banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Aux confins des mondes [Pv : Bast & Membres de la Milice des cieux]  (Lu 1499 fois)
Azriël
Avatar
-

Messages: 17


Ange de la Bravoure


Voir le profil
Fiche
« le: Juin 01, 2014, 01:19:09 »


Terraufair… un plan intermédiaire sauvage, quasiment absent de l’empreinte de l’homme. Un endroit ambigu que l’ange Azriël avait toujours autant craint qu’apprécier.
Cette dimension faisait office de havre de paix mais pouvait également être le spectacle de l’avènement d’une nouvelle aire. Une aire de bataille, de conflit et de souffrance comme au temps de jadis. En ce jour si sombre, les forces du mal tentèrent une fois de plus de s’arracher à la trêve et à leur justice divine. Cherchant à plonger les plans intermédiaires dans le chaos absolu.
Un grand ancien dont le nom rendaient fou ceux au cœur pur qui le prononçait cherchait à s’arracher de sa prison, usant de sa fourberie et de toute sa puissance pour creuser un chemin entre son plan et Terraufair. Si il y parvenait, les conséquences seraient terrible… et les anges n’étaient pas les seuls à l’avoir compris.

Sans trop savoir pourquoi ou comment, une gigantesque armée infernale c’était emparé de la large plaine qui se trouvait devant la milice des cieux. Déferlant avec une fureur immémoriale. Elles étaient désorganisées, regroupant des engeances aux sols de toute forme et de toute taille. Muent par une volonté commune de voir le dieu déchu revenir parmi eux.
S’opposant donc aux forces divines qui se seraient cru replongé dans une épique bataille du passé.

La milice des anges c’était mobilisé, massant en grand nombre leur défenseur dans les dites plaines où le grand ancien cherchait à passer. De nombreux anges puissants, aux commandes d’être plus faible, des chérubins. Ceux-ci portait une armure humble, une lance et un bouclier. Leur visage était en parti caché par une capuche. Six d’entre eux étaient les suivants d’un ange supérieur. Le nombre n’avait jamais été la force des ailés, utilisant un art de la guerre bien plus sophistiqué et efficace que leur adversaire. Cette fois ci cependant, ils voleraient en escadron, l’ange supérieur à la tête d’une pointe de flèche.

Azriël et six chérubins s’étaient posé à terre, comme beaucoup d’autre, se regroupant avant la charge. Car les démons ne semblaient pas enclins à avancer.
Yzual se tenait à ses côtés, fort proche de lui, enlaçant l’un des bras puissant de l’ange de la bravoure.
Sur sa gauche, l’ange pu apercevoir Delia. Un ange fort, en armure complète armée d’une lourde épée. Il fut pendant longtemps son disciple et Delia le considérait avec beaucoup de respect et une pointe d’admiration. Mais lorsque Lucifer trahi, leur opinion sur la question divergèrent fortement. Delia ne trouva aucune raison dans l’acte du traître alors qu’Azriël sans l’accepter le comprenait. Afin de ne pas s’étriper, ils avaient d’un commun accord, décidé de ne plus jamais s’adresser la parole.
Sur sa droite il entrevit Zahus un ange assez calme qui restait humble et ne faisait pas beaucoup entendre parler de lui. Il portait une armure assez légère et de long vêtement blanc, son visage était entièrement voilé par une capuche et il se battait avec une épée assez fine. On lui connaissait un talent certain pour la magie blanche et il semblait être en train de briffer ses chérubins sur la meilleure façon d’opérer. Ceux-ci buvaient ses paroles, en proie à l’admiration de son calme et de sa sagesse.

Il y avait bien entendu beaucoup d’autre ange, mais Azriël n’avait les moyens de tous les voir. D’autre personne avait d’ailleurs prit part à la bataille. Des êtes magiques, comprenant tout l’enjeu de cet affrontement. C’était le cas de Bast, une déesse à l’allure d’un animal d’une grande beauté et d’une grande puissance.
L’ange de la bravoure avait donc décidé de combattre au sol, ne laissant pas seule la déesse qui c’était d’elle-même présenter pour les soutenir dans leur combat.

- Divinité Bast, permettez-moi de vous répéter que nous somme honorer de combattre à vos côtés.

Toujours agrippé au bras d’Azriel, Yzuhal inclina légèrement la tête. En signe de respect pour cette entité d’ordre supérieur.
Elle était encore souriante, son visage assez détendu malgré la légère angoisse qu’on pouvait lire dans l’acharnement qu’elle mettait à retenir le bras d’Azriël.

Celui-ci retourna légèrement la tête pivota la tête pour chuchoter…

- Tout se passera bien…

Un éclair l’interrompit ! Jaillissant du ciel… un éclaire rouge feu. Puis un second… frappant la terre, frappant les rangs des démons qui hurlèrent de joie et d’excitation.
Les nuages furent comme avalé par un trou noir et prirent une teinte rougeâtre. Ils s'agglomérèrent en un seul point. Juste au-dessus de l’armée démoniaque, puis descendirent comme un cône de fumé, frappant toujours la terre et les alentours d’éclaire rouge qui faisaient un vacarme de tous les diables. Le cône s’ouvrit à une centaine de mètres du sol et une nuée innombrable d’engeance ailée en sortirent. Elles étaient de la taille d’un très grand homme, leur corps était recouvert d’un mélange improbable de plume et de poil. Seul leur tête et leur cou étaient à nue, rallongé d’un bec coupant comme des ciseaux.
Les bras d’Yzuhal se resserrèrent autour de celui d’Azriël, elle ne craignait pas pour elle, mais pour lui. Son vaillant cœur trop souvent impétueux…


- Tout se passera bien…

Elle le serra une dernière fois puis s’écarta doucement, le regardant intensément alors qu’il empoigna fermement Ardeur, sa lance divine. Yzuhal sourit avec une mélancolie évidente. Elle soupira et ramassa ses armes avant de s’envoler, partant rejoindre un nombre important d’ange qui s’apprêtaient à livrer bataille dans les cieux.

- Tu adores ça hein

Azriël ne répondait pas, comme un enfant un peu honteux de l’avouer. Mais elle avait raison, elle avait toujours raison.

La bataille, pouvait commencer...
« Dernière édition: Juin 09, 2014, 03:02:29 par Azriël » Journalisée

Bast
Dieu
-

Messages: 48



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 01, 2014, 10:07:45 »

L'odeur fétide du souffre et de la fureur. Cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait senti, et la revoilà, cette foutu odeur. Une odeur collante, qui va stagner sur ces terres pendant des jours, voir des mois ou des années à laquelle va s'ajouter l'odeur et l'aura de la mort. Ainsi sont les forces de la nature et du cosmos, parfois en trêve, mais jamais en paix, elle seront toujours voués à s'affronter, à se haïr, à se mettre des lames entre les omoplates pour mieux relancer les échauffourée, puis les escarmouches puis les guerres. Sur tout les plans, sur le plan des hommes comme sur le plan des cieux et dans le plan encore supérieur, toujours, les ténèbres et la lumière s'affrontera. Ainsi va l’existence.

Et nous voilà sur Terraufair. Cela faisait longtemps que la déesse Bast n'avait foulé ces étendus presque sauvage, presque immaculé de la présence humaine. L'ironie voulait qu'une bataille de cet ampleur soit livré sur un plan où les premiers concernés sont totalement absent et inconscient de l'importance de cet événement sur leur futur. La déesse féline était là pour protéger ce futur, pour protéger ces humains qui l'avaient oubliés qui ne la vénéreront certainement plus jamais. Elle pourrait laisser libre court à sa colère pour la rappeler à leur bon souvenirs, mais là n'était ni son rôle ni la tâche pour laquelle elle était apparut. Elle n'avait de toute façon plus de rôle maintenant qu'elle n'était plus vénéré. Elle ne pouvait maintenant juste puiser dans ses ressources pour appeler ses favoris, ses champions dans cette dimension, que ce soit Seikusu, cette cité japonaise, ou bien Terra. Car en tant que Déesse, Bast s'est bien rendu compte que ces deux endroits, bien qu'éloigné, sont relié.

Et voilà les Anges. Premier et ultime rempart, forces célestes à la fois disparates mais unis dans leur Ordre et leur beauté face à l'horreur et le Chaos. Certains semblaient avoir un nom, mais Bast n'en avait pour l'instant cure, car leur identité était bien dérisoire face à ce qui les attendait. L'un d'entre eux s'adressa à elle et elle lui accorda en retour un sourire ainsi qu'une réponse d'une voix calme et déterminé.


"Mes frères et soeur ne seront pas là pour m'épauler cette fois ci, Ange. Mais ne vous sacrifiez pas pour moi si je suis en danger."

Il était accompagné d'une autre ange. Un lien très fort semblait les unir. Amour ? Amitié d'une grande force ? Frère et Soeur ? Où est d'ailleurs Isis ? Horus ? Où sont tout les autres ? Peut être qu'elle n'est plus que la dernière. La voilà proche d'un fardeau que beaucoup d'humains portent sur leur épaule à présent. Il fallait qu'elle se concentre.

"Peut être que tout se passera bien. Mais je sens dans les intrigues cosmiques tout ça n'est que le début. Même si la bataille sera gargantuesque, il se peut fort bien que tout ne soit qu'un prologue et que tout restera à faire. Et ce ne seront alors pas seulement la force et les armes qui nous sauverons. Mais bien autre chose... quelque chose que nous ne pourrons seulement laissé qu'à nos champions."

Elle ferma alors les yeux et étendit ses bras, commençant alors une métamorphose tandis qu'elle semblait incanter dans une langue oublié depuis bien des éons, une langue que peut être même les anges avaient oublié depuis. Ses cheveux poussèrent encore plus et gagnèrent en volume pour former une véritable crinière noire aux reflets rouges. Son corps gagna en muscle sans perdre pour autant sa finesse, ses mains et ses pieds se firent plus animal, perdant leur doigts pour être remplacé par de véritables pattes griffus. La bouche de Bast enfin se durcis, se fit plus carré, plus forte, avec de grands crocs aussi long que des couteaux et aussi aiguisé que les meilleurs lances.

Pendant tout ce temps, des sortes de petits portails ronds apparut, laissant passer de bien étrange félins.



De couleurs multiples et changeant, ils ne semblaient pas avoir de fourrure, mais une sorte de peau écailleuse aussi dur que la plus résistante des cottes de mailles. Ils étaient aussi grand et aussi gros que des dragons de Komodo, mais bien plus agiles, bien plus fort et bien plus intelligent. Leur pattes se terminaient par de solide griffes qui éraflaient le sol au moindre de leur pas.

Sans plus attendre, et avec une coordination parfaite, la déesse et ses souscrit s’aplatirent  sur le sol et en un bond arrivèrent au contact de la première vague en un violent fracas qui résonna autant que le tonnerre. Un ignorant pouvait être étonné que de pareil félin pouvaient suivre une déesse, mais il s'agissait en réalité de chat de Saturne, un peuple félin qui pouvait parcourir d'un bond les horizons interstellaire pour aller à leur destination. Alors parcourir un champ de bataille n'était pour eux qu'un effort superficiel qui leur permettaient de prendre l'ennemi par surprise. Ils frappaient et se servait de la force de l'impact pour prendre leur élan et frapper un second adversaire avant de commencer à lutter avec un troisième. Bien que dépourvu d'aile, ils pouvaient aussi bien se battre dans les cieux que sur Terre, et Bast pouvaient faire de même mais avec bien plus de grâce. Elle semblait danser d'ennemi en ennemi malgré la violence de ses coups qui déchiquetaient ses adversaire.

Mais tout ça était encore trop facile. Ces créatures n'étaient que chair à canon désorganisés. Juste de grands badaud à qui la nature ou une autre engeance a décidé de leur donner des ailes pour qu'ils vagabonde pathétiquement dans les airs. La déesse restait concentré et tâchait d'éviter aux Anges de combattre ces pathétiques créatures pour qu'ils économisent leur forces face à quelque chose de bien plus gros.
Journalisée

Yehaël
Avatar
-

Messages: 121



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juin 03, 2014, 01:02:59 »

Avez-vous toujours été aveugles ? N’avez-vous donc jamais été capables de voir au-delà de ce que vous pensiez croire comme étant une certitude ? Regarde-toi, Yehaël... Pathétique Ange aux ailes brisées. Tu t’es battue pendant tellement longtemps pour ce monde, pour cette humanité qui te méprise et t’envie. Ta vie n’est qu’un éternel fleuve de batailles, un déferlement continuel de mort et d’entrailles déchiquetées. La Pureté ne peut-elle donc s’affirmer qu’en détruisant l’Impur ? C’est la caste maudite de la Sphère des Guerriers, les Anges condamnés à être en ligne, les Anges condamnés à sombrer le plus rapidement possible... Car, quand on était si proche de la Lumière, il était difficile d’oublier la crasse qu’on venait de déchiqueter. Lucifer en avait fait la redoutable expérience, tout comme toi. Votre vie était maudite. Vous étiez aussi nuisibles qu’indispensables, condamnés à scier votre propre branche en protégeant les vôtres, en protégeant l’Harmonie et la Lumière, en veillant à ce que le libre-arbitre domine, et à ce que l’Espoir continue à brûler dans le cœur des hommes. Vous étiez l’Épée Céleste, le bâton à la place de la carotte. Une existence maudite, tracée du sceau de l’infortune.

Malgré toute votre sagacité, vous aviez été aveugles. Les Grands Anciens, ceux qu’on appelait parfois les Dieux Morts, étaient l’un des plus vieux cauchemars de l’humanité, un des plus lointains ennemis de toute forme de civilisation se voulant libre. Ils étaient les premiers tyrans de l’Univers, des créatures colossales qui avaient asservi les Plans Intermédiaires. Leur pouvoir était incommensurable. Vous n’aviez pas pu en venir à bout, simplement les bannir. Toi-même n’était qu’une chérubine quand les Grands Anciens furent vaincus, et rares sont les vétérans de cette époque pouvant témoigner de la puissance colossale des Grands Anciens. Seuls quelques Archanges très vieux, siégeant notamment au Conseil, étaient là pour témoigner du combat suprême, celui qui avait opposé les Anges à l’un des plus redoutables d’entre eux, Cthulhu. Le Grand Ancien avait fondé sa cité, son siège, dans les profondeurs des eaux. On l’appelait R’lyeh, et Cthulhu y sommeillait. Les Anges et les Anciens Dieux l’avaient scellé dans sa cité, où son corps était piégé... Son corps, mais pas son esprit. Cthulhu était endormi, plongé dans un sommeil éternel, mais ses rêves s’échappaient de cette prison éternelle, et, parfois, ils trouvaient des échos dans les songes des esprits faibles. Comment résister à l’appel de Cthulhu ? Il sondait votre âme avec une facilité terrifiante, et vous promettait tout ce que vous vouliez.  Depuis l’aube des Temps, Cthulhu tentait ainsi les hommes pour qu’ils le réveillent, et pour qu’il puisse revenir en ce bas-monde, et y imposer sa domination. Tu le savais, car tu connaissais la légende, et tu avais déjà affronté plusieurs tentatives de Cthulhu de revenir. Tu avais vu la puissance de ses rêves, et tu avais senti, à travers son sommeil éternel, sa rage, une haine aussi noire que la profondeur de l’espace. Il rêvait de prendre sa vengeance, de vous briser, et d’asservir à nouveau les espèces.

Vous ne pouviez pas le laisser se réveiller à nouveau, et c’est bien pour ça que la Milice avait attaqué toute une région de Terreaufair quand vous aviez remarqué la présence de démonistes, de mages noirs. Ils ne cherchaient pas à créer un Portail des Enfers, mais à libérer Cthulhu. Ils avaient amené avec eux toute une armée, et de puissants artefacts leur permettant de contrôler les terribles monstres habitant Terreaufair. La guerre faisait rage dans le ciel quand tu arrivas. Elle régnait le long des îles flottantes du Zéphyr, au-dessus de l’épaisse jungle recouvrant Terreaufair, filant vers les plages de l’Océan Étincelant. R’lyeh, une cité sous-marine... Elle était dans les profondeurs de tous les océans, piégée dans une autre dimension. Cthulhu y avait bâti son empire, et cet empire aait été scellé. Les fidèles de Cthulhu avaient du y trouver un portail, une ancienne cité bâtie par les fidèles des Grands Anciens, avec un portail mené à R’lyeh, un portail capable de LE réveiller. Vous ne pouviez pas laisser faire ça. Tu ne pouvais pas laisser faire ça.

La bataille se déchaînait dans le ciel, mais également en contrebas. Perpétuant la vieille alliance, des Dieux avaient décidé de vous rejoindre. Ils n’étaient pas à proprement parler les Olympiens. Bien qu’ils soient forts, cette nouvelle génération de Dieux n’avait pas connu les Grands Anciens simplement une forme de descendance : les Titans. Il fallat des Dieux encore plus anciens pour renouer les serments, mais ces dieux-là étaient affaiblis, et de plus en plus rares. Tu fus donc soulagée de voir Bast attaquer les ennemis, fondant depuis la jungle avec ses chats magiques. Le ciel était noirci, et tu sentais la magie noire pulser, furieuse. Il y avait des démons ailés, des espèces de sinistres monstres ressemblant à des oiseaux reptiliens qui fondaient sur toi. Ta lance les accueillait, mais il vous fallait aussi affronter de redoutables ptérodactyles, et d’autres monstres, incluant des démons rougeâtres. Des renégats, des démons qui avaient choisi d’obéir aux ordres de Cthulhu.

Au sol, d’immenses monstres s’avançaient le long de la jungle. De redoutables adamankhélones se heurtaient aux forces de Bast.

« Repoussez-les ! Sécurisez les îles aériennes !! » hurlais-tu à l’intention des Anges.

Le Conseil avait ordonné le déploiement de l’intégralité de la Milice, mais cette dernière était dispersée. Vous aviez donc envoyé vos aspirants, des Chérubins. Ils étaient soucieux de bien faire, et ceux qui se battaient étaient en fin d’apprentissage, mais manquaient encore de formation. Ces nuages noirs vous ralentissaient, et diminuaient vos pouvoirs.. Vous étiez des Anges, la Lumière avait toujours été votre force. Ces nuages noirs se concentraient parfois, regroupant alors une quantité phénoménale d’énergie magique, et des cônes d’énergie fusaient alors, déchiquetant la jungle, ravageant les arbres et fauchant les malheureux anges ayant eu le malheur de se trouver dessous. Ils étaient générés par des mages se tenant sur les îles aériennes. Au loin, tu reconnaissais Azriël et Yzual. Le duo était déjà là, ce qui ne te surprit pas.

*J’ai dû rater le début de la fête...*

Tu ne pouvais t’en prendre qu’à toi-même, dans le fond. Mais tu comptais bien rattraper ton retard. Ces cônes d’énergie, non contents de vous affaiblir, balançaient également des flopées d’ennemis supplémentaires. Vous étiez en nette infériorité numérique, mais, après tout, ce n’est pas comme si c’était la première fois, non ?

Tu pouvais l’endurer.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azriël
Avatar
-

Messages: 17


Ange de la Bravoure


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juin 03, 2014, 12:05:35 »

Azriël avait oublié la redoutable puissance des dieux ! Leur faculté à créer et à manipuler l’énergie magique pour en faire quelque chose d’aussi efficaces qu’effrayant.
La petite déesse à l’apparence chétive était devenue une créature aussi majestueuse que féroce, se ruant dans le feu d’une bataille qui promettait d’être terrible. Ses créatures magiques avaient la beauté d’un oiseau de paradis et la majesté des plus nobles félins. Elles étaient aux moins aussi véloce et féroce que leur maîtresse et entrèrent en collision contre les rangs démoniaques à leur tour. Impressionnant d’avantage l’assemblée d’ange qui avait choisi de lutté à ses côtés.

Les ailes de l’ange de la bravoure s’ouvrirent grand et il s’élança à la suite de la déesse qui tranchait déjà dans le vif du sujet. Son style lui plaisait…
Azriël comme à son habitude était en tête, n’ayant encore une fois pas donné le moindre signal, laissant derrière lui les chérubins médusés qui étaient sensé le suivre. Zahus ricana, croisant les bras avant de regarder ces derniers.

- Je ne sais pas quelles tâches sera la moins aisée, le suivre ou défaire cette engeance ! Je vous souhaite doublement bonne chance, que la grâce des cieux vous garde.

-EN AVANT LANCE DIVINE !

C’était Délia qui venait d’hurler, glissant devant la troupe abandonné d’Azriël comme un planeur. Ceux-ci s’élancèrent également rejoignant ses rangs.
Zahus termina la charge, dégainant son épée et maintenant une lumière bleuté incandescente dans sa main. D’autres anges les aideraient surement, mais ils c’étaient fixés comme objectif principal d’épauler la déesse dont la magie était si précieuse. Tandis que l’ensemble des autres anges avaient préférer se battre dans les cieux, déployant leur grand avantage dans le combat aérien.
Le commando se battant à terre rasait donc le sol, créant un nuage de poussière à leur suite.

Tous purent apercevoir Azriël heurter de plein fouet les rangs démoniaques, frappant le sol avec sa lance, créant une onde de choc qui expulsa loin derrière une demi-douzaine de démon de toute taille. Il fit tournoyer sa lance au-dessus de sa tête, effectuant un mouvement tournant à son tour pour finir par se remettre en garde. De part ce mouvement, le tranchant de sa lance venait d’éventrer la ligne qui lui faisait face. Il para un vulgaire coup et donna une violente impulsion de ses ailes pour sauter en arrière. Une fois au sol, il empoigna sa lance à deux mains et porta un coup d’estoc violent dans le vide. Un trait de flamme en jaillit et fut propulsé avec force et fermeté, frappant la dizaine de démon qui le chargeait. Mais cela ne sembla les arrêter car les morts étaient immédiatement piétinés pour laisser la place à d’autre. Sous son casque Azriël sourirait, voilà longtemps qu’il n’avait éprouvé pareil sensation. Et voilà un autre coup qu’on lui porta, il le dévia, se jetant vers l’avant pour en esquiver un deuxième. Son aile droite se releva, désarmant la poigne maigrichonne d’un épéiste… sa lance se planta dans le corps de celui-ci. Il l’arracha et fit tourner la hampe d’or au-dessus de lui, dessinant un trait de flamme autour de sa personne. Tranchant et brûlant ce qui l’entourait…
Il replaça sa garde, observant les démons qui c’étaient reculé pour ne pas être atteint pas se torrent de feu et d’acier. L’espace d’une seconde ils se jugèrent du regard…


Un second choc ébranla les lignes ennemis, ses compagnons venaient d’arrivé. Delia ouvrait la marche, volant entre les rangs ennemis, suivi de douze chérubins qui usaient de leur lance. L’un d’entre eux fut percuté par un démon qui c’était élancé, ils tombèrent ensemble dans la masse noir.
Zahus à leur suite tenta d’intervenir en projetant une flamme bleue soufflant les démons. Mais ce n’était que pour constater le trépas du chérubin… il fronça le sourcil et relança plusieurs flammes bleues ici et là. Ses chérubins l’encerclèrent en portant des coups de lance à ceux qui passaient entre les flammes bleues.
Delia et sa troupe repassèrent une deuxième fois, comme des oiseaux de proie prenant de la hauteur pour redescendre. Ils volèrent au-dessus de la déesse faisant encore quelque raid avant de se poser au sol, portant assistance à ses chats de saturne. Azriël de son côté continuait sa lutte acharnée.

Du ciel, Yzual ne put s’empêcher de porter un œil inquiet sur ce qu’il se tramait. La fougue et la témérité de l’ange de la bravoure n’était pas sans l’inquiéter. A tel point qu’elle ne vit qu’au dernier moment la lame qu’un diable ailé cherchait à lui planter dans le ventre. Elle se cacha derrière son bouclier et trois de ses chérubins arrivèrent de tout côté pour planter le démon qui alla ensuite s’écraser dans ses rangs au sol.
L’ange de la raison les remercia d’un signe de tête avant de pointer sa lance vers le cœur du nuage, où le combat y était plus difficile. Ils se placèrent comme un escadron d’attaque, volant en pointe de flèche, lance en avant pour se heurter aux terribles forces démoniaques.

Le sol se mit alors à trembler, secouant anges et démon… en relevant leur visage, les anges purent apercevoir de terrible adamankhélones, des créatures gigantesques et semblables à des montagnes.
Zahus plus avancé dans les rangs ennemis n’eut d’autre choix que de s’envoler pour ne pas être écrasé par le pied imposant de ce démon. Ses chérubins le suivirent, se protégeant derrière leur bouclier et maintenant leur lance en avant.

- Visez les yeux… faisons le hurler, nous pourrons inonder sa gorge de nos flammes di…

Du coin de l’œil, l’ange put apercevoir une troupe innombrable de ce créatures ailés à l’aspect d’oiseau et de reptile. La masse était si compacte et imposante qu’elles voilaient la lumière dans son dos, et cette masse se ruaient vers eux, sortant leur griffe comme autant de couteau prêt à les trancher.

- En formation derrière moi mes frère ! Luttons ensemble…

Zahus releva sa main libre, faisant naître une flamme d’un bleu plus pur que précédemment… il plaqua le plat de sa main vers l’avant et récita quelques prièrent. La flamme grossit, pour atteindre une taille impressionnante. Un cri s’arracha du tréfonds de son torse alors que le trait de flamme bleue prit une ampleur démesurer. Les masses de démon fort proche n’eut le temps de virer de bord et se jeta dans le feu. Et c’est autant de corps en feu qui passèrent sur leur côté, cherchant à battre des ailes mais ne faisant que s’abattre au sol.
Mais comme un banc de sardine bougeant d’un seul corps, la masse se réorienta doucement, continuant de sacrifier un nombre important d’entre eux. Ils glissèrent sur les côtés des flammes, cherchant à déborder sur les flancs de Zahus, mais ses chérubins étaient là, prêts à le défendre.
Leurs lances traversèrent les chairs, et leurs boucliers encaissèrent les chocs. Il ne manquait pas de bravoure alors qu’ils luttaient actuellement à un contre vingt.
L’un d’entre eux planta son arme dans le crâne d’un démon, mais ne parvient à en retirer la pointe. Deux autres en profitèrent pour le percuter, l’un planta ses griffes dans son bouclier, mais l’autre eut tout le loisir de les planter dans le cou de l’ange. Celui-ci battait des ailes pour ne pas s’écrouler sous le poids, mais deux autres démons plantèrent à nouveau leur griffe en lui et déchirèrent ses ailes. Il ne put donc rien faire d’autre que d’aller s’écraser au sol.
Journalisée

Bast
Dieu
-

Messages: 48



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juin 08, 2014, 11:32:10 »

La situation commença a se compliquer légèrement. Les anges semblaient se faire submerger sous le nombre de créature volantes tandis qu'au sol, d'immense créatures montagneuses quadrupèdes débutèrent une attaque. D'un geste de la main alors qu'elle rompit le cou d'un adversaire d'une violente torsion, elle ordonna à sa troupe de chat merveilleux d'aller soutenir les troupes angélique. L'ange qui tombait au sol fut rattrapé et mit en sécurité par l'un des chats de Saturne tandis que tout les autres félins interstellaires se jetèrent sur les ennemis des anges pour rétablir un peu l'équilibre.

Car la déesse jugea qu'elle pouvait se débrouiller seule pour un petit moment. Elle prit un appui sur l'une des créature volante et se fit tomber comme un véritable petit missile à fourrure vers la nuque de l'une des créature et tomba dessus avec un fracas osseux assourdissant. La créature touché tomba majestueusement sur le flanc, tué sur le coup, sans douleur et sans se rendre compte de ce qui s'était passé. Mais cette première victoire contre Goliath n'était qu'un gain de temps, car tout les autres titans semblèrent comprendre la menace qui se profilait contre leur existence et se dirigèrent d'un pas lourd vers la déesse féline.

Celle ci entama alors une danse étrange et presque surnaturelle. Alors qu'elle dansait, la terre et la poussière sembla danser avec elle, se soulevant, ondulant, se contorsionnant. Alors que l'un des adamankhélones s'apprêtait à l’aplatir, un immense pic sortit de terre et transperça le géant, l’embrochant cruellement. Il ne mourut pas tout de suite, se débattant, aggravant ses blessures qui formèrent de véritable petite mares de sang. Alors qu'elle terminait sa danse dans un mouvement soudainement très violent et souple, de multiples pics de roc s'élevèrent aléatoirement parmi les gigantesques créatures, les blessants, les empalant parfois, mais surtout, les gênant dans leurs mouvements déjà pataud. De ces pics, grossirent alors soudainement d'autres pics, gênant et blessant encore plus les créatures. Ces gigantesque morgensterns mis en place, la déesse se dirigea d'un pas résolu vers ses adversaire. L'un d'eux essaya à nouveau de la piétiner. Elle tandis sa propre patte lionesque et arrêta par sa seule force physique l'attaque avant de prendre appuie sur le sol pour renverser le titan sur l'une de ses arme improvisée à partir de la nature. Et elle continua sur sa lancé, se servant de sa seule force tout aussi monstrueuse que celui de ses adversaire, les attaquant et les tuant de diverses manières un par un. Bientôt, le sang des créatures commença à la recouvrir, lui donnant un air encore plus sauvage.
Journalisée

Yehaël
Avatar
-

Messages: 121



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juin 09, 2014, 02:24:17 »

Tu sentais que les choses bardaient en contrebas. Certains de tes camarades se tenaient en contrebas, au milieu de la jungle, et tu sentais la puissance d’Azriël. Le redoutable Ange de la Bravoure faisait encore des siennes. La présence de tous ces chérubins devait lui monter à la tête. Il en faisait trembler le sol, répandant des vibrations magiques qui suintaient dans l’air. Vos ennemis étaient tellement nombreux, c’était à peine croyable. C’était comme si la nature de Terreaufair elle-même les rejoignait. Tu fondais dans un décor apocalyptique sur l’une des îles flottantes du Zephyr, défiant des ptérodactyles qui te chargèrent. Ta lance et tes tirs magiques zébraient le ciel, fauchant ces monstres préhistoriques comme la faux fauchant les épis de blés. La bataille faisait rage, les cultistes se défendaient avec acharnement.

Un ptérodactyle te frappa dans le dos, ses griffes labourant ton corps. Tu perdis contact, son poids t’emportant avec lui, et tu t’affalas sur l’une des îles, roulant sur le sol, avant qu’un chérubin ne réussisse à te sauver de cette passe en envoyant un trait magique qui repoussa le monstre. Blessé, le dinosaure s’envola rapidement. Ton dos était en sang.

« Ange Yehaël ! s’exclama-t-il, catastrophé.
 -  Ça va, ça va, Azhum... Sois prudent. »

Le ptérodactyle t’avait poussé dans une espèce de canyon, de crevasse étroite. Vous étiez provisoirement à l’abri du combat. La magie blanche agissait déjà sur ton corps meurtri. Tu te relevais lentement, voyant Azhum, à côté de toi. Le jeune chérubin était nerveux, tenant fermement son épée, te jetant des œillades discrètes. Il était soulagé d’être avec toi. Yehaël, la célèbre Ange de la Pureté. Terrifiante au combat, intransigeante à l’entraînement. Tu les avais fait souffrir, ces pauvres chérubins, mais, si on voulait rejoindre la Milice, et défendre vos valeurs, il fallait le mériter. La discipline était importante, et on en pouvait l’acquérir qu’avec une solide formation. Azhum t’admirait, mais tu ne lui souris pas. L’heure n’était pas aux sourires idiots.

« Il faut neutraliser le mage qui se trouve sur cette île. Ma chute a pour elle de pouvoir nous rapprocher de lui sans subir les assauts de nos adversaires. »

Comme quoi, à chaque chose, malheur est bon, n’est-ce pas ? Tu t’avanças lentement, évitant de voler, afin de ne pas attirer l’attention des ennemis. La bataille continuait à faire rage, et tu sentis toute l’île vibrer quand un immense monstre aérien la heurta violemment, abattu en plein vol par tes congénères. Azhum restait dans ton dos, et tu arrivas de l’autre côté de cette faille, voyant une plaine d’où s’élevait un cône de magie pure. Il y avait, au centre, des cultistes, formant un cercle autour de ce dernier, priant, vénérant ce cône.

« Cette magie est puissante, Ange Yehaël...
 -  Et interdite... Tu le vois ? Le mage est là. Il récite des mots d’une langue qui t’est inconnue, Azhum... »

Le mage noir flottait en hauteur, et tu reconnaissais, pour les avoir déjà vus, les runes des Grands Anciens. La mélopée que le mage noir disait était issue d’un livre infernal, honni de tous, et dont toute publication était interdite : le Necronomicon. Le livre infernal, plus vieux que le monde lui-même, abritait les secrets des Grands Anciens, leur force. Ce mage était un disciple. Tu serras les poings. C’était une magie ancienne, aussi puissante que malfaisante.

« Je vais m’occuper de ce mage, Azhum... Toi, tu t’occuperas des cultistes. »

Azhum hocha la tête, mais tu voyais cette lueur dans son regard, tu sentais son envie de t’aider, son envie de ne pas rester à des tâches subalternes. Azhum était doué, mais vous n’affrontiez pas un vulgaire mage renégat manipulé par un quelconque baron infernal.

« Je suis sérieuse, Azhum ! dis-tu en haussant le ton. Laisse-moi m’occuper de ce démon !
 -  Très bien, Ange Yehaël... »

Tu ne pouvais qu’espérer qu’il ne ferait rien de stupide. Tes ailes se déployèrent, tu t’envolas, et tu fonças comme une flèche, envoyant une lance magique. Des gargouilles à proximité te chargèrent, mais ne purent rien faire contre l’onde magique que tu lanças depuis ta main, les renversant. Tu fonças vers le mage, mais, alors que tu allais le pourfendre avec ta lance, un bouclier magique l’enveloppa, et te repoussas sèchement.

« Ange... Faux prophètes ! Ce monde est nôtre... »

Ses yeux étincelaient d’une lueur mauvaise. Du sang s’échappait de tes lèvres. Tu serras les poings, et envoyas des cristaux de lumière contre son bouclier. Les cristaux explosèrent près de lui, et il se concentra davantage. Son bâton se mit à luire, et une lueur verdâtre te frappa alors. La douleur explosa en toi, et tes mains se dressèrent devant toi, afin de te protéger. La lueur verdâtre était éblouissante, éprouvant ta résistance.

« Nul ne peut s’opposer à Eux, Yehaël.. Ils lisent ton nom, et Ils se gaussent de toi ! Tu n’es qu’une poussière à Leurs yeux, toi et tes maîtres vains ! »

C’était un mage qui parlait un peu trop, selon toi, mais sa magie était efficace. Cependant, comme il venait de le dire, tu étais Yehaël, l’Ange de la Pureté. Azhum te regarda avec crainte, luttant contre l’envie d’intervenir. Le rayon magique te faisait reculer, mais une lueur brillait dans la paume de tes mains. Tes doigts s’entrouvrirent, libérant des filaments magiques qui se déplacèrent alors, et frappèrent le monstre. Le mage grommela de dépit en sentant ses membres être entravés par des cordes dorées. Il les brisa rapidement, et t’attaquas alors en balançant des rayons courts explosifs. Il te suffisait de les esquiver, tournoyant autour de lui, tandis que les traits explosaient contre les parois de l’île flottante. Ce mage était fort, c’était un fait... Mais tu n’étais pas mal non plus. Tes mains enflammées cicatrisaient déjà, et tu fondis sur lui. Ta lance se heurta à son bâton, mais, si sa magie était forte, ta force physique surclassait la sienne. Tu le repoussas, et déplaças ta lance pour l’occire, mais il choisit de se téléporter, disparaissant à ta vue.

« Lâche... » grommelas-tu.

Le cône magique fut désactivé, et tu te posas sur le rebord de l’île flottante, regardant en contrebas. La Déesse ancienne faisait des ravages contre les adamankhelones, faisant sortir des espèces de monticules du sol, empalant les monstres, sa force physique suffisant à les repousser.

« Vous avez repoussé ce mage, Ange Yehaël ! »

Azhum était sincèrement impressionné. Tu secouas cependant la tête, de gauche à droite.

« Ce n’était qu’une image... Le véritable mage est plus loin...
 -  Alors, que faisons-nous ? »

Tu y réfléchissais. Ton regard se porta sur Azriël. Dans cet océan d’ obscurité, l’Ange de la Bravoure était comme un phare baignant dans l’obscurité, attirant à lui bien des démons. Comme toujours, il avait fait de l’excès de zèle.

« Nous allons soutenir Azriël. »

Le chérubin ne dit rien, mais tu sentais sa désapprobation. Pour lui, il aurait fallu continuer à sécuriser les airs, mais tu faisais confiance à tes camarades pour y arriver. Les ennemis se massaient sur le sol, et il était important de se déplacer pour soutenir tes alliés au sol. Tu te laissas tomber en piqué, filant à toute allure, avant de t’arrêter à quelques mètres du sol, surplombant Azriël. Ses ailes avaient été meurtries.

« Toujours à vouloir impressionner la piétaille, Azriël ? Ta fougue te coûtera la vie, un jour. Nos ennemis sont bien trop nombreux, et des mages infernaux les dirigent. Tu auras besoin de tes ailes. »

Le fait est qu’un Ange privé de ses ailes était aussi privé de la majeure partie de ses capacités de combat.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azriël
Avatar
-

Messages: 17


Ange de la Bravoure


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Juin 09, 2014, 09:43:22 »

Azriël porta un violent coup vertical à un démon qui le chargeait. Le crâne de celui-ci heurta le sol juste devant ses pieds. Dans son dos une lame vient le heurter, il avança de quelques pas avant de parer un autre coup, puis un second… ses ennemis se massaient en nombre autour de lui, venant sans cesse rehausser les montagnes de cadavre qui cerclaient l’ange de la bravoure. Un nouveau coup circulaire d’Azriël eut tôt fait de lui permettre de respirer de de ne pas crouler sous le nombre.
Dans le feu de la bataille, son aille avait servi de bouclier contre une lourde hache. Une lance brisée se dressait toujours dans son dos et une lame avait bien failli l’éventrer.
Mais la douleur n’était là que pour lui rappeler de l’important de cette bataille qui l’enivrait. Il se renvoya au summum de a gloire passer, étouffé par la fierté et l’ardeur de son cœur. Sa lance ne portait pas se nom par hasard…
Un démon bondit de la masse, lame levée, prête à s’abattre sur l’ange qui le réceptionna sèchement de sa lance. Le démon s’empala alors qu’il tombait à genoux, toujours planté par la lance de l’ange.
Azriël usant de sa force, commença à courir vers l’avant, se servant du corps imposant du démon pour pousser un groupe important d’ennemi. Le bout de sa lance fit exploser ensuite le corps dans une gerbe de flammes vives, projetant un grand nombre de démon vers l’arrière.

Au-dessus de lui il reconnut le battement d’aile d’un allier. Yehaël ! Un ange supérieur avec lequel il avait combattu par le passé… il n’eut même pas le temps de s’attarder sur elle et son chérubin ou de lui répondre que d’autre démon se ruèrent sur lui, franchissant rapidement les quelques malheureux mètres les séparant. Azriël ne prit pas peur, il se mit simplement en garde avant de prendre sa lance à deux mains, la dressant au-dessus de sa tête, pointe vers le sol.

Je suis la… Bravoure !

Hurla-t-il alors qu’il frappa le sol avec une force et une détermination qu’on lui connaissait. Une aura de flamme fit trembler la terre, élargissant un haut cercle de feu dont il était le centre. Reculant sur des mètres et des mètres dans les rangs noirs de ses adversaires. Brulant tout sur son passage dans un orchestre de hurlement de douleur.

Du ciel, Yzual aperçu le cercle de feu s’élargir pour ensuite disparaître. Son vaillant cœur faisant encore de l’excès de zèle, cherchant à se prouver quelques choses. A gagner son âme auprès d’une humanité qu’il se culpabilisait d’avoir abandonné. Elle vira de bord, suivi par ses chérubins quelques peut étonner mais qui confiance en elle pour la suivre sans poser de question.
Un banc de démon ailé passèrent entre eux et l’ange de la raison qui dû livrer bataille. Mais son cœur était rassuré, car Zahus aussi avait compris et il s’était déporté vers l’ange de la bravoure qui le criait haut et fort.
L’ange et ses chérubins abandonnèrent le combat avec ces montagnes monstrueuses que la déesse semblait capable de pourfendre à elle seule. Avec l’aide de Delia et de la vingtaine de chérubin qui les entouraient, ils avaient bien ratissé les environs… laissant à Bast le loisir d’exercé son plus bel art.

- Delia !?

- Oui je sais… vas sauver ce sombre imbécile…

Son épée trancha la tête d’un démon qui avait bondit dans sa direction… ses onze chérubins voltigeaient eux aussi autour de la déesse, frappant de leur lance d’éventuelles menaces, même si les chats de saturne n’était pas à plaindre en matière de performance martiale.

Zahus s’élança donc suivi de six chérubins déjà épuisé et fortement blessé. Il plana sans peine pour arriver aux côtés de Yehaël… sa main toujours animé d’une flamme bleu se posa sur son épaule mais sans lui causer du tords.

- Quel joie de te savoir parmi nous… en ces temps si sombre tu seras le phare de notre espoir. Accordes moi du temps je te prie ! Que je soigne cet ours qui se prétend ange…

Les chérubins de Zahus épaulèrent donc l’ange de la pureté dans leur tâche tandis que Zahus se posa aux côtés d’Azriël.
 
- Que dirais Yzu…

L’ange l’interrompit…

- Elle n’est pas là ! Alors fais ce que tu as à faire… en silence je te prie !

Et Zahus s’exécuta, passant sa main nimbé de flamme bleu sur la plaie l’empêchant de voler correctement. Une fois fais, il porta sa main autour de la hampe de la lance brisé dans le dos d’Azriël, mais celui-ci le repoussa farouchement.

- Laisse ! Ce n’est rien…

- Azriël tu n’es pas immortel !

Celui-ci déploya ses ailes avant de s’envoler, accompagner du regard désespérer de Zahus qui réarma son bras avant de projeté des flammes bleu sur ses ennemis en s’envolant.
Azriël était rapidement revenu dans la course, usant de sa lance comme d’un fusil crachant de courte gerbe de flamme sur les rangs de démon en contre bas.
Un démon ailé le chargeait par derrière mais l’ange pivota en faisant battre ses ailes et l’acier de sa lance le coupa en deux, tachant son armure d’or.
Zahus lui rejoint l’ange de la pureté qu’il sollicité entre deux coups de lance, continuant lui aussi à inonder ses adversaires de flamme bleu.

- Comment se fait-il qu’ils soient si nombreux ? Sais-tu de combien d’invocateur ils disposent ?

De son côté, Delia est ses chérubins épaulaient avec vaillance Bast qui ne cessait de causer du tords aux engeances gigantesques.
Un de ses picots de terre en perça un, soulevant son flanc gauche et la faisant pencher sur sa droite. Delia et cinq anges s’élancèrent à toute allures sur le flanc gauche du démon gigantesque et le heurtèrent d’un seul corps, provoquant une onde de choc qui finit de faire tomber la créature qui s’écrasa en aplatissant des centaines des siens.

Journalisée

Bast
Dieu
-

Messages: 48



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juin 18, 2014, 04:12:43 »

Un spectacle de désolation et de mort composé de chair déchiré, de visières géants éparpillés, fumant et gigotants à causes des spasmes d'agonies de leur gigantesques propriétaires. Leur sang s'écoulent en d'immenses flaques formants de véritables marres pouvant atteindre un mètre ou deux de profondeur. La déesse reprenait son souffle et fit le point par l'intermédiaire de ses soldats. Certains anges étaient blessés et la déesse reconnut soudainement l'une d'entre elle. Repoussant brutalement de la démoniaque piétaille qui venait la taquiner à coups d'épée, hallebarde ou bien d'autres trucs métallique à l'aspect grossier, cruelle ou les deux à la fois. Après avoir balancé des corps morts sur des corps vivants, en avoir brisés certains en plusieurs endroits ou déchirés encore avec ses griffes, ou ses crocs ou par la force de ses mains et de sa magie, Bast se fraya un chemin jusqu'à une étendue dégagée d'où elle prit un appui afin de bondir.

Sentant le vent sur son visage et son pelage, elle se rapprocha à une vitesse prodigieuse de Yehaël tout en soulevant par la force de la Nature un monticule de terre qui grandit, grossis et prit de l'ampleur jusqu'à former un véritable pic à bout plat. Atterrissant néanmoins avec grâce et douceur une fois arrivé à sa destination, elle sourit immédiatement à l'Ange de la pureté. Quand elle l'avait connu la première fois, elle pouvait à peine manier son arme. Elle était forte, puissante et d'une grande sagesse. A chaque fois que Bast la voyait sur un champ de bataille, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle ne méritait pas sa place au milieu de la bataille et de leur ruine. Un chat au pelage arc-en-ciel fit son apparition, s’entretient quelques minutes avec la déesse avant de retourner se battre.


"Je pense qu'il y a pire que ces adeptes. Ecoute moi bien Yehaël... Il y a un Grand Ancien que même nous, c'est à dire moi et mes frères et soeur, n'avons réussit à endiguer. Nous avons combattu et enfermé tout les autres, mais un nous a toujours échappé pour contaminer de sa présence d'autres lieux situés à d'autres dimensions. J'ai réussit par le biais d'élus à le contrer la plupart du temps... mais je le sens. Il est près d'ici. C'est certainement lui qui a enseigné de sombres secrets qui permet à de méprisables être de chair et de sang à nous tenir tête. Certains des chats de Saturne vont aller chercher leur cousins pour que les anges aient des renforts, mais il faut y aller tout de suite pour contrer les mages noirs. Si on y va en petit groupe, on pourra les prendre par surprise."

Pendant son discours, elle contra, para et tua quelques ennemis supplémentaire, profitant au fur et à mesure des armes pitoyables à ses yeux qu'elle manier comme des cures dents pour massacrer encore plus de démons et ce, sans être perturbé dans son discours et sans perdre son souffle.

Alors qu'elle prononçait ces mots, d'autres engeances apparurent sur terre sur le champ de bataille et se rassemblèrent. Visiblement beaucoup plus intelligent que les montagnes quadrupèdes, les gugs faisaient minuscules en comparaison malgré leur 3 ou 4 mètres de hauts. Ils étaient cependant pourvus de 4 bras et d'une immense gueule qui faisait toute leur figure. Certains possédait des armes rudimentaires comme des massues ou des marteaux de guerres en pierres. Leurs yeux brillaient d'une lueur malveillante et ils s'organisaient dans une langue connu que d'eux seuls.
Journalisée

Yehaël
Avatar
-

Messages: 121



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Juin 20, 2014, 01:50:06 »

Azriël était têtu, et il sembla même totalement t’ignorer, préférant lancer de puissants sors magiques de zone, dévastant les environs. Les démons et les monstres vous assiégeaient de toute part, venant de partout, et tu ne pouvais pas rester en place très longtemps, les repoussant avec ta hallebarde, avec ta magie, soutenue par les Chérubins qui venaient vous rejoindre. La bataille faisait rage tout autour, d’autres Anges de la Milice continuant à frapper, lançant leurs sorts magiques, cherchant à percer les sombres nuages qui trônaient dans le ciel, se concentrant sur les îles flottantes du Zephyr. Comme toi, ils avaient bien compris que ces îles flottantes constituaient de redoutables avant-postes, permettant aux démons de lancer des troupes supplémentaires. C’était presque une carte tactique qui se dressait. Vous veniez du ciel, depuis des cônes lumineux qui reliaient les Cieux à d’antiques sanctuaires angéliques, à l’autre bout de la jungle, et les démons avaient leurs propres bases. De plus en plus de plumes dansaient dans le ciel, formant comme un funeste présage. Bien des Anges blessés s’étaient prudemment repliés, et d’autres, malheureusement, n’en avaient pas eu cette chance. Tu n’avais pas le temps de les pleurer.

Zahus, un Ange puissant, avec lequel tu avais déjà mené plusieurs croisades, vint te voir, soignant Azriël, avant de te parler. Azriël, toujours aussi prétentieux, s’était envolé dans les airs, continuant à affronter les monstres qui affluaient de toute part. Zahus se doutait qu’il se passait de quelque chose, t’indiquant qu’il y avait trop d’ennemis... Tu avais vu leur mage, mais tu sentais qu’il y en avait d’autres. Tout ça dépassait le cadre de simples démons, ce n’était pas une Légion infernale, non... C’était une menace encore plus profonde, et, avant que tu ne puisses vraiment répondre, Bast vint vous rejoindre.

Elle aussi, tu la connaissais. Elle vous avait aidé il y a des millénaires, à une époque où, toi aussi, tu n’étais qu’un Chérubin. Son aide vous était précieuse, sa magie était puissante, manipulant la Terre pour repousser tous les monstres au sol de votre ennemi commun. Elle vous expliqua ce que tu avais pressenti : tout ça était l’œuvre d’un Grand Ancien.

« Il y a une profonde cité sous-marine là-bas..., précisas-tu. Je pense que c’est R’lyeh, ou une cité similaire... En tout cas, un tombeau depuis lequel des fidèles cherchent à réveiller un Grand Ancien. Je suppose qu’ils doivent disposer de puissants artefacts leur permettant de contrôler la faune locale. Quant à ces démons, il doit s’agir d’un Prince ayant conclu une alliance avec ces invocateurs. »

Autrement dit, cette menace était nettement plus dangereuse qu’un Prince Infernal voulant étendre son influence. Les incursions des Grands Anciens, leurs tentatives de s’infiltrer dans votre monde, étaient de plus en plus récurrentes. Tu savais que, récemment, Iranaël et Azriël avaient mené une offensive pour empêcher Yog-Sothoth de revenir dans cette réalité. Le même scénario se répétait ici, et qu’Azriël soit en train de se battre avec une telle intensité témoignait de sa rage. En un sens, il te ressemblait beaucoup, si ce n’est que tu étais un peu plus calme que lui, un peu plus posée.

Des gug vous attaquèrent. D’autres créatures créées par les Grands Anciens, probablement les serviteurs de celui qui se trouvait endormi là-dessous. Tu avais pensé à Cthulhu, mais il était possible que ce soit un autre Grand Ancien qui sommeille là-dessous. Depuis leur tête ouverte, ils n’hésitaient pas à balancer des jets d’acide tout en attaquant. Tu tendis la main, créant un bouclier magique qui repoussa leurs attaques magiques, avant de fondre sur eux. Ton hallebarde en transperça un au centre, et tu le retiras, faisant tournoyer ton arme, pour la planter dans la gueule d’un autre monstre, faisant jaillir son sang acide comme du pus qu’on extrayait d’une plaie. La créature poussa un inaudible grognement de souffrance, mais tu constatas alors, à ta surprise, que les gug, en mourant, explosaient. Celui que tu avais transpercé explosa ainsi près de toi, et on entendit ton hurlement de douleur en sentant ton corps être soufflée par l’explosion acide.

Une bonne partie de ton corps était méchamment brûlée, et tu heurtas un sol dévasté par les attaques magiques. La jungle était méconnaissable ici, ne ressemblant plus qu’à une plaine cendrée, quelques rares rachitiques troncs d’arbres venant rappeler la jungle. Toi, tu gisais sur le sol, te redressant lentement. Zahus t’aida à te soigner, te recommandant d’être vigilant. Tu allais lui répondre... Quand tu sentis une présence magique massive en train de s’avancer.

« Qu’est-ce que c’est que ça ?! »

C’était comme un puits magique, énorme et colossal. Ton regard se porta au loin, vers la mer, alors que quelque chose de massif se rapprochait. Le Grand Ancien ? Non... Mais quelque chose de grand. Des vagues énormes s’avancèrent vers la plage, libérant une présence massive, colossale. Tu en fus estomaquée, en voyant un immense golem se redresser, dominant toute la zone.

Tyran.

L’immense colosse, semblable à un golem géant, se redressait de toute sa hauteur à la plage. Tyran était un monstre légendaire, un monstre d’acier et de magie, qui leva la main. Les lignes rouges sur son corps brillèrent intensivement, et des éclairs terribles jaillirent du ciel, fracturant ce dernier. Il tendit ensuite sa main, écartant les doigts, et les cracha vers vous.

« ATTENTION !! »

Tu déployas un nouveau bouclier magique. Des éclairs fluorescents fusèrent dans tous les sens, abattant de multiples Anges, les fauchant comme des épis de blé, et ton bouclier trembla sur place. Tu reçus le contrecoup de cette déferlante magique terrifiante, faisant exploser ton bouclier. Tyran était un golem créé par les Grands Anciens pour les aider, une sorte d’immense usine magique.

« Ils ont libéré leur champion de guerre... Ces sanctuaires magiques sur les îles flottantes doivent l’alimenter. Il faut les détruire ! »

Autrement, c’est bien lui qui risquait de tous vous pulvériser.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azriël
Avatar
-

Messages: 17


Ange de la Bravoure


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Juillet 07, 2014, 12:12:46 »

Il battait des ailes avec force et détermination. Se portant toujours plus vers l'avant, faisant abstraction de ce qui pouvait bien l'entourer. Ne remarquant même pas que dans leur jeune fougue, plusieurs chérubins, attirés par l'aura puissante de l'ange de la bravoure, avaient décidé de le suivre.
Il avait d'abord combattu les démons inférieurs dans les ciels, usant de sa lance pour cracher des flammes ou transpercer ce qui se présentait à lui. Mais le combat changea encore une fois de visage avec l'arrivé d'un gigantesque démon d'acier, gonflant un peu plus les rangs des démons déjà si nombreux et si puissant. Les chérubins moins expérimenté accusé durement le coup, tombant par dizaine, tandis que leur ainée compensait comme ils pouvaient ce désavantage de nombre. Mais arrivait un point ou la toute puissance des anges purs ne pouvait plus égalé celle des milliers d'engeance démoniaque. Il fallait agir avec raison et réflexion, défaisant les armées démoniaques en coupant les têtes pensantes plutôt qu'en s'attaquant aux gros des armées. Mais Azriël n'était visiblement pas de cette avis... Il filait en direction de ce nouvel adversaire, de ce Tyran aussi haut que les nuages et visiblement bien puissant.

Les ailes de feu furent comme un signal dans les ténèbres, brillant d'un feu orangé et pétillant. Une multitude de chérubin l'accompagnèrent, attiré comme des mouches par cette vive lumière. Galvanisé par l'avatar de la bravoure, par sa légende, par son courage aveugle à la limite suicidaire. Séduisant si aisément le cœur de ceux qui cherchaient à en faire trop, à faire leur preuve.
Le démon tandis ses doigts vers les anges avant de laisser une pluie d'éclaire rougeâtre déchirer le ciel et s'abattre sur eux. Un éclair imposant alla à l'encontre de l'ange Azriël... celui-ci ne vira pas de bord, restant sur sa lancée. Et juste avant l'impact il donna un violent coup de se lance magique, devient l'éclaire dans une gigantesque gerbe d'étincelle de même couleur. Mais le choc fut sévère et l'ange comprit qu'il n'était pas prudent de se confronter à cette magie pur.
Les chérubins qui l'accompagnaient n'avaient pas cette audace, cette maître ou tout simplement cette chance. Et lorsqu'ils esquivèrent un éclaire, c'était pour s'en prendre un autre en pleine face. Nombre d'entre eux furent mortellement atteint, grillant littéralement sur place dans des cries de lamentation et de douleur.
Azriël se rendit alors compte de ceux qui avaient décider de le suivre, il fronça ses sourcils, portant un regard autoritaire sur eux.

- En contre bas... il y a fort à faire bande d'amateur ! Hors de mon chemin...

Un violent coup d'aile le propulsa d'avantage, distançant nettement sa troupe improvisée. Les insultes pour ne plus les inspirer, et la suffisance pour leur donner l'envie de l'abandonner. Ce combat était bien trop dangereux, même pour lui. Mais il n'était pas la bravoure pour rien... une bravoure qui frôlait plus souvent la témérité aveugle et stupide.
Comme un planeur agile et rapide, il se faufilait comme il pouvait du Tyran, s'en rapprochant dangereusement, lance en avant, bien décidé à affronter cette créature gigantesque... non pas pour la vaincre, mais pour la combattre. Lui donner du fil à retordre, l'occuper, et peut être mourir avec les honneurs.

En contre bas, Zahus avait observer l'avancée de cette gigantesque montagne d'acier et de magie médusée... entre lassitude et crainte. Crainte que la bataille ne tourne en leur défaveur et que trop d'entre eux perdent la vie.
Il se positionna derrière Yehaël, profitant du bouclier qu'elle avait créer pour accuser le coup. Une fois la déferlante passé l'ange observa sa consœur avec attention... elle avait vu ce qui était à l'origine de tout cela ! C'était un ange ancien, mais moins que Yehaël. Elle était son ainée et il avait toujours approuvé silencieusement ses décisions et ses dires, trouvant qu'elle usait d'une juste mélange entre fougue et sagesse. Agissant là où le conseil se questionnait... chose que lui ne ferait jamais, trop enclin à obéir et à écouter la sagesse divine. Mais aujourd'hui encore, il loua sa présence et fut rassurer qu'elle les guides.

- Loué sois tu ! Je te suivrais dans cette quête... emmenons les chérubins les plus hardis. Comme la divine Bast l'a dit, il nous faudrait être peu nombreux pour ne pas attirer l'attention.

Il s'envola quelque peut, afin d'éviter les quelques démons belliqueux qui osaient encore les attaquer. En réponse, il les inonda de ses terribles flammes bleutées.

Yzual se bat déjà dans le ciel avec bon nombre des nôtres... peut être nous portera-t-elle assistance.

Zahus sembla ensuite se poser une question élémentaire... il observa la déesse, mais craignant de l'insulter hésita.

- Heum... divine Bast, sans insulté votre grandeur ! Savez vous volez pour espérer nous accompagner ?

De son côté, Delia se battait bravement. En tant qu'ancien disciple d'Azriël, il avait apprit à se battre mieux au sol que dans les airs. Son ancien maître lui avait toujours enseigné que les ailes devaient être un plus... mais qu'à armes égales, ils devaient être au moins quatre fois meilleur que n'importe quel duelliste démoniaque. Beaucoup d'ange, une fois privé de leur aile se faisaient très rapidement acculé par le nombre... mais Azriël et Delia était d'une autre trempe.
Ainsi, ses vifs coups circulaires tranchaient dans le tas, éventré la ligne qui lui faisait face... avec grâce et maîtrise il faisait tournoyer son épée et pivoté son corps pour trancher une série de tête, parant enfin un dernier coup qu'on lui portait pour planter sa lame dans le poitrail d'un dernier. Un rapide saut en arrière ou sur le côté le remettait en garde et il repartait dans une série de tranche meurtrière et précise.
Ses chérubins pliaient petit à petit... de onze ils étaient passé à sept, se battant toujours avec la même ardeur et la même vaillance, mais les armées du mal semblaient mettre en œuvre des forces de plus en plus terrifiante. Et bon nombre d'entre eux tombèrent dans le piège de gugs qui explosèrent après leur mort...
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox