Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Augmenter un peu la sensibilité

Nos partenaires :

Planete Sonic
MLDK Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos
Inscrivez-vous

Chernyy Cherv

Humain(e)

  • -
  • Messages: 63


  • Fiche

    Description
    Phobos & Deimos ou Peeter et Stella. Jumeaux d'origine estonienne, infectés par un symbiote extraterrestre.
    
    L'organisme étranger accélère l'activité de leur cerveau, portant leur créativité à des niveaux surhumains. Ne dorment jamais et les stimuler intellectuellement revient à les stimuler tout court.
    
    Génies inconscients et involontairement dangereux. Bricolent à la maison des inventions qui font boom (parfois).

Augmenter un peu la sensibilité

vendredi 26 juin 2020, 14:42:11

L’analyse est fascinante. Regarde, ici, il y a des fragments d’ADN connus mais cette partie… c’est…
Du silicium… et sa structure est beaucoup trop géométrique pour appartenir à une forme de vie biologique. Ça veut dire que cette fille…
Elle était artificielle ? Partiellement ? Une sorte de cyborg mais… l’intrication entre cellule et circuit à été effectuée à un niveau très bas. Ce n’est pas juste un collage.
Avec l'échantillon qu’elle a laissé, on devrait pouvoir reconstituer son génome… ou son code. Au moins une partie.

Les choses avaient bien changé depuis que les jumeaux avaient faussé compagnie à leur père. Fini de se cacher dans le sous-sol familial. Peter et Stella avaient maintenant leur indépendance complète. Il leur avait suffit de vendre quelques brevets pour pouvoir acquérir argent comptant un grand terrain vague au nord de Seikusu. C’était… toujours depuis un sous-sol, mais cette fois le leur, qu’ils opéraient à présent.

Bien sûr, cela faisait aussi plusieurs années qu’ils avaient quitté le lycée, pour se consacrer à leurs projets personnels. Leur nature n’avait pas changé, ils étaient toujours aussi dispersés que par le passé. En revanche, leur éthique et même parfois leur légalité posait souvent question. En l’espace d’une demi-décénie, les jumeaux étaient devenus des savants que de nombreux héros auraient rêvés de mettre derrière les barreaux… s’ils avaient eu connaissance de leurs agissements. Ce qui expliquait qu’ils évitaient autant que possible d’attirer l’attention sur leur quartier général.

Plus précisément, les Valdur se consacraient à la protection de la Terre vis à vis de ce qu’ils désignaient comme « les menaces externes ». Ils avaient déployé dans toute la ville des capteurs et même des drones mobiles dans l’objectif de repérer tous les êtres surnaturels qui y pénétraient. Autant dire qu’ils étaient nombreux ; plus nombreux encore que ce qu’ils avaient pensé. Beaucoup trop nombreux pour qu’ils puissent intervenir sur tous les cas sans s’exposer. Mais ceux qui les intéressaient le plus étaient les entités extradimensionnelles : des individus qui portaient en eux la marque d’une réalité différente. Ils étaient les dangers les plus imprévisibles, mais aussi les sujets d’étude les plus intéressants.

Un mois avant, ils avaient détecté une telle signature à Seikusu. Hélas, le temps de l’appréhender, la créature — d’apparence féminine — avait filé, en faisant d’ailleurs usage d’une technologie au moins aussi avancée que celle des jumeaux. Elle n’avait laissé derrière elle qu’un cheveu. Cheveux qu’ils avaient alors disséqué pendant de longs jours pour tenter de reconstituer la nature de la visiteuse.

C’est intéressant. Le code semble incomplet. Je ne pense pas que ce soit une dégradation de l’échantillon… il manque des zones complètes, plutôt comme si…
Comme si quelqu’un n’avait pas terminé le travail. Ou alors comme si on avait coupé une partie du code en deux. Tu penses que ce serait la moitié d’un tout ?
Aucun idée Peter ! Mais ça m’excite grave !

Ils étaient arrivé à la conclusion qu’ils ne pourraient pas malheureusement comprendre la teneur du mystère sans davantage de matière à analyser… Bien sûr, l’idéal aurait-été de capturer un spécimen entier. Ils disposaient de quelques outils qui augmentaient leurs chances.

Maintenant qu’on a sa trace dimensionnelle complète, on devrait pouvoir la traquer où qu’elle soit. Je vais activer la balise… Oh…
Mince… Elle est quand même très loin de la Terre… Hors de question qu’on aille là-bas pas vrai ? Mh ! On pourrait essayer d’augmenter un peu la sensibilité ? Ça nous permettrait de trouver des individus de la même dimension qu’elle.
Ouais ! Alors… Oh !
Ooh…

*
*   *

C’était un immeuble défraîchi du quartier de la Toussain, converti en hôtel. Le propriétaire était un vieux coréen qui ne posait jamais de question aux visiteurs de passage. Criminels, vagabonds… tous pouvaient y louer une chambre, pour peu qu’ils aient un peu d’argent et pas de phobie excessive des insectes.

Il est à l’intérieur. Il n’y a pas de caméra dans l’hôtel, mais j’ai un drone qui l’a filmé quand il est entré. Il ressemble à un jeune homme.
J’ai une idée d’approche. Je vais me mettre en tenue.
OK. Je prépare le périmètre en cas de perte de contrôle. Amuse toi bien !

Cinq minutes plus tard, on frappait à la deuxième porte du dernier étage (les chambres n’étaient même pas numérotées). Sur le pas, il y avait Stella. Elle portait des vêtements inhabituels : un haut court qui laissait voir son nombril, et une mini-jupe aux motifs tartans. Elle avait des collants qui montaient jusqu’aux genoux, et ses cheveux blonds étaient attachés en queue de cheval. C’était le genre de tenue qui, dans le quartier, n’était portée que par les prostituées.

Salut ! Le patron m’envoie pour prendre soin de toi ! T’inquiète, la première est pour la maison !

Ce n’était pas inhabituel du tout que des travailleuses du sexe démarchent dans ce type d’endroit. Stella espérait que le garçon ne se montre pas trop méfiant. Même s’il ne comprenait pas tout de suite, elle se débrouillerait.

Le Voyageur

Créature

Re : Augmenter un peu la sensibilité

Réponse 1 samedi 27 juin 2020, 13:01:20

Les recherches de la journée n’avaient pas été très fructueuses, les passants ne semblaient pas avoir aperçu sa sœur dans les alentours de la ville de Seikusu. Un échec de plus mais en quasiment 13 ans de vagabondage, Le voyageur s’était habitué à ne pas rencontrer le succès escompté. Pourtant son plan pour retrouver Eve était sans faille.  Il ne comportait en son sein aucune forme de lacune. Il consistait simplement à errer à travers les dimensions en demandant à toute personne qu’il croise, s’il n’avait pas vu sa sœur.

Malgré ses déconvenues, Adam ne désespérait pas. Un jour, il la retrouverait et la sauverait. Peu importe le temps que cela prendrait, peu importe les dangers qu’il affronterait sur le chemin. Il ne reculerait devant rien ni personne. Son courage n’avait d’égal que l’amour que le voyageur portait à sa chère tendre Eve. Pour sûr, ses errances et ses explorations ne seraient pas vaines, il en était absolument et totalement convaincu.

Le voyageur ayant fini ses recherches dans la zone, décida de rentrer à son hôtel pour prendre un repos des plus mérités. Le lieu de résidence n’était pas très raffiné mais le jeune homme ne souhaitait pas dépenser plus d’argent pour se pavaner dans le luxe et l’opulence. Adam vivait comme un ascète et il ne souhaitait malheureusement pas que cela change. Les plaisirs et autres tentations corrompaient l’âme. Du moins selon ses croyances. La seule exception qu’il s’autorisait, était les jeux-vidéos. Ses petits logiciels informatiques avaient toute sa sympathie.

En entrant dans l’hôtel, le voyageur salua d’un geste chaleureux le gérant de l’établissement. Le vieux coréen comme pour témoigner sa sympathie, serra son poing et leva son majeur droit. Surement un signe de respect dans cette dimension. Soucieux d’entretenir des relations convenables avec l’homme et de recueillir de précieuses informations, Adam se rapprocha de lui et se mit à l’interroger d’un air affable.

-   Monsieur, vous allez bien ? Vous n’avez pas vu ma sœur ?

Visiblement agacé par les multiples sollicitions du jeune homme, le gérant de l’établissement répondit sèchement.

-   Non je n’ai pas vu ta sœur ! Tu m’as posé la question 20 fois en 4 jours, si je l’avais vu, crois-moi, je te l’aurais dit. Sinon n’oublie pas le payement pour les services de l’hôtel.  C’est deux lingots d’or par nuit.

-   Merci de me permettre de loger à bas coup chez vous.  Votre amabilité est immense.

Le voyageur n’avait pas la moindre idée de la valeur de l’or. Dans les plans qu’il avait parcourus, le métal jaune recouvrait des plaines entières, s’étendant jusqu’à l’horizon. Le jeune homme se dit alors que le matériau ne valait surement pas grand-chose. Une hypothèse qui fut confirmée par les dires du coréen. Le voyageur, quintessence-même de l’étranger n’avait aucune raison de mettre en doute, la parole du local.

-   Si tu n’as rien d’autre à me dire, tu peux me laisser gérer mon commerce.

-   Bien sûr, merci monsieur Puu.

S’éloignant du guichet du vieil homme, le semi-synthétique remonta rapidement les escaliers. Puis atteignit sa petite chambre. Rongée par les insectes et la moisissure, elle ne semblait pas conforme aux normes de salubrité en vigueur dans ces contrées. Cependant le voyageur ne le savait malheureusement pas. Ses connaissances juridiques étaient plus fines qu’un cheveu.

Adam se laissa tomber comme un poids mort sur le petit canapé rouge. La soirée était son moment de la journée préféré. Là, il pouvait se laisser aller. Ses recherches et ses errances n’avaient plus cours. Il n’y avait plus que lui et les jeux vidéo. Sans attendre un instant de plus, le voyageur alluma la console par télékinésie et s’empara de la manette de la même façon.

Le semi-homme allait pouvoir se consacrer pleinement à la pratique vidéoludique. Cependant un événement somme toute basique, vint bouleverser tous ses plans. Une jeune femme âgée d’environ une vingtaine d’année rentra dans sa modeste demeure. Très légèrement habillée, elle ne portait qu’une mini-jupe ainsi qu’un haut qui laissait transparaître son nombril. Le voyageur n’étant pas par nature, contrairement à sa sœur, asexuel. Ses créateurs ayant eu la bonté de le doter d’un programme lui permettant d’être attiré par des individus aux bonnes formes.  Il regarda avec une certaine envie le petit bout de chair, avant de se reprendre. Sa déontologie lui imposait de ne pas montrer une attitude déplacée avec les personnes du sexe opposé.

Finalement ce fut la petite blonde qui la première prit la parole :

-   Salut ! Le patron m’envoie pour prendre soin de toi ! T’inquiète, la première est pour la maison !

Le voyageur ne comprit pas vraiment le sens de cette locution. Prendre soin de lui ? Qu’est-ce que cela pouvait bien vouloir dire. Il y a bien des façons de s’occuper de quelqu’un. On pouvait lui faire un massage, lui lire un livre, lui raconter une histoire, lui préparer un bon petit plat, l'aider dans une tâche particulièrement complexe, etc. Le champ des possibles s’étendait jusqu’à l’infini.

Puis une idée germa dans son esprit, le patron, cela devait surement être monsieur Puu. S’il l’envoyait dans sa chambre, c’était pour une bonne raison. Le coréen avait tellement été gentil avec lui qu’il n’oserait surement pas le déranger pour des broutilles. Le vieil homme savait en effet qu’Adam recherchait désespérément Eve. Prendre soin de lui, ne pouvait que signifier l’aider à accomplir la tâche pour laquelle il s’était retrouvé dans cette dimension.

-   Vous allez m’aider à retrouver ma sœur ?

Soucieux de donner un maximum d’informations à sa nouvelle collaboratrice.  Le voyageur sortit de sa poche, une feuille de papier. Sur cette dernière figurait un portrait. Enfin un portrait c’était un terme peu exagéré, disons simplement un ensemble de traits et de coups de crayons qui tentaient difficilement de représenter un visage à l’apparence humaine.  Adam tendit finalement la page à Stella.

-   Elle ressemble à cela ! Si vous l’avez vu, il faut me le dire. Elle est surement en grand danger.

Il ajouta modestement :

- Si vous m’aidez dans mes recherches, je veux bien vous payer 3 lingots d’or par jour. J’ai cru comprendre que vous vouliez travailler gratuitement la première journée, ce n’est pas nécessaire même si j’ai certaines difficultés financières, je ne souhaite pas abuser de la bienveillance d’une jeune fille comme toi. Ah oui, dernière chose, si tu veux, je peux t’acheter des vêtements, tu dois avoir super froid comme cela.
" Vous n'avez pas vu ma sœur ? "

Chernyy Cherv

Humain(e)

  • -
  • Messages: 63


  • Fiche

    Description
    Phobos & Deimos ou Peeter et Stella. Jumeaux d'origine estonienne, infectés par un symbiote extraterrestre.
    
    L'organisme étranger accélère l'activité de leur cerveau, portant leur créativité à des niveaux surhumains. Ne dorment jamais et les stimuler intellectuellement revient à les stimuler tout court.
    
    Génies inconscients et involontairement dangereux. Bricolent à la maison des inventions qui font boom (parfois).

Re : Augmenter un peu la sensibilité

Réponse 2 dimanche 28 juin 2020, 11:36:48

Le poing sur la hanche, légèrement arquée sur le côté, Stella se donnait presque en spectacle. Elle avait pour intention de séduire aussitôt son interlocuteur, pour peu qu’il puisse être séduit… Sa tenue mettait bien en valeur son corps fin, tout juste capable de subvenir aux besoins énergétiques de son cerveau hyperactif. Mais pour aussi vive d’esprit qu’elle fut, elle n’aurait pas pu prévoir qu’elle recevrait aussitôt autant d’informations sans même en demander.

Ta sœur ? s’exclama-t-elle, intriguée.

Un peu hors de son rôle, elle prit d’un geste brusque le dessin des mains du jeune homme. Quand elle releva la tête, ses yeux bleus brillaient littéralement d’intérêt. Elle lui rendit la feuille de papier plus doucement.

Bien sûr. Oui, je pense que je peux t’aider. On devrait s’installer pour en parler.

Elle s’invita à l’intérieur de la pièce, et commença à la parcourir du regard. Elle ne cherchait rien de particulier, elle était même plutôt perdue en réflexions. La créature qu’ils avaient repérée pouvait parfaitement correspondre à la dite sœur. Cela expliquait même que pour leur appareil de détection, leurs traces soient aussi proches : ils n’étaient pas seulement issus de la même dimension, ils étaient en plus apparentés.

Trois lingots.

Elle fixa le jeune homme pour déterminer s’il était sérieux. Elle ne décela pas de trace d’ironie. L’argent — ou plus précisément l’or — ne l’intéressait évidemment pas. En revanche, ses remarques semblaient montrer que sa cible était complètement inadaptée au monde dans lequel il vivait. Peut-être allait-il être beaucoup plus simple à manipuler qu’elle ne s’y était attendue. Peut-être même qu’il lui aurait suffi de prétendre que sa sœur se trouvait dans un lieu de sa connaissance pour qu’il la suive sans poser de questions. Mais elle estimait encore manquer d’éléments. Elle n’était pas sûre qu’il se montre aussi coopératif dans un autre contexte, et elle avait encore à peine essayé de lui soutirer des informations…

Aussi, le garçon était tout à fait son genre. Comme son jumeau, Stella n’était pas seulement intéressée par les créatures extradimensionnelles : elle était attirée par elles. La jeune femme se laissa tomber sur le canapé rouge. Puis, l’air de rien, elle écarta les jambes. Sa jupe courte remonta un peu, dévoilant un tanga de dentelles noires. Le maillage du tissu était suffisamment ouvert pour laisser apparaître discrètement, à qui se tenait suffisamment près, les contours de son sexe et l'indice d'une fine pilosité blonde. De la main, elle l’invita à s’approcher. Elle insisterait jusqu’à ce qu’il soit à portée de ses bras.

Dis moi tout ! C'est quoi ton nom ? C’est pour chercher ta sœur que tu es venu ici ?

Le Voyageur

Créature

Re : Augmenter un peu la sensibilité

Réponse 3 lundi 29 juin 2020, 00:07:06

Stella la jeune humaine se donnait en spectacle, usant allègrement de ses charmes. Pour le plus grand plaisir du Voyageur, qui semblait grandement attiré par ce corps aux formes raffinées.   Toutefois sa morale et sa déontologie lui imposaient de se montrer avec une fille, d’une extraordinaire délicatesse. Ne pas brusquer autrui telle était sa philosophie de vie. Bien sûr, il n’imposerait pas à cette femme de se conformer aux normes de pudeur en vigueur dans cette dimension. De un, parce qu’il ne les connait pas et de deux parce qu’Adam n’usait jamais d’aucune forme de coercition. Dans ce monde, où les dangers guettaient les femmes à chaque tournant, le voyageur pouvait prendre des allures d’ange.

-   Oui, ma sœur. Elle s’appelle Eve. Elle a disparu sans laisser de trace, je la recherche.

Le voyageur remarqua évidemment la lueur qui brillait dans les yeux de la jeune européenne. Si elle se montrait si intéressée par son histoire, c’était sûrement qu’elle comptait l’aider. Sinon pourquoi au diable, souhaiterait-elle connaitre le parcours familial du voyageur ? Si les gens se préoccupent des autres, c’est bien pour les aider ?

En parcourant la pièce d’un regard détaché, Stella ne put rien n’apercevoir de bien intéressant. Seulement un mobilier fait de bois clair et rongé par les champignons et la moisissure. Une ampoule électrique pendait au plafond, illuminant tant bien que mal de sa faible lumière jaunâtre l’ensemble de la pièce. Un tas de vêtements parfaitement ordonné était présent au fond de la petite chambre. Lavés à la main, ils semblaient être faits pour le voyageur. Enfin, une PS4 ainsi qu’une télévision étaient soigneusement disposées sur un amas de cartons usagés. Seul fait notable, un sac vert composé d’un matériau exotique gisait sur le petit canapé rouge. Une recherche plus poussée pourrait relever les trésors qu’il recelait en son sein.

-   Oui trois lingots ! Je sais ce n’est pas beaucoup. Si vous souhaitez refuser le job, je comprendrais.

En disant ces phrases, Le voyageur regarda Stella d’un air désolé. Comme s’il se sentait honteux de proposer un travail aussi mal payé à une pauvre petite fille, qui n’avait même pas assez d’argent pour se payer des vêtements qui lui recouvraient l’ensemble du corps.

Finalement, Stella vint se positionner à côté d’Adam, écartant les jambes elle mit en valeur ses organes féminins. Sans cependant les révéler totalement. Pour le voyageur ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Ses joues se pigmentèrent d’un rouge éclatant, son cœur se mit à battre en chandelle et son souffle s'accéléra de façon exponentielle. Au niveau de son entre-jambe, son petit se soldat se réveilla, prêt à partir à la conquête de nouvelles terres.

Totalement déstabilisé par la tentative de séduction par la jeune dame, il ne put que difficilement baragouinait quelques phrases.

-   Euh, je m’appelle, enfin mes amis,…., m’appelle le Voyageur. Parce, que, je, suis, quelqu’un qui voyage, beaucoup. Euh, euh, euh je, suis, à, la, recherche de ma sœur. On, vivait, ensemble, sur une planète, mais, elle a disparu, sans, laisser, de traces, quand elle faisait ses expérimentations, sur le voyage, entre euh, dimensions. J’ai peur, qui lui soit, arriver quelque chose. Vous pouvez m’aider ?

Il reprit son souffle, essayant tant bien que mal de regagner un summum de contrôle de lui.

" Vous n'avez pas vu ma sœur ? "

Chernyy Cherv

Humain(e)

  • -
  • Messages: 63


  • Fiche

    Description
    Phobos & Deimos ou Peeter et Stella. Jumeaux d'origine estonienne, infectés par un symbiote extraterrestre.
    
    L'organisme étranger accélère l'activité de leur cerveau, portant leur créativité à des niveaux surhumains. Ne dorment jamais et les stimuler intellectuellement revient à les stimuler tout court.
    
    Génies inconscients et involontairement dangereux. Bricolent à la maison des inventions qui font boom (parfois).

Re : Augmenter un peu la sensibilité

Réponse 4 lundi 29 juin 2020, 01:00:26

Stella ne revenait pas de l’effet qu’elle produisait sur l’étrange garçon. Elle se savait mignonne, surtout si on aimait les filles maigres et un peu garçonnes, mais jamais quelqu’un n’avait semblé aussi troublé par sa présence. Elle émit l’hypothèse qu’il venait peut-être d’une dimension dystopiques où les femmes étaient rares. Ou peut-être était-ce à mettre sur son tempérament étrange.

T’as pas l’air sûr de toi ! T’as quel âge ?… Bon, tu t’assoies ?

Elle se leva à moitié pour le saisir doucement par le bras et le tirer juste à côté d’elle. Une fois qu’il fut à peu près calé dans le canapé, elle s’installa sur ses genoux, mais de façon à lui faire face. De cette façon, elle avait les jambes pliées de chaque côté des siennes. Comme elle était un peu plus grande que lui, ça ne lui demanda pas une grande souplesse. La position, bien sûr, était assez tendancieuse. S’ils n’étaient pas tous deux habillés, rien que les frottements l'aurait rendue sexuelle.

Voilà, comme ça t'es coincé ! s’amusa-t-elle. On va pouvoir parler de toi et de ta sœur...

Elle sourit. D’apparence, Stella était charmante, même si ses manières très directes, dans le contexte, étaient un peu déstabilisantes. Elle le poussa un peu en arrière en appuyant sur ses épaules.

T’es pas sur cette planète depuis longtemps. Tu ne poses aucun danger direct. Tu sembles avoir des capacités extrasensorielles, mais ça, ça reste à tester…

Son pouce verni de noir vint toucher sa joue, alors que Stella fait une série de constats qui ne sonnent même plus comme des questions. Intriguée, elle parcourt la peau. Ses sourcils se froncent un instant. La sensation, au toucher, est inhabituel. Puis, elle vient de remarquer le fond des yeux de son interlocuteur : une série de petits chiffres binaires défilent dans sa rétine.

Ça alors…

Pendant qu’une de ses mains s’approche dangereusement de l’œil du garçon, l’autre ne reste pas inactive. Machinalement, elle lui attrape le poignet entre deux doigts. Puis elle place la paume du jeune homme directement sur son haut. Elle n’a pas beaucoup de poitrine, mais là où elle l’a positionné, il peut nettement sentir un téton durci sous le tissu bleu. Puis elle le fait descendre un peu, et commence à guider ses doigts sous son haut.

Amuse toi un peu, l’encourage-t-elle. Je suis à toi dans trente secondes…

Elle le lâcha, et sa main alla directement relever le tee-shirt noir du voyageur. Sans cesser d'étudier son visage, elle se mit alors distraitement à la recherche d’une ceinture à défaire ou d’un bouton de pantalon à enlever. Pas sûr que ce soit le plus perturbant toutefois, car elle était actuellement en train d'essayer d'examiner ses dents...

Le Voyageur

Créature

Re : Augmenter un peu la sensibilité

Réponse 5 mercredi 01 juillet 2020, 01:24:19

Adam n’était pas particulièrement libidineux pour un homme. Cependant il éprouvait rapidement de la gêne face à une femme qui mettait ainsi allègrement en valeur ses atouts et ce sans que le voyageur ne lui ait rien demandé. De plus montrer ses organes génitaux, sans toutefois les dévoiler totalement, attiserait la flamme des désirs de n’importe quel homme hétérosexuel. Et il faut le dire, Stella n’était pas particulièrement moche, son corps fin et sculpté attirait de nombreuses convoitises. Sa faible poitrine n’était pas forcément un désavantage, il y avait bien des hommes qui aimaient les femmes aux formes moins accentuées. Le voyageur lui, pour parler de ses propres fantasmes, n’appréciait pas énormément les femmes aux seins gigantesques, il trouvait cela particulièrement vulgaire.

-   Mon âge ? Je, ne sais, pas. L’âge c’est, qui d’abord ?

Stella posait décidément de drôles de questions, le voyageur n’était guère familier de ce concept que l’on appelle l’age. Dans des dimensions qu’ils avaient visitées, les êtres ne mourraient jamais, leur vie étant par nature éternelle, il n’avait pas pris le temps de développer un concept analogue à celui d’âge terrien. Le voyageur lui ne savait pas vraiment s’il était immortel, cependant une chose est sure. Sa durée de vie était infiniment plus élevée que la plupart des humains.

La suite des événements ne fit rien pour détendre le pauvre garçon.  La jeune fille s’assit sur les genoux du voyageur, l’élançant de ses fines et délicates jambes. S’amusant grandement de la situation, elle semblait contrairement à Adam, en pleine possession de ses moyens. Le contact prolongé avec un individu du sexe opposé devait surement être une expérience qu’elle avait l’habitude de vivre.

Captivé par la présence de la gente dame, Le voyageur ne prit même pas la peine d’écouter les constats de Stella, de toute façon, il ne savait même pas ce que cela voulait dire extrasensorielles. 

Finalement la jeune fille lui prit la main. Guidant ses doigts à travers les reliefs de son enveloppe charnelle. Docilement et simplement, le voyageur se laissa faire. Il semblait plus perdu qu’autre chose, et ne savait pas vraiment comment réagir face à telle situation. Les normes en vigueur dans cette dimension étaient décidément bien étranges. Est-ce que toute toutes les femmes se comportaient comme cela avec les hommes. Inspectant leurs corps de façon si méticuleusement et jouant    avec leurs désirs charnels ? Quoiqu’il en soit, la conséquence notable de cette petite session d’érotique fut de renforcer encore un peu plus l’excitation du jeune garçon.

Son petit soldat gagna encore en volume, devenant un courageux et fier guerrier.

Enfin, Stella toujours aussi sure d’elle essaya de le déshabiller. La jeune symbiote prit bien la peine de lui enlever son t-shirt noir. Avant de déclarer simplement d’un ton naturel, que le voyageur devrait s’amuser et se laisser aller. 

Puis sans aucune d’explication, elle continua d’inspecter le corps du jeune garçon. Cherchant un moyen d’enlever le pantalon du Voyageur. Adam réagit cependant à cette tentative de lui ôter le dernier vêtement de son corps. Bien qu’il soit particulièrement excité par la tournure des événements, il pouvait se laisser à aller à ses pulsions infamantes que quand il sera sûr de ce qui était en train de se passer.

Délicatement et sans aucune forme d’agressivité, il prit la main de la jeune femme pour l’empêcher de continuer ses activités et déclara finalement :

-   Que, que faites-vous ?
" Vous n'avez pas vu ma sœur ? "

Chernyy Cherv

Humain(e)

  • -
  • Messages: 63


  • Fiche

    Description
    Phobos & Deimos ou Peeter et Stella. Jumeaux d'origine estonienne, infectés par un symbiote extraterrestre.
    
    L'organisme étranger accélère l'activité de leur cerveau, portant leur créativité à des niveaux surhumains. Ne dorment jamais et les stimuler intellectuellement revient à les stimuler tout court.
    
    Génies inconscients et involontairement dangereux. Bricolent à la maison des inventions qui font boom (parfois).

Re : Augmenter un peu la sensibilité

Réponse 6 dimanche 12 juillet 2020, 20:07:33

Il y avait autant d’excitation que de curiosité dans les gestes de Stella. Les deux choses étaient en fait pour elle indissociables. C’est la raison pour laquelle elle ne résista pas longtemps à déshabiller son sujet d’étude. Sous son tee-shirt, ce dernier semblait posséder une anatomie presque normale… à une exception près : il n’avait pas de nombril. La découverte acheva d'exciter la scientifique.

Forme de vie synthétique confirmée ! s’exclama la jeune femme, avant de tenter d’aller plus loin et d’être arrêtée.

Loin de se vexer, elle haussa seulement les épaules et retira sa main. Elle n’avait aucun intérêt à le forcer physiquement. Elle pensa que le manipuler était si facile que s’en priver aurait presque constitué un manque d’éthique.

Je comptais te mettre nu pour examiner ton appareil génital. J’ai besoin de toutes les infos disponibles sur ta nature pour cerner celle de la sœur. Ensuite, comme tu es visiblement en érection, je t’aurais masturbé jusqu’à obtenir un échantillon de sperme, si tu es capable d’en produire. Mais bon…

Elle se dégagea des genoux d’Adam, et se plaça à côté de lui. Enfin, elle décala son corps vers le sac et se pencha pour fouiller. De cette façon, elle était à quatre pattes, perpendiculairement à lui. Sa jupe ne cachait plus rien de son sous-vêtement. Le tissu, transparent par endroit, laissait d’ailleurs voir une petite tâche d’humidité. Cependant elle ne le regardait même plus, et elle commença à ouvrir le contenant.

On a pas de temps à perdre. Tu vas m’aider : retire ton pantalon, et décris moi dans le détail tes caractères sexuels primaires — ou ce qui en tient lieu. J’aimerais également que tu éjacules.

La demande était assez extrême, mais c’était un test à part entière. La scientifique voulait connaître les limites de la docilité de son interlocuteur. Elle avait également remarqué que malgré des signes d’excitations, il n’avait pas voulu jouer avec sa poitrine. C’était une autre chose qui méritait investigation…

Si c'est plus facile pour toi, tu peux utiliser ça.

Sans arrêter de fouiller, elle tira sur le côté de son tanga. Son sexe ainsi exhibé était déjà un peu ouvert. Les lèvres roses étaient gonflées de sang et la pointe de son clitoris émergeait même légèrement de son capuchon de chair.


Répondre
Tags :