Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Un service "trois pièces"

Nos partenaires :

Planete Sonic
MLDK Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos
Inscrivez-vous

Jeska

Terranide

Un service "trois pièces"

lundi 30 septembre 2019, 14:57:59

Jeska travaille à l'Auberge du Coucher de Lune. En qualité de cuisinière. Son service dure de seize heures à minuit. Le travail est dur, mais l'ambiance est bonne et la paie est plus que convenable. Des fois elle aide un peu au service, lors du coup de feu, mais pas ce soir. Sa journée de travail vient de se terminer et il pleut à verse dehors. Et elle a oublié son parapluie! La poisse! Elle a bien une bonne heure de marche avant d'espérer rentrer chef elle, et elle va devoir le faire sous des abats d'eau. Il y a bien une solution. Un raccourci. Mais pour ça, il faut passer par les bas-fonds et la terranide n'osait pas s'y aventurer, seule de surcroît. Ses collègues lui ont tellement d'histoires à glacer le sang que la jeune femme ailée évité toujours soigneusement cet endroit. Mais là, il pleut trop. Elle se convainc que même les crapules restent chez eux par ce temps et elle sort de l'auberge et se hâte.

Les rues sont désertes. Jeska est ravie de constater que son intuition est juste. Elle va pouvoir retrouver son nid douillet, et profiter d'une bonne nuit de repos. Quand soudain, a quelques encablures de sortir de ce coupe-gorge, on la saisit fermement par le bras et on l’entraîne de force dans une ruelle adjacente. Là, un individu encapuchonné fait danser devant ses yeux la lame d'un couteau papillon. Instantanément, la terranide se fige et commence déjà à regretter sa témérité.

"Donne nous tout ce que tu as." dit la personne en face d'elle.

"Oui, et laisse toi faire, sinon ça nous embêterai de devoir t’abîmer." murmure une voix derrière elle.

Deux autres silhouettes sortent de l'ombre et commencent à tenir les bras de Jeska tandis que le type derrière elle lui malaxe la poitrine et que celui de devant se baisse pour lui arracher sa culotte. Courageusement, la jeune femme ailée réagit et envoie son genou droit écraser la face de la crapule. La malandrin recule, le nez en sang.

"Petite pute..."

Ivre de rage il frappe Jeska au visage deux fois. La pauvresse est à demi-consciente alors que les voleurs la laissent choir sur le sol et baissent leur pantalon, ne laissant guère de doute sur ce qui attend la malheureuse.

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 1 lundi 30 septembre 2019, 17:31:07

L’aventure peut parfois vous mener bien loin de vos contrées, Nexus était cité gigantesque se situant à bien des jours des terres glacées du royaume terranides et pourtant c’était bien trois individu de ce lointain pays qui avaient pris leurs quartiers dans cette ville. Trois golgoth monstrueux dont la puissance ne faisait aucun doute et cela même s’il n’était pas équipé de leurs attirails de guerriers, les trois mâles étaient de véritables titans de plus de deux mètres et sûrement un poids conséquents. Sigrif, un homme-lézard, le seul des trois à ne pas porter d’équipement pour le combat, sa peau couverts d’écailles lui servait d’armure et son corps était également son arme, une puissante mâchoires, des bras démesurés, une longue queue pouvant servir de fouet, c’était sûrement le plus effrayant des trois d’un point de vue purement physique. Barthold, le plus grand des trois était un puissant guerrier homme-ours, une véritable muraille de poil et de métal, une carrure impressionnante vêtue d’une armure et portant marteau et bouclier inspirant la peur de tous ceux le croisant. Le dernier du trio était Fried, un homme-loup au pelage blanc et bleu, c’était celui qui inspirait le plus de respect du groupe, chacun de ses muscles était parfaitement dessiner et c’était le seul des trois que l’on abordait, il avait le visage dur des vétérans mais inspirait tout de même la sympathie, c’était sans contexte celui qui avait le plus de succès auprès des femmes.

Aventuriers, guerriers, mercenaires, ils répondaient à ses rois catégories mais ce qui les amenaient à Nexus était de la pure curiosité, ils avaient entendu beaucoup de chose sur cet endroit mais ne s’y était jamais rendue. Cela faisait maintenant une semaine qu’ils étaient en ville et force était de constater qu’il y avait de tout  ici, du bon comme du mauvais, ils n’étaient pas passé inaperçue car même si les terranides étaient partout, ceux leurs ressemblant étaient rare en dehors de là où ils venaient.

Il était tard et ils sortaient d’une taverne, ce qui ne changeait pas où que l’on soit dans le monde c’était le goût pour les soirées alcoolisés, malheureusement pour les adeptes de jeux à boires, les trois titans ne souffrait pas de l’ivresse. Du vacarme se faisait entendre venant de ruelles voisines, l’homme-lézard avait l’ouïe fine et même s’il n’était pas un justicier, ce n’était pas son genre de laisser un crime se produire sans rien faire. Il montra l’endroit d’où venait les bruit qu’il entendait à ses compère et ils s’y dirigèrent, des hommes s’en prenait à une femme :

« S-s-s ce n’est pas une manière de traiter une demoiselle. »

Dans le noir de la nuit, les trois guerriers n’étaient que des ombres géantes et quand l’un des hommes s’en prenant à la femme se retourna pour les envoyer balader il eut un mouvement de recul en reprenant son couteau. A peine eut il le temps de s’élancer vers l’ombre du lézard qu’un puissant marteau lui décrocha la tête et l’écrasa contre le mur :

« Les humains sont si faibles. »

L’ours grogna en faisant tourner son marteau. Les hommes qui avaient déjà baisser leur pantalon essayèrent de fuir mais l’un fut cueillit par le fouet puissant de la queue écailleuse du lézard, se faisant découper net au niveau de la taille. Le loup s’approcha du dernier et le regarda sans rien dire pour lui empoigner son sexe sortie et il le lui arracha comme si de rien était, l’humain n’eut pas le temps de crier de douleur, que le guerrier silencieux avait dégainer son épée et le découper de bas en haut comme si c’était du beurre. Cela n’avait pas durer bien longtemps mais les agresseurs n’étaient plus de ce monde. Les trois terranides aidèrent la demoiselle à se relever.

Jeska

Terranide

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 2 mardi 01 octobre 2019, 11:27:50

La première chose que fait Jeska c'est de vomir. Elle a déjà vu du sang, mais jamais autant. De plus, elle n'a jamais assisté à des meurtres de sang froid. Pâle et chancelante, elle peine à se relever.  Galamment, Freid, l'homme-loup présente la bande. Cette dernière se compose donc de Sigrif, l'homme-lézard, et de Barthold, l'homme-ours. Tous les trois sont de fiers guerriers, aux muscles puissants et faisant pas loin de deux fois la taille de la jeune terranide.

"Merci." dit elle, le souffle court.

Elle ramasse ses affaires et remet en ordre ses cheveux. Sa culotte est en lambeaux... tant pis! Elle réajuste sa tenue et soupire. Elle va mieux, mais elle est encore sous le choc. Lentement, elle se tourne vers ses sauveurs. La plus à rendu sa robe blanche presque translucide, ne laissant que peu de place à l'imagination. Maintenant qu'elle peut les voir, elle remarque que ce sont sans doute des guerriers, ou des mercenaires. Alors, elle leur propose la chose suivante.

"Messieurs, afin de vous montrer ma gratitude, que diriez-vous de me suivre chez moi? Je vous offrirai le gîte et le couvert."

Elle se force à sourire. Non pas que ces individus la mettent mal à l'aise, mais surtout qu'elle est encore secouée par ce qui vient de lui arriver. Les trois bêtes s'échangent un regard et acceptent. Dans un drôle de silence, le groupe se mit en route. Jeska est intimidée par ces trois terranides à la carrure si impressionnante. Après un bon petit quart d'heure de marche, ils arrivent dans une sorte d'hôtel particulier. La jeune fille ailée fit jour la clef dans la serrure et mena le groupe le long d'un couloir, puis les fit grimper des escaliers. Elle s'arrête devant une porte avec le chiffre 17 gravé dessus à la hâte. Elle ouvre et invite ses sauveurs à rentrer.

L'endroit est assez grand pour Jeska, un peu étroit maintenant qu'ils sont quatre. La pièce principale, qui fait office d'entrée, de salon, de cuisine et de chambre à coucher est assez grande. Au fond de la pièce il y a deux portes, une mène sur des sanitaires, et l'autre sur une salle de bains minimaliste. Immédiatement, elle débarrasse la table et dispose trois tabourets autour. Puis, elle se dépêche de sortir d'un petit garde manger deux grosses boules de pain ainsi que des terrines, pâtés, saucissons et rillettes, toutes fait maison. Un second passage plus tard, la table est garnie de couverts, et de choppes. Un dernier passage et c'est un tonnelet de vin qui s'ajoute aux victuailles.

"Faites comme chez vous! Et si vous voulez quoi que ce soit, n'hésitez pas à demander."

C'est alors que Jeska réalise qu'elle est trempée, et qu'elle a le visage couvert de sang.

"Excusez-moi, je reviens."

Le temps de prendre une robe de rechange et une culotte dans un tiroir sous son lit, elle file dans la salle de bains. Elle revient moins de cinq minutes plus tard.

"Alors, en quoi puis-je vous être agréable?"

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 3 mardi 01 octobre 2019, 17:51:10

Les trois géants n’étaient pas des héros, en témoigne le carnage qu’ils avaient fait sans aucun remords, non pas que le sort d’une inconnue les préoccupe mais ce n’était pas non plus des criminels et ils avaient le pouvoir d’agir alors ils l’avaient fait. Sûrement que certains village d’esclavagiste avaient mis des primes sur leurs tête mais il était peu probable qu’on les retrouve dans Nexus et quand bien même cela soit fait peu d’homme se risquerait de s’attaquer à eux frontalement.

Après l’avoir relever et laisser passer l’effet du choc de l’action, le grand loup lui présenta ses deux camarades, ils ne comptaient pas s’éterniser plus longtemps, il étaient intervenue parce qu’ils en avaient eu la possibilité et rien de plus, cependant la jeune femme leur proposa de venir chez elle pour être hébergé et les terranides haussèrent des épaules comme seules réponses laissant Fried accepté l’offre. Ils n’étaient pas riche et c’était toujours cela de gagner que d’économiser une nuit à l’auberge. Ils laissèrent donc prendre la tête du groupe pour qu’elle les mène chez elle. Sur le chemin, les trois mâles ne perdirent pas un instant pour la reluquer au travers de sa robe ne cachant plus grand-chose, ils ne firent pas de remarques sur cela mais communiquèrent silencieusement par geste afin d’exprimer que chacun la trouvait à son goût.

Une fois arrivés, ils s’installèrent tranquillement autour de la table apprêtée par la petite demoiselle qui s’éclipsa pour se changer. Les hommes regardèrent un peu autour d’eux, leurs trois grosses carrures prenaient beaucoup de place dans un si petit domicile. Le repas était plutôt simple mais ils n’osaient pas vraiment se servir, il y avait sûrement de quoi manger pour un moment pour la jeune femme mais ça ne représentait même pas une entrée pour les mastodontes qu’ils étaient. Ils ne se privèrent cependant pas de se servir du vin, ils avaient déjà passer la soirée dans une taverne mais il fallait bien plus que cela pour ne serait-ce que les mettre dans un état de légère ivresse.

Seul Sigrif avait pris quelque chose à manger et il était entrain de manger la moitié d’un des saucisson dans du pain quand leur hôte revint après s’être changer. Il la regarda en haussant les épaules :

« Il sss-serait normal de demander à être rémunéré pour t’avoir sss-auver mais tu nous héberge déjà alors j’imagine que ça rempla-sss-ce.’

Il engloutit son maigre repas d’un coup en la regardant pendant que Barthold servait du vin dans une choppe et la tendit à la demoiselle :

« Contente toi de boire avec nous, ça sera déjà bien. »

Les mercenaires n’étaient pas spécialement à l’aise avec ce genre situation et ne savait pas trop comment réagir ni quoi faire, il ne fallait pas non plus l’effrayer ou la mettre mal à l’aise chez elle.

Jeska

Terranide

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 4 mercredi 02 octobre 2019, 14:33:49

Jeska répond par un sourire et prend la choppe pour en boire une bonne lampée. D'habitude, elle ne consomme pas trop d'alcool, mais ce soir, elle se dit qu'un peu d'ivresse lui ferait le plus grand bien. Alors elle va se chercher un tabouret et s’assoit à table avec eux. Inutile de dire qu'elle ne suit pas leur rythme, sinon, elle roulerait déjà sous la table. Mine de rien, ils on descendu le tonnelet de vin en moins d'un quart d'heure. Après avoir cherché un second baril, elle essaie de discuter un peu avec eux, de savoir qui ils sont et ce qu'ils font ici. Histoire de briser la glace. Mais ils ne sont pas très loquaces. En fait, ils se contentent de boire et de s'assurer que la choppe de la jeune femme ailée est toujours pleine. Souhaitaient-ils la saouler?

Si c'était le cas, l'entreprise fut couronnée de succès assez vite. La fatigue de sa journée de travail et les émotions de tout à l'heure aidant, Jeska commence à se sentir ivre. Mais elle ne peut pas leur fausser compagnie, ce serait malpoli. Et quand le second tonnelet fut séché, elle se lève et titube pour en chercher un troisième. Elle a trop bu. Mais ses invités, eux, en veulent toujours plus. Et surtout, ils souhaitent qu'elle reste avec eux pour picoler. Or la terranide ne tient pas l'alcool, et elle ne veut pas boire à s'en rendre malade. Alors, elle opte pour une stratégie de repli. Elle met dans un vieux mange disque un vinyle de bossa nova et alors que les premières notes de musique remplissent la pièce, elle se met à danser seule. Sensuellement, allumant ses hôte sans vulgarité ni le faire exprès d'ailleurs.

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 5 mercredi 02 octobre 2019, 18:01:51

Les trois hommes ont une bonne descente et il est clair qu’avec eux la réserve d’alcool peut très vite se faire vider et pourtant malgré qu’ils aient déjà bu toute la soirée à la taverne, ils ne semblent aucunement souffrir d’ivresse ou de quelconque  effets nocifs dû à l’alcool. Bien qu’ils ne soient pas insensible à l’alcool, ils en avaient besoin de beaucoup plus pour que cela commence à faire de l’effet et il ne s’en préoccupait pas vraiment. Accueillant la jeune femme dans la beuverie, ils lui remplissaient son verre dès qu’il était vide comme il le ferait n’importe qui et comme ils le font d’ailleurs entre eux sans vraiment avoir d’arrière pensées.

Lorsqu’elle le leurs demande, ils lui raconte d’où ils viennent, des lointaines terres glaciales du royaume terranides, bien loin de Nexus et qu’ils étaient en quelques sorte des aventuriers qui louaient parfois leur service comme mercenaires. Au bout d’un moment, il regarde leur hôte se lever pour aller chercher un nouveau tonneau de vin en titubant, Fried, la rattrape un peu pour ne pas qu’elle tombe :

« Il serait peut être plus raisonnable d’arrêter de boire. »

Ils n’avaient pas vraiment envie de devoir gérer si elle faisait un malaise à cause de l’alcool. Les mâles se resservir du vin sans en remettre dans la choppe de la demoiselle mais ne perdirent pas une miette du spectacle que le jeune femme commencer à danser en venant se coller à eux. Haussant les épaules, ils la laissèrent faire et Sigrif en profita pour lui effleurer les ailes du bout des doigts, chez certaines créatures ailées c’était une zone particulièrement érogène. Quand elle est près de lui Fried ne se prive pour pour l’attirer contre son torse musculeux et poilu  tandis que Barthold continuait de boire  et la faisait monter sur ses genoux :

« Ça va comme vous voulez ? »

Ce n’était pas pour leur déplaire ce petit jeu mais les femmes ivres n’ayant pas conscience de leurs actes n’étaient pas spécialement leurs goûts, c’étaient quand bien plus appréciables quand c’était fait par volonté et non pas à cause de l’alcool.

Jeska

Terranide

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 6 dimanche 06 octobre 2019, 00:45:15

Jeska danse. Et très vite une tension sexuelle se fait sentir. L’homme-reptile lui caresse les ailes, ce à quoi elle répond par un sourire. L’homme-loup la plaque contre son torse musculeux, provoquant chez elle une montée d’envie qui se traduit par un mordillement léger et sexy de sa lèvre inférieure. Enfin, elle termine sur les genoux de l’homme-ours à qui elle prend les pattes et les pose sur son postérieur. Alors quand on lui demande si ça va comme elle voulait, elle répond d’un air contrarié.

"Évidemment que non! Je vous fais venir ici pour vous remercier de m’avoir sauvée parce que je ne suis pas une ingrate. Je vous sers à manger et à boire... et vous ne touchez même pas à ma cuisine! Comme l’a fait justement remarquer Sigrif vous méritez d’être rémunérés pour vos efforts. Mais je n’ai pas les moyens de m’offrir vos services... alors... puisque la nourriture ne semble pas vous intéresser et que je n’ai presque plus de vin à vous offrir... je n’ai plus qu’a me donner à vous.... "

Subtilement elle met le cordon qui tient sa robe dans les pattes de Bertold, puis d’un mouvement ample et gracieux elle quitte les genoux du plantigrade. Sa tenue reste dans les mains de l’ours tandis qu’elle se retrouve nue au milieu des trois mercenaires. Continuant de danser, ses mains se faisant celles d’un amant qui caresse son corps.

Jeska, en tant que cuisinière a très mal pris le fait que ses invités n’ont pas daigné toucher à ses plats. Il est fort à parier qu’elle se vexerait si jamais ils venaient à refuser ses avances...
« Modifié: dimanche 06 octobre 2019, 22:53:06 par Jeska »

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 7 dimanche 06 octobre 2019, 17:52:55

Les trois guerriers n’étaient pas des hommes innocents ne faisant que se battre pour la femme et l’orphelin, ils aimaient également les femmes et même s’il était assez rare de rencontrer des femmes   vraiment attirées pas les trois titans, ils ne se privaient pas pour s’offrir le service de prostitué de temps à autres. En effet, en terres humaines ou les femmes étaient petites comme l’était leur hôte, les colosses faisaient peur et on imaginait bien que leur attributs virils étaient à leur image et c’était bien ce qui ne donnait pas vraiment envie aux humaines de s’amuser avec eux.

Berthold se laisse faire et grogne en souriant en la voyant se dénuder grâce à lui, gardant la robe dans sa main. Les deux autres regardent aussi un peu étonnés mais tout de même ravi de voir une si jolie demoiselle se dévoiler devant eux :

« On ne pensait pas à mal en ne mangeant pas tes plats, c’est juste que l’on ne voulait pas qu’il ne te reste rien si on mangeait tout.  Mais si tu préfère t’amuser ainsi, pourquoi pas. »

Les trois terranides se relèvent pour se mettre autour d’elle alors qu’elle se caresse toujours en dansant. Et tous font tomber leurs attirails, dévoilant le membre qui pendant à leur entrejambe. Les trois avaient des dimensions bien différentes, la membre de Sigriff était long, alors même qu’il était encore au repos il pendait jusqu’à son genoux mais était plutôt fin, c’était véritablement comme une deuxième queue. A coté de lui Berthold présentait un sexe bien plus petit, aussi long que celui d’un humain standard mais ce qui frappait c’était l’épaisseur de ce membre qui bien qu’assez court se révélait avoir la largeur d’un poing encore au repos. Bien mieux proportionné que ses camarade, Fried offrait un sexe à mi-chemin du lézard et de l’ours tant en longueur qu’en largeur :

« Vous êtes sûre que c’est ce que vous voulez ? Sans vouloir vous vexer, vous n’avez pas vraiment la carrure de nos partenaire habituelle. »

Sigrif siffla en sortant sa longue langue de sa bouche :

« Je suis sûr qu’elle va  adorer, ne lui fais pas peur, Elle n’a jamais connu une langue aussi talentueuse que la mienne. »

Les trois se retrouvaient donc autour d’elle, préférant la laisser commencer comme elle voulait pour ne pas la forcer à quoi que ce soit. 

Jeska

Terranide

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 8 dimanche 06 octobre 2019, 23:14:23

La jeune terranide ne se laisse pas démonter. Elle continue de danser. Mais cette fois, plus près des mâles. Se collant contre eux. Leur caressant la verge. Guidant leurs mains sur son corps, Jeska n'y va pas par quatre chemins. Lentement, elle s'approche de Sigrif. Délicatement, elle le pousse en arrière jusqu'à ce qu'il soit assis sur une chaise. Il est si grand et son membre viril est si long qu'elle n'a même pas besoin de se mettre à genoux pour ce qui va suivre. Elle le cale entre ses deux seins et commence à le sucer avidement. Son regard bleu fixe celui du reptile comme pour le mettre au défi de se retenir de jouir dans sa bouche.

La femme ailée reprend confiance en elle quand elle sent le membre turgescent se raidir contre sa poitrine et palpiter dans sa bouche. Elle se permet même de jouer avec la queue du reptile, la vraie. De la caresser comme s'il s'agissait d'un autre sexe. Lentement, elle la guide et la  frotte contre son intimité. Ça l'excite de savoir que les deux autres matent. Alors, elle épice un peu plus la chose et insère la queue du reptile en elle. Elle pousse alors un petit gémissement de plaisir et commence à déployer ses ailes.

Si ses invités ont une certaine carrure, Jeska montre qu'elle a de l'envergure!

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 9 lundi 07 octobre 2019, 16:02:17

Les mâles ne perdent pas une occasion de la toucher, de la regarder et c’est Sigrif qui est le premier à être prit d’assaut pas la demoiselle qui le fait se rasseoir. Cela le fit sourire de la voir s’attaquer à son sexe, elle avait à peine à se pencher pour y avoir accès tant il était long, sûrement qu’elle préférait devoir le sucer que de le sentir s’enfiler en elle car même s’il était plutôt fin, on devait sûrement le sentir passer. Le lézard posa sa main sur la tête de Jeska pour l’accompagner dans ses mouvement, n’hésitant pas à la bloquer de temps à autre pour la forcer à descendre plus bas le long de ce membre. Pendant ce temps il la sentait également jouer avec sa queue animale, celle-ci n’était pas vraiment faite pour cela mais cela ne l’empêcha pas de l’aider à se l’introduire entre les lèvres intimes :

« Si tu aimes avoir mal, je peux te faire très mal avec ça. »

En effet, la queue de reptile était parsemée d’écailles  acérées pouvant se révélée dangereuse comme elle avait pu le voir dans la ruelle plus tôt dans la nuit. Il siffla et lança sa queue s’enfoncer plus loin pour entrer une dizaine de centimètre la griffant de ses écailles au passage. Faire mal à la femelle ne semblait pas vraiment le déranger et il commença à faire des va et vient avec sa queue, continuant de lui lacérée l’intérieur de son antre intime, faisant tout de même attention à ne pas s’enfoncer plus, il ne voulait pas non plus la déchiquetée.

Les deux autres mâles qui  étaient mis de coté par ce choix de premier partenaire regardaient excités la scène, il était courant qu’ils partage la même demoiselle et c’était toujours aussi bon. Berthold empoigna l’une des aile de Jeska et passa ses plumes sur son sexe pour se branler avec.  Fried quand à lui se colla derrière elle en plaçant son sexe entre ses fesses il commença de lent va et vient en empoignant son fessier pour le presser contre son membre et intensifié la sensation, se contentant de sa masturber sur elle sans entrer dans le petit orifice qui lui faisant face avec envie.

Jeska

Terranide

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 10 mardi 08 octobre 2019, 00:01:59

Le plaisir mêlé à la douleur c’est exactement ce que cherche Jeska. Et là avec Sigrif, elle est servie. Peut être même un peu trop. Au bout d’un moment, elle retire l’appendice reptilien de son intimité en poussant un léger soupir. Non sans darder l’homme-lézard d’une œillade plus que coquine, elle arrête de s’occuper de lui pour se tourner vers Fried et Berthold et leur adresse un grand sourire alors qu’elle a une verge dans chaque main.

« Ne vous inquiétez pas mes jolis. Je compte m’occuper de vous aussi... »

La terranide se met alors à genou et décide de monter toutes les qualités de son hospitalité à ses autres invités. Elle suce l’ours et le loup avidement, sans réaliser qu’elle offre une magnifique vue de son derrière au reptile qu’elle vient juste d’allumer et de laisser en plan.

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 11 mardi 08 octobre 2019, 00:56:47

Des trois mercenaires, l’homme-lézard est celui le moins regardant sur sa violence lorsqu’il s’agit de s’accoupler avec une femelle, le romantisme il laisse ça à son ami loup, lui est plus du genre à prendre le dessus quelque soit la situation. Évidemment Sigrif faisait tout de même attention pour ne pas dangereusement blesser la jeune femme en enfonçant trop sa queue animale mais il était facile de sentir que lui faire mal ne le dérangeait pas le moins du monde. Il siffla quand la femelle le laissa pour se tourner et s’occuper de ses camarades, sa queue fouettant l’air quelques écailles ayant désormais de petit point rouge, stigmate des griffure intimes que Jeska avait subit de sa part.

Fried offre bien volontiers son sexe à la bouche délicate de l’hôte qui s’occupait d’eux et passe sa main dans ses cheveux pour la caresser, contrairement à son camarade reptile il est moins sauvage dans ces moments ci mais il n’en est pas moins excité. Berthold  quand à lui s’amuse à lui frapper le visage avec son sexe épais avant de le lui enfoncer dans la gorge , quand elle est en train de le sucer lu, il lui agrippe sévèrement les cheveux pour bien lui labourer la gueule :

« T’as l’air d’aimer ça hein. Viens donc t’étouffer sur cette délicieuse sucette. »

Le lézard quand à lui siffle toujours et regarde ce fessier et ce dos qui lui font face et sa queue vient s’abattre sur ses fesses, venant les taillader légèrement avec ses écailles. Lui attrapant les hanches il la relève légèrement pour regarder le petit orifice qui l’appelle, alors que ses camarades apprécies les fellations, Sigrif vient glisser son long et dur membre dans l’anus serré de la demoiselle. Sans préparation et sans l’avoir prévenu au préalable, il s’insère de tout son long quitte à forcer le passage quand celui si montre de la résistance devant une lance de cette longueur :

« Après ça tu auras une tout autre perception de ce qu’est l’empalement. »

Sigrif sifflait en riant pendant qu’il commençait de langoureux va et vient.

Jeska

Terranide

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 12 mardi 08 octobre 2019, 09:26:48

Jeska se cambre de surprise et de plaisir alors que Sigrif décide de passer par sa porte de derrière. Cependant ce n’est pas non plus son premier rodéo. Elle sait que, dans cette situation, c’est mieux de se détendre et de laisser la verge de son partenaire s’introduire en elle. Seulement, ce n’est pas dans les intentions de Berthold qui choisit ce moment pour enfourner sans ménagements son sexe dans la bouche de la femme ailée. Jusque-là rien de nouveau pour l’ancienne esclave. Les cascades à plusieurs, elle connaît. Mais pas avec des individus comme ces trois terranides. Leur attribut viril dépasse de loin tout ce qu’elle avait connu jusqu’alors.

Avec le sexe massif de l’homme-ours en bouche, tellement épais qu’elle ne peut même pas tourner sa langue autour, ni même respirer quand ce dernier décide d’aller tout au fond, et la longue verge de Sigrif à l’arrière qui lui donne l’impression qu’on lui refait l’intérieur, Jeska pousse de longs soupirs de plaisir. Ses gémissement rauques et étouffés semblent exciter ses amants au plus haut point. Ils accélèrent donc le mouvement, ce qui a pour effet de faire couiner la femme aux ailes noires encore plus fort. Ce qui les enflamme encore davantage.

Berthold pousse son membre si profondément en Jeska que la gorge de la demoiselle se déforme pour laisser passer l’immense engin. Elle ne peut plus respirer mais c’est sans doute la dernière préoccupation de l’ours qui semble avoir décidé de baiser sauvagement la gorge de la belle. Quant à l’homme-lézard, il pénètre sa partenaire avec tellement d’ardeur qu’on entend plus que son bas-ventre claquer contre le postérieur de la terranide. Au bord de l’asphyxie, Jeska signifie à son partenaire qu’elle est à sa limite en lui tapotant la jambe.

Malheureusement Berthold et Sigrif profitent tellement du moment qu’ils ne laissent pas de répit à Jeska qui commence à suffoquer.

Lylas Hana

Humain(e)

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 13 mardi 08 octobre 2019, 13:54:30

Brutalité et bestialité, c’était ce qui ressortait de la manière que les terranides avait pour se faire plaisir avec les femelles, pour une humaines ou une terranide comme Jeska cela pouvait se montrer dur mais il fallait se dire que lorsque la femelle était du même gabarits que les guerriers cela n’avait rien de bien particulier.  Sigrif la labourait avec force et vigueur, il avait réussit à faire entrer toute sa lame dans le fourreau de chair qu’était l’anus de la jeune femme et désormais il faisait claquer son bas-ventre contre ses fesses à chaque va et vient devenant de plus en plus violent. Berthold quand à lui ne faisait pas attention à comment réagissait Jeska et se contentait de se servir de sa bouche de la même manière qu’il le ferait s’il était entrain de s’introduire dans son intimité. Les coup sur sa jambe pour indiquer qu’elle commençait à manquer d’air ne passant que pour la volonté de se débattre ce qui eut l’effet opposé de son intention, faisant encore redoublé son ardeur à l’ours.

Ce qui vient sauver la jeune femme ailée c’est la violence de Sigrif qui veut encore aller plus loin en lui agrippant les cheveux pour la tirer avec force à lui, lui faisant quitter le sexe de l’ours pour lui plaquer le dos contre son torse en lui tournant la tête de force pour y faire glisser sa longue langue. Dans cette position les va et vient de baisse pas en intensité mais elle peut prendre toute conscience d’)à quelle point elle est profondément enfilée sur ce pieu. Berthold grogne alors d’être interrompu de la sorte et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et préfère attraper les jambes de Jeska pour les écarter laissant ainsi la seule force de Sigrif pour la soutenir. L’ours vient se coller torse contre poitrine, prenant littéralement la femelle en sandwich et il commence à forcer l’entrée de son intimité, devant s’y prendre à plusieurs reprise pour réussir à entrer.

Jeska

Terranide

Re : Un service "trois pièces"

Réponse 14 mercredi 09 octobre 2019, 15:13:07

A peine le temps de reprendre son souffle que Jeska se retrouve à nouveau avec quelque chose en bouche. Cette fois-ci c'est la langue de Sigrif qui s'insinue entre ses lèvres et qui s'entortille autour de sa langue. La terranide apprécie. Son entrejambe mouillé et ses seins durs en sont de parfaits indicateurs. Et quand Berthod arrive avec son gourdin pour forcer l'entrer, il va sans dire que la femme ailée appréhende. Elle se tend, comme pour se préparer à l'imminence de l'assaut. Il essaie une fois. Deux fois. Ce n'est qu'au troisième essai qu'il réussit à mettre son énorme pénis en Jeska lui arrachant un cri de plaisir étouffé par la langue de l'homme-lézard. Les deux mercenaires entreprennent alors de consciencieusement labourer les deux orifices de la cuisinière. Cependant la jeune femme ne comptait pas les laisser faire tout le travail. Entre deux coups de boutoir, elle contracte son vagin et son anus, afin de maximiser le plaisir des mâles en train de la pénétrer. Mais aussi le sien. C'est comme si elle voulait les garder en elle.

Il se livre alors une bataille d'endurance entre Jeska et ses deux amants. Qui va jouir en premier? Plus il la baisent, plus elle se serre autour de leur attribut viril. Ce que les deux terranides considèrent comme une invitation à y aller encore plus fort. Tant est si bien qu'au bout d'une demi-heure, la jeune femme ailée se fait littéralement défoncer par ses partenaires. Ses gémissements sont devenus de vrais cris de plaisir que les voisins ne doivent avoir aucun mal à entendre. Plus forts, plus aigus, et plus rapprochés, ils indiquent sans aucun doute possible que la terranide est sur point d'avoir un orgasme.

Elle n'avait jamais joui comme ça. C'est comme une décharge qui lui plaque le cerveau contre le crâne suivi d'une explosion. Chaque cellule de son être s'est remplie de plaisir, et maintenant, c'est le feu d'artifice. Et elle perd le contrôle de son corps. Totalement détendue, elle est pourtant agitée de puissants spasmes. Sans doute parce que son corps et son esprit ne peuvent encaisser un séisme de cette magnitude en une seule fois. Son esprit, embrumé de plaisir espère que ses partenaires sont proches de jouir eux aussi, histoire que ce moment soit parfait. Mais une autre chose lui fait envie : que le loup rejoigne la partie.


Répondre
Tags : pv magdalena