banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: The Heist [PV : Félicia Hardy]  (Lu 1670 fois)
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« le: Novembre 23, 2016, 04:01:10 »

Baie de Seikusu – La nuit

Cela faisait maintenant plusieurs jours qu’elle préparait son coup. Un plan des plus simples mais des plus efficaces, qui s’il se passait sans soucis techniques et imprévus, serait son petit casse du siècle. Naoko avait des vus sur un riche de cette ville, un homme d’affaire puissant mais discret. Discret ? Il l’était si bien. Il fallait qu’il le soit, sinon la justice se serait mêlée de ses affaires. Même si, quand on était riche et puissant ces petites formalités étatiques ne représentaient plus rien. Tout cela pour dire que Naoko avait longuement préparé son coup, notamment en se renseignant du mieux qu’elle pouvait sur son homme. Riche, influent, mais très discret. À l’écoute de son nom on ne saurait probablement pas qui était-il et pourtant, ça en vaudrait le coup.

Il était associé à la pègre la plus présente à Seikusu ; les Guramu. Oui, ceux-là même qui possédaient Muramasa-jo, le fort médiéval de la ville. Quelle honte … Mais ce n’était pas à Naoko de faire justice. En vérité, placer justice et son nom dans une même phrase était un exploit de contradiction. Naoko vivait pour tout sauf pour faire la justice. Elle agissait exclusivement pour sa personne et rien d’autre. C’était d’ailleurs pour cela qu’elle avait des vus sur la propriété de cet homme d’affaire. En effet celui-ci possédait quelque chose qui l’intéressait grandement. Etant influent, et surtout businessman, il possédait un compte dans l’une des banques de données la plus sécurisée et puissante au monde. Cette banque qui était un véritable coffre-fort géant à données en tout genre sur les entreprises.

Cet homme avait une clé puisqu’il était client chez eux. Tout naturellement, Naoko était extrêmement intéressée par cela puisqu’elle était en quête de données. Après tout, l’une de ses principales missions était d’assimiler le plus d’informations, afin de mieux servir l’entité dont elle était le clone. Ultron, oui. Naoko avait la faculté de télécharger des quantités de données grandes via ses nanites directement dans son cortex cérébral, c’était d’ailleurs pour cela qu’elle était particulièrement forte en ce qui était de la compréhension. Son plan était alors d’infiltrer cette banque de donnée mondiale, possédant une branche à Seikusu, et d’assimiler le plus de données que possible. Pour cela, il lui fallait une clé, que possédait cet homme.

L’heure de son coup arriva et elle se décida à agir la nuit, comme d’habitude. La lune éclairait faiblement la pénombre qui régnait sur la baie, même si la luxueuse demeure de la cible brillait de mille feux. Difficile d’y pénétrer, mais quand on pouvait s’infiltrer au cœur même des systèmes informatiques qui géraient tout ceci, c’était plus facile. Encore fallait-il avoir accès à un terminal. Naoko ne mit pas longtemps avant de s’infiltrer dans la demeure, avec discrétion. Dès que quelqu’un la repérait, elle faisait une ou deux pirouettes acrobatiques pour lui tordre le cou avec ses bras ou ses cuisses. Elle était tentée de les tuer purement et simplement, mais ça serait laisser des traces inutiles. Tout semblait aller pour le mieux, pour le moment. Son premier objectif était d’atteindre la salle de sécurité, où le poste informatique gérant la sécurité s’y trouvait. De là elle pourrait créer une diversion et faire planter le système, qui lui donnerait accès à l’endroit où cette clé était stockée.

Mais … Elle était loin de se douter qu’elle n’était pas la seule sur le coup. Elle aurait une bien belle surprise au moment voulu …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Félicia Hardy
Humain(e)
-

Messages: 557



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Novembre 23, 2016, 11:04:27 »

Il existait, au Japon, une forme très particulière de société, qui était extrêmement influente. Avant la Seconde Guerre Mondiale, on les appelait les zaibatsu, très proches du pouvoir militaire. Pendant la période d’occupation du Japon par les États-Unis, les zaibatsu avaient été démantelées, et avaient resurgi sous une forme plus civile, et sous un nom différent : les keiretsu. Ce terme, typiquement japonais, désignait une forme de conglomérat industriel, regroupement de multiples sociétés en une grosse entité, avec, au centre des liens financiers tissés entre ces sociétés, un établissement bancaire. Quand on savait que trois keiretsu, seulement, détenaient 30% du PNB japonais, on comprenait tout le poids de ces structures dans l’économie japonaise.

Le rapport entre les keiretsu et la mission de ce soir tenait en une banque, la Sayagochi Bank. Derrière ce nom, il y avait un épais building en plein centre-ville de Seikusu. La Sayagochi était une grosse banque japonaise, au cœur d’une keiretsu tentaculaire, qu’on appelait juste « Sayagochi », formant un montage financier très complexe, car la Sayagochi disposait de multiples entreprises et PME sous-traitant pour elle à l’international, ainsi que d’une ribambelle de sōgō-shōsha, un terme désignant des sociétés commerciales faisant office d’intermédiaires entre les sociétés japonaises, dont elles étaient mandataires, et les marchés étrangers. Au centre de tout ce maillage, il y avait un homme travaillant au sein de la Sayagochi Bank, un comptable très influent, Amin Zokaku. Un métis qui avait fait de brillantes études à l’international, et avait été embauché par la Sayagochi Bank il y a des années. Amin disposait de beaucoup d’informations, notamment sur les mouvements financiers des capitaux de la keiretsu.

Car toute cette structure servait en réalité de couverture pour le blanchiment de l’argent sale des Guramu. La Sayagochi Bank toute entière détenait presque exclusivement des fonds appartenant au plus redoutable clan yakuza de la ville, un clan présent dès les premiers jours de la ville. Et Zokaku était un individu éminemment méprisable, un être avare et pingre, qui faisait partie du service de blanchiment de la banque. Félicia l’avait réalisé en parvenant à subtiliser leur organigramme officiel, et leur organigramme officieux, lors d’une infiltration délicate dans les locaux de ce bâtiment haute-sécurité. En comparant les deux, elle avait découvert un service qui ne correspondait à rien, et en avait déduit que les individus travaillant dedans faisaient partie de l’équipe chargée de blanchir l’argent sale des Guramu. De manière générale, Félicia soupçonnait la Sayagochi toute entière de ne se livrer qu’à des activités criminelles, en utilisant ses filiales et ses sociétés sous-traitantes à l’étranger pour faciliter la circulation des capitaux. Les Guramu étaient un clan très tourné vers l’international, vendant leurs armes futuristes achetées auprès de trafiquants d’armes tekhans à quantité de groupuscules criminels étrangers, allant des simples gangs de Gotham City aux cartels sudaméricains, et aux seigneurs de guerre en Afrique subsaharienne. C’était tout un réseau, et, ce soir, Félicia partait pour deux choses :

  • Premièrement, obtenir les informations confidentielles sur les multiples comptes bancaires que la Sayagochi détenait, afin de faciliter la traçabilité des capitaux des Guramu,
  • Deuxièmement, faire un peu de « justice sociale ».



Amin vivait dans une immense villa au bord de la mer, bâtie à flanc de falaise, le long d’une route serpentée faisant penser aux rivages de Monaco. Isolée de la ville, la villa comprenait un héliport, et un escalier menant vers une petite crique privée, abritant une plage, et un ponton, d’où Amin faisait du jetski, ou utilisait son hors-bord. La ville en elle-même était une épaisse demeure, avec une grande piscine extérieure, une vaste terrasse, et plusieurs étages, sans parler d’une foule de gardes et de tueurs.

*Indéniablement, Monsieur Zokaku est loin du simple comptable en costume-cravate, avec la petite mallette à la main, qui rentre chez lui le Vendredi soir se mater un reportage télévisé avec son plateau-repas...*

Plutôt beau gosse, Zokaku était aussi un homme sexiste et brutal, qui avait été condamné à plusieurs reprises par la justice pour violences conjugales. Maintenant, il se défoulait sur des prostituées quand il allait dans les boîtes de nuit et les bordels appartenant aux Guramu. Félicia n’avait aucun respect pour lui, et, ce soir, elle comptait bien le voler un peu, et redistribuer l’argent ensuite... Tout en se conservant une bonne commission, bien sûr. Après tout, cambrioler un tel homme, ça demandait du boulot !

Félicia avait déjà fait du repérage il y a plusieurs jours, et, quand la nuit vint, la Chatte Noire s’approcha. Elle arrêta sa moto à bonne distance, et grimpa ensuite vers la villa. Cette dernière était entourée par un épais mur, bardé de caméras de sécurité, de capteurs thermiques, et de détecteurs de mouvement. La Chatte Noire planta ses griffes dans le mur, et l’enjamba rapidement, atterrissant dans un grand jardin zen, très bien entretenu, avec des carrés d’eau entourant une statue en marbre de Bouddha.

Elle s’avança le long du jardin, jusqu’à s’arrêter contre une statue, en voyant un petit ruisseau, surplombé par un pont en bois, où un Yakuza avec des Ray-Ban bleues était occupé à fumer. Sans rien dire, Félicia s’avança à quatre pattes, étouffant le bruit de ses pas, sa combinaison noire l’absorbant dans la nuit, et, quand elle ne fut plus qu’à quelques mètres, elle bondit brusquement en avant, détendant ses muscles, et frappa le Yakuza, lui faisant passer la balustrade, et l’envoya s’écraser dans l’eau, son hurlement s’étouffant contre l’eau.

S’affalant dans le ruisseau, le Yakuza grogna, se débattant, remuant des jambes et des bras, parvenant à donner un coup à la tête de Félicia, qui grogna, et le frappa au visage, lui brisant le nez, et l’assommant pour le compte. Soupirant, elle se releva ensuite, secoua la tête et son corps, faisant virevolter l’eau, puis sortit du ruisseau, traînant le corps, et le dissimula dans le jardin.

*Hum... Il avait une bonne droite...*

Félicia avait mal à la joue, et détendit son cou pendant quelques secondes, avant de quitter le jardin, rejoignant la grande piscine, qui était un peu surélevée, avec une vue sur la mer. En tournant la tête sur sa gauche, la Chatte Noire vit, au loin, les lumières de la ville, puis se concentra ensuite à nouveau.

La villa comprenait plusieurs dépendances, dont une salle de sport, et se composait, ; en son centre, d’une grande baie vitrée transparente donnant sur un immense salon en forme de duplex, avec deux escaliers en colimaçon en verre. Il y avait un écran géant dans un coin, et Félicia s’approcha discrètement, évitant les caméras de sécurité, et regarda à travers. Il y avait de la lumière, et elle put voir de multiples gardes, qui étaient, soit occupés à manger des pizzas, soit s’affairaient devant la télévision, jouant à Pro Evolution Soccer. Devant tout ce propos, Félicia de passer par une entrée latérale, et ouvrit une porte dans un coin, débarquant dans une longue cuisine, vide, avec une odeur de grillade.

Elle avançait discrètement, laissant quelques traînées d’eau sur le sol. Son court séjour dans le ruisseau avait moulé davantage sa seyante combinaison, et elle s’arrêta à l’angle de la cuisine, débarquant devant un couloir qui menait droit à la salle centrale. Devant elle, il y avait une porte entrouverte d’où un rai de lumière s’échappait, et elle entendait un lit craquer.

« Haaa... Haaaaa...
 -  Hmmmm... Ouais, putain, hmmmm... !! »

Félicia s’approcha, curieuse, et vit deux Yakuzas, occupés à prendre en sandwich une prostituée, l’un dans son dos, enfonçant sa verge dans ses fesses, l’autre couché sur le lit, lui palpant les cuisses. Là encore, la Chatte Noire choisit de se promener, et s’éloigna de ce beau monde, grimpant un escalier, puis se promena ensuite. Elle recherchait le centre de sécurité, et s’arrêta en voyant, au fond d’un couloir, une épaisse porte blindée.

*Hum...*

Elle se rapprocha de cette dernière, et força l’accès. La Chatte Noire était une cambrioleuse hors pair, et ouvrit le boîtier de commande, apercevant un code digital à rentrer. Elle posa une petite puce dessus, fournie par le S.H.I.E.L.D., et la puce se mit rapidement en marche, puis énuméra toutes les possibilités de codes, jusqu’à provoquer un déclic, déverrouillant la porte.

« Que... ?! » s’exclama le Yakuza situé à l’intérieur en se retournant.

Ce fut tout ce qu’il eut le temps de dire. Dès que la porte s’ouvrit, Félicia bondit, et son pied prit appui sur le mur, puis elle en profita pour rebondir, et logea son autre pied dans son visage, l’envoyant s’écraser contre le mur, avant de terminer mollement sa course sur le sol.

*Voilà !*

Ici, elle obtiendrait sûrement des informations sur le reste de la maison, et pensa à fermer la porte, puis se plongea dans l’observation de la villa... Et remarqua alors qu’il y avait, dans la cuisine, un Yakuza à terre, probablement avoir été récupérer de la nourriture dans un frigo’.

*Mais que... ?!*

Troublée, Félicia cligna des yeux, et entendit soudain la porte s’ouvrir. Elle se retourna alors... Et écarquilla les yeux en voyant une sorte de curieuse créature noirâtre émerger, des tentacules le long de son corps, étonnamment sexy et... Symbiotique.

« La vache, t’es quoi, toi ? Un trip’ fétichiste ?! »

Ce fut la première chose que Félicia arriva à sortir, tout en ayant un affreux pressentiment au sujet de cette créature...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Novembre 24, 2016, 07:01:28 »

Naoko ne se souciait pas vraiment si, en fait, elle tuait les gardes ou pas. En vérité elle tordait des cous, elle assommait à grand coup de griffes ou de coups de pieds retournés. Mais vu les conditions, il se pouvait qu’en réalité ses coups soient légèrement trop forts pour les pauvres bonhommes … En d’autres termes Naoko ne savait pas s’ils s’écroulaient au sol dans l’inconscience, ou dans l’agonie. Et pour être honnête elle s’en moquait parfaitement. Ce n’était que des moustiques … Des gens insignifiants dont la vie n’avait aucune valeur. Seule la sienne comptait et éventuellement celles de ses petits jouets. Oui, jouets. Il arrivait à Naoko de jeter son grappin sur une demoiselle pour diverses raisons, la plupart du temps pour s’amuser un moment avec elle, avant de soit la tuer, soit la jeter comme une vieille chaussette. Après tout qui l’en empêcherai ?

Mais on s’écartait du sujet. Naoko était dans la spacieuse demeure et tentait de se frayer un chemin vers la salle de la sécurité. Elle finit par parvenir dans un long couloir où, au bout, séjournait une lourde porte blindée fermée. Bingo ! Pensa alors Naoko qui salivait déjà à l’idée de mettre la main sur la fameuse clé du coffre. La mine d’or d’informations qu’elle allait avoir sous la main était conséquente, il y avait de quoi en rêver. La créature qu’elle était accourra donc auprès de cette porte blindée puis remarqué qu’elle était verrouillée. Comme toujours avec ce genre d’homme, aussi parano qu’un dictateur, on ne lésinait pas sur le niveau de sécurité. Toutefois Naoko devrait parvenir à pouvoir forcer l’accès. Elle avait pour désavantage de ne pas avoir de gadget high-tech sur elle, mais le gros avantage d’être un gros gadget high-tech.

Un de ses tentacules s’enfonça dans le panneau de commande puis sembla alors se liquéfier pour s’infiltrer dans les circuits de celui-ci. En vérité, Naoko était en train d’infiltrer le système lui-même, envoyant une petite partie de nanites constituant sa combinaison – et son corps aussi – là-dedans, pour corrompre les données. Quelques instants après, où elle brisa les codes de sécurités en visualisant l’attaque en brut force dans son esprit, la lourde porte s’ouvrit. Jackpot, encore une fois. De toutes les façons elle savait ses chances de succès maximales, car dans le pire des cas, ça ne la dérangerait absolument pas de transformer cette villa en boucherie géante. Elle voulait cette clé et elle l’aurait même si elle devait pour cela tuer tout le monde. Qui allait faire quelque chose ? Comment pourrait-on la soupçonner, elle qui n’est qu’une fourmi dans la fourmilière de Seikusu ?

Elle entra dans la salle et referma la porte derrière elle, avant d’avancer plus loin puis de se figer. Son regard croisa alors celui d’une femme qui, en vue de sa tenue, de sa posture et du fait qu’il y avait des corps inanimés autour d’elle, devait être une intruse. Elle se permit même un commentaire acerbe sur l’apparence de Naoko, qui grimaça même si on ne pouvait pas le voir. « C’est une bimbo blonde moulée dans du cuir au décolleté plongeant qui ose me dire ça ? Dans quel monde vis-je … » Répliqua-t-elle froidement. Elle écarta ses doigts pour montrer ses griffes, alors que ses fameux tentacules se murent dans son dos, prêts à frapper s’il le faut. D’ailleurs elle n’attendit pas le premier feu pour agir ; Naoko s’élança vers l’intruse non pour lui porter un coup, mais pour être suffisamment proche d’elle, afin de pouvoir immobiliser ses poignets et ses chevilles avec ses tentacules.

Un peu de piment dans le plat, c’était toujours de bon gout ! Naoko était d’humeur en plus … En fait, elle était toujours d’humeur à cause de ce qu’elle portait sur et en elle. « Je ne laisserai personne mettre à mal mes plans. Désolée pour toi ma grande, mais la clé sera mienne, point final. » Dit-elle, s’apprêtant alors à piéger l’intruse.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Félicia Hardy
Humain(e)
-

Messages: 557



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Novembre 25, 2016, 08:07:50 »

Qu’est-ce qui lui mit la puce à l’oreille face à cette femme ? Était-ce le fait qu’elle était toute de noire vêtue ? Que des tentacules sortaient de son dos ? Que sa peau ressemblait étrangement à une variante sexy, mais non mois marquante, du symbiote de Venom ? Qu’elle avait ouvert cette porte en laissant derrière elle une ribambelle de corps ? Ou était-ce, finalement, un mélange de tout ça ? En tout cas, elle se tenait entre elle et la sortie, dans une pièce minuscule, et s’avança un peu, visiblement guère intriguée de se retrouver face à une femme, et lui indiqua sommairement vouloir la « clé » de Zokaku, faisant probablement référence à une clef informatique. Félicia serra les lèvres sans rien lui répondre, la regardant silencieusement.

« Je t’aurais bien proposé de partager, ma chérie, mais... Les chattes ne sont pas très partageuses quand il s’agit de leur butin. Première arrivée, première servie ! »

Félicia appuya alors sur un bouton d’urgence, et coupa le générateur électrique de la villa, la plongeant instantanément dans l’obscurité, tout en récupérant une clef USB qu’elle avait glissé dans l’une des fentes de l’ordinateur, et qui contenait toutes les informations sur Amin Zokaku, y compris sa clef électronique. La pièce se plongea dans l’obscurité, ce qui ne dérangea nullement la Chatte Noire, puisqu’elle était nyctalope, et elle courut en avant, pour voir alors plusieurs tentacules s’élancer vers elle.

La Chatte Noire les esquiva en prenant appui contre le mur, et bondit élégamment en l’air, un tentacule la longeant, et envoya son pied se loger dans la tête de la créature symbiotique, la projetant sur le sol. Félicia passa par-dessus elle, se réceptionna à l’aide d’une roulade, et bondit immédiatement sur le côté, son agilité parlant pour elle. Malheureusement, son adversaire était aussi agile, car, alors qu’elle sortait de la salle de sécurité, elle sentit l’extrémité d’un tentacule attraper sa cheville, la déstabilisant.

« Urf ! »

Un choc sourd se fit entendre quand la courageuse Chatte Noire tomba, à son tour, à terre, en se couchant sur le ventre. Un grognement désapprobateur s’échappa de ses lèvres, et elle utilisa l’une de ses mains. Félicia aussi avait des griffes, et s’en servit pour trancher le tentacule, avant de se relever... Pour voir des lumières danser devant elle. Deux Yakuzas arrivèrent à l’entrée du couloir, et éclairèrent, dans le faisceau des lampes de leurs pistolets, la silhouette de Félicia.

« Que... ?!
 -  INTRUSE !! »

Difficile de dire ce qui allait ameuter la présence des autres hommes de Zokaku : le hurlement du Yakuza, ou les coups de feu qu’ils se mirent tous les deux à tirer. Félicia s’élança rapidement vers eux, prenant appui sur un meuble, et fit un bond en avant, un véritable salto avec les jambes redressées, qui se termina avec son pied heurtant le crâne d’un des deux larrons, l’assommant pour le compte. Elle atterrit sur le sol, posa une main par-terre, et s’en servit comme support pour balayer l’air avec ses jambes, fauchant le second gangster, puis le frappa à la gorge, le neutralisant.

*Allez, vite, Félicia, t’as la boule de tentacules aux fesses, ne traîne pas en route !*

Pas question qu’elle traîne, en effet, et la jeune femme se mit à courir dans le couloir, rejoignant un escalier dans un coin, où elle utilisa encore de sa fameuse technique contre un Yakuza qui montait rapidement, en s’appuyant sur la rambarde, et en bondissant en avant, pieds joints à l’angle de l’escalier, enfonçant ainsi ses deux pieds dans le ventre du tueur potentiel, l’envoyant partir en arrière, où il s’écrasa au rez-de-chaussée. Elle ouvrit ensuite la porte, déboula dans un couloir, et fila sur la gauche, rejoignant le salon principal, bien décidé à fuir... Par manque de courage ? Disons qu’elle avait déjà eu, affaire, dans le passé, à Venom... Et cette nana avait tout du Venom potentiel, une raison tout à fait légitime pour foutre rapidement le camp.

Mais serait-elle assez rapide malgré tout ?
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Novembre 28, 2016, 03:06:44 »

Il fallait qu’une garce se mêle de cette affaire. Il fallait qu’une autre cambrioleuse fasse son casse pile le soir où Naoko passait à l’acte. La vie était parfois très traitre. Mais ce n’était pas elle qui allait dicter quoi faire à la voleuse, qui était bien déterminée à récupérer son butin, et à punir cette femme qui avait osé s’opposer à elle. Elle ne retiendra aucun coup, du moins ceux qui risquaient de trop l’amocher. Car sa punition allait demander d’avoir un corps intact … Elle en aurait la surprise. Alors que Naoko s’élança, l’intruse fit plonger la salle dans l’obscurité ce qui perturba naturellement Naoko. Elle rata sa cible et mit un certain temps avant de s’adapter. Les nanites ne mirent pas vraiment longtemps à effectuer les changements nécessaires au niveau de ses yeux pour lui permettent de voir clairement.

Et quand ce fut le cas, elle vit un pied se nicher sur sa tête, l’envoyant s’écraser au sol dans un fracas. Prise par surprise, Naoko était un peu sonnée mais elle se releva juste avant que la voleuse ne mette les voiles. Elle projeta ses tentacules pour lui aggriper la cheville et ça marcha, ce coup-ci. Elle tomba lourdement au sol, immobilisée. Mais le temps que Naoko arrive, elle usa de ses griffes pour couper ses entraves et prit la poudre d’escampette. « Tu ne m’échapperas pas, petite salope ! » S’insurgea-t-t-elle, la voyant filer le long du couloir, mettant un pâté aux Yakuzas au passage. Pour autant, elle n’allait pas commettre l’erreur de la courser bêtement. La boule de tentacules prit un autre chemin, opposé à celui de la Chatte Noire.

Cette dernière pouvait penser qu’elle avait peut-être semé son adversaire mais il n’en n’était rien. Elle prit des chemins détournés, où elle rencontra bien évidemment des Yakuzas prêt à vider leurs chargeurs sur elle. Mais Naoko était très agile et cette fois-ci, nulle question de les assommer. Ses griffes et ses tentacules s’agitèrent dans tous les sens alors que le sang gicla à foison sur les murs, au fur et à mesure qu’elle progressait. Des cris à faire réveiller les morts retentirent dans les couloirs, tellement la créature était en train de commettre un massacre sur les pauvres Yakuzas qui ne faisaient que leur travail. Mauvaise pioche, c’était tout ! Naoko progressa et envoya le dernier bonhomme au tapis grâce à un coup de pied joins, avant de s’abattre sur lui à califourchon, puis de se défouler avec des griffes et ses tentacules. Il n’en resta bientôt plus qu’un tas de viande inerte …

Naoko progressa à nouveau et finit par arriver sur une haute mezzanine qui donnait sur le salon principal. Ce fut pile poil à ce moment qu’elle vit l’intruse le traverser, en contrebas. Sans aucune hésitations, Naoko fit un saut de l’ange dans le vide, visant la Chatte Noire. « VIENS LÀ !!! » S’écria Naoko de sa voix quelque peu robotique, à la manière … D’Ultron ? Quelques secondes après, un poids lourd s’abattit sur la femme à la chevelure blonde. Naoko, dut au choc, partit valse un peu plus loin mais au moins, elle avait envoyé cette dame à terre en lui sautant dessus d’aussi haut. Elle se releva rapidement puis bondit vers la jeune femme, prenant appui sur un pilier pour se propulser et lui asséner un coup de pied retourné, au niveau de son visage. Il était hors de question que Naoko la laisse repartir … Et plus elle s’opposerait, plus sa punition sera grande ! « Je ne suis pas assez bonne pour toi ? Pourquoi tu veux pas te battre, hein ? » S’exclama Naoko, restant à une petite distance de Félicia après son coup.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Félicia Hardy
Humain(e)
-

Messages: 557



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Novembre 28, 2016, 10:36:33 »

*BANG !! BANG !!*

Les détonations du pistolet résonnèrent vers Félicia, qui prit appui sur un meuble, bondissant en hauteur, évitant les balles, et planta ses griffes sur le palfond, s’en servant pour soulever ses jambes, puis se relâcha, et son pied partit en avant, atteignant la tête du Yakuza, le renversant sur le sol. Elle arriva ainsi dans le grand salon central, tout en entendant, venant de l’étage, des coups de feu et des hurlements. Deux Yakuzas s’élancèrent rapidement vers elle, et la Chatte Noire, observant rapidement son environnement, attrapa un vase situé à sa droite, et s’en servit comme d’un projectile, l’envoyant s’exploser contre la tête d’un ennemi. Un autre avait sorti son Uzi, et s’apprêtait à tirer quand Félicia le frappa au ventre. La rafale partit sur le plafond, creusant une série de trous. Un troisième Yakuza débarqua alors depuis une porte, et la canarda, amenant la Chatte Noire à se replier derrière le fauteuil, les balles filant autour d’elle, crevant les coussins. Elle se dépêcha rapidement d’agir, en bondissant à quatre pattes devant elle, puis attrapa une DualShock 4, une manette de jeux vidéos, et la lança.

Utilisant cette arme improvisée, elle atteignit le canon de l’Uzi, déstabilisant suffisamment l’homme pour permettre à Félicia de courir vers lui. Elle prit appui sur une chaise, et se catapulta gracieusement dans les airs, et tendit les jambes en avant, pliant les genoux... Et heurta la tête de son ennemi. Son visage se retrouva plaqué contre son intimité, dans une posture très érotique, Félicia « s’asseyant » sur ses épaules, avec les genoux repliés, et bascula en avant, l’homme tombant en arrière sous le poids de la femme.

La stratégie était néanmoins calculée, car la Chatte Noire tendit ses mains en avant, s’appuya sur le sol, et souleva ses jambes, balançant le Yakuza par-dessus elle, en grande partie grâce à l’amplitude qu’elle avait acquise dans la descente. Elle le projeta ainsi contre une vitre, que l’homme explosa, roulant sur le sol, avant d’atterrir dans la piscine.

*Allez, ma fille, pas le temps de lambiner, il faut partir !*

Elle se retourna vers une baie vitrée donnant sur une terrasse, et s’y précipita rapidement... Avant de sentir un souffle autour d’elle. Félicia eut à peine le temps de réagir qu’une masse s’aplatit sur elle.

« Haaaa... !! »

Dans un hurlement de douleur, elle rebondit sur le sol, et glissa par terre, ses griffes crissant sur le sol. Félicia eut à peine le temps de se relever qu’elle vit la mystérieuse femme symbiotique bondir sur elle, pied en avant.

*Elle est rapide !*

Ne pouvant pas esquiver, Félicia para avec ses deux mains, et, comme elle avait un genou à terre, elle parvint à la repousser, le coup l’étalant néanmoins. Elle se redressa très rapidement, et vit la femme face à elle, toujours aussi furieuse, lui reprochant de ne pas vouloir se battre.

« Eh bien... Je suis une chatte, je préfère m’éclipser, et laisser les idiots se battre entre eux. Tu as quelque chose à prouver, ma chérie, pour avoir autant envie de te battre ? »

Félicia se moquait délibérément d’elle, mais elle restait vigilante. Avec ses tentacules, cette femme pouvait l’attaquer en traître. Et, vu les hurlements que Félicia avait entendu, tuer ne lui posait aucun état d’âme. De fait, si la Chatte Noire n’avait pas eu sa force surnaturelle, le coup qu’elle avait reçu dans le dos lui aurait probablement brisé les vertèbres. Elle en avait d’ailleurs encore furieusement mal, mais, comme elle ne pouvait pas fuir... Elle bondit soudain vers sa proie, en se mettant à quatre pattes pendant quelques secondes, et fila vers elle, bondissant vers son ventre, afin de la griffer...
« Dernière édition: Décembre 20, 2016, 02:17:06 par Félicia Hardy » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Décembre 03, 2016, 10:49:09 »

Cette concurrente était malgré tout amusante. Elle désirait la fuite et non la confrontation, c’était … Presque touchant. Naoko se ferait une joie de lui rappeler la dure réalité, surtout quand on avait le malheur de s’en prendre à ce qui lui appartenait. Car oui, cette clé lui appartenait d’ores et déjà et elle ne tolérerait pas que quelqu’un la lui subtilise. Elle avait beau être sexy, ou savoir user de sa langue de vipère, cela n’allait pas changer l’issu de cette soirée. Naoko était déterminée à lui montrer de quoi elle se chauffait. Et avant que tout ceci ne commence, la concurrente alla même jusqu’à la provocation, se demandant qu’est-ce que Naoko avait bien à prouver en désirant se battre à tout prix. Mais avant qu’elle puisse répondre, elle fut surprise de voir qu’elle la chargea directement, s’élança vers elle, griffes prêtes à la lacérer.

Elle parvint à ses fins et la griffa, lui arrachant un râle de douleur avant qu’elle ne se fasse plaquer au sol. La femme en combinaison noire l’avait chargé au niveau du ventre, mais Naoko bondit sur place une fois au sol et se redressa sur ses pieds, effectuant une pirouette arrière pour s’écarter. « Oui, j’ai quelque chose à prouver ; qu’on paie très cher quand on me fait chier ! » Dit-elle, s’élançant à son tour vers la jeune femme. Sauf qu’elle n’allait pas user de la même stratégie. Si elle aussi tendit ses griffes, elle fit une feinte au dernier moment et sauta par-dessus son adversaire, s’aidant de ses tentacules pour se propulser en l’air. Elle atterrit furtivement derrière la jeune femme et ce de manière à ce que ses tentacules se resserrent subitement autour d’elle, faisant un effet de constriction.

« T’as juste à me donner ce que je veux, et on sera quitte. Sinon je vais devoir non seulement me servir, mais te punir pour me faire perdre mon temps. » Lui dit-elle, resserrant ses tentacules pour lui couper le souffle. Cependant alors qu’elle pensait la tenir, elle entendit un éclat de voix derrière elle. À peine retourna-t-elle sa tête, un coup de feu retentit en sa direction. La balle du Yakuza s’écrasa dans son dos, et sembla … Comme être absorbée. Naoko grogna et fut quelque peu distraite le temps qu’elle projeta violemment un autre de ses tentacules vers l’homme, le transperçant de part en part, avant de le soulever et de le jeter à l’autre bout de la pièce, comme s’il s’agissait d’une vulgaire poupée. Seulement voilà, pendant ce laps de temps son attention envers la voleuse s’était érodée … Et elle ne put parer le coup de coude qui la poussa et la fit râler de douleur. Son emprise sur la jeune femme céda.

« À force de jouer avec le feu tu vas finir par te brûler, chaton. Je vais pas seulement te casser les deux jambes, mais je sens que je vais aussi casser ton petit cul … » Dit alors Naoko sous forme de provocation.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Félicia Hardy
Humain(e)
-

Messages: 557



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Décembre 04, 2016, 01:33:53 »

Félicia était visiblement tombée sur une nouvelle recrue dans l’équipe des super-vilains psychotiques. Elle qui était habituée à naviguer en eaux profondes, elle savait la différence qu’on pouvait faire entre un type comme Le Rhino, et un cinglé comme Carnage... Ou comme cette nana symbiotique. Un symbiote influait toujours sur son hôte, amplifiant ses faiblesses, et le rendant peu à peu détraqué. Et, vu la propension de cette femme à s’afficher, à se battre, et à tuer, sa personnalité profonde devait probablement être celle d’une femme refoulée, qui n’était pas habituée à s’affirmer. Le symbiote lui permettait d’amplifier sa frustration, de l’exprimer, mais en lui faisant perdre toute retenue. Son adversaire fonça vers elle, et bondit soudain brusquement, s’envolant dans les airs, et, agissant avec rapidité, surprit Félicia, enroulant son corps dans des tentacules noirs, qui serrèrent soudain, comprimant son corps et ses muscles.

« Argh ! »

Prisonnière, Félicia se débattit autant que possible, mais sentit les tentacules se serrer encore, l’étouffant, tandis que, dans son dos, la femme symbiotique exultait.

*Merde ! Je ne vais quand même pas me faire avoir par un tel tour de débutant...*

La Chatte Noire grognait sur place, sentant la femme dans son dos, et faisait sortir ses griffes... Quand un Yakuza se sacrifia galamment pour elle. Elle entendit la détonation, et son adversaire tourna la tête, puis un tentacule fusa, engendrant un terrible hurlement de douleur... Mais qui offrit à Félicia l’opportunité de libérer son bras, et son coude frappa la femme dans le cou, la faisant reculer. Félicia bondit en avant, finissant à quatre pattes, arrachant les tentacules avec ses griffes, bombant involontairement ses fesses, pendant que son adversaire, de son côté, la narguait encore.

Les tentacules de son adversaire se ruèrent à nouveau vers son corps, et Félicia, plutôt que de filer en avant, bondit en arrière, filant dos à son ennemi, et se retourna en plein vol, la frappant avec le bout du pied au visage. Relativement agile, Félicia évitait les tentacules de son adversaire. Son coup de pied la fit reculer, et la Chatte Noire atterrit au sol, et bondit encore en avant, atterrissant en se mettant en boule, ses genoux heurtant la femme à hauteur des seins. Félicia finit à califourchon sur elle, et la griffa à hauteur de la poitrine, s’enfonçant dans son symbiote, mais ce dernier réagit, et un tentacule poussa de la poitrine de la femme, et frappa Félicia au ventre, l’envoyant valdinguer en arrière. Un coup bien plus puissant que les autres, puisque la Chatte Noire traversa tout le salon, et s’écrasa contre la vitre menant à la piscine, l’explosant sur place, rebondissant ensuite sur le sol.

*Je suis plus rapide et plus agile qu’elle, mais elle est plus puissante... Je dois faire attention !*

Ce coup aurait pu tuer n’importe qui, mais Félicia se releva rapidement... Juste à temps pour sentir un autre tentacule fuser vers elle. Elle le para avec ses griffes, mais un autre suivit immédiatement, et l’attrapa à la nuque, la décollant du sol, et l’envoya s’écraser au fond de la piscine. Elle se débattit, mais d’autres tentacules fusèrent également, agrippant la femme aux jambes, et cherchant aussi à immobiliser ses bras.

Il n’avait suffi que de quelques secondes d’inattention pour que son adversaire en profite, la mettant maintenant en péril, tout ça avec ses foutus tentacules...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Décembre 19, 2016, 03:35:00 »

Le combat continuait de faire rage entre les deux voleuses. L’une comme l’autre désirait la fameuse clé appartenant au propriétaire des lieux, mais l’une comme l’autre était décidée à ne pas céder. Forcément, cela se réglait avec les mains … Ou plutôt les tentacules, dans le cas de Naoko qui décida de passer aux choses sérieuses. Avant cela, son adversaire avait su tiré avantage de la distraction offerte par le Yakuza, et put ainsi se libérer des griffes de Naoko. Elle la poussa violemment et para ses coups de tentacules, avant de bondir pour lui asséner un violent coup de pied au visage. Un coup si terrible et fort qu’il fit mal et reculer Naoko, qui se trouva immobilisée à terre, avec la jeune femme à califourchon sur elle. Et ce n’était pas pour lui faire des jolies choses ! Elle planta ses griffes dans sa combinaison et se mit en tête de la griffer jusqu’au sang … Sauf que, ce n’était pas comme ça que ça marchait.

La matière réagit en conséquence et fit pousser un gros tentacule au niveau de la poitrine de Naoko, qui propulsa violemment la voleuse en arrière, la faisant exploser la vitre du salon. Elle atterrit dehors, près de la piscine. Pendant ce temps-là, la femme symbiotique se releva et se précipita vers celle qui lui faisait perdre son temps. Si elle para le premier tentacule, Naoko se mit en tête de la surcharger avec, et cela marcha. Elle finit par l’attraper à la nuque et la propulsa à nouveau, au fond de la piscine cette fois-ci. Elle ne désirait pas la noyer bien entendu mais simplement briser sa défense. Elle ramena plus de tentacules qu’il ne fallait pour immobiliser la jeune femme au fond de la piscine. Elle la sentit se débattre mais, c’était inutile … Quand elle était enfin sa merci, Naoko la fit sortir de la piscine tout en la maintenant en l’air, grâce à ses tentacules.

La Chatte Noire étant entièrement attachée par les tentacules de Naoko, cette dernière se sentit enfin victorieuse. « Tu ne pouvais rien contre moi, petite garce … Maintenant je vais reprendre ce qui ME reviens de droit. » Dit-elle, s’approchant sereinement de la jeune femme en ne craignant pas un retournement de situation. Elle était complètement bloquée et immobilisée grâce aux tentacules, Naoko pouvait avancer et se servir. Mais … Elle fut distraite. Naoko savait qu’avec tous les massacres qu’elle avait fait il ne devait plus rester grand monde ici … Elle avait donc son temps. Et puis, c’était une femme qui s’en moquait royalement de tout ! Elle faisait ce qui lui plaisait, même si c’était suicidaire … Elle se pensait si forte qu’elle se disait que personne ne pouvait l’atteindre. Ainsi donc, la folle qu’elle était se mit en tête de profiter un peu de cette jeune femme avant de lui reprendre cette fichue clé.

Elle fit pousser un nouveau tentacule mais au lieu de s’en servir pour immobiliser d’avantage la Chatte Noire, elle le fit s’enfoncer dans son décolleté. Il s’enfonça difficilement mais glissa contre son corps, à l’intérieur de sa combinaison, jusqu’à atteindre sans aucune pudeur son bas-ventre. « Mais avant cela, j’ai envie de m’amuser avec toi … Pensais-tu sincèrement que je ne réagirai pas à tes fesses qui se bombent devant moi ? À ton décolleté ? Tu es tombée sur la mauvaise personne aujourd’hui … » Dit alors la créature, sûre d’elle.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Félicia Hardy
Humain(e)
-

Messages: 557



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Décembre 20, 2016, 02:53:48 »

Immobilisée, Félicia essayait, en vain, de se débattre. Cette Venom-girl était visiblement aussi puissante et aussi rapide que le redoutable symbiote. À chaque fois que Félicia l’avait affronté, elle s’en était mordue les doigts. Forte, la jeune femme avait toujours été néanmoins moins douée que Peter, et Peter avait toujours été le seul à pouvoir vaincre Venom. Tout ce qu’elle avait voulu faire, c’était s’enfuir de cette psychopathe, qui avait fait un véritable carnage derrière elle, mais là, elle la retenait. Ce que Félicia nota, néanmoins, c’était que la femme aurait pu la tuer dans l’eau, la laisser se noyer, mais, au lieu de ça, elle l’avait sorti, et la maintenait en l’air, au-dessus de la piscine.

Félicia arrêta vite de se débattre, car, en faisant ça, les tentacules ne faisaient que se crisper davantage, et l’étouffaient à moitié en bloquant ses muscles. Elle s’arrêta donc, sans prendre conscience de la beauté redoutable qu’elle était, maintenant que l’eau avait davantage moulé ses formes. Son adversaire se rapprocha du rebord de la piscine, et Félicia sentit un changement dans sa silhouette... Ce qui se manifesta quand un tentacule différent des autres. Elle écarquilla les yeux en voyant la pointe phallique de ce membre noir, qui fila entre ses seins, et commença à creuser le passage, laissant derrière lui un contact froid et gluant, qui fit sursauter la délicieuse Chatte Noire, qui se tortilla sur place.

« Haaaa... Mais qu’est-ce que tu... ?! »

On put entendre les délicieux crissements du latex, tandis que le tentacule s’enfonçait, forçant le passage. La peau se décollait sensuellement du corps de Félicia, faisant claquer tendrement sa chair, le tout dans d’onctueux bruits de latex. Naoko atteignit ainsi son bas ventre, où elle put constater que Félicia ne portait aucune culotte, et caressa son bassin, la faisant soupirer.

*Je rêve, elle veut me violer ?!*

La Chatte Noire siffla encore, en secouant la tête.

« Dégage de là, sale pute ! Relâche-moi, prends ta putain de clef, et fous le camp ! »

Félicia tenta encore de se débattre, une bien piètre tentative. Elle avait beau être souple, les tentacules la bloquaient dès qu’elle tentait de remuer dessus, l’empêchant ainsi de faire quoi que ce soit d’utile. Elle ne pouvait donc que grogner, incapable de lutter contre la femme, et attendrait la première brèche possible pour repousser cette sale violeuse...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Janvier 21, 2017, 05:38:54 »

Naoko adorait voir ses proies se débattre et s’insurger face à ses traitements. Naoko n’allait pas seulement lui reprendre sa clé, mais elle allait aussi profiter d’elle. Un petit moment de plaisir n’était pas de trop face à ce qu’elle lui avait fait subir ! À cause d’elle, la voleuse avait dû massacrer tout le monde. À cause d’elle, elle avait dû suer un peu plus que d’habitude. C’était l’affront de trop ! Qui méritait une punition en bonne et due forme. Naoko souriait derrière sa combinaison, à pleine dents, face à la pauvre Chatte Noire qui l’insultait quand elle la sentit introduire un tentacule phallique dans sa combinaison. Le crissement du latex, le touché de sa peau contre son tentacule, sa chaleur … Hmm, tout ceci était furieusement bon et excitant ! De quoi donner à Naoko l’envie d’abuser d’elle. Elle sentait ce corps trahir sa propriétaire en réagissant bien, surtout quand le tentacule arriva à son bas-ventre.

 « Oui, insultes-moi ! Traite-moi de pute, défoules-toi !!! » S’exclama Naoko, utilisant un autre tentacule pour subtiliser la clé. Il ne fallait pas oublier l’essentiel ! Le boulot avant le plaisir, c’était la règle d’or. Mais maintenant que le boulot était fait, Naoko allait pouvoir s’amuser. Le tentacule faufilé jusqu’à son bas-ventre – qui ne possédait pas de culotte – se frotta nerveusement contre son pubis. Naoko semblait décider à insister par ici, et le fit savoir quand elle bougea à nouveau le membre, finissant par le frotter tendrement contre sa féminité, avant de lentement – et sans aucune hésitations – l’enfoncer dans le corps de la jeune femme. Naoko n’avait aucunes considérations, ni remords de faire ça. Oui, elle s’apprêtait à abuser de cette femme mais, elle l’avait cherché ! Et puis ses gémissements en disaient long. Naoko se mit donc à enfoncer son tentacule en elle, lentement, allant et venant pour la faire craquer physiquement et mentalement.

 « Je sens que je vais adorer te baiser, toi. » Dit-elle alors, faisant pousser un autre tentacule. Un membre similaire au précédent, qui se faufila dans son décolleté, séparant tendrement sa peau de sa combinaison en latex. Il crissa à nouveau, sauf qu’au lieu de se diriger vers l’avant, il se dirigea vers l’arrière. Le bout du tentacule se frotta hargneusement contre sa petite porte, mais ce qui devait arriver arriva ; il s’y enfonça sans demander préavis. Il s’enfonça bien hargneusement et profondément, procurant bien du plaisir à Naoko qui dès lors, était en train de pénétrer la Chatte Noire par l’avant comme par l’arrière. « Vas-y, couines pour moi ! » La provoqua-t-elle.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Félicia Hardy
Humain(e)
-

Messages: 557



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Janvier 22, 2017, 11:24:16 »

Gluants et visqueux, les tentacules se collaient à elle, et en elle. Furieuse, mais impuissante, Félicia avait beau se débattre, les tentacules la maintenaient en l’air, la privant de sa force, ne faisant plus d’elle qu’un simple corps en suspension, offert aux passions perverses et dérangées d’une folle symbiotique. Son adversaire n’avait pas prévu de partir si facilement, et glissa ainsi un tentacule le long de son corps, le faisant lentement descendre. Une bosse se formait ainsi à hauteur de la combinaison de Félicia, symbolisant la progression du tentacule phallique, jusqu’à rejoindre son intimité. Pas de culotte, ni de poils pubiens, et la Chatte se mit à vibrer à ce contact. Elle gémit faiblement, puis poussa un cri quand le membre noirâtre se retourna, et s’enfonça en elle, la pénétrant sans difficulté. Le fait est que Félicia était une femme qui avait une vie sexuelle très intense. Professeur à Mishima, elle couchait régulièrement avec les autres membres du personnel, voire certains élèves, et, chez elle, elle était l’amante d’Aoki Kou, une redoutable perverse. Félicia s’était mise au diapason de Seikusu, et cette expérience sexuelle avait endurci son corps. Autrement dit, en la matière, son corps allait la trahir. Elle se mit à grogner et à gémir, tentant de se rebeller, de repousser ce plaisir naissant qui traversait ses entrailles.

« N-Non, haaaa... So... Sors d’ici, hmmm... Sa-Salope, haaaaa... !! »

Loin de vouloir lui obéir, son agresseur envoya au contraire un second tentacule, qui se frotta contre sa peau, et fila à l’arrière, décollant la combinaison sur son dos, provoquant de nouveaux crissements et craquements. La Chatte Noire gémit une nouvelle fois en sentant le tentacule s’approcher de ses fesses, et secoua la tête.

« Non, arrête, ne fais pas çaaaaaaaaaaaaaaaaa... »

Peine perdue, évidemment, et Félicia poussa un hurlement en sentant le tentacule s’enfoncer dans ses fesses. Il avait déployé d’autres petits tentacules, comme des ventouses qui se posèrent sur les fesses de la Chatte Noire, afin de les écarter, permettant ainsi un accès plus facile à sa croupe, et à sa porte arrière, contre laquelle il vint taper. La Chatte Noire poussa alors un hurlement de douleur à ce contact, se débattant sur place, ce qui ne manqua pas de provoquer, par-delà ses cris, un concert de crissements sensuels, le bruit du latex qui craque étant un spectacle aussi indescriptible que jouissif.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! » hurla-t-elle ainsi.

Elle se débattait, yeux clos, les joues rouges, pendant que les tentacules commençaient à la pénétrer.

Et elle ne pouvait rien faire d’autre que subir...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Juin 05, 2017, 04:37:34 »

Naoko s’amusait bien, en ce moment. En train de pénétrer cette pauvre cambrioleuse par devant et derrière, la créature s’amusait réellement. Entendre le crissement sensuel de cette combinaison en latex, ou bien les cris mêlant détresse et plaisir de cette femme, tout était délicieux à entendre. Naoko prenait donc bien du plaisir à enfoncer des tentacules dans le fondement et la féminité de cette femme qu’elle ne connaissait pas, rien que par pur plaisir égoïste et pervers. Ce qui était pratique avec les nanomachines qui l’avaient infesté, c’était que Naoko pouvait les sentir, même à distance. Ainsi, elle ressentait au moins autant de plaisir que sa victime, car elle ressentait les effets de cette pénétration comme si c’était elle, armée d’un gode ou d’autre chose, qui était en train de la torturer. La tueuse remarqua que sa proie, bien qu’elle se débattît et lui hurlait d’arrêter, était en train d’apprécier tout ceci.

Du moins son corps. Elle sentait sa chair adorer ce traitement, elle sentait ses petites fesses adorer se faire pilonner, de même que sa fine fleur. Naoko prenait donc un malin plaisir à faire perdurer tout ceci, amenant la pauvre femme au bord de l’extase, du plaisir. Mais elle la priva d’un potentiel orgasme quand elle se retira brusquement, laissant tomber la voleuse lourdement à la surface de l’eau de la piscine. « Sale petite pute ! Tu croyais que j’allais t’offrir du plaisir gratuitement ?! Non, ce n’est pas comme ça que les choses marchent avec moi … J’ai une bien meilleure idée ! » Déclara-t-elle, bondissant vers le bord de la piscine. Elle usa de ses capacités physiques accrues pour venir saisir de ses propres mains la Chatte Noire, l’extirpant de l’eau. Elle la maintenait fermement, puis se plaça soudainement à califourchon, bloquant ses bras avec ses genoux.

« J’ai encore envie de m’amuser avec toi. Et tout ceci, ce n’était qu’un avant-gout ! » Déclara-t-elle, avant d’asséner un violent mais précis coup à la tête de la femme, dans le but de la faire tomber dans les pommes. Elle aurait pu utiliser ses nanites pour infester partiellement son corps et la faire s’endormir de force mais, c’était moins amusant ! Avec une Chatte Noire à présent dans les pommes, Naoko déguerpit très rapidement de l’endroit, avec non seulement ce qu’elle était venue chercher, mais aussi, un petit bonus ! La tueuse regagna son repère le plus rapidement que possible, transportant sa captive. Cette dernière, si elle se réveillait, se verrait alors dans un autre endroit, ressemblant à un appartement. Un appartement un peu vétuste, qui ressemblait bien à ces logements dans les quartiers isolés et/ou défavorables.

Naoko avait pris le soin d’attacher les pieds et les poings de la femme à une chaise, mais étrangement, n’avait pas touché à son corps. Elle était toujours vêtue de sa combinaison, et de toutes ses potentielles armes cachées … Naoko semblait ne pas craindre un mouvement de trop de sa part. Cependant elle devint vite impatiente et décida de lui jeter un grand seau d’eau glacée à la figure pour la réveiller. Et aussi car cela moulerait son corps contre sa combinaison, ce qui procurait une vue des plus agréables !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Félicia Hardy
Humain(e)
-

Messages: 557



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Juin 06, 2017, 12:56:11 »

Suspendue par les poignets et par les chevilles, la Chatte Noire se faisait longuement pénétrer. Elle haletait et gémissait, crispant et décrispant ses poings, n’arrivant plus à dissimuler, non seulement ses gémissements, mais aussi ses ronronnements. Son corps était en train de lui échapper, de la trahir, mais, en même temps, elle ne se voyait aucune autre option. Les tentacules étaient trop forts, et, si elle continuait à se rebeller, cette femme pouvait tout simplement l’étrangler, ou la frapper encore. Revoir un symbiote n’était pas pour rassurer Félicia, qui avait avec ces créatures de biens mauvais souvenirs.

« Haaaa… Hmmm… »

Elle sentait encore les tentacules se tortiller en elle, l’approchant doucement de l’orgasme. Elle avait beau encore cherché à se débattre, rien n’y faisait, et il n’y avait plus de volonté en elle. Le désir la dominait, mais l’orgasme se refusa à elle. La sentant proche, Naoko rompit alors tout contact, et Félicia tomba au sol. Elle s’écrasa dans la piscine, et l’esprit embrumé, sentit rapidement la femme la soulever, usant de sa force surnaturelle, résultant de son symbiote, pour la plaquer au sol, le long de la piscine.

« Gaaaahh… Aaaaahhh… !! »

Les deux mains de Félicia se posèrent sur son bras, et elle enfonça ses griffes, cherchant à se libérer, mais se reçut, en tout et pour tout, un puissant coup de poing, qui la sonna pour le compte, dans l’incompréhension la plus totale.



« Haaaa… !! »

Le jet d’eau la réveilla instantanément, et Félicia se mit à éternuer.

« Kof ! Koff ! »

La tête penchée vers le bas, elle sentit rapidement les liens se serrer à hauteur de ses poignets et de ses chevilles. Assise sur une chaise tout ce qu’il y avait de plus classique, elle regarda autour d’elle, la mémoire lui revenant instantanément, et vit un petit appartement modeste. Devant elle, Naoko la regardait, et, partant de son corps, des tentacules servaient à retenir les chevilles et les poignets de Félicia, un sourire pervers et une lueur malicieuse brûlant dans son regard.

Félicia réagit instantanément, et aspira l’air, pour hurler à l’aide, consciente que, dans un tel endroit, les voisins étaient susceptibles de l’entendre très facilement…
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Naoko Ran
Créature
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Août 15, 2017, 03:47:41 »

Quel beau butin avait-elle rapporté à son antre, pensait-elle en voyant la Chatte Noire, encore inconsciente, sur sa chaise. Il tardait à Naoko de tester sa proie et de lui faire toute sorte de choses rien que pour le seul plaisir de se satisfaire. Rien que pour la vengeance aussi, car cette femme avait bien failli faire capoter tout son petit plan de la soirée. Naoko n’avait pas vraiment de morale et de scrupule, donc abuser de cette femme ne lui poserait aucun problème. D’autant plus qu’elle avait senti son corps sous ses tentacules, et elle avait clairement vu que celui-ci avait aimé ce qu’elle lui avait fait. Alors pourquoi s’en priver ? Peut-être même qu’elle parviendra à faire succomber cette femme toute entière. Qui savait.

Elle finit par la réveiller à l’aide d’un seau d’eau froide, ce qui fonctionna instantanément. La Chatte Noire était ligotée aux chevilles et poignets, et n’avait que peu de moyen de s’en sortir. Néanmoins elle trouva la petite faille, la petite chose pour agacer Naoko. Elle gonfla ses poumons puis s’apprêta à hurler, afin d’éveiller l’attention du voisinage. À part attirer l’attention du dealer du dessous ou du trafiquant d’arme d’à côté, elle n’allait attirer personne de bien. Naoko vivait dans un appartement certes, mais situé dans les bas-fonds de Seikusu. Mais elle ne comptait pas la laisser faire tout de même, il ne manquerait plus que ça. Réagissant au quart de tour, Naoko fit jaillir un soudain tentacule vers elle qui vint s’enfoncer dans sa bouche, la comblant et l’empêchant ainsi d’émettre le moindre son.

« CHUT ! » S’exclama-t-elle. « Rien ni personne ne viendra te sauver, ma petite Chatte Noire. Tu es coincée ici jusqu’à ce que je décide de te lâcher ... Ou non. » Dit-elle ensuite, la regardant dans les yeux. Naoko avait fait disparaitre sa tenue au niveau de sa tête, afin que la femme prenne connaissance de son visage. Après un échange de regard, la psychopathe décida de retirer le tentacule de sa bouche, mais vint en lieu et place le faufiler entre ses deux seins, le fourrant bien au chaud derrière sa combinaison. Lentement il se fraya un chemin le long de son corps, décollant la combinaison de sa peau, en route vers son entrejambe. « Je vais te le dire dès maintenant ; toi et moi, on va bien s’envoyer en l’air. T’as failli compromettre mes plans, et pour ça, tu mérites une bonne raclée ... À ma façon. » Déclara-t-elle, approchant le tentacule de son intimité.

Et en faisait cela, elle indiquait clairement sa façon. Elle ne faisait pas de soucis pour l’aspect viol ; ce n’était pas comme si Félicia n’avait pas ressentie de plaisir la dernière fois, suspendue au-dessus d’une piscine. « Je te punis, tu comprends qu’il ne faudra plus jamais se mettre en travers de ma route, et nous serons quitte. Tu pourras partir ... Je l’espère. » Conclut-elle, regardant Félicia.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox