Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Besoin d'une image paternelle. (Privé)

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS
Inscrivez-vous

Izumi Cho

Humain(e)

Besoin d'une image paternelle. (Privé)

jeudi 08 juillet 2021, 21:35:51

- C'est pas la gamine qu'on voit partout dans les journaux en ce moment-là !

- Si c'est elle ! La gamine de la ministre qui lui cause des problèmes.

- Je suis sur elle à plein d'argent sur elle.

- Plein d'argent et elle est bonne, je la prendrais bien en leuleu contre un mur.

Assise sur un banc j'attendais le bus de nuit pour rentrer chez moi, il était tard et en pleine semaine il n'y avait personne dans les rues. Mère était en voyage d'affaires, je pouvais faire ce que je voulais sans me prendre de remarque, rentrer à l'heure que je voulais et ne pas aller en cours en faisait partie. J'écoutais ma musique en jouant sur mon téléphone sans faire attention à ce qu'il se passait autour de moi ne voyant pas le groupe de trois garçons m’encercler. Quand le plus grand décide d’arracher mes écouteurs pour attirer mon attention.

- Salut minette !

Je me lève brusquement, pour essayer de casser le cercle et un des mecs me repousse contre le banc.

- Bouge pas, on veut juste te parler un peu ! T’es la gamine de la ministre alors on voulait savoir si tu pouvais pas nous dépanner de la monnaie pour un ticket de bus.

Bien sûr… Je n’étais pas conne, même si je faisais beaucoup de bêtises.

- Non j’ai rien sur moi…

Je passe mes bras autour de mon sac pour le protéger quand deux des mecs se mettent à tirer dessus pour me l’arracher, ils l’ouvrent pour le vider par terre… Tout mon bordel tombe sur le sol, portefeuille, maquillages, carte bancaire, bonbons, tampon… Tout y passe.

- Ça va pas non ! Vous vous prenez pour qui ?

Je me lève une nouvelle fois pour pousser celui le plus proche de moi et me pencher en avant pour ramasser mes affaires, sauf qu’un des garçons appuie juste derrière mon genou pour me faire basculer en avant et m’envoie par terre avec un coup de pied sur les fesses. Je tombe à plat ventre sous l’abri de bus, je me mets à 4 pattes pour me redresser, alors que j’ai des écorchures partout.

- Quand ma mère sera au courant…

- Ta gueule, on en a rien à foutre de ta mère, tu sais même pas notre identité, ferme juste ton clape merde !

Il m’attrape par les cheveux pour me faire avancer un peu et me maintenir, alors que je sens ma jupe remonter et ma culotte descendre rapidement entre les mains bourrues de mes agresseurs.

- Arrêtez ça ! Arrêtez !!!

A chaque gestes que je fais celui qui me tient les cheveux me secoue dans tous les sens pour que je reste tranquille, alors que ceux derrière commencent à défaire leurs pantalons. Je ne sais pas s’il y a quelqu’un dans les barrages, leurs corps faisaient barrière. Et au moment où je commence à crier, il vient me rentrer quelque chose dans la bouche pour que j’arrête directement… J’ai trop peur, à l’aide, que quelqu’un passe pour m’aider.

Niqa Masir

Créature

Re : Besoin d'une image paternelle. (Privé)

Réponse 1 jeudi 08 juillet 2021, 22:16:33

Niqa appréciait de plus en plus la Terre, même s’il avait encore du mal à s’habituer à tous les us et coutumes de cette planète. Déjà qu’il n’avait pas fini de s’adapter à Terra, alors se rajouter encore un défi n’était pas la plus brillante des idées. Mais bon, l’opale personnage aimait aller toujours plus loin, alors ce n’est pas ça qui allait l’arrêter pour le coup. Puis, heureusement pour lui, depuis son arrivée, il avait rencontré des personnes l’ayant bien guidées et permis de s’intégrer de son mieux. Déjà que son physique ne l’aide pas à passer inaperçu, si l’on venait rajouter à cela son comportement, il aurait rapidement été connu dans le coin, comme le loup blanc de la ville. Et il n’avait pas vraiment envie d’attirer à nouveau l’attention sur lui, comme à Nexus et la petite histoire qui lui était arrivée.

Le magicien ruminait cela tout en se promenant sur les bords de la ville, découvrant de plus en plus l’environnement d’un tel lieu. Les éclairages du coin et le ciel étaient les seules choses pouvant l’éclairer en cette occasion. Le bruit de ses pas se faisait entendre, au fur et à mesure qu’il se rapprochait de la civilisation, quittant les abords du sous-bois. Alors qu’il sortait retombant sur une route, un trottoir de bitume, il regardait à droite et à gauche, essayant de se souvenir de sa route de départ. Il était venu en bus dans le coin, mais c’était encore un moyen de transport bien inconnu pour sa personne. Bon, il décidait de fonctionner à l’instinct et partait sur sa gauche, remontant le long de la route, espérant tomber sur l’arrêt qui était le sien.

Maintenant qu’il était sorti du bois et de retour sur un sol rigide, il était visible, parfaitement détaillé. Sa tenue changeait énormément de ce qu’il portait à Terra et même de sa première fois sur cette terre étrange. Un pantalon à la coupe droite d’un bleu nuit, une paire de chaussure de costume marron, en cuir et aux coutures, ainsi que les lacets bleus. Pour le haut, il portait une chemise marron, avec un veston de la même teinte que le pantalon. Les nuits par ici étaient encore fraîches. Les mains dans les poches, il avait calé dans l’arc formé par un de ses bras, une veste couleur bleu nuit. Ses cheveux étaient bien coiffés, formant une queue de cheval et relevant le tout, lui évitant de marcher dessus. Il faut dire que sa tignasse touchait presque le sol. Il avait laissé retomber plusieurs mèches devant, formant même un début de tresse avec l’une d’elle.

Plus il marchait, plus sa silhouette se dessinait, la lumière des lampadaires se faisant un peu plus présente. Il était donc sur la bonne route. En tendant l’oreille, il arrivait même à entendre des bruits, des sons, il y avait donc du monde pas loin ? Parfait, il avait donc eu de la chance. Il accélérait soudainement le pas, ayant hâte de pouvoir rencontrer du monde. Il était du genre sociable et ouvrait facilement une conversation, même pour simplement parler de la beauté des étoiles en cette nuit. Cela ferait sans doute charmeur à deux balles, mais il s’en fichait, il parlait sincèrement de ce genre de petit plaisir simple.

Cependant, plus il s’approchait et commençait à distinguer des formes, plus les choses lui paraissaient mauvaises. Une drôle de scène étrange, des cris d’une femme, un ton sec et autoritaire, puis un appel à l’aide. Les ombres engloutissaient quelqu’un pour réduire leur nombre, puis un léger silence et un ricanement.  L’inquiétude du magicien grimpait d’un coup. Il augmentait le pas, courant presque, la démarche légère et presque inaudible. Il ne fallait pas oublier qu’il n’avait rien d’humain. Ses craintes se confirmaient, il y avait un abus, une agression en ce moment même. Le sang ou plutôt le mana de Niqa ne fit qu’un tour en lui.

Il faut dire que ce dernier détestait l’abus et la violence qui semblait gratuite, surtout quand plus fort décidait de s’en prendre à plus faible. C’est à cause de ce genre de morale qu’il avait fini avec un assassin au cul. Mais cela ne lui avait pas servi de leçon, son côté preux chevalier n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. Si quelqu’un sur sa route avait besoin d’aide, il interviendrait sans hésiter.

Son rythme se calmait sur l’instant présent, marchant à nouveau simplement. Une de ses mains sortaient de sa poche, il armait le poing, laissant un peu de magie circuler. Assez pour coucher un humain du premier coup et ne rien laisser paraître à l'œil humain. Une fois à hauteur et ne s’étant pas fait percevoir avec sa cadence légère, il s’éclaircit la voix pour se faire entendre pleinement.

“Hum… Hum… Excusez-moi Messieurs ! L’un d’entre vous peut-il tenir ma veste ?”

Une phrase banale pour simplement attirer l’attention et le premier qui oserait se retourner se prendrait le poing de l’opale au niveau de la mâchoire, en plein sur la jonction. Ce qui ne tarda pas à arriver, il frappa net et vit l’homme s’écroulé subitement. Son effet de surprise avait marché, mais pas le temps d’être admiratif, les deux autres comparses réagissaient rapidement. Sans attendre, il jetait sa veste au visage du second, se libérant l’autre main pour frapper en plein milieu du ventre. Il visait la zone du foie et de l’estomac, une zone extrêmement douloureuse, il suffisait de demander à la plupart des boxeurs.

En voilà donc un deuxième de couché, il n’en restait qu’un. Il avançait rapidement, usant encore de son pouvoir pour se donner une allure surhumaine, dure à suivre à l'œil nu non entraîné. Cette fois-ci, il visait la tempe. Le dernier agresseur finit donc à terre pour le coup. Il regardait autour de lui, assez fier pour le coup, heureusement que l’effet de surprise avait marché et que sa condition n’avait rien de normal. Il se penchait pour récuperer sa veste à terre et l’amener à la jeune femme. Il la déposait sur ses épaules, tendant ensuite ses doigts pour retirer ce qu’elle avait dans la bouche.

“Vous allez bien mademoiselle ?”

Tout en lui disant cela, il caressait sa tête, dans un pur signe d’affection, tout en offrant un tendre sourire à cette dernière.

Izumi Cho

Humain(e)

Re : Besoin d'une image paternelle. (Privé)

Réponse 2 jeudi 08 juillet 2021, 23:46:54

- Laisse-toi faire minette ça va bien se passer ! On se vide juste les couilles et on te laisse tranquille…

- Tu vas kiffer aussi.

Je sens ma culotte se déchirer entre mes cuisses, un des mecs venait de tirer dessus pour avoir plus de place, alors que l’autre qui me tient les cheveux tire sur mon chemisier blanc pour faire sauter les boutons et laisse tomber ma poitrine en dehors. Je n’arrête pas de gémir avec ce truc dans ma bouche, aussi fort que je le peux pour que quelqu’un me trouve.

- Avec toutes les conneries que tu fais, personne ne viendra te croire quand tu vas raconter ça !

- C’est ça d’être une mauvaise fille !

Ils se mettent à rire en coeur, tout en continuant de me maîtriser par terre quand d’un coup j’en vois un tomber raide ! Mes yeux se bloquent sur lui, il n’est plus conscient complètement dans les vapes. Je lève la tête pour voir qu’un autre homme est présent et qu’il commence à mettre une dérouillée à mes agresseurs. Je rampe pour me mettre entre le banc et la vitre de l’arrêt, je remonte mes genoux vers mon visage et pose mes mains au-dessus de ma tête en protection. J’entends les coups tomber, je sursaute à chacun d’eux quand le calme reprend son cours d’un coup. J’ose à peine lever la tête pour voir mon sauveur passer sa veste sur mes épaules et retirer ce que j’avais dans la bouche… Une vieille boule faite avec des chaussettes.

Je le regarde depuis le sol, mes yeux se remplissent de larme d’un coup, alors que je me laisse tomber en avant pour prendre ses jambes dans mes bras, poser ma tête sur une de ses cuisses et me mettre à pleurer.

- Ahmmmmm… Merci…. Merci monsieur…

Je ne m’arrête pas, on dirait une petite fille pleurant vers son papa et je dois avouer que ça me fait du bien de me lâcher comme ça. Des longues minutes où je reste dans cette position appréciant ce contact avec mon chevalier blanc. Je ne fais que le remercier en continu, jusqu’à réussir à me calmer un peu.

- Merci…

Je lève la tête dans sa direction, pour me lever doucement me tenant au mobilier urbain pour me hisser, il est beaucoup plus grand que moi, plus âgé aussi à moins que ce soient ses cheveux blancs qui donnent cette impression. Debout je me rends compte que les boutons de mon chemisier ont tous sauté et que ma poitrine ressort je m’empresse de venir serrer les deux bouts pour contenir le tout et me pencher une fois en avant pour lui exprimer ma gratitude.

- Je ne sais pas comment vous remerciez monsieur, vous m’avez sauvé la vie… Sans vous… Je me serais…

Repenser à cette idée me fait monter les larmes une nouvelle fois et je m’empresse de me jeter sur mon sauveur pour le prendre dans mes bras et le serrer aussi fort que je peux. Mon visage plaqué contre son torse, je sanglote de nouveau comme une petite fille cherchant le réconfort de son papa.

Niqa Masir

Créature

Re : Besoin d'une image paternelle. (Privé)

Réponse 3 vendredi 09 juillet 2021, 13:28:48

Niqa se doutait que l’expérience que venait de vivre la demoiselle, surtout celle d’être ainsi agressé et pratiquement de se faire violer, était extrêmement dur. Lui aussi avait traversé de dures épreuves, il pouvait donc la comprendre sur ce point-là. Cependant, il ne s’attendait pas à une réaction aussi émotionnelle. Il avait à faire à un barrage qui venait s’effondrer, la demoiselle était plus que larmoyante, elle pleurait à chaude larmes. Il était un peu surpris, mais il se laissait faire et surtout la laissait faire. Elle s’accrochait autour de ses jambes pour exprimer sans doute le surplus d’émotion de cette agression. Il préférait la voir comme ça, que se braquer soudainement et se refermer. Cela pouvait être une réaction classique de ce genre de chose.

Il aurait eu envie de se baisser pour la cajoler et la rassurer, l’invitant à couvrir ses vêtements de ses larmes et tout autre chose ayant besoin de sortir. Mais vu comme il était tenue, il ne pouvait rien faire à par attendre qu’elle se calme. Il essayait quand même de lui faire entendre sa voix pour essayer de la calmer un peu et l’aider à réguler le flot de ses larmes.

« Ce n’est pas la peine de me remercier… Il est normal d’agir pour aider une personne en détresse. »

Il essayait de faire de son mieux, mais ce genre de chose n’a jamais été son point fort. Il ne comptait pas rester sans rien faire, réfléchissant à comment faire pour la calmer un petit peu et essayer de lui faire retrouver un peu de sa contenance. Mais cela ne semblait clairement pas marcher sur elle. Il décidait donc d’être patient et la laisser s’égosiller pour évacuer toute sa peur et son stress. Il l’entend encore la remercier de plus en plus, cela le faisant un peu sourire, mais d’une façon assez triste. Il comprenait alors que cela était sans doute encore plus marquant qu’il ne le pensait aux premiers abords.

Finalement, elle semblait retrouver son calme, ce qui était une bonne chose pour le coup. Elle donnait un dernier sanglot accompagné d’un dernier remerciement. Elle le lâchait, permettant à l’être de mana de dégourdir un peu ses jambes et essayer de l’aider à se relever. Elle semblait encore tremblante à ses yeux, il l’assisterait jusqu’à ce que tous soient bon pour elle. Il échangeait un rapide regard avec elle, remarquant bien vite son état. Son chemisier bien ouvert donnait un superbe vu sur ce qui se trouvait. Il détournait ses yeux pour lui laisser un peu d’intimité. Puis vu ce qu’elle venait de vivre, avoir un regard aussi plongeant n’était pas la chose la plus pertinente à faire.

Heureusement, elle semble avoir remarqué ce léger détail, il peut se permettre de la regarder de nouveau en face et son avoir les yeux venant lorgner sur de bien beaux spécimens. Il la voit se pencher en avant et formuler des remerciements. Il trouvait cela étrange de se pencher, pour se rappeler que cela était courant dans ce pays. Encore des us et coutumes qu’il se devait d’assimiler pleinement. Il lui souriait tendrement, avec une grande candeur dans le regard.

« C’est normal, je ne pouvais vous laisser ainsi. Et ce n’est pas la peine de me remercier, je n’ai fait… »

Il n’avait pas le temps de terminer sa phrase qu’il pouvait la voir pleurer de nouveau. Beaucoup de tension et de peur ? Ou peut-être que cela recelait bien autre chose ? Il ne pouvait savoir, mais il décidait de la laisser faire. Se laissant même attraper par le torse, offrant son corps pour épancher ses larmes. Il passait ses bras autour d’elle pour l’entourer dans un cocon chaleureux, lui offrant grossièrement un câlin. Une de ses mains venaient caresser son dos, tandis que l’autre caressait sa tête, comme on cajole un enfant.

« C’est bon, tout va bien maintenant, tout est fini. Laisse-toi aller contre moi et vide ce dont tu as besoin. »

Il avait commencé à la tutoyer pour se faire plus proche et plus rassurant, puis surtout, il n’aimait pas garder les conventions trop longtemps. Il regardait autour de lui, l’endroit n’étant éclairé que par un lampadaire. Et les deux étaient encore entouré par la bande de malfrats. Il se devait donc d’agir pour que la demoiselle retrouve son calme. Il courbait donc l’échine, coupant court au contact pendant quelques secondes. Il passait une de ses mains derrière les jambes de la demoiselle, tandis que l’autre restait dans son dos.

Soudain, il la soulevait et la portait comme une princesse. Il enjambait une des personnes et commençait à prendre la route pour remonter lentement vers la ville. Et surtout s’éloigner de la scène de crime en quelques sortes. Il pensait que cela aiderait sans doute la demoiselle de ne pas rester sur le lieu du crime. Quand il fut assez éloigné, il regardait la jeune femme, lui laissant son torse accessible si elle désirait si poser ou autre chose.

« Je nous ai permis de partir, je me suis dis que rester là-bas ne serait pas bien. Cependant, il faudrait appeler la police pour éviter qu’il reste dans la nature et recommence cela. Au fait, je me permets de me présenter, je suis Niqa et toi demoiselle ? Et pourrais-tu me guider un peu ? Je ne connais pas beaucoup le chemin. Et nous pouvons discuter pendant le trajet, pour te changer les idées. »

Izumi Cho

Humain(e)

Re : Besoin d'une image paternelle. (Privé)

Réponse 4 samedi 10 juillet 2021, 01:44:50

Mon chevalier blanc se mit à me consoler, m'enfermant dans ses bras pour me caresser la tête et le dos. Une douce enfant qui se faisait rassurer après une grosse peur, je me sentais bien contre lui. Ma tête posée sur son torse je le sentais se lever au rythme des battements de son cœur. Une mélodie reposante qui arrivait à me calmer petit à petit.

- Je dois passer pour une idiote, je m'excuse…

Je frotte mes yeux pour essayer de me calmer toujours en restant coller à lui, appréciant ce contact réconfortant. Quand je le sens passer un de ses bras sous mes jambes pour me soulever. Berçant dans ses bras je me laisse faire me sentant en sécurité entre ses bras qui m'avaient défendu. D'une main, j'essaie de maintenant mon chemiser en place pendant le trajet alors que ma tête se plaque contre son torse encore une fois levant mes yeux dans sa direction pour l'admirer.

Il avait l'air si sérieux, mature… Je ne voulais pas lui demander son âge, ce n'était pas poli. Juste j'admirais la force qu'il avait eu pour me venir en aide et affronter ses trois hommes. Il continue d'avancer pour arriver vers les commerces de la vie, basculant de haut en bas, ma jupe glisse le long de mes cuisses s'arrêtant à la limite de mon intimité. Ma culotte étant restée sur place… Je n'aurais pas pu la remettre vu comme mes agresseurs l'avaient déchirée. Ma main, retenant les deux bouts de mon haut se fait un plus molle, laissant apparaître ma poitrine et un téton décidant de sortir voir ce qu'il se passait dehors. Nous nous arrêtons alors, gardant cette même position.

- Merci de prendre soin de moi encore ! Vous êtes vraiment… Vraiment…

Protecteur comme un père.

- Trop gentil avec moi ! Nous sommes partis sans que j'ai eu le temps de récupérer mon téléphone… Je pourrais appeler la police seulement quand je serais chez moi…

Toujours collée contre lui, je frotte mon visage contre son torse.

- Si vous voulez bien me raccompagner chez moi pour que je me change et que j'appelle la police… Je… Pourrais vous guider où vous voulez je connais très bien la ville.

Et ça m'aiderait à la remercier convenablement, ce n'est rien comparé à ce qu'il avait fait pour moi, c'était juste à un début.

- Niqa ce n'est pas un prénom courant au Japon… Il reste quand même très beau…

Niqa mon sauveur, Niqa mon chevalier, Niqa mon protecteur… Comme une figure paternelle que je n'ai jamais connue. Volant dans ses bras… Daddy ! Je ne pouvais pas l'appeler comme ça… Il me prendrait pour une folle. Je me racle la gorge pour faire partir ses pensées.

- Moi c'est Izumi… Cho !

Normalement, il devait reconnaître le nom de famille de ma mère, une des ministres du pays. Ce nom qui me faisait défaut dans la vie.

J'attendais maintenant s'il voulait bien me ramener chez moi avant de reprendre la route et s'il allait me garder dans ses bras encore longtemps car je dois avouer…

- Je suis bien dans vos bras, Dad… Niqa !

Je recommence avec ça, rougissante, je tourne ma tête pour disparaître de cette bourde.

Niqa Masir

Créature

Re : Besoin d'une image paternelle. (Privé)

Réponse 5 lundi 12 juillet 2021, 21:32:42

Niqa marchait lentement, regardant autour de lui, tout en attendant une réponse de la demoiselle. Pendant ce cours instant de silence, il avait posé ses yeux sur elle. Il la scrutait de nouveau, ayant l’impression d’avoir senti certaines choses bouger et voulant toujours s’assurer du bien-être de la demoiselle. À peine avait-il baissé la tête qu’il pouvait de nouveau saluer du regard un bout de poitrine de la demoiselle. Et ce n’était pas tout, lorsqu’il déportait ses prunelles ailleurs, il remarquait que la jupe était lentement entrain de filer à l’anglaise pour le coup. Il relevait donc bien rapidement ses yeux, pour éviter de se montrer trop curieux et dévorant du regard.

Il faisait de son mieux pour se concentrer ailleurs, la demoiselle l’aidant pas mal de ce côté-là, en prenant la parole. Il l’écoutait, se faisant remercier une nouvelle fois. Il continuait donc de sourire, comme pour lui répondre par ce simple geste, tout en évitant de voir qu’il avait été un peu désappointé par une vue légèrement érotique de ses formes. Oh, elle n’avait donc pas son téléphone sur elle, ce qui était bien dommage pour le coup. Au vu de son explication, il comprenait implicitement qu’il devait reconduire la demoiselle jusqu’à son domicile. Il pouvait faire cela, en espérant que le voyage ne serait pas trop long à pied, sinon, il devrait voir pour faire en sorte de prendre les transports à deux. Cependant, au vu de la tenue de la demoiselle, cela allait fortement attirer les regards et c’était bien la dernière chose dont elle avait besoin.

La présence de la jeune femme se fait un peu plus sentir comme la peau de l’homme. Il plonge de nouveau ses yeux sur elle, regardant uniquement son visage sur le moment. Elle semblait être dans une forme de cocon pour afficher un air aussi serein sur ses traits. Il évitait de glisser ailleurs et continuer de la reluquer. Car, il devait bien se l’avouer, la jeune femme avait un physique des plus attrayant. Il l’aurait rencontré dans un autre contexte, il aurait sans doute grand plaisir à flâner en sa compagnie et même la séduire. Il aimait ce petit jeu de séduction, mais là, ce n’était clairement pas le moment pour ce genre de chose. Son côté protecteur et gentleman ressortait trop pour l’instant.

Bien rapidement, elle venait confirmer les pensées de l’être de mana. Il devait donc bien essayer d’escorter la jeune femme jusqu’à sa demeure. Elle avait la politesse de lui poser cela sous la forme d’une question et non d’imposer les choses. La demoiselle semblait parfaitement éduquée ou du moins poli au regard de Niqa. Surtout après un tel accident qui aurais dû laisser plus de séquelles. Ses yeux recommençaient à se lever, comme si mouvoir ses prunelles et sa tête était un perpétuel recommencement pour lui.

Un sourire candide s’affiche sur les lèvres de l’opale lorsqu’il vient l’entendre parler de son nom. C’est vrai qu’il n’avait rien de typique dans un tel décors, mais il ne l’était déjà point de base, alors cela lui collait plutôt bien à la peau pour le coup. Il continuait de marcher, accélérant légèrement le rythme de sa cadence pour aller un peu plus vite. Il allait procéder ainsi, petit à petit, pour ne pas faire sentir de grand changement à la jeune femme. Si elle ne faisait pas attention aux paysages, elle ne remarquerait rien, mais si elle décidait d’y accorder de l’importante, elle pourrait voir celui-ci défiler de plus en plus vite. Comme si elle roulait en voiture, mais la magie de l’être de mana protégeait les deux, des sensations qui pourraient venir avec un tel frottement.

Le nom de la rose demoiselle parvenait aux oreilles de Niqa. Ce dernier haussa un sourcil, non pas qu’il reconnaissait le lien avec une personne politique. Il n’y connaissait rien à la gestion et les figures importantes de cette nation. Il se faisait simplement une remarque banale, c’était le premier nom véritablement typé japonais qu’il entendait. Il faut dire qu’il avait croisé énormément de nationalité depuis son arrivé, mais aucune ne sonnant asiatique. Il souriait un peu avec infos en tête.

« Très jolie nom, a-t-il une signification particulière ? J’ai cru comprendre qu’au Japon, les noms avaient un sens. Ce n’est pas une notion que je connais, il n’y a pas ce genre de sens de là où je viens. Ma terre natale est très éloignée du Japon. »

Il donnait un peu de contexte à la demoiselle, pour qu’elle comprenne clairement que le jeune homme n’était pas du coin. Il aurait pu être immigré depuis longtemps ici ou simplement être de deux origines, dont l’une était japonaises. Tout cela restait plausible pour le coup. Niqa commençait lentement à distinguer la ville et ses alentours. Il s’approchait un peu plus, mais il n’allait pas pénétrer directement dans la zone, car il pourrait bien moins circuler. Puis, il désirait savoir où habitait la jeune femme, afin de mieux s’orienter et se faire guider précisément. Il s’apprêtait à lui poser la question, mais il entendit une phrase de la part de la demoiselle. Elle évoquait ce qu’elle ressentait. Cela lui faisait plaisir d’entendre son état, mais il nota qu’elle avait failli le nommer autrement.

Cherchait-elle à lui donner un surnom ? Ou peut-être qu’il venait lui rappeler quelqu’un qu’elle connaissait ? Il lui poserait sans doute la question. Mais ce n’était pas le plus important pour le moment.

« Izumi, veux-tu bien me guider ? Que je te ramène chez toi. Nous sommes presque entrés en ville, tu dois m’indiquer la suite maintenant. Je ne connais pas encore trop la ville. »

Il écoutait les indications de la jeune femme, soulevant de temps en temps pendant la marche le joli temps qu’il faisait et le côté agréable qu’il y avait à se promener de nuit en cette période. Le reste du temps, il se concentrait sur la route, jusqu’à arriver à destination. Une fois devant la demeure, il venait la déposer devant le portail de la demeure. Il restait à côté de la jeune femme, posant de nouvelles questions.

« Tu as de la famille chez toi ? Ou tu désires que je reste encore un peu en ta compagnie ? »

Il posait à nouveau sa main sur sa tête, caressant cette dernière pour lui donner un peu d’affection à la façon.

« Ah oui, cela me fait penser. Tu as failli m’appeler autrement que par mon prénom tout à l’heure. Je te rappelais quelqu’un ? Ou c’était totalement autre chose ? »

Il plantait ses prunelles dans les siennes, pour soutenir un peu son regard sur le moment.


Répondre
Tags :