banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible!

Vous pouvez y accéder ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Les Liens Du Sang [Vanillia Warren - Asshaï Warren]  (Lu 492 fois)
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3339



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« le: Octobre 25, 2017, 12:48:13 »

La calèche traversait laborieusement le canyon escarpé, filant le long de montagnes austères et redoutables. Il était très déconseillé de quitter les sentiers sécurisés. Wyverns, manticores, kikimorrhes jaillissant des grottes, hantaient cette région. Jadis dominés par les nains, le Cercle-De-Fer, comme on les appelait, étaient désormais une région ashnardienne de premier plan sur les questions économiques. Un endroit dangereux, mais très prolifique, car, à l’intérieur du Cercle, on trouvait quantité de carrières, de gisements de matières premières et précieuses. Cristaux de mana, nickel, pierre, fer... Chaque jour, des charretiers convoyaient des tonnes et des tonnes de blocs de pierre, qui servaient à fortifier les solides châteaux impériaux, ou à renouveler les stocks de munitions pour les catapultes ou les trébuchets. Les lingots de fer, eux, servaient à forger les armes et les armures de l’Empire. Le Cercle-De-Fer était donc un endroit très riche, bénéficiant de redoutables gardes, des hommes musclés en armure épaisse, qui protégeaient la région contre les monstres, notamment les putréfacteurs et les goules qui jaillissaient des profondeurs des grottes pour s’en prendre aux mineurs.

Le Cercle disposait toujours de puissantes compagnies naines, et, pour le peu que Mélinda en savait, le Cercle disposait d’un syndicat de nain influent. La fameuse Banque Vivaldi, spécialisée dans la protection économique des nains, disposait d’une agence ici. Pour autant, la région n’était pas sous le contrôle des nains, mais sous celui d’une puissante vampire. Une vampire indépendante, vieille de plusieurs millénaires, et qui régnait sur ces terres d’une main de fer. On disait notamment qu’elle avait réinstauré le droit de cuissage. De grands clans vampiriques la courtisaient régulièrement, comme le clan Dowell, mais, à l’instar du duc de Castlevania, cette vampire restait inflexible.

Mélinda revenait justement d’un voyage à Castlevania, où elle avait, contre toute attente, réussi à obtenir du duc son allégeance à son clan*. Une situation inédite, car le duc avait toujours refusé de s’affilier à des clans. Mélinda avait même appris, par l’intermédiaire de Samara, que cette alliance avait été discutée lors d’une session du Conseil Impérial. Castlevania était en effet un énorme château, solide et puissant, qui avait toujours conservé son indépendance vis-à-vis des clans. Mélinda n’avait toujours pas spécialement compris les motivations du duc, mais elle soupçonnait qu’il y avait un lien entre cette allégeance et l’étonnant message qu’elle avait reçu... Et qui émanait de la « Reine du Cercle-De-Fer ».

« Enfin, nous avons ramené tes barriques, ma chérie, ce sera un précieux cadeau pour les nains. »

L’invitation concernait Mélinda et sa femme, Vanillia. Pour l’occasion, Vanillia avait affrété plusieurs chariots abritant son vin, afin de l’offrir aux nains du Cercle, en signe de paix. Mélinda était assez nerveuse et excitée, car on racontait quantité de choses sur cette vampire, notamment qu’elle était une experte en magie rouge, la magie du sang, magie dont les vampires avaient une affinité naturelle.

Finalement, leur convoi atteignit l’autre côté du dédale, et Mélinda put voir une énorme ville, bâtie au centre du Cercle, entourée par des remparts hauts cerclés de solides tours. Des démons volants, ressemblant à de grosses gargouilles vertes, volaient en hauteur, et, tout le long du Cercle, Mélinda pouvait voir des fortins, des hameaux locaux, abritant les installations des mines. Une très vaste vallée industrielle, avec, en son centre, un château colossal, qui se dressait fièrement.

« Eh ben... Nous jouons dans la cour des grands, amour. »

Plusieurs cavaliers escortaient le convoi, les dirigeant vers la cité, qui avait conservé son appellation naine, Khazid Urbaz. Mélinda se retourna vers Vanillia, et lui sourit, avant de l’embrasser sur les lèvres.

« Je suis sûre que tout se passera bien, mais... Personne ne connaît les motivations politiques de la Reine-De-Fer, comme on l’appelle. Elle s’exprime publiquement peu. »

Mélinda était, pour le coup, très loin de se douter de la vérité... Elle était bien loin de se douter que la puissante Reine, la Reine Asshaï, partageait avec elle un lien très intime...



* : Cf. RP « Entretien avec un vampire ».
« Dernière édition: Novembre 13, 2017, 02:22:25 par Princesse Alice Korvander » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 94


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Octobre 26, 2017, 12:51:45 »

Après la rencontre avec le duc de Castlevania, les choses ne semblaient plus s’arrêter. En effet, peu de temps après Mélinda avait reçu une intriguante missive venant d’une autre dignitaire de la région. Et pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agissait de l’énigmatique mais crainte « Reine du Cercle-De-Fer ». Ce fut très étonnant de recevoir un tel message venant de la part d’une telle personne mais, il ne fit aucun doute que le rapprochement du clan Warren avec celui de Castlevania avait été en partie la cause. Qu’en pensait Vanillia ? Tout simplement que c’était une occasion en or d’augmenter la notoriété et la puissance du clan. Après tout, elle s’était mariée à Mélinda aussi pour ce but ; gagner en pouvoir et en richesse. Construire un clan durable et puissant, et laisser une marque dans ce monde. Mélinda avait particulièrement le sens des affaires et du relationnel, et par ce fait, il ne faisait aucun doute qu’elle savait faire les bons choix.

Vanillia ne la questionna donc nullement quand elle accepta l’invitation de la dignitaire. Cependant pour une telle personnalité, il fallait effectuer certaines préparations. On n’allait pas voir une telle personne les mains vides ! Pour cette raison, les distilleries de Vanillia durent produire un vin de saison de la meilleure qualité qu’il soit ! Plus précisément d’une qualité encore plus supérieure à ce qu’elle faisait déjà. Un vin unique et fait sur-mesure mais qui n’allait pas directement tomber entre les mains de l’intéressée. Le but était d’offrir un gage de bonne foi aux nains habitants la région. C’étaient bien eux le seul problème car c’étaient eux qui contrôlaient et dominaient la région, sous la coupe de la régente vampirique. Donc, ce cadeau leur était destiné. Vanillia aurait tout de même souhaité en offrir directement à l’intéressée mais, si sa femme avait jugé que cela n’était pas nécessaire alors, elle était de cet avis.

Néanmoins le trajet n’en fut pas moins éprouvant. Non seulement l’accès y était dangereux, en raison de reliefs escarpés et autres particularités de terrain. C’était une région industrielle et minière, un véritable poumon économique pour les nains. Riche mais pas très agréable ... Ce n’était pas comme si les nains accordaient de l’importance à l’esthétique, après tout. Mais après de longues heures, le couple put enfin apercevoir l’immense et impressionnante forteresse. Un petit moment de pression s’empara de Vanillia en voyant une telle scène ; elle sentait une certaine pression sur ses épaules et celles de sa femme. Ce n’était pas n’importe quelle dignitaire à qui elles allaient avoir affaire. Il s’agissait d’une des plus puissantes vampires qu’il soit. Une femme maitrisant, de surcroit, l’hémomancie.

Vanillia était restée un peu silencieuse durant le voyage, c’était sa façon de gérer le stress. Mais, quand son épouse vint lui sourire et lui donner un baiser, elle ne put le refuser. Avec douceur elle cajola ses lèvres par les siennes, et cela sembla lui redonner un peu de couleur au visage. Elle baissa son regard puis serra tendrement la main de Mélinda dans la sienne. « Même si on en sait peu, je suis sûre qu’on parviendra à bien représenter notre clan. À deux, on est imbattables. » Dit-elle en souriant doucement. De ça, elle n’en avait aucun doute !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3339



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #2 le: Octobre 26, 2017, 10:41:40 »

Jadis, le Cercle avait été un petit royaume nain. Mélinda avait raconté l’histoire à sa femme en chemin. Un royaume dont il restait encore les forteresses naines, se dressant dans les roches ou à la surface. Le royaume avait combattu les Ashnardiens, et, même après sa chute, les nains avaient mis longtemps à s’incliner. Asshaï avait fini par venir, et avait réussi à mettre fin aux émeutes et aux révoltes continuelles. Comment ? C’était une grande question, sur laquelle quantité de réponses différentes, et parfois contradictoires, circulaient. On disait qu’Asshaï avait fait preuve d’une cruauté sans nom, qu’elle avait usé de ses pouvoirs magiques. Même Samara n’avait pas pu longuement renseigner Mélinda sur la femme, lui ayant juste dit que sa dernière intervention datait de l’époque de la Guerre Civile du Roi Cramoisi, où Asshaï avait soutenu les rebelles. Cependant, Mélinda avait senti que Samara ne lui avait pas dit toute la vérité, mais l’Archimage l’avait volontiers encouragé à y aller. Et, de la même manière, le duc de Castlevania, Richard, avait été des plus évasifs, se contentant de confirmer qu’il obtenait des armes depuis le Cercle, et que la Reine valait le détour.

Mélinda soupçonnait en tout cas que les corporations naines voudraient décrocher un contrat entre le clan et eux, afin d’obtenir des bouteilles de vin. La vampire n’y était pas du tout hostile, et, pour l’heure, elle oscillait entre sa femme et l’observation des lieux. Vanillia, aussi sceptique qu’elle, tâchait toutefois de se montrer rassurante sur ce qui allait leur arriver. Après tout, elles avaient réussi à convaincre Richard de lui prêter allégeance.

« On déplace des montagnes ensemble, tu as raison... Mais ça reste tout de même intrigant. »

Pourquoi cette femme, qui semblait si populaire au sein de la noblesse impériale, ne venait jamais à la capitale ? L’endroit n’était pourtant pas très beau. Le chariot se rapprochait de la ville centrale, et Mélinda put voir une série de croix tout le long du mur, au sol, avec, ici et là, des crucifiés portant, sur le corps, des pancartes signalant leurs crimes. « VOL », « MEURTRE », « PÉDOPHILE »... D’autres étaient retenus à des gibets, suspendus en l’air.

« Elle règne d’une main de fer... »

Les portes s’ouvrirent, et le duo entra dans une grande ville, très nerveuse, avec beaucoup d’échoppes, d’ateliers, de forges, et d’armureries. On entendait le rutilement du métal, le claquement du marteau forgeant des lames, maçonnant des armures... Les grandes places de la ville étaient envahies de charretiers déposant des minerais. Sur une estrade, Mélinda vit une scène de pendaison, avec les corps de quatre pendus qui flottaient en l’air. Signe de la cruauté propre à chaque individu, des enfants s’amusaient à balancer à ces corps exsangues des pommes pourries, ricanant grassement.

Et, du coin de l’œil, on pouvait voir l’immense château de la Reine. Un donjon immense, hérissé de gargouilles et de pointes acérées. Mélinda constata alors que les gargouilles qui flottaient en l’air étaient celles de ce château, se posant régulièrement pour reprendre leurs formes de statues. Une muraille interne séparait le château de la ville, le château étant surélevé de plusieurs mètres. Longeant ce dernier, il y avait une grande arène, fermée en ce moment. Le chariot continua à s’avancer, longeant le rempart interne, jusqu’à s’approcher d’un corps de garde, qui s’ouvrit en grand sur une piste en pierre remontant jusqu’à la cour interne du donjon. De simples gens marchaient le long d’arcades à gauche et à droite, et il y avait de nombreux gardes, des humains dans des armures solides. Mélinda, toutefois, nota rapidement leur sang particulier.

« Ce sont des goules... »

La goule était un mot ayant plusieurs sens. Traditionnellement, on désignait par « goule » un monstre nécrophage attiré par la putréfaction... Mais, dans le sens vampirique, la « goule » était un serviteur, quelqu’un qui obéissait pour un vampire, dans un état proche d’un mort-vivant.

Finalement, le duo rejoignit le hall central, et Mélinda sortit la première, tendant sa main vers Vanillia.

« Ne la faisons pas attendre... »

Le hall était typiquement de construction naine, immense. Mélinda s’avança, main dans la main, vers une grande porte avec un perron. La porte s’ouvrit alors, et la vampire s’arrêta, avant de voir une silhouette descendre, seule... Portant un long châle transparent, et un corps d’une incroyable blancheur.

La Reine Assheï leur faisait face, nue, ne portant que son châle dans son dos, dessinant une longue cape. Mélinda resta silencieuse pendant quelques secondes, en sentant un étrange frisson la traverser.

*Ce... Cette sensation, ce sang...*

On dirait... Le sien ! Interdite, Mélinda resta muette, pendant que la Reine s’avança, délaissant son châle.

« Vous voilà enfin ! s’exclama-t-elle, sa main droite venant caresser le visage de Vanillia, la gauche celle de Mélinda. Et votre réputation ne vous fait pas honneur ; vous êtes encore plus belles que ce qu’on dit... Maintenant, agenouillez-vous, et embrassez mes mains. »

Et cette voix... Elle était mélodieuse, mais sonnait comme un ordre impératif. Confuse, Mélinda se retrouva à genoux, et embrassa la main qui lui était tendue...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 94


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Octobre 29, 2017, 03:33:20 »

Il était vrai que l’atmosphère régnant dans cette cité n’était pas des plus accueillantes. Rien qu’en observant les corps suspendus à des croix, et leurs pancartes, on pouvait deviner à quel point la justice était très mordante ici. Vanillia en déglutit rien qu’en voyant un tel spectacle. Pourquoi la reine de cette région désirait les voir ? Quelle sombre idée avait traversé cette femme ? Si cela se trouvait, c’était un piège ... Mais pourquoi ? Toute la question résidait, au fond, dans les intentions réelles de cette entrevue. Et ça, il n’y avait qu’un seul moyen de le découvrir. A leur risque et péril, le couple vampirique allait découvrir la vérité. Le chariot fit une petite traversée de la ville avant d’arriver au château de la régente. Mais sur le chemin, Vanillia put voir autant de scènes peu ragoutante – comme des pendaisons ou autres – que des scènes plutôt banales. Ce qui la réconfortait, quelque part. Au moins, ils n’étaient pas complètement barrés, ici.

Le chariot finit par pénétrer l’enceinte du château, et Mélinda indiqua alors que les gardes étaient des goules. Ce qui étonna grandement son épouse qui les regarda. D’ordinaire, une goule était ... Un tas de chair en décomposition. Mais visiblement il y avait plusieurs définitions et versions de cette créature. Vanillia avait encore beaucoup à apprendre sur le bestiaire de toutes ces créatures. Mais heureusement Mélinda était là pour être sa professeure. Quoiqu’il en fut, elles pénétrèrent dans l’enceinte de la forteresse, et atterrirent rapidement dans un hall central, comme une espèce de cour interne. C’était là où on débarquait de sa carriole, et c’est ce que fit Mélinda. Sortant la première, elle tendit sa gracieuse main à son épouse qui la saisit, sortant à son tour. Main dans la main, les deux vampires s’avancèrent. Elles se portaient courage mutuellement, et savoir que l’une était à portée de main de l’autre, ça avait quelque chose de rassurant, quelque part.

Mais la réalité, c’était qu’il ne fallait pas avoir peur. La rationalité disait, dans cette situation, que si la régente de cette région les avait convoqués toutes les deux, ce n’était pas pour les exécuter. Il y aurait beaucoup trop de répercussions à cela, maintenant que leur clan avait scellé de bonnes alliances. Et le fait que cette invitation avait eu lieu juste après l’alliance conclut avec le duc de Castlevania en disait un peu sur les motivations de cette femme. Néanmoins, le meilleur moyen de tirer ça au clair était encore la confrontation. Et ce moment n’allait pas tarder à arriver puisque Mélinda comme Vanillia entrèrent finalement dans la grande demeure de la reine Asshaï. Et quand elles furent dedans, elles furent directement accueilli par la maitresse des lieux, qui semblaient les attendre là. Le regard de Vanillia se posa sur le corps ... Particulier de la femme. Un quelque chose d’étrange, de très mystérieux mais attirant se dégageait de son corps.

Elle était nue, sous un châle transparent et très fin. Et, ensuite, une autre sensation encore plus étrange traversa Vanillia. Une impression familière, une sensation qui provenait d’une couche bien plus profonde que l’apparence. Quelque chose dans le sang. Vu la mine de Mélinda, celle-ci avait également senti ça. On aurait que le sang de la reine Asshaï était ... Comme le leur. Ce qui était extrêmement déroutant. La vampire fronça légèrement les sourcils, puis sembla se détendre subitement quand la reine, délaissant son châle, s’avança au plus près d’elle avant de poser une main sur chacune des deux vampires. L’ordre qu’elle donna fut encore plus étrange car, techniquement, ni Mélinda ni Vanillia n’étaient vassales de cette femme. Et pourtant, étrangement, elles sentirent l’urgence, l’obligation d’obéir. Elles étaient comme en transe. Vanillia se mit humblement à genoux, puis saisissant la main de la reine, déposa un baiser dessus.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3339



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #4 le: Octobre 29, 2017, 05:47:58 »

Qu’est-ce qui lui arrivait ? Mélinda n’arrivait pas à comprendre l’engouement soudain qu’elle ressentait, ce trouble. Agenouillée devant Asshaï, elle essayait de lutter, en puisant dans toutes ses forces, mais son corps refusait de lui obéir.

*Non, se corrigea-t-elle rapidement. Pas mon corps. C’est…*

C’est son sang ! Son sang, qui la trahissait, son sang qui ne lui obéissait plus. Elle posa ses lèvres sur la main tendue d’Asshaï, tout comme Vanillia sur l’autre paume de la Reine-de-Fer, et en profita pour lever les yeux. Elle vit alors que les pupilles d’Asshaï étaient sanguinolentes, et la jeune Reine se mit à sourire, visiblement amusée par la situation. Mélinda, elle, fronça les sourcils, et chercha même à mordre sa paume, mais ne fit que poser sa langue sur la peau claire et douce d’Asshaï, la léchant fortement.

« Tu as envie de me mordre, je le sens… Ta volonté est admirable, Mélinda, mais elle est bien inutile. Je dois admettre que… C’est décevant. »

Soudain, le sortilège se rompit, et Mélinda sentit son rythme sanguin revenir à la normale, pendant qu’Asshaï se retournait. Se sentant comme épuisée, Mélinda posa ses mains au sol, de la sueur coulant le long de son visage. Elle avait l’impression que son cœur était sur le point d’exploser, et claqua nerveusement des dents.

« Que… Qu’as-tu fait… ?
 -  Tu veux jouer dans la cour des grands, Mélinda, mais tu n’as jamais appris à maîtriser tes pouvoirs de magie rouge. Quelle chance crois-tu donc avoir contre les Nefarius en étant si pathétiquement faible ? »

Mélinda serra les dents, furieuse, les joues s’empourprent.

« De quel droit est-ce que tu… ?! »

Elle allait s’énerver, mais Asshaï la regarda encore… Et, au-delà même de la magie, Mélinda ressentit encore cette étrange sensation en la voyant. Qu’est-ce qui se passait ici ? La femme les regarda brièvement, délestée de son châle, nullement gênée d’être nue.

« Vous maîtrisez toutes les deux la magie rouge à des degrés divers. Toi, Mélinda, en ressentant le sang des autres à un niveau impressionnant, et toi, Vanillia, avec ce que tu portes entre les cuisses. Mais vous ne vous êtes jamais entraînées sérieusement. C’est inacceptable, quand on prétend vouloir gouverner un grand clan, Mélinda ! »

Cette manière de lui parler, de lui rabrouer… Mélinda aurait sorti les griffes à l’encontre de n’importe qui, mais, là, face à Asshaï, elle se sentait… Honteuse. Comme… Comme une petite fille face à sa mère, en réalité.

« Ce… Qui es-tu… ? »

Asshaï sourit légèrement.

« Tant de questions… Allez, suivez-moi, mes petites ! »

La Reine grimpa alors les marches en sifflotant, dodelinant de la tête, ressemblant presque à une gamine. Mélinda, confuse, regarda brièvement sa femme. Regrettait-elle maintenant d’être venue ici ? Mélinda ne s’était vraiment pas attendue à ça, mais… Sans pouvoir se l’expliquer, elle avait vraiment l’impression de connaître cette femme. Cette sensation était très déstabilisante, et elle finit par hausser les épaules.

« Je veux tirer ça au clair, Vanillia. Allons-y. »

Asshaï marchait gaiement, gloussant presque en s’aventurant dans des couloirs tapissés, griffant les murs. Les deux femmes finirent ainsi par rejoindre Asshaï en allant au bout d’un grand couloir, et traversèrent une grande porte à double battant.

Elles n’étaient pas entrées dans la salle du trône, mais dans une grande chambre. Asshaï était lascivement allongée sur le lit, et se redressa ensuite, s’asseyant sur le bord.

« Bon, alors… J’imagine que vous ne connaissez pas les habitudes, ici, mais, si vous voulez que je réponde à vos questions, il y a une règle très simple… Il faut m’offrir un orgasme. »

Mélinda cligna des yeux, toujours aussi surprise. Cette femme était-elle sérieuse ?

« Ce… C’est une plaisanterie ?
 -  Pas du tout ! Mes méthodes peuvent vous sembler curieuses, mais… J’aime le sexe, tout simplement. Enfin… En signe de bonne volonté, je réponds à la première de vos questions. »

Fronçant les sourcils, Mélinda réfléchit pendant quelques secondes, et finit par parler :

« Qui es-tu ?
 -  Je suis ta mère, Mélinda » répondit tout aussi rapidement Asshaï.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Asshaï Warren
Créature
-

Messages: 18


Comtesse Warren


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Novembre 13, 2017, 02:55:36 »

Maintenant que les masques tombent, il sera plus simple de négocier avec elle. Alors que Mélinda ouvra la bouche de surprise. Il ne fallait pas tourner autour du pot, je me devais d'être franche mais serait elle assez forte pour moi? Je me devais le savoir et surtout qu'elle tient un bordel de grande envergure, elle devait connaître les plaisirs de la chairs et puis sa compagne... Qu'elles sont belles. Je suis heureuse qu'elles soient là à mes cotés.

- Enfin ta mère, ta mère... Je suis ta mère vampirique. Dans tes veines, c'est mon sang qui coule. Je suis persuadée que tu le sens au plus profond de toi, Mélinda.

Alors que je m'assois sur l'immense lit, je regarde les deux jeunes femmes, hésitantes mais curieuses, devaient elles partir ou connaitre le fond du problème. L'attente me faisait rugir intérieurement et je trépigne d'impatience. Voir Mélinda et Vanilla devant moi avec l'air quelque peu hésitante m'énerve...

- Bon, soit vous venez de votre pleins gré...


Je tends la main droite vers eux, paume ouverte que je rétracte légèrement et rapidement, obligeant les deux amantes d'avancer d'un petit pas.

-... ou je vous force à venir ici, mais dans le dernier cas, je serais intransigeante... Même envers toi ma fille.

N'attendant pas leur réponse, je me retourne sur le lit à quatre pattes et je le remonte doucement, telle une panthère, j'ondule doucement du bassin pour attirer le regard sur ma croupe et lorsque j'atteins les coussins en tête de lit, je me couche, les jambes légèrement pliées et entrouvertes vers la jeunesse. Je passe mes mains sur le tissus de soie qui sert de couverture mais dans ma chambre, il faisait agréable qu'importe la météo à l'extérieur. Il faut dire que chaque partie de ma chambre a été sélectionnée avec la plus grande attention qu'il se devait à une chambre de Comtesse, de la forme de la porte jusqu'au placement des armoiries. Même la cheminé était une sélection pour que la pièce subissent la même quantité de chaleur. L'impatience gagnait encore plus de terrain sur ma raison.

- L'échange est correcte non? Un orgasme, une réponse!!! On s'amuse entre nous et je serais un livre ouvert pour vous deux... Oui même toi Vanilla, malgré tout, tu es liée à ma fille. Maintenant, venez ou vous le paierez cher votre hésitation...

(HJ: Réponse très difficile car les actions de Asshaï étaient déjà bien lancées par Mélinda)
Journalisée

La mémoire contrefait plutôt l'esprit qu'elle ne le supplée : mille souvenirs ne donnent pas une pensée.
Les femmes viennent de Vénus, les vampires de l'Enfer.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 94


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Novembre 19, 2017, 05:20:14 »

La situation était des plus étranges qu’il soit. Vanillia n’avait jamais vu sa femme se soumettre de cette façon, se taire de la sorte. Que lui arrivait-il ? Et pourquoi cela semblait également s’appliquer sur elle-même ? Pourquoi le couple Warren ... Se soumettait face à cette femme ? La vampire doutait qu’il s’agissait de son rang. Mélinda n’était pas du tout du genre à plier l’échine aussi facilement, même face à une reine de son acabit. C’était autre chose. Et il fallait être aveugle ou bête pour ne pas se douter, un minimum, que c’était une affaire de sang. Pourquoi ? Vanillia avait senti cette tension sanguine, et le fait que la reine Asshai était en train d’utiliser la magie rouge. Ce fut prouvé quand elle relâcha son emprise sur Mélinda et elle ; les deux femmes avaient le cœur qui battait à toute allure.

(Qu’est-ce que ?!) Pensa alors la vampire, reprenant lourdement son souffle. Puis, la reine devant elles expliqua finalement qu’elles maitrisaient elles aussi la magie rouge, mais à des degrés différents. Bien qu’elle ne comprît guère l’allusion à son sexe et son lien avec cette magie, Vanillia fronça quand même les sourcils. Cette femme les narguait, elle était presque en train de leur faire la morale ! À quoi rimait tout ceci ? La vampire commençait vraiment à se demander s’il fallait rester ou non. Cependant, elle fut rapidement éclairée sur le sujet car sa femme lui déclara vouloir tirer tout cela au clair. Asshai était partie devant elle, l’air assez sûre d’elle. Elle ne faisait pas ça pour rien, tout était calculé. Vanillia regarda Mélinda puis hocha la tête, étant sur le même esprit qu’elle.

« Oui, je suis également curieuse de connaitre la vérité ... » Répondit-elle, s’avançant alors avec Mélinda. Le couple vampirique était en droit de se poser toute une multitude de question, mais elles n’étaient clairement pas prêtes à la révélation qui s’apprêtait à être faite. En effet, quand Vanillia et Mélinda finirent au bout d’un long couloir, passant une double porte, elles atterrirent dans une chambre. Une vaste, luxueuse et riche chambre, où la reine Asshai était là, allongée sensuellement sur son grand lit. A leur arrivée, elle se redressa et prit assise au bord, les toisant du regard toutes les deux. Vanillia sentait une tension, pas spécialement mauvaise, mais une tension quand même. Cette femme était défectivement en train de leur cacher quelque chose. Ses intentions ? Ou ... Sa vraie nature ? Qui savait.

Puis, quand elle déclara qu’il allait falloir lui offrir un orgasme pour qu’elle réponde à toutes leurs questions, la surprise fut au rendez-vous. Vanillia écarquilla ses yeux, mais laissa sa femme parler. Asshai offrit une première question, à laquelle Mélinda saisit l’occasion pour connaitre l’identité réelle de cette femme ... Puis, ce fut le plus grand choc de la journée. Mélinda dut être terriblement affectée par cette révélation que même Vanillia ressentit le trouble dans son sang, dans son rythme. Du fait de leur union vampirique, elle disposait du même rythme cardiaque que sa femme, à tout instant. Et, le fait qu’elle se mit à haleter, à sentir son cœur battre très, très fort, lui indiqua l’état de sa femme. N’ayant le temps de rien dire, Vanillia ne put s’empêcher de poser son regard sur la délicieuse croupe d’Asshai quand celle-ci se mit à quatre pattes pour remonter le lit.

Cette femme était donc ... Sa belle-mère. Voire sa mère en quelques sortes, puisqu’elle partageait le sang de Mélinda, donc le sien ? En tout cas, Vanillia fut presque hypnotisée par un si beau corps et une si belle croupe, mais elle revint rapidement à elle, quand la maîtresse des lieux exigea de passer à l’action.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3339



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Novembre 19, 2017, 08:09:35 »

Sa... Sa mère ? Là... Là, ça faisait beaucoup trop à avaler ! Mélinda resta muette de stupeur devant le lit, entrouvrant les lèvres, essayant de comprendre ce que tout cela signifiait. Bien sûr, Asshaï n’était pas sa mère biologique, sa mère humaine, puisqu’Elizabeth était morte en la mettant au monde, mais... Elle était celle qui l’avait mordue, celle qui avait fait de Mélinda une vampire. Quand Mélinda repensait à ce moment, à la séquence où elle avait été vendue par son père à d’autres familles, et où elle avait été transformée en vampire, elle était incapable de se rappeler qui l’avait mordu. Elle avait demandé à Samara de faire des investigations, mais cette dernière n’avait pas pu obtenir grand-chose. Tout cela remontait à plusieurs siècles, et le vampire ayant transformé Mélinda avait choisi de rester discret, ce qui pouvait aisément se comprendre. Le père de Mélinda, Adam Warren, avait fait partie des plus fervents soutiens du Roi Cramoisi, un Empereur dément qui avait plongé l’Empire d’Ashnard dans le chaos, et au bord de la banqueroute en organisant des recherches archéologiques dispendieuses et des guerres excessivement onéreuses.

Il fallait se replonger à l’époque, où tout avait été confus. Mélinda avait cherché son géniteur vampirique, mais avait, peu à peu, oublié cela. Et voilà donc que cette femme, devant elle, Asshaï, aussi belle que puissante, lui affirmait être sa mère. Elle leur montra ses fesses, avant de se coucher lascivement sur son grand lit, et les incita à venir.

« Mais... »

Confuse, Mélinda aurait sûrement, d’autres circonstances, sauté sur l’occasion, vu le corps parfait d’Asshaï, mais là, elle peinait encore à comprendre ce qui lui arrivait. Mélinda devait mettre de l’ordre dans ses pensées, et, brusquement, elle tomba en avant, et finit à genoux sur le sol, mains sur le lit, en sentant encore la redoutable magie rouge d’Asshaï.

« D’a... D’accord, A-Asshaï... »

Mélinda se déglutit, se releva, et commença à tirer sur le lacet noir de sa robe. Cette dernière tomba rapidement au sol, et elle finit avec une petite culotte verte, le reste du corps nu. Mélinda grimpa alors sur le lit, à gauche d’Asshaï, et se pencha vers elle, s’allongeant contre son corps. Sa main se posa sur son épaule, remonta sur son visage, et elle se pencha encore vers elle, allant l’embrasser tendrement. La vampire peinait encore à croire que cette femme puisse }vraiment être sa mère, mais, alors qu’elle l’embrassait, la vampire perçut clairement quelque chose de similaire chez elle. Instinctivement, elle savait que la Reine du Cercle-De-Fer disait la vérité.

Le baiser s’éternisa volontiers, et Mélinda le rompit ensuite, avant de caresser le corps de la femme.

« Tu... Tu es vraiment ma mère ? »

Asshaï le lui avait déjà dit, bien sûr, mais... Mélinda avait tout simplement encore du mal à encaisser le coup !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Asshaï Warren
Créature
-

Messages: 18


Comtesse Warren


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Novembre 21, 2017, 09:36:33 »

Il y avait une ambiance lourde et étrange, alors que Mélinda se présente devant mon lit, délicatement, elle retira sa belle robe qui tomba sur le sol. Seule sa culotte verte restait présente sur elle. Bien, très bien, pensais je. Son corps était parfait, j'avais une pointe de fierté de me dire qu'elle était mon oeuvre, du moins en partie. Mélinda monta sur le lit sur ma gauche, elle se glissa tout contre moi et premier réflexe de ma part, je sens ses cheveux. C'était spécial pour les gens non initiés à mes pratiques mais les vampires sont des êtres plus développés niveaux sens. Notre vue, odorat et les autres particularités sont énormément plus développés que les pauvres humains. Une odeur agréable se dégagea d'elle, mais aussi une odeur de sexe... Sa main se posa sur mon épaule et un léger frisson me parcourait le dos. Elle remonta encore son visage à hauteur du miens et dans l'instant d'après, sa bouche se colla sur la mienne. La tendresse de ses lèvres et la passion dans son baiser, nos coeurs battirent à l'unisson pendant un instant. Lorsque Melinda s'écarta, elle lâcha un "Tu es vraiment ma mère?" avec stupeur. Ma main gauche effleura sa joue.

- Bravo, tu es commence enfin à l'accepter...

Je fis une petite grimace de mécontentement, j'allais pas lui répéter encore et encore cette information. Elle se devait d'être plus rapide sur les informations que je leurs donnerais si elles me font jouir. Je tournai la tête vers Vanilla qui se demandait pourquoi elle était ici, enfin, c'était mon avis.

- Et alors belle fille? Est ce que tu comptes nous rejoindre de ton plein gré?

Mon visage se ferma d'un coup sec.

- Ou est ce que je dois te faire venir dans une douleur si intense que...

J'ouvris la bouche pour faire apparaître mes quatre belles canines et j'expirais très fort de manière agressive.

- Tu as beau être mariée avec Mélinda, je serais impitoyable avec toi...

Soudain, je me retournais sur ma fille et la fixe froidement.

-... et avec toi aussi, Mélinda!!!

Je passais rapidement de la froideur au sourire doux.

- Bon, revenons à nos moutons... On avait conclu à un accord. Un orgasme pour une réponse. Vous êtes partantes?

Je deposais un doux baiser sur le front de Mélinda tout en tendant la main droite vers Vanilla pour l'inviter à venir.
Journalisée

La mémoire contrefait plutôt l'esprit qu'elle ne le supplée : mille souvenirs ne donnent pas une pensée.
Les femmes viennent de Vénus, les vampires de l'Enfer.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 94


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Novembre 26, 2017, 05:25:10 »

La reine de cette contrée était très hypnotisant, énigmatique, jusqu’à ce qu’elle révèle sa vraie identité. Vanillia avait ressenti toute la surprise et le trouble chez sa femme ; après tout, leur union vampirique faisait qu’elles partageaient plus qu’un lit. Néanmoins elle ne pouvait pas prétendre ressentir la même chose que sa femme car, au fond, Asshaï n’était pas sa mère à elle, mais à Mélinda. La vampire n’était pas vraiment l’actrice principale de tout ceci, voire même, elle se demandait si elle ne devrait pas laisser Mélinda faire ses retrouvailles seule avec sa mère, car après tout, c’était un grand-moment pour elle. Mais, jamais elle n’oserait l’abandonner ... Elle risquerait de l’interpréter ainsi. Et surtout, la maitresse des lieux pourrait s’en vexer, ce qui n’était évidemment pas une bonne idée. Pourtant Vanillia se sentait un peu comme une intruse au milieu de ces retrouvailles uniques et singulières.

Elle était donc un peu silencieuse et surtout spectatrice. Cependant quand Mélinda grimpa sur le lit et vint se lover sur le côté d’Asshai, elle ne put s’empêcher de s’en mordre la lèvre. Tout ceci était quand même furieusement excitant et, après avoir vu la magnifique croupe de cette reine, après avoir imaginé malgré elle de bien vicieuses scènes dans sa tête, elle remarqua que sa belle-mère exigea de l’avoir aussi à ses côtés. En d’autres termes, elle désirait vraiment le couple entier et non juste une partie. Vanillia hocha la tête puis grimpa à son tour sur le grand lit, finissant sur l’autre côté libre d’Asshai. Bien entendu, avant de faire tout cela elle avait pris le soin de faire tomber sa robe au sol, se présentant ainsi quasi nue à la reine. Elle n’avait que sa culotte rouge aux bordures noires. Une culotte qui d’ailleurs était très déformée par une proéminence de plus en plus marquée entre ses cuisses. Une belle bosse gisait entre ses cuisses, trahissant de son état d’excitation actuel.

Vanillia déglutit puis, caressant du bout des doigts le corps de sa belle-mère, sa fine main parcourant sa peau de porcelaine le long de son bras, elle finit par parler. « C’est ... C’est un honneur de vous connaitre, belle-mère. » Dit-elle poliment, respectueusement, alors qu’elle plongea sa tête pour déposer un délicat baiser sur son épaule. Vanillia regarda ensuite Mélinda, comme pour s’assurer qu’elle aussi était prête à satisfaire l’appétit sexuel d’Asshai. Elle avait beau être une petite perverse, Vanillia ne savait pas si elle était tout de même prête à faire l’amour à sa propre mère ! Inutile de dire que ça rajoutait une toute autre dimension, très excitante, à la chose. Mais, Vanillia ne fera rien si Mélinda n’était pas prête de son côté. Elle continua donc d’embrasser lentement son épaule et même son cou, en attendant le verdict.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3339



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #10 le: Novembre 27, 2017, 02:39:20 »

Quelle autorité ! Mélinda était assez déstabilisée. Asshaï était fidèle à sa réputation. On la disait dure, intransigeante, et elle le démontrait en ce moment, en ne laissant même pas à Mélinda le temps d’encaisser la nouvelle. En effet, ce n’était pas tous les jours qu’on retrouvait sa mère ! Mais cette information semblait assez indifférente pour la femme à la chevelure argentée, qui s’agaçait même des hésitations de sa fille. Elle ordonna à Vanillia de venir, et Mélinda tourna la tête, se pinçant les lèvres en voyant sa femme se déshabiller intégralement. Comme elle, elle ne conserva que sa culotte, avec une partie de sa queue qui ressortait, sous l’effet de son érection. Vanillia les rejoignit ensuite, et embrassa à son tour timidement Asshaï.

Déstabilisée, Mélinda rebondissait toutefois rapidement sur ses pieds. Elle comprenait les règles de la femme, et se retourna alors vers Vanillia, consciente que sa mère risquait vite de se sentir agacée, surtout en sentant la trique de Vanillia contre elle.

« Ma chérie, allons... Nous formons un bien piètre couple, toutes les deux, à nous comporter comme des pucelles. Je te demande de bien vouloir accepter nos excuses, Asshaï, je ne m’attendais vraiment pas à ça. »

Elle se pencha vers sa femme, et lui caressa les cheveux.

« On va lui montrer de quoi le couple Warren est capable, d’accord, ma chérie ? Baise-là bien fort... C’est tout ce qu’elle demande, qu’on lui enlève les toiles d’araignée dans sa chatte. »

Chassez le naturel... Mélinda retrouvait rapidement de l’aplomb, et, tout en parlant à Vanillia, s’était redressée. Sous les yeux d’Asshaï, la vampire alla embrasser sa femme, qui s’était également relevée. Sa langue joua avec la sienne, et, pendant ce temps, sa main caressa le parfait ventre de Vanillia, avant de se poser sur son sexe, et de la masturber. Elle y allait tendrement, passionnément, tout en sentant bien que Vanillia allait avoir du mal à se lâcher.

Mélinda rompit donc le baiser, se retourna vers sa mère, et donna ses instructions, prenant très rapidement ses aises. Et puis, quelque chose lui disait que sa mère, si elle aimait bien qu’on la respecte, devait aussi aimer un zeste d’insolence quand ça s’imposait.

« Bon, alors... Il faut savoir, Masjeté, que Vanillia n’aime rien de plus que de solides sodomies, et je suis sûre que votre divin fessier ne l’a pas laissé indifférente, alors... »

La vampire se pencha vers la femme, et l’embrassa sur une oreille, avant de la lécher là, et d’enchaîner :

« Alors, Majesté, et sans trop vouloir vous commander... À quatre pattes ! Votre petit cul attend de se faire embrocher... »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Asshaï Warren
Créature
-

Messages: 18


Comtesse Warren


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Novembre 27, 2017, 07:52:44 »

Un moment de flottement passa dans la chambre où Vanilla ne savait plus trop quoi penser. Mais, elle se deshabilla et sa petite culotte rouge, très jolie, peinait à cacher un sexe qui pointait le ciel. Instinctivement, je passais ma langue sur ma lèvre inférieure. Une belle queue pour une ravissante femme. Vanilla s'avança sur le lit et se positionna à l'opposé de Melinda. Mais... Elle n'avait pas l'air très sûre d'elle, savait elle s'occuper d'une personne comme moi: une Comtesse et Reine du Cercle de fer? J'espère bien ou sinon, je leurs promettais de bien belles douleurs. Une fois installée, Vanilla se trouvait honorée de ma personne, mon dieu, detends toi poulette. Je passai l'une de mes mains sur son visage comme pour la rassurer, on était là pour s'amuser. Elle tenta une approche, douce mais délicieuse, des doux baisers qui commencèrent sur mon épaule et finirent sur mon oreille. Ça avait le mérite d'être une tentative, timide mais c'était déjà pas mal.

Melinda lança les hostilités par donner un maximum de courage à Vanilla qui semblait attendre. Ma fille se lança dans des caresses capillaires pour ensuite outrager mon sexe... Je grimaçais mais le sexe de Vanilla doubla de volume et je comprenais enfin le jeu de mon héritière. Alors qu'elles se trouvaient toutes les deux à genoux, les jeunes vampires se caressèrent au dessus de moi, je profitais de ma posture pour aller poser mes mains sur leur postérieur. Un baiser fabuleux suivis d'une masturbation et voilà Vanilla dans une forme olympique. Son sexe semble être sur le point d'exploser tellement il est gonflé.

Encore une fois, Melinda expliqua que sa femme adorait les sodomies sans aucune tendresse. Tant mieux, je suis pas une midinette qui cherche le grand amour, je veux de la violence et du plaisir. Je pense que ma fille doit aimer cela aussi car, en plus d'avoir un visage de perverse, elle m'ordonna d'être à quatre pattes pour subir la fougue de sa compagne. Telle une panthère, je me deplaçais sur le lit feintant une morsure à hauteur du visage de Mélinda. Je me cambrais et je plaçais ma croupe bien ouverte devant la lance de Vanilla.

- Tu n'as pas intérêt d'être décevante belle fille... Baise moi comme tu baiserais ma fille.
Journalisée

La mémoire contrefait plutôt l'esprit qu'elle ne le supplée : mille souvenirs ne donnent pas une pensée.
Les femmes viennent de Vénus, les vampires de l'Enfer.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 94


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Décembre 09, 2017, 05:43:22 »

On pouvait voir que Mélinda connaissait sa femme sur le bout des doigts, dans sa façon de faire et de deviner comment lui redonner de la fougue. Alors que Vanillia s’était couchée sur le côté de sa belle-mère, embrassant son épaule et sa peau. Elle ne tarda guère à se laisser aller, à commencer à s’énivrer du corps d’Asshai et de son odeur. Elle dériva vers son cou puis son oreille, rougissant et se sentant toute chose au contact de sa main sur sa joue. Cette femme ne la laissait nullement indifférente mais, en vue des circonstances, Vanillia avait un peu de mal à se lancer. Ce n’était pas rien de rencontrer la mère de sa conjointe, alors que celle-ci ne l’avait pas vu depuis plusieurs siècles. Comment les choses pouvaient se passer facilement, dans de tels cas ? Ce n’était tout simplement pas possible.

Néanmoins Mélinda vint à son secours et, connaissant sa femme sur le bout des doigts, su lui redonner de l’aplomb. Elle se pencha vers elle et, Vanillia se redressant à son tour, se mirent toutes les deux à s’embrasser là, au-dessus de la maitresse des lieux. La vampire commençait à sentir les effets de cette manœuvre, et sentit une vive hargne la gagner quand son épouse se mit à masturber son gros membre. Celui-ci s’énerva et se mit à gonfler, à pousser, à s’engorger de sang et de hargne à l’idée de venir s’enfoncer dans l’étroit petit derrière de sa belle-mère. Mélinda avait raison ; il fallait montrer à cette femme de quoi leur couple était capable. Les Warren n’étaient pas des petites pucelles impressionnables ; elles étaient conquérantes et sûres d’elles.

Vanillia hocha la tête puis sourit vicieusement, en s’écartant de Mélinda. Elle lorgna sur le beau derrière d’Asshai quand celle-ci commença à se mettre en place, se souvenant subitement à quel point il lui faisait envie. Vanillia se mit également en place derrière elle, se mettant à frotter son sexe contre la ligne de sa croupe. Elle posa fermement ses mains sur ce délicieux fessier et ne put s’empêcher de lui asséner une première claque bien sourde, le griffant même un peu. « Eh bien belle-maman ... Quel beau fessier vous avez ! Je vais me faire un plaisir ... » Dit-elle, coupant sa phrase au moment où elle orienta sa cerise toute gonflée et avide de sexe vers sa petite porte. La vampire donna un coup de rein, puis son membre s’enfonça avec peine dans ce canal tout étroit et serré, procurant à Vanillia une vive douleur mais un grand plaisir, une sensation de puissance et d’extase sans pareille. « HMMM ! De vous le DETRUIRE !!! » Dit-elle, assénant une seconde gifle, avant de se mettre à aller et venir, entamant ainsi une lourde sodomie.

Vanillia donnait des coups secs et forts, mais pas forcément à grande allure. Pas pour l’instant ... Elle s’échauffait en malaxant et griffant cette croupe tout en la bourrant avec beaucoup de force. Il fallait dire qu’à l’image des sodomies avec Mélinda, celle-ci était incroyablement douloureuse, mais apportait au moins autant de plaisir et d’extase ! Plus elle souffrait en sodomisant cette vieille femme, plus elle jubilait et prenait du plaisir. C’était aussi simple que ça !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3339



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Décembre 09, 2017, 11:01:58 »

Passée la surprise, Mélinda reprenait du poil de la bête. En même temps, il fallait bien admettre que, vu le comportement de sa mère, elle n’avait pas d’autres options ! Asshaï voulait se faire prendre par elles, et, pour commencer le jeu, autant se servir de ce qui était déjà là ! Mélinda avait rapidement stimulé sa femme bien comme il faut, et, quand elle avait senti le sang de Vanillia tourner à un rythme normal, elle s’était écartée. Asshaï ne tarda pas à les suivre, ce qui amena doucement Mélinda à sourire. Derrière ses airs autoritaires, Asshaï voulait surtout tester la réputation des Warren, y compris de sa fille.

*Aucun doute, ce sang ne ment pas, c’est bien ma mère vampirique...*

Mélinda s’était renseignée auprès de Samara, afin d’essayer de retrouver la vampire qui avait fait d’elle, jadis, une vampire. Samara n’avait cependant jamais obtenu son nom, et la vampire avait fini par mettre une croix sur ses origines, en pensant que les complotistes avaient usé d’un vampire lambda. Comment aurait-elle pu se douter que ce puisse être elle ? Cette délicieuse femme aux cheveux argentés, à la magnifique peau de poupée, qui se dandinait contre sa femme... Elle se pinça les lèvres, et vit Vanillia la pénétrer. Mélinda était agenouillée sur le côté, l’esprit encore perdu dans ses pensées, mais y remettant de l’ordre. Elle frémit en entendant les mains de Vanillia claquer ses fesses. Douce et gentille, sa femme se transformait en un véritable dragon quand il s’agissait de sodomie. Gifler un aussi beau cul ne pouvait que la tenter, et la vampire la regardait donc avec plaisir, tout en ne tardant pas à se pencher à son tour.

La vampire caressa donc son dos, et griffa sa peau, déplaçant son autre main pour masser son sein, et pinça son téton. Elle comptait bien agir à son tour, et ne pas se contenter d’un rôle purement passif.

« Maman... »

Mélinda en gloussa un peu, et sourit tendrement, semblant très heureuse, comme une petite fille qui viendrait de retrouver sa mère.

« N’aie pas peur de la prendre bien fort, amour, le sang des Warren coule dans ses veines, elle aime se faire baiser comme une salope... »

La vampire pinça encore son sein, tirant sur le téton, et griffa le dos de la femme avec l’autre.

« Hein, Maman ? » jubilait la vampire.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Asshaï Warren
Créature
-

Messages: 18


Comtesse Warren


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Décembre 10, 2017, 03:14:26 »

J'attendais qu'elle me pourfende les entrailles avec son énorme glaive de chaire et avant même la pénétration, Vanilla me claqua une giffle sur la fesse droite d'une belle force. Ma belle fille avait changé, les encouragements de Melinda l'avait subjuguée et rendue plus prompte à me faire plaisir. Elle donna un grand coup de hanche et ma rondelle s'ouvrit à l'effort dans un petit cri que je ne pouvais retenir.

- Nnnnh...

Sa bite énorme me rendait pas la tâche facile, elle me faisait perdre la tête par sa taille et les dégâts à mon cul. Avant même de commencer à aller et venir en moi, une seconde gifle me fit hurler de douleur mais j'adorais ça. Et enfin elle commença à me prendre lentement mais puissamment. Je crispais mes mains aux draps pour m'accrocher au mieux mais c'était sans compter ma fille qui me nargua d'une maman suivit d'une rire non dissimulé. Ensuite, elle me griffa le dos, pinça et malaxa mon sein gauche.

- Aaah... Aaah... Aaah...

Vanilla, quand à elle, continua à m'écarteler divinement bien, je comprenais pourquoi Melinda l'avait épousée cette petite, elle savait se servir d'une queue encore mieux que certains hommes. A mon plus grand plaisir. Mais ma fille était laissée pour contre, il était inadmissible qu'une Warren soit laissée pour contre. Je la repoussai avant de la pousser sur le dos. Elle fut mise de telle sorte que j'avais accès à son sexe quelque peu laissé. Me traînant péniblement à elle, je plongeai la tête entre ses cuisses pour aller lécher sa fleur ouverte sous l'excitation du moment. Son bouton étant déjà bien gonflé, il était facile pour moi de l'attaquer.

Vanilla avait trouvé un rythme plus soutenue alors que je couinais de plus en plus, moi toujours tête la première entre les cuisses de ma fille, je commençais à avoir chaud, mon souffle devenait court et mon corps avait de temps en temps des spasmes de plaisirs. Mon anus n'était plus douloureux mais uniquement du plaisirs, de temps en temps, je contractais mon rectum afin d'etrangler la queue de Vanilla. Je voulais lui faire comprendre que me faire jouir n'était pas à la portée de tous.
Journalisée

La mémoire contrefait plutôt l'esprit qu'elle ne le supplée : mille souvenirs ne donnent pas une pensée.
Les femmes viennent de Vénus, les vampires de l'Enfer.

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox