'avait encore jamais rien vu de tel ! Helel prétendait qu'elle était magique. Sans rire ? Un caillou magique ? C'était une plaisanterie, n'est-ce pas ?

L'homme fit rouler la pierre jusque devant elle. Un peu hésitante, Ïrika se contenta un instant de se pencher dessus et d'admirer les couleurs chatoyantes, puis elle attrapa du bout des doigts. Aussitôt, elle sentit une énergie étrange la parcourir. Puis, une vois s'éleva.

"Caelan... Demander à l'esclavagiste... Peau noire..."

L'Irlandaise faillit en lâcher la pierre de stupeur. Elle se tourna vers Helel, pensant que c'était lui qui avaient prononcé ses mots, mais il était tranquillement en train de dévorer son repas. Alors... c'était vraiment de la magie ? La pierre venait-elle réellement de lui parler ?!
Elle retourna ce qu'elle venait d'entendre dans sa tête. Caelan. Son cœur s'emballa subitement et d'un bond, elle fut debout, le regard rivé sur l'esclavagiste à la peau noire de tout à l'heure. Oubliant toute prudence, elle contourna la table et s'approcha de lui d'un pas déterminé, jusqu'à se planter sous son nez, la pierre toujours dans le creux de sa main.

- Vous l'avez vu ! Caelan ! Un étranger qui a fait naufrage, quelque part dans la région ? Un homme grand, costaud , les cheveux noirs, d'environ mon âge ?

Elle posa sa main fermement sur le bras énorme du type, insistante.

- Je vous en supplie, si vous savez quelque chose, dîtes-le moi ! Il faut absolument que je le retrouve !

Elle avait oublié sa faim, Helel, l'auberge, à eu près tout. Elle était accrochée aux lèvres de l’esclavagiste, attendant avec espoir qu'il lui indique où se trouvait son frère tant recherché.
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Janvier 26, 2016, 05:29:05 »

Banta avait bel et bien repêché le frère de la rouquine. Mais, heureusement pour le jeune homme, l'oriental avait cherché à le recruter, impressionné par ses capacités à rester en vie. Pourtant, Caelan avait refusé, sans vraiment s'expliquer, et était parti de lui-même, prétextant qu'il avait quelqu'un à retrouver. Banta n'avait rien d'une personne clémente, à l'instar de son collègue et parfois ami, Helel. Cependant, il avait conduit le solide jeune homme jusqu'à Vermons, et lui avait donné l'équipement nécessaire à sa survie, pour son voyage.

Difficile d'oublier quelqu'un comme l'Irlandais, et à plus forte raison lorsqu'il n'était parti que depuis une demi-journée. Ce qui était plus difficile, par contre, c'était d'obtenir des renseignements d'un esclavagiste comme le noir. A plus forte raison lorsqu'il avait envie de passer un marché en échange. Un marché qui comprenait bien sur le petit cul d'Irika, sur lequel l'imposant colosse d'ébène lorgnait avec insistance, de son seul oeil encore valide. Quoique, il n'y avait pas que le petit cul de la rousse.

Ses hommes étaient épuisés du trajet, et ils avaient bien droit à plus que deux catins usées encore et encore. De plus, son bon ami Helel -que Banta connaissait sous le nom de Belmont- avait bien droit, lui aussi à sa part du gateau. En somme, la jolie jeune femme allait se faire bien baiser, par le moindre trou disponible.

Helel ne réagit que d'un haussement de cil étonné, alors que la jeune femme se ruait sur Banta. Il crut un instant qu'elle avait pris pour affront ce qu'avait proposé le géant noir, et s'apprêtait à l'empêcher de se jeter à sa mort. Mais il sembla que la conversation ait un tout autre ton. Et alors seulement le démon fit-il le lien entre la pierre magique et les questions d'Irika. Voilà qui était intéressant. Le colosse devait être tombé sur une histoire des plus passionnantes.

"Hey, du calme, beauté." Grogna le géant noir, ne dégageant pas la main d'Irika de sur son bras. "Oui, j'ai vu ce type, enfin un type du genre, qui disait s'appeler Caelan." Banta essayait tant que possible de contenir son puissant accent, afin que la rousse puisse le comprendre.

Les paluches de l’esclavagiste étaient immenses, presque aussi grandes que celles d'Helel, et l'une d'entre elle s'aventura sur les fesses de la jeune femme. Il lui caressa doucement le cul à travers ses haillons, éprouvant les rondeurs hallucinante de son fessier, se mordillant la lèvre inférieure. Sa main glissa jusqu'à son sexe, énorme même au repos, et qui commençait assez clairement à marquer son pantalon, le long de sa cuisse. Il y passa doucement, faisant parfois toucher la chose aux petits doigts gracieux d'Irika.

"Mais... Nous sommes des marchands, comprends-tu?" Dit-il d'un ton doux, son oeil encore valide légèrement plissé. "J'attends quelque chose en échange de ma coopération. Et tout ce que je veux maintenant..." Il força la petite main de l'Irlandaise dans son pantalon. "C'est que tu nous divertisses un peu."

Pendant ce temps, l'autre géant s'était levé, s'approchant d'Irika par l'arrière. L'occasion de s'amuser était beaucoup trop belle pour qu'Helel s'en prive. Sa main se posa sur l'épaule de la rouquine, se voulant réconfortante (et probablement l'était-elle, au début).

"Désolé, Irika, mais c'est ainsi que vont les affaires." Concéda le fauve, dissimulant avec expertise son envie de sourire. Par le diable, ce petit chantage était aussi fourbe qu'excitant. "Tout ce que je peux te promettre, c'est de veiller à ce qu'il ne t'arrive rien."

Vu la façon dont se déroulaient les choses, au fond de la taverne, Irika n'avait pas vraiment le choix.
Journalisée

Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Janvier 27, 2016, 02:16:24 »


La jeune femme n'arrivait pas à croire que la seule personne ayant des informations sur son frère soit ce rustre titanesque qui avait tenté de l'acheter comme une marchandise un peu plus tôt. Mais peu importe ! Il pouvait bien être le pire crevard sur cette terre, elle comptait bien lui faire cracher ce qu'il savait ! Caelan était il passé ici ? Avait-il quitté la ville il y a longtemps ? Etait-il encore ici ? Elle devait savoir ! L'homme à la peau noire et à la taille impressionnante semblait étonner de l'empressement de ce petit bout de femme, mais se décida finalement a ouvrir la bouche, lui intimant tout d'abord de se calmer avant d'affirmer qu'il avait bien vu un type correspondant à la description qu'elle lui avait faîtes et au nom qu'elle lui avait donné. Le cœur de la demoiselle s'emballait et tambourinait douloureusement dans sa poitrine et si elle n'avait pas été si bien élevée, elle l'aurait sans doute secoué pour qu'il crache le morceau. Où était Caelan, bon sang ?
L'accent du type était atroce, mais elle avait parfaitement comprit qu'il savait quelque chose.

Soudain, l'odieux personnage pose l'une de ses grandes paluches sur ses fesses, allant même jusqu'à la caresser à cet endroit. Ïrika rougit de colère alors que le colosse glissait une main au niveau de son propre sexe. La jeune femme pâlit alors qu'il lui sembla apercevoir un membre à la taille anormalement grosse... et montrant les signes d'un début d'érection. Lorsqu'il glissa sa virilité contre ses doigts fins, la jolie rousse tenta de lui échapper. Simplement il la maintenant efficacement, lui faisant comprendre sans détour ce qu'il attendait d'elle, fourrant subitement la main délicate de l'Irlandaise dans son pantalon. A la sensation de ce membre effrayant sur sa peau, elle poussa un cri et cherche une nouvelle fois à reculer, plus vivement cette fois.

Une voix s'éleva derrière elle, tout proche, celle qu'elle reconnue comme appartenant à Helel. Elle s'imaginait naïvement qu'il allait la sortir de ce mauvais pas, mais déchanta lorsqu'il eut terminé sa tirade. Elle était manifestement tombé dans un piège. Effrayée, regardant autour d'elle et ne voyant que des hommes au regard lubrique, elle commença à paniquer. Furieuse de s'être laissée piégée, elle lança :

Non, pas question ! Laissez-moi tranquille ! Vous ne comprenez pas, je dois...

