Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride
Inscrivez-vous

Lamnard Kystrejfter

Humain(e)

  • -
  • Messages: 337


  • FicheChalant

    Description
    Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
    Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 15 août 24, 2018, 02:35:14 am

   A Dortogne, la charge de la cavalerie avait fait long feu. Les milices des diverses factions du bourg n’avaient pas prévu de défense commune, préférant se replier, par méfiance, sur leurs manoirs respectifs. Ces anciens cœurs du pouvoir des maîtres étaient considérés comme des sanctuaires de la rébellion et pouvaient servir de places fortes au besoin, mais ils ne constituaient pas des forteresses en eux-mêmes. Les hommes de Lamnard avaient bien essayé de les prévenir et, en dépit de leurs réticences à les encourager à rester, avaient tenté de leur donner des conseils pour leur défense, mais personne n’avait vraiment écouté.

   A l’instant où les bannières ashnardiennes étaient apparues, une partie des esclaves armés avait voulu faire front, oubliant les divisions politiques, s’installant aux points stratégiques dont ils se souvenaient. Mais ils n’avaient monté aucune barricade, oubliaient des points de passage et ne disposaient pas de piques en nombre suffisant pour bloquer les rues contre la charge. Le capitaine des chevaliers avait ignoré sa première cible,  assez convenablement garnie en piquiers aux trois couleurs des partis locaux, pour déporter l’offensive directement en pleine grand’rue.

   La cavalerie fracassa et écrasa les défenseurs moins organisés et peu solidaires dans cette artère grande ouverte. Depuis là, les Ashnardiens purent se déverser dans le bourg sans rencontrer de résistance significative. Ce fut un massacre, et les manoirs renforcés furent bientôt les seuls obstacles, risibles, retenant l’armée. Les chevaliers avaient mis pied à terre et repoussé diverses tentatives de sortie en attendant l’infanterie et l’assaut final.

   Cet assaut fut néanmoins bien retardé par l’apparition du navire fluvial derrière les arbres bordant les environs de Dortogne. Leur commandant faisait preuve de la même philosophie absolutiste dont il avait fait preuve avec Terria et dans ce bar où elle l’avait intercepté. Plutôt que de garder des réserves et de déplacer ses troupes par détachements, il appliquait une tactique de rouleau compresseur peu adaptée aux manœuvres changeantes. La quasi totalité de l’infanterie dut faire demi-tour d’un bloc et s’élancer au pas de course vers la rivière pour y intercepter le bateau. Le commandement et la manœuvre prirent du temps ; un temps salvateur pour les hommes de Lamnard, mais quelques éclaireurs de cavalerie eurent la bonne initiative de charger des arbalétriers pour les mener rapidement au point d’interception.

   Lancé à vive allure, le navire à tête de dragon vit ainsi apparaître plusieurs dizaines de tireurs sur les berges en quelques instants. L’équipage y était préparé, et des tortues s’étaient vite montées avec des boucliers tandis que les tireurs parmi les abolitionnistes chargeaient leurs armes, et que la baliste cueillait deux cavaliers chargés d’autres arbalétriers au-delà de la ligne moins dense des arbres. Au moins, le navire n’était pas encerclé, et la défense en était grandement facilitée.

   Dans la cabine où Lamnard et Terria se trouvaient, l’échange de tirs se limitait à des chocs sourds qui résonnaient avec un timbre métallique dans les planches de la coque. L’effet était surprenant la première fois, mais à la sensation d’encerclement et de menace succéda rapidement une sensation de sécurité, alors que le bois se révélait bien assez épais et correctement traité pour supporter pareils mauvais traitements. Le capitaine et l’ambassadrice consultaient cette fameuse carte qu’elle avait amené. L’équipage de Lamnard avait fait un beau travail en cartographiant le réseau fluvial local et les berges, mais il leur manquait une vue en profondeur de la région. Le barbare se tenait derrière la belle jeune femme, penché près d’elle pour observer les détails à la lumière des bougies tandis qu’elle lui exposait les diverses choses pouvant peut-être l’aider.

« Cette dépression nous est inconnue. Le … fion démoniaque ? C’est un nom curieux. »

   Mais, d’après Terria, c’était le toponyme qui allait le mieux à cet endroit. Il s’agissait apparemment d’un vestige des guerres anciennes. Le sol s’y était effondré sur des kilomètres et un sort puissant avait foré le sol à un endroit. Le terrain était encaissé et ardu.

« Ils auront du mal à évoluer ici. C’est là que nous aurons l’occasion de prendre une avance. J’allais prendre cet embranchement, ici, mais nous allons plutôt continuer et virer là. Ils seront obligés de passer par le ... fion démoniaque ... et nous parviendrons à les semer. »

   Avant qu’il puisse continuer, une femme en armure toqua à la porte pour annoncer qu’ils avaient réussi à s’éloigner de la troupe ashnardienne ; pour l’instant, en tout cas. Lamnard leur passa la route à suivre et elle s’éclipsa sans un mot.

« Ça va prendre la journée, la nuit et peut-être la matinée suivante pour se défaire d’eux pour de bon. Ça vous éloigne beaucoup de chez vous ; et nous de notre objectif. »

Terria

Humain(e)

  • -
  • Messages: 59


  • FicheChalant

    Description
    Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 16 septembre 06, 2018, 09:53:13 pm

En calculant leurs chances, Terria et Lamnard étaient d'avis que le meilleur itinéraire était de prendre la fuite et utiliser le terrain à leur avantage. Ceci dit, la durée de la trajectoire les obligeaient à rester sur leurs gardes. Dans un contexte d'une troupe préparée à faire face au drakkar, il aurait été coutume de s'attendre au pire avec des charges incendiaires. Cependant, la cavalerie qui était menée par Théophile avait enfourché chevale rapidement au détriment d'une bonne planification. Lancée dans l'action, elle avait eu l'avantage de gagner rapidement du terrain pour les rejoindre.

Dans la cabine, Terria pouvait sentir les secousses des flèches qui étaient arrêtées par le bois épais du navire. En un instant, la jeune femme se remémorait ce qu'elle avait observé plus tôt sur le pont.

- Si nous devons nous éloigner en eaux, et passer par ici, je vous proposerais alors de faire une halte un peu plus à l'est. Voyez-vous, ce récif habite une petite ville, un repère pour les pillards en autre sortes.

Lamnard ne pouvait s'empêcher de foncer les sourcils à la proposition qui lui était fait. Loin de là l'idée de les associer à des brigands, c'est ce que la proposition avançait. Face à cette réaction, Terria adopta un regard doux et rassurant qui, à son estime, pouvait faire comprendre à son interlocuteur que ce n'était pas son intention première.

Bien que les misérables qui voguaient sur les eaux troubles pouvaient être une épine au pied, un repère se devait de conserver une certaine confiance mutuelle afin de permettre à l'ensemble des résidents temporaires de coexister. Évidemment, tout endroit de la sorte comportait une hiérarchie et un système de gouvernance. Pour ceux qui connaissait cet endroit particulier, il était faux de penser que la loi du plus fort était de qui prédominait chez ces brigands. En fait, le chef était une position temporaire qui était comblée par le plus rusé des voleurs. Seuls les commandants de navires avaient la possibilité d'accéder à ce poste. Il ne fut pas deux étés que le chef en position était déjà remplacé. Fut-il que ce dernier avait terminé sa halte et repartait au large ou avait-il été détrôné par un nouvel occupant.

- L'honneur parmi les voleurs, cet endroit pourrait nous donner un moment de repos et un endroit à couvert si cette troupe décide d'aviser la garde côtière de votre embarcation. Aussi, elle déborde de marchandises. Nous pourrions en profiter pour vous armer convenablement à l'affrontement prochain.

À l'insu de nos deux protagonistes, le chef de ce repère était présentement représenté par une femme pirate connue sous le pseudonyme de Diane la Diablesse. Elle avait remporté le dernier défi lancé contre le précédent chef Céryl l'oeil blanc; un homme âgé qui avait souffert d'un violent cataracte de l'oeil gauche et qui l'avait laissé d'un blanc que l'on qualifiait sans âme. Malgré tout, il avait été un très bon adversaire, mais la Diablesse avait été plus chanceuse et avait remporté la manche. Nul besoin d'expliquer que la façon dont les aspirants chefs se disputent le titre est autour d'une partie de carte et de dés dont les règles ne sont connus que par les locaux. Un mélange de chance, de bluff et de stratégie sont nécessaires pour remporter la victoire et sécuriser ce titre.

Chose certaine, c'était que cet endroit était propice pour leur fuite.


Lamnard Kystrejfter

Humain(e)

  • -
  • Messages: 337


  • FicheChalant

    Description
    Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
    Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 17 septembre 18, 2018, 02:36:54 am

   Lamnard considéra avec la plus grande gravité la proposition faite par Terria. Il avait l’habitude de s’arrêter par des ports francs, des villages peu acquis à leurs maîtres, ou bien de vivre sur la terre. Il évitait au possible, cependant, ce genre de lieux. Là-bas, les risques de truanderie, de duels mortels et d’autres contretemps étaient très élevés. Une bonne part de l’équipage acceptait ce choix, car personne ne voulait vraiment risquer de perdre bêtement de bons membres d’équipage ou de précieuses ressources. Il grattait son bouc tressé tout en considérant ses options. Au moins, s’ils étaient conscients des risques, ses matelots se montreraient solidaires et méfiants. Il devait pouvoir faire confiance en leur bon jugement et en leurs capacités. Il le faisait chaque jour, et il pourrait aussi bien le faire là.

« Si vous pensez que c’est une bonne idée … Très bien. »

   A Terria aussi, il apprenait à faire pleinement confiance. Quelque chose en elle -son assurance, ses talents, son engagement politique- lui intimaient de ne pas lui accorder trop de pouvoir sur ses faits et gestes. En l’occurrence, sa proposition lui semblait purement pratique. Pareillement, il croyait qu’elle ferait au mieux pour l’aider à atteindre leur objectif et à remplir leur mission. En revanche, il pensait aux conséquences de leur association à moyen et à long terme. Il ne voulait pas se laisser entraîner dans un combat en faveur du parti ashnardien. Il détestait les Nexusiens, mais il avait passé assez de temps en terre ashnardienne pour savoir que l’Empire était pire que la République en matière d’esclavage.

   Pour le moment et en cette matière, il lui faisait confiance. Il acquiesça à ses idées, la soutint silencieusement, avant d’assumer son rôle de capitaine et de formaliser les décisions.

« Nous nous arrêterons donc ici. Nous y ferons le plein d’équipement et nous pourrons y contacter les vôtres, pour qu’une escorte vous récupère. Le reste du plan est inchangé. »

   Alors que les choses se construisaient, Lamnard avait rapporté les diverses informations qu’apportaient la carte de Terria à sa propre carte du réseau ashnardien. Il bénéficiait, par son biais, de quantité d’informations très utiles sur le terrain, les défenses et les routes de l’Empire. Elle lui avait accordé un certain avantage dans sa volonté de se montrer digne de confiance. Il en venait à la considérer avec un peu plus d’appréciation encore. Il avait du respect et de l’attirance pour elle.

« C’est sur notre route, nous y serons ce soir au plus tard. Je préviendrai l’équipage. En attendant, nous restons vulnérables jusqu’à avoir passé le … la dépression. Vous voudrez peut-être regagner la cabine pour pouvoir y attendre plus confortablement. »

Terria

Humain(e)

  • -
  • Messages: 59


  • FicheChalant

    Description
    Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 18 octobre 29, 2018, 04:42:37 am

Lamnard avait su tirer profit du court échange qu'ils avaient eu. Sa sagesse, celle d'un chef, lui avait permis de voir au-delà de la situation actuelle et d'envisager le long terme. Penser aux conséquences des alliances et les opportunités qui s'offraient à lui. C'était là, la caractéristique d'un bon visionnaire, mais avant tout d'un meneur qui avait su développer la pensée réflexive. À défaut de garder ses réserves sur leurs plans futurs, les deux nouveaux associés réunissaient leurs forces autour d'un objectif commun.

Pour le moment, le grand blond avait vu juste. Terria ne faisait pas le poids sous les coups de cette attaque. C'était le temps de laisser sa place à l'équipe de Lamnard; de valeureux compagnons et redoutables guerriers. Il en valait mieux pour sa sécurité et pour leurs plans de regagner la cabine pour prendre un moment de repos. Ainsi, la jeune femme acceptait de se replier dans la cabine et de porter son attention sur l'avenir.

Car s'ils avaient fait choix, il fallait rester aux aguets. Les menaces pouvaient également se présenter sur la mer et bien plus loin. Terria pouvait enfin profiter d'un temps pour se pencher sur ces éléments difficiles, ces risques, et tenter de minimiser leurs impacts autant que possible.

Vous avez raison Lamnard. Veuillez m'excuser. » répondit Terria en se levant.

Elle apporta son sac et regagna la cabine du capitaine où elle avait dormi plus tôt. Déposant ses affaires sur le table, elle fouilla instinctivement une petite poche discrète et camouflée. Dès que ses doigts se serrèrent autour de sa sécurité, un sentiment de détente l'envahit. Elle n'eut qu'à garder le contact quelques moments pour se sentir à son aise et se rassurer.

Phili » marmonna-t-elle

Puis elle sortit son encre et ses plumes, les disposant religieusement de la même façon qu'à son habitude. Ensuite, le papier vint se coucher sur sa surface de travail et elle se pencha, surplombant son canevas. Elle fit un court récit de la situation actuelle et des changements auxquels elle avait été confrontée.

Son élan prit une pause, un instant, elle pensait à Lamnard et songeait à ce qu'il évoquait en elle. Les choses s'étaient précipitées et Terria n'avait pas hésité à poursuivre la route, aussi temporaire soit-elle, avec celui-ci. Il fallait le dire, le grand blond dégageait cette confiance sous la grandeur de son calme et de sa bonne volonté. L'image était telle qu'elle l'avait perçue. Cependant, les premières apparences ne la laissèrent pas sur une fausse amitié, car l'ex-esclave tissait sa réelle foi à travers des engagements plus profonds. Mais il fallait laisser au temps sa vertu.

En route pour le Fort Loche »

Lamnard Kystrejfter

Humain(e)

  • -
  • Messages: 337


  • FicheChalant

    Description
    Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
    Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 19 novembre 28, 2018, 02:22:46 am

   Peu avant l’arrivée à destination, alors que le soleil était bien descendu vers l’horizon et que les dernières traces d’Ashnardiens remontaient à plus de deux heures, le capitaine revint à sa cabine les bras chargés d’un bon repas. Faute de pouvoir faire un feu, l’équipage avait pioché dans les réserves de mets froids, et Lamnard avait apporté du lard fumé et diverses charcuteries, du fromage à peau dure et des fruits, en plus d’une sorte de pain plat et cassant plus connu chez les Nexusiens, très tournés vers la mer, que chez les Ashnardiens : des biscuits. Il avait bien sûr pris la peine de toquer et d’attendre patiemment que Terria annonce qu’elle était prête à être vue.

   « Je suis désolé pour ces désagréments, et cette journée passée dans la pénombre. Demain, vous reverrez le Soleil, » dit-il sur un ton sincèrement navré tandis qu’il disposait les denrées à table et tirait son stylet en plus d’un couteau de cuisine pour pouvoir en disposer. « J’espère que le repas saura trouver grâce à votre goût. J’ai renoncé à apporter le poisson ; il y a des façons plus saines d’en manger. »

   Il sourit à sa remarque sur le poisson, considérant intérieurement les anchois salés et les sardines à l’huile, des aliments extrêmement nourrissants et prisés lors de longs voyages en mer, mais difficiles à marier proprement à quoi que ce soit sinon. Il s’installa face à la belle Ashnardienne, remplissant son assiette de ce qui éveillait sa curiosité et son envie, tandis qu’il songeait manifestement à la journée et à la suite de leur aventure commune. Ils allaient bientôt se séparer pour se rejoindre à l’heure de vérité. En peu de temps, une confiance relative s’était instaurée entre eux. Lamnard n’aurait pas pu dire qu’il considérait Terria comme son amie, mais il la respectait et voulait croire à ses histoires, ses motivations et ses plans. Il n’était que chose normale que leurs intérêts convergent lorsque nuire à Nexus était l’enjeu majeur.

   « J’imagine que nous saurons assez vite l’un comme l’autre si nous avons eu raison de nous associer l’un à l’autre. En attendant, je dois dire que notre rencontre fut le moment-phare de cette visite en Ashnard. Il me sera difficile de laisser ce moment passer et de me défaire de vous, Terria. »

Terria

Humain(e)

  • -
  • Messages: 59


  • FicheChalant

    Description
    Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 20 décembre 29, 2018, 04:18:54 am

Larmnard soignait son langage et savait, tel un capitaine, maintenir le cap sur ses objectifs. Fidèle à son rôle d'hôte, il avait servit plusieurs petit plats froids de teneur différentes en sels et goûts. Bien qu'ils n'avaient pas l'attrait des mets raffinés d'Ashnard, ces choix offraient à l'équipage un encas qui était difficilement refusable après l'agitation causé par leur retraite.

- « Je vous remercie pour votre hospitalité Lamnard. Je vois que vous êtes en tout point l'homme dont les dires laissent paraître et même davantage. »

Terria se servit de sardines et viandes. Le goût salé prononcé fut amoindrit par le fromage qui dégageait un parfum terreux et les fruits qui amenaient le repas sur une note plus douce avec l'acidité et le sucré de la pomme. Le capitaine avait gagné aussi la confiance de l'Ashnardienne et elle savait qu'elle pouvait compter sur son savoir-faire, mais également son expérience et sa bravoure pour la bonne exécution de son plan.

Même si elle pensait que les bonnes grâces lui étaient dû, elle n'était pas dupe de savoir qu'il fallait traiter ses alliés en tout respect et reconnaissance. Elle profita du temps calme pour fouiller à nouveau dans son sac. Elle sortit un parchemin qu'elle déposa devant le grand blond avec sourire en coin, marquant un air satisfaisant.

- « Voilà qui saura vous être utile pour vos préparations. Usez-en avec sagesse. »

Le parchemin était enroulé soigneusement sur un support en bois taillé et où une ficelle verte nouait le secret du document.

- « À votre avis, combien de temps encore avant de se séparer ? » lui demanda-t-elle avec un brin de déception

Terria s'était fait à la compagnie et la protection qu'assurait le chef de la bande. Elle se demandait quel envoûtement cet homme charismatique pouvait bien avoir sur elle, elle qui avait toujours su attirer la convoitise de la gente masculine et à l'utiliser à son escient.

Lamnard Kystrejfter

Humain(e)

  • -
  • Messages: 337


  • FicheChalant

    Description
    Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
    Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 21 janvier 08, 2019, 04:39:29 am

Le repas à peine terminé, Terria avait sorti un énième document de son sac. Lamnard commençait à considérer ces légendes misogynes sur les femmes et leurs sacs sous un nouveau jour, comme renfermant une part de vérité. Qui aurait pu dire combien de trésors et de curiosités ce simple sac renfermait encore ? Saurait-il découvrir tout de la vie et des plans de l'Ashnardienne rien qu'en l'ouvrant en grand ? Il aurait pu lui poser la question, par malice, mais il la respectait bien trop pour s'amuser avec elle. Il prit le document en lui rendant son sourire, et le plaça directement en sécurité, dans un petit coffre.

L'ambiance claire-obscure de la pièce boisée qui tanguait nonchalamment sur les eaux donnait des airs intimistes à la scène. A mesure que le temps avait passé, les deux protagonistes n'avaient cessé d'être réunis en privé, dans un cadre toujours plus isolé et plus propice à leur rapprochement. Peut-être était-ce la perspective de leur imminente séparation, mais la faible lueur des bougies semblait faire planer l'ombre de leur propre frustration inavouée autour d'eux. Le capitaine ressentit l'écho de la déception qui se nouait dans les mots de la belle diplomate dans son propre être, et il sut que ce pincement qu'il ressentait à l'idée de la voir partir était réciproque. On aurait pu lui dire qu'il s'attacherait en un jour à une diplomate ashnardienne la veille qu'il ne l'aurait pas cru, et aurait ri en chassant le plaisantin.

Pourtant, la peine était là, donc l'attachement aussi.

« Selon le vent, deux petites heures ; peut-être moins, » prononça-t-il avec une nette frustration. « Vous n'aurez guère le temps de vous reposer. »

Comme il prononçait ces mots, évoluant à travers la cabine pour empiler couverts et reliefs du repas en prévision du débarrassage, il s'interrompit à proximité d'elle, passant du dos de la main le long du bras de la femme. Sa peau était aussi douce que le tissu de sa robe, et il remonta instinctivement dans ses cheveux, en garde contre tout signe de refus, mais attiré par la femme fatale qu'il lui semblait aussi proche que n'importe quel homme ou femme de sa bande armée.

Terria

Humain(e)

  • -
  • Messages: 59


  • FicheChalant

    Description
    Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 22 février 19, 2019, 02:41:04 pm

Les yeux de Lamnard brillaient d'une flamme vive de la liberté qui sommeillait en lui et du désir d'un monde meilleur. Terria ne pouvait arracher cet idéal pour lequel Lamnard se battait. Il avait été sien il y a bien longtemps alors qu'elle était encore esclave. Malgré les nombreuses cicatrices profondes cachées sous sa robe qui hantaient sont dos, elle pouvait lire la douceur de l'homme dans ses gestes et ses paroles. Il était fidèle à l'image du sauveur, mais la femme savait qu'il n'y avait rien à sauver en elle. Cela dit, les hommes de pouvoir et d'influence l'avait toujours attirée.

À quoi pouvait-il penser? Quel élément de son passé l'avait poussé à prendre la route et se mettre en danger pour les autres ? Autant que Terria pensait en savoir sur le personnage, autant elle ignorait sur la personne. Le corps musclé était lui aussi couvert de ces marques caractéristique des esclaves, reconnaissables et détestables. L'odeur du cuir lui revenait, les coups, le belle chassa le tout de son esprit.

Elle voulait rêver, c'est ce que le magnétisme du blond réussissait à faire. Son cœur chavirait alors que les flots les apportaient à une séparation éminente. c'était comme si l'approche de l'heure les rapprochaient. Après cette séparation, ceux-ci allaient se donner un rendez-vous pour mener leur plan à exécution en Nexus. Lamnard avait déjà eu l'endroit et l'heure. Il ne fallait que terminer les préparatifs.

Que voulez-vous dire ? Nous avons deux belles heures devant nous. »

Terria releva la tête, elle sentit les doigts du guerrier s'engouffrer dans sa chevelure; hésitants. Elle sourit et poussa un soupir réconfortant, au fond d'elle, elle savait. Le sauveur pouvait bien lutter pour les autres, il ne pouvait toutefois s'arracher à sa nature humaine, celle d'un homme et de ses désirs. Elle contemplait le grand blond, l'autre visage, son intimité. Il ne ressemblait pas à ceux qui affichaient une fierté virile, mais plutôt une tendresse attentive.

Ne voulant pas l'arrêter, la belle décida de fermer les yeux, laissant son partenaire prendre les devants. Elle voyait une certaine crainte, non, elle sentait une crainte et ne voulait réprimer son rapprochement. Elle poussa sa joue contre le bras musclé qu'il lui tentait.

Son odeur est le même que la mer, pensa-t-elle.

Lamnard Kystrejfter

Humain(e)

  • -
  • Messages: 337


  • FicheChalant

    Description
    Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
    Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 23 février 26, 2019, 03:31:24 pm

Dans le meilleur des cas, Lamnard espérait pouvoir garder de leur première rencontre le souvenir du parfum et de la douceur de son invitée, emportée bien malgré elle dans une fuite en avant vers un repaire de hors-la-loi, cachée de l'armée de son propre pays par des individus ayant semé pagaille et ruine dans leur sillage. Sans contexte, et peut-être, même, avec le contexte, la plupart des gens verraient un tel récit comme une affabulation grotesque. Terria savait sûrement ce qu'elle faisait en venant à Dortogne, alors que l'anarchie régnait et qu'une bande d'affranchis maraudait. Elle avait jaugé le chef et décidé de prendre le risque. Si le chef avait probablement comblé ses attentes à ce stade, croire que son équipage serait suffisamment discipliné et raisonnable pour laisser une espionne ashnardienne monter à bord, fut-ce-t-elle sous la protection de leur capitaine, requérait un certain acte de foi de la part du spectateur.

Difficile aussi de croire à l'histoire de l'attirance et de l'attachement vite nés des brèves interactions entre le pillard abolitionniste et l'intrigante patriote, liés au plus par un passé d'esclavage et une même opposition aux intérêts nexusiens. Mais il faut parfois voir au-delà des titres, étiquettes et apparences pour aborder les personnes telles qu'elles étaient ; et l'on ne pouvait douter que Terria avait fait preuve d'une grande humilité, tandis que Kystrejfter avait exposé une politesse bien loin de correspondre à son surnom public. Ce récit était moins celui d'une rencontre déterminante pour endiguer l'expansion nexusienne au sud ; ou celui d'une fuite improbable sur un fleuve mineur à l'autre bout du continent ; c'était celui de l'improbable rencontre entre deux êtres bien plus enclins à se plaire que leurs vies auraient pu le laisser croire.

Et tandis que Terria se blottissait contre son bras en accueillant tranquillement ses caresses, le guerrier l'observait, elle, calme et ses paupières closes, en s'interrogeant sur les implications de ce qu'il vivait vis-à-vis de sa lutte. Il songeait aux raids, aux butins, aux sauvetages, mais aussi aux nombreuses vies prises ou données au nom de cette cause qu'il avait fait sienne. Ses croyances lui dictaient d'être heureux pour ses camarades tombés, car ils avaient rejoint un monde de plénitude et d'allégresse ; mais qu'en était-il des esclavagistes ? Et de leurs familles ? Y avait-il une autre voie ?

S'allongeant sur le lit de la cabine silencieuse, bercée par le rythme presque imperceptible des flots du cours d'eau, il attira avec lui l'Ashnardienne en enveloppant ses épaules de son bras, l'attirant dans son creux, contre son torse. De sa main libre, il parcourut ses mèches de cheveux flamboyantes et les traits de son visage, dessinant l'angle de ses pommettes, la pointe de son menton et la pulpe de ses lèvres du bout de ses doigts, bien délicats dans leur ouvrage malgré le témoignage rugueux d'une vie passée à trimer et à lutter pour vivre. Il accueillait au fond de ses narines la délicate odeur de sa toilette et ferma les yeux, lui aussi, pour en imprimer la fragrance au fond de son être, et pour se rappeler sa figure malgré le passage du temps.

« Ce n'est pas que du désir, » murmura-t-il, comme s'il se parlait à lui-même tandis qu'il songeait aux diverses conquêtes, gratuites ou rémunérées, consentantes ou non, qu'il s'était arrogé au fil de ses voyages. « J'ai l'impression que vous laisser partir sans vous connaître mieux m'arracherait un peu de mon propre être. »

Terria

Humain(e)

  • -
  • Messages: 59


  • FicheChalant

    Description
    Née Ashnardienne, mais fille d'esclaves, Amara s'affranchit de son passé sous le nouveau nom de Terria. C'est une grande femme qui aspire au pouvoir par tous les moyens possibles sans se soucier d'un égo ou d'une conscience. Suivant son propre code, elle cherche à trouver de nouvelles proies ou partenaires d'affaires.

Re : Pour le peuple et pour l'argent [PV Lamnard Kystrejfter]

Réponse 24 avril 17, 2019, 04:11:07 am

Malgré la pudeur qu'exhibait l'être, le chef du valeureux équipage témoignait avec douceur un intérêt particulier pour l'ashnardienne. Cet intérêt était similaire à ce que Terria avait entrevu dans quelques yeux de ses amours d'un soir. Certains cherchaient à placer un nom, une raison ou une histoire sur sa tête; ils recherchaient une profondeur à la compagnie. Ces hommes désiraient plus qu'être près physiquement, ils souhaitaient cette fausse proximité, cette rencontre forcée. Connaître l'individu était important et leur permettait de tisser un pond pour ensuite ouvrir leur coeur ou leur passion. Sans quoi, ils ne pouvaient faire confiance. Alors, selon la situation, Terria s'était présentée comme la femme infidèle, la rêveuse ou encore l'étoile filante. Elle racontait ce que le coeur voulait entente et l'on buvait de ses paroles comme l'eau jusqu'à s'en rendre ivre. Ses meilleurs récits dépeignaient souvent l'autre comme le sauveur ou encore la lueur d'espoir dans ce monde qu'il redoutait. Dans ces temps lourds, la promesse d'une compagne et de l'espoir valait plus que tout l'or du monde pour ces âmes errantes.

Toutefois, le blond en face d'elle dégageait autre chose. Il n'était pas venu à sa rencontre pour cette raison. Il y avait une sincérité rafraîchissante chez Lamnard. Nul doute, celui-ci était un être de pure bonté, un homme sensible, mais également preux. La grandeur de son âme partageait également une dimension d'attachement humaine, une personne qui avait besoin d'un sens dans le contact. Terria compris, elle ne pouvait être un partenaire d'affaire comme les autres. Lamnard avait besoin de connaître, c'était son prix. Enfin, c'était ce qu'il recherchait. Non pas que la chose lui déplaisait, mais le capitaine semblait vouloir traiter avec l'humain et la belle le vit dans ses yeux, dans ses mouvements, dans l’étreinte.

Elle connaissait le chemin, mais cette fois-ci, le sentier était différent.

- « Que souhaitez-vous connaître de moi ? »

Terria ouvrit les yeux pour le plonger dans le regard de Lamnard. Recherchant les émotions qu'il pouvait lui communiquer et essayer de tisser un lien avec celles-ci. Elle fut fascinée par cette dualité encrée entre une personne forte, mais fragile. Nul doute, un passé, quelque chose lui avait été arraché. On ne la regardait trop rarement sans désir charnel. Cet homme, n'avait pas de désir en ce sens. Sur cela, il était franc. Était-ce une dévotion totale pour sa cause ou encore une promise qui lui avait été arrachée ?

- « Lamnard. Je suis, vous le savez, je suis ancienne esclave. Tout comme vous, mais,... ça vous le savez déjà. Je ne sais quoi dire. Enfin. »

Décontenancée, Terria pris un moment. Elle ferma les yeux, tentant de cerner mieux ce qu'elle allait dire.

- « Je m'appelle Miss Terria et je cultive le mystère. Chaque jour je suis invitée au bal de la nuit où je danse. Je tente de me frayer un chemin vers l'avant-scène, j'avance sur le parquet entre blanc et noir comme sur un échiquier. Dans cette fête perpétuelle, je dois regarder où je mets le pied. J'ai de nombreux partenaires qui me verront seulement le temps d'une pièce et d'autre que je doute veulent ma place.

Dans mon monde, je capture les regards que je croise. Je tends la main à ceux qui me plaisent ou qui peuvent danser avec moi. Rare son ceux qui échappent à l'envoûtement.

Je crois que la fête qui est ma vie n'aura jamais de fin. Si j'arrête de danser, mon monde s'écroulera. La vie m'a appris à me servir de mon corps et c'est ce que je fais avec l'art que je pratique.

Mais vous, mon cher, vous me semblez appartenir au passé. Une partie de vous est scellée dans le temps. Moi dans mon monde tumultueux et vous dans une glace, que...
»

Terria hésitait à poser sa question de peur d'aller trop loin.


Répondre
Tags :