Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Mystérieuse évanouie [Kyst & Cathari]

Nos partenaires :

Planete Sonic
MLDK Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos
Inscrivez-vous

Lamnard Kystrejfter

Humain(e)

  • -
  • Messages: 336


  • FicheChalant

    Description
    Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
    Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.

Mystérieuse évanouie [Kyst & Cathari]

mercredi 27 février 2019, 23:57:09

   Lamnard se laissait bercer par le tangage du navire et par les légers craquements des planches du navire tout en balançant le hamac dans lequel il patientait. C'était à son tour de veiller sur cette étrange femme qu'ils avaient retrouvé, seule, inconsciente, déshydratée et mal nourrie, au milieu de nulle part et à la faveur d'une reconnaissance dans les terres. L'équipage avait longuement débattu de ses origines et de son identité, avec la ferveur des gens qui n'avaient rien de mieux à faire sur le moment. Elle semblait née du feu tant le rouge et la chaleur dominait sur elle et, à en croire certains, en elle-même. Les théories les plus fantasques se disputaient la cote de paris amicaux : on la disait déesse, prêtresse du désert ou encore catin. Lamnard, le capitaine, ne prenait pas position, mais pas par manque d'intérêt ; ce n'était pas sa place de prendre position dans les paris, tout simplement. Quand son tour venait, il passait de longs moments à fixer l'étrangère. Allongée sur un lit à la literie propre et couverte de fourrures, elle avait été nourrie et hydratée par chacun et chacune de ceux qui s'étaient relayés à son chevet. Elle avait repris en couleurs et sa respiration était devenue tranquille. Restait à voir si elle se réveillerait ou non avant leur prochaine escale ; et elle n'allait pas avoir lieu demain.

   Le grand blond considérait la jeune femme sans réfléchir vraiment à ses origines et à sa nature. Voilà plusieurs semaines qu'ils naviguaient ces côtes désolées, entre les rives nexusiennes et les pics annonçant Ashnard, se cachant des uns comme des autres à la recherche d'une opportunité de libérer de nouveaux esclaves. Tout du long, ils n'avaient rien vu ; ni sur la côte, ni lors de leurs reconnaissances intérieures. Des steppes arides et désolées s'étendaient à perte de vue, comme nombre d'autres à l'approche des frontières monstrueuses d'Ashnard. Aucune personne saine d'esprit ne viendrait s'aventurer ici sans le bagage adéquat. Ils l'avaient trouvé complètement démunie. Elle avait dû errer pendant des jours, marchant droit devant elle, en espérant tomber sur un village, une caravane ou une source d'eau et de nourriture. Difficile de croire qu'elle ait été une esclave lâchée par un caravanier cruel, car la caravane suivante l'aurait sans doute accueillie à son tour. Avait-elle été apportée ici en punition d'un crime quelconque, condamnée à mourir de faim et de soif, sa chair laissée à l'attention des vautours ? Il restait bien sûr l'hypothèse magique. Comme beaucoup de monde, il avait entendu parler des chemins secrets menant à d'autres mondes qui, traîtres, faisaient disparaître les gens trop curieux ou apparaître de curieux étrangers.

   Il fallait croire qu'il n'aurait de réponse qu'à son hypothétique réveil ! Soupirant, il quitta le hamac pour venir s'agenouiller à côté du lit. Il avait laissé de côté ses bottes et ses armes, et ne portait que des braies sous une cape de laine épaisse. Ces eaux n'étaient pas chaudes, et le vent était agressif. Tout ici portait le message des maléfices et malédictions baignant l'empire démoniaque d'Ashnard. Après avoir soufflé dans ses mains, il récupéra le bol d'eau à son chevet. Prenant le linge propre qui baignait dedans, il l'essora partiellement, avant de le placer au-dessus de la bouche de l'inconnue. Il allait lui ouvrir la bouche, comme à l'accoutumée, pour verser un filer d'eau entre ses lèvres ; mais sa mâchoire résista fermement. Intrigué, il la dévisagea et remarqua son froncement de sourcils, puis ses poings serrés. Elle se tortilla machinalement face à la gêne que les mains étrangères lui avaient causé. Elle reprenait ses esprits !

   « Hé là ! Pas de farce, on se réveille, » lui lança-t-il tandis que les mouvements s'arrêtaient. Il déclencha une nouvelle série de microréactions qui lui arrachèrent un sourire triomphant. Bien sûr, rien de cela n'était à mettre à son crédit en particulier, mais il avait le plaisir un peu égoïste de pouvoir peut-être assister à son émergence et de découvrir la vérité. Pour cela, elle devrait se réveiller. « C'est ça ! Pas de panique : tout va bien se passer maintenant, » essaya-t-il de glisser pour la motiver à ouvrir les yeux, à reprendre prise avec la réalité. Le linge préalablement censé la désaltérer trouva le chemin de son front, l'affranchi espérant que la légère différence de température l'aide à faire le chemin qui lui restait. Enfin ! des réponses.

Cathari

Humain(e)

Re : Mystérieuse évanouie [Kyst & Cathari]

Réponse 1 jeudi 28 février 2019, 11:07:10

Quelques jours plutôt

*Non mais sérieusement où est ce que je me suis encore fourrée là. C’est encore un lieu aux antipodes de ce que j’ai connu*

La jeune femme contemplait le spectacle de désolation. Les arbres brulés. Le sol aride et sec. La chaleur écrasante. La chaleur ne me faisait pas peur. Mais j’étais sans vivres avec une vulgaire gourde à moitié remplie.

*Mais j’en ai marre de cette farce du destin. J’ai encore traversé un portail à mon insu c’est ça ?*

Je scrutais les environs. Pas l’ombre d’un village où d’un camp. Pas l’ombre d’une vie. Je regardais la position du soleil. Très haute et il était brûlant. Donc il n’était pas loin de midi voire quatorze heure. C’est là où l’astre est le plus chaud.

Avant de finir desséchée il faut que je trouve une point d’eau c’est urgent.

Et le calvaire commença. La zone était escarpée, le moindre effort donnait une suée d’enfer. Les rochers étaient aussi brûlants que le soleil. On aurait pu y faire cuire une viande à point sans avoir besoin de flammes. La désolation de cet endroit me faisait froid dans le dos. Les arbres, enfin les simulacres d’arbre ravagés par le soleil penchaient fortement vers le sol. Tout semblait se détruire devant moi.

*Ah mais non. J’en ai marre. Vraiment marre*

Inconsciente la jeune femme se mis à courir dans un désert. Paniquée à l’idée d’être encore dans un lieu qu’elle ne connait pas. Elle prend la fuite comme toujours. Apeuré par ce monde qu’elle ne comprend pas. A chaque fois elle se retrouve toujours dans de beaux draps. Les larmes ruissellent sur ses joues.
Une heure de course. Une deuxième puis la jeune femme sent le monde tanguer autour d’elle.

*Cruelle erreur Cathari. Courir dans un lieu si chaud..*

Je buvais le reste d’eau dans ma gourde. Les dernières gouttes de l’espoir. Je me cala contre un rocher pour tenter d’entamer une nuit de repos pour continuer mon périple demain. Je trouverais dans doutes de l’eau. Il n’y a pas d’autres moyens.

La nuit passe sans encombre si on ne fait pas allusion aux cauchemars de la jeune femme qui ne cessent de la hanter.

Elle reprend son chemin, hagarde, perdue et assoiffée. Elle en perds la notion du temps. Elle marche mécaniquement. Son corps est épuisé mais son cerveau lui dit de continuer

*Pour la vérité de mon peuple… Je dois continuer… Emeric.. Je trouverais qui à osé te tuer … ainsi que toutes les autres âmes du village de feu…*

Elle erra de longues heures jusqu'à même tard dans la nuit suivante sans s’arrêter. Et toujours pas de point d’eau. Exténuée et à la porte de l’inconscience la jeune femme tomba inerte sur le sol.

Ses dernières forces lui firent défaut. Et elle sombra dans les vapes.


******
Je sens la fraîcheur de l’eau qui atteint la commissure de mes lèvres. Dieu .. M’accueillerait en ton sein ? M’offres-tu l’absolution de mon âme farouche et égaré ?

La jeune femme commence à bouger machinalement ses membres. Ses bras et ses jambes engourdies auparavant recommencent à trouver de la vigueur.

Je sentais un souffle chaud pas loin de mon visage et surtout une voix qui s’immisçait dans ma tête.


*…On se réveille*

Pourquoi me réveiller si c’est pour toujours subir la farce du destin.
Hum oui mais si je me réveille je pourrais découvrir la raison de ce tourment qui me ronge depuis la décimation de mon village.
Allez un effort Cathari

Mes yeux trouvèrent la force de s’ouvrir et je vis un homme qui me regardait avec insistance.
La panique m’envahit et elle du se lire dans les yeux.

Par réflexe j’utilisais la couverture qui j’avais sur moi pour me cacher.

Je pensais
* Calme-toi Cathari. Essaye de reprendre le contrôle de ton corps. Souffle un bon coup et affronte ce regard incessant*

Quelques minutes de silence planaient dans ces lieux que je n’avais pas encore reconnus. Puis je décidai d’affronter le monde qui m’entourait.

Je retirais la couverture qui m’avait servi de protection. Du bois. Du bois partout. Malgré le fait que je sois allongée je sentais un roulis instable. Un bateau ?

Non je rêve ce n’est pas possible. Je scrutais l’homme devant moi. Il avait les cheveux longs et très blonds. Comme le soleil et comme les blés.
Une population du nord. Non c’est un mirage ce n’est pas possible.

Timide je portais la main sur le visage de mon interlocuteur. Ce geste sans gêne pouvait mal être interprété mais tant pis. Je voulais savoir si j’avais devant moi un fantôme.

Quand ma main toucha le visage de l’homme sa chaleur m’envahie. Il était donc bien réel. Je la retirais comme s’il m’avait bien brûlé

*Mais que se passe t’il à la fin. Où suis-je ? Qui êtes-vous ? Je croyais que j’étais dans un désert aride après cette histoire de faille étrange dans ce monde. Je me croyais morte. Et pourtant… Vous semblez bien réel*

La panique commençait à me gagner.
*Sorcièrement vôtre*

Lamnard Kystrejfter

Humain(e)

  • -
  • Messages: 336


  • FicheChalant

    Description
    Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
    Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.

Re : Mystérieuse évanouie [Kyst & Cathari]

Réponse 2 vendredi 01 mars 2019, 00:35:29

   Il était compréhensible que le réveil soit quelque peu brutal. Si elle avait gardé toute sa tête, l'inconnue se souviendrait être tombée d'épuisement dans les steppes bordant les Landes dévastées, et il lui serait potentiellement compliqué de comprendre comment elle pouvait se retrouver sur un navire à présent. Difficile, cela dit, de prévoir la gravité de la surprise qui allait la frapper. Lorsqu'elle se réfugia silencieusement sous la couverture de fourrure, le capitaine fixa un instant la bosse immobile sous celle-ci en haussant un sourcil ; puis il haussa les épaules et entreprit de ranger le bol de côté,et d'aller égayer la flamme dansant dans la lampe à huile, prodiguant un peu plus de lumière afin qu'elle puisse découvrir son environnement ; ce qu'elle fit. Elle le dévisagea probablement comme il l'avait dévisagé de longues heures durant au cours des derniers jours. Il était probablement aussi exotique à ses yeux qu'elle l'était aux siens. Leurs teints étaient, pour ainsi dire, diamétralement opposés. Même au niveau des cheveux, si bien des roux existaient dans le peuple de Kystrejfter, il avait entendu dire qu'ils étaient bien plus rares ailleurs.

   Revenant à son côté, il la laissa prendre ses marques, restant attentif à ses actes car toujours incertain de son état d'esprit. Avec tout le temps passé dans l'inconscience, elle pouvait avoir des séquelles. Mais, apparemment, tout allait bien, et, après qu'elle ait brièvement touché sa peau pour reprendre contact avec la réalité, le flux de questions très attendu sortit enfin. Le rebelle resta impassible tandis qu'elle le mitraillait d'interrogations, mais un sourire se dessina sur son visage tandis qu'il intégrait qu'elle était en pleine santé et en pleine possession de ses moyens -enfin, jusqu'à ce qu'elle se lève, ce qui révélerait si elle avait besoin de plus de repos ou non-. Il laissa flotter un bref silence, et le silence prit sa place et calma les pensées fugitives. Une fois l'élan de l'interrogatoire brisé, il prit la parole plus calmement :

   « Je suis Kystrejfter, et ceci est mon navire. Toutes les questions auxquelles je pourrai répondre, j'y répondrai. Mais restez calme : vous êtes restée inconsciente pendant de nombreux jours, et vous pourriez être très affaiblie. En tout cas, il est bon de vous voir réveillée, » finit-il avec un grand sourire, sincère, avant de reprendre la parole. « Nous vous avons retrouvé par hasard, quelques lieues à l'intérieur des terres à la lisière des Landes dévastées. Depuis, nous avons navigué vers l'est et nous devrions bientôt longer leurs cimes brisées. Vous avez parlé d'une faille ; vous pensez être arrivée ainsi ? Quel est votre nom ? Et quel est votre dernier souvenir ? »

Cathari

Humain(e)

Re : Mystérieuse évanouie [Kyst & Cathari]

Réponse 3 vendredi 01 mars 2019, 10:21:32

Je ne sentais pas vraiment à l’aise. J’avais l’impression d’être une bête de foire au yeux de cet homme. Je sentais mes membres qui fourmillaient. Aussi je tentais de me remettre sur mes pieds.
Délicatement je passais mes jambes au bord du lit et je me remis sur pied… que quelques secondes. J’étais vidée de mes forces. Mon fessier retomba rapidement sur la couche.

A la merci des yeux inquisiteurs je n’avais pas d’autres choix que de lui répondre. Après tout il semblait être mon sauveur.

*Je m’appelle Cathari. Je suis une sorcière de feu du village d’Ashviria. Enfin ce qu’il en reste. Je semble être la seule survivante. J’erre depuis deux ans dans un monde qui me semble différent du mien où alors qui m’étais caché. A force je ne sais plus du tout. *

Je serrais mes mains l’un dans l’autre et je me repliais sur moi-même.

*Depuis quelques mois le destin joue les entremetteurs entre plusieurs mondes. J’ai découvert un monde aux antipodes du mien. Rempli de technologie dont j’avais la connaissance mais que j’avais pas vraiment vu en vraie. Et puis je suis arrivée dans une ville qui ressemblait plus à mon monde. Une auberge dans Terra si mes souvenirs sont bons. Il y a quelques jours alors que je me désaltérais dans un ruisseau le monde tourna autour de moi et changea. Je me retrouvais dans une contrée dénuée de vie et aride. Comme brûlé par les flammes où le soleil. Désemparée d’être encore bringuebalée par ce que j’ai lu rapidement être des failles inter dimensionnelles je me suis mise à courir tout ce que je pouvais. Ce fut une fatale erreur dans ce monde si aride et désolé.
J’ai du marché je crois deux jours vers le nord à la recherche d’un point d’eau. Mais rien . Pas un oasis pas une rivière. J’étais exténuée, mais ma volonté ne voulait pas s’abattre. Je continuai de marcher jusqu'à m’effondrer sur le sol. La dernière chose donc je me souviens c’est le sable qui emplissait mes narines avant de sombrer dans ce que je croyais le repos éternel.. et me voila maintenant dans un bateau. Avec un homme qui semble venir des contrées les plus au nord qui existaient pour Ashviria.
La contrée des dieux et des vikings. Je croyais que c’était une légende et au final vous êtes devant moi*


Machinalement je me camouflais sous la couverture en repensant aux autres rencontres que j’avais eu. Ce geste ne passa pas inaperçu auprès de mon hôte. Je me justifiais donc.

*Je me cache car cette tenue attise les convoitises. On me prend pour une professionnelle des plaisirs charnels. Une femme de petite vertu. Alors que je ne suis pas de ce bord là. Donc avant que vous me jugiez, car je suis sur votre navire, j’en sens les roulis, et vous avez le droit. Je tiens à le précisez. Je suis une simple sorcière de feu, veuve, à la recherche des assassins de son mari et des membres de sa tribu du feu*

Mon souffle était saccadé comme si parler était pour moi un supplice.
J’avais froid. Mon état empêchait de diffuser ma magie douce dans les parois de mon corps pour me réchauffer.
Je commençais à grelotter et a claquer des dents.
« Modifié: vendredi 01 mars 2019, 14:53:48 par Cathari »
*Sorcièrement vôtre*


Répondre
Tags :