banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
Auteur Sujet: Blood, Lust and Revolt MIRA CRONE  (Lu 4839 fois)
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« le: Avril 25, 2017, 04:53:48 »

Une flamme était nécessaire pour déclencher tout un brasier. Eris le savait. Se regardant dans le miroir avec un grand sourire, elle admira sa coiffure encore plus magnifique qu'avant, pourvus comme d'habitudes de bijoux dont les joyaux étaient finement taillés avec une grande minutie. Se levant de la chaise, elle s'étira longuement par la suite. La nuit avait vite plongé dans Ghibli et elle entendait, au loin, la musique dont les instruments émettaient pour que le bal soit des plus exquis. Cela faisait un an, aujourd'hui, jour pour jour, que son mariage avec Mira serait célébré. Les procédures du mariage avait été difficile, en raison de la nature de Mira, qui, pour engrosser Eris, s'était implémentée non seulement un membre viril 'rétractable' grâce a la technologie avancée de Tekhos mais aussi parce qu'Eris était l'Espoir des Langnar, en raison de son talent équivalant a la toute Première des Langnar, tant au niveau politique qu'en tant que combattante magique et physique.

Sa famille avait longuement débattu, prés de plusieurs mois, avant de se décider que la jeune femme du nom de Mira Crone pouvait prendre le nom de Langnar, pouvant conserver ainsi son nom, Crone, ou qu'elle souhaitait le remplacer par les Langnar, bénéficiant donc ainsi des nombreux privilèges de la famille. Soutien financier sans conteste, protection augmentée et un soutien militaire énorme, ainsi que bien d'autres choses terriblement longues mais efficaces contre toutes les adversaires de Mira. Inferno avait même été tué grâce aux informateurs d'Eris, qui avaient traqué sans relâche sa position, avant qu'il ne se fasse abattre par Mira et les personnes qui l'avaient accompagnée.

Eris se sentait aux anges avec Mira. Soupirant de contentement, elle s'avança vers un berceau et sourit, regardant dans celui-ci. Leur enfant. Une adorable petite fille de trois mois. La Doyenne des Langnar, la femme qui détient l'autorité suprême, avait détecté en l'enfant un énorme potentiel magique, plus grand que ce qu'Eris avait en elle. La maman savait donc qu'un jour, elle serait promise à changer le monde et le cours de l'Histoire elle-même. Chose étrange qui prouvait qu'Isabella, le nom de leur fille, était unique : ses yeux d'or pur, alors que naturellement, chaque Langnar, homme ou femme, avait habituellement les yeux violets. Le sang de Mira était fort... Très fort.  

Le bébé dormait paisiblement, enroulée dans des couvertures. En tant que nouvelle maman depuis un moment, Eris s'était donc chargé de blinder la chambre d'énormes sorts de protections magiques et une colossale panoplie de sorts de protections, de détection, même mineurs. Elle avait trop peur de perdre son enfant. Ainsi, chaque visiteur était donc fouillé de fond en comble... Et l'Entité de la famille s'était montrée des plus curieuses envers l'enfant, se taisant souvent lorsqu'une question était posée par Eris concernant son avenir. Elle se disait donc que lui-même ne pouvait le savoir.

Embrassant le front du bébé qui s'agita doucement en vagissant de sommeil, elle le calma avec un doux chant maternel dans sa langue. Le bébé se calma aussitôt et mâchouilla un morceau de tissu. Eris sourit tendrement.

-Dors bien, mon ange, murmura-t-elle avant de se lever et de quitter en silence la chambre, fermant la porte derrière elle. Un sceau magique était posé dans un vase proche de la porte, qui lui avertira d'une quelconque présence qui essaiera de franchir la porte.
  
Traversant plusieurs halls dans un calme impassible, un sourire au visage, Eris se rendit donc vers le hall principal pour y trouver une foule de gens venues de partout du Sultanat des Sables Blancs. Les lieux étaient gardés par des Scorpions Dorées, des guerriers presque surhumains, reconnus pour leurs redoutables efficacités en combat, en tant que 'petite' milice privée. Se rendant sur la piste de danse, elle regardait partout. Mira devait surement être occupée ailleurs. Souriante, elle se rendit donc vers la piste de danse, et aussitôt, on la congratula plusieurs fois de félicitations et de chose de ce genre.
  
Prenant la main d'un homme voulant galamment danser avec Eris, elle se rendit vers le milieu de la piste, et une puissante valse commença donc. Elle était gracieuse, belle comme terriblement cruelle... Mais Eris était une beauté. La jeune femme se démarquait grandement de la foule, parmi les danseurs. Un signe d'invincibilité. Elle était invincible.

Et pourtant...

Lâchant la main de son danseur, elle voulut se retourner pour danser avec le prochain comme la coutume le disait. Mais elle se sentit soudainement froide, paniquée. L'Entité... Non... Impossible... Elle ne pouvait... Non... Elle avait quitté les Langnar. Elle voulut pousser un cri, mais un homme habillé en noire avec un masque de fer apparut soudainement. La robe blanche de soie d'Eris se teinta de rouge. Elle tomba au sol, et des hurlements emplirent la salle. Des instants passèrent... et tout ce qu'elle put entendre avant de totalement disparaitre, son âme incluse, était :

-LA REINE A ÉTÉ ASSASSINÉE !

Vingt-deux ans plus tard...

Isabellapoussa un soupir. Le parfum des cerisiers était enchanteur, dans le jardin du palais, lieu paisible et tranquille. Son regard était posé sur la surface calme d'un étang. Elle était comme sa mère. Belle et magnifique, gracieuse et élégante. Son regard d'or en avait charmé plus d'une et plus d'un. Le vent jouait dans les longs cheveux noirs d'Isabella, qui retourna son regard vers une pierre dépassant du sol, avec un seul nom inscrit dessus.

Eris Langnar, Reine adorée de Ghibli, Vipère des Sables, Succube du Désert. Mère adorée.
  
Des longues funérailles qui avaient duré plus d'une vingtaine de jours, la population entière des Sables Blancs pleurant la mort de la belle Reine de Ghibli, laissant derrière elle sa femme et son bébé. La famille d'Eris avait entièrement disparu elle aussi, dans des nuages noirs venus de nulle part. Depuis, on ne les a plus jamais retrouvées. Ce qu'Isabelle trouvait dommage. Aucun mage donc pour l'éduquer proprement... Mais elle était heureusement talentueuse. Mais pas aussi talentueuse que le devrait être une véritable Langnar. Le ciel était d'un bleu profond, aujourd'hui, et le soleil était toujours aussi brûlant. Le vent soufflait en silence, continuant de faire voleter les cheveux d'Isabella.
  
À genoux sur le sol, son regard était plongé dans la pierre tombale d'Eris, concentrée... Mais un bruissement la sortie de ses rêveries, bien qu'elle ne fît rien pour la faire remarquer. Elle sentit des bras entourer doucement sa taille après un moment et reconnue la présence venant troubler son moment de quiétude de la journée.

-… Salut, Maman, dit elle a la veuve d'Eris. Bien dormi ? C'est tranquille, ce matin.
  
Et tout comme Eris, Isabella avait une voix de miel et de velours. Elle avait bien des traits d'Eris. Mais elle avait les yeux de la femme membrée.
Journalisée
Mira Crone
Humain(e)
-

Messages: 227



Voir le profil
Fiche
Description
Infectée à la naissance par un virus formien, Mira Crone est une mercenaire à l'intelligence prodigieuse et au goût prononcé pour le steampunk. Elle est actuellement sur Terre pour traquer un dangereux criminel, mais aussi pour prendre du bon temps.
« Répondre #1 le: Avril 25, 2017, 05:17:32 »

Le bonheur. Aucun autre mot ne pouvait qualifier le quotidien de Mira depuis qu'elle était mariée à la magnifique Eris Langnar, reine de Ghibli et amour de sa vie. Et elle savourait d'autant plus cette union qu'elle avait du batailler ferme pour pouvoir l'atteindre. D'abord du côté de la famille d'Eris, qui n'appréciait pas vraiment que l'Espoir des Langnar, dotée d'un formidable pouvoir, épouse une personne de même sexe, craignant qu'il n'y ait jamais de descendance. Mais Mira ne se laissa pas démonter, et fit appel au savoir des tekhans pour se doter d'un appareil génital masculin rétractable, comme de nombreuses autres femmes de Tekhos, parfaitement opérationnel et apte à engrosser une femme. L'importance de cette opération montra à quel point elle était déterminée à aller jusqu'au bout pour la femme qu'elle aimait. S'en suivit un débat de plusieurs mois au sein de la famille Langnar, jusqu'à ce qu'il soit décidé que Mira pourrait épouser Eris et prendre son nom de famille, ce qu'elle fit avec un plaisir non dissimulé. Mais avant de pouvoir célébrer cette union et la rendre officielle, il lui restait une dernière chose à faire : vaincre Inferno, son éternel ennemi, et s'assurer que les gens qu'elle aime ne serait plus jamais en danger à cause de lui. Heureusement, grâce aux ressources de sa future femme, il fut aisé de trouver le criminel, de le traquer, et finalement de le tuer. Immédiatement après ça, elle rentra à Ghibli et célébra son mariage, la liant pour toujours à l'élue de son cœur, dans la joie et la tristesse, jusqu'à ce que la mort les sépare.

Un an plus tard, le bonheur du couple était encore plus grand. Ghibli prospérait sous leur règne, et elles avaient eu un enfant, une magnifique petite fille, Isabella Langnar. A sa naissance, quand Mira vit ses yeux dorés, elle eut peur que le virus formien provoque en elle des effets indésirables, comme des malformations ou une condition de santé faible, mais la Doyenne des Langnar, qui avait examiné l'enfant, assura qu'elle n'avait rien qui n'allait, elle sentit même en elle un énorme potentiel magique, plus grand encore que celui de sa mère. Pour Mira, cela ne faisait aucune différence, mais pour Eris, c'était la preuve que leur fille était destinée à changer le cours de l'Histoire.

La jour de la célébration de leur première année de mariage, un grand bal fut organisé pour rendre hommage aux reines et fêter leur bonheur. Eris se rendit à la fête en première, Mira était occupée à choisir sa tenue. Se voulant la plus belle possible, elle n'arrivait pas à se décider sur ce qu'elle devait porter, ayant toujours l'impression qu'elle pourrait faire mieux. Mais quand elle réalisa le temps qu'elle avait déjà perdu, elle se décida à prendre la plus belle tenue, ignorant les petites imperfections. Avant de se rendre à la fête, elle fit un crochet par la chambre d'Isabella, se penchant au-dessus du berceau pour voir son bébé adoré dormir. Elle était tellement mignonne ainsi, enroulée dans ses couvertures, difficile de croire qu'un jour elle serait une grande et puissante reine. La jeune maman embrassa son bébé sur le front et ressortit de la chambre en silence pour se rendre à la fête. Soudain, elle entendit un grand cri.

-LA REINE A ÉTÉ ASSASSINÉE !

Quoi !!!???

Mira courut à toute allure vers le hall principal et y découvrit, avec horreur, le corps sans vie de sa femme. Elle se jeta au sol pour la prendre dans ses bras, gardant un mince espoir qu'elle était encore en vie.

« Eris… non… je t'en prie… pas ça… »

Mais il était déjà trop tard. La jeune femme se mit à pleurer, serrant le corps de sa femme contre elle, parcourue par un incontrôlable flot d'émotions. Dans son seul moment de lucidité, elle réalisa que le tueur ne pouvait pas être allé très loin.

« Bouclez le palais ! Que personne n'entre ou ne sorte ! Trouvez moi le responsable ! »

Puisqu'elle ne pouvait plus sauver sa femme, elle ferait au moins en sorte de venger sa mort.

Les Scorpions Dorés fouillèrent l'intégralité du palais royal, cherchant l'assassin de la reine dans les moindres recoins, mais tout ce qu'ils trouvèrent fut sa cape noire, son masque de fer et une dague ensanglantée, abandonnés près de l'une des portes. Quand les gardes annoncèrent à la reine Mira que l'assassin de sa femme s'était enfui, elle commença par leur hurler dessus, puis elle tomba à genoux et poussa un grand cri.

« ERIS ! »

Les vingt jours suivants furent une longue période de funérailles, où tout le peuple de Ghibli vint se recueillir sur la tombe de leur reine bien-aimée, en plein coeur du palais royal. Un cerisier fut même planté pour l'occasion.
De son côté, Mira n'eut que peu de temps pour pleurer sa femme, sa disparition venait de transformer radicalement le paysage politique de la région. L'éternelle invulnérabilité des Langnar venait d'être ébranlé, et tous les ennemis de cette grande famille sortaient du bois pour profiter de cette fragilité. Mais la jeune femme n'avait que faire de leurs petits jeux politiques, sa belle famille saurait gérer la situation. Sa seule priorité était de retrouver l'assassin d'Eris et de lui faire payer au centuple son acte ignoble. Devant l'incapacité des Scorpions Dorés à retrouver cet individu, elle décida de construire sa propre police, des drones blindés équipés d'armes non-létales comme des pistolets électriques ou des gaz anesthésiants. Elle envoya des dizaines de ces drones en ville pour observer, étudier et analyser, afin de trouver une piste. Elle passa des jours à enquêter, négligeant son alimentation, son sommeil, la gestion de la ville en ces temps difficiles, tout ça dans l'unique but de retrouver un tueur qui avait sûrement du quitter Ghibli une fois son méfait commis. Finalement, elle parvint à espionner une conversation qui prouvait que Sharan'd, l'un des plus jeunes Scorpions Dorés, avait collaboré avec le tueur pour faciliter son entrée et sa fuite. Elle le fit immédiatement arrêter et, rongée par la colère et le chagrin, lui fit subir les pires tortures pour obtenir des informations, mais lui-même ne savait pas qui était cet homme. Il l'avait aidé parce qu'il craignait que le mariage d'Eris et de Mira ne marque le début d'une ère de chaos et de confusion, mais il pensait que ce serait Mira qui se ferait tuer, et pas Eris.
Selon la loi, il était prévu que Sharad'n soit exécuté en place publique, mais Mira usa de son autorité royale pour lui administrer un autre châtiment : on lui coupa les mains et les pieds et il fut abandonné dans le désert. Deux jours plus tard, il fut récupéré, desséché et agonisant, mais toujours en vie, pour être brûlé vif devant les autres habitants. Cet acte, que beaucoup qualifièrent d'ignoble, marqua le début d'une nouvelle ère.

Dans les vingt-deux années qui suivirent, Mira œuvra pour faire de Ghibli la ville sûre et prospère qu'elle aurait toujours du être, faisant de la mort d'Eris et de la trahison de Sharad'n ses fers de lance pour justifier ses réformes. Elle construisit des milliers de drones pour assurer une surveillance globale et une capacité d'intervention quasi-immédiate en ville, réduisit le nombre de Scorpions Dorés au strict minimum, rassembla des infos sur chaque habitant pour repérer les personnes potentiellement dangereuses… bref, elle devint la surveillante du peuple. En parallèle, elle dut jongler entre son apprentissage de la politique, sa belle-famille disparaissant peu à peu dans des circonstances mystérieuses, et ses devoirs de mère célibataire. Elle fit en sorte de toujours avoir un œil sur sa fille, que ce soit en vrai ou par l'intermédiaire de quelqu'un. Cette petite fille était devenue son trésor le plus précieux, et elle était prête à tout pour assurer sa sécurité. Elle fut la plus présente possible durant son enfance, surtout pour les événements importants, et personne ne pourrait dire qu'elle a été une mauvaise mère pour cet enfant.

Les premiers rayons du soleil traversèrent les rideaux fins de la chambre royale. Mira se réveilla dans son grand lit éternellement vide, regardant la place à côté d'elle en ayant, comme chaque matin depuis une vingtaine d'années, une pensée pour sa femme disparue. Elle ressentit tout de suite le besoin d'aller voir sa fille. Elle se dépêcha de s'habiller en enfilant sa tenue de reine et descendit avec deux drones derrière elle. Comme elle savait toujours où se trouvait sa fille chérie, elle alla directement dans les jardins, près de la tombe d'Eris, et y trouva Isabella, agenouillée devant la pierre où était gravée l'épitaphe de sa mère. Elle arriva dans son dos et l'enlaça par la taille.

-… Salut, Maman, bien dormi ? C'est tranquille, ce matin.

« Oui. Et toi ma chérie, bien dormi ? »

Les drones partirent en patrouille dans les jardins et la reine alla s'agenouiller à côté de sa fille devant la tombe d'Eris. Le cerisier, qui n'était qu'un arbrisseau à l'époque de l'enterrement, était aujourd'hui un arbre majestueux, dont l'ombre couvrait une partie des jardins, et dont les pétales virevoltaient à la moindre brise. Au milieu du silence, seule Mira osa parler.

« Tu lui ressembles de plus en plus. »

Sa fille se tourna vers elle, l'air interrogateur.

« A ta mère. Ta voix, ta démarche… même ton apparence. La seule chose que tu as pris de moi, ce sont tes yeux. »

Quand elle la regardait, Mira avait l'impression de voir en sa fille l'image de ce qu'était Eris à leur première rencontre, mais avec un regard encore plus envoûtant. Évidemment, elle en vint à s'interroger sur les succès de sa vie amoureuse.

« Alors… tu as passée la nuit avec Tali ? »

Tali était une des concubines du harem royal, qui était née environ un an avant Isabella, et Mira savait que sa fille aimait beaucoup être avec elle depuis qu'elle avait 16 ans, l'âge minimum pour fréquenter le harem. En revanche, elle ne savait pas si c'était un amour physique ou s'il y avait une vraie romance entre elles.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Avril 26, 2017, 02:56:43 »

L'ambiance n'était plus comme avant. Elle était... Perturbée. Le calme avait disparu et la quiétude des lieux s'étaient alourdies. Isabella se sentait plus observée qu'avant. Plus surveillée. Elle détestait cette sensation, mais ne pouvait que comprendre le chagrin de sa mère. Elle avait peur. Constamment peur. Autrement, ce régime de terreur n'aurait jamais existé et ce serait contenté de rester chagriné à la mort d'Eris, le reste des membres de la famille des Langnar s'occupant de gérer les affaires en retrait tout en essayant de se remettre aussi du drame. Elle savait que Mira passait souvent son temps à dormir quand il n'y avait plus rien a faire, comme pour essayer de rêver d'Eris ou d'oublier sa présence. Mais au final, ce n'était qu'une torture de plus.  

Isabella aussi rêvait d'une utopie, un monde ou ses parents seraient encore vivants. Car pour elle, la vraie Mira est morte, il y avait de cela nombre d'années, dans cette salle de bal, dont le sol avait été maculée du sang d'Eris. Isabella ne fit qu'acquiescer en silence lorsque Mira lui demanda si elle avait bien dormi. Il n'y avait rien a dire. Elle ne voulait rien a dire. Surtout dans ce lieu avec ces drones, qui brisaient encore plus la quiétude des lieux. Un moment en silence passait, le vent jouant dans les pétales de cerisier ainsi que dans les cheveux des deux femmes qui ondulaient doucement sous sa force. Mira lui dit quelque chose qui lui valut un regard étrange.  

Elle ressemblait à sa mère... Oui, Isabella le savait. Démarche sensuelle mais altière, belle et cruelle, même traits faciaux. Sauf les yeux. Elle avait ceux de Mira, en or en fusion, toujours brillant et pénétrant. Elle lui demanda une autre question, auquel Isabella répondit par un non.

-Je ne suis pas passée la nuit avec Tali. Elle est gentille et douée... Mais disons que j'ai une certaine préférence pour les hommes. Même si de temps en temps, une femme n'est pas mal. J'ai plutôt...

Isabella rougit doucement et détourna le regard, regardant les pétales tomber doucement de leurs branches.

-J'ai plutôt... Passer du temps avec Bayra.
 
Bayraétait l'un des mages-apprentis d'Eris. Maintenant, un peu plus vieux, un an de plus qu'Isabella à vrai dire, le jeune elfe était bien doué pour manier la magie et malgré cela, tout comme Isabella, sa formation n'avait pas été achevée. Il avait donc été gardé en raison de son efficacité. Il était androgyne, et était qualifié de 'trap' par les Tekhanes passant parfois dans le coin pour livrer leurs marchandises. Isabella se sentait toujours toute drôle en sa compagnie. Et d'ailleurs, elle se sentait toujours drôle quand elle couchait avec lui. C'était assez inusité de voir un elfe aussi bien membré... Prés d'une cinquantaine de centimètres en longueur quand il est excité et d'une quinzaine de centimètres de largeur.
  
-Il est mignon. Je... Eh bien, la plupart des concubines savent que je l'aime bien. Disons que Tali est là pour évacuer mes frustrations quand il n'est pas la. Mais hier soir, il était présent. Donc j'en ai profité pour lui rendre visite.

Gloussante de timidité, elle soupira doucement ensuite. Un nouveau silence s'installa et son embarras disparue.
  
-Peux-tu ordonner a tes foutus drones de nous laisser ? Dit-elle d'un ton plutôt froid en entendant le grondement d'un drone volant prés du duo. Ils m'énervent déjà assez et c'est le seul endroit où je peux me sentir seule sans être dérangée.  

Quand cela fut fait, ce qui prit une dizaine de seconde en silence, Isabella soupira, montrant un agacement maintenant non cachée. De nouveau, elle demanda:

-Dois-je être constamment surveillée, mère ? Tu le sais bien que si on aurait voulu me tuer, cela aurait été moi la cible. Et non toi.  
Journalisée
Mira Crone
Humain(e)
-

Messages: 227



Voir le profil
Fiche
Description
Infectée à la naissance par un virus formien, Mira Crone est une mercenaire à l'intelligence prodigieuse et au goût prononcé pour le steampunk. Elle est actuellement sur Terre pour traquer un dangereux criminel, mais aussi pour prendre du bon temps.
« Répondre #3 le: Avril 26, 2017, 04:33:45 »

Contrairement à ce qu'elle croyait, Mira apprit que sa fille n'avait pas dormi avec Tali mais avec Bayra, un apprenti mage d'Eris resté au service de la famille royale même après la disparition de sa formatrice. Malgré son apparence trompeuse, ce jeune elfe était bien un homme, et il semblait être en bonne voie pour gagner les faveurs de la princesse. Elle-même avoua l'aimer, sans préciser s'il s'agissait de l'amour du cœur ou du corps. Ses petits gloussements de timidité firent sourire la reine, heureuse de voir que sa fille chérie découvrait les joies de l'amour. Hélas, l'ambiance retomba bien vite quand un drone passa au-dessus de leurs têtes et qu'Isabella somma sa mère avec un ton froid de le faire partir.

« Sur un autre ton jeune fille ! »

Néanmoins, elle aussi était agacée que le silence de ce lieu soit brisé, alors elle donna de nouvelles consignes aux drones pour qu'ils aillent patrouiller plus loin.

Il faut que je travaille sur un moteur plus silencieux.

Une fois les machines parties, sa fille lui demanda s'il était vraiment nécessaire qu'elle soit surveillée en permanence. L'emploi du terme ''mère'' plutôt que ''maman'' montrait bien à Mira qu'Isabella était fâchée.

« Cette surveillance est nécessaire pour assurer ta sécurité. Et d'ailleurs je ne te surveille pas constamment. Personne ne te suit quand tu te rends dans le harem. »

C'était l'un des seuls endroits où Mira consentait à laisser sa fille adorée sans surveillance, car elle estimait que personne, y compris elle-même, n'avait le droit de voir Isabella en tarin de s'adonner aux plaisirs de la chair.

Comme elle sentit que cette réponse ne faisait pas la joie de la princesse, elle essaya d'en rajouter un peu pour la convaincre.

« Ma chérie… quand ta mère a été tuée, l'équilibre du pouvoir a été grandement fragilisé à Ghibli. La légendaire puissance des Langnar a toujours été un puissant rempart de défense, mais maintenant qu'il ne l'est plus, tous nos ennemis convoitent le trône. Certains sont prêts à aller jusqu'aux pires atrocités pour arriver à leurs fins… »

Elle serra les poings, revoyant les images de cette terrible nuit.

« Tu es la personne qui m'est la plus chère au monde, et je refuse que quelqu'un te fasse du mal. Je ne m'attends pas à ce que tu comprennes, mais sache que rien ne me fera changer d'avis. »

Mira sentait qu'avec les années, Isabella et elle s'éloignaient de plus en plus. Quand elle était petite, tout était simple : c'était une jolie princesse toute mignonne qui voulait toujours être avec sa maman. Puis il y eut la puberté, les hormones, et le besoin d'indépendance. Et en un éclair, Isabelle était passé de cette charmante petite fille à une jeune femme dont le besoin de liberté ne collait pas avec la surveillance paranoïaque de sa mère. Mais cette dernière était persuadée d'être dans le droit chemin, et que la présence de ces drones était indispensable pour que sa fille ne soit pas la victime d'un autre attentat.

« Si ce sont les drones qui te dérangent, je peux t'assigner des Scorpions Dorés. »

Depuis quelques années, Mira refaisait peu à peu confiance aux Scorpions, et autorisait leur présence en plus grand nombre dans le palais, même si elle examinait chaque profil au préalable et se fiait toujours plus à ses drones car ils ne pouvaient pas être achetés ou endoctrinés.

La discussion froide entre la reine et la princesse fut interrompue lorsqu'un Scorpion Doré arriva dans les jardins pour parler à la reine. Mira embrassa sa fille sur la joue et se leva pour aller rejoindre le garde.

« Majesté, nous avons arrêté un homme qui planifiait un attentat contre vous. »

« Et alors ? Vous savez ce que vous avez à faire : coupez lui les pieds et les mains et jetez le dans le désert. »

« Nous pensons qu'il fait partie d'un groupe, mais il refuse de parler. Je venais vous consulter pour savoir ce que nous devions faire : l'interroger ou l'exécuter dès maintenant. »

« S'il a des infos, je vais le faire parler. Amenez-le dans la salle d'interrogatoire. »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Avril 27, 2017, 04:24:06 »

ton mot ou groupe de mots

Isabella ne fléchit point quand sa mère la somma de faire sa demande sur un autre ton plus plaisant. Elle était bien des choses, mais comme sa mère, quand elle demandait, elle ordonnait, et ne laissait pas tomber les choses aussi facilement que certains enfants. Au moins, les dits drones partirent au bout d'un moment et Mira lui dit que cette surveillance était des plus nécessaire pour s'assurer de la sécurité de sa fille, bien que le harem fût le seul endroit qui n'était pas surveillé par la Reine de Ghibli. C'était une information qu'elle connaissait depuis un moment, et plutôt utile. Mais elle essaya d'en rajouter, ce qui ne fit que renfrogner Isabella. La mort de sa mère... Une excuse encore et toujours réutilisée pour convaincre sa fille.   

C'était inexcusable, pour Isabella. Mais c'en était ainsi. Elle savait que sa mère l'aimait grandement, qu'elle était l'unique chose en ce monde qui était vraiment importante pour elle, et qu'indirectement, elle avait été la cause de ces malheurs depuis quelques années, qui s'abattaient sur la ville de Ghibli. Elle lui proposa même de lui assigner des Scorpions Dorés pour mieux veiller sur sa sécurité. Elle ne semblait vraiment rien avoir compris. Alors qu'Isabella allait parler, un homme vint leur voir, un Scorpion Doré, pour leur avertir que quelqu'un avait tenté d'attenter contre la vie de Mira.

Isabella ne pâlit qu'un peu. Mais elle reprit son calme, soupirant d'un air agacé et parla d'une voix forte comme Eris savait le faire.

-Non. Je m'occuperais moi-même de ce cas. Maman, retourne simplement dormir... Je sais que tu en as besoin. En tant que grande fille, j'ai déjà fait mes preuves.

Posant ses mains sur les joues de sa mère qui se montra inquiète, elle posa ensuite son front contre le sien, regardant dans ses yeux.
 
-Je sais que je te suis précieuse... Mais il me faut montrer plus grande et plus brave, plus compétente. Je ne veux pas vivre dans une cage dorée. Je veux apprendre. Je veux diriger, un jour. Va dormir... Tu en as besoin. Terriblement.

Mira fut rassurée et Isabella embrassa sa joue avant de se lever, pour ensuite suivre le Scorpion qui alla mener Isabella aux cachots, sombres et humides, allumer que par quelque torche. En raison de la forte présence de magie instaurée par Eris et plusieurs membres de la famille Langnar dans le passé, peu de drone s'aventuraient ici, puisqu'ils finissaient souvent par cesser de fonctionner, les circuits brulés par la magie. Elle fut escortée devant la cellule du prisonnier, et remercia le soldat d'un signe de tête, les laissant ensuite totalement tranquille. Ouvrant la cellule avec sa magie, elle entra et referma derrière elle.
 
Tournant son regard vers l'homme dans l'ombre, assis sur un banc en bois presque pourri, elle leva la main. Un tatouageapparut doucement sur la paume de sa main, signalant qu'elle faisait partie, tout comme lui, des Serpents Noirs. Les rebelles. Elle utilisa le mot de passe codée pour s'identifier, même si elle était reconnue partout pour en être le chef, au cas où il y aurait un imposteur :

-Le Désert m'appelle, mais bien que je semble inerte, je me cacherais toujours dans le sable.
 
S'approchant de l'homme, elle attrapa doucement son menton, et regarda son visage sous toutes ses coutures :

-Vous avez eu un sacré moment d'enfer avec les Scorpions... Bon sang. Vous vous êtes fait attraper comment ? Les drones ? Et nos QG ? Nos rebelles vont bien, eux aussi ?

Heureusement, toute la section des donjons était insonorisée par un sort discret qu'Isabella avait jeté.

Journalisée
Mira Crone
Humain(e)
-

Messages: 227



Voir le profil
Fiche
Description
Infectée à la naissance par un virus formien, Mira Crone est une mercenaire à l'intelligence prodigieuse et au goût prononcé pour le steampunk. Elle est actuellement sur Terre pour traquer un dangereux criminel, mais aussi pour prendre du bon temps.
« Répondre #5 le: Avril 27, 2017, 12:34:56 »

Après plus de vingt ans d'entraînement, Mira savait exactement comment faire craquer les prisonniers pour obtenir des infos. Mais étonnamment, cette fois, sa fille se proposa pour faire l'interrogatoire du prisonnier.

« Tu n'as pas à t'occuper de ça ma chérie, c'est… »

Mais quand Isabella posa ses mains contre ses joues, son front contre le sien, et la regarda de ses yeux beaux yeux dorés en répétant qu'il était nécessaire qu'elle apprenne pour pouvoir diriger un jour, et que sa mère avait grand besoin de repos, la reine ne trouva plus rien à redire. Elle resta sans voix face à un tel aplomb.

« Tu as raison, il faut que tu apprennes. Et je me sens un peu fatiguée, je vais peut-être aller dormir. »

La reine eut droit à un baiser sur la joue de sa belle princesse avant que cette dernière ne parte en direction des cachots. En la regardant partir, Mira posa une main contre son cœur, qu'elle sentit battre la chamade. Elle qui avait pourtant l'habitude d'être inflexible sur tout ce qui concernait la sécurité du royaume, elle venait de se plier à la volonté de sa fille sans même broncher. C'était comme si elle avait été hypnotisée par sa fermeté et son regard d'or. Ou peut-être était-ce juste parce que, en grandissant, Isabella ressemblait de plus en plus à Eris, et gagnait sa légendaire autorité.

Contrairement à ce qu'elle avait dit, Mira ne repartit pas vers sa chambre, elle se dirigea vers le harem royal. Cette scène avec Isabella avait fait remonter en elle des souvenirs de sa défunte femme, et elle éprouvait maintenant le besoin de soulager ses plus bas instincts. Elle poussa les grandes portes de bois et entra dans ce lieu qui, il y a encore vingt ans, était pour elle un lieu de paix et de sérénité. Depuis la mort de sa femme, elle n'y allait que pour satisfaire ses envies et oublier, l'espace d'un instant, à quel point elle se sentait seule.

Deux magnifiques jeunes femmes, très légèrement vêtues et à la démarche sensuelle, vinrent accueillir leur reine à l'entrée.

« Bienvenue majesté. »

Elles délaissèrent la reine de ses vêtements et la conduisirent dans un lit ou l'attendaient déjà une pipe remplie de Sable Rouge et deux nouvelles concubines du harem, désireuses de faire leurs preuves auprès de leur souveraine. Nue comme un ver et son sexe masculin déjà sorti, Mira était prête à leur montrer de quoi elle était capable.

Pendant ce temps, dans les cachots du palais, le prisonnier attendait qu'on vienne l'interroger et, à sa grande surprise, ce ne fut ni la reine ni un bourreau qui arriva devant lui, mais la princesse. Elle lui montra le signe des Serpents Noirs tatoué dans sa main, lui donna le mot de passe et l'examina pour voir comment il allait tout en l'interrogeant sur ce qui s'était passé.

« Ne vous en faites pas, les autres vont bien et le QG n'a pas été découvert. J'ai été repéré par un drone en ville pendant que je faisais du repérage pour notre prochaine opération. J'ai essayé de m'enfuir, mais ces foutues machines m'ont encerclé et neutralisé. On dirait qu'il y en a de plus en plus chaque jour. »

La reine faisait de son mieux pour compliquer la vie des groupes de rebelles et, même si certains lui échappaient, la plupart finissaient par se faire avoir par sa surveillance omniprésente. Et pour les captifs, il n'y avait qu'une seule fin possible : mains et pieds tranchés, à la merci du désert. Du coup, avant même que la princesse ne commence à évoquer d'autres possibilités, l'homme lui fit part de ses intentions.

« Princesse, j'ai une faveur à vous demander… Tuez moi. »

Évidemment, la première réaction d'Isabella fut la surprise.

« Si jamais je parle, nos camarades seront tous en danger. Et je ne veux pas que votre mère se serve de ma mort pour intimider le reste de la population. Je préfère encore mourir de votre main. Dites que j'ai tenté de vous attaquer, que vous avez du vous défendre… S'il vous plaît. »

Son raisonnement ne manquait pas de logique, mais prendre la vie d'un camarade de sang-froid n'avait rien de facile. Isabella devait prendre la bonne décision.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Avril 28, 2017, 04:30:28 »

La princesse se croisa les bras ensuite en écoutant avec attention les propos du prisonnier, son regard d'or darder dans les yeux de l'autre. La jeune femme s'était montrée exemplaire en commandant la rébellion et ce, depuis plus de cinq ans. Ayant pris conscience du fait que le monde, la ville, le Royaume du Sultanat des Sables Blancs vivaient sous la tyrannie de Mira Crone, de Mira Langnar. Des drones par centaines, par milliers... C'était Tekhos qui profitait bien du marché et du commerce, sa mère troquant des objets précieux contre les pièces servant a la maintenance et aux réparations des drones. Une surveillance constante, qui durait chaque seconde, chaque minute, chaque heure. Personne n'était en sécurité, nulle part.

Les rebelles l'étaient encore moins. Celui-ci dit que les drones l'avaient repéré en tentant de se faufiler quelque part pour faire du repérage. Isabella soupira. La paranoïa constante de sa mère la poussait à acheter plus pour en fabriquer plus, de ses drones. C'était insupportable. Réfléchissant a divers moyen de le faire échapper, la jeune femme fut surprise quand l'homme lui demanda de le tuer, lui expliquant ses raisons. Elle se mordilla la lèvre inférieure. Hésitante. Pesant le pour et le contre.

Elle ne dit rien.

Mais fit apparaître dans sa main une lame courte mais tranchante.

Plusieurs heures plus tard...
Le corps à moitié plongée dans l'un des nombreux bains du palais, creusés dans le sol, la jeune femme avait les yeux fermés. Une épaisse nappe de vapeur flottait sur l'eau et embrouillait les environs, cachant aussi les seins bien généreux d'Isabella. Elle avait tué son propre homme. Elle s'était donc ensuite décidé de se relaxer pour le reste de la journée, ce qui fait qu'elle avait passé plusieurs heures dans le bain. Elle ne savait pas ou était sa mère, et s'en fichait. Elle avait besoin de relaxer. Elle aurait pu se cacher dans les bras de son amant, mais hélas, il n'était pas présent.
Soupirant d'aise, elle entendit les portes du bain s'ouvrir et releva son regard, voyant sa mère entrer avec une serviette autour d'elle. Elle ne dit rien quant aux multiples suçons sur son cou. Elle ne se contenta que de sourire aimablement.

-Salut, maman.   

Isabella versa un peu plus d'huile odorante dans l'eau pour rendre l'odeur plus agréable. Isabella dit ensuite, dans un calme impassible :

-Le prisonnier avait essayé de me tuer. Il n'a pas vu ma lame se ficher dans son œil. 

Soupirant doucement, elle ajouta ensuite, avec un petit sourire:

-Pouvez-vous me laver le dos, je vous prie ?
Journalisée
Mira Crone
Humain(e)
-

Messages: 227



Voir le profil
Fiche
Description
Infectée à la naissance par un virus formien, Mira Crone est une mercenaire à l'intelligence prodigieuse et au goût prononcé pour le steampunk. Elle est actuellement sur Terre pour traquer un dangereux criminel, mais aussi pour prendre du bon temps.
« Répondre #7 le: Avril 28, 2017, 01:10:56 »

Une heure après être arrivé au harem, Mira était couchée dans le lit, en sueur, les draps repliés à moitié sur son corps nu, laissant sa poitrine à découvert, son sexe formant une belle bosse sous la couverture. Les deux concubines, en sueur également, reprenaient des forces en observant leur souveraine se reposer. Elles étaient nouvelles dans le harem, elles ignoraient donc à quel point la reine pouvait être passionnée quand elle faisait l'amour, en particulier après avoir pris du Sable Rouge. Elles furent aussi surprises de voir que Mira avait un sommeil très agité : elle remuait, se crispait, prononçait souvent le nom de sa femme. Son agitation se transforma vite en angoisse, et ses couinements en cris.

« Eris… Eris ! »

Heureusement, les autres concubines, présentes depuis plus longtemps, savaient comment gérer la situation. L'une d'elles se dépêcha de rejoindre la reine et vint coller son corps contre le sien tout en lui caressant les cheveux. En quelques secondes, elle se calma et retourna à un sommeil plus calme, sans pour autant arrêter de marmonner le nom de sa femme.

Encore une heure après, Mira se réveilla, voyant que la concubine qui avait apaisé son sommeil veillait sur elle et que les deux autres étaient parties.

« J'ai encore bougé dans mon sommeil ? »

Elle eut droit à un simple hochement de tête comme réponse, la demoiselle ne voulant pas inquiéter sa reine en lui donnant des détails inquiétants sur ses crises. Cette dernière la remercia avec un délicat baiser sur les lèvres.

« La prochaine fois que je viendrai, j'espère que tu seras là. »

La souveraine se leva du lit et regagna l'entrée du harem, où elle fut rhabillée avant de partir. Comme à chaque fois, les concubines connaissant un tant soit peu la reine souhaitèrent que, la prochaine fois qu'elles la verraient franchir ses portes, ce serait pour venir chercher l'apaisement plutôt que pour combler un besoin.

En chemin vers sa chambre, elle croisa le Scorpion Doré de tout à l'heure qui lui apportait de mauvaises nouvelles : le prisonnier était mort pendant l'interrogatoire.

« Qu'est ce qui s'est passé au juste ? »

« Il a tenté de s'en prendre à la princesse et… »

« Quoi ? Est ce que ma fille va bien ? »

« Oui oui, elle va très bien. Elle a su réagir vite, mais du coup le prisonnier est mort avant d'avoir pu donner des informations. »

« Peu importe, on pourra toujours en attraper un autre. L'important c'est qu'Isabella aille bien. Où est-elle ? »

« Elle n'a rien dit, elle est juste partie. »

« Bon, je vais la trouver. »

Bien sûr Mira était contrariée d'avoir perdu une source de renseignements potentielle pour démanteler un autre groupe terroriste, mais elle ne pouvait pas en vouloir à sa fille de s'être simplement défendue.

Grâce à la surveillance des drones, elle retrouva la princesse dans l'un des nombreux bains du palais, en train de se détendre. Elle retira sa robe de reine et prit une serviette avant d'entrer pour rejoindre sa fille. Elle ne se sentit pas gênée en laissant visibles les marques de succions dans son cou, après tout elles étaient toutes les deux des femmes adultes ayant déjà connu l'intensité d'un coït.

« Coucou ma chérie. »

La salle était emplie de fumée au parfum délicat, un régal pour les narines. Alors qu'elle allait retirer sa serviette pour entrer dans le bain, sa fille lui demanda en souriant si elle voulait bien lui laver le dos.

« Avec plaisir. »

Mira prit le savon avec elle et se mit à genoux dans le dos d'Isabella, commençant à lui nettoyer le dos.

« C'est incroyable. Plus je te regarde, plus j'ai l'impression de voir ta mère au même âge. »

La même douceur de peau, la même plantureuse poitrine, le même fessier rond et ferme… Ses amants étaient sans aucun doute des chanceux. Mais plutôt que de continuer sur ce sujet, qui aurait vite pu devenir gênant, Mira préféra passer sur autre chose.

« Le garde m'a raconté ce qui s'est passé avec le prisonnier. Bravo pour ta rapidité et ton sang-froid. »

Isabella lui répondit à peine, ce qui amena la maman à se faire du souci.

« Dis moi… tu es sûre que ça va ? Je veux dire… c'est quand même la première fois que tu tues quelqu'un. Je sais que tu as été entraînée pour ça, mais là c'était pour de bon. Et en plus c'était par surprise. »

Eris aussi savait rester calme dans les pires moments, mais l'hérédité avait quand même ses limites, et Mira s'inquiétait en voyant comment sa fille pouvait paraître aussi impassible alors qu'elle venait d'ôter la vie de quelqu'un pour la première fois. C'était une expérience aussi marquante que le premier rapport sexuel, et pourtant ça lui semblait égal.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Avril 29, 2017, 04:17:23 »

Son corps était totalement en mode de relaxation, ainsi que son esprit, libéré en grande partie de la vision du cadavre du jeune homme après l'avoir fait taire pour de bon. Sa mère accepta sa requête et plongeant dans l'eau elle aussi, se dirigea vers Isabella dans l'eau, dont le corps était lui aussi caché par l'eau et la nappe brumeuse de vapeur sur l'eau, dont l'odeur était celui de cerisier et de fruits tropicaux. Isabella se mouva un peu plus vers l'avant, car le bassin étant creusé au sol, il y avait aussi des sortes de bancs de pierres servants à s'asseoir, le dit bassin était profond pour ceux qui souhaitaient nager.

Mira se mit donc au travail et la jeune femme soupira d'aise, sentant le doux contact plaisant du savon sur son dos. En un éclair, des images datant d'il y a des années vinrent dans son esprit, une époque ou, encore innocente, elle profitait pleinement de la présence de sa mère après de nombreuses heures de travail qu'elle n'avait jamais compris, enfant. Isabella courant dans des couloirs pour ensuite se cacher quelque part, Isabella jouant et se salissant dans le jardin du palais, Isabella faisant son bain... Une époque ou le malheur n'allait pas la frapper. Pas encore. 

Les yeux fermés, elle profita du bain maternel que lui offrait sa mère, mais l'ambiance fut brisée par sa remarque. Elle garda néanmoins les yeux fermés, même lorsqu'elle lui demanda si elle allait bien quand elle avait tué cet homme. Si elle allait bien ? Isabella n'avait jamais aimé tuer. Exactement, elle avait tué quatre fois des rebelles qui s'étaient montrés réticents, effrayés, bien trop ambitieux ou, dans le cas du prisonnier, qui s'était fait attraper. Elle abhorrait ce sentiment. Souvent, elle se demandait ce qui pouvait motiver alors Mira de jeter des prisonniers dans le désert pour qu'ils puissent mourir lentement.   

Toujours les yeux fermés, Isabella finit par répondre après une dizaine de secondes :

-Si je vais bien ? C'est... Une étrange question. Je viens de tuer un homme pour la première fois, mentit-elle avec aisance, et tu me demandes si je vais bien. Je pense... Que j'aurais aimé que Bayra soit présent. Il sait... Me réconforter. Me calmer.

Penchant la tête vers l'arrière, la jeune femme ouvrit ses paupières pour dévoiler ses orbes dorées, observant sa mère dans les yeux, ses longs cheveux de soie noire retombant doucement contre les jambes de Mira. Elle observa longuement ces yeux chaleureux.
 
-Je me sens mal d'avoir pris une vie. Et je me sens d'autant plus mal que je sais que bientôt, je vais surement devoir en prendre plus. Car je sais que ces attentats ne se limiteront pas qu'as toi, mais a moi aussi, et que même des drones ne nous protégeront pas toujours. Qu'ils ne seront pas toujours présents et en état de fonctionnement. Je n'aime pas tuer. Je n'aimerais jamais cela.
 
Elle posa une main sur la joue de sa génitrice, la caressant tendrement.
 
-Parfois, je sens comme si le monde tombait en morceau autour de moi, comme s'il allait s'effondrer au moment le moins attendu. Et que je n'aurais pas le choix, mais de stopper tout ça en laissant des cadavres. Je me sens... Grotesque. Grotesque d'avoir tuée. J'ai entendu bien des choses, sur maman, tu sais ? Elle était bien des choses. Belle, empathique, magnifique, douée, talentueuse, gentille, compréhensible... Mais tout aussi cruelle, sadique, mauvaise et perfide comme une vipère quand il fallait protéger des gens proches d'elle. Je n'ai pas la même volonté qu'elle. Je ne peux pas tuer aussi librement, aussi facilement, qu'elle ne le faisait. Je ne la déteste pas. Même si ça peut paraître morbide, j'admire son sang-froid quand il fallait faire quelque chose. Elle était une excellente femme d'intrigue de la cours dotée d'une intelligence hors-paire, d'une langue d'argent bien acérée, mais aussi d'un cœur d'or qui ne s'ouvrait qu'a ceux qui en avaient le plus besoin comme de ceux qui lui étaient proches.

La jeune femme Langnar poussa un léger soupir, sa cavité buccale expulsant une légère nappe de brume. Mais elle tint son regard dans les yeux de sa mère.

-Je ferais ce qu'il faut pour survivre, mère, pour protéger les autres comme moi-même. Tout ce dont j'ai envie, c'est de me relaxer, en votre présence. 

Un autre moment de silence passa. Elles se regardaient dans les yeux, longuement. Elle se sentait plus libre, a présent, capable de mieux respirer. Mais l'ambiance restait tendue, aussi tendue que la corde d'un arc prête a relâché ses flèches. Elle détaillait le beau visage de Mira, presque androgyne. Sans prendre conscience de ce qu'elle faisait, et ainsi de ce que faisait Mira, elle ne sut pas ce qui se passait, ne voyant pas leurs visages se rapprocher pour ensuite s'embrasser doucement.

La jeune femme sentit la douceur des lèvres de sa mère contre les siennes. Le bruit des doux baisers résonnait dans la salle de bains. Isabella changea de position avec douceur pour se placer à califourchon sur Mira, qui était toujours assise dans les bancs se trouvant sous l'eau du bain creusé dans le sol. Fermant les yeux, elle posa ses mains sur les épaules de sa mère, continuant de l'embrasser avec tendresse et amour. Le baiser dura une bonne minute avant qu'elles ne se retirent.
 
-Personne n'est présent, on ne nous entendra pas, murmura-t-elle en posant des baisers sur son cou, collant bien sa poitrine contre la sienne, ses mains ne quittant pas leurs positions.

Son corps ondulait doucement contre celui de sa mère. Elle se sentait gagnée par la solitude et le désir d'oublier, ne serait-ce que pour un instant, les événements de la journée, faute de la présence du mage qui lui servait de compagnon de lit pour une nuit, mais aussi d'âme sœur. Entre de rares pauses durant leur baiser, elle haletait doucement pour récupérer un peu de son souffle.

-A-Ah... Mira... Murmura Isabella, continuant de l'embrasser, avec un peu plus de fougue. Elle ne vit aucunement Mira rougir, ni repousser Isabella. Voulait-elle aussi profiter d'un instant d'oubli ?
Journalisée
Mira Crone
Humain(e)
-

Messages: 227



Voir le profil
Fiche
Description
Infectée à la naissance par un virus formien, Mira Crone est une mercenaire à l'intelligence prodigieuse et au goût prononcé pour le steampunk. Elle est actuellement sur Terre pour traquer un dangereux criminel, mais aussi pour prendre du bon temps.
« Répondre #9 le: Avril 29, 2017, 06:32:28 »

Mira s'inquiétait de voir la passivité de sa fille alors qu'elle venait juste de tuer quelqu'un, qui plus est pour la première fois. Du coup, cette dernière lui expliqua précisément ce qu'elle ressentait.

-Je me sens mal d'avoir pris une vie. Et je me sens d'autant plus mal que je sais que bientôt, je vais surement devoir en prendre plus. Car je sais que ces attentats ne se limiteront pas qu'as toi, mais a moi aussi, et que même des drones ne nous protégeront pas toujours. Qu'ils ne seront pas toujours présents et en état de fonctionnement. Je n'aime pas tuer. Je n'aimerais jamais cela.

La reine posa sa main contre celle de sa princesse.

« Tu n'es pas obligée d'endurer ça seule tu sais. Certes le danger est présent, mais nous avons des gens pour nous aider. Même si j'ai du mal à faire confiance aux Scorpions Dorés, il faut leur reconnaître une certaine efficacité. Et puis il y a les drones. Je sais que tu ne les aime pas, mais ils sont d'une grande aide. Même si on ne s'habitue jamais au fait de devoir prendre des vies pour nous défendre, il ne faut pas oublier qu'il y a, tout autour de toi, des personnes qui sont là pour te réconforter. Comme Bayra, Tali... ou moi. »

C'était une partie de son devoir de mère de remonter le moral de sa fille quand elle n'allait pas bien. Et un bon bain était le cadre parfait pour se détendre. Lavant le dos d'Isabella, Mira continua de l'écouter parler de ses angoisses.

-Parfois, je sens comme si le monde tombait en morceau autour de moi, comme s'il allait s'effondrer au moment le moins attendu. Et que je n'aurais pas le choix, mais de stopper tout ça en laissant des cadavres. Je me sens... Grotesque. Grotesque d'avoir tuée. J'ai entendu bien des choses, sur maman, tu sais ? Elle était bien des choses. Belle, empathique, magnifique, douée, talentueuse, gentille, compréhensible... Mais tout aussi cruelle, sadique, mauvaise et perfide comme une vipère quand il fallait protéger des gens proches d'elle. Je n'ai pas la même volonté qu'elle. Je ne peux pas tuer aussi librement, aussi facilement, qu'elle ne le faisait. Je ne la déteste pas. Même si ça peut paraître morbide, j'admire son sang-froid quand il fallait faire quelque chose. Elle était une excellente femme d'intrigue de la cours dotée d'une intelligence hors-paire, d'une langue d'argent bien acérée, mais aussi d'un cœur d'or qui ne s'ouvrait qu'a ceux qui en avaient le plus besoin comme de ceux qui lui étaient proches.

« Oui c'est vrai... ta mère était tout ça. Et elle t'aimait de tout son cœur, d'un amour aussi fort que le mien. On ne te l'a peut-être jamais raconté mais, quand tu étais encore bébé, elle avait rempli ta chambre de sorts de protection pour s'assurer que personne ne puisse t'approcher à notre insu. Et si elle était en vie aujourd'hui, elle te dirait que la vie d'une femme de la royauté est très dure, et qu'il faut s'entourer des bonnes personnes. Heureusement, tu as autour de toi les meilleurs protecteurs, et la meilleure des mamans. »

La reine posa une main contre le visage de sa fille et embrassa son front.

« Et surtout, si elle était encore là, elle te dirait à quel point elle est fière de ce que tu es devenue. »

Peu à peu, le silence revint englober la salle de bains, mais une certaine tension restait toujours présente. Mira fixait Isabella droit dans les yeux, incapable de se détacher de son regard d'or flamboyant, comme s'il l'attirait inlassablement. Il y avait quelque chose dans ses yeux qui semblait... étinceler. En tout cas, elle était tellement absorbée par ce regard qu'elle ne réalisa même pas qu'elle et sa fille approchaient leurs visages jusqu'à s'embrasser.

« Hhmm... »

Les lèvres de la princesse étaient aussi douces que du velours, et elle embrassait aussi bien que sa défunte mère le faisait. La reine se laissa porter par l'élan de l'instant et laissa sa fille monter sur ses genoux pour continuer à l'embrasser. Elle passa ses mains dans son dos pour gratter sa belle peau du bout des ongles, sentant des frissons naître sur son passage. Très vite, leurs gentils baisers se changèrent en ondulations, corps contre corps, leurs poitrines se collant l'une à l'autre. En gémissant, Mira descendit ses mains pour aller empoigner les fesses d'Isabella, un délicieux petit cul ferme et bombé, qu'elle prit plaisir à malaxer et à fesser. Entre deux baisers, la princesse gémissait parfois le nom de sa mère, qui lui répondait avec autant de plaisir.

« Aahh... Isabella... ma petite princesse... hhmm... »

Pour la plupart des gens, voir une mère et sa fille faire l'amour de la sorte aurait été honteux, voir dégoûtant, mais la façon de penser de Mira était différente. Élevée à Tekhos, elle savait qu'il était commun pour les mères de former sexuellement leurs filles, voir de prendre leur virginité, et même si elle n'était pas très fan du concept, quand Isabella venait la voir pour lui faire l'amour, elle ne la repoussait jamais. Plus elle grandissait, plus sa fille lui rappelait Eris, et ses à-priori moraux disparaissaient vite en voyant son superbe corps nu et son regard de braise doré. En somme, c'était un moyen pour elle d'oublier sa tristesse et de passer du temps avec sa fille. Ce n'était pas la première fois qu'elles couchaient ensemble, et ça ne serait sûrement pas la dernière.

Tout en frottant son corps contre le sien, la reine couvrait le cou de sa fille de baisers, elle le mordillait même parfois.Le plaisir entre les deux femmes grimpa très vite, jusqu'à ce que la princesse ne jouisse allègrement dans les bras de sa mère. Cette dernière la suivit peu après, envoyant sa cyprine dans l'eau du bain tout en serrant le postérieur de sa chérie.

« AAAHHH ! »

Une fois la tension apaisée, elle prit Isabella dans ses bras pour lui faire un câlin, caressant ses cheveux et son dos.

« Tu sais... parfois je n'arrive pas à te comprendre. Ce matin, j'avais droit à du ''maman'', puis tu t'es fâchée contre moi, ensuite tu m'as rendue service, puis tu es venue ici pour te relaxer et j'ai cassé l'ambiance en te parlant de ce que tu avais du faire. J'ai eu droit à du ''mère'', et même à du ''Mira''. Après tout ça, je ne pensais pas que tu serais d'humeur à faire l'amour avec ta petite maman chérie. »

Le comportement de sa fille était peut-être incohérent, mais puisque la journée avait été riche en émotions, elle mit ça sur le compte d'un grand besoin de tendresse. Si Bayra avait été là, ç'aurait été avec lui qu'elle se serait mise au lit.

« Non pas que je sois mécontente, mais j'essaie de comprendre. Bien sûr, tu n'es pas obligée de m'en parler. »

Avec le corps d'Isabella si près du sien, Mira put sentir que ses courbes féminines avaient de nouveau changé.

« On pourrait parler de ta belle poitrine qui a encore grossi. Ou de tes fesses si tu préfères. »

Plutôt que de la lâcher tout de suite, la reine préféra continuer à profiter de la compagnie de sa fille, tout en la faisant entrer dans son jeu.

« Tu sais ce qui me ferait plaisir maintenant ? »

Elle mit une petite tape sur ses belles fesses.

« Voir ma jolie princesse se transformer en vilaine princesse pour pouvoir lui donner la fessée. »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Avril 30, 2017, 04:16:16 »

La jeune femme continuait de frotter son corps contre le sien avec ardeur et avidité, soupirant de manière tremblante. Elle avait besoin de se soulager, physiquement comme moralement ainsi que mentalement. Tout ce qu'Isabella avait besoin, c'était de se clarifier les idées. Et quoi de mieux que de laisser de côté la réalité pour ne serait-ce que quelques instants en baisant celle qui avait une queue et qui étaient la plus proche ? Isabella était bisexuelle, mais tout comme sa mère, elle avait une grande préférence pour les hommes en soi. Quand il n’y avait pas son amant, elle allait voir Mira, qui possédait une trique conséquente.

Elle avait perdu sa virginité avec elle quand elle n’avait eu que quatorze ans. La nuit avait été longue. Et tout comme aujourd’hui, la nuit allait être longue. Sous l’impulsion du désir, elle frottait son corps plus fort et plus fort, recherchant avant tout du plaisir ultime. Elle haletait, gémissait, sa longue chevelure noire descendant en cascade d’encre sur son dos. Elle se frotta plus fort et enfin, au bout d'un moment, Isabella jouit avec sa mère, l'eau du bain se nettoyant automatiquement, vu qu'il était purifié chaque fois magiquement. De ce fait, il était non nécessaire de gaspiller tout le temps de l'eau en n'en jetant dehors. Elle se fit câliner et écouta longuement sa mère, silencieuse. Elle agissait étrangement aujourd'hui, oui. Et elle avait compris facilement que ce n'était du qu'a son envie, son désir, de ne plus être seule.   

Elle continua d'écouter Mira, dont sa proposition, et tressaillit légèrement sous la petite tape aux fesses. En silence, elle se déplaça pour se mettre à quatre pattes, toujours dans le bain, sur le banc ou était assis Mira.

-Allez, donne-moi une bonne fessée...

Isabella gémit doucement sous la première.

-Ah.. Oh, j'ai été une mauvaise fille... Aaaah.. Oui, Mira...

La jeune fille eut de nombreuses autres fessées pendant trois minutes, tantôt douces, tantôt furieusement fort. Le beau cul bombé d'Isabella s'agitait chaque fois sous les fessées. Après un moment, quand Mira eut fini, la jeune femme sourit et posa ses mains sur les hanches de Mira pour la soulever hors de l'eau, la posant sur le rebord du bain. Écartant les jambes de celle-ci, la jeune femme approcha son visage de l'entrejambe très bien rasé de sa maman pour poser un baiser sur le clitoris. Ensuite, elle se mit à passer sa langue sur la fine fente de Mira, plusieurs fois, la mangeant. Elle entendit les doux gémissements de Mira et posa ses mains sur les fesses de Mira, passant bien sa langue de fond en comble sur sa petite chatte.

Isabella se retira après quelques instants quand Mira lui demanda d'arrêter pour utiliser sa bite. Quand elle poussa, une bonne vingtaine de centimètre de longueur et dix centimètres de largeur avec de belles grosses couilles, Isabella sourit et branla sa queue d'une main tout en regardant dans les yeux dorés de sa génitrice. Elle approcha sa bouche de sa queue puis en lécha de la base jusqu'au gland plusieurs fois, de chaque côté, tout en masturbant sa mère. Enfin, elle engloutit le gland dans sa bouche et le suçota avec expertise pendant une dizaine de secondes pour ensuite prendre plus de la moitié de la queue dans sa bouche.

Le bruit grivois de la fellation d'Isabella se répercuta dans la salle de bains, ses mains posées sur les cuisses de Mira, tandis qu'elle le suçait. Décidant de vouloir augmenter le plaisir de sa mère, elle plaça ses seins entre la queue de sa mère, et tout en la suçant, la branla avec sa poitrine plutôt généreuse. Tout cela en regardant Mia dans les yeux.

Quelle bonne fille, n'est-ce pas ? 
Journalisée
Mira Crone
Humain(e)
-

Messages: 227



Voir le profil
Fiche
Description
Infectée à la naissance par un virus formien, Mira Crone est une mercenaire à l'intelligence prodigieuse et au goût prononcé pour le steampunk. Elle est actuellement sur Terre pour traquer un dangereux criminel, mais aussi pour prendre du bon temps.
« Répondre #11 le: Avril 30, 2017, 03:39:42 »

De son vivant, Eris était une dominatrice totale, et elle ne laissait jamais sa femme prendre le dessus sur elle au lit. Elle ne prenait jamais de fessée, elle ne faisait que les donner. Mais contrairement à elle, Isabella savait apprécier une petite punition de temps en temps. Quand Mira lui mit une claque sur les fesses, sa fille se mit à quatre pattes devant elle et l'aguicha en agitant son délicieux petit cul.

« Oh oui... ma vilaine princesse... »

La reine alternait la force de ses fessées, tantôt douces, tantôt violentes, caressait cette belle peau rouge et chaude, se délectant des couinements de sa petite chérie. D'une certaine façon, la punir de la sorte n'était pas qu'un moyen de la dominer, ça lui permettait aussi d'affirmer son côté maternel en lui infligeant une sanction qu'on utilise en général sur des enfants. De cette façon, elle se remémorait le passé, quand gérer sa fille était encore chose aisée.

Après quelques minutes à se faire fesser, Mira relâcha Isabella, qui changea de position pour venir écarter les cuisses de sa mère et lécher son entrejambe.

« Aaahhh... hhhmmm... »

Sa fille avait décidément un incroyable talent pour le sexe. Chaque petit coup de langue contre sa vulve bien épilée la faisait trembler et gémir, mais ce plaisir ne lui était pas encore suffisant. Elle voulut passer au cran au-dessus.

« Écarte toi ma puce... que je te sorte ma bite. »

Il lui suffit de se concentrer quelques secondes, et sa verge émergea de sa chatte dans un bruit humide. Une belle trique veineuse et érigée, couverte de mouille, avec deux belles bourses remplies à ras-bord juste en-dessous.

« Viens maintenant. »

La princesse commença par empoigner ce sexe à une main, le branlant généreusement tout en fixant sa mère dans les yeux. La reine, heureuse de ce traitement, couinait la bouche ouverte, sa langue pendouillant au coin de ses lèvres, réclamant toujours plus. Elle eut vite droit à la langue de sa fille, glissant de la base jusqu'au gland, pour finalement arriver à une vraie fellation d'experte.

« Haaannn ! Ouuuiii ! Oh que c'est bon ! »

Quand elle ne regardait pas Isabella, Mira avait l'impression que c'était sa femme qui la suçait. Comme quoi, sa fille avait hérité de plus que sa beauté physique.

« Aaahhh... encore... gobe moi la queue... masse moi les couilles... »

Alors qu'elle croyait ne pas pouvoir prendre plus son pied, la reine sentit la princesse envelopper le bas de son sexe avec sa poitrine pour pouvoir la branler tout en continuant à aspirer son gland.

« Aaahhh ! Oh oui ! »

Mira posa ses mains contre la tête d'Isabella pour enfoncer sa trique le plus loin possible dans sa bouche. Le désir commençait à lui faire tourner la tête, et sa queue gonflait dans la bouche et entre les seins de sa fille. Elle aurait voulu que ça ne s'arrête jamais, mais la princesse était si douée qu'elle finit par se vider dans sa bouche.

« AAAAHHHH !!! »

Une bonne grosse giclée de semence arriva directement dans la gorge d'Isabella, qui en laissa tomber quelques gouttes sur ses seins. Une fois le choc passé, elle posa ses mains contre les joues de la demoiselle.

« Décidément... tu t'améliores d'année en année. »

Elle aurait pu en rester là, mais sa queue avait encore faim, et elle savait ce qu'elle allait en faire maintenant.

« A genoux mon ange. Maman a un gros cadeau pour ton petit cul de gourmande. »

Mira pouvait aller loin dans le sexe, mais il y avait quand même une règle qu'elle s'imposait : ne jamais mettre sa queue dans le vagin d'Isabella à moins d'avoir un moyen de contraception fiable à 100%. Et puisqu'elle n'avait pas ça sous la main, elle préféra passer par la porte arrière. Elle commença par bien lécher sa rondelle pour lubrifier l'entrée, écoutant ses petits couinements de plaisir, avant d'attraper ses hanches et d'enfoncer son mandrin dans son entrée si étroite.

« Hhhmmm... oh ma chérie... ce que tu es serrée... il faut élargir tout ça... »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Avril 30, 2017, 10:57:53 »

Travaillant de sa langue pour plaire sa génitrice, Isabella suçait longuement la bonne grosse queue de sa mère en longueur et en largeur, arrêtant parfois pour passer sa langue sur les bords de la queue et du gland sans pour autant arrêter sa branlette espagnole, chose qu'elle avait apprise auprès de Bayra, qui avait eu l'étrange chance de coucher avec une démone des enfers, plus précisément une Exécutrice, sorte de police dans les enfers, et avec sa mère, Eris Langnar. Une chose bien étrange. Mais malgré cela, Bayra n'avait jamais eu du succès avec les femmes. C'était Isabella qui avait fait le premier pas, et depuis, elle était bien heureuse dans ses bras.

Elle ne pouvait rester avec lui, officiellement, le mage n'étant pas de la royauté ou de la noblesse. Elle ne pouvait donc que vivre avec lui un amour secret connu de peu et, pour se satisfaire lorsqu'il ne se trouvait pas au palais, couchait le plus souvent avec les femmes du harems ou bien avec Mira, la deuxième option étant le plus profitable pour Isabella, elle qui avait un penchant pour les hommes et leurs membres masculins. Isabella sentit d'ailleurs les mains de sa mère se poser sur son crâne pour la forcer à prendre encore plus de ce membre en elle. Enfin, sa mère finit par éjaculer dans sa bouche, avalant donc de ce fabuleux et précieux nectar blanc. Elle se retira, en ayant reçu un peu sur son corps, et obéit aux instructions de sa mère. Se mettant à genoux après s'être sorti du bain totalement, elle se fit manger le cul, la faisant gémir.

Puis vint la pénétration, après s'être mis à quatre pattes :

-Aaaaah !

Son cul se referma grandement autour de la queue de Mira pour ne pas la laisser partir facilement. Rapidement, les coups de reins vinrent, faisant gémir la jeune fille plus forte, plus bruyante.

-Ah oui, Ah oui !
Journalisée
Mira Crone
Humain(e)
-

Messages: 227



Voir le profil
Fiche
Description
Infectée à la naissance par un virus formien, Mira Crone est une mercenaire à l'intelligence prodigieuse et au goût prononcé pour le steampunk. Elle est actuellement sur Terre pour traquer un dangereux criminel, mais aussi pour prendre du bon temps.
« Répondre #13 le: Mai 01, 2017, 03:15:16 »

A genoux face au postérieur d'Isabella, Mira se faisait plaisir à élargir son anus étroit avec sa belle queue en érection. Serrée comme elle était, chaque allée et venue lui procurait un plaisir immense.

« Aaahhh... oui... oui ! »

Et sa fille aussi semblait aimer ça. Dans ses élans de passion, la reine se permettait de temps en temps de mettre des claques sur les fesses de sa princesse pour la faire glapir, une réaction à la fois mignonne et bandante.

« Oh ouais... tu aimes ça... hein... petite cochonne ! »

Chaque fois qu'elle sortait son membre viril, Mira se retrouvait décomplexée et abordait le sexe avec plus de vigueur. En somme, ce sexe d'homme la faisait agir un peu plus comme un homme.

Très vite, ses ondulations de bassin la menèrent à la jouissance. Dans un gémissement et avec tous les muscles de son corps contracté, Mira envoya son sperme épais et crémeux dans le corps d'Isabella.

« HHHAAANNN !!! »

Après cet orgasme, la reine se sentit un peu fatiguée. Elle avait déjà fait l'amour un peu plus tôt, du coup son endurance fut bien plus faible, et elle n'eut pas envie de continuer.

« Aaahhh... merci ma chérie... c'est pile ce qu'il me fallait pour me détendre. J'espère que ça t'a plu à toi aussi. »

Mira resta dans le bain avec Isabella pendant cinq minutes, prit le temps de se relaxer et de rentrer son sexe masculin, puis quitta la salle de bain.

« Je te laisse te détendre tranquille ma puce. Et si jamais tu as envie de me parler de ce qui te tracasse... surtout n'hésite pas. »

La reine était vraiment trop loin de la vérité pour pouvoir l'envisager, ce qui faisait bien les affaires de la princesse. Sa mère sortit, se rhabilla, puis se dirigea vers le cabinet royal, où les conseillers et les ministres l'attendaient pour parler des problèmes de la ville. Car être reine, ce n'est pas que le plaisir du harem ou coucher avec la princesse, c'est aussi des responsabilités, et des tâches quotidiennes à accomplir.

Une fois que je me serai occupé de ça, j'irai déjeuner.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 381

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Mai 04, 2017, 03:30:23 »

La baise était tout simplement sauvage et agréablement brutale. Sentant son cul se faire malmener par la trique de sa propre mère, la jeune Isabella Langnar ne faisait que gémir et hurler et gémir et hurler, aveuglée par le plaisir. Ses seins s’agitant dans tous les sens, elle aurait bien voulu se les masser, mais ses mains étaient posées sur le sol pour se maintenir en place, sinon elle aurait tombé et Mira lui aurait fait perdre la tête en lui offrant encore plus de plaisir vu l’angle qu’elle aurait eu, ce qui lui aurait permis d’atteindre le point G avec facilité. Et elle ne voulait pas continuer cela sans pénétration vaginale. La génitrice de la jeune femme, en revanche, ne mit pas longtemps pour jouir, relâchant son sperme dans les entrailles d'Isabella, qui jouit elle aussi.   

Haletante, la jeune femme se retira de Mira tandis que celle-ci la remerciait du traitement pour relaxer, retournant dans le bain avec elle pour se laver cinq minutes avant d'elle aussi en sortir. Isabella se sécha rapidement avec une serviette et regarda sa mère partir avant de froncer légèrement des sourcils. Malgré son amour uniquement maternel envers elle, et non pour le sexe, la jeune femme se devait d'accomplir son devoir : la faire tomber. Heureusement que le prisonnier lui avait donné quelques informations avant de mourir sous la lame magique d'Isabella.

Et elle savait exactement quoi faire pour apporter le chaos en ville.

Se dirigeant dehors après s'être habillée, la brune activa un sort magique qui la camoufla aux drones, bien qu'elle pût être entendue, seule sa forme physique disparaissant de leurs caméras de surveillances. Marchant dans les rues, elle évita sans jeter un regard insistant aux alentours. Bon nombre des habitants de la ville étaient des rebelles ou apportaient simplement leur aide en fournissant un toit et de la nourriture, ce qui était amplement suffisant. Et certains d'entre eux étaient des marchands de renoms.

Ceux-ci l'avaient informée qu'une cargaison de Tekhos allait arriver par vaisseau dans une des grandes portes de la ville pour livrer des pièces de rechange et de nouvelles technologies pour les drones, comme des systèmes de surveillances plus perfectionnés contre la magie ou ce genre de chose. Une commandante de l'armée Tekhane, du nom d'Elisabeth Magnolia, était chargé de la livraison. Et Isabella allait devoir l'éliminer.
 
Entrant dans une allée au hasard, elle toqua contre une porte en bois qui s'ouvrit. Entrant, elle se dirigea vers une des salles abandonnées de l'entrepôt qui étaient bondées d'une trentaine de personnes attendant patiemment l'Espoir du Désert, Isabella Langnar. Celle-ci leur expliqua le plan : planifier une attaque surprise et soudaine pour ensuite se retirer en détruisant au passage quelques drones grâce aux quelques mages et aux armes a feu récoltés dans les précédentes attaques. Une fois le plan expliqué, elle sortit et se dirigea vers l'est de la cité en sprintant entre différentes allées, ce qui prit une trentaine de minutes pour atteindre la destination, peu fatigué grâce a un sort d'endurance améliorée.

Une grande rousse en armure étincelante était en train de discuter avec l'un des gardes de la ville, un collaborateur de la reine Mira, avec d'autres Tekhanes en armures lourdes et lourdement équipés. Devant la porte se trouvait un vaisseau de classe moyenne, ressemblant a une sorte de gros camion aux airs hautement technologiques, comme attendus de Tekhos. Isabella attendit une trentaine de secondes, s'équipant au passage d'un masque noir et d'une tenue cachant son corps féminin, une longue et épaisse robe. Levant la main, elle envoya le signal, quand elle l'abaissa.

Un sifflement sonore venant d'un bâtiment vers la droite et un missile partit d'une fenêtre pour finir contre le camion, le faisant exploser. Des hommes, habillés de la même manière qu'Isabella, sortirent d'allées et d'autres maisons pour tirer sur les hommes de la garde environnante et les Tekhanes, qui rendirent aussitôt les tirs.

Isabella resta cachée dans l'ombre, attendant le bon moment pour utiliser un sort de mort sur la commandante, qui hurlait ses ordres. 
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox