banniere
 
  Nouvelles:
LGJ invite les membres motivés à postuler pour les places d'Administrateurs ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Orgueil et préjugés [Pv Naar]  (Lu 1378 fois)
Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #15 le: Avril 02, 2017, 12:46:54 »

« Bien, bien, bien. Content d’entendre enfin la voix de la raison. Crois-moi, tu as fais le bon choix. »

La pression exercée sur la tête de l’Okami se desserra lentement, la tirant en arrière pour la mettre de nouveau à l’abri de la pluie tonitruante. Doucement, il la retourna afin qu’elle lui fasse face. Un sourire s’était dessiné sur les lèvres de l’archidémon dont le regard mordoré pétillait comme des braises incandescentes.

Nãar leva lentement sa main, l’approchant du visage de la lycane. Du bout des griffes, il récolta une goutte de pluie qui coulait lentement sur la peau soyeuse de Shad, la fixant brièvement avant de la porter vers ses lèvres et la déguster avec un regard mêlé de provocation et lourd de sens. Il leva à nouveau la main pour cette fois caresser la joue humide de la lycane avec une étrange et inquiétante tendresse. Son pouce allait de haut en bas, la pulpe parcourant la peau et la débarrassant lentement des gouttes froides.

« C’est là que je peux enfin apprécier ta beauté. Vois-tu, la désobéissance et la défiance agissent comme un masque laid qui altère mon jugement envers qui que ce soit. Mais à présent que tu fais preuve de docilité, je constate que tu es une jolie terranide. »

Tout en parlant, il continuait de lui caresser lentement le visage, la débarrassant entièrement de l’eau sur ses joues, jouant avec ses mèches humides avec lenteur.

« De jolies couleurs. Des yeux pétillants. Un visage angélique … »

Son index se posa sur les lèvres de la terranide à la chevelure cyan et ébène, dessinant des rondes sensuelles autour d’elles, les pressant légèrement et les taquinant du bout d’une griffe. Il ne tarda pas à glisser son doigt un peu plus loin, comme s’il tentait de s’emparer de la langue vulnérable de Shad. Mais il n’en fit rien, quittant sa bouche pour glisser sur son menton avec délicatesse, soulevant légèrement la tête de la jeune femme comme s’il jaugeait une marchandise.

« Voilà bien longtemps que je n’ai pas eu une terranide à mon service. Ça m’avait manqué. »

Se saisissant d’une des oreilles de loup de sa nouvelle esclave, il en éprouva la douceur un instant avant de l’abandonner, poursuivant son inspection visuelle sans aucune forme de gêne ou de retenue. Sans aucune décence, son regard s’attardait sur les parties les plus alléchantes, telles la poitrine sur laquelle il posa une paume avide qu’il en parcourut la surface, la pressant par-dessus ses vêtements en affichant un sourire satisfait.

« La dernière avait légèrement plus de chaire, certes. Mais je suis sûr que tu vas te révéler être une jolie perle dans ma collection. »

Voilà que sa main s’était emparée de la queue de l’Okami, la tirant légèrement afin de révéler sa croupe qu’il pinça avec une perfide malice, se pourléchant les babines tel un loup devant une proie des plus appétissantes. Laissant ses doigts s’enfoncer sur la tendre surface pour un bon moment, il finit par la relâcher finalement comme s’il allait donner un verdict.

« Oui, tu feras très bien l’affaire. Voyons ce que tu vaux en tant qu’esclave. »

Ses deux mains se posèrent sur les épaules de Shad, y appliquant une forte pression qui l’obligea à se mettre à genoux en face de son maître. Les jambes sur les dalles glacées, elle pouvait constater dans sa position actuelle que son seigneur avait déjà eu légèrement excitation visible à travers son pantalon brodé d’or. Tapotant la tête de l’Okami, il lui intima sur un ton autoritaire :

« Ta race a longtemps servit d’esclaves sexuels de qualité. Tu ne seras pas une exception entre les murs de mon palais. Mon premier ordre sera très simple à exécuter, comme quoi je te ménage pour la suite qui promet d’être beaucoup plus gourmande en efforts de ta part. Tu vas me supplier avec ton air le plus innocent de te violer contre le parapet tout en t’emparant de mon membre et en prenant soin comme la plus avide des catins. »

La façon avec laquelle il avait dit cela laissait comprendre qu’il ne plaisantait pas. Il était froidement sérieux quand il donnait un ordre, et Shad avait déjà eu un petit aperçu de ce qui pourrait lui arriver si elle avait le courage (ou la folie) de lui refuser ce genre d’odieuse gâterie. La vie d’esclave était un bien tragique destin en effet.

« N’oublies pas, tu vas agir comme une parfaite petite putain et me sucer comme si ta vie en dépendait. Je veux aussi t’entendre réclamer ma virilité en toi avec ardeur et désespoir. Si tu joue bien ton nouveau rôle, sois assurée que je ne me t’épargnerai certains projets que je te réservais au cas où tu te révélerais être une ennuyeuse poupée. »

L’objectif de tout ça mis à part la satisfaction de ses vicieux désirs ? Pousser encore plus loin sa domination sur sa nouvelle servante et la briser comme les milliers d’autres tristes âmes avant elle.
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4185



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #16 le: Avril 02, 2017, 10:02:59 »

Elle était figée, ne bougeant pas d’un poil, n’osant pas faire le moindre mouvement tandis qu’il l’inspectait. A chaque instant, elle s’attendait à ce que sa progression se fasse soudainement plus violente mais il n’en fut rien. Un sentiment de gêne l’envahi cependant, celui d’être ainsi observée sous toutes les coutures, comme on jaugeait la qualité d’une marchandise avant de l’acheter. C’était fort dérangeant mais que pouvait-elle faire ? Rien. Rien pour le moment. Un bref regard vers le dessous du pont et les cris de lamentations qui arrivèrent à ses oreilles eurent tôt fait de lui rappeler la menace qui planait au-dessus de sa tête si elle aurait l’audace de se rebeller. Pourtant, elle ne pouvait pas baisser les bras. Mais quand ? Quand aura-t-elle une ouverture ? Et cette marque qui la liait à lui…Non, aucun élément ne penchait pour l’heure en sa faveur. Elle eut un léger sursaut lorsqu’elle sentit ses mains toucher sa poitrine, son regard s’abaissant vers ces dernières. Une marchandise….Elle était réduite à cet état. Certes, il dictait quelques éloges à son sujet mais ce n’était pas réellement dans un cadre qu’elle aurait escompté. Elle ne fit donc rien, se contentant de subir ses palpitations et ses attouchements jusqu’à la fin.

« Je… »

Il l’avait forcé à se mettre à genou, son visage juste en face de son entrejambe qui laissait déjà voir une bosse signe d’une  certaine excitation dissimulée par son pantalon. Ses yeux s’écarquillèrent au fur et à mesure qu’il énonçait ses ordres tandis que ses oreilles autrefois fièrement dressées venaient de s’abaisser. Faire une gâterie pouvait encore passer, même si cette dernière serait forcée mais ce ne serait pas la première fois qu’elle en ferait une mais supplier ? Elle n’aimait pas déjà de base trop parler pendant l’acte mais de là à la forcer à supplier…Le pourrait-elle ? Serait-elle assez convaincante ?  Tout en songeant en cela et ne pouvant pas rester indéfiniment stoïque avec cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête. La Louve avait posé ses mains contre les jambes de l’Archidémon,  remontant ses dernières pour venir abaisser doucement son pantalon, se retrouvant bien vite avec sa virilité face à son visage.

« Je n’ai..pas pour habitude de supplier…. »


L’une de ses mains resta en place tandis que l’autre vint glisser contre le membre afin de lui offrir des caresses dans l’objectif de lui donner encore plus de vigueur. Elle leva son regard vers lui, ce dernier semblant à la fois suppliant et fuyant. L’Orgueil pouvait aisément voir que la Lycane cherchait ses mots, cherchait à réussir le convaincre pendant que sa main le parcourait de toute sa longueur. Sa queue se souleva et s’abaissa d’un coup, frappant le sol de rage comme si elle aurait frappé du poing sur une table et un léger grognement se fit entendre. Rien ! Elle ne trouvait rien ! Rien ne sortait ! Pourtant elle devait bien trouver quelque chose à dire ou elle en pâtirait.

Approchant son visage encore plus de ce membre à présent tendu, elle hésita quelques secondes avant de darder sa langue et commençait à le lécher sur toute sa longueur. Une main lui servant toujours de point d’appui tandis que l’autre venait glisser vers les bourses gonflées de l’Orgueil.  Ses yeux azurés se relevèrent pour recroiser son regard mordoré.  Oh il devait bien se délectait de cette scène, la voir ainsi capituler !  Cessant ses coups de langue, elle le reprit entre ses doigts.

« Maître….Prenez-moi….Prenez moi comme la chienne que je suis….Cette queue….Je la veux..Je ne peux pas attendre…. »

A peine avait-elle fini ces quelques mots que ses lèvres vinrent se clore autour du membre palpitant, glissant sur sa longueur. Sa langue vint se joindre à ce ballet, dansant autours de cette épée de chaire qui venait de se retrouver dans un foyer chaud et légèrement humide. L’Okami effectuait ses mouvements vieux comme le monde, avant, arrière, son regard pétillant toujours levé vers celui de Nãar. Elle ne savait pas si sa piètre supplice avait suivi, mais ne l’avait-elle pas prévenu ? Pourtant…l’Okami décida de mettre plus de cœur à l’ouvrage. Continuant sa gâterie forcée, tout en s’arrêtant de temps à autre pour reprendre son souffle et supplier encore et encore l’Archidémon de la prendre, de la défoncer comme la petite chienne et pute qu’elle était. A vrai dire, la Louve n’avait aucune idée si elle répondait à ses attentes mais du moins elle essayait !  Elle poussa un léger gémissement de douleur lorsqu’elle le fit coulisser jusque dans sa gorge, son nez allant toucher le bas-ventre.  Puis recula doucement avant de s’avancer de nouveau. Il voulait qu’elle le suce comme si sa vie en dépendait ? Il était servi ! Elle alternait ses rythmes, poussait ici et là des soupirs d’aise et ses yeux semblaient le supplier de prendre les choses en mains. Certes, dans cette posture elle n’était plus réellement capable de parler mais ses gestes et son regard étaient amplement suffisant.

Réduite à faire cela…. Quelle tragédie et quelle honte.
Journalisée

Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #17 le: Avril 12, 2017, 11:20:52 »

Alors, alors … Nãar jugeait comme un marchand testant la qualité de son produit. Ce qui l’animait au début, c’était cette envie de voir ce qu’il peut attendre de la part de sa nouvelle esclave, découvrir ses compétences et ainsi en tirer une conclusion pratique sur que faire d’elle. Oui, il a souvent fait cela, très souvent même pour le plus grand malheur de certaines innocentes âmes. De jeunes filles ou femmes mâtures, de toutes races, capturées, achetées, vaincues, dupées ou tout simplement trouvées. Elles faisaient toutes allégeance à Superbia, toutes sauf quelques rares exceptions qui connaissaient alors une fin brutale.

Quant à celles qui ont vendu leurs âmes au seigneur démoniaque, elles subissaient les séries de tests comme aimait les appeler Nãar, des épreuves. Généralement cela dépendait de la personne qu’il avait entre les griffes, mais la majorité écrasante se faisait tout simplement violée par le monstre impitoyable à l’appétit féroce. Si on pensait que sa motivation première était de satisfaire une soif de sexe qui ne le différencierait guère de sa sœur la Luxure, la vraie et primale motivation de l’archidémon était surtout de montrer, encore et toujours sa totale domination sur sa proie et propriété.

Ainsi il les humiliait, les abaissait au rang d’esclaves sexuelles, les obligeaient à renier leur fierté et ravaler leur orgueil et lui obéir à lui, être primordial de pure cruauté et vices. Ainsi, il s’assurait de briser les esprits les plus solides et en faire de parfaits pantins, des soumis qui n’avaient de yeux que pour l’être le plus prestigieux et noble que la terre ait connu, à savoir lui.

Oh … et il y’avait aussi un désir charnel, soyez rassurés.

« Tu prendras l’habitude avec moi, jeune fille. Ce n’est qu’une question de temps. »

Ainsi le voilà qui profitait de l’Okami en toute impunité, la fixant de haut avec son regard où se mêlait dédain et amusement, savourant ce petit traitement forcé qui lui faisait autant plaisir que la vue de cette soumission quasi-instantanée. La peur pouvait se révéler être un moyen de contrôle très efficace, dissuadant toute rébellion et calmons froidement les esprits les plus embrasés. La vue par-dessus le pont avait largement fait son effet, Shad s’attaquant avec une féroce volonté de survie à sa queue dressée, la prenant en bouche en suivant les directives de son nouveau maître.

Par contre, ses supplications manquaient légèrement de ce ton de désespoir qu’il cherchait et adorait tant. C’était plus des phrases forcées, preuve qu’elle était une rebelle farouche et qu’implorer de se faire violemment prendre contre le mur n’était pas dans ses habitudes. Mais qu’importe ! Elle apprendre, tôt ou tard. Peut-être que le processus sera plus long avec cette guerrière pyromancienne, mais le plaisir n’en sera que plus délicieux … tout comme sa soumission n’en sera que plus cuisante. À mesure qu’elle lui offrait cette fellation de qualité, lui était plongé dans ses méditations sadiques, pensant déjà à comment il allait modeler la psyché de cette ravissante jeune femme et la plier à l’état de catin. Les idées ne manquaient pas, il essayait plutôt de les ordonner en un panel de niveaux, du plus faible petit châtiment au plus cruel supplice.

Mais hey ! Il n’allait pas laisser ses morbides pensées l’empêcher de savourer l’heure actuelle , oh que non ! Ce serait dommage, pour une première dégustation de cette lycane appétissante. Et diable, elle se débrouillait terriblement bien en ce qui concerne la prise en gorge de sa virilité, à en juger par la taille qu’avait gagné son dard durant ses coups de langue. Nãar n’avait guère prit une femme depuis un bon moment déjà, bien occupé à récolter les âmes de nombreux clients ayant atteints les termes de leurs contrats. Une véritable moisson ! Après autant de travail acharné, il méritait bien ce petit moment de détente.

« Ton souhait sera exaucé, jeune catin. Ton magnanime maître va te prendre comme une chienne en chaleur et t’honorer royalement. »

Il tirât sèchement sur la laisse, lui faisant savoir qu’elle devait se relever. Sans aucune douceur, il saisit les vêtements de Shad entre ses griffes et les arracha en lambeaux, les réduisant en haillons pendants sur son corps, faisant penser à quelques misérables mendiants ou femme tout récemment violée. Mais n’était-ce pas ce qu’allait subir l’Okami bicolore ?

La retournant brutalement, il la plaqua contre le parapet, la pluie battant encore avec fureur tout autour d’eux. L’orage se déchaînait toujours, merveilleuse vision de puissance brute qui grisa d’avantage le fougueux tyran qui s’apprêtait à passer à l’attaque, se pourléchant les babines.

Du bout de ses griffes, il libéra le passage en écartant les lèvres intimes de la jeune lycane, ne se privant pas de toucher du bout d’une griffe son clitoris avec une certaine fourberie. Puis il colla le bout de sa lance de chaire contre elle, n’ayant cure de souiller l’entrée avec l’humidité qui la recouvrait, frottant contre sa croupe avec désir. Vint le moment où, fatalement, il glissa le fer de lance en elle, la hampe se frayant un chemin entre ses parois de chaire jusqu'à ce que la garde bute contre elle.

Un grognement satisfait s’échappa des lèvres de l’Orgueil qui débuta alors ses mouvements sauvages en elle, entamant les premiers assauts avec profondeur et fermeté.
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4185



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #18 le: Avril 16, 2017, 12:15:04 »

Mordre ne pas mordre ? Diable, que l’Okami avait envie de refermer puissamment ses crocs autours de cette épée de chair qu’elle faisait coulisser entre ses lèvres et dont sa langue s’appuyait périodiquement dessus. Ses mains se crispèrent aussi légèrement contre les cuisses de l’archidémon.  Une simple pression de la mâchoire, oui cela serait amplement suffisant. Si cette ordure aurait été qu’un simple humain...La Terranide n’était pas dupe, faire un tel acte en cet instant lui voudrait amplement une large séance de torture. Et pour l’heure, elle préférait s’assurer de garder ses forces le plus longtemps possible. Elle manqua cependant de le mordre, ses crocs appuyant plus fortement contre sa lance lorsqu’il la surprit en tirant sur sa laisse. Se relevant, elle glissa par la suite son regard sur son corps recouvert maintenant d’habits en lambeaux mais ne fit pas le moindre commentaire.

Un -ourf- lui échappa lorsqu’il la plaqua contre le parapet. Sa croupe présentée et offerte à Nâar, la Lycane ne pouvait rien faire mise à part attendre. Se débattre ? A quoi bon, elle ne pouvait pas lui échapper. Pas encore.  Un hoquet de surprise lui échappa cependant lorsqu’il titilla de sa griffe sa perle sensible, ses doigts se crispant contre le parapet, ses griffes faisant un peu crisser la pierre. Le moment fatidique ne tarda pas à venir, l’épée de chair de l’Orgueil venant tester un nouveau fourreau.  Un léger soupir s’échappa des lèvres de la Terranide, ne pouvant ignorer ce qui venait de rentrer en elle.

Pourtant mise à part cela, elle n’offrit nullement un festival de soupir et de gémissement au démon de l’orgueil. Ses bras vinrent se croiser devant sa tête et elle la posa simplement contre tandis que son corps se faisait ballotter d’avant en arrière. Oh bien sûr elle le sentait, elle le sentait même parfaitement, ressentant ses fougueux aller et retour contre ses parois intimes. Mais ce n’était pas la première fois qu’elle vivait cela et elle n’allait pas faire semblant d’apprécier ce qui se passait actuellement.  

«  Hmm…. »

Certes, il arrivait que de temps à autre un soupir plus fort que les autres perçait la barrière de ses lèvres, après tout, elle était loin d’être rigide. Pourtant contre toute attente, elle bailla avant de fixer l’horizon d’un air las. Si elle ne pouvait pas se rebeller, rien ne l’empêchait de s’en prendre indirectement à sa fierté, à son orgueil. Les coups de butoirs continuaient sans cesses, se frayant un passage entre ses chairs.  Avait-elle réveillé son ire par son comportement ? Pour l’heure cette question restait en suspens.

Un coup de tonnerre retentit au même instant où il percuta plus violemment. L’ orage faisant écho aux gestes de Nâar.  Possédant une ouïe bien plus sensible, ce simple coup fit sursauté la Terranide et de ce fait lui fit ressentir encore plus le coup de butoir de l’archidémon. Un soupir étouffé lui échappa surprise par la sensation qu’elle venait de ressentir,  Ses oreilles se penchèrent en arrière sur le sommet de son crâne et sa queue effectuait de temps à autre quelques mouvement saccadée.

« Maitre...Prévenez moi quand vous aurez fini »


Une autre attaque portée à son orgueil. Et pour compléter le tout, la Lycane ferma simplement ses yeux comme si ce qu’ il lui faisait l’endormissait. Poussant pourtant de temps à autres quelques soupirs de plaisir. Hey, elle était loin d’être insensible après tout ! Mais d’un côté...Elle espérait l’avoir un peu blessé même si cela était peu probable.
Journalisée

Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #19 le: Mai 01, 2017, 01:30:52 »

Non non non … quelle folie, quelle insanité avait frappé l’esprit de la pauvre terranide pour oser défier son terrible maître ? Quelle tragique audace l’avait poussé à blesser l’Orgueil personnifiée ? Etait-ce un courage mal-placé, un désir de défier la tyrannie ou une tentative de se venger de celui qui venait de faire d’elle une esclave ? Qu’elle que soit la raison qui l’avait poussé à ignorer ainsi les élans du seigneur des lieux, elle avait réussit à l’irriter.

Nãar arrêta soudain de se mouvoir en elle, gardant son chibre entre ses parois de chaire, immobile. Ses traits s’assombrirent, son sourire suffisant l’avait quitté tandis que lentement un pli se formait au niveau de front. Ses iris semblèrent se dilater à la manière d’un monstrueux reptile tandis qu’un bref craquement attestait de la pression exercée par les dents serrées les unes contre les autres à mesure qu’il perdait son calme.

Soudainement, il tirât sur la laisse métallique, tirant brutalement par la gorge l’Okami vers lui. Elle pouvait voir son visage qui exprimait une sombre colère, des traits terrifiants. Le Nãar moqueur avait laissé la place à un prédateur irrité. Un monstre à forme humaine qui affichait tous les traits d’une divinité vengeresse. Un courroux terrible allait se révéler, et un châtiment immédiat allait frapper.

« Ne , Te , Moques pas , de MOI ! »

Par une force surnaturelle, il parvint à la soulever au-dessus de lui comme s’il ne portait d’un petit chiot apeuré. La laissant pendre un instant devant lui, il finit par la jeter d’une violente torsion du bras par-dessus le pont. À travers le vent, la pluie et le froid, elle chutait, s’approchant rapidement du sol … et des horreurs qui s’y trouvaient. Elle pouvait voir les corps mutilés s’approcher à grande vitesse à mesure qu’elle dévorait la distance qui la séparait d’une chute fatale.

À l’instant même où elle allait entrer en contact avec le sol et se briser tous les os du corps, une sensation froide et collante envahit le corps de Shad dont la chute fut brutalement stoppée à deux mètres au-dessus du terrain boueux. Un Nãar fâché se tenait devant elle, la saisissant par-dessus terre avec ce qui semblait être un long tentacule d’une couleur peu ragoutante. L’appendice qui avait remplacé son bras continuait à s’enrouler autour de l’esclave, l’enserrant dans ses multiples ventouses visqueuses et poisseuses.

« Tu n’es rien , RIEN ! Une petite garce, une putain insignifiante, rejeton d’une sous-race d’esclaves. »

La prise du tentacule se fait plus glaciale et plus forte, telle un serpent de glace qui tentait de broyer et geler la lycane dans une lente mise à mort. La pluie torrentielle n’arrangeait rien.

« Je me montres clément en t’honorant malgré ton statut inférieur et tu OSES te foutre de ma gueule ? Saches que manquer de respect à son maître peut te valoir de bien terribles châtiments …. Et je t’ai prévenu. Pourtant tu t’es obstinée en tête-brûlée. »

Le bout de l’appendice arriva au niveau des lèvres de Shad, se redressant à la manière d’un cobra s’apprêtant à mordre. Des crocs d’un noir de jais jaillirent des ventouses, longues telles les aiguilles d’un monstrueux fléau-d’armes, menaçant le visage pâle de l’Okami dans un frétillement courroucé. Nãar parla à nouveau, et sa voix avait prit un ton plus sombre et caverneux, résonnant plus fort que le tonnerre. Sa voix semblait surgir d’un abîme profond et abyssale, son apparence s’était difformé en une vague ombre humanoïde, fumerole cornue de ténèbres aux yeux flamboyants.

« Tu apprendras rapidement ta place, esclave. Je pourrais t’arracher le visage d’un claquement de doigts … mais j’ai d’autres plans pour toi, petite rebelle. »

L’Orgueil marcha en direction d’une sorte de grande cabane solitaire, à l’extrême-est de la cour où les suppliciés gémissaient. Son bois était vermoulu et une forte odeur répugnante s’en échappait. Des traces de souillure noirâtre recouvraient la porte grinçante et la fenêtre unique était teintée de peinture noirâtre.

« Veux-tu savoir ce qu’on fait des jouets cassés, hm ? Des petits serviteurs qui ne servent plus à rien, des esclaves fanés et sans intérêt, des faibles qui se sont éteints ? »

La porte s’ouvrit, livrant passage à un spectacle d’épouvante. Un vaste entrepôt où reposait un tas de corps mutilés, découpés, hachés et broyés dans une orgie sanglante et répugnante, véritable boucherie envahie par la vermine et l’odeur épouvantable qui était presque aussi tangible qu’un mur d’atrocités. Des os, des entrailles, des visages défigurés. Telle était la réserve de nourriture servant à satisfaire l’appétit des chiens de garde.

« Réjouis-toi, tu auras tout le temps de méditer sur ta docilité ce soir. »

Il la jeta au milieu des corps, poussant un rire machiavélique qui ferait trembler le plus brave des paladins. Un rire qui semblait pénétrer votre âme et déchirer votre esprit dans la plus parfaite horreur. La porte se referma alors, et le rire s’évanouit lentement, remplacé par le son de la pluie battante … et le bourdonnement infernal des mouches.
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4185



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #20 le: Mai 01, 2017, 05:55:30 »

Elle avait réussi ! Elle avait blessée l’Orgueil dans son orgueil ! Quelle petite victoire fortement alléchante ! Bien entendu, elle s’était à subir son courroux mais….cela en valait largement la peine.  Elle avait manqué de s’étouffer tandis qu’il tirait brutalement la laisse ainsi que sa gorge vers lui. Son regard croisa le sien et elle put y lire toute son ire. Pour être fâché il l’était. Finalement, peut-être aurait-elle mieux de simplement faire semblant d’apprécier ses assauts en elle ? Non, elle refusait encore de se faire si facilement dominée et son esprit farouche l’avait conduit à cette imprudence… Elle ne pesait rien entre ses mains, aussi légère qu’un louveteau qui venait de naître et lorsqu’il la balança par-dessus le point, l’Okami crû bien que sa dernière heure venait d’arriver. Rien ne pouvait l’empêcher de percuter violemment le sol et de se briser les os sous la force de l’impact, mourant ainsi sur le coup au vue de la hauteur de la chute. Mais le destin en décida tout autrement, car elle fut rattrapé par une tentacule noire et glaciale juste avant le point d’impact.

L’appendice visqueux et collant s’enroulait autour de son corps, la serrant dans une étreinte glaciale. Prise au piège, la Louve ne pouvait rien faire, dans l’incapacité de se débattre et ne pouvait qu’écouter la colère de l’Orgueil personnifié. Et ce dernier pouvait aisément sentir son corps trembler de terreur, une terreur provenant de la mort qu'elle venait d'échapper. Oh bien sûr qu’elle avait entendu ses mises en gardes mais que voulez-vous ? On ne change pas d’un claquement de doigt son comportement. Ses yeux se posèrent sur les crocs qui venaient d’apparaître au niveau des ventouses de cet tentacule. Allait-il lui lacérer le visage ? Sur le coup, elle s’attendait à ce qu’il le fasse mais fut fortement surprise lorsqu’il prit la direction d’une cabane située dans un coin. Une cabane où une odeur pestilentielle s’en dégageait. Lorsqu’il ouvrit la porte de cette dernière, la Lycane pu voir la masse de corps ensanglantés et avec diverses étapes de décomposition. La vue bien qu’odieuse était loin d’égalée l’odeur immonde qui se dégageait de ses corps. Pauvres âmes qui avait fini par lassé le démon ou trop l’énervé.  Et avant qu’elle ne put répliquer, Naär la jeta simplement au milieu des corps, l’enfermant dans une obscurité complète.

En prenant une bouffée d’air, l’odeur insoutenable lui provoqua un haut le corps et la Louve ne put se retenir de vomir. Son odorat fin lui faisait de nouveau défaut car la puanteur était insupportable.  Elle se mit à tâtonner cherchant la porte. Ses pieds touchèrent à la fois entailles éparpillés et asticots tandis que ses mains tâtonnant les murs sentirent des viscosités peu ragoûtante. Elle finit par la trouver, cette fameuse porte, mais…bien évidemment impossible de l’ouvrir. Au milieu des bruits ignobles des asticots dévorant les cadavres et des mouches bourdonnantes un autre bruit se fit un entendre. Celui d’un gargouillement d’estomac. La faim se faisait sentir, voilà deux jours maintenant qu’elle n’avait rien manger. Une nouvelle fois l’odeur infecte lui souleva un haut le cœur et la força à vomir. Essuyant ses lèvres d’un revers de la main elle se mis par la suite à la recherche d’un cadavre encore assez frais.

Et sur le coup, son odorat lui était fort utile car il lui permettait de deviner si l’individu pouvait être encore mangeable ou non. Mais la recherche ne se fit pas sans peine et plusieurs fois l’odeur qui lui assaillait les  narines la forcer à vider ce qu’il restait dans son estomac. L’Okami fini par trouver ce qu’elle cherchait, le corps bien qu’affreusement mutilée était encore assez frais et il n’était pas remplit d’asticots répugnants. Sans la moindre gêne, elle attrapa le bras et mordit dedans, arrachant les chairs et  la dévorant. Certes, on l’avait privé de ses pouvoirs mais elle gardait ses crocs et son estomac pouvant supporter au vue de sa nature de Terranide plus qu’un estomac normal.  Ses mains tenaient fermement le bras du cadavre et une autre bouchée fut prise. Que voulez-vous ? Quand il fallait survivre, on pouvait se faire violence et manger n’importe quoi. Et ce n’était pas la première fois que la Louve dû  mettre de côté ses convictions pour rester en vie. Etrangement, elle apprécia ce repas, ce dernier lui permettrait de reprendre des forces et dieu sait qu’elle en aura fortement besoin ! Malgré leur apparence peu engageante les asticots restaient également une solide source de protéine et elle en goba quelqu’un pendant son festin. Car oui au vue de la quantité de nourriture que venait de lui offrir Naãr, la Louve festoyait et se remplissait l’estomac, retrouvant ses forces.

Finalement repue, elle chercha un lieu où l’odeur était moins présente, ses yeux semblant s’être habitués à l’obscurité et s’y installa faisant fi des différents sons ambiants. Après tout quand elle dormait au milieu des terres sauvages, la nuit était aussi pleine de sons divers et variés. Peu à peu son odorat s’était aussi habitué à l’odeur infecte régnant dans la petite cabane. Et lorsque le démon viendra la chercher, il pourrait voir une Terranide dormant sur un cadavre, les doigts et le visage en sang preuve qu’elle avait festoyé. Bien sûr, un repas plus normal serait largement apprécié mais sur le coup, la Lycane n’avait pas fait la fine bouche.
« Dernière édition: Mai 01, 2017, 06:02:19 par Shad Hoshisora » Journalisée

Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #21 le: Mai 31, 2017, 03:34:29 »

Le silence fut brutalement interrompu par le claquement sonore de la porte qui fut ouverte à la volée, livrant passage à deux personnages en armure de plate noire et armés d’épées aux lames dentelées. Les deux armoires à glaces, malgré la lourdeur apparente de leurs protections, se déplaçaient rapidement, piétinant les cadavres démembrés et les flaques de sang séché avant de s’emparer dans une rapidité militaire de la jeune Okami qu’il menottèrent avec de lourdes chaînes.

On la traîna ensuite dehors et vu la faible lumière on pouvait vite deviner que c’était l’aube. Le sol était boueux, vestige de la terrifiante tempête qui avait battu toute la nuit. Les gardes s’éloignaient de la cabane pour se diriger vers un toit en bois de chaume installé contre le mur d’enceinte de la forteresse intimidante. Le toit abritait ce qui semblait être un pilori. Près de l’outil en bois s’affairait un nain à la barbe rousse et au crâne chauve qui mastiquait une feuille de cola entre ses dents jaunis. Le robuste gaillard alimentait un feu dans une petite cheminée où quelques barres métalliques chauffaient tranquillement.

En voyant arriver le trio, il sourit, ajustant la bande de cuir qui lui servait de cache-œil pour son œil gauche balafré et se tapa vigoureusement les mains.

« Amenez-là moi les gars, nous allons voir dans quelle catégorie de marchandise elle sera classée. »

L’un des guerriers ouvrit le pan en bois du carcan tandis que son homologue serra le poing et frappa le ventre exposé de Shad, la privant brutalement d’air et s’assurant ainsi qu’elle ne tentera pas de se débattre. Refermer le carcan autour de son cou et ses mains fut ensuite un jeu d’enfant et une fois cela fait ils s’écartèrent en silence, laissant le nain s’approcher pour inspecter l’Okami.

« Alors, voyons un peu ce qu’on a. »

Il inspecta son visage avec ses mains graisseuses, tâta son corps, sa chaire, la pinça légèrement, tournant autour d’elle avec un regard qui semblait voir le moindre détail. Il s’arrêtait parfois et notait avec le bout d’un morceau de charbon sur un carnet quelques notes dont lui seul en avait la responsabilité. Le nain vint même à lui ouvrir la bouche pour tapoter les crocs de la terranide.

« Très bonne dentition … corps habitué aux efforts … un peu maigre … »

Caressant sa barbe tressée en nattes épaisses, il marmonna quelques mots incompréhensibles avant de fixer les deux soldats.

« Elle n’est pas faible et donc peut servir notre seigneur. C’est bon, on la garde. »

Il s’approcha de Shad et ajouta.

« Tu as de la chance, tu vas pas finir en viande hachée pour les chiens ! Allez, il ne reste plus qu’à te marquer et tu seras officiellement une servante de notre souverain tout-puissant. »

S’approchant aussi rapidement que ses jambes trapues le lui permettait du feu, il enfila d’épais gants en cuir qui lui arrivaient jusqu’aux coudes et après un instant de réflexion il finit par exhiber une des barres de fer dont le bout était forgé en forme d’un sceau complexe.

« Ceci, ma grande, est ce qui va te lier à notre vaste famille d’esclaves. Une jolie marque sur ta peau et qui plus est, une marque spéciale. Généralement on classe les prisonnières selon des critères précis et toi ma petite chienne tu es qualifiée comme potentielle participante dans les prochains jeux d’arène ! Et oui , si ce n’est pas glorieux ! »

Le fer grésillant se rapprochait lentement du dos exposé de Shad, qui pouvait déjà sentir la chaleur terrifiante qui s’échappait du métal brûlant.

« Serre les dents et pense à l’avenir ! Au moins tu ne seras pas condamnée à récurer les latrines des gardes pour le reste de ton existence, ou de leur servir de fille de joie, heh ! »

Il reposa néanmoins sa barre de fer, caressant sa barbe épaisse en reniflant bruyamment.

« À moins que tu ne préfères choisir un autre poste ? Le Maître t’as accordé ce petit … privilège, et je serais le juge qui déterminera si tes exigences sont acceptables selon les termes qui régissent la forteresse. Considères-donc cette offre généreuse, mais sache que tes choix, en tant qu’esclave, sont très, très limités. »
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4185



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #22 le: Mai 31, 2017, 05:57:45 »

L’ouverture brutale de la porte sortit la Lycane de sa torpeur, la faisant sursauter sur le tas de cadavre où elle s’était jonchée Sans un mot, sans même tenter de se débattre ou une quelconque échappatoire, elle se laissa attraper par les deux armoires à glaces qui venaient d’entrer bruyamment.  Bien qu’à l’apparence vide, son regard les détaillait, cherchant la moindre faille dans leurs armures de plates noires. Certes elle avait dû faire preuve de résilience et manger aussi bien des cadavres en faible état de décomposition que des vers grouillants mais au moins la Louve avait fait le stock de protéines pour reprendre des forces. Couplée à une nuit de sommeil, elle avait un bien meilleure tonus que le jour précédent mais elle se gardait de le montrer. Son regard se leva vers le ciel lorsqu’ils sortirent de la maisonnette, se perdant un peu aux travers des nuages portés par le vent. L’aube…la journée allait être longue.

Puis, sa ligne de mire se posa sur la petite maison en chaume aux abords de la terrible forteresse. Qui donc pouvait bien vivre ici ? L’épaisse fumée noire qui s’échappait de la cheminée fit naître un rictus nerveux sur le visage de la Terranide. Tout cela ne lui disait rien qui vaille. Bien vite le pas de la porte fut franchis et avant même qu’elle ne puisse réellement se demander les priorités de cet endroit, la Louve sentit un poing ganté lui entrer violemment dans le ventre. La réaction fut immédiate, le souffle fut coupé et elle se  pencha en avant, ressentant directement un épais carcan de bois se refermer contre son cou et ses poignets. Sa queue s’agita nerveusement tandis qu’elle se retrouvait dans une posture des plus gênantes, à la merci de tous.

Mais les seules mains qui l’explorèrent furent celle du nain.  Oh l’envie de le mordre lui avait traversé  quand il avait tâtée ses crocs mais …Mieux valait éviter de le faire. Et puis à quoi bon ? Elle était déjà dans une situation assez délicate ce n’était pas la peine d’en rajouter une couche. Les mouvements de sa queue se calmèrent pour ne devenir que de simple battement fouettant l’air en toute impunité.  La Lycane avait bien tenté de jeter un coup d’œil aux écrits du nain mais n’arrivant pas à déchiffrer son écriture elle en avait vite oublié l’idée.

« Tu as de la chance, tu vas pas finir en viande hachée pour les chiens ! Allez, il ne reste plus qu’à te marquer et tu seras officiellement une servante de notre souverain tout-puissant. »


« Que..quoi ? »

L’Okami venait de buter sur un terme –se faire marquer – de toute sa vie, elle avait réussi à échapper aux supplices de la marque au fer rouge et l’idée de la connaître  était loin  de la ravir ! Et pour en plus être classée ! Une marque qui déterminerait son emplacement dans cette infernale prison.  Son cœur se mis à battre plus rapidement sous le coup du stress tandis qu’elle sentait peu à peu la chaleur se rapprochait de son épaule droite.  Bon sang, elle avait presque oublié ce que c’était de sentir l’incandescence effleurait sa peau. Puis soudainement, la barre fut reculée et une proposition fut faite. Accepter l’arène ou choisir un autre travail à sa portée.

Pensive, la Lycane ne dit mot, réfléchissant. Que pourrait-elle donc demander si les possibilités étaient forts minimes ? En réalité elle doutait fortement qu’elle puisse avoir le choix. L’arène…Elle risquait d’en mourir, c’était fort probable, des combattants aguerris y seront tout comme des monstres. Mais était-ce pire que de nettoyer des latrines puantes durant toute une vie ? De plus, il y’avait toujours une maigre possibilité de développer son art au combat. Sans ses pouvoirs, la Terranide était bien obligée de jouer sur son adresse et son habilité au combat. Oui, l’arène malgré les risques présentait un fort potentiel pour l’avenir. Regardant le nain, la Lycane ne lâcha qu’un seul et unique mot en guise de réponse.

« L’arène. »

Le sort en était donc jeté ! Attrapant la barre métallique encore brulante, le nain la rapprocha de nouveau de l’épaule de l’Okami mais cette fois sans s’arrêter, collant le sceau formé par le métal brûlant contre sa peau. Mal. Ça faisait mal, horriblement mal. La  Louve avait l’impression de sentir chaque parcelle de sa peau se faire arracher et au contact du fer brûlant, elle ne put réprimer un cri de douleur. Une chance d’ailleurs que le calvaire ne durait que quelques secondes. Ses griffes s’étaient même plantées dans le bois du carcan y créant de légers sillons et sa respiration saccadée tentait tant bien que mal de revenir à la normale.

« Bon allez j’en ai fini.  Passez la sous le jet d’eau froide et ramenez-la avec les autres. »


Libérée de ses entraves pour être de nouveau traîner à travers la forteresse, la Lycane fut par la suite jetée nonchalamment contre un mur puis aspergée à l’aide d’un grand jet d’eau froide. La force du jet l’empêchait de se relever la forçant à rester à terre tandis qu’elle subissait une toilette des plus expéditives. Une fois débarrassée de  la crasse présente sur son corps on l’empoigna à nouveau pour la mener vers la fameuse pièce où elle avait été jeté à son arrivée, la  lançant au milieu des esclaves avant de lui lancer à la figure une tenue qui aura aussi pour but de déterminer sa fonction. Une simple tunique de couleur verte qu’elle enfila rapidement avant de faire le point sur tout ce qu’elle avait pu voir et vécue.

Entretemps, l’un des gardes partit faire son rapport au maître des lieux et lui demandant la marche à suivre.
Journalisée

Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #23 le: Juin 28, 2017, 09:59:44 »

Trois jours. Trois longues journées où Shad Hoshisora n’eut aucune nouvelle du monde extérieur depuis qu’on l’avait marqué comme une simple bête de ferme ce triste jour d’après-orage. Des journées longues et difficiles, la salle où elle avait été enfermée était étroite et très inconfortable. Les esclaves qui étaient enfermés avec elle toussaient, tremblaient et dégageaient une bien désagréable odeur de sueur. De plus, l’eau était rationnée et la nourriture consistait en un médiocre bol de lentilles qui, bien souvent, étaient remplis de vils petits cailloux cachés dans la sauce brunâtre, ainsi qu’une miche de pain blanc. Donc de difficiles condition, l’Okami étant condamnée à dormir à même le sol froid et humide et s’accommoder avec le manque de nourriture tout en s’habituant à un pesant silence, ses voisins se montrant être particulièrement opposés à toute forme de communication. 

C’est donc après ces trois longues journées qu’on ouvrit à nouveau la grande porte, des gardes entrant d’un pas lourd pour s’emparer de chaque prisonnier et lui mettre de lourdes chaînes autour des bras et jambes, chaînes qui étaient toutes reliées par une seule grande chaîne tenue par un terrifiant orc au corps couvert de multiples cicatrices. La masse de muscles traîna la chaîne d’esclaves à travers les couloirs, escorté par les gardes silencieux qui avançaient à un pas synchronisé, leurs bottes de fer martelant le sol dallé d’un air militaire.

Après une longue marche à travers de nombreux couloirs interminables, ils arrivèrent devant une étrange porte triangulaire couverte d’une multitude de symboles cabalistiques et de glyphes inconnus. L’orc avisa une tablette fixée au mur et appuya de son épais index sur plusieurs runes différentes, formant une sorte de mystérieux et obscur code. La chambre de téléportation (car s’en était une) prit une couleur rouge en s’ouvrant. L’orc entra en premier en tirant sa chaîne , suivit donc par les esclaves et leurs gardes.

Aussitôt ils furent transportés magiquement dans ce qui semblait être un vaste terrain sableux entouré par d’antiques ruines rappelant une architecture romaine perdue. Les experts diraient qu’il s’agissait peut-être d’un vaste stade de sport où les athlètes antiques s’affrontaient dans des jeux de course, de lutte et d’adresse sous le regard d’une foule admirative. Mais désormais ce n’était plus qu’un tas de ruine et un champ désert … ainsi que l’endroit où les esclaves qui montraient de certaines compétences martiales devaient survivre jusqu’à ce qu’une poignée survive pour rejoindre les jeux du Grand Maître.

L’orc se retourna et déclara alors d’une voix monstrueuse, le genre de voix que l’on peut s’attendre de la part de ce colosse au visage dur et bestial :

« Ecoutez bien bandes de vermines. À partir d’aujourd’hui vous allez passer une semaine d’épreuves mortelles pour sélectionner les meilleurs d’entre vous. Seuls les plus forts, agiles et rusés survivront, les faibles n’ont pas leur place en ce monde. Ici pas d’amitié, pas de pitié. Vous triomphez ou vous mourrez comme le tas de crottins que vous êtes tous ! »

Les gardes commencèrent à détacher les prisonniers de la grande chaîne tenue par l’orc qui continuait son discours.

« On obéit aux ordres ! Quand vous serez soumis à une épreuve, vous n’avez ni le droit d’abandonner, ni encore moins celui de fuir ! Vous tentez de vous défiler, on vous arrache la tête ! Vous trichez et c’est la mort assurée ! »

Libérés de la grande chaîne, ils remarquèrent qu’il y’avait plusieurs autres groupes d’esclaves qui arrivaient à travers les chambres de téléportation. D’autres victimes …

Il fallut deux heures pour que les premiers esclaves, dont Shad, soient prêts pour passer la première épreuve.

Le vaste terrain circulaire avait été recouvert de plusieurs lignes de charbons ardents, formant une sorte de course d’obstacles des plus inquiétantes. Les pierres fumantes étaient si chaudes que l’air ondulait sous la chaleur. Chaque participant involontaire avait été doté d’un lourd sac de sable qu’il était obligé de porter sur le dos. Leurs mains et jambes étaient libres de leurs chaînes mais ils étaient toujours surveillés par un grand nombre de soldats armés jusqu’aux dents.

« Esclaves, vous allez courir dix fois autour du terrain en sautant par-dessus les charbons ardents ! Celui qui tombera par terre sera immédiatement disqualifié et tué. De plus vous ne devez pas lâcher votre sac. S’il tombe, vous tombez vous aussi. Est-ce que c’est clair ?! »

Il n’attendit pas qu’on lui répondre et alla se placer au sommet d’un des rares murs encore debout. Les prisonniers du premier groupe furent donc alignés en une ligne de départ formée à partir d’un trait tracé dans le sable chaud et les fardeaux furent donnés. Ils étaient effectivement lourds et courir sans cesse tout en bondissant avec ce poids par-dessus les lignes de charbons allait s’avérer très difficile. Une épreuve d’endurance, donc.

Shad allait courir avec neuf autres esclaves : trois humains, deux nains, un elfe, un orc et deux terranides, l’un félin et l’autre se rapprochant plus d’un cervidé. Tous semblaient dans le même état de privation et de fatigue que Shad, mais ils étaient déterminés à survivre et à remporter la course pour préserver leur vie.

Le maître des épreuves, notre orc aux multiples balafres, se saisit d’un cor et souffla dedans, produisant un son lourd et assourdissant. La course pouvait commencer …
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4185



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #24 le: Juillet 01, 2017, 03:38:40 »

Qu’il était difficile d’avoir une notion du temps lorsqu’on restait enfermé des heures durant dans une petite cellule froide et humide ! La Lycane n’avait aucune vue sur l’extérieur et ne pouvait donc absolument pas savoir à quel moment de la journée elle se trouvait. Etait-ce L’après-midi où je soleil brillait de mille feux ? Ou bien le soir  lorsque les étoiles prennent leurs places sur la voûte céleste ? La seule et unique chose qui permettait à la Terranide d’avoir une petite notion du temps était l’unique repas qui leur était distribué. Ainsi même si elle ne parvenait pas à savoir à quel instant de la journée ce dernier était servi, elle  supposa que le suivant indiquerait un nouveau jour. Et quel repas ! Une maigre pitance dont la présence de petits cailloux empêchaient de le manger chaud au risque de subir un étouffement.  Ainsi la plupart du temps, le bol de lentille était mangé froid, sans saveur. Un repas qui avait également un double tranchant car particulièrement salé, il renforçait la sensation de soif. Et de l’eau, les prisonniers n’en voyaient que très peu,  se limitant à une gorgée par jour.

Et ne parlons même pas de l’état même de la cellule ! Froide, humide, puant la sueur et la crasse, c’était un véritable calvaire que d’y vivre. Encore une fois, l’odorat développé de la Terranide lui fit défaut car les odeurs de selles et d’urines étaient simplement insupportables.  Ou du moins au début,  à force, l’odorat s’accommodait et ignorait la pestilence qui y régnait, pendant un certain laps de temps.  La Louve s’était mise dans un coin, à l’écart des autres prisonniers. En réalité, chacun s’était séparé des autres et se lançait de temps à autre des regards méfiants. Oh, elle tenta de discuter mais compris bien vite que cela était peine perdu. Après tout, à quoi bon se lier d’amitié avec une personne que l’on risque potentiellement de tuer ?

Un repos difficile, des courbatures liées au froid et à l’humidité, une faim grondante….L’Okami avait l’impression de vivre un véritable calvaire se demandant quand cette foutue porte s’ouvrirait enfin. Et lorsque cette dernière s’ouvrit enfin, la Lycane se releva et se laissa mettre les chaînes, consciente que dans son état et au vue du nombre de gardes, tenter une percée ne serait que pure folie.  Dans un silence pesant, seulement brisé par le bruit des bottes de fer, elle marcha avec les autres esclaves au travers des couloirs, passa un téléporteur et arriva dans un lieu qui faisait référence à un ancien colisée.

Et tandis que l’orc criait ses ordres et ses règles, ses chaînes furent retirées. Mais nul moyen de s’enfuir encore une fois ! Les gardes armés jusqu’aux dents surveillaient chacun de leurs gestes et surtout rien n’indiquaient ce qui l’avait au-delà de cette ancienne structure. Etait-il sur Terra ?  Ou bien dans un autre plan ? Avec l’utilisation d’un téléporteur, surtout démoniaque, tout était possible. Le sable était chaud mais supportable, cependant les braises qui étaient disposés  tout autour du terrain risquaient d’être bien moins clémentes si quelqu’un viendrait à poser son pied dessus.  Certes l’air ondulait sous la chaleur et donnerait un petit coup de chaud à quiconque passerait au-dessus mais  il ne s’agirait là que d’une demi-seconde, pas de quoi s’inquiéter en l’occurrence. Sauf si le pied touchait les braises, là…le jeu serait fini.

Sans un mot, la Louve observait les nouveaux arrivants. Combien d’entre eux parviendront à passer cette première épreuve ? Ses mains libres furent rapidement de nouveau liées par une nouvelle sorte de carcan : Un sac particulièrement lourd. Par chance et comme l’épreuve n’avait pas encore commençait, chacun pouvait  positionner ses bras et ses mains de la manière souhaiter pour garantir une stabilité à leur fardeau.  Dix tours de terrain, ils devaient faire dix tours sans lâcher le sac n’y ralentir et bien sûr sans arriver dans les derniers. La Terranide observait le parcours d’obstacle plus qu’elle ne faisait attention à ses opposants. Des chemins remplis d’obstacles, elle en avait déjà traversé et en portant quelqu’un sur son dos mais là…là la fatigue  était bien présente.

Economiser ses forces et ne pas courir rapidement au début tout en gardant une distance avec les autres esclaves pour ne pas subir de coups bas.  Ainsi, elle pourrait économiser de ses forces et donner tout sur la dernière ligne droite. A quoi bon être premier  lors des premiers tours si c’était également pour voir sa tête tomber en première ?   Raffermissant sa prise sur le sac, la Louve se mis en place et s’élança  dans une vitesse de courses moyennes.  Certes, l’Okami n’était pas la première, l’elfe et le cerf étant aux coudes à coudes mais les jeux n’étaient pas encore faits. Ses pieds prenaient appui sur le sable et l’aider à sauter par-dessus les braises.  Et à chaque saut au-dessus de ses obstacles atypiques, elle pouvait en ressentir la chaleur et la menace qu’ils représentaient.

Les tours de pistes défilaient, les uns après les autres, certains ralentissaient, d’autres prenaient de l’avance et la Terranide nota qu’elle avait bien fait de ne pas se retrouver aux côtes à côtes avec  un autre participant. Car chacun essayait par divers moyens de faire perdre l’équilibre à son voisin afin qu’il s’arrête ou qu’il fasse tomber le sac. Encore plus que quelques tours et le calvaire serait fini...Et plus les minutes passaient, plus le poids du sac semblait s’alourdir. Ceux qui à présent avaient donné toutes leurs vitesses  au départ se voyaient à présent dans l’incapacité de bondir au-dessus des braises ardentes.   Un premier y posa les pieds et lâcha son sac, sa tête tomba dans la seconde suivantes. D’autres suivirent à leur tour, tuant sans la moindre distinction lorsqu’ils se montraient trop faibles aux regards de l’Orc et des gardes.

Le cor fut soufflé une nouvelle fois, l’annonce du dernier tour. Prenant une inspiration, la Louve accéléra donc, cherchant à dépasser le plus possible ses opposants.  Elle ne chercha pas spécialement à arriver première mais surtout à ne pas se retrouver dernière dans la file. Et lorsque ses jambes se fléchirent une dernière fois pour la propulser dans les airs et passer le dernier rempart de braises,  elle remarqua qu’elle était sur le podium, deux  étant arrivés avant elle.  Aurait-elle pu mieux faire ? Sans doute, mais dans son état actuel, la Lycane avait préféré joué la carte de la sûreté et cela lui avait été favorable.

Les deux derniers arrivants n’eurent guère le temps de prononcer la moindre parole que déjà ils passaient de vie à trépas. Pouvant enfin se délester de leurs fardeaux, les survivants purent  faire bouger leurs muscles afin de les détendre. Un simple coup d’œil permis à la Lycane de voir qu’ils n’étaient plus que cinq.   Deux humains, le félin, l’elfe et elle-même. La question qui restait à se poser était : Qui seront les prochains à tomber lors de la prochaine épreuve ?
Journalisée

Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #25 le: Juillet 23, 2017, 01:29:29 »

L’orc regarda par-dessus son épaule, en direction des hauts créneaux le surmontant. À l’abri sous une vaste toile brodée d’or et de pourpre, un homme était installé confortablement sur un trône en chaîne, une coupe de vin à la main, un sourire amusé sur ses lèvres brunes. Nãar hocha lentement la tête, faisant signe qu’ils pouvaient poursuivre ces épreuves si divertissantes. 

Ayant obtenu le feu vert de son maître, le balafré aboya des ordres, ordonnant aux esclaves de se rassembler en ligne droite. Les gardes les « aidèrent » à grands coups de hampe aux flancs et sur le dos. Les autres hommes d’armes eurent tôt fait d’achever les perdants à coups de lances et d’épées, traînant par la suite leurs cadavres sur le sable chaud de l’arène antique. Les vautours placés au-dessus des murs contemplaient d’un regard affamé les corps empilés dans un coin de l’arène, avides de plonger leurs becs crochus dans la chaire des morts. Un véritable festin.

Les survivants furent conduits vers un large couloir menant à une seconde arène, plus petite. Au centre se trouvait une sorte de large poteau en bois bardé de fer disposé sur une surface en bois solide. Le poteau en question semblait être conçu pour pouvoir tourner grâce à un complexe mécanisme actionné à travers un levier gardé par un garde. Tout cela aurait put sembler assez intriguant … si ce n’était les deux lames fixées au poteau, bien huilées et aiguisées ! Ces lames étaient fines et recourbées, aptes à couper un homme sans armure en deux comme un couteau dans du beurre. La première était placée à hauteur du coup d’une personne de taille moyenne tandis que la seconde était assez basse pour faucher les chevilles de n’importe quel bipède.

« Esclaves ! Pour votre seconde épreuve, chacun d’entre vous va passer à tour de rôle vers le poteau-faucheur. Dans une épreuve d’agilité et de concentration, vous allez rester sur la place marquée devant le poteau et au signal, vous allez bondir et vous abaisser afin d’éviter d’être frappé par les lames ! Inutile de dire que l’échec vous coutera la vie, hé hé hé …. »

Le terranide félin passa en premier, s’arrêtant sur une croix rouge tracée sur le plancher. L’esclave semblait nerveux mais déterminé, tentant de se focaliser sur les deux lames mortelles, immobiles pour l’instant. L’orc poussa un cri et le garde actionna le levier. Dans un grincement métallique inquiétant, le poteau commença à tourner à un rythme ascendant. L’agile félin savait garder le rythme et sa concentration, ne perdant pas son sang-froid. Quand la lame de haut passait, il s’accroupissait rapidement avant de vite bondir pour éviter sa jumelle traîtresse. Une danse de la mort, belle et terrifiante. Au bout d’une minute l’engin infernal fut arrêté et le survivant put souffler, en sueur.

On appela un second esclave et ainsi les tours passaient. La plupart survivaient, les lames n’étant pas trop rapides, mais certains paniquaient et se faisaient avoir. L’un des humains qui précédait Shad s’était bien débrouillé durant les quinze premières secondes, puis s ‘était soudain arrêté, hésitant. La peur l’avait paralysé et ce fut une erreur fatale. Un bruit sec se fit entendre, suivit des exclamations horrifiées d’une esclave paniquée. L’homme tomba lourdement sur le plancher, la gorge sectionnée si profondément qu’on avait du mal à croire que sa tête ne s’était pas détachée.

« Tirez ce rat puant hors de là ! Et toi, à ton tour ! »

Il venait de s’adresser à notre Okami.
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4185



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #26 le: Juillet 24, 2017, 03:31:46 »

La Louve n’avait pas passé son temps à observer un à un les esclaves qui se confrontaient à l’épreuve du poteau. Non, bien au contraire, elle observait avec attention les lames tournoyées, étudiant leurs rythmes et leurs portées. Elle ne tarda pas à remarquer comme tous les autres d’ailleurs la vitesse ascendance de l’engin et si le démon voulait les voir trépasser il n’aurait qu’à faire augmenter encore et encore cette vitesse jusqu’à ce que mort s’en suive. Mais là n’était pas son objectif et fort heureusement ! Bien que sur ce coup, la Lycane avait un doute au vue des cadavres jonchant déjà le sol de l’arène. Mais elle n’en ferait pas partie, pas aujourd’hui. Plusieurs esclaves passa avant elle mais espérer échapper à cette épreuve aurait été une belle utopie, finalement appelée, la Louve s’avança et se plaça sur le croix rouge marquée sur le bois de l’odieuse machine.

Une inspiration et une expiration juste avant que le poteau ne se mette en branle, activer par l’un des gardes. Les premiers sauts et  abaissement étaient plus de l’échauffement que la véritable épreuve. S’aidant de sa queue à chaque instant, la Louve parvenait à garder son équilibre au fur et à mesure que le rythme devenait plus vifs, plus mortels.  L’épreuve demandait à la fois de la coordination pour retenir le  tempo des lames, de l’agilité pour pouvoir bondir  et s’abaisser rapidement afin d’éviter de se faire sectionner et de la force pour pouvoir se relever dans l’immédiat avant que la lame du fond ne vous tranche.  La Terranide bondissait et s’abaissait dans une danse mortelle, sentant le vent provoquer par les lames la frôler à chaque instant. Elle ignorait ce qui se passait autour d’elle, se concentrant surtout sur l’épreuve, elle ne devait pas perdre, pas se laisser déconcerter. Et surtout, elle ne devait pas mourir.

La minute sembla durer une éternité, ne l’avait-il pas prolongé justement ?  Mais quand la machine s’arrêta et que la Lycane put descendre et reprendre son souffle…C’est ce qu’elle fit dans un premier temps. Son cœur battait à tout rompre  et elle n’aurait pu tenir le rythme éternellement. Mais au moins, elle était encore intacte. Oh bien sûr les survivants auraient pu se réjouir entre eux mais, à quoi bon ? Certains mourront dans les prochaines épreuves, d’autres verront leurs vies volées lors des combats d’arène pour « Son » bonheur pervers et perfide.

L’Okami leva son regard vers les hauteurs, observant cette toile qui l’abritait. Voilà encore une raison pour laquelle elle ne pouvait espérer s’enfuir maintenant. Il observait.  Et il devait bien se délecter de voir un tel spectacle sous ses yeux. Un petit grognement presque inaudible lui échappa et elle reporta son attention sur l’épreuve et sur les autres concurrents qui devaient encore la passer. Beaucoup la passèrent avec succès bien que se retrouvant épuisés sur la fin mais certains n’eurent guère cette chance et leurs cadavres vinrent rejoindre ceux tombés précédemment. Et d’autres suivront encore.
Journalisée

Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #27 le: Juillet 29, 2017, 09:55:41 »

Un dernier esclave fit preuve de bonne coordination et survécut à la mort instantanée, terminant ainsi la file de participants forcés. La majorité avaient réussit pour leur plus grand bonheur, mais d’autres n’avaient pas eu cette chance et leurs corps jonchaient le sol, fauchés en deux.

Il était tard, à en juger par le soleil qui s’éclipsait lentement dans le ciel. Nãar avait mystérieusement disparut, laissant son observatoire vide de toute présence. Et pourtant les prisonniers pouvaient toujours sentir cette aura malveillante et lourde qui semblait les surveiller, les guetter dans les ténèbres tel le regard d’un prédateur embusqué. Ils ne pouvaient échapper à leur maître une fois leurs âmes entre ses griffes.

Les gardes conduisirent alors les survivants vers une large porte enfoncée dans les murs  en ruines, livrant passage à un couloir qui pénétrait dans les entrailles de la terre et éclairé par des torches. En fil indienne, ils furent conduits vers diverses cellules ce qui laissait croire qu’il s’agissait d’un cachot où les anciens gladiateurs esclaves étaient tenus avant le spectacle. Une senteur de poussière alourdissait l’air et rendait la respiration plus compliquée. Cependant les cellules étaient parfaitement sèches. Hormis la poussière, nulle humidité ou saleté n’entachait les lieux. L’air était vicieux certes et les « chambres » manquaient absolument de tout ameublement hormis un lit en bois vermoulu accroché au mur, mais c’était mieux que les geôles sordides et putrides de la forteresse cauchemardesque du tyran.

Un garde ouvrit l’une des portes de métal et poussa Shad dedans, suivie par un autre prisonnier : un jeune homme aux yeux bridés, mince mais aux fins muscles. Une longue queue de cheval se balançait le long de son dos couvert de fines zébrures, probablement les marques de coups de fouets durant sa captivité. Son regard était farouche et l’homme qui devait venir d’une région oriental se montrait particulièrement silencieux tel un tigre en cage.

Ils trouvèrent une petite cruche d’eau, du pain et de la viande séchée. Ce n’était pas un repas de roi, mais après tous ces événements et la nourriture médiocre qu’ils étaient habitués à ingérer, c’était princier. Ils pouvaient au moins se requinquer avec ça… et ils en auraient besoin.

Le voisin de Shad ne communiquait toujours pas, restant à l’opposé de la pièce, mastiquant silencieusement son morceau de viande à la manière d’un lion savourant son repas tout en étant prêt à bondir si on venait à déranger sa quiétude. Sa posture constamment tendue indiquait qu’il était toujours aux aguets, prêt à toute éventualité.

Les heures passèrent, bercées par un silence que seul les pas des bottes ferrées d’un garde patrouillant interrompaient. La nuit ne tarda pas à s’installer dehors à en juger par la disparition de la faible lueur qui filtrait à travers la porte du couloir.

C’est à ce moment là qu’on entendit la voix de stentor de l’orc rugir au-delà du couloir, faisant trembler les murs de son ton intimidant.

« Tas de fumiers, on se réveille ! Vous avez encore vos vies à jouer ! Vous pensiez que vous allez dormir en paix ? Hah ! Il va falloir le mériter ! Vous avez remarqué, bande de rats, que nous vous avons enfermés en duo dans chaque cellule. Ce n’était pas pour faire connaissance … »

Un rire guttural se fit entendre avant que l’esclavagiste ne poursuive.

« Aujourd’hui, il y’a deux personnes par cellule. Demain matin, je ne veux en voir qu’une vivante …. »

Il ricana sadiquement et quitta les yeux, non sans leur souhaiter un « bonne nuit » dans une ultime touche d’humour noir tandis que le silence reprenait ses droits.

Le guerrier oriental fixa alors l’Okami avec son regard aussi perçant qu’une lame affutée et se redressa lentement. Il ne prononça aucun mot, se contentant de jauger la terranide face à lui. Sa main passa lentement le long de ses cheveux noirs et lisses … et soudain il dégaina une aiguille métallique de son chignon ! Le bout pointu brilla sinistrement sous l’éclat des torches. C’était largement suffisant pour percer un trou mortel dans la gorge de la louve. Ainsi armé, il poussa un unique cri de guerre et bondit vers Shad, bien décidé à survivre coûte que coûte !
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4185



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #28 le: Août 01, 2017, 05:46:20 »

En silence, la Louve avait observé les autres participants, témoin de ceux qui réussissaient également l’épreuve et de ceux qui n’en auraient plus  à s’en soucier. Les heures passèrent tout comme les candidats forcés et même si le démon avait quitté son point d’observation, la Terranide pouvait sentir sa présence pesante planait au-dessus d’elle. Au-dessus de chacun d’entre eux. C’était comme si leurs moindres faits et gestes étaient épiais, observés et jugés. Une manière silencieuse de mettre tout le monde au pas. Puis vint enfin la fin de l’épreuve sanglante et du changement de lieu et de décor.

Dans la cellule, la Louve mangeait en silence son morceau de viande, s’étant également hydratée avec une partie de l’eau présente dans la cruche.  Un silence pesant régnait dans la cellule. Oh bien sûr dans un autre cadre elle aurait tenté de discuter avec son voisin, lui demander ses origines,  des informations sur sa région natale. Mais, ni l’un ni l’autre n’était ouvert à la discussion et tous les deux s’étaient enfermés dans un mutisme pesant. Malgré tout l’Okami arriva à se reposer quelques temps, permettant  à son corps de récupérer des forces. Et bien que ses yeux fussent clos, ses oreilles lupines parfaitement tendues témoignaient de sa vigilance. Le repos ne fut pas aussi réparateur que prévu mais il fut néanmoins efficace. La voix de stentor de l’orc tirant la Louve de sa léthargie.

Un duel à mort. Bien évidemment, pourquoi donc auraient-ils étaient mis à deux dans une cellule sinon ? La Louve jugea son opposant, crachant subitement un juron lorsqu’elle le vit sortir de son chignon une aiguille métallique. Le fourbe ! Le félon ! L’enflure !  Bondissant pour se mettre rapidement sur ses deux pieds, elle plaça sa main gauche devant sa gorge, la main droite juste derrière pour renforcer la barrière, l’aiguille pénétrant la chaire de sa paume.  L’oriental à porter, elle retira sa main droite de sa position pour saisir  son poignet et le tirer violemment vers l’avant. Son genou se releva pour frapper droit dans le sternum et lui bloquer le souffle.

Profitant des quelques secondes de répit, l’Okami retira l’aiguille figée dans sa main et la jeta au loin, la faisant glisser en-dessous des barreaux. Qui sait ce qui pourrait arriver s’ils la trouvaient  en sa possession ? Suite à cela, la Louve attrapa rapidement la tête de l’Oriental au même instant où ce dernier  commençait à se relever et faisant fi de la douleur présente dans sa main gauche, fit tourner la tête de son opposant jusqu’à ce qu’un craquement sonore se fit entendre. La Lycane relâcha simplement le corps sur le sol qui tomba dans un son lourd.

Une bonne chose de faite. La Lycane attrapa la miche de pain et s’installa de nouveau à même le sort. Mordant dans le pignon, elle observa en silence le corps sans vie de son ancien compagnon de cellule. Quel idiot de l’avoir sous-estimé ! Sa vie, la Louve avait dû déjà la défendre à mainte reprise et se défendre face à un adversaire hurlant et attaquant de front…C’était une des choses les plus faciles à faire. Posant son regard sur sa main gauche, elle fit quelques mouvements, remarquant rapidement qu’elle ne pouvait pas la fermer aussi efficacement.  La blessure allait se soigner avec le temps mais risquer d’être un handicap à ne pas négliger.

Finalement, la Terranide s’autorisa un repos bien méritée, restant néanmoins aux aguets, prête à réagir à toute éventualité. Et du repos, elle en aurait besoin avec ce qui l’attendait.
Journalisée

Nãar
Avatar
-

Messages: 43


Démon originel de l'Orgueil


Voir le profil
Fiche
Description
Péché originel de l'Orgueil, démon majeur et odieux esclavagiste. Arrogant, cruel et prêt à tout pour assouvir ses moindres caprices.
« Répondre #29 le: Septembre 15, 2017, 11:20:01 »

On les réveilla à l’aube en frappant bruyamment les portes des cellules avant de les faire sortir. Les gardes escortèrent les survivants hors de leurs « chambres » tandis que d’autres hommes tiraient les cadavres des malheureuses victimes hors de vue.

Ils sortirent du couloir obscur, accueillis par la lumière du soleil levant. Une douce et tendre lumière qui, curieusement, apportait un certain réconfort aux prisonniers après avoir été obligés à endurer les atroces épreuves imposées par leurs impitoyables tortionnaires.

Les gardes séparèrent alors les esclaves, les conduisant par ordre de six individus à travers un coin de l’arène. Puis on les libéra de leurs liens. Le grand orc avait fait son apparition et choisit l’un des groupes en présence. On les conduisit au centre de l’arène et on les équipa devant tout le monde d’un attirail particulier. À leurs bras gauches, on accrocha un bouclier armé d’une pointe de métal, tranchante et acérée. À leurs bras droit, une chaîne terminée par un lourd boulet épineux : un fléau apte à fracasser les crânes les plus solides. Enfin, on leur banda les yeux avec un masque de bronze intimidant.

Intrigués, les six esclaves aveuglés restaient debout, indécis, inquiets.  Puis enfin le terrible maître des esclaves déclara de sa voix tonitruante :

« Combat à mort ! Le dernier debout remporte la victoire. Vous n’avez pas le droit de vous coucher par terre pour déstabiliser votre opposant ou vous signerez votre arrêt de mort ! Que le meilleur gagne. »

Les coups de fouet des tortionnaires eurent tôt fait de dissiper les doutes et l’incompréhension des nouveaux challengers , les poussant au centre de l’arène. Puis le combat débuta, un étrange combat. Chacun tentait de deviner si un « ennemi » était à proximité, et comme chacun restait parfaitement silencieux la scène dura longtemps. Agacé, l’orc aboya :

« Nouvelle règle : celui qui ne tournoie pas son boulet se fera arroser de flèches ! »

Avec cette nouvelle contrainte, les choses sérieuses débutèrent. Désormais chacun se guidait avec le son qu’émettait la rotation des fléaux ennemis et se déplaçait en conséquence. On compta bien vite la première victime, une jeune femme qui s’écroula, l’arrière du crâne grièvement blessé. Un spectacle bien triste, une boucherie silencieuse. L’affrontement se termina brutalement lorsqu’un musculeux guerrier repoussa un autre homme avant d’abattre à plusieurs reprises son bouclier contre la tête sans protection de son adversaire.

Le survivant fut conduit vers un autre couloir et on débarrassa l’arène des cadavres ensanglantés. Un spectacle devenu tout à fait normal pour les survivants qui ne s’étonnaient plus de la froideur exprimée par leurs bourreaux.

« Aux suivants ! »

Et il se trouve que c’était le groupe de Shad qui allait désormais passer l’épreuve du fléau ! On les poussa au centre de l’arène au sable chaud, teinté du rouge sanglant des tombés. Elle aurait pour adversaires un pirate, deux gobelins des marais, un semi-troll aux muscles saillants et une farouche barbare du Nord. Des adversaires redoutables pour l’Okami.

On lui fit porter le bouclier armé et la lourde chaîne au boulet mortel, puis on lui plaça le masque sur le visage, lui cachant les yeux. Un coup de bâton sur le dos la poussa sans douceur jusqu’à un emplacement sur le sable. Il y’eut un long et lourd silence, puis l’orc déclara le début des hostilités.

Les fléaux, alors, se mirent à siffler dans le noir.
Journalisée

O détestable orgueil ! Non il n’est point de vice
Plus funeste aux mortels, plus digne de supplice.
Voulant tout asservir à ses injustes droits,
De l’humanité même il étouffe la voix.

>> DC de Losgar. Pour toute demande ou autre, prière de laisser un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox