banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3] 4 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: Quête: La chasse aux vampires (pv: Rayne)  (Lu 5755 fois)
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #30 le: Octobre 30, 2016, 08:33:18 »

Julius n'eut pas vraiment de réponse de la part de Rayne si ce n'est que des gémissements. Il songea alors que Rayne n'était pas de celle qui parlait avant l'acte en ayant besoin d'un sentiment de confort mais plutôt de celles qui préférait que le plaisir brutal survienne d'un coup. Il aurait pût douter de ça s'il n'avait pas vu clairement sa Dame qui s'impatientait se joindre à eux et provoquer d'autres gémissements torrides chez Rayne. D'ailleurs, il ne savait pas comment il allait prendre le fait que ses deux belles dames se tripotent devant lui mais au final il trouvait ce spectacle des plus excitants. Ce n'était pas seulement dût que Aphrodite était divinement jolie c'était plutôt le fait de voir ses deux magnifiques femmes rousses s'embrasaient et se toucher devant lui en ayant toujours un lien physique avec la scène puisque il sentit la petite griffure de Rayne qui ne pouvait que lui faire chauffer le sang.

Il avait entendue l'avertissement de sa Dame, Rayne devait garder son corset. C'était un choix comme un autre. Personnellement, il préférait touchait à même la peau les parties charnues mais il ne pouvait clairement pas se permettre de désobéir à sa Dame. De toute manière partout où il regardait il pouvait en apercevoir car sa same, elle, portait encore ses vêtements mais qui laissait transparaître toutes ses formes dans sa plus simple expression.

Il était donc pour lui d'intervenir mais honnêtement il avait dût mal à savoir laquelle choisir. Devait-il s'occuper de sa Dame pour éviter son courroux ou bien mettre Rayne à l'aise le plus rapidement possible? Il décida donc de jouer un peu avec Aphrodite avant de s'occuper de Rayne. Il savait sa Dame très joueuse et la faire languir un peu devrait certainement augmenter son impatience et son excitation à s'occuper de Rayne.

Il commença alors à lui malaxer son fessier. Ses fesses étaient particulièrement rebondies et tentatrices. Elle incitait Julius à vouloir y mettre son engin dedans. Honnêtement malgré ses plans comment aurait-il pu résister à ça? Sa Dame avait aussi la particularité de mouiller assez facilement et il savait déjà qu'il rentrerait dans son intimité si facilement. Ni une, ni deux il délassa le bras de Rayne pour se mettre derrière sa Dame et enfonça sa verge dans sa petite pêche si fleurie. Son plan s'était retourné contre lui mais comment résister à la déesse de l'amour? Il commença donc à exécuter des mouvements de hanche pour aller de plus en plus profondément vers le plaisir.

-C'est ça, Julius plus fort, haaaaa, tu sais comment me faire plaisir... Continue, tu pourras t'amuser avec Rayne plus tard. Laisse moi la mettre en confiance.

-Mmmhhh, ma Dame, vous êtes si divine... J'apprécie toujours autant cela...

Aphrodite souria aux paroles de son brave chevalier. Julius voulait toujours s montrer doux mais il ne comprenait que dès fois on voulait juste ressentir des sensations fortes. Pour ce qui était de la mise en confiance, Aphrodite ne se contentait plus seulement de jouer avec les seins où les fesses de Rayne, elle commençait aussi à remonter le long de ses cuisses pour lui gratter légèrement le minou afin de la faire languir pour qu'elle soit prête lorsque Julius se mettra à la prendre.

Julius lui se faisait particulièrement plaisir à l'arrière de sa dame ce qui provoquait quelques mouvements non réguliers sur le corps de Rayne de la part de sa Dame. Elle la trouver vraiment à son goût mais elle n'était pas encore prête tout à fait à la brutalité de Julius. Il lui fallait encore un peu de doigté divin et elle pourrait lui demander n'importe quoi après elle en était sûre.
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 309



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #31 le: Octobre 31, 2016, 10:02:47 »

Les Déesses semblaient avoir priorité sur les simples mortelles, même vampiriques, ce qui amena Julius, après quelques brèves hésitations, à se glisser dans le dos de sa Déesse. Déesse de la Beauté, Aphrodite avait un corps magnifique, et ce peu importe l’angle de vue. Devant, elle offrait la vue de son magnifique corps, et, derrière, on voyait sa magnifique chute de reins, son dos parfait, sa longue chevelure rousse tombant en cascade sur son corps, et ses merveilleuses fesses. Elle avait un cul rebondi, moelleux, très tendre, et Rayne pouvait sentir le rythme sanguin de la Déesse s’accélérer frénétiquement quand Julius se rapprocha d’elle. Il n’y alla pas par quatre chemins, et les lèvres de la Déesse se fendirent en un long soupir quand la verge de Julius se planta ne elle.

Rayne, de son côté, était surtout dans un état second résultant de cette dose de magie rose, qui avait réagi à la perfection avec Aphrodite. Et, quand le chevalier pénétra sa Dame, le corps d’Aphrodite alla s’écraser sur celui de Rayne, les deux femmes venant échanger un nouveau baiser. Les mains de la Dhampir s’appuyèrent sur les hanches de la Déesse, et elle sentit les mains de la Déesse malaxer ses fesses, se crispant dessus, tandis que le bassin d’Aphrodite filait d’avant en arrière, rythmé par les coups de Julius.

Comme pour le motiver davantage, Aphrodite généra deux tentacules aqueux dans le dos de Julius. Les membranes bleuâtres se redressèrent, puis se déployèrent, claquant sur ses fesses.

« Allez, baise-moi !! »

La Déesse avait visiblement de gros besoins, qu’elle entendait satisfaire en motivant son amant... À sa manière. Les tentacules comptaient le fouetter à chaque fois que, selon elle, le rythme de Julius serait faible. Elle resta donc entre la Dhampir et l’homme, et Rayne continua à caresser ses hanches, les griffant aussi, tout en léchant le creux de son cou, descendant peu à peu pour gober l’un de ses seins. Elle l’embrassa, le suçota, et le mordilla, tout en entortillant sa langue. L’une des mains d’Aphrodite appuyait sur ses cheveux, et l’autre, après avoir caressé son intimité, se déplaça pour retourner masser les fesses de la femme, glissant sur son magnifique cul, qu’elle ne tarda pas à gifler.

« Hnnn... »

Aphrodite se faisait plaisir, pendant que Julius, de son côté, multipliait les coups de reins. Les amants endiablés se lâchaient de plus en plus, et Rayne se frottait contre le corps de la femme, mordillant ses lèvres, frottant son nez et son corps, venant s’attaquer à ses seins avec ses lèvres, alternant ainsi entre sa bouche et sa superbe poitrine. Elle aussi était sous le charme d’Aphrodite, salivant contre sa peau d’une douceur infinie.

Haaaa oui, que c’était bon ! Un excellent prélude pour une fantastique nuit à venir !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #32 le: Novembre 01, 2016, 05:17:55 »

Le traitement tentacules aqueux avait quelque chose de vivifiant. Julius ne pouvait plus s'arrêter sans sa prendre un petit coup sur le fessier. De toute manière, quand on était dans l'antre de la Déesse de l'Amour, il était impossible de s'en échapper et surtout pas de s'arrêter. On pouvait dire qu'Aphrodite dominait totalement la situation. Elle avait un Julius qui se donnait à fond à l'arrière et une Rayne qui petit à petit souhaitait faire des chose sans toutefois savoir quoi faire.

Aphrodite faisait partie de celle qui pouvait toutefois restait concentré même en étant remplie. Il était temps pour Aphrodite de passer à la vitesse supérieure. Elle doigta sans aucun préambule ultérieur Rayne. Avec son expérience, il ne lui fallait pas une minute pour faire jouir une frustrée. Elle l'enchaîna donc pendant une minute sans pour autant cesser de l'embrasser et de palper ce qui passait sous son autre main caressant les zones érogènes.

Julius lui avait posé ses mains sur les hanches de Sa Dame ce qui lui facilitait finalement les mouvements de bassin parce que on avait beau dire mais coucher était très épuisant et utiliser les bons gestes permettaient d'économiser un peu d'énergie. Il se dévouer corps et âme à sa tâche. D'ailleurs de son côté, i lavait atteint un sacré pic de jouissance. Il pouvait ressentir les effets de l'orgasme sans toutefois avoir envie de s'arrêter. En fait, c'est simple lorsque l'orgasme était il là il se faisait souvent fouetter le cul puisqu'il s'arrêtait un peu.


-Haaaaaa.... Ouiiiii..... C'esssssttttt booooonnnn..... Borrrrrddddeeeellll....   Tois aussi, t'aimerais bien avoir cette queue en toi, hein?

Aphrodite devenait largement plus crue quand elle était en train de prendre son pied et c'est donc comme ça qu'elle s'adressa à Rayne. Elle s'était suffisamment occuper d'elle pour contenter une femme mais elle n'en avait pas finie avec elle. Ce qu Rayne devait ignorer c'est qu'Aphrodite pouvait se faire pousser une verge comme une plante au soleil mais ça c'était son petit secret son final où Julius et Aphrodite s'occuperait de lui remplir tous les trous sa chère personne. Pour l'instant, elle se contenta de dire:

-Eh bien, ma belle, je suis dur à contenter il va falloir que tu t'y mette, utilise ta bouche de "suceuse de sang" sur mon clitoriiiiissss.... Haaa.... Juliuuuussss, plus fort , encoooorrrreeee.

Julius de son côté s'était mis à lui fouetter les fesses. Il savait qu'elle adorait ça donc il allait pas s'en priver. Sa Dame était elle aussi attiré par le plaisir violent. Il ne fallait pas y aller doucement.

-Allleeeezzzzz, mes petis amouuuurrrsss faîiiiiiteeessss moiiii plaisssssiiiiiirrrr ♥♥♥

En conjuguant leur effort Rayne et Julius devrait pouvoir réussir l'exploit de provoquer un orgasme chez Aphrodite. Les deux partenaires avaient montrer qu'ils étaient capable de se battre en tandem à eux de montrer qu'ils était capable de coucher en tandem car c'était bel et bien sur un véritable champ de bataille sur lequel ils se trouvaient.
« Dernière édition: Novembre 02, 2016, 03:02:23 par Julius Perona » Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 309



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #33 le: Novembre 02, 2016, 12:08:10 »

Le sexe n’était pas une grande inconnue pour Rayne, loin s’en faut. Elle avait déjà fait l’amour, notamment avec Mynce, sa mentor quand elle avait rejoint la Brimstone, une élégante vampire asiatique. Le sexe était donc un domaine que Rayne connaissait, mais elle n’avait, pour autant, jamais ressenti une telle soif en elle. Même Aphrodite, en réalité, en était surprise. La frustration sexuelle était un concept qui avait toujours amusé la Déesse, et qu’elle chérissait, car, honnêtement, si les mortels n’étaient pas frustrés, elle n’aurait aucun moyen de contrôle sur eux. Pour autant, elle était surprise de voir à quel point le corps de Rayne réclamait d’être utilisé, sans pour autant qu’elle ait jamais succombé aux souffrances de son organisme. Rayne était donc là, blottie face à Aphrodite, sentant cette dernière enfoncer ses doigts en elle. Qui mieux qu’Aphrodite pour connaître, et pour contenter, le corps d’une femme ? Entre ses mains, même les plus dominatrices devenaient de délicates biches lui faisant les yeux doux, car personne ne pouvait résister éternellement contre la Déesse du Plaisir.

« Haaaa... Hnnnn... »

Aphrodite avait glissé sa main sous son pantalon, atteignant son intimité, titillant son clitoris, pressant sur sa zone de plaisir, tout en pressant son dos à des endroits précis, ses zones érogènes. Rayne ne pouvait guère lutter, et il ne fallut qu’une minute pour la faire rapidement jouir, son pantalon rouge s’inondant de sa mouille, recouvrant également les beaux doigts d’Aphrodite, qui s’empressa de les avaler. Aphrodite aimait les fluides sexuels, les sentir eu elle, tout comme elle aimait les vêtements des mortels. Olympienne, elle avait pour habitude de porter de simples toges, et, si elle préférait les hommes nus, en estimant que les vêtements n’ajoutaient pas grand-chose chez eux, pour une femme, c’était différent. Pour le beau sexe, une belle tenue était une couche de vernis supplémentaire, bonifiant leur corps comme le temps le faisait avec le vin.

Elle relâcha Rayne, et lui ordonna de finir à genoux devant elle. Aphrodite profitait des deux, et Rayne acquiesça. Jouir n’avait fait que l’affamer encore, mais lui avait aussi permis, en un sens, de clarifier son esprit. Elle réfléchissait mieux, maintenant, et à genoux, vit la verge de Julius, qui pilonnait l’intimité de la femme. Comment s’occuper de sa chatte, dans ce sens ? Néanmoins, elle sentit l’une des mains d’Aphrodite se poser sur son crâne, comme pour l’empêcher de se relever, et cette main la poussa, la plaquant contre son bassin. Son nez heurta son pubis, et elle pouvait sentir, le long de son vagin, une sorte de bosse qui entrait et ressortait, la déformant. C’était la verge de Julius, grosse, impériale. Rayne l’avait senti jouir, grâce à ses sens vampiriques, mais l’orgasme ne semblait n’avoir nullement restreint son ardeur.

La langue de Rayne lécha alors ce sexe parfaitement épilé. Faute de pouvoir glisser sa langue plus profondément, elle fit pointer ses canines... Et mordit au-dessus de la chatte d’Aphrodite, plantant ses dents en elle. Ce ne serait pas douloureux, mais, ce faisant, elle allait stimuler le rythme cardiaque de la Déesse. Elle sentit rapidement le sang divin de cette dernière fuser en elle, brûlant sa gorge, se diluant en elle, et déclencha rapidement un second orgasme, Rayne poussant un profond soupir de plaisir.

*Je n’ai jamais bu un sang comme ça, par tous les vampires...*

C’était un nectar rare, d’une qualité inestimable, mais qui devrait aussi pousser Aphrodite vers l’orgasme.

Personne n’y avait jamais résisté, et, avec la verge de Julius, dont Rayne pouvait sentir au mieux l’intensité, elle était sûre d’avoir un combo gagnant.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #34 le: Novembre 04, 2016, 04:02:35 »

Le petit traitement thérapeutique effectué par Rayne avait eut pour effet tel un bisous magique de provoquer finalement une certaine décontenance chez notre Déesse qui malgré le fait qu'elle demandait d'y aller toujours plus fort commencer à geindre de plus en plus l'amenant ceci dit fatalement à la jouissance tant attendue.

-Hhhhhhhhhhhhhhhhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa......   aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh...................

C'était comme un déchirement titanesque qui aurait fendu le monde en deux. Faire jouir une Déesse était une tout autre histoire que faire jouir simple mortel. Le monde ressentait les échos d'un tel cri et d'un tel plaisir. Toutes personnes se trouvant dans un environ 30 kilomètres carrés ressentirait l'appel du plaisir et du désir.

Aphrodite avait donc jouit et quelque part permis à ces amants de ressentir un orgasme de plus. Les tentacule eurent moins d'impact tant la Déesse fut comblée. Elle posa une main que la tête de Rayne tandis qu'elle s'ppuyait contre le corps de Julius.

-Ahhhh... Mes deux petits amours, vous êtes si bon avec moi..... ahhhhhhh........ Julius tu veux bien te retirer s'il-te-plaît? J'ai envie de combler mon autre sexe.


Julius obtempéra donc. Il savait ce qui allait se passer et effectivement une magnifique verge apparut à la place de l'intimité d'Aphrodite. Elle intima à Raayne de se relever.

-Tu as bien joui, ma chérie? Tu sais dans le sexe, il n'y a rien de mieux que d'être remplie partout, que dirais-tu que Julius te pénètre pendant que je m'occupe des tes petites fesses?

Des images suggestives apparurent dans l'esprit des deux amants. Julius voyait parfaitement la belle Lady Rayne prendre du plaisir tout comme lui. Il se mit  devant Rayne et l'embrassa affectueusement.

-Ma Lady, j'aimerais vous faire milles choses insensées sur le moment. J'ai envie de vous. Pourriez-vous retire votre pantalon de cuir?


Il se voyait déjà succomber à mille déclice avec Rayne mais qu'en était-il d'elle?




« Dernière édition: Janvier 07, 2018, 05:18:42 par Julius Perona » Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 309



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #35 le: Novembre 06, 2016, 05:36:59 »

Le plaisir crut chez Aphrodite. La Déesse ne pouvait pas retenir le plaisir qui éclata en elle. Non seulement Julius la pénétrait rudement, avec une énorme verge, mais Rayne  la mordait également, en profitant pour réguler le rythme cardiaque d’Aphrodite. Cette dernière hurlait de joie, et l’orgasme finit par les transporter, provoquant comme une onde de choc qui secoua le lac, et provoqua un orgasme. Rayne sentit le plaisir éclater en elle, et tomba sur la surface de l’eau, éberluée par la puissance de cet orgasme. Une sorte d’énergie terrifiante avait empli son corps, la transportant, et elle en restait encore patraque, reprenant sa respiration, prostrée par terre, face à cette puissante femme. Aphrodite la toisait lentement, avec une lueur malicieuse dans le regard... Et Rayne, alors qu’elle reprenait son souffle, vit une verge pointer, jaillissant de sa chatte, remplaçant cette dernière. Ses sourcils s’écarquillèrent brièvement, mais Rayne ne manifesta pas une si grande surprise que ça.

L’hermaphrodisme, en réalité, était quelque chose de très commun sur Terra, et elle avait déjà pu le constater. Alors, de la part de la Déesse de l’érotisme, il ne fallait pas s’attendre à autre chose, n’est-ce pas ? Et, pendant que Rayne reprenait son souffle, la puissante femme lui annonça le reste du programme, ce qui ne manqua pas de la faire doucement déglutir.

*C’est... C’est très appétissant, il faut bien le reconnaître.*

Une sorte de soif ancestrale se distilla en elle, et elle soupira en entendant le programme d’Aphrodite. Elle et Julius se tenaient face à la Dhampir, avec leurs verges érigées, leur excitation palpable. Rayne se mordilla doucement les lèvres, et se redressa à son tour. Julius venait de lui demander d’enlever son pantalon, mais, en réalité, ses vêtements commençaient à la couler, et elle avait déjà prévu de les enlever... Ce qu’elle fit donc. Rayne défit son corset et son pantalon, et ces derniers se retrouvèrent donc sur l’eau, où des tentacules aqueux les emportèrent.

Sous sa tenue, Rayne exhibait un magnifique corps, aux hanches musclées, avec une très belle poitrine, et une intimité proprement épilée. La Dhampir entrouvrait les lèvres, la respiration haletante, n’ayant plus que ses longs gants noirs aux bords rouges.

« Mille choses, Julius... J’attends de voir ça. »

Elle se rapprocha d’eux, et caressa d’une main la joue opposée de l’homme, frottant ses hanches contre leurs verges. Rayne embrassa alors Julius, et Aphrodite, qui souriait, glissa à nouveau sa main sur ses fesses. Rayne n’en attendit pas plus, et souleva ses jambes, les enroulant autour de la taille de l’homme, une main sur sa nuque, l’autre sur son épaule, position qu’elle utilisait traditionnellement quand elle suçait le sang de ses adversaires.

Autant dire que sa prise était assurée.

« Commence donc, Julius, montre-moi... Montre-moi comme mon corps t’inspire, hmmm... »

Elle agissait, en tout cas, bandant ses jambes, et déplaçant ses fesses, de manière à caresser la verge de l’homme avec son corps, glissant dessus, appuyant pour l’abaisser, avant de se hisser encore, la redressant, Rayne effectuant ainsi de délicieux mouvements de frottement contre cette hampe de chair, ce vit turgescent qui ne semblait plus qu’à l’attendre.

Aphrodite, quant à elle, avait visiblement fait son choix : le magnifique et insolent petit cul musclé de cette Dhampir... Un cul bien ferme et bien rebondi qu’elle comptait bourrer comme il faut.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #36 le: Novembre 13, 2016, 06:52:11 »

D'une manière finalement désinvolte, Rayne n'hésita à inciter Julius de la prendre. Il fallait dire que le fait qu'elle s'accrocha à lui ne lui laissait plus vraiment le choix que de vouloir plonger dans le plaisir. Il ne put que la maintenir contre elle , son dard prêt à assurer une piqûre. Il a avait posé ses mains sur ses hanches pendant que sa bouche mordillait le cou de la Dhampyr. Il avança lentement mais surement son bassin et il pénétra dans les chairs intimes de Rayne.

Aphrodite quand à elle, en avait profité pour humidifier quelque peu le petit trou du cul de Rayne pour que la pénétration ne se fasse pas trop violemment. Elle approcha donc sa verge excitée au niveau ce petit trou et commença à frotter dessus. Au même moment, Julius commencer à s'agiter et exécuter des mouvements de bassin qui démarrait lentement mais qui allait de plus en plus vite. C'est alors qu'Aphrodite décida qu'il était temps d'en faire de même et commença donc à combler son manque de plaisir. Rayne était donc délicieusement prise et à l'avant et à l'arrière.

On n'entendait plus que gémissements et cri que ce soit au niveau de Julius ou d'Aphrodite. Leur verges pouvait sentir comment Rayn était remplie. Julius s'attardait à l'embrasser dans le cou. Pendant qu'Aphrodite posait ses mains sur les seins de la Dhampyr pour avoir une prise.

-Ressentez-vous, cela Rayne, Julius? Ce plaisir inaudible? Criez-votre plaisir, ressentez-le, vivez-le!

Aphrodite avaient des élans de prêtresse fanatique qui prêchait des converties. Julius lui aurait joui il y a bine longtemps s'il n'était en proie de ce sortilège qui l'empêchait de jouir avant que Rayne ne puisse prendre totalement son pied. il fallait croire qu'Aphrodite avait vraiment pour but de faire en sorte qu Rayne découvre de nouvelles saveurs.

Comment Rayne subissait-elle tout ceci? Ressentait-elle enfin le plaisir extatique qu'Aphrodite désirait qu'elle ressente tant?  Dans tous les cas, elle se faisait maintenant désormais joyeusement culbuter car ses deux amants n'en avait pas finie avec elle et il était maintenant en proie à des gestes frénétiques qui ne faisait qu'aller de plus en vite et de plus en plus profondément.


Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 309



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #37 le: Novembre 22, 2016, 12:13:19 »

Ce n’était pas, en soi, que Rayne était austère au plaisir, ou n’avait jamais goûté aux joies insondables du sexe. En réalité, la Dhampir avait fait l’amour à bien des reprises, mais avait toujours mis au second ses plan ses propres désirs, afin de se focaliser sur sa vengeance envers Kagan. C’était pour ça qu’elle était partie sur Terra, mais elle n’avait jamais vraiment totalement négligé son corps. Bien trop aux yeux d’Aphrodite, certes, mais suffisamment assez pour pouvoir la stimuler. Rayne, en ce moment, était conquise, prise entre les douces mains d’Aphrodite, ses ultimes inhibitions ayant sauté. Une attraction masculine et une attraction féminine venaient l’entourer, et, en conséquence, elle sentit rapidement son corps se faire remplir par ces deux amants.

« Hnnnnn... »

Dents serrés, elle crispa sa main sur la nuque de Julius, sans rien dire pendant quelques instants, savourant surtout la présence vorace de ces deux queues qui s’enfouissaient en elle, la ramonant bien proprement. Julius se déchaînait de plus en plus, car Aphrodite, en l’empêchant de jouir, le frustrait davantage, et elle-même n’était pas en reste. Ainsi, si le duo pouvait avoir des doutes sur le plaisir que Rayne ressentait, ceux-ci furent rapidement levés en voyant la manière dont la Dhampir se trémoussait. Elle filait d’avant en arrière, prise, remplie, soupirant et gémissant.

Aphrodite finit par poser ses mains sur ses seins, et Rayne partit en arrière, entendant la Déesse lui dire de se laisser aller. Ses jambes se serrèrent davantage autour de la taille de Julius, et elle avança une main, la glissant derrière elle, orientant de cette manière le visage d’Aphrodite vers le sien, et l’embrassa.

« Hmmmmmm... !! »

Un baiser intense et appuyé, savoureux, où les langues se mélangèrent ensemble, pendant que Rayne continuait à onduler, d’avant en arrière, Julius s’aplatissant contre elle. Elle embrassa Aphrodite, mordillant sa lèvre, puis se hissa à nouveau, retournant contre Julius, afin de sentir ce torse puissant s’écraser contre le sien. Ils remuaient tous les deux en elle, et elle gémit, venant embrasser les lèvres de Julius, puis lécha son cou. Bien que vampirique, Rayne pouvait suer, et son corps était en train de se transformer en une délicieuse petite machine à vapeur, la sueur coulant le long de ce dernier, au gré de ses soupirs et de ses gémissements.

Léchant donc le cou de l’homme, elle gémissait, et hurlait même, surtout quand les deux mandrins s’enfonçaient tous les deux en elle, le plus profondément possible.

« Haaannnn... Hhhaaaaaaaaaaaaannn... !! »

Là, dans ces moments précis, la tête de Rayne se redressait vers l’arrière, ses yeux s’écarquillant, sa bouche s’ouvrant, se figeant dans une grimace de plaisir et de douleur. Elle le ressentait, oui, ce plaisir furieux, cette vague de plaisir qui la transperçait, et avec laquelle elle se noyait volontiers, ne faisant plus qu’un avec lui. Elle hurlait et gémissait donc... S’abandonnant totalement.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #38 le: Novembre 24, 2016, 04:57:11 »

Julius commençait sérieusement à se perdre totalement dans la luxure. Entre une Dame du Lac qui lui demandait de ressentir son plaisir et les gémissements ainsi que la sueur de Lady Rayne, il était complètement aux anges. S'il ne subissait pas le petit sortilège d'Aphrodite il aurait depuis longtemps jouit dans Rayne. Bon, il n'avait pas non plus l'écume aux lèvres mais il avait bel et bien dépassé l'étape où l'homme se transforme en animal pour s'assouvir. Disant, que si Rayne disparaissait mystérieusement, il aurait tout fait chercher à nouveau un moyen de se soulager dans son intimité si chaude.

Si Rayne était en train de lui lécher le cou, lui même n'était pas en reste, il empoignait un peu plus sauvagement les hanches de la jeune femme tout en se laissant bercer par les effluves de son parfum et de sa sueur. Il était en reste en manque et il n'avait plus qu'un seul but en ce moment percuter de plus en plus vite et de plus en plus profondément ce corps.

-Haaaaaaaa...... Haaaaaaaa...Haaaaaaaaaa.....

Du côté d'Aphrodite, elle se faisait bien plaisir aussi. D'autant, que par rapport à Julius, elle se nourrissait littéralement de cet ancien rite païen que jadis exerçait ses fidèles en sa présence. Mais, ce n'était pas l'acte de foi qui la nourrissait mais plutôt l'oubli de soi pour n'être plus que luxure pure pour ne se concentrer que sur l'essence de l'envie et du désir ainsi que de l'assouvissement. Cette "nourriture" lui montait à la tête aussi vrai que si elle avait avalé plusieurs shooters. C'était enivrant, presque finalement divin. Elle pouvait amplement se contenter de ça. Elle désinhiba donc le sortilège et en profita pour remplir de foutre les fesses de Rayne.

Julius de son côté fut presque soulagé de se rendre compte qu'il pouvait à nouveau jouir, c'est donc dans un grognement rugueux qu'il se mit à jouir dans Rayne. Il ne pensa même pas un instant si les vampires pouvait procréer ou non tout ce qu'il voulait s'était se décharger de ce fardeau. Et, c'était aussi ça l'essence de l'amour oublier les contraintes et ne garder que le bonheur même si souvent après coup on regrettait quelques fois.

Il jouit donc à l'intérieur de Rayne, relâchant sa hargne, son envie, son désir. Juius se dégagea donc du corps de la Dhampyr. Aphrodite avait été comblé deux fois et par des manières bien différentes. Il était donc peut être temps de mettre fin à cette partie de la soirée. Toutefois, Aphrodite avait bien d'autres idées en tête. Comment Rayne avait ressentit la chose? Qu'est-ce-qu'Aphrodite avait donc prévu?
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 309



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #39 le: Décembre 01, 2016, 07:47:28 »

Dès qu’elle l’avait vu, Rayne avait senti que Julius était aussi beau que niais, aussi sexy sans son armure qu’aussi barbant à donner du « Milady » aux dames. C’était le genre d’hommes qu’on avait envie de faire sortir de ses gonds, car on savait que, en faisant ça, on réveillait une sorte de bête furieuse et profondément endormie. L’inverse valait aussi pour Rayne, qui dissimulait sa frustration sexuelle derrière sa soif de vengeance. Cette frustration l’avait maintenant piégée, car elle était bel et bien prisonnière de Julius, et, surtout, d’Aphrodite.

« Haaaa... »

Prisonnière de ses deux amants, Rayne sentait leurs puissantes verges se perdre en elle, s’enfouissant dans sa chair. D’un côté, Julius la prenait, et, de l’autre, Aphrodite la défonçait, remontant dans ses fesses. Sa fleur intime était butinée, tout comme sa porte arrière, et Rayne se sentait, peu à peu, partir, s’absorbant dans ce moment. Elle crispait ses doigts sur les épaules de Julius, et gémissait encore, tout en sentant ce dernier poursuivre ses coups de reins, en grognant, avec force et envie. Rayne savourait ce moment, s’y absorbant, plongeant avec délice dans les effluves magnifiques et savoureuses du sexe.

Le temps filait à toute allure, absorbé par un trou noir, tandis que Rayne continuait à se faire culbuter. Sentir ces mandrins se perdre en elle, voilà qui était excitant ! Oh oui, son corps avait tellement manqué de ces gouteuses sensations ! Elle se faisait donc prendre, encore et encore, hurlant et gémissant, et sentit les mains d’Aphrodite se poser sur chacun de ses seins, pinçant et tirant sur les tétons, continuant à maltraiter Rayne. Elle tira sur ses seins, à droite et à gauche, à hauteur des tétons, la faisant gémir profondément. Julius crispait ses mains sur ses hanches, poursuivant ses coups, avec plus de force encore.

« Hmmmmm... Hnnnnnnnnnnnnn... !! »

Quelle vague, quelle force ! Rayne était absorbée par ce qui lui arrivait, et mouillait frénétiquement. Avant que Julius ne jouisse, elle avait déjà eu un orgasme, et en eut un deuxième, en même temps qu’Aphrodite et Julius, la Déesse continuant à jouer avec eux, et à manipuler les mortels. Rayne poussa un long cri en enfonçant ses ongles dans sa chair, et jouit furieusement, se répandant contre la queue de l’homme, tout en sentant le foutre de Julius et d’Aphrodite fuser dans son corps, venant la remplir, la remplir bien comme il fallait.

Les cris de Rayne se turent ensuite, et, quand ses amants se retirèrent d’elle, la gravité se rappela au corps de la Dhampir, qui s’affala mollement sur le sol, tout en reprenant sa respiration. La nuit était encore loin d’être finie, et, alors qu’elle commençait à se redresser, sa bouche se posa sur le sexe de Julius. Accroupie, et sans rien dire, mais en haletant, Rayne alla s’attaquer à son dard, apposant ses lèvres dessus, et commença à le sucer. L’une de ses mains masturba alors la belle virilité d’Aphrodite, et elle se mit ensuite à gémir, soupirant de plaisir.

Sa bouche filait d’avant en arrière, gobant rapidement ce sexe, creusant ses joues en aspirant l’air. Une superbe fellation, mais qui témoignait aussi de la soif de la femme, car ses dents raclaient parfois sa queue, sa langue glissant sur la base inférieure de son phallus.

« N’oublie pas ta Déesse, Rayne... Ma pauvre chérie, tu étais tellement frustrée que tu ne penses maintenant plus qu’au sexe... Ton ‘‘moi’’ a disparu au profit d’une entité uniquement motivée par la luxure. »

Obéissant à sa Déesse, Rayne relâcha la queue de Julius, recouverte de sa salive, et s’attaqua ensuite à celle d’Aphrodite, qui posa ses deux mains sur la tête de la Dhampir, et les crispa sur sa chevelure, tout en soupirant à son tour, écartant bien les jambes, pour faciliter les mouvements buccaux de Rayne sur sa queue.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #40 le: Décembre 13, 2016, 05:35:11 »

Julius avait clairement donnée de sa personne, il était en sueur et il était quelque peu épuisé. Mais Rayne, qui avait poussé de magnifiques et délicieux cris jusqu’à présent n’était pas en reste. Effectivement, elle se jeta plus que goulument sur le sexe de Julius et le prit en bouche. Elle avait une magnifique bouche mais l’expérience était serrée car ses dents prenaient beaucoup de place.

Puis, Aphrodite ordonna bien que du point de vue de Julius, il se demanda si c’était vraiment un ordre car cela faisait vraiment très plaisir à Rayne d’obéir. Et, elle commença donc à se désintéresser de son sexe pour s’occuper d’un autre sexe. Aussitôt, Aphrodite gémissait d’aise et lui caressa ses cheveux. C’était un vrai plaisir pour elle de se voir une beauté se répandre totalement dans la luxure. Quelque fois, elle enviait les mortels découvrir ou redécouvrir les joies du sexe. C’était une chose qu’Aphrodite ne pourrait jamais découvrir à nouveau. Alors, elle faisait de son mieux pour apprécier les sentiments troublants d’une jeune femme se vouant à sa tâche. C’était grisant presque enivrant.

-Ouiiii, c’est ça ma belle, tu agis très bien et je pense que tu mérité un petit quelque chose. Julius occupe un peu d’elle veux-tu ? Quand à toi Rayne, continue, fais-moi jouir et goûte à ma semence.

Julius quand à lui avait en évidence les petites fesses de Rayne qui remuait succinctement lorsque que sa bouche montait et descendait sur la verge d’Aphrodite. C’était presque comme une danse sensuelle qui l’envoûtait. La simple vue des fesses fermes de Rayne lui faisait redresser le mât. Qu’il serait bon de s’occuper de son cas, il avait a disposition des deux petits trous qui l’attendait que lui. Il s’approcha et caressa les belle petites fesses de Rayne qui frétilla son contact. Il choisit ce coup-ci de d’enfoncer dans le cul de Rayne dans le passage avait été déblayé une première fois par sa Dame.

Il faut avouer que d’habitude Julius n’était pas aussi pervers mais Aphrodite par ses douces paroles et ses émanations avait de lui un être qui ne cherchait qu’à s’assouvir. Mais, il était important à préciser que les pouvoirs d’Aphrodite ne créaient pas de la luxure là où il n’y en avait pas. Elle faisait juste ressurgir la bestialité et l’envie que l’être humain divulgué en temps normal ce qui signifiait que Julius avait de l’attirance et du désir pour Rayne mais en cet instant précis, cet attirance était désinhibé.

Il remua du bassin lentement très lentement le temps que sa verge s’adapte à cette fermeté puis une fois qu’il rit ses aises ses coup de bassin se firent plus rapides et plus profond. Julius en cet instant précis s’enfonçait dans le trou du cul de Rayne comme un animal.

-Je me suis longtemps demandé comment était votre trou du cul depuis que ma Dame l’a utilisé…. Il est siii bonnn…

Aphrodite n’hésita à certains moments à poser sa main sur la tête de Rayne pour qu’elle s’enfonce plus loin.

-Oh oui, mes petits agneaux continuez comme ça. Profitez-en ! C’est ainsi que vous êtes les plus beaux… Plus vite, plus fort !
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 309



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #41 le: Décembre 14, 2016, 06:18:07 »

En l’état, Aphrodite pouvait se régaler, car Rayne était effectivement en train de plonger à pieds joints dans les plaisirs et les méandres infinies de la luxure, ce qui ne lui était encore jamais arrivé. Oh, bien sûr, elle avait déjà fait l’amour, mais... Jamais Rayne n’avait sombré à ce point. Elle était dans un état second, similaire à cet état où se retrouvait un vampire assoiffé, et tellement affamé de sang, qu’il ne pensait à rien d’autre qu’à sustenter sa soif. Ici, Rayne voulait assainir sa soif sexuelle, et elle léchait avec passion le dard veineux d’Aphrodite. Elle suçait la queue d’une Déesse, et sentait les douces et puissantes mains de cette dernière caresser ses cheveux, tirant sur elle, l’invitant à enchaîner les gorges profondes. À chaque fois que la Déesse avait couché avec des vampires, elle en avait eu pour son argent, car ils étaient capables de réguler leur rythme cardiaque par leur contrôle sanguin, ce qui les rendait particulièrement talentueux en la matière.

« Hmmm... Hmmmmm...
 -  Haaaa... O-Ouiiii, hmmm... Si bonne, tu... Tu es si bonne, ma petite Rayne ! »

Aphrodite crispait ses mains sur ses cheveux, en soupirant. Rayne ne léchait plus son mandrin, elle le suçait vigoureusement, ce dernier disparaissant dans sa gorge. Les testicules de la Déesse fouettaient son visage, claquant sur sa peau, et la Déesse filait d’avant en arrière, entreprenant, peu à peu, de lui baiser proprement la bouche. La Déesse soupirait longuement, des soupirs onctueux et magnifiques, car, plus elle était excitée, et plus son corps émettait des phéromones. Et ces phéromones, Rayne les avalait, s’en imprégnait, et ils faisaient bouillir son sang.

Tout en gémissant, elle continuait ses coups, nullement ménagée par Aphrodite. Julius palpait ses fesses, et, soudain, planta sa verge en elle... Ce qui déclencha immédiatement une réaction chez Rayne.

« HHHHMMMMMMMMMMMMMMMM... !! »

Fort heureusement, elle ne mordit pas, mais griffa les fesses d’Aphrodite, qui en gémit à son tour.

« Ouuuiii, haaa... N’hésite pas, ma chérie, griffe-moi... Je suis une Déesse, fais-moi plaisir ! »

Rayne obtempéra, docile, plantant ses griffes dans les fesses de la Déesse, tout en les malaxant, et en remuant de haut en bas. Elle ne contrôlait plus son corps, ses mouvements étant rythmés par ceux de Julius et ceux d’Aphrodite, qui recommençaient à la baiser... Et, le long de la queue de Julius, al mouille de Rayne filait. Elle sentit alors Aphrodite bloquer sa tête  en enfonçant profondément sa verge, qui tapa contre le fond de sa gorge, et amorça une descente.

« Gnnnnnnhhhnnn... !! »

La Dhampir était comblée au-delà de tout ce qu’elle pouvait imaginer et concevoir. Ses amants continuaient à la prendre, et elle finit par réagir, enfonçant un doigt dans le fondement d’Aphrodite, titillant son anus, faisant gémir cette dernière. Tant de familiarités, de la part d’une inconnue... Ah ! Comme elle pouvait aimer ça. Aphrodite était assurément l’une des plus puissantes Déesses de Terra, et avait quantité d’adoratrices se vénérant à ses pieds. Or, symbolisant la sexualité, Aphrodite aimait bien, parfois, se heurter à des amants forts et virils, qui lui rappelaient sa condition de femme... Ce que Julius savait faire à la perfection, quand on le motivait bien.

Elle ne pouvait donc qu’être ravie de voir le même entrain chez la belle Rayne, l’approchant à grands pas de la jouissance...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #42 le: Décembre 20, 2016, 05:38:06 »

Qu’est ce qu’on est bien dans ce petite fessier, ne put s’empêcher de songer Julius en cet instant précis. Les cris de plaisir et d’errance amplifiaient quelque part le fait qu’il tout donner dans ce magnifique fessier qu’il avait pu regarder des heures durant dans la grotte. Il avait presque oublié ce pour quoi il était venu à la base à cette situation tant le plaisir était suprême.

 Il sentit d’ailleurs des espèces de tentacules aqueuses qui lui fouettaient les fesses quand il n’allait pas assez vite au goût d’Aphrodite. Il était habitué à ce genre de traitement cela signifiait qu’il était généralement sur la bonne voie quand il s’agissait de prendre son pied avec elle. En réalité, c’était la première fois qu’il amenait une étrangère à Aphrodite, d’habitude Aphrodite se contenter d’amener avec elle ses distractions. Il soupçonnait d’ailleurs  d’abuser de leur temps. Dans cet endroit le temps ne se passait pas comme il le semblait. Plus le plaisir d’Aphrodite et de ses comparses augmentaient et plus le temps passait vite. L’aube serait donc bientôt là.

Toujours est-il que les sensations de frottement de la bouche de Rayne, permit à un moment donné de faire jouir Aphrodite et quand Aphrodite jouissait on ressentait alors toute cette jouissance qui  aux uns et aux autres de jouir à leur tour. C’est donc ce que fit Julius, il lâcha sa crème épaisse dans cette fente qui semblait vouloir absorber irrémédiablement le tout comme un petit pain moelleux qui aurait absorbé de la sauce.

Les cris retentirent s’il y avait une apocalypse ces cris là auraient sans doute étaient les plus forts de la mêlée. Les corps étaient éreintés épuisés. Il avait donnait réellement une part de leur âme dans cette étreinte. Julius avait vraiment tout donné pour satisfaire ces deux demoiselles qui étaient il fallait bien le dire très demandeuses. Bien qu’en réalité Aphrodite était pour beaucoup dans l’alimentation de leur désir charnel. Comment résister à une déesse de l’amour en même temps ?

-C’était divin mais petits agneaux vous remplis votre part du marché, je vais donc vous laissez continuez votre route en vous amenant le plus près de votre destination. Quand à toi Rayne n’oublie jamais de laisser tes pulsions sexuelles t’envahir cela te rend beaucoup plus humaine.

Le monde aquatique tourbillonna autour d’eux pour laisser apparaître une image au loin celle d’un splendide château.

-C’est donc ici que votre route continue, toutefois laissez-moi vous avertir que la maîtresse des lieux, la Comtesse de Ségur est quelqu’un de spécial. Elle est en quelque sorte sous influence vampirique et vous apportera son aide que si vous brisez l’enchantement. Le parasite qui l’a envahie ne peut succomber au sexe ce qui la rend froide mais une chose peut le vaincre…. Le sexe… Considérez que tout à l’heure ce n’était qu’un entraînement. Je vous souhaite bonne chance !


Et, ils se retrouvèrent seuls alors que le petit matin était là et qu’ils n’avaient pas dormis bien que Julius soupçonna Aphrodite de leur avoir fait quelque chose car il ne se semblait pas fatiguer, au contraire même. Le château se montrait donc devant toute son ampleur dans cette aube naissante.

- Alors présentons-nous sans plus tarder mais méfions-nous qui sait sur quoi on tombera !
Journalisée
Rayne
Créature
-

Messages: 309



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #43 le: Décembre 24, 2016, 09:15:16 »

Ce fut à l’aube naissante qu’Aphrodite consentit à les relâcher. Rayne avait beau avoir fait l’amour toute la nuit, elle se sentit parfaitement sereine en approchant la ville de Ségur, aux pieds du château. Le trio avait fait l’amour toute la nuit, et Rayne en sortait étrangement apaisée et sereine. Coucher avec Aphrodite et Julius avait été magnifique, et cette nuit la marquait encore, tandis que le duo remontait vers le château. Elle avait encore le souvenir des tentacules aqueux caressant son corps, étirant ses membres dans différentes positions... Aphrodite était douée, et il fallut un peu de temps pour que Rayne se concentre sur leur mission.

Ils arrivèrent à une colline surplombant la région, avisant le château de Ségur. Il se dressait fièrement, mais était inaccessible par un autre chemin que la ville.

« Il va falloir rentrer dans la commune, Julius... C’est le seul moyen d’entrer. »

Le duo descendit donc le long de la colline, et rejoignit une écurie abandonnée. Rayne vit plusieurs chevaux, et, après quelques hésitations, décida de les prendre. Chacun grimpa sur un cheval, après avoir mis des selles, et ils rejoignirent ensuite l’entrée de Ségur, en longeant une partie du lac, apercevant plusieurs moulins, et le port de Ségur. Aphrodite leur avait dit que la Comtesse était victime d’un empoisonnement lié au vampirisme, qui disparaîtrait avec le sexe.

*Même si je n’ai pas trop compris ce qu’elle a dit...*

Aphrodite leur avait dit que ce virus ne pouvait succomber au sexe, et que la seule chose pouvant le vaincre était... Le sexe. Pour elle, ça relevait de la contradiction. En tout cas, elle était sûre que Kagan était derrière cette histoire. Son père était un vampire très puissant, ce qu’elle expliqua à Julius pendant leur trajet. Kagan n’était pas juste qu’un guerrier d’exception, il était aussi un vampire très âgé, maîtrisant les arcanes de la magie rouge, une magie qui avait toujours été particulièrement forte chez les vampires.

« Ses pouvoirs lui permettent de manipuler les esprits humains, notamment... J’ignore ce qu’il est venu faire dans cette région, mais, vu tous les monstres que nous avons croisés, ainsi que Xerx, il faut s’attendre au pire. Le rêve de Kagan a toujours été de faire dominer la race vampirique, d’instaurer un nouvel âge vampirique qui supplanterait aux humains. »

Les deux chevaux s’approchèrent du premier quartier de Ségur, situé à l’extérieur, un quartier en pente menant vers le cœur de la ville : le quartier de San Sebastian, qui longeait le port de la ville. Le plus troublant, c’était que le quartier était vide à cette heure, alors que, normalement, les ouvriers auraient dû se mettre au boulot, en allant vers le port. Or, il n’y avait personne, que ce soit les ouvriers, les mères de famille venant nettoyer leurs linges, les enfants qui couraient dans les rues.

Rayne et Julius montaient un sentier vide, tout en approchant de l’église de San Sébastian. Là, la Dhampir arrêta son cheval, et sauta à terre, fronçant les sourcils devant l’église.

« Il y a... Il y a de drôles d’odeurs là-dedans... »

Tout ça ne lui disait rien qui vaille...



« Elle est finalement arrivée... »

La voix rauque de Kagan résonna dans ce qui, désormais, était son trône. Il se redressa lentement, et rejoignit à son tour le balcon, où sa nouvelle femme observait la ville. Kagan ne pouvait que féliciter Xerx. Son parasite était vraiment très efficace, et, depuis qu’il l’avait injecté dans le corps de cette femme, elle était maintenant son esclave asservi. Quand on savait combien la Comtesse de Ségur était une femme forte et fière, le spectacle était perturbant.

Mais la Comtesse restait une humaine, appelée à le servir, et c’était là son unique fonction.

« C’est elle qui t’a estropié ? »

Un grognement de désapprobation traversa les lèvres de Kagan, furieux de se rappeler encore de cet échec humiliant, qui lui avait coûté sa place sur Terre.

« Une erreur que je compte bien rectifier... Je vais longuement m’amuser avec elle. Tu arrives trop tard, ma chère fille... Ségur est déjà à moi ! Et, bientôt, Nexus tout entier le sera ! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Julius Perona
Humain(e)
-

Messages: 85



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #44 le: Janvier 03, 2017, 04:11:12 »

Ils étaient en vue donc du comté de Ségur. Pour autant, Julius ne s’attendait as à y trouver des menaces au sein même de la ville. Certes, Aphrodite lui avait dit de se méfier est que la personne qui dirigeait cette endroit était mauvaise. Il n’avait non plus compris sa diatribe sur le sexe. Elle voulait quoi en fait un viol ? Mais, Aphrodite comme toutes les divinités parlaient prophétiquement et il fallait interpréter les paroles. Le seul hic, c’est de bien les interpréter

-Tâchons d’être prudents dans ce cas…

Il n'y avait pas un chat dans ce quartier c’était très étrange. Il y aurait y avoir un petit quelque chose mais rien de formel. Où étaient donc les enfants qui jouaient dans les rues ? Les marchands qui étaient supposés haranguer la foule ? Il n’y avait même pas un sans le sou qui réclamer sa piécette.

Ils continuèrent d’avancer ceci dit avec prudence et firent face à une menace qu’il ne pensait pas affronter. Cette menace se dégageait étroitement dans une église. L’église du quartier de San Sebastian  était quelque peu connut dans le quartier mais la menace semblait omniprésente à l’intérieur. Cette zone était particulièrement sombre et nul doute que des créatures de la nuit pouvaient se situer par là. D’ailleurs fait étrange quelque corps desséchés était éparpillés dans un coin.

-Il n’y a pas que des odeurs étranges, il y aussi autre chose…

Sur ces dernières paroles, des corps suspendus au plafond tombèrent juste derrière Julius qui s’était avancer jusqu’au centre de la salle. C’était des créatures de la nuit, mais ils n’étaient rien d’autre que des pions. C’était sans doute des nouveaux nés, Julius reconnut un homme d’église et des paysans du cru. Ils devaient être transformés depuis peu mais leurs longues canines ne laissaient sous entendre aucun prétexte ils avaient soif. L’homme d’église d’ailleurs proclama un discours.

- Notre Seigneur tout puissant Kagan souhaite que nous protégions son trésor, notre reine. Nous devons tout faire pour empêcher ses ennemies de la foi d’obtenir satisfaction car je vous le dit mes fidèles ceux-là ne mérite pas notre pitié. Nous devons les exterminer jusqu’au dernier ! Khe khe khe….

Un pauvre fou semblait t-il, Julius n’hésita pas une seule seconde et le décapita.  Il pourfendu facilement trois autres adversaires. Une espèce de larve tomba à terre. Julius fit prit d’horreur. Ils étaient encore humain ? Ou bien étaient-ils devenus des monstres ? N’étais-ce pas cela cette nouvelle menace dont parlaient Aphrodite ?
Toujours est-il que le temps n’était pas aux questions mais au combat car une chose était sûr, il disposait de trop peu d’information pour faire quoi que ce soit d’autre que extraire par la force ces larves. En peu de temps, ces vermines furent exterminaient. Il faut dire que ce danger était ridicule par rapport aux dangers qu’ils avaient déjà affrontés.

- Lady Rayne, ces choses étaient-elles encore humaines ? Aphrodite nous a parlé d’une nouvelle menace n’est-ce pas ce genre chose ? Qu’avait-elle dit déjà…. Que le seul moyen de les contrer était de leur  faire l’amour aux hôtes ? Mais, comment faire ces choses ont l’air d’être inhumaine….


                                                      ***********************************

Dans un autre endroit, dans un autre lieu, au château de Ségur, la Comtesse faisait ses adieux à son nouveau roi, le grand et puissant Kagan.

 -Vous partez déjà ?

Elle se répugnait encore à l’appeler Maître. La larve qui avait prit possession d’elle avait encore du mal à contraindre son extrême fierté.

 -Oui, je compte sur toi pour accueillir nos « invités » comme il se doit, il est temps pour moi d’aller obtenir de ma nouvelle alliée, la production de masse de ces bestioles. Nexus succombera à mon pouvoir. Ma défunte Fisha avait sut extorquer un nom d’importance. Parmi les nôtres, tous craignent un être hideux et difforme la grande Kerrigan. Mais j’ai enfin, le pouvoir nécessaire pour lui dérober des nouveaux nés et grâce aux expériences de l’Alchimiste…  Enfin, je ne devrais pas trop en dire. Adieu, ma fille…
« Dernière édition: Février 24, 2017, 08:13:41 par Julius Perona » Journalisée

Tags:
Pages: 1 2 [3] 4 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox