banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Du rêve à la réalité [Cleo]  (Lu 3231 fois)
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #15 le: Mai 24, 2016, 12:52:05 »

  • La jeune femme était en train de finaliser la toile qui lui avait donné tant de peine quand son téléphone vibra sur la table. Personne ne l'appelait jamais en dehors du boulot, elle se pressa donc pour répondre. Posant ses pinceaux avec précaution, s'essuyant les doigts sur un chiffon pour ne pas mettre de peinture sur l'écran tactile, elle s'éclaircit la gorge avant de décrocher.

    L'appel ne dura pas longtemps. C'était effectivement ses éditeurs. La galerie pour laquelle elle peignait sa toile avait changé la date du vernissage de l'exposition, et il fallait impérativement que Cleo livre son travail le plus tôt possible. Elle avait alors jeté un oeil à son travail et avait assuré qu'elle l'apporterait en début d'après-midi en venant travailler. On ne lui avait pas fixé de date précise, mais elle savait comment ça fonctionnait au Japon. Si elle voulait continuer à avoir les faveurs de ses éditeurs, il fallait viser l'excellence. Voir mieux encore. Et tout cela dans des délais records. C'était un pli à prendre et beaucoup d'occidentaux n'y parvenaient pas.

    Le téléphone de nouveau posé sur la table, la demoiselle s'empressa d'appliquer les dernières couches de peinture là où c'était nécessaire, se retenant d'y rajouter trop de ce rouge qui habitait toutes ses pensées. Et puis elle avait avalé une pomme et s'était préparée pour sortir. Outre son attirail de jeune femme moderne à coup de robe fleurie et de collant bi-matière, elle enfila un large gilet pour couvrir ses épaules le temps du voyage et un chapeau en feutre aux bords excessivement larges. Elle se para de ses pierres protectrices habituelles et tenta une percée en dehors de son nid douillet. Compte tenu de son encombrant paquetage, elle dut se résoudre à gagner son agence à pied, ce qui la soulagea. Prendre le métro était à chaque fois une épreuve qu'elle ne se sentait pas d'affronter dans son état.

    Elle arriva sur son lieu de travail sans heurt et remit son tableau à qui de droit. Le reste de l'après-midi se passa à une lenteur infernale. Cleo aida à organiser les placements de ses oeuvres pour l'exposition, un vrai casse-tête, puis elle se posa à son bureau et passa son temps à encrer des planches. Un travail laborieux et ennuyant au possible, surtout quand il fallait s'occuper des paysages pour un autre projet que le sien, mais c'était parfait pour la journée. Elle n'avait pas besoin de réfléchir pour reproduire ces gestes qu'elle connaissait par coeur, donc son esprit pouvait digresser tout à son aise. Mais est-il vraiment utile de préciser sur quoi il s'attarda ? Les scènes qu'il répéta en boucle comme un vieux disque rayé ?

    Il lui arrivait rarement de développer une telle obsession pour un rêve. Mais les quelques fois où c'était arrivé, elle n'avait eu qu'un seul moyen de s'en débarrasser et de passer à autre chose : ancrer les images qui défilaient dans son crâne dans sa réalité. Il fallait qu'elle le dessine.

    Et c'est avec cette idée fixe qu'elle laissa les heures passer et qu'elle s'empressa de gagner son appartement dès qu'elle le put. Son premier réflexe, après avoir verrouillé la porte derrière elle fut d'envoyer valser ses vêtements. Elle enleva tout à une vitesse fulgurante, ne gardant que ses sous-vêtements d'un beau bleu électrique. Son reflet dans le miroir accroché à la porte de la salle de bain lui tira un sourire. Puis le rituel se poursuivit, elle récupéra ses habits pour les mettre en boule près de son lit, attrapant au passage son short de pyjama, ses chaussons et un gilet pourri, aussi vieux et moche que doux et coloré qu'elle passa sur ses épaules sans le fermer. Tellement plus confortable...

    Le petit bout de femme s'activait dans son appartement, la tête dans les nuages, sans se douter une seule seconde de ce qui rôdait chez elle. Elle allait et venait, butinait ici et là pour allumer un ordinateur portable dans sa pièce principale, lancer la bouilloire en préparant une boule de thé pour mettre dans la théière, retournait dans son atelier pour débrancher sa tablette graphique et la branchait sur le portable, attrapait un paquet de gâteaux apéritifs qui serait son seul repas. Bref, elle préparait tout dans un dernier effort pour pouvoir se concentrer sur son dessin. Mais elle accusait le coup de la fatigue et se résolut à utiliser une des nouvelles pierres qu'elle avait acquise. Elle l'attacha au bout d'une longue chaîne qu'elle glissa autour de son cou et pressa quelques instants la pierre contre son plexus solaire. Un simple grigri pour beaucoup d'humains. Une véritable magie pour elle. Sous ses doigts la pierre pulsa doucement et irradia contre sa peau, lui transmettant un peu d'énergie. Et elle coinça l'opale de feu dans son soutien-gorge pour conserver le contact de la pierre et les bénéfices qui allaient avec. 

    Il ne lui restait plus désormais qu'à poser ses fesses sur sa chaise, étendre ses jambes sur le bureau pour poser la tablette dessus et commencer son dessin. Cleo faisait face au mur malgré sa position, l'oeil rivé sur son écran où apparaissait peu à peu un visage familier. Rapidement, elle décida de mettre de la musique pour aider à sa concentration. L'ébauche avançait assez vite, témoignant d'une certaine avidité, un empressement très semblable au comportement de sa projection éthérée. Sur son visage, quand elle ne grignotait ou ne buvait pas, un petit sourire espiègle illuminait ses traits fatigués. She's in love with the devil. She's in love with Lucifer... crachait un chanteur à travers le son discutable du pc. Une rengaine de circonstance quand on voyait avec quel entrain la demoiselle faisait apparaître sur son écran ce qui restait de son rêve et son interprétation. Le travail n'était pas aussi appliqué qu'il pouvait l'être à l'accoutumée, mais ce n'était pas la perfection qu'elle recherchait. C'était simplement un visage, une image à laquelle s'accrocher pour évacuer la frustration.

    Il lui fallut deux bonnes heures pour que le démon1 apparaisse enfin, sa peau rouge embrasant l'écran. Cleo lâcha son stylet et s'étira longuement. Elle contempla son travail avec satisfaction, délogeant son matériel pour se lever. Elle grimaça un peu en sentant des fourmis remonter dans ses jambes et la faire vaciller un instant alors qu'elle se levait. Fourbue mais joyeuse, elle se servit une dernière tasse de thé, laissant un côté de son gilet choir mollement le long de son bras pour dévoiler une épaule.


1. Réalisé par Melissa Findley (et colo vite fait avec mes petites mimines)
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #16 le: Mai 24, 2016, 12:50:58 »

Alastar aimait ces moments. Ces moments où, seul dans un appartement qui n’était pas le sien, qui était celui d’une fille, il découvrait leur intimité. À sa manière, il la partageait, et en apprenait énormément sur Cléo. Tel un amant jaloux et possessif, il explora tout, surtout ses affaires. L’Incube renifla chacune des culottes de la femme, à la recherche de cette délicieuse odeur de sexe, cette odeur que l’être démoniaque pouvait continuer à percevoir, même après que les vêtements soient nettoyés. Il s’enivrait de l’odeur de cette femme, voyant sa passion pour les dessins, pour la représentation graphique. Cette exploration silencieuse qu’il fit de son petit appartement, c’était une vraie rencontre, une manière de la découvrir, sans tabous et sans artifices. L’odeur de l’homme était inexistante, que ce soit dans sa chambre, sa salle de bains, son salon… Elle était célibataire, semblable à un magnifique fruit mûr prêt à se faire cueillir.

Le facétieux démon resta néanmoins sage. Il repensait à cette nuit torride, ce qui l’amena à devoir soulager sa frustration. Chez lui, le désir sexuel naissait vite et fort, comme une tempête qui éclaterait du jour ou lendemain. Et, en étant là, dans le refuge de cette femme, il sentait cette tempête venir, durcissant sa virilité. Néanmoins, faute de pouvoir se détendre sur elle, il alla voir une bienheureuse voisine.

Quand Cléo finit par revenir, Alastar était là, et tout en la reluquant (c’était à croire que, inconsciemment, Cléo voulait attiser son désir), il constata que, effectivement, un puissant pouvoir magique se dégageait d’elle. Lorsqu’elle posa une pierre magique contre son corps, Alastar vit ce dernier s’illuminer, sa silhouette magnifique, de celle dont on faisait les rêves, se recouvrant d’innombrables arabesques et fresques.

*C’est… C’est fascinant. Quelle merveille, quelle beauté !*

Le brave Incube en était tout secoué. Une véritable nymphe de magie, qui étincelait comme un phare, avant que la pierre ne se calme, et qu’elle ne se déplace. Tout simplement fasciné, le Diablotin la suivait silencieusement, sa magie étouffant ses bruits de pas. C’est ainsi qu’elle continua à travailler, en laissant de la musique défiler dans la pièce. Alastar, lui, était là, observant son visage, sa chevelure, réfléchissant à tout ce qu’il allait lui faire subir cette nuit. Il était sûr que c’était elle. Là, si proche d’elle, elle ne pouvait pas mentir. C’était sa présence qu’il ressentait, cette silhouette éthérée qui était venue le troubler pendant la nuit.

C’est avec un sourire amusé qu’il constata, outre les talents de la femme, l’image qu’elle venait de faire.

*Ciel, mais c’est moi ! Diable, que je suis beau !*

Visiblement, le « rêve » de Cléo l’avait marqué, et elle se redressa à nouveau, filant vers sa cuisine, où elle avait fait bouillir du thé. Elle avait mis sur son corps un gilet informe et laid, une sorte d’infâme serpillière, qui, heureusement, n’avait pas dissimulé son soutien-gorge bleu, mettant superbement en valeur sa lourde et belle poitrine. Si la projection astrale qu’Alastar avait vu avait représenté une silhouette féminine sans forme précise, il devait bien reconnaître, en ayant la femme sous le nez, qu’elle était vraiment de toute beauté. Une splendeur comme on en faisait rarement, et, de surcroît, rousse.

Le Diablotin réfléchit un peu, puis finit par avoir une idée, et se déplaça hors de la cuisine, en venant s’installer devant la tablette de la femme. Il claqua alors des doigts, un son qui se répercuta dans tout l’appartement, tout en éteignant la musique, et se matérialisa, sous sa forme usuelle, observant la tablette… Et, quand la femme s’approcha, il releva la tête en lui souriant.

« J’aime particulièrement la manière dont tu as représenté mes cornes… Cléo. »

Alastar se leva alors, et sa longue queue caudale apparut derrière lui, glissant et remuant sur le sol.

Il n’en disait pas plus sur le coup, attendant de voir sa réaction.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #17 le: Mai 24, 2016, 11:50:56 »

  • Le clapotis de l'eau infusée qu'elle versait dans sa tasse l'absorba suffisamment pour qu'elle ne remarque pas l'arrêt pourtant brutal de sa musique. Ce fut en reposant la théière vide sur le bord de la table que l'absence de bruit l'interpella. Elle aurait juré que le morceau en cours n'était pas fini... Oh si c'était encore du à une coupure de courant, son fournisseur d'accès en entendrait parler. Cela arrivait très régulièrement ces derniers temps, depuis qu'elle avait défié une déesse des sciences en vérité, ignorant tout de son caractère divin, mais elle était de toute façon trop fatiguée pour faire le rapprochement.

    Elle n'aspirait qu'à boire sa tasse tranquillement, écouter quelques morceaux de musique entêtants qui lui donneraient l'impression de planer, et se perdre dans la contemplation de son dessin. Une dernière fois. Une dernière fois avant de le dompter et de ne le ressortir qu'au moment de dormir, en espérant qu'il apparaisse de nouveau dans ses songes pour d'autres nuits de folie.

    Elle sortit de sa cuisine, les yeux rivés sur sa tasse, avançant à pas veloutés pour ne rien renverser. Mais sa concentration vola en éclat après trois pas dans sa pièce qui tenait lieu à la fois de salon et de chambre.

    « J’aime particulièrement la manière dont tu as représenté mes cornes… Cléo. »

    Il n'avait pas fini sa phrase que la délicate demoiselle sursauta furieusement, et sa crispation fit déborder son thé qui lui brûla le bout des doigts en lui tirant un couinement plaintif. La tasse tomba à ses pieds, la faisant sautiller en arrière pour éviter de se brûler davantage. Cleo sentait son coeur tambouriner contre sa poitrine alors que l'adrénaline la pétrifiait à l'instant où elle comprit qu'il y avait quelqu'un chez elle, un homme qui lui parlait. Juste devant elle. Près de son ordinateur. Et il n'avait que quelques pas à faire pour lui tomber dessus.

    Luttant contre la tétanie, elle recula de plus belle, heurtant un mur en refermant son affreux gilet d'un geste tremblant et empressé qui trahissait sa nervosité à peu près aussi bien que la crispation de son visage et que son oeil vert, la seule parcelle de son corps épargnée par les lignes de symboles, brillant d'un éclat farouche. Elle se sentit prise au piège un instant, cherchant déjà comment se protéger d'une éventuelle agression. Gagner la cuisine pour se saisir d'un couteau ou filer vers sa collection de pierres et libérer la magie des plus puissantes ? Elle avait de quoi empêcher n'importe qui de l'approcher, de quoi assommer une personne mal intentionnée aussi, mais aurait-elle le temps de s'en saisir ?

    Et puis un détail pourtant imposant la frappa. La peau de l'homme. Elle était rouge. Aussi rouge que son dessin sur l'écran, juste à côté de lui. Aussi rouge que la sienne dans le rêve. Cleo se calma aussitôt et détailla plus attentivement l'intrus. Outre la peau rouge, il avait les petites cornes qu'elle avait touché avec curiosité, les yeux percutant où elle s'était perdue, et plus bas, la queue caudale qui... Elle se sentit rougir à travers sa confusion tandis que les souvenirs de son rêve s'imposaient à elle. Et puis elle se sentait un peu bête aussi de cacher son corps sous son gilet miteux alors qu'il le connaissait déjà. Pourtant, elle n'arrivait pas à se convaincre de décroiser les bras et de laisser le tissus s'ouvrir de nouveau sur son buste, sur sa maigre poitrine dansant au rythme des coups féroces de son coeur.

    -Je ne rêve pas, n'est-ce pas ?

    Sa voix s'étranglait dans sa gorge. Elle n'arrivait pas à comprendre ce qui se passait. Ca n'était pas logique. Ca n'était même pas possible ! Son cerveau d'humaine lui criait toute l'incohérence de la scène, essayait de la convaincre qu'elle hallucinait. Mais en vain. Sa tête pouvait bien essayer de la faire tourner de l'oeil, rendre ses jambes aussi résistantes que du coton la forçant à s'appuyer contre le mur pour ne pas tomber, une autre pulsion sortie d'elle ne savait où lui assurait que tout était réel et qu'elle n'était pas folle.

    Insensible à toute la confusion de Cleo, la tasse cessa de rouler sur le parquet qui commençait à boire le thé chaud.
 
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #18 le: Mai 25, 2016, 08:17:43 »

Pas de hurlements paniqués et de fuite à toute allure, mais une tasse qui heurta le sol, déversant tout son contenu sur le tapis, formant une belle tâche. La jeune femme semblait tellement surprise, tellement estomaquée, qu’elle ne réalisa même pas qu’un peu de thé avait heurté l’une de ses mains. Elle se recula, heurtant le mur, et tenta vainement de dissimuler ses formes avec son gilet. Alastar, lui, restait pour l’heure à bonne distance, le temps qu’elle s’accommode. Il ne venait pas en ennemi, il ne voulait pas lui faire peur. Il voyait le beau regard de la femme, ses yeux vairons détaillant sa silhouette, oscillant de ses cornes à sa queue caudale, pour revenir sur ses cornes. Elle ne semblait plus savoir quoi dire, comme si elle avait perdu toute sa verve. La provocation de sa projection éthérée était très discrète ici. Elle ne jouait plus avec lui, elle essayait de comprendre.

Elle finit néanmoins par parler, d’une voix étonnée, mais adorable. Alastar sourit alors, et se rapprocha, comprenant que, maintenant qu’elle venait de parler, elle ne hurlerait pas. Il la rejoignit rapidement, et sa main caressa l’une de ses joues, ses griffes glissant doucement sur sa peau, s’enfouissant dans quelques mèches de cheveux. Il huma son odeur, très proche d’elle, chose qu’il n’avait pas encore pu faire de la journée, par peur de se faire repérer par elle. Sa queue caudale se déplaça presque d’elle-même pour caresser les magnifiques jambes de la femme, des jambes que plus rien ne protégeait. Sa peau était d’une douceur exquise, et il lui répondit rapidement :

« Je suis un rêve, Cléo... Ton rêve, devenu réalité. »

Sa main descendit de la joue de la femme, et se posa sur l’un de ses poignets, et son autre main apparut également, et, lentement, mais avec une poigne qui trahissait sa force, il l’amena à écarter les mains, et en releva une, celle qui avait été atteinte par le thé.

« Hum... Je ne voulais pas que tu te fasses mal. Désolé... »

Alastar se pencha vers les doigts de la femme, et les suçota alors, relevant ses beaux yeux bleus pour croiser son regard avec celui de la femme, tout en nettoyant ses doigts. Sa langue fila sur eux, et il les suça avec amour et tendresse. Il les relâcha ensuite, et posa ses mains sur les épaules de la femme, les déplaçant, s’en servant pour écarter les pans de son gilet, et ainsi le faire tomber. Le vêtement tomba mollement sur le sol, et, pendant ce temps, la queue caudale de l’Incube, elle, remontait le long de l’une de ses jambes.

Il découvrait son corps, calmement, en ne lui offrant aucune échappatoire. Hier, c’était elle qui était venue le voir, et là, il inversait les rôles. Un fin sourire éclaira ses délicieuses lèvres, et il approcha sa bouche de la sienne.

« Pourquoi être si surprise ? Je t’avais dit que je te retrouverais, non ? Crois-tu que tous tes rêves soient condamnés à ne jamais pouvoir te surprendre comme tu les surprends ? Crois-en mon expérience, il n’y a peu de choses au monde qui soient plus agréables qu’un rêve qui décide de se réaliser... »

Sa main se posa doucement sur le menton de la femme, le coinçant entre deux de ses doigts, et il l’embrassa alors, tout en déplaçant son autre main, pour la poser sur l’une des côtes de la femme, s’appuyant dessus. Les lèvres de l’Incube, taillées pour les baisers, se collèrent contre celles de la femme, et il ferma les yeux pendant quelques secondes, venant savourer le goût de sa salive, la plaquant contre le mur en appuyant de son torse contre le sien.

Avec Alastar, on s'embarrassait rarement de formalités.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #19 le: Mai 25, 2016, 01:04:27 »

  • Il lui souriait. Il s'approchait. Elle ne savait pas quoi faire, alors elle ne fit rien. Elle le suivit juste du regard, un regard qui se teintait d'appréhension plus il se rapprochait. Il venait pour la toucher, elle le savait, et elle avait envie que cela arrive car c'était le seul moyen de s'assurer qu'il était réel. Mais ça l'effrayait en même temps. Son corps avait assimilé le contact physique à la douleur, chaque fois que quelqu'un la frôlait ou lui serrait la main, elle devait lutter pour passer outre les sensations douloureuses que ça lui procuraient. C'était éreintant. Mais ce soir-là, elle n'arriva pas à s'écarter. Elle n'en avait même pas vraiment envie. Alors elle se prépara au choc, son corps se raidissant à mesure que la distance entre eux disparaissait.

    Quand il posa une griffe sur sa joue, Cleo ferma les yeux, le visage déjà déformé par une douleur qui ne se profila jamais. Il lui sembla la sentir, mais ce n'était qu'un frisson, et la chaleur qui frappait sa peau froide ne la brûlait pas vraiment. Elle ouvrit les yeux, toujours aussi médusée, pour voir cet être rouge qui la dominait de sa taille un instant plus tôt, penché sur elle, lui caressant les cheveux avec beaucoup de douceur. Il semblait particulièrement attiré par le creux de sa gorge, entre ses clavicules, juste au-dessus du tissus refermé, l'endroit où elle déposait chaque matin quelques gouttes de son parfum. Il sentait le bonbon à la rose, une odeur qui lui convenait tout à fait : à la fois douce et sucrée, assez subtile pour ne pas embaumer sur son passage, mais assez commune pour être discernable.

    Elle sentit son coeur s'affoler de nouveau avec la proximité. Elle repensait à son rêve et à la possibilité qu'elle avait de le rejouer, en vrai. Quand le diable prit à nouveau la parole, sa voix grave acheva de la faire chavirer. C'était lui. Il n'y avait aucun doute. Mais elle était trop déconcertée pour sourire, pour laisser éclater sa joie et la myriade d'autres émotions qui déferlaient sur elle. Dans un rêve, elle lui aurait sûrement sauté au cou en riant pour l'étreindre de toute ses forces.

    -Je n'ai pas cette capacité. Je ne peux pas matérialiser mes rêves...

    Le constat fit germer les restes de ses inquiétudes, immédiatement balayées par les excuses qu'il lui présenta. Aussi réactive qu'une poupée de chiffon, elle le regarda relever délicatement sa main meurtrie et laper les dernières gouttes de thé, maintenant froides, les remplaçant par une salive tiède. Allait-il lui mordiller les doigts comme elle l'avait fait avec son pouce la nuit passée ? L'idée la fit frémir, mais elle s'estima heureuse qu'il n'en fasse rien, lui laissant le temps de reprendre un peu ses esprits.

    -Ce n'est rien, bafouilla-t-elle en battant des paupières pour chasser le trouble qui l'habitait.

    Quand il lui prit les poignets pour les écarter, elle résista un peu, un réflexe qui fut sans effet manquant de toute façon de conviction, mais qui lui donna un aperçu de la force de cet homme qu'elle avait désiré si ardemment toute la journée.
    Les pans de son gilet retombèrent le long de son corps, dévoilant son petit coeur battant à tout rompre sous la peau d'albâtre que le bleu intense du soutien-gorge rendait presque irréelle. Et  puis les paumes délicieusement chaudes recouvrirent ses épaules de leur largeur masculine et le gilet chut, transformé par ce geste en simple serpillière. Un rôle qui lui allait à merveille.

    « Crois-en mon expérience, il n’y a peu de choses au monde qui soient plus agréables qu’un rêve qui décide de se réaliser... »

    Pour ça, elle le croyait volontiers. Après tout, elle en faisait justement l'expérience. A cet instant, elle prit conscience des caresses sur sa jambe. La queue caudale remontait lentement sur sa cuisse, comme mue par une envie de jouer, d'agacer sa peau tendre. Cleo continuait à se faire manipuler, assimilant partiellement la situation, incapable de trop réfléchir sous le regard implacable du démon. Elle continuait aussi à avoir peur. Elle ne savait pas bien de quoi en revanche. Mais cette peur qui lui nouait le ventre l'empêcha d'apprécier pleinement le baiser que l'homme imposa à ses lèvres.

    Le trouble de la jeune femme devait être amusant à voir, d'un point de vue extérieur. Un instant, elle soupirait, s'enivrant du contact de la bouche contre la sienne, de la main sous son sein qui l'empêchait de tomber et du torse qui lui communiquait sa chaleur; mais l'instant d'après, la panique la gagnait et elle prenait conscience que le baiser lui était imposé, que la main l'acculait contre le mur, que l'homme la forçait.

    Rassemblant ce qu'il lui restait de lucidité, elle s'arqua légèrement pour permettre à sa main de trouver une place sur le torse musculeux et y imprégner une pression. Cleo n'essayait pas de se libérer de toutes ses forces, elle lui demandait de reculer, de la laisser respirer. Et elle faillit pleurer de joie et de nervosité quand elle sentit ses doigts sur la peau rouge. Elle pouvait le toucher, donc il existait bel et bien, c'était la preuve qu'elle n'hallucinait pas. Fantastique ! Et terrifiant...

    -S'il te plaît... arrête.

    Sa voix tremblait un peu témoignant du besoin presque vital qu'elle éprouvait de se séparer de lui, et son ton était désolé. Elle se sentait presque coupable de le repousser, ne voulait pas le contrarier. Ce n'était pas par crainte de représailles puisqu'il ne l'effrayait pas vraiment, mais par sollicitude. Un simple, sincère et candide remord.
    Dans ses yeux, on pouvait voir qu'elle n'avait pas l'intention de le repousser comme ça toute la soirée mais là, tout de suite, elle avait besoin de se reprendre, d'apaiser ses craintes qu'elle ne comprenait pas, et elle ne pourrait pas le faire s'il continuait à l'assaillir comme ça.

    - S'il te plaît, elle répéta en le fixant dans les yeux. Juste une minute.

    Subir le yoyo émotionnel qu'elle subissait était épuisant. Il devait bien le sentir, elle était fébrile malgré son corps tendu contre le sien. La petite opale de feu cachée au bout de la chaînette était d'ailleurs la seule barrière qui empêchait une sacrée migraine de lui vriller les tempes.
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #20 le: Mai 25, 2016, 06:36:22 »

Il l’embrassait, il la dominait, il la serrait contre lui. La belle jeune femme était comme une paire de deux se dressant face à un rouge flush royal. Il aurait pu la prendre, là, tout de suite, la retourner contre le mur, s’enfoncer violemment en elle, la faire hurler. Elle était venue le voir, elle l’avait invitée chez elle. Alastar n’aurait pas attenté à son propre honneur s’il l’avait prise ainsi, car elle avait conclu avec lui un pacte. Un pacte tacite, une caresse de son âme appelant le démon rouge à la retrouver. Et le beau diable s’était exécuté. Alors, oui, il aurait pu la forcer, mais il n’en fit rien. Tandis qu’il l’embrassait, ce n’était pas de la fausse résistance qu’il ressentait, cette fausse et hypocrite pudeur, cette hypocrisie féminine typique qu’il connaissait si bien (ces cris de jeune gazelle effarouchée devant un comportement sexuel prétendument scandaleux, alors qu’elles bavaient sur ce qui arrivait), mais, tout simplement, de l’incompréhension. Que faisait-il là ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? L’esprit humain, si apte à aimer la poésie et le mystère, avait en réalité peur de l’inconnu, et, plus que de poésie, avait surtout soif de raison et de logique.

Alastar s’écarta donc, non sans conserver, sur ses lèvres, un délicieux sourire.

« Hm… Une minute alors, mais pas plus. Je vais en profiter pour nettoyer ton tapis. Il ne faudrait pas le laisser se salir, n’est-ce pas ? »

Serviable, il s’écarta alors d’elle, et fléchit les genoux, puis posa sa main sur la surface de thé, là où une tâche de thé était présente… Puis sa magie jaillit autour de lui. La pierre de Cléo sembla alors réagir, comme si elle bourdonnait à la présence de la magie, puis, le long du tapis, de fines particules liquides se détachèrent, suivant la main d’Alastar, particulièrement ses doigts, tandis qu’il se relevait. Les particules le suivaient, flottant dans l’air derrière ses doigts, comprenant tout le thé de la femme, puis formèrent, de manière incroyable, une sphère liquide devant lui. Une boule qui flottait dans l’air, et qu’Alastar éclata, la dispersant en un léger nuage de gaz.

« Voilà… Désolé, je n’ai jamais aimé les aspirateurs. Une fois, la voisine du haut m’avait réveillé, alors que je ressortais d’une nuit pleine d’énergie avec deux sœurs australiennes. Des jumelles chaudes come un volcan. Je te garantis que la ménagère l’a senti passer, on ne réveille pas un Incube impunément. »

Plus question de jouer, maintenant, vu comment Cleo était perturbée. Alastar marcha alors un peu, tournant brièvement le dos à la femme, ce qui lui permit de voir que sa queue caudale n’était pas un aretifice, mais qu’elle était un véritable organe, plantée dans son bassin, ondulant le long de ses mouvements.

« Tu es venue me voir cette nuit, Cléo… Tu t’en souviens, n’est-ce pas ? Tu pensais rêver, mais… Eh bien, je ne suis pas une chimère issue de tes songes, non. J’existe… Bel et bien. Tout ton être respire et transpire la magie, Cléo. Je suppose que cette dernière se manifeste quand tu dors, car ton inconscient prend le pas. »

Alastar se déplaça encore un peu, et s’assit sur le rebord de la table de travail de la femme.

« Je suis un démon, Cléo. Et, en venant me voir, en m’offrant ton âme, tu as conclu un pacte avec moi. Sois heureuse, beaucoup de mes congénères auraient utilisé ce pacte comme un prétexte pour abuser de toi. »

Le Diablotin, qui avait visiblement bien du mal à rester en place, avança à nouveau, et lui fit une petite révérence, une délicieuse singerie, comme une plaisanterie pour détendre l’atmosphère.

« Détends-toi, tu n’as rien à craindre de moi. Enfin… Tout dépend de ce qu’on entend par là, bien sûr. Ce qui est sûr, ma chérie, c’est que tu as décroché le gros lot. Tu viens d’inviter un Diablotin dans ta vie, et je vais adorer m’y immiscer ! Tu es mon rêve… Et je suis le tien. »
« Dernière édition: Mai 26, 2016, 01:44:27 par Le Diablotin » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #21 le: Mai 26, 2016, 01:44:09 »

  • -Merci...

    Pour le thé ou pour l'avoir lâchée, à lui de juger. Sans doute les deux.

    Quoi qu'il en soit, il lui sourit d'un sourire communicatif qui la poussa à forcer ses lèvres à s'étirer à leurs tour dans un mélange de gêne et de gratitude. Nul besoin de feindre la force avec lui, de chercher à lui mentir. En cet instant, elle était faible et ne se sentait nullement diminuée de le reconnaître, de lui demande de comprendre, de faire avec. Il avait gentiment accepté et elle lui en était reconnaissante. Il n'y avait pas grand chose à dire de plus.

    Cleo n'avait sûrement pas le physique de la femme parfaite avec son oeil aveugle dont la pupille disait merde à l'autre, ni même le caractère idéal, mais au moins elle n'essayait pas d'être ce qu'elle n'était pas, acceptant son sort avec une certaine simplicité. Si faible d'ailleurs qu'elle dut se retenir de rappeler le diable pour combler le vide béant et froid, comme une coque de glace, qui se refermait sur sa peau. Elle frissonna et referma machinalement les bras en se laissant glisser contre le mur, les jambes pliées contre son buste. Machinalement, elle reprit son gilet-serpillière et le posa sur ses épaules sans enfiler les manches, juste pour se réchauffer, sans vraiment chercher à se camoufler de nouveau.

    *Ca fait beaucoup d'émotions en une seule journée...*

    Mais son coeur commençait à ralentir la cadence et lui permit bientôt de retrouver une respiration profonde. Emplissant ses poumons de grandes goulées d'air, elle écouta avec beaucoup d'attention les réponses que le diable lui apportait. Pouvait-il lire directement dans ses pensées ? Quelque part, qu'il puisse anticiper la moindre de ses envies la rassurait. Comme ça il ne pourrait pas se fourvoyer même si elle se montrait maladroite. Ce qui lui arriverait sûrement encore.

    Ainsi, il lui expliqua tranquillement qu'ils avaient un pacte parce que ce qu'elle avait pris pour un rêve n'en avait pas été un et qu'elle avait déjà couché avec lui, en quelque sorte, la nuit passée. Ou du moins son âme l'avait-elle fait. Soit... Elle avait quelques doutes sur la véracité concernant le pacte, après tout, elle n'avait rien signé, rien demand... Ses pommettes rougirent subitement et elle enfouit son visage dans ses mains. Joue avec moi. Elle se souvenait l'avoir dis, l'avoir pensé. Un petit rire lui échappa et elle s'excusa mentalement d'avoir remis en doute les paroles du démon. Elle commençait à comprendre maintenant. C'était fou, mais elle y croyait volontiers.

    -De la magie en moi ? C'est vrai que je peux contrôler mes rêves la plupart du temps. Mais c'est grâce à mes géodes d'améthyste.

    Elle lui désigna du doigt les deux blocs posés autour de son lit, coincés entre deux géodes aux pierres blanches et translucides : des cristaux de roche. La combinaison lui assurait des rêves lucides et criant de vérité, en plus d'une puissante protection mentale. Mais en observant elle-même ses roches, elle remarqua que l'une d'elle était complètement saturée, ce qui expliquait la faille qui avait permis au démon de la retrouver, de lier son pacte. Elle n'avait pas été suffisamment prudente et ne s'en rendait compte que maintenant... Un nouveau frisson la parcourut quand elle repensa au début de son rêve.

    -Si la magie court vraiment en moi, alors elle s'exprime à travers mes pierres.

    Et en fait, ça tombait sous le sens, maintenant qu'il lui disait. N'avait-elle pas toujours pu activer leurs propriétés d'un simple contact ? Ca n'allait donc jamais s'arrêter ! En quelques minutes, ça faisait beaucoup de choses à assimiler. Le débarquement d'un démon dans son salon, qu'elle avait cru n'être qu'un rêve palpitant et qui se tenait juste à côté de son portrait numérique, un pacte qui le liait à lui en des termes qu'elle ignorait mais dont elle devinait l'issue à court terme et puis maintenant qu'elle était douée de magie et que c'était ça qui lui permettait de jouer avec ses petits cailloux.

    *Bon sang quelle soirée !*

    « Sois heureuse, beaucoup de mes congénères auraient utilisé ce pacte comme un prétexte pour abuser de toi. »

    Heureuse, elle l'était. Et pour pleins de raisons mais s'il ne fallait en citer qu'une qui pouvait englober toutes les autres, c'était de l'avoir lui, devant elle, en chair et en os. Il l'avait fasciné quand elle était endormie, mais elle était juste joyeuse, contente, enjouée, qu'importe le terme utilisé, qu'il soit venu la voir.

    Cleo acheva de se calmer, accueillant avec bonheur l'instant où son angoisse se dissipa en lui rendant la souplesse de son corps et la solidité de ses jambes. L'air malicieux de sa projection apparut enfin sur son visage tandis que le diable lui offrait une courbette en continuant à la rassurer. Ca le rendait un peu grotesque et il n'en fallait pas plus pour l'amuser, faire de nouveau pétiller son regard.

    Elle finit par se relever et fit quelques pas dans la pièce pour balancer son gilet sur le petit tas que formait ses vêtements du jour, de l'autre côté du lit. Elle n'avait pas l'intention de contrarier son visiteur en conservant ce vieux machin qu'il s'était empressé de lui retirer. Et puis se tourna vers lui, sereine désormais. Elle s'offrit à sa contemplation, comme si elle attendait un compliment, ou une remarque, quelque chose de sa part.

    -Je te fais confiance.

    Elle parla simplement, de sa voix scintillante, en le fixant droit dans les yeux. Qu'il soit un démon ne l'inquiétait pas. Avec son éducation chrétienne, elle aurait du s'en méfier, tout faire pour s'en protéger mais elle ne croyait ni en dieu, ni en rien d'autre que sa propre magie. Démon, ce devait être simplement le nom donné à quelques créatures magiques, et rien de plus. La vie après la mort et les considérations du même ordre, elle était trop jeune pour s'en soucier. Et une autre échéance l'attendait. Elle avait mis plus d'une minute à se calmer, à écouter, à assimiler. Et elle avait promis en le remerciant que son caprice ne durerait pas longtemps.

    Doucement, elle franchit la distance qui les séparait, son opale de feu effaçant les dernières traces de sa fatigue de son corps, et retourna se blottir contre lui. Sa chaleur l'irradia de nouveau quand elle se hissa sur la pointe des pieds pour passer ses bras autour de son cou. Elle le serra un peu en soupirant d'aise, mais ne s'aventura pas plus loin. L'esprit de Cleo ici, était contenu dans son corps, un corps fragile d'humaine qui lui interdisait de s'exprimer avec autant de fougue et d'insouciance que lorsqu'il se promenait seul, pendant un rêve. D'autant plus que ce corps n'avait jamais connu d'homme. La jeune femme resta donc très sage, découvrant avec douceur ce que ça faisait d'étreindre quelqu'un, de sentir une autre peau que la sienne sous ses mains.

    -Dis, tu connais mon nom, mais je ne connais toujours pas le tien. Tu veux bien me le dire ?

    Elle chuchota sa question au creux de l'oreille du démon.
  
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #22 le: Mai 26, 2016, 12:58:32 »

Des pierres magiques… Alastar les avait perçus lors de son inspection. Mais Cleo se trompait. Pourtant, les humains le savaient. C’était l’un d’eux qui avait posé la loi de conservation de la masse, le principe de Lavoisier, qui lui-même la tenait des philosophes grecs : rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme. Toute la matière, quelle qu’elle soit, qu’elle puisse être, était déjà là, existant en devenir dans les prémices de l’Univers, quand toutes les réalités n’étaient qu’un nexus commun, une boule d’énergie dépassant l’entendement humain. Autrement dit, la magie de Cleo n’était pas le fruit de ses gemmes, mais avant tout d’elle-même. La magie était présente en tout être, mais à des degrés différents. Chez cette femme, sa magie semblait être refoulée, et Alastar se demandait quel rôle ces gemmes avaient. Servaient-ils à amplifier ses pouvoirs, ou, au contraire, à les atténuer ? Alastar aurait davantage penché pour la seconde possibilité, car il était très rare qu’une simple humaine, a fortiori sans aucune formation magique soutenue, puisse se projeter ainsi à travers les dimensions.

En fait… C’était même tout à fait unique.

*Ces pierres servent à te dissimuler, ma doucereuse… Elles sont les geôliers invisibles de ton existence. Crois-moi, bien des gens tueraient pour pouvoir t’étudier et t’exploiter. Si je parlais de tes pouvoirs magiques à ma sœur, elle se ruerait sur toi pour faire de toi une soldate… Mais moi, il n’y a que ton cul qui m’intéresse.*

Néanmoins, il était intéressant de se demander de quoi cette femme était réellement capable. Jusqu’où ses pouvoirs pouvaient-ils s’étendre ? Des questions qui auraient bien rapidement des réponses. La jeune femme, passée la torpeur, finit par avoir, sur le visage, cet air mutin et délicieux qu’il avait discerné cette nuit, et qui provoquèrent en lui une doucereuse excitation. Alastar était un homme à femmes, quelqu’un qui, à sa manière, respectait et honorait le beau sexe.

Elle retourna contre lui, et il l’enlaça, tendrement, fermement, ses mains se nichant dans son dos, caressant sa longue chevelure de feu, sentant, avec plaisir, les rondelettes bosses de ses seins s’enfoncer dans sa poitrine. Ensemble, ils avaient conclu un pacte. Nul besoin de signer pour en faire un. Comme les humains, les démons préféraient un papier bien signé, mais la parole était d’or. Il frémissait au contact de cette femme, reniflant cette odeur, une odeur pure, comme si nul homme ne l’avait souillé depuis… Longtemps.

« Hum… Mon nom ? »

Il embrassa la femme sur le front. Elle avait beau sourire et la regarder de manière mutine, elle faisait encore preuve d’une timidité très humaine.

« Je m’appelle Alastar, Cléo… Alastar Magoa, car j’appartiens au clan Magoa, dont je suis l’un des émérites représentants. Je suis même le petit-frère de la Matriarche de mon clan, Onyxian Magoa, une puissante succube… Qui prend un malin plaisir à me battre et à me torturer. »

Il lui sourit alors, comme pour essayer de la détendre. Dans un monde baigné par la foi religieuse et la propagande angélique, les démons étaient vus comme des êtres cruels et imbuvables. Bon, certes, beaucoup l’étaient, mais Alastar, lui, était sympathique. Il embrassa à nouveau la femme, cette fois sur la tempe.

« Les démons sont comme les humains. Il y en a des mauvais, et il y en a des gentils. Là où nous nous différencions de votre espèce, c’est parce que nous sommes honnêtes, nous. »

Alastar apposa son nez contre sa joue, la caressant doucement, tandis que ses mains, elles, continuaient à gratter et à caresser son dos.

« Ne je ne mens jamais, moi… Tu peux donc m’appeler Alastar, mais il y a un surnom que j’aime bien… »

Sa queue caudale se déplaça encore un peu, remontant le long de la jambe de la femme, s’entortillant un peu dessus.

« …On m’appelle aussi le Diablotin. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #23 le: Mai 27, 2016, 12:48:48 »

  • Il l'enfermait dans la prison de ses bras et cette fois, elle fut heureuse de s'y trouver. Comme il la tenait, elle pressentait qu'elle n'aurait pas pu s'échapper si elle avait essayé, mais elle n'en ressentait ni l'envie, ni le besoin. Il faut dire qu'il se montra beaucoup moins empressé, moins conquérant, plus attentionné envers le petit bout de femme qui le questionnait. Ce changement subtile dans son comportement ne passa pas inaperçu, rassurant davantage la jolie Cleo sur sa décision. Non, vraiment, elle n'avait rien à craindre de lui. Sa force pouvait bien être infiniment supérieur à la sienne, il ne l'utiliserait pas pour lui faire de mal. A tord ou à raison, elle en était convaincue.

    On ne pouvait pas enlacer une personne avec sa tendresse, ou l'embrasser gentiment sur le front pour ensuite la blesser. C'était tout bonnement impossible. Du moins ça l'était dans l'univers de Cleo : un endroit où il faisait bon vivre, sans le moindre doute, puisque les rêves y devenaient réalité, on y était traité avec prévenance et que même les démons y devenaient des êtres adorables. Seule ombre dans ce monde charmant, l'histoire d'un des protagoniste qui se faisait malmener par une soeur au nom tout aussi charmant que le sien. Onyxian et Alastar Magoa.

    *Alastar...*

    Elle répéta le nom dans sa tête. Ce n'était pas aussi courant que Lucifer ou Belzébuth, mais ça faisait tout de même très démon. Quant à sa soeur, Cleo ne pouvait rien éprouver de bon à son égard après ce qu'il venait de révéler. Elle voulut dire quelque chose à ce sujet, s'excuser ou n'importe quoi d'autre qui aurait pu afficher sa répulsion face à de tels actes mais le sourire du diable la fit douter de l'utilité d'un tel aveu. En fait, ça ne semblait pas le déranger et encore moins l'émouvoir. Est-ce qu'il se moquait d'elle pour évaluer ses réactions ? Elle s'en convainquit -parce que c'était plus arrangeant d'agir de la sorte- lorsqu'il l'embrassa de nouveau. Comme ses lèvres pouvaient lui paraître douces. Comme il était grisant de sentir son souffle si près de son visage. Cleo n'avait jamais joui d'une telle proximité, pas même avec ses parents. Elle ne se souvenait pas de les avoir un jour enlacé... Rien que ça suffisait à mettre son corps en alerte, à l'émoustiller, alors que dire des caresses dans son dos et de la queue caudale qu'elle sentit de nouveau contre sa jambe.

    -Tous les humains ne sont pas malhonnêtes !

    Il y avait un poil de contrariété dans sa voix. Elle était humaine et elle était tout ce qu'il y avait de plus honnête ! Elle recula un peu son visage pour le fixer dans les yeux d'un air effarouché. A peine plongea-t-elle dans son regard d'azur que son indignation s'y noya, ne laissant sur son visage qu'un sourire et dans sa tête qu'une idée. Une délicieuse idée qui la fit frémir d'avance, tandis qu'elle déplaçait une main pour caresser la joue d'Alastar.

    -Moi par exemple. Je ne mens en disant que je suis ravie que tu m'aies retrouvé.

    Elle approcha son visage du sien, une main se refermant sur la nuque du démon.

    -Et je ne mens pas non plus en disant que j'ai très envie que tu m'embrasses.

    Elle lui vola un baiser plaquant sa bouche sur la sienne quelques secondes à peine avant de la retirer, d'humeur joueuse. Son regard invitait même l'homme à venir lui réclamer un véritable baiser, dans une attitude tout à fait similaire à celle de sa projection.
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #24 le: Mai 27, 2016, 01:08:05 »

L’aurait-il fâché ? Alastar ne faisait pourtant que dire la vérité. Et il était bien placé pour le savoir. Consciemment ou non, les humains mentaient, ça faisait partie de leur culture. Ils mentaient aux autres autant qu’ils se mentaient à eux-mêmes. Ils se mentaient en reniant leurs pulsions, ils se mentaient pour tout et n’importe quoi. Mais Alastar n’était pas un Ange Il se contentait juste de constater, et ne put que sourire quand la douce Cléo, toute contre lui, affirma, elle, être honnête. Il retrouvait cet esprit badin et joueur qui était venu le perturber cette nuit. C’était bien elle, ce doux et sensuel Poltergeist, qui se frottait contre lui, et lui vola un nouveau baiser. De simple frottement, il devint un baiser passionné, confirmant la passion du Diablotin pour les étreintes et les longues embrassades. En effet, ses mains s’enroulèrent autour du corps de la femme, et le baiser se fit nettement plus sensuel, plus intense, plus… Plus mieux, tout simplement. Sa langue s’attaqua rapidement à la bouche de la femme, une main sur ses longs cheveux, les seins de la femme s’enfonçant dans son torse, répondant ainsi à sa virilité, qui remontait contre ses cuisses, et dont on pouvait, d’ores et déjà, discerner l’imposante épaisseur.

« Hmmm… »

Une main sur ses cheveux, l’autre caressait le dos de la femme, éprouvant sa douceur, sa fermeté, ce corps parfait et anguleux. Oui, Cléo avait tout pour plaire, tout pour ravir les sens. L’Incube n’était vraiment pas mécontent qu’elle soit venue le voir, et il aurait été bien fou de ne pas accepter sa tacite invitation. Le trouble initial, et bien légitime, passé, l’artiste s’offrait à lui, se frottant contre ce corps rougeâtre et musclé. Alastar avait conservé des proportions humaines, par rapport à d’autres démons, des colosses gigantesques faisant parfois plusieurs bons mètres de haut. Lui, en comparaison, pouvait paraître chétif et fin, mais il suffisait de tâter de son corps pour sentir le muscle.

Il avait beau ne pas être du beau sexe, il estimait tout de même important d’être présentable. C’est sur ces considérations que sa langue remuait dans la bouche de Cléo, caressant celle de son amante, glissant tendrement dessus, son corps se crispant contre le sien. Ses griffes s’enfonçaient ainsi un peu lorsqu’il bandait ses muscles, mais jamais sans aller jusqu’à la faire saigner. Ce corps était comme une œuvre d’art, le Diablotin se refusait à l’abîmer. Il embrassait et caressait son précieux diamant, un magnifique rubis, faisant usage de toute son expertise buccale. Ainsi, sa bouche tirait sur les lèvres de la femme, coinçant ses lèvres entre ses dents pour les écarter, et ainsi faciliter l’accès de sa gourmande langue. Elle remuait en elle.

L’étreinte dura ainsi plusieurs minutes, et la queue caudale du diable rouge ne resta guère inactive. En effet, elle finit par se redresser, caressant les jambes de son amante, pour remonter sous son short, sans aucune pudeur. Elle se faufila contre le corps de la femme, heurta sa fine culotte, et glissa un peu dessus, se frottant contre la masse rebondie et moelleuse de ses fesses.

La queue ne resta là que quelques secondes, le temps que les mains du diable se déplacent, et ne viennent, d’elles-mêmes, se saisir de cette masse. Une main se serra sur chacune des fesses de son amante, et ce fut avec le plus sincère des plaisirs que le Diablotin en vint à palper ce cul rebondi.

« Oui… Ça, ça ne ment pas… Et, puisque c’est d’honnêteté qu’il s’agit, ma douce rêveuse, sache bien une chose. »

Fanfaron, comme à son habitude, il approcha sa bouche de l’oreille de la femme, la léchant très légèrement, avant de la titiller :

« Quand j’en aurais fini avec toi, quand j’aurais fini d’honorer ton corps, et que tu repenseras à ce moment, tu y songeras comme si ça avait été le plus magnifique des rêves. »

Il fallait bien qu’il provoque un peu ; ce n’était pas un diablotin pour rien.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #25 le: Mai 28, 2016, 12:17:27 »

  • Elle garda une main sur la joue de son visiteur nocturne quand ce dernier s'écrasa contre ses lèvres. Inconsciemment, ça l'aidait à se repérer dans cette étreinte, à ne pas perdre pied et accepter sans la moindre réticence d'ouvrir sa bouche mutine pour y accueillir une danseuse chevronnée. Ce baiser était comme une leçon de tango. D'abord, elle trouva les pas étranges et compliqués et son cerveau tournait à toute allure pour essayer d'en comprendre les mécaniques, mais au bout de quelques secondes, elle s'y essaya à son tour, maladroite, gauche et puis elle ferma les yeux et se laissa porter par la musique, par l'expérience de son partenaire et tout devint tout de suite plus facile.

    Cleo avait l'impression d'être de la légèreté d'une plume, de ne plus subir la gravité, comme lorsqu'elle était plongée en plein rêve, tant elle se reposait contre le torse d'Alastar. Son petit coeur battait désormais au rythme de leur danse, soutenu mais harmonieux, passionné comme se devait de l'être toute danse latine. Mais dans le tango, la femme se devait d'être féroce, d'attaquer aussi, même si elle se laissait mener par son partenaire. Ce n'était qu'à cette condition que la danse pouvait être belle et brûlante. La langue apprenait vite sa chorégraphie, se déployant avec aisance autour de celle du démon, l'aguichant quand elle se frottait pas entièrement, se refusant parfois, pour le pousser à forcer le passage, à la réclamer du bout des dents, du bout des lèvres. Elle se laissait courtiser, mais se faisait à la fois plus exigeante. L'élève était loin, très loin de dépasser le maître mais elle faisait de son mieux.

    Certains pensaient que s'embrasser à pleine bouche, c'était déjà une manière de se faire l'amour. Après tout, n'était-ce pas le même mot que l'on employait pour décrire les deux actes ?  Se faire baiser. Recevoir un corps étranger en soi et en éprouver de l'excitation et du plaisir si c'était bien fait. Voilà qui résumait l'affaire. Pourtant, les humains étaient plus prompts à se rouler des pelles sur les bancs publics, affichant leur fougue et leur désir à qui voulait bien leur accorder un regard, qu'à s'ébattre devant le tout venant. En fin de compte, Alastar avait raison, les humains étaient malhonnêtes. Et sur ce point, Cleo l'était autant que les autres, dans la mesure où elle aurait été bien moins réceptive aux gestes et intentions de son partenaire s'ils s'étaient trouvé ailleurs que dans la discrétion de son appartement. Heureusement pour elle, le beau diablotin avait attendu qu'elle soit rentrée pour venir la séduire et s'était bien garder de se manifester à son bureau.

    Elle se crispa un peu en sentant les griffes racler contre son dos mais se rendit vite compte que ce n'était pas si désagréable qu'elle l'avait pensé. L'excitation peut-être, ou la bouche tendre avec laquelle elle s'amusait, parvenait même à la faire redoubler d'ardeur quand les parties les plus fines de son épiderme se déchiraient dans un petit picotement. Ses propres ongles s'enfonçaient un peu dans la nuque du démon quand cela arrivait, mais avec moins de contrôle que lui.

    Une douce chaleur envahissait progressivement ses entrailles alors que la queue caudale venait s'enrouler autour de sa jambe. La pression légère qu'elle y exerçait donnait l'impression à Cleo de porter une jarretelle, comme les mariées, et machinalement, elle ferma les cuisses dessus, les frottant l'une contre l'autre autant que son corps se frottait à celui de son partenaire, imprimant les formes masculines contre sa peau, sans pour autant les identifier toutes.

    Ca lui fit tout drôle de sentir quelque chose s'écraser contre ses fesses, la troubla un bref instant. Ses muscles se contractèrent, durcissant ce délicat postérieur jusqu'à ce que des mains viennent les rassurer et les détendre de quelques gestes adroits. L'éclair qui la frappa dans le bas du ventre n'était pas non plus étranger à ce relâchement qui atteignit tout son corps, lui procurant une sensation de bien-être. Sa main quitta la joue d'Alastar, glissant tout doucement de sa prise.

    -Je préférerais y songer comme ma plus belle réalité.

    Elle sourit en enfouissant son visage dans le cou du démon, s'imprégnant de son odeur. Elle lui caressa la nuque du bout des doigts, formant de petits cercles à la racine de ses cheveux. Son autre main, elle, tomba le long de son corps.

    -Ce serait plus... exotique.   

    Elle rencontra quelque chose qui lui fit baisser les yeux. C'était le bout de la queue caudale, chassée de sa croupe, qui serpentait dans le vide avant de trouver une nouvelle proie à attaquer. Cleo s'en saisit entre son pouce et son majeur qu'elle fit glisser dessus, curieuse de découvrir la texture de cet appendice étonnant et totalement étranger. Etait-ce doux ? Ecailleux ? Sensible peut-être ? Elle n'osait pas la manipuler avec plus de force, par crainte de lui faire mal.

    -Des rêves fantastiques, je peux en faire quand je veux.
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #26 le: Mai 28, 2016, 02:52:08 »

La queue caudale du Diablotin était à l’image du reste de son corps, douce et chaude. Quand la femme en approcha ses doigts, et quand elle les posa dessus, elle put sentir, collée contre son cou, le Diablotin respirer un peu plus lourdement, retenant son souffle, ses muscles se crispant légèrement. Sa queue caudale se durcit également un peu en se redressant, trahissant le fait qu’il s’agissait d’un organe très érogène du corps de l’homme. Ce n’était pas pour rien s’il pouvait transformer cette queue pointue en véritable organe phallique. Sa queue frémissait sous le contact de la main de la femme, et ses doigts en firent de même, se crispant un peu plus contre cette masse moelleuse qu’il sentait à hauteur de son bassin. Comme il s’y attendait, Cléo avait un délicieux petit cul, un derrière bien rebondi, du genre qu’on aimait observer dans la rue, et encore plus palper.

Alastar souriait légèrement, ses yeux bleus brillant d’intensité, quand la femme lui indiqua ne pas vouloir rêver. Leurs lèvres étaient proches, et il avait encore, sur les siennes, le goût délicieux, onctueux, de la bouche de Cléo. Une bouche magnifique, du genre à vouloir y retourner pour s’en imprégner davantage... Mais, cette fois, ce ne furent pas ses lèvres qui rencontrèrent le corps de la femme, mais son nez. Son délicat nez heurta celui de la femme, sa main étant remontée pour s’appuyer sur ses cheveux. Alastar avait un nez plutôt proéminent, qui alla s’appuyer sur celui de la femme, et, lentement, il le remonta, glissant sur le sien, pour redescendre, et remonter ensuite. Une parenthèse de douceur avant l’océan de lubricité qui s’annonçait.

L’Incube respirait lentement, sentant, sur ses lèvres, le souffle de son amante. Cette dernière avait maintenant totalement accepté sa présence, mais lui continuait encore à jouer, à profiter de ces moments. La beauté féminine se devait d’être honorée en tous ses aspects, et lui, il voyait le coït comme l’accomplissement de toute une démarche. Séduire les femmes, les exciter, les amener lentement vers le point de non-retour, c’était, dans un certain sens, plus excitant que l’acte en lui-même. Et là, Alastar jouait avec elle, s’imprégnait du corps de cette femme, et, en retour, la laissait s’imprégner du sien.

« Hum... Tu peux caresser ma queue, elle ne te mordra pas. Elle aussi, elle t’aime beaucoup... »

Précision utile ou non, il voulait la rassurer sur le fait que sa queue caudale pouvait être touchée.

« Elle est comme n’importe quelle queue masculine, plaisanta-t-il, elle aime qu’on lui montre de l’attention, qu’on la serre, qu’on la tire... »

Il l’embrassa sur les lèvres après cela, et se resserra un peu plus contre elle. Ses mains, jamais inactives, se déplacèrent encore, et il les posa sur les rebords de son short, puis tira... Et alla le déchirer. Ce fut facile, et le short tomba sur le sol, dévoilant le corps de la femme, ses sous-vêtements roses. Très rapidement, sa main alla se poser sur sa croupe, et il caressa sa peau, malaxant cette partie de son corps.

« Voilà... J’aime mieux ça. Ne t’inquiètes pas, tout ce que tu vas vivre ce soir sera réel. Au-delà de tous les rêves fantastiques que tu seras susceptible de faire... Sache que je vais m’en assurer tout particulièrement. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #27 le: Mai 28, 2016, 11:39:21 »

  • La petite Cleo venait de faire une sacrée découverte en s'attaquant au bout de peau triangulaire, fin comme les feuilles de ses carnets de croquis. Elle l'avait à peine effleurée qu'elle sentit le corps du diablotin se tendre contre le sien. Il retenait son souffle, l'écrasait davantage contre lui de ses mains impérieuses. Les doigts de Cleo se perdirent dans ses cheveux alors que le souffle d'Alastar se perdait dans son cou. Elle frémit, s'offrant aux caresses sans se départir d'une certaine pudeur, une grâce qui n'appartenait qu'à elle.

    Elle avait l'impression qu'il s'abandonnait un peu lui aussi quand elle caressait son appendice dorsal. Cet aveu la faisait chavirer, lui permettant d'agir sur le plaisir de son partenaire sans en avoir l'air. Parce que ses doigts agiles ne jouaient pas avec un attribut sexuel qui évoquait quoi que ce soit dans son esprit, outre le fouet qu'il avait été dans son rêve mais qui avait su ne pas lui faire mal. La jeune femme jouait avec lui par ce biais détourné, titillant l'excroissance de la pulpe des doigts, la coinçait entre index et majeur, s'amusant de la sentir s'agiter pour se libérer de son étreinte, la grattait parfois du bout d'un ongle, avant de la laisser se frotter contre sa paume.

    -C'est un drôle de petit animal, cette queue.

    Elle lui dit tendrement, en se perdant dans le sourire qu'il lui retournait, puis dans son regard irréel, cet oeil d'un bleu électrisant, à la fois bien plus clair que le bleu qui l'habillait et bien plus intense. Une couleur fascinante, presque lumineuse, qu'elle aurait adoré reproduire au bout de ses pinceaux. Plus tard peut-être, s'il ne disparaissait pas trop tôt. Tout de suite, elle n'osait pas le lui demander, elle n'avait pas envie de se séparer de lui. Sa présence était trop enivrante pour le repousser encore, ce serait une vraie torture de s'extraire de son emprise. Un vieux souvenir prévenait Cleo que cette attraction qu'elle ressentait n'était qu'un leurre démoniaque, qu'elle payerait pour son péché. Et bien qu'on la damne ! Une nuit avec lui, cela n'avait pas de prix. Et puis certains démons étaient gentils, il l'avait dit.

    Un peu bête, Cleo avait bu ses paroles et se laissait maintenant charmer par son nez qui la taquinait. Elle raffermit la prise qu'elle avait sur la chevelure du démon quand il retourna l'embrasser. Leurs langues entamèrent un deuxième tour endiablé, attisant le feu que la tendresse avait gardé à température égale. Mais le craquement de son short qui fila rejoindre le sol à ses pieds dérégla la machine. La jeune femme voulut protester, oublieuse de la visiteuse qui emplissait sa bouche.

    -Hmm !

    Sa plainte fut étouffée par le baiser mais elle fixa le diablotin avec mécontentement. Elle avait l'habitude qu'on ne la prenne pas au sérieux quand elle affichait cet air là, qu'on la trouvait vraiment mignonne quand elle se mettait à bouder. Mais il venait de ruiner son pyjama... Cleo abandonna toute activité pour l'empêcher de continuer le massacre. Ses mains glissèrent des épaules d'Alastar, suivirent l'arc de ses coudes et se refermèrent sur ses poignets.

    -Epargne le reste, c'est un de mes ensemble préféré ! elle râla, cambrée contre lui.

    La position était loin d'être confortable. Déséquilibrée par cette main coincée dans son dos, toujours sur la pointe des pieds, elle dépendait de son partenaire et de sa poigne pour ne pas finir le cul par terre.
Journalisée

Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 358



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #28 le: Mai 29, 2016, 05:43:20 »

La doucereuse se vexa du vêtement arraché, de ce morceau de pyjama difforme qui venait de s’étaler sur le sol, ce qui l’amena à saisir les poignets d’Alastar, comme pour les éloigner de cet agréable fessier. Une lueur légèrement courroucée traversa le regard étincelant du Diablotin. On le privait de son jouet, de ce fruit, mais la lueur fut fugace, très éphémère, s’évanouissant aussi vite qu’elle était apparue. Elle répondait à un réflexe inconscient, et au refus qu’il exprimait de se voir repousser. Quand on couchait avec un Incube, il fallait tenir jusqu’au bout, hors-de-question de se rétracter en plein milieu. Il sourit donc devant la femme, la maintenant. Elle se maintenait en position d’équilibriste, sur la pointe des pieds, sans bénéficier de l’appui des épaules d’Alastar pour se maintenir.

« Oh, j’ignorais que tu attachais une telle importance  à un simple short... Mais il va falloir t’y habituer, mes griffes ont tendance à dénuder très rapidement mes amantes... Cependant, rassure-toi, car, quand elles tombent, je suis toujours là pour... »

Il la poussa alors, et Cléo partit en arrière... Mais, au même moment, sa queue caudale s’enroula autour de la taille de la femme, et la maintint en suspension, Alastar posant une main sur la nuque de la femme, se penchant légèrement vers elle, en galant Incube qu’il était. L’empêchant ainsi de tomber, il restait contre elle, et, juste avant de la redresser, termina sa phrase :

« ...Les rattraper. »

Sa douce queue se serra un peu contre sa taille, et il la releva donc. La femme se retrouva blottie contre son torse, et Alastar lui caressa le dos, la maintenant contre lui.

« Ne t’inquiète pas, je suis peut-être un diablotin, mais je rembourse tout ce que je casse. »

Il continua à la caresser, la reniflant, l’humant, et ses mains finirent par dénouer le soutien-gorge de la femme. Le vêtement tomba mollement sur le sol, et il écarta un peu la femme, descendant sa main pour saisir le haut de sa jambe, en descendant encore un peu.

« Allez... Agrippe-toi sur moi, ma chérie... »

Alastar s’aidait de ses muscles, de sa constitution surhumaine, et saisit la femme à hauteur du genou, l’envoyant ainsi s’enrouler contre lui, à hauteur de la taille. Elle était donc collée contre lui, le buste légèrement redressé par rapport à sa tête, dominant l’Incube. Ce dernier put alors, tout en maintenant le corps de la femme, s’attaquer à ses seins. Sa bouche partit à l’assaut de l’un d’entre eux, le démon rouge en prenant un entre ses lèvres, léchant son téton à plusieurs reprises.

Il s’attaquait aux seins de la femme, l’un après l’autre, les sentant se durcir se pointer, tandis que sa virilité, au fur et à mesure, continuait à caresser l’intimité de la femme. Tout était fait pour la faire lentement basculer, pour qu’elle le supplie. Comme dit, Alastar aimait ces moments, ceux qui précédaient l’acte en lui-même. Surtout, il aimait voir son amante, peu à peu, succomber, et implorer qu’il la prenne. Tous les êtres aimaient ça, en réalité. La domination sexuelle, sentir son partenaire fondre peu à peu sous vos efforts. Lui-même avait furieusement envie de la prendre, mais lui, il avait son expérience sexuelle pour le calmer. Elle ? Il la chauffait pour qu’elle soit bien à point.

Ainsi, leur moment serait inoubliable, il se devait de l’être.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Cleo
Créature
-

Messages: 36


I am a Dreamer


Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune femme pleine de malice et d'une candeur encore toute juvénile, Cleo est assez élancée, dotée d'une peau pâle et d'une crinière cuivrée. Ses yeux sont vert d'eau, mais le droit est voilé et sa prunelle est désaxée : l'oeil est aveugle. 

Illustratrice à la côte en hausse à Seikusu, elle est également passionnée par l'ésotérisme et a développé une magie capable d'éveiller les capacités des pierres précieuses. En parallèle, elle rêve, des rêves criant de vérité qui lui dévoilent des êtres et des paysages fantastiques.

Quand le regard d'une créature magique tombe sur elle, Cleo n'apparaît pas comme une simple humaine : elle est recouverte d'un sceau de la tête au pied, révélant sa nature... d'un autre monde.
« Répondre #29 le: Mai 30, 2016, 12:32:01 »

  • Cleo était une jeune femme plutôt douée pour déceler les émotions sur les visages. La première explication pouvait tenir dans le fait qu'elle détestait copieusement qu'on l'approche, qu'on s'imisse dans sa vie privée. Elle avait donc naturellement développé un moyen inconscient de repérer les intentions d'un simple coup d'oeil. Un sixième sens, si l'on veut. La seconde explication avait un lien direct avec la fonction qu'elle exerçait. En tant qu'illustratrice, elle devait avant tout observer. Les paysages, les autres, leurs émotions. Ses images répondaient à des codes, relevaient d'une certaine abstraction, mais se basaient toutes sur son étude et sa façon de retranscrire les émotions qu'elle voyait. Au Japon plus qu'ailleurs, elle apprenait qu'avec un minimum de moyen, il fallait retranscrire le plus de choses possibles. Pour les émotions de ses personnages, c'était la même chose : elle devait être capable de leur faire exprimer avec le moins de traits possible les plus complexes des émotions. Ce travail demandait de la subtilité dans le geste, mais aussi dans le regard. Son oeil donc, était parfaitement entraîné à capter les fluctuations d'un visage et les interpréter correctement.

    Quand ses mains se refermèrent sur les poignets du démon, la colère refoulée qu'elle perçut  une fraction de seconde lui fit prendre conscience d'une chose qu'elle avait soigneusement écarté de son esprit jusque là. A tout moment, s'il le désirait, il pouvait la contraindre par la force. La blesser. Et personne ne viendrait l'aider. Il était tard, sa porte était fermée à clef et ses fenêtres ne donnaient sur aucun voisin. Il pourrait lui arriver n'importe quoi que personne n'en saurait rien. Cette discrétion qu'elle chérissait depuis qu'elle avait emménagé dans le quartier lui apparut soudainement comme dangereuse.

    Cleo en était là de ses réflexions quand il la poussa en arrière. Elle ouvrit des yeux grands comme des soucoupes avant de les fermer, ses bras battant l'air à la recherche d'une prise pour éviter la chute. Quand son cri de surprise retentit dans la pièce, elle était déjà stabilisée. Un instant, elle avait vraiment cru qu'il l'avait jeté au sol. Et surtout elle avait eu peur de ce que cela aurait pu signifier. De ce qui se serait passé ensuite...

    Quand elle rouvrit les yeux, Alastar était de nouveau près d'elle, fidèle à l'image qu'il lui renvoyait depuis le début, tendre, protecteur et assoiffé. Le premier réflexe de la jeune femme lorsqu'elle réalisa qu'il n'avait pas eu l'intention de lui faire de mal fut de se presser contre lui, d'enfouir son visage contre sa peau. Il la caressait de nouveau, prenait soin d'elle d'une bien agréable façon tout en faisant de l'humour. Cleo se détendit, son corps en tout cas se laissa gagner par ces attentions qui n'allaient plus le combler pendant encore longtemps. La jeune femme resta pourtant silencieuse. Ses soupirs se firent rares même si son corps répondaient aux sollicitations et qu'elle restait fermement accrochée à lui.

    Elle était mal à l'aise, ne savait pas quoi faire de la peur qui l'avait foudroyée, presque sans raison. Il fallait passer outre, elle le savait et elle en avait envie aussi, mais comment faire ? Elle s'empara de la bouche du diablotin, lui arrachait un baiser alors qu'il arrachait les agrafes de son soutien-gorge. Voir le tissus baleiné rejoindre son bas de pyjama ne la gêna pas plus que de sentir le regard du démon s'échouer sur la peau qu'il venait de révéler. Pour une agoraphobe, Cleo n'était vraiment pas pudique, confirmant que le réflexe de refermer son gilet plus tôt dans la nuit n'avait été dicté que par sa peur de voir quelqu'un débarquer chez elle.

    -La maison n'accepte pas les paiements en nature.

    Elle répondit à la promesse de remboursement un peu tard et son sourire fut bien fade comparé aux autres. Elle faisait bonne figure mais elle avait du mal à effacer le regard courroucé d'Alastar de son esprit. Ou alors c'était une autre peur qu'elle plaquait dessus. Une peur bien naturelle pour une jeune femme qui ne s'était jamais enivrée d'un plaisir pareil, avec un homme pareil.

    Pour le moment, elle parvenait à la contenir, bien aidée par son corps surplombant celui de son partenaire mais qu'en serait-il ensuite, quand il la délesterait du dernier de ses remparts ?

    -Ah !

    Il s'emparait de son sein, coupant court à toute réflexion. Le plaisir reprit son droit. Cleo ferma les yeux, les jambes serrées autour de la taille du démon. Une de ses mains se perdit encore dans la masse sombre des cheveux de l'homme.

    Maintenant que le soutien-gorge était tombé, il ne restait plus comme ornement sur le buste de Cleo que son pendentif, dont la couleur orangée se reflétait sur la peau pâle, entre les seins. La pierre semblait toujours palpiter faiblement mais sautillait surtout joyeusement contre la peau de Cleo dont le petit coeur tout mou continuait à marteler sous son sein, comme un prisonnier frappant contre les barreaux de sa cellule. Il envoyait un S.O.S. au démon qui s'affairait tout à côté. Ses coups de langues habiles pouvaient tromper Cleo, l'accabler de plaisir jusqu'à la faire oublier qu'Alastar verrait obligatoirement son trouble dans cette position, mais lui, son très cher petit coeur tout mou était insensible à l'envahisseur. Et il criait sa détresse à qui voulait bien l'écouter, puisque le plaisir avait coupé tout autre moyen de communiquer.

    Les émotions humaines pouvaient s'avérer parfois très compliquées où il était facile de se perdre, mais le corps humain était au contraire très simple. Malgré tout l'acharnement du démon à faire bourgeonner son excitation, la jeune femme était incapable d'en demander plus ou d'en demander moins.
« Dernière édition: Mai 30, 2016, 03:44:27 par Cleo » Journalisée


Tags:
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox