Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Du sable et du sang [Pv.]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Pirotess

Créature

Du sable et du sang [Pv.]

mardi 24 janvier 2023, 18:45:08


[Pirotess joue LENIA la mercenaire]



"C’est toi le Corbeau ? Je m’attendais à un guerrier… Pas à ça …"

« Ça » leva son regard vide et froid sur le maitre de l’arène qui frissonna. Des combattants, il en avait vu défiler toute sa longue carrière ; des types musclés taillés pour la mêlée ou bien aussi des amazones furieuses et ingérables. Mais là, il avait devant lui un condensé de ténèbres et de mort palpable qui le mettait très mal à l’aise.

"Euh … bon on s’en fout tant que tu sais te battre hein ?"

Lenia savait se battre, oh oui. Celle qu’on appelait le Corbeau laissait dans son sillage des sillons de cadavres et sa réputation n’était plus à faire depuis des années. Mercenaire, assassin, garde du corps, l’ashnardienne avait parcouru tous les grands champs de bataille des cinq dernières années, louant ses services individuellement ou employée par de grandes compagnies de mercenaires. On ne la voyait pas en première ligne, luttant âprement pour conquérir du terrain, non, elle, sévissait dans l’ombre, utilisant ses lames courtes pour étêter les hiérarchies adversaires ou tout homme pouvant présenter un objectif intéressant.

Revenir sur son histoire ne servirait à rien. On la disait ancienne prostituée, ou fille cachée de l’empereur d’Ashnard. Certains racontaient qu’elle avait des talents de sorcière et qu’un grand pouvoir de Mort l’auréolait et même qu’elle accompagnait en riant ses victimes aux portes des Enfers où elle résidait parfois. Beaucoup ayant entendu parler du Corbeau sans l’avoir vu pensaient qu’il était un homme puissant, un guerrier maniant une épée de la taille d’un humain et qu’une horde de corbeaux géants l’accompagnait et mangeait les yeux de ses victimes.

Bien évidemment, il n’en était rien. Lenia n’était ni grande ni immensément puissante. De taille moyenne, sa seule distinction était sa crinière aussi intensément rouge que ses pupilles, ce qui n’était pas une rareté à Ashnard. Elle était fine, souple et musclée ; sa peau pâle marquée par endroits de cicatrices couturées. Portant principalement du noir, elle se cachait du regard des autres par une longue cape à capuche qui dissimulait aussi ses mouvements. Guerrière dans le corps et dans l’âme, mais ceux qui avaient eu le privilège de partager sa couche n’oublierait jamais qu’elle était belle et femme avant tout. Sur tout ce qui se disait sur elle, seule l’histoire du corbeau était plus ou moins vrai. Le sien, Verox, était son compagnon et ami depuis bien des années, et juché sur l’épaule de sa maitresse, il observait lu aussi le maitre de l’arène de ses yeux noirs. Fidèle partenaire de Lenia, ses griffes renforcées de métal étaient parfaites pour crever les yeux des ennemis de son amie.

"Je suis là pour affronter la princesse de l’arène, c’est le contrat."

La voix de Lenia était lasse, teintée de fatalité malgré un timbre un peu râpeux. Son employeur actuel, puissant maitre de la guilde des mercenaires locale, visait la gloire et la renommée et rien n’était plus glorieux que de gagner un combat sur le sable de l’arène. Bien sûr, il était hors de question qu’il combatte aussi avait-il demandé ce petit service à Lenia, moyennant fortune si elle gagnait. Et il savait bien qu’elle vaincrait. La princesse de l’arène, Céleste, était réputée virtuose du combat mais elle ne connaissait rien au monde extérieur. Lenia, elle, vivait la guerre depuis toute petite et connaissait tout du dehors. Le choc de leur rencontre promettait un grand spectacle et l’organisation de ce combat avait soigneusement été planifiée par les promoteurs.

"C’est ce qui est prévu en effet, cet après midi … l’arène sera pleine. J’espère que tu sauras en faire un spectacle inoubliable."

 Lenia haussa les épaules. Un spectacle inoubliable ? Non. Elle était là pour tuer une femme qu’elle ne connaissait pas et elle n’en tirerait aucun plaisir. Ce serait bref. Elle n’allait pas sauter partout pour le simple plaisir de la foule. Au combat, le plus rapide et le plus précis gagnait, c’était tout. La tueuse fit demi-tour et rejoignit sa loge en attendant l’heure fatidique. Il s’agissait d’une pièce minuscule, près des salles bruyantes des gladiateurs. Elle y but de l’eau, s’y restaura et s’allongea sur une paillasse. L’envie de vivre l’avait quitté il y avait quelques temps déjà. Plus rien ne l’intéressait. Elle avait tellement tué qu’elle s’en écœurait elle-même. Secrètement, elle espérait que cette Céleste soit plus fort qu’elle et lui ôte la vie et ses regrets. Bien sûr, elle se battrait comme elle l’avait toujours fait mais peut être qu’une lame lui perçant le cœur viendrait la libérer de cette vie atroce. Elle songea à son adversaire. Céleste … elle n’avait jamais quitté l’arène, c’était triste. Elle aussi devait avoir un poids sur le cœur. Lenia s’endormit.

Plus tard, un contremaitre demi-orc vint la chercher et la guida le long d’un tunnel qui se terminait par un point lumineux : l’accès au cœur de l’arène. Verox quitta son épaule et s’élança, passant le premier les portes de la Mort et provoquant une exclamation de la foule. Il alla se percher sur un mât porte bannière et attendit.

L’arène était immense et les gradins bondés. Le peuple s’était déplacé en masse pour assister à cet évènement exceptionnel. L’ambiance était survoltée. Dans le perron d’honneur, les autorités se prélassaient et le maitre de l’arène venait d’annoncer l’entrée prochaine de Lenia en déclamant tous ses hauts faits et qualités.

La guerrière pénétra dans le cercle sacré et foula le sable souplement. Elle plissait des yeux, l’éclat du soleil était intense. Sa cape déformait sa silhouette et sa capuche cachait ses traits. Un OUUUUH bruyant suivit son entrée puis un silence observateur. Elle ne fit rien d’autre que rejoindre le centre de l’arène sans respecter les règles de salut aux autorités ni au peuple. Elle n’était pas là pour la gloire.

C’était l’heure de la Mort.

Céleste

Avatar

Re : Du sable et du sang [Pv.]

Réponse 1 mardi 24 janvier 2023, 21:41:21

“ACCLAMONS LA VALKYRIE D'ASHNARD !!! LA GRANDE GAGNANTE DE CE COMBAT !!!”

Je me tenais debout au centre de l’arène sous le public qui acclamait mon nom. Du sang coulait de ma bouche, j’avais une plaie ouverte au niveau de mon visage… Le reste de mon corps était également dans un piteux état. Pourtant, j’étais encore en vie alors qu’un humain normalement constitué aurait déjà dû mourir. Je restais là à saluer la foule, jusqu’à qu’on me dise de rentrer dans les prisons sous l’arène. J’aurai aimé de l’aide pour avancer… Mais ce n’était pas bon pour mon image, traînant ma jambe droite, j’essayais de ne rien laisser voir sur mon état. Des hommes venaient chercher mon adversaire… Un troll des cavernes de plusieurs mètres… Le plus dur avait été t’entailler sa peau… Les armes avaient été interdites pour ce combat. Comme par hasard. Entre temps, il m’avait malmené… Des coups de griffes qu’il avait pris soin déguiser ainsi que ses crocs. C’était un combat très rude…

Quand je passe la porte de l'arène, un médecin vient me récupérer… Celui des prisonniers… Il ressemblait plus à un boucher qu'à un vrai médecin. Un tablier couvert du sang de tous les combattants encore vivants ou morts… Un masque pour cacher sa gueule déformée des expériences qu’il faisait sur sa propre personne.

“Céleste… Tu veux mettre combien ?”

Il fallait bien le payer pour se faire soigner, ce n’était pas gratuit… Il abusait bien sur les prix !

“La moitié de ma prime…”

“Je vais voir ce que je peux faire pour toi…”

Une seringue venait se planter dans mon cou pour me faire partir au pays des merveilles en quelques secondes. Je me réveillais deux heures après dans un des couloirs sous l’arène, couchée sur un banc. Comme toujours, il fait son boulot avant de me jeter à un endroit. Un énorme bandage sur mon visage, des points de suture sur mes plaies, il a remis en place ma cheville… Je n’ai pas le temps de vérifier ce qu’il a fait que mon geôlier arrive. Un orc qui s’occupe de moi depuis que je suis là.

“Qu’est-ce que tu as branlé dans l’arène, sale monstre !”

“J’ai gagné, c’est le principal…”

“Arrête ! Je t’ai demandé de faire le spectacle ! Là, j’ai bien vu que tu étais en difficulté… Je croyais que tu étais meilleur que ça ! La prochaine fois…”

L’orc m’attrape par l’épaule pour me soulever de mon banc en pierre pour me décrocher un coup de poing dans le ventre. Les points de suture que j’avais saute… Laissant rapidement une trace rouge apparaître sur ma chemise blanche qui avait dû servir pendant l’opération.

“Tu n’as pas envie de savoir ce que je vais te faire… Reprends-toi le monstre ! Sinon tu vas le payer cher…”

Mon geôlier vient me décrocher un coup de boule direct sur le visage. Un craquement… Mon nez vient de sauter laissant le goût ferreux du sang se répandre une nouvelle fois dans ma bouche… Avant de me lâcher… Je tombe sur le sol encore ko de mon combat. Je le vois disparaître dans le couloir… Il va aller sermonner les autres prisonniers en sa possession puis récupérer ce qu’il peut sur les cadavres des autres.

“Besoin d’aide Céleste ?”

“Non !”

Toujours là lui… Le médecin qui avait passé sa tête à travers une des portes de l’arène voulait se faire encore un peu d’argent. Je levais ma tunique pour regarder ma blessure au ventre… Des traces de morsure profondes que le chirurgien avait simplement agrafé… Un travail de boucher ! Je passe mes doigts dessus pour remettre le tout en place comme je peux…

“Comme tu veux gamine ! À la prochaine…”

Il disparaît dans la pièce où il doit opérer un autre combattant. Je me lève, me tenant au banc… Je devais encore récupérer mes affaires avant de me traîner jusqu’à mon appartement.


~~~~~~~ 3 jours plus tard. ~~~~~~~


“Tu sais si un jour, j’aurais le droit de sortir d’ici ? Tu sais si je gagne assez de combats… Acheter ma propre liberté ?”

Les coudes sur le comptoir de la taverne, je parlais avec mon seul ami que j’avais ici… En-dehors de la famille qui me restait bien entendu. Le patron de cette taverne. Celui qui ne me voyait pas seulement comme une gladiatrice, pas comme tous les gens de cette ville. J’avais la chance de pouvoir venir le voir de temps en temps quand je n’avais pas de combat quand mon geôlier ne venait pas me courir après.

“Petite… Tu ne devrais pas penser à ça.”

Sa lourde main dépose un verre de sirop devant moi avec une paille en bois dedans. Je pose mes lèvres dessus pour prendre quelques gorgées pour aspirer le liquide, alors qu’il vient ébouriffer mes cheveux pour essayer de me rassurer. Ses gros doigts attrapent le bandage que j’avais toujours, tirant dessus pour l’enlever le laissant tomber sur mes genoux.

“Ton dernier adversaire ne t’a pas loupé…”

Une trace encore bien visible sur mon visage. Mon oeil était blanc tirant un peu vers le vert… Il me l’avait crevé pendant notre combat, c’était long à se remettre. Beaucoup trop long avec toutes les autres blessures que j’avais sur le corps.

“Je vais mieux déjà…”

A cause de mon geôlier, mon corps avait dû remettre en place d’autres blessures que je n’avais plus.

“Encore une nuit de sommeil pis ça devrait aller.”

“Tu es incroyable Petite !”

Il me frappe encore un peu sur la tête quand un oiseau vient frapper à la fenêtre de la taverne. Il va ouvrir récupérant une enveloppe dans le bec de la créature sans plumes, qui donnait l’impression d’être à l’article de la mort. Une espèce rare de charognards que les guerriers avaient réussi à apprivoiser.

“C’est pour toi…”

Il me tend la lettre ! Une convocation dans l’arène pour dans deux jours… J’ouvre pour lire les règles de cet affrontement. Les armes étaient autorisées, les animaux non… Ma famille allait pouvoir se reposer. Je n’aimais pas les traîner dans l’arène, ils n’avaient pas à combattre pour moi. Et eux… N’avaient pas la possibilité de se soigner.

“Alors ?”

“Je ne connais pas mon adversaire… Le Corbeau ?”

Je lève les yeux vers le tavernier, attendant une réaction ! Il connaissait tout sur tout, une source sûr.

“C’est une femme du prénom de Lenia, une grande combattante. Elle a une apparence humaine comme toi… Mais certains disent qu’elle ne l’est pas vraiment… Tu devras faire attention Petite. Elle ne va te laisser aucune chance.”

Il n’avait pas le droit de trop m’en dire… Cela pourrait être considéré comme du favoritisme. Enfin… La seule chose que j’avais retenue, c’était que j’allais combattre une femme ! C’était la première fois depuis que j’étais ici ! Les seules que je voyais étaient des prostituées dans la rue ou des esclaves qui partaient dans les cachots pour se faire violer avant de disparaître à tout jamais.

“Allez, va te reposer Petite, tu dois être en forme ! Je te fais livrer tes repas chez toi, ainsi que la nourriture pour Sverre et Dagmar. Courage, je miserais sur toi comme à chaque fois.”

Le minotaure me laisse pour servir les autres clients pendant que je finis mon verre déposant des pièces sur le comptoir avant de partir pour rentrer chez moi pour me préparer. Dans mon appartement, je suis accueilli par ma famille… Sverre mon lion mâle, ainsi que Dagmar la femme… J’ai l’impression qu’ils sont au courant de tout. Venant me réconforter avant chaque combat. Je dois gagner. Je dois réunir de l’argent pour sortir de cet endroit. Pour me venger de ceux qui m’ont fait du mal… Je ne veux pas mourir ici ! Je ne veux pas quitter ma famille sans quoi ils devraient subir toutes sortes d’expériences sur eux. Je serais là pour les protéger… Et pour montrer aux autres qu’ils avaient tort. Y compris le minotaure… Qui n’a pas l’air de croire que je peux acheter ma liberté.


~~~~~~~ 2 jours plus tard. ~~~~~~~

“Tu ne me déçois pas cette fois sale monstre !!! Le spectacle, je veux bien, te voir en difficulté non !”

Une claque sur ma joue pour me motiver, comme un boxeur sur un ring. J’étais totalement guéri. Ma pupille avait repris sa couleur, je pouvais de nouveau voir de cet oeil. Idem pour le reste de mon corps, il ne restait plus rien de mon ancien combat… Juste une peau douce !

“Oui.”

Il passe mes armes à mes mains, des longues griffes comme celle des lions. Un métal rare qui ne pouvait se briser. J’avais presque les mêmes aux pieds… Ils venaient épouser la forme pour me permettre de me déplacer facilement. Très légers, j’avais l’impression de ne rien avoir… C’était impeccable pour donner des coups et me déplacer rapidement. Une cape noire transparente couvrait mon corps, des arabesques en or la décoraient, alors qu’en dessous, j’avais quelque chose de plus léger. Loin d’une grosse armure de combattant. Juste des protections sur les bras, les jambes… Quelque chose qui ressemblait à un short, ainsi qu’un haut pour cacher ma poitrine. La rapidité était ma force alors je faisais tout pour ne pas m’alourdir. Si je me prenais des coups, je pourrais les supporter… J’étais debout après des morsures et coups de griffes d’un troll des cavernes. Je devrais tenir face à une humaine…

Une humaine…

Dire qu’on aurait pu peut-être se rencontrer dans d’autres circonstances… Peut-être même échanger. Devenir amie… À la place, on allait s’affronter dans une arène jusqu’à la mort ou qu’une abandonne. Ce qui n’allait pas être mon cas… Car si je venais à abandonner… La mort m’attendait quand même derrière alors bon… Mourir pendant un combat ou par mon geôlier qui prendrait tout son temps. Autant se laisser partir sous le soleil de plomb, la tête dans le sable devant les spectateurs.

Plus le temps de rêvasser ! La porte de l’arène s'ouvre, c'est à mon tour de rentrer ! Mon geôlier arrache ma cape d’un geste.

“TUE-LA !”

“Ui.”

Tuer des gens n'était pas mon plaisir… Je préférais les combats où il fallait juste mettre ko son adversaire. J’espérais au fond de moi que cette femme… N’était pas une tête de mule qui allait vouloir continuer jusqu’à la mort si je prenais le dessus.

Pieds nus, je me mets à fouler le sol en gravier qui venait à se transformer en sable au fur et à mesure que j’avançais. Le soleil venait me faire plisser les yeux, alors que la foule se levait dans l’arène pour m'acclamer. La Valkyrie d’Ashnard faisait lever les spectateurs dans un bruit terrifiant ! On entendait plus le présentateur qui continuait malgré tout de crier autant qu’il le pouvait. Je levais la main pour saluer le monde, tournant sur moi-même le spectacle… Jusqu’à me fixer devant mon adversaire… Une cape venait cacher son corps… Ne montrant pas si elle portait des armes ou non. Elle avait l’air plus vieille que moi… D’où son expérience dont le minotaure m’avait dit de me méfier. Sur le terrain, elle avait dû voir beaucoup plus d’adversaires que moi.

Mon coeur se mettait à battre dans ma poitrine comme avant chaque combat. La pression… L'adrénaline montait sous la galvanisation de la foule qui frappait des pieds dans les gradins. J’étais face à mon adversaire les bras le long du corps…

“Bonjour…”

Ma voix de poupée venait de résonner même si elle était couverte par les cris aux alentours. Je me montrais toujours polie avec mes adversaires, un trait de mon ancienne vie quand j’étais princesse. Le présentateur levait les mains pour calmer le public, pour annoncer le début du combat qui allait partir dans quelques minutes maintenant. Sous ce soleil de plomb, je serrais déjà les poings, remontais le menton. Mes cheveux noirs étaient attachés pour ne pas me gêner. Je n’allais pas mourir ici… Ce n’était pas mon jour.     

Pirotess

Créature

Re : Du sable et du sang [Pv.]

Réponse 2 mercredi 25 janvier 2023, 18:50:22

Ainsi donc, c’était elle la princesse de l’arène, la valkyrie d’Ashnard. Le peuple la soutenait, c’était évident. Elle provoquait un émoi, une joie sanguinaire qu’il était difficile de ne pas remarquer. On l’aimait pour son sens du spectacle et ses victoires et elle rendait à ses admirateurs leur affection. Elle le simulait peut-être mais elle le faisait bien. Son entrée dans l’arène avait déclenché une ovation de bienvenue et à l’inverse de Lenia, elle brillait comme un joyau étincelant, radieuse sous le soleil brulant de ce début d’après-midi. Céleste était une habituée de l’arène et son palmarès était impressionnant. Se renseigner sur elle avait été d’une facilité déconcertante tant le peuple aimait sa championne favorite. Les ashnardiens ne tarissaient pas d’éloge à son sujet et Lenia capta de précieux renseignements sur ses compétences de combat. Ces détails étaient importants car connaitre son adversaire représentait déjà un avantage certain voire décisif. Un grand maitre de la guerre, sage parmi les sages avait dit un jour : « Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. » Ce précepte était d’une vérité marquante et Lenia avait appris le suivre, c’est bien pour cela qu’elle était toujours vivante. Variant ses déguisements, elle s’était informée des moindres faits concernant Céleste, même certains des plus secrets et des plus surprenants aussi. La gladiatrice aspirerait peut-être à quitter l’arène murmurait-on. Mais on disait aussi qu’elle ne le pourrait jamais, sauf morte. Triste destin. La mercenaire avait étudié ses techniques, son style de combat avec ses griffes mortelles. Elle avait poussé dans l’émotion certains fans qui, de ferveur, lui avaient recopiés sur parchemin des croquis de la danse mortelle de Céleste. Lenia savait à quoi s’attendre alors que son adversaire ne savait rien du Corbeau. Ce qui se disait à son sujet était un tel ramassis d’idées invraisemblables qu’en faire le tri était impossible. Personne n’avait jamais vu Lenia à l’œuvre lors de ses exécutions … sauf ses victimes, mais trop tard. Quelque part, les deux femmes se ressemblaient un peu car elles appréciaient le contact proche, le combat de mêlée. Et là où Céleste se battait avec ses redoutables griffes, Lenia utilisait de courtes lames droites aussi aiguisées que des rasoirs nains. Autant dire qu’elle pouvait presque tailler la pierre avec …

Bonjour ? Etrange entrée en matière entre deux personnes qui allaient se battre à mort. Lenia prit le temps d’observer son adversaire. Elle avait un joli minois, et ses airs de princesse dominaient plutôt que ceux d’une combattante confirmée. Mais sa démarche, son maintien et sa facilité à porter ses griffes confirmaient qu’elle était tout aussi dangereuse que belle. Néanmoins, sa remarque indiquait un sens du raffinement particulier et un savoir être avéré. Sa voix était claire, chantante ; Lenia n’avait pas devant elle une créature stupide qui misait tout sur la force. La mercenaire n’avait aucune animosité envers Céleste. Elle laissait la haine aux ignorants et à la bêtise humaine. Leur regard se croisèrent et elle lut face elle une envie de vivre aussi forte que la sienne était de mourir. Céleste aurait été aussi bien à courir pieds nus dans une clairière fleurie qu’actuellement sur la sable de l’arène. Quelle était sa véritable histoire ?

"Bonjour"

Sa réponse fut aussi brève mais sincère bien que ce ne fut pas un beau jour pour mourir. Y avait-il d’ailleurs une journée idéale pour mourir ? Peut-être que oui … Céleste se viderait de son sang en contemplant une dernière fois l’astre solaire.

Le maitre de l’arène hurla le début du combat et le public n’eut pas le temps de s’enthousiasmer que Lenia fusait déjà sur son adversaire comme un rapace sur sa proie. La vitesse de frappe défiait la réalité et ses lames jaillirent sous des angles différents pour trancher les chairs. Là, il n’était pas question de tester les aptitudes de Céleste qu’elle savait exceptionnelles. S’ensuivit une double feinte, une fausse esquive et un déchainement d’attaques aussi violentes que vicieuses, toujours sous des angles improbables. Les spectateurs ne comprirent pas tout de suite que le combat avait commencé sous très haute intensité. Les techniques de Lenia étaient parfaites et son cœur se réchauffa sensiblement quand Céleste parvint à se sortir de ce tourbillon de métal saturé par la cape que la mercenaire utilisait comme un voile occultant.

Les passionnés de combat, tout comme les bretteurs et autres spécialistes assistant au duel retinrent leur souffle. La démonstration tenait de l’irréalisable.

Céleste

Avatar

Re : Du sable et du sang [Pv.]

Réponse 3 vendredi 27 janvier 2023, 01:56:48

Les poings serrés, j’étais prête à mener peut-être le combat de ma vie. En la regardant, je savais que je devais me méfier… Souvent, les brutes que je venais à affronter dans l’arène ne comptaient que sur la force. Ici, je pouvais sentir que c’était différent… Mon corps, mon âme me criaient de faire attention ! Et pourtant, quand elle venait me dire bonjour, je laissais échapper un sourire réconfortant, plissant un peu mes yeux verts, laissant ma tête se pencher sur le côté ! Tout va bien se passer ! Le minotaure m’avait dit que c’était une humaine, je n’avais pas à craindre la magie… Un de mes points faibles ici, les magiciens qui préfèrent se battre à distance. Je me souviens encore d’un homme qui avait embrassé l’arène, j’avais mis une semaine à soigner mes blessures. Les brûlures sur mon corps avaient été importantes. Trop. Mes poumons avaient aussi pris cher, me brûlant quand je respirais… Au moins aujourd’hui, je n’avais pas à craindre de me faire brûler les fesses.

Fini de penser au passé… Le gong venait de tomber ! Le combat commençait ! Sous les cris de la foule en fureur, Lenia venait à fondre sur moi… Tête basse, elle voulait en découdre. Pas prête à se jauger apparemment. Sous sa cape, des lames venaient à sortir sous différents angles… A la vitesse qu’elle allait reculer ne servirait à rien à moins de vouloir perdre l’équilibre en esquivant. J’allais devoir faire front ! Je serre les dents, contracte la mâchoire, levant les mains vers mon visage. Une déferlante de coups commence à s’abattre sur moi… Mon corps esquive devant toi, ta première feinte vient m’entailler la joue… La deuxième…

“Tsss…”

J’ai juste le temps de bloquer les coups avec mes griffes, certaines de ses lames passent à travers se plantant dans ma peau au niveau de mes hanches. Je me dégage avec mon autre bras réussissant à attraper son épaule. On était côte à côte… Presque face à face. Cette cape qui cachait des armes… Je devais m’en débarrasser rapidement si je voulais y voir quelque chose. Cet amas noir venait m’handicaper… Je ne pouvais pas savoir d’où les coups pouvaient arriver, ni voir les armes qu’elle avait. Je donne une impulsion sur mes jambes quand une ouverture se présente pour me lever dans les airs me tenant toujours après son épaule. Mes griffes venant se planter dans sa chair, alors que j’ai la tête en bas pour passer par-dessus elle.

Lenia vient à dégager rapidement mon appui pour ne pas que je lui déchire l’épaule, que mes lames puissent lui infliger des blessures pénibles pour le reste du combat. J’atterris quand même derrière elle, venant poser ma deuxième main au niveau de sa gorge pour l’entailler me donnant un coup de boule pour me faire repartir sur l’arrière. Je viens m’accrocher à la cape venant la déchirer partiellement sur le bas sans tout lui enlever… Partant en arrière, je me laisse tomber presque à plat ventre sur le sable de l’arène. Donnant un coup rotatif avec ma jambe au niveau de ses chevilles, elle m’avait suivi pour ne pas se retrouver trop longtemps dos à moi. Ce n’était qu’une feinte pour pouvoir me redresser pour lui sauter à la gorge d’un bond prenant appui sur mes jambes, alors qu’elle essayait d’éviter ce qu’il se passait en bas.

Alors que je montais ma main, celle-ci venait à s’ouvrir devant son visage pour lâcher un nuage de sable que j’avais récupéré quand j’étais sur le sol pour l’aveugler. Je n’avais pas de cape, mais je savais utiliser ce que j’avais à disposition. Du sable dans les yeux… Elle devait se débrouiller pour éviter ça sous peine de se prendre une déferlante de coup.

Pirotess

Créature

Re : Du sable et du sang [Pv.]

Réponse 4 dimanche 29 janvier 2023, 19:21:46

Le combat au corps à corps ... il n'y avait pas de meilleur aphrodisiaque pour le public avide de sang. Dans cette configuration de mêlée, il était impossible de s'en sortir indemne. Accepter les blessures et la douleur était une nécessité que les spectateurs n'imaginaient même pas. Combien parmi eux s'étaient déjà retrouvés sur un champ de bataille ou à combattre dans une arène? Très peu ... Ceux qui savaient serraient les dents, analysaient le combat, appréciaient l'engagement. Ce serait une belle histoire à raconter à l'auberge ce soir, quelle qu'en soit l'issue. Le Corbeau contre la Valkyrie, qui aurait imaginer ce combat de légende? Rien que les premières secondes avaient marqué les esprits et même les nobles se prélassant sur le perron d'honneur avaient quitté leurs couches pour s'accouder au rebord et bien observer le combat.

Les premiers coups de Lenia avaient partiellement fait mouche et du sang tâchait ses lames. Elle n'espérait pas clôturer son duel tout de suite, son adversaire n'était pas une débutante mais bien une professionnelle aguerrie qui une fois le premier assaut passé, parvint à bloquer le deuxième en virevoltant par-dessus la mercenaire. Ses griffes entaillèrent l'épaule droite de Lenia jusqu'à l'omoplate et la guerrière suivit le mouvement circulaire de Céleste pour l'accompagner dans sa volte face. Elle n'eut qu'à fléchir les jambes et se projeter en arrière pour éviter que les griffes ne la laboure davantage. Son rétablissement fut suivit d'un violent coup de tête pour se dégager de la princesse qui menaçait de l'égorger. Le crissement d'un tissu ouvert lui indiqua que sa cape ne lui serait plus d'aucune utilité. Céleste était intelligente et éliminait les menaces dans l'ordre, et elle avait raison. Lenia pivota, son coude traçant un arc de cercle pour atteindre le visage de la Valkyrie qu'elle manqua mais cela lui permit de se dégager juste pour bondir en arrière dans un salto acrobatique alors qu'elle allait se faire faucher. Dans la micro seconde qui suivit, elle fut aveuglée, du sable pleins les yeux. Elle était toujours en l'air qu'elle détachait les lambeaux desa cape  et la lançait sur son adversaire comme un filet de rétiaire. Elle toucha le sol de l'arène, s'y agenouilla, regroupée, et de ses doigts agiles fusèrent des couteaux de lancé qu'elle sortait de ses multiples fourreaux. Elle les projetaient par trois, les récupérant dans des encoches de cuir sur ses cuisses, à ses bras, à sa ceinture. Ce fut une pluie de métal qui s'abattit sur la masse sombre de sa cape. Si elle ne touchait pas céleste, au moins, elle la gardait à distance.

C'était la première fois que le Corbeau apparaissait aux yeux du monde. Sa crinière rouge flamboya au soleil, contrastant avec le noir de sa tenue. Elle ne portait pas d'armure, seulement du cuir bardé de métal sombre par endroit sur sa tunique légère. Ses hautes cuissardes étaient dédiées au combat, les pointes des pieds étant aiguisées et les genoux renforcés. Belle et sexy, elle l'était à sa manière mais ce n'était pas l'objet de cette rencontre. Lenia cracha du sable et passa son avant-bras sur son visage. Elle n'en voulait pas à Céleste de cette passe; il était judicieux d'utiliser toutes les ressources à disposition pour vaincre. Elle tenait ses deux lames courtes, armes mortelles entre dague et épée courte. Elles étaient fines et leur tranchant indéniable.

C'était la première pause. Courte mais utile pour chacune d'elles. Les deux étaient souples, rapides et agiles et se valaient en réflexe. Ce serait donc sur l'endurance et la technique que la victoire se déterminerait.

Dans les gradins, les paris allaient bon train. La Valkyrie avait la côte mais beaucoup de combattants, contrairement aux civils, pariaient sur le Corbeau. Beaucoup d'argent changerait de mains aujourd'hui et les déçus seraient rancuniers, à n'en pas douter. Le service d'ordre veillait aussi à ce qu'il n'y ai pas de débordements. Certains misaient toute leur fortune sur ces combats et quand ils perdaient tout, ils étaient même prêts à descendre dans l'arène pour s'en prendre au vainqueur.

Lenia ne se laissait pas distraire; ce serait une erreur. Ses yeux la gênaient toujours mais elle ne devait pas perdre l'avantage de l'offensive. Céleste s'était bien défendue mais n'avait pas vraiment pu placer une attaque digne de ce nom. La mercenaire s'élança à nouveau comme une flèche et fit montre d'une célérité effarante dans le maniement de ses armes. Les coups pleuvaient à outrance, de pique, de taille ... Lenia utilisait autant son corps que l'acier, feintant, et mettant à contribution les pointes de ses cuissardes dans de coups de pieds retournés à peine décelables. Une véritable danse de la Mort!

Céleste avait le mérite de s'y opposer mais plus d'une fois, Lenia parvint à imbriquer ses griffes d'une lame pour frapper de l'autre.

"Tu es forte."

Les mots sortirent de sa bouche sans qu'elle en est conscience. C'était un constat personnel. Jamais personne ne lui avait résisté de la sorte.


Répondre
Tags :