Trouver Caelan, oui. Mais ces types là s'en fichaient éperdument et elle le savait. De sa main libre, elle agrippa son bras maintenu avec insistance dans le pantalon de l'esclavagiste et tira furieusement dessus pour essayer de se libérer. Se débattant comme une furie, elle hurla :

- Lâchez-moi !! Allez au diable, tous autant que vous êtes !

Si elle avait su quelle était la véritable nature d'Helel elle aurait comprit à quelle point sa menace était ironique. N'y avait-il personne dans cette auberge maudite pour lui venir en aide ? Pour intervenir ? Visiblement non. Cet endroit était le repère des individus les plus répugnants qu'il lui ait été donné de voir. Quoique lorsqu'elle se trouvait parmi les barbares, le niveau était également assez élevé.
Bon. Est-ce ce gros balourd allait finir par la lâcher, non d'un chien ?! Elle allait finir par se briser les os à force de se débattre.
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #11 le: Janvier 27, 2016, 02:53:14 »

Helel aurait espéré que son invitée puisse entendre raison. Malheureusement, elle semblait trop préoccupée par le sort de son frère pour s'accorder un peu de bon temps. Ce qui ne dérangeait personne ici, car Irika n'avait pas vraiment le choix. A dire vrai, elle n'aurait jamais du s'approcher de l'esclavagiste, car elle avait signé son propre viol à ce moment même. Et l'Irlandaise avait beau savoir se battre et maitriser une grande force, il en était de même pour Banta. Bien plus encore.

"Allons, ma jolie, ton ami n'est pas en danger."
Rassura le colosse à la peau d'ébène. "Amuse toi un peu, tu auras tout le temps d'aller le chercher après."

De plus, il était impensable que la jeune femme et son accompagnateur puissent rattraper l'Irlandais. En effet, dans sa grande bonté, Banta lui avait fait prêt d'un de ses plus rapides pur-sang, à la seule condition qu'il le laisse aux écuries de Nexus, où l'esclavagiste avait conseillé au jeune homme de se rendre s'il souhaitait trouver quelqu'un. Ce qui fit d'ailleurs réaliser à l'esclavagiste qu'Irika ne pouvait être que la fameuse jeune femme que recherchait Caelan. Mais la furie se débattait encore et encore, jusqu'à s'attirer la colère du géant d'ébène.

"Espèce de petite salope!" Grogna le noir en se redressant. "J'ai aidé ton ami, lui ai donné vivres et transport, et tu oses refuser mon offre!"

Une violente gifle marqua la joue de l'Irlandaise. Du revers de sa main, le colosse avait frappé l'insolente princesse. En ces lieux, elle n'était rien, et elle osait lui tenir tête? La petite salope se souviendrait toute sa vie de ce qui allait lui arriver ici. Quant à Helel, il avait ôté sa main de l'épaule d'Irika. Le démon n'était pas sans avoir ses principes, et il était parfaitement d'accord avec Banta : la rouquine méritait une vive correction, qu'elle ne serait pas prête d'oublier.

"Excuse moi mon ami, mais si ta chienne ne se montre pas plus coopérative, je vais salement l'amocher." Annonça l'oriental, pressant ses doigts autour du cou de la jeune femme, sans l'étrangler, mais constituant tout de même une présence plus que menaçante. "Déshabillez cette catin." Ordonna le chef à ses deux hommes de main.

Bien trop heureux de pouvoir se mettre une jolie rouquine sous la dent, les deux brutes épaisses attrapèrent sèchement les haillons d'Irika, et tirèrent pour les lui arracher. Ni une, ni deux, les minces habits de la jeune femme cédèrent, la laissant nue au milieu de la taverne. Plusieurs sifflets commencèrent à partir, ainsi que des brimades aux sous-entendus évidents. Personne ne viendrait sortir Irika de son calvaire, pas même les gérants de l'établissement qui s'amusaient de la scène. Il n'était pas rare que les jolies esclaves soient partagées en plein public, en ces lieux.

"La salope était nue!"
S'écria un des deux gardes, lui giflant un sein d'un air amusé.

Helel ne se fit pas prier, empoignant lui-même un sein, pressant son corps contre le dos cambré de la jeune femme. Il était plus doux que le reste de ces animaux, mais ses intentions ne faisaient aucun doute. A ses yeux, le manque de respect d'Irika envers son bon ami valait bien qu'il mette de coté les politesses qu'il avait accordé à la petite ingrate. Et malgré cette logique complètement folle, il fallait bien reconnaître que la folie avait du s'emparer de la rouquine, pour qu'elle ose ainsi s'adresser à Banta le Borgne.

"Abandonne."
Gronda simplement la voix d'Helel, impérieuse. "Tu ne sais pas comment cela peut finir."
Journalisée

Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Janvier 27, 2016, 03:35:59 »


Qu'espérait-elle au juste ? Que l'homme dénué de compassion qui lui faisait fasse la lâche sans rechigner et lui donne les informations qu'elle attendait, gentiment ? Elle perdait la tête. Mais elle ne pouvait décemment pas se laisser faire. La simple idée de se faire violer par ce personnage répugnant la terrorisait et la rendait furieuse en même temps. Ça n'allait quand même pas recommencer ?! N'y existait-il donc aucun homme capable de garder sa queue rangée où elle se devait d'être ?
Se débattant comme une diablesse, grognant de frustration, la belle Irlandaise tentait tout pour s'échapper, sachant pertinemment qu'elle n'aurait aucune chance d'éviter les nombreux individus qui se trouvaient autour d'elle, à moins de se transformer en anguille. Ce qui était hors de sa portée.

Finissant par perdre patience, le dénommé Banta se mit à l'insulter, prétextant qu'elle devrait se montrer bien plus reconnaissante pour avoir aider son frère dans le besoin. Si cela rassurait fortement la belle, cela ne calme cependant pas sa colère. En revanche, la gifle phénoménale qu'elle se prit... si. Elle poussa une exclamation de douleur et cessa de gesticuler, prostrée, posant sa main libre sur sa joue brûlante. Elle tenta du mieux qu'elle put de retenir ses larmes.
Banta prévint Helel que si sa « petite chienne » continuait comme ça, il allait l'amocher. Puis il agrippa le cou délicat de la princesse dans sa main, tirant une grimace à celle-ci. Elle agrippa la poigne énorme du colosse entre ses petites mains bien faible et ne parvint évidemment par à se libérer. L'esclavagiste ordonna alors tout à coup qu'on la déshabille. Ïrika ouvrit de grands yeux ronds de terreur.

- NON ! Hurla t-elle.

Mais elle fut impuissante et des hommes eurent tôt fait de lui arracher le seul vêtement qu'elle portait. Entièrement nue, Ïrika serra instinctivement les cuisses et fut cette fois-ci incapable de retenir un sanglot et les larmes qui l’accompagnèrent. Elle était vraiment dans le pétrin.
Il y eut des sifflements admirateurs, des rires, des regards lubriques, autant de chose qui donnèrent des nausées à la princesse, tremblante.

- Non... pitié. S'il vous plaît...

Comme toute réponse, Helel se tenant dans son dos s'approcha un peu plus et referma sa main sur l'un de ses seins. Elle se crispa violemment. Il lui intima d'abandonner ses tentatives inutiles pour s'enfuir, prétendant qu'elle ignorait comment cela pouvait se terminer.
Gémissant, elle sanglota de plus belle avant de répliquer d'une voix bien moins contrôlée qu'elle ne l'imaginait :

- Ne me... touchez pas. Si mon frère était là, il vous arracherait la tête.

Pitoyable menace que celle-là. Son cher Caelan était déjà loin maintenant, à mille lieux d'imaginer ce qu'elle était en train de vivre.
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #13 le: Janvier 27, 2016, 04:34:36 »

Irika n'avait décidément rien compris. Et ses vains efforts, lorsqu'elle essayait de résister à Banta, ne faisaient qu'énerver un peu plus la brute épaisse. A vrai dire, la seule raison pour laquelle l'esclavagiste n'avait pas encore fait fouetter la rouquine jusqu'au sang, c'était parce qu'elle appartenait à son invité. Aussi se contentait-il de la maltraiter et de la gifler, sans trop abimer son joli minois : si Helel finissait par décider de la vendre, il fallait bien qu'elle soit en bon état.

Les deux autres crapules s'amusaient aussi, parcourant le corps de la jeune femme, se moquant bien de ses sanglots et pleurs. Ils n'étaient pas des démons comme Helel, mais voilà bien longtemps qu'ils avaient abandonné toute once d'humanité. Et les larmes d'Irika ne faisaient que leur donner plus envie encore, mêlant à la sensualité de leurs mains caressant des courbes délicates, une touche de macabre que le beau diable savait apprécier.

Ils adoraient qu'elle serre les cuisses comme une petite vierge, et n'hésitaient pas à caler leurs grosses mains entre les jambes d'Irika, s'y forçant un passage sans la moindre difficulté. Ils agaçaient son petit abricot, diablement doués, bien que la rouquine ne soit certainement pas dans l'état d'apprécier l'habilité de ces gros doigts rêches. Ce qu'une amante consentante aurait trouvé grisant, la perte de contrôle, la sauvagerie de ses amants, Irika devait trouver cauchemardesque. Et c'était ce qui excitait d'autant plus la bande de fous qui se partageait son corps.

"Arrête de jouer les pucelles, avec un corps pareil tu as bien du te faire tringler par une ou deux garnisons." Se moqua Banta, qui cracha au visage de la captive. "Mhhh, j'adore les rouquines." Commenta le salopard en se frottant le menton, satisfait.

Quant à Helel, il jouait doucement avec la poitrine de sa proie, la massant avec délicatesse, pinçant tendrement la pointe de ses mamelons. Son sexe n'avait rien à envier à la batte de Banta, et Irika pouvait bien le sentir, car le chibre appuyait entre ses fesses, y trouvant sa place parfaite. Les autres insistaient, encore et encore, écartant les membres de la salope pour qu'elle ne puisse se débattre, assaillie par une armée de mains qui ne lui laissaient pas le moindre répit. Contre ses cuisses, le long de son joli ventre, sous ses aisselles au niveau du coté de ses seins, langues aventureuses et grosses paumes calleuses s'aventuraient avec insistance.

"Quel corps, elle pourrait se vendre pour un gros paquet à Nexus." Commenta un des hommes, qui embrassait presque amoureusement le corps de la jeune femme.

Puis, vint la mention de son frère. Il était difficile d'irriter Banta davantage, mais Irika se donnait clairement du mal pour outrepasser les limites. Aussi, s'il ne la gratifia pas d'une claque au visage, il lui gifla violemment un sein, le rougissant. Comment cette petite salope, montée comme une véritable vache à lait, osait-elle lui répondre? Elle le prenait de haut, croyant que ce Caelan, qui devait-être son frère, lui porterait secours. Si elle tenait tant que cela à ce type, Banta en ferait bon usage.

"Si ton frère n'est autre que ce fameux Caelan, crois bien que j'enverrai toute ma troupe le pourchasser, où qu'il soit, pour me venger de ton ingratitude." Grogna le colosse, lâchant alors seulement le cou de la jeune femme. "Si tu tiens à la vie de ton frère, ou qui que soit cet homme, tu te mettras à genoux, et tu boufferas ma queue." Dit-il d'un ton mesquin, extirpant de son pantalon, le sexe inhumain qui ballottait entre ses jambes. "Mieux encore, tu vas bouffer la mienne et celle de tous mes amis ici présents. Et tu vas me remercier pour ça."

Helel sourit, décidément, il avait d'honorables fréquentation. Lui-même n'aurait pas trouvé meilleure façon de présenter la chose!
Journalisée

Ïrika Ó Briain
Humain(e)
-

Messages: 125


Ïrika Ó Briain


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Janvier 27, 2016, 11:02:16 »


Ïrika avait l'impression désagréable de sentir les palpitations de son cœur jusqu'à ses tempes et qui déclenchait alors une sorte de migraine terrible. Dans sa panique, la scène avait un effet d'hallucination, comme si elle se trouvait dans un rêve éveillé, les images et les sons ne lui arrivant que par bride. Une petite crise d'angoisse sans doute. Je vous voit venir : mais quelle chochotte ! Quelle petite nature ! Mais n'oublions pas que notre princesse avait vécu de nombreux traumatismes de ce genre pendant des années et était seule et sans défense dans ce nouveau monde dangereux. Sans oublier qu'elle n'était qu'une pauvre petite humaine élevée dans un foyer doux et chaleureux et dont l'existence avait été paisible et doucereuse avant l'arrivée des barbares.

Elle n'était donc pas vraiment comme un poisson dans l'eau dans ce bocal remplit de requins. L'un la maintenant toujours par le cou de sa poigne de fer, un autre se plaisait à malaxer sa poitrine et d'autres encore qui exerçaient des caresses vicieuses et des coups de langues répugnants sur tout le reste de son anatomie.
Malgré les cuisses qu'elle tentait par tous les moyens de garder collées l'une contre l'homme, la force de ces hommes étant bien supérieure à la sienne, ils n'eurent aucun mal à briser sa barrière de chair et à glisser leurs doigts impudiques sur son intimité. Ïrika poussa un petit couinement effarouché en remuant nerveusement le bas de son corps, comme pour essayer d'échapper aux caresses vicieuses. Pathétique, n'est-ce pas ?

Banta lui glissa qu'elle pouvait bien arrêter de jouer les pucelles car avec un corps comme le sien, elle avait du passer sous de nombreuses garnisons. Il ne pensait pas si bien dire. A ce souvenir, elle secoua la tête frénétiquement, commençant à souffrir de la nuque à force de se tordre pour lui échapper. Il lui cracha au visage et elle grimaça, les yeux clos, se détournant comme si elle voulait absolument ne rien voir et tout oublier, se réveiller ailleurs et réaliser que ce n'était qu'un cauchemars de plus.
Le membre imposant d'Helel vint s'inviter contre ses fesses, ajoutant un trouble supplémentaire à la demoiselle, si tendue qu'elle risquait fort de se retrouver avec de douloureuses courbatures dans peu de temps. Enfin ce n'était pas ce genre de douleur musculaire là dont elle devait s'inquiéter.

On la gifla de nouveau, au sein cette fois et elle poussa un cri de douleur tandis qu'apparaissait une marque brûlante à cet endroit. Enchaînant, Banta passa à une torture un peu peu plus psychologique, assurant qu'il ferait retrouver Caelan pour se venger. Il la menaça, arguant que si elle tenait à son frère elle allait devoir s'agenouiller et lui faire une fellation.
Nouveau sanglot tandis qu'il lui lâchait enfin le cou. Banta ajouta qu'il en ferait également profiter ses amis ici présents. Ïrika se retrouva à genoux. Non pas pour s'empresser avec plaisir de se mettre à sucer l'esclavagiste, mais plutôt par désespoir, semblant abandonner la lutte, sanglotant en silence.
Elle n'avait plus aucune échappatoire. D'ailleurs en avait-elle seulement eut une a un moment donné ?

Pour s'éviter une nouvelle gifle plutôt que par réelle obéissance Ïrika finit par s’exécuter, tendant la main vers le membre anormalement constitué du colosse pour l'entourer de ses doigts et ouvrir doucement ses lèvres avec une peur non dissimulée. Elle eut une envie fugace de refermer ses dents sur ce sexe répugnant, mais elle se ravisa, se disant qu'il valait mieux ne pas risquer sa vie si elle voulait retrouver Caelan.
Déjà, le gland de l'esclavagiste peina à se frayer une place dans sa bouche, alors elle se contenta pour l'heure de suçoter le bout de sa queue, secouée de haut-le-cœur, préférant alors le branler doucement avec sa main.
Si elle avait été appliquée elle aurait tenté de mieux faire que ça, mais elle manquait clairement de cœur à l'ouvrage...
Journalisée

~ Ceci est mon compte principal ! Mais j'ai aussi des personnages secondaires si ça vous intéresse ^^ ~

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox