Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

La prêtresse et le lion [Asmodeus]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Sen Shua

E.S.P.er

La prêtresse et le lion [Asmodeus]

jeudi 07 avril 2022, 21:44:19

La hiérarchie de l'ordre du temple de Nexus, a demandé à ce l'un de leurs disciples vienne accueillir un groupe de terranides, qui attendra dès demain au niveau de la petite annexe du grand temple, situé à l'extérieur de la ville à une dizaine de kilomètres. Ces voyageurs ont besoin de recevoir une bénédiction, avant d'entreprendre leur propre chemin. Pour une raison qui m'échappe peut-être, on a décidé de faire appel à moi alors que je suis de service à Seikuzu, sur la planète appelée la Terre. Mais d'après ce que je sais depuis toujours, les terranides sont très mal considérés partout, y compris autant chez-moi, que ici. Je n'ai jamais bien saisis pourquoi ces êtres aux attributs plus ou moins animaliers, étaient sans cesse déconsidérés. Cependant, la mission que l'on m'a précieusement confiée, n'était pas vraiment compliquée à exécuter.

C'est assez tôt au lendemain, que je pars habillée de la longue robe blanche de prêtresse habituelle que je porte, dès que je suis en mission ou quand je prie tout simplement au temple. Pour me rendre d'ici au Nexus qui se trouve sur Terra ma planète d'origine, je n'ai qu'à simplement emprunter un portail qui se situe dans un recoin bien gardé du grande temple, tout proche de l'une des cours. C'était étrange d'utiliser ce procédé. Mais force est de dire, que c'était drôlement bien pratique. Je suis vraiment tombé des nues, la première fois que je les ai découverts et aujourd'hui, je les emprunte presque tout naturellement.

Arrivée ensuite directement quelque part dans le Nexus, je me dirige vers le temple de la ville pour indiquer que je suis prête à partir, une fois toutes les informations bien en main. Je quitte ensuite la zone et une fois à l'extérieur, je n'ai qu'à suivre les différentes indications qui précisent où se rendre, pour trouver entre-autre l'annexe en question. Lorsque j'arrive à un endroit où il n'y a presque plus que des collines verdoyantes, avec de jolies montagnes au loin qui se dessinent, j'aperçois l'endroit. Arrivée au pied de la structure, j'entre à l'intérieur. En tant que prêtresse, même apprentie, il était de mon devoir de me préparer pour accueillir les concernés comme il fallait, avant leur arrivée. Je n'ai finalement qu'à prendre tranquillement mon temps pour bien tout mettre en place, dans cet endroit où je suis toute seule pour l'instant.

Un peu plus tard, pendant que je me perds à regarder le paysage tout en méditant un peu, le groupe en question finit par arriver. La trentaine de terranides qui entrent solennellement à l'intérieur, prennent place sur les différents bancs de bois parfaitement alignés. Quant à moi, je me dirige derrière l'autel avec le livre de prière et les autres objets nécessaires à ce petit rituel, qui n'est pas vraiment très compliqué à entreprendre, mais qui reste important pour tous ces gens qui comptent sur moi. Lorsque je suis sur le point de prendre la parole, alors que tous ces curieux mammifères me regardent en silence, je ressens un court instant de malaise, avant de commencer.

- Bonjour et.. merci d'être venus. Puisse votre voyage être un peu plus agréable, grâce à la bénédiction des dieux qui croient en la bonté de chacun de vous. Quelque soit vos origines, personne n'est oublié en ces lieux sacrés...

Bien que je ne sois jamais vraiment très à l'aise pour parler devant tout un groupe de personnes, j'éprouve une étrange sensation qui ne m'aide pas à me détendre comme je le devrais... Malgré ce pourquoi ils étaient tous venus aujourd'hui, je devrais normalement me sentir assez en confiance pour les accueillir, sans réelles difficultés. Et pourtant, je continue d'avoir plusieurs fois des courtes hésitations, durant le récital que j'ai commencé à réciter...
« Modifié: mercredi 27 avril 2022, 17:37:24 par Sen Shua »

Asmodeus

Avatar

Re : La prêtresse et le lion [Asmodeus]

Réponse 1 mercredi 13 avril 2022, 01:42:19

Chez certaines personnes, l'éveil profond des désirs adultes amené par la puberté pouvait prendre du temps et être discret, ou arriver soudainement et avec intensité. Difficile, pour les mortels soumis à leur nature hétérogène, de faire la part des choses et de reconnaître la nature à l'œuvre. Ils pouvaient accueillir les signes avec délectation ou les ignorer avec honte.
Certains devaient aussi faire avec une marque indélébile en leur être. Ces gens, comme Sen, étaient intimement marqués de la trace de l'influence malfaisante ayant conduit à une initiation involontaire et souvent anticipée. Et parmi ceux qui avaient détruit la vie de la religieuse et souillé son corps et son âme, un guerrier ambitieux, devenu officier par la suite, mort récemment, avait été béni par le patronage d'Asmodée, son ambition et ses appétits viscéraux décuplés ayant participé au sort de la jeune femme.
Et, comme toute chose dans laquelle trempait Asmodée, les occasions de ressortir les vieux contrats pour visiter leurs produits étaient rarement ignorées. Récemment, Sen s'était éveillée à l'existence de son sexe autrement que par les souvenirs douloureux du passé, et le prince-démon avait senti son éveil et décidé de venir l'évaluer.

Il s'était immiscé dans un groupe de guerriers terranides, de passage dans les environs de Nexus et cherchant la bénédiction des dieux avant de poursuivre leur route. Il savait que Sen serait envoyée dans le petit temple choisi par les prêtres : il s'en était assuré. Et comme la cérémonie commençait, ce jour-là, il la regarda s'élever à l'autel sous les traits d'un grand félidé massif aux yeux d'ambre brillants. Il put témoigner de la floraison conflictuelle qu'il pouvait sentir en elle et voir sous ses robes, et s'émouvoir de la beauté préservée malgré les épreuves et les sévices.
Dirigeant vers elle son influence surnaturelle, il débuta son évaluation, la soumettant aux produits de son propre corps et à petite dose, l'éveillant à des émotions et des sensations malvenues, profondément troublantes, qui la firent hésiter et la déconcentrèrent. Les joues, rosies, témoignaient de son excitation comme de son embarras. Il ne l'entraina pas assez loin pour lui donner envie de contact ; en tout cas, pas immédiatement.
Il attendit que la cérémonie suive son cours et que l'heure des bénédictions vienne. Il accrut sa pression à ce moment-là, lui causant bien du soucis comme elle voulait se concentrer sur le cérémoniel. Et, lorsque son tour vint, il l'accrut encore. Alors qu'il gravissait les marches vers elle, il intensifia sa pression, provoquant en elle un incendie d'un genre nouveau. Il savait ses appétits incongrus et n'avait pas pris cette apparence pour rien. Il la fixa droit dans les yeux tandis que ses reins s'enflammaient et que son con s'humidifiait. Il baissa la tête pour recevoir la bénédiction, releva le regard dans le sien un instant, puis il se retira, faisant baisser graduellement son influence jusqu'à l'éliminer pour de bon.
Mais l'esprit de Sen était désormais marqué par cet épisode de folie et les yeux brûlants du terranide.

* * *

Le soir venu, la troupe s'était retirée en bon ordre, entamant la route pour dresser le camp loin du lieu de culte. Les terranides étaient généralement rapides et voyageaient léger, et ils couvrirent une grande distance en peu de temps. Mais le lion, lui, était resté en arrière, guettant discrètement la tombée de la nuit et le repos de la jeune prêtresse, qu'il attendait de pouvoir visiter.
Les temples étaient gardés, mais nul rempart n'était infranchissable pour un être venu d'un autre plan. Asmodée n'avait qu'à penser à la petite brune pour se retrouver dans la même pièce qu'elle, et c'est ce qu'il fit lorsque, sentant les âmes s'affaiblir et s'endormir à l'intérieur du temple, il s'évanouit pour réapparaître au pied du lit de Sen. Il l'observa en silence un moment, renvoyant sur elle ses pouvoirs de Luxure tandis que, d'une pensée, il se défaisait des atours vestimentaires minimaux mais déjà encombrants de la bête anthropomorphe, dégageant un sexe généreux et émoustillé par sa libération tandis que le sommeil léger de Sen était dérangé par le feu reprenant en elle.

Sen Shua

E.S.P.er

Re : La prêtresse et le lion [Asmodeus]

Réponse 2 mercredi 27 avril 2022, 19:09:18

- Je vais maintenant... passer à la bénédiction... Que... Que chacun se lève tour à tour et vienne face à moi...

Bien que le récital fut assez court, j'ai eu un mal fou à rester pleinement concentrée dessus. Des terranides m'avaient plusieurs fois regardés, souvent étonnés ou semblaient même inquiets. Mais bien que cette situation soit terriblement embarrassante pour moi, je continue de rester digne et de tenir bon, guidée la foi en mon devoir sacré. C'est ainsi que je les vois se lever un par un, alors que je sentais avoir chaud. Mais j'ai beau tout essayer pour ignorer ce qui se passe en moi, que j'ai l'impression de faiblir encore plus, lorsque je commence les bénédictions. C'était comme si quelque chose me caressait maintenant le corps du bout des doigts. Des caresses qui étaient à la fois glaciales et brulantes et qui se glissent sournoisement à répétition, sur le long de ma peau. Mais plus embêtant dans tout ça, c'est que j'avais l'entrejambe anormalement brulant! Alors pendant que je bénis un à un les terranides qui s'approchent, j'ai l'impression de jouir... Non en vérité, je suis vraiment en train de jouir, lorsque je suis sur le point de m'occuper du suivant qui s'est approché de moi!...

Même si je fais tout pour ne rien laisser transparaitre, je laisse malheureusement échapper des gémissements sourds, que le grand terranide qui se trouve en face de moi ne peut que hélas qu'entendre... Ma jouissance se répand alors très vite dans ma culotte! Si je pouvais tout simplement m'enfuir à cet instant, je crois que je le ferais sans hésitations! Je suis donc obligée de baisser la tête et de rester immobile pendant plusieurs longues secondes très embarrassantes, lorsque le terranide me regarde avec insistance. J'avais l'impression d'être dévisagée et le pire, c'est que j'appréciais secrètement cet instant!

- Ne faites pas attention à moi...

Je lui murmure de ne pas s'inquiéter pour moi. L'impressionnant mammifère à la tête de lion baisse alors la tête à son tour et j'entreprends maladroitement les gestes nécessaires, avec l'aide du parchemin sacré dans mes mains. Et lorsqu'il se retire et que les suivants s'avancent ensuite, j'ai finalement cette curieuse la sensation de mal-être qui se dissipe lentement...

- Oh mon dieu! Oh pardonnez-moi! Je ne sais pas ce qui est arrivé! Je suis vraiment désolée!

Dès que la cérémonie est terminée et que tout le monde est sortit, j'ai prestement refermé les portes derrière-eux. Quand je les ais entendues claquer avec résonnance, je me suis assise par terre sur les dalles, le regard face à l'autel. Bien que les sensations avaient en partie disparues, je me sentais déphasée! J'étais en transpiration et je ne savais plus quoi dire... J'ai alors décidé de prier un long moment en silence, tout en demandant intérieurement le pardon aux dieux, pour l'inexplicable faiblesse que j'ai ressentis durant la cérémonie de bénédiction sacrée, avant de me relever ensuite. Je profite pour remettre de l'ordre et de rester le plus éloigné possible du groupe, jusqu'à ce qu'ils décident de partir un peu plus tard. L'heure ayant maintenant bien avancé, je choisis de rester ici pour la nuit comme je l'avais convenu. Un peu après, je continue encore de méditer. Je mange ensuite seule et très sommairement dans la chambre, réservé à cet office. Avant de me coucher, je réfléchit encore un peu à ce qui s'était passé plus tôt. Je ne comprenais pas... C'était la première fois que cela m'était arrivé... J'en conclu alors que quelque chose, peut-être un objet appartenant à l'un des terranides en question, avait peut-être dut entrer en conflit avec mes propres énergies. Et puis au moment où je juge qu'il est bon que j'aille au lit, je me couche sans attendre. Bien que je ressentais toujours un fond de désir en moi, j'essayais de l'ignorer D'ici demain, tout cela ne sera plus qu'un lointain souvenir désagréable...

- Non! Lachez-moi! Non! Vous êtes trop nombreux! Je ne pourrais jamais tous les prendre! Kyyya!!!

Je me mets alors à crier! Je suis encore une fois dans le temple en train de refaire la cérémonie, sauf que tous les terranides me sautent dessus. Ils m'arrachent ma robe. Et puis lorsque je suis nue, ils sortent ensuite leurs horribles bites. Mais je n'arrivais pas à me défendre. Je suis alors plaquée sur l'autel et il y en un qui vient directement entre mes cuisses! Je lui dis que je ne veux pas, mais d'autres m'entourent et me force à faire tout un tas de choses dégoutantes. Je n'étais plus une prêtresse pour eux, mais leur jouet. Et ensuite, pendant qu'il m'enchainent à tour de rôle sur l'autel un à un comme je les avais bénis avant, je me revois soudainement au temple de ma ville natale. Les terranides qui me violent se transforment pour devenir ces humains qui nous ont détruits, les miens et moi! Et l'horrible scène ne dure pas une seconde de plus, que tout le monde disparait. Je me retrouve alors dans le noir et le silence, pendant que j'ouvre les yeux en grand. Je viens de rêver... Je viens de faire un horrible cauchemar...

- Oh... Anh... Anh...

Malgré que je me sois réveillée, je tremble comme une feuille morte. Je ressens des sueurs froides, tandis que mon corps est tout brulant en même temps. Mon vagin était encore une fois en feu. La sensation de tout à l'heure, était en train de recommencer. Mais qu'est-ce qui se passe encore, à la fin?... Et puis je mets la main devant la bouche, dès que je crois voir une ombre massive. Quelqu'un ou quelque chose se trouve à l'intérieur, avec moi! Et c'est la lune qui éclaircit à travers la vitre, un être massif à la grande stature. Il se tenait droit devant-moi! Il...

- Oh! Que...

C'est avec le regard à la fois effrayé et confondu avec mes désirs anormalement brulants, que je vois une bête... Non! Un terranide qui me regarde lui-même nu, avec son énorme sexe tout raide! La vue improbable à laquelle j'ai le droit, a pour réaction de me donner un nouveau sursaut de désir pendant un instant. Me voilà alors obligée de serrer mes cuisses mouillés, pendant que j'étais incapable de savoir ce que je devais faire. La scène était tellement trop bizarre. Et ce que j'éprouvais, l'était tout autant.

Asmodeus

Avatar

Re : La prêtresse et le lion [Asmodeus]

Réponse 3 vendredi 06 mai 2022, 03:55:13

Asmodée suivait chaque pensée de la petite brune. Il vit ses songes inconscients prendre corps et l'agresser, la torturer. Ils révélaient à sa conscience fermée la vérité de ses désirs, aussi inacceptable soit-elle. Eveillée trop tôt, elle avait assimilé au pire des crimes le plus inavouable de ses fantasmes de jeune adulte. Comment accepter sa sexualité quand ses désirs rimaient avec immoralité ? Comment oser s'ouvrir à ses envies quand ses engagements lui imposaient une irréprochable moralité ?
Heureusement pour elle, le Prince de la Luxure était à l'écoute et connaissait l'énorme potentiel discordant d'une prêtresse soumise à des passions aussi dévorantes qu'impropres. Et il était venu pour la réveiller proprement, prenant, à cette occasion, la forme inattendue à laquelle elle réagirait avec la plus grande excitation.

"Ne résiste pas, Sen."

Lentement, sans hésiter, il avait comblé la distance entre eux, passant ses grandes mains sur ses genoux serrés, ouvrant, sans forcer, les cuisses que, par réflexe, elle avait précipitamment fermé. Elle ne voulait pas les fermer, elle ne faisait que réagir à la manifestation indésirable de ce qu'elle redoutait de devoir affronter : une sexualité qui avait toujours rimé avec douleur et honte. Les mains griffues descendirent sous ses cuisses, les écartèrent largement, passèrent sur ses hanches, remontèrent ses flancs. Et il baissa son museau épais à son aine, reniflant son pubis, soupirant de chaleur contre ses lèvres intimes.
Il sentit qu'elle hésitait à appeler à l'aide. Il monta une main jusqu'à son visage, la ferma sur sa bouche. Et, pour faire taire ses hésitations, il sortit la langue, lapa sa vulve avec douceur, enflammant tous ses récepteurs nerveux de son contact râpeux. Il saliva. Les contacts suivants furent légèrement plus doux.

"Ne lutte pas. Je sais que tes nuits sont troublées par les envies qui hantent ton ventre. Je sais que tu veux tout ce que tu vas recevoir."

Il était bien inutile de nier. Elle le pouvait, mais cela l'arrêterait-il ? Non. Il était sûr de lui, et il était sûr qu'elle ne tarderait pas à abandonner la résistance. A cet âge, il était tout bonnement impossible de refuser de combler ses désirs. Et l'influence de la Luxure s'occuperait de briser toute velléité de résistance.


Répondre
Tags :