banniere
 
  Nouvelles:
La nouvelle Gazette est en ligne !
Bonne lecture !



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Les débuts d'une grande ambition [Samara]  (Lu 1271 fois)
Azadrel
E.S.P.er
-

Messages: 13


Mage Noir


Voir le profil
Fiche
« le: Juin 23, 2016, 06:28:02 »



♠ Les débuts d'une grande ambition ♠



- ARRRRRRGH !!! Non, je vous en prie ! Je vous en prie arrêtez ! Je... je vais vous dire ce que je sais, mais me tuez pas... pitié...

Un homme âgé d'une cinquantaine d'années était attaché au dessus du sol, les quatre membres attachés par des chaînes tendues au plafond et au sol, chacune d'elle était reliée à un mécanisme permettant ni plus ni moins de l'écarteler et de lui arracher les membres. Un moyen de torture particulièrement douloureux et que le pauvre bougre supportait mal. Terrorisé, à moitié nu, la peau luisante de sueur et le visage baigné de larmes, il n'avait pas l'air en très grande forme. La pièce était sombre, froide, humide, éclairée par seulement quelques bougies. Ça ressemblait à une sorte de repaire souterrain ou alors un espèce d'ancien fort en ruine depuis longtemps abandonné. Face à l'homme, affalé dans une sorte de petit trône en pierre, il y avait une silhouette sombre dont on ne pouvait discerner les traits. D'une main, il maintenant sa tête d'un air ennuyé et de l'autre, il tenait le levier qui commandait le mécanisme.

- Parle vite, je commence à perdre patience, lança la voix calme de l'individu.
- Le... l'artefact que vous cherchez. Il appartenait... à un mage. Un mage très puissant. Mais... quelqu'un a réussit à mettre la main dessus, il y a environ deux siècles.
- Qui ?

L'homme se mit à pleurnicher et à renifler comme un bébé, secouant la tête de droite à gauche, comme s'il ne voulait pas en dire davantage. Ce type était un érudit ashnardien qui tenait son savoir de quelques anciens. Il était donc bien renseigné sur cette affaire et Azadrel, qui était assis sur ce siège en pierre, le savait parfaitement. Agacé par le comportement de sa victime, il actionna un peu plus le levier, étirant douloureusement les membres de celui-ci. L'homme se mit à hurler et s'empressa de crier :

- Une démone !! La... la démone qu'il avait invoqué et réduit en esclavage. Elle... elle a réussit à le tromper, à s'emparer de l'artefact et... et elle a utilisé ses pouvoirs pour tuer son maître !
- Je veux un nom. Où est-elle maintenant ?
- Je sais plus ! Je sais pas ! Je vous le jure, on m'a rien dit de plus sur cette affaire ! Je peux seulement vous dire... qu'elle a tué beaucoup d'autres mages après ça...

La Mage prit un temps de réflexion, laissant la victime geindre et pleurer de plus belle. Cette histoire datait d'il y a longtemps et l'artefact avait déjà été trouvé depuis près de deux siècles. Ses pouvoirs étaient désormais ceux d'une démone s'étant retournée contre son maître et ayant effectué toute une série de meurtre contre des mages, sûrement par vengeance et pour nourrir un peu plus sa puissance. Exactement le plan qu'avait prévu Azadrel s'il avait réussit à mettre la main sur cet artefact. Malheureusement, c'était beaucoup trop tard. Mais tout n'était pas perdu. S'il parvenait à retrouver la trace de cette démone, il pourrait peut-être trouver un moyen de se servir d'elle.

Finalement, le mage noir se leva et s'approcha lentement de sa victime.

- Merci pour ces informations. Je n'ai plus besoin de toi maintenant.
- Non, attendez !!!!

Il eut beau hurler, la fin fût inévitable. Azadrel tendit la main dans sa direction et murmura une sorte d'incantation d'une voix grave. Le sang de l'homme se mit soudain à bouillir dans tout son corps, le faisant hurler de douleur pendant un long moment avant qu'il ne meurt pour de bon.

* * * * * *

Azadrel avait mit un bon moment avant de retrouver la trace de la démone. Elle s'appelait Samara et était devenue une puissante archimage. Et la cerise sur le gâteau, c'est qu'elle vivait à Ashnard et y était plutôt influente. Parfait. Absolument parfait. Pile ce qu'il lui fallait. Le Mage Noir ne tarda donc pas à lui demander de la rencontrer. Une fois qu'elle eut accepté de le recevoir chez elle, il s'empressa de rejoindre la ville.

Ashnard. Voilà longtemps qu'il n'y avait pas mit les pieds. De longues années en fait. Rien n'avait vraiment changé. Vêtu de son éternel grand manteau noir, le visage caché sous une large capuche, il traversa plusieurs rues, la mine grave, l'esprit assaillit par miles souvenirs douloureux. La haine et la colère pulsaenit dans son cœur noircit et durcit par l'occulte. Il devait faire appel à tout ce qui lui restait de raison pour ne pas craquer et tout brûler sur son passage. Patience... patience, ce jour viendrait.

Rapidement, il atteignit la Cité Impériale. Dans son enfance, il n'y avait évidemment jamais mit les pieds. On ne tolérait pas les gueux ici, au milieux de toute cette richesse. Mais il su trouver son chemin sans trop de mal, se trouvant enfin face à un grand bâtiment luxueux. Cette démone devait avoir de gros moyens. Sans trop hésiter, il frappa, et fut accueillit par une superbe jeune femme aux longs cheveux blonds et en sous-vêtements noirs. Une tenue plutôt étonnante pour une servante, mais après tout, pourquoi pas. Il déclina son identité, informant qu'il avait rendez-vous avec la maîtresse des lieux . Elle se présenta alors sous le nom de Kazuha et le fit entrer. Il n'y avait pas à dire, les lieux respiraient la richesse et la puissance. Ce qui aurait sans doute fait vomir Azadrel de jalousie s'il n'avait pas été aussi concentré sur son but.

Il déclina l'offre qu'on lui fit d'enlever son manteau et suivit plutôt la servante jusqu'au lieu de rendez-vous. Enfin, il allait pouvoir rencontrer cette fameuse démone, la tueuse de mage. Il n'éprouvait cependant aucune peur et se déplaçait de manière assurée, le regard déterminé.
« Dernière édition: Juin 23, 2016, 06:36:51 par Azadrel » Journalisée

~ ♫ Azadrel chante sa vie et sa colère : ♪ ~
https://www.youtube.com/watch?v=R1C2a1w3qG8



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 26, 2016, 10:45:03 »

« Je maintiens que rencontrer cet homme n’est pas prudent, Maîtresse ! »

Chargée de la protection physique de Samara, entre autre chose, Kazuha, une esclave que Samara avait acheté auprès d’une guilde d’esclaves de luxe, était une femme aussi obéissante que scrupuleuse, surtout quand il était question de la sécurité de sa Maîtresse. Cependant, l’Archimage pouvait parfois se montrer intraitable, et, tandis que le duo se tenait dans sa salle des trophées, Kazuha en avait profité pour réitérer ses doutes à l’idée de faire venir ici le Mage Noir, Azadrel, celui qu’on surnommait, même s’il n’y avait aucune preuve, le « Boucher Immaculé », en référence à sa haine légendaire contre l’Ordre Immaculé, et aux innombrables légendes circulant sur lui. Ce qui était sûr, c’est que Nexus avait mis la tête à prix d’un certain mage noir, connu pour incendier des églises, et qui, d’après les rumeurs, aimait attaquer aux messes, en fermant l’église de l’extérieur, et en l’incendiant, se délectant des hurlements des individus à l’intérieur. Un individu d’une cruauté sans fin, à tel point que le Grand Conseil Œcuménique, aussi appelé « Saint-Siège », avait édicté une bulle papale ordonnant à tous les alliés et à tous les sujets de l’Ordre l’élimination de l’homme, qui avait été excommunié, et était traqué par l’Inquisition. Nexus, elle, avait déployé les redoutables Paladins d’Haven pour le retrouver, et on disait que, traqué de toute part, l’homme avait fui vers Ashnard.

Officiellement, l’Empereur avait annoncé tout son soutien au Grand Confesseur, la puissante Holy, mais, dans les faits, Mordret, et, de manière générale, les Impériaux, détestaient que l’Ordre Immaculé leur donne des ordres. Ainsi, si, officiellement, les autorités traquaient Azadrel, en réalité, les Ashnardiens le voyaient plus comme un allié... Un allié instable et dangereux, mais quelqu’un qui, par ses méthodes, avait contribué à désorganiser Nexus, et donc à aider l’effort de guerre, et ce à tel point que les Nexusiens accusaient les Ashnardiens d’avoir soutenu la « Croisade Noire d’Azadrel »... Croisade qui, outre des incendies multiples, avait aussi réservé son lot de cruautés, quand il s’en prenait à des communautés reculées, les massacrant dans des rituels sataniques sinistres qui avaient permis d’améliorer ses pouvoirs.

Kazuha avait pu consulter tous les rapports, car Samara était haut-fonctionnaire impérial, et proche d’un Conseiller Impérial, Emhyr var Emreis. La réalité était qu’Ashnard n’avait jamais soutenu Azadrel, mais, à sa manière, l’homme était devenu symptomatique des relations très conflictuelles entre les deux puissances, amenant Emhyr à souhaiter sa capture, et ce dans la mesure où, secrètement, le Conseiller rêvait de négocier la paix avec Nexus, à l’avantage d’Ashnard.

Ainsi, quand Samara avait reçu une demande d’entretien d’Azadrel, elle avait accepté, créant la colère de Kazuha. Bien sûr, Kazuha restait son esclave, mais elle disposait d’une grande liberté d’expression, car Samara lui avait toujours dit de lui dire la vérité. Alors, Kazuha ne comprenait pas pourquoi Samara jouait avec le feu. Certes, l’homme n’avait encore commis aucun crime sur le sol ashnardien, mais accepter sa présence, sans même en référer à Emhyr...

« C’est dangereux !
 -  Remettrais-tu en doute mes capacités, Kazuha ?
 -  Bien sûr que non, mais, si j’en crois ce que disent les rapports...
 -  Il est puissant, oui, mais il ne me fera rien. Et, même s’il essayait, mon pouvoir surclasse le sien. Je suis intriguée... Même si je pense savoir ce qu’il veut. »

Le Cœur Noir... Quoi d’autre ?

La salle des trophées de Samara était une pièce abritant de multiples armes et artefacts magiques, sa collection privée... Mais, au sein de ce trésor, qui aurait fait pâlir d’envie n’importe quel mage, il y en avait un autre, encore plus discret, qui se trouvait dans un coffre fermé, et verrouillé. Même Kazuha n’y avait pas accès, car il abritait le plus puissant artefact de Samara, celui dont elle tirait sa puissance, l’artefact qu’elle avait absorbé au mage qui l’avait torturé et brisé... Le Cœur Noir.

Cet artefact s’était greffé à elle, et lui avait conféré la force d’absorber les pouvoirs magiques d’autres mages. Par la suite, elle avait réussi à extraire le Cœur, mais continuait à bénéficier de ses effets C’était un artefact qui, d’après Samara, venait des Enfers, ramenée par elle quand ce maudit mage l’avait capturé et torturé, humilié et brisé, au point de lui en faire perdre la mémoire. Samara l’avait extrait de son corps afin d’essayer d’en étudier la complexe magie, et, ainsi, pouvoir retrouver sa trace. En consultant les notes du mage qui l’avait torturé, elle n’avait rien trouvé d’utile, si ce n’est la liste de ses disciples, dont un certain Bodgard. Elle avait appris que ces mages avaient toujours traqué le Cœur Noir,  et s’interrogeaient sur sa nature, à travers son origine. Certains disaient qu’il était un artefact démoniaque, utilisé par les démons lors du Grand Conflit pour absorber les pouvoirs des Anges, mais d’autres soutenaient une origine plus lointaine encore, relevant du conflit contre les Grands Anciens, et aurait été dans la légendaire cité de R’lyeh, domaine du terrible Cthulhu.

Les recherches de Samara n’avaient pas permis d’avancer, mais, dans cette attente, elle avait utilisé toute sa magie pour sceller le Cœur, de telle sorte que sceller ce coffre sans avoir les bons mots-clefs était presque impossible... De plus, elle avait inclus une ultime sécurité, permettant, si jamais le coffre-fort était ouvert par une autre personne que les personnes autorisées (elle seule, pour le moment), de le détruire. Même Kazuha n’y avait pas accès, par peur que, en la kidnappant, elle ne soit utilisée contre son gré pour ouvrir le coffre-fort... Ceci étant dit, Samara réfléchissait à l’éventualité de lui donner accès au Cœur, car Samara avait compris qu’il y avait, entre elle et le Cœur Noir, un lien fort. Puissante, quand elle ingérait à nouveau le Cœur, sa puissance décuplait de manière exponentielle. En revanche, quand elle avait fait un test sur Kazuha, la jeune femme avait failli mourir au simple contact avec le Cœur, ce qui, selon Samara, confirmait que cet artefact était lié, soit à elle, soit à sa famille démoniaque., car des essais sur d’autres démons avaient conduit au même résultat.

Et elle savait qu’Azadrel recherchait le Cœur, car, récemment, Bodgard avait été tué, et, en se rendant sur place, Samara avait perçu la signature magique d’un mage noir extrêmement sombre, et, en consultant les rapports d’enquête, notamment les expertises magiques menées par les mages nexusiens sur les lieux de carnage du Boucher Immaculé, elle avait vu que les relevés magiques correspondaient à ses impressions.

« Je sais que vous recherchez des informations sur votre famille, Maîtresse, mais il est dangereux de faire entrer un tel loup, qui...
 -  Assez, Kazuha ! Je ne veux plus en parler ! »

Le ton était autoritaire, et Kazuha rougit légèrement, en baissant les yeux.

« Cesse de me prendre pour une faible. Tu seras punie ce soir pour ton insolence. »

Kazuha rougit encore, se sentant gênée. Quelle idiote ! Parler à Samara si ouvertement de sa famille natale était toujours difficile, et la punition était donc légitime. Elle ne dit donc rien de plus, et, quand Azadrel arriva, Kazuha se chargea de l’accueillir, non sans un froncement de sourcils.

« Ma Maîtresse va vous recevoir. Suivez-moi, je vous prie. »

Habituellement, face à des invités qu’elle aimait bien, Kazuha adoptait une démarche sensuelle. Ici, son pas était raide, très militaire, même si elle ne portait que ses sous-vêtements noirs renforcés, ce qui faisait qu’elle était toujours aussi belle à regarder. Elle le conduisit à travers les riches et luxueux couloirs du grand appartement, jusqu’à un salon où l’attendait la mage, à côté d’un feu qui crépitait dans l’âtre d’une cheminée.

Samara était assise sur un grand fauteuil rembourré, et sourit à l’attention de son invité, en se relevant.

« Vous voilà enfin, Mage Azadrel ! Je suis heureuse de vous rencontrer, cher confrère. »

Elle lui sourit respectueusement, tout en sentant la puissance du mage.

Une puissance qui la faisait frémir...

Qu’il aurait été plaisant de dévorer son âme pour aspirer toute cette puissance !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azadrel
E.S.P.er
-

Messages: 13


Mage Noir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 05, 2016, 01:33:13 »

Sous la capuche du mage noir, son regard brillait d'une étincelle étrange, indescriptible, ineffable. Les pas de la servante et les siens claquaient dans les couloirs de l'établissement et chaque pas le rapprochait un peu plus de l'objet de sa convoitise, attisant le feu dévorant de sa folie dans sa poitrine. Plus les années passaient, plus sa soif de pouvoir grandissait, jusqu'à venir grignoter un peu plus son âme et durcir son cœur. C'était une douleur continuelle qui embrasait son corps et Azadrel ne trouvait de répit que lorsqu'il torturait autrui et leurs cris était une douce musique enivrante à ses oreilles. Il n'avait pourtant pas comme but de tuer Samara. Bien au contraire. Ce serait tuer la poule aux œufs d'or. Morte, elle ne lui était d'aucune utilité. Mais grâce à elle... oui grâce à elle il pourrait enfin assouvir sa vengeance. Rien qu'à cette idée, un spasme parcourut violemment sa main droite qu'il agrippa discrètement avec son autre main, retenant à grande peine un sourire sadique, quand bien même personne n'aurait pu le voir.

 Lorsqu'ils pénétrèrent enfin dans la pièce où se trouvait la propriétaire des lieux, Azadrel avait reprit totalement le contrôle de ses émotions et se présenta le dos bien droit, les bras le long du corps. De lui, Samara ne put guère apercevoir qu'une mâchoire et la silhouette de son nez, du moins jusqu'à ce qu'elle prenne la parole pour le saluer. Désormais face à elle, il pouvait enfin sentir et deviner le pouvoir qui émanait d'elle, ce qui lui fit le même effet que s'il avait été un vampire affamé face au sang délicieux d'une petite vierge. Il ne laissa cependant rien paraître et releva les yeux, décidant enfin de faire tomber sa capuche pour découvrir tout à fait son visage.
Azadrel avait le physique d'un jeune homme d'à peine vingt ans, des cheveux et des yeux d'un noir de jais et la peau pâle. Il aurait pu être très séduisant si son regard n'était pas aussi effrayant. Il se força à sourire de la manière la plus franche possible, puis pencha légèrement le buste en avant pour la saluer.

- C'est aussi un plaisir et un honneur pour moi de vous rencontrer, Archimage Samara.

Il avait prononcé son titre et son nom avec un ton plut lent et plus appuyés que ses précédents mots, élargissant son sourire avant de planter ses yeux droits dans les siens. Cette politesses était une façade, et cet échange de regard permit de révéler que l'un et l'autre n'aspiraient au fond qu'à une seule chose : dévorer l'autre, posséder le pouvoir puissant qui vibrait en chacun d'eux. Si Azadrel avait pu obtenir ce pouvoir rien qu'en la tuant, il l'aurait fait sur le champs. La force qu'il sentait en elle l'attirait comme un aimant, il était comme un junky en manque devant une superbe drogue...
Il se redressa, tentant d'apaiser sa soif et reprit d'un ton calme et posé.

- On m'a évoqué votre beauté, mais je dois avouer que je ne m'attendais pas à avoir en face de moi une créature aussi délicieuse. Merci d'avoir accepté de me rencontrer.

Samara était en effet une démone très agréable à regarder. Les formes de son corps devait faire saliver bon nombre d'individus et attiser les désirs les plus enfouis. Azadrel ne s'était jamais essayé au plaisir charnel avec une femme. Durant toutes ces années, il n'avait été obsédé que par le pouvoir et son désir de vengeance. Il avait depuis longtemps renié ses propres désirs physiques. Mais une créature telle que Samara ne pouvait que piquer sa curiosité à ce sujet. Oui, il devait faire bon entre ses cuisses. Être une femme comme elle donnait sans aucun doute un certain avantage pour grimper au sommet... Lui-même avait usé de ses charmes ingénus pour tenter de prendre du galon autrefois, mais cela avait échoué.

Tout à coup, il glissa une main à l'intérieur de son long manteau et en ressortit un petit boîtier noir. Il s'avança alors quelque peu de la démone, le regard toujours brillant, puis tendit la boite en direction de l’archimage tout en soulevant le couvercle. Samara put alors découvrir un somptueux collier de diamants et de saphirs sur un tapis de velours.

- J'ai pensé que cela vous ferait plaisir. Je ne voulais pas arriver les mains vides.

Il ne connaissait pas vraiment les goûts de la démone, mais en générale, les femmes étaient sensibles à ce genre de présent.
Journalisée

~ ♫ Azadrel chante sa vie et sa colère : ♪ ~
https://www.youtube.com/watch?v=R1C2a1w3qG8



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Septembre 05, 2016, 02:55:43 »

Entre mages, il existait une déontologie à respecter, des principes de cordialité à tenir. L’histoire des mages était assez passionnante à étudier, un conglomérat d’organisations et d’institutions ayant existé à travers les siècles, qui avaient toutes prétendu être neutres, mais ne l’avaient jamais vraiment été. Actuellement, il existait encore ce qu’on appelait des Cercles de mages, sortes de constructions modernes regroupant différents mages. Les Cercles étaient des espèces d’associations de magiciens promouvant l’intérêt exclusif de la recherche magique, en-dehors de toute considération politique. Bien souvent, c’était une superbe hypocrisie, car, pour autant que Samara s’en rappelle, les magiciens avaient toujours eu un rôle politique, que ce soit en étant de simples guérisseurs, ou en étant des conseillers royaux. C’était pour cette raison qu’il existait une très importante structure magique, la Loge, qui avait jadis eu ses propres écoles, avant de progressivement s’amenuiser. Maintenant, il existait une multitude de Loges, chacune ayant des couleurs politiques en fonction de la position géographique où elles se situaient. Samara connaissait tout ça, et savait ainsi qu’Ashnard disposait d’une Loge, qui n’avait d’indépendante que le nom. Tout cela pour dire que, entre mages, même si on s’appelait « confrères », se trahir était une chose naturelle.

Il suffisait de voir le regard d’Azadrel et son sourire forcé pour constater que l’homme n’avait de bienveillant que ce qu’il en disait. Plutôt beau, il faisait très jeune, mais transpirait le désir et la puissance. Samara pouvait le sentir. Azadrel avait versé dans les arcanes de la magie noire, permettant ainsi de le rendre puissant, et elle savait qu’il n’était pas là pour partager le thé, mais bien pour renforcer davantage ses pouvoirs.

Azadrel lui offrit alors un présent, un superbe collier, et Samara l’observa silencieusement, sa main venant caresser l’un des saphirs.

« Il est tout naturel de vous rencontrer, Azadrel, nous sommes tous les deux des mages, après tout. Et, même si le Code de déontologie est plus une ligne de conduite, il impose à tous les mages la solidarité mutuelle. »

Une bien belle hypocrisie, quand on savait que Samara avait tué bien des mages, dévorant leur énergie pour augmenter la sienne. Ses doigts délicats glissèrent sur le saphir, et elle hocha la tête.

« Les diamants et les bijoux font de très bons catalyseurs magiques. Je vous remercie pour ce collier, je prendrais grand-plaisir à l’enchanter. »

Elle laissa l’homme le remettre dans son coffret, puis appela mentalement Kazuha, et lui demanda de remettre l’écrin dans son laboratoire. La jeune femme acquiesça, sans rien dire, se montrant silencieuse et respectueuse, bien décidée à ne pas laisser paraître l’ensemble de ses doutes envers le mage noir. Elle repartit donc, et Samara se déplaça encore un peu, avec sensualité, comme à son habitude. Son corps était effectivement magnifique, ce qui ne devait guère échapper à Azadrel, la queue caudale de Samara filant lentement de droite à gauche, glissant sur le sol.

Tout en marchant, elle se mit à parler :

« Je dois admettre que vous m’intriguez beaucoup, Azadrel... De vous, j’ai entendu beaucoup de choses et de rumeurs. Votre réputation vous précède largement, et je n’aurais jamais cru que la personne sur laquelle on raconte tant d’horreurs puisse être... Aussi mignonne à regarder. »

Elle lui sourit brièvement, avant de poursuivre :

« Je prends de gros risques en vous acceptant. L’Ordre Immaculé vous accuse d’avoir participé à une messe organisée dans un petit village, et d’avoir massacré tout le monde à l’intérieur. Le Conseil Œcuménique Supérieur a délivré une bulle ordonnant aux autorités séculières de vous arrêter. Mon devoir en tant qu’Ashnardienne devrait donc être de vous enfermer... Pourtant, vous êtes là, libre... Car vous m’intriguez. »

L’Ashnardienne l’invita à s’asseoir sur un fauteuil autour d’une table basse, tout en sortant une belle bouteille d’alcool, avec deux verres, et les remplit, tout en s’asseyant face à lui, croisant élégamment et sensuellement les jambes.

« Alors, dites-moi... Pourquoi une telle haine envers l’Ordre Immaculé ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azadrel
E.S.P.er
-

Messages: 13


Mage Noir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 07, 2016, 01:54:58 »

Azadrel observa avec attention la réaction de Samara. Plus encore, il semblait la détailler jusqu'au plus profond de son âme, dans les moindres détails et rien ne semblait lui échapper. Il percevait chaque mouvement de cils, ceux de ses doigts, les expressions de son visage, le rythme de sa respiration, les battements de son cœur, le déplacement de son sang dans ses veines, le déplacement de ses cheveux lorsqu'elle bougeait la tête, l'évolution de ses pupilles luminescentes et surtout, surtout le pouvoir vibrant qui envahissait tout son être. Ah, comme il aurait aimé tenir ce pouvoir dans la paume de sa main, lui arracher petit à petit, l'aspirer en lui... Retenir ses pulsions était de loin la chose la plus difficile pour le mage noir, bien que cela soit un combat de tous les instants.

Samara n'ignorait pas l'envie qui animait son invité, elle se doutait bien de ce qu'il était venu chercher, Azadrel n'en doutait pas. Pour l'heure, ils semblaient respecter ce code de déontologie stupide entre mages, mais ce n'était que pure illusion. Elle le remercia pour son offre, annonçant qu'elle aurait plaisir à enchanter l'objet. Le Mage Noir ne réagit pas lorsque sa servante, Kahuza, s'approcha pour prendre le coffret avant de disparaître. Ils étaient désormais seuls dans la pièce, face à face. Azadrel s'acharnait à faire taire sa faim vorace de pouvoir lorsque la démone commença à se mouvoir, d'une démarche honteusement sensuelle, faisant balancer sa queue caudale au rythme de ses pas. Il la suivit de son regard noir alors qu'un grognement sourd semblait raisonner dans sa tête. Quelle drôle de sensation...

L'Archimage avoua soudainement que le jeune homme l'intriguait et qu'elle avait entendu parler de lui et de la réputation qui le précédait. Cependant, elle précisa qu'elle ne s'attendait pas à voir en ce Mage Noir sanguinaire « quelque chose d'aussi mignonne à regarder ». Azadrel souleva un sourcil. On l'avait souvent décrit comme un fou, un meurtrier, un démon assoiffé de sang, un monstre impitoyable, mais jamais, ô grand jamais, de quelque chose de mignon. Si ça lui faisait plaisir ? Bien au contraire, ça le rendait furieux. Bien qu'il se sente insulté sur le moment, le mage n'eut aucune réaction, se contentant de fixer Samara, muet comme une tombe. Après tout, venant d'elle, il ne s'agissait peut-être que d'un réel compliment.

Sans l’interrompre, il l'écouta parler des accusations qui pesaient sur lui, en particulier à cause de l'Ordre Immaculé. Bien entendu, le devoir se Samara aurait du être de l'arrêter et de le livrer à qui de droit. Seule sa curiosité à son égard l'en dissuadait. Azadrel comptait donc bien aiguiser cette curiosité le plus longtemps possible. Celui-ci eut un léger rire sadique au souvenir de ce jour où il avait tout fait brûler. Il revoyait les flammes qui léchaient goulûment les bâtiments, et en particulier le duché de l'Ordre et puis les cris et les hurlements de douleur des victimes. Il fut parcouru d'un frisson de plaisir avant d'accepter l'invitation de l'Archimage à prendre place dans un fauteuil.

D'un pas lent, il s'approcha puis se débarrassa de son long manteau noir, arborant désormais une tenue qui détonait un peu avec le personnage. Plutôt distingué, il portait une fine chemise de coton de couleur blanche avec un élégant gilet sans manche par-dessus, ainsi qu'un pantalon de lin noir assez près du corps et de taille haute, ainsi qu'une paire de bottes de cuir sombre. Le tout mettait agréablement en valeur ses épaules et son buste assez musclés, sa taille fine et un fessier qui n'avait rien à envier à celui du plus bel apollon. Afin d'être plus à l'aise, il déboutonna un bouton de sa chemise et retira le léger foulard qui ornait sa gorge. Il déposa enfin celui-ci et son manteau sur le dossier du fauteuil avant de s'y installer, jambes croisées, les bras sagement posés sur les accoudoirs. Enfin, il reporta son regard sur Samara d'un air impérieux.

L'Archimage leur servit un verre d'alcool et posa finalement une question qui ne surpris guère Azadrel. Pourquoi une telle haine contre l'Ordre Immaculé ? Un sourire mystérieux étira les lèvres du mage avant qu'il n'ouvre enfin la bouche pour répondre :

- Voyons, par où commencer ?

Le Mage noir se pencha pour attraper son verre et le fit rouler un moment entre ses doigts dont la plupart étaient ornés de chevalières précieuses. Les yeux plongés dans le liquide qui dansait à l'intérieure du verre, il laissa couler quelques secondes avant de reprendre :

- Parce que c'est un ramassis d'idiots fanatiques, des menteurs qui profitent de la crédulité des faibles d'esprit. Lorsqu'ils m'ont fait sortir de cette prison puante où l'ont me torturait, ils m'ont promis que si j'offrais ma vie à leur Dieu, tôt ou tard, celui-ci finirait par exhausser mes souhaits les plus chers.

Il ricana, une grimace de dégoût déformant cependant son beau visage de façon effrayante.

- J'ai été assez stupide pour croire à ce beau discours. Je me suis dévoué corps et âme pendant des années à un Dieu inexistant, espérant qu'il m'offre enfin le destin que je méritais et auquel j’aspirais. Quand j'ai réalisé qu'on m'avait trompé, j'ai décidé de changer de tactique. Je suis allé jusqu'à offrir mon corps et ce qui restait de mon innocence à un Cardinal, un pervers qui me promettait monts et merveilles à condition qu'il puisse jouir de mon cul quand ça lui chantait.

Azadrel se laissa aller contre le dossier du fauteuil, ferma les yeux et se mit à rire doucement avant de prendre une longue gorgée d'alcool. La chaleur de la boisson lui fit du bien. Il soupira et continua, sans pour autant rouvrir les yeux, mais toujours le sourire aux lèvres :

- Aujourd'hui il ne reste de lui que des cendres balayées par le vent. Je lai regardé brûler jusqu'à ce qu'il ne reste rien. Ah ! Il criait bien moins fort durant nos ébats... il avait une si jolie voix pourtant...

Quel doux souvenir que ce corps ravagé et avalé par les flammes, ses yeux révulsés par la douleur tournés vers lui, le suppliant, ses hurlements alors qu'il rampait et roulait comme une marionnette désarticulée, cette odeur de chair carbonisée qui avait envahit ses narines...
Azadrel s'arracha à ce souvenir et rouvrit les yeux qu'il reposa sur Samara.

- Au fond, c'est tout autant ma faute que la leur. J'ai été trop bête, trop faible. Mais on ne m'y reprendra plus, soyez en certaine...

Sur ces mots, il reprit une gorgée d'alcool, terminant son verre, puis se lécha brièvement les lèvres, récupérant quelques gouttes de cette délicieuse boisson dont il appréciait les saveurs.
C'était la première fois depuis le massacre qu'il parlait de tout ça. Il ne le faisait pas pour s'attirer la pitié de l'Archimage et encore moins par volonté de soulager sa conscience. Il le faisait parce que, s'il voulait obtenir les avantages que Samara pouvait lui apporter, il devait d'abord avoir sa confiance. Et pour cela, rien de mieux que l'honnêteté, n'est-ce pas ? Il ajouta soudain, avec un rictus amusé sur les lèvres :

- Pour ma part, j'aimerais savoir d'où vous vient une telle haine pour les Mages ? Mais surtout pour quelle raison, précisément, vous ne vous jetez pas sur moi pour me tuer et obtenir mes pouvoirs. Car, soyons honnête Samara... vous en mourrez d'envie n'est-ce pas ?

Toujours avec ce sourire étrange, il fixait l’archimage tout en caressant le bord de son verre, effectuant de petits mouvements circulaires du bout des doigts.
Journalisée

~ ♫ Azadrel chante sa vie et sa colère : ♪ ~
https://www.youtube.com/watch?v=R1C2a1w3qG8



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Septembre 11, 2016, 10:20:02 »

C’était donc parce qu’il avait été trahi qu’Azadrel avait choisi de s’en prendre à l’Ordre Immaculé. De son passé, Samara ne savait en réalité pas grand-chose, et fut donc surprise d’apprendre que le mage noir avait été formé par l’Ordre. On lui avait dit qu’il devait servir Dieu, mais, visiblement, Azadrel n’avait pas retenu la notion de « désintéressement ». Rapidement, elle comprit que l’homme était égocentrique, et qu’il n’avait servi Dieu que dans l’espoir que, en retour, il puisse obtenir quelque chose. Au lieu de ça, tout ce que l’Ordre lui avait donné, c’était un cardinal pervers qui avait visiblement violé le mage. Comment ce dernier était-il passé de son statut de jeune clerc religieux à celui de mage noir ? Il manquait une partie de l’histoire du mage, l’origine de ses pouvoirs magiques. Un artefact ? Un pacte avec le Diable ? Ou est-ce que la magie était innée en lui, et avait fini par se réveiller quand il s’était fait violer, et par le consumer ? Samara savait que cet homme n’était pas un saint. Elle ne se voyait pas comme quelqu’un de très manichéen, et avait même horreur de cette simplification binaire des choses, mais elle était bien tentée de voir en lui le Mal incarné.

Difficile, dès lors, de comprendre pourquoi elle l’avait accepté ici. Azadrel parla alors, et lui demanda pourquoi elle haïssait les mages, et, surtout, pourquoi elle ne l’avait pas encore attaqué. Samara esquissa un léger sourire, et répondit assez rapidement, décidant de jouer la carte de l’honnêteté :

« Je ne hais pas les mages, mon petit chéri... C’est des hommes que j’ai peur. Tu vois, je suis une démone, ce qui signifie que je viens de l’Enfer. J’ai été invoquée ici par un mage, un homme pervers qui m’a enfermé dans une cage, et m’a torturé. Il m’a violé, humilié, tant et si bien que j’ai oublié ce que j’étais avant d’être ici. Il m’a... Il m’a déraciné. Ce mage, vois-tu, voulait me briser, afin de faire de moi son esclave, car je suis une femme assez particulière. Et je sais que tu as entendu parler de ce pouvoir, car je ne vois aucune autre raison justifiant ta présence ici... Le Cœur Noir. »

Ce fameux artefact magique, qui était chez elle, enfermé dans un coffre-fort magique. Méditant son effet, elle but un coup de son verre, et reprit ensuite :

« C’est un artefact démoniaque qui était avec moi quand le mage m’a pris, mais il ne fonctionnait que sur moi, et non sur lui. Il a cru m’avoir asservi, et, dès que j’en ai eu l’occasion, je l’ai tué. Suite à ça, j’ai découvert que je pouvais absorber les pouvoirs magiques des autres mages. Et j’ai aussi découvert que j’avais peur des hommes. Grâce au Cœur Noir, j’ai pu acquérir suffisamment de puissance pour m’installer ici, et, depuis lors, je soigne ma peur des hommes. »

Elle se tut pendant quelques secondes, et reprit encore, avec un léger sourire sur le coin des lèvres.

« Je m’améliore de jour en jour... Je pourrais te tuer, oui. Enfin... Essayer, tout du moins... Mais pourquoi le ferais-je ? Absorber tes pouvoirs ? Je suis déjà bien assez puissante comme ça... »

Décroisant les jambes, Samara se releva, posant son verre sur la table, puis marcha, toujours avec cette incroyable sensualité. Ses talons claquaient sur le sol, et elle se rendit près de l’homme, tendant sa main pour caresser son bras, remontant jusqu’à son épaule, et se glissa dans son dos, posant chacune de ses mains sur ses épaules, et appuya dessus.

« Mais toi... Pourquoi vouloir me voir ? Qu’est-ce que je peux bien t’offrir que tu désires ? Je ne fais pas dans la chasse de curés, moi... »

Son ton devenait plus sensuel, tandis qu’elle approchait son visage du sien...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azadrel
E.S.P.er
-

Messages: 13


Mage Noir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Septembre 11, 2016, 07:45:23 »

Jusqu'au plus loin que lui permette sa mémoire, Azadrel avait toujours été guidé par sa soif de pouvoir. On lui avait pourtant toujours répété que sa condition ne lui permettrai rien d'autre que de ramper devant les grands de ce monde et de travailler sans de plaindre. Mais ça, il ne l'avait jamais accepté. Pourquoi ? Parce qu'il était né dans une famille sans le sou ? C'était là la seule explication et il devrait s'en contenter ?! Naître dans la boue sans en avoir eux le choix ne faisait pas de lui une larve juste bonne à s'incliner et à tramer toute sa vie ! Nourrit par cette certitude, il n'avait eu de cesse de se battre pour devenir quelqu'un. Peut-être que si la chance avait été avec lui, il se serait contenté de simplement amasser une bonne petite fortune et de trouver une place quelque part dans les beaux quartiers, à force de travail et de renommée. Mais il s'était retrouvé entraîné dans une sale histoire qui l'avait poussé jusqu'en prison, puis entre les mains de l'Ordre Immaculé. Leurs mensonges avaient été les gouttes de trop dans un vase déjà trop plein. Ça, c'était son histoire. Mais quelle était celle de Samara ?

Il mentirait s'il disait ne rien en savoir. En torturant ce pauvre type, il en avait apprit déjà beaucoup. Mais entendre la version de l’héroïne de cette l'histoire était beaucoup plus enrichissant. Pour lui répondre, elle le tutoya, l'affublant de quelques petits noms sur lesquels il préféra ne pas s'arrêter. L'abandon de ce vouvoiement poli ne le dérangeait pas du tout et il tendit soigneusement l'oreille. Et ce qu'il entendit était intéressant. Très intéressant. Lorsqu'elle prononça finalement le nom du Cœur Noir, une lueur d'intérêt brûla dans ses yeux. Nous y voilà... cet artefact si puissant auquel Samara devait ses grands pouvoirs. Et la raison de sa présence ici. L'Archimage l'avait fort bien comprit.
Loin de s'en cacher, Azadrel sourit d'un air amusé tout en caressant pensivement ses lèvres du bout de ses doigts libres.

Samara lui en apprit davantage, notamment que l'objet magique n'avait jamais fonctionné sur le mage, mais uniquement sur elle. Mmh... c'était bien ce qu'il craignait. Azadrel s'en était un peu douté et s'il s'était emparé de l'artefact, il n'aurait sans doute pu rien en tirer lui non plus. Voilà pourquoi il était venu ici, non pas pour le prendre, mais pour se servir directement de l'Archimage.
Azadrel haussa également un sourcil, étonné que la démone puissante face à lui puisse avoir peur de quoi que ce soit et en l’occurrence, des hommes. Elle avait acquis de la puissance pour combattre ce mal, entre autre, c'était certain. Tout comme il avait lui-même cherché de grands pouvoirs pour combattre sa peur de n'être rien.
Elle lui avoua enfin que le tuer ne lui apporterait rien et qu'elle était déjà bien assez puissante. Le Mage Noir la fixa longuement, silencieux. Soudain, elle se leva et s'approcha, d'un démarche sensuelle et gracieuse qu'il suivit avec intérêt. En effet, il ne se priva pas de la dévorer des yeux à sa guise, appréciant ses courbes et la façon dont, dans un sens, elle tentait de le charmer. Intentionnellement ou non.

Elle se glissa derrière lui, caressant son bras, s'appuyant sur ses épaules. Si on ne pouvait voir aucune réaction particulière d'un point de vue extérieur, il en était tout autre à l'intérieur du mage. Au fond, il bouillonnait. Elle se demandait ce qu'elle pouvait bien lui offrir qu'il désirait tant pour venir la trouver ici, ajoutant qu'elle ne faisait pas dans la chasse au curé.
Son visage s'avança du sien.

Soudain, lentement, il leva sa main vers elle, le regard toujours fixé droit devant lui. Le bout de ses doigts se posèrent sur la joue de la démone, avec douceur, puis se mirent à trembler. Azadrel sentit de nouveau la puissance de l'intrigante démone le submerger et cela déclenchait en lui une sensation très étrange. Il dit soudain :

- Moi je ne me contenterais jamais de ce que j'ai... j'en veux... toujours plus...

Mais d'où venait donc cette émotion étrange qui le fascinait tout autant qu'elle le dérangeait ? Il ferma les yeux, comme prit de vertige, sa main tremblante toujours posée délicatement sur la joue de la belle. Il ne parvenait pas à contrôler ces tremblements. La sensation méconnue l'envahissait tout entier, toujours plus forte et l’enivrait. En lui, un murmure démoniaque semblait lui souffler d'étranges paroles: « Succombe au charme, prend le plaisir... ». Azadrel était soudain prit de violentes pulsions et il hésitait encore à les laisser s'exprimer.

La parfum de la démone s’immisçait en lui comme un poison délicieux et il ressentit une chaleur étrange naître au niveau de son sexe. La faim qu'il pensait liée aux pouvoirs de Samara n'étaient en fait... qu'une envie purement sexuelle, ce qui le déstabilisa un instant. Voilà bien longtemps que ce genre d'envie ne l'avait pas effleuré. Il rouvrit les yeux et de nouveau, il s'exprima :

- Je vois. Nous ne sommes pas si différents, toi et moi. Que dirais-tu si nous pouvions travailler ensemble sur cette peur des hommes...

Soudain, l'ombre du mage noire sembla se distordre et s'étira, sombre et lugubre, elle glissa au sol et s'enroula autour des chevilles de la démone. Se scindant en deux, elle glissa ensuite le long de ses jambes fuselées, s'enroula autour de sa taille, et grimpa jusqu'à sa poitrine qu'elles étreignirent doucement avant de filer et d'entourer puissamment les épaules de la femme.

- N'aie pas peur, laisse-toi faire, souffla le mage.

Ainsi ligotée, Samara se sentit soudain soulevée de terre, puis se retrouva subitement tête en bas, solidement maintenue par ces ombres étranges. Le visage de la belle se retrouva alors tout près de celui de l'homme qui se redressa doucement dans son fauteuil et approcha jusqu'à ce que son souffle vienne caresser les lèvres délicieuses de la démone. Le désir s'était emparé d'Azadrel et c'était une chose bien assez rare pour qu'il tienne à se laisser aller à ce fléau. Il déposa son verre et ses mains se posèrent délicatement de chaque côté du visage de Samara.

- Je ne suis pas un homme ordinaire et peut-être que tu aimerais découvrir plus... profondément, à quel point je ne le suis pas. Peut-être que dominer un être tel que moi t'excite énormément... ou peut-être préfères-tu que je mène la danse ?

Ses lèvres frôlèrent celles de Samara, puis y déposèrent un court baiser avant qu'enfin, l'ombre qui la retenait prisonnières ne l'écarte de lui et ne la dépose sur ses pieds, au sol, avant de disparaître rapidement, comme aspirée par son propriétaire et de reprendre sa forme originelle. Avide de connaître la suite des événements, il souriait, toujours conscient du début d'érection qui s'imposait entre ses jambes.
Journalisée

~ ♫ Azadrel chante sa vie et sa colère : ♪ ~
https://www.youtube.com/watch?v=R1C2a1w3qG8



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Septembre 12, 2016, 06:21:33 »

Samara avait en réalité atteint tout son potentiel magique, ce qui expliquait pourquoi elle ne cherchait pas à dévorer d’autres âmes. Elle n’en avait plus le besoin, car son esprit ne pouvait en stocker davantage. La magie, en réalité, était une chose complexe, et il ne suffisait pas juste d’absorber une âme pour maîtriser de multiples sorts magiques. C’était, en réalité, un peu plus compliqué que cela, car la magie avait de nombreux facteurs. Quand Samara absorbait l’âme d’un mage, elle n’absorbait pas ses connaissances, ni son expérience, mais simplement une dose de mana qui venait augmenter son mana. Il fallait ensuite exploiter ce mana, cette énergie puissante et fondamentale pour réaliser des sorts. Samara en était donc maintenant à la phase où, ayant réuni assez d’énergie, elle voulait l’exploiter au mieux, afin de maîtriser le plus de sortilèges possibles.

Ayant chauffé Azadrel, elle sentit ce dernier réagir à ses avances, avec un tact qui… Qui lui déplut fortement, en réalité. C’était à croire que ce mage noir n’avait rien compris de ce qu’elle lui avait dit, car il fit précisément ce que l’Archimage ne voulait pas qu’il fasse : prendre le dessus sur elle, chercher à la dominer. Samara s’était suffisamment entraînée à sa phobie des hommes pour pouvoir maintenant en supporter le contact, et même leur faire l’amour sans vomir ou sans les tuer, ce qu’elle faisait autrefois… Mais là, c’était au-dessus de sa force.

Sa réaction fut très violente, et Azadrel dut sans doute sentir une tempête de magie irradier du corps de Samara. L’homme la relâcha alors, et Samara finit à ses pieds, avant de serrer le poing nerveusement.

« Pour qui… Te prends-tu… ?! »

Elle releva les yeux, qui étaient devenus luminescents, et frappa violemment, envoyant une décharge magique, formant autour d’elle un puissant bouclier. Un humain normal aurait été tué sur le coup, carbonisé et réduit à l’état de squelette fumant, mais Azadrel eut la présence d’esprit de former un bouclier pour se protéger de la décharge, qui l’envoya quand même valdinguer à l’autre côté de la pièce, l’envoyant heurter violemment le mur.

« Je t’invite chez moi, je te traite comme un égal, alors que tu irradies de fourberie, de malveillance, et… À la première occasion qui t’est donnée, tu m’enchaînes ? Me traites comme si j’étais une esclave ?! »

On n’aurait pas plu mal agi que ce qu’avait fait Azadrel en tentant de soumettre Samara. De fait, l’idée même de la soumettre était à exclure fortement, même dans le cadre d’un jeu. Et, quand Samara voyait que la première envie du mage noir était de la ligoter, elle ne pouvait que se recroqueviller sur place. Plus aucune intonation sensuelle dans sa voix, plus aucun jeu, elle laissait parler sa terrible magie, d’autant plus forte qu’elle était chez elle, dans sa place forte.

« Misérable petit être arrogant ! »

La magie crépitait tout autour de Samara, formant des volutes d’air qui tournoyaient autour de son corps, lorsqu’elle sembla se calmer. Son poing se serra, et elle fronça lentement les sourcils, en se calmant, puis se retourna, lui montrant son dos.

« Je n’aurais pas dû amener un idiot comme toi ici. Disparais de ma vue. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azadrel
E.S.P.er
-

Messages: 13


Mage Noir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Septembre 13, 2017, 03:41:03 »

Azadrel savait depuis longtemps que la dernière chose à faire était d'écouter les petites voix dans sa tête. Oui il savait pertinemment que lorsqu'il les écoutait, cela finissait plutôt mal. Tout comme lorsqu'il se laissait guider pas ses pulsions malsaines. Néanmoins, le mage noir était du genre à aimer le goût du risque et possédait une nature profondément masochiste il fallait bien l'avouer. Alors peu importe les risques qu'il encourait en agissant ainsi avec Samaran, il était prêt à en assumer toutes les conséquences, aussi néfastes soient-elles. Il s'amusa de voir son beau visage se déformer sous la colère et la peur lorsque ses ombres l'agrippèrent et la soulevèrent comme une poupée de chiffon. Malgré la rage de son hôte, Azadrel souriait à pleines dents, le regard brillant, s'amusant de déchainer ainsi le côté sombre de la diablesse. 
 
Samara était vraiment hors d'elle. Le jeune homme sentit aussitôt la magie bouillonner en elle et il eut alors la présence d'esprit et le réflexe de se protéger grâce à la sienne. Malgré tout, la puissance du choc l'envoya s'écraser brutalement contre le mur derrière lui. Azadrel fit une grimace qui se transforma en rictus amusé alors que, lentement, il s'éloignait dur mur craquelé contre lequel il avait été projeté. Il n'était pas tombé, il était resté debout. Cependant, un petit filet de sang coula du coin de ses lèvres. Il l'essuya du revers de la main et se mit à ricaner tandis que la diablesse lui ordonnait de partir en le maudissant. Le mage noir la fixa, toujours amusé. Il pouvait sentir encore cette puissance qui émanait tout autour d'elle, exacerbé par sa colère. Malgré le bouclier mit en place, elle était parvenue à le repousser. Prodigieux. Il susurra alors pour lui-même :
 
- Magnifique...
 
Ceci n'avait fait que l'exciter davantage. Mais il allait falloir qu'il calme ses folies s'il ne voulait pas que cette rencontre se termine mal. Si ces deux-là décidaient de combattre, aucun doute que la ville serait mise à feu et à sang et que des milliers de morts seraient à déplorer. Et le combat risquerait d'être long... très long.  Mais sans aucun doute spectaculaire ! 
Azadrel fit rouler ses épaules pour se délasser après le coup qu'il venait de prendre, souriant toujours et fit un pas en direction de la belle Samara. Elle avait décidément un problème avec la domination masculine.
 
- Alors c'est à ce point ? Amusant. Ah, pardonnez-moi, j'avais besoin de tester un peu vos limites et de voir ce que valait votre magie. Je suis conquis.
 
Il sourit de plus belle en ajustant sa chemise un peu froissée. Hum..., mais ce n'était pas en la mettant ainsi en colère qu'il allait pouvoir parvenir à ses fins. Il avait encore été trop téméraire. Il ne pouvait non plus nier l'envie sexuelle qu'il avait ressenti face à elle. Une envie assez rare pour qu'il ait voulu la satisfaire trop vite. Azadrel avait l'habitude d'obtenir tout ce qu'il voulait sur le champ, la patience ne faisait pas partie de ses qualités. Malheureusement. Finalement il s'approcha d'elle et comme elle devait encore être sur ses gardes, il leva les mains pour signifier qu'il n'avait aucune mauvaise intention. Bien qu'il n'ait aucunement besoin de ses mains pour lui faire du mal. 
 
- Samara, veuillez accepter mes plus plates excuses. Vous avez raison, je n'aurais pas du jouer à ce petit jeu sous votre toit. Je n'ai aucune excuse sinon celle de trop aimer jouer avec le feu. 
 
Il joignit ses mains dans son dos et tenta un sourire contrit. Il ignorait si elle était capable de réellement lui pardonner, mais mieux valait tenter le coup. 
 
- S'il existe un quelconque moyen de me faire pardonner, je suis prêt à tout endurer.
 
Sur ce, il effectua une superbe courbette, digne d'un prince et attendit ainsi, plié devant elle, ce sourire assez insupportable toujours scotché à ses lèvres. Si elle l'envoyait encore se faire balader et lui ordonnait de quitter les lieux, il le ferait. Mais il reviendrait. Avec ou sans invitation...
Journalisée

~ ♫ Azadrel chante sa vie et sa colère : ♪ ~
https://www.youtube.com/watch?v=R1C2a1w3qG8



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Septembre 18, 2017, 12:52:12 »

À son corps défendant, il est vrai qu’elle avait titillé Azadrel... Mais, de là à ce qu’il la ligote comme ça, il y avait un pas que Samara ne s’était pas attendu à le voir faire. Et, surtout, elle sentait que l’homme avait pu noter sa peur profonde des hommes. Quand Samara avait rejoint ce monde, quand elle avait été invoquée, le mage qui l’avait invoqué l’avait longuement humilié, torturé, et violé. Il l’avait drogué, réalisé sur elle quantité d’expériences magiques et cruelles. Une douleur terrible qui, outre de la rendre amnésique, faisait aussi qu’elle avait été traumatisée par les hommes, et, depuis lors, avait toujours peur du sexe masculin... Comme une faille indélébile qui continuait à la torturer. Avec Kazuha, son esclave, elle travaillait sur cette peur. Et Samara, somme toute, commençait à faire quelques progrès. Elle arrivait notamment à coucher avec des hommes travestis en femme, de beaux hermaphrodites ressemblant énormément à des femmes. Son traitement avançait, la guérissant petit à petit des affres et de la souffrance qu’elle avait vécu, mais il lui restait encore quelques étapes à franchir... Et là, face à Azadrel, ce qui l’agaçait, ce n’était pas tant l’attaque magique de ce dernier, que sa vulnérabilité psychique face à un homme, et qui l’amenait à réagir de manière excessive.

Elle n’avait aucune confiance dans ce chacal, dont le sourire moqueur qu’il lui faisait, en s’excusant, sonnait comme faux. Un sourire arrogant et insupportable qui donnait envie à Samara de le fouetter sur place, de lui arracher la peau des os, et de boire sa force magique, comme elle l’avait fait à d’autres mages, puis de donner sa carcasse en pâture aux chiens impériaux.

*Mais, si je fais ça, ça confirmera que j’ai toujours peur des hommes...*

Or, Samara voulait justement se libérer de cette phobie, de cette peur fondamentale qui, depuis des années, lui pesait, et l’empêchait de mener à bien ses plans. Devant elle, Azadrel s’était courbé, demandant, sur un ton hypocrite et moqueur, ce qu’il pouvait faire pour se faire pardonner... Et Samara commença alors à avoir une idée. Un sourire amusé éclaira alors ses lèvres, et elle claqua des doigts... Déstabilisant ainsi Azadrel en faisant un sort d’Air.

Le jeune mage se retrouva à genoux devant elle, et Samara tira ensuite sur sa tunique. Elle ouvrit la fermeture Éclair située à hauteur de son sexe, et se concentra ensuite, puisant dans la magie rose... Et un phallus se dressa alors, un magnifique appareil avec la verge et les testicules, sous le nez de l’homme. Une belle queue qui se dressait vers les airs, tandis que Samara souriait à son tour, moqueuse, et perverse.

« Je ne crois pas une seule seconde à la sincérité de tes excuses, sale serpent... Alors, tu vas agir. Tu veux te faire pardonner ? Tu es prêt à tout endurer ? Vérifions ça... »

Ce que Samara allait lui proposer allait être très humiliant pour ce mâle arrogant et prétentieux, mais, pour Samara, ce serait une vengeance particulièrement jouissive et délectable.

« Suce ma queue » ordonna-t-elle, tout simplement.

Aussi simple que ça !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azadrel
E.S.P.er
-

Messages: 13


Mage Noir


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Septembre 18, 2017, 01:47:12 »

Il était fascinant, du point de vue d'Azadrel, de voir à quel point même les êtres que l'on pensait puissants et dénués de faiblesse étaient... décevants. Peut-être était-il lui aussi un être assez désolant aux yeux de Samara. Visiblement elle s'était attendue à ce qu'il se montre moins prétentieux et plus sage en sa présence. Malheureusement le mage noir était un individu détraqué qui avait la fâcheuse tendance à prendre des risques inconsidérés et stupides. Pourtant il était encore en vie. Soit il avait la chance de son côté, soit il était véritablement aussi puissant qu'on le dit. Ou les deux. 
 
Azadrel aurait pu pousser le jeu et le vice plus loin. Il en crevait d'envie ! Mais il était venu ici dans le but de pouvoir obtenir la puissante magie de la démone et pour cela il avait besoin qu'elle lui fasse un minimum confiance pour l'aider dans son entreprise. Ou alors il devrait trouver un moyen de la capturer et de la garder enfermée dans un coin jusqu'à pouvoir la manipuler à sa guise. Hum... une idée intéressante, mais qui lui prendrait beaucoup trop de temps. Il n'aurait pas le choix, cela dit, si Samara décidait de l'envoyer se faire voir une fois de plus, malgré ses médiocres excuses. 
 
Azadrel s'était attendu à pas mal de choses, mais il fallut bien admettre, lorsqu'elle se tourna vers lui en découvrant un sexe typiquement masculin et lui ordonna de la sucer, qu'il fut comment dire... surpris. On lui avait caché que la diablesse possédait une telle anatomie. Ah ! Qu'importe. La sucer donc. Elle était allée jusqu'à utilise de nouveau sa magie pour lui faire courber l'échine un peu plus devant elle. C'était amusant. Plutôt que de fuir sa peur, elle était décidée à l'affronter. Et pour se conforter dans cette idée et se donner du courage, quoi de mieux que de faire ramper sa peur devant soi, hum ? 
 
La mage n'était pas homme à se soumettre. Ça non. Mais malgré sa folie il lui arrivait parfois d'accepter de faire quelques petits efforts afin d'arriver à ses fins. S'il voulait Samara et sa magie... il allait devoir se plier à ses exigences. Du moins pour un temps. Alors plutôt que de faire voler son sortilège en éclat et tenter de la démembrer et de la déchiqueter tout en peignant les murs de cette pièce de son sang... il sourit de plus belle. Mais pas longtemps. Samara avait besoin d'être maîtresse de la situation. S'il continuait à jouer l'insolent et montrait qu'il se moquait d'elle, aucun doute qu'elle finirait quand même par l'envoyer se faire voir. Mieux valait jouer son jeu. Et surtout... l'aider à guérir de sa peur une fois pour toute. Alors plutôt que d'afficher un air ravi et excité, il leva sur elle un regard noir. Celui d'un homme profondément insulté.
 
- Ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais, mais soit. Si cela peut pardonner mon comportement et vous aider à vaincre vos craintes, je m'efforcerais d'accepter.
 
Qu'est-ce que cela pouvait bien procurer à la démone de voir Azadrel se soumettre ainsi, hum ? Il espérait bien qu'elle en éprouve de la fierté et du plaisir, ça oui. Que ce ne soit pas en vain. Ah ! Mais pour ce qui était du plaisir, ils n'y étaient pas encore.
La mage noir tendit une main pour s'emparer du membre qui était plutôt de belle taille et déjà bien tendu sous son nez. Depuis combien de temps au juste n'avait-il pas sucé de queue ? Au moins 20 ans dirait-il. Mais ce n'était pas le genre de chose qui s'oubliait.
 
- D'aussi loin que je me souvienne, on disait de moi que je suçais aussi bien que les plus chaudes des catins. J'espère que ce n'était pas exagéré et que je n'ai pas perdu la main...
 
Sur ces mots, il commença à lécher lentement le sexe mâle de la démone, sur toute sa longueur, s'arrêtant parfois sur ses bourses pleines, jusqu'à la recouvrir de plus en plus de sa salive. Il ne se gênait pas non plus pour lever de temps en temps les yeux sur elle, s'assurant qu'elle était satisfaite de cet échauffement. Azadrel, le redouté Mage Noir, un assassin doublé d'un psychopathe, à genoux sur le sol en train de sucer une queue pour obtenir du pouvoir. L'histoire se répétait. Quelle ironie ! Mais peu importe les moyens, c'est bien ce qu'il s'était juré après tout. Alors il finit par avaler le sexe de Samara, le suçant avec soin et délicatesse, sans se précipiter. Il prenait son temps. Tout son temps. Il avait presque oublié à quel point cela pouvait être agréable... Cette queue surprise avait décidément bon goût. 
 
Azadrel était prêt à n'importe quoi. C'est pour ça qu'il était allé jusqu'à vendre son âme, acceptant de perdre l'esprit un peu plus chaque jour, à se laisser dévorer la chair et le cœur, juste pour obtenir toujours plus de puissance ! Alors il était également prêt à endurer le rôle d'un gentil petit soumis si cela pouvait plaire à cette salope. Peu importe si le résultat était là au final.
Journalisée

~ ♫ Azadrel chante sa vie et sa colère : ♪ ~
https://www.youtube.com/watch?v=R1C2a1w3qG8



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Septembre 24, 2017, 11:00:05 »

C’était une forme d’humiliation, bien entendu. Les hommes adoraient qu’on les suce, mais, qu’on leur fasse ça, en revanche... Mais cet Azadrel pouvait s’estimer chanceux que Samara lui offre seulement une chance ! Elle était aussi tentée par l’idée de l’étrangler, et de le jeter dehors. Elle ne lui faisait pas confiance, tout simplement, et elle n’aimait pas les rumeurs qui circulaient sur lui. Sa passion pour brûler les ecclésiastiques, mais aussi ce qu’il faisait aux nonnes qu’il capturait... Difficile de dire jusqu’à quel point les histoires circulant sur lui étaient fondées ou non, mais, du peu que Samara en savait, elle n’avait vraiment aucune raison de lui faire confiance. Alors, partant de là, lui présenter son sexe était dangereux, mais elle s’attendait en vrai à le voir la repousser. Elle fut donc surprise quand l’homme, finalement, la regarda avec un air de défi, mais approcha son visage de son sexe.

*Oh... Intéressant.*

Mais Samara redoutait surtout que ce petit jeu ne se retourne contre elle. Kazuha et ses amies l’avaient formé à coucher avec des hommes, mais elle n’avait encore jamais eu une situation pareille, un véritable crash-test en temps réel, sans filet de sauvetage, et avec un mage noir aussi fourbe qu’un serpent. Elle sentit donc ses lèvres s’approcher de son membre, et retint sa respiration, avant de sentir sa bouche glisser le long de son sexe.

« Haaaa... Hmmmm... »

Poings serrés, la mage à la peau rougeâtre subissait les coups de langue de l’homme, qui la léchait avec une tendresse infinie... Et un indéniable talent. Son regard croisa le sien, et Azadrel put probablement voir quelques gouttes de sueur glisser le long du visage de Samara, ainsi qu’une certaine crainte, une hantise, un abcès qui était en train de se creuser, et qui risquait de se crever par la suite. Elle ferma les yeux, entrouvrit les lèvres en soupirant, et sentit son membre disparaître dans la bouche de l’homme.

Azadrel prenait tout son temps, mais, ce faisant, il stimulait aussi le désir de Samara, qui ferma les yeux, et posa ses mains sur la tête de l’homme, serrant ses doigts sur ses cheveux, son membre enflant et durcissant entre les lèvres délicates de l’homme. Aussi cruel et fourbe puisse-t-il être, l’homme était indéniablement bon, avec des lèvres tendres et agréables, et un certain talent dan sla fellation. Curieusement, elle imaginait mal ce mage noir se montrer... Si doué pour la fellation.

*Son passé est plus nuancé que ce que je pense...*

Qui sait ce que le mage noir avait pu vivre pour en arriver là ? Samara aurait été curieuse de connaître son passé... Mais, pour l’heure, elle savourait au moins sa bouche, et ne put empêcher le plaisir de croître en elle, sa queue caudale se durcissant également sous cette vague de chaleur qui la traversait.

« Hmmmmm... Haaaaa... !! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox