banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une jeune fille, mourante, dans le désert. (PV à qui n'en veut)  (Lu 1148 fois)
Kiniro
Humain(e)
-

Messages: 265



Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 27, 2009, 12:57:48 »

Les chaines jouèrent bien leurs rôle en faisant vivre un véritable enfer et pas que dans le sens figuré, la petite n'avait pas eut de chance, après avoir connut la douceur de Raven, qui lui avait donnée un brin d'espoir de voir sa vie de nouveau radieuse, elle tomba sur une démone sadique et vouant un culte à toute pratique douloureuse aussi bien physique que moral.

Ainsi elle eut le droit d'avoir un œuf en elle et de voir celui-ci éclore, la laissant souffrir le martyr pour expulser le corps étranger de son ventre, après elle eut le droit de voir chaque organes subir l'assaut répéter de lame refroidit dans de la neige, suivit d'une autre chauffé dans une forge.

Bien sur la seule chose qu'elle avait le droit c'était de ne pas mourir ... enfin pas rapidement, une chance que Kiniro ai eut à cet instant la volonté de vivre. C'est ce qui nous amène à la situation suivante.

La démones, ayant un peu marre de jouer avec son jouet avait décidée de s'en débarasser, mais au lieu de lui rendre la liberté, elle l'attacha de tels sorte que les parties sensibles soient à disposition de tout membre voulant toucher et qu'elle puisse marcher. Une fois ligotée, la créature démoniaque l'emporta dans le désert, elle s'amusa une dernière fois avec, l'épuisant grandement, puis se volatilisa, laissant un dernier cadeau à l'humaine, plusieurs œufs en elle.

Kiniro se leva et partie à la recherche d'une oasis, après plus de dix minute de marche elle en vit une, mais c'est à ce moment là que les œufs écorent, le corps de la demoiselle se retrouva à terre, haletant à chaque créatures, tout aussi bizarre l'une que l'autre, qu'elle mit bas, le pire c'est que dès qu'ils étaient libre, ils mourraient, ce n'était que des créatures créées pour la torture et la souffrance.

Une fois la dernière bestiole sortie de son ventre, elle tenta de s'approcher vers l'eau, qui n'était à dix centimètre de sa tête, elle avança avec peine, millimètre par millimètre, essayant de puiser dans ces dernière ressources, son esprit avait depuis longtemps été réduit à l'état de cendre, mais son corps gardait un instinct de survie exemplaire.

Au loin on pouvait entendre les carnivores s'approcher, sentant une proie qui servirait de déjeuner, suivant le sang de ces multiple blessures, tandis que Kiniro put enfin goûter à l'eau fraiche, la faisant tousser à chaque gorgée, tellement sa gorge était sec. Puis, prit par la fatigue, elle sombra dans un sommeil qui l'emmena entre la vie et la mort, alors que les félins était très proche. Ces chaine dorée prirent une légère teinte sombre, signe de la proximité de sa mort, si elle mourait, elle n'irait ni aux paradis, ni aux Enfers, elle irait dans un endroit où était enfermé les Titans, dieux anciens et corrompus.

L'âme de l'humaine eut la visite d'un esprit de la mort qui lui posa la question que tout être doit entendre au bout d'un moment.

- Veux-tu vivre ou prendras-tu ma main ?

L'âme de Kiniro ne sus que répondre, elle voulait vivre, mais en même temps, elle ne voulait plus subir le moindre mal venant de ce monde.

- Je ne sais pas, emportez moi si vous le désirez.


A ce moment un mouvement d'air fit reprendre conscience l'humaine qui vit un corps à contre jour, elle ne pouvait rien distinguer et la personne pouvait bien voir dans les yeux de la pauvre humaine, qu'elle n'avait plus un esprit intacte, les yeux de Kiniro n'avait pas la flamme de vie que toute personne devrait avoir.
« Dernière édition: Septembre 27, 2009, 02:31:13 par Kiniro » Journalisée
Toshiro Kamina
Humain(e)
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Septembre 27, 2009, 04:42:00 »

voilà deux jours que j'ai réussi à m'évader de la prison Eternum et aussi deux jours je suis passé à deux doigts de rentrer chez moi. Je suis tous de même soulagé de savoir mes deux compagnons chez eux, cette saleté de faille c'était refermé au moment ou j'allais passer. Seul, j'entame alors un périple afin de rejoindre une cité nommé Ashnard. Lors de mon voyage je croise un passant qui se dirigeait à l'opposé de moi. Je parvint à le stopper pour me renseigner pour savoir par il fallait passer, mais il pris la fuite en entendant le nom de la ville, cela ne me disait rien qui vaille. Après plusieurs jour de marche d'aller et de retour et après avoir fait fuir tous ceux à qui j'ai demandé mon chemin, je parvint à l'entrée d'un immense désert.

-Non, non, hors de questions je passe pas par la pour aller à Ashnard !!!

je râlait à voix haute et sans m'en rendre compte quelqu'un m'observait, je le remarqua aux bruit fait dans des feuillages. Je m'approcha et observa en cherchant qu'est ce qui il y avait la dedans. Sa bougeait et sa respirait. Il essaya de se barrer mais je parvint à le capturer dans mes bras, il gigotait comme un enragé, je savait pas se que c'était on aurait dit une sorte de de boule de poile noire avec une grande bouche pleine de dents pointues et une paire d'aile similaire à celle d'une chauve-sourie.

-pitié, pitié ne me mange pas, ne me mange pas !!

il était tétaniser à l'idée que je puisse le manger.

-je peu te conduire à Ashnard. Oui je le peu, mais ne me mange pas.

-sa va, je ne vais pas te manger. Tu peux faire sa ??

on discuta un moment et j'appris qu'il était une sorte de terranide de petite et qui s'appelait Grendle. D'après lui on ne pouvait pas faire autrement que de traverser le désert, il m'assura qu'il connaissait tous les point d'eau, j'ai de nouveau un mauvais pressentiment.
On passa quatre jours dedans sans voire la moindre goute, forte heureusement que l'on avait croisé, le premier jours, un vendeur peu scrupuleux qui me factura une gourde à un pris incroyable, j'en profita pour lui prendre quelque matériel dans un sac à dos en peau de bête.
Au quatrième jours, la gourde était vides et Grendle me disait qu'il y avait une oasis normalement pas asséché, je celle la était aussi dans la même état que les autres, c'est décidé je le bouffe pour le souper. Heureusement pour lui elle étais encore la, après avoir plongé la tête dedans j'entendis un bruit similaire à des prédateurs. Après avoir observé les alentours mon arme à la main, je décida de faire un bivouac pour la nuit. Je longea le petit lac et je vis quelque d'intrigant. En m'approchant, je vis une jeune fille à terre, saigné par plusieurs blessure. En la regardant dans les yeux on pouvait voire qu'elle étais à bout de souffle, en fin de vie. Après un léger moment elle perdit connaissance, je sais pas pourquoi je n'ai pas réagis plus. Je couru vers elle, ouf ! Elle vie encore.  Je la pris dans mes bras et je la souleva pour l'emmener à l'ombre des arbres, était pas très grande et je pu la porter sans difficulté.
Le plus dure à étais de soigné ses plaie avec ce que j'avais sous la main, je n'est pas eu le choix que de cicatriser les plus grave à l'aide d'un feu.
La nuit tomba rapidement et la température avec, je posa sur elle la couverture que le marchant m'avait vendu. Elle repris connaissance pendant que je préparait à mangé avec ce que j'ai pu trouver.

-tu te sens mieux ??
Journalisée

Kiniro
Humain(e)
-

Messages: 265



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 27, 2009, 05:59:55 »



Kiniro tomba dans le coma l'espace d'un instant, aussi n'eut-elle pas réagit quand son sauveur cicatrisait ces plaies avec les flammes.

Le plus étrange fut que l'humaine fit une drôle de recontre dans son rêve, on dit toujours que quand quelqu'un est dans le comma il perd tous contact avec le monde extérieur et bien il semblait qu'une créature, ressemblant à une succube, faisait exception en étant dans sa pensée et en discutant.

- Pfff ! Regarde l'état devant lequel-tu te présente devant moi.
- Vous êtes venus me prendre mon âme ?
- Je n'en verrais pas l'utilité, tu vis encore et je ne suis pas une faucheuse, mais une partie de toi, enfouie, caché, mais tans que ces saleté de chaines seront là, je ne pourrait en rien t'aider, sauf te donner cet instinct de survie qui t'as sauvée tans de fois.

D'un coup le rêve cessa et Kiniro relava la tête, sentant, par ces narines, l'odeur d'un repas qui cuit, sans pour autant réagir, ces yeux n'avait pas encore l'étincelle de la vie et de la volonté, sans doute aurait-elle voulut en finir une bonne fois pour toute. une chose la choqua, elle ne voyait rien, non pas que ce soit ces yeux qui en soit la cause, car ils étaient en parfaite santé, c'était plutôt un problème psychologique, l'inconscient qui bloque la vue pour ne plus rien voir qui pourrait briser le peu de raison que possède l'humaine, mais en même temps, cela la faisait peur, elle avait peur de ce noir où rien ne passait. Elle entendit la question de son sauveur, c'était un homme, au moins une chose de rassurant, les hommes avaient toujours été plus doux envers elle, même si elle souffrait. MAis elle détruite moralement et les seule mots sortant de sa bouche furent.

- Je veux mourir.
Journalisée
Toshiro Kamina
Humain(e)
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Septembre 27, 2009, 08:53:40 »

j'avais fini de préparer à mangé quand la jeune demoiselle se réveillât, après lui avoir demandé si elle allait mieux je me rapprocha pour l'entendre. Je fut surpris à l'écoute de sa réponse, elle demandait à mourir.

-non, j'ai pas l'impression qu'elle va mieux.

La pertinente remarque de Grendle avait tous de même touché juste, dieu sait combien de temps et ce qu'elle avait subit pour en arriver à cette décision. Beaucoup trop longtemps et beaucoup dure à mon avis. Je ne savait pas comment réagir à sa, j'essayai alors de lui faire oublier cette idée.

-ne dit pas de tel chose tu es jeune, tu...

je me sentait coupable car rien de ce que disait n'allait la faire changer d'avis. Alors je tenta autre chose, je me laissa aller et déballa ce que j'avais sur le cœur. Je la sera dans mes bras dans une veine espoir de le faire sentir un peu plus en sécurité.

-c'est finit maintenant, tu vas aller beaucoup mieux. Je le promet..., je te le jure..., plus jamais tu ne vas souffrir tant que serai là, alors reste avec nous. Ne nous quitte pas, pas sans combattre pense au joie que tu as eu et à ceux que tu va encore avoir, pense au bonheur de vivre.

Sans m'en rendre compte une larme coulât sur ma joue.

-maintenant tu vas prendre un peu à manger et tu vas te reposer pour reprendre des forces.

Je la posa et me dirigea vers les plats, mince j'ai qui coule Snif, je servit une assiette. C'était de la viande d'une sorte de volaille similaire à un petite poule qui se balade un peu partout dans le coin, et il avait du riz acheté au marchand. Le plat avait eu le temps de légèrement se refroidir.
Je m'approchant d'elle et je l'aida à se mettre dans une meilleur position pour manger, je trouva qu'il avait quelque chose qui clochait. la tenant avec le bras gauche, je posa le plat et j'agite mes doigts devant ses yeux. Rien, aucune réaction, les yeux ne bougeaient pas et les réflex non plus, signe qu'elle était aveugle. je plaça ensuite sont assiette près de moi et j'attrapai la cuillère.

-attend je vais t'aider à manger, je voit que tu as du mal.

Je fus agréablement surpris et soulagé de voire que au moins la nourriture elle ne le refusai pas. Quand elle eu finit, je recoucha et mis en place sa couverture sur elle et ne mis pas longtemps à se s'endormir. J'espère que c'est seulement passager pour ses yeux. Je profita de son sommeil pour regarder sur elle un truc que je trouvais bizarre, en touchant son poignée je sentit comme si elle portait quelque chose, une sorte de chaine invisible, vraiment bizarre. Je sursauta quand l'affreux qui me sert de guide me toucha l'épaule.

-bon il est l'heure de se coucher, comme il y à des sale bête dans le coin on va faire des tours de garde. C'est toi qui prend les deux première heures.

J'allai je coucher et je l'entendait rouspéter.

-et surtout tu laisse pas crever le feu!

Je passa une très mauvaise nuit, son histoire me prenais la tête et je n'arrivais pas à trouver le sommeille, je profita pour relayer cet andouille qui c'était endormi. En tentant de rallumer le feu, je vis la jeune fille dormir paisiblement, sa devais être le seul moment de la journée où elle pouvais soufflait un peu je m'installa contre un tronc et réfléchissait de se qu'on aller faire demain, si elle pourrait pas marcher je vais devoir la porter, avec ce désert il faudrait peut-être attendre plus longtemps pour repartir, on verra sa demain, le sommeille me rattrapa finalement.
Journalisée

Kiniro
Humain(e)
-

Messages: 265



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 27, 2009, 09:38:23 »

Kiniro resta de marbre devant tous le déploiement que tentait Toshiro pour la faire renoncer à mourir, quand il parlait de moment de joie, cela ne fit que plus la rendre plus triste, la seule personne qui lui avait offert de la bonté, c'était l'elfe qu'elle avait croisée dans le centre commercial, le seule bonheur n'ayant même pas durée une heure, le seule moment où elle avait trouvée une mère qui était aussi douce et gentille que sa véritable mère. Mais elle ne tenta même pas de le dire, cela n'aurais qu'encouragé son sauveur à la faire sortir de son idée sordide.

Elle sentait bien évidement les mouvements d'air que faisait le fuyard, mais sans ces yeux, elle ne réagissait pas davantage, seul l'odeur du plat chaud se rapprochant fit légèrement frémir son nez, sa conscience disait de ne pas manger, mais son corps réagit de manière automatique, elle n'était pas assez forte pour obliger son corps à dépérir, une humaine pitoyable, n'étant même pas fichu de mourir convenablement.

Kiniro fut vite assommé par la fatigue de sa journée, son ventre gargouillant de temps à autre, prouvant que son corps assimilait la nourriture. Elle eut un rêve où les ténèbres était accompagné d'une berceuse, parlant d'un cœur ure se baladant et dont une personne cherchait, vérifiant les cœurs de toute autres personne, mais ne le trouvant pas. Une berceuse cauchemardesque pour quelqu'un de normal, mais apaisante pour Kiniro.

Puis le rêve cessa, l'humaine pouvait sentir que c'était encore la nuit, elle entendait Toshiro et se leva sans faire de bruit, se dirigeant vers un son de cours d'eau, le lac. Elle c'était décidée à en finir maintenant, pendant que personne ne l'en empêcherait, pendant qu'elle n'était pas lié par quelqu'un à cause de ces maudite chaine. Elle avança vers le fond du lac et se laissa engloutir par les eaux, étant assommé à cause du changement de température. L'humaine s'enfonça vers le fond du lac, laissant de temps à autres des bulles d'air s'échapper de sa bouche. Elle souriait, content de pouvoir enfin mettre un terme à ce calvaire qu'a été sa vie.

- Alors on tente de mourir (rire) ? Ne croit pas que ces chaines te laisseront ne serais-ce que le choix de ta mort. Elles ont là pour te faire connaitre l'enfer des vivants.
- Laisse moi, je veux partir rejoindre ma mère ...
- Ha ! T'a mère ? Qui t'as dit qu'elle l'était vraiment, qui te dis que ce ne sont pas les dieux qui te les ont donné pour que tu commences ta vie misérable, je vais te dire une chose, je suis ta haine, ta colère, tous ce que tu n'as jamais ressentie consciemment, je suis tes ténèbres, c'est pour cela que ces chaines m'empêches d'agir, sinon tu aurais une vie plus radieuse, tu serais maître de ton destin.
- Tais toi je ne veux pas de cela, je veux mourir, serrer ma  mère dans mes bras, me faire dorloter, ne plus avoir à subir encore la violence des autres pour leurs plaisirs.

Kiniro reprit connaissance et cracha de l'eau, elle se mit à crier et se débattre, elle était encore en vie, malgré ce qu'elle avait fait.
Journalisée
Toshiro Kamina
Humain(e)
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Septembre 29, 2009, 04:02:29 »

Un bruit similaire à un cris me tira de mon sommeil, bon sans qu'est ce qui se passe? On aurait dit la voix d'une jeune fille? En tournant la tête je vit que cette dernière avait disparu de sa couche. Affolé, je saisit mon pistolet de tehkos et couru là d'où me semblait venir les cris. J'espère qui lui n'est rien arrivé. Je l'ai trouvé!, étendu à coter du lac. Complètement trempé et grelotant de froid, rien d'étonnant vus la température qu'il faisait, elle avait arrêté de crier à bout de force. Je ne comprenais pas de ce qui venait de se produire, je la ramena près du feu. Comme ses habilles étais mouillé je n'eus pas d'autre choix que de la déshabiller et de la remettre bien aux chaud emballé dans la couverture, je remis ensuite du bois dans le feu pour l'alimenter. Assis, j'essayai de comprendre ce qui c'était passer, il n'y avait pas de marque du passage d'une bête et encore moi celui d'un affrontement, mais alors elle se serait dirigée toute seul près du lac? Pourquoi faire? Pas pour prendre un bain à moi que...

-merde !! elle à pas osé !?!

mon exclamation attira la curiosité de la petite boule de poile volante.

-qu'est ce qu'il y a?
-j'ai peur de comprendre, je crois qu'elle a tenté d'en finir avec la vie, à moins que se soit un accident.

Honnêtement, j'avais de la peine à croire à l'accident. Puis j'avais cette sensation,à chaque fois que je la touche, comme si elle portait des chaines
Le soleil se lever au loin et on pouvais déjà bien voire le paysage, la journée s'annonçait difficile de plus j'ai presque rien dormi. Je décida de faire un peu de repérage des lieux et aussi me changer les idées, profitant que la dernier action de ma suicidaire à user assez de ses forces pour ne pas pouvoir se déplacer seul, je cris à Grendle de la surveiller pendant mon absence, bien sur il râle comme d'habitude.
Lors de ma marche je m'arrêtais de temps à autre pour observer l'horizon, quoi qu'il en soit on va  surement devoir encore attendre un jours pour se déplacer d'ici. Tien ?! On dirait qu'il ait quelque chose la-bas, je monte sur une dune pour mieux voire, oh! on dirais une caravane de nomade et il y en avait beaucoup. Je revint vers les autres en courants, à bouts de souffle j'ordonna à Grendle d'éviter de faire du bruit et de cacher  leur présence du mieux qu'il pourrait. Mon arme à portait de main? C'est bon, je m'avance près du coter ou il arrive pour les accueillir et surtout voire si ils sont hostile. Après dix minutes d'attente, ils s'arrêtèrent à une quinzaine de mètre devant moi et l'un d'eux cria.

-salutation noble propriétaire, je suis Tarasime le chef de la tribut Nabuda et je requête au près de vous car nos réserve d'eau sont épuisé.
-vous êtes armés ?
-seulement pour la chasse messire.

J'accepta avec tous de même une certaine méfiance. Sans me rendre compte, ils ont investit les lieux avec une vitesse, je n'ai rien pu faire. des famille entière commençait à installer des tentes ils avaient clairement l'intention de ne pas partir. Type un peu gros fendit sur moi et me serra dans ses bras.

-merci, merci beaucoup, tu nous sauves la vie mon ami.

Aïe!! je suis sur maintenant, c'était pas une bonne idée. Tien quand on parle d'idée une autre me vient.

-dit moi, vous avez un toubib, un médecin, enfin quelqu'un qui sait soigner les gens!!
-un guérisseur tu veux dire ?
Je répondit d'un signe de tête.
-bien sur et il est même très fort, tes malade ?
-non c'est pour quelqu'un d'autre qui est dans un triste état, va me le chercher et je vous montre.

Cinq minutes plus tard, on rejoint enfin la jeune fille. Toujours couché, Adebaldor le guérisseur commença à l'ausculter. Pendant que se dernier faisait sont travail, j'en profita pour parler à une personne ou deux, ils m'apprirent qu'ils était une tribut nomade qui ne s'arrêter que pour faire le plein de vivre et que si l'oasis était déjà occupé, la personne en étais la propriétaire et devait les autoriser à y pénétrer, c'était surtout pour éviter les ennuis inutile. Une petite gamine m'attrapa par le pantalon et disait que le guérisseur avait finit, puis elle m'entraina vers lui. Une fois devant Adebaldor, il me disait ce qu'il en pensait.

-j'ai des bonne et des mauvaise nouvelles, pour commençait les blessures que vous avait soigné un peu brutalement à permit à cette petite de survivre, maintenant sont corps se remet petit à petit, et sa vu devrait bientôt revenir. Par contre, là où c'est plus grave c'est l'âme, son âme est mourant et il réclame de la délivré.
-mais on peu pas laisser cela ce produire.
-en effet on peu et sa c'est déjà vue sur des guerriers. De plus aussi curieux que cela puisse paraître, son corps continu à essayer de la sauver permettant de manger et de ce laisser soigner. Normalement, avec le temps elle pourrait redevenir comme avant, mais la j'ai un doute regardait.

Il me montra alors quelque chose que j'avais sentit auparavant mais que je n'y croyait pas, elle portait effectivement des chaines invisibles. Le toubib ne sut me dire ce que c'était et voyait la une  interprétation divine, car il n'avait pas réussit à les enlever avec ses contre-sort ou avec de outil

-donc si je ne veux pas la laisser mourir je dois faire la guerre aux dieu ?
-je doute que se soit une bonne idée si elle à reçu ses chaines c'est pas pour rien.

Rien à faire on va pas pouvoir me faire changer d'avis comme sa, j'ai fait la promesse que sa ira mieux et  jusqu'à maintenant j'ai pas réussi à la tenir. finalement le guérisseur me parla d'une sorcière plus à l'est qui pourrait me renseigner mieux. Je proposa ensuite à Tarasime de me donner un chameau et des vivres en échange de l'oasis, me remercia et m'enlaça de nouveau comme un ding. Je récupèrent au passage Grendle pour éviter qu'il se fasse mettre en charpie par des gosses. Mais avant de partir, je m'assoit à coter de la jeune fille qui avait reçut des habille des nomades et en tripotant une de ses chaines je lui dit.

-on va bientôt partir et on va trouver un moyen pour t'enlever ces foutues chaines, je t'ai promit que tu irais mieux, alors ne fait plus de bêtise comme hier ok ?...je crois que l'on c'est pas présenté, moi c'est Toshiro et toi ? Ces quoi ton petit noms?

J'espère que j'aurai pas besoin d'utiliser ses chaines pour la protéger d'elle même.
Journalisée

Kiniro
Humain(e)
-

Messages: 265



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Octobre 03, 2009, 11:11:10 »

Kiniro, n'ayant plus la force de tenter un autre suicide ou même dire à son sauveur de la laisser mourir, finit par tomber dans un état de transe. Elle se laissa relevée et emmené vers la seule source de chaleur et n'eut aucune réaction quand ces vêtements furent retirés, elle n'aurait même pas réagit si Toshiro aurait mit la main de la petite dans le feu. La jeune humaine se contenta de regarder le feu, si elle avait eut un peu plus de force, elle se serait jetée dans les flammes, mais heureusement pour elle son corps était tétanisé de fatigue.

Le matin pointait de ces rayons, Kiniro n'avait pas dormit et ces yeux commençait à avoir des rides, elle tentait un autre suicide, plus long, plus dure, celui de ne pas dormir, celui d'essayer de dépérir par manque de nourriture, elle n'avait qu'une idée en tête que ces chaines la tue le plus vite possible, même si pour cela elle doit commettre l'irréparable.  La jeune humaine ne réagit point quand des jeune nomades vinrent la voir, voulant jouer avec elle, mais elle se contenta de regarder le sable à ces pieds, certaine femme voulurent aller la voir, mais quelque chose les empêchaient de venir la consoler, la peur de ce que peut bien avoir subit cette petite.

Le médecin s'occupa d'aller la voir et de l'ausculter, pratiquant les tests habituel, contrôle de la respiration, du rythme cardiaque, de la pigmentation des pupille et leur réactions à la lumière, la présence ou non de marque, le malheureux eut la mauvaise idée de vouloir essayer de toucher une des chaines et c'est prit une droite de Kiniro, pour la première fois, son coup le fit valdinguer, le corps n'acceptait pas qu'une créature ce permette de vouloir toucher ces chaines sans son consentement, aussi le médecin expliqua qu'il voulait l'aider et Kiniro se laissa de nouveau faire. Une fois les tests finit, il partie faire son rapport à Toshiro, ce dernier lui expliqua qu'il voulait l'aider.

Le bruit d'une de ces chaines prisent dans la mains de son sauveur ne la tira même pas de sa transe, elle ouvrit la bouche et tenta de formuler une phrase, mais un seul mot sortie de sa bouche.

- Kiniro.

Elle eut un petit sourire, car elle avait récupérée une peu de sa vision et vit un scorpion se diriger vers elle, un scorpion noir comme les ténèbres et que Toshiro ne pouvait pas voir, car il se trouvait hors de son champs de vision, aussi attendit-elle que la bestiole soit assez proche pour donner une pichenette et l'énerver, la bestiole par réaction à cette agression piqua la petite, Toshiro pouvait maintenant voir la bestiole et son dard enfoncé dans la chair de la demoiselle. Mais à ce moment les chaines s'agitèrent et ligotèrent la petite contre un arbre, le médecin et Toshiro pouvaient voir le venin du scorpion avancé petit à petit, les veines étaient dilaté, laissant voir la progression du poison, Kiniro, elle, souriait.

La petite sentit une femme nomade lui donner une piqure, suivit par une gifle, et pas une petite, une gifle qui claqua bien et rendit la joue de la petite presque humaine bleu, cela eut comme effet de la sortir de son rêve et elle se mit à pleurer, criant contre la femme pour savoir pourquoi elle la punissait de vouloir mourir, la petite eut le droit à un sermon que peu de personne de la tribut aurait aimé avoir, tous le monde avait peur de cette femme qui savait rendre la raison à un fou et la pauvre Kiniro se retrouva vite à pleurer sous toute les vérité qu'elle se prenait par les parole de la demoiselle.

Au bout de dix minutes, les chaines relâchèrent la petite qui s'effondra au sol, la tête face contre terre, et pleurant encore du sermon de la femme, qui n'avait fait que dire la vérité c'est-à-dire, que Kiniro n'était qu'une créature qui n'avait d'humain que l'apparence que même un animal avait un peu d'honneur et de fierté, que si son corps possède l'instinct de survie, elle ne possède rien, même pas l'envie de vivre, qu'elle n'est qu'une âme vide dans un corps se pliant au destin sans la moindre volonté de la combattre, que si elle existait, elle aurait mieux fait de mourir dès le premier jour de son existence.

Tant de mot blessant mais pour la plupart vrais, Kiniro avait mal, pas physiquement, mais mentalement elle avait été blessée, cette femme l'avait frappé aux seul endroit où personne ne c'était encore attaqué, son âme.

Pour la première fois de sa vie, Kiniro cria contre une personne.

- Je vous hait, tous, aussi bien les jeunes que les vieux, vous êtes tous aussi pourrie les uns que les autres. Ce n'est pas moi qui devrait mourir mais vous tous.


On voyait bien que dans ces yeux, elle pensait ce qu'elle avait dit, la nomade qui l'avait sermonnée pointa une armes sous la gorge de la petite humaine.

- Ose encore une fois redire ces mots et tu seras la première à mourir. Même si le propriétaire te protège, il peut comprendre que tes mots sont une offense à ceux qui possède l'envie de vivre, ce qui te manque.


Kiniro restait avec son regard chargé de la haine, de la colère, tous ces sentiments qu'elle a enfouie et voulut oublier durant toute sa vie. Si Toshiro ne réagissait pas vite, il serait certain que la petite humaine ferait quelque chose qui signerait son arrêt de mort. La fierté des nomades avait été assez froissée avec les mots de l'humaine et il fallait calmer vite cette tension qui n'amènerait rien de bon.
« Dernière édition: Octobre 04, 2009, 11:09:28 par Kiniro » Journalisée
Toshiro Kamina
Humain(e)
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Octobre 04, 2009, 04:43:17 »

Tous c'est si vite depuis que la petite Kiniro s'était fait piquer par un scorpions et que ses chaines l'avait alors attaché contre un arbre. Pris de panique je ne savait pas quoi faire et dans un réflexe je ne pus que écraser sous mes chaussures la bête à l'origine de tous ceci. Mais heureusement, l'une des femmes qui était en notre compagnie pus lui injecter un anti-poisons, elle en profita pour lui dire ce que la petite devait entendre, pour la première, les paroles semblait la faire réagir et après avoir était libéré de l'arbre par ses chaines, en tomba en sanglots visiblement profondément touché par ce qu'elle venait d'écouter. La tristesse et la colère était grandement perceptible dans le ton de sa voix. Et dans cet état de colère elle hurla des parole offensante à l'encontre de tous le mondes, visiblement insulté la femme sortie un couteau et le plaça sous la gorge de Kiniro la menaçant de la tuer. La situations c'était envenimé aussi rapidement qu'une piqure de scorpion, il fallait agir. Je dégaina mon arme de Tékhos et tira quelques rafales dans les airs. Après que le calme soit revenu, je le pointa sur tous le mondes et les menaça.

-bon on va se calmer, et toi tu lâche ton couteau... MAINTENANT !!   

la j'étais énervé, je me dirigea vers la femme et la somma de reculer, je gardais un oeil sur tous le monde dont certain avait sorti de arcs et des flèches mais gardaient leur distances. D'une main, j'aida Kiniro à se relever et la pris sous mon bras tout en attrapant fermement une de ses chaine afin qu'elle n'essaie pas de s'enfuir et l'emmena avec moi.

-je crois que l'on a fait assez de bêtise pour aujourd'hui, on va s'en aller et vous laisser en paix. TARASIME !! mes affaires sont-elle prête ?

Le chef fit un signe de tête, le médecin s'avança et me dit

-c'est une grave erreur que vous êtes en train de faire, vous allait attirer sur vous la colère des …
-GRENDLE... ! je sais très bien de se que j'ai à faire,RAMÈNE TOI BORDEL!!, pour le moment ma santé est la cadet de mes soucies.

Je parvint à mettre la petite dessus le chameaux et à me placer derrière, sa fait longtemps que j'ai fait du cheval sa doit être comme le vélo, sa ne s'oublie pas. Juste avant de partir, Adebaldor me dit un dernier truc.

-si c'est comme sa..., allait à l'Est, par-là, la sorcière se trouve dans cette direction, souvenez-vous que c'est pas vous qui allait la trouver, mais c'est elle qui va vous trouver. Je vais prier pour vous, adieux.

Je fit un signe de tête et lança le chameau qui parti brutalement mais je parvenais tous de même à le contrôler.

Après deux heures de marche, je commençais à tomber de fatigue, je regardais l'horizon et soudain il devint noire. Je n'étais plus sur le chameau et en face il y avait une falaise, en regardant au bord on ne voyait pas le fond. Un petit rire me détourna l'intention sur une jeune femme dont je ne pouvait voire son visage. Elle me fit un sourire et se pencha dans le précipice et s'y laissa tomber, dans un saut je parvint attraper son poignée et à la retenir, elle n'avait aucunement l'intention de se tenir à moi se qui rendait la tache plus difficile à faire et dans une calme et douce voix elle me dit.

-lâche moi ou tu vas aussi tomber, tu ne peu empêcher ma destiné.
-jamais de la vie !!

le bord de la falaise se craqua et dans un éboulement de pierre, je chuta dans le vide.
L'atterrissage dans le sable étais douloureux, mon cœur battait la chamade et ma respiration était rapide. Je m'étais endormi et j'avais chuté du chameau, je m'étonnais que Grendle ne se foutait pas de moi pour une fois. Je compris pourquoi quand en levant la tête j'aperçus une main tendu pour m'aider à me relever. C'était une femme qui devait avoir le même âge que moi. Je la remercie et voulut me présenter mais elle n'était plus la, elle s'était dirigé vers Kiniro et la regarda un moment dans les yeux. Après de longue secondes, elle se retourna dans ma direction.

-je pense deviner pourquoi vous avez fait tous se chemins pour venir ici, je peu lire dans vos penser M. Kamina et je pourrais peut-être vous aidez. Suivez moi, il y à de quoi se nourrir et se reposer chez moi.

J'ai toujours cette impression de piège, mais je crois que nous avons pas le choix. J'attrape les reines du chameau et le tira dans la même direction prise par l'étrange femme, je crois qu'on la trouvé la sorcière. Je regarda alors Kiniro.

-courage petite, on n'est peut-être bientôt au bout de tes peines.
Journalisée

Kiniro
Humain(e)
-

Messages: 265



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Octobre 04, 2009, 06:03:15 »

Kiniro se calma vite en entendant les coups de feux, sa colère se transformant en crainte, le bruit du pouvoir de son père biologique faisant le même bruit, sauf que ce n'était pas du métal, mais de l'électricité. La jeune humaine sa laissa prendre par Toshiro.

La petite n'avait plus envie de crier contre qui que se soit et perdit tout envie de se battre, retombant dans sa dépression chronique. Elle entendit tous les dire et pensa que son sauveur était soit déterminé, soit complètement barge. Alors que le chameaux partie, elle piqua du nez.

Son sommeil se passa sans rêve ni cauchemar, seul la chute de Toshiro la réveilla, elle put admirer une belle jeune femme, mais son regard avait quelque chose de bizarre, quelque chose d'inhumain, l'esprit de la gamine fut emplie d'une frayeur sans nom, le femme n'était pas un humaine, c'était quelque chose, une créature qui allait sans nul doute la faire encore plus de mal, Kiniro ne pouvait pas bouger, mais l'on voyait sur son visage qu'elle était apeurée, mais son corps restait immobile.

Quand Toshiro s'approcha de la petite humaine, elle se mit à dire complètement paniquée.

- Peur, femme pas humaine, peur,  douleur.

La phrase qu'elle voulait formuler c'était Attention cette femme n'est pas humaine, elle va me faire du mal et en prendre plaisir, ne la suis pas. Aussi était-elle tétanisée de peur quand ils arrivèrent dans le repère de la femme, c'était une maison qui paraissait fort simple, ne possédant pas de grande marque de richesse, une fois à l'intérieur on pouvait voir que la maison, étant enchâssé dans une montagne, se poursuivait par un labyrinthe taillé dans la roche.

Kiniro entendit un courant d'air et une voix l'appelée, aussi elle se débattit de toute ces force pour libérer la chaine que Toshiro tenait, en lui expédiant un coup dans les partie.

Elle courut dans les dédales de roches et arriva dans une salle où baignait une lumière lunaire. Elle sentit une présence et d'un coup ce fut le trous noir.
Journalisée
Toshiro Kamina
Humain(e)
-

Messages: 41



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Octobre 11, 2009, 04:06:47 »

On arrivaient enfin devant la maison de notre hôte. J'avais laissé Grendle vers le chameaux avec pour consigne de le surveiller, j'irais le chercher après.

-Hum, sa me semble coquet ici.

J'étais en train de me réjouir en pensant au repas promit par la mystérieuse femme, mais au faite c'est quoi son noms ? On me laissa pas le temps de lui poser car Kiniro commencer à tirer sur sa chaine et elle bredouillait quelque chose. En me rapprochant d'elle pour essayer de mieux entendre ce qu'elle voulait dire, mais je reçus un coup vraiment bas. Un coup comme ça je n'avait pas pris depuis que j'étais au lycée. Avec un réflexe j'appuyai la où sa faisait mal et tomba à genoux, la petite en profita pour filait par un espèce de chemin rocheux qui faisait penser à un labyrinthe de contes de mythologie grec.

En proie à la douleur, la sorcière revint sur ses pas pour voir pourquoi on ne la suivait pas. Je tenta de lui dire que la petite étais parti par ce chemin mais toujours souffrant je ne put articuler normalement tout en pointant du doigt la direction.

-ouf... là ! … huf...?!? souffrir !!!

-il faut pas y aller, elle est perdue, le minotaur la surement déjà tué.
-je te demande pardon ??

la voix m'étais revenue. Toujours sous le coup de la souffrance je parvint à me lever et je me dirigeait vers le chemin de pierre. La jeune femme tenta de me retenir, elle disait que c'était trop dangereux, mais comme je ne réagissait pas elle en décida autrement.

-bon comme tu veux pas venir je n'ai qu'à te bouffer ici !

Sur ses mots, je vit alors que la mâchoire de la jolie femme se distordait de manière vraiment effrayante puis elle sauta sur moi pour me m'arracher la gorge comme si c'était un chien. Heureusement c'est mon bras qu'elle mordit à pleine dent. Je parvint à lui coller une balle dans la tête pour qu'elle me lâche et m'enfuis aussitôt, mais qu'est ce que c'est que ce truque ?? elle me poursuivit jusqu'à l'entrée du labyrinthe. Il faut plus qu'un pruneau dans la tronche pour la calmer où quoi ? Visiblement elle avait pas du tous envie de me suivre dans ce dédale de pierre et j'allais pas m'en plaindre. Sur certain mur il y avait de vielle torche et elle prenait feu plutôt bien, je vais les utiliser pour retrouver mon chemin. Armé de mon pistolet, d'une torches et après avoir panser mon bras, je me lança à la recherche de Kiniro tous en allumant les torches au fur et à mesure que j'avançai dans le couloir,celui-ci commençait à s'éclairer aux furent et à mesure que je m'enfonçais dedans.

Bout d'une demi heure de marche un bruit similaire à un cri de bête me fit froid dans le dos, pourvut qu'elle va bien, je devait me retenir pour ne pas laisser l'inquiétude m'envahir mais c'était difficile. Je trouva une sorte de salle dont le trou au plafond laissait la lumière de la lune inonder la pièce, sur les coter on apercevait des fragments d'armure appartenant à des soldats surement tué par cette chose et au centre il y avait !?!...

-Kiniro !!

la petite étais couché au centre de la pièce. Je courre vers elle et je la prend dans mes bras pour pouvoir la ramener. On pouvait sentir dans sa respiration qu'elle allait bien.

-ouf... tu m'en auras fait voire de toute les couleurs toi, hein ?

Je me sentait rassuré quand elle ouvrit les yeux. Mais le calme dura qu'un cour instant, car le bruis de toute à l'heure raisonna juste à l'entrée et une ombre monstrueuse je dirigeait vers notre direction. Vite je me planque dans un coin pour observait le monstre à l'abri de son regard. La créature devait mesurer entre trois mètre à trois mètre cinquante, un épais pelage de couleur brunâtre couvait tous son corps et une tête de taureaux surplombait une paire de bras musclé.
La massive créature se dirigea vers le centre de la salle et commença à tourner la tête à gauche et à droite comme si elle cherchait quelque chose. Au bout d'un certain temps elle s'énerva et poussa des cris de colère. Je regarde la petite Kiniro dans les yeux et lui dit dans l'espoir qu'elle suivrait, c'était très risqué.

-écoute moi bien! Je vais détournait l'intention de cette créature et je veux que tu reste caché ici, tu ne fais pas de bruit, ok


avec un sourire dès plus rassurant que je pouvais faire et un clin d'œil, je sort de ma cachette et me dirige vers le minotaure. Je savait pas quoi faire, mais fallait faire quelque chose. Je pousse un cri pour attirer son intention sur moi qui était aller dans un coin de la salle totalement à l'opposé de  l'endroit où était caché Kiniro. La créature parla dans un dialecte dont je ne comprenais pas et comme je le répondais pas, il s'énerva et me chargea la tête en avant. Je pus faire un bon sur le coter et roula sur le sol pour me remettre debout. Je pointa mon arme sur elle et au moment je voulut tirer, la créature revint sur moi. Ce coup je pris un coup dans les côtes et vola plus loin tirant un coup de feu dans les airs. J'avais le souffle un peu coupé mais j'allais encore bien. Quand le minotaure me souleva pour me broyer les os avec ses grandes mains, je me retrouva à sa hauteur et je put lui poser sur son front mon pistolet et tira plusieurs cartouches dans sa tête. La bête s'écroulât me projetant plus loin. Je l'ai, enfin j'y ai cru car il se releva et plus énervé que jamais, il agrippa une poutre ou un truc du genre et commença à le faire aller dans tous les sens et à cogner tous dans la salle. Je parvenait à l'éviter mais là ou il tapait cela mettait Kiniro en grand danger. Je regarde un pilonne fragilisé avec le temps et une idée me vint. Tout en triant en l'aire et en criant je parvenait à l'attirer la ou je voulais. Arrivé vers le pilonne, je réussi à le faire frapper dedans mais un revers de son arme me toucha violemment et m'envoya loin juste assez pour ne pas être pris par l'éboulement provoqué qui le bloqua là dessous. J'étais coucher et je souffrais affreusement aux côtes mais je parvint à me relever, Arg je crois qu'il y à une ou deux de brisé. Je voyait Kiniro de loin et elle me semblait très, mais j'en étais pas sur. Le monstre respirait encore mais il était dans un sale état, en le regardant dans les yeux, on pouvait voire qu'il souffrait et qu'il avait plus pour longtemps, je ressentait de la pitié pour ce qui devait surement être un animal qui se sentait peut-être en danger. Je ramasse alors se que je croit être une hache et avec un coup puissant coup j'achevai la bête, c'était tous se que je pouvait faire.

-voila, repose en paix à présent.

Une étrange lumière apparu derrière moi, c'était Kiniro. Je ne savait pas se qu'il était en train de se passer je voulut m'approcher mais ma douleur m'en empêchait et rendait mes mouvements très difficile à surmonter, je ne pus que être qu'un spectateur à ce spectacle qui restera à jamais dans ma mémoire.

Les chaines de Kiniro étaient à l'origine de la  source lumineuse, elles se détachèrent soudainement et vola autour de la petite. Après un certain temps suspendu dans les airs, les chaines se jetèrent sur la pauvre petite pour s'enfoncer dans ses yeux, dans sa poitrine au niveau du cœur et dans son dos. La dernière s'enroula autour d'elle et s'illumina d'une lumière flamboyante. J'ai dut détourner mon regard pour ne pas être aveuglé. Quand la lumière s'en alla enfin, je pus apercevoir que la petite avait disparu et une étrange personne avec quelque chose qui ondulait autour d'elle était présente. Les chaines avait disparu sauf une qui alla se poser sur son visage et se transformer en masque.
Je voulut aller vers elle mais la douleur me fit perdre l'équilibre et je chuta fortement sur le sol, j'étais pris de panique.

-KINIRO !!!
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